Skip to main content

Full text of "Eugenie Grandet"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on Hbrary shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http : //books . google . com/| 







H^-ft 






I 



i 






"*•■■ 



EUGENIE GRANDET 



PA& 

HONORS DE BALZAC 



EDITED tVITH INTRODUCTION AND NOTES 

BY 

EUGENE BERGERON 

Assistant Professor in the University of Chicago 
FOURTH EDITION, REVISED 




NEW YORK 

HENRY HOLT AND COMPANY 

1904 



>:::rf(-^Ti(>ot. 1^0. ^i% 




0«^./<}. 



,'ftl*<i^ 



t 



Copyright, i8g5, 

HY 

HBNRY HOLT & CO. 



PREFACE. 



In presenting to the public this first American edition 
of a book considered by many as the chief work of Bal- 
zac, a few words with regard to the quality and theme 
may not be out of place if they serve to help the reader 
to a better understanding of the genius of the author. 

In the Middle Ages the warlike element of society 
and the higher classes found literary expression in epic 
poetry and other chivalric forms. The religious aspira- 
tion and suffering of the monastic society found expres- 
sion in the Imitation of Christ, 

The absolutism and aristocracy of the seventeenth cen- 
tury, when held exclusively in the mind of thinkers and 
literary men, found expression in the harmonious works 
and forms of the classics. 

Voltaire expressed in literature the spirit of the ques- 
tioning eighteenth century, which exhibited itself in an 
eagerness for a complete transformation of the social 
order. Likewise the middle class of the first half of this 
century, which gained preponderance after the Revolu- 
tion, found in Balzac an artist to portray its struggles to 
conquer power and influence. 

The power, which before the revolution had been 
accorded to the privileged classes only, was now ex- 

iU 



IV PREFACE. 

tended to every class. Any man could aspire to any 
situation for which his intelligence, courage, and educa- 
tion fitted him. 

Hence an increase in the intensity of the life of the 
nation ; and the intensity is more marked in the middle 
than in the lower classes, for they are better equipped 
to take advantage of the new conditions. Among the 
middle class there came to be an uncontrollable rush for 
the highest place upon the social ladder. This was not, 
however, without a movement among the lower classes 
for general improvement, however abject their condition. 

They did not better their lot, however, without struggle 
and friction ; success is not always the result of labo- 
rious and conscientious effort ; nay, it is too frequently 
the result of intrigue and trickery. 

These struggles, these frictions, these intrigues, are 
described by Balzac with the power which is born of in- 
tense observation and profound insight and knowledge 
of human nature, which nature is not always as good as 
might be expected. 

There is a vast difference between a man standing in 
the field of conflict ready to do battle for social promo- 
tion of glory— sometimes simply to secure a place for his 
family — and a man in the quiet of his home, away from 
the buzz of life and competition, surrounded by his dear 
ones, and feeling happy and filled with good intentions 
toward his fellow-men. 

Balzac rarely shows us at home. He portrays the 
great social struggles of this century — Commercialism y the 
sacrifice of life and humanity for financial gain and 
honors ; and therefore shows us such as we are, not in 



PREFACE. ' V 

our home, not in our family circle, but in the strife and 
turmoil of life when passions overrule us. 

When it is said that Balzac portrayed the middle class 
in all its struggles and aspirations, as well as its meanness 
and passions, it is not to be thought that he confined 
himself to that class alone. Balzac is the portrayer of 
the society of his time ; men who belong to the highest 
rank as well as those of the lowest have interested him. 

His great power of observation permits him to present 
to us these men in a realistic light, and in tragical cir- 
cumstances with a deep understanding of human nature 
and in the best art forms. He has excelled in the paint- 
ing of men who are moved by one motive only ; he, like 
Shakespeare or Moli^re, has described passion concentrat- 
ing all its essential traits in one man, until that one man 
becomes the very incarnation of the passion described. 

Balzac also combines interest with instruction, espe- 
cially in this book. A person who reads for pleasure 
only, as well as he who seeks profit, will find Balzac in- 
tensely interesting. 

A student of psychology or sociology will watch with 
intense interest the development of the mental disease 
of P^re Grandety and can hardly restrain himself from 
thinking how different Plre Grandet might have been 
could he have freed himself from his surroundings and 
his narrow sphere of life ; for if he could understand 
what a good investment it was to buy " de la rentCy' and 
draw interest without paying taxes, how could he have 
failed to see what other good uses he could make of his 
money ? 

If his activity and shrewdness had been applied in 



VI ■ PREFACB. 

some other direction, he might have accomplished what 
his daughter did, and infinitely more : he would have 
become a benefactor of the human race as well as a great 
and wealthy man. 

I hope these suggestions, though brief and general, 
may offer a key to those who are unacquainted with 
Balzac. Understanding the nature of his theme, the 
student may better appreciate Balzac's genius. 

E. B. 

University of Chicago, 
April, 1895. 



INTRODUCTION. 



Students who, after having read this book, have a 
desire to investigate the life of the author will find valu- 
able private information in Balzac, sa vie et ses osuvres^ 
(Taprh sa correspondance par Mme. Z. Surville, nie 
Balzac, This correspondence, however, would be mis- 
leading as to the true nature of Balzac, unless read dis- 
criminatingly. 

In the Esiay on Balzac ^^y H. Taine the author's life 
is condensed and judged by one of his peers, a scholar in 
psycho-physiology and literature. 

Here a few facts will be mentioned in a general way 
only. 

Honor^ de Balzac was born at Tours, May i6, 1799. 
At an early age he was sent to a boarding-school, where 
he was given opportunities (i) to acquire knowledge, 
(2) to receive punishment. 

We are told that he did not distinguish himself very 
much by his eagerness to take advantage of the first, 
but used most freely the second. Indeed used it too 
much for his own good, for, his health having become 
impaired by it, he was sent home to recuperate. It also 
appears that instead of preparing his lessons he would 
sometimes devour the books which the library of that 

• • 
VIJ 



Vlll INTRODUCTION. 

blessed institution contained, so great was his thirst for 
reading. 

After he had spent some time at home to recover (a 
short time only, for he had a good constitution) he was 
sent to the Lyc^e de Tours, or received private instruction, 
until the end of 1814, when he went to Paris, accom- 
panied by his parents, who had decided to have him 
complete his education there. 

When he had finished his studies, Balzac, like almost 
every college student at that critical period, looked very 
much embarrassed with himself, and was therefore pro- 
vided through the kindness of his father, who himself 
had studied law, with a clerkship in a law office. 

For three years he occupied, not to his liking, however, 
two similar positions with apparently the only result his 
nature permitted him to obtain — the acquisition of the 
vocabulary of legal proceedings, of which he made use 
afterward so discreetly and indiscreetly in this book and 
elsewhere. 

Besides this vocabulary, he had also fostered an irre- 
sistible liking for literature, and therefore begged of his 
father to be given a trial for a year in that line. This 
was granted him on one condition — that no one should 
know his whereabouts. 

Accordingly he was provided with a fine garret away 
from his friends, who thought him at Montauban with a 
cousin. 

Still having the illusions of youth and an entire faith 
in his future genius, Balzac must have spent delicious 
hours in that charming garret, which very likely reminded 
him of the dark room at the boarding-school where he 



INTRODUCTION. IX 

was so glad to be sent, because then he could read 
books secretly obtained. 

After a year spent alone in his garret, alone in his 
walks to the cemetery of Plre Lachaise^ where he often 
went to meditate upon the frailty of men and the un- 
pleasantness of lying (his promise compelled him to limit 
his walks for fear of being seen by friends), he submitted 
to his parents his first achievement in literature. This 
was a five-act play, entitled Cromwell^ which, after 
being read before the family, was judged faulty, and 
without any indication of latent talent. Consequently, he 
returned to his family, not without regretting, however, 
that he had not any means of his own to enable him to 
continue the experiment in his Mansarde attic, for if he 
kept on writing at his father's house, he knew that he 
would be reproached with incapacity. 

As stated before, Balzac believed in himself ; he did 
not give up. For five years he kept on writing, and pro- 
duced, under the pseudonyms of Horace de St, Aubitiy 
Lord Rhoone^ etc., also in collaboration, works of such 
mediocrity that he himself declined the authorship. 

In fact, he was only trying to find his way. 

The difficulty, apparently, with him was that he had 
a great deal to say, but wanted to say it in his own way 
and in his own style, and thus acquire not an affected 
but a true originality. 

His analytical mind showed him a world of details, 
complications, and ramifications in things which would 
have generally appeared very simple to most of us ; and 
that complexity which he saw in things as well as in 



X INTRODUCTION. 

beings he found he could not express with the limited 
literary vocabulary he possessed. 

He had to find new terms for new things — things which 
had not yet been described. His great power of obser- 
vation also was only latent, and still lacked its comple- 
ment — experimentation. 

By the very nature of Balzac's talent, it will be seen 
that he could not produce anything remarkable as yet : 
he still lacked experience to abstract from the many 
things he saw the proper parts to idealize and the right 
ones to conciliate with Realism — an element that was 
to predominate in his works as it did in his own nature. 

He realized that he could not acquire that experience 
while remaining dependent on his family, and therefore 
decided to venture in a business enterprise which, if suc- 
cessful, would give him the means to devote himself entire- 
ly to literature without any other object to take into con- 
sideration. He established a printing business. He was 
then twenty-five years of age and full of enthusiasm. 
He went into this venture heart and soul, yet he did not 
succeed ; he failed ; and the consequence 'was debt — a 
debt that will become the burden, the nightmare, of his 
whole life. 

All his efforts now tended to the payment of this debt, 
while his marvellous talent, spurred by ambition, uncon- 
sciously developed itself. 

The first work in which this talent is revealed, and to 
which he attached his name, is Le Dernier des Chouans^ 
in 1828. 

Balzac had at last found his way and acquired enough 
experience to make use of his power of observation in 



INTRODUCTION. XI 

the truthful description of character. Perhaps at this 
time his originality was not yet very well marked, or en- 
tirely free from imitation ; but it was a real start, and 
the career that was open to him ^as a broad one. 

To obtain originality, he did away also, wrongly or 
rightly, with the consecrated rules of composition. 

His method was to trace out in a few pages a kind of 
shapeless scenarium, send it to the printer, and, when it 
was returned to him, make a great number of corrections 
and additions, under which the original text was lost. 

Though Le Dernier Chouan opened the literary career 
of Balzac, it is only in 1830, after the publication of 
Peau de Chagrin^ a. novel which created a great sen- 
sation and was read and reread, that his success was 
complete. 

From this time on to his death he worked like a Her- 
cules, and produced more works, if we consider the 
quality, than any other author has ever written. 

It was about 1833, the year he wrote JSug/nte Grande f, 
that, in order to give unity to all his works, published or 
to be published, he decided to collect them under one 
great heading. La Com^die humaine^ which thus would 
form, as it were^ a single book, containing the living de- 
scription of all forms of human vices and virtues. 

When this idea dawned upon Balzac, whose nature 
was as good as it was open and frank — somewhat boyish, 
perhaps, on account of his having always been too much 
occupied with his writings to think much about anything 
else — we are told that he went to his sister's house and 
told her to salute him as a genius. 

We may well pardon the way in which Balzac aired 



Xll INTRODUCTION. 

his overdose of self-satisfaction, when we think of the 
immense task he laid before himself that day, and which 
he tried to perform and did perform to some extent, al- 
though not always as we would have liked.. Had he 
turned his search-light a little more on virtues and less 
on vices, it would show more pleasing scenes. 

Following his idea, he classified his works thus : 
" Scenes de la vie militaire," in which we find, among 
others : 

Le dernier des Chouans, 

Le bal des chefs des Chouans ^ good descriptions of 
the customs and habits of the Bretons, and of the last 
struggle of the Royalists against the soldiery of the 
Republic. 
" Scenes de la vie de province." In this series we 
may mention : 

L'lllustre Gaudissart ; an amusing portrait of a com- 
mercial traveller. 

Le Curi de Tours ; one of his best compositions. 
In this novel we find the portrait of a typical old man. 
Eugenie Grandet, (Cf. Plautus* Aulularia,) 
Un Grand homme de province, 

Le Lys dans la ValUe^ in which we see the author at 
his best as well as at his worst. 
Ursule Mirouet 
Eve et David. 
" Scenes de la vie de Campagne " (cf. the peasants 
of G. Sand) : 

Le MSdecin de campagne, 
Le Cur^ de Village, 
Les Pay sans. 



INTRODUCTION, Xlll 

**ScftNES DE LA VIE PRIV^e": 

La maison du chat qui pelotte j a description of the 
life of certain merchants. 

Gobseck^ a usurer. 

Pierre Grassou ; story of an artist who has no re- 
markable talent, but a great deal of will-power. 

Un D^but dans la vie ; story of a young man taking 
his first steps in the world. 

"ScfeNES DE LA VIE PARISIENNE ": 

Les Employes ; showing us the minutest details in the 
lives of clerks, their intrigues, tastes, private habits, 
etc. 

Phre Gorioi (cf. King Lear, omitting Cordelia). 

Char BirotteaUy description of ambition which goes 
as far as monomania ; hard to read on account of 
commercial technicalities. 

Cousin Pons^ one of the best of Balzac's studies. 
" Scenes de la vie politique " : 

Une Undbreuse affaire ; a detective story of the 
Revolution. 

Mme de la Chaniraie ; a detective story of the Direc- 
toire and Consulat 
** Etudes philosophiques " : 

Louis Lambert ; the theory of intuition ; a glimpse 
of Balzac*s school life. 

Le Chef d'ceuvre inconnu ; one of Balzac's prettiest 
novels. 

Seraphita ; a very mystical work, with fine descrip- 
tions (Swedenborgianism). 

La Recherche de PAbsolu, A chemist, persuaded 
that he can succeed in changing any metals into gold» 



XIV INTRODUCTION. 

sacrifices unconsciously the happiness of his family. 
Vivid description of Flemish life. 

Fine portraits of women are to be found in the fol* 
lowing works : 

La Recherche de tAhsolu ; Le Dernier des Chouans j 
i Eve et David ; Curi de Village; Ursule MiroueU 

In this last classification readers should not be mis* 
led by the ambitious title Etudes philosophiques. The 
ambition of Balzac in that line was not justified by 
knowledge. Of course he had theories of his own in 
philosophy, but they were far from being scientific, as 
the word is understood to-day, or sound. 

He had a literary education rather than a scientific 
one, and although he tried to keep himself posted on 
many subjects, we must consider him simply as a novel- 
ist, a great observer of human nature, the great painter 
of the society of his time, but no more. 

Balzac seems to have been a most wonderful and pow- 
erful worker, for we find that he produced in one year 
(1832) more than twelve different works, among which 
are Le Chef (Tceuvre inconnuy Lxmis Lambert^ L^ Cure de 
Tours, etc. 

It appears that in travelling either in Italy or Ger- 
many — but, of course, more often in France, which he 
travelled over more than once, as he always visited the 
place where he laid his plot — the comer of a small table 
was all he needed to work ; and work he did incessantly, 
sometimes sixteen hours a day in succession for a period 
of several weeks. 

Yet, in spite of this constant labor and the fact that 



\ 



INTRODUCTION. XV 

his works were well paid for by that time, ..e was in 
constant need of money. 

This perhaps was due to carelessness or to the want 
of a devoted wife, after the model he has so often por- 
trayed in his works; but whatever was the cause he never 
seemed to make any headway, and he was not liberated 
from his life-long debt, which had accrued with in- 
terest, until almost the end of his career. 

At about the same time he saw also his dream of 
many years realized — his marriage with la Comtesse de 
Hanska, a wealthy Russian lady of high birth, who had 
become his admirer in reading Le medecin de campagne. 

They were married in Russia and returned to Paris, 
where he had anticipated spending many happy days, 
and finding time and opportunity to see and investigate 
life from a new point of view. 

But Balzac's health had not been good for some time, 
and in August, 1850, a short time only after his mar- 
riage he died of a hypertrophy of the heart. 



HARPAGON AND PERE GRANDET. 
By Hippolyte Adolphe Taine. 

[From Taine 's " Essay on Balzac/' already mentioned, in which 
Harpagon, the principal character in Molidre's VAvare, is con- 
trasted with P^re Grandet in Balzac's Eugenie Grandet, {Nouveaux 
essais de critique et d' histoire ^ par H* Taine, Hachette's Edition, p. 
1 1 6, 1. 14.)] 

" What grandeur is there in an anxious, shrivelled-up 
miser, bent with figuring, engrossed in cutting down his 
expenses, nibbling at other people's property? How 
can one write after Moli^re, with the purpose of contra- 
dicting him ? What is Harpagon, if not a grotesque 
character that Moli^re defames and slaps in the face to 
amuse and teach us. Sum up all his ridiculous points : 
do you find a lodging-place for beauty ? His parsimony 
is all the more contemptible because he is born a wealthy 
middle-class man, and by his rank compelled to keep 
servants, diamonds, and coaches. What is there more 
vile than an usurer who, having coaches, invents econom- 
ical dishes, hoards candles, and pinches pennies ? He 
is railed at by his neighbors, vilified by his servants; he 
permits his son to become involved in debt and his 
daughter to run away from home ; he wants to lend 



money on pledges, and the transaction falls through 

wants to hide his money, and he is robbed of it 

wants to marry, and his fiancee is taken from him 

xvii 



he 
he 
he 



XVlll HARPAGON AND PERE GRANDET. 

tries to be gallant, and he is silly ; he weeps, and the 
spectator laughs. How many devices there are to render 
a character grotesque ! — and yet, by using the opposite 
means, the character will become poetical; the low and 
ridiculous being will become tragical and grand ; Harpa- 
gon reversed will become Grandet. Let us make of him 
a peasant, a cooper, a grape-grower ; his stinginess will 
become excusable. If he counts the lumps of sugar for 
breakfast, if with his own hands he drives the nails in 
the shipping-boxes of his nephew, calls his servant to 
stay with him in order to save a candle, it is because 
habits are lasting, because the young man persists in the 
old man, and the mind always retains the attitude it 
has taken at first : we would have done the same, had 
we been in his place, and we bear with the niggardliness 
which elsewhere would have shocked us. — Harpagon, 
awkward, duped, and baffled, was a subject for laughter ; 
Grandet, able, honored, and happy, will become an object 
of fear. He takes advantage of his servants and his 
family, his friends and enemies. . He has taken for ser- 
vant a countrywoman, built like a grenadier, whom no 
one wanted, and in whom he has inculcated the mechan- 
ical faithfulness and devotedness of a beast of burden. 
For wife he has chosen a devout housekeeper, submissive 
through religion, feebleness, and stupidity; who allows 
him to take her savings, and is careful not to ask him for 
a penny. He has trained his daughter to strict economy, 
and takes advantage of her filial affection to rob her of 
her rightful inheritance. He rids himself of his ruined 
nephew, and finds the means of appearing generous in 
taking his jewelry at a Jewish price. He is respected by 



HARPAGON AND PERE GRANDET. xix 

the wealthiest raiddle-class men, who pay court to him 
with the hope of marrying his daughter. He draws from 
them a number of services : from one he obtains gratui" 
tous advice, another he sends to Paris to arrange his 
affairs. He takes advantage of all passions, of all virtues, 
of all miseries ; a true diplomat, a close-fisted calculator^ 
so prudent and attentive that he dupes business people 
and mocks law with law. He has begun with two hundred 
louts and ends with seventeen millions. Here the splendor 
of gold covers over the ugliness of vice, and avarice glo- 
rified sits on success as if on a throne. To raise ava- 
rice still higher, Balzac gives it all the power of wit 
and will. Grandet is so superior, that ordinarily he 
consents to appear stupid, ignorant, and humble, stutter- 
ing, saying that his head is bursting, that he does not 
understand anything in the complications of affairs, un- 
til the time when his adversaries forget their distrust, and 
let out their secrets. He mocks them; he amuses him- 
self in making them run and sweat; he makes sport of 
their expectancy and the reverence they show him. 
" Come in, gentlemen,'* he says to his visitors, people 
high in station ; ** I am not proud: I mend the step of my 
staircase myself.*' And he seats them in front of his 
lone candle, beside his servant. — He installs himself in 
his avarice as Brideau in his brutality; he exhibits it in 
maxims with atrocious positiveness and precision. When 
his brother commits suicide and his nephew weeps : " Let 
the first storm pass off ; this young man is a good-for. 
nothing fellow : he thinks more of the dead than of 
money." Will, you laugh at such a man after such words ? 
This sentence is like a blow from a knife, severing with 



ZX HARPAGON AND P^RE GRANDET. 

one Stroke the root of humanity and pity. Such vice as 
his becomes a dogma embraced with the eagerness of 
the will and the obstinacy of love. He is a tyrant ai 
home, and terrible ; his women tremble under his eye ; 
they are his " linnets,** — gentle little birds to whom he 
gives an occasional grain of millet, but whose necks he 
could wring with one touch of his thumb. Passion rings 
through his sarcastic and crude expressions : " I do not 
give you my money to stuff that young rascal with sugar." 
" What ! a wax-candle ? These women would tear up 
the floor of my house to cook eggs for that fellow ! " The 
vehemence and outbursts of his anger are overwhelming, 
in him vice has reached that degree where it receives 
neither check nor measure : it breaks and tramples over 
everything, rushing over the sentiments and happiness 
of others as a bull would through a house or a church. 
" What good does it do you to partake of communion six 
times every three months if you give your father's gold 
in secret to a good-for-nothing fellow who will devour 
your heart when you have nothing else to lend him ?** 
His wife implores him in God*s name ; his answer is, 
"Confound him !** Here we are awed at human nature; 
one feels that it contains unknown chasms wherein 
everything can be engulfed, — a short time ago religion, 
now paternity. When his daughter signs the deed by 
which she renounces her mother's inheritance, he turns 
pale, perspires, almost faints, then suddenly kisses her, 
almost to suffocation : "Well done, my child; you give 
life to your father. This is how affairs should be trans- 
acted. Life is a transaction. 1 bless you. You are a 
virtuous girl, who loves her father well.'* This triviality, 



HARPAGON AND P^RE GRANDET. XXi 

this blessing administered as if to balance an account, 
these jerking and strangling outbreaks of the miser stif- 
ling the father, are horrible. At this height and with 
these acts, passion attains poetry ; and perhaps such a 
miser is nothing but a lost, imprisoned poet. He swims 
in imagination on his sea of gold. He speaks of his 
treasure with the vivid and caressing expressions of a 
lover and an artist. ** Come, fetch it — the treasure. You 
^lould kiss my eyes for telling you thus the secrets of 
life and death about coins. Truly, coins live and swarm 
like men ; they come, go, perspire, produce." Toward 
his end his eyes remain fixed for whole hours on the 
pile of eagles (louis), as if to be fed with their glitter. 
"It warms me," he says. — Do you still consider him gro- 
tesque ? What joys has this man tasted ! He has en- 
joyed his gold with his eyes as a painter ; he has sailed 
like a poet in the midst of inventions and expectations 
of a hundred thousand resplendent fairylands ; he has 
relished the long and continued pleasure of growing suc- 
cess, of repeated victory, of superiority realized, of domi- 
nation established ; he has suffered neither in his heart 
nor money, neither privations nor remorses; he died at 
the end of an extreme old age, in wealth and security, in 
the entire gratification of his dominant passion, in the 
silence of other desires, deadened or torn up. If Cor- 
neille wrote the generous epic of heroism, Balzac writes 
the triumphant epic of passion* 



EUGENIE GRANDET 



EUGfeNIE GRANDET 



A MARIA 

Que votre nom, vous dont le portrait est le plus bel omement 
de cet ouviage, soit id comme une branche de buis benit, prise 
on ne sait & quel arbre, mais certainement sanctifi^e par la reli< 
gion et renouvel^e, toujours verte» par des mains pieuses, pour 
prot^ger la maison. 

DB BALZAa 

5 II se trouve dans certaines villes de province des 
maisons dont la vue inspire une m61ancolie ^gale k celle 
que provoquent les cloitres les plus sombres, les landes 
les plus ternes ou les mines les plus tristes. Peut-fitre y 

lo a-t-il k la fois dans ces maisons eto lesUence du clottre, 
et I'ariditd des landes, et les cSseraems des mines; 
la vie et le mouvement y sont si tranquilles, qu'un 
Stranger les croirait inhabit6es, s'il ne rencontrait tout 
k coup le regard pile et froid d'une personn e immg^ ilg |_ ^ tP^ 

Indent la figure h demi monastique d6passe ^^^j^f flfin^- 
g-nig^fi. au bmit d'un pas inconnu. Ces principes de 
mdlancolie existent dans la physionomie d'un logis aitud 
k Saumur, au bout de la rue montueuse qui mbne au 
chiteau, par le haut de la ville. Cette me, maintenant 

^peu frdquent^e, chaude en 6t^, froide en hiver, obscure 



en quelques endror 
roifesse d 





8C&NES DE LA VIE DE PROVINCE. 

arguable par lasogentrf 

rs^^re ^eT^sec, 

ar la palx de ses 

maisonSy qui appartiennent k la vieiUe ville et que A9;rj[r^jJ^ ^ 
minent les remparts. Des habitations trois fois secu^s^^^ 
laires y sont encore solides, quoique construites en bois, 
et leurs divers aspects contribuent k roriginalit6 qui 
recommande cette partie de Saumur h, I'attention des 
antiquaires et des artbtes. II est difficile de P^^sser^^^i. ^ 
devant ces maisons sans admirer les 6normes madrie^fw^^ 
dont les bouts sont taill6s en figures bizarres, et qui 
couronnent d'un bas-relief noir le rez-de-chauss6e de la 
plupart d'entre elles. Ici, des pifeces Jdeboisj^ansver- 
sales sontcouyfirt^i^n ardoises et dessinintaeb lignes 

lilies d'un logis terming par urns 
it fait plier, dont les 
ir Paction alternative 
de la pluie et du soleil. Lk se pr6sentent des appuis 
de fendtre us^s, noircis, dont les ddlics^e^soulptures 
86 voiej;ig^j2^ine, et qui semblent troplB^erf'jJour le2o 
pot tf 






ou les 
t des 



rosiers d'une pauv re «f q yrifere. Plus lo 

portes gamies dec^usenormes oli Wcreme ne nos 



»rune d'oU s'dancent les 
Luvrejuj 
ecTOus^ 
ancfitres a trac6 des hi^roglyphes domestiques dont 
le sens ne se retrouvera jamais. Tantot un protes-25 
tant y a sign^ sa foi, tantdt un ligueu^ y a maudit 
Henry IV. Quelque bourgeois y a grav^ le 
de sa nohlgss^ ^ tlnehes^ la gloire de son 

oubli^. L'histoire dc ^S& ^^L? ?^^)^}9!f^. /fll^^ m 
A o6t^ de la trem );^)gr||te ^^ jam% pamB nounfe's oJi Tar- 30 
tisan a A&&& soj firoor' fe^felfcve Phdtel d'un gentil- 
homme oh, sur le plein cIi^qb- de la porte en pierre, 
ae voient woore quelques vestiges de ses armes» bri- 






W2S 



EUGENIE GRANDBT. 3 

s6es par les diverses revolutions qui depuis 1789 ont 
it^^leipags, Dans cette rue, les rez-de-chauss^e 
c onunei WnBTie sont ni des boutiques ni des magasln^jK rv 
les amis du moyen Age y retrouveraient I'ouvrouSe^ *^ 
Sde nos pferes en tou^sa na^g gyp^ lipi t/^ ^g^ s salles 
bass€g^"quh n'ont nnJevSLnCure, mmontre, ni vitrages, 
sont^oionc^Sy obscures et sans omements ext6ri|lun 
ou int^rfejgsjLl^r poiteestomverte en ^S&i^ 
jjlfiifieSy groS;iei?4ent TOTees, aont la supiiSure se 
eplie interigniig|nen| et dont Tini^rieure, r.rm(^2 d'une 
luietteyk^rSel^on!^ et vient constammenLX'air 
et l^!^0fWmvent h cette espfece d'anti j^fiJmfu^oa par 
le hautdeja port^ouDar I'espace qui se trouve 
fS^flSvK^ le pK?lcffer 




jntre 



et le petit m 




1 ^'^ TTaPD ui dans lequel s'encastrent de solid 

jJk^tinjremU etmaintenus le soir avec des 

^^^TerDOUiohn^es. Ce mur sert a Staler les inarchandises 

du n^gociant. Lk, nul charlatanismc; Suivant la nature 

du commerce^ les dchantiUops consbtent en deux ou 

2otrois baauetsLsleinside^^i^t de^oniOk en Quelaues 



i/v\N\. 




paquet^T]^ to 

aui^oIwS^du 

ou quelques piec es d 

Une fille propre 



icesdejrap "" 
fpSn^tme' de j 





iron penau 
lone des murs, 
a^bnS: Entre 
eunesse, au ' ' 



^.m^^^. 




35aux bras rouges, quitte son tricot, appelle son 
ou sa mfcre, qui vient et vous vefjd^i yas s ou 
flegmatiquement, complaisamment, sffr^ammentnfelon 
son caract^re, soit pour deux sous, soit pour vingt 
mille ^rancgi de^marchandise. Vous verrez un mar- 

jochand de rnenSm assis k sa porte et qui toume ses 
pouces en causant avec un W>isin, iUne possbde en 
apparence que de mauvaises'Tplancnes^ bouteilles et 
deux ou trois paquets de lattes ; mab sur le port son 







4 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

^^ clmntier plein fournit tous les tonne^rs de I'Anjou ; 

il salt, k une planche prbs, combien Wpeut de tonneauxCtfU^n^^ 
si la rdcolte est bonne; un coup de soleil renrichit, 
un temps de pluie le mine : en une seule matinee, les 
^^^^^pbin^oni valent onze francs ou tombent h. six livres. 5 
Dans ce pays, comme en Touraine, les vicissitudes de 
I'atmosphfere dominent la vie commerciale. Vigneroi 
propri^taires, marchands de bois, tonneliers, al 
istes, mariniers, sont tous it I'affiit d'un rayon de soleil ; 
ils tremblent en se couchant le soir d'apprendre le len- lo 

I . jdemain matin qu'il a geld pendant la nuit ; ils redou 

d^^^^teht la pluie, le vent, la sdcheresse, et veulent de Teau, 
du chaud, des nuages, k leur fantaisie. II y a un duel 

' constant entre le del et ]^gj*}^^^ terrestres. Le 

' barombtre attriste, deric^f^^ga^ Tour it tour les phy-15 

sionomies. D'un bout k Tautre de cette rue, Pancienne 

I Grand'Rue idgQSgUinur, ces mots : " Voilk un temps 

d'or I '' se CMrl^OTcie porte en porte. Aussi chacun 
rfepond-il au voisin : " II pleut des louis 1 " en sa- 
chant ce qu'un rayon de s^eiL ce qu'une pluie 20 
opportune lui en apporte. Le^wamedi, vers midi, dans 
la belle saison, vous n'obtiendrez pas pour un sou 



cheZ|#gi /4)r ^ s 
^ sa crosene, et 



cun a sa vigne, saciosene, et va passer de 



de marchandise chez ^0^ ^raj^es industriels. Cha- 

jours k la campagne. Lk, tout dtant prfevu, Pacns^ai; Q^ 
la vente, le profit, les commer9ants se trouvent avoir 
dix heures sur douze k employer^n^wVeuses par- 
ties, en observations, commentaires,^^pioKiagSraDnti- a 
nuels. Une mdnagbre n'achfete pas une P^jrf^ jsans aue*7y r. ^ 
les voisin s demandent au mari si elle Aaitcurte^pomtTJo 
Une jeune fille ne met pas la t6te k sa fen^tre sans y 
fitre vue par tous les groupes inoccupds. Lk done, les 
QQQSciences sont k jOur, de mSme que ces maisons imp^ 



£ug£ni£ grandet. 5 

n^trables, noires et silencieuses n'ont point de myst^res. 
La vie est presque toujours en plain air : chaque manage 
s'assied k sa porte, y ddjeune, y dine, s'y querelle. II ne 
passe personne dans la rue qui ne soit dtudi^. Aussi, 
Sjadis, quandun ^^rsinger arrivait dans une ville de pro- 
vince, 6tait-iT^fa!(S^s?^ pcrt® gS pjrte. De Ik les bons 
contes, de Ik le sumom d^yophkxdonn^ aux habitants 
d' Angers, qui excellaient k ces railleries urbaines. Les 
anciens hdtels de la vieille ville sont situds en haut de 

locette rue, autrefois habitue par les gentilshommes du 
pays. La maison, pleine de mdlancolie, oil se sont accom- 
plis les ^v6nements de cette histoire ^tait prdcisdment un 
de ces logis, restes v^n6rables d'un sifecle oli les choses 
et les hommes avaient ce caractfere de simplicity que les 

IS moeurs frangaises perdent d^ jour en jour. Aprbs avoir 
suivi les ddtours de ce chemin pittoresque, dont les moin- 
dres accidents r^veillent des souvenirs et dont Teffet g6n- 
^ral tend k plongeri^n^un^orte de reverie machinale, 

'^ vous apercevez un renftnceraent assez sombre, au centre 

2oduquel est cachfee la porte de la maison k M. Grandet. II 
est impossible de comprendre la valeur de cette expres- 
sion provinciale sans donner la biographie de M. Grandet. 
M. Grandet jouissait k Saumur d'une reputation dont 
les causes et les effets ne seront pas entiferement compris 

25 par les personnes qui n'ont point, peu ou prou, vdcu en 
province. M. Grandet, encore nommd par certaines gens 
le p^re Grandet, mais le nombre de ces vieillards dimi- 
nuait sensiblement, ^tait en 1789 un maitre tonnelier 
fort k son aise, sachant lire, ^crire, et compter. Lorscme Q ' 

30 la R^publique fran9aisemit envente, dans ParrondSsS^ ^nP 
ment de Saumur, les biens du clerg^, le tonnelier, alors 
§1^6 de quarante ans, venait d'^pouser la fille d'un riche 
marchand de planches. Grandet alia, muni de sa fortune 




6 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

liquide et ^Jj^ dot munij^e deux mille louis d'or, au 
district^ j^^ i^^eimyS^fl&Lcents doubles louis offerts 
par sonTSeftf^fere aui^crSu^erdpublicain qui sufj^gjAa^ 
la vente des domaines nationaux, il eut pour un mc 

Idgalement, sjj^Qfi ldgitimementksDluS|bAaux 5 
les de rarrondissement, une vieilleaDtSS^ef^ael- 
quej^rtiaineS. Les habitants de Saumur 6tant peu r6vor. ^ i 
lutionnaires, le p^re Grandet passa pour un homme hzxdifi^fifg^ 
un rdpublicain, un patriote, pour un esprit qui donnait 
dans les nouvelles id^es tandis que le tonnelier donnait lo 
tout bonnement dans les vignes. II fut nomm^ membre 
de radministration du district de Saumur, et son influence 
pacifique s'y fit sentir politiauementet conMBpgrcialement. 
Politiquement, il protdge^MscHJevamT^^ de -^ 

tout son pouvoir la vente des biens desera^res^ com- 15 
mercialement, il fournit aux armies r^publicaines un 
ou deux milliers ^d & JP)^S^?k AS ^^^ blanc, et se fit 
payer en siye rbes^ fflainesaependant d'une cgyi- 
muQ^td deTemmesque Ton avait reserv^e pour un 
lernier lot. Sous le Consulat, le bpi 
devint maire, administra sagemen%^ 
encore ; sous TEmpire, il fut M. Grandet. Napoleon 
n'aimait pas les rdpublicains : il remplaga M. Gran- 
- det, qui passait pour avoir port^ le bonnet rouge, 
par un grand propriAaire, un homme k particule, 25 
un futur baron de TEmpire. M. Grandet quitta les 
honneurs municipaux sans aucun regret. II avait fait 
faire, dans Tint^r^t de la ville, d'excellents chemins 
qui menaient k ses propridt^^^Sa maison et ses biens, 
trbs-avantageusemeH^caJftstresJpayaient des impdts^o ^j 
moddrds. Depuis le classement de ses diffi^rents clos,yl^K^ 
ses vignes, grice h. des soins constants, ^taient devenues*^ 
la tSte du pays, mot technique en usage pour indiquer 




EUGENIE GRANDET. 7 

les vignobles qui produisent la premiere quality de 
vin. II aurait pu demander la croix de la Legion 
d'honneur. Get ^vdnement eut lieu en 1806. M. 
Grandet avait alors cinquante-sept ans et sa femme 
5 environ trente-six. Une fiUe unique, fruit de leurs legi- 
times amours, ^tait §Lg6e de dix ans. M. Grandet, 
que la Providence voulut sans doute consoler de sa 
disgrice administrative, hdrita successivement pendant 
cette ann^e de madame de la Gaudini^re, n^e de la 

10 Bertelli^re, m^re de madame Grandet ; puis du vieux 
M. de la Bertelli^re, pfere de la defunte ; et encore de 
madame Gentillet, grand'nifere du cot^ matemel : trois 
successions dont Timportance ne fut connue de per- 
sonne. L'avarice de ces trois vieillards^taitji pas- 

i5sionnee, que depuis longtemps ils FcHmssaieni leur 
argent pour pouvoir le contempler s^crfetem anti L e 
vieux M. de la Bertelli^re appelait un^Jia^fcfent une 
prodigality, trouvantd^jfLgsflrros int6rfits dans Taspect 
de Tor que dans lesfDenJlrcePde Pusure. La ville de 

20 Saumur pr^^uma done laj^alour de&,^atfU)mies d'apr^s 
les revenus ^iesV Kiens^ a\r»oleft. * jvi . urandet obtin 
alors le nouveau titre de noblesse que jTQ( tfg_g^ 
d'^galit^ n'effacera jamais, il devint /e plus ^fmJos}\Q 
Tarrondissement. II exploitait cent arpen ts de vignes, 

25 qui, dans l^S ann(|es plantureuses, lui donnaient sept 
huit cents poin^oiw de vin. II poss^dait treize mdta 



% 



^1^ ^^^A yn fcvieille abbaye, ob, par ^conomie, il avait mur 
•^^^TescroiScs,'les JgUi^s, les vitraux, ce qui les conserva ; 
et cent vingt-sept arpents de prairies oii croissaient et 
30 grossissaient trois mille peupliers plant^s en 1793. 
Enfin la maison dans laquelle il demeurait ^tait la 
sienne. Ainsi ^tablissait-on sa fortune visible. Quant 
k ses capitauZi deux seules personnes pouvaient vague-/ 



A*"^^ 

•" 



^y^^^psm 



8 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

ment en' pr^sumer Pimportance : I'une ^tait M, Cm- 
chot, notaire, charg^ des placements usuraires de M. 
Grandet ; Fautre M «d^|Gijjj^ns. le plus riche ban- 
quier de Saumur, auxD^^BJeTMuquel le vigneron 
participait k sa convenance et secrbtement. Quoique S 
le vieux Cruchct et M. des Grassins poss^dassent cette 
profonde discr6tion qui engendre en province la con- 
Ranee et la fortune, ils t^moignaient publiquement k 
M. Grandet un si grand respect, que les observateuy g^ 

pouvaient me^er Pdtendue des capitaux de rancieiiTo' ^^ 
maire d*aprfes la portee de Tobs^quieuse consideration 
dont il Aait Tobjet. II n'y avait dans Saumur personne 
yie fdt persuad6 que M. Grandet n'eiit un tr6sor 
culier, une ca^jjj^tte pleinj^ de louis. et ne se donnit 
nuiymjpent les ineffables nouissance^ que procure 15 
la vue d'une grande masse d'or. Les avaricieux en 
avaient une sorte de cerj^jpude en voyant les yeux du 
bonhommCy auxquels le mdtal jaune semblait avoir 
commuoiqud ses teintes. Le regard d'un homme 
accoutum6 k tirer de ses capitaux un int^r^t ^norme 20 
contracte n^cessairement, comma celui du volup- 
tueux, du joueur ou du courtisan, certaines habitudes 
ind^finissables, des mouvements furtifs, avides, myst^- 
rieux, qui n'^chappent point k ses cor ejjgionna ires. 
Ce langage secret forme en quelque sorte la franc- 25 
ma^onnerie des passions. M. Grandet inspirait done 
I'estime respectueuse k laquelle avait droit un homme 
qui ne devait jamais rien k personne, qui, vieux ton- 
nelier, vieux vigneron, devinait avec la precision d'un ^^^ 
astronome quand il fallait fabriquer pour sa r^colt^^^^^f 
mille poingons ou seulement cinq cents ; qui ne man- 
quait pas une seule speculation, avait toujours des 
tonneaux k vendre alors que le tonneau valait plus cher 





» EUGENIE GRANDET, 9 

que la denr^e k recueillir, pouvait mettre sa vendange \ 
dans ses celliers et attendre le moment de livrer son ' 
poin9on k deux cents francs quand les petits propri- 
^taires donnaient le leur h cinq louis. Sa fameuse 
Srdcolte de 1811, sagement serine, lentement vendue, lui 
avait rapport^. plus de deux cent quarante mille livres. 
Financiferement parlant, M. Gjyjdetitenait du tigre et 
du boa : il savait se coucher, seDlimrJenvisager long- 
temps sa proie, sauter dessus ; puis il ouvraitlagueule 

10 de sa bourse, y engloutissait une^mS^^ d^cuS/etse 
couchait tranquillement, comme le serpent qui digfere 
impassible, froid, m^thodique. Personne ne le voyait 
passer sans ^prouver un sentiment d 'admiration mdlangd 
de respect et ^We'^eTA:.^ Chacun dans Saumur n'avait- 

isil pas senti le dMSifemSt poli de ses griff es d'acier ? 
A celui-ci, mattre Cruchot avait procurd I'argent 
ndcessaire h I'achat d'un domaine, raais jLi onze p<^J Li 
cent; k celui-lk, M. des Grassins avait ftcompte aes^ 
traites, mais avec un effroyable pr^lbvement d'int^r^ts. 

20 II s^^coulait peu de jours saQsgue le nom de M. Grandet 
flit prononc^, soit au^TOffcne^soit pendant les soirees 
dans les conversations de la ville. Pour quelques per- 
sonnes, la fortune du vieux vigneron ^tait Tobjet d'un 
orgueil patriotique. Aussi plus d'un n^gociant, plus d'un 

2saubergiste disait-il aux Strangers, avec un certain con- 
tentement : 

— Monsieur, nous avons ici deux ou trois maisons 
millionnaires ; mais, quant k M. Grandet, il ne con- 
nait pas lui-m^me sa fortune ! 

30 En 18 1 6, les plus habiles calculateurs de Saumur esti- 
maient les biens territoriaux du bonjjp nyp^ ^ i^^^ fc f <- 
de quatre millions ; mais, comme, terme moyen; if a *^ 
avait dil tirer par an, depuis 1793 jusqu'en 18 17, cent 



XO SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

mille francs de ses propri^t^s, il ^tait presumable qu'il 
poss^dait en argent une somme presque ^gale k celle 
de ses biens-fonds. Aussi, lorsque, apr^s une partie 
de boston, ou quelque entretien sur les vignes, on venait 
k parler de M. Grandet, les gens capables disaient-ils : S 
" Le p^re Grandet ? . . . le pfere Grandet doit avoir cinq 

k six millions." /%Jt%j9A%^^ 

— Vous ^tes plusliabiTe ^e je ne le suis, je n'ai jamais 
pu savoir le total, rdpondaient M. Cruchot ou M. des 
Grassins, s^ls entendaient le propos. lo 

Quelque Parisien parlait-il des Rothschild ou de M. 
Lafitte, les gens de Saumur demandaient s'ils dtaient 
aussi riches que M. Grandet. Si le Parisien leur jetait 
en souriant une d^daigneuse affirmation, ils se regar- 
daient en hochant la t^te d'un air d^incrddulit^. Une si 15 
grande fortune couvrait d'un manteau d'or toutes les 
actions de cet homme. Si d'abord quelques particula- 
rit^s de sa vie donn^rent prise au ridicule et^ la mo- 
querie, la moquerie et le ridicule s'CTaronrTRli^ En 
ses moindres actes, M. Grandet avait pour lui Tautorit^ 20 
ejlaLchose jugde. Sa parole, son v^tement, ses gestes, 
^J^ngpient de ses yeux, faisaient loi dans le pays, oh 
chacun, aprbs Tavoir ^tudid comme un naturaliste ^tudie 
les effets de Tinstinct chez les animaux, avait pu recon- 
nattre la profonde et muette sagesse de ses plus lagers 25 
mouvements. 

— L'hiver sera rude, disait-on, le p^re Grandet a 
mis ses gants fourr^s : il faut ve pdange r. — Le pbre 
Grandet prend beaucoup de merrain, il y aura du vin 
cette annde. ' 30 

M. Grandet n'achetait jamais ni viande ni pain. Ses 
fermiers lui apportaient par semaine une provision suf- 
fisante de chapons, de poulets, d'ceufs, de beurre et de 




EUGENIE GRANDET, 1 1 

h\6 de rente. A^ J^P^s^dait un moulin dont le locataire 

devait, en sutf^w/^'uan, venir chercjge^jme certaine 

quantity de grains et lui en rapporter lesoneila f arine. 

La grande Nanon, son unique servante, quoiqu'elle ne 

5 f (it plus jeune, boulangeait elle-m^me tous les saroedis 

l^'^^ le pain^elamaison. M. Grandet s'^tait arrange avec 

'^^^^^^e JroSHScner^ ses locataires, pour qu*ils le fournissent 

de legumes. Quant aux fruits, il en rdcoltait une telle 

quantity, qu'il en faisait vendre une grande partie au 

lo march^. Son bois de fi^u|^§6 ^Jsi^ coup^ dans ses 

ley^lftl 



hales ou pris dans learviSmes^fnltssirh moiti^ pourries 
qu'il enlevait au bord de ses chagips, et ses fermiers le 
lui charroyaient en villa tQuT^Sire^e rangeaient par 
complaisance dan^TWnTSucnS ecrecevaient ses remer- 

isciments. Ses seules ddpenses connues dtaient le pain 
b^nit, la toilette de sa femme, celle de sa fille et le 
payement de leurs chaises ^Xisi¥^9J^ ^^ ^^ 
gages de la grande Nanon, lieiamage^e ses casserd 
racquitteme nj^des j^mpositio fcs^ j^ i^^p fi^ ^ j jloff, ^^ ses 

^^bdtiments et Rfpais oe^^s ^{wKuauons. iravait six 
cents arpents de bois, r^cemment achet^s, qu'il faisait 
surveiller par le garde d'un ^oisin, auquel il promettait 
un indemnitdj^Depuis cette acquisition seulement, il 
mangeait di^luie?. Les manibres de cet homme ^talent 

25 fort simples. II parlait peu. Gdndralement, il exprimait 
ses id^es par de petites phrases sentencieuses et dites 
d'une voix douce. Depuis la R^volutioa^dgoaua k la- 
quelle il attira les regards, le bonhomme oe^l^rcFune 
mani^re fatigante aussitot qu'il avait h, disGAwirlongu&- 

30 ment ou h, soutenir une discussion. Ce breaoumemen 
I'incoh^rence de ses paroles, le flux de mots 011 il noyait 
sa pens^e, son manque apparent de logique, attribuds 
k un ddfaut d'^ducation, ^taient affect^s, et seront suf- 






12 SCENES DE LA VIE D£ PROVINCE. 

fisamment expliqu^s par quelques ^v6nements de cette 
histoire. D'ailleurs, -quatre phrases, exactes autant que 
des formules alg^briques, lui servaient habituellement 
k embrasser, a resoudre toutes les difficultds de la vie 
et du commerce : " Je ne sais pas, Je ne puis pas, Je ne 5 
veux pas. Nous verrons cela." II ne disait jamais ni 
out ni non, et n*6crivait point. Lui parlait-on, il ^cou- 
tait froidement, se tenait le menton dans la main droite 
en appuyant son coude droit sur le revefs de la main 
gauche, et se formait en toute affaire des opinions des- lo 
quelles il ne revenait point. II m6ditait longuement les 
moindres marches. Quand, aprbs une savante conver- 
sation, son adversaire lui avait livr^ le secret de ses 
pretentions en croyant le tenir, il lui r^pondait : 
— Je ne puis rien conclure sans avoir consult^ ma 15 

femme. tOj^^afcl^ 

Sa femme, qu'il avait-g^jhnte h. unnonsme complet, 
^tait en affaires son ^fflSvenrVe plus commode. II 
n'allait jamais chez personne, ne voulait ni recevoir ni 
donner k diner ; il ne faisait jamais de bruit, et sem-20 
blait ^conomiser tout, m^me le mouvement. II ne 
d^rangeait rien chez les autres par un respect constant 
de la propriety. N^anmoins, malgr6 la douceur de sa 
voix, malgr6 sa tenueflcircoMMtctf, le langage et les 
habitudes du tonnelierper^OTff^^irtout quand il etait 25 
au logis, oil il se contraignait moins que partout ail- 
leurs.^ Ai\^ysique, Grandet ^taitun homme de cinq 
p\easPcr2^j carr6, ayant ^^s fira!^OTia^«uze pouces 
de circonf^rence, des^mmfe^TOiiettseselr de larges 
^^ulfis: son visage ^tait rond, tann6, marqud de3o 
^piritC vCTdIc ; son menton ^tait droit, ses Ibvres n'of- 
fraient aucune sinuosity, et ses dents 6taient blanches ; 
ses yeux avaient Texpression calme et d^voratrice que 



EUGfiNIE GRANDET. I3 

le peuple accorde au basilic ; son front, plein de lignes 

transversales, ne manquait pas de protuberances signi- 

ficatives ; ses cheveux, jaundtres et grisonnants, dtaient 

blanc et or, disaient quelques jeunes gens qui ne con- 

Snaissaient pas la gravity d'une plaisanterie faite sur 

_M . Q^ndet Son nez, gros par le bout, supportait une 

^'Wwupe^viein^e que le vulgaire disait, non sans raison, 

pleine de malice. Cette figure annon9ait une finesse 

dangereuse, une probit^ sans chaleur, r6goisme d'un 

lohomme habitu^ k concentrer ses sentiments dans la 

jouissance de I'avarice et sur le seul 6tre qui lui f{it 

r^ellement quelque chose, sa fiUe Eugenie, sa seule 

h^ritifere. Attitude, maniferes, dfemarche, tout en lui, 

d'ailleurs, attestait, cette croyance en soi que donne 

isThabituded'avoir toujours rdussi d^sses£ntreprises. 

Aussi, quoique de moeurs faciles eLTOmffiseu^pparence, 

M. Grandet avait-il un caractbre de bronze. Toujours 

v6tu de la m^me manifere, qui le voyait aujourd'hui le 

tjl qu'il 6taitdepuis 1791. Ses forts souliers se 

des cord^ns^deicuirij il pogjait en tout 

temps deiTtfSy'ar Tameafa^ de 







drap marron k boucles d'argent, un^lelne velours 
Iternativement jaune et puc^^boutonn^ carrd- 
ment, un large habit marron k granafpiftSPlme cravate 
2$ noire et un chapeau de quaker. Ses gants, aussi so- 
lides que ceux des gendarmes, lui duraient vingt mois, 
et, pour les conserver propres, il les posait sur le bord 
de son chapeau k la m^me place, par un geste mfetho- 
dique. Saumur ne savait rien de plus sur ce person- 
3onage. 

Six habitants seulement avaient le droit de venir 
dans cette maison. Le plus considerable des trois pre- 
Doders ^tait le neveu de M. Cruchot. Depuis sa nomi- 



14 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. . 4 , ^ 

nation de president au Tnbunal oe premiferJ ^stance 
de Saumur, ce jeune homme avait joint au nom de 
Cruchot celui de Bonfons, et travaillait h. faire pr6va- 
loir Bonfons sur Cruchot. II signait d6jk C. de Bon- 
fons. Le plaideur assez malavis6 pour Tappeler " mon- 5 
sieur Cruchot" s'apercevait bientot, k Taudience, de 
sa sottise. Le magistrat prot^geait ceux qui le nom- 
maient " monsieur le president ", mais il f avorisait de 
ses plus gracieux sourires les flatteurs qui lui disaient 
"monsieur de Bonfons." M. le president 6tait kg6io 
de trente-trois ans, poss6dait le domaine der Bonfons 
(Boni Fontis)y valant sept mille livres deMrente; u 
attendait la succession de son oncle le notaire et celle 
de son oncle Tabbd Cruchot, dignitaire du chapitre de 
Saint-Martin de Tours, qui tous deux passaient pouri5 
^tre assez riches. Ces trois Cruchot, soutenus par bon 
nombre de cousins, allies k vingt maisons de la ville, 
formaient un parti, comme jadis k Florence les M^dicis ; 
et, comme les Mddicis, les Cruchot avaient leurs Pazzi. 
Madame des Grassins, m^e d^n fils jj ^vingt- trois ans, 20 
venait trfes-assiddment f air6 la partrf *Se mafeme Gran- 
det, esp^rant marier son cher Adolphe avec mademoi- 
selle Eugenie. M. des Grassins le banquier favorisait 
vigoureusement les manoeuvres de sa femme par de 
constants services secrbtement rendus au vieil avare, et 25 
arrivait toujours k temps sur le champ de bataille. Ces 
trois des Grassins avaient ^galement leurs adherents, 
leurs cousins, leurs allies fidbles. Du c6t6 des Cru- 
chot, Tabb^, le Talleyrand de la famille, bien appuy^ 
par son fr^re le notaire, disputait vivement le terrain ^30 
la financi^re, et tentait de r^server le riche heritage k 
son neveu le president. Ce combat secret entre les 
Cruchot et les des Grassins, dont le prix 6tait la main 




EUGENIE GRANDET. 1 5 

d'Eugenie Grandet, occupait passionndraent les diverses 

soci^tds de Saumur. Mademoiselle Grandet dpousera- 

t-elle M. le president ou M. Adolphe des Grassins ? A 

ce problfeme, les uns r6pondaient que M. Grandet ne 

Sdonnerait safiUe ni h Tun ni k Tautre. Uancien tonne- 

I lieih Tongi d*ambition, cherchait, disaient-ils pour 

^*^^*' ^'^enarequelqueT^mf^e France, k qui trois cent mille 

livres de rente feraient accepter tous les tonneaux 

passes, presents et futursdes Grandet. D'autresr^pli- 

laienj^qup M. et madame des Grassins ^taient nobles, 

it riches, qu' Adolphe 6tait un bien gentil 

qu'k moins d'avoir un neveu du pape dans 

siThailHfiSj une alliance si convenable devait satisfaire 

des ggPSi^J'^^J^j ^^ homme que tout Saumur avait vu 

151a doroireien main, et qui, d'ailleurs, avait port^ le 

bonnet rouge. Les plus senses faisaient observer que 

M, Cruchot de Bonfons avait ses entries k toute heure 

au logis, tandis que son rival n'y ^tait regu que les diman- 

ches. Ceux-ci soutenaient que madame des Grassins, 

20 plus li^e avec les femmes de la maison Grandet que les 

Cruchot, pouvait leur inculquer certaines id^es qui la 

feraient, tot ou tard, r^ussir. Ceux-lk r6pliquaient que 

Pabbfe Cruchot 6tait Thomme le plus insinuant du 

monde, et que, femme contre moine, la partie se trou- 

2svait^gale. 'C/%^'< "^ 

— lis sont mancnTjuftan^ie, disait un bel esprit de 
Saumur. 

Plus instruits, les anciens du pays pr^tendaient que, 
les Grandet dtant trop avisos pour laisser sortir les 
3obiens de leur famille, mademoiselle Eugenie Grandet, 
de Saumur, serait marine au fils de M. Grandet, de 
Paris, riche marchand de vins en gros. A cela les 
cruchotins et les gra53iniste9 r^pondaient : 



^*'^, 



l6 SCi:N£S DE LA VIE DE PROVINCE. 

— D*abord, les deux frferes ne se sont pas vus deux 
fois depuis trente ans. Puis M. Grandet, de Paris, a 
hautes pretentions pour son fils. II est maire d'un 
arfondissement, d^put^, colonel dcL la gardenationale, 
juge au tribunal de commerce ; irreme lesVrandet de S 
Saumur, et pretend s'allier k quelque f amille ducale par 
la grice de Napoleon. 

Que ne disait-on pas d'une h^ritifere dont on parlait 
k vingt lieues k la ronde et jusque dans les voitures 
publiques, d' Angers k Blois inclusivement ^ Au com- lo 
mencement de 1811, les cruchotins rempqrt^ 
avantage signal^ sur les grassinistes. L 
Froidfond, remarquable par son pare, son admirable 
cMteau, ses fermes, rivieres, ^tgjigs. for^ts, et valant 
trois millions, fut mise en vente par le jeune marquis 15 
de Froidfond, obligd de rdaliser ses capitaux. Maftre 
Cruchot, le president Cruchot, Tabb^ Cruchot, aid& 
par leurs adherents, surent emp6cher la vente par 
petitejJQtSs^ I^ notaire conclut avec le jeune homme 
du AVj-{i>'^ftfrmaraiSa^ en lui persuadant qu*il y aurait (fcs 20 
poursuites sans nombre k dinger contre les |Q 
taires avant de rentrer dans le prix des lots ; il valait 
mieux vendre k M. Grandet, homme solvable, et capable 
d'ailleurs de payer la terre en argent comptan 






^__hga« marquisat de Froidfond fut alors WmJ^y^Dvere 25 
^ ^^^^nrosophage de M. Grandet, qui, au grand dtonnement 



de Saumur, le paya, sous escompte, aprbs les formalit^s. 
Cette affaire eut du retentissement k Nantes et k Or- 
leans. M^jGrandet alia voir son chiteau par Toccasion 
d'une cnarrette qui y retoumait. Apr^s avoir jet^ sur 30 
sa propriety le coup d'ceil du maitre, il revint k Sau- 
mur, certain d'avoir plac^ ses fonds k cinq, et saisi de 
la magnifique pens^e d'arrondir le marquisat de Froid- 





AAu, 



EUGENIE GRANDET. 1 7 

fond en y r^unissant tous ses biens. Puis, pour rem- 

jHide nouvgMSon tr^sor presque vide, il d^cida de 

xoupef ^ablanc ^s bois, ses for^ts, et d'exploiter les 

peupliers de ses prairies. 

5 II est maintenant facile de comprendre toute la 

valeur de ce mot : la maison k M. Grandet, cettemaison 

A •f*"^ P^le> froide, silencieuse, situde en haut de la ville, et 

4MA * ■^''%b ritde p« les mines desxemparts. Les deux piliers 

et la^^v^^y f ormant la b^ ^ ^^CB8£ ^^ avaient ^t^, 

locomme la maisofi, construits enTuneauJ pieri^blanche 

particulibre affnifonlnie la Loire, et si mSlFe^ que sa 

dur^e moyenne est k peine de deux cents ans. Les 

'♦trous indgaux et nombreux que les in temp ^ries du 

» climat y avaient bizarrement pratiques donnaient au 

O^^TM^intre et aux j ambages de la baie Tapparence des pierres 

vermicul^es de Tarchitecture frangaise et quelque 

ressemblance avec le porche d'une g^le. Au-des--^ 

sus du cintre rdgnait un long bas-relief de pierre dure ytf^v^^ 

1. ^^^^fi^lpt^^j repr^sentant les quatre Saisons, figures ddjk 

•^^^ 2orOTig^es ffJ21!l^J^,J)^f96L.^^ bas-relief ^tait surmontd 

d'une ^flfflfie^lfflffflP^^lr laquelle s'^levaient plu- 

sieurs de ces ^fe^tions jdues au hasard, des r^^ fi^- 

t^ p^e s jaune^|[e5ng8fe^Ties con^jaLt^lus, du plantain, 

et un petitrcerisierSsez haut d^jk. La porte, en 

25 ch^ne massif, brune, dessdch^ej f endue de toutes parts, 

f]^J^ en apparengBj ^A^t. solidement maintenue par le 

systfeme de se^WuioS, qui figuraient des dessins 

^jy^i^JSlMh^ ^^^ grille carr^e^etite, mais k bar- 

reaux«5nf?set rouges de Touinef occupait le milieu 

30 de laoorte^b^tarde et ser aait , p^r ainsi dire^^demotif 

k unnAmfeaSr qui s'y rartacnaBt pjg ^ VsJ ^^^h ^^ 

frappait sur la t6te grimagante d'un majre TioW'fcC^^ 

marteau, de forme oblongue et du genre de ceux que / 
2 




1 8 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, 

nos anc^tres nommarent jaqjggniart, ressemblait k un 
gros point d' admiration ; en Texaminant avec attention, 
un antiquaire y aurait relTQirv^»auelques indices de 
ia figure essentiellement Wufloime qu*il repr^sentait 
jadis, et qu*un long usage avait effac^. Par la petite s 
grille, destin^e k reconnaitre les amis au temps des 
guerres civiles, les curieux poiry lent apercevoir, au 
fond d'une vodte obscur^eWeroatre, quelques marches 
d^grad^es par lesquelles on montait dans un jardin 
que bornaient pi^jy e^fequgp yent ^^WjPf*^ ^pais, hum-io * 
* 4^/5 id^s, pleins de ?n{^ieme!Wet deTcJflfe d'arbustes R^<^wA> 
^!^A^'*'f^ilingres. Ces murs ^taient ceux du rempart, sur 
lequel s'dlevaient les jardins de quelques maisons 
voisines. Au rez-de-chauss^e de la maison, la pibce 
la plus considerable dtait une sa//ed6ntV^ntT6e sei5 
trouvait sous la vodte de la poiS^xac^jpr Peu de 
personnes connaissent Pimportance d'une salle dans 
les petites villes de T Anjou, de la Touraine et du Berri. 
La salle est k la fois Tantichambre, le salon, le cabinet, 
le boudoir, la salle k manger ; elle est le th^itre de la 20 
vie domestique, le foyer commun ; lk{ le coiffeur du 
quartier venait couper deux fois Tan les cheveux de 
M. Grandet ; Ik entnakptdes fermiers, le curd, le sous- 
prdfet, le gar9on TftWiffiP Cette pi^ce, dont les deux 
croisdes donnaient sur la rue, dtait planchdide ; des 25 
panneaux gris, h. moulures antiques, la boisaient de 
haut en bas; son plafond se composait de poutres 
apparentes, dgalement peinte&jsnj |TJ|^dont les entre- 
deux dtaient reiypHg^e hl ^Jhz^tff ^MTTe qui avait 

vieuSrParT^^e cuivre mcrustd d'arabesques 30 
ei^WifflP^rnait le manteau de la cheminde en pierre 
blanche, mal sculptd, sur lequel dtait une glace ver- 
dfttre, dont les cdt^s, coupes ^n biseau pour enmontrer 




EUGENIE GRAKDET. 



19 



[ur, refl^taient un fi^^tJle lyj y , ^ ,^j6 J^ ^Q^^g d'un 

jothique en acier ^amasquine. ZiCS deux 

de cuivre dord qui ddcoraient chacun des 

coins de la cheminde ^taient ^il^Jti^j^Qftf ^ enlevant 
5les roses qui leur servaient deDODecneSr et dont la 




fl ^ * Jjtitresse branche s'adaptait au piddestal de marbre 
*^Cr^*S^ietiitre agenc^ de vieux cuivre, ce piddesial f^rmait: 
— un chandelier pour les petits jours. Ley^sr^&sja^ 




forme antique, ^taient gamis en tapisseries repr^sen- 
10 tant les fables de la Fontaine ; mais il f allait le ^voir 
pour en reconnai^l^ suiafiSjtant les couleurs paj 
et les figurescriKe3s^e rejmses^se voyaient difficile- 

^uatre angles de cette salle se trouvaient 

r,-^pfeces de buffets terinin^spar de 

{^res. Une vieille tablefiajoueHlfen 

iterie, dont le dessus faisait dchiquier, dtait 

plac^e dans le tableau qui s^parait les deux fen^tres. 

Au-dessus de cette tahkvJi* avait un baromfetre ovale # 

des rubans/de bois dQT6,tjSJff 




k bordiu^t noire! 
*^ J 2'opji leaJmwMes 
VWAA^dorTSre en dtai 




s avaient si licencieusemi 



)rt»c>: 






^ k la chemi 

repr^sente 




dtait un problfeme. Sur la^OTonJ|)pos^e 
e,ilieux portraits au pastel ^taient census 
a^ul de madame Grandet, le vieux M. de 

rdts^ran9aises, et 

\^ deux fen^ 

flours rouge, 

s a'^glise. Cette 

harmonic avec les 




la Bertellifere, en lieutenant aux 
25 ddf unt madame Gentillfif ffl T|?r| 
^ tres dtaient drapds des rideajj? ej 

relevds par des cordons de s( 

luxueuse decoration, si peu en 

habitudes de Grandet, avait 6t6 comprise dans Tachat 
30 de la maison, ains i^uc jleilAMKau. le c^tel, le meuble 

.en tajpisseri^t le^jjHBcngWKWn bois de rose. Dans 
!raSeWa plus rSpfMoiee de la porte se trouvait 

une chaise de paille dont les pieds ^talent months sun 




20 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

des patin^ afin d'^lever madame Grandet k upeybgM^^t A t jt^ 
qui lui ♦jygn it Ale ypjr dg s jpasgants. Une trS^^Iefese ^^^^ 
en borsaemenSrer^^tenr^^ Tembrasure, et 

le petit fauteuil d'Eugdnie Grandet ^tait plac^ tout 
auprfes. Depuis quinze ans, toutes les joum^es de la S 
m^re et de la fille s'^taient paisiblement dcouldes k 
cette place, dans un travail constant, k compter du 
mois d'avril jusqu'au mois de novembre. Le i®' de ce 
dernier mois, elles pouvaient prendre leur station 
d'hiver k la chemin^e. Ce jour-lk seulement, Grandet lo 
permettait qu'on allumit du feu dans la salle, et il le 

faisait ^teindre au 31 mars, sans avoir dgard ni aux 

prenyeig^oi jg^du^g pntemps Ji j^yu^ ^jtji^ I'^t^p^^^ ^^ 
\5nQJ^^jmexSxt^^mrei&ii\xQ ^^PlWffaisfi pT&raranP^^J 
du feu d^Jj^^s^^ qu^ 1^ grande Nanon leur r^servait 15 
en usanf^^rajresw, aidait madame et mademoiselle 
Grandet k passer les matinees ou les soirees les plus 
fralches des mois d'avril et d'octobre. La mbre et la 
fille entretenaient tout le linge de la maison, et em- 
ployaient si consciencieusement leurs journ^es k ce2o 
veritable labeur d'ouvri^re, que, si Eugenie voulait 
broder une coUerette k sa mbre, elle dtait forc^e de 
prendre sur ses heures de sommeil en trompant son,.^ 
p^re pour avoir de la lumibre. Depuis longtemps, 
Tavare distribuait la chandelle k sa fille et k la grande 25 

Ji^ ^Ql^i^dClrffT^ Q^'^^ distribuait dbs le matin le pain 
ef^es denrees necessaires k la consommation jour- 
nal i fere. 

La grande Nanon dtait peut-^tre la seule creature hu- 
niaine capable d*accepter le despotisme de son maltre. 30 
Toute la ville Tenviait k M. et madame Grandet. La 
grande Nanon, ainsi nomm^e k cause de sa taille haute 
de cinq pieds huit pouces, appartenait k Grandet depuis 






EUGENIE CRANDET. 21 

trente-cinq ans. Quoiqu'elle n'edt que soixante livres 
dc g3,ges, elle passait pour une des plus riches servantes 
de Saumur. Ces soixante livres, accumuMes depuis 
trente-cinq ans, lui ^v^ent pfiUMisd^lacer rdcemment 
Squatre mille livres OTqpllger oiezniaTtre Cruchot. Ce 
r^sultat des longues et persistantes Economies de la 
grande Nanon parut gigantesque. Chaque servante, 
voyant k la pauvre sexag^naire du pain pour ses vieux 
jours, ^tait jalouse d'elle, sans penser au dur servage 

lopar lequel il avait 6t6 acquis. A Vkge de vingt-deux 
ans, la pauvre fille n'avait pu se placer chez personne, 
tant sa figure dtait repoussante ; et certes ce sentiment 
^tait bien injuste : sa figure eiit ^t^ fort admir^e sur les 
^paule»d'un^enadier de la garde ; mais en tout ilfaut, 

i5dit-on^Ta^ropw5. Toi^e de quitter une ferme incen- 
di^e oil elle gardait les vaches, elle vint k Saumur, oil 
elle chercha du service, anim^e de ce robuste courage 
qui ne se refuse k rien. M. Grandet pensait alors k se 
marier, et voulait d6]k monter son manage. II avisa 

2ocette fille, rebut^e de porte en porte. Juge de la force 
corporelle en sa quality de tonnelier, il devina le parti 
qu'on pouvait tirer d*une creature femelle taillde en 
Hercule, plant^e sur ses pieds comme un ch^ne de 
soixante ans sur ses racines, forte des hanches, carrde 

25 du dos, ayant des mains de charretier et une probity 
goureuse comme T^tait son intacte vertu. Ni les 
errues qui ornaient ce visage Jttrjitiaia ^^ le teint de 
brique, ni les bras nerveux, ni leTnamons de la Nanon 
n'^pouvant^rent le tonnelier, qui se trouvait encore 

30 dans Vkge oli le coeur tressaille. II v^tit alors, chaussa,* 
nourrit la paAvrefiUe^Juidonna des gages, et Temploya 
sans trop la^ftroyel^'En se voyant ainsi accueillie, 
la grande Nanon pleura secr^tement de joie, et s'attacha 






22 ScfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

sinc^rement au tonnelier, qui, d'ailleurs, Texploita f^o- 
dalemAjByU^j^^soniaisait tout : ellefaisait la cuisine, elle 
faisapnHnBuees,^lle allait laver le linge k la Loire, 
le rapportait sur ses ^paules ; elle se levait au jour, se 
couch ait tard ; faisait k manger ^^^| I ^ sje ndangeiys 
pendant les r^coltes, surveillait lit nwleboRWs ; a?ren- 
dait, comme un chien fidble, le bien de son maitre ; 
enfin, pleine d'une confiance aveugle en luj, 
ob^issait sans murmure k ses fantaisies les plus 
nues. Lqi^ de la^ameuse annde 1811, dont la rdcolteio 
codta des'TreWfeSihouies, aprbs vingt ans de service, 
Grandet r^solut de donner sa vieille montre k Nanon, 
seul present qu'elle re^ut jamais de lui. Quoiqu^il 
lui abandonnit ses vieux souliers (elle pouvaiL ^^iji^^JL^ 
mettre), il est impossible de considdrer le profir|nnPi5^^P 
estriel des souli^^^e Grandet comme un cadeau, tant 
ilsJI^taienruS^sl^La n^cessitd rendit cette pauvre fille 
^^AJBA/n/mxe, que Grandet avait fini par Taimer comme on 
' aime un chien, et Nanon s'^tait laissd mettre au cou un 
collier garni de pointes dont les piqdres ne la piquaient 20 
plus. Si Grandet coupait le pain avec un peu trop de 
parcimonie, elle ne s'en plaignait pas ; elle participait 
gaiement aux profits hygidniques que procurait le regime 
s^vbre de lamaison, oh jamais personne n'^tait malade. 

Puis la Nanon ^^^saitMitie dt ^A^ffiU^* ^^^^ riaitzs 
quand riait Grandet, ffltrBfflsSl^ KrSiqPic chauffait, 
travaillait avec lui. Combien de douces compensations 
dans cette ^g a^jH^]^ ^Jtf^ii&}^ maitre n'avait reprochd 
k la servante S^B^^^^^ ^^ T^^t fir V'g^^- ni le si*'^-^ 
* prunes oii'lW^WfflonSmaneds sous rarbre.''Vvt#W>^^^i^^^ 

— AUons, r^gale-toi, Nanon, lui disait-il dans les 
ann^es oti les branches pliaient sous les fruits, que les 
fermiers ^taient obliges de donner aux cochons. ^fJ^TlA 



£ug£nie grandet. 23 

Pour une fille des champs qui dans sa jeunesse n'avait 
r^colt^ que de mauvais traitements, pour une pauvresse 
recueillie par charity, le rire Equivoque du p^re Grandet 
dtait VjW^^I^Jpn de soleil. D'ailleurs, le cceur simple, 
f\jO^/Cfj!S/ t^te elrafR^de Nanon ne pouvait contenir qu'un 
sentiment et une id^e. Depuis trentertcinc^ans, elle 
se voyait toujours arrivant devant le^mmfer de M. 
Grandet, pieds nus, en haillons, et entendait toujours 
le tonnelier lui disant : " Que voulez-vous, ma mi- 

lognonne ? " et sa reconnaissance ^tait toujours jeune. 
Quelquefois, Grandet, songeant que cette pauvre crea- 
ture n'avait jamais entendu le moindre mot flatteur, 
qu'elle ignorait tous les sentiments doux que la femme 
inspire, et pouvait comparaltre un jour devant Dieu, 

15 plus chaste que ne Tdtait la vierge Marie elle-m^me, 
Grandet, saisi de piti^, disait en la regardant : 
— Cette pauvre Nanon ! 

Son exclamation dtait toujours suivie d'un regard 
ind^finissable que lui jetait la vieille servante. Ce mot, 

2odit de temps k autre, formait depuis longtemps une 
chatne d'amiti^ non interrompue, et k laquelle chaque 
exclamation ajoutait ujj chai^n. ft ^^tte^^ti^ plac^e 
au coeur de Grandet et A>r ise ^^j Bfiy P^^^ vieille 

fille, avait je ne sais quoi d'horrible. Cette atroce 

2spitie d'avare, qui r^veillait mille plaisirs au cceur du 
vieux tonnelier, ^tait pour Nanon sa somme de bonheur. 
Qui ne dira pas aussi : " Pauvre Nanon I " Dieu 
reconnaitra ses anges aux inflexions de leur voix et de 
leurs mystdrieux regrets. II y avait dans Saumur une 

3ogrande quantity de manages 011 les domestiques ^taient 
mieux trait^s, mais ou les maitres n'en recevaient 
n^anmoins aucun contentement. De Ik cette autre 
phrase : *^ Qu'est-ce que les Grandet font done k leur 



dSM 



seule chandelle suffisait k la famille noiu^La 
\^<MiyVW iBTOgf eblaird par un T our^fesoim rSnce. Sa : 



24 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

grande Nanon, pour qu'elle leur soit si attacWe? 
Elle passerait dans le feu pour eux ! " Sa cuisine, dont 
les fen^tres grilleds donnaient sur la cour, ^tait toujours 
propre, nette, froide, veritable cuisine d'avare 011 rien 
e devait se perdre. Quand Nanon avait lavd sa s 
aisselle, serr^ les restes du diner, eteint 3PRife}J*.clle 
quittai^s^cuisiAg. s^arde de la salle par i^ncouulif^ et 
venaiffHerMu oftnvrei aupr^s de ses maitres. Une 
seule chandelle suffisait k la famille ppur^la soiree. 

Hans un 10 
Sa robuste 
sant^ lui permettait d'habiter impune'ment cette espfece 
de trou, d'oli elle pouvait entendre le moindre bruit par 
le silence profond qui rdgnait nuit et jour dans la 
maison. Elle devait, comme un dogue charg^ delais 
police, ne dormir que d*une oreille et se reposer en 
veillant. 

La description des autres portions du logis se trou- 
vera li^eaiix to^ements de cette histoire ; mais d'ail- 
leurs le*©oqm?^ie la salle ou ^clatait tout le luxe du 20 
manage pent f aire soup9onner par avance la nudit6 des 
Stages supferieurs. 

En 18 19, vers le commencement de la soiree, au 
milieu du mois de novembre, la grande Nanon alluma 
le feu pour la premiere fois. Uautomne avait 6ik ixhs- 25 
beau. Ce jour ^tait un jour de f^te bien connu des 
cruchotins et des grassinistes. -^ssi le|Ljixanta«- '.^^ 
nistes se prdparaient-ils k veniryarm^aeromespft^ 
pour se rencontrer dans la salle et s'y surpasser en 
preuves d'amiti^. Le matin, tout Saumur avait vu3a 
madame et mademoiselle Grandet, accompagn^es de 
Nanon, se rendant k I'dglise paroissiale pour y entendre 
la messe, et chacun se souvint que ce jour ^tait Tanni- 



EUGENIE GRANDET. 25 

versaire de la naissance de mademoiselle Eugenie. 
Aussi, calculant Theure ou le diner devait finir, maitre 
Cruchot, Tabbe Cruchot et M. C. de Bonfons s'em- 
pressaient-ils d'arriver avant les des Grassins pour 
Sf^ter mademoiselle Grandet. Toua^to^sApport^nt 
d'^normes bouquets cueillis dans leurq35eTite?^rres7 La 
queue des fleurs que le president voulait presenter dtait 
ing^niegsitoent en veloppde d'un ruban de satin blanc 
orn6 d^pa(ngB?^d'or. Le matin, M. Grandet, suivant 

10 sa coutume pour les jours m^morables de la naissance 
et de la f^te d' Eugenie, dtait venu la surprendre au lit, 
et lui avait solennellement offert son present paternel, 
consistant, depuis treize ann^es, en une curieuse pi^ce 
d'or. Madame Grandet donnait ordinairement k sa 

i5fille une robe d'hiver ou d'dtd, selon ia ^gcpnfitance. 
Ces deux robes, les pifeces d'or qu'elle recolllr au pre- 
mier jour de Tan et k la f6te de son p^re, lui compo- 
saient un petit revenu de cent ^cus environ, que Gran- 
det aimait k lui^vpir entasser. N'^tait-ce pai mettre 

20 son g^rgeJ^^^d^LlpyCaBBft 7[^s ^ une autre, et, pour ainsi 

•^ dire^oJlevCT&la DTOcMfte " ' alvr ar ice de son hdriti^re, k 
laquelle il demandait parfois compte de son trdsOi, 
autrefois grossi par les la Bertellibre, en lui disant : 
— Ce sera ton douzain de mariage. 

25 Le douzain est un antique usage encore en vigueur 
et saintement conserve dans quelques pays situds au 
centre de la France. En Berri, en Anjou, quand une 
jeune fille se marie, sa famille ou celle de Tdpoux doit 
lui donner une bourse oh se trouvent, suivant les for- 

30 tunes, douze pieces, ou douze douzaines de pieces, ou 
douze cents pieces d'argent ou d'or. La plus pauvre 
des berg^res ne se marierait pas sans son douzain, ne 
fiit-il compost que de gros sous. On parle encore k 



26 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

Issoudun de je ne sais quel douzain offert k une riche 
h^ritibre et qui contenait cent quarante-quatre portu- 
gaises d'or. Le pape Clement VII., oncle de Cathe- 
rine de M^dicis, lui fit present, en la mariant k Henri 
II., d'une douzaine de mddailles d'or antiques de la 5 
plus grande valeur. 

Pendant le diner, le pbre, tout joyeux de voir son 
Eugenie plus belle dans une robe neuve, s'^tait ^cri^ : 

— Puisque c'est la f^te d^Eug^nie, faisons du feu 1 
ce sera de bon augure. 10 

I — Mademoiselle se mariera dans Tann^e, c'est sdr, 

^^it l a^ jyramii* Nanon en remportant les restes d'une oie^fJlT^ 
^ P^Terafsannre^lgpn^lietg .^^ ^ ^ ^ 

3 %1MA^ ^'^'^^J^^^VSfS jEmt de parti pour elle k Saumur, 
^ r^pondit madame Grandet en regardant son mari dun 15 

I air timide, qui, vu son Hge, aniKmgu^^ea|^re servi- 

' tude conjugale sous laquell^jgemissai^& pauvre 

femme. 
! Grandet contempla sa fille et s'^cria gaiement : 

— Elle a vingt-trois ans aujourd'hui, Tenf ant ; il fau- 20 
1 dra bientot s'occuper d'elle. ^ 

j^ 1.0 f HS^ & iPfi t'^^-^^^ ^ - jet^rent silencieusement un 
^C^^\ A 'Joup croeii yinteliig5nce.!s. 

Madame Grandet etai^M^mn^sfecke^ maigre, 
jaune comme u^^ToflSgJ^OTJ^J' lent?]un^ de ces25 
femmes qui semblent faites pour ^tre t)n:annis6es. 
Elle avait de gros os, un gros nez, un gros front, de 
gros yeux, et offrait, au p rgm f i| | g sy pect, une vague res- 
semblance avec ces fruits ^oSnnefx qui n*ont plus ni 
saveur "L&HSiiy^yfdent^ jt y^nt noires et rares, sa3o 
A boifch|LiStriaSj^n mCntonaffectait la forme dite 

• ■^^AH^reP'^ioHrer C'^tait une excellente femme, une vraie 
T la Bertellifere. L'abb^ Cruchot savait trouver quelques 



EUGENIE GRANDET. 2} 

occasions de lui dire qu'elle n'avait pas 6t6 trop mal, 
et elle le croyait. Une douceur angdlique, une resi- 
gnation d'insecte tourmentd par des enfants, une pi^t^ 
rare, une inalterable egalit^|2d'4me, un bon coeur, la 
Sfaisaient universellement/pfliBfte et respecter. Son 
mari ne lui donnait jamais plus de six francs k la 
fois pour ses menues d^penses. Quoique ridicule en 
apparence, cette femme qui, par sa dot et ses succes- 
sions, avait apportd k M. Grandet plus de trois cent 

lomille francs, s'^tait toujours sen tie si profonddment 
humilide d'une d^pendance |t dUunjil^isme contre 
lequel la douceur de son ime iJnnrerfflSait de se r^vol- 
ter, qu'elle n'avait jamais demand^ un sou, ni fait une 
observation sur les actes quei^gfe^ tre Cruchot lui pr^- 

issentait k signer. Cette fi5cP"sOTle et secrfete, cette 
noblesse d'ime constamment m^connue et blessde 
par Grandet dominaient la conduite de cette femme. 
Madame Grandet mettait invariablement une robe de 
l eyy itine verditre, qu'elle' s'^tait accoutumde k faire 

2odurer prfes d'une ann^e ; elle portait un grand figjui de 
cot^nmekteblanche, un chapeau de^ pailly^gWigiBt et 
gardait presque toujours unn^TBr'de taffetas noir. 
Sortant peu du logis, elle usait peu de souliers. Enfin, 
elle ne voulait jamais rien pour elle. Aussi Grandet, 

25saisi pa^iiois^iln remords en se rappelant le long 
temps eSouifclepuis le jour oil il avait tionn^^ucfrancs 
k sa femme, stipulait-il toujours desf dpmgles pjtr elle 
en vendant ses r^coltes de Tann^e. Les quatre ou cinq 
louis offerts par le Hollandais ou le Beige acqj^^r^ y ,^T wfr 

30 de la vendange Grandet formaient le plus clwWles^ 
revenus annuels de madame Grandet. Mais, quand 
elle avait re^u ses cinq louis, son mari lui disait sou- 
v.ent, comme si leur bourse Qdt 6t6 commune : '' As-tu 



I 



28 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

quelques sous a me prater ? " et la pauvre femme, heu- 
reuse de pouvoir faire quelque chose pour un homtne 
que son confesseur lui reprdsentait com me son seigneur 
et maitre, lui rendait, dan^ le courant de Thiver, quel- 
ques 6c\xs sur Targent des dpingles. Lorsque Grandet 5 
tirait de sa poche la pi^ce de cent sous allou^e par 
mois pour les menues d6penses, le fil, les aiguilles et la 
toilette de sa fille, iLne manquait jamais, aprfes avoir 
boutonnd son^mssSt^de dire k sa femme : 

— Et toi, la m^re, veux-tu quelque chose ? 10 

— Mon ami, r^pondait madame Grandet, anim^e par 
UA sentiment de dignity matemelle, nous verrons cela. 

Sublimit^ perdue ! Grandet se croyait trbs-g^n^reux 
envers sa femme. Les philosophes qui rencontrent 
des Nanon, des madame Grandet, des Eugenie, neJS 
sont-ils pas en droit de trouver que Tironie est le fond 
du caract^re de la Providence ? Apr^s ce diner, oh, 
pour la premibre fois, il fut question du matjag g^^^§|i^ v 
g^nie, Nanon alia chercher une bouteille decSsSs <3Si s^^^"^^ 
la chambre de M. Grandet, et manqua de tomber en 20 
descendant. 

— Grande /b^te , lui dit son maitre, est-ce que tu te 
laisseraisranw c6mme une autre, toi ? 

— Monsieur, c'est cette marche de votre escalier qui 
ne tient pas. 25 

— Elle a raison, dit madame Grandet. Vous auriez 
dt la fajretaccommpd^^ longtemps. Hier, 
Eug^nie^Wafflr VfVimeflf'^^^^ 

— Tiens, dit Grandet k Nanon en la voyant toute 
pale, puisque c'est la naissance d' Eugenie, et que tu as 30 
manqu^ de tomber, prends un jaetk^^erre de cassis pour 

te remettre>*«U>'l;'^ 'J^"^-^^®^ 

— Ma foi, je Tai bien gagnd, dit Nanon. A ma place, 



EUG6NIE GRANDET. 29 

il y a bien des gens qui auraiei^Qgassd la bouteille ; 
mais je me serais plutot cassd lenSTOoe pour la tenir 
en Tair. 

— C'te pauvre Nanon ! dit Grandet en lui versant 



dit Eugenie en la regardant 





avecint^ret. • 5-^4jaJt>^ ^-V-^* ^ ^tt^-? 



10 — Eh bien, puisque c'est la naissance d' Eugenie, dit 
Grandet, je vais vous raccommoder votre marche. 
Vous ne savez pas, vous autres, mettre le pied dans le 
coin, k Tendroit ou elle est encore solide. 

Grandet prit la chandelle, laissa sa femme, sa fille et 

i5sa'servantesans autre lumidre que aeUei ^4wft/overaui 
jetait de vives flammes, et alia dansTfe iburinl cnercner 
des planches, des clous et ses outils. 

— Faut-il vous aider ? lui cria Nanon en Pentendant 

frapper dans ^'if^^Arx^.^^^ u\t^ 
^«.i^ 20 — Non! nowr^rSFcoxmaii, r^onoit rancien ton- 
nelier. 
^^^Au r^ Qgie nt oh GrnL/td^ycacipommodait lui-m^me son 
^^^^'^^cSrer^^ ermo ulu/er ^^^^^ 9 tue-tdte en souvenir de 
ses jeunes ann^es, les trois Cruchot frapp^rent k la 
25porte. 

— C'est-y vous, monsieur Cruchot ? demanda Nanon 
en regardant par la petite grille. 

— Oui, r^pondit le president. 

Nanon ouvrit la porte, et la lueur du foyer, qui se 

3orefldtait sous la voiite, permit aux trois Cruchot d'aper- 

cevoir Tentr^e de ^^^^^ yA^llyt 

— Ah ! vous ^tes oesTfiteux, leur di 



L^teux, leur dit Nanon en sen- 



ejv^jagl* les fleurs. 



■% 



3© SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Excusez, messieurs, cria Grandet en reconnaissant 
i lataVoix df ses amis, je suis k vous ! Je ne suis pas fier, 

V^-ft^<4??afisfof^ moi-m^me une marche de mon e^cal^ej.^ l 

— Faites, faites, monsieur Grandet ! ChSfVmnieresi^ 
maire chez lui, dit sentencieusement le president, en S 
riant tout seul de son allusion que personne ne comprit. 

Madame et mademoiselle Grandet se levbrent. Le 
president, profitant de Tobscurit^, dit alors k Eugenie : 

— Me permettez-vous, mademoiselle, de vous souhai- 
ter, aujourd'hui que vous venez de naltre, une suite lo 
d'ann^es heureuses, et la continuation de la sant^ dont 
vous jouissez ? 

^^i^ffrit ^g.ff^Q^ bouquet daȣeurs rares k Saumur; 
puisrftfrfnfirh^ritifere par \SnMfffx(^\ Tembrassa des 
deux cotds au cou, avec une conyjlaj^nce qui renditis 
honlguse. Le president, qui ressemblait k un^«» 

'fea\cloun^|^, jyqy aij ^in si faire sa cour. •» 

— Ne vouS*§lSek^ pas, dit Grandet en rentrant. 
Comme vous y allez les jours de f^te, monsieur le ^m 
president ! 20 

— Mais, avec mademoiselle, r^pondit Tabb^ Cruchot, 
armd de son bouquet, tous les jours seraient pour mon 
neveu des jours de f^te. 

L'abb^ baisa la main d'Eug^nie. QjJJ^^kmaltre 
Cruchot il embrassa la jeune fille tout bufmeiiipflN sur 25 

fPn^ '^mA fiRComraP^*TO8B'prti^e,'5a I Tous les ans douze — 
mois. 

En repla9ant la lumibre devant le cartel, Grandet, 
qui ne quittait jamais une plaisanterie et la rdpdtait ^30 
sati^t^ quand elle lui semblait drole, dit : 

— Puisque c'est la f^te d' Eugenie, allumons les flam- 
beaux 1 




EUGENIE GRANDET. 31 

H 6ta^jbkneugf ment les branches des candelabres, 
mit la 'rfoBlcnel chaque pi^df st^f*t^t d^ mains de 
Nanon .un^ chgjidelle ^n^uve iwQinfuEfiu§Arn bout de 




papier, l?KcIraaans iS^of, rjBsufa/Tamima, et vint 
5s'asseoir k c6t6 de sa femme, en regardant alternative- 




>«^ 



en avan9ant ses pieds bien chauss^s dans de fort sou- 
10 Hers k agrafes d'argent : 

— Les des Grassins ne sont pas venus ? 

— Pas encore, dit Grandet. 

— Mais doivent-ils venir ? demanda le-yieux notaj 
• en faisant grimacer sa face troue^^gnimj^ jiy^ fcu- 

— Je le crois, r^pondit madame Grandet. 

— Vos vendanges sont-elles finies ? demanda le pre- 
sident de Bonfons k Grandet. 

- Partout ! lui dit le vieux vigneron, en se levant 
^2opoui|£ie^^mfin^rjdp long en long dans la salle et se 
aussanrre nrorS^ar un mouvement plein d'orgueil 
comme son mot : partout ! 

Par la porte du couloir qui allait h la cuisine, 11 vit 
alors la grande Nanon, assise k son feu, ayant une 
25 lumi^re et se pr^parant k filer Ik, pour ne pas se mdler 
II la f^te. 

— Nanon, dit-il en s'avan^ant dans le couloir, veux- 
tu bien ^teindre ton feu, ta lumibre, et venir avec 
nous ? Pardieu ! la salle est assez grande pour nous 



tous. 







«• — Mais, monsieur, vous aurez du beau'mond v 

"i^- — Ne les vaux-tu pas bien ? lis sont de la cdte 

i' Adam tout comme tol \kAi4| Jij^K\jS H^iA\ 



i(i^\ 



32 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

Grandet revint vers le president et lui dit : 

— Avez-vous vendu votre r^colte ? 

— Non, ma foi, je la garde. Si maintenant le vin 
est bon, dans deux ans il sera meilleur. Les propria 
taires, vous le savez bien, se sont jurd de tenirjgyanx 
tonvenus, et, cette ann^e, les Beiges ne r^SporteftlR 
pas sur nous. S'ils s'en vont, eh bien, ils reviendront. 

— Oui mais tenons-nous bien, dit Grandet d'un ton 
qui fit fr^mir le prisidei 



— Serait-il en ilftfcn^pensa Cnichot^ 10 
En ce moment, un coup de 'mStfteau annon9a la 

famille des Grassins, et leur arrivde interrompit une 
conversation commenc^e entre madame Grandet et 
Tabb^. 

Madame des Grassins ^tait une de ces petites femmes ^5 
vives, dodues, blanches et roses, qui, grice au r^- "■ 
gime claustral des provinces et aux habitudes d^^une 
vie vertueuse, se sont conserv^es jeunes encore k qua- 
rante ans. EUes sont comme ces derni^res roses de 
Tarribre-saison , dont la vue fait plaisir, mais dont les 20 

pdtales ont je ne jais q u^j fe2*4filir fi ifi?^ ^^ parfum 
s'affaiblit. Elle^^mftmiWflezmenTiaisait venir ses * 
modes de Paris , donnait le ton k la ville de Saumur, 
et avait des soirees. Son mari, ancien quartier-maitre 
dans la garde imp^riale, grifevement blessd k Austerlitz25 
et retraitd, conservait, malgr^ sa consideration pour *■ 
Grandet, Tapparente franchise des militaires. 

— Bonjour, Grandet, dit-il au vigneron en lui tendant 
la main et affectant une sorte de sup^rioritd sous la- 

^^ Wv^uelle il dcrjgaittou jours les Cruchot. — Mademoiselle, 30 
dit-il k Eug^ie aprfes avoir salu^ madame Grandet, 
vous 6tes toujours belle et sage, je ne sais, en vdrit^, ce ■■ 
que Pon peut vous souhaiter. 



EUGENIE GRANDET. ^^ 



Puis il prdsenta une petitjicaissfiij^spn domes tique 
portait, et qui contenait un3Wuyef?au Cap, fleur nou- 
vellement apport^e en Europe et fort rare. 

Madame des Grassins embrassa trbs affectueusement 
5 Eugenie, lui serra la main et lui dit : 

— Adolphe s'est chargd de vous presenter mon petit 
souvenir. 

Un grand jeune homme blond, pdle et fr^le, ayant 
d'assez bonnes fagons, timide en apparence, mais^jiuL a^ /L \ 
lovenait de d^penser k Paris, oh il ^tait all^ fafffe^ofi^i 
» droit, huit ou dix mille francs en sus de sa pension, 
s'avan9a vers Eugenie, Tembrassa sur les deux joues, 
' et lui <^&itungboite k ouvrage dont tous les ustensiles A ^ 
^ ^taiei^t^My(§£g StL\^Ut ^t>le marchandise de pacotille, ^•^^'^j 
15 malgW*r?cS5DTr siir lequel un E. G. gothique assez 
bien gravd pouvait faire croire k une fa9on trfes-soi- 
gnde. En Pouvrant, Eugenie eut une de ces joies ines- 
p^rdes et completes qui font rougir, tressaillir, trembler 
d'aise les jeunes filles. Elle tourna les yeux sur son 
2opfere, comme pour savoir s'illui ^tait permis d'accepter, 
et M. Grandet dit un " Prends, ma fille ! " dont Taccent 
edt illustr^ un acteur. Les trois Cruchot rest^rent 
stup^faits en voyant le regard joyeux et anim^ lanc^ 
sur Adolphe des Grassins par I'h^ritifere, k qui de sem- 
25blables richesses parurent inouies. 

M. des Grassins offrit h. Grandet une prise de tabac, 
en saisit une, secoua les grains tomb^s sur le ruban de 
la Legion d'honneur attach^ k la boutonnifere de son 

habit bleu, gyi s I?g ^E^%4ig^SHBiiPM^^^ ^^^ ^^^ ^^"'^ 
3oblait dire : ^InSrSSmSicetteDa?^^ des 

Grassins jeta les yeux sur les boSeuxDl^s oh ^taient 
les bouquets des Cruchot, en cherchant leurs cadeaux 
^vec la bonne fgL ioude d'une femme moqueuse. Dans 



i 



vSvSfe^ 



34 SCkNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

cette conjoncture delicate, Tabbd Cruchot laissa la 
soci^td s'asseoir en cercle devant le feu et alia se 
promenerau fond de la salle avec Grandet. Quand 
ces deux vieillards furent dans I'embrasure de la fe- 
n^tre la plus ^loignde des des Grassins : 

— Ces gens-1^, dit le pr^tre k Toreille de 
jettent Targent par les fen^tres. f §tiiSk*/ 

— Qu'est-ce que cela fait, s*il rentre dans ma xlave^^ 
r^pliqua le vieux vigneron. 

— Si vous vouliez donner des ciseaux d'or k votre lo 
fille, vous en auriez bien le moyen, dit Tabbd. 

— Je lui donne mieux que des ciseaux, r^pondit 

Grandet. M^fM^^ 

— Mon neveu est une crucne, P^ff ^1^1|bd^ regar- 
dant le president, dont les cheveuxxcWmneMiJomtaient 15 
encore k la mauvaise grice desa^^Arsion^ie brun^^aJJF' 
Ne pouvait-il invejf: ^^ ufl ej)e]j fflWB^ 4^!"^™du prix f^--»^ 

— Nous aliens lafT^vlfffe Jparue, inadame Grandet, ^m 
dit madame des Grassins. 

— Mais nous sommes tous rdunis, nous powoons deux 20 
tables. . . 

— Puisque c'est la f^te d'Eug^nie, faites votre loto 
g^n^ral, dit le p^re Grandet, ces deux enfants en seront. 

L'ancien tonnelier, qui ne jouait jamais k aucun jeu, 
montra sa fille ^et Adolphfa> 25 

— Aliens, Nanon/mHsrai tfbles. ^ 

— Nous aliens vous aider, mademoiselle Nanon, 
dit gaiement madame des Grassins, toute joyeuse de 
la joie qu'elle avait causae k Eugenie. 

— Je n'ai jamais de ma vie iti si contente, lui dit 30 
rh^ritibre. Je n'ai rien yu de si joli nulle part. 

— C'est Adolphe qui Pa rapport^e de Paris et qui 
Ta choisie, lui dit madame des Grassins k roreille. 



J 1^ , akug£nie grandet. 31; 

l<fl^ IM^ ^^ ^AwtU 

^ — Va,Ta ton train, damn^e intrigante! se disait le 
president ; si tu es jamais en procfes, toi ou ton mari, 
votre affaire aura du mal k ^tre bonne. 

Le notaire, assis dans son coin, regardait Tabb^ d'un 
5 air calme en se disant : fi^tSt^yUL^ 

— Les des Grassins ontbea uf aire. ma fortune, celle de 

mon frbre et celle de mon neveu montent en somme It 

onze cent mille francs. Les des Grassins en ont tout au 

plus la moiti^, et ils ont une fille : ils peuvent offrir ce 

loqu'ils voudronti h^ritibre et cadeaux, tout sera pour 

nous un jour. 

g^^j^ huit heures et demfe du soir, deux tables ^taient 

{Qm^ dfllss^es. La jolie madame des Grassins avait r^ussi 

k mettre son fils k c6t6 d' Eugenie. Les acteurs de 

rence, mums de cartons DaiWlW, l^iiires, et^ae ^etowy^^^^** 
en verre bleu, semblaient dcouter les plaisanteries du 
vieux notaire, qui ne tirait pas un numdro sans faire 
une remarque ; mais tous pensaient aux millions de 

20 M. Grand^tXe vieux tonnelier contemplait vaniteuse- 
ment leslpTuraes roses, la toilette fraiche de madame 
des Grassins, la t^te martiale du banquier, celle 
d^Adolphe, le president, Tabb^, le notaire, et se disait 
int^rieurement : 

25 — lis sont Ik pour mes dcus. lis viennent s'ennuyer 
ici pour ma fille. H^ I ma fille ne sera ni pour les uns 
ni pour les autres, et tous ces gens-lk me servent de 
harpons pour p^cher 1 

Cette gaietd de famille, dans ce vieux salon gris, mal 

3o^clair^ paiji^d^ px jiclj^j^i^^ s ; ces rires, accompagn^s 
par le hrmPWf^auSraff^ la grande Nanon, et qui 
n'^taient sincferes que sur les Ifevres d'Eug^nie ou de sa 
m^re ; cette petitesse jointe k de si grands intdr^ts ; 



36 scI:nes de la vie de province. 

cette jeune fille qui, serablable k ces oiseaux victimes 
du haut prix auauel on l es met et qu'ils ignorent, se 
trouvait traqu^e l^erree par ' aes preuves d'araiti^ dont 
elle ^tait la dupe : tout contribuait k rendre cette sc^ne 
tristement comique. N'est-ce^sd'aill|ur|jw6esc^e 5 
de tous les temps et de tous l^ireux, maSffftneneeasa 
plus simple expression ? La figure de Grandet ex- 
ploitant le faux attachement des deux families, en tirant 
dMnormes profits, dominait ce drame et T^clairait. 
N'etait-ce pas le seul dieu moderne auquel on ait foi, 10 
r Argent dans toute sa puissance, exprimd par une seule 
physionomie ? Les doux sentiments de la vie n'occu- 
paient Ik qu'une place secondaire ; ils animaient trois 
coeurs purs, ceux de Nanon, d'Eugdnie et de sa mfere. 
Encore, combien d'ignorance dans leur naivetd ! Eugenie 15 
et sa mfere ne savaient rien de la fortune de Grandet, 
elles n'estimaient les choses ckla vie qu'k la lueur 
de leurs piles id^es, et ne pRsaieiu ni ne mdprisaient 
Targent, accoutunpi^s quizes dtaient k s'en passer. 
Leurs sentimentS^lQofssesSrleur insu, mais vivaces, le 20 
secret de leur existence, en faisaient des exceptions 
curieuses dans cette reunion de gens dont la vie ^tait 
purement mat^rielle. Affreuse condition de Thomme ! 
il n'y a pas un de ses bonheurs qui ne vienne d'une 
ignorance quelconque. Au moment oil madame25 
Grandet gagnait un lot de se iz £ sous, le plus consid6- 
rable qui etit jamais e^cpOTWrkns cette salle, et que la 
grande Nanon riait d'aise en voyant madame empo- 
chant cette riche somme, un coup de marteau retentit k 
la porte de la maison et y fit un si grand tapage, que 30 
les femmes sautbrent sur leurs chaises. 

— Ce n'est pas un homme de Saumur qui frappe 
^nsi, dit le nQtaire. 



EUGENIE GRANDET. 37 

— Peut-on cognir comme 9a 1 dit Nanon. Veuleht- 
ils casser notre porte ? 

— Quel diable est-ce ? s'dcria Grandet. 

Nanon prit une des deux chandelles et alia ouvrir, 
5 accompagn^e de Grandet. 

— Grandet ! Grandet I s'^cria sa f emme, qui, pouss^e 
par un vague sentiment de peur, s'dlan9a vers la porte 
de la salle. 

Tous les joueurs se regardferent. 
10 — Si nous y allions ? dit M. des Grassins. Ce coup 
de marteau me paratt malveillant. 

A peine fut-il permis k M. des Grassins i'^PSTP^v^ 
AA t-D ^^ fig ure^'j yn jeune homme f^^fW^iSP"^ dtmSfe'drrles 
^^rH^ftgr 'nes^^Py ubui portait deuJ^Wanesenormes et trainait 
teslErcsde nujt' Grandet se retourna brusquement 
vers sa femme et lui dit : 

— Madame Grandet, allez h, votre loto. Laissez-moi 
m'entendre avec monsieur. 

Puis il tira vivement la porte de la salle, oli les joueurs 
2oagit^s reprirent leurs places, mais sans continuer le jeu. 

— Est-ce quelqu'un de Saimiur, monsieur des 
Grassins ? lui dit sa femme. 

— Non, c'est un voyageur. 

— II ne pent venir que de Paris. 
25 — En effet, dit le notaire en tirant sa vieille montre 

^paisse de deux doigts et qui ressemblait k un vaisseau 
hollandais, i\ est neuJ^e-s-Jkeures. PesteJ laxiiligence du 
Grand Bureau n'est jamais en retard, 'w^^^ 

— Et ce monsieur est-il jeune ? demanda Tabb^ 
30 Cruchot. 

— Qui, r^pondit M. des Grassins. II apporte des 
bagages qui doivent peser au moins trois cents kilos. 

— Nanon ne revient pas, dit Eugdnie, 



38 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Ce ne peut ^trequ'un de vos parents, dit le presi- 
dent. ^fliS!»?^ 

— Faisons'rcspmjes^ s'^cria doucement madame 
Grandet. A sa voix, j*ai vu que M. Grandet ^tait 
contrari^ ; peut-^tre ne serait-il pas content de s'aper- 5 
cevoir que nous parlons de ses affaires. 

— Mademoiselle, dit Adolphe k sa voisine, ce sera 
sans doute votre cousin Grandet, un bien joli jeune 
homme que j'ai vu au bal de M. de Nucingen. 

Adolphe ne continua pas, sa mfere lui marcha sur 10 
le pied ; puis, oijm^emandant k haute voix deux sous 

pour sa mise ^^^^Yt .Jr- 

— Veux-tu te^^rairejgirand nigaud ! lui dit-elle \ 
I'oreille. 

En ce moment, Grandet rentra sans la grande Nanon, 15 
dont le pas et celui du facteur retentirent dans les esca- 
liers ; il dtait suivi du voyageur qui depuis quelques 
instants excitait tant de curiosity et pr^occupait si 
vivement les imaginations, que son arriv^e en ce logis 
et sa chute aujnili^de ce mondc oeut 6tre comparee2o 
k celle d'un coymafcofi dans une^MJcne, ou k Tintroduc- 
tion dTin paon^ans quelque obscure basse-cour de 
village. 
. — Asseyez-vous auprbs du feu, lui dit Grandet. 

Avant de s'asseoir, le jeune Stranger salua tr^s-gra- 25 
cieusement TassembMe. Les hommes se leverent pour 
r^pondre par une inclination polie, et les femmes firent 
une r^v^rence cdr^monieuse. 

— Vous avez sans doute froid, monsieur ? dit 
madame Grandet ; vous arrivez peut-^tre de . . . ? 30 

— Voilk bien les femmes ! dit le vieux vigneron en 
quittant la lecture d'une lettre qu41 tenait k la main ; 

\ laissez done monsieur se reposer. 



EUGENIE GRANDET. 39 

— Mais, mon pbre, monsieur a peut-^tre besoin de 
quelque chose, dit Eugenie. 

— II a une langue, r^pondit sdvbrement le vigneron. 
L'inconnu fut seul surpris de cette scbne. Les autres 

5 personnes ^taient faites aux fagons despot iques du bon- 
homme. N^anmoins, quand ces deux demandes et ces 
deux rdponses furent ^chang^es, Tinconnu se leva, prd- 
sente^ dos au feu, leva Tun de ses pieds pour chauffer 
liWemene de ses bottes, et dit k Eugenie : 
10 — Ma cousine, je vous remercie, j'ai din^ k Tours. 
Et ajouta-t-il en regardant Grandet, je n'ai besoin de 
rien, je ne suis m6me point fatigu^. 

— Monsieur vient de la capitale ? demanda madame 
des Grassins. 

15 M. Charles, ainsi se nommait le fils de M. Grandet, 
de Paris, en s'entendant interpeller, prit un petit lor- 
gnon suspendu par une chaine k son cou, Tappliqua 
sur son ceil droit pour examiner et ce qu'il y avait sur 
la table et les personnes qui y dtaient assises, lorgna 

20 fort impertinemment madame des Grassins, et lui dit, 
aprbs avoir tout vu : 

— Oui, madame. — Vous jouez au loto, ma tante, 
ajouta-t-il ; je vous en prie, continuez votre jeu, il est 
trop amusant pour le quitter. . . 

25 — J'^tais siire que c'^tait le cousin, pensait madame 
des Grassins en lui jetant de petites oeiljades. 

— 47, cria le vieil abb^. Marquez done, madame des 
Grassins, n*est-ce pas votrajiuineDfiJjj^ 

M. des Grassins mit un^iro^?ur le carton de sa 

Sofemme, qui, saisie par de tristes pressentiments, observa 

tour k tour le cousin de Paris et Eugenie, sans songer 

au loto. De temps en temps, la jeune hdritibre lan^a 

de furtifs regards k son cousin, et la femme du ban- 



40 SCl&NES DE LA VIE DE PROVINCE. 

quier put facilement y d^couvrir un crescendo dMtonne- 
ment ou de curiosity. 

M. Charles Grandet, beau jeune homme de vingt- 
deux ans, produisait en ce moment un singulier con- 
traste avec les by^^pvmciaux '^g ddiJLses mani^res 5 
aristocratiques'^volrarent passaMenreni,\t que tous 
Audiaient pour se moquer de lui. Ceci veut une expli- 
cation. A vingt-deux ans, les jeunes gens sont encore 
A , #% if^l^^^ voisins de Tenf ance pour se laisser aller k des 
CMA)t«tftjPmW^es. Aussi, peut-^tre, sur cent d'entre eux, lo 
s'en rencontrerait-il bien quatre-vingt-dix-neuf qui se 
seraient conduits comme se conduisait Charles Gran- 
det. Quelques jours avant cette soirde, son p^re lui 
avait dit dialler pour quelques mois chez son fr^re de 
Saumur. Peut-^tre M. Grandet, de Paris, pensait-il k 15 
Eugenie. Charles, qui tombait en province pour la 
premiere fois, eut la pens^e d'y paraitig^ avec la supe- 
riority d'un jeune homme k la modieSBd^sesp^rer 
Tarrondissement par son luxe, d'y faire^oqlfc, et d'y — 
importer les inventions de la vie parisienne. Enfin, 20 
pour tout expliquer d'un mot, il voj 
mur plus detempsqujk Parish, se 
et y affecter rexcilsive irortercn^t 
un jeune homme ^l^gant ^^^onne pour une negli- 
gence qui ne manque pas d^&s^f Charles emporta 25 
done le plus joli costume de cl^AS£, k^lus joli fusil, le 
plus joli couteau, la ohjsiflJie'gSffiWfrParis. II em- 
porta sa collection dff^Trer? les plus ingdnieu: 
avait de gris, de bfencs^e^ 

k I'eHetsjrtl^o^ dej^ull^^ 9^|Innffi%de doubles, k 30 
chile ou ciT0its^ex<5T! a^col renvers^, de boutonn^s 
jusqu'en haut, k boutons d'or. II emporta toutes les 
V2Ln6t6s de cols et de cravates en f aveur k cette dpoque. 





EUGENIE GRANDET. 4I 

II emporta deux habits de Buisson et son linge le plus 

fin. II emporta sa iplie tgj^tte d'or, present de sa 

mbre. II emporta semftimn^g^^ndy, sans oublier 

une ravissante petite 6cnT&n9SSiniSe par la plus aima- 

Sble des femmes, pour lui du moins, par une^rande ^^^ 

^ M dame qu'il nommait Annette, et qui voyageait mSfttSte^ 

^A^kvment, ennuyeusement, en Eicosse, victime de quelques 

soup9ons auxquels besoin^t^^t^g^acrifiei ^pj^ ei ^j^-^ j^^jiL^ 
— ^ ment son bonheur^ pjy^^fj^jdB^^pl^^ mi 1 i^ 

lo^crire une lettre psxl^irSi'S^fi^ Ce fut enfin une car- 
gaison de f^iiiii£s parisiennes au ss jcomp lfeteji^^il dtait 
possible de la f aire, et oli, depuis KMcr^aaie qpi sert a 

k commencer un duel, jusqu'aux beaux pistolets ciseldsCAWU\ 
qui le terminent, se trouvaient tous les instruments 
— i^ aratoire s dont se sert un jeune oisif pour labourer 
la vie. Son pfere lui ayant dit de voyager seul et 
modestement, il dtait venu dans le coup^ de la dili- 
:e retenu pour lui seul, assez content de ne pas 
un^ddlicieuse voiture de voyage command^e 
so pour aller au^lfi^rait de son Annette, la grande dame 
que. . . etc., et qu'il devait rejoindre en juin prochain 
aux eaux de Baden. Charles comptaAt re^onirer cenft i 

personnes chez son oncle, chasser k^^roum^^Mire 'le?" ^* 

for^ts de son oncle, y vivre enfin de la vie de chateau ; 
2511 ne savait pas le trouver k Saumur, oli il ne s'^tait 
inform^ de lui que pour demander le chemin de Froid- 
f ond ; ^gais. en Je sachant en ville, il crut Ty voir dans 
un granSrlioreiT^Hin de d6bj]^ convenablement chez 
son oncle, soit k Saumur, soit k Froidfond, il avait fait 
30 la toilette de\i^age la plus coquette, la plus simple- 
menrrelAercnee7 la plus adorable, pour employer le 
mot qui dans ce temps r^sumait les perfections sp^ 
ciales d'une chose ou d'un homme. A Tours, un coif- 




42 SCfiNES DE LA VI|J DE PROVINCE. 



J et mis une cravate dm satin ^, 
)Ugnddc]Mnibre ^ eqyJmi^^^ 
eWleiiJfc'n^J'e. Une redin- 



^SsH UCm l^A Vir. UBt I'K.VJViJNV^J!*. A 

feur venait de lui ref nseP ses beaux cheveux crultains ; 
il y avait changd de linge et mis une cravate 
noir, combinde avec un col/f^nd 
agr^ablement sa blanche 

gote de voyage k demi boutonnde lui pinjait^a t^e, 
et laissait voir un gilet de cachemire k cflSi^'^'sous 
r\ . lecrfi^ ^tait un second gilet blanc. Sa montre, n^gli- 
i^^^t *^^mnirent abandonnde au hasard dans une poche, se 
rattachait par une courte chaine d'or k Tune des bou- 
tonni^res. Son pantalon gris se boutonnait sur lesio 
c6tds, x )U d^ dessins brod^s en sole noire eni olivaien t 
leWroforesT II maniait agrdablement une canne dont 
la pomme d'or sculpt^e n'alt^it point la fr ai9^e ur de 
ses gants gris. Enfin, sa csSq^tte ^tait d'un godt excel- 
lent Un Parisien^un Pamien de la sphere la plus 15 
^lev&pouvait seulWs'j^ncejf ainsi sans paraitr^ri( 







cule, et donnerune harmonic de fatuity itouJp^ce?pi2P 
series, que soutenait d*ailleurs un airflftvejTat d'un^ 
jeune homme quia de beaux pistolets, le coup siiret An-^*^ 
nette. Maintenant, si vous voulez bien comprendre la 20 
surprise respective des Saumurois et du jeune Pari- 
sien, voir parfaitement le vif dclat que Td^gance du 
voyageur jetait au milieu des ombres grises de la salle 
et des figures qui composaient le tableau de famille, 
essayez de vous reprdsenter les Cruchot. Tons les trois 25 
prenaient du tabac. et ne gongeaient plus dgAuis long- 
temDjL^viter mjSRvlffS^m les petiteS^pfrOft noires ^•^ 
Qui^fflfsemaient^'ptDorae leurs chemises t8J^^, k^ol 
evill^setkplisjaundtres. Leurs cravates m' 
roulaient en corde aussitot qu'ils se les^taient atta-30 
ch^es au cou. L'^norme qu|intit^ de linge qui leur per- 
mettait de ne f aire laSftrWrlie tous lei^ six mois, et de le 
Ir^gaffder au fond de leurs armoires, laissait le temps y im- 



/^•niWi 




\ 



T 



EUGlfeNj j GRANDET, 



43 



pnmer 
parfait 
figurj 




jjses et vieilles. II y avait en eux une 

ivaise grdce et de s^nilit^. Leurs .^^ 4i 

[ue r^taient leurs habits rip^Sj^^'Jy^ ^'^^ 

r/A y^ssg^pii igrg^^ que leurs pantalons, semblaient us^es, 

^^BWWnWs7ei^rima9aient. La negligence gdndrale des 

Lutres costumes, tous incomplets, sans fraicheur, comme 

le sont les toilettes de province, ou Ton arrive insensible- 

ment h ne plus s'habiller les uns pour les autres, et k 

prendre gardfti aupnxd'une paire de gants, s'accor- 

I j odait avfiWmSWlcflnCTrxIes Cruchot. L'horreur de la 

^fJ^jMnode ^tait le seulj^OTi^ sujk lequel les grassinistes et 

^ les cruchotins s'BSte^^SJentparf aitement. Le Parisien 

prenait-il son lorgnon pow^examiner les singuliers 

accessoiresdeJa salle, les ^OTvesg^plancher, le ton 

isdesDcnSmesOT les points que les iPwftres y avaient 

imprimis et dont le nombre aurait suffi pour p onctu er 

V Encyclopkdie mktJmdioy^L^le^Moniteur^ aussitot les 

joueurs de loto lev aiEnrle Ti^^t le considdraient avec 

autant de curiosity qu'ils en eussent manif estd pour une 

2ogirafe. M. des Grassins et son fils, auxquels la figure 

d'un homme k la mode n'dtait pas inconnue, s'associbrent 

r^tonnement de leurs voisins, soit qu'ils 

rind^finissable influence d'un sentiment 

g^n^ral, soit qu'ils raiftrouvassent en disant k leurs • 

25Compatriotes par defflSmaSS^leines d'ironie : " Voil^ 

comme Us sont k Paris." Tous pouvaient, d'ailleurs, 

observer Charles k loisir, sans craindre de ddplaire au 

maitre du logis. Grandet ^tait absorb^ dans la longue 

lettre qu'il tenait, et il avait^poMpourMa lire Tunique 

30 flambeau de la table, sans s^'sB Screl" 'utiles botes ni de 

^^^^grplaisia^£ug^nie,^kciuile type d'une perfection 

^^^emDlabftr^JnTdans W mfl^ 



\ 




soit dans la personnel 



^tait enti^rement inconnu, crut voir en son cousin une 






44 A Jfiftir^ DE lA VIE p^ PROVINCE. 

cr^aturd descervdiie de qifelque region s^raphtque. 
Elle resgiraif/avec d^lLres les parfums exhal^i par 
cette cfeg^^e si briUante, si gracieu^j^nent bouclde. 
Elle aurait voulu po^oir toucher Isrpeair satineede 
ces jolis gants fins/ Elle enviait les petites mains de 5 
Charles, son teia^ la fraicheur et la d^licatesse de ses 
traits. Enfin, si toutefois cette image peut r^sumer 
les impressions que le jeune ^MgantjDrodilisy: sur une 
k 4gnprante fille san* c^|Sfiuoccup^e k ^^^tasSS^des has, 
"^yA^^^^ cTiS vauder la* gSfffe-Rrfc? jH p, son/\Db:e^et dont la vie lo 



aTravauder la* gSJJI^^aSP^^ SSPOB^Sjo^* ^^^^ ^^ ^^^ 
s'dtaiPTTOuT^ sous c89'H5sl|pu!oMBm*sans voir dans 
cette rue silencieuse plus^dlun passant par heure, 
la vjjeude spa cousinfi/fOTardLi^n son coeur les Amotions 
da *Mfe^ ^iffp,e ^ que causenT k un jeune homme les 
fantastiques figures de femmes dessin^es par Westall 15 
dao^iesAeepsakes anglais, «t &jay<^es^^r^ Fmden 
/\f\ d^iv''^"™ si Jjabik^^iu^onJMOTTven'^S^ le 

^^lUU/^^^lm, de faireWfvcfliP|iftJ Apparitions cdestes. Cftarles 
tira de sa poche un mouchoir brodd par la grande dame 
qui voyageait en Ecosse. En voyant ce joli ouvrage 20 
fait avec amour pendant les heures perdues pour 
Tamour, Eugdnie regarda son cousin pour savoir s'il 
allait bien rdellement s*en servir. Les manibres de 
Charles, ses gestes, la f agon dont il toMiM^on lor^ 
son impertinence affect^e, soifiiftcpffl^^Wtir le 
qui venait de faire tant de plaisir k la riche h^ritibre et 
qu'il trouvait ^videmment ou sans valeur ou ridicule ; 
enfin, tout ce qui choquait les Cruchot et les des 
Grassins lui plaisait si fort, qu'avant de s'endormir 
elle dut r^ver longtemps k ce ph^nix des cousins. 30 

Les num^ros se tiraient fort lentement, mais bientdt 
le loto fut arr^td. La grande Nanon entra et dit tout 
haut : / 




d 




EUGENIE GRANDET. 45 

— Madame, va falloir me donner des draps pour 
faire le lit h ce monsieur. 

Madame Grandet suivit Nanon. Madame des 
Grassins dit alors h. voix basse : 
5 — Gardons nos sous et laissons le loto. ^— 

reprit ses deux sous dans la vieille soucoupe 
)Il il les avait mis ; puis Tassembl^e se remua 
en masse et fit un quart de conversion vers le feu. 

— Vous avez done fini ? dit Grandet sans quitter sa 
lo lettre. 

— Oui, oui, r^pondit madame des Grassins en venant 
prendre place prfes de Charles. 

Eugenie, mue par une de ces pens^es qui naissent au 
cceur des jeunes filles quand un sentiment s'y loge pour 
1 5 la premiere fois, quitta la salle pour aller aider sa mhre 
et Nanon. Si elle avait 6t6 questionnde par un con- 
fesseur habile, elle lui eiit sans doute avoud qu'elle ne 
songeait ni k sa m^re ni k Nanon, mais qu'elle ^tait 
travailMe par un poignant ddsir d'inspecter la chambre 

placerTJTioi ^ue ce iUC, UUliFobviei U un (purOr! ifoury 
tout pr^voir, afin de la rendre, autant que possible, 
^l^gante et propre. Eugenie se croyait ddjk seule 
capable de comprendre les go^ts etJes^d^9«d£son 

25 cousin. En eflFet, elle arriva fort heufKRe^ent poor 

prouver k sa m^re et k Nanon, qui revenaient pensant 

avoir tout fait, que tout dtaitk faire. Elle donna 

^'^e k la grande Nanon de b^Ssmerles draps avec 

^^■nftnoraise du feu ; elle couvrit elle-m^me la vieille table 

jod'un napperon, et recommanda bien k Nanon de changer 
le napperon tous les matins. Elle convainquit sa mbre 
de la n^cessitd d'allumer un bon feu dans la cheminde, 
et d^termina Nanon k monter, sans en rien dire k son 




46 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

pfere, un gros tas de bois dAP^l^orj idoi^ EUe courut 
fS ^^jfljsrcher dans une d^f^fcncfngnwfef * *la salle un 

^flit fc^^jfateau de vieux laque qui venait de la 

^ feu le vieux M. deT^Bertellifere, y prjl 

verre de cristal k si^fmS^ne petiu 
un flacon antique oil ^taient graves des Amours, et 
mit triomphalement le tout sur un coin de la chemin^e. 
II lui avait plus surgi d'id^es en un quart d'heure 
qu'elle n*en avait eu depuis qu'elle ^tait au monde. 

— Maraan, dit-elle, jamais mon cousin ne supportera 10 
Podeur d*une chandelle. Si nous achetions de la 

Vn^Jugie ? . . . 

Elle alia, l^g^re comme un oiseau, tirer de sa bourse 
r^cu de cent sous qu'elle avait re^u pour ses d^penses 
du mois. 15 

— Tiens, Nanon, dit-elle, va vite. 

— Mais que dira ton pfere ? 
Cette objection terrible fut prop os^^pan m ad Ae 

ndet en voyant sa fille armde d'uff^KH&r oevieux 
pport^ du chateau de Froidfond par Grandet. 20 

— Et oil prendras-tu done du sucre ? es-tu folle ? 

— Maman, Nanon ach^tera aussi bien du sucre que 
de la bougie. 

— Mais ton pfere ? 

— Serait-il convenable que son neveu ne p<it boire 25 
un verre d'eau - sucrde ? D'ailleurs, il n*y fera pas 
attention. 

— Ton pfere voit tout, dit madame Grandet en ho- 
chant la tete. 

Nanon h^sitait, elle connaissait son maitre. 30 

— Mais va done, Nanon, puisque c'est ma f^te I 
Nanon laissa ^chapper un gros rire en entendant la 

premibre plaisanterie que sa jeune maitresse e(it jamais 



r 



c/ 




EUGENIE GRANDET. ' 47 

faite, et lui ob^it. Pendant qu'Eug^nie et sa mfere 
s'efforgaient d'embellir la chambre destin^e par M. 
Grandet k son neveu, Charles se trouvait Fob jet des 
attentions d^ madame d^Qa&sins, qui luLfaisait ^y ■ f^ 

— Vous ^tes bien courageux, monsieur, lui dit-elle, 
de quitter les plaisirs de la capitale pendant Thiver 
pour venir habiter Saumur. Mais, si nous ne vous fai- 
sons pas trop peur, vous verrez que I'on pent encore 

los'y amuser. 

Elle lui lan9a une veritable oeillade de province, ob, 
par habitude, les femmes mettent tant de reserve et de 
PSl^^''^^4^^ leurs yeux, qu'elles leur communiquent 
lnn9()aec!c|)|||||^i;g^^ particulibre h ceux des eccl^ 

iSsiastiques, pour qui tout plaisir sembWou^j). vol ou 
une faute. Charles se trouvait si P^a)g?Jffinscett( 
salle, si loin du vaste chateau et de la f Istueuie ^exisf 
tence qu'il supposait h. son oncle, qu'en regardant atten- 
tivement madame des Grassins, il apergut enfin une 

20 image k demi effac^e des figures parisiennes. II r^pon- 
dit avec grice k Tesp^ce d'invitation qui lui ^tait 
adress^e, et il s*engagea naturellement une conversa- 
tion, dans laquelle madame des Grassins baissa gra- 
duellement sa voix pour la mettre en harmonie avec la 

25 nature de ses confidences. II existait chez elle et chez 
Charles un m^me besoin de confiance. Aussi, apres 
quelques moments de causerie coquette et de plaisan- 
teries sdrieuses, Padroite provinciale put-elle lui dire 
sans se croire entendue des autres personnes, qui par- 

3olaient de la vente des vins, dont s*occupait en ce mo- 
ment tout le Saumurois : 

— Monsieur, si vous voulez nous faire Thonneur de 
venir nous voir, vous ferez trbs-certainement autant de 



18 SCENES DE LA VIE DE PROVINCeT^*^-^ />^ 

plaisir k raon mari qu'k moi. Notre salon esi le seul 
dans Saumur ou vous trouverez r^unis le haAtcom- 
merce et la noblesse: nous appartenons aux deux 
socidtds, qui ne veulent se rencontrer que Ik, parce 
qu'on s'y amuse. Mon mari, je le dis avec orgueil, est 5 
^galement consid^r^ par les uns et par les autres. 
Ainsi, nous tdcherons de faire diversion k Tennui de 
votre sdjour ici. Si vous restiez chez M. Grande t^gue^ ^ ^^ 
deviendriez-vous, bon Di^u^rj^^reoncleest un gngmr^^'^ 
qui ne pense qu*k ^SLj^^SEX^fsP^^^'^ est uneio 



devote qui ne sailTpa? coudre oeux iddes, et votre cojij 
sine est une petite sotte, sans Education, com 



Te cou- jk 



sansdot^et aui passe_^ vie k raccommoder des tor- 
chons.^A4JL'C«CM' ^ 

— EUe est trfes-bien, cette femme, sedj^ryia-rainie 15 
Charles Grandet, en rdpondant au^M^&iMenes ae 

madame des Grassins. VWi/WtTi^A^^ 

— II me semble, ma femme, que tu veux accapaler ^^ 
i^,^ Vmonsieur, dit en riant le gros et grand banquier. 

^ j^ ^Q A cette observation, le notaire et le president dirent 20 
^*^ii^4gots plus ou moins malicieux ; mais Tabb^ les 
regal da J'lIII'M^^^, et rdsuma leurs pensdes en pre- 
nant une pincde de tabac, et offrant sa tabatifere k la 
ronde : 

— Qui mieux que madame, dit-il, pourrait faire k 25 
monsieur les honneurs de Saumur ? 

— Ah 9k ! comment renwArczVous, monsieur Fabbd ? 
demanda M. des Grassins. 

— Je Tentends, monsieur, dans le sens le plus favo- 
rable pour vous, pour madame, pour la ville de Sau- 30 
mur et pour monsieur, ajouta le rus d <ii y i c illard en se 
tournant vers Charles. •*n^W|A^J, 

Sans paraitre y prater la moindre attention, I'abb^ 



EUGENIE GRANDET. 49 

Cruchot avait su deviner la conversation de Charles et 
de madame des Grassins. ^ 

— Monsieur, dit enfin Adolph£ k Oj^rles d'un air 
qu'il aurait voulu rendr^a?|j^*jt!T^ sais si vous 

5 avez conserve quelque souvenir de moi ; j'ai eu le 
plaisir d^^tre votre vis-k-vis k un bal donn^ par M. le 
baron de Nucingen, et . . . 

— Parfaitement, monsieur, parfaitement, r^pondit 
Charles, surpris de se voir Tobjet des attentions de 

10 tout le monde. 

— Monsieur est votre fils ? demanda-t-il k madame 
des Grassins. 

L'abbd regarda malicieusement la mfere. 

— Oui, monsieur, dit-elle. 

15 — Vous dtiez done bien jeune k Paris ? reprit Charles 
\^^ en s'adress^i^k^^doljJhQjv^ji 

1^^^^ fi^rjlifer v8me?^us7flioSsieu^ dit I'abb^, nous les a 
envoyons k Babylone aussitot qu'ils sont sevf^s. M^^IMA*^ 



Madame des Grassins interrogea Tabbd par un 
20 regard d'une ^tonnante profondeur. 



y^: 



— II faut venir en projance, dit-il en continuant, pour 
)uver des femmes de trerfte et quelques ann^es aussi 

fraiche s que Test madame, aprfes avoir eu des fils bien- 
^CL ^ , tot li cgT^M^S en droit. II me semble etre encore au 
^25 jour oil les jetJnes gens et les dames montaient sur des 
chaises pour vous voir danser au bal, madame, ajouta 
Tabbd en se tournant vers son adversaire femelle. 
Pour moi, vos succ^s sont d'hier . . . 

— Oh ! le vieux scdldrat ! se dit en elle-m^me ma- 
30 dame des Grassins, me d evine rait-il done? 

— II parait que j'aurai beaucoup de succbs k Saumur, 
se disait Charles en ddboutonnant sa redingote, mettant 
la main dans son gilet, et jetant son regard k travers 

4 




50 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

les espaces pour imiter la pose do^^n^e k lord Byron 
par Chantrey. 

L'inattention du phre Grandet, ou, pour mieux dire, 
la preoccupation dans laquelle le plongeait la lecture 
de sa lettre, n'dchappa ni au notaire ni au president, 5 
qui tichaient d'en conjecturer le contenu par les im- 
perceptibles mouvements de la figure du bonhomme, 
alors fortement dclair^e par la chandelle. Le vigneron 
maintenait difficilement le calme habituel de sa physio- 

'ailleurs, chacun pourra se peindre la ^onte- 10 
ict^e par cet homme en lisant la fatale lettre 
que voici : 

" Mon frfcre, voici bientot vingt-trois ans que nous 
ne nous sommes vus. Mon mariage a 6t6 Tobjetis 
de notre derni^re entrevue, aprbs laquelle nous nous 
sommes quittds jojeux Tun et Tautre. Certes, je 
ne pouvais gufere prevoir que tu serais un jour le 
seul souden de. la famille, k la prosp^rit^ de la- 
quelle tu Sjlpfaij^l^sais alors. Quand tu tiendras cette 20 
lettre en tes mains, je n'existerai plus. Dans la 
position olj^^Aiisuje n*ai pas voulu survivre k la 
honte d'unlWranrffer^ffe me suis tenu sur le bord du — - 
gouffre jusqu'au dernier momenMesp^ntsurnager 
tou jours. II faut y tomber. Les Da ^uefou iegreilnies 25 
de mon agent de change et de Roguin, mon notaire, 
m'emportent mes dernibres ressources et ne me laissent 
rien. J'ai la douleur de devoir prfes de quatre millions 
sans pouvoirjrfpijilis de vingt-cinq pour cent d'actif. 
A ^Mes vins enmGgl^es dprouvent en ce moment la 30 
JkfiMraisse ruineuse que causent Tabondance et la quality 
y oe vos r^coltes. Dans trois jours, Paris dira : * M. 
Grandet dtait un f ripon ! ' Je me coucherai, moi prpbe,^iv 



sug£nie 



riE GRANDET. ^^ 

ie. Je ravjj^ moi 



dans ffn GKeulidTj^mie. Je ravjj^ mon fils et son 
nom que*^encacne^ la fortune de sa mfere. II ne 
salt rien de cela, ce malheureux enfant que j'idolitre. 
Nous nous sommes dit adieu tendrement. II ignorait, 
Spar bonheur, que les derniers flots de ma vie s'^pan- 
chaient dans cet adieu. Ne me iififfloiia-Pll pas un 
jour ? Mon frfere, mon fr^re, la malediction ck nos 
enfants est ^pouvan table ! ils peuvenPHMflftnSfe la 
notre, mais la leur est irrevocable. Grandet, tu es 
lomon ain^y tu me do^ tam^^tion : fais que Charles ne 
jette aucune parole^Jlffire suT'ma tombe ! Mon frfere, 
si je t'^crivais avec mon saner et mes larmes, il n*y 
aurait pas autant de douleurgcMj^e^mets dans cette 
lettre ; car je pleurerais, je SaignmBJ je serais mort, 
, 15 je ne souffrirais plus ; mais je souffre et vois la mort 
y#OajSMM d'un ceil sec. Te voilk done le pfere de Charles ! il n'a 
""""""TRHlfTtt^^jj^ts du cote maternel, tu sais pourquoi. 
Pourquoi n'ai-je pas ob^i aux prdjug^s sociaux ? Pour- 
quoi ai-je cede k I'amour ? Pourquoi ai-je epouse la 
2ofille naturelle d'un grand seigneur? Charles n'a plus 
de famille. O mon malheureux fils ! mon fils ! . . . 
Ecoute, Grandet, je ne suis pas venu t'implorer pour 
moi ; d*ailleurs, tes biens ne sontjjeut^tjjfBasassea 
considerables pour supporter une nyporheqS^ljjfcis 
25 millions ; mais pour mon fils ! Sache-le bien, mon 
frfere, mes mains suppliantes se sont jointes en pensant 
k toi. Grandet, je te confie Charles en mourant. En fin 
^ J ^Je regarde mes pistolets sans douleur, en pensant que 
OftAM^^iyi^ lui serviras de pbre. II m^aimait bien, Charles ; 
^ ^ "i^tais si bon pour lui, je ne le contrariais jamais : il 
nem?1TimcK«ft<)iAfcH«tt||y£urs, tu verras ; il est doux, 
iljjygjjj^J^gajnfere, il ne te donnera jamais de chagrin. 
Pau^^ enfant 1 accoutume aux jouissances du luxe, il 



: eniant I accoutume aux jouissances au luxe, 



52 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

ne connait aucune des privations auxquelles nous a 
condamn^s Tun et Tautre notre premiere misbre^.*. Et 
le voilk ruin^, seul ! Oui, tous ses amis le ralTOTTf^t 
c'est moi qui serai la cause de ses humiliations. Ah ! 
je voudrais avoir le bras assez fort pour Tenvoyer d*un 5 
seul coup dans les cieux, prbs de sa m^re. Folic ! je 
reviens k mon malheur, k celui de Charles. ^^e^<al'ai 
done envoy^ pour que tu lui apprennes convema oiem f n t 
et ma mort et son sort k viwiir. -^o^un pbre pour lui, 
mais un bon pfere. Ne raWacne pastiut k coup k sa lo 
vie oisive, tu 1© tu^rais. Je lui demande k genoux de 
renoncer aux crrott^es qu'en qualitd d'h^ritier de sa 
m^re il pourrait exercer centre moi. Mais c^est une 
pri^re superfluci 11 agde Jlionneur, et sentira bien 
qu'il ne doit pas'^^'jomare^Vnes cr^anciers. Fais-leis 
renoncer k ma succession en temps utile. Revble-lui 
les dures conditions de la vie que je lui fais ; et, s'il me 
conserve sa tendresse, dis-lui bien en mon nom que 
tout n'est pas perdu pour lui. Oui, le travail, qui nous 
a sauv^s tous deux, peut lui rendre la fortune que je lui 20 
JiM^»^lnipon^j5t, s*il veut ^couter la voix de son pbre, qui 
pour lui voudrait sortir un moment du tombeau, qu'il 
parte, qu'il aille aux Indes ! Mon frbre, Charles est 
.^nn jeune homme probe et courageux : tu lui feras une 
^^'^^pacotille, il mourrait plutot que de ne pas te rendre les 25 
premiers fonds quj^u lui pr^teras; car tu lui en 
preteras, Grandet .*^^ffro?M?re cr^erais des remords. 
Ah ! si mon enfant ne trouvait ni secours ni tendresse 

^^ ^ii J£i4^RWd^^^^^ ^ternellement vengeance k QJ^^ia^^/a ^fe 
de wreureteT"'^ j'avais pu sauver quelques valSrs,3o 
j'avais bien le droit de lui remettre une somme sur 
le bien de sa mbre ; mais les payements de ma fin du 
mois avaient absorb^ toutes mes ressources. Je n'aurais 



EUGENIE GRANDET. 53 

pas voulu mourir dans le doute sur le sort de mon enfant ; 
j'aurais voulu sentir de saintes promesses dans la chaleur 
de ta main, qui m'edt rdchauff^ ; mais le temps me 
*f jpg"^"^ J^^^Afttfl^^ Charles voyage, je suis obligd 





an. Je tache de prouver par la 
bonne foi qui preside k mes affaires qu'il n*y a dans 
mes ddsastres ni faute ni iraprobitd N'est-ce pas 
m'occuper de Charles ? — Adieu, mon frfere. Que 
toutes les benedictions de Dieu te soient aQguises pour 
10 la g^n^reuse tutglle que je te c onfie, et que tu acceptes, 
je n'en doute pas. II y aura sans cesse une voix qui 
priera pour toi dans le monde oil nous devons aller tons 
un jour, et oil je suis d6]k, 

"VICTOR-ANGEOUILLAUME GRANDEt/' 



— Vous causez done ? dit le pbre Grandet en pliant 
avec exactitude la lettre dans les m^mes plis et la met- 
tant dans la poche de son gilet. 

20 II regarda son neveu d'un air humble et cr^jjjjjf, 
sous lequel il cacha ses Amotions et ses calculs. 

— Vous 6tes-vous r^chauff^ } 

— Tr^s-bien, mon cher oncle. 

— Eh bien, oh sont done nos femmes ? dit I'oncle 
25oubliant d^jk que son neveu couchait chez lui. 

En ce moment, Eugenie et madame Grandet ren- 
trferent. 

— Tout est-il arrangd Ik-haut ? leur demanda le bon- 
homme en retrouvant son calmo. 

30 — Oui, mon pbre. 

— Eh bien, mon neveu, si vous 6tes fatigu^, Nanon 
va vous conduire k votre chambre. Dame , ce ne sera 
pas un appartement de mirlifiore 1 m^isvous excuserez 



54 



SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 





^f w;°- ' 



SOU. Les 



*W 



5 



At 



de pauvres vignen 
impots nous Sw ie ni 

— Nous ne voulons pas ^tre indisgftts, Grandet, dit 
le banquier. Vous gchiv^ avoir k^a^^[vec votre 
neveu, nous vous sdmmHOTre le bonsoir. A demain. 

A ces mots, Tassembl^e se leva, et chacun fit la 
'^v^rence suivant son caractbre*. Le vieux notaire alia 
chercher sous la porte sa lanteme, et vint I'allumer en 
offrant aux des Grassins de les reconduire. Madame 
des Grassins n'avait pas pr^vu Tincident qui devaitio 
faire finir pr^matur^ment la soiree, et son domestique 
n'^tait pas arrivd. 

— Voulez-vous me faire Thonneur d*accepter mon 
bras, madame ? dit Tabb^ Cruchot k madame des 
Grassins. 15 

— Merci, monsieur Tabb^. J'ai mon fils, r^pondit- 
elle sbchement. 

— Les dames ne sauraient se compromettre avec 
moi, dit Tabb^. 

— Donne done le bras k M. Cruchot, lui dit son 20 
mari. 

L'abb^ emmena la jolie dame assez lestement pour 
se. trouyer k qi^el^y gs j )as en avant de la caravane. 

est * ff j s-Die ry^ jeune homme, madame, lui dit-^«i 
il en lui serranTTe bras. Adieu^ panier^ • 7j^ 
s ont f aites / II vous faut dir&>«meu k mademoiselle 
randet, Eugenie sera pour^ieParisien. A moins que 
e cousin ne soit amourachd d'une Parisienne, votre 
s^dolphe va renc^frosr en lui le rival le plus. . . 

z dp*f^monsieur Tabb^. Ce jeune homme sa^ 
ne tardei^^JJLsk s'apercevoir qu'Eug^nie est une niai3 ^^* ^^ 
une fiil^ans fraicheur. L*avez-vous exayind^ ^Ble ' 

_-, ce soir, jaune comme un c^ij^jjA^*"^*" ' 



EUGENIE GRANDET. . « \l 

— Vous Favez peut-^tre d^jk fait remarquer au 

cousin ? -^^W^iA/^ 

— Et je ne m*en suis pas g^n^e. . . 

— Mettez-vous toujours auprfes d' Eugenie, madame, 
Set vous n'aurez pas grand'chose k dire k ce jeune 

hdmme contre sa cousine, il fera de lui-m^me une com- 
paraison qui. . . 

— D'abord, il m'a promis de venir diner aprfes-de- 
main chez moi. jh- 

lo — Ah I si vous vouliez, madame. . . , dit Pabbe. 

— Et que voulez-vous que je veuille, monsieur 
I'abb^ ? Entendez-vous ainsi me donner de mauvais 
conseils ? Je ne suis pas arrivde kil^ge de trente-neuf 
ans, avec une reputation san?J^(?ne;#Dieurfnerci, pour 

15 la compromettre, m^me quand il s'a^raitxfe Tempire 
du Grand Mogol. Nous sommes k un dge, Tun et 
Tautre, auquel on sait ce que parler veut dire. Pour un 
eccl^siastique, vous avez en vdritd des idees bien in- 
congrues. Fi ! cela est digne de Faublas. 

20 — Vous avez done lu Faublas ? 

— Non, monsieur Pabbd ; je voulais dire les Liaisons 
dangereuses. 

— Ah I ce livre est infiniment plus moral, dit en 
riant Pabb^. Mais vous me faites aussi pervers que 

25 Test un jeune homme d*aujourd*hui 1 Je voulais sim- 
plement vous. , . 

— Osez me dire que vous ne songiez pas k me con- 
seiller de vilaines choses. Cela n*est-il pas clair ? Si 
ce jeune homme, qui est trbs-bien, j'en conviens, me 

3ofaisait la cour, il ne penserait pas k sa cousine. A 
Paris, je le sais, quelques bonnes m^res se d^vouent 
ainsi pour le bonheur et la fortune de leurs enfants ; 
mais nous sommes en province, monsieur I'abbd. 



« 
4 



56 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Oui, madame. 

— Et, reprit-elle, je ne voudrais pas, ni Adolphe lui- 
m^me ne voudrait pas de cent millions achetds k ce 
prix. 

— Madame, je n'ai point padjjie^ cent millions. S 
La tentation e^t 6t6 peut-^tre au-oessiiy' de nos forces 

k Tun et k Tautre. Seulement, je croisqi^yfle honn^te 
femme peut se permettre, en touT mdnJiouH honneur, 
de petites coquetteries sans consequence, qui font 
partie de ses devoirs en soci^td, et qui. . . 10 

— Vous croyez ? 

— Ne devons-nous pas, madame, ticher de nous 
^tre agr^ables les uns aux autres ? . . . Permettez que je 

4>^*^ "'"^rtfi^ mouche. — Je vous assure, madame, reprit-il, qu'il 

vous lorgn ait d'un air un peu plus flatteur que celuiis 
qu'il avait en me regardant; mais je lui pardonne 
d'honorer pr^fdrablement k la vieillesse la beaut^. . . 

— II est clair, disait le president de sa grosse voix, 
que M. Grandet, de Paris, envoie son fils k Saumur dans 
des intentions extr^mement matrimoniales... 20 

— Mais, alors, le cousin ne serait pas tomb^ comme 
une bombe, r^pondait le notaire. 

— Cela ne ^^ij^^jgD^ jbserva M. des Grassins, le 
bonhomme est c^koffSrS^ 

— Des Grassins, mon ami, je Tai invito k diner, ce 25 
jeune homme. II faudra que tu allies prier M. et 
madame de Larsonnibre, etles du Hautoy, avec la belle 
demoiselle du Hautoy, DSfir ^ntencm ; pourvu qu'elle^ 

^^M^ ^imette bien ce jour-lk ! Par jalousie, sa m^re la fagofe i 
piW^' si' mal ! — J'esp^re, messieurs, que vous nous ferezjo 
rhonneur de venir ? ajouta-t-elle en arr^tai^t le cortege 
pour se retourner vers les deux Cruchot. 

— Vous voilk chez vous, madame, dit le notaire. 




EUGENIE GRANDET. 57 

Aprfes avoir salud les trois des Grassins, les^ois 
i'^n retourn^rent chez eux, en se semfn^de 
[Analyse que possbient les provinciaux pour 
:udier sous toutes ^SfpJb^ le grand ^v^nement de 
5 cette soirde, qui changeait les positions respectives des 
cruchotins et des grassinistes. L'admirable ^on sens 
qui dirigeait les actions de ces grands (fltcuMeurSleur 
fit sentir aux uns et aux autres la n^cessit^ d*une alli- 
ance momentan^e contre Tennemi commun. Ne de- 
lovaient-ils pas mutuellement emp^cher Eugdnie d'aimer 
son cousin, et Charles de penser k sa cousine ? Le 
Parisien pourrait-U jc^ister^ux insinuations j)erfides, 
aux calomnifes^QiceiJ^^^^^^ nJreKance * pleines 
d'^loges, aiix^fc^aTTD'Tt^ nSives qui allaient constam- 
iSment tourner autour dejuijjopr le tromper? 



Lorsque les quatre parehts se'^rouv^rent seuls dans 
la salle, M. Grandet dit k son neveu : 

— II faut se coucher. II est trop tard pour causer des 

affaires qui vous am^nent ici ; nous prendrons demain 

20 un moment convenable. Ici, nous d^jeunons k huit 

heures. A midi, nous mangeons un fruit, un rien de 

pain su^i22JS^"^>^^ nous buvons un verre de vin 

blanc ; puis nous dinons, comme les Parisiens, k cinq 

heures. Voilk Tordre. Si vous voulez voir la ville ou 

25 les environs, vous serez libre comme Fair. Vous 

m'excuserez si mes affaires ne me permettent pas tou- 

jours de vous accompagner. Vous les entendrez peut- 

6tre tous ici vous disant que je suis riche : " M. Grandet 

>ar-ci, M. Gra r^et^ .B RJ^ • " J^ ^^s laisse dire, leurs 

>avardages ne nureent^oint k mon credit. Mais je 

t ft!SUP^ ^^ ^^"» ^^ j^ travaille k mon dge comme un jeune 

'gV^onipagnon, qui n'a pour tout bien qu*une mauvaise 

plane et deux bons bras. Vous verrez peut-^tre bientot 



'^P^^sT^j 



58 SCENES DE LA VIE DE PRAVfNCE. 

jPar vous-mtoe ce que coiite un ^cu quand il faut le 
^t^^C^Wer. — Allons, Nanon, les chandelles ! 

— J'espfere, mon neveu, que vous trouverez tout ce 
dont vous aurez besoin, dit madame Grandet ; mais, 
s'il vous manquait quelque chose, vous pourrez appeler 5 
Nanon. 

— Ma chfere tante, ceseraitdifficile ; j'ai, je crois, 
emport^ toutes me^flSSxti^. F!Srmettez-moi de vous 
souhaiter une bonne nuit, ainsi qu'2l ma jeune cousine. 

Charles prit des mains de Nanon une bougie allumde, 10 
^ ^me bougie d*Anjou, bien J3jlgg»de.ton, vieillie en bou- 
^V^^Hpique et si pareille k de la SanoRle, que M. Grandet, 
incapable d'en soup9onnerjJL|xistence ai^^logis, ne 
' s'aper9ut pas de cette ma^nncCTft?&^J^^ 

— Je vais vous montrer le chemin, dit le bon-15 
homme. 

Au lieu de sortir par la porte de la salle qui donnait 
sous la voiite, Grandet fit la c^r^monie de passer par 
*V^le couloircmLtsdbarait la salle de la cuisine. Une porte 
A>^^^^battanyB garmP^i'un grand*R8fWfci de verre ovale fer-20 




Jflait pas moins par \k trfes-rudement, et, malgr^ 
les opftTCrets mis aux portes de la salle, k peine la 
chaleur s'y QiaHpnait-elle h un degrd convenable. 25 
4 Nanon alia "Perr quj^tyyj^ grande porte^^^mia la salle, 
l^^'^J'^*tt oBVcha dansT^cfnTC un chietSrfp^j^mjaLJA voix 
^taJW^aSW^comme s*il avait une larynjue!' Get 
animal, d*une notable f^rocit^jijjjrconnaissait que 
Nanon. Ces deux creatures Sflainpetr|s s'entendaient. 30 
Quand Charles vii les ip]^ jauni |res et enf um^s de 
la cage oU rescaliSrvl4m^^^vernT6nj|ie tremblait sous 
le pas pesant de son oncle, son ddgrisement alia rin/or- 



^lA^y 



^" kS^»^^, 



EUGENIE GRA3SLDET. ^ 59 

II se croyait dans un jucnoir a poules. Sa 

tante^ t s a y^sin^^ters lesquelles il se retourna pour 

^^^attenogei Teursngufes, ^taient si bien fagonndes k cet 

escalier, que, iLi^evinant pas la cause de son ^tonne- 

Sment, elles le pnrenrpour une expression amicale, et y 

r^pondirent par un sourire agreable qui le d^sesp^ra. 

— Que diable mon pfere m*envoie-t-il faire ici ? se di- 

Arrive sur le premier palier, il aper 
lopeintes en^jjuge dtrusque. tt sans 



portes 




toY 




dans '1 



ortes 

*des 

et garnies 

rmin^es en 



de bandes en fer bouion 

fa9on ^e^J^mmes conune T^tait k chaque bout la 

longue^rnrre^ deWfl^CTTOTe; Celle de ces portes qui 

iSse trouvait en haut de Tescalier, et qui donnait entree 

dans la^^pie^^ au-dessus de la cuisine, dtait 

^videmmenP'ftnxM^ On n*y pdn^trait en effet que par 

.AiaHihambre de Gr ^ndfe t, /j^rfflH^ cette pibce servait de 

tf^caoin^t. L'unique^rmseea'oli elle tirait son jour 

' 2odtait d^f^jndue sur la cour par d'^normes barreaux en 

i&rg^igSs^ Personne, pas m^me madame Grandet, 

n'avait la permission d'y venir, le bonhomme voulait y 

tester seul, comme Auiftl|lchip»ste ^spn fourneau. Lk, 

sans doute, quelflu^^fflcn^jg^'^^ trbs-habilement 

raSfiuae, 1^ s'effifmaS^inajmit les. titres de propri^t^, 

» ^^naaie^les balances k pes^flfes louis, \k se fais- 

'^^^yS^liuitaSinent et en secret les quittances, les re^jijs, 

les caJculs ; de manifere que les gens d'affaires, voyant 

toujours Grandet pr|t k»tout, pouvaient imaginer qu'il 

30 avait k ses o rdre s un^rf^OTji^ d^mon. _L^ /Sans doute, 



quand NandHhrbrifTaTf^St ^^^nTjTJfs *p3ncnCTS, quand 
le chien-loup veillait et Q^uiail: ^ns la cour, quand 
madame et mademoiselle Grandet dtaient bien endor- 



6o ScilNES D£ LA VIE D£ PROVINCE. 




serjgouver, 
'epa(s,4 les 



clef de, ce 

laboratoire, ou, disait-on, il consultaU ^de^^plarfe^sur 

lesquels ses arbres k frnit ^^aientro^sigfi^ "^t-iA il 5 

y #^ o/V ehifflfait ses produits, k un provi^^ une bSuriPf^eprfes. 

' ^ L'entrde de la chambre d' Eugenie faisait face k cette 

porte mur^e. Puis, au bout du palier, ^tait Tapparte- 

ment des deux ^poux, qui occupaient tout le devant de 

A . . la,! m^ison. Madame Grandet avait une chambre 10 

'S^'^connghS k/pelle d'Eug^nie, chez qui I'on entrait par 

une porteoWree. La chambre du^n^aitre ^tait s^parde 

de celle de sa femme par uijfi^cioison, et du myst^rieux 

cabinet par un gros mur. Le pbre Grandet avait log4 

son neveu au second dtage, dans la haute rmiisaf 3e 1^5 

situ^e au-dessus de sa chambre, de maniere k pouvoir 

Tentendre, s'il lui prenait fantaisie d'aller et de venir. 

/- . Quand Eugenie et sa m^re arrivbrent au milieu du 

V> .♦•^ palier, ^elles se donnferent le baiser du soir ; puis, apr^s 

avoir dit k Charles quelques mots d*adieu, froids sur2o 
les Ibvres, mais certes chaleureux au coeur de la fille, 

relies rentrferent dans leurs chambres. 
— Vous voilk chez vous, mon neveu, dit le pfere 
Grandet k Charles en lui ouvrant sa porte. Si vous 
^ >^ aviez besoin wLf ortir, vous appelleriez Nanon. Sans 25 

\J elle,S|^Mr? ser^eur 1 le chien vous mangerait sans 
.■^^ vous dire un seul mot. Dormez bien. Bonsoir. Ha ! 

*^ ha ! ces dames vous ont fait du feu, reprit-il. 
^ !• En ce moment/ la grande Nanon apparut, arm^e 

>. ' d'une i!iSlt{Xif^^^ |lUk 30 

— En voilk bien d'une autre ! dit M. Grandet. 






Prenez-vous mon neveu pour une femme en couche ? 

braise. Nanon 1 ^*^^^HK^#m^ r 11 



Veux-tu bien remporter ta braise. Nanon 1 



EUGENIE GRANDET. 



6l 



— Mais, monsieur, les draps sont humides, et ce mon< 
sieur est vraiment mignon comme une femme. 
^ ^ f j X Aliens, va, puisque tu Fas dans la t^te, dit Grandet 
fV^^ ^n la poussant par les dpaules, raais prends garde de 



5 roettre le feu. 
Tuis Tavaj 



avare descendit en grommelant de vagues 





i5sur une table de n 

'*'*' ^SJ^^ ^^ petit serge^ 
fi^^Wfeyisifere^ nlac^ 




au milieu de ses manes. 

les murs d'une chambre 

ierjaune k bouquets de 

esjsur une cheminee en 

t le seul aspect donnait 

es chaises de bois jaune gamies en canne 

et qui seml)]|ii^t avoir plus de quatre angles, 

rte dan^aquelle aurait pu 
oTtigSJtsJ^ir le maigre tapis^^^^^^ 
'un lit k ciel dont les pentes wviT^i.^^ 
me si elles allaient tomber, 
egarda sdrieusement lagrande 
20 Nanon et lui dit : 

— Ah 9k ! ma chfere enfant, suis-je bien chez M. 
Grandet, Tancien maire de Saumur, frfere de M. Gran- 
det, de Paris ? fj ^^UU^ 

— Oui, monsieur, chez un bgti aimable, un ben doux, 
25 un ben parfait monsieur. Faut-il que je vous aide k 

d^faire vos malles? ij^JS, \J\BJi%i^ 
•^ — Ma foi, j^ leveuxbien, mon Ivieux troupier ! 
N'avez-vous pas servi dans les marins de la garde im- 
perial e ? 
30 — Oh ! oh ! oh ! oh I dit Nanon, quoi que c'est que 
9a, les marins de la garde ? C'est-il said ? (j;a va-t-il 
8ur Teau ? f^^tOt^^gl p 



62 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Tenez, cherchez ma robe de chambre qui est dans 
cette valise. En void la clef. 

Nan on fut tout dmerveill^e de voir une robe de 
chambre en soie verte k fleurs d'or et k dessins an- 
tiques. 5 

— Vous allez mettre 9a pour vous coucher ? dit-elle. 

— Oui. 

— Sainte Vijrge ! le beau devant d'autel que 9a 
ferait pour laTJaWtSSS^ Mais, mon cher mignon mon- 
sieur, donnez done 9a k I'^glise, vous sauverez votre 10 
^me, tandis que 9a vous la fera perdre. Oh ! que vous 
€tes done gentil comme 9a. Je vais appeler made- 
moiselle pour qu'elle vous regarde. t^^. -- 

— Allons, Nanon, puisque Nanoiml y a, voulez-vous «r 
vous taire I Laissez-moi me coucher, j'arrangerai mesis 
affaires demain ; et, si ma robe vous plait tant, vous 
sauverez votre kme, Je suis trop bon chr^tien pour 
vous la refuser en m'en allant, et vous pourrez en faire 
tout ce quej^miSiVOudrez. k 

Nanon^f'w5'^aWl^*?pr^^s pieds, contemplant 20 «v 
Charles, sans pouvoir ajoiiter foi k ses paroles. 

— Me donner ce bel fRouri dit-elle en s*en allant. 

II r6ve ddjk, ce monsieur. Bonsoir. ^"^ 

— Bonsoir, Nanon. — Qu'est-ce que je suis venu 
faire ici ? se dit Charles en s'endormant. Mon pbre 25 

ua.niaiSjinonvoyage doit avoir un but. Psch ! 
( A '^ffi^inj^ ^sTjinaires sdrieuses," disait je ne sais 
queflegfflfaai&grecque. 

— Sainte Vierge ! qu'il est gentil,- mon cousin ! se 
dit Eugenie en interrompant ses pribres, qui, ce soir-lk, 30 
ne furent pas finies. 

Madame Grandet n'eut aucune pens^e en se couchant. 
Elle entendait, par la porte de communication qui se 




EUGENIE GRANpE T. 63 

trouvait au milieu de lacIoison^Tavare se promenant 

de long en long dans sa chambre. Semblable k toutes 

les femmes timides, elle avait ^tudid le caractfere de son 

seigneur. De meme que la mouette prdvoit Torage, 

5 elle avait, k d'imperceptibles signes, pressenti latemp^te 

int^rieure qui agitait Grandet, et, pour employer 

pression dont elle se servait, elle ^aiggj^j^Jorslg^orte. 

A j^ Grandet regardait la porte int^rieurement doubl^e en 

^WfcflB*^*toie^^'il avait fait mettre k son cabinet, et se disait : 

10 . — Quelle id^e bizarre a eue mon frbre de me l^guer A^tw^/V 
son enfant I Jolie succession I je n'ai pas vingt 6cus k 
donner. Mais qu'est-ce que vingt dcus pour ce mirli- 
flore, qui lorgnait mon baromfetre comme s'il avait 
voulu en f aire du feu ? 

15 En songeant aux consequences de ce testament de 
douleur, Grandet dtait peut-^tre plus agitd que ne T^tait 
son frbre au moment oli il le traga. 

— J'aurais cette robe d'or ? . . . disjitrNanon, qui 
s'endormit habillde de son devaW*(rtrtffffl7 rdvant de 

2ofleurs, de tapis, de damas, pour la premiere fois de sa 
vie, comme Eugenie rSva d'amour. 

Dans la pure et monotone vie des jeunes filles, il 
vient une heure d^licieuse oil le soleil leur dpanche ses 
rayons dans Time, oU la fleur leur exprime des pensdes, 

2$ oU les palpitationsdA Q»^ communiquent au cerveau 
leur chaude^pec8nofflfl?efer fondent les iddes en un 
vague d^sir ; jour d^nnocente mdlancolie et de suaves 
joyeuset^s ! Quand les enfants commencent k voir, ils 
sourient ; quand une fille entrevoit le sentiment dans 

30 la nature, elle sourit comme elle souriait enfant. Si 
la lumifere est le premier amour de la vie, Tamour 
n'est-il pas la lumifere du coeur ? Le moment de voir 
clair aux choses d4ci-bas ^tait arriv^ pour Eugdnie. 



64 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

V^^Matinafe comme toutes les filles de province, elle se 
leva de bonne heure, fit sa pribre, et commenga Toeuvre 
de sa toilette^cffijmaation qui d^sormais allail avoir 
, un sens. ErlenssSd/abord ses cheveux nfflL^ms^ 
TJK^M^i'Tbrdit leurs grosses jfraWes'au-dessus de sa t^te avec le 5 
plus grand soin, en ^vitant que les cheveux ne s'dchap- 
passent de leurs tresses, et introduisit dans sa coiffure 
une symdtrie qui rehaussa la timide candeur de son 
visage, en accordiant la simplicity des accessoires k la 
naivetd des lignes. En se lav^t pjiisieuijs foisj Ijs 10 j 
mains dans de Teau pure qui lui mMissarf errou^Ssaff^ 
la peau, elle regarda ses beaux bras ronds, et se de- 
mandi^^que faisait son cousin pour avoir les uQAhsA a 
si^rSjjei^it blanches, les ongles si bien ^omrel.^ii^ 
Elle mit des bas ^f V^gct&iesplus^ioUs souli^rs^^Hl^is 
se la9a droit, safis'paBaer ^J'c^^ sounaiSJ, ^^ 

pour la premifere fois de sa vie, de paraitre k son avan- 
tage, elle connut le bonheur d'avoir une robe fraiche, 
bien faite, et qui la rendait attrayante. Quand .sa toi- 
lette fut achev^e, elle entendit sonner rhSnqfd de la 20 
paroisse, et s'^tonna de ne compter que sept heures. 
Le d^sir d'avoir tout le temps ndcessaire pour se bien 
J * fl hahiller Pavait fait l^ver trojp tot. Ignorant Tart de 
^^^^^ ^emanier dix fois une Wucle de cheveux et d'en ^tu- 
dier Feffet, Eugenie se croisa tout bonnement les bras, 25 
s'assit k sa fen^tre, contempla la cour, le jardin ^troit 
et les ha^ute^^arasses qui le dominaient ; vue m^lan-^^ 
coliqu(!J^1$oSrneer, mais qui n'^tait pas ddpourvue des 
myst^rieuses'beau^sDafticuli^res aux endroits soli- 
taires ou k lanatpenTO la cuisinese jp 
trouvait un puHs^entourd d'une nrar|fS|S. ek& p^nre"*? 
maintenue tkms une branche de fer cSutfee^, qu'em- 
brassait une vigne aux pampres fl^tris, rougis. brouis ^^^ 



par la saison ; de Ik, letortuaux sarment gagnait le 

mur, s'y attachajLcourait le long de la maison et finis* 

salt sur urnbucn^roir'le bois dtait rangd avec autant 

d'exactitude que peuvent T^tre les livres d'un biblio- 

5phile. Le pavd de la cour off rait ces teintes noir- 

— dtres produites av^ le i^jjpsgjfj^s mousses, par les 

herbes, par le^Vieiatit d9iSo(r!9i!^ti^Jf^s^\irs ^pais 

pr^sentaient leur cljfiiaise verteJ^^tmdec*TOAlongues 

traces brunes. Enfin, les huit marches qui rdgnaient yf{ \f i ^ 

10 au fond de la courjjt meg|ient k la porte du jardin 

Aaient disjointes et CTisevelies sous de hautes plantes, 

comme le tombeau d'un chevalier enterrd par sa veuve 

£mps des croisades. Au-dessuad^une feftWeoe ,^^- 
•es toutes VongS^s s'^levait unefmldde bois pourri, SfjOj^^ 
' ' ' tombde diWJfiAa, rnjisi^ laquelle se mariaient^^^ui^i^ 
^^p plaiUe*- gHm^ffitesrf De chaqufe cot^ de 
kr^TO ig^s'avangaient res T?fl!fS^Sirfortus de 
16 rs r^^bougris. Trois allies ^*2in^k*.*sa- 
ra/rrlsd?)! 



^ yw - .^x^^o%et separ^es par des^arres dont les Wxx>^a^^n.i,t 
(^ 2omaintenues au moyen d'une bordu re SfM^ui^compo- 
^saieijbce^jardiij^ terminait, au bas d eJa tenrasa^^ 
< un'Touvfert d^WlISWs^ Ajgw bout, desTrfm DOibiCT^fT 
I'autre, un immens^TOyCT^fW inclinait ses branches 
jusque sur le cabinet du tonnelier. Un jour pur et le 
25 beau soleil des automnes naiurelsaux rives de la Loire 
commen9aient k dissiper l^^gfiHsimprimd par la nuit 
aux pittoresques objets, aux murs, aux plantes qui 
meublaient ce jardin et la cour. 

Eugenie trouva des charmes tout nouveaux dans 

Sopaspect de ces choses, auparavant si ordinaires pour 

elle. Mille pens^es confuses naissaient dans son ime, 

et y croissaient k mesure que croissaient au dehors les 

rayons du soleil. Elle eut enfin ce mouvementde plai- 

5 




66 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

sir vague, inexplicable, qui enveloppe Tfitre moral, 
comme un nuage envelopperait Tdtre physique. Ses 
reflexions s'accordaient avec les details de ce singulier 
paysage, et les harmonies de son cceur firent alliance 
avec les hamonies de la nature. Quand le^l^il attei-| 5 y 
J gnit uij^ft^^ mur d'oii tombaient des . cfkAwi^^k?^^ 

/fW^Vdnus aux ' rSnnes^paisses k couleurs changeantes 
comme la gorge des pigeons, de celestes rayons d*es- 
pdrance illumin^rent Tavenir pour Eugdnie, qui d&or- 

^?iSiWS!Kt,^JS^^^^^ ^^ ^^" ^^ "%& ¥^ fleurs piles, lo 
sesxWfinlRresODleufes et ses herbe#|linl0J,\auxquelles 

se m^la un souvenir gracieux comme ceux de I'enfance. 

Le bruit que chaque f euille P^oduisait i)^ns cette cour 

sonore en se ddtachant de son ramMfi^donnait une 

rdponse aux secretes interrogations ae la jeune fiUe, 15 

qui serait restde Ik toute la journ^e sans s'apercevoir 

de la fuite des heures. Puis vinrent de tumultueux 

mouvements d'ime. Elle se leva fr^quemment, se mit 

devant son miroir et s'y regarda, comme un auteur de 

C^^T^ AiS^ fg^foi con temple son oeuvre pour se critiquer et seao > 

dire des injures k lui-m6me. 

"Je ne suis pas assez belle pour luiL^telle* ^tait 

la pensde d' Eugenie, pensde humble et fuittfe'felf^ouf- 

frances. La pauvre fiUe ne se rendait pas justice; 

mais la modestie, ou mieux la crainte, est une des pre- 25 

mibres vertus de I'amour. Eugdnie appartenait bien k 

ce t3rpe d'enfants fortement constitu^s, comme ils le 

sont dans la petite bourgeoisie, et dont les beautds 

paraissent vulgaires; mais, si elle ressemblait k la 

V^nus de Milo, ses formes ^taient ennoblies par cette 30-^ 

suavit^ du sentiment chr^tien, qui purifie la femme et 

lui donne une distinction inconnue aux sculpteurs an- 

ciens. Elle avait une t^te ^norme, le front masculin. 



EUGENIE GRANDET. 67 

mais ddicat, du Jupiter de f hidias, et des yeux gris 
auxquels sa chaste vie, en A V poytant tout enti^re, im- 
primait une lumi^regjaxnissantS^ Les traits 




visage roni ladis frais et rose, avaient ^t^ gros 

5 uile petiteflPKme assez cldmente pour n*y point laisser 

de traces, inais qui avait d^truit le velout^ de la peau, 

ndanmoins si douce y^i Rne o^^fijf) que le pur baiser 

i^**de sa mfere y tragait paSSPffMCTrllne marque rouge. 

JJr Son nez ^toit un peu trop ^QJli^^l^is il s'harmoniait 

^^ loavSCTTHl^^jBJpc d*un rouge de^miraum, dont les Ifevres 

k mille raiesetaient pleines d'amour et d0 boT0, Le a 4 
cou avait une rondeur parfaite. Le cOTSa^^ombt*^^^^'*^ "^ 
soigneusement voild, attirait le regard et f aisait r^ver ; 
il manquait sans doute un peu de la gr^ce due k la toi- 

i5lette ; mais, pour les connaisseurs, la non-flexibilit^ de 
cette haute taille devait ^tre un charme. Eugenie, 
grande et forte, n'avait done rien du joli qui plait aux 
masses ; mais elle ^tait belle de cette beaut^ si facile k 
reconnaitre, et dont s'^prennent seulement les artistes. 

20 Le peintre qui cherche ici-bas un type k la celeste 
puretd de Marie, qui demande k Aoute la nature femi- 
nine ces yeux modestemenynersdevin^s par Raphael, 
ces lignes vierges souvent dues aux hasardp de j^xon- 
ception, mais qu'une vie chrdtienne et ^JWftque^eut 

25seule conserver ou f aire acqudrir ; ce peintre, amoureux 
d'un si rare modMe, eiit trouvd tout k coup dans le 
visage d' Eugenie la noblesse innde qui s'ignore ; il eiit 
vu sous un front calme un monde d'amcam^udans la^^ 

|s rhabitude des p^^p^resTie je ne^^ 
traits, les contours de sa tete, que 
['expression du plaisir n'avait jamais ni alt^r^s ni fati- 
gues, ressemblaient aux lignes d'horizon si doucement 
tranchdes dans le lointain des lacs tranquilles. Cette 




68 SCENES DE LA VIE DE PROVING 






physionomie calnpe, color^e, bordde d'une lueur comme 
une jolie fleufVcrose/reposait Time, communiquait le 
charme de la conscience qui s'yrefl^tait, et commandait 
le regard. Eugdnie ^tait encore sur la rive da la 
oil fleurissent les illusionsi^nfanlM|£^, oh se^^co^Lllel 
les marguerites avec d^rfflMlp plus tard inconnues. 
Aussi se dit-elle en se^ml^mCTfeins savoir encore ce 
qu'^tait Tamour : 

— Je suis trop laide, il ne fera pas attention k moi ! 
Puis elle ouvrit la porte de sa chambre qui donnait lo 

sur Pescalier, et tendit le cou pour ^couter les bruits de 
la maison. 

— II ne se Ifeve pas, pensa-t-elle en entendantTsTtorffe- 
serie^matinalfej^e Nanon, et la bonne fille, allant, ve- 
nanrftmra^ntja salle, allumant son feu, enchainant le 15 
chien et parlant h. ses b^tes dans Tdcurie. 

' A 1 AjUSsitot Eugenie descendit et courut k Nanon, qui 
^VVAiWftJlit la vacheJUM 

— Nanon, ma bonne Nanon, fais done de la crbme 
pour le caf^ de mon cousin. 20 

— Mais, madenu)j^lle^ s^uj^t j[a ljjij^j^j {j)y;pdre^ ier, 
dit Nanon, qui pSmt^rm ^§fts eclataern-eTlJjV ne 
peux pas faire de la cr^me. Votre cousin est mignon, 
mignon, J^^ls^vraigientmignon. Vous ne Tavez pas 
vu dans si^anlbr^^iqueTie soie et d*or. Je I'ai vu, 25 
moi. II porte du linge fin comme celui du surplis k 

— Nanon, fais-nous done de la g^^tte. '^Z?'^^*^^ 

— Et qui me donnera du bois pour le lourTet de la 
farine, et du be^iVe? dit Nanon, laquelle, en sa quality 30 
de premier ministre de Grandet, prenait parfois une 
imporance ^norme aux yeux'd'Eugdnie et de sa mbre. 

/ Faut-il pas le voler, cet homme, pour £$t^r votre cou- 



EUGENIE GRANDET, 69 

Sin ? Demandez-lui du beurre, de la farine, du bois, il 
est votre p^re, il peut vous en donner. Tenez, le voilil 
qui descend pour voir aux provisions. . . 

Eugenie se sauva dans le jardin tout ^pouvant^e en 
5 entendant trembler Pescalier sous le pas de son pbre. 
Elle 6prouvait d6]h, les effets de cette profonde pudeur 
et de cette conscience particulifere de notre bonheur 
qui nous fait croire, non sans raison peut-^tre, que nos 
pens^es sont gravfes sur notre front et sautent aux 

loyeux d'autrui. En s'apercevant enfin du froid d^nii- 
ment de la maison paternelle, la pauvre fille concevait 
une sorte de d^pit de ne pouvoir la mettre en harmonie 
avec r^ldgance de son cousin. Elle ^prouva un besoin 
passionn^ de faire quelque chose pour lui : quoi ? elle 

isn'en savait rien. Naive et vraie, elle se laissait aller k 
sa nature ang^lique sans se d^fier ni deses impressions 
ni de ses sentiments. Le seuLaso^t de son cousin 
avait ^veillA chea elle lafirBWWfflffs naturels de la 



femme, et ily duieht s^ 'd^Lojsf d'autant plus vivement 
2oqu'ayant atteint sa vingt-troisibme annde, elle se trou- 
vait dans la plenitude de son intelligence et de ses 
ddsirs. 

Pour la premiere fois, elle eut dans le coeur de la 
terreur k Taspect de son pbre, vit en lui le maitre de 
25 son sort, et se crut coupable d*une faute en lui taisant 
quelques pens^es. Elle se mit k marcher k pas pr^ci- 
pit^s, en s'dtonnant de respirer un air plus pur, de 
sentir les rayons du soleil plus vivifiants et d'y puiser 
une chaleur morale, une vie nouvelle. Rendant qu'elle 
3ocherchait un artifice pour obtenir la^^Itemi, il s'elevait 
entre la grande Nanon et Grandet une de figsjj^i yylles 
aussi rares entre eux que le sont les hffinSWffe^^n 
hiver. Muni de ses clefs, le bonhomme ^tait venu 



7.O. SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

pour mesurer les vivres n^cessaires h. la consommation 
de la journ^e. 

— Reste-t-il du painj^ier ? dit-il k Nanon. 

— Pas une ft rftxejmonsieur. 

Grandet prit un gros pain rond, bien enfarin^, mouW S 
dans un de ces paniers plats qui servant h boulanger 
en Anjou, et il allait le couper, quand Nanon lui 
dit: 

— Nous sommes cinq aujourd'hui, monsieur. 

— C'est vr^ji^Do^Ct Grandet, mais ton pain pfese lo 
six livres, il er?Teste3[r^ D'ailleurs, ces jeunes gens de 
Paris, tu verras que 9a ne mange point de pain. 

— Qa mange done de Xd^frippe ? dit Nanon. 

j^ ^ En An jou, la frippe, mot du lexique populaire, exprime 
'r'*^^L^ Paccompagnement du pain, depuis l^beMHfe dtendusur^y 



'# ■ 's.ij^ccompagnement au pam, aepuis ispQ99f6 etenQusui^«r ^ 
A jgy^|A la'h^ne, frippe vulgaire, jusqu'auxoKWWrj^s d'alo^^*^** 'tlf 
/] la plus distingude jdeg\|rimpes ; et tous ceux qui, dans 

leur enfanc^ont3?preT9fripp^et laissd le pain com- 





prendront UfJortqilWe cette locuBoi 

— Non, r^pondit Grandet, 9a ne mange ni frippe ni 20 
pain. lis sont quasiment comme des filles k marier. 

Enfin, aprfes avoir parcimonieusement ordonnd le 
menu quotidien, le bonhomme allait se diriger vers son 
UJSer, en fermant n^anmoins les armoires de sa 
e, lorsque Nanon Tarr^ta pour lui dire : 25 

— Monsieur, donnez-moi done alors de la farine et 
du beurre, je ferai une galette aux enfants. 

— Ne vas-tu pas mettre la maison au pillage k cause 
de mon neveu ? 

— Je ne pensais pas plus k votre neveu qu'^ votre 30 
chien, pas plus que vous n'y pensez vous-m^me . . . Ne 
voilk-t-il pas que vous ne m^avez aveintqaQ six morceaux 
de Sucre ! m'en f aut huit. 



rf^ 



EUGl^NIE GRANDET, Jl 

— Ah 9^ ! Nanon, je ne t'ai jamais vue comme 9a, 
Qu*est-ce qui te passe done par la tete ? Es-tu la 
maitresse ici ? Tu n^aurais que six morceaux de sucre, 

— Eh bien, votre neveu, avec quoi done qu'il suerera 
5 son cafd ? 

— Avee deux moreeaux ; je m'en passerai, moi. 

— Vous vous passerez de suere, k votre age 1 J'aime- 

rais mieux vous en aeheter de ma poehe. * • * 

— M^le-toi de ee qui te regarde."WU4, ^1f^^^ A^'^^^*^**^^- 
10 Malgrd la baisse du prix, le suere ^tait toujours, aux ^ 

yeux du tonnelier, la plus pr^eieuse des denr^es colo- / 
niales, il valait toujours six franes la livre pour lui. \ 
L'obligation de le manager, prise sous T Empire, dtait 
devenue la plus inddl^bile de ses habitudes. Toutes 
isles femmes, m^me la plus niaise, savent ruser pour 
arriver k leurs fins : Nanon abandonna la question du 
Sucre pour obtenir la galette. 

— Mademoiselle, cria-t-elle par la crois^e, est-ce pas 
que vous voulez de la galette ? 

20 _ Non, non, r^pondit Eugenie. 

— Allons, Nanon, dit Grandet en entendant la voix 
de sa fille, ti gf^s. , / j ;_^ VPVVvltk 

II ouvrit IsrmmnTKliiit la fanneHui en donna une 
mesure, et ajouta quelque onees de beurre au morceau 
25 qu'il avait d^jk eoup^. 

— II faudra du bois pour chauffer le four, dit Timpla- 
cable Nanon. 

— Eh bien, tu en prendras k ta suffisance, r^pondit- 
il m^laneoliquement ; mais, alors, tu nous feras une 
tarte aux fruits, et tu nous euiras au four tout le diner • 

arginsi, tu n'allumeras pas deux feux. 

— Ouien I s'deria Nanon, vous n'avez pas besoin de 
me leoSeT 




J2 SC&NES DE LA VI£ DE PROVINCE. 

Grandet jeta sur son fidble ministre un coup d'oeil 
presque paternel. 

— Mademoiselle, cria la cuisini^re, nous aurons une 
galette. 

Le pbre Grandet^ rgyi^<{{iarg^ de ses fruits, et en 5 
rangea une premibrejassieTfcJfsurla table de la cuisine. 

— Voyez done, monsieur, lui dit Nanon^le3|iaiies 
bottes qu'a votre nex^^^ /iQ^ ^^ cuir, et qui^SWRm ! 

reemioi que ga seSjlTOiexionc ? Faut-il y mettre de 

freTJjage k Toeuf ? »%fr fi^tifll L '^ 

— Nanon, je crois que Poeuf glterait ce cuir-lk. 
D'ailleurs, di&-lui que tu ne connais point la manibre de 
cirer le nWroquln . . . oui, c'est du maroquin ; il achfetera 
lui-m^me k Saumur et t'apportera dg^^oi lustrer ses «« 
bottes. J*ai entendu dire qu'on flurWdu sucre dans 15 
leur cirage pour le rendre brillant. 

— C'est done bon k manger ? dit la servante en 
portant les bottes k son nez. Quien, quien ! elles 
sentent Teau de Cologne de madamel Ahl c'est-ii 
drole. 20 

— Drole ! dit le maltre, tu trouves drole de mettre 
k des bottes plus d'argent que n'en vaut celui qui les 
porte ? 

— Monsieur, dit-elle au second voyage de son maitre, 
qui avait ferm6 le fruitier. cst-£e .cm^ vous ne mettrez 25 
pas une ou deux fois le pofln^irpaAr semaine k cause ^ 
de votre . • . ? 

— Oui. 

— Faudra que j'aille k la boucherie. 

— Pas du tout ; tu nous fecasidu bouilh 
les fermiers ne t'en laisseronr pas c^^eWj^ais je 
vais dire k Cornoiller de me tuer des tottoBiB!? Ce 
l^oier-lk donne le meilleur bouillon de la terre. 





I I 



EUGENIE GRANDET. 73 

« 

— C'est-il vrai, monsieur, que 9a mange les morts ? 

— Tu es bete, Nanon ! lis mangent, comme tout le 
Qionde, ce qu'ils trouvent. Est-ce que nous ne vivons 
pas de morts ? Qu'est-ce done que les successions ? 

5 Le pfere Grandet, n'ayant plus d'ordre a donner, tira 
sa montre, et, voyant qu'il pouvait encore disposer 
d'une demi-heure avant le dejeuner, 11 prit son chapeau, 
vint embrasser sa fille et lui dit : 

— Veux-tu te promener au bord de la Loire, sur mes 

10 prairies ? J'ai quelque chose k y faire. A^bt^CxS^ 

Eugenie alia mettre son chapeau de paille cousue, 

doubld de taffetas rose ; puis le p^re et la fille descen- 

dirent la ju^ tortueu s^ ji ^ g^u^^ la place. 
^ — OUnaevaHE-volBrao matin ? dit le notaire 

i5Cruchot, qui rencontra Grandet. 

— Voir quelque chose, rdpondit le bohhomme sans 
^tre la dupe de la promenade matinale de son ami. 

Quand le pfere Grandet allait voir quelque chose, le 
notaire savait par experience qu*il y avait toujours 
20 quelque chose k gagner avec lui. Done, il raccom- 
pagna. 

— Venez, Cruchot, dit Grandet au notaire. Vous 6tes 
de mes amis ; je vais vous d^montrer comme quoi 
c'est une b^tise de planter des peupliftrs dans de bonnes 

25 terres . . . ^•^Mh*t% 

— Vous comptez d£ncj?pur riin les soixante mille 
francs que vous ave:^^alpQpour akix qui ^taient dans 
vos pi'akies ddJa Loir| ? dit maitroyCruchpt en ouvrant 

•^ des yeuxneDeftsT'vlvfez-vous eu aun5onITeOTT|. . Cou- p^ 

'30 per vos arbres au moment ou Ton manquait de bois (TliJv% 
blanc k Nantes, et les vendre trente francs I 

Eugdnie dcoutait sans savoir qu'elle touchait au mo- 
ment le plus solennel de sa vie, et que le notaire allait 





74 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

faire prononcer sur elle uiT arrSt paternel et souverain. 

Grandet ^tait arriv^ aux magnifiques prairies qu'il pos- 

s^dait a 

paient 

autrefois pris par les peupliers. 5 

— Maitre Cruchot, voyez ce qu'un peuplier prend de 
terrain, dit-il au notaire. — ToSI). ffji tih^ un ouvrier, 
me . . . me . . . m^ure a veQ Idp tSiS^lfBlR^tou . . . tou . . • 
tous les sens 1 t^^^^iXsP^ 

— Quatre fois huit pieds, r^pondit Touvrier aprbsio 
avoir fini. ^^/UO 

— Trente-deux pfeds d^erte, dit Grandet k Cruchot. 
J'avais sur cette ligne trois 'cents peupliers, pas vrai ? 
Or . . . trois ce . . . ce . . . ce . . . cent fois trente-d . . . 
eux pie . . . pieds me man • .ijman . • . man . • • man ... 15 
geaient cinq...inq cents de^'VMl; ajpute^ deux fois 
autant sur les cdt^s, quinze cents ; les nSfgeelKlu milieu 
autant Alors, md . • . m^ . . . mettons mille J^fitf ^^ de 
foin. fwi^ 

— Eh bien, dit Cruchot pour aider son ami, mille 20 
bottes de ce foin-lk valent environ six cents francs. 

— Di . . . di . . . dites dou . . . o\i,(UtJ>nz^CQnts. k cause 
des trois k quatre cents irzncs^flkrfk^pirih bien, ^ 
ca . . . ca . . . ca . . . calculez ce que • . . que . . . que 
dou , , . ouze cents francs par an, pen . . . pen . , . pendant 25 
quarante ans, do . . . donnent a . . . a . . . avec les in . . . 

in • . . int^r^ts com . . • com . . . composes que • • • que • • 
p aue vou . . . ous sa . . • a . . . avez. 

JLm\^ Y^^H Vapour soixante mille francs dit le notaire. ^ 

G -jjiW^ A ^"^^ Je le veux bien! 9a ne...ne...ne fera que... 

que . . . que soixante mille francs. Eh bien, reprit le vi- 
gneron sans ^^gaver, deux mille peupliers de quarante 
ans ne medpimeraient pas cinquante mille francs. II y 




EUGENIE GRANDET. y\\ 




e. Xai trouv^ 9a, moi, dit Grandet en se dressant 




s e^fots. — Jean, reprit-il, tu combleras les trousXL^Ufl^ 
except^ du cot^ de la Loire, oil tu planteras les peu-® ' 
pliers que j'ai achet^s. En les mettant dans la riviere, 
Sils se nourriront aux frais du gouvernement, a] 
en se toumant vers Cruchot et imprimant k la ^^^^ 
son nez un l^ger mouvement qui valait le plus ironiquef^ 
des sourires. 

— Cela est clair Jespejjpliers ne doivent se planter 
10 que sur les terres psog^s, dit Cruchot, stup^fait par 

les calculs de Grandet. 

— O'U-i, monsieur^ r^pondit ironiquement le tonne- 
lier. 

Eugenie, qui regardait le sublime paysage de la Loire 

1 5 sans ^couter les calculs de son p^re, pr^ta bientot 

Toreille aux propos de Cruchot en Tentendant dire k 

son client: ^ ^i^A%- U% ^^^^> 

— Eh bien, vous avez fait venir un gendre de Paris ; 
il n'est question que de votre neveu dans tout Saumur. 

20 Je vais bientot avoir un contrat k dresser, p^re Gran- 
det ? 

— Vous . . . ou . . . vous ^tes,so , . . so . . . orti de bo . . . 
bonne heure pou . . . our me dire 9a, reprit Grandet en 
accompagnant cette reflexion d'un mouvement de sa 

25 loupe. Eh bien, mon vieux cama . . . arade, je serai 
franc, et je vous dirai ce que vou . . . ous vou . . . oulez 
sa . . . savoir. J'aimerais mieux, voyez-vous, je . . . jeter 
ma fi . . . fi . . . fille dans la Loire que de la do . . . onner k 
son cou . . . ou . . . ousin : vous pou , . . pou . . . ouvez a , . . 

3oannoncer, ga. Mais non laissez j^ •'^fp'^ ^^ ^^^^ • • • 

Cette r^ponse causa des eDlouiftemehts k Eugenie. 
Les lointaines esp^rances qui pour elle commen^aient 





7^ SCENES DS LA ^I^ DB PROVINCB. 

ff^Jomare aans son OSPT^Wycnt soudain, se r^alisfe- 
rent et Jom^rent un^aiscOTnK fleurs qu'elle vit cou- 
ples e^^janrl terrcfl J>epy^ la veille, elle s'attachait 
k Charles par tous le*9'nen?^re bonheur qui unissent 
les ; ddsormais la souffrance allait done los cor- 5 
feff N'est-il pas dansJa ^obldd^in6e de la 
femme d'etre plus touch^e dSwO!!^i$TOfej(a mis^re que 
des splendeurs de la fortune ? Comment le sentiment 
paternel avait-il pu s'^teindre au fond du cceur de son 
pfere ? De quel crime Charles dtait-il done coupable ? 10 
Questions myst^rieuses ! D^jk son amour naissant, 
mystfere si ptofond, s'enveloppait de mystferes. Elle 
revint tremblant sur ses jambes, et, en arrivant k la 
vieille rue sombre, si joyeuse pour elle, elle la trouva 
d'un aspect triste, elle y respira la mdlancolie que les 15 
temps et les choses y avaient imprimde. Aucun des 
enseignements de Tamour ne lui manquait. A quel- 
ques pas du logis, elle devan9a son pbre et I'attendit k 
la porte aprfes y avoir frapp^. ^^^^i|Gra^^Jji 
voyait dans la main du notaire un ]ournaf enoQ'e s< 

^X2 WlSal^I*^ avait dit : 4_ 

— Oh en sont les fonds?VrV^fi^^tii4 flXSiMt, 

— Vous ne voulez pas m'^couter, Grandet, lui r^pon- 
dit Cruchot. Achetez-en vite, il y a encore vingt pour 
cent k pragjiar en deux ans, outre les int^r^ts h. un ex- 25 
cellent uftS^cinq mille livres de rente pour quatre- 
vingt mille francs. Les fonds sont k quatre-vingts 
francs cinquante centimes. 

— Nous verrons cela, rdpondit Grandet en se* 
le menton. 30' 

— Mon Dieu I dit le notaire, qui avait ouvert son 
journal. 

— £h bien, quoi? s'^cria Grandet au moment oil 




rc-viugis 

slrottantTT 



EUG^NIB GRANDET. 77 

Cruchot lui mettait le journal sous les yeuz en lui 
disant : " Lisez cet article/' 

" M. Gran^et. Fun des n^gociants les plus estim^s de 
5 Paris, s^estfTaruieii xervelle hier, aprbs avoir fait 
son apparition accoutum^e k la Bourse. II avait 
envoyd au president de la Chambre des deputes sa 
demission, et s'^tait ^galement ddmis de ses fonctions 
de juge au tribunal de commerce. Les faillites de 
loMM. Roguin et Souchet, son agent de change et son 
notaire, Pont ruin^. La consideration dont jouissait 
M. Grandet et son credit ^taient ndanmoins tels, qu'il 

fcs^fer 

15 un premier moment de d^sespoir ; etc.'' 



eQt sans doute trouv^ des secours sur la place de Paris.WtfV 
II est k regretter que cet homme honorable ait c6d6 k 



— Je leKayal^dit le vieux vigneron au notaire. 

Ce morfgla^rmaltre Cruchot, qui, malgr^ son im- 
passibility de notaire, se sentit froid dans le dos en 
2opensant que le Grandet de Paris avait peut-^tre implor^ 
vainement les millions du Grandet de Saumur. 

— Et son fils, si joyeux hier . . . ? 

— II ne salt rien encore, r^pondit Grandet avec le 
m^me calme. 

25 — Adieu, monsieur Grandet, dit Cruchot, qui comprit 
tout et alia rassurer le president de Bonfons. 

En rentrant, Grandet trouva le ddjeuner pr^t. Ma- 
dame Grandet, au cou de laquelle Eugenie sauta pour 
Tembrasser avec cette vive effusion de coeur qug 

J2S^MS^^^^Vni^^ /^^^ sur son 
se'mcoiaiftles fnancn^^our Thiver. 

^^ Vous pouvez manger, dit Nanoj^ouidescendit les 

escaliers quat re k quatre, renf^r^prfca^ie un ch^ru- 






78 SCENES DE LA VIE D£ PROVINCE. 

bin. Qu'il est gentiL les^'eux ferm6s ! Je suis entree, 
je Tai appele. Ah MftTmnpersonne.'^44^ Vl^^*%j 

— Laisse-le dormir, dit Grandet, il s'dveillera toujobrs 
assez tdt aujourd'hui pour apprendre de mauvaises 
nouvelles. 5 

— Qu'y a-t-il done ? demanda Eugenie en mettant 
dans son caf^ les deux getitsmorceaux de sucre pesant 
on ne sait comhign d^Cgrainraes que le bonhomme 
s'amusait k oSTtpfc* lui-m^me k ses heures perdues. 

Madame Grandet, qui n'avait pas osd faire cetteio 
question, regarda son mari. 

— Son pfere s'est briild la cervelle. 

— Mon oncle ? . . . dit Eugenie. 

— Le pauvre jeune homme ! s'6cria madame Grandet. 

— Qui, pauvre, reprit Grandet, 11 ne possbde pas un 15 
sou. 

— Eh ben, il dort comme s'il 6tait le roi de la terre, 

dit Nanon d'un accent doux. ^^JlX^f^J^^^A^ 

Eugenie cessa de manger. Son coeur se sen-a comme 
le cceur se serre quand, pour la premiere fois, la com- 20 
passion, excitee par le malheur de celui qu'elle aime, 
l2i^M( ^ *^panche dans le corps entier d'une femme. La jeune 
fille pleura. 

— Tu ne connaissais pas ton oncle, pourquoi pleures- 
tu ? lui dit son pbre en lui langant un de ces regards de 25 
tigre affamd qu'il jetait sans doute k ses tas d'or. 



— Mais, monsieur, dit la servante, qui ne se sentjr^ 
^*^«^^rwinmenJiftabot sans savoir son sort ? 



>as^de)Dki^ pour ce pauvre jeune homme, qui 



m-^ 



— Je ne te parle pas, Nanon ! tiens ta langue. 30 

Eugenie apprit en ce moment que la femme qui 

aime doit toujours dissimuler ses sentiments. Elle ne 

r^pondit pas. 






EUGENIE GRANDET. 79 

— Jusqu'k mon retour vous ne' lui parlerez de rien, 
j'espfere, madame Grandet, dit le^ 
tiauaot^ Je suis obligd d'aller fain 

^^^^^flres^pr^sur la route. Je serai revenu k midi pour le 
5 second dejeuner, et je causerai avec mon neveu de ses 
affaires. — Quant k toi, mademoiselle Eugdnie, si c'est 
pour ce mirliflore que tu B^^i^f^jMsez comme cela, 
mon enfant. Ili^artirk d8 y<tare ni^r les grandes 
Indes. Tu ne le verras plu^!^ T^ 
lo Le pfere prit ses gants auTSorff^^nK d|M>eau. 1^ mOj^jg 
"^^A^Xf 9^9P. calme habituel, les aSsu^fffcllOT^* ^mlM' f ^ 
ligts les uns dans les autres, et sortit. 

— Ah I maman, j'^touffe I s'^cria Eug6nie quand elle 
fut seule avec sa m^re. Je n'ai jamais souffert ainsL 

15 Madame Grandet, voyant sa fille pilir, ouvrit la 
crois^e et lui fit respirer le grand air. 
' — Je suis mieux, dit Eugenie aprbs un moment. 
Cette Amotion nerveuse chez une nature jusqu'alors 
en apparence calme et froide rdagit sur madame 

20 Grandet, qui regarda sa fille avec cette intuition sym- 
pathique dont sont doudes les mferes pour Tobjet de 
leur tendresse, et devij^tout^ Mais, k la v^rit6, la vie 
des c61bbres soeurs H on^i^is es.^ttach^es I'une k Tautre 
par une erreur de la nature, n'avait pas ^t^ plus intime 

25 que ne Tdtait celle d'Eug6nie et de sa m^re, toujours 
ensemble dans cette embrasure de croisee, ensemble k 
r^glise, et dormant ensemble dans le m^me air. 

— Ma pauvre enfant ! dit madame Grandet en pre- 
nant la t^te d' Eugenie pour Tappuyer centre son sein. 

30 A ces mots, la jeune fille releva la t^te, interrogea 
sa mbre par un regard, en scruta les secrbtes pens^es, 
et lui dit : 

— Pourquoi I'envoyer aux Indes ? S'il est malheu- 



8o SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

• 

reux, ne doit-il pas rester ici ? n'est-il pas notre plus 
proche parent ? 

— Oui, mon enfant, ce serait bien naturel ; mais ton - ^ 
pfere a ses raisons, nous devons les respecter. 

La m^re et la fiUe s'assirent en silence, Tune sur sa S 
chaise k patins, Pautre sur son petit fauteuil ; et, toutes 
deux, elles reprirent leur ouvragi Ql?E^i5f^£J^® ^^ 
connaissance pour Tadmirable *MWHfl?aW(9!frj|ue lui 
avait tdmoign^e sa mbre, £ugdnie lui balsa la main en 
disant : . ^ lo 

— Combien tu es bonne, ma ch^re maman ! 

Ces paroles firent rayonner le vieux visage matemel, 
fldtri par de longue|^lnukJ|s.^ Qrtfl^^Vi^ 

— Le trouves-tu tlSf aemanaa Eugenia 

Madame Grandet ne r^pondit que par un sourire;i5 
puis, aprfes un moment de silence, elle dit k voix 
basse : 

— L*aimerais-tu done d6]k} Ce serait mal. 

— Mal, reprit Eugenie, pourquoi ? II te plait, il plait 

h Nanon, pourquoi ne me plairait-il pas ? Tiens, maman, 20 
mettons la table pour son dejeuner. 

Elle jeta son ouvrage, la mbre en fit autant en lui 
disant : 

— Tu es folic ! 

Mais elle se plut k justifier la folie de sa fille en la 25 
partageant. 

Eugdnie appela Nanon. 

— Quoi que vous voulez encore, mamselle ? 

— Nanon, tu auras bien de la crbme pour midi ? 

— Ah I pour midi, oui, rdpondit la vieille servante. 30 

— Eh bien, donne-lui du caf6 bien fort, j*ai entendu 
dire k M. des Grassins que le caf^ se faisait bien fort k 
Paris. Mets-en beaucoup. 



EUGENIE GRANDET. 8 1 

— Et oh voulez-vous que j*en prenne ? 

— Achbtes-en. 

— Et si monsieur me rencontre ? 

— II est k ses pr^s. 

5 — Je cours.j Mais M. Fessard m'a d6jk demand^ si 
. les troiswllggf^^taient chez nous, en me donnant de la 
^CU^^MnOj^ie. Toute la ville va savoir nos d^portements. 

— Si ton pfere s'apergoit de quelque chose, dit ma- 
dame Grandet, il est capable de nous battre. 

10 — Eh t)ien, 11 nous battra, nous recevrons ses coups 
h, genoux. 

Madame Grandet leva les yeux au del pour toute 
rfeponse. Nanon prit sa coiffe et sortit. Eugenie don- 
na du linge blanc, elle alia chercher quelques-unes des 

i5grappes de raisin qu'elle s'dtait amus^e k ^tendre sur 
des cordes dans le grenier ; elle marcha l^gferement le 
long du corridor pour ne point ^veiller son cousin, et 
ne put s'emp^cher d'^couter k sa porte la respiration 
qui s'^chappait en temps dgaux de ses Ibvres. 

8o — Le malheur veille pendant qu'il dort, se dit-elle. 

Elle prit les plus vertes feuilles de la vigne, arrangea 

son raisin aussi coquettement que Taurait pu dresser un 

vieux chef d'office, et Tapporta triomphalement sur la 

table. Elle fit main basse, dans la cuisine, sur les poires 

25Compt6es par son pfere, et les disposa en pyramide par- 
mi des feuilles. Elle allait, venait, trottait, sautait. 
Elle aurait bien voulu mettre a sec toute la maison de 
son pfere ; mais il avait les clefs de tout. Nanon revint 
avec deux oeufs frais. En voyant les ceufs, Eugdnie 

30 cut I'envie de lui sauter au cou. 

— Le fermier de la Lande en avait dans son panier, 
je les lui ai demand^s, et il me les a donnds pour m'^tre 
agr6able, le mignon. 

6 



82 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

Aprfes deux heures de soins, pendant lesquelles Eu- 
genie quitta vingt fois son ouvrage pour aller voir 
bouillir le cafd, pour aller 6couter le bruit que faisait 
son cousin en se levant, elle r6ussit k preparer un de- 
jeuner trbs-simple, peu cofiteux, mais qui d^rogeait 5 
terriblement aux habitudes invdt^r^es de la maison. 
Le d6jeuner de midi s*y faisait debout. Chacun pre- 
nait un peu de pain, un fruit ou du beurre, et un verre 
de vin. En voyant la table placde auprfes du feu, Tun 
des f auteuils mis devant le convert de son cousin, enio 
voyant les deux assiett^es de fruits, le c^lMfS<Sf^^ 
bouteille de vin blanc, le pain, et le sucre amonceM dans 
una soucoupe, Eugenie trembla de tons ses membres en 
songeant seulement alors aux regards que lui lancerait 
son pfere, s'il venait II rentrer en ce moment. Aussi 15 
regardait-elle souvent la pendule, afin de calculer si 
son cousin pourrait dejeuner avant le retour du bon- 
homme. 

— Sois tranquille, Eugenie ; si ton pfere vient, je 
prendrai tout sur moi, dit madame Grandet. 20 

Eugdnie ne put retenir une larme. 

— Oh ! ma bonne mfere, s'^cria-t-elle, je ne t'ai pas 
assez aim^e ! 

Charles, aprfes avoir fait mille tours dans sa chambre 
en chanteronnant, descendit enfin. Heureusement, il 25 
n'6tait encore que onze heures. Le Parisien ! il avait 
mis autant de coquetterie k sa toilette que s'il se fiit 
trouv^ au chiteau de la noble dame qui voyageait en 
Ecosse. II entra de cet air affable et riant qui sied 
si bien k la jeunesse, et qui causa une joie triste ^30 
Eugenie. II avait pris en plaisanterie le ddsastre de 
ses chateaux en Anjou, et aborda sa tante fort gaie- 






EUGENIE GRANDET. 83 

— Avez-vous bien passd la nuit, ma chfere tante ? Et 
vous, ma cousine ? 

— Bien, monsieur ; mais vous ? dit madameGrandet. 

— Moi, parfaitement. 
S — Vous devez avoir faim, mon cousin, dit Eugenie ; 

mettez-vous k table. 

— Mais je ne d^jeune jamais avant mijii^ 
o\i je me l^ve. Cependant, j'ai si mal 
que je me laisserai f aire. D'ailleurs . . . 

10 II tira la plus d^licieuse montre plate que Br^gueF^ 
ait faite. / 

— Tiens, mais il est onze heures, j'ai 6th matinal. 

— Matinal ? . . . dit madame Grandet. 

— Oui, mais je voulais ranger mes affaires. Eh bien, 
15JP mangerais volon tiers quelque chose, un rien, une 

aille, un perdreau. 

— Sainte Vierge ! cria Nanon en entendant ces 
paroles. 

— Un perdreau, se disait Eugenie, qui aurait voulu 
20 payer un perdreau de tout son pecule. H^tTA'ViV 

— Venez vous ^ jgf oir^J u^ jj^j^ tante. 

Le dandy ^enKBsJlaner si?rl«auteuil comme une 
jolie femme qui se pose sur son divan. Eugenie et sa 
mhre prirent des chaises et se mirent prbs de lui devant 
25 le feu. 

— Vous vivez toujours ici ? leur dit Charles en trou- 
vant la salle encore plus laide au jour qu'elle ne I'^tait 
aux lumi^res. 

— Toujours, r^pondit Eugenie en le regardant, ex- 
3ocept6 pendant les vendanges. Nous allons alors aider 

Nanon, et logeons tous k Tabbaye de Noyers. 

— Vous ne vous promenez jamais ? 

— Quelquef ois le dimancbe, aprbs vSpres, quand il 



^H^^oTb 





^4 j^CfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

fait beau, dift madame Grandet, nous allons sur le pont, 
ou voir les fgjns quand on les fauche. 'V^^^'' 

— Avez-vous un th^itre ? 

— Aller au spectacle I s'dcria madame Grandet, voir 
des comddiens I Mais, monsieur, ne savez-vous pas que 5 
c'est un p^ch^ mortel ? 

— Tenez, mon cher monsieur, dit NancMi en apgpj 
les ceufs, nous vous donnerons les poulersu la 

— Oh ! des ceufs frais, dit Charles, qui, semblable 
aux gens habitu6s au luxe, ne pensait ddjk plus kio 
son perdreau. Mais c'est d^licieux I Si vous aviez du 
beurre, hein, ma ch^re enfant ? 

— Ah I du beurre 1 Vous n'aurez done pas de 
galette ? dit la servante. 

— Mais donne du beurre, Nanon I^^^gja Et^g^i 
La jeune fille examinait son cousin a>u^nt s< 

''lettes et y prenait plaisir, autant que la plus sensible 
iset te de Paris en prend k voir jouer un mdlodrame 
tnomphe Tinnocence. II est vrai que Charles, 61ev^ 
par une mfere gracieuse, perfectionn^ par une femme2o 



^^m^ufl* 



k la mode, avait des "^ Qjy£py n ts^g ^i^y^^,^ ^^gSg)&^ 
meniii^comme le sont ceu}rcr^S§pSll\%^m9SKsk 
0kkNiM^myS\iss2Lnce et la tendresse d'une jeune fille poss^dent *" 
^ une influence vraiment magn^tique. Aussi Charles, en 
se voyant Tobjet des attentions de sa cousine et de sa 25 
tante, ne put-il se soustraire k Tinfluence des sentiments 
qui se dirigeaient vers lui en Tinondant, pour ainsi dire. 
II jeta sur Eug6nie un de ces regards brillants de bont^, 
de caresses, un regard qui semblait sourire. II s'aper- 
9ut, en contemplant Eugenie, de Texquise harmonic des 30 

^TvTiiivfr^^^^ ^^ ^^ P"^ visage, de son innocente attitude, de 
1^^^ ly^li clart^ magique de ses yeux, ou scintillaient de jeunes 
* ^pensfees d'amour, et oU le d^sir ignorait la voluptd. 



^^c 



EUGl^NIB GRANDET. 85 

— Ma foi, ma chfere cousine, si vous 6tiez en grande 
&ge et en grande toilette k TOpdra, je vous garantis que 

ma tante aurait bien raison, vous y feriez faire bien des 
p^ches d'envie aux hommes et de jalousie aux femmes. 
S Ce compliment 6treignit le coeur d'Eug^nie et le fit 
palpiter de joie, quoiqu'elle n'y comprit rien. 

— Oh ! mon cousin, vous voulez vous moquer d'une 
pauvre petite provinciale. 

— Si vous me connaissiez, ma cousine, vous sauriez 
10 que j'abhorre la raillerie: elle Q^y yt le coeur, froisse 

tous les sentiments. . . ffftjjB^i^^ 

Et il goba fort agrdablement sa mouillette beurr^e. 

— Non, je n'ai probablement pas assez d*esprit pour 
me moquer des autres, et ce ddfaut me fait beaucoup 

isde tort. A Paris, on trouve moyen de vous assassiner 
un homme en disant : " II a bon coeur." Cette phrase 
veut dire : " Le pauvre gar9on est b^te comme un rhi- 

qg^r25^ ^!i^l§LtS9JBV8^ j^ ^^^^ riche, et connu pour 

Lvec 
erie 



fCMftJ^^aare uiie" |!|mp^e^u premier coup k trente pas avec 
^otoute espbce de pistolet, et Qn pl^ di^mp, ia r ai^eri< 
me respecte. %^^0r^^ia ^^f****^ 

— Ce que vous dites, mon neveu, annonce un bon 
cceur. 

— Vous avez une bien jolie bague, dit Eugenie ; est- 
25 ce mal de vous demander k la ^Wiii/lJK^ \\L^^ 

Charles tendit l ^fcdttg^JAfl^n dcrai%nr33^n an^au, et 
ug^nie rougit en Iffieuranl du bout de ses doigts les 
ongles roses de son cousin. 

— Voyez, ma m^re, le beau travail. 
30 — Oh I il Yia eros d'or, dii.^kanon en apppctant le 

— Qu'est-ce que c'est que cela ? demanda Charles en 

rifliit» 



86 SCfeNg3 DE LA VIE DE PROVINCE. 

n ' rOi^jM^^^^^^^^^^ "^ P^* oblong, Q»^, te iT|^n^^ 
•-^< ' faienV^ ^ rint^rieur, bord^ d'une YrKnglqaeWlrftre*^t 
au fond duquel tombait le caf^ en revenant k la sur- 
face du liquide bouillonnant. 

— C'est du caf^ boullu^ dit Nanon. 5 

— Ah ! ma chbre tante, je laisserai du moins quelque 
trace bienfaisante de mon passage ici. Vous ^tes bien 
arri^r^s 1 Je vous apprendrai \ faire de bon cafd dans 
une cafetibre \ la Chaptal. 

II tenta d'expliquer le systbme de la cafeti^re \ la lo^ 

ChaptaL ^P titivt U <V S^f'^^Ji*^''^^ 



— Ah benf s^Fy a tant d'affaires que 9a, dit Nanon, 
11 faudrait ben y passer sa vie. Jamais je ne ferai de 
cafd comme 9a. Ah ben oui ! Et qui est-ce qui ferait 
de rherbe pournotre vache pendant que je ferais leis 
caf^? 

— C'est moi qui le ferai, dit "Eugenie. 

— Enfant I dit madame Grandet en regardant sa 
fille. 

A ce mot, qui rappelait le chagrin prbs de f ondre sur 20 
ce malheureux jeune homme, les troisfemmes seturent 
et le contempl^rent d'un air de commiseration qui le 
frappa. 

— Qu'avez vous done, ma cousine ? 

— Chut I dit Madame Grandet k Eugdnie, qui allait 25 
r6pondre. Tu sais, ma fille, que ton p^re s'est chargd 
de parler k monsieur. . . 

— Dites Charles, dit le jeune Grandet. 

— Ah ! vous vous nommez Charles? C'est un beau 

nom, s'^cria Eugdnie. flLi ^i t xJliii nV^ 3° 

Les malheurs pressStis, arnvent presque toujours. 
Lk, Nanon, madameTTrandet et Eugenie, qui ne pen- 
saient pas sans frisson au retour du vieux tonnelieri 



7 




eug£nie grandet. 87^ 

entendirent un coup^ernarteau dont le retentissement 
Jpur ^tait bien connu. 
j^LjjjJ^^^^ — Voilk papa ! dit Eugenie. 

^ ^^**ntie^ta la soucoupe au sucre aa-ej^laissantauel^^^ 

Smorceaux sur la nappe. Nanonr^mportW 
oeufs. Madame Grandet sefWeSycomme une biche V^^^ 
effrayde. Ce fut une peur panique, de laquelle Charles 
s'^tonna sans pouvoir se Texpliquer. 

— Eh bien, qu'avez-vous done ? leur demanda-t-il. 
10 — Mais voilk mon p^re, dit Eugenie. 

— Eh bien ? . . . 

M. Grandet entra, jeta son regard clair sur la table, 
sur Charles, il vit tout. 1 

— Ah ! ah ! vous avez fait f^te k votre neveu, c'est 
15 bien, trfes-bienj^c^est fortbjen ! dit^fsans b^gayer. 

Quand le chat jcOPrTsur lesiJSs, le^^MlrR%ansent sur 
les planchers.i 

— F^te ? . . .^se dit Charles, incapable de soupgonner 
le regime et les moeurs de cette maison. 

20 — Donne-moi mon verre, Nanon, dit le bonhomme. 

Eugenie apporta^e verre. Grajj^t tinajie son gous- 

/\ I jA ^^un couteau d^^'Wfl^lt grosseT^^fcfcpa une tar- 

tw^^^U^ ^Q^m^'^prit un peu de beurre,^^S9nffiWSC%neusement, 

et se mit k manger debout. !E5i ce moment, Charles 
25sucrait son cafd Le pbre Grandet aper^ut les mor- 
ceaux de sucre, examina sa femme, qui pdlit et fit trois 
pas ; il se pencha vers Toreille de la pauvre vieille et 
lui dit : 

— Oh done avez-vous pris tout ce sucre ? 
30 — Nanon est all^e en chercher chez Fessard, il n'y 

en avait pas. 

II est impossible de se figurer Tint^ret profond que 
oette sc^ne muette oifrait k ces trois femmes : Nanon 




88 ^ SCi:NES DE LA VIE DE PROVINCE. - 

avait quitt^ sa cuisine et regardait dans la salle pour 
voir comment les choses s'y p aggjpfjR^ Charles, 
ayant gohth son cai6, le trouva tropamerjerch^ le 
Sucre que Grandet avait d^jk serr^. fttfvltfcA. U^ 

— Que voulez-vous, mon neveu ? lui dit le bon- 5 
homme. 

— Le Sucre. 

— Mettez du lait, r^pondit le mattre de la maison, 
votre cafd s'adoucira. 

Eugdnie reprit la soucoupe au sucre que Grandet lo 
avait d6]k serr^e, et la mit sur la table en contemplant 
son pbre d'un air calme. Certes, la Parisienne qui, 
pour faciliter 1^ ^il^i^g|§P^ amant, soutient de ses 
faibles bras uneijBSliWre sole, ne montre pas plus de 
courage que n*en deployait Eugenie en remettant le 15 
Sucre sur la table. L^amant r^cympensera sa Pari- 
ignge qui lui fera voir oif^eineuftnMnt uii ^fiV^Jpd^s 
ri dont chaque^einej fMtrie sera ^iSilgfflSP Tie 
larmes, de baisers, et ^WMBI*PSt^ le plaisir ; tandis que 
Charles ne devait jamais fitre dans le secret des pro- 20 
fondesagit^ons qui brisaient le coeur de sa cousine, 
alors rcWroyee^r le regard du vieux tonnelier. 

— Tu ne manges pas, ma femme ? 

La pauvre ilote s'avanga, coupa piteusement un 
morceau de pain et prit une poire. Eugdnie offrit au-25 
dacieusement h. son p^re du raisin, en lui disant : 

— Godte done k ma conserve, papa I — Mon cou- 
sin, vous en mangerez, n'est-ce pas ? Je suis all6e cher- 
cher ces jolies grappes-la pour vous. 

— Oh 1 si on ne les arrete, elles mettront Saumur aujo 
pillage pour vous, mon neveu. Quand vous aurez fini, 
nous irons ensemble dans le jardin, j'ai k vous dire des 
choses qui ne sent pas sucrdes. 



EUGJ^NIE GRANDET. 89 

Eugdnie et sa mhre lancferent un regard sur Charles, 
i, Texpression duquel le jeune homme ne put se trom- 
per. 

— Qu'est-ce que ces mots signifient, mon oncle ? 
Depuis la mort de ma pauvre mbre . . . (k ces deux mots, 

[oU it), il n'y a pas de malheur possible pour 
moi . , . ** 

— Mon neveu, qui peut connaitre les afflictions par 
lesquelles Dieu veut nous ^prouver ? lui dit sa tante. 

10 — Ta ta ta ta ! dit Grandet, voilk les b^tises qui com- 
mencent. Je vois avec peine, mon neveu, vos jolies 

mains blanches f^tai^H kuU9 , 

II lui montra les especefllTepaules dd( moij^on que la 
nature lui avait mises au bout des bras. 
15 — Voilk des mains faites pour ramasser des ^cus I * * 
Vous avez et6 dleve k mettre vos pieds dans la peauw^VU^ 
^^-avec laq^g lle ^e/f ab rigu^t J||§ portefeuilles oU nous ^JJ 
Jr Perrons lef DUiets oecOTmrei^ Mauvais I mauvais ! ^ 

— Que voulez-vous dire, mon oncle ? Je veux fitre 
2opendu si je comprends un seul mot. 

— Venez, dit Grandet. 

L'avare fit claquer la lame de son couteauy but le 
reste de son vin blanc et ouvrit la porte. 

— Mon cousin, ayez du courage I 

25 L'accent de la jeune fille avait glac^ Charles, qui 
suivit son terrible parent en proie h de mortelles in- 
quietudes. Eug6nie, sa m^re et Nanon vinrent ^^#iBrf 
cuisine, excit^es par une invincible curiosite k ^pieries 
deux acteurs de la schne qui allait se passer dans le 

30 petit jardin humide, oh I'oncle marcha d^abord silenci- 
eusement avec le neveu. Grandet n*6tait pas embar- 
rass^ pour apprendre k Charles la mort de son pbre, 
mais il dprouvait une sorte de compassion en le sachant 



90 SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

sans un sou, et il cherchait des formules pour adoucir 
Texpression de cette cruelle v^rit^. " Vous avez perdu 
votre p^re ! '^ ce n*6tait rien k dire. Les pbres meurent 
avant les enfants. Mais: "Vous ^tes sans aucune 
esp^ce de fortune ! " tous les malheurs de la terre 5 
^taient r^unis dans ces paroles. Et le bonhomme de 
faire, pour la troisibme fois, le tour de Tall^e du milieu, 
dont le sable craquait sous les pieds. Dans les grandes 
circonstances de la vie, notre kme s*attache fortement 
aux lieux oii les plaisirs et les chagrins fondent sur lo 
nous. Aussi Charles examinait-il avec une attention 
particulifere les buis de ce petit jardin, les feuilles piles 
qui tombaient, les ddgradsftions des murs, les bizarreries 
des arbres fruitiers, details pittoresques qui devaient 
rester graves dans son souvenir, dternellement m^Ms k 15 
cette heure supreme, par une mn ^motechnie particuli^re 
aux passions. 

— II fait bien chaud, bien beau, dit Grandet en aspi- 
rant une forte partie d'air. 

— Oui, mon oncle • . • Mais pourquoi . . . ? 20 

— Fh bien, mon gar9on, reprit Toncle, j'ai de mau- 
vaises nouvelles k t'apprendre. Ton pfere est bien 
mal . . . 

— Pourquoi suis-je ici ? dit Charles. — Nanon, cria- 
t-il, des chevaux de poste I Je trouverai bien une voiture 25 
dans le pays, ajouta-t-il en se tournant vers son oncle, 
qui demeurait immobile. 

— Les chevaux et la voiture sont inutiles, r^pondit 
Grandet en regardant Charles, qui resta muet et dont 
les yeux devinrent fixes. — Oui, mon pauvre gar9on, tu 30 
devines. II est mort. Mais ce n*est rien, il y a quel- 
que chose de plus grave, il s'est briild la cervelle • • • 

— Mon pbre ? . . . 




EUGENIE GRANDET. 

— Oui. Mais ce n'est rien. Les joumaiLt%Iosenl' 
de cela comme s41s ei^avai^^tle droit. Tiens, lis. 

Grandet, qui avairOTrpriHteTe journal de Cruchot; 
mit le fatal article sous les yeux de Charles. En ce 
5 moment, le pauvre jeune homme, encore enfant, encore 
dans I'ige oil les sentiments seproduisent avec najve 

td, fondit en larmes. ivCCXft^t 

— AUons, bien, se dit Grandet. Ses yeux m^ffra^ 
aient. II pleure, le voil^ sauv^. — Ce n'est encore rien, 

lomon pauvre neveu, reprit Grandet k haute voix, sans 
savoir si Charles IMcoutait, ce n'est rien, tu te console- 
ras ; mais. . . 

— Jamais ! jamais ! Mon pfere 1 mon p^re 1 

1 5 ^ XJcTeS- cV%u^ftllH^ fait ? uuest mon pfere ? . , . 
mon p^re ! 

Les pleurs et les sanglots retentissaienU entre ^^ 
murailles d'une horrible f agon et se T?{)STuKMfftHms 
les ^chos. Les trois femmes, saisies de piti^, pleu- 

2oraient: les larmes sont aussi contagieuses que pent 
r^tre le rire. Charles, sans ^couter son oncle, se sauva 
dans la cour, trouva Tescalier, monta dans sa chambre 
et se jeta en travers sur son lit en se mettant la face dans 
les draps pour pleurer k son Ais^oui iigsesDa^^. 

25 — II faut laisser passer \d'pf^TSce^!7S/se^m^r2in' 
det en rentrant dans la salle, oli Eugenie et sa mhre 
avaient brusquement repris leurs places, et travail- 
laient d^une main tremblante apr^s s'etre essuyd les 
yeux. Mais ce jeune homme n'est bon k rien, il s'oc- 

3ocupe plus des morts que de Targent. 

Eugdnie frissonna en ^nj en^ajj^ t son pfere s'expri- 
mant ainsi sur la plus '^aWreae? douleurs. Dfes ce 
moment, elle commenga k juger son p&re. Quoique 



9^ SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

^^* *^^assOTrdis, les sanglots de Charlgs retentissaient dans 
cette sonore maison ; et saqpMnib profonde, qui sem- 
blait sortir de dessous terre, ne cessa que vers le soir, 
apr^s s'^tre graduellement affaiblie. 

— Pauvre jeune homme ! dit madame Grandet. S 
Fatale exclamation ! Le phre Grand^roggrda sa 

femme, Eugdnie et le sucrjgr; il se ^'souvmt audejeu- 
ner extraordinaireT^pprStepbur le parent malheureux, 
et se posa au milieu de la salle. 

— Ah 9k ! j'esp^re, dit-il avec son calme habituel, 10 
que vous n'allez pas continuer vos prodigalitds, madame 

y,^ y Grandet. Je ne vous donne pas mon argent pour em- 
C^^^^^ify bucquer de sucre ce jeune drole. 

— Ma mfere n'y est pour rien, dit Eugenie. C'est 
moi qui. . , 15 

— Est-ce parce que tu est majeure, reprit Grandet en 
interrompant sa fille, que tu voudrais me contrarier? 
Songe, Eugenie. . . 

— Mon pbre, le fils de votre frfere ne devait pas man- 
quer chez vous de. . . 20 

— Ta ta ta ta ! dit le tonnelier sur quatre tons chro- 
matiques, le fils de mon frbre par-ci, mon neveu par-Ik. 
Charlesrfienouse|t^ rien, il n'a ni sou ni maille ; son 
p^re a fait 'Vaiiiite <yet, quand ce mirliflore aura pleur^ 
son sofil, il ddcampera d'ici ; je ne veux pas qu'il rdvo-25 

^ lutionne ma maison. 

— Qu'est-ce que c'est, mon pfere, que de faire fail- 
lite ? demanda Eugenie. 

— Faire faillite, reprit le pire, c'est commettre Tac- 
tion la plus d^shonorante entre toutes celles qui peu-3<5 
vent dishonorer Thomme. 

— Ce doit ^tre un bien grand p6ch^, dit madame 
Grandet, et notre fr^re serait damn^. 






EUGENIE GRANDET. 93 

— Allons, voilk tes litanies, dit-il k sa femme en hau- 
sant les dpaules. — Faire faillite, Eugdnie, reprit-ii, est 
un vol que la loi prend malheureusement sous sa pro- 
tection. Des gens ont donn^ leurs denr^es k Guillaume 

5 Grandet, sur sa reputation d'honneur et de probitd ; 
puis il a tout pris, et ne leur laisse que les yeux pour 
pleurer. Le voleur de grands chemins est pr^fdrable 
au banqueroutier : celui-lk vous attaque, vous pouvez 
vous ddfendre, il risque sa t^te ; mais Tautre . . . Enfin 

10 Charles est dishonojj^A 

.»► Gemots relromenlndanj^ Je.coeur/ie la paum^fille 

'^'^^M^^s^rent de tout leurpot^r* Pr<ft!?9uSntqu'une 

fleur n^e au fond d'une for^t est delicate, elle ne con- 

naissait ni les maximes du monde, ni ses raisonnements 

i5captieux, ni ses sophismes : elle accepta doncj^'a^roj 
explication que son pfere lui donnait k'^d^Sel 
faillite, sans lui faire connattre la distinction qui 
existe entre une faillite involontaire et une faillite 
calcul^e. 

20 — Eh bien, mon pbre, vous n'avez done pu emp^cher 
ce malheur ? 

— Mon frbre ne m'a pas consult^ ; d'ailleurs, il doit 
quatre millions. 

— Qu'est-ce que c'est done qu'un million, mon pfere ? 
25 demanda-t-elle avec la naivetd d'un enfant qui croit 

pouvoir trouver promptement ce qu'il ddsire. 

— Un million ? dit Grandet. Mais c'est un million 
de pieces de vingt sous, et il faut cinq pifeces de vingt 
sous pour faire cinq francs. 

30 — Mon Dieu ! mon Dieu ! s'6cria Eugenie, comment 
mon oncle avait-il eu k lui quatre millions ? Y a-t-il 
quelque autre personne en France qui puisse avoir 
autant de millions ? 




94 SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE, 

Le phre Grandet se caressait le menton, souriait, et 
sa loupe semblait se dilater. 

— Mais que va devenir mon cousin Charles ? 

— II va partir pour les grandes Indes, oii, selon le 
voeu de son pfere, il tichera de faire fortune. 5 

— Mais a-t-il de Targent pour aller Ik ? 

— Je lui payerai son voyage . . . jusqu'k . . . oui, jus- 
qu*k Nantes. 

Eugenie sauta au cou de son pfere. 

— Ah ! mon p^re, vous ^tes bon, vous ! lo 
Elle Tembrassait de manibre ^enJD^ jprtesque hon 

teux Grandet, que sa conscience narcelawun^peu. 

— Faut-il beaucoup de temps pour amasser un mil- 
lion? lui demanda-t-elle. 

— Dame, dit le tonnelier, tu sais ce que c'est qu*unis 
napoldon ; eh bien, il en f aut cinquante mille pour faire 

un million. HAi/U^ 

— Maman, nous ferons dire des neuvames pour lui. 

— J'y pen sais, r^pondit la mfere. 

— C'est cela I toujours d^penser de Targent, s'&ria 20 
le pfere. Ah qk 1 croyez-vous done qu'il y ait des mille 
et des cents ici ? 

En ce moment, une plainte sourde, plus lugubre que 
toutes les autres, retentit dans les greniers et glaga de 
terreur Eugenie et sa m^re. 25 

— Nanon, va voir Ik-haut s'il ne se tue pas, dit Gran- 
det. — Ah qk 1 reprit-il en se tournant vers sa femme 
et sa fille, que son mot avait rendues piles, pas de 
b^tises, vous deux. Je vous laisse. Je vais tourner 
autour de nos Hollandais, qui s'en vont aujourd'hui. 3<' 
Puis j'irai voir Cruchot, et causer avec lui de tout 9a. 

II partit. Quand Grandet eut tir^ la porte, Eugenie 
et sa m^re respirbrent a leur aise. Avant cette matinde. 



EUGENIE GRANDET. 95 



\ cnan- 



jamais la fille n'avait senti de contrainte en presence 
de son pbre ; mais, depuis quelques heures, elle chan- 
geait k tout moment et de sentiments et d'id^es.^ 

— Mamap, combien de louis a-t-on d'une piS 
Svin? 

— Ton pfere vend les siennes entre cent et cent cin- 
quante francs, quelquefois deux cents, k ce que j'ai en- 
tendu dire. 

— Quand il rdcolte quatorze cents pifeces de vin. . . ? 
10 — Ma foi, mon enfant, je ne sals pas ce que cela 

fait ; ton pbre ne me dit jamais ses affaires. 

— Mais alors, papa doit ^tre riche. 

— Peut-6tre. Mais M. Cruchot m'a dit qu'il avait 

achetd Froidfond il y a deux ans. Qa Taura gtvi€,^^^^Jr^^tr^^^^ 
15 Eugenie, ne comprenant plus rien k la fortune de 
son p^re, en resta Ik de ses calculs. 

— II ne m'a tant seulement point vue, le mignon ! 

dit Nanon en revenant. II est 6tendu comme un veau Q^^f^ 
sur son lit, et pleure comme une Madeleine, que c'est 
aoune vraie benediction I Quel chagrin a done ce pauvre 
gentil jeune homme ? 

— Aliens done le consoler bien vite, maman ; et, si 
I'on frappe, nous descendrons. 

Madame Grandet fut sans defense centre les bar- 
25 monies de la voix de sa fille. Eugenie dtait sublime, 
elle ^tait femme. Toutes deux, le coeur palpitant, 
mont^rent k la chambre de Charles. La porte ^tait 
ouverte. Le jeune homme ne voyait ni n'entendait 
rien. Flongd dans les larmes, il poussait des plaintes 
3oinarticuldes. 

— Comme il aime sen p^e 1 dit Eug^e & voix 
basse. 

11 ^tait impossible de mdoonnattre dans Pacoent de 



96 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

ces paroles les esp^rances d'un coeur k son insu pas 
sionnd. Aussi madame Grandet jeta-t-elle k sa fille un 
regard empreint de matemitd ; puis, tout bas k Toreille : 

— Prends garde, tu Taimerais, dit-elle. . 

— L'aimer ! reprit Eugenie. Ah 1 si tu savais ce 5 
que mon p^re a dit 1 

Charles se retourna, aper9ut sa tante et sa cousine. 

— J'ai perdu mon p^re, mon pauvre phre I S'il 
m'avait confid le secret de son malheur, nous aurions 
travailld tous deux k le r^parer. Mon Dieu ! mon bon 10 
p^re ! je comptais si bien le revoir, que je Tai, je crois, 
froidement embrass^ . . . 

Les sanglots lui coupbrent la parole. 

— Nous prierons bien pour lui, dit madame Gran- 
det Rdsignez-vous k la volont^ de Dieu. 15 

— Mon cousin, dit Eugenie, prenez courage ! Votre 
perte est irreparable : ainsi songez maintenant k sauver 
votre honneur ... 

Avec cet mstinct, cette finesse de la femme qui a de 
I'esprit en to^ tfg ch ^e»\ n^jpe quand elle console, Eu-20 
gdnie voulait nSrompfl ' &^ouleur de son cousin en 

I'occupant de lui-m^me. ftiLiJ/WJIlvMiK 

— Mon honneur ? . . . cria le jeune homme en chassant ^ 
ses cheveux par un mouvement brusque. 

Et il s'assit sur son lit en se croisant les bras. 25 

— Ah I c'est vrai. Mon pfere, disait mon oncle, a 
fait faillite. 

II poussa un cri ddchirant et se cacha le visage dans 
ses mains. 

— Laissez-moi, ma cousine, laissez-moi ! Mon Dieu ! 30 
mon Dieu 1 pardonnez k mon pbre, il a dH bien 
80u£Erir. 

II y avait quelque chose d'horriblement attachant k 




EUGENIE GRANDET. 

voir Pexpression de cette douleur jei 
calcul, sans arriere-pensee. C'^tait une jJHflRJII^JWfleur' 
que les coeurs simples d* Eugenie et de sa mhre com- 
prirent quand Charles fit un geste pour leur demander 
Sde Tabandonner k lui-m^me. Elles descendirent, re- 
prirent en silence leurs places pr^s de la crois^e, et 
travaill^rent pendant une heure environ sans se dire un 
mot. EumyftaN^jtaner^u, par le regard f urtif qu'elle 
jeta sur leiTOnapBgn jeune homcMvceregard des 

lo jeunes filles qui voient tout ftftircWi axeiT, les jolies 
bagatelles de^sa toilette^es ciseaux, ses rasoirs enrichis 
d'or. Cette %8Hpi^?3l'lin luxe vu k travers la douleur 
lui rendit Charles encore plus int^ressant, par contraste 
peut-^tre. Jamais un ^v^nement si grave, jamais un 

15 spectacle si dramatique n'avait frapp^ Timagination de 
ces deux creatures, incessamment plongdes dans le calme 
et la solitude. 

— Maman, dit Eugenie, nous porterons le deuil de 
mon oncle. 

ao — Ton pfere d^cidera de cela, rdpondit madame 
Grandet 

Elle^ r^^jjg^^ de nouveau silehcieuses. Eugenie 
tirait sespBn^avec une rdgularit^ de mouvement qui 
edt ddvoiie k un observateur les fdcondes pens^es de sa 

25 meditation. Le premier d^sir de cette adorable fille 
etait de partager le deuil de son cousin. Vers quatre 
heures, un coup de marteau brusque retentit ^au coeur 
de madame Grandet. n^Ci^M/T^Mt 

— Qu'a done ton phre ? dit-elle k sa fille. 

30 Le vigneron entra joyeux. ,^^%^}f}fJ}iS^SM\^f 

m se frotta les mains S^S^mponer Tr^peJBf^fi 

derme n'en eiit pas ^t^ tann^ comme du cuir de 

Russie» sauf Todeur des mdl^es et de rencens. II se 



mm0W ^^pi 



98 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

proroenait, il regardait le temps. Enfin sou secret lui 
dchappa. 

— Ma f emme, dit-il sans b^gayer, je le9 ai tous attra- 
p^s. Notre vin est vendu ! Les Hollandais et les 
Beiges partaient ce matin, je ^^ ^J^APromgnaysur lafS 

i Ji^^£^ deyan^ leur auberge, iWMP^nl rmircle 'oepiRr.^ 
mWr lA^^^^ffhoSil, q ue lifconnais, est venu k moi. Les propri6taires 
de tous les bons vignobles gardent leur r^colte et 
veulent attendre, je ne les en ai pas emp^ch^s. Notre 
Beige dtait d^sesp^r^. J'ai vu cela. Affaire faite, il 10 
prend notre rdcolte k deux cents francs la pifece, moiti^ 
comptant. Je suis payd en or. Les billets sont faits, 
voilk six louis pour toi. Dans trois mois, les vins 
baisseront. 

Ces demiers mots furent prononc^s d'un ton calme, 15 
mais si profond^ment ironique, que les gens de Saumur, 
group^s en ce moment sur la place, et an^antis par la 
nouvelle de la vente que venait de faire Grandet, en 
auraient frdmi s'ils les eussent entendus. Une peur 
panique ett fait tomber les vins de cinquante pour 20 
cent. 

— Vous avez mille pieces cette ann^e^ monp^re ?dit 
Eugenie. 

— Oui>j &fiS? » 

Ce mot ^ait Texpression superlative de la joie du 25 
vieux tonnelier. 

— Cela fait deux cent mille pieces de vingt sous ? 

— Oui, mademoiselle Grandet. 

— Eh bien, mon pfere, vous pouvez f acilement secourir 
Charles. 30 

L'^tonnement, la colore, la stupefaction de Balthasar 
en apercevant le Mank-lTikcel-Fharh ne sauraient se 
comparer au froidcourr oux d e Grandet, qui, ne peasant 




EUGENIE GRANDET. 99 

plus k son neveu, le retrouvait \og6 au coeur et dans 
les calculs de sa fille. 

. — Ah 9^ ^SBUi#9iJ^ ^^ ^^^^^^^22^,525^8 le pied dans 
ma Tn3isonf^tff(tz^fvSl ^e^^ v oua-don i>«z 

Sdes airs d*acheter d^^ar alB^ de ^ jaire deyfn^xs 
des f estins. Je ne veux pRBTdE 'oesCTSfe^iST'T'e sais, 
k mon ige, comment je dois me conduire, peut-^tre l^f(*f^fty\^ 
D'ailleurs, je n*ai de le9ons k prendre ni de ma fille ni 
de personne. Je ferai pour mon neveu ce qujil sera ^ 

loconvenable de faire, vous n'avez pas k y fowrrerre iiez. ^ 

— Quant k toi, Eugdni |ii pai|jf i tf a^tj? ^P se Journant vers 
elle, ne m'en parle plus, ^mon j ef eiivoie k Tabbaye de 
Noyers, avec Nano^Arpir si j'y suis ; et pas plus tard 
que demain, si tubronches. OU est-il done, ce gar^on ? 

i5est-il descendu ? 

— Non, mon ami, r^pondit madame Grandet 

— Eh bien, que fait-il done ? 

— II pleure son pbre, repondit Eug6nie. 

Grandet regarda sa fille sans trouver un mot k dire. 

20 II 6tait un peu p^re, lui. Aprbs avoir fait un ou deux 
tours dans la salle, il monta promptementk son cabinet 
pour y m^diter un placement dans les fonds publics. 
Ses deux mille arpents de for^t coupes k blanc lui 
avaient donnd six cent mille francs ; en joignant k 

25 cette somme Targent de ses peupliers, ses revenus de 
Tann^e dernifere et de Tannic courante, outre les deux 
cent mille francs du marchd qu'il venait de conclure, il 
pouvait faire une masse de neuf cent mille francs. Les 
[net pour cent k gagner en peu de temps sur les 
Ttes, qui dtaient k soixante et dix francs, le tentaient. 
II chiffra sa speculation sur le journal oli la mort^eso ig f' | ' 
frfere dtait annoncee, en entendant, sans le^ecoptCTP^**^^^ 
les g^missements de son neveu. Nanon vint cogner au 




lOO SCi:NES DE LA VIE DE PROVINCE. 

mur pour inviter son maitre k descehdre, le diner Aait 
servi. Sous la vo(ite et k la derni^re raarche de Tescalier, 
Grandet disait en lui-m^me : 

— Puisque je toucherai mes int^r^ts k huit, je ferai 
cette affaire. En deux ans, j'aurai quinze cent mille S 
francs, que je retirerai de Paris en bon or. — Eh bien, 
ou done est mon neveu } 

— II dit qu'il ne veut pas manger, repondit Nanon. 
QsL n'est pas sain. 

— Autant d'^conomis^, lui r^pliqua son maitre. lo 

— Dame, %ouif dit-elle. 

— Bah I il ne pleurera pas tou jours. La faim chasse 
le loup hors du bois. 

Le diner fut dtrangement silencieux. 
Aj(gJB="Mon bon ami, dit madame Grandet lorsque la 15 
fi'^^Sppe fut ot^e, il faut que nous prenions le deuil. 

— En v6ritd, madame Grandet, vous ne savez quoi 
inveftter pour d^penser de Targent. Le deuil est dans 
le cceur et non dans les habits. 

— Mais le deuil d'un frfere est indispensable, et2o 
I'Eglise nous ordonne de . . . 

— Achetez votre deuil sur vos six louis. Vous me 
donnerez un cr^pe, cela me suffira. ^ 

Eugenie leva les yeux au del sans mot dire. ffPwj 
la premifere fois dans sa vie, ses g6n^reux {jTOamni 
endormis, comnnm4p>ivKiis subitement ^veillds, ^taient 
k tout moment flBiss%s. Cette soiree fut semblable en 
apparence k mille soirees de leur existence monotone, 
mais ce fut certes la plus horrible. Eug6nie travailla 
sans lever la t^te, et_ne se se0^it point du n^cessaire 30 
. ^My^ S^^li99Jff^^^ ireaaignWSweille. Madame Gran- 
/ilii4\d#Wc(KaLSWT^jches. Grandet to urn a ses pouces 
pendant quatre heures, abim6 dans des calculs dont les 





EUGENIE GRANDET. lOX 

r^sultats devaient, le lendemain, ^tonner Saumur. Per- 
sonne ne vint ce jour-lk visiter la famille. jEn oft iiy> ^ gm> 
ment, la ville entibre retentissait du**imrr a? luKecle gf^*' 
Grandety de la faillite de son fr^re ^L^|g;^MW^e de 
5 son neveu. Pour ob6ir au besoin de ffivaraersur leurs 
intdr^ts communs, tous les propri^taires de vignobles 
des hautes et moyennes soci^t^s de Saumur ^taient 
chez M. des Grassins, oU se fulminferent de terribles 
imprecations contre I'ancien maire. ^ n J L 
lo Nanon filait, et le bruit de sonTouePnit la seule 
voix qui se fit entendre * sous les planchers grisitres de 
la salle. 

— Nous n'usons point nos langues, dit-elle en mon- 
trant ses dents blanches et grosses comme des amandes' 

iSpeMes. 

— Ne faut rien user, r^pondit Grandet en se r^veil- 
lant de ses meditations. 

II se vpyaiten jpgrs pectiv e- huit myUgns dans t^s^ 
ans, et vo^S^^uT ceroTongue n^jre ffoT: ^ ^fr'^ 
20 — Couchons-nous. J'irai dire bonsoir k mon neveu 
pour tout le monde, et voir s'il veut prendre quelque 
chose. 

Madame Grandet resta sur le palier du premier 6tage 
pour entendre la conversation qui allait avoir lieu entre 
25 Charles et le bonhomme. Eugenie, plus hardie que sa 
mfere, monta deux marches. 

— Eh bien, mon neveu, vous avez du chagrin ? Oui, 
pleurez, c'est naturel. Un pfere est un pfere. Mais 
faut prendre notre mal en patience. Je m'occupe de 

30 vous pendant que vous pleurez. Je suis un bon 
parent, voyez-vous. Allons, du courage. Voulez-vous 
boire un petit verre de vin ? Le vin ne codte rien k 
Saumur ; on y off re du vin comme dans les Indes une 




102 ScfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

tasse de th^. — Mais, dit Grandet en continuant, vous 
^tes sans lumi^re. Mauvais 1 mauvais ! f aut voir clair 
k ce que Ton fait. 

Grandet marcha vers la chemin6e. u^m^ 

— Tiens ! s'^cria-t-il, voilk de la bougie. OU diable 5 
a-t-on p^chd de la bougie ? Les garces d^moliraient 
le plancher de ma maison pour cuire des oeufs h ce 
gar^on-lk. 

En entendant ces mots, la m^re et la fiUe rentrferent 
dans leurs chambres et se fourrbrent dans leurs lits avec 10 
la cd^rit6 de souris effray^es qui rentrent dans leurs 
trous. 

— Madame Grandet, vous avez done un tr^sor ? dit 
I'homme en entrant dans la chambre de sa femme. 

— Mon ami, je fais mes priferes, attendez, r^pondit 15 

d'une voi j^al^^^ ^^tJS?!^S^ mfere. 

— QueTe^mWenbrnpOTte ton bon Dieu ! r^pliqua 
Grandet en grommelant. 

Les avares ne croient point It une vie k venir, le pre- 
sent est tout pour eux. Cette reflexion jette une horrible 20 
clartd sur r6poque actuelle, ou, plus qu'en aucun autre 
temps, Targent domine les lois, la politique et les 
moeurs. Institutions, livres, hommes et doctrines, tout 
conspire k miner la croyance d'une vie future, sur 
iaquelle Tddifice socialesJLaDpuy^ depuis dix-huit cents 25 
ans. Maintenant, le^^p^cuen est une transition peu 
redout^e. L'avenir, qui nous attendait par delk le ^jLjT ^ 
Requiem^ a €X.€ transport^ dans le present. Arriver per \JJij^"yLf 
fas et nefas au paradis terrestre du luxe et des jouis- ^f 

sances vaniteuses, p6trifier son coeur et se mac^rer le 30 
corps en vue de possessions passagbres, comme on 
souffrait jadis le martyre de la vie en vue de biens 6ter- 
nelSy est la pensde gdndrale I pens6e d'ailleurs dcrite 



EUGl^NIE GRANDET. I03 

partout, jusque dans les lois, qui demandent au Wgisla- 
teur : " Que payes-tu ? " au lieu de lui dire : " Que 
penses-tu ? " Quand cette doctrine aura passe de la 
bourgeoisie au peuple, que deviendra le pays ? 
5 — Madame Grandet, as-tu fini ? dit le vieux tonnelier. 

— Mon ami, je prie pour toi. 

— Tr^s-bien 1 bonsoir. Demain matin, nous cause- 
rons. 

La pauvre femme s'endormit comme I'^colier qui, 
lon'ayant pas appris ses le9ons, craint de trouver k son 
rdveil le visage irrit^ du maitre. Au moment ou, par 
frayeur, elle se roulait dans les draps pour ne rien en- 
tendre, Eugenie se coula prfes d'elle, en chemise, pieds 
nus, et vint la baiser au front. 
IS — Oh ! bonne mfere, dit-elle, demain, je lui dirai que 
c'est moi. 

— Non, il t'enverrait k Noyers. Laisse-moi faire, 11 
ne me mangera pas. 

— Entends-tu, maman ? 
20 — Quoi ? 

— Eh bien, /7 pleure toujours. 

— Va done te«uchpr, ma fille. Tu gagneras froid 
aux pieds : leJarreSu'est humide. 

Ainsi se passa la journ^e solennelle qui devait peser 
25 sur toute la vie de la riche et pauvre h^riti^re, dont le 
sommeil ne fut plus aussi complet ni aussi pur qu'il 
J'avait 6t6 jusqu'alors. Assez souvent, certaines actions 
^YflL humaine paraissent, litterairement parlant, 
ivrSTsemTnables, quoique vraies. Mais ne serait-ce 
30 pas qu'on omet presque toujours de repandre sur nos 
determinations spontan^es une sorte de lumierepsycho' 
logique, en n'expliquant pas les raisons mysterieuse- 
ment conQues qui les ont necessities ? Peut-£tre la 





I04 SCENES DB LA VIE DE PROVINCE. 

profonde passion d'Eug^nie devrait-elle fitre analyst 
dans ses i^^^i^es 'le&^plus ddlicat^^mr elle devint, 
diraient quelquegfraflreSrs, unJmatSTO, et influenza 
fejigjence. Beaucoup de gens aiment miei«,^ 
lents que de mesuA^a force des lilBsPT^ 
vv,^ *.v^v.v*^, des attaches qui wBRffl^ secrbtement un ^^ 
fait h. un autre dans Tordre moral. Ici done, le pass^p4^V 
d'Eugdnie servira, pour les observatqm^jj^fe na turg [^ 
humaine, de garantie k la naivetd de soi'^Trelrelnon ^ 
k la soudainet^ des effusions de son ime. Plus sa vie lo 
avait ^t^ tranquille, plus vivement la piti^ feminine, le 
plus ing^nieux des sentiments, se d^ploya dans son 
Ame. Aussi, troublde par le&^^v^nements de la jour- 
n^e, s'^veilla-t-elle k^lSsSeuRfreprisS pour dcouter son 
cousin, croyant en avoir entendu les soupirs qui depuis 15 
la veille lui retentissaient au cceur : tantot elle le voyait 
expirant de chagrin, tantot elle le r^vait mourant de 
faim. Vers le matin, elle entendit certainement una 
J Mrible^xclamation. Aussit6t elle se v^tit, et accourut 
(A^^Sfx^SS^jouTf d'un pied Wger, auprfes de son cousin, 20 

qui avait laiss^ sa porte ouverte. La ^ou^e ay^^ t 
brtild dans la bobfeche du flambeau. Charles, vStcIt^^^^ 
par la nature, dormait habill^, assis dans un fauteuil, 
la t^te renvers^e sur le lit ; il r^vait comme rfivent les 
gens qui ont Testomac vide. Eugenie put pleurer ^25 
|H,4.sonAaise ; elle put admirer ce jeune et beau visage, 
^ M^Uwlralfcr^ par la douleur, ces yeux gonfi^s par les larmes^ 
'et qui, tout endormis, semblaient encore verser des 
pleurs. Charles devina sympathiquemenPla presence 
d'Eug^nie, il ouvrit les yeux, et laW^traBliellWKwjo 

— Pardon, ma cousine, dit-il, ne sachant ^videm- 
ment ni Theure qu'il dtait, ni le lieu oil il se trouvait 

— II y a des cceurs qui vous entendent ici, mon 00^ 



/ 



eug£nie grandet. 105 

sin, et nous avons cru que vous aviez besoin de quelque 
chose. Vous devriez vous coucher, vous vous f atiguez 
en restant ainsi. 
^ Cela est vrai. 

S — Eh bien, adieu. 

Elle se sauva, honteuse et heureuse d'etre venue. 

L'innocence ose seule de telles hardiesses. Instruite, 

la vertu calcule aussi bien que le vice. Eugenie, qui 

«^^wpr^^e soncQJisin n'avait pas tremble, put \ peine 

losft TOiiMCiirflP^mbes quand elle fut dans sa chambre. 
Son ignorante vie avait cess^ tout k coup, elle raisonna, 
se fit mille reproches. " Quelle id^e va-t-il prendre de 
moi ? II croira que je I'aime." C'dtait pr^cis^ment ce 
qu'elle d^simt^e^hj^ de lui voir croire. L'amour 

i5franc a ssyfe^SSIeet sait quel'amour excite Tamour. 
Quel dv^nement pour cette j^une fille solitaire, d'etre 
ainsi entree furtivement chez un jeune homme 1 N'y 
a-t-il pas des pens^es, des actions, qui, en amour, ^^>iTf^# • 
valent, pour certaines dmes, k de. saintes fian9aillSH ^F^y^iiy 

2oUne heure apr^s, elle entra chez sa mbre, et Thabilla Q 

suivant son habitude. Puis ellesvinrent s'asseoir & 
leurs places devant la fendtre, et attendirent Grandet 
avec cette anxi^t^ qui glace le cceur ou rechauffe, le 
serre ou le dilate, suivant les caract^res, alors que Ton 

25redoute une scene, une punition; sentiment d'ailleurs 

si naturel, que les animaux domestiques T^prouvent au 

n^i^iec^];^pour le faible mal d'une correction, eux 

^Jt^^ ^rseHiisSlt quand ils se blessent par inadvertance. 

Le bonhomme descendit, mais il parla d'un air distrait 

3o2t sa femme, embrassa Eugenie, et se mit \ table sans 
parattre penser k ses menaces de la veille. 
— Que devient mon neveu ? L'eofant n'est pas 



£06 SCiNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Monsieur, il dort, r^pondit Nanon. 

— Tant mietiz, il n'a pas besoin de bougie, dit Gian- 



det d'un ton goguenard. xi^^n ^m. ^^t9 .jt - 

Cette cl^mence insolite, cette ^mere gaiet^, frap- 
p^rent madame Grandet, qui r^arda son mari fort 5 
attentivement Le bonhomme . . . (Ici, peut-^tre est- 
j il convenable de faire observer qu'en Touraine, en 
Anjou, en Poitou, dans la Bretagne, le mot bonhommCt 
d^jk souvent employ^ pour designer Grandet, est d^ 
cern^ aux hommes les plus cruels comme aux plus lo 
V^^^n^onasses, aussitdt qu'ils sont arrives ^rT*^ certain ige. 
Ce titre ne pr^juge rien sur la^jraMftROTro* indivi- 
duelle . . • ) Le bonhomme done prit son chapeau, ses 
gants, et dit : 

— Je vais muser sur la place pour rencontrer nos 15 
Cruchot. 

— Eug6nie, ton pb'e a d^cid^ment quelque chose. 

^ En effet, peu dormeur, Grandet employait la moid^ 
de ses nuits aux calculs pr^liminaires qui donnaient 2t 
ses vves, \ ses observations, \ ses plans, leur dtonnante ^o 
justesse et leur assuraient cette constante r^ussite de 
laquelle s'^merveillaient les Saumurois. Tout p^y^Ytft | y 

^^en^ et de temps. "^ L^^ 
La vie de I'avare 
est un constant exercice de la BU^saticehumain^ mise 25 
au service de la personnalit^. jWFni^rSapfnrff^e sur 
deux sentiments : Tamour-propre et Tint^r^t ; mais 
rint6r6t dtant en quelque sorte Tamour-propre solide 
et bien entendu, Tattestation continue d'une superiority 
rfeelle, Tamour-propre et Tint^r^t sont deux parties d*un 30 
m6me tout, r^gois'me. De Ik vient peut-^tre la prodi- 
gieuse curiosity qu'excitent les avares habilement mis 
en scbne. Chacun tient par un fil k ces personnages 



>V*<V'6r«'4ltu!^'^^3^^P 




I > , eugAnie grandet. 107 

qui s'attaquent movis les sentiments humains, en les 
rdsumant ^Qf fg^^lf^ Thomme sans ddsir, et quel 
d^sir sociafti^Te33fi!arTsans argent ? Grandet avait 
bien r^ellement quelque chose, suivant Texpression de 
5sa femme. Jl se rencontraiten lui,^omme^ ^^^i^^jt 
les avares,Tm persistant nUfSBm de^Tfluerine^^rrfP' ^*^A4^ 
avec les autres TiomraMp^e leur gagner l^g^lement . A a * . 
leurs^^pjis. ImposerCf3uTMfJ*li'est-ce pas fair^&cte^^*^^^ 
leJ^QHivoir, se donner perp6tuellement le droit de 
jer ceux qui, trop faibles, se ^i^s e nt jyj >as 
d^vorer ? Oh I qui a bien compris TalgR^u paisible- 
ment couclrd aux pieds de Dieu, le plus touch ant 
embl^me de toutes les victimes terrestres, celui de leur 
avenir, enfin la souffrance et la faiblesse glorifi^es ? 

1 5 Get agn^u^ I'avare le laisse s'engraisser, il le parque, pftA^<) 
le tue, le^^rairfe mange et le m^prise. La piture des 
avares se compose d'argent et de d6dain. Pendant la 
nuit, les id^es du bonhomme avaient pri» iii{, autre 
cours : de Ik sa cldmence. II avait *WMn^TjF^rame 
^2Qpaur se ppnueipdes Parisiens, pour les 
^^^roufer, les'petrfiTl^ faire aller, venirf^^eH,*^Sl>^rer, 
pilir ; pour s'amuser d'eux, lui, ancien tonnelier, au 
fond de sa salle grise, en montant Tescalier vermoul*^^ . ^ , 
de sa maison de Saumur. Son neveu I'avait ocCti^ft^ ^▼^♦4^ ii^ 

25 II voulait sauver Thonneur de son fr^re mort sans qu*il 
en coiitdt un sou ni k son neveu ni k lui. Ses fonds 
nt ^tre places pour trois ans, il n^vait plus qu*k 
se^ biens ; il fallait done un WMenl k son activity 
malicieuse, et il Tavait trouv6 dans^a faillite de son 

Sofrbre. Ne se sentant rien entre les laTOs*!l pressurer, 
il voulaiKcorical^r les Parisiens au profit de Charles, 
et se montrer excellent frfere ^c^ymr^ljr'^lOnSlfheuT 
de la famille entrait pour si peude chose dans son 





Io8 SCENES DE LA VI£ DE PROVINCE. 

projet, que sa bonne volontd doif ^trecgimart 
besoin qu'^prouvent les joueurs de vbir^m^ft^ifei 
partie dans laquelle ils n*ont pas d'enjeuv^^t -les 
Cruchot lui ^tiient ndcessaires, et il ne voulait pas les 
aller chercher, et il avait d^cid^ de les faire arriver s 
chez lui, et d'y commencer ce soir m^me la com^die 
dont le plan venait d'etre con9U9 afin d*^tre le lende- 
main, sans qu'il lui en coiitit un denier, Tobjet de 
Tadmiration de sa ville. En I'absence de son pbre, 
Eugenie eut le bonheur de pouvoir s'occuper ouverte- lo 
ment de son bien-aimd cousin, d'^pancher sur lui sans 
crainte les trdsors de sa pitid, Tune des sublimes 
supdriorit^s de la femme, la seule qu'elle veuille faire 
sentir, la seule qu'elle pardonne k Thonime de lui laisser 
prendre sur lui. Trois ou quatre fois, Eugenie alia 15 
^couter la respiration de son cousin ; savoir s'il dormait, 
s'il se rdveillait ; puis, quand il se leva, la cr^me, le 
caf^, les oeufs, les fruits, les assiettes, le verre, tout ce 
qui faisait partie du dejeuner fut pour elle Tobjet de 
quelque soin. Elle grimpa lestement dans le vieil2o 
escalier pour dcouter le bruit que faisait son cousin. 
S'habillait-il ? pleurait-il eocore I £Ue vint jusqu'k la 
porte. 

— Mon cousin I 

— Ma cousine ? 25 

— Voulez-vous dejeuner dans la salle ou dans votre 
chambre ? 

— Oil vous voudrez. 

— Comment vous trouvez-vous ? 

— Ma chfere cousine, j'ai honte d'avoir faim. 30 
Cette conversation k travers la porte dtait pour 

Eugenie tout un Episode de roman. 



EUGENIE GRANDET. IO9 

— Eh bien, nous vous apporterons k dejeuner dans 
votre chambre, afin de ne pas contrarier mon p^re. 

Elle descendit dans la cuisine avec la \6ghrQt6 d'un 
oiseau. 
5 — Nanon, va done faire sa chambre. 

Get escalier si souvent montd, descendu, oh retentis- 
sait le moindre bruij;^ semblait k Eugenie avoir perdu 
son caractfere de^Wtrfstei elle le voyait lumineux, il 
parlait, il ^tait jeune comme elle, jeune comme son 

10 amour auquel il servait, JS^filJ ^ mfere, sa bonne et 
indulgente mfere^¥otmffl5iaS*se preter aux f antaisies de 
son amour, et, lorsque la chambre de Charles f ut faite, 
elles allbrent toutes deux tenir compagnie au mal- 
heureux : la charit^ chr^tienne n'ordonnait-elle pas 

iSde le consoler? Ces deux femmes puis^rent dans 
la religion bon nombre de petits sophismes pour se 
justifier leurs d^portements, Charles Grandet se vit 
done Tobjet des soIm lesplus affectueux et les plus 
tendres. Son Qo^jffSfnt^^^ la douceur 

20 de cette amiti^^fWftfreejnle cette exquise sympathie 
que ces deux S,mes, touj ours con traintes, surent ddployer 
en se trouvant libres un moment dans la region des 
souffrances, leur sphere naturelle. Autoris^e par la 
parent^, Eugenie se mit h ranger le linge, les objets de 

25 toilette que son cousin avait apport^s, et^ ut s/^yefrj^ )^^^^ ^It^ 

^SlP^lLrf^ x58l ^^^^ ^^ chaque luxueuse Sifioie, oes 
^TOnncaWfs^irgent, d^or travaill^ qui lui tombaient 
sous la main, et qu'elle tenait longtemps sous prdtexte 
de les examiner. Charles ne vit pas sans un atten- 
3odrissement profond Tint^r^t gdn^reux que lui portaient 
sa tante et sa cousine ; il connaissait assez la socidtd 
de Paris pour savoir que, dans sa position, il n'y eiit 
trouvd que des cceurs indiff^rents ou froids. Eugenie 



no SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

lui apparut dans toute la splendeur de sa beaut^ 
spdciale, il admira dhs lors rinnocence de ces mceurs 
dont il se moquait la veille. AussL quand Eugenie 
prit des mains de Nanon le bol deTaieHS!*pf|in de 
caf^ k la cr^me pour le servir h. son cousin avec toute 5 
ring^nuit^ du sentiment, en lui jetant un bon regard, 
les yeux du Parisien se mouillbrent-ils de larmes, il lui 
prit la main et la baisa. 

— Eh bien, qu*avez-vous encore ? demanda-t-elle. 

— Oh I ce sont des larmes de reconnaissance, r^ lo 
pondit-il. 

Eugenie se tourna brusquement vers la chemin^e 
pour prendre les flambeaux. 

— Nanon, tenez, emportez, dit-elle. ^ 
Quand elle regarda sonxousin, elle 4tiit JpLen^ouge 15 

encore, mais au moins ses T^aras^QrOT merffn' et%e 
pas peindre la joie excessive qui lui inondait le coeur ; 
mais leurs yeux exprimbrent un m^me sentiment, comme 
leurs dmes se fondirent dans une m^me pens^e : 
Tavenir ^tait h eux. 20 

Cette douce Amotion fut d'autant plus d^licieuse 
pour Charles, au mijigjj.de son immense chagrin, qu'elle 
^tait moins ^SI^jWM^ Un coup de marteau rappela 
les deux femmes h. leurs places. Par bonheur, elles 
purent redescendre assez rapidement I'escalier pour se 25 
trouver k Touvrage quand Grandet entra ; s*il les ett 
rencontrdes sous la voiite, il n'en aurait pas fallu davan- 
tage pour exc^ligrseg^QUMen^^ Apr bs le dejeuner, que 
le bonhomme niSOT*Tep?5TCcf1a garde, auquel Tin- 
demnit^ promise n'avait pas encor^td^donn^e, arriva3o 
de Froidfond, d'oh il apportait un liWi'5aCTperdreaux 
tuds dans le pare, des anguilles et deux brochets dus 
par les meui^ers. BUtj ^p/^AnM^ 



ET^GiNIE GRANDET, III 




-■f^Bi/) eh ! ce pauvre Cornoiller, il vient comme 
'•^ABWceeirTSir^me. — Est-ce bon k manger, 9a ? 

— Oui, mon cher gdndreux monsieur, c'est tu^ depuis 

deux jours. ^juljlSXA 

5 — Allons, Nanon,^utne pied I dit le bonhomme. 
Prends-moi cela, ce sera po ur le d^ner ; je£<^akj^eux 
Cruchot. 

Nanon ouvrit des yeux h&tis et r^arda tout le 
monde. 
10 — £h bien, dit-elle, oh que je trouverai du lard et des 
Apices ? 

— Ma femme, dit Grandet, donne six francs h Nanon, 
et fab-moi souvenir d'aller k la cave chercher du bon vin. 

— Eh bien done, monsieur Grandet, reprit le garde, 
1 5 qui avait pr^par^ sa harangue afin de faire decider la 

question de ses appointements, monsieur Grandet . . . 

— Ta ta ta ta, dit Grandet ; je sais ce que tu veux 
dire ; tu es un bon diable : nous verrons cela demain, 
je suis trop pressd aujourd'hui. — Ma femme, donne-lui 

20cent sous, dit-il k madame Grandet. 

II d^campa. La pauvre femme fut trop heureuse 
d'acheter la paix pour onze francs. Elle savait que 
GrandetSj^aisait pendant quinze jours, aprfes avoir 
ain^Wtprtift ^[ttjce k piSce, I'argent qu'il avait donn^. 
25 — Tiens, Cornoiller, dit-elle en lui glissant dix francs 
dans la main ; quelque jour nous reconnaitrons tes 
services. 

Cornoiller n'eut rien k dire. II partit. 

— Madame, dit Nanon, qui avait mit sa coiffe noif e 
30 et pris son panier, je n'ai besoin que de trois francs, 

gardez le reste. Allez, 9a ira tout de m^me. 

— Fais un bon diner, Nanon, mon cousin descendra, 
dit Eugdnie. 





112 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— D&id6ment, il se passe ici quelque chose d'extra- 
ordinaire, dit madame Grandet. Voici la troisi^me 
fois que, depuis notre mariage, ton pfere donne h, diner. 

Vers quatre heures, au moment oh Eugenie et sa mfere 
avaient fini de mettre un convert pour six personnes, 5 
et oh le maitre du logis avail mont^ quelques bou- 
teilles de ces vins exquis que conservent les provinciaux 
avec amour, Charles vint dans la salle. Le jeune 
homme dtait pile. Ses gestes, sa contenance, ses re- 
gards et le son de sa voix eurent une tristesse pleine lo 
de grice. II ne jouait pas la douleur, 11 souffrait v^ri- 
tablement, et le voile dtendu sur ses traits par la peine 
lui donnait cet air int^ressant qui plait tant aux femmes. 
Eugenie Ten aima bien davantage. Peut-^tre aussi le 
malheur Tavait-il rapprochd d'elle. Charles n'dtait plus i s 
ce riche et beau jeune homme plac^ dans une sphere 
inabordable pour elle, mais un parent plongd dans une 
effroyable misfere. La misfere enfante T^galit^. La 
femme a cela de commun avec Tange, que les ^tres 
souffrants lui appartiennent. Charles et Eugenie 20 
s'entendirent et se parlferent des yeux seulement ; car 
le pauvre dandy ddchu, Torphelin se mit dans un coin, s'y 
tint muet, calme et fier ; mais, de moment en moment, 
le regard doux et caressant de sa cousine venait luire 

le contraignant k quitter ses tristes pens^es, k 25 
^'dlSITcer avec elle dans les champs de I'espdrance et 
de Tavenir, oh elle aimait k s'ftfagera^^^T^ui. En ce 
moment, la ville de Saumur dtait plus dmue du diner 
offert par Grandet aux Cruchot qu'elle ne Tavait 6t6 la 
veille par la vente de sa r6ccfitQ,jmi constituait un crime 30 
de haute trahison envers le^i^rooftll^Sile politique 
vigneron e^t donnd son diner dans la m^me pens^e qui 
cofita la queue au chien d'Alcibiade, 11 auralt 6t6 peut- 



EUGENIE GRANDET. 1 13 

fitre un grand homme ; mais, trop §up^rieur k une ville 
de laquelle il se jouait sans cesse, il ne faisait aucun 
cas de Saumur. Les des Grassins apprirent bientot la 
mort violente et la f aillite probable du phre de Charles : 
Sils rdsolurent d*aller dhs le soir m^me chez leur client, 
afin de prendre part k son malheur et lui donner des 
signes d'amiti^, tout en s'informant des motifs qui 
pouvaient Tavoir d^termin^ k inviter, en semblable 
occurrence, les Cruchot k diner. A cinq heures pr^ 

locises, le president C. de Bonfons et son oncle le notaire 
arrivferent endimanchds jusqu'aux dents. Les convives 
se mirent k table et commencferent par manger notable- 
ment bien. Grandet ^tait grave. — Charles silencieux, 
Eug6nie muette, madame Grandet ne parla pas plus 

15 que de coutume, en sorte que ce diner fut un veritable 
repas de condoMance. Quand on se leva de table, 
Charles dit k sa tante et k son oncle : 

— Permettez-moi de me retirer. Je suis obligd de 
m'occuper d'une longue et triste correspondance. 

ao — Faites, mon neveu. 

Lorsque, aprfes son depart, le bonhomme put pr^- 
sumer que Charles ne pouvait rien entendre, et devait 
£tre plongd dans ses Ventures, il regarda sournoisement 
sa f emme. 

2$ — Madame Grandet, ce que nous avons k dire serait 
du latin pourvous; il est sept heures et demie, vous 
devriez aller vous serrer dans votre portefeuille. — 
Bonne nuit, ma fllle. 

II embrassa Eugdnie, et les deux femmes sortirent. 

30 Lk commen9a la scbne oli le pfere Grandet, plus qu'en 

aucun autre moment de sa vie, employa Tadresse qu*il 

avait acquise dans le commerce deshommes, et qui lui 

valait souvent^ de la part de ceux dont il mordait un 
8 



114 SCiiNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

peu trop nidement la peau, le surnom de vieux chien. 
Si le maire de Saumur eiit port^ son ambition plus haut, 
si d'heureuses circonstances, en le faisant arriver vers 
les sphferes supdrieures de la soci^t^, Peussent envoy^ 
dans les congrbs oli se traitaient les affaires des nations, 5 
et qu'il s'y iHX servi du g^nie dont Tavait dot^ son 
int^r^t personnel, nul doute qu'il n'y eiit 6x,6 glorieuse- 
ment utile k la France. N^anmoins, peut-^tre aussi 
serait-il ^galement probable que, sorti de Saumur, le 
bonhomme n'aurait fait qu'une pauvre figure. Peut- lo 
^tre en est-il des esprits comme de certains animaux, 
qui n'engendrent plus transplantds hors des climats oh 
lis naissent 

— Mon ... on ... on ... on .. . sieur le pr^ . . . pr^ . . . 
pr^ . . . president, vouoouous di . . • di. . . di . . . disiiieeez 15 
que la f aaaaiiillite . . . 

Le bredouillement affectd depuis si longtemps par le 
bonhomme, et qui passait pour naturel, aussi bien que 
la surdity dont il se plaignait par les temps de pluie, 
devint, en cette conjoncture, si fatigant pour les deux 20 
Cruchot, qu'en ^coutant le vigneron ils grima9aient k 
leur insu, en faisant des efforts comme s'ils voulaient 
achever les mots dans lesquels il s'emp^trait k plaisir. 
Ici, peut-^tre devient-il n^cessaire de donner I'histoire 
du b^gayement et de la surdity de Grandet. Personne, 25 
dans rAnjou, n'entendait mieux et ne pouvait pronon- 
cer plus nettement le fran9ais angevin que le rus6 vi- 
gneron. Jadis, malgr6 toute sa finesse, il avait 6te dup6 
, ^ par'un Israelite, qui, dans la discussion, appliquait sa 
^ main k son oreille en guise de comet, sous prdtexte de3o 
mieux entendre, et baragouinait si bien en cherchant 
ses mots, que Grandet, victime de son humanitd, se 
crut oblig^ de suggdrer k ce malin juif les mots et les 





£Ug£ni£ grandet. 115 

id^es que paraissait chercher le juif, d'achever lui-m6rae 
les raisonnements dudit juif, de parler comme devait 
parler le damnd juif, d'etre enfin le juif et non Grandet. 
Le tonnelier sortit de ce combat bizarre-^a^nt conclu 
S le seul marchd dont il ait eu k se' pfSnfar^T^ndant le 
cours de sa vie commerciale. Mais, s*il y perdit, p^cu- 
niairement parlant, il y gagha moralement une bonne 
le^on, et, plus tard, il en recueillit les fruits. Aussi le 
bonhomme finit-il par b^nir le juif qui lui avait appris 

10 Tart d'impatienter son adversaire commercial, et, en 
I'occupant k exprimer sa pensde, de lui faire constam- 
ment perdre de vue la sienne. Or, aucune affaire 
n'exigea, plus que^^c el le doyit il s*agissait,l|ejnploi de 
rdit^, du^B/nHMuUemtlii f t des amW^fesmSDmpre- 

15 hensibles dans lesquels Grwidet ei^eloppait ses iddes. 
D*abord, il ne voulait pas enSoSsCT la responsabilit^ de 
ses id^es ; puis il voulait rester maitre de sa parole, et 
laisser en doute ses vdritables intentions. 

— Mon . . . sieur de Bon . . . Bon . . . Bonf ons . . . 

20 Pour la seconde fois, depuis trois ans, Grandet 
nommait Cruchot neveu : M. de Bonf ons. -^ - *AiL*i4k* ( 

Le president put se croire choisi pour ^iRife psur^ V»i\^ 
Tartificieux bonhomme. 

— Voooouous di . . . di . . • di . . . disiez done que les 
2sfaiiiillites peu . . . peu . . . peu . . . peuvent, dan . . . dans 

ce . . . ertains cas, 6tre emp . . • p6 . . . p^ . . . chdes pa . . . 
par. . . 

— Par les tribunaux de commerce eux-m^mes. ^Cq!i 
se voit tous les jours, dit M. C. de Bonfons, ei 

30 chant rid^e du p^re Grandet ou croyant la deviner 
voulant affectueusement la lui expliquer. Ecoutez I ^ i 

— J'ecou . . . coute, r^pondit humblement le bon- 
homme en prenant la malicieuse contenance d'uo 



*»* 



Il6 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, 

enfant qui rit int^rieurement de son professeur, tout 
en paraissant lui prater la plus grande attention. 

— Quand un homme considerable et consid^r^, 
comme T^tait, par exemple, ddf unt monsieur votre fr^re 
k Paris ... 5 

— Mon ... on frdre, ouL ■.O ^" Q,^^ ^ 

— Est menace d'une d^confitifte . . , 

— Qa . . . aaa s'a . . . appelle d^ . . . d^ . . . deconfiture ? 

— Oui. Que sa faillite devient imminente, le tribu- 
nal de commerce, dont il est justiciable (suivez bien) lo 
a la faculty, par un jugemen^denommer, k sa maison 
de commerce, des liquffHtSirs/ Xiiquider n'est pas 
faire faillite, comprenez-vous ? En faisant faillite, un 
homme est ddshonore ; mais, en liquidant, il reste hon- 
nSte homme. 15 

— C'est bien di . . . di . . . di . . . diff&ent, si 9a . . . 
a . . • a . . • ne coii ... o^ . . . o^ . . • o(i • • • odte pas . .. 
pas . . • pas plus cher, dit Grandet. 

— Mais une liquidation pent encore se faire, m^me 
sans le secours du tribunal de commerce. Car, dit le 20 
president en humant sa prise de tabac, comment se 
declare une faillite ? 

— Oui, je n'y ai jamais pen. . . pen. . . pen. . . pens^, 
r^pondit Grandet. mjJS!^ 

^ft ^ — iRW^iilS^^^^ reprit le magistrat, par le d^potou 25 
•^/^5jlMKra(!*Sf"gMt que fait ISJ^^^^^^ )ffhi^^,4rC£L<A\ 

m^me ou soijpBmocrl de pouvoir, diiHfiitn^nrqgislTG ^^j » 
Deuxifemement, k la requite de crdanciers. Or, si le 
ndgociant ne depose pas de bilan, si aucun cr^ancier 
ne requiert du tribunal un jugement qui declare lejo 
susdit n^gdciant en faillite, qu'arrive-t-il ? 

— Oui . • • i • • • i • . • , voy . . . voy . . . ons. 

— Alorsi la famille du d^cdd^, ses repr^sentants, son 



^ £UG£nI£ GRAKDBi: llj 

>^^ hoirie, ou le n^gociant, s'il n'est pas mort, ou ses 
amis, s'il est cach6, liquident Peut-etre voulez-vous 
liquider les affaires de votre fr^re ? demanda le 
president. 
S — Ah I Grandet I s'^cria le notaire, ce serait bien. 
II y a de Thonneur au fond de nos provinces. Si vous 
sauviez votre nom, car c'est votre nom, vous seriez un 
homme • . . 

— Sublime I dit le president en interrompant son 
looncle. 

— Ce . . . ertainement, rdpliqua le vieux vigneron ; 
mon • • . mon fffr . . . fre • . • frbre se no . . . no • . . no • • . 
nommait Grandet tout • . . out comme moi. C^ • . . c^ . . • 
c*es . . . c'est s^r et certain. Je . . . je . . . je ne . , . ne dis 

i5pas . . . pas non. £t . . .et . • . et . . . cette U . . . li . • . li . . . 
liquidation pou . . . pou . . . pourrait dans tooous llles cas, 
6tre sooous tous llles ra . . . ra . . . rapports trbs-avan . . . 
vantata . . . geuse aux in ... in ... in .. . t^r^ts de mon 
ne • . • ne • . • neveu, que j'ai . . . j'ai . . . j'aime. Mais faut 

20 voir. Je ne co . • . co . . . connais pas ///es tnalins de 
Paris. Je . . . suis k Sau . . . au . . . aumur, moi, voyez- 
vous ! Mes prooovins, mes fooossds, et en . . . enfin j'ai 
mes aaaffaires. Je n'ai jamais fait de bi . . . bi . . . billets. 
Qu'est-ce qu'un billet ? J'en . . . j'en . . . j'en ai beau . . . 



L^ gjbeaucouj) #e9]t»Hig^'^" ^^ jamais si . . . si . . . signd 
5^ '•^.lWSSS^lW?3s5etouche, 9a s'essscooompte. Voilk 

tooout ce qu . . . qu • . . que je sais. J'ai en . . . en . . . 

en . •• entendu di . . . di . . . dire qu'on . . . ooon pou . . . 

ou • • • ouvait rachea • • die • • • cheter les bi • • . bi • • • 

3obi... -^^ -Wtt 

— Ouiy dit le president. On peut acqumr les billets 
8ur la placet moyennant tant pour cent Comprenet- 



Il8 SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE, 

Grandet se fit un cornet de sa main, Tappliqua sur 
son oreille, et le president lui r^p^ta sa phrase. 

— Mais, rdpondit le vigneron, il y a ddddonc k boire 
et k manger dan . . . dans tout cela ? Je . . . je . . . je ne 
sais rien, k mon idage, de toooutes ce . . . ce . . . ces S 
choooses-lk. Je doi . . . dois re . . . ester i . . . i . . . ici 
pour v6. . . v6 ... veiller au grain. Le grain s'aama . . . 
masse, et c'e . . . c*e . . . c'est aaavec le grain qu'on pay . . . 
paye. Aavant tout, faut v^ . . . v^ . . . veiller aux . . . aux 
r^ . . . t6,,. rdcoltes. J*ai des aaaff aires ma ... ma ... lo 
majeures k Froidfond et des int^ . . . t^ . , . tdressantes. 
Je ne puis pas a . . . a. . . abandonner ma . . • ma . . . 
ma . . . maison pooour des em...em . , . embrrrrououillU 
lamini gentes de . .^de. . .^£ tooous les di . . . dia , . . 
ables, oil je ne cooOTiprr^^fclids rien. Voous dites 15 
que . . . que je devrais, pour li . . . li . . . li . . . liquider, 
pour arr^ter la declaration de faillite, ^tre k Paris. On 
ne pent pas se trooou . . , ouver k la fois en ... en ... en 
deux endroits, k moins d'etre pe . . . pe . . . pe . . . petit 
oiseau . . . et . • . 20 

— Et je vous entends, s'^cria le notaire. Eh bien, 
mon vieil ami, vous avez des amis, de vieux amis, ca- 
pables de d^vouement pour vous. 

— Allons done ! pensait en lui-m^me le vigneron, 
d^cidez-vous done I 25 

— Et si quelqu'un partait pour Paris, y cherchait le 
plus fort cr^ancier de votre f r^re Guillaume,lui disait . . . 

— Mi . . . mi . . . minute, ici, reprit le bonhomme ; 
lui disait . . . quoi ? Quelque . . . que cho . . . chooo . • . 
chose CO . . . CO . . . comme 9a : " M. Graudet . . . det3o 
de Saumur pa . . . pa . . . par-ci, M. Grandet . . . det de 
Saumur par-li. II aime son frfere, il aime son ne • . . 
ne • • • neveu. Grandet est un bon pa • • . pa • • • parent^ 



EUGENIE GRANDET. 11$ 

eC il a de trbs-bonnes intentions. II a bien vendu sa 
rd . . . r^ . . . r^colte. Ne d^clarez pas la f a . . . f a . . • 
fa . . . fa . . . f aillite, aaassemblez-vous, no . . . no . . . 
nommez des li . . • 11 • . . liquidateurs. Aaalors, Grandet 
5 v^ . . . ^^ . . . erra. Voous au . . . au . . . aurez . , . ez 
biei^davantageen liquidant qu'en lai . . • lai . . . laissant 
les ^^fJflfgjlSircfe y mettre le nd . . n^ . . . nez . • J^ 
Hein ! pas vrai ? 

— Juste I dit le president. 

ID — Parce que, voyez-vous, monsieur de Bon • . . 
Bon . . • Bon . . . f ons, f aut voir avant de se d^ . . . d^ 
cider. Qui ne . • • ne . . • ne peut • . . , ne . . . ne peut. 
Eq toute af . • • af . . . affaire ooon^ . • . n^reuse, pooour 
ne pas se ru . . . ru . . . rui . . . miner, il faut connaitre 

isles ressources et les charges. Hein 1 pas vrai ? 

— Certainement, dit le president. Je suis d*avis, 

% i^nijMiCw'en quelques mois de temps on pourra racheter^A4A 

l^^ljWi^treances pour une somme de, et payer int^gralement ' 

par arrangement. Ah! ah 1 Ton m^n^es chiens bien 

20 loin en leur montrant un morceau de iSft!^ Quand il 

n'y a pas eu de declaration de f aillite et que vous tenez 

les litres de crdances, vous devenez blanc comme neige. 

— Comme n^ . . . n^ . . . neige ? r^pdta Grandet en 
refaisant un comet de sa main. Je ne comprends pas 

25la nd . . • n^ . . . neige. 

— Mais, cria le president, ^coutez-moi done, alors I 

— J'^ . . • J^- • j'^coute. 

I . — 'Jjfs&^^^jl^^ une marchandise qui peut avoir sa 

^^^flftussi eWaoalsse. Ceci est une deduction du prin- 

3ocipe de J^r^mie Bentham sur I'usure. Ce publiciste a 

prouv^ que le pr^jug^ qui frappait de r^probatioa lea 

usuriers ^tait une sottise. 

— • Ouais I fit le bonhomme. 



I20 SCiNES D£ LA VIE DE PROVINCE. 

— Attendu qu'en principe, selon Bentham, I'argent 
est une marchandise, et que ce qui repr^sente Targent 
devient ^galementmarchandise, reprit Je p^sident ; 
attendu qu'il es^*n3St^tie|fsoun^ 
habitueUgsflui^i'^gisseHles choses commerciales, la $ 
VW\^ •^affefeandise-billet, 



portant A^cllei oil telle signature, 
comme tel ou tel article,(p1STOiiaSioxI manque sur la 
place, qu'elle est chfere ou tombe k rien, le tribunal 
ordonne . . . (tiens ! que je suis b^te, pardon . . . ), je 
suis d'avis que vous pourrezjachetervotre frfere pourio 
vingt-cinq du cent. ^'^^ **X 

— Vooous le no ... no ... no .. . nommez J^ . . . Jtf 
. . . Jd . . . Jdr^mie Ben . . . ? 

— Bentham, un Anglais. /%ur//t^ 

— Ce J^r^mie-lk nous fera efii& bien des lamenta- 15 
tions dans les affaires, dit le notaire en riant. 

— Ces Anglais ont qu6 . . . qud . . . quelquefois du 
bon ... on sens, dit Grandet. Ainsi, se . . . se . . . 
se . . . selon Ben . . . Ben . . . Ben . . . Bentham, si les 
effets de mon f rfere . . . va . . . va . . . va . . . va . , . va- 20 
lent . . . ne valent pas I Si je . . . je . . . je . . . dis bien, 
n'est-ce pas ? Cela me paralt clair . . . Les cr^anciers 
seraient . . . non, ne seraient pas ... Je m'een . . • 
entends. 

" s. — Laissez-moi vous expliquer tout ceci, dit le pr^- 25 
sident. Eji droit, si vous possddez les titres de toutes 
les crdances dues par la maison Grandet, votre f rfere ou 
ses hoirs ne doivent rien k personne. Bien. 

— Bien, r^p^ta le bonhomme. 

— En ^quit^, si les effets de votre frfere se n^gocientso 
(n^gocient, entendez-vous bien ce terme ?) sur la place 

k tant pour cent de perte ; si Tun de vos amis a pass^ 
par lk| s'il ks a rachetdsi les crdanciers n'ayant ^t^oon- 



n 



£UG£nI£ GRANDET. 121 

traints par aucune violence k les donner, la succession 
de feu Grandet de Paris se trouve loyalement quitte. 

— C'est vrai, les a ... a ... a .. . affaires sont les 
affaires, dit le tonnelier. Cela pooooosd . . . Mais, n^an* 

Smoins, vous compre . . . ne . . . ne . . . ne . . . nez . . . que 
c'est di . . . di . . . di . . . difficile. Je . . . je . . . je n'ai pas 
d'aaargent • • • ni • • • ni • • • ni le temps, ni le temps, 
ni... 

— Oui, vous ne pouvez pas vous d^ranger. Eh bien, 
loje vous offre d'aller k Paris (vous me tiendriez compte 

du voyage, c'egtAntfTttis^e). J'y vols les cr^anciers, 
je leur parle,^Jf9rermoie5^t tout s*arrange avec ua 
supplement de payement que vous ajoutez aux va- 
leurs de la liquidation, afin de rentrer dans les titres 
isde cr^ances. { 

— Mais nooouous verrons cela ; je ne • • • ne • • • ne 
peux pas, je . . • je . • • je ne veux pas m'en • • • en • • • 
en . . . engager sans • . • sans que • » . Qui • • • qui • • • 
qui . . . ne . . • ne pent, ne pent Vooouous comprenez ? 

«. _ Cela est juste. ^^ UU^'^U^ ^^ ^ i-^ M^ 
^ ^ je- |;aL la/tgte ca.(]i ca... cassee de A que.. . que j 

*^^*^^oo8uou . .'. vou§ m'a • . • a . . • a . . . avez dd . . . dd . • . t 

d^cliqud Ik. Voilk la ... la ... la premiere fois de ma 
vie que je . . . je suis fooorcd de son . . . sopger k de • • . 
25 — Oui, vous n'^tes pas jurisconsulte. ^^^tfu^-^^i^-fv'y 

— Je . . . je suis lin pau . . . pau . . . pauvre vigneron, 

et ne sais rien de ce que vou . • . vou . . • vous venez de i 
dire ; il fau . . • fau . . . faut que j'd . . • j'^ . . . j'dtudie ^ 

30 — Eh bien, . . . reprit le president en se posant a>mme 
pour r^sumer la discussion. 

— Mon neveu 1 ... fit le notaire d'un ton dereprocbe 
en rinterrompant 



133 SC&NES D£ LA VIE DE PROVINCE. 

— Eh bien, mon oncle ? r^pondit le president, 

— Laisse done M. Grandet t'expliquer ses inten- 
tions. II s'agit en ce m^ent^d'un mandat important 
Notre cher ami doit le demirr congriim . . • 

Un coup de marteau qui annon9a I'arriv^e de la 5 
famille des Grassins, leur entrde et leur salutations 
emp^chferent Cruchot d*achever sa phrase. Le notaire 
' A r 1^^ content de cette interruption ; d6}k Grandet le re- ^». 
(9^^^^ garaait ere travers, et sa loupe indiquait un orage int^- 
rieur. Mais d*abord, le prudent notaire ne trouvaitio 
pas convenable k un president d j tribunal de premiere 

'"""'^I^^WS^A^y^Pj des cr^^J^ ^ 
anciersfiet ypreier lesTifains a^n tripotage cfii frois- jp^ v 

sait les lois de la stricte probit^; puis, n'ayant pas 

encore entendu le p^re Grandet exprimant la moindre 15 

vellditd de payer quoi que ce fQt, il tremblait instinc- 

tivement de voir son neveu engag^ dans cette affaire. II 

profita done du moment oh les des Grassins entraient 

pour prendre le president par le bras et Fattirer dans 

Tembrasure de la fen^tre. 20 

— Tu t'es bien suffisammerit montr^, mon neveu ; 
mais as^^d£vmiemd^^ 

«• ^^^la ^ejffi^^ 
i^/\ ' - 'tfne'^cotneqle^q^*^^'^^ ^^o^x- Laisse-moi mainte- 
nant conduire la barque, aide seulement k la manoeuvre. 25 
Est-ce bien ton role de compromettre ta dignity de ma- 
gistrat dans une pareille . . . ? 

II n'acheva pas ; il entendait M. des Grassins disant 
au vieux tonnelier en lui tendant la main : 

— Grandet, nous avons appris Taffreux malheorjc 
arrivd dans votre famille, le d^sastre de la maison 
Guillaume Grandet et la mort de votre frfere; noui 




EUGENIE GRANDET. 1 23 

venons vous exprimer toute la part que nous prenons 
k ce triste dv^nement. 

— II n'y a d'autre malheur, dit le notaire en inter- 
rompant le banquier, que la mort de M. Grandet junior. 

5 Encore ne se serait-il pas tu^, s*il avait eu Tid^e d'ap- 

peler son fr^re k son secours. ^J^f a1^ ^^^^^ ^"^^> ^^" ^ 
de rhonneur jusqu'au bout des'xjl'^ie^ompte liquider 
les dettes de la maison^lrandet de Par iffc Mon neveu 
le president, pour lui ^flW^ner les u-acasa'une affaire 
10 toute judiciake^huiofifreAp partir sur-le-champ pour 
Paris, afin d<pfrana|gcr ave^ les cr6anciers et les satis- 
faire convenablement. 

Ces paroles confirmees par Tattitude du vigneron, qui 
se caressait le menton, surprirent dtrangement/tes troij 
^ ^5 d^ijrassins, qui pendant le chemin avaieni 
*^Bi(t'*^1ofeir de Tavarice de Grandet, en Taccusant presque 
d'un fratricide. 

— AnTje le savais bien I s'^cria le banquier en re- 
gardant sa femme. Que te disais-je en route, madame 

2odes Grassins? Grandet a de Thonneur jusqu'au bout 
des cheveux, et ne souffrira pas que son nom re^oive 
la plus l^gbre atteinte 1 L'argent sans Thonneur est une 
maladie. II y a de Thonneur dans nos provinces I — 
Cela est bien, trfes-bien, Grandet. Je suis un vieux 

25 militaire, je ne sais p^g iyp "lser/ m^eiaBAi : je la dis 
rudement : cela est, milflfWRneffft'l suulmre. 

— Aaalors lUe su . . . su . . . sub . . . sublime est bi . . . 
bi . . . bien cher, r^pondit le bonhomme pendant que le 
banquier lui secouait ol^2ileureusemeniyjnj[^a.|^^^^^^ ,^ ^ ^'... 

«^p3ofJ^ Mais ceci, mon brave Grandet,Hrei^9?prail^a M. 
/^T le president, reprit des Grassins,^ est un^ ^ffay-gj RK£: i-v> . m 
^K ment commercial©, et veut un TuBbafftr co^^ ^<-^^i!ki^ 

^tp^ Ne faut-^^ims se counaitre aux comnj^^^de retour, . j / 



124 



SCENES I>£ LA VI£ DB PROVINCE. 



(labours, calculs d'int^r^ts ? Je dois aller k Parb pour 
mes affaires, et je pourrais alors me charger de • • • 

— Nous verrions done k td • • . t4 . . . ticher de nous 
aaaarranger tou . . . tous deux dans les po • . . po • . . 
po . . . possibilit^s relatives et sans m'en • . • m'en ... 5 
m'engager k quelque chose que je . . viJS '^n^/B&^^iL 
voooou . . . oudrais pas f aire, dit Grandei^TiD^gayanT; rl^ 
parce que, voyez-vous, M. le president me demandait 
naturellement les frais de voyage. 

Le bonhomme ne bredouilla plus ces demiers mots. lo 

— Eh ! dit madame des Grassins, mais c'est un 
plaisir que d'etre k Paris. Je payerais volontiers pour 
y aller, moi. 

-^ Fti t"" fitjnijfjT"'" k son mari comme pour Pen- 
C^^^'ccoirager ^oi^^TCette commission k leurs adversaires, 15 
coAte que cofite ; puis elle regarda fort ironiquement 
les deux Cruchot, qui prirent une mine piteuse. Gran 
det saisit alors le banquier par un des boutons de son 
habit et Tattira dans un coin. 

— J'aurais bien plus de confiance en j^u^ue dans2p 

[jj-il. Puis il y a des^t^^Stlei^^^^^ 

Luant sa loupe. Je veux me 
^i quelque milliers de francs de 
rente k f aire acheter,* et J^ne yfut placer ^u'k^quatre- 
vingts francs. Cetti!^A^^!^q^\il^se^uf^^ fin 25 

des mois. Vous vous connaissez k 9a, pas vrai ? 

— Parbleu 1 £h bien, j'aurais done quelques mille 
livres de rente k lever pour vous ? 

— Pas grand'chose pour commencer. Motus ! Je 
veux jouer ce jeu-lk sans qu'on en sache rien. Vous 30 
me concluriez un march^ pour la fin du mois ; mais 
n'en dites rien aux Cruchot, 9a les taquinerait Puis- 
que vous allez k Paris, nous y yerrons e^meme tempsi 




EUGENIE GRANDET. ^ 1 25 

ur mon pauvre neveu, de quelle couleur sont les 




— Voilk qui est entendu, Je partirai demain en 
poste, dit k haute voix des Grassins, et je viendrai 

Sprendre vos dernibres instructions k... A quelle 
heure? 

— A cinq heureSi avant le diner, dit le vigneron en 
se frottant les mains. 

Les deux partis restbrent encore quelque instants 
10 en presence. Des Grassins dit, aprbs une pause, en 
frappant sur T^paule de Grandet : 

— II fait bon avoir de bons parents comme 9a . . . 

— Oui, oui, sans que 9a paraisse, r^pondit Grandet, 
je suis un bon pa . . . parent. J'aimais mon frfere, et je 

isle prouverai bien si ... si 9a ne ... ne coftte pas . . . 

— Nous aliens vous quitter, Grandet, lui dit le 
banquier en I'interrompant heureusement avant qu'il 
achevdt sa phrase. Si j'avance mon depart, 11 faut 
mettre en ordre quelques affairesyi ^^^^^ ^ j ^i yj 

ao — Bien, bien. Moi-mSme, raSK^T^JpoitacI que 
vou . . . vous savez, je . . . je vais me re . . , re . . . retirer 
dans macham . . . ambre des dd . . . ddib^rations, comme 
dit le president Cruchot. 

— Peste I je ne suis plus M. de Bonfons, pensa tris- 
25 tement le magistrat, dont la figure prit Texpression de 

celle d'un juge ennuy6 par une plaidoirie. 

Les chefs des deux families rivales s'en all^rent en- 
semble. Ni les uns ni les autres ne songeaient plus k 
la trahison dont sMtait rendu coupable Grandet le 
30 matin en vers le pays vignoble, et se sondbrent mutuelle- 
ment, mais en vain, pour connaltre ce qu'ils pensaient 
sur les intentions r^elles du bonhomme en cette nouveUq 
flfiaircc 



126 SC&NES DB LA VIE DE PROVINCE. 

— Venez-vous chez madame Dorsonval avec nous ? 
dit des Grassins au notaire. 

— Nous irons plus tard, rfepondit le president. Si 
mon oncle le permet, j'ai promis k mademoiselle de 
Gribeaucourt de lui dire un petit bonsoir, et nous nous 5 
y rendrons d'abord. 

— Au revoir done, messieurs, dit madame des Gras- 
sins. 

Et, quand les des Grassins furent k quelque pas des 
deux Cruchot, Adolphe dit k son pfera: /^^ 10 

— Ilsfumentjoliment,hein? WV-^ Mwt<Vli^^ 

— Tais-toi done, mon fils, lui r^pliqua sa mfere, ils 
peuvent encore nous entendre. D'ailleurs, ce que 

A tu dJ5 n'est pas de bon goftt et^sent r£cale-ii^ 

— Eh bien, mon oncle ! s'^cria le magistrat quand il 
vit les des Grassins ^loignds, j'ai commence par ^tre le 
president de Bonfons et j'ai fini par ^tre tout simple- 
ment un Cruchot. 

— J'ai bien vu que 9a te contrariait ; mais le vent 20 
Aait aux des Grassins. Es-tu b^te, avec tout ton 
esprit ! . . . Laisse-les s'embarquer sur un JVous verrons 
du pbre Grandet, et tiens-toi tranquille, mon petit : 
Eugenie n'en sera pas moins ta femme. 

En quelques instants, la nouvelle de la magnanime25 
resolution de Grandet se r^pandit dans trois maisons k 
la fois, et il ne fut plus question dans toute la ville 
que de ce d^vouement fraternel. Chacun pardonnait 
k Grandet sa vente faite au m^pris de la foi jur^e entre 
les propri^taires, en admirant son honneur, en vantant3o 
une g^n^rosit^ dont on ne le croyait pas capable. II 
est dans le caractbre frangais de s'enthousiasmer, de se 
coMrer, de se passionner pour le m^t^ore du moment. 





DET. 127 



pour \ei batons floltants de ractuallt^. Les 6tres col- 
lectifs, les peuples, seraient-ils done sans m^moire ? 

Quand le p^re Grandet eut fermd sa porte, il appela 

Nanon. Jj^^f^xQ^ 

S — Neiache pas le chien et ne dors pas, nous avons 

k travailler ensemble. A onze heureso CornoWer doit 

se trouver h. ma porte avec le bedir^oTae rroidfond. 

£coute-le venir afin de rempdcher de cogner, et dis-lui 

^M^A^§ptfgf^out bellement. Les lois de police d^fendent 

^ lole tapage nocturne. D'ailleurs, le quartier n'a pas be- 

soin de savoir que je vais me mettre en route. 

Ayant dit, Grandet remontadansspn laboratoire, oh 

Nanon Tentendit remuantJioauTlaTi^aSaht, venant, mais 

avec precaution. II ne voulait ^viderament r^veiller 

15 ni sa femme ni sa fille, et surtout ne point exciter 

^attention de son neveu, qu'il avait commence par 

W^'^^nrJIuSire en apercevant de la lumi^re dans sa chambre. 

Au milieu de la nuit, Eugenie, pr^occup^e de son cousin, 

crut avoir entendu la plainte d'un mourant, et pour elle 

90 ce mourant dtait Charles : elle I'avait quittd si pile, si 

JJ -^ kAi^^P^^^L peut-^tre s'^tait-il tud. SoudainOelleVen-i 

^id^^ Telo^^'oune coiffe, espbce de peliss e k cSpifaimfl^ 

voulut sortir. D'abord une vive lumifere qui passait 

par les fentes de sa porte lui donna peur du feu ; puis 

35 elle se rassura bientot en entendant les pas pesants de 

Nanon et sa voix m^l^e au hennissepent de plusieurs 




se dit-elle en 
precaution pour 
3oremp6cher de crier, mais de manifere k voir ce qui se 
passait dans le corridor. 

Tout k coup son ceil rencon'xa celui de son pfcre, 
dent le r^ard, quelque vague et msoudant qu'il fdti 



c. 



128 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

lag^CgAp terreur. Le boi^omme et Nanon dtaient 
TK^ouples par un gros gauffflm dont chaque bout repo- 
sait sur leur ^paul|;3rQite et soutenait un cible auquel 
^tait attach^ un baMwl semblable k ceux que le pfere 
Grandet s'amusait k faire dans son fournil k ses mo- 5 
ments perdus. ^Jl^.4MMA^^iJ^ 

— Sainte Vierge I monsieur^ 9a pfese-t-il I dit k voix 
basse la Nanon. 

— Quel malheur que ce ne soit que des gros sous ! 
r^pondit le bonhomme. Prends garde de heprter leio 
chandelier. ^iU^ 

Cette scbne ^tait ^clairde par t^(}j^ geule chandelle 
plac^e entre deux barreaux de la r^peT^^i^ .U.g/>^P^-t>V- ^ 

— Cornoiller, dit Grandet k son garde m parttbus^ ^J 
as-tu pris tes pistolets ? i.S 

— Non, monsieur. Pard^ I quoi qu'U y a done h 
craindre pour vos gros sous ? . . . 

— Oh ! rien, dit le pfere Grandet. 

— D'ailleurs, nous irons vite, reprit le garde, vos 
fermiers ont choisi pour vous leur meilleurs chevaux. 20 

— Bien, bien. Tu ne leur as pas dit oU j'allais ? 

— Je ne le savais point. 

— Bien. La voiture est solide ? 

— Qa, notre maltre ? Ah bien, 9a porterait trois 
milles. Qu'est-ce que ca pbse done, vos m^cha at ai g c 

— Tiens, dit Nanon, je Te savons ben I Y a ben 
prfes de dix-huit cents. 

— Veux-tu te taire, Nanon ! Tu diras k ma femme 
que je suisalldAI^ campagne. Je serai revenu pour 3a 
diner. — VaooniCTain, Cornoiller, faut dtre k Angers 
avant neuf heures. 

La foiture partit Nanon verrouilla la grande porte, 



/ 



/^^ r. \n< 



EUGENIE GRANDET. . 1 29 

l&cha le chien, se coucha Tdpaule meurtrie, et personne 

dans le quartier ne soup^onna ni le depart de Grandet 

ni Tobjet de son voyage. La discretion du bonhomme 

dtait complete. Personne ne voyait jamais un sou dans 

Scettemaison pleine d'or. Aprbs avoir appris dans la 

matinee, par les causeries du port, que j'or ^vait ^u- 

bie de prix par suite de nombreux SNPftitfehVs fcft^ns 

\ Nantes, et que des sp^culateurs ^taient arrives k 

Angers^ pcjur en ^acbeter, le vieux vigneron, par un 

10 simple eniprurrt de <^evaux fait k ses fermiers, se mit 

en mesure d'aller y vendre le sien et d'en rapporter en 

valeurs du receveur g^n^ral sur le Tr^sor la somme 

. ^ Tf xn^cessaird k Tachat de ses rentes, aprbs I'ayoir grossie 

IS — Mon pbre s'en va, dit Eugdnie, qui du haut de 
I'escalier avait toutentendu. 

Le silence dtait r^tabli dans la maison et le lointain 
roulement de la voiture, qui cessa par degr^s, ne reten- 
tissait ddjk plus dans Saumur endormi. £n ce moment, 

90 Eugenie entendit en son cceur, avant dtt^'^owter 
par Toreille, une plainte qui per9a le^ cro(3otts,'1^(5[uf 
venait de la chambre de son cousin. Une bande lumi- 
neuse, fine autant que le tranchant d'un sabre, passait 
par la fente de la porte et coupait horizontalement les 

25balustres du vieil escalier. 

— II souffre, dit-elle en grimpant deux marches. 
Un second gdmissement la fit arriver sur le palier de 
la chambre. La porte dtait entr'ouverte, elle la poussa. 
Charles dormait, la t6te penchde en dehors du vieux 

jofauteuil ; sa main avait laiss^ tomber ki plu/me et tou- 
chait presque k terre. La respiration saccadce que n^ 
cessitait la posture du jeune homme efiraya soudain 
Eug^ni^ qui eotra promptement* 

9 



carros- 



130 SCi^NES D£ LA VIE DE PROVINCE. 

— II doit 6tre bien f atigu^, se dit-elle en regardant 
una dizaine de lettres cachetdes. Elle en lut les 

^ adr esses L,^ messieurs Farry^ Breilman et C*«, 
d^^iTf^^^^^te^ff^ A monsieur Buissofiy tailleur^ etc. 

— II a sans doute arrange toutes ses affaires pour S 
pouvoir bientot quitter la France, pensa-t-elle, 

Ses yeux tomb^rent sur deux lettres ouvertes. Ces 
mots qui en commen^aient une : " Ma chfere An- 
nette ..." lui caus^rent une^fbJouissement. Son cceur 
palpita, ses pieds se clouefentsur le carreau.tr^/T^^Y 10 

— Sa chbre Annette ! il aime, il est aim? I Plus 
d'espoir I . . . Que lui dit-il ? 

Ces iddes lui traversferent la t^te et le cceut. Elle yt^m^ 
lisait ces hiots partout, m^me sur les carreaux, en traft^*^'^ 
de flammes. 15 

— Ddjk renoncer k lui I Non je ne lira! pas cette 
lettre. Je dois m'en aller • • • Si je la lisais, cepen- 
dant ? 

Elle regarda Charles, lui prit doucement la t6te, la 
posa sur le dos du f auteuil, et il se laissa f aire comma 20 
un enfant qui, m6ma en dormant, connalt encore sa 
. m^re et re9oit, sans s'dveiller, ses soins et ses baisers. 
Comme une mbre, Eugenie releva la main pendante, et, 
comme une m^re, elle baisa doucement les cheveux. 
" Chfere Annette I " Un d^mon lui criait ces deux 25 
mots aux oreilles. 

— Je sals que je f ais peut-dtre mal, mais je la lirai, la 
lettre, dit-elle. 

Eugdnie d^touma la tSte, car sa noble probity gronda. 
Pour la premiere fois de sa vie, le bien et le mal ^taient 3a 
en presence dans son cceur. Jusque-lk, elle n'avait eu^ 
krougir d'aucune action. La passion, la curiosity Pem^ 
port^ent A chaque phrase, son cceur se gonfla davan- 



' • J, ■ v\ , ' ■ 

EUGENIE GRANDET. 131 

tage, et I'ardeur piquante qui anima sa vie pendant 
cette lecture lui rendit encore plusir^nds les plaisirs 
du premier amour : CvVVr^^^\4^ 

5 " Ma chfere Annette, rien ne devait nous sdparer, si 
cen'est le malheur qui m'accable et qu'aucune pru- 
dence humaine n'aurait su pr^voir. Mon pfere s'est 
tu^, sa fortune et la mienne sont entibrement perdues. 
Je suis orphelin k un ige oU, par la nature de mon ^du- 

10 cation, je puis passer pour un enfant; etje dois n^an- 
moins me relever homme de Tabime oU je suis tomb^. Je 
viens d'employer une partie de cette nuit k faire mes 
calculs. Si je veux quitter la France en honn^te homme, 
et ce n'est pas un doute, je n'ai pas cent francs k moi 

15 pour aller tenter le sort aux Indes ou en Am^rique. 
Oui, ma pauvre Anna, j'iral chercher la fortune sous 
les climats les plus meurtron^ Sous de tels cieux, ell^? 
est siire et prompte, m'a-t-on dit. Quant k rester k ' 
Paris, je ne saurais. Ni mon ime ni mon visage ne 

20 sont faits k supporter les affronts, la froideur, le d^dain 
qui attendent I'homme ruind, le fils du failli! Bon 
Dieu ! devoir deux millions I . . . J*y serais tud en duel 
dans la premiere semaine. Aussi n'y retournerai-je 
point. Ton amour, le plus tendre et le plus d^voud 

25 qui jamais ait ennobli le coeur d*un homme, ne saurait 
m*y attirer. H^las I ma bien-aimde, je n'ai point assez 
d'argent pour aller oil tu es, donner, recevoir un der- 
nier baiser, un baiser oil je puiserais la force n^ces- 
saire k mon entreprise ..." 

— Pauvre Charles, j'ai bien fait de lire! j'ai de Tor, 
je le lui donnerai, dit Eugenie. 

Elle reprit sa lecture, apr^s avoir essuy^ ses pleurs *. 



132 SCilNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

" Je n'avais point encore song^ aux malheurs de la 
misfere. Si j'ai les cents louis indispensable au paj^^^^ 
sage, je n'aurai pas un sou pour me f aire une parontfe/^ 
Mais non, je n'aurai ni cent louis ni un louis, je ne con- 
naitrai ce qui me restera d'argent^iu'aprbs le rbglement S 
de mes dettes k Paris. Si je n*ai rien, j'irai tranquil- 
lement k Nantes, je m'y embarquerai simple matelot, 
et je commencerai Ik-bas comme ont commence les 
hommes d'dnergie qui, jeunes, n*avaient pas un sou, et 
sent revenus riches des Indes. Depuis ce matin, j'ai lo 
froidement envisage mon avenir. II est plus horrible 
pour moi que pour tout autre, moi choy^ par une mhre 
qui m'adorait, ch^ri par le meilleur des pbres, et qui, k 
mon d^but dans le monde, ai rencontr^ Tamour d'une 
Anna ! Je n'ai connu que les fleurs de la vie : ce bon- 15 
heur ne pouvait pas durer, J'ai n^anmoins, ma chfere 
Annette, plus de courage qu*il n'dtait permis k un insou- 
ciant jeune homme d'en avoir, surtout k un jeune homme 
habitud aux cajoleries de la plus d^licieuse femme de 
Paris, herc6 dans les joies de la f amille, k qui tout 20 
souriait au logis, et dont les ddsirs ^taient des lois pour 
un pfere . . . Oh ! mon p^re, Annette, il est mort ... Eh 
bien, j'ai rdfl^chi k ma position, j'ai r^fl^chi k la tienne 
aussi. J'ai bien vieilli en vingt-quatre heures. Ch^re 
Anna, si, pour me garder prfes de toi, dans Paris, tu sa-25 
crifiais toutes les jouissances de ton luxe, ta toilette, ta 
loge k rOp^ra, nous n'arriverions pas encore au chiffre 
des d^penses ndcessaires k ma vie dissipde ; puis je ne 
saurais accepter tant de sacrifices. Nous nous quittons 
done aujourd'hui pour toujoiurs." 30 

— II la quitte, sainte Vierge I O bonheur ! 
Eugenie 3auta de joie* Charles fit un mouvement, 



EUGENIE GRANDBT. I33 

elle en eut froid de terreur ; mais, heureusement pour 
elle, il ne s'^veilla pas. Elle reprit : 

" Qjjgpd revmrtdrai-je ? Je ne sais. Le climat des 
S Indesj[^e!mt*prSi»ptement un Europ^en, et surtout un 
Europ^en qui travaille. Mettons-nous k dix ans d'ici. 
Dans dix ai^ ta fille aura dix-huit ans, elle sera ta com* 
pagne, ton i^^fm^ Pour toi, le monde sera bien cruel, 
ta fille le sera peut-^tre davantage. Nous avons vu des 
loexemples de ces jugements mondainset de ces ingrati- 
tudes de jeunes filles ; sachons en profiter. Garde au 
fond de ton kme, comme je le garderai moi-mdme, le 
souvenir de ces quatre anndes de bonheur, et sois fidble, 
peux, k ton pauvre ami. Je ne saurais toutefois 



^^^r?xii 



o^^^W. 




manage, qui devient une des ndcessitds de ma nou- 
velle existence ; et je t'avouerai que j*ai trouvd ici, h. 
20 Saumur, chez mon oncle, une cousine dont les mani^res, 
la figure, I'esprit et le cceur te plairaient, et qui^ea 
outre, me parait avoir . . • " 

— II devait ^tre bien fatigud pour avoir cessd de lui 

2S^crire, se dit Eugenie en voyant la lettre arr^tee au 

milieu de cette phrase. 

n^ ^ s"Hfe ^]ustmait I N*^tait-il pas impossible alors que 

cette innocente fille s'apergut de la froideur empreinte 

dans cette lettre ? Aux jeunes filles religieusement 

3o^lev^es, ignorantes et pures, tout est amour dfes qu'elles 

mettent le pied dans les regions enchant^es de Tamour. 

E^les y marchent entour^es de la cdleste lumi^re que 

leur kme projette, et qui rejaillit en rayons sur leur 



^ enia 



134 SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

amant ; elles le colorent des feux de leur propre senti- 
ment et lui pr^tent leurs belles pens^es. Les erreurs 
de la femme viennent presque toujours de sa croyance 
au bien, ou de sa confiance dans le vrai. Pour Euge- 
nie, ces mots : " Ma chfere Annette, ma bien-aim^e," 5 
lui r^sonnaient au cceur comme le plus joli langage 
de I'amour, et lui caressaient Time comme, dans son 
enfance, les notes divines du Venite^ adoremus, redites 
Torgue, lui caressferent Toreille. D'ailleurs, les 
larmes qui baignaient encore les yeux de Charles lui 10 
accusaient toutes les noblesses de coeur par lesquelles 
une jeune fille doit 6tre s^duite. Pouvait-elle savoir 
que, si Charles aimait tant son pbre et le pleurait si 
vdritablement, cette tendresse venait moins de la bont^ 
de son coeur que des bont^s paternelles ? M. et madame 1 5 
Guillaume Grandet, en satisfaisant toujours les fan- 
taisies de leur fils, en lui donnant tous les plaisirs de 
la fortune, Tavaient emp^chd de faire les horribles cal- 
culs dont sont plus ou moins coupable, k Paris, la plu- 
part des enfants quand, en presence des jouissances 20 
parisiennes, ils forment des ddsirs et con^oivent des 
plans qu'ils voient avec chagrins incessamment ajour- 
nds et retardds par la vie de leurs parents. La prodi- 
. galit^ du pfere allait done jusqu'k semer dans le coeur 
de son fils un amour filial vrai, sans arrifere-pensde. 25 
N^anmoins, Charles ^tait un enfant de Paris, habitud 
par les moeurs de Paris, par Annette elle-m^me, k tout 
calculer, d^jk vieillard sous le masque du jeune homme. 
II avait re9u I'dpouvan table Education de ce monde oli, 
dans une soiree, il se com met en pens^es, en paroles, 30 
plus de crimes aue laiustice n*en punit aux cours 
d'assises, o\i les ^bns m^ assassinent les plus grandes 
id^es, oU Ton ne passe pour fort qu'autant que Ton voit 



EUGl^NIE GRANDET, I35 

juste ; et, Ik, voir juste, c'est ne croire k rien, ni aux 
sentiments, ni aux hommes, ni m^me aux ^vdnements *. 
on y fait de faux dvdnements. Lk, pour voir juste, il 
faut peser, chaque matin, la bourse d'un ami, savoir se 
5 mettre politiquement au-dessus de tout ce qui arrive ; 
provisoirement ne rien admirer, ni les oeuvres d'art, ni 
les nobles actions, et donner pour mobile k toute chose 
d'int^r^t personnel. Aprbs mille folies, la grande 
dame, la belle Annette, forgait Charles k penser 

logravement ; elle lui parlait de sa position future, 
en lui passant dans Jesflheveux une main parf umde ; 
en lui refaisant une Doucie, elle lui faisait calculer la 
vie : elle le f^minisait et le mat^rialisait. Double cor- 
ruption, mais corruption ^Idgante et fine, de bon go(it. 

15 — Vous ^tes niais, Charles, lui disait-elle. J'aurai 

^^^^ ^jJi £^£6 ^iZ3^^ apprendre le monde, Vous 
avez eietrelliiafpour^ M. des Lupeaulx. Je sais bien 
que c'est un homme peu honorable ; maisiattendez 
qu'il soit sans pouvoir, alors vous le m^prSere^ votre 

2oaise. Savez-vous ce que madame Campan nous disait ? 
"Mes enfants tant qu'un homme est au ministbre, 
adorez-le ; tombe-t-il, aidez k le trainer k la voirie.^^^**'^ 
Puissant, il est une espbce de dieu ; ddtruit, il est au- 
dessous de Marat dans son ^gout, parce qu'il vit et que 

25 Marat ^tait mort. La vie est une suite de combinai- 
sons, et il faut les ^tudier, les suivre, pour arriver k se 
maintenir toujours en bonne position." 

Charles dtait un homme trop k la mode, il avait 6i6 
trop constamment heureux par ses parents, trop aduM 

30 par le monde, pour avoir de grands sentiments. Le 
grain d*or que sa mfere lui avait jetd au coeur s'dtait 
^tendu d ans la fil ibre parisienne ; il I'avait employ^ en 
8uperficie^eJ>d!c1^*m*user par le ^^tt en^ont^ ^ Mais 



136 SCENES D£ LA VIE D£ PROVINCE. 

Charles n'avait alors que vingt-et-un ans. A cet ^e, 
la fratcheur de la vie semble inseparable de la candeur 
de Vkme, La voix, le regard, la figure, paraissent en 
harmcj^eaigc, les sentiments. Aussi le juge le plus 
dur, ravouflnle plus incrddule, I'usurier le moins facile, 5 
h^sitent-ils toujours k croire k la vieillesse du cceur, k 
la corruption des calculs, quand les yeux nagent encore 
dans un fluide pur et qu'il n'y a point de rides sur le 
front. Charles n'avait jamais eu Toccasion d'appliquer 
les maximes^ de la qMjrale-parisienne, et, jusqu'k ceic 
jour, il dtait*TOt^(P<!rine5$en€tifc^ m^Ts, k son insu, 
r^goi'sme lui avait 6t6 inocul^. Les germes de T^cono- 
mie politjaue ^.TliS^f®^?^" Parisien, latents en son 
coeur, iiJ?MeMientpas ranler"^ y fltfeurir, aussitot que, de 
spectateur oisif,. il deviendrait acteur dans le drame de 15 
la vie r^elle. Presque toutes les jeunes iyiess*aban- 
donnent aux douces promesses de (^sraenors; mai? 
Eugenie e^t-elle 6t6 prudente et observatrice autant 
que le sont certaines filles en province, aurait-elle pu 
se d^fier de son cousin, quand, chez lui, les mani^res, 2g 
les paroles et les actions s'accordaient encore avec les 
aspirations du cceur ? Un hasard, fatal pour elle, lui fit 
essuyer les derniires effusions de sensibilit^jjaiequi . 
fussent en ce jeune coeur, et entendre, jiour amsiHir?, f^ 
les derniers soupirs de la conscience. Elle laissa done 25 
cette lettre pour elle pleine d'amour, et se mit complai- 
samment k contempler son cousin endormi : les fratches 
illusions de la vie jouaient encore pour elle sur ce 
visage; elle se jura d^abord k elle-m^me de Taimer 
toujours. Puis elle jeta les yeux sur Tautre lettre sans 3a 
attacher Heaucoup d'importance k cette indiscretion ; 
et, si elle commen9a de la lire, ce fut pour -acquerir 
de nouvelles preuves des nobles qualit^s que, seni- 



29U 




^^^^V 



EUGENIE GRANDET. I37 

blable h toutes les femmes, elle pr^tait k celui qu'elle 
choisissait : 

** Mon cher Alphonse, au moment oti tu liras cette 
lettre je n'aurai plus d'amis; mais je t'avoue qu*en 
5 doutant de ces gens du monde habituds k prodiguer ce 
mot, je n'ai pas dout^ de ton amitid. Je te cljArge done 
d*aCTaj3^i: mes affaires, et compte sur toi poiff^irer un 
liBn^ra^e tout ce que je poss^de. Tu dois mainte- 
nant connaitre ma position. Je n'ai plus rien, et veux 

lopartir pour les Indes. Je viens d'^crire h toutes les 
personnes auxquelles je crois devoir quelque argent, et 
tu en trouveras ci-jointe la liste, aussi exacte qu'il m'est 
possible de la donner de m^moire. Ma biblioth^que, 
mes meubles, mes voitures, mes chcvaux, etc., sufBront, 

15 je crois, k payer mes dettes. Je ne veux me r^server 
que les babioles sans valeur qmserQntL|i^^f^ de 
me faire un commencement^epacotiller 

^^^^Iff* je t'enverrai d'ici, pour cette vente, une* 
OTTT^gulifere, en cas de contestations. Tu m'a- 

2odresseras toutes mes armes. Puis tu garderas pour toi 
Briton. Personne ne voudrait donner le prix de cette ^ , 
admirable bfite, j'aime mieux te Poffrir, comme la bagifi**^^H*if- 
d'usage que Ifegue un mourant h son ex^cuteur testa -' 

mentaire. On m'a fait une trfes-confortable voiture de 

25 voyage chez les Farry, Breilman et O^, mais ils ne Tont 
pas livr^e : obtiens d'eux qu'ils la gardent sans me de- 
mander d'indemnit^ ; s'il se reii^sfjffith^^t arrange- 
ment, ^vite tout ce qui pourrait eWRrttfe^lna loyaut^, 
dans les circonstances oii je me trouve. Je dois six 

Plouis k rinsulaiMT^erdus au jeu, ne manque pas de les 

—Cheroousin, dit Eugenie en laissant la lettre etso 





138 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

sauvant k petits pas chez elle avec une des bougies 
allumdes. 

Lk, ce ne fut pas sans une vive Amotion de plaisir 
qu'elle ouvrit le tiroir d'un vieux meuble en ch^ne, Tun 
des plus beaux ouvrages de T^poque nomm^e la renais- 5 
sance, et sur lequel se voyait encore, k demi effacde, 
la fameuse salamandre ro valuer affille y prit une grosse 
r bouiseCfen^elours rouge a^^^^mO^^'or, et bord^e de 
VA^nr carhretiiie u^e, proven anbdela^ucc^ssionde sa grand'- 

mfere. Puis elle soup6s^*iOT: oi^uemeSSement cette 10 
bours^iLL^e plut k verifier le compte oubli^ de son 
petit 'pccufeS Elle sdpara d'abord vingt portugaises 
encore neuves, frapp^es sous le rfegne de Jean V, en 
1725, valant r^ellement au change cinq lisbonines ou 
chacune cent soixante-huit francs soixante-quatre cen- 15 
timesy lui disait son pfere, mais dont la valeur cmivetL ^gf 
tionnelle ^tait de cent quatre-vingts francs, IBtfenatrla /4 
raret^, la beautd desdites pieces, qui reluisaient comme 
des soleils. Ifem^ cinq g^novines ou pieces de cent 
livres de G^nes, autre monnaie rare et valant quatre- 20 
vingt-sept francs au change, mais cent francs pour les 
amateurs d'or. Elles lui venaient du vieux M. de la 
Bertelli^re* //^w, trois quadruples d'or espagnols de 
Philippe V, frapp^s en 1729, donnas par madame Gen- 
tillet, qui, en les lyj pfl^ant^^i disait toujours la m^mee; 
phrase : " Ce cherTCrmfla/^ petit jaunet, vaut quatre- 
vingt-dix-huit livres ! Gardez-le bien, ma mignonne, 
ce sera la fleur de votre tr^sor." /fern, ce que son pfere 
estimait le plus (For de ces pieces dtait k vingt-trois 
carats et une fraction), cent ducats de Hollande, fabri- 30 
quds en Pan 1756, et valent prbs de treize francs, /few, 
une grande curiosity ! . . . des espbces de mddailles pr^ 
cieuses aux avares, trois roupies au signe de la Balance, 



EUGENIE GRANDET. I39 

et cinq roupies au signe de la Vierge, toutes d'or pur h 
vingt-quatre carats, la magnifique monnaie du Grand 
Mogol, et dont chacun e v alait trente-sept francs qua- 
rante centimes atifrogjB^raais au nioiw cinquAnteiranc? 
5 pour les connaisseurs qui aiment k mJ^erfor.^tem, 
le napoldon de quafante francs regu Tavant-veille, ef 
qu'elle avait n^gligemment mis dans sa bourse rouge^ 
Ce tr^sor contenait des pieces neuves et vierges, de 
v^ri tables morceauxd'artdesquels le p^re Grandet s'in- 
loformait parfois et qu'il voulait revoir, afin de d^tailler 
— p^sa fille les vertus intrmsfeques, comme la beaut^ du 
C-flJ'^^WSon, la clarjbf ^iP'frtS^m'^Trchesse des lettres dont 
les vivesmrefifeVfetaient pas encore ray^es. Mais elle 
ne pensait ni k ces raret^s, ni k la manie de son p^re, 
isni au danger qu'il y avait pour elle de se ddmunir d'un 
tr^sor si cher k son pbre ; non, elle songeait k son cou- 
sin, et parvint enfin k comprendre, aprbs quelques 
fautes de calcul, qu'elle possddait environ cinq mille 
huit cents francs en valeurs rdelles, qui, convention- 
2onellement, pouvaient se vendre pihs de deux mille ^cus. 
la vue de ses richesses, elle se mit k applaudir en 
tantdes mains, comme un enfant forc^ de perdre 
joHirop^JpIein de joie dans les naifs mouvements du 
corps. Ainsi le pfere et la fille avaient compt^ chacun 
25 leur fortune : lui, pour aller vendre son or ; Eugdnie, 
pour Jeter le sien dans un oc^an d'affection. Elle 
remit les pieces dans la vieille bourse, la prit et remonta 
sans hesitation. La misbre secrbte de son cousin lui 
faisait oublier la nuit, les convenances ; puis elle dtait 
30 forte de sa conscience, de son ddvouement, de son 
bonheur. 

Au moment oh elle se montra sur le seuil de la porte, 
en tenant d'une main la bougie, de Tautre sa bourse 




I 



I40 SciNES DS LA VIS DE PROVINCE. 

Charles se r^veilla, vit sa cousine et resta b^ant de 
surprise. Eugenie s'avan9a, posa le flambeau sur la 
table et dit d'une voix ^mue : 

— Mon cousin, j'ai k vous demander pardon d'une 
faute grave que j'ai commise en vers vous ; mais Dieu s 
me le pardonnera, ce p^ch^, si vous voulez Teffacer. 

— Qu'est-ce done ? dit Charles en se f rottant les yeux. 

— J'ai lu ces deux lettres. 

Charies rougitf^ ^ (La^MSU^ 

— Comment celas'est-il fait ?' reprit-elle ; pourquoi lo 
suis-je mont^e ? £n v^rit^, maintenant, je ne le sais 
plus. Mais je suis tentde de ne pas trop me repentir 
d'avoir lu ces lettres, puisqu'elles m'ont fait connaitre 
votre coeur, votre ime et . . . 

— Et quoi ? demanda Charles. 15 

— Et vos projets, la n^cessit^ oU vous 6tes d'avoir 
une somme . . . 

— Ma ch^re cousine . . . 

— Chut, chut, mon cousin ! pas si haut, nMveillons 
personne. Voici, dit-elle en ouvrant sa bourse, les 20 
Economies d'une pauvre fiUe qui n*a besoin de rien. 
Charles, acceptez-les. Ce matin, j'ignorais ce qu'dtait 
Pargent, vous me Pavez appris, ce n'est qu'un moyen, 
voilk tout. Un cousin est presque un fr^re, vous 
pouvez bien emprunter la bourse de votre sceur. 25 

Eugenie, autant femme que jeune fille, n'avait pas 
pr^vu des refus, et son cousin restait muet. 

— Eh bien, vous refuseriez ? demanda Eugenie, dont 
les palpitations retentirent au milieu du profond si- 
lence. 3a 

L'h^sitation de son cousin rhumilia ; mais la n^ces- 
sitd dans laquelle il se trouvait se repr^senta plus vive- 
ment k son esprit, et elle plia le genou. 



EUGENIE GRANDET. Z4I 

— Je ne me relbverai pas cme vous n'ayez oris cet ^ 
or! dit-elle. Mon cousin, del^^Pft^^fflfe WptJnSl t ^Vr^ 
que je sache si vous m'honorez, si vous 6tes g^ndreux, 

si. . . 
5 En entendant le cri d'un noble d^sespoin Charles 
laissa tomber des larmes sur les n fans j^y cpfisine, 
qu'il saisit afin de Temp^cher de s'lgenouuler. ^n re- 
cevant ces larj|es chaudes, Eugdnie ^^ta^r la bourse, 
la lui f ^fti^^St^la table. "IfKA^ 

10 — Eh bien, oui, n'est-ce pas ? dit-elle en pleurant de 
joie. Ne craignez rien, mon cousin, vous serez riche. 
Cet or vous portera bonheur ; un jour, vous me le ren- 
drez ; d'ailleurs, nous nous associerons ; enfin je pas- 
serai par toutes les conditions que vous m'imposerez. 

15 Mais vous devriez ne pas donner tant de prix k ce don. 
Charles put enfin exprimer ses sentiments. 

— Oui, Eugenie, j'aurais Time bien petite, si je n'ac- 
ceptais pas. Cependant, rien pour rien, confiance pour 
confiance. 

20 — Que voulez-vous } dit-elle effray^e. 

— Ecoutez, ma ch^re cousine, j'ai Ik . . . 

II s'interrompit pour montee»jgur kjccynmode^ une 
#^caisse carr^e envelopp^e d'uirstMaut oecmr/vj 

— J'ai Ik, voyez-vous, une chose qui m'est aussi pr^- 
25 cieuse que la vie. Cette boite est un present de ma 

mfere. Depuis ce matin, je pensai§ que, si elle pouvait 
sortir de sa tombe, jgUp vgidmit ejle-ni^m^'oifljjje sa ^9 
tendresse lui a fait prolfliguer^Sfs ce TreSsRire ;*' Rais, r 

accomplie par moi, cette action me paraitrait un sacri- 
3ol^ge. 

Eugenie serra convulsivement la main de son cousin 
en entendant ces derniers mots. 

— Non, reprit-il aprfes une l^gbre pause, pendant 



142 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, r ._ 

laquelle tous deux ils se jet^rent un regard humide, 

non, je ne veux ni le d^truire ni le risquer dans mes 

voyages. Chfere Eugdnie, vous en serez ddpositaire. 

Jamais ami n'aura confid quelque chose de plus sacrd 

k son ami. Soyez-en juge. C^a^ ^ 

II alia prendre la boite, la sortit du fourreati, Pouvrit 

* * aUnontra tristement k sa cousine dmerveillde un ndces- 

'T'%i^^^^i35e oil le travail donnait h. Tor un prix bien sup^rieur 

k celui de son poids. 

) r\JlM^y^ ^^^ ^^"^ admirez n'est rien, dit-il en poussant lo 

•^T^mreslprt qui fit partir un double fond. Voilk ce qui, 
pour moi, vaut la terre enti^re. 

II tira deux portraits, deux chefs-d'oeuvre de madame 
de Mirbel, richement entour^s de pedes. 

— Oh ! la belle personne I n'est-ce pas cette dame ^15 
qui vous ^criv . . . ? 

— Non, dit-il en souriant. Cette femme est ma 
mhre, et voici mon p^re, qui sont votre tante et votre 
oncle. Eugenie, je devrais vous supplier k genoux de 
me garder ce tr^sor. Si je p ^g^j^j ^J ^JSk^?"^^ votre 20 
petite fortune, cet or vous draSnnftgerail^ fet, k vous 
seule, je puis laisser les deux portraits ; vous dtes digne 
de les conserver ; mais d^truisez-les, afin qu'apr^s vous 
ils n'aillent pas en d'autres mains . . . 

Eugenie se taisait. 25 

— Eh bien, oui, n'^st-ce pas ? ajouta-t-il avec grice. 
En entendant les mots que venait de dire son cousin, 

elle lui jeta son premier regard de femme aimante, un 
d^ ces regards ou il y a presque autant de coquetterie 
que de profondeur ; il lui prit la main et la baisa. 30 

— Ange de puret^ ! entre nous, n*est-ce pas, Targent 
ne sera jamais rien ? Le sentiment, qui en fajt quel* 
que chose> sera tout ddsormais. 



^^•*^'ct 




EUGENIE GRANDET. I43 

— Vous ressemblez h, votre mfere. Avait-elle la voix 
aussi douce que la votre ? 

— Oh ! bien plus douce , . . 

— Oui, pour vous, dit-elle en abaissant ses paupiferes. 
SAUons, Charles, couchez-vous, je le veux, vous 6tes 

fatigu^. A demam. 

EUe d^gagea doucement sa main d'entre celles de 
son cousin, qui la reconduisit en Tdclairant. Quand lis 
furent tous deux sur le seuil de la porte : 
•o — Ah ! pourquoi suis-je ruin^ ? dit-il. 

— Bah I mon phre est riche, je le crois, rdpondit- 
elle. 

— Pauvre enfant, reprit Charles en avan9ant un pied 
dans la chambre et s'appuyant le dos au mur, il n'au- 

15 rait r^'Jf !f jff^ tmir^^ l^niHQ, il ne vous laisserait pas 
dans cW!MSmfflU"(3fcmnrvivrait autrement. 

— Mais il a Froidfond. 

— Et que vaut Froidfond ? 

— Je ne sais pas ; mais il a Noyers. 
8o — Quelque mauvaise ferme ! 

7- II a des vignes et des pr^s . . • 

>es misfere s, dit Charles d'un air d^daigneux. Si' 
votre pere avait seulement vingt-quatre mille livres 
de rente, habiteriez-vous cette chambre froide et nue ? 
esajouta-t-il en avan9ant le pied gauche. — Lk seront 
done mes tr^sors, dit-il en montrant le vieux hahuM ^h""^ 
pour voiler sa pens^e. fi%ii'V 

— Allez dormir, dit-elle en Tempfichant d'entrer dans 
une chambre en d^sordre. 

>o Charles se retira, et ils se dirent bonsoir par un 
mutuel sourire. 

Tous deux ils s'endormirent dans le m^me r^ve, et 
Charles commen^a dhs lors k jeter quelques roses sur 



-i^^fiil 



146 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Monsieur Grandet, dit-il k Charles, je pars pour 
Paris; at, si vous aviez des commissions k me don- 
ner... 

— Aucune, monsieur. Je vous remercie, r^pondit 
Charles. S 

— Remerciez-le mieux que 9a, mon neveu. Mon- 
sieur va pour arranger les affaires de la maison Guil- 
laume Grandet. 

— Y aurait-il done quelque espoir ? demanda Charles. 

— Mais, s'^cria le tonnelier avec un orgueil bien 10 
jou^, n'^tes-vous pas mon neveu ? Votre honneur est 

le notre. Ne vous nommez-vous pas Grandet ? 

Charles se leva, saisit le pfere Grandet, I'embrassa, 
pilit et sortit. Eugenie contemplait son phre avec 
admiration. 15 

f|T^^lQi]te,i»dieu, mon bon des Grassins, tout k vous, 
et emroBseMWrbien ces gens-lk I 

Les deux diplomates se donn^rent une poign^e de 
main; I'ancien tonnelier reconduisit le banquier jus- 
qu'k la porte ; puis, aprfes Tavoir f erm^e, il revint, et 20 
dit k Nanon en se plongeant dans son fgjjteuil^^ 

— Donne-moi du cassis I C^^^*^^^ ^^ ^^^ 
Mais, trop ^mu pour rester en place, il se leva, re- 

garda le portrait de M. de la Bertellibre et se mit k 
chanter, en faisant ce que Nanon appelait des pas de 25 
danse : 

Dans les gardes fran^aises 
J'avais un bon papa . • • 

Nanon, madame Grandet, Eugenie, s'examinferentjo 
mutuellement et en silence. La joie du vigneron les 
^pouvantait tou jours quand elle arrivait k son a^jjgg^. 
La soirde fut bientot finie. D'abord le p^re Grandet 



EUGENIE GRANDET. 1 47 

voulut se coucher de bonne heure ; et, lorsqu^l se cou- 
chait, chez lui tout devait dormir ; de m^me que, quand 
Auguste buvait, la Pologne ^tait ivre. Puis Nanon, 
Charles et Eugenie n'dtaient pas moins las que le 
S maitre. Quant k madame Grandet, elle dormait, man- 
geait, buvait, marchait suivant les d^sirs de son mari. 
N^anmoins, pendant les deux heures accord^es k la 
digestion, le tonnelier, plus facdtieux qu'il ne Tavait 
jamais 6t6, dit beaucoup de ses apogj^n^j^i^s particu- 
coliers, dont un^eul^^nne^Ala mesure de son esprit. 
Quand il eut avaieson cassis, il regarda le verre : 

— On n'a pas plutot mis les Ifevres k un verre qu'il 
est d6]k vide ! Voilk notre histoire. On ne pent pas 
^tre et avoir ^t^. Les ^cus ne peuvent pas rouler et 

iSrester dans votre bourse, autrement la vie serait trop 
belle. 

II fut jovial et element. Lorsque Nanon vint avec 

son rouet : ^zLl^^^^ 

— Tu dois 6tre lasse, lui dit-il. Laisse ton chanvre. ^ 
20 — Ah ben ! . . . quien, je m'ennuierais, r^pondit la 

servante. 

— Pauvre Nanon I Veux-tu du cassis ? 

— Ah 1 pour du cassis, je ne dis pas non ; madame 
le f ait ben mieux que les apothicaires. Celui^ciu'il&- 

25vendent est de la drogue. t^ Ji^^^L/f ^^ a^^^^ 

— lis y mettent trop de sucre, ^'ne sent plus nen, 
dit le bonhomme. 

Le lendemain, la f amille, rdunie k huit heures pour le 

dejeuner, offrit le tableau de la premiere scbne d'une 

3ointimitd bien r^elle. Le malheur avait promptement 

ejyjagjjyjt madame Grandet, Eugenie et Charles ; 

Nanoj^lle-mfime sympathisait avec eux sans le savoir. 

TgiG quatre commenc^rent k f aire une m£me famille. 



"^r^V^J^ 





148 SCi^NES D£ LA VIE DE PROVINCE. 

Quant au vieux vigneron, son avarice satisfaite et la 
certitude de voir bientot partir le mirliflore sans avoir 
h. lui payer autre chose que son voyage k Nantes le 
endirent presque indifferent k sa presence au logis. 11 
aissa les deux enfants,- ainsi qu'il nomma Charles et 5 
Eugenie, libres de se comporter comme bon leur sem- 
ait sous Toeil de madame Grandet, en laquelle il 
avaita*t4i£^^s une entifere confiance en cejgui c4n^r- 
nait la morat^m^lj^e ^t J^lit^§}^ e. L'aligne|g(en(^ 
ses pr^s et OTW^SM^WSSnt^a route, ses planta- 10 

A ^ ^Wl'^ ^^ peupliers en Loire et les travaux d^hiver dans 
HWWr^Wos et k Froidfond Toccupferent e^cjy§j}^gie n^ m/% ^ ^^^ 

" Dfes lors commenga pour Eugenie le ^ifmevegrae ' 

Tamour. Depuis la scfene de nuit pendant laquelle la 
cousine donna son trdsor au cousin, son coeur avaitis 
suivi le tr^sor. Complices tous deux du m^me secret, 
lis se regardai|n± en^s'exDiimant une mutuelle intel- 
ligence, qui aPfW^WfiRSS leurs sentiments et les 
leur rendait mieux communs, plus intimes, en les met- 
tant, pour ainsi dire, tous deux en dehors de la vie 20 
ordinaire. La parent^ n*autorisait-elle pas une certaine 
douceur dans I'accent, une tendres^idans les regards ? 
Aussi Eugenie se plut-elle k elWttlmr les souffrances 
de son cousin dans les joies enfantines d'un naissant 
amour. N'y a-t-il pas de gracieuses similitudes entre 25 
A A ks commencements de Tamour et ceux de la vie ? Ne 
•%^**ifctce-t-on pas Tenfant par de doux chants et de gentils 
regards ? Ne lui dit-on pas de merveilleuses histoires qui 
lui dorent I'avenir ? Pour jfcyUesp^rance ne d^ploie-t- 
elle pas incessamment sesailB?radieuses ? Ne verse 30 
t-il pas tour k tour des larmes de joie et dedmitegi#. Ne 
se querelle-t-il pas pour des riens, pour de^Smoux^vec 
lesquels il essaye de se batir un mobile palais, pour 



EUGENIE GRANDET. I49 

des bouquets aussitot oublids que coupes ? N'est-il pas 
avide de saisir le temps, d'avancer dans la vie ? Uamour 
est notre seconde transformation. L'enf ance et Tamour 
furent meme chose entre Eugenie et Charles : ce fut la 
5 passion premiere avec tous ses enfantillages, d'autant 
plus caressants pour leurs CflrtiBrBy ]|i lyj^taig nt enve- 
lopp^s de mdlancolie. En seoeDattJjyassLjaissance 
sous les crapes du deuil, cet amour n'en ^tait d'ailleurs 
que mieux en harmonie avec la simplicity provinciale 

10 de cette maison en mine. En ^(^Ag^^^t; quelques 
mots avec sa cousine au bord du^GHSj^ans cette cour 
muette ; en restant dans ce jardinet, assis sur un banc 
moussu jusqu'k I'heure oh le solejijij^cauJhait, occup^s 
h, se dire de grands riens, ouHWfreinisaans le calme qui 

iSrdgnait entre le rempart et la maison, comme on Test 
sous les arcades d'une ^glise, Charles comprit la sain- 
tetd de Tamour ; car sa grande dame, sa chbre Annette, 
ne lui en avait fait connaitre que les troubles orageux. 
II quittait en ce moment la passion parisienne, coquette, 

20vaniteuse, dclatante, pour Tamour pur et vrai. II 
aimait cette maison, dont les mceurs ne lui semblbrent 
plus si ridicules. II descendait d^s le matin, afin de pou- 
voir causer avec Eugenie quelques moments avant que 
Grandet vint donner les provisions ; et, quand les pas 

25 du bonhomme retentissaient dans les escaliers, il se 
sauvait au jardin. La petite criminality de ce rendez- 
vous matinal, secret m^me pour la mhre d'Eugdnie, et 
que Nanon faisait semblant de ne pas apercevoir, im- 
primait k Pamour le plus innocent dumonde lavivacitd 

30 des plaisirs d^fendus. Puis, quand, aprfes le dejeuner, 
le pfere Grandet ^tait parti pour aller voir ses propridtds 
et ses exploitations, Charles demeurait entre la m^re 
etla fille, dprouvant des d^lices inconnues k leur pr£ter I 



150 .SCfcNES DE LA VIE DE PROVINCE. 




lesmainf pour divider du fil, k les voir travaillant, k les 
entenOTiS'jSSSfr La simplicity de cette vie presque 
monastique, qui lui r^vdla les beautds de ces imes aux- 
quelles le monde ^tait inconnu, le toucha vivement. 
II avait cru ces mceurs impossibles en France, et n'avait S 
admis leur existence qu'en AUemagne, encore n'^tait-ce 
que fabuleusement et dans les romans d' Auguste Lafon- 
taine. Bientot, pour lui, Eugenie fut Tiddal de la Mar- 
guerite de Gee the, moins la faute. Enfin, de jour en 
jour, ses regards, ses paroles ravirent la pauvre fille, 10 
qui s'abandonna ddlicieusement au courant de Tamour ; 
elle sais&g^tsa f^licit^ comme un nageur saisit la 
branchMe^aule pour se tirer du fleuve et se reposer 
sur la rive. Les chagrins d'une prochaine absence 
n'attriataiMt-ils pas d6}k les heures les plus joyeuses 15 
de ce{ffufa^9ej journ^es ? Chaque jour, un petit dv^ne- 
ment leur rappelait la prochaine separation. Ainsi, 
trois jours aprfes le depart de des Grassins, Charles fut 
emmen^ par Grandet au tribunal de premiere instance 
avec la solennit^ que les gens de province attachent h, 20 
de tels actes, pour y signer une renonciation k la suc- 
cession de son pfere. Repudiation terrible I espbce 
d^a posta sie domes^gv^^llj^l^^^ij^ mattre Cruchot 
faire iaire deujjpprocuraw pour des Grassins, 

Tautre pour Tami charg^ ae vendre son mobilier. Puis 25 
il fallut remplir les formalit^s n^cessaires pour obtenir 
un passe-port k r^tranger. Enfin, quand arriv^rent les 
simples vkements de deuil que Charles avait demand^s 
k Paris, il fit venir un tailleur de Saumur, et lui vendit 
sa garde-robe inutile. Cet acte plut singuliferement au 30 
pfere Grandet. 

— Ah I vous voilk, comme un homme qui doit s'em- 
barquer et qui veut faire fortune, lui dit-il en le voyant 



EUGENIE GRANDET. 151 

vfitu d'une redingote de gros drap noir. Bien, trfes- 
bien I 

— Je vous prie de croire, monsieur, lui r^pondit 
.Charles, que je saurai bien avoir Tesprit de ma situa- 

Stion. 

— Qu*est-ce que c'est que cela ? dit le bonhomme, 
dont les yeux s'animferent k la vue d'une poign^e d*or 
que lui montra Charles. 

— Monsieur, j'ai rduni mes boutons, mes anneaux, 
lotoutes les superfluit^s que je possWe et qui pouvaient 

avoir quelque valeur ; mais, ne connaissant personne k 
Saumur, je voulais vous prier ce matin de • . . 

— De vous acheter cela ? dit Grandet en Pinterrom- 
pant. 

15 — Non, mon oncle, de m'indiquer un honn^te homme 
qui . . . 

— Donnez-moi cela, mon neveu ; j'irai vous estimer 
cela Ik-haut, et je reviendrai vous dire ce que cela vaut, 
h. un centime pr^s. Or de bijou, dit-il en examinant 

2oune longue chaine, dix-huit k dix-neuf carats. 

Le bonhonme tendit sa large main et emporta la 
masse d'or. 

— Ma cousine, dit Charles, permettez-moi. de vous 
offrir ces deux boutons, ciuli|^jHCront vous servir k at- 

25 tacher des rubans k vos poignets. Cela fait un brace- 
let fort k la mode en ce moment. 

— J'accepte sans hdsiter, mon cousin, dit-elle en lui 
jetant un regard d'intejiijencej^ 

— Ma tante, voici Icrae de ma mbre, je le gardais 
jopr^cieusement dans ma toilette de voyage, dit Charles 

en prdsentant un joli d^ d'or k madame Grandet, qui 
depuis dix ans en d^sirait un. 

— II n'y a pas de remerciments possibles, mon neveu. 



AU^, 



152 SCfeNES DE LA VIE DE PROVINCE. 

dit la vieille mfere, dont les yeux se mouill^rent de 
larmes. Soir et matin, dans mes priferes, j'ajouterai la 
plus pressante de toutes pour vous en disant celle des 
voyageurs. Si je mourais, Eugenie vous conserverait 
ce bijou. 5 

— Cela vaut neuf cent quatre-vingt-neuf francs soi- 
xante-quinze centimes, mon neveu, dit Grandet en ou- 
vrant la porte. Mais, pour vous ^pargner la peine de 
vendre cela, je vous en compterai Targent ... en livres. 

Le mot en livres signifie sur le littoral de la Loire que 10 
les ^cus de six livres doivent ^tre accept^s pour six 
francs, sans deduction. 

— Je n'osais vous lyd^l^^^rvJf^P^^^^^ Charles ; 
mais il me rdpugnait de DMRfcmBrmes bijoux dans la 
ville que vous habitez. II faut laver son linge sale en 15 
famille, disait Napoleon. Je vous remercie done de 
votre complaijgiicejnirj^ i 

Grandet se^SttaTDreille, et il y eut un moment de 
silence. 

— Mon cher oncle, reprit Charles en le regardant 20 
d/un airinquiet, comme s*il eiit craint de blesser sa sus- 
ceptibility, ma cousine et ma tante ont bien voulu ac- 
c^ter un faible souvenird^moi ; veuillez k votre tour 

^er des boutons de Wa^^es qui me deviennent inu- 
tiles : lis vous rappelleront un pauvre gar9on qui, loin 25 
de vous, pensera certes k ceux qui d^sormais serqnt 

toute sa famille. ^Xi^^ 

— Mon gar9on, mon gargon, faut pas tcra?nulr 
comme 9a . ^rsr A^^'^ '^^ done, ma femme ? dit-il en se 

tournant aveP^mit^ ^STftiylSiA ^^^ ^^ ^^ ^**^^' — 3° 
et toi, fifille ? Tiens, de?^agra?es de diamants. — Al- 
iens, je prends tes boutons, mon garden, reprit-il en ser- 
rant la main de Charles. Mais...tu me permettras 



EUGENIE GRANDET. 

de • X te payer. . . ton, oui . . . ton passage aux Indes. Oui, 
je velix te payer ton passage. D'autant, vois-tu, mon 
ga^^i^u'en estiraant tes bijoux, je n*en aicompt^ que 
V(^^Sgyi\ y a peut-^tre quelque chose k gagner sur 

5les Talons. Ainsi, voilk qui est dit. Je te donnerai 
quinze cents francs ... en livres, que Cruchot me pr^ 
tera ; car je n'ai pas un rouge Hard ici, h, moins que 
PerrotetAoj^ji* enretard de son fermage, ne me le 
paye. TieasT^fensT^S^ais I'aller voir. 

lo II prit son chapeau,. mit ses gants et sortit* 

— Vous vous en irez done ? dit Eugenie en lui jetant 
un regard de tristesse m^\6 d'admiration. 

— II le faut, r^pondit-il en baissant la t^te, 
Depuis quelques jours, le maintien, les mani^es, 

isles paroles de Charles ^taient devenus ceux d'un 
homme profond^ment afflig^, mais qui, sentant peser 
sur lui d'immenses obligations, puise un nouveau cou- 
rage dans son malheur. II ne soupirait plus, il s'dtait 
fait homme. Aussi jamais Eugenie ne pr^suma-t-elle 

2omieux du caractbre de son cousin qu'en le voyant des- 
cendre dans ses habits de gros drap noir, qui allaient 
bien k sa figure pilie et k sa sombre contenance. Ce "^ 

jour-lk, le deuil fut pris par les deux femmes, qui assis- pP'^^^^ 
tferent avec Charles k un Requiem z€i&at€ k la paroisse 

35 pour Time de feu Guillaume Grandet. 

Au second dejeuner, Charles re^ut des lettres de Paris, 
et les lut. 

— Eh bien, mon cousin, ^tes-vous content de vos 
affaires ? dit Eugenie k voix basse. 

30 — Ne fais done jamais de ces questions-Ik, ma fille, 
observa Grandet. Que diable 1 je ne te dis pas le3 
miennes, pourquoi f ourres-t i^e nez dans celles de ton 
cousin ? Laisse-le done, cagargon. 



piit\\iM^ 




iM^^YT^ 



154 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Oh ! je n'ai point de secrets, dit Charles. 

— Ta ta ta ta ! Mon neveul tu sauras qu'il faut tenir 
sa langue en bride dans le commerce. 




ent seuls dans le jardin, 
Iphonse, il s'est conduit 




Quand les deux amants fu 
Charles dit k Eugenie en Tatfirant feur le^vieux Jba 
ou ils s'assirent sous le n 

— J*avais bien pr^sum 
k merveille. II a fait mes ajffaires avec prudence et 
loyaut^. Je ne dois rien k Faris, tous mes meubles 
sont bien vendus, et il m'aijnonce avoir, d^aprfes les 10 
conseils d'un capitaine ai^Angcours, employ^ trois 
mille francs qui lui restaient en une pacotille co 
s^e de curiosit^s europ^ennes, desquelle 
excellent parti aux Indes. II ^"T^f j4^"^^' 
Nantes, oil se trouve un navire^ gn^'cM ^-ge pouPfSTl. 15 
Dans cinq jours, Eugenie, il faucm^ious dire adieu 
pour toujours peut-6tre, mais au moins pour longtemps. 
Ma pacotille et dix mille francs que m'envoient deux 
de mes amis sont un bien petit commencement. Je ne 
puis songer k mon retour avant plusieurs anndes. Ma 20 
chfere cousine, ne mettez pas en balance ma vie et la 
votre, je puis p^rir, peut-^tre se prdsenjgra-t-il pour 
vous un riche ^tablissement ^tS^^^MC^^ 

— Vous m'aimez ? . , . dit-elle. 

— Oh ! oui, bien, rdpondit-il avec une profondeur 21 
d'accent qui rdvdlait une ^gale profondeur dans le sen- 
timent. 

— J'attendrai, Charles. Dieu ! mon pfere est k sa ^ 
fen^tre, dit-elle en repoussant son cousin, qui s'appro- 
chait pour Tembrasser. 3«i 

Elle se sauva sous la voiite, Charles Vy suivit ; en le 
voyant, elle se retira au pied de I'escalier et ouvrit la 
porte battan^e : puis, sans trop savoir 011 elle allait, Eu* 



EUG^^^I^: JGRANDJJ*. 1 5 5 

g^nie se trouva prbs du bou^ de Wanon, k Tendroit le 
moins clair du couloir ; Ik, Charles qui Tavait accom- 
pagn^e, lui prit la main, Tattira sur son coeur, la saisit 
par la taille et Tappuya doucement sur lui. Eugenie 
Sne rdsista plus, elle regut et donna le plus pur, le plus 
suave, mais aussi le plus entier de tous les baisers. 

— Chfere Eugenie, un cousin est mieux qu'un f rfere, 
il peut t'^pouser, lui dit Charles. 

— AinsiAoit-il ! cria Nanon en Quvrant la porte de 
10 son taudislw^ JmWK^ iO^^^U*^ ' 

Les deux amants, effray^s, se sauvbrent dans la salle, 

oU Eugenie reprit son ouvrage, et ou Charles se mit k 

lire les litanies de la Vierge dans le Paroissien de 

madame Grandet. 

15 — Quien I dit Nanon, nous faisons tous nos pri^r^s. 

Dbs que Charles^qji^flno nc^>g oy^^§ftrt^GpEindetj>^ ^ jf ^ 
\ mit en mouvement pbui^Ttaire'^roirig^ cfulT luf port ait ^ 
beaucoup ^I'i'^tdji^t^iLfQlittmtg^hQ&fil de tout ce qui ^ 

^ ne coiitait rien, s^occupa**deTmirouver un emballeur, U^^*'^ 
20 et dit que cet homn ^^^ ^tW^^l^.^^tf to^f ^s caisses trop 
^ cher ; il voulut alors^tSouierorce l^taire lui-m^me, et 
y empja^cfe vieilles planches ; il se ^tagi 'dbsJe igajin 
pour HoBter^juster, planer, clouer ses^ Qii^fJ y eTen 
confectionner de ff^'^^^ caisses, dans Tesquelles 
V?5il emballa tous leV^ffl5S*8e Charles; il se chargea 
^jde les faire descendre par bateau sur la Loire, de les 
V^slurerj-^et de les expddier en temps utile h. Nantes. 

Depuis le baiser pris dans le couloir, les heures s'en- 

P^^^jjl^aient pour Eugdnie avec une effrayante rapidity. 

"^ 3<^Parfoisf elle voulait suivre son cousin. Celui qui a 

connu la plus attachante des passions, celle dont la 

duree est chaque jour abr^g^e par Tige, par le temps, 

par une maladie mortelle, par quelques-unes des fata- 




156 SCENES D£ LA VIE D£ PROVINCE. 

lit^s humaines, celui-lk comprendra les tourments d'Eu> 
g^nie. Elle pleurait souvent en se promenant dans ce 
jardin, maintenant trop ^troit pour elle, ainsi que la 
cour, la maison, la ville : elle s'^lan9ait par avance sur 
la vaste dtendue des mers. Enfin la veille du depart 5 
arriva. Le matin, en Tabsence de Grandet et de Nanon, 
le pr^cieux coffret ou se trouvaient les deux porto4t« 
fut solennellement install^ dans le seul tiroir du banul 
qui fermait k clef, et oli dtait la bourse maintenant vide. 
Le d^p6t de ce tr^sor n'alla pas sans bon nombre de 10 
baisers^et jde larmes. Quand Eugenie mit la clef dans 
son^®flv eOe n*eut pas le courage de ddfendre k 
Charles d'y baiser la place. 

— Elle ne sortira pas de la, men ami. 

— Eh bien, mon coeur y sera tou jours aussi. 15 

— Ah I Charles, ce n'est pas bien, dit-elle d'un ac- 
cent un peu grondeur. 

— Ne sommes-nous pas mari^s? rdpondit-il ; j'ai ta 
parole, prends la mienne. 

— A toi pour jamais! fut dit deux fois de part et 20 
d'autre. 

Aucune promesse faite sur cette terre ne fut plus 
pure: la candeur d'Eug^nie avait momentan^ment 
sanctifi^ Tamour de Charles. Le lendemain matin, le 
y^lJfi^^Uk^^jeuner fut triste. Malgrd la robe d*or et une croix k 25 

donna Charles, Nanon elle-m^me, 
sentiments, eut la larme h. Tceil. 
Ce pauvre mignon monsieur, qui s'en va sur 
mer . . . Que Dieu le conduise ! 

A dix heures et demie, la famille se mit en route 30 
pour accompagner Charles k la diligence de Nantes. 
Nanon avait \§Lch6 le chien, ferm6 la porte, et voulut 
porter le sac de nuit de Charles. Tous les marchands 



t^jp' tsr-j^ujejte que lui ( 
' .'V^ libre d'exprimer ses 1 

_ Pa nanvr** mi. 



EUGENIE GRANDET. 157 

de la vieille rue ^taient sur le seuil de leurs boutiques 
pour voir passer ce cortege, auquel se joignit sur la 
place raattre Cruchot. 

— Ne va pas pleurer, Eugenie, lui dit sa mfere, 

5 — Mon neveu, dit Grandet sous la porte de Tauberge, 
en embrassant Charles sur les deux joues, partez pauvre, 
revenez riche, vous trouverez Thonneur de votre pfere 
sauf. Je vous en r^ponds. moi,. Grandet: caii alors, ^ V-, 
il n^ tiendra qu'k vous de. VyiU iM«H'Vt^4rH t^^ 

10 — Ah I mon oncle, vous adoucissez Tamertume de 
mon d6part. N'est-ce pas le plus beau present que 
vous puissiez me faire ? 

Ne comprenant pas les parole&|d^)yi£uk tonnelier, 
qu'il avait interrompu, Charles repanalr"sc!^ le visage 

i5tann6 de son oncle des larmes de reconnaissance, tan- 
dis qu' Eugenie serrait de toutes ses forces la main de 
son cousin et celle de son p^re. Le notaire seul sou- 
riait en admirant la finesse de Grandet, car lui seul avait 
bien compris le bonhomme. Les quatre Saumurois, 

2oenvironn^s de plusieurs personnes, restbrent devant la 
voiture jusqu'k ce qu'elle partit ; puis, quand elle dis- 
parut sur le pont et ne retentit^lus^aue dans le loin- 

— Bon voyage ! dit le vigneron. 

2$ Heureusement, mattre Cruchot fut le seul qui enten- 
dit cette exclamation. Eugenie et sa mbre ^taient allies 
k un endroit du quai d*oli elles pouvaient encore voir 
la diligence, et agitaient leurs mouchoirs blancs, signe 
auquel r^pondit Charles en d^ployant le sien. 

30 — Ma mfere, je voudrais avoir pour un moment la 
puissance de Dieu, dit Eugenie au moment oil elle ne 
vit plus le mouchoir de Charles. 
Pour ne point interrompre le cours des ^v^nem^nts 




158 SCENES DE LA VIE DE PROVINi 

qui se passferent au sein de la famille Gjrandet, il est 

ndcessaire de jeter par anticipation un c6up d*oeil sur 

les operations que le bonhomme fit k ^ajis par Tentre- 

tA^^^^'n^nise de des Grassins. Un mois ^a iltft/ j Q^^fd^part du 

banquier, Grandet poss^dait une i nscJrplS r de cent 5 
mille liKJgjdejgJ*e achet^e k quatre^mgt^rancs net. 
Les renBeignernenfs donnas k sa mort par son inven- 
taire n'ont jamais fourni la moindre lumifere sur l es^ ^ 
iPpYep s^cj^ijg^ lHr d efiance Jiy^suggdra p^r^chsmier 
y \n'^^^^^Mepn^ oeViTisc^^ 10 

* Maitre Cruchot pens%au^ Nanon f ut, k son insu, Tinstru- 

ment fiddle du trans^^rfr des fonds. Vers cette ^poque, 
la servante fit une absence de cinq jours, sjus pr^texte 
d'aller ranger quelque chose k Froidfj 
bonhomme dtait capable de laissei 
• chose. En ce qui concerne les affaires de la maison 
Guillaume Grandet, toutes les provisions du tonnelier 
se rOalis^rent. 

A la Banque de France se trouvent, comme chacun 
salt, les renseignements les plus exacts sur les grandes 20 
fortunes de Paris et des ddpartements. Les noms de 
des Grassins et de Fdlix Grandet de Saumur y dtaient 
connus, et y jouissaient de Testime accordOe aux c616- 
britOs financibres qui s'appuient sur d'immenses pro- 
pridt6s territoriales libres d'hypoth^ques. L'arrivde du 25 
banquier de Saumur, chargd, disait-on, de liquider par 
honneur la JXl^^PJJ &2P^^^ ^^ Paris, sufiit done pour 
k^BMBWjnr nOgociant la honte des prot^ts. 
*dessWlfS se fit en presence des crOanciers, 
notaire de la famille se mit k procdder rdguli^re- 30 
ment k Tinventaire de la succession. Bientot des Gras- 
sins rdunit les crOanciers, qui, d'une voix unanime, 
^iirent pour liquidateur le banquier de Saumur, con- 



^et le notai 



A„,CJU««AVA'*^ 



EUGENIE GRANDET. 



159 



;iocnacun se disait : 
-j^^^^^'^-^^ Grandet de Saumur payera ! 
If \L^^iii^^^i^noiss'<f coul^rent. Les Parish 



jointement avec F^ngois Keller, chef d'une riche mai- 
son, Tun des princreau^int^ssds, et leur confiferent 
tous les pouvoirs necessaires pour sauver k la fois 
rhonneur de la famille et les cr^ances. Le credit du 
5 Grandet de Saijmijg^l^gfP^rance qu'il rdpanditau coeur 
des crdanciers p3nPBrgShe de des Grassins facilitferent 
les transactions ; il ne se rencontra pas un seul recalci- 
trant parmi les crdanciers. Personne ne pensait k 
passer sa crdance au compte de profits et pertes^ et 
;iochacun se disait : ^CH't ^^ ^^jj^'JA 

Parisiens avaient^m- 
bours?Tes"^2^en circulation et les consenpiffent au 
fond de leurs portefeuilles. Premier r^sujt^que vou- 

iSlait obtenir le tonnelier. Neuf mois ajJres la premifere 
assembl^e, les deux liquidateurs di^lnbu^rent quarante- 
sept pour cent k chaque cr^an^i^. Cette somme fut 
produite par la vente des va^&s, possessions, biens et 
choses gdndralement quelconques appartenant k feu 

2oGuillaume Grandet, et qui fut faite avec une fid^litd 
scrupuleuse. La plus exacte probitd prdsidait k cette 
liquidation. Les crdanciers se plurent k reconnaitre 
Padmirable et . inc ^estable honneur des Grandet. 
Quand ceaPuanges eiirent circuit convenablement, les 

2scrdanciersfdemandbrent le reste de leur argent. II 
leur fallut dcrire une lettre collective k Grandet. 

— Nou^^^oilk, dit Tancien tonnelier en jetant la 
lettre zuie^; patience, mes petits amis. 

En r^Donse aux propositions contenues dans cette 

30 lettre, J&randet de Saumur demanda le ddpot chez un 
notaire de tous les titres de cr^ance existants contre la 
si^ession de son frbre, en les accompagnant d'une quit- 
ice des payements d6}k faits, sou s prd texte d'apirer 



tX^^ 




fi^Xu^ 



iU^if^oJJi/I^^^M * 



l6o SCi:NES DE LA VIE DE PKOVIwfcE, \ 

les comptes, et de correctement ^tablir V6t2x, de la 
succession. Ce ddpot souleva mille difficultds. I G6n6- 
ralement, le crdancier est une sorte de mapiaque. 
Aujourd^hui pr^t h conclure, demain il veut toud mettre 
k feu et k sang ; plus tard, il se fait ultra-d6bAmaire. 
Aujourd'hui, sa femme est de bonne humeur, sox^eoT 
dernier a fait ses dents, tout va bien au logis, il ne veut 
pas perdre un sou ; demain, il pleut, il ne peut pas 
sortir, il est mdlancolique, il dit oui k toutes les propo- 
sitions qui peuvent terminer une affaire ; le surlende- lo 
main, il lui faut des garg^tjgs : Jt laL fin du mois, il pr^ 
tend vous qj^ qptef ^ leTEn nfgft j^ J^e crdancier res- 
semble k cWTOrnOTi mmfi^vtris. queue duquel on ^ 
engage les petits enfants k tdcher de poser un grain de 
sel; mais le cr^ancier r^^mg^e cette image contre sais 
crdance, de laquelle il ne peut tien saisir. Grandet 
avait observ^ les variations atmosph^riques des cr^an- 
ciers, et fiewj^deson frjbre ob^irent ^t^u sj^^f ^alculs. 
Les unsJB^cnereHry se refusferentTpftfiTOSp6t. ^i 

— Bon ! ga va bien, disait Grandet %n se frottant les 20 
mains k la lecture des lettres que lui dcrivait k ce sujet 
des Grassins. 

Quelques autres ne consentirent audit d^pot que 
sous la condition de faire bien constater leurs droits, 
ne renoncer k aucuns, et se r^server m^me celui de 25 
faire declarer la faillite. Nouvelle correspondance, 
apr^s laquelle Grandet de Saumur consentit k toutes 
les reserves demanddes. jjCq^jpyaq^ette^con^g^sion, 
les crdanciers b^nins firenr^MfHfcme %nfSffuiJxcrean- 
ciers durs. Le d6pdt eut lieu, non sans quelques 3a 
plaintes. 

— Ce bonhomme, dit-on k des Grassins, se moque 
dc V0U8 et de nous. 



EUGENIE GRANDET. l6l 

Vingt-trois mois aprfes la mort de Guillaume Grandet, 
beaucoup de commer^ants, entrain^s par le mouve- 
ment des affaires de Paris, avaient oublid leurs recou- 
vrements Grandet, ou n'y pensaient que pour se dire : 
5 — Je commence k croire que les quarante-sept pour 
cent sont tout ce que je tirerai de cela. 

Le tonnelier avait calculi sur la puissance du temps, 
qui, disait-il, est un bon diable. A la fin de la troisibme 
ann^e, des Grassins 6crivit k Grandet que, moyennant 

lodix pour cent des deux millions quatre cent mille francs 
restant dus par la maison Grandet, il avait amen^ les 
crdanciers k lui rendre leurs titres. Grandet r6pondit 
que le notaire et Tagent de change dont les ^pouvan- 
tables faillites avaient caus^ la mort de son fr^re vi- 

iSvaient, eux/ pouvaient ^tre-devenus bons, et qu'il fal- 
lait les actionner afin d'en tirer quelque chose et dimi- 
nuer le chiff re du deficit. ^1a flPi ^^ ^^ quatri^me 
annde, le deficit fut bien et aamempLrr^td k la somme 
de douze cent mille francs. II y eut des pourparlers 

20 qui durbrent six mois entre les liquidateurs et lescr^an- 
ciers, entre Grandet et les liquidateurs. Bref, vive- 
ment press^ de s'ex6cuter, Grandet de Saumur r^pon- 
dit aux deux liquidateurs, vers le neuvi^me mois de 
cette annde, que son neveu, qui avait fait fortune aux ^ ^ 

25 Indes, lui avait manifest^ Tintention de payer intdgJSlr^^^ w(y 
lement les dettes d^son pfere ; il ne pouvait pas pren- ' 

dre sur lui de le^43BTH4 frauduleusement sans Tavoir 
consult^; il attendait une reponse. Les crdanciers, 
vers le milieu de la cinqui^me annde, dtaient encore 

jotenus en ^chec avec le mot intkgraJement^ de temps en 
temps lichd par le sublime tonnelier, qui riaijjjyjjjg^ 
barbe, et ne disait jamais, sans laisser ^chappeWiy^n 
aourire et un juroiii le mot : Ces Parisien^ S . . •/ Mais 



1 62 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, 

les crdanciers furent rdserv^s k un sort inoui* dans les 
^'"^^^^^stes du commerce. lis se retrouveront dans la posi- 
' ^ tion oil les avait maintenus Grandet au moment ou les 

^v^nements de cette histoire les obligeront k y repa- 
raitre. Quand les rentes atteignirent cent quinze, le pfere 5 
Grandet vendit, retira de Paris environ deux millions 
quatre cent mille francs en or, qui rejoignirent dans ses 
barillets les six cent mille francs d'intdr^ts composes 
que lui avaient donnds ses inscriptions. Des Grassins 
demeurait k Paris ; voici pourquoi : d'abord il fut nom- 10 
md d^put^ ; puis il s'amouracha, lui pbre de famille, 
mais ennuy^ par Tennuyeuse vie saumuroise, de Fiorina, 
une desj;jluS|jolie& actrices du th^itre de Madame, et 
il y eut rec ru^scen ce du quartier-maitre chez le ban- 
quier. II es^mule de parler de saconduite; ellefuti5 
jug^e h. Saumur profond^ment immorale. Sa femme 
se trouva trbs-heureuse d'etre s^par^e de biens et d'avoir 
assez de t^te pour mener la maison de Saumur, dont 
les affaires se continubrent sous son nom, afin de r^pa- 
rer les brbches faites k sa f ortiyg^ ^^^ly foli'"|idi y 20 
des Grassins. Les cruchotinsT^ft^nra^fS^nWen^a' 
situation fausse de la quasi-veuve, qu'elle maria fort 
mal sa fille, et dut renoncer k Talliance d'Eug^nie 
Grandet pour son fils. Adolphe rejoignit des Grassins 
k Paris, et y devint, dit-on, un fort mauvais sujet. Les 251 
Cruchot triomphferent. 



— Votre mari n'a pas de bon sens, disait Grarulet ^ ' V / %,j 

pr^lant une somme k madame des Grassins, fflJ^emantf 

V^fti^sm^s. Je vous plains beaucoup, vous 6tes une bonne 



petite femme. 30 

— Ah 1 monsieur, r^pondit la pauvre dame, qui pou- 
vait croire que le jour ou il partit de chez vous pom: 
aller k Paris il courait k sa mine ? 



u 



EUGENIE GRANDET. 1 63 

— Le ciel m'est tdmoin, madame, que j*ai tout fait 
jusqu'au dernier moment pour Temp^cher d'y aller, 
M. le president voulait k toute force Vy remplacer ; et, 
s*il tenait tant k s*y rendre, nous savons maintenant 

5 pourquoi. 

Ainsi Grandet n'avait aucune obligation k des Gras- 
sins. 

En toute situation, les femmes ont plus de cause de 
douleur que n'en aThomme, et souffrent plus que lui. 

10 L'homnie a sa force et Texercice de sa puissance : il 
agit, il va, il s'occupe, il pense, il embrasse Tavenir et 
y trouve des consolations. Ainsi f aisait Charles. Mais 
la femme demeure, elle reste face k face avec le cha- 
grin dont rien ne la distrait, elle descend jusqu'au fond 

15 de rabimequ'il a ouvert, le mesure et souvent le comble 
de ses^?bei8Rt de ses larmes. Ainsi faisait Eugdnie. 
Elle s'initiait k sa destin^e. Sentir, aimer, souffrir, se 
d^vouer, sera toujours le texte de la vie des femmes. 
JKug^nie devait ^tre toute la femme, moins cejoui la.«^ y-. 
console. rSpn bonheur, amass^ com me lesTwtfTftime^I?^^^^^ ^ 
sur l^TOJftfae, iuivant la sublime expresjionhde Bps- 
suet, ne^TOWftrpas un jour lui remplir le^CTerorae la 
main. Les chagrins ne se font jamais attendre, et pour 
elle ils arriv^rent bientot. Le lendemain du depart de 

25 Charles, la maison Grandet reprit sa physionomie pour 
tout le monde, except^ pour Eugdnie, qui la trouva tout 
k coup bien vide. A Tinsu de son pbre, elle voulut 
qu?^IS chambre de Charles restit dans I'^tat oli il 
Tavait laiss^e. Madame Grandet et Nanon 'Hureht 

30 volon tiers complices de ce sfa/u quo, 

— Qui sait s41 ne reviendra pas plus tot que nous 
ne le croyons ? dit-elle. 

— - Ah 1 je le voudrais voir ici, r^pondit Nanon. Je 



20 



(M^*^Y^ 



cWuii^rt' 



164 SCi:NES DE \.A VIE DE PROvkNCE. 

m'accoutumais ben k liii ! C'etait un I en doux, un ben 
V parfait monsieur, quasiment joli, moutimi^ comma une 
fiUe. '*'*^ """""^ 

Eugenie regarda Nanon. 

— Sainte Vierge, mademoiselle, vous avez les yeux 5 
h la perdition de votre dme ! Ne regardez done pas le 
monde comme 9a. 

Depuis ce jour, la beaut^ de mademoiselle Grandet 
prit un nouveau caract^re. Les graves pensdes d'amour 
par lesquelles son ime 6tait lentement envahie, la di- 10 
gnite de la femme aimee, donnerent a ces traits cette 
espfece d'dclat que les peintres figurent par Taur^ole. 
Avant la venue de son cousin, Eugdnie pouvait ^tre 
compar^e k la Vierge avant la conception ; quand il 
fut parti, elle ressemblait k la Vierge m^re : elle avaitis 
congu Tamour. Ces deux Maries, si diff^rentes at 
si bien representees par quelques peintres espagnols, 
constituent Tune des plus brillantes figures qui abondent 
dans le christianisme. En revenant de la messe, 011 
elle alia la lendemain du depart de Charles, et ou elle 20 
avait fait voeu d\aller tous les jours, elle prit, chez le 
libraire de la ville, une mappemonde qu'elle cloua prbs 
de son miroir, afin de suivre son cousin dans sa route 
vers les Indes, afin de pouvoir se mettre un peu, soir 
et matin, dans le vaisseau qui Ty transportait, de le 25 
voir, de lui adresser mille questions, de lui dire : 

— Es-tu bien ? ne soufTres-tu pas ? Penses-tu bien k 
moi, en voyant cette ^toile dont tu m'as appris k con- 
naitre les beaut^s et Tusage ? 

Puis, le matin elle ^staitDfnsivespusle noyer, 30 
assise sur le banc de boyTOTgepar lesvers ergarn i de 
mousse grise 011 ils s'^taient dit tantde bonnes choses,de 
niaiseries, pi; Ih ^.vaient biti les chl,teaux en Espagne 



^^4£4r 



^U^o^ 



IE GRANDET. 165 

de leur joli manage. Elle pensait k I'avenir en regar- 
dant le ciel par le petit espace que igsjjtmrs lui per- 
mettaient d'embrasser ; puis le vieux'parrtre muraille, 
et le toit sous lequel dtait la chambre de Charles. 
5 Enfin ce f ut Tamour solitaire, Tamour vrai qui persiste, 
qui se glisse dans toutes les pens^es, et devjfBWfJfub- 



stance, ou, comme eu^ent^it nos pbres, l¥tdffef^ la 
vie. Quand Tessoraisanr amis du pfere Grandet ve- 
naient faire la partie le soir, elle dtait gaie, elle dissi- 

(omulait; mais, pendant toute la matinde, elle causait de 
Charles avec s^ gtrifere ^ tjj^jjpj^ Nanon avait compris 
qu'elle pouvairjjBm|pm^auSrsouff ranees de sa jeune 
maitresse sans manquer k ses devoirs envers son vieux 
patron, elle qui disait k Eugdnie : 

t$ — Si j 'avals eu un homme k moi, je Taurais . . . 
suivi dans Tenfer. Je I'aurais . . , quoi . . . Enfin, j*au- 
rais voulu m'exterminer pour lui ; mais . . . rin. Je 
mourrai sans savoir ce que c'est que la vie. Croiriez- 
vous, mamselle, que ce vieux Comoiller, qui est un . / ^ 

"iohcm. hpmme tout de m^me, tourne autour de ma jupe,^*f6'^'w^ 

^^^^Trirr^y^Jt£^rj lterj AOJ^ t q^m e ceux qui viennent ici 

rtA*^»^!HfFer le^Hgor aeni|feiB|5T^ivoir|iaisant la cour ? 

Je vols 9a, parce que je suis encore 'mft, x^uoique je 

sois grosse comme une tour ^^h bien, mamselle, 5a me 

25 fait plaisir, quoique 9a ne sSyb pas de Tamour. 

Deux mois se passferent ainsi. Cette vie domestique, 
jadis si monotone, sMtait anim^e par Timmense int^r^t 
du secret qui liait plus intimement ces trois femmes. 
Pour elles, sous les planchers grisitres de cette salle, 
30 Charles vivait, allait, venait encore. Soir et matin, 
Eugenie ouvrait la toilette et contemplait le portrait de 
sa tante. Un dimanche matin, elle fut surprise par sa 
mfere au moment ou elle ^tait occupde h, chercher les 



1 66 SClfeNES DE LA VIE DE PROVINCE, 

traits de Charles dans ceux du portrait. Madame 
Grandet fut alors initiee au terrible secret de T^change 
fait par le voyageur contre le tresor d'Eugdnie. 

— Tu lui as tout donnd ! dit la mbre ^pouvant^e. 
Que diras-tu done h ton pbre, au jour de Pan, quand 11 5 
VQudra voir ton or ? 

Les yeux d' Eugenie devinrent fixes, et ces deux 
femmes demeur^rent dans un effroi mortel pendant la 
moiti^ de la matinee. Elles furent assez troubldes 
pour manquer la grand'messe, et n'allferent qu'k la lo 
messe militaire. Dans trois jours, Tann^e 1819 finis- 
sait. Dans trois jours devait commencer une terrible 
action, une trag^die bourgeoise sans poison, ni poignard, 
ni sang r^pandu ; mais, relativement aux acteurs, plus 
cruelle que tons les drames accomplis dans Tillustreis 
famille des Atrides. , 

— Qu'allons-nous ip^^^ff^^^ madame Grandet k 
sa fille en laissant soniiHSoc Wr^s genoux. 

La pauvre mfere subissait de tels troubles depuis 
deux mois, que les inanches de laine dont elle avaitso 

M)esoin pour son hiver n^dtaient pas encore finies. Ce 
ait domestique, minime en apparence, eut de tristes 

gfVy **ymiie de *granch^s, fe froid l a saisit d une fagoiijfa- 
^ cheuse au milieu d*une|5ueuTcausde par une dpouvan- 25 
table colore de son mai 

— Je pensais, ma pauvre enfant, que, si tu m'avais 
confid ton secret, nous aurions eu le temps d'^crire k 
Paris k M. des Grassins. II aurait pu nous envoyer 
des pibces d*or semblables aux tiennes; et, quoiqueso 
Grandet les connaisse bien, peut-^tre . . . 

— Mais oU done aurions-nous pris tant d'argent ? 



rien. Dieu me nro- ^^w 



EUGENIE GRANDET. 1 67 

— J'auraiJ engag^ tocs propres. D'ailleurs, M, des 
Grassins nous edt bien . . . 

— II n'est plus temps, r^pondit Eugenie d'une voix 
sourde et altdree en interrompant sa m^re. Demain 

5 matin, ne devons-nous pas aller lui souhaiter la bonne 
ann6e dans sa chambre ? 

— Mais, ma fille, pourquoi n*irais-je done pas voir 
les Cruchot ? 

— Non, non, ce serait me livrer k eu] 
10 sous leur d^pendance. D^ailleurs, 

J'ai bien fait, je ne me repens de rien. Dieu me pro- 

t6gera. Que sa sainte volonte se fasse. Ah 1 si vous 

aviez lu sa lettre, vous n'auriez pens^ qu'k lui, ma mfere. 

Le lendemain matin, i®*" Janvier 1820, la terreur fla- 

iSgrante k laquelle la mhre et la fille dtaient en proieleur 
sugg^ra la plus naturelle des excuses pour ne pas venir 
solennellement dans la chambre de Grandet. L'hiver 
de 1819 k ^lAgpfu^^Jl^s plus rigoureux de T^poque. 
La neige encKmrniwiesroits. 

20 Madame Grandet dit k son mari, d^s qu'elle Tenten- 
dit se remnant dans sa chambre : 

— Grandet, fais done allumer par Nanon un peu de 
feu chez moi ; le froid est si vif, que je g^le sous ma 
eouverture. Je suis arrivde k un ige ou j'ai besoin de 

25 managements. D'ailleurs, reprit-elle aprbs une legbre 
pause, Eugenie viendra s'habiller Ik. Cette pauvre fille 
pourrait gagner une maladie k f aire sa toilette chez elle 
par un temps pareil. Puis nous irons te souhaiter le 
bon an pr^s du feu, dansJapsalLe^^ 

30 — Ta ta ta ta, quelle iSw^feycOTnme tu commences 
Tannic, madame Grandet ! Tu n'as jamais tant parM. 
Cependant, tu n'as pas mang^ de pain trertgd daite du 
vin, je pense. (^^n^mkm C\ 



y^ 



168 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

II y eut un moment de silence. 

— Eh bien, reprit le bonhomme, que sans doute la 
proposition de sa femme arrangeait, je vais faire ce que 
vous voulez, madam e Grande 1 1 Tu es vraiment une 

jeJEflgfrne, et je ne veux pas qu'il t'arrive malheur 5 
lahBe de ton ige, quoique en gdn^ral les la Ber- 
tellifere soient faits de vieux cimgnt. Hein ! pas vrai ? 
cria-t-il aprfes une pause. Enfin, nous en avons h^rit^, 
je leur pardonne. ^ i 

£t il toussa. ftrfVi ^y ^H 10 

— Vous ^tes gai ce matin, monsieur, dit gravement 
la pauvre femme. 

— Toujours gai, moi . . . 




vvJu4 



Gai gai gad le tonnelier, 1 5 

Raccommodez votre cuvier 1 




omme, u laic souaemeni iroia louz <«aito 



[trant chez sa femme tout habill6. Oui, 
lomme, il fait solidement froid tout 
de^Sne. Nous d^jj 
Grassins m*a envoyd 

vais aller le chercher k la diligence. II doit y avoir 
joint un double napoleon pour Eugenie, vint lui dire 
le tonnelier k Foreille. Je n'ai plus d'or, ma femme. 
J'avais bien encore ' quelques vieilles pifeces, je puis 25 
te dire cela, k toi ; mais il a fallu les licher .pour les 
affaires. 

Et, pour cdl^brer le premier jour de Tan, il I'embrassa 
sur le front. 

— Eugenie, cria la bonne mfere, j^^JJ^gais^ngjgJ^cl 
c&t6 ton p^re a dormi, mais il est tConTi^pmSr^^^* 
matin. — Bah ! nous nous en tireronsflctT^^VT ^^fS^^ 

— Quoi qu*il a done, notre maitre ? dit Nanon en en« 




EUGENIE GRANDET. 169 

trant chez sa maitresse pour y allumer du feu. D'abord, 
il m'a dit ; " Bon jour, bon an, grosse b^te ! Va faire 
du feu chez ma femme, elle a froid." Ai-je 6t6 sotte 
quand je Tai vu me tendant la main pour me donner 
5 un 6cu de six f rancs aul £jf st ana^ point rogn^ du 
tout! Tenez, madamelJrCgautt^W OOTC. Oh! le brave 
homme. ,C2fst un digne homme, tout de m^me. II y ^ 
en a qui,l pus y deviennent vieux, pus y durcissent : / 
mais lui, il se fait doux comme votre cassis, et y rabon- lL.^^^j0^ 
10 nit. C'est un ben parfait, un ben bon homme . . . ^^^ ^ 

Le secret de cette joie dtait dans une enti^re rdussite 
de la speculation de Grandet. M. des Grassins, aprbs 
k avoky^duit les sommes que lui devait le tonnelig LPQu r 




pte des cent cinquante mille francs 

iShollandais, et pour le surplus qu'il lui avait avance afin 
de compl^terTaj^g^n^cessaire h I'achat des cent mille 
livres d^rent^iui envoyait, par la diligence, trente 
mille francs en ^cus, restant sur le semestre de ses int^ 
r^ts, et lui avait annoncd la hausse des fonds publics. 

20 lis ^taient alors h, quatre-vingt-neuf, les plus c^lbbres 
capitalistes en achetaient, fin Janvier, k quatre-vingt- 
douze. Grandet gagnait, depuis deux mois, douze 
pour cent sur ses capitaux, il avait apur^ ses comptes, 
et allait ddsormais toucher cinquante mille francs tous 

25 les six mois sans^yonhjhpayer ni impositions, ni repa- 
rations. II xoncevaitermn la rente, placement pour 
lequel les gens de province manifestent une repugnance 
invincible, et il se voyait, avant cinq ans, maitre d'un 
capital de six millions grossi sans beaucoup de soins, 

30 et qui, joint k la valeur territorial de ses propriet^s, 
composerait une fortune colossale. Les six francs 
donnds k Nanon etaient peut-dtre le solde d'un immense 




170 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

service que la servante avait k son insu rendu k son 
maitre. 

— Oh I oh 1 oh va done le pfere Grandet, qu'il court 
dhs le matin comme au feu ? se dirent les marchands, 
occup6s k ouvrir leurs boutiques. 5 

-^■f^^uis, quand ils le virent revenant du quai suivi d'un 
^ (H^^KTCteur des Messageries transportant sur uAe brouette 
1 des sacs pleins : l^nWaAV^^^' - ' '^^ 

— L'eau va toujours k la rivifere, le bonhomme allait 
k ses 6cus, disait Tun. 10 ^ 

— II lui en vient de Paris, de Froidfond, de Hol- 
lande 1 disait un autre. . « 

— II finira par acheter Saumur, s'^criait un troisi^me. 

— II se moque du froid, il est tomoims k soi 
disait une femme k son mari. ^9^^^V^ 

— Eh I eh ! monsieur Grandet, si 9a vous gfinait, lui 
dit un marchand de drap, son plus proche voisin, je 
vous en d^barrasserais. 

— Ouin ! ce sont des sous, r6pondit le vigneron. 

— D'argent, dit le facteur k voix basse. 20 

— Si tu veux que je te soigne, mets une bride k ta 
argoulette^ dit le bonhomme au facteur en ouvrant sa 

:^ porte. ^ jbjjt 

— Ah ! le vieux renard, je le croyais'^lSuf flj pensa 
le facteur ; il parait que, quand il fait froid, il entend. 25 

4 i lAV? — Voilk vingt sous pour tes dtrennes, et mof^^ D^ 

(/X4^^^^^ple I lui dit Grandet. Nanon te^eportera ta Ifrouette. 
— Na'hon, les ImgJJgs sgnt-^SlJp^l^jmesse^P^j 

— Oui, monsieur, ^tj ^ 

— Aliens, haut la B§ttg^ Touvrage I cria-^-il en la 30 
chargeant de sacs. 

En un moment, le^^cus furent transport^i^ dans sa 
chambre, oh il s'ea^rma. 



jLQ^ 



UVVaU^ 



f^ 



'n*w»¥L4v^iirvi«*^ iiMfliA^iT 



£UG£nIE GRAND£T. 171 

— Quand le dejeuner sera prfit, tu me cogneras au 
mur. Reporte la brouette aux Messageries. 

La famille ne ddjeuna qu'^ dix heures. 

— Id, ton pfere ne demaijdera pas k voir ton or, dit 
Smadame Grandet k ^^fijlft/gn rentrant de la messe. 

D'ailleurs, tu feras la'mreasCT Puis nous aurons le 
temps de remplir ton tr^sor pour le jour de ta nais- 
sance . . • 

Grandet descendit Tescalier en pensant h. mdtamor- 

lophoser promptement ses dcus parisien9 en bon or, et a 
son admirable speculation des rentes sur TEtat. II 
^tait decide k placerainijL^es revenus jusqu'k ce que 
la rente atteignit le^HMWle cent francs. Meditation 
funeste k Eugenie. Aussitot qu'il entra, les deux 

iSfemmes lui souhaitferent Ane ib#nnep annde, sa fillq 
en lui sautant au cou et l^daHffiffltf^adame Grandet 
gravement et avec dignit6. 

— Ah ! ah I mon enfant, dit-il en baisant sa fille sur 
les joues, je travaille pour toi, vois-tu I . . . je veux ton 

zobonheui*. ^liW^^^F ^*^^S^^^ pour ^tre heureux. Sans 

argent, tlera^wf'^ri iens, voilk un napoleon tout neuf, 
■> je Tai fait venir de' Paris. Nom d'un petit bonhomme, 

il n'y a pas un grain d'or ici. II n'y a que toi qui as 

de Tor. Montre-moi ton or, fifille. 
25 — Bah! il fait trop froid; ddjeunons, lui r6pondit 

Eugenie. 

— Eh bien, aprfes, hein ? Qz. nous aidera tous ?t 
digdrer. Ce gros des Grassins, il nous a envoy6 9a 
tout de m^me, reprit- j|^^i nsLjn^g^^^£^S | anfants, 

'309a ne nous co(ite riei^SM^^^p/ae?fcrassins, je suis 
content de lui. Le ^JeffllfSSonrend service k Charles, 
et gratis encore. II arrange trfes-bien les affaires de ce 
Dauvre ddfunt Grandet. — Ououh ! ououh I fit-il, la 



/\ tj2 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

bouche pleine, aprbs une pause, cela est bon ! Manges- 
en done, ma femme 1 9a nourrit au moins pour deux 
jours. 

— Je n'ai pas faim. Je suis toute malingre, tu le 
sais bien. 5 

— Ah I ouin ! Tu peux te bourrer sans crainte de 
faire crever ton coffre ; tu es une la Bertellifere, une 
femme solide. Tu es bien un petit brin jaunette, mais 
j'aime le jaune. 

L'attente d'upe mort ignominieuse et publique est 10 
moins horrible peut-^tre pour un condamn^ que ne 
IMtait pour madame Grandet et pour sa fille Tattente 
des ^vdnements qui devaient terminer ce ddjeuner de 
famille. Plus gaiement parlait et mangeait le vieux 
vigneron, plus le cceur de ces deux femmes se serrait. 15 
La fille avmtndan moins un appui dans cette conjonc- 
ture : elle^pmsait de la force en son amour. 

— Pour lui, pour lui, se disait-elle, je souf&irais mille 
morts. 

A cette pens^e, elle jetait k sa mbre des regards 20 
flamboyants de courage. 

— Ote tout cela, dit Grandet k Nanon quand, vers 
onze heures, le dejeuner fut achev^ ; mais laisse-nous 
la table. Nous serons plus k Taise pour voir ton petit 
tr^sor, dit-il en regardant Eugenie. Petit ! ma foi, non. 25 
Tu possMes, valeur intrinsbque, cinq mille neuf cent 
cinquante-neuf francs, et quarante de ce matin, cela fait 
six mille francs moins un. Eh bien, je te donnerai, 
moij ce franc pour completer la somme, parce que, 
vois-tu, fifille ... — Eh bien, pourquoi nous ^coutes-tu .^30 
Montre-moi tes talons, Nanon, et va faire ton ouvrage, 
dit le bonhomme. 

Nanon disparut 



EUGENIE GRANDET. 1 73 

— Ekroute, Eugenie, il faut que tu me donnes ton or. 
Tu ne le ref useras pas k ton pbpfere, petite fifille, hein ? 

Les deux femmes ^talent muettes. 

— Je n'ai plus d'or, moi. J'en avals, jen'en ai plus. 
5 Je te rendrai six mille francs ^n livres, et tu vas les 

placer comme je vais te le dire. II ne faut plus penser 
au douzain. Quand je te marierai, ce qui sera bientot, 
je te trouverai un futur qui pourra t'offrir le plus beau 
douzain dont on aura jamais parl^ dans la province. 

10 £coute done, fifille. II se pr^sente une belle occasion : 
tu peux mettre tes six mille francs dans le gouverne- 
ment, et tu en auras tous les six mois prbs de deux 
cents francs d'int^r^ts, sans impots, ni reparations, ni 
graie, ni gel^e, ni marde, ni rien de ce qui tracasse les 

iSrevenus. Tu r^pugnes peut-^tre k te s^parer de ton or, 
hein, fifille ? Apporte-le-moi tout de m^me. Je te 
ramasserai des pieces d'or, des hollandaises, des portu- 
gaises, des roupies du Mogol, des gdnovines ; et, avec 
celles que je te donnerai k tes f^tes, en trois ans tu 

2o auras r^tabli la moitid de ton joli petit tr^sor en or. 
Que dis-tu, fifille ? Lfeve done le nez. Allons, va le 
chercher, le mignon. Tu devrais me baiser sur les yeux 
pour te dire ainsi des secrets et des myst^res de vie et 
de mort pour les ^cus. Vraiment, les 6cus vivent et 

25grouillent comme des hommes : 9a va, 9a vient, 9a sue, 
9a produit. 

Eugenie se leva, mais, aprbs avoir fait quelques pas 
vers la porte, elle se retourna brusquement, regarda son 
phve en face et lui dit : 

30 — Je n'ai plus mon or. 
• — Tu n'as plus ton or ! s'^cria Grandet en se dres- 
sant s ur ses j arre ts comme un cheval qui entend tirei 
le canon^^ix pas de lui. 




^iff '^j^t 



IJ4 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Non, je ne Tai plus. 

— Tu te trompeSy Eu^^nie. 

— Non. ^ y^^^^'fc,^, 

— Par lajserpette oe mon pfere ! 

Quand le tonnelier jurait ainsi, les planchers trem- 5 
blaient. 

— Bon saint bon Dieu 1 voilk madame qui pilit, cria 
Nanon. 

— Grandet, ta colore me fera mourir, dit la pauvre 
femme. 10 

— Ta ta ta ta I vous autres, vous ne mourez jamais 
dans votre famille ! — JEugAoie^miJavez-vous fait de 
vos pieces ? cria-t-il en lOToamsuQelle. 

— Monsieur, dit la fille aux genoux de madame 
Grandet, ma mbre souffre beaucoup . . . voyez ... Ne la 15 
tuez pas. 

Grandet fut ^pouvant^ de la pileur r^pandue sur le 
teint de sa femme, nagubre si jaune. 

— Nanon, venez m'aider k me coucher, dit la mbre 
d*une voix f aible. Je meurs ... 20 

Aussitot Nanon donna le bras k sa maitresse, autant 
en fit £ug6nie, et ce ne fut pas sans des peines infinies 
qu'elles purent la monter chez elle, car elle tombait en 
d^faillance de marche en marche. Grandet resta seul. 
N6anmoins, quelques moments apr^s, il monta sept ou 25 
huit marches, et cria : 

— Eugenie, quand votre m^re sera couchde, vous 
descendrez. 

— Oui, mon pfere. 

Elle ne tarda pas k venir, apr^s avoir rassurd sa3o 
mfere. 
I Vs. — Ma fille, lui dit Grandet, vous allez me dire chest 
I votre tr^sor. f 



EUGENIE GRANDET. 175 

— Mon pfere, si vous me faites des presents dont je 
ne sois pas enti^rement maltresse, reprenez-les, r^pon- 
dit froidement Eugenie en cherchant le napoleon sur la 
chemin^e et le lui pr^sentant. 

5 Grandet saisit vivement le napoldon et le coula dans 
son gousset. 

— Je crois bien que je ne te donnerai plus rien I 
Pas seulement 9a 1 dit-il en faisant claquer I'ongle de 
son pouce sous sa maitresse dent. Vous m^prisez 

10 done votre pbre? vous n'avez done pas confiance en 
lui ? vous ne savez done pas ce que c'est qu*un pfere ? 
S'il n'est pas tout pour vous, il n'est rien. Oh est 
votre or ? 

— Mon pfere, je vous aime et vous respecte, malgr6 
15 votre colore ; mais je vous feral fort humblement obser- 
ver que j'ai vingt-deux ans. Vous m'avez assez sou- 
vent dit que je suis majeure, pour que je le sache. J'ai 
fait de mon argent ce qu'il m'a plu d'en faire, et soyez 
siir qu'il est bien placd . . . 

20 —Oh? 

— C*est un secret inviolable, dit-elle. ITavez-vous 
pas vos secrets ? 

— Ne suis-je pas le chef de ma famille ? Ne puis-je 
avoir mes affaires ? 

25 — C'est aussi mon affaire. 

— Cette affaire doit ^tre mauvaise, si vous ne pou- 
vez pas la dire k votre pfere, mademoiselle Grandet. 

— Elle est excellente, et je ne puis pas la dire ^ 
mon pbre. 

30 — Au moins, quand avez-vous donnd votre or ? 
Eugenie fit un signe de t^te n6gatif. 

— Vous Faviez encore le jour de votre ffite, hein ? 
Eugenie, devenue aussi rusd^par amour que son 



176 SCENES D£ LA VIE D£ PROVINCE. 

pbre I'^tait par avarice, reitdra le m£me signe de 
t^te. 

— Mais on n'a jamais vu pareil entdtement, ni vol 
pareil, dit Grandet d'une voix qui alia crescendo et qui fit 
graduellement retentir la maison. Comment 1 ici, dans 5 
ma propre maison, chez moi, quelqu'un aura pris ton 
or ! le seul or qu'il y avait I et je ne saurai pas qui ? 
L'or est une chose chbre. Les plus honnfites filles 
peuvent faire des fautes, donner je ne sais quoi, cela 
se volt chez les grands seigneurs et m^me chez les 10 
bourgeois ; mais donner de For, car vous I'avez donn^ 

k quelqu'un, hein ? 

Eugenie fut impassible. 

— A-t-on vu pareille fiUe I £st-ce moi qui suis votre 
pfere ? Si vous Tavez plac^, vous en avez un re^u ... 15 

— £tais-je libre, oui ou non, d'en faire ce que bon 
me semblait ? Etait-ce k moi ? 

— Mais tu es une enfant I 

— Majeure. 

A ^Abasourdi par la logique de sa fille, Grandet pilit, 20 
JftA^^n!rq)igna, jura ; puis, trouvant enfin des paroles, il cria : 
U — Maudit serpent de fille I ah 1 mauvaise graine, tu 

sais bien que je t'aime, et tu en abuses. Elle ^gorge 
son pbre 1 Pardieu ! tu auras jetd notre fp ttYtfry fe/iJ^ 
pieds de ce va-nu-pieds qui a des bottes dlTraSroquin. 25 •^ 
Par la serpette de mon pfere ! je ne peux pas te d^shd- 
riter, nom d'un tonneau ! mais je te maudis, toi, ton 
cousin, et tes enfants I Tu ne verras rien arriver de 
bon de tout tela, entends-tu? Si c'Aait k Charles 
que... Mais non, ce n'est pas possibly flS^^' ^^^ 
mdchant mirliflore m'aurait ddvalisd ? .^flfVpO'Wl^ 
II regarda sa fille, qui restait muette et froide. 

— EUe ne^bougera pas 1 elle ne sourcillera pas, eUe 



EUGENIE GRANDET. 1 77 

est plus Grandet que je ne suis Grandet Tu n'as pas 
donne ton or pour rien, au moins. Voyons, dis ? 

Eugenie regarda son pfere, en lui jetant un regard 
ironique qui TofEensa. 
5 — Eug6nie, vous fites chez moi, chez votre pbre. 
Vous devez, pour y rester, vous soumettre k ses ordres. 
Les pretres vous ordonnent de m'ob^ir, 

Eugenie baissa la t£te. 

— Vous m'offensez dans ce que j'ai de plus cher, 
loreprit-il, je ne veux vous voir que soumise. Allez dans 

votre chambre. Vous y demeurerez jusqu'k ce que je 
vous permette d'en sortir. Nanon vous y portera du 
pain et de I'eau. Vous m'avez entendu, marchez 1 
Eugenie fondit en larmes et se sauva pr^s de sa 

i5mbre. Aprbs avoir fait un certain nombre de fois le 
tour de son jardin^^ar^a ummm sans s'apercevoir du 
froid, Grandet sedouK|^ue saflmle devait ^tre chez sa 
femme ; et, charm^ de la prendre en contravention k 
ses ordres, il grimpa les escaliers avec I'agilit^ d'un 

aochat, et apparut dans la chambre de madame Grandet 
au moment oh elle caressait les cheveux d'Eugdnie, 
dont le visage ^tait plongd dans le sein maternel. 

— Console-toi, ma pauvre enfant, ton pfere s'apaisera. 

— Elle n'a plus de pfere ! dit le tonnelier. Est-ce 
25bien vous et moi, madame Grandet, qui avons fait une 

fiUe d^sob^issante comme Test celle-lk ? Jolie Educa- 
tion, et religieuse surtout I Eh bien, vous n'^tes pas 
dans votre chambre? Allons, en prison, en prison, 
mademoiselle. 
30 — Voulez-vous me priver de ma fille, monsieur ? dit 
madame Grandet en montrant un visage rougi par la 
fikvre. 
•» Si vous la voulez garder, emportez-la, videz-moi 



178 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

toutes deux la maison • . . Toniierre, oil est Tor ? qu'est 
devenu Tor? ^"*" 

Eugenie se leva, langa un regard d'orgueil sur son 
phre, et rentra dans sa chambre, k laquelle le bon- 
homme donna un tour de clef. 5 

— Nanon, cria-t-il, Steins le feu de la salle. 

£t il vint s'asseoir sur un fauteuil, au coin de la 
chemin^e de sa femme, en lui disant : 

— Elle Fa donn^ sans doute k ce miserable s^duc- 
teur de Charles, qui n*en voulait qu'k notre argent. 10 

Madame Grandet trouva, dans le danger qui mena- 
9ait sa fille et dans son sentiment pour elle, assez de 
force pour demeurer en apparence froide, muette et 
sourde. 

— Je ne savais rien <J|^outjceci, r^pondit-elle en se 15 
tournant du cot^ de la rueirrtlu lit pour ne pas subir 
les regards ^tincelants de son mari. Je souffre tant de 
votre violence, que, si j'en crois mes pressentiments, je 
ne sortirai 6!ici que les pieds en avant. Vous auriez 
d^ m'dpargner en ce moment, monsieur, moi qui ne 20 
vous ai jamais causd de chagrin, du moins, je le pense. 
Votre fille vous aime, je la crois innocente autant que 
Tenfant qui nait ; ainsi ne lui f aites pas de peine, r^vo- 
quez votre arr^t. Le froid est bien vif, vous pouvez 
^tre cause de quelque grave maladie. 25 

— Je ne la verrai ni ne lui parlerai. Elle restera 
dans sa chambre gtu pain et k Teau jusqu'k ce qu'elle 
ait satisfait son p^re. Que diable I un chef de famille 
doit savoir ou va Tor de sa maison. Elle possddait les 
seules roupies qui f ussent en France peut-6tre, puis des 3c 
g^novines, des ducats de Hollande . . . 

— Monsieur, Eugenie est notre unique enfant, et, 
quand m^me elle les aurait jetds k Teau • • • 



EUGENIE GRANDET. 1 79 

— A Peau I cria le bonhomme, k I'eau 1 Vous £tes 
foUe, madame Grandet. Ce que j'ai dit est dit, voiis 
le savez. Si vous voulez avoir la naix au logis, con- 
fessez votre fiUe, tirez-lui lel^'vfersrafl nez ; les femmes 

Ss'entendent mieux entre elles k 9a que nous autres. 
Quo! qu'elle ait pu faire, je ne la mangerai point 
A-t-elle peur de moi ? Quand elle aurait dor^ son cou- 
sin de la t^te aux pieds, il est en pleine mer, hein 1 
nous ne pouvons pas courir aprbs . • . 

10 — Eh bien, monsieur . . • 

Excitde par la crise nerveuse oli elle se trouvait, ou 
par le malheur de sa fille qui ddveloppait sa tendresse 
et son intelligence, la perspicacity de madame Grandet 
lui fit apercevoir un mouvement terrible dans la loupe 

iSde son mari, au moment oli elle r^pondait ; elle chan- 
. gea d'id^e sans changer de ton : 

— 'Eh bien, monsieur, ai-je plus d'^mpir^if^^elle 
vous n'en avez ? Elle 

— Tudieu I comme 
20 matin ! Ta ta ta ta ! vous me S^fpidHk crois. 

vous entendez peut-^tre avec elle, 

II regarda sa femme fixement. ^^tt^: 

— En v^rit^, monsieur Grandet, si vous voulez me ^ 
tuer, vous n'avez qu'k continuer ainsi. Je vous le dis, ^ 

25 monsieur, et d(it-il m'en coiiter la vie, je vous le r^pd- 
terais encore : vous avez tort envers votre fille, elle est 
plus raisonnable que vous ne I'^tes. Get argent lui 
appartenait, elle n'a pu qu'en faire un bel usage, et 
Dieu seul a le droit de connaitre nos bonnes oeuvres. 

30 Monsieur, je vous en supplie, rendez vos bonnes grices 
k Eugenie 1 . . . Vous amoindrirez ainsi Teffet du coup 
que m'a portd votre colore, et vous me sauverez peut- 
6tre la vie. Ma fUle, monsieur 1 rendez-moi ma fille. 





l8o SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. t A /LmT^aA^^ 

— Je d^campe, dit-ih Ma maison n'est pas tenable, 
la mfere et la fille raisonnent et parlent com me si . .- — 

) rPy>Q9*j^Li-^Q^^ ^ Vous m'avez donn^ de cruelles 
ry •^ ^i^nity^nEug^nie I cria-t-il. Oui, oui, pleurez 1 Ce 

que vous faites vous causera des remords, entendez- 5 
vous ? A quoi done vous sert de manger le bon Dieu ^r 
six fois jq]|^eg|y )is mAs^iLyousilonnez Tor de votre 
pfere enxSrcneitea uireHne^yjp^iii W)us d^vorera votre 
coeur quand vous n'aurez plus que <^ k lui prater ? 
Vous verrez ce q^^vautyot^n^harles/ avec ses bottes 10 
de maroquin et soffSSJ^ien^pas toucnCT. II n*a ni ^^ 
cceur ni ime, puisqu'il ose emporter le trdsor d'une 
pauvre fille sans I'agr^ment des parents. 

Quand la porte de la rue fut ferm^e, Eugenie sortit 
de sa chambre et vint prfes de sa m^re. 15 

— Vous avez eu bien du courage pour votre fille, lui 
dit-elle. 

— Vois-tu, mon enfant, oh nous mSnent les choses 
illicites ! . . • Tu m*as fait faire un mensonge. 

— Oh 1 je demanderai k Dieu de m'en punir seule. 20 

— C'est-il vrai, dit Nanon effarde en arrivant, que 
voilk mademoiselle au pain et k Teau pour le reste de 
ses jours ? 

— Qu'est-ce que cela fait, Nanon ? dit tranquille- 

— Ah 1 pqj^sauvent que je mangerai de la fnppi — 
quand la fille de la maison mange du pain sec . . . Non, 
non. 

*y ^Ww I .»_ j'aPP^Ha gOuTe mo^e, mais vous verrez ! 30 -% 

Grandet dina seul pour la premiere fois depuis vingt- 
quatre ans. 
— ^Vous voiUi done veuf, monsieuTi lui dit Nanoo. 



£ug£ni£ grandet. i8i 

C'est bien ddsagr^able d'etre veuf avec deux femmes 



dans sa maison. r7*i>1 *X. 

— JWfate^arle pas, k toi. Tiens ta margoulewe 



ou je t^hasse. Qu*est-ce que tu as dans ta casserole 
5 que j'entends b irtiU otter sur le f ourneau ? wCk^^mX^ft^t 




^nar^ou ma|ra^e^ir, fflume Teteu. ^ 
Les Cruchot, madame des Grassins et son fils arri- 
vferent k huit heures, et s'Aonnferent de ne voir ni 
lo madame Grandet ni sa fille. 

— Ma femme est un peu indispos^e ; Eugenie est 
auprbs d'elle, rdpondit le vieux vigneron, dont la figure 
ne trahit aucune Amotion. 

Au bout d'une heure employee en conversations insi- 
i5gnifiantes, madame des Grassins, qui ^tait mont6e faire 
sa visite k madame Grandet, descendit, et chacun lui 
demanda : 

— Comment va madame Grandet ? 

— Mais pas bien du tout, du tout, dit-elle. L'6tat 
«ode sa sant^ me paratt vraiment inquidtant. A son dge, 

11 faut prendre les plus grandes precautions, papa 
Grandet. 

— Nous verrons cela, r6pondit le vigneron d'un air 
distrait. 

25 Chacun lui souhaita le bonsoir. Quand les Cruchot 
furent dans la rue, madame des Grassins leur dit : 

— II y a quelque chose de nouveau chez les Gran- 
det. La mfere est trbs-mal, sans seulement qu'elle s'en 
doute. La fille a les yeux rouges comme quelqu'un qui 

30 a pleur6 longtemps. Voudraient-ils la marier contre 
son gr^ ? 
Lorsque le vigneron f ut couch^, Nanon vint en chaus- 



«fjK?!^, 



SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 





sone k pas muets chez Eugdnie, et lui decouvrit un 
pat^ fait k la casserole. 

— Tenez, mademoiselle, dil la bonne fille, Cornoil- 
ler m'a donn^ un lifevre. Vous mangez s0)eu, qug^ce 
pkt6 vous durera bgihuitjiours ; et, par lOTflft^l ne 5 
risquera point de scMKi¥" Au moins, voiIS ne demeu- 
rerez pas au pain sec. C'est que 9a n'est point sain 
du tout. 

— Pauvre Nanon I dit Eugenie en lui serrant la 
main. 10 

— Je Tai fait ben bon&hei 

point apergu. J*ai prisle la 

six francs ; j'en suis ben la maitresse. 

Puis la servante se sauva, croyant entendre Grande t. 

Pendant quelques mois, le vigneron vint voir con-15 
stamment sa femme k des heures diff^rentes dans la 
journ^e, sans prononcer le nom de sa fille, sans la voir, 
ni faire k elle la moindre allusion. Madame Grandet 
quittaopoint sa chambj^ t,^ j| jour en jour, son 
' e mpir a. Rien ne^t^mrnHjJpux tonnelier. II 20 
nt m^branlablqp^rfpreetifoid comme une pile de 
grani^jgnTDntumad^ler et venir selon ses habitudes ; 
mais^Tfle Degay f plil'Vausa moins, et se montra dans 
les affaires plus dur qu'il ne Tavait jamais dt6. Sou- 
vent, il lui ^chappait quelque erreur dans ses chiffres. 25 

— II s'est pass^ quelque chose chez les Grandet, 
disaient les cruchotins et les grassinistes. 

— Qu*est-il done arrive dans la maison Grandet ? fut 
une question convenue que Ton s'adressait g^n^rale- 
ment dans toutes les soirees k Saumur. 30 

Eugenie allait au^^ffi^es sous la conduite de Nanon. ^ 
Au sortir de r^glisSBimadame des Grassins lui adres- 
sait quelques paroles, elle y rdpondait d'une manibre 



Cl^^^ fU^^rCU:^ 



EUGENIE GRANDET. 1 83 



NAnmj^s, il 4^ 
le cauneff soit VMjUl^ 



fevasive et sans satisfaire sa curiosity. 

fut impossible au bout de deux mois de' 

aux trois Cruchot, soit k madame des Grassins, le secret 

de la reclusion d'Eug^nie. II y eut un moment oli les 

Spr^textes manquferent pour justifier'Sa perp^tuelle ab- 
sence. Puis, sans qu*on p6t savoir par qui le secret 
avait ^t^ trahit, toute la ville apprit que, depuis le pre- 
mier jour de Tan, mademoiselle Grandet ^tait, par 
Tordre de son p^re, enferm^e dans sa chambre, au pain - 

10 et k I'eau, sans feu ; que Nanon lui faisait des frian^|^^^|j(|^ 
dises, les lui apportait pendant la nuit ; et Ton savait 
m^me que la jeune personne ne pouvait voir et soigner 
sa mfere que pendant le temps ou son pbre ^tait absent 
du logis. La conduite de Grandet fut alors jug^e tr^s- 

i5S^v^rtoient La ville enti^re le mit pour ainsi dire 
^^^^bwivnors lafSiJfTe souvint de ses trahisons, de ses duret^s, 
'excpmmunia. Quand il passait, chacun se le mon- 
Lif^pWrracRJjtant. Lorsque sa fille descendait la rue 
tortueuse pour aller k la messe ou k v^pres, accom- 

2opagn6e de Nanon, tous les habitants se mettaient aux 
fen^tres pour examiner avec curiosity 
la riche hdritibre et son visage, oh 
m61ancolie et une douceur ang^lique. Sa reclusion, 
la disgrace de son pfere, n'^taient rien pour elle. Ne 

2svoyaij|ellQ| xas la mappemonde, le petit banc, le jar- 
din,»SWMr <Je mur, et ne reprenait-elle pas sur ses 
Ifevres remiel'''t™y avaient laissd les baisers de Tamour ? 
Elle ignora pendant quelque temps les conversations 
dont elle dtait Tobjet en ville, tout aussi bien que les 

3oignorait son pfere. Religieus^t^^Lde^gt^Dieu, sa 
conscience et Tamour raidaientp^WflfnunCTfTslipporter 
la colore et la vengeance paternelles. Mais une dou- 
leur profonde faisait taire toutes les autres douleurs. — 




I se mettaient aux 



184 SCilNES DS LA VI£ D£ PROV 




Sa mbre, douce et tendre creature qui s'embellissaft de 
r^clat que jetait son 4me en approchant de la tombe, 
sa mfere d^pdrissait de jour en jour. Souvent, Eugenie 
se reprochait d'avoir 6t6 la cause innocente de la 
cruelle, de la lente maladie qui la d^vorait. Ces re- 5 
A ^k i"&^^» quoique calm^s par sa m^re, Tattachaient encore 
^t^r^^nu? fctroitement k son amour. Tous lesirtatins. |^ssi- 
tot que son p^re dtait sorti, elle venait au rncWrro lit 
de sa m^re, et Ik, Nanon lui apportait son dejeuner. 
Mais la pauvre Eugenie, triste et souffrante des souf- 10 
frances de sa mfere, en montrait le visage k Nanon par 
un geste muet, pleurait et n'osait parler de son cousin. 
Madame Grandet, la premiere, 6tait forc^e de lui dire : 

— Oil est-/// Pourquoi n'dcrit-// pas ? 

La mfere et la fille ignoraient compldtement les dis- 15 
tances. 

— Pensons k lui, ma mbre, r^pondait Eug6nie, et 
n'en parlons pas. Vous souffrez, vous avant tout. 

Toufy c'^tait /ui. 

— Mes enf ants, disait madame Grandet, je ne re- 20 
/• '^' ^* A^t t^a^^oint la vie. Dieu m'a prot^gde en me faisant 
k^f^ ^^ envi^Lger avec joie le terme de mes mis^res. 

Les paroles de cette femme 6taient constamment 
saintes et chrdtiennes. Quand, au moment de dejeuner 
pr^s d'elle, son mari venait se promener dans sa25 
chambre, elle lui dit, pendant les premiers mois de 
Tann^e, les m^mes discours, r^p^t^s avec une douceur * 
ang^lique, mais avec la fermet^ d'une femme k qui une 
mort prochaine donnait le courage qui lui avait man- 
qu^ pendant sa vie. 30 

— Monsieur, je vous remercie de Pint^r^t que vous 
prenez k ma santd, lui r^pondait-elle qua/id il lui avait 
fait la plus bande des demandes ; mais, si vous voulez 




Egenie grandet. 185 

adoucir ramertume at mes derniers moments et alMger 
mes douleurs, rendezl vos bonnes graces \ notre fille ; 
montrez-vous chr^tien,Ypoux et pbre. 

En entendant ces mVts, Grandet s'asseyait prfes du 

slit et agissait comme unyiomme qi^^Qyffi|^enir une 

av^sfi, s,e met tr anfluilleVient k rap^^^WWme porte 

ll ^coutai^ffle^fflusemennsaTemmeTe^R 

r^pondait rien. Quand les plus touchantes, les plus 

tendres, les plus religieuses supplications lui avaient 

10 ^t^ adressdes, 11 disait : 

— Tu es un peu pilotte aujourd'hui, ma pauvre 
femme. 

L'oubli le pl i^jajq^lej : de sa fille semblait 6tregrav^ 

sur son front aegres7su% ses Ifevres serr^es. II n'dtait 

iSm^me pas ^mu par les larmes que ses vagues r^ponses, 

dont les termes ^talent k peine varies, faisaient couler 

le long du blanc visage de sa femme. 

— Que Dieu vous pardonne, monsieur, disait-elle^ 
comme je vous pardonne moi-m^me. Vous aurez un 

20 jour besoin d'indulgence. 

Depuis la maladie de sa femme, 11 n'avait plus osd 
se servir de son terrible Ta ta ta ta I mais aussi, son 
despotisme n'dtait-il pas d^sarm^ par cet ange de dou- 
ceur, dont la laideur disparaissait de jour en jour, 
25chassde par Texpression des qualit^s morales qui ve- 
jurir sur sa face. Elle ^tait tout ime. Le g^ 
pribre semblait purifier, amoindrir les traits 
les plus grossiers de sa figure, et la faisait resplendir. 
Qui n'a pas observd le ph6nom^ne de cette transfigura- 
3otion sur de saints visages ou les habitudes de Time 
finissent par triompher des traits les plus rudement 
contournds, en leur imprimant ^animation particulifere 
due k la noblesse et k la puret^ des pensdes dlev^es ? 



^ maieni^i 



u 



< g v t ucv^a>^ 



l86 SCilNES D£ LA VIE DE PROVINCE. 




Le spectacle de cette transf ormatio A accgnatdie par les 
souffrances qui consumaient les lamWHy de T^tre 
humain dans cette femme agissait, qiioique faiblement, 
sur le vieux tonnelier, dont le caract^re resta de bronze. 
Si sa parole ne fut plus d^daigneuse, un imperturbable 5 
silence, qui sauvait sa superiority de pfere de famille, 
domina sa conduite. Sa^M^I^ Narmaparaissait-elle 
au march^, soudain quefqrf^ffi^pj^uelques plaintes 41^ 
sur son mattre lui sifflaient aux oreilles; mais, quoique 
Topinion publique condamnit hautement le pfere Gran- 10 
det, la servante le ddfendait par orgueil pour la mai- 
son. 

— Eh bien, disait-elle aux d^tracteurs du bonhomme, 
est-ce que nous ne devenons pas tous plus durs en 
vipillissant ? Pourquoi ne voulez-vous pas qu'il se J^§ 5 ^ 

^tmsse un peu, cet homme ? Tais^ dm^yos irflp'V^ 
teries. Mademoiselle vit comme uncJ^HflS^TElle est 
seule ; eh bien, c'est son godt. D'ailleurs, mes mattres 
ont des raisons majeures. 

Enfin, un soir, vers la fin du printemps, madame2o 
Grandet, d^vor^e par le chagrin encore plus que par la 
maladie, n'ayant pas r^ussi, malgr^ ses priferes, k r^con- 
cilier Eugenie et son p^re, confia ses peines secretes 
aux Cruchot. 

— Mettre une fille de vingt-trois ans au pain et k 25 
I'eau ! . . . s'dcria le p tl^^f ^^J j T>i Mfip>y##Mi^ < qtf 1^ JA/ mifi 





^^p^ Allons, mon neveu, dit le notaire, laissez votre 
m ■Mwrs^uin de Palais. — Soyez tranquille, madame^ jejo 
" ferai finir cette reclusion dbs demain. 

En entendant parler d'elle, Eugenie sortit de sa 
chambre. 



# • 



£ug£nie grandet. 187 

— Messieurs, dit-elle en s'avangant par un mouve- 
ment plein de fiertd, je vous prie de ne pas vous occu- 
per de cette affaire. Mon pfere est maitre chez lui. 
Tant que j'habiterai sa maison, je dois lui ob^ir. Sa 

5 conduite ne saurait 6tre soumise h. Tapprobation ni k la 
disapprobation du monde, 11 n'en est comptable qu'k 
Dieu. Je reclame de votre amitid le plus profond 
silence k cet 6gard. Bldmer mon pfere serait attaquer 
notre propre consideration. Je vous sais gr6, mes- 
losieurs, de Tintdrfit que vous me tdmoignez; mais vous 
m'obligeriez davantage si vous vouliez faire cesser les 
bruits offensants qui courent par la ville, et desquels 
j'ai 6t6 instruite par hasard. 

— EUe a raison, dit madame Grandet. 

15 — Mademoiselle, la meilleure mani^re d'emp^cher 
le monde de jaser est de vous faire rendre la liberty, 
lui rdpondit respectueusement le vieux notaire, frapp^ 
de la beaut^ que la retraite, la m^lancolie et I'amour 
avaient imprimde h Eugenie. 

20 — Eh bien, ma fille, laisse k M. Cruchotle soin d'ar- 
ranger cette affaire, puisqu*il r^pond du succbs. II 
connait ton pbre et salt comment il faut le prendre. Si 
tu veux me voir heureuse pendant le peu de temps qui 
me reste k vivre, il faut, k tout prix, que, ton pfere et 

25 toi, vous soyez r^concilids. 

Le lendemain, suivant une habitude prise par Gran- 
det depuis la reclusion d' Eugenie, il vint faire un cer- 
tain nombre de tours dans son petit jardin. II avait 
, pria^oUr^ cette promenade le moment oU Eugenie se 
)el5naiL Quand le bonhomme arrivait au gros noyer, 
il se cachait derribre le tronc de Tarbre, restait pendant 
quelques instants k contempler les longs cheveux de sa 
fille, et flottait sans doute entre les pensdes que lui 




4Ǥ8 SCilNES DE LA VIE DB PHOVINCS. 

^ sugg^rait la t^nacit^ de son caractbe et le ddsir d'< 

brasser son enfant. 

Souvent, il demeurait assis sur le petit banc de bois 

f^JjJ^pouTri oil Charles et Eug6nie s'^taient jur^ un ^terael 

Ho^^fflgU^ pendant qu'elle regardait aussi son pfere k la s 

"^f^ C^'^reroDce ou dans son miroir. S'il se levait et recom- 

mengait sa promenade, elle s'asseyait complaisamment 

k la fen^tre et se mettait k examiner le pan de mur oil 

pendaient les plus jolies fleurs, d'oli sortaient, 

les crevassesQides^ cheveux-de-V^nus, d^y'nserons et 

une plante ^flfsse} jaune ou blanche, un s edutn . trfes- 

abondant dans les vignes k Saumur et k Tours. Mattre 

Cruchot vint de bonne heure et trouva le vieux vigne- 

ron assis, par un ^^g^U^CSftiLjf ^"' ^"'^ ^^ P^^^* banc, 
le dos appuy^ au murlnrcoyer^Qlbcup^ k voir sa fille. 15 

— Qu'y a*t-il pour votre service, maitre Cruchot ? 
dit-il en apercevant le notaire. 

— Je viens vous parler d'affaires. 

— Ah ! ah I avez-vous un peu d*or k me donner 
centre des ^cus ? 20 

— Non, non, il ne s'agit pas d'argent, mais de votre 
fille Eugenie. Tout le monde parle d'elle et de vous. 

— De quoi se m^le-t-on ? Charbonnier est mattre 
chez lui. 

— D*accord, le charbonnier est maitre de se tuer 25 
aussi, ou, ce qui est pis, de jeter son argent par les 
fen£tres. 

— Comment cela ? 

— Eh I mais votre femme est trfes-malade, mon ami. 
Vous devriez m^me consulter M. Bergerin, elle est en 30 
danger de mort. Si elle venait k mourir sans avoir €\.€ 
soignee comme il faut, vous ne seriez pas tranquille, je 
le crois. 



u 



EUGENIE .CRANDET, . .^ iSc^ 

— Ta ta ta ta I vous save^ ce qu'a ma femme. Ce^T^^ 
m^decins, une fois qu'ils ont mis le pied chez vous, ils ' 
viennent des cinq ou six fois mI: jour. Afc^A ^l/i^tl^ 

— £nfiQy Grandet, vous feref^comme vous I'Sten- 
5 drez. Nous sommes de vieux amis ; il n'y a pas, dans 

toul Saumur, un homme qui prenne plus que moi d'in- 

tdrdt k ce qui ^^H^ ^SBPtS^ili^^^SS^ ^^ "voxxs dire 
cela. MaintenaiM^Srme qof^lame^ous ^tes maieur, 
vous savez vous conduire, allez. Ceci n'est d'ailleurs 

lopas I'affaire qu! m'ambne. II s'agit de quelque chose 
de plus grave pour vous, peut-dtre. Aprfes tout, vous 
n'avez pas envie de tuer votre femme, elle vous est 
trop utile. Songez done k la situation oli vous seriez, 
vis-it-vis de votre fiUe, si madame Grandet mourait 

15 Vous devriez des comptes h, Eugenie, puisque vous 
dtes commun en biens avec votre femme. Votre fille 
sera en droit de r^clamer le partage de votre fortune, 
de faire vendre Froidfond. Enfin, elle succ^de k sa 
m^e, de qui vous ne pouvez pas hAalcr.^^JUy 

20 Ces paroles f urent un coup de loMrepour le bon- 

homme, qui n'^tait pas aussi fort en legislation qu'il 

pouva^l^trfe en commerca II n'avait jamais pens^ k 

une l«SSft*(>^ tMkC 

-^ Ainsi je voub engage h la trajter avec douceur, dit 

25 Cruchot en terminant. 

— Mais savez-vous ce qu'elle a fait, Cruchot ? 

— Quoi ? dit le notaire, curieux de recevoir une con- 
fidence du pbre Grandet et de connattre la cause de la 
querelle. 

30 — Elle a donn^ son or. 

— ' Eh bien, ^tait-il h. elle ? demanda le notaire. 

— lis me disent tons cela 1 dit le bonhomme en laii^* 
sant tomber ses bras par un mouvem^nt tragique^ 



190 SCENES DE LA VIE DE. PROVINCE. 

-— AHe2^^vtusi^ur une ImsQre/reprit Cruchot, met- 
tre (H^Mfiffeff^iix concessions que vous lui deman- 
derez de vous faire k la mort de sa m^re ? 

— Ah ! vous appelez six mille francs d'or une m£- 
sfere ? 5 

— Eh I mon vieil ami, savez-vous ce que coiiteront 
Pinventaire et le partage de la succdipion de votre 
femme, si Eugdnie Texige ? jj U'lftVinK^ 

— Quoi ? 

— Deux, ou trois, quatre cent mille francs peut-dtre ! 10 
Ne faudra-t-il pas liciter, et vendre poui* (mp^^jft^lsL 
v^ritableyaleun^ Au lieu qu*en vous enreni _, 

^VS^?*parjalV8rpgrce de mon pbre ! s'dcria le vigneron, 
qui s'assit en pS^iissant, nous verrons 9a, Cruchot. 

Aprfes un moment de silence ou d'agonie, le bon-15 
homme regarda le notaire en lui disant : 

— La vie est bien dure ! II s'y trouve bien des dou- 
leurs. Cruchot, reprit-il solennellement, vous ne vou- 
lez pas i4fi^t^>iiiper, jurez-moi sur Thonneur que ce que 
vous me cflsffez Ik est fond6 en droit. Montrez-moi 20 
le Code, je veux voir le Code ! 

— Mon pauvre amj r^poridit le notaire, ne sai&je 
pas mon metier p^lvVV/^VHA • ^^ ^ , . 

— Cela est done bien vrai ? Je serai BKPouilK7trahi, 
tu^, d^vor^ par ma fille. * .25 

— Elle hdrite de sa mfere. 

— A quoi servent done les enf ants ? Ah ! ma femme, 
je Taime. Elle est solide hAureuse^ent : c'est une la 
Bertellibre. ^KOM|pi|M^ 

— Elle n'a pas un mois k vivre. 30 
Le tonnelier se frappa le front, marcha, revint, et, 

jetant un regard effrayant k Cruchot : 

— Comment faire ? lui dit iL 



EUGENIE GRANDET. 19I 

— Eugenie pourra renoncer purement et simplement 
kla succession de sa mfere. Vous ne voulez pas la 
d^sh^riter, n'est-ce pas ? Jf sis. PQur obt^A \fte con- 
cession de ce genre, ne la rmroye?p^?^2f?qu^e vous 

Sdis Ik, mon vieux, est contre mon inter^t. Qu'ai-je k 
faire, moi ? . . . des liquidations, des inventaires, des 
ventes, des partages . . . 

— Nous verrons, nous verrons. Ne parlons plus 
de cela, Cruchot. Vous me tribouillez les entrailles. 

10 Avez-vous regu de Tor ? ^ft^^T ^^\ 

— Non ; mais j'ai quelques vieux louis, une dizaine, 
je vous les donnerai. Mon bon ami, f aites la paix avec 
Eugenie. Voyez-vous, tout Saumur vous jette la pierre. 

— Les droles I 

15 — Allons, les rentes sont h quatre-vingt-dix-neuf. 
Soyez done content une fois dans la vie. 

— A quatre-vingt-dix-neuf, Cruchot ? 

— Oui. 

— Eh ! eh ! quatre-vingt-dix-neuf ! dit le bonhomme 
20 en reconduisant le vieux notaire jusqu'k la porte de la 

rue. 

Puis,^QDjBftit^ par ce qu'il venait d'entendre pour 
rester arNl^is/il monta chez sa femme et lui dit : 

— Allons, la mfere, tu peux ^^serU JQWi^e avec ta 
25fille, je vas k Froidfond. SoyBTgfiitillSltoutes deux. 

C'est le jour de notre ITVUjkg^, ma bonne femme : tiens, 
voilk dix ^cus pour toiM^pSsoir de la F6te-Dieu. II y 
a assez longtemps que tu veux en faire un, rdgale-toi ! 
Amusez-vous, soyez joyeuses, Dortez-voi^ bien. Vive 
aolajoie! 4^>tt<U\-- 

II jeta dix ^cus de six francs sur le lit de sa femme 
et lui prit la tSte pour la baiser au front. 

— Bonne femme, tu vas mieux, n'est-ce pas ? 




192 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Comment pouvez-vous penser h recevoir dans 
votre maison le Dieu qui pardonne, en tenant votre 
fille exil^e de votre coeur ? dit-elle avec Amotion. 

— Ta ta ta ta ! dit le p^re d'une voix caressante, nous 
verrons cela. 5 

— Bont^ du ciel ! Eugenie, cria la m^re en rougis- 
sant de joie, viens embrasser ton pbre, il te pardonne ! 

Mais le bonhomme a«aitQ^^aru. ^gfr j^^^ sauvait h 
toutes jambes vers ^^ iM^^^V^^ racMftitpe mettre 
en ordre ses id^es renVSSeSsr Trrandet commen9ait la 
alors sa soixante-seizibme ann^e. Depuis deux ans 
principalement, son avarice s'^tait accrue comme s'ac- 
croissent toutes les passions persistantes de I'homme. 
Suivant une observation faite sur les avares, sur les 
ambitieux, sur tous les geng dontla vie a 6t6 consacr^e« a 
h une id^e dominante, songprmnigit avait awKionne^^ 
plus particulibrement un symbole de sa passion. La 
vp^/^ Tor, la possession de Tor dtait devenue sa 
anie. Son esprit de despotisme avait grandi en 
proportion de son avarice, et abandonner la direction 20 
de la moindre partie de ses biens h. la mort de sa femme 
lui paraissait une chose contrenAtum^ Declarer sa 
fortune k sa fille, inventorier TurnvfrsSR^ de ses biens 
meubles et immeubles pour les liciter ? . . . 

— Ce serait k se couper la gprge, dit-il tout h^ut au 25 
milieu d'un clos en examinanHescfeps.G^^^^^^ 

Enfin il prit son parti, revint k Saumur k Theure du 
dinar, iS^sdIu de plier devant Eugenie, de la cajoler, de 

ment, en tenant 

millions. Au 30 

oil. le bonhomme, qui par h^JtrtkAyait pris 

pSESSe-panQut, montait Tescalier k^TOsy CT oPD pour 

venir die2 sa femme, Eugenie avait apport^sur le lit 





;>/> 



EUGENIE GRANDET. I93 

de sa mfere le beau necessaire. fToutes deux, en Tab- 
sence de Grandet, se donnaient le plaisir de voir le 
portrait de Charles en examinant celui de sa mbre. 

— C'est tout k fait son front et sa bouche I disait 

5 Eugenie au moment oh le vigneron ouvrit la porte. «^^ 
Au regard que jeta son mari sur Tor, madame Gran* | 
det cria : 

— Mon Dieu, ayez pitid de nous ! 

Le bonhomme sauta sur le n6cessaire comma un tigre 
10 fond sur un enfant endormu 

— Qu'est-ce que c'est que cela ? dit-il en emportant 
le tr^sor et allant se placer h, la fenStre. — Du bon or 1 
de Tori s'dcna-t-il. Beaucoup d'orl 9a pbse deux 
livres. — Ah 1 ah I Charles t'a donn^ cela contre tes 

1 5 belles pibcesy hein ? Pourquoi ne me I'avoir pas dit? 
C'est une bonne affaire, fifille 1 Tu es ma fille, je te 
reconnais. (£ug6nie tremblait de tous ses membres.) 
— N'est-ce pas, ceci est k Charles ? reprit le bon- 
homme* 

ao — Qui, mon pbre, ce n'est pas h mou Ce meuble 
est un ddpdt sacr^. 

— Ta ta ta ta I il a pris ta f ortime^ faut te rdtablir 
ton petit tr^sor. 

— Mon pfer^l . . . UV^-iifc^'J'^T^ 
^^ Sm AA b lMtof^y.\P^^^t prendre son couteau pour f aire 

«^ qlSiRet ^Hll'^iaqugd'ory et fut oblig^ de poser le neces- 
saire sur une chaise. Eugenie sMlanga pour le ressai- 
sir I m^jbitonnelier, qui avait tout k la fois I'oeil k sa 
fiUe et au c^^, la repoussa si violemment en ^ten- 
aodant le br^^qu'elle alia tomber sur le lit de sa 
mbre. 

iurl monsieurl cria to m^e en se dvessant 




194 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

Grandet avait tird son couteau et s'apprdtait h sou- 
lever Tor. 

— Mon pbre, cria Eugenie en se jetant k genoux et 
marchant ainsi pour arriver plus pvhs du bonhorame et 
lever les mains vers lui ,• mon p^re, au nom de tous S 
les saints et de la Vierge, au nom du Christ, qui est 
mort sur la croix ; au nom de votre salut dternel, mon 
pfere, au nom de ma vie, ne touchez pas k cela ! Ce 
ndcessaire n'est ni k vous ni k moi ; il est k un malheu- 
reux parent qui me Ta confix, et je dois le lui rendre lo 
intact 

— Pourquoi le regardais-tu, si c'est un d6pdt ? Voir, 
c'est pis que toucher. 

— Mon pfere, ne le dAruisez pas, ou vous me d^sho- 
norez I Mon pfere, entendez-vous ? .. iS 

— Monsieur, g r^ceuUd hrta mferef^^ ^ j^^/j- ii>J<^w 

— Mon pfere I cris^Eug^nie d*une voix si ^clat^te, ^ 

que Nanon, effray^e, monta. iLr C^ln irZ'^WAf^* 

Eugenie sauta sur un couteau qui etaitasa portfe ^^ ~* 
et s'en arma. 20 

— Eh bien ? lui dit tranquillement Grandet en sou- 
riant k f roid. 

— Monsieur, monsieur, vous m'assassinez 1 dit la 

mfere. tifit^ 

— Mon pfere, si votre couteau entarae seulement une 25 
parcelle de cet or, je me perce de celui-ci. Vous avez 
d^jk rendu ma m^re mortellement malade, vous tuerez 
encore votre fille* Allez maintenant, blessure pour 
blessure 1 

Grandet tint son couteau sur le n^cessaire, et regar-3Q 
da sa fille en h6sitant. 

— En serais-tu done capable, Eugenie ? dit-iL 
— - Oui, monsieur, dit la mbre. 



EUGENIE GRANDET. 1 95 

— Elle le ferait comme elle le dit, cria Nanon. 
Soyez done raisonnable, monsieur, une fois dans votre 
vie. 

Le tonnelier regarda Tor et sa fille alternativement 
5 pendant un instant. Madame Grandet s'dvanouit. 

— Lk, voyez-vous, mon cher monsieur, madame se 
meurt I cria Nanon. ^^y ^^ \m J^ vldA^ Jy- j . 

— Tiens, ma fille, ne n^s brouillons pas pour unMt^ 
coffre. Prends done I s'^eria vivement le tonnelier en 

lo jetant le n6eessaire sur le lit. — Toi, Nanon, va cher- 
cher M. Bergerin. — Allons, la mbre, dit-il en baisant 
la main de sa femme, ee n*est rien, va : nous avons fait 
la paix. — Pas vrai, fifille ? Plus de pain see, tu man- 
geras tout ee que tu voudras . . . Ah ! elle ouvre les 

iSyeux. — Eh bien, la mfere, m fen^br e. timbre, allons done ! 
Tiens, vois, j'embrasse Eugenie. Eueaime son eousin, 
elle r^pousera si elle veut, elle lui gardera le petit 
eoffre. Mais vis longtemps, ma pauvre femme. Allons, 
remue done ! ficoute, tu auras le plus beau reposoi 

20 qui se soit jamais fait k Saumur. 

— Mon Dieu, pouvez-vous traiter ainsi votre femme 
et votre enfant I dit d'une voix faible madame Gran- 
det. 

— Je ne le ferai plus, plus I eria le tonnelier. Tu 
2svas voir, ma pauvre femme. 

II alia h son eabinet et revint avee une poign^e de 
louis, qu'il ^parpilla sur le lit. 

— Tiens, Eugdnie, tiens, ma femme, voilk pour vous, 
dit-il en maniant les louis. Allons, ^gaye-toi, ma 

30 femme ; porte-toi bien, tu ne manqueras de rien, ni 
Eugenie non plus. Voilk eent louis d'or pour elle. Tu 
ne les donneras pas, Eugenie, ceux-lk, hein ? 

Madame Grandet et sa fille se regardbrent, ^tonn6es. 




196 SCENES DE lV vie DE PROVINCE. 

— Reprengs-le^^og pfere ; nous n'avons be^oin que 

de votre tend^S^*^' ^{fiJlf^^jJC^ 

— Eh bien, c'est ga, dit-il en tmpochant les^ouis, 
vivons comme de bons amis. Descendons tous dans 

la salle pour diner, pour jouer au loto tous les soirs, k 5 
deux sous. Fa ites vos far ces 1 Hein, ma femme ? 

— Hdlas 1 je le Vouorais bien, puisque cela peut vous 
^tre agr^able, dit la mourante ; mais je ne saurais me 
lever. 

^^^ — Pauvre mfere, dit le tonnelier, tu ne sais pas com- 10 

/ \^^^ji44gnje t'aime, — Et toi, ma fiUe I 
•*'**^^^ I^ft^ittjra^ Tembrassa. 

— OhTcomme c'est bon, d'embrasser sa fille aprbs 
une brouille ! ma fifille ! — Tiens, vois-tu, mbmfere, nous 
ne faisons qu'un, maintenant. — Va done serrer cela, 15 
dit-il k Eugenie en lui montrant le coffret. Va, ne 
crains rien. Je ne t'en parlerai plus, jamais. 

M. Bergerin, le plus cdlbbre m^decin de Saumur, 
arriva bientot. La consultation finie, il ddclara posi- 
tivement k Grandet que sa femme ^tait bien mal, mais 29 
qu'un grand calme d'esprit, un regime doux et des soins 
minutieux pourraient reculer Tdpoque de sa mort vers 
la fin de Tautomne. 

— Qa co{itera-t-il cher ? dit le bonhomme ; faut-il 
des drogues ? 2^ 

— Peu de drogues, mais beaucoup de soins, r^pondit 
le mddecin, qui ne put retenir un sourire. 

— Enfin, monsieur Bergerin, r6pondit Grandet, vous 
6tes un homme d'honneur, pas vrai ? Je me fie k vous, 
venez voir ma femme toutes et quantes fois que vous 30 
le jugerez convenable. Conservez-moi ma bonne 
femme I je Taime beaucoup, voye^-vous, sans que 9a 
paraisse, parce que, Q^e^ mpi^ tout se pas$Q en dedans 



^i/W^^tt^ is^ t£^^ h/ftSi^ 



^ £ug£ni£ grandet. \ 197 

^ et me trifdUille Tdme. J'ai du chagrin. Le o|^grin 

est entr^ chez moi avec la mort de mon frfere,\our 
lequel je d^pense, k Paris, des sommes ... les yeua^e 
la t^te, enfin ! et 9a ne finit point. Adieu, monsieur. 

5 Si Ton pent sauver ma femme, sauvez-la, quand m^me 

11 faudrait d^penser pour 9a cent ou deux cents francs. 

Malgr^ les souhaits fervents que Grandet faisait pour 

la santd de sa femme, dont la succession ouverte dtait 

une premiere mort pour lui ; malgrd la complaisance 

loqu'il manifestait en toute occasion pour les moindres 
volont^s de la m^re et de la fille dtonndes ; malgr^ les 
soins les plus tendres prodiguds par Eugenie, madame 
Grandet msurcha rapidement vers la mort. Chaque 
jour, elle s'aff aiblissait ^d^P^}^^jt comme d^pdrissent 

15 la plupart des femmes*aftefme^9^t dge, par la mala- 
die. Elle ^tait fr^le autant que les feuilles des arbres 
en automne. Les rayons du ciel la faisaient resplen- 
dir comme ces feuilles que le soleil traverse et dore. 
Ce fut une mort digne de sa vie, une mort toute chr^- 

2otienne ; n*est-ce pas dire sublime ? Au mois d'octobre 
1822 ^clat^rent particuliferement ses vertus, sa patience 
d'ange et son amour pour sa fille ; elle s'U^nit sans -^Sj . .A 
2|teM^4aiss^ ^chapper la moindre plainte. '^gneay^ gffiT * *"^ 
0ijpjtlbche, elle allait au ciel, et ne regrettait ici-bas que la 
I 25 douce compagne de sa f roide vie, k laquelle ses der- 
niers regards semblaien to ft'^cfci ^ mille maux. Elle 
tremblait de laisser cettebrebiv blanche comme elle, 
seule %2^]nili^u d'un monde dgoiste qui voulait lui arra- 
cher saJPMfll^sSs tr^sors. 

30 — Mon enfant, lui dit-elle avant d'expirer, il n*y a 
de bonheur que dans le ciel, tu le sauras un jour. 

Le lendemain de cette mort, Eug6nie trouva de nou- 
veaux motifs de s'attacher k cette maison oli elle dtait 



19^ SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

n^e, oil elle avait tant souffert, oh sa m^re venait de 
mourir. JEll^ g^ pouvait contempler la crois^e et la 
chaise S'pSMffS'dans la salle sans verser des pleurs. 
Elle crut avoir m^connu Time de son vieux pbre en se 
voyant Tobjet de ses soins les plus tendres : il venait 5 
lui donner le bras pour descendre au dejeuner ; il la 
regardait d'un oeiUprescmeHon pendant des heures 
enti^res ; enfin, il la^CRivarc coin me si elle etit 6t6 d'or. 
Le vieux tonnelier se ressemblait si peu k lui m^me, il 
tremblait tellement devant sa fille, que Nanon et les lo 
cruchotins, t^moins de sa faiblesse, Tattribuferent k son 
grand dge, et craignirent ainsi quelque affaiblissement ^^ 
d^issgs f acult^s ; mais, le jour oh la famille f^fl^e ■'^^ 
(^MT^^^l^tfivjprfes le diner, auquel fut convi^ maitre Cruchot, 

qui seul connaissait le secret de son client, la conduite 15 
du bonhomme s'expliqua. 

— Ma chbre enfant, dit-il k Eugenie lorsque la table 
fut ot^e et que les portes furent soigneusement closes, 
te voilk h^ritifere de ta mbre, et nous avons de petites 
aif aires k rfegler entre nous deux. — Pas vrai, Cru-20 
chot? 

— Oui. 

— Est-il done si n^cessaire de s'en occuper aujour- 
• d'hui, mon phre ? 

— Oui, oui, fifille. Je ne pourrais pas durer dans 25 
rincertitude oli je suis. Je ne crois pas que tu veuilles 
me faire de la peine. 

— Oh ! mon pfere ... 

— Eh bien, il faut arranger tout cela ce soir. 

— Que voulez'vous done que je fasse ? 30 

— Mais, fifille, 9a ne me regarde pas. — Dites-lui 
done, Cruchot. 

— Mademoiselle, monsieur votre pbre ne voudrait ni 



eugAnie grandet. ^99 -!# 




partager, ni vendre ses biens, ni payer des droi 
^normes pour Targent comptant qu'il peut possdder. 
Done, pour cela, il faudrait se dispenser de faire Tin- 
ventaire de toute la fortune qui aujourd'hui se trouve 
5 indivise entre vous et monsieur votre p^re . . . 

— Cruchot, 6tes-vous bien sdr de cela, pour en par- 
ler ainsi devant une enfant ? 

— Laissez-moi dire, Grandet. 

-g^ui^Qui, mon ami. Ni vous ni ma fiUe nevoulez 
lom^^epOTfter. — N*est-ce pas, fifille ? 

— Mais, monsieur Cruchot, que f aut-il que je fasse ? 
demanda Eugdnie impatientde. 

— Eh bien, dit le notaire, il faudrait signer cet acte 
par lequel vous renonceriez k la succession de madame 

1 5 votre mfere, et laisseriez k votre p^re Tusufruit de tous 
les biens indivis entre vousj et dont il vous assure la 
nue propri^t^ jtfW^-^V^iiy 

— Je ne comprends rien h. tout ce que vous me dites, 
rrfpondit Eugenie ; donnez-moi Tacte et montrez-moi la 

2opl2ice oh je dois signer. 

Le pfere Grandet regardait altemativement Tacte et 
sa fille, sa fille et Facte, en ^prouvant de si violentes 
Amotions, qu'il essuya quelques gouttes de sueur venues 
sur son front. 

25 — Fifille, dit-il, au lieu de signer cet acte, qui co(i- 
tera gros k faire enregistrer, si tu voulais renoncer 
purement et simplement k Umiifrrces^wi de ta pauvre 
chfere mhre ddfunte, et t*en i4p^Jnera moi pour Tave- 
nir, j'aimerais mieux 9a. Je te ferais alors tous les 

3omois une bonne grosse rente de cent francs. Vois, tu 
pourrais payer autant de messes que tu voudrais k 
ceux pour lesquels tu en fais dire . . . Hein I cent francs 
par mois, en livres ? 




a^ 



dOO ScilNES D£ LA VIE DE PROVINCE. 

— Je ferai tout ce qu'il vous plaira, mon pfere. 

— Mademoiselle, dit le notaire, il est d^^on de\robc 




de vous f aire observer que vous vous d^p! 

— Eh ! mon Dieu, dit-elle, qu'est-ce que cela me 
fait ? 5 

— Tais-toi, Cruchot. — C'est dit, c'est dit, s'^cria 
Grandet en prenant la main de sa fille et y frappant 
avec la sienne. Eugenie, tu ne te d^duja^ point, tu es 
une honn^te fille, hein ? Xkfvtifi^ir 

— Oh 1 mon p^re ... lo 
II Tembrassa avec effusion, la serra dans ses bras h 

r^touffer. 

— Va, mon enfant, tu donnes la vie k ton p^re ; 
mais tu lui rends ce qu'il t'a donn^ : nous sommes 
quittes. Voilk comment doivent se f aire les affaires. 15 
La vie est une affaire. Je te b^nis I Tu es une ver- 
tueuse fille, qui aime bien son papa. Fais ce que tu 
voudras maintenant. — A demain done. Cruchot, dit-il 
en regardant le notaire dpouvant^.^^^«i^^rrez k bien 
preparer Tacte de renonciation au^feMearrtribunal. 20 

Le lendemain, vers midi, fut signee la declaration 
par laquelle Eugenie accomplissait elle-mSme sa spolia- 
tion. Cependant, malgr^ sa parole, k la fin de la pre- 
miere annde, le vieux tonnelier n'avait pas encore donnd 
un sou des cent francs par mois si solennellement pro 25 
mis k sa fille. Aussi, quand Eugenie lui en parla plai- 
samment, ne put-il s'emp^cher de rougir ; il monta vive- 
ment k son cabinet, revint, et lui pr^senta environ le 
tiers des bijoux qu'il avait pris k son neveu. 

— Tiens, petite, dit-il d'un accent plein d'ironie,3o 
vexix-tu 9a pour tes douze cents francs ? 

— Oh ! mon p^re, vrai, me les donnez-vous ? 

*- Je t'en rendrai autant Tannde prochaine, dit-il en 



EUGl^NIE GRANDET. 20X 

les lui jetant dsL^^fkanMfi^^jmrAxnsif en peu de tempSy 
tu auras toutes j^J^Mno^^^TaJouta-t-il en se frottant 
les mains, heureux de pouvoir sp^culer sur le sentiment 
de sa fille. 

$ N^anmoins, le vieillard, quoique robuste encore, sen- 
tit la ndcessit^ d'initier sa fille aux secrets du manage. 
Pendant deux ann^es cons^cutives, il lui fit ordonner 
\jg. i^qjii presence le menu de la maison, et recevoir les 
" ^'T'eaevances. II lui apprit lentement et successivement 

loles noms, la contenance de ses clos, de ses fermes. 
Vers la troisibme ann^e, il Tavait si bien accoutum^e k 
toutes ses fagons d'avarice, il les avait si v^ritablement 
toumdes chez elle en habitudes, qu'il lui laissa sans 
crainte les clefs de la d^pense, et Tinstitua la maitresse 

i5au logis. 

Cinq ans se pass^rent sans qu'aucun dv^nement mar- 
quit dans I'existence monotone d' Eugenie et de son 
phre. Ce fut les m^mes actes constamment accomplis 
avec la rrfgularitd chronom^trique des mouvements de 

20 la vieille pendule. La profonde m^lancolie de made- 
moiselle Grandet n'^tait un secret pour personne ; mais, 
si chacun put en pressentir la cause, jamais un mot 
.^*^jArononQ^jMtr6^/ie justifia les soupgons que toutes 
^ ^ Te JlSBHResae '^Amur formaient sur T^tat du coeur de 

251a riche hdritibre. Sa seule compagnie se composait 
des trois Cruchot et de quelques-uns de leurs amis 
qu'ils avaient insensiblement introduits au logis. lis 
lui avaient appris h. jouer au whist, et venaient tous les 
soirs faire la partie. Dans Tann^e 1827, son pfere, 

3osentant le poids des nnfiLimtj^^^f^ forc^ de Tinitier 
aux secrets de sa iSWlf^j^m^fflWTet lui disait, en cas 
de difficult^s, de s'er^jjQjJjSS^r k Cruchot le notaire, 
dent la probitd lui ^tait connu2. Puis, vers la fin de cette 



202 SCENES DS LA VIE DE PROVIKCE. 

ann^e, le bonhomme fut enfin, k Tdge de quatre-vingt- 
deux ans, pris par une paralysie qui fit de rapides pro- 
grbs. Grandet fut condamnd par M. Bergerin. Eq 
pensant qu'elle allait bientot se trouver seule dans le^ 
monde, Eugenie se tint, pour ainsi dire, plus prfegde^S* 
son pfere, et serra plus fortement ce dernier aiufem f 1 
d'affection. Dans sa pens^e, comme dans celle de 
toutes les femnoes aimantes^ Tamour ^tait le monde 
entier, et Charles n'^tait pas Ik. Elle fut sublime de 
soins et d'attentions pour son vieux p^re, dont les f acul- lo 
t^s commengaient h. baisser, mais dont Tavarice se sou- 
tenait instinctivement Aussi la mort de cet homme ne 
contrasta-t-elle point avec sa vie. Dbs le matin, il se 
faisait ]£^g}^9^t^ '^ chemin^e de sa chamlHre et la 
porte d^^onCHmietJsOTi doute plein d'or. II restaitis 
]k sans mouvement, mais il regardait tour k tour avec 
anxi^t^ ceux qui venaient le voir et la porte double de 
fer. II se faisait rendre compte des moindres bruits 
qu'il entendait ; et.^£;Ujprand ^tonnement du notaire, il 
entendait l^OfflRfmentne son chien dans la cour. II 

v^^\K^ ^'ser^veillait^e sa stupeur apparente au jouret kPheure 
^^Q^il fallait recevoir des fermages, faire des comptes 

M^CM'vH4|JJ5?^Wli«kjsiers, ou donner des quittances. II agitait 
alors son faiiteuil k roulettes jusqu'k ce qu'il se trouvit 
en face de la porte de son cabinet. II le faisait ouvriF25 
par sa fille, et veillait k ce qu'elle pla^At en secret elle- 
m^me les sacs d'argent les uns sur les autres, k ce 
qu'elle ferm&t la porte. Puis il revenait k sa place 
silencieusement aussitot qu'elle lui avait rendu la pr4; ^ku 
cieuse efe^ Ip^jf^urs plac^e dans la poche de son giStfjo^ 
et qu'iMEattfflflfe temps en temps. D'ailleurs, son vieil 
ami le notaire, sentant que la riche h^ritibre ^pouserait 
ndcessairement son neveu le president, si Charles 



20 




EUGENIE IgRAND£T, 203 

Grandet ne revenait pas, r4doubla de soins et d'atten- 
tions : il venait tous les jours se mettre aux ordres de 
Grandet, allait k son conmiandement h. Froidfond, aux 
terres, aux pr^s, aux vignes, vendait les r^coltes, et 

5 transmutait tout en or etf en argent qui venait se rdunir 
secr^tement aux sacs empilds dans le cabinet. Enfin 
riy^nU les jours d'agonie. Demkint jQg gitfl& la J Eorte 
cESxpeSxff'Sii bonhommeilWNlc ^nsesa^lSPla cldstnic- 
tion. II voulut rester assis au coin de son feu, aevant 

tola porte de son cabinet. II attirait h. lui et roulait 
toutes les couvertures que Ton mettait ^^ui, et disait 

— TSerre, s5rre ^a, pour qu'on ne me ^le p|s. 
•Quand il pouvait ouvrir les yeux, oli toute sa vie 
iss'dtait rdfufii^e^JLle^tournait aussitot vers la porte du 
cabinet oh^gSbaSd^ tr^sors, en disant k sa fille : 

— Y sont-ils ? y sont-ils ? d'un son de voix qui d^no- 
tait une sorte de peur panique. 

— Oui, mon pfere. 

20 — Veille k Tor I . . . mets de I'or devant moi I 

Eugenie lui etalait des louis sur une table, et il 
demeurait des heures enti^res les yeux attaches sur les 
louis, comme un enfant qui, au moment oli il commence 
h voir, contemple stupidement le m^me objet ; et, 

25 comme h. un enfant, il lui dchappait un sourire p^ni- 
ble. 

— Qa me rechauffe 1 disait-il quelquefoia^j^dssai^^i^-^ 
parattre sur sa figure une expression de b^autuoir *^^ 

Lorsque le cur^ de la paroisse vint Tadministrer, ses 

30 yeux, morts en apparence depuis quelques heures, se 

ranimbrent k la vue de la croix, des chandeliers, du 

brfnitier d'argent qu'il regarda fixement, et sa loupe 

remua pour la dernibre fois. Lorsque le pr£tre lui 





a04 SCENES DE LA VIE DE PROVING] 

approcha des Ifevres le crucifix en venB^Tppur 
baiser Timage du Christ, il fit un^pouvanxSDl?^^^ 
pour le saisir, et ce dernier effort lui coiita la vie. II 
appela Eugenie, qull ne voyait pas, quoiqu'elle idt 
agenouilMe devant lui et qu'elle baignit de ses Urmes s 
une main d^jk froide. 

— Mon pere, b^nissez-moi, demanda-t-elle. 

— Aie bien soin de tout I Tu me rendras compte de 
q2L Ik-bas, dit-il en prouvant par cette dernifere parole 
que le christianisme doit 6tre la religion des avares. lo 

Eugenie Grandet se trouva done seule au monde 
dans cette maison, n'ayant que Nanon k qui elle pdt 
Jeter un regard avec la certitude d'etre entendue et 
comprise, Nanon, le seul ^tre qui Taimit pour elle «t 
avec qui elle pdt causer de ses chagrins. La grande 15 
Nanon dtait une providence pour Eugenie. Aussi ne 
fut-elle plus une servante, mais une humble amie. 
Apr^s la mort de son pbre, Eugenie apprit par maitre 
Cruchot qu'elle poss^dait trois cent mille livres de 
rente en biens-fonds dans I'arrondissement de Saumur, 20 
six millions places en trois pour cent k soixante francs, 
et il valait alors soixante-dix-sept francs ; plus deux 
millions en or et cent mille francs en dcus, sans comp- 
ter les arrdrages h. recevoir. L'estimation totale de ses 
biens allait k dix-sept millions. 25 

— Oh done est mon cousin ? se dit-elle. 

Le jour oli maitre Cruchot remit k sa cliente T^tat 
de la succession, devenue claire et liquide, Eugenie 
resta seule avec Nanon, assises Tune et I'autre de 
y chaque c%t^ de la cheminde de cette salle si vide, oli 3c 
tout ^tait souvenir, depuis la chaise k patins sur 
laquelle s'asseyait sa mbre jusqu'au verre dans lequel 
avait bu son cousin. 



EUGENIE GRANDET. 2O5 

— Nanon, nous sommes seules I I 

— Oui, mamselle ; et, si je savais oU il est, ce mi- 
gnon, j4rais de mon pied le chercher. 

— II y a la mer entre nous, dit-elle. 

S Pendant que la pauvre h^riti^re pleurait ainsi en 
compagnie de sa vieille servante, dans cette froide et 
obscure maison, qui pour elle composait tout Tunivers, 
il n'^tait question, de Nantes k Orleans, que des dix- 
sept millions de mademoiselle Grandet. Un de ses 

10 premiers actes fut de donner douze cents francs de 
rente viag^re k Nanon, qui, po^dgjj^^^j^ six cents 
autres francs, devint un riche^pamlF Hti moins d'un 
mois, elle passa de IMtat de fille k celui de femme, sous 
la protection d'Antoine Comoiller, qui fut nommd 

I S garde g^ndral des terres et propri^t^s de mademoiselle 
Grandet. Madame Comoiller eut sur ses contempo- 
raines un immense avantage. Quoiqu'elle eUt cinquante- 
neuf ans, elle ne paraissait pas en avoir plus de qua- 
rante. Ses gros traits avaient r^sist^ aux attaques du 
)S.A ^1^6 au regime de sa vie monastique, elle 
Briavieillesse par un teint color^, par une §|JJtL-i /J fff^*M 
fe^fer. Peut-^tre n*avait-elle jamais ^t^ aussi mtn f ^^^ f^ 
qu'elle le fut au jour de son mariage. EU« ej^e b^n^- J 

fice de sa laideur, et apparut grosse,j|^5lte, forte, 

25ayant sur sa figure indestructible un ahr de bonheur 
qui fit envier par quelques personnes le sort de Cor- 
noiller. 

— Elle est bon teint, disait le drapier. 

— Elle est capable de faire des enfants, dit le mar- 
Sochand de sel ; elle s'est conservde comme dans d| la 
pftAnrure, sauf votre respect. V^ ^^T^^ ^hrfM^ 

— Elle est riche, et le gars Comoiller fait un bon 
coup, disait un autre voisin. 




2o6 SCENES DE LA VIE DK PROVINCE. 

En sortant du vieux logis, Nanon, qui ^tait aim^e de 
tout le voisinage, ne regut que des compliments en des- 
cendant la rue tortueuse pour se rendre h la paroisse. 
Pour present de noces, Eugenie lui donna trois dou- 
zaines de couverts. Cornoiller, surpris d*une telle 5 
magnificence, parlait de sa maitresse les larmes aux 
yeux : il se serait faitHraflherlpour elle. Devenue la 
femme de confiance d'Eug^nie, madame Cornoiller eut 
d^sormais un bonheur dgal pour elle k celui de poss^der 
un mari. Elle avait enfin une ddpense k ouvrir, k fer- lo 
mer, des provisions k donner le matin, comme faisait 
son d^funt maitre. Puis elle eut k r^gir deux domes- 
tiques, une cuisinifere et une femme de chambre chargde 
de raccommoder le linge de la mai^on^ fe iM¥A ^^^ 
robes de mademoi^Ug^ ^ iCorjnuoiller Tp^ 15 

tions de garde et BWSSWWr. II esc inutile de dire 
que la cuisinibre et la femme de chambre choisies par 
Nanon ^taient de vdritables p^jj^s. Mademoiselle 
Grandet eut ainsi quatre serviteurs dont le ddvouement 
^tait sans bornes. Les fermiers ne s'apergurent done 20 
pas de la mort du bonhomme, tant il avait sdvbrement 
^tabli les usages et coutumes de son administration, 
qui fut soigneusement continude par M. et madame 
Cornoiller. 

A trente ans, Eugenie ne connaissait encore aucune 25 
des fdlicit^s de la vie. Sa pile et triste enfance s'dtait 
dcoul^e auprbs d'une mfere dont Fe coeur m^connu, 
froiss^, avait toujours souffert. En quittant avec joie 
Texistence, cette mfere plaignit sa fiUe d'avoir \ vivre, 
et lui laissa dans Time de lagers remords et d'^temels 30 
regrets. Le PUi^WPjjrJ% seul amour d'Eug^nie ^tait, 
pour elle, un^princip(^"Her m^lancolie. Aprfes avoir 
entrevu son amant pendant quelques jours, elle lui 



EUGENIE GRANDET. 207 

avait donnd son coeur entre deux baisers furtivement 
acceptds et rendus ; puis il etait parti, mettant tout un 
monde entre elle et lui. Get amour, maudit par son 
pfere, lui avait presque codtd sa mbre, et ne lui causait 

5 que des douleurs m^l^es de f rdles esp^rances. Ainsi, 
jusqu'alors, elle s*^tait^lanc^ejgBia^leJ3oal^u£>en per- 
dant ses forces, sanKffs ^rora^nfr tj!a1l?ia%ie mo- 
rale, aussi bien que dans la vie physique, il existe une 
aspiration et une respiration : Vkme a besoin d'absorber 

loles sentiments d'une autre &me, de se les assimiler pour 
les lui restituer plus riches. Sans ce beau ph^nomfene 
humain, point de vie au cceur ; Pair lui manque alors, 
il souifre et d^p^rit. Eugenie commen9ait k souffrir. 
Pour elle, la fortune n'dtait ni un pouvoir ni une conso- 

i5lation ; elle ne pouvait exister que par Tamour, par la 
religion, par sa foi dans Tavenir. L'amour lui expli- 
quait r^ternit^. Son coeur et Ffivangile lui signalaient 
deux mondes k attendre. Elle se plongeait nuit et jour 
au sein de deux pens^es infinies, qui pour elle peut- 

2o^tre n*en faisaient qu'une seule. Elle se retirait en 
elle-m^me, aimant et se croyant aim^e. Depuis sept 
ans, sa passion avait tout envahi. Ses trdsors n'^taient 
pas les millions dont les revenus s'entassaient, mais le 
coffret de Charles, mais les deux portraits suspendus 

25 k son lit, mais les bijoux ryhet^s h s^^^^ ^talds 
orgueillepaement- sur une Sucn|Hte mratedans un 
tiroir dvrtkmatj mais le d^ de sa tante, duquel s'dtait 
servie sa m^re, et que, tous les jours, elle prenait reli- 
gieusement pour travailler k une broderie, ouvrage de 

3oP^ndlope, entrepris seulement pour mettre k son doigt 
cet or plein de souvenirs. II ne paraissait pas vraisem- 
blable que mademoiselle Grandet voulCit se marier 
durant son deuil. Sa pi6t6 vraie ^tait connue. Aussi 



2o8 



SCi:N£S DE LA VIE DE PROVINCE. 



grandes imes, ell 
r^ussissent k s 




la famille Cruchot, dont la politique ^tait safrem e ni: ^ 
dirigde par le vieil abb^, se contenta-t-elle de cfemer 
I'hdriti^re en Tentourant des soins les plus affectueux. 
Chez elle, tous les soirs, la salle se remplissait d'une 
soci^t^ compos^e des plus chauds et des plus d^vou^s 5 
cruchotins du pays, qui s'effor9aient de chanter les 
louanges de la maitresse du logis sur tous les tons. 
Elle avait le m^decin ordinAira de s^xkambre, son 
grand aumonier, son xMnffl^rftf^'Isa^ dame 

d'atours, son premier ministre, son chancelier surtout, lo 
un chancelier QUy^^HJ^-it lui tout dire. L'h^ritifere e{it- 
elle d^sir^ un ffin^Meue, on lui en aurait trouvd un. 
C'^tait une reine, ef la plus habilement adulde de 
toutes les reines. La^flfitLcrie vii6mgme jamais des 

tits esprits, qui 15 
our mieux entrer 

dap&^a sphfere vitale de ^^ SSfSjS^f'^^^V ^^ l^Quelle 
ils gravitent. La flatterie sBcS^irrelTOTlirTKt^r^t. Aussi 
le:: personnel qui venaient meubler tous les soirs la 
salb de mademoiselle Grandet, nomm^e par elles2o 
mademoiselle de Froifond, rdussissaient-elles mer- 
^ veiUeusement k Taccabler de louanges. Ce concert 
"iJ VWWWges, nouveaux pour Eug^nie^la^ ^i^^SA^ rougir ; 
mais insensiblement, et quelque 'gTOsSWrs^Jum fussent 
les compliments, son oreille s'accoutuma si bien k en- 25 
tendre vanter sa beaut^, que, si quelque nouveau venu 
Tedt trouv^e laide, ce reproche lui aurait 6t6 beaucoup 
plus sensible alors que huit ans auparavant. Puis elle 
finit par aimer des douceurs qu^elle mettait secrfete- 
ment aux pieds de son idole. Elle s'habitua done par 30 
degr6s k se laisser traiter en souveraine et k voir sa 
cour pleine tous les soirs. M. le president de Bonfons 
dtait le heros de ce petit cerclci oU son esprit, sa per- 







EUGENIE GRANDET. 209 

Sonne, son instruction, son amabilit6 sans cesse ^taient 
vant^s. L*un faisait observer que, depuis sept ans, il 
avait beaucoup augment^ sa fortune; que Bonfons 
nns dix mille francs de rente et se trouvait 
fT^omme tous les biens des Cruchot, dans les 
vastes domaines de Thdriti^re. 

— Savez-vous, mademoiselle, disait un habitu^, que 
les Cruchot ont k eux quarante mille livres de rente ! 

— Et leurs Economies, reprenait une vieille crucho- 
10 tine, mademoiselle de Gribeaucourt. Un monsieur de 

Paris est venu derni^ment offnr^^^ Cruchot deux 
cent mille francs de so^^tuot/^ aoif la vendre, s'il 
peut ^tre nommd juge de paix. 

— II veut succdder k M. de Bonfons dans la presi- 
15 dence du tribunal, et prend ses precautions, r^pondit 

madame d'Orsonval ; car M. le president deviendra 
conseiller, puis president k la cour, il a trop de moyens 
. pour ne pas arriver. 

— Oui, c'est un homme bien distingud, disait un 
20 autre. Ne trouvez-vous pas, mademoiselle? 

M. le president avait tach^ de se mettre en harmo- 
nic avec le role qu^il voulait jouerjjM!algr^se^m|^ 
rante ans, malgr^ sa figure brune e(?Tet)a?flativ^ netrre 
comme le ^flj^t^pfeg ^y^ outes les phYatisjlQmie| judi- 
25ciaires, il se m3[tait en jeune homme, DimMir^ec un 
ff'i^Juircpie prenait point de tabac chez mademoiselle de 
Froidfond, y arrivajiJjQiyurs en cravate blanche, et en 
chemise dont lecJaDOt agros plis luJidontoit un air de^ 
famille avec les individus du genre mnaonryll parlai^^T 
3ofamilibrement k la belle h^ritifere, et lui disait : " Notre | 
chbre Eugenie." Enfin, hormis le nombre des person- 
nages, en remplagant le loto par le whist, et en suppri- 
mant les figures de M. et de madame Grandet, la scbne 
14 



2IO scJ:nes de la vie de province. 

par laquelle commence cette hisipireLAait k peu prfes 
la m^me que par le pass^. LelfnilRe^^ursuivait tou- 
jours Eug^MC^ ejjyjs^ millionjA jiai^ *la meute, plus 
nombreuse,^royarPTmeux et ternan; ^!^ proie avec 
ensemble. Si Charles f(it arriv^ du fond des Indes, il 5 
edt done retrouv^ les memes personnages et les m^mes 
int^r^ts. Madame des Grassins, pour laquelle Eugenie 
^tait parfaite de grice et de bontd, persistait k tourmen- 
ter les Cruchot. Mais alors, comme autrefois, la figure 
d' Eugenie eut doming le tableau ; comme autrefois, 10 
Charles edt encore 6t6 Ik le souverain. Ndanmoins, il 
y avait un progr^s. Le bouquet pr^sent^ jadis k Eu- 
genie au jour de sa f^te par le president ^tait devenu 
p^riodique. Tous les soirs, il apportait k la riche h^ri- 
tifere un gros et magnifique bouquet que madame Cor- 15 
noiller mettait ostensiblement dans un bocal, et jetait 
secrbtement dans un coin de la cour, aussitot les visi- 
teurs partis. Au commencement du printemps, ma- 
dame des Grassins essaya de troubler le bonheur des 
cruchotins en parlant k Eugenie du marquis de Froid- 20 
fond, dont la maison ruinde pouvait se relever si I'h^- 

ritibre voulait lui rendre sa terre WJ^SE^Ea ^^ 

Madame des Grassins fSSft^OTim^^aut ^ 
le titre de marquise, et, prenant le sourire 
de d^dain d' Eugenie pour une approbation, elle allait25 
disant que le mariage de M. le president Cruchot 
n'dtait pas aussi avanc^ qu'on le croyait. 

— Quoique M. de Froidfond ait cinquante ans, 
disait-elle, il ne parait pas plus kg6 que ne Test M. 
Cruchot ; il est veuf, il a des enfants, c'est^ 

marquis, il sera pair de France, et, 
qff^ourt, trouvez done des mariages de c^FSHBBlWfe 
sais de science certaine que le pfere Grandet, en r^unis- 




tm. 





EUGENIE GRANDET. 211 

sant tous ses biens k la terre de Froidfond, avait Pin- 
tention de s'enter sur les Froidfond. II me I'a souvent 
dit. II dtait malin, le bonhomme. 
— Comment, Nanogtdit un soir Eugenie en se cou- 
5 chant, il ne m'^cnra pas une fois en sept ans ! . . . 

Pendant que ces choses se passaient k Saumur, 
Charles faisait fortune aux Indes. Sa pacotille s'^tait 
d'abord tr^s-bien vendue. II avait r^alis^ prompte- 
ment une somme de six mille dollars. Le bapt^me de 

20 la ligne lui fit perdre beaucoup de pr^jug^s ; il s*aper- 
9ut que le meilleur moyen d'arriver h. la fortune ^tait, 
dans les regions intertropicales aussi bien qu'en Eu- 
rope, d'acheter et de vendiy d^h omnies^/;^! vij ^tAjg^ J^q 

/sur les cotes d^Afrique eWinWtfiWe*^* ne^el; en 

i5Joignant k son commerce d'hommes celui des marchan- 
djfigsJgs plus avantageuses h, dchanger sur les divers 
oil Tamenaient ses int^r^ts. II porta dans les 
affaires une activity qui ne lui laissait aucun moment 
de libre. II ^tait doming par Tid^e de reparaitre k 

20 Paris dans tout T^clat d'une haute fortune, et de res- 





id^es se modififerent, et il devint sceptique. II n'eut 
25 plus de notions fixes sur le juste et Tin juste, en voyant 
taxer de crime dans un pays^ ce qui ^tait vertu dans un 
autre. Au contact perpdtueldbsiiit^r^ts, son coeur se 
refroidit, se contracta, s^ue^etnSr Le sang des Gran- 

SjkM v'dfeS^ ^^ilfciP^^^^ ^ ^^ destin^e, Charles devint dur, 

?I^Jp%mre k ft%uree. II vendit des Chinois, des n^gres, 

^ oes nid^Thjjgjj^lles, des enfants, des artistes ; il fit 

^ rusirt^ei^rand. L'habitude de frauder les droits de 

^^^fivMoUaheyR^^ndit moins scrupuleux sur les droits da 



212 SCENES DE LA VIE D£ PROVINCE. 



t^«^ 




Thomme. II allait alors h. Saint-Thomas acheter 
prix les marchandises voices par les pirates, et les por- 
tait sur les places ou elles manquaient. Si la noble et 
pure figure d'Eugdnie I'accompagna dans son premier 
voyage, comme cette image de Vierge que mettent sur 
leur vaisseau les marins espagnols, et s'il attribua ses 
premiers succ^s k la magique influence des vcsux et des 
pribres de cette douce fille, plus tard, les ndgresses^ 
mulitresses, les blanches, les Javanaises, les al 
ses orgies de toutes les couleurs et les aventures qu'il lo 
eut en divers pays effacferent compl^tement le souvenir 
de sa cousine, de Sjtunmr^^^a maison, du banc, du 
baiser pris dans lefcoWSff. j^fe souvenait seulement 
du petit jardin encadrd de vieux murs, parce que l^^a' sM^^/^cdt 
destin^e hasardeuse avait commence ; mais il rertHfrry^ " 
sa famille : son oncle ^tait un vieux chien qui lui avait 
filoutd ses bijoux ; Eugenie n'occupait ni son cceur ni 
ses pensdes, elle occupait une place dans ses affaires 
comme cr^ancifere d'une somme de six mille francs. 
Cette conduite et ses id^es expliquent le silence de 20 
Charles Grandet Dans les Indes, k Saint-Thomas, h 
la cote d'Afrique, k Lisbonne et aux £tats-Unis, le 
spdculateiir avait pris, pour ne pas compromettre son 
nom, le pseudon)niie de Sepherd. Carl Sepherd pou- 
vait sans danger se montrer partout infatigable, auda-25 
cieux, avide, en ^orjttD^^iKHZr6sp\u de faire fortune 
quibuscumque viis^ se'?^epiCT!lMrSl finir avec Tinfamie 
pour rester honn^te homme pendant le restant de ses 
iours. Avec ce systfeme, sa fortune fut rapide et bril- 
lante. En 1827 done, il revenait k Bordeaux sur le joli3c 
brick J/<a5r/>-C^r^//>/^, appartenant kunemaison de com- 
merce royaliste. II poss^dait dix-neuf cent mille francs 
en trois tonneaux de poudre d'or bien cercl^s, desquels 



I BUG^NIE GRANDET. 213 

il comptait tirer sept ou huit pour cent en les monnayant 
k Paris. Sur ce brick se trouvait ^galement un gentil- 
homme ordinaire de la chambre de Sa Majestd le roi 
Charles X, M. d'Aubrion, bon vieillard qui avait fait la 
Sfolie d'^pouser une femrae h, la mode, et dontla fortune 
^tait aux lies. Pour r^parer les prodigalit^s de madame 
d'Aubrion, il Aait alM r^aliser ses propridt^s. M. et 
1 madame d'AubrjoiLd^a maison d'Aubrion de Buch, 

} dont le dernier W^Kftnrourut avant 1 789, rdduits h, une 

lovingtaine de mille livres de rente, avaient une fille assez 
laide que la m^re voulait marier sans dot, sa fortune 
lui suffisant k peine pour vivre h, Paris. C'dtait une 
entreprise dont le succ^s e(it sembld probMmatique 
{ k tous les gens du monde, malgr^ Thabilet^ qu'iis 

iSprfitent aux femmes k la mode. Aussi madame d'Au- 
brion q^e-ip^me ^^s^sp^^i t^l l^-^jnjg^flij p, en voyant sa 
fille, d'q ^gnft a^ Lssir qm qSe^^fuyni t-ce m^me un 
homme™Muef noblesse. Mademoiselle d'AubricA^^|l 
^^l|4Aait une demoisel^^^igue comme I'insecte, son homV^^ 
^^ nWP^e ; maigre, flueWB^^k bouche dddaigneuse, sur 
i ^ouelleAdescendait un nez trop long, grosdu.bout, 
IjV^navescenf k I'^tat normal, mais compl^tement rouge 
aprbs les repas, espfece de ph^nomfene v^g^tal plus 
d^sagrdable au milieu d'un visage p^le et ennuyd que ^ 
25 dans tout autre. Enfin, elle ^tait telle que pouvait la 
d^sirer une/jn^rqn|^ i^Ji^JJL Aa ? t i ^"s qui, belle encore, ^ 
* avait encor^oR pretliraons. nWfciis, pour contre-balan- / 
cer de tels d^savantages, la marquise d'Aubrion avait 
donnd k sa fille un air trbs-distingu^, I'avait soumise k 
30 une hyaijAp oAi maintenait provisoirement le nez k un 
ton delfffilMSlsonnable, lui avait appris I'art de se 
^■ ^a ettre avec go(it, I'avait dot^e de jolies mani^res, lui 
avait enaeignd cea regards mdlancoliques qui int^ 



i 




214 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

ressent un homme et lui font croire qu'il va rencontrei 
range si vainement cherchd ; elle lui ^JgjtJUWt^LJa 
manoeuvre du pied, pour Tavancer'ff^rop^sffenfan'e 
admirer la petitesse, au moment oil 

iB%^iP91^$^£J?SS^L^^^ ^llc avait 

•pBra zfts^sSiSaJsSinL ' Au moye^dejftfffflCfW^I^fges, 

de corsages wOTWiH^de robes bSISTOm«rtr%oigneuse- 
ment garnies, d'un corset k haute pression, elle avait 
obtenu des produits fdminins si curieux, que, pour 
rinstruction des m^res, elle aurait dd les exposer dans 10 
un mus^e. Charles se lia beaucoup avec madame 
d'Aubrion, qui voulait pr^cisdment se Her avec lui. 
Plusieurs person nes pr^tendent m^me que, pendant la 
travers^e, la belle madained' AuJgrignM ndgligea aucun 
moyen de capturer un'genarersi ncne. En ddbarquant 15 
k Bordeaux, au mois de juin 1827, M., madame, made- 
moiselle d'Aubrion et Charles logferent ensemble dans 
le m^me hotel ej l^dtito^Lensd JU^^f j y;,Paris. L'hotel 
d' Aubrion 6t3it^!nf^r9't!fpm^ devait le 

lib^rer. La mfere ^K^t ^d^^ FW/^^ 4^ bonheur qu'elle 20 
aurait de c^der son^fez^i^iSisSpsSb^ son gendre et k 
sa fiUe. Ne partageant pas les pr^jug^s de M. d'Au- 
brion sur la noblesse, elle avait promis k Charles Gran- 
det d'obtenir du bon Charles X une ordonnance royale 
qui Tautoriserait, lui Grandet, k porter le nom d'Au-25 
brion, k en prendre les armes, et k succ^der, moyennant 
la constitution d'un majorat de trente-six mille livres 
de rente, k Aubrion, dans le titre de captal de Buch 
et marquis d' AuhAo^M^nn^nissattt leur&iortun^g, 
vivant enVRJime inlHngefrc^et mllWrniam oes si^jo 
cures, on pourrait r^unir cent et quelques mille livres 
de rente k Thdtel d' Aubrion. 
— £t quand on a cent mille livres de rente, un noo^ 



EUGENIE ORANDfiT. 215 

tine famine, que Pon va k la cour, car je vous ferai 
nommer gentilhomme de la chambre, on devient tout 
ce qu'on veut ^tre, dtsait-elle k Charles. Ainsi vous 
serez, k votre choix, maitre des requites au conseil 
Sd'Etat, pr^fet, secretaire d'ambassade, ambassadeur. 
Charles X aime beaucoup d'Aubrion, ils se connaissent 
depuis Penfance. 

Enivr^ d'ambition par cette femme, Charles avait 
caress^, pendant la traversde, toutes ces esp^rances, 

10 qui lui furent prdsent^es par une main habile et sous 
forme de confidences vers^es de coeur k cceur. Croyant 
les affaires de son p^re arrangdes par son oncle, il se 
voyait ancr^ tout k coup dans le faubourg Saint-Ger- 
main, oh tout le monde voulait alors entrer, et ou, k 

iSTombre du nez bleu de mademoiselle Mathilde, 11 
reparaissait en comte d^Aubrion, comme les Dreux 
reparurent un jour en Br^z^. Ebloui n^w^^ pnj^p^^ it^ 
de la Restauration, qu'il avait laiss^e cMncerante/1j|aisi 
par r^clat des id^es aristocratiques, son enivrement 

20 commence sur le vaisseau se maintint k Paris, ou il 
r^solut de tout faire pour arriver k la Jmut^pg^jf ion . ^^^ *> y J^ 
que son ^goiste belle-m^re lui faisait jPnWsTOi^VSa f vj 
cousine n'^tait done plus pour lui qu'un point dans 
I'espace de cette brillante perspective. II revit An- 

25 nette. En f emme du monde, Annette conseilla vive- 
ment k son ancien ami de contracter cette alliance, et 
lui promit son appui dans toutes ses entreprises ambi- 
tieuses. Annette Aait enchant^e de faire ^pouser une 
demoiselle laide et ennuyeuse k Charles, que le s^jour 

jodes Indes avait rendu trbs-s^duisant : son teint avait 
bruni, ses mani^res Aaient devenues d^cid^es, hardies, m 
comme le sont celles des hommes habitues k trancher, ffvfj^^ 
k dominer, k r^ussir. Charles respira plus k Taise dans 



hJM 




2l6 SCilNES DE LA VIS DS PROVINCE. 

Paris, en voyant qu'il pouvait y jouer un r61e. Des 
Grassins, apprenant son retour, son mariage prochaiiiy 
sa fortune, le vint voir pour lui parler des trois cent 
mille francs moyennant lesquels il pouvait acquitter les 
dettes dfe soii^Jft^^Il trouva Charles en conference 5 

ki^A ib^XSS^ ^S^^^^^d3m^^^^ ^^ avait command^ des bijoux 
W^^***pou8lafco^^ d'Aubrion, et qui lui 

en moinrait les dessins. Malgr^ les magnifique^dh^j 
mants que Charles avait rapportds des Indes, les fa^Dnsj 
rg|fit|rie, la joaillerie solide et futile du jeune m^ ro 
i,Mraiient encore k plus de deux cent mille francs. 
Charles regut des Grassins, qu'il ne reconnut pas, avec 
I'impertinence d'un jeune homme k la mode qui, dans 
les Indes, avait tud quatre hommes en diifdrents duels. 
M. des Grassins dtait d6]k venu trois fois. Charles 15 
r^couta froidement ; puis il lui r^pondit, sans Tavoir 
bien compris : 

— Les affaires de mon pfere ne sont pas les miennes. 
Je vous suis obligd, monsieur, des soins que vous avez 
bien voulu prendre, et dont je ne saurais profiter. Je 20 
n'ai pas ramass^ presque deux millions h. la sueur de 
mon front pour aller les tetQuer k la t£te des crdan- ^ 
ciers de mon pfere. MH^ 

— Et si monsieur votre p^re dtait, d'ici k quelques 
jours, declare en faillite ? 25 

— Monsieur, d'ici k quelques jours, je me nommerai^v 
le comte d'Aubrion. Vous entendez bien que ce me 
sera parfaitement indifferent. D'ailleurs, vous savez 
mieux que moi que, quand un homme a cent mille 
livres de rente, son phre n'a jamais fait faillite, ajouta- 30 
t-il en poussant poliment le sieur des Grassins vers la 
porte. 

Au commencement du mois d'aoiit de cette ann^e^ 



EUGENIE GRANDET. 2XJ 

Eugenie ^tait assise sur le petit banc de bols oh son 
cousin lui avait jur^ un dternel amour, et ou elle venait 
dejeuner quand il faisait beau. La pauvre fille se 
complaisait en ce moment, par la plus fraiche, la plus 
5 joyeuse matinee, k repasser dans sa m^moire les grands, 
les petits ^v6nements de son amour, et les catastrophes 
dont il 2iV2dt 6t6^smuL^^e soleil ^clairait le joli pan 

de mur toutTenam?, pySi^> mPi^^FPy ^i>^"q^^^ i^ ^^^.it 
d^fendu de touchei^eTpSff iJTmiB^u^^^ritifere, quoi- 
lo que Comoiller r^pdtdt souvent k sa f emme qu'on serait 
^crasd dessous quelque jour. En ce moment, le fac- 
teur de la poste frappa, remit une lettre k madame 
Comoiller, qui vint au jardin en criant : 

— Mademoiselle, une lettre I 

15 Elle la donna k sa maitresse en lui disant : 

— C'est-il celle que vous attendez ? 

Ces mots retentirent aussi fortement au coeur d'Eu- 
g^nie qu'ils retentirent rdellement entre les murailles 
de la cour et du jardin. 

20 — Paris ! . . . C'est de lui ! II est revenu. 

Eugenie pilit, et garda intacte la lettre pendant un 
moment. Elle palpitait trop vivement pour pouvoir la 
d^cacheter et la lire. La grande Nanon resta debout, 
les deux mains sur les hanches, et la joie semblait 

25s'^chapper comme une fum^e par les crevasses de 

•> son brun visage. 

— Lisez done, mademoiselle . . . 

— Ah I Nanon, pourquoi revient-il par Paris, quand 
il s'en est alM par Saumur ? 

30 — Lisez, vous le saurez. 

Eug^nieJddya^ljgtaK la lettre en tremblant. II eu 
tomba un mancUfrKir la maison Madame des Grassins 
et Correty de Saumur. Nanon le ramassa. 



2l8 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

" Ma ch^re cousine . . ." 

— Je ne suis plus Eugenie, pensa-t-elle ; et son coeur 
se serra. 5 

"Vous.. » 

— II me disait : fu / 

Elle se croisa les bras, n'osa plus lire la lettre, et de lo 
grosses larmes lui vmrent aux yeux. 

— £st-il mort ? demanda Nanon. 

— II n'^crirait pas 1 dit Eugdnie. 
Elle lut toute la lettre que voici : 

IS 

" Ma chfere cousine, vous apprendrez, je le crois, 

avec plaisir, le succbs de raes entreprises. Vous m'avez 
port^ bonheur, je suis revenu riche, et j'ai suivi les con- 
seils de mon oncle, dont la mort et celle de ma tante 
viennent de m'^tre apprises par M. des Grassins. La 20 
mort de nos parents est dans la nature, et nous devons 
leur succdder. J'esp^re que vous dtes aujourd'hui con- 
sol^e. Rien ne r^siste au temps, je Tdprouve. Oui, 
ma ch^re cousine, malheureusement pour moi, le mo- 
ment des illusions est pass^. Qu^voulegjjjjys ! en 25 
voyageant k travers de nombreux pays, mi r6tl6chi sur 
la vie. D'enfant que j'^tais au d^partf je suis devenu 
homme au retour. Aujourd*hui, je ypense k bien des 
choses auxquelles je ne songeais pas autrefois. Vous 
^tes libre, ma cousine, et je suis libre encore; rien 30 
n'emp^che, en apparence, la r^isation de nos petits 
projets; mais j'ai trop de Ipyaut^ dans le caractbre 
pour vous cacher la situation de mes affaires. Je n'ai 






EUGENIE GRANDET, 219 

point oubli^ que je ne m'appartiens pas ; je me suis 
toujours souvenu, dans mes longues travers^es, du 
petit banc de bois . • . '' 

5 Eugenie se leva comme si elle e^t ^t^ sur des char- ^^ 

bons ardents, et alia s'asseoir sur une des marches de 
la cour. 

**. . . Du petit banc de bois oh nous fious sommes iur^s 
lode nous aimer toujours; du Xoulok, de la salle grise, 
de ma chambre en m^yardey¥f^(e la nuit oil vous 
m'avez rendu, par votre delicate obligeance, mon avenir 
plus facile. Oui, ces souvenirs ont soutenu mon cou- 
rage, et je me suis dit que vous pen siez toujours k moi 
15 comme je pensais souvent h. vous, k Theure convenue 
entre nous. Avez-vous bien regard^ les nuages k neuf 
heures ? Oui, n'est-ce pas ? Aussi, ne veux-je pas 
trahir une amiti^ sacr^e pour moi ; non, je ne dois 
point vous tromper. II s*agit, en ce moment, pour moi, 
2od'une alliance qui satisfait k toutes les id^es que je me 
suis form^es sur le mariage. L'amour, dans le mariage, 
est une chimbre. Aujourd'hui, mon experience me dit 
qu'il faut ob^ir k toutes les lois sociales et r^unir toutes 
les convenances voulues par le monde en se mariant, 
25 Or, d6]k se trouve entre nous une diff 6rence d'ige qui, 
peut-^tre, influerait plus sur votre avenir, ma chfere 
cousine, que sur le mien. Je ne vous parlerai ni de 
vos mceurs, ni de votre Education, ni de vos habitudes, 
^qui ne sonlnuyynent en rapport avec la vie de Paris, 
30 et ne (SR^^Kiieffrsans doute point av ^ JB^^ ^^ ^^jwki^^^S^ 
hMiffJ^ dans mes plans de HmrVn gramT 
imKonTcfe recevoir beaucoup de monde, et je 
crois me souvenir que vous aimez une vie douce et 




c 



220 Sci:N£S D£ LA VIE DE PROVINCE. 

tranquille. Non, je serai plus franc, et veux vous 
faire arbitre de ma situation ; il vous appartient de la 
connaitre, et vous avez le droit de la juger. Aujour- 
d'hui, je poss^de quatre-vingt mille livres de rente. 
Cette fortune me permet de m'unir k la famille d'Au- 5 
brion, dont Th^ritifere, jeune personne de dix-neuf ans, 
m'apporte en manage son nom, un titre, la place de 
gentilhomme honoraire de la chambre de Sa Majesty, 
et une position dto plus brillantes. Je vous avouerai^ 
ma chfere cbusine, que je n'aime pas le moins du monde 10 
mademoiselle d'Aubrion ; mais, par son alliance, j'as- - 
sure k mes enfants une situation sociale dont un jour 
les avantages seront incalculables : de jour en jour, les 
id^es monarchiques reprennent faveur. Done, quel- 
ques ann^es plus tard, mon fils, devenu marquis d*Au- 15 
brion, ayant un majorat de quarante mille livres de 
rente, pourra prendre dans TEtat telle place qu*il lui 
conviendra de choisir. Nous nous devons k nos 
enfants. Vous voyez, ma cousine, avec quelle bonne 
foi je vous expose I'^tat de mon coeur, de mes esp^ 20 
ranees et de ma fortune. II est possible que, de votre 
cot^, vous ayez oubli^ nos enfantillages apr^s sept 
ann^es d'absence ; mais, moi, je n*ai oubli^ ni votre 
indulgence, ni mes paroles ; je me souviens de toutes, 
m£me des plus Idgbrement donndes, et auxquelles un 25 
jeune homme moins consciencieux que je ne le suis, 
ayant un coeur moins jeune et moins probe, ne songe- 
rait m^me pas. £n vous disant que je ne pense qu'k 
faire un manage de convenance, et que je me souviens 
encore de nos amours d'enfants, n*est-ce pas me mettreS^ 
entiferement k votre discretion, vous rendre maitresse 
de mon sort, et vous dire que, s'il faut renoncer k 
mes ambitions sociales, je me contenterai volontiers 



EUGENIE GRANDET. . 221 

de ce simple et pur bonheur duquel vous m'avez offert 
de si touchantes images . . • '^ 

— Tan ta ta. — Tan ta ti. — Tinn ta ta. — Toiin ! — 
SToiin ta ti. — Tinn ta ta..., etc., avait chants Charles 
Grandet sur Fair de Nonpiti andrai^ en signant : 

" Votre ddvoud cousin, 

^ "CHARLES.'' ^i^ ^ 

lo — Tonnerre de Dieu I ^est y mettre des proc^d^s, j 

se dit-il. 

Puis il avait cherch6 le mandat, et il avait ajoutd 
ceci: 

15 "/'.-.S, — Je joins k ma lettre un mandat, sur la mai- 
son des Grassins, de huit mille francs k votre ordre, et 
payable en or, comprenant intdrSts et capital de la 
somme que vous avez eu la bont^ de me prater. J'at- 
tends de Bordeaux une caisse oii se trouvent quelques 

200b jets que vous me permettrez de vous offrir en temoi- 
gnage de mon ^temelle reconnaissance. Vous pouvez 
renvoyer par la diligence mon n^cessaire k Thotel d' Au- 
brion, rue Hillerin-Bertin." 

25 — Par la diligence I dit Eugenie. Une chose pour 
laquelle j'aurais donn6 mille fois ma vie 1 

fipouvantable et complet d^sastre. Le vaisseau 

Ir^ sans laisser ni un cordage ni une planche sur 

le vaste oc^an des espdrances. En se voyant aban- 

3odonn^es, certaines femmes vont arracher leur amant 
aux bras d'une ri\MieiiaAtuent et s'enfuient au bout du 
monde, sur 1 ecfl^f^^xTTnyiiuis la tombe. Cela, sans 
doute, est beau ; le mBttte^le ce crime est une sublime 
passion qui impose it la justice bumaine. D'autr^^ 




222 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

femmes baissent la tSte et souffrent en silence ; elles 
vont mourantes et rdsigndes, pleurant e^ardoimant, 
priant et se souvenant jusqu'au dernier^Wupm^^leci 
est de Tamour, Tamour vrai, Tamour des anges, Tamour 
fier qui vit de sa douleur et qui en meurt. Ce fut le s 
sentiment d' Eugenie aprfes avoir lu cette horrible lettre. 
Elle jeta ses regards au ciel, en pensant aux derniferes 
paroles de sa mere, qui, semblable k quelques mou- 
rants, avait projete sur Tavenir un coup d'oeil p^nd- 
trant, lucide ; puis Eugenie, se souvenant de cette mort lo 
et de cette vie proph^tiques, mesura 4iijP^6g^d toute^ 
p- sa,.destinde. Elle n'avait plus qu'k (fep^JWr^s atlesJTP 
OvH^ieitdre au ciel, et vivre en prifere jusqu'au jour de sa 
d^livrance. 

— Ma mfere avait raison, dit-elle en pleurant. Souf- 15 
frir et mourir. 

Elle vint k pas lents de son jardin dans la salle. 
Contre son habitude, elle ne passa point par le couloir ; 
mais elle retrouva le souvenir de son cousin dans ce 
vieux salon gris, sur la chemin^e duquel ^tait toujours 20 
une certaine soucoupe dont elle se servait tons les ma- 
tins k son ddjeuner, ainsi que du sucrier de vieux sbvres. 
Cette matinee devait ^tre solennelle et pleine d'dvdne- 
ments pour elle. Nanon lui annonga le curd de la 
paroisse. Ce curd, parent des Cruchot, dtait dans les 25 
intdr^ts du president de Bonfons. Depuis quelques 
jours, le vieil abbd Tavait ddtermind k parler k made- 
moiselle Grandet, dans un sens purement religieux, de 
Tobligation oh elle dtait de contracter mariage. En 
voyant son pasteur, Eugdnie crut qu'ilvgDaii«kercher 30 
les mille francs qu'elle donnait rmmfflenemettf aux 
pauvres, et dit k Nanon de les aller chercher ; mais le 
curd se prit k sourire. 



EUGENIE GRANDET. 223 

— Aujourd'hui, mademoiselle, je viens vous parler 
d'une pauvre fille h. laquelle toute la ville de Saumur 
s'int^resse, et qui, faute de charity pour elle-m^me, ne 
vit pas chrdtiennement. 

5 — Men Dieu ! monsieur le curd, vous me trouvez 
dans un moment oil 11 m'est impossible de songer h 
mon prochain, je suis tout occupde de moL Je suis 
bien malheureuse, je n^ai d'autre refuge que F^lise ; 
elle a un sein assez large pour contenir toutes nos dou- 
k lo leur^ e^^tkcnf^^its^^sez fdconds pour que nous ^^ 
^^2222322^ 'pMKr sans craindre de les tarir. 'Vt^^WV**^'*'*! 
"^^^EinSten, mademoiselle, en nous occupant de cette ' 

fille, nous nous occuperons de vous. £coutez ! si vous 
voulez faire votre salut, vous n'avez que deux voies k 
issuivre : ou quitter le monde ou en suivre les lois ; obdir 
h votre destinde terrestre ou k votre destinde cdleste. 

— Ah ! votre voix me parle au momentdDUie voulais 
entendre une voix. Oui, Dieu vous adresse^rci, mon- 
sieur. Je vais dire adieu au monde et vivre pour Dieu 

2oseul dans le silence et la retraite. 

— II est ndcessaire, ma fille, de longtemps rdfidchir 
h ce violent parti. Le mariage est une vie, le voile est 
une mort. 

— Eh bien, la mort, la mort promptement, monsieur 
25 le curd 1 dit-elle avec une effrayante vivacitd. 

— La mort ? Mais vous avez de grandes obligations 
k remplir envers la socidtd, mademoiselle. N'^tes-vous 
done pas la m^re des pauvres auxquels vous donnez 
des v^tements, du bois en b^^^^t* du travail en dtd ? 

30 Votre grande fortune est un •prHP^u'il faut ^^^^^^ifpX^Aji^ 
vous Tavez saintement acceptde ainsi. Vous ensevenr^^ 
dans un couvent, ce serait de Tdgoisme ; quant k rester 
vieille fille, vous ne le devez pas. D'abord, pourriez- 



224. SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, 

vous giver seme votre immense fortune ? Vous la per- 
driez peut-^e. Vovi§aj|riez bientot mille procbs, et 
vous seriez'flfflg^ff^"^ d'inextricables difficult^s. 
Croyez votre pasteur: un ^poux vous est utile, vous 
devez conserver cefl^^^fu vous a donnd Je vous 5 
parle comme k une'J^nn€\:hdrie. Vous aimez trop 
sincbrement Dieu pour ne pas faire votre salut au 
milieu du monde, dont vous 6tes un des plus beaux 
ornements et auquel vous donnez de saints exemples. 

En ce moment, madame des Grassins se fit annoncer. lo 
Elle venait amende par la vengeance et par un grand 
ddsespoir. 

— Mademoiselle /^fcdit-elle. — Ah ! voici M. le 
curd... Je meHfM^je venais vous parler d'affaires, 
et je vols que vous fites en grande conference. 15 

— Madame, dit le curd, je vous laisse le champ 
libre. 

— Oh ! monsieur le curd, dit Eugdnie, revenez dans 
quelques instants, votre appui m'est en ce moment 
bien ndcessaire. 20 

— Oui, ma pauvre enfant, dit madame des Grassins. 

— Que voulez-vous dire ? demandbrent mademoiselle 
Grandet et le curd. 

— Ne sais-je pas le retour de votre cousin, son ma- 
nage avec madeni^^le d'Aubrion ? . . . 
n'a jamais son el^JnTOans sa poche., 

Eugdnie rougit et resta muette ; mal 
^affecte^ k Tavenir Timpassible contenarfce qu'avait 
(reno^son pfere. 

— Eh bien, madame, rdpondit-elle avec ironie, j'ai3o 
sans doute I'esprit dans ma poche, je ne comprends 
pas. Parlez, parlez devant M, le curd, vous savez 
qu'il est mon directeur. 





EUGENIE GRANDET. 225 

— Eh bien, mademoiselle, voici ce que des Grassins 
m'^crit. Lisez. 

Eugdnie lut la lettre suivante : 

5 " Ma ch^re femme, Charles Grandet arrive des Indes, 
11 est k Paris depuis un mois . . ." 

— Un mois 1 se dit Eugenie en laissant tomber sa 
main. 

lo Aprfes une pause, elle reprit la lettre. 

'^ • • . II m'a f allu f aire antichambre deux f ois avant 
de pouvoir parler k ce futur comte d'Aubrion. Quoi- 
que tout Paris parle de son mariage, et que tons les 
1 5 bans soient publics •• • 

— II m'dcrivait done au moment oh ... ? se dit Eu- 
genie. 

Elle n'acheva pas, elle ne s'dcria pas comme une 
20 Parisienne : it^JjGMjissoijb^" Mais, pour ne pas ^tre 
exprimd, le ra^ris^WnT|(irpas moins complet. 



"... Ce mariage est loin de se f aire ; le marquis m 

d'Aubrion ne dbnnera pas sa fille au fils d'un banque>^\VUfrV 
routier. Je suis venu lui faire part des soins que, son » 



oncle et ^^i^iipi^^ypjis donnds aux affaires de son 
pbre, et de^TSBTieSrnfthoeuvres par lesquelles nous 
avons su faire tenir les cr^anciers tranquilles jusqu'au- 
jourd'hui. Ce petit impertinent n*a-t-il pas eu le front 
30 de me r^pondre, k moi qui, pendant cinq ans, me suis 
ddvou^ nuit et jour k ses int^r^ts et k son honneur, que ^ 
Us affaires de sonphre tCktaient pa^ les siennes I Un agr^^ iuJ^^^C^ 
serait en droit de lui demander trente k quarante mille '^ 



226 SCiiNES DE LA VIE DE PROVINCE. 





francs d'hohoraires, k un pour cent sur 
creances. 'Mais, patience, il est bien IdglHIi^ki^eiil ^H 
douze cent mille francs aux cr^anciers, et je vais faire 
declarer son p^re en faillite. Je me ^uis enjparaujf^ 
dans cette affaire sur la parole de ce vieux^taimMi^aey 
Grandet, et j'ai fait des promess^aunom dela famille. 
Si M. le comte d'Aubrion seftouaeT)eu de son hon- 
neur, le mien m'int^resse fort. Aussi vais-je expliquer 
ma position aux crdanciers. N^anmoins, j*ai trop de 
respect pour mademoiselle Eugenie, k Talliance deio 
laquelle, en des temps plus heureux, nous avions pens6, 
pour agir sans que tu lui aies parlfe de cette affaire • • . * , 

k ♦ ^ ^5;^ Eugenie rendit froidement la lettre sans I'a- 
■rU^^u^er. 15 

^ — Je vous remercie, dit-elle k madame des Grassins ; 

nous verrons cela . . . 

— En ce moment, vous avez toute la voix de d^funt 
votre pfere, dit madame des Grassins. 

— Madame, vous avez huit mille cent francs d'or2o 
k nous compter, lui dit Nanon. QmjL/\fsf^ "^^^^-l 

— Cela est vrai ; faites-moi Ps^ml^ de venir arec 
moi, madame Cornoiller. 

— Monsieur le cur^, dit Eugenie avec un noble sang- 
froid QueJiii dpHna*la pens^e qu'elle allait exprimer, 25 
serawft^^'^fcner que 3e demeurer en ^tat de virginity 
dans le mariage ? 

— Ceci est un cas de conscience dont la solution 
m'est inconnue. Si vous voulez savoir ce qu'en pense 
en sa Somme De matrimonio le c^l^bre Sanchez, jeja 
pourrai vous le dire demain. 

Le curd parti t. Mademoiselle Grandet monta dans 
le cabinet de son p^re et y paes^ la joumde seule, saiit 



' « ^ ^ ^^ «« .^%«*i 



EUGENIE GRANDET. 227 

vouloir descendre k Theure du diner, malgr^ les in- 
stances de Nanon. Elle parut le soir, k Theure ou les 
habitues de son cercle arrivbrent. Jamais le salon des 
Grandet n'avait ^t^ aussi plein qu'il le fut pendant 
Scette soiree. La nouvelle du retour et de la sotte tra- 
hison de Charles avait et^ r^pandue dans toute la ville. 
Mais, quelque attentive que f(it la curiosity des visi- 
elle ne fut point satisfaite. Eugenie, qui s'y ^tait 
ue, ne laissa percer sur son visage calme aucune 

10 des cruelles Amotions qui Tagitaient. Elle sut prendre 
une figure riante pour r^pondre k ceux qui voulurent 
lui tdmoigner de Tint^r^t par des regards ou des paroles 
m^lancoliques. Elle sut enfin couvrir son malheur 
sous les voiles de la politesse. Vers neuf heures, les 

15 parties finissaient, et les joueurs quittaient leurs tables, 
se payaient et discutaient les derniers coups de whist 
en venant se joindre au cercle des causeurs. Au mo- 
ment oU I'assembl^e se leva en masse pour quitter le 
salon, il y eut un coup de th^itre qui retentit dans 

20 Saumur, de \k dans Parrondissement et dans les quatre 
prefectures environnantes. 

— Restez, monsieur le president, dit Eugenie k M. 
de Bonfons en lui voyant prendre sa canne. 

A cette parole, il n'y eut personne dans cette nom- 
25breuse assemblde qui ne se sentit ^mu. Le president 
pilit et fut oblig^ de s'asseoir. 

— Au president les millions, dit mademoiselle de 
Gribeaucourt. 

— C'est clair, le president de Bonfons Spouse made- 
3omoiselle Grandet^^jcriigiira4ame d'Orsonval. 

— Voilk le meillgirxoup ae la partie, dit Tabb^. 

— C'est un beau s chlee m^ dit le notaire. 

Chacun dit son m A^hacun fit son calembour, tous 





228 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 



) 



voyaient Th^ritibre mont^e sur ses millions, comme sur 
un piddestal. Le drame commence depuis neuf ans 
se ddnouait. Dire, en face de tout Saumur, au presi- 
dent d^ester, n'dtait-ce pas annoncer qu'elle voulait 
faire de lui son mari ? Dans les petites villes, les 5 
convenances sont si sdvbrement observees qu'une 
infraction de ce genre y constitue la plus solennelle 
des promesses. 

— Monsieur le president, lui dit Eugenie d'une voix 
^mue quand ils furent seuls, je sais ce qui vous plait lo 
en moi. Jurez de me laisser libre pendant toute ma 
vie, de ne me rappeler aucun des droits que le manage 
vous donnerait sur riioi, et ma main est k vous. Oh ! 
reprit-elle en le voyant se mettre k ses genoux, je n'ai 
pas tout dit. Je ne dois pas vous tromper, monsieur. 15 
J'ai dans le coeur un sentiment inextinguible. L'amitid 
sera le seul sentiment que je puisse accorder k mon 
mari : je ne veux ni I'offenser, ni contrevenir aux lois 
de mon coeur. Mais vous ne poss^derez ma main et 
ma fortune qu'au prix d'un immense service. 20 

— Vous me voyez pr^t k tout, dit le president. 

— Voici quinze cent mille francs, monsieur le presi- 
dent, dit-elle en tirant de son sein une reconnaissance 
de cent actions de la Banque de France, partez pour 
Paris, non pas demain, non pas cette nuit, mais k rin-2q 
stant m^me. Rendez-vous chez M. des Grassins,sache2- 

y le nom de tous les cr^anciers de mon oncle, rassem-^^* 

blez-les, payez tout ce que sa succession pent devoirf'^ '^ 

capital et intdr^ts k cinq p^ 

dette jusqu*k celui du rei 

faire faire une quittance gdn^rale et 

forme. Vous ^tes magistrat, je ne me fie qu*k vous en 

cette affaire, Vous £tes un homme loyal, un galant 




EUGENIE GRANDET. 229 



7:.trjt 



homme, je m'embarquerai sur la foi de 
pour traverser les dangers de la vie 
nom. Nous aurons Tun pour Tautre ufte mutuelle in- 
dulgence. Nous nous connaissons depuis si longtemps, 

S nous sommes presque parents, vous ne voudriez pas 
me rendre malheureuse. 

Le president tomba aux pieds de la riche hdritibre 
en palpitant de joie et d'angoisse. 
— Je serai votre esclave 1 lui dit-il. 

lo — Quand vous aurez la quittance, monsieur, reprit- 

elle en lui jaiigtun regard froid, vous la porterez avec 

tous lesrBres^Sniion cousin Grandet, et vous lui remet- 

trez cette lettre. A votre retour, je tiendrai ma parole. 

Le president comp|iJbr4ui, qu'il devait mademoiselle 

IS Grandet h un'xnMfSiihoureux ; aussi s*empressa-t-il 
d'ex^cuter ses orares avec la plus grande promptitude, 
afin qu'il n'arrivit aucune reconciliation entre les deux 
amants. 

Quand M, de Bonfons fut parti, Eugenie tomba sur 

20 son fauteuil et fondit en larmes. Tout ^tait consomm^. 
Le president prit la poste, et se trouvait h Paris le len- 
demain soir. Dans la matinee du jour qui suivit son 
arriv^e, il alia chez des Grad^n^^^e magistrat con- 
voqua les cr^anciers en rraBp%fKiotaire oli ^talent 

25(1^008^81 les titres, et chez requel pas un ne faillit k 
BifppW!* Quoique ce f ussent des cr^anciers, il faut leur 
rendre justice : ils furent exacts. lA, le president de 
Bonfons, au nom de mademoiselle Grandet,. leur paya 
le capital et les intdr^ts dus. Le payement des intdr^ts 

30 fut pour le commerce parisien un des 6vdnements les 
plus dtonnants de Tdpoque. Quand la quittance fut 
enregistr^e et des Grassins pay^ de ses soins par le 
don d'une somme de cinquante mille francs que lui 



230 -.ScfeNES tf)E LA VIE DE PROVINCE. 

avait allou^e Eugenie, le president se rendit k Thotel 
d'Aubrion, et y trouva Chajp^ au ^ jg;|» n y nt gl^ \ il ren- 
trait dans son appartement JWdtT)Iepar*<i A Beau-pfere. 
Le vieux marquis venait de lui declarer que sa fille ne 
lui appartiendrait qu'autant que tous les cr^anciers 5 
de Guillaume Grandet seraient sold^s. 
^^ Le president lui remit d'abord la lettre suivante : 

" Mon cousin, M. le president de Bonfons s'est char- 
ge de vous remettre la quittance de toutes les sommes 10 
dues par mon oncle et celle par laquelle je reconnais 
les avoir re9ues de vous. On m'a parM de faillite I 
J'ai pens^ que le fils d*un failli ne pourrait peut-^tre 
pas dpouser mademoiselle d'Aubrion. Qui, mon cou- 
sin, vous avez bien jug^ de mon esprit et de mes 15 
mani^res : je n'ai sans doute rien du monde, je n'en 
connais ni les calculs ni les moeurs, et ne saurais vous 
y donner les plaisirs que vous voulez y trouver. Soyez 
heureux, selon les conventions sociales auxquelles vous 
sacrifiez nos premieres amours. Pour rendre votreso 
bonheur complet, je ne puis done plus vous offrir que 
rhonneur de votre p^re. Adieu, vous aurez toujours 
une fiddle amie dans votre cousine, 

'* EUGENIE." 

Le president sourit de Pexclamation que ne put 
r^primer cet ambitieux au moment oh il regut Tacte 
authentique. 

— Nous nous annoncerons r^ciproquement nos 
manages, lui dit-il. 30 

— Ah ! vous dpousez Eugenie ? Eh bien, j*en suis 
content, c'est une bonne fille. Mais, reprit-il, frapp^ tout 
k coup par une reflexion lumineuse, elle est done riche ? 



I 



EUGENIE GRAND£T. ^231 

— Elle avait, r^pondit le president d'un air gogue- 
nard, pr^s de dix-neuf millions, il y a quatre jours ; mais 
elle n'en a plus que dix-sept aujourd'hui. 

Charles regarda le president d'un air h^b^t^. 
S — Dix-sept . . . mil . . . 

— Dix-sept millions, oui, monsieur. Nous r^unis- 
sons, mademoiselle Grandet et moi, sept cent cinquante 
mille livres de rente, en nous mariant. 

— Mon cher cousin, dit Charles en retrouvant un 
lopeu d'assurance, nous pourrons nous pousser Tun 

Tautre. 

— D'accord, dit le president. Voici, de plus, une 
petite caisse que je dois aussi ne remettre qu'k vous, 
ajouta-t-il en deposant sur une table le coifret dans 

15 lequel ^tait la toilette. 

— Eh bien, mon cher ami, dit madame la marquise 
d'Aubrion en entrant sans faire attention k Cruchot, ne 
prenez nul souci de ce que vient de vous dire ce pauvre 
M. d'Aubrion, k qui la duchesse de Chaulieu avait 

2otourn^ la t^te. Je vous le r^pfete, rien n'emp^chera 
votre mariage . . . 

— Rien, madame, r^pondit Charles. Les trois 
millions autrefois dus par mon p^re ont ^t6 sold^s 
hier. 

25 — En argent ? dit-elle. 

— Int^gralement, int^r^ts et capital, et je vais faire 
T6habiliter sa mdmoire. 

— Quelle b^tise ! s*^cria la belle-mbre. — Quel est ce 
monsieur ? dit-elle k Toreille de son gendre, en aperce- 

3ovant le Cruchot. 

— Mon homme d'affaires, lui r^pondit-il k voix basse. 
La marquise salua dddaigneusement M. de Bonfons 

et sortit. 



232 SCENES DE LA VIE DE PROVINCE. 

— Nous nous poussons d^jk, dit le president en pre- 
nant son chapeau. Adieu, mon cousin. 

— II se moque de moi, ce kakatofes de Saumur. 
J'ai envie de lui donner six pouces de fer dans le 
ventre. 5 

Le president dtait parti. Trois jours apr^s, M. de 
Bonfons, de retour h, Saumur, publia son manage avec 
Eugenie. Six mois apr^s, il dtait nomme conseiller h la 
cour royale d'Angers. Avant de quitter Saumur, Eug6- 
nie fit fondre Tor des joyaux si longtemps pr^cieux k 10 
son coeur, et les consacra, ainsi que les huit mille francs 
de son cousin, k un ostensoir d'or et en fit present k la 
paroisse oli elle avait tant pri^ Dieu pour /ui/ Elle 
partagea d*ailleurs son temps entre Angers et Saumur. 
Son mari, qui montra du d6vouement dans une circon- 15 
stance politique, devint president de chambre, et enfin 
premier president au bout de quelques ann^es. II 
attendit impatiemment la r^^lection gen^rale afin 
d'avoir un si^ge k la Chambre. II convoitait d6]k la 
pairie, et alors ... ao 

— Alors, le roi sera done son cousin ? disait Nanon, 
la grande Nanon, madame Cornoiller, bourgeoise de 
Saumur, k qui sa mattresse annongait les grandeurs 
auxquelles elle ^tait appeMe. 

Ndanmoins, M. le president de Bonfons (il avait 25 
enfin aboli le nom patronymique de Cruchot) ne par- 
vint k r^aliser aucune de ses id^es ambitieuses. II 
mourut huit jours aprfes avoir ^t^ nomm^ d^put^ de 
Saumur. Dieu, qui voit tout et ne frappe jamais k 
faux, le punissait sans doute de ses calculs etde rhabi-30 
\et6 juridique avec laquelle il avait minute, accurante 
Cruchot^ son contrat de mariage oil les deux futurs 
dpoux se donnaient Tun k Tautre, au cas oi Us n^au^ 



EUGENIE GRANDET. 233 

raient pas ePenfants, runiversalitk de leurs biens, tneubles 
et immeuhles^ sans en rien excepter ni riserver, en toute 
propriStiy se dispensant mtme de la formalitk de Finven" 
tairey sans que F omission dudit inventaire puisse Hre 

5 opposh h leurs hkritiers ou ayants cause, entendant que 
ladite donation soil, etc. Cette clause peut expliquer le 
profond respect que le president eut constamment pour 
la volontd, pour la solitude de madame de Bonfons. 
Les femmes citaient M. le premier president comme 

10 un des hommes les plus d^licats, le plaignaient et 
allaient souvent jusqu'^- accuser la douleur, la passion 
d'Eug^nie, mais comme elles savent accuser une femme 
avec les plus cruels managements. 
— II faut que madame la pr^sidente de Bonfons soit . 

isbien souf&ante pour laisser son marl seul. Pauvre 
petite femme I Gudrira-t-elle bientot ? Qu'a-t-elle done, 
une gastrite, un cancer ? Pourquoi ne voit-elle pas des 
m^decins ? EUe devient jaune depuis quelque temps ; 
elle devrait aller consulter les c^ldbrit^s de Paris. 

20 Comment peut-elle ne pas ddsirer un enfant? Elle 
aime beaucoup son marl, dit-on ; comment ne pas lui 
dpnner d'hdritier, dans sa position ? Savez-vous que 
cela est affreux ; et si c'^tait par I'effet d'un caprice, il 
strait bien condamnable . . . Pauvre president ! 

»5 Dou^e de ce tact fin que le solitaire exerce par ses 
perp^tuelles meditations et par la vue exquise avec 
laquelle il saisit les choses qui tombent dans sa sphere, 
Eugenie, habitude par le malheur et par sa dernibre 
&lucation k tout deviner, savait que le president ddsi- 

prait sa mort pour se trouver en possession de cette im-, 
mense fortune, encore augment^e par les successions de 
son oncle le notaire et de son oncle I'abb^, que Dieu, 
ei|t la fantaisie d'appeler k lui. La pauvre recluse 



2^. SCENES DE LA VIE DE PROVINCE, 

avait piti^ du president. La Providence la vengea des 
calculs et de Tinfime indifference d'un ^poux qui res- 
pectait, com me la plus forte des garanties, la passion 
sans espoir dont se nourrissait Eugenie. Donner la 
vie k un enfant, n'^tait-ce pas tuer les esp^rances de 5 
r^goisme, les joies de T ambition caressdes par le pre- 
1 mier president ? Dieu jeta done des masses d'or k sa 
prisonnifcre, pour qui Tor ^tait indifferent et qui aspi- 
rait au ciel, qui vivait, pieuse et bonne, en de saintes 
pens^es, qui secourait incessamment les malheur^uxio 
en secret. Madame de Bonfons fut veuve k trente-trois 
ans, riche de huit cent mille livres de rente, encore 
belle, mais comme une femme est belle k prfes de qua- 
rante ans. Son visage est blanc, reposd, calme. Sa 
voix est douce et recueillie, ses maniferes sont simples. « 5 
Elle a toutes les noblesses de la douleur, la saintet^ 
d'une personne qui n'a pas souilW son kme au contact 
du monde, mais aussi la raideur de la vieille fille et les 
habitudes mesquines que donne Texistence ^troite de 
la province. Malgrd ses huit cent mille livres de rente, 20 
elle vit comme avait v^cu la pauvre Eugenie Grandet, 
n'allume le feu de sa chambre qu'aux jours oti jadis 
son phre lui permettait d*allumer le foyer de la salle, et 
I'eteint conformdment au programme en vigueur dans 
ses jeunes ann^es. Elle est toujours v^tue comme 25 
retait sa m^re. La maison de Saumur, maison sans 
soleil, sans chaleur, sans cesse ombragee, m^lancolique, 
est rimage de sa vie. Elle accumule soigneusement 
ses revenus, et peut-^tre semblerait-elle parcimonieuse 
si elle ne d^mentait la m^disance par un noble emploi 30 
de sa fortune. De pieuses et charitables fondations, 
un hospice pour la vieillesse et des ^coles chr^tiennes, 
pour les enfants, une bibliothbque publique richemefit 



KU01&NIE GRANDET. 235 

dot^e, t^moignent chaque ann^e centre ravarice que lui 
reprochent certaines personnes. Les ^glises de Sau- 
mur lui doivent quelques embellissements. Madame 
de Bonfons que, par raillerie, on appelle mademoiselle^ 
inspire g^n6ralement un religieux respect. Ce noble S 
coeur, qui ne battait que pour les sentiments les plus 
tendres, devait done ^tre soumis aux calculs de Fint^ 
r^t humain. L'argent devait communiquer ses jteintes 
froides k cette vie celeste, et donner de la defiance 
pour les sentiments k une femme qui ^tait tout senti- 10 
ment 

— II n'y a que toi qui m'aimes, disait-elle \ Nanon. 

La main de cette femme panse les plaies secretes de 
toutes 'les families. Eugenie marche au ciel accompa- 
gn^e d'un cortege de bienfaits. La grandeur de son 15 
dme amoindrit les petitesses de son Education et les 
coutumes de sa vie premiere. Telle est Thistoire de 
cette femme, qui n'est pas du monde au milieu du 
monde ; qui, faite pour ^tre magnifiquement dpouse et 
mbre, n'a ni mari, ni enfants, ni famille. Depuis quel- 20 
ques jours, 11 est question d'un nouveau mariage pour 
elle. Les gens de Saumur s'occupent d'elle et de M. 
le marquis de Froidfond, dont la famille commence k 
cerner la ridie veuve comme jadis avaient fait les Cru- 
chot. Nanon et Comoiller sont, dit-on, dans les int^25 
r^ts du marquis ; mais rien n'est plus faux. Ni la 
grande Nanon ni Cornoi.ler n'ont assez d'esprit pour 
comprendre les corruptions du monde. 

Puis, sqytembre 1833. 3q 



INDES:. 



Cm peraonnages qui figurem dans ce volume se retrouvent dans 

les ouvrages suivants : 

CQianlieu (EWonore de). j^r^s Employes 



M^moires de Deux Jeunes Ma- 
rines. 

Hodeste Mignon. 

Grandet (Guillaume). 

La Maison Nucingen. 

Qraadet (Charles). 

La Maison Nucingen. 
Keller (Fran9oi8). 

La Paix du Manage. 

C^sar Birotteau. 

Les Employes. 

Le D^put^ d'Arcis. 

Lnpeanlx (Chardin des). 

La Muse du D^partement. 

Un Manage de Garden. 

Illusions perdues. 

Les Employes. 

Splendeurs et Mis^res des Cour- 
tisanes. 

Ursule Mirouet 

KathanCSophieX 
La Muse du D^partement. 
Illusions perdues. 
Splendeurs et Mis^res des Coui^ 



Lfn Menage de Gar9on. 

Ursule Mirouet. 

La Fausse Mattresse. 

Un Prince de la Boh^me. 

Une Fille d'Eve. 

Les Com^diens sans le savoir. 

Knoingen (Delphine deX 
Le Pfere Goriot. 
Histoire des Treize. 
C^sar Birotteau. 
Melmoth reconcili^. 
Illusions perdues. 
L'Interdiction. 
Splendeurs et Mis^res des Conr- 

tisanes. 
Modeste Mignon. 
La Maison Nucingen. 
Aiitre Etude de Femme. 
Une Filled' Eve. 
Le Depute d'Ards. 

C^sar Birotteau. 

Un Manage de Gar90ii. 

Pierrette. 

La Vendetta. 



NOTES. 



!• I. n M tronye, there is, there are, when used impersonally ; 
otherwise it means to be or happened to be, as in Je me trouvais 
dans la rue lorsque cet accident est arrive ^ I was or happened to 
be in the street when this accident occurred. 

8. Landef. Note the change of meaning which this word has 
undergone ; its origin is the same as that of the English land. 
The French word is always applied to waste lands or moors. In 
the twelfth century it also meant a wood. 

1 1. Oisementi (always used in the plural), bones of dead bodies, 
dead animals. Os means bones in general. 

15. Appui de la oroitee, window-sill. Crois^e^ a synonym of 
fenitrCf is derived from the past part, of croisevy to cross, because 
. of the old-style windows which were divided in the shape of a 
cross, as may be seen in cathedrals. 

18. Sanmnr (Lat. Salmurium)^ a town of France in the old 
province of Anjou, distant from Paris 297 kilometres, from 
Angers 48. It has a charming situation on the left bank of the 
Loire, at the foot and on the acclivity of a hill that is crowned by 
a fortress {chdteau — fort) affording extensive views. A fine 
stone bridge over the Loire connects the city with the ^^ faubourg 
de la Croix- Verted and large and greatly improved embank- 
ments protect it from inundations, which previously were not 
infrequent at this point of the river. At the time of the Reforma- 
tion Saumur was among the first to embrace Calvinism, and it 
was remarkably prosperous (especially under the governorship 
of Duplessis-Mornay — 1 589-162 1 ,— who built a Protestant church 

237 



238 NOTES, [2 — 

and founded a Protestant academy) until the repeal of the Edict 
of Nantes (1681), which reduced the population to 6000 from 
25,000, which the ciiy had before the Protestants abandoned it. 
To-day it has a population of only 14,187 ; this may partly be 
due to the comparatively greater importance that cities nearer 
ihe ocean have gradually gained since the discovery of America. 
Its chief attraction is a military scboei for officers and non-com- 
missioned officers of cavalry. Its commerce is in grains, wines, 
hemp, tufa-stone, etc. Among the Celtic and Roman remains 
found in the suburbs are the dolmen of Bagneux and the amphi- 
theatre of Dou6, respectively 2 and 17 kilometres from the city. 
The meaning of the name Saumur is not determined. The first 
name of the place was Mur, because of a cliff situated in the 
eastern part of the city, into which grottoes were excavated by 
the first inhabitants (fourth century) to serve as dwelling-places. 
This cliff looked like a wall, and is still to be seen. In the tenth 
century the place was at first called Saulmeur. 
2. 2. Fropre. Discriminate propre, meaning clean, as in this case, 
from propfty meaning own, as in c*est son propre fils, it is his own 
son ; en main propre, in one's own hand. 

10. Xftdrier, timber. 

12. Bes-de-ohaoBsee. ground-floor. Lit., even with the street. 
ReZt here a prep., was formerly used adjectively also, and had the 
same meaning as ras (shaved, sheared), a word of more recent 
formation. . Both words are derived from the Latin rasus, past 
part, of radere. ChaussL^ in Engl, causey (causeway is now 
known to be a false form), comes from calceata or calciata (via), 
prop, the feminine form, according to Littr^, of calceaius or 
calciatus chauss/e, shod, in L. L. foul/, trodden down. Hence 
chauss/e, that part of the soil which has been trodden down, 
a road paved with stones, timber, etc., the middle of a street, an 
embankment, a dike. Cf. the old French forms caucee, cauchie, 
cauchiee, caucie, caulchee with the M. E. cauci, kauce, cauchie, 
cawchiee, 

16. Un toit en oolombage, a timbered roof plastered. Cohtn- 
bage is a word used in building, in place of colonnade, to desig- 



—a] NOTES. 239 

nate a row of beams. It is derived from colombe^ an alteration 
of colonne (Lat. columna). Colotnbey in carpentry, means a large 
beam. 

17. Bardeanz, shingles. 

19. Scnli^are. The/ is silent, as also in derivatives. 

26. Ligueur, a partisan of the League. The league referred 
to is known as the '* Holy League" {la Sainte Ligue). It was 
organized in 1576 by the Duke of Guise,— seemingly to maintain 
the preponderance of the Catholic Church and to fortify the 
power of the king (Henry III.) against the armed Protestants ; 
in reality to exclude the Protestant princes of the blood from the 
succession to the throne, and thus promote the chances of the 
Duke to the crown, to which he aspired and even pretended to 
have a claim. 

27. Henri IV, King of France and Navarre, surnamed "The 
Great and the Good," was born in 1553 ; he died in 1610, assas- 
sinated by Ravaillac, a Catholic fanatic. The popularity of this 
king in France may be compared with that of Henry VIII. in 
England. 

28. Noblesse de olochee, or better, noblesse de la cloche^ gentils- 
hommes de la cloche^ descendants of mayors and aldermen in 
towns where such position ennobled them. The expression de 
la cloche comes from the fact that the meetings of aldermen were 
called together by the ringing of the bells. 

30. il pans hourdee, roughly plastered wooden angles. Pan is 
derived from the Latin pannus^ and in building means angle. 
Hourder (Ger. Harde, Engl, to hurdle) is used in masonry for 
work roughly done. 

31. A deifie son rabot, gloried in his plane. 

H6tel (Lat. hospitalem), mansion. Hdtel de ville, city hall. 
Hdtel-Dieu for Hotel de Dieu (in old French possession was 
often expressed by cases), a hospital in Paris. Hdtel means 
also an inn, a hotel, as in English. 
34. Ames, coat of arms^ escutcheon. 
B» 4. (hivrouere, ouvrouer or ouvrouoir (Lat. operarium). Old 
spelling of ^he word ouvroir^ a workshop. 



2^0 NOTES. f4 

6. Ki devantore, ni montre, ni vitrage, neither shop-front, 
■ show-window, nor glass window. 

8. Lear porte est ouverte en denx parties pleines, their dbor 
opens in two halves, i.e. an upper and a lower leaf. 

II. L'air et le jour, the air and light. First meaning of jour 
is daylight. 

1 6. Avec dee barres de fer boulonneefl, with bolted iron bars. 

21. Laiton, brass wire. 

22. Plancher, ceiling. Means also floor. 

22. Cercles, hoops (for casks). 

23. Sayons, shelves. 

4. 2. II pent de tonneanz. The word /ournir, to supply, is to 
be understood. 

5. Foinfon, a cask containing about 89 quarts, a hogshead. ' 
5. Liyre, a franc (20 cents). Under Charles the Great 20 sous 
in silver weighed a pound (12 ounces). Hence the habit of still 
considering 20 cents as representing the value of 12 ounces of 
silver, although sous in silver and of that weight are no long^er 
coined. 

17. Grand' Ene, main street. In old French adjectives like 
grand (also spelt grant: une grant cif/), from the Latin 
grandis, did not take an g in the feminine form because in Latin 
these adjectives were the same in the masculine and feminine. 
In modern French most of them take the e by assimilation to 
the general rule, but some, like Grand* Rue, have retained the old 
spelling, with the addition, however, of an apostrophe, which the 
grammarians of the sixteenth century, not knowing the former 
state of things, deemed proper to add, because they thought the 
e had been suppressed by euphony, as in l^hommey Vdme, Here 
is the list found in Littr6's great Dictionary : 

Grand* bandey anciennement sorte (Torchestre pour danser. Par- 

tout ailleurs une grande bande. 
En grand* c^r/monie, but une grande c^remonie. 
Grand* chambre, une chambre de I'ancien parlement^ but une 

grande chambre (a large room). 
Grand' chkre (faire), to live high. 



— «] NOTES. 241 

Grand*ch0Sff cela ne coiite pas grand*chose^ but une grande 

chose (a great thing). 
Avoir grand* f aim, but une grande faint. 
Grand* garde, sorte de paste avanc/, but une grande garde, i.e. 

une garde nombreuse. 
Avoir grand* hAte, II avait eu grand* hdte de la tnarier. 
Grand* honie in i^ est grand* honie, but une grande honte. 
Avoir grand* peur, but une grande peur, 
Faire grand* pitii, but une grande piti/. 
La Grand* Rue, the main street, but une grande rue (a broad 

street). , 

Grand* salle, salle du palais de justice h Paris, but une grande 

salU, a large hall. 
La grand* sceur, la grand* tante, la grancTmire. 
Note that on account of the apostrophe we now abnormally 
write in the plural grands-pkres with an s and grand*mhes 
without the s. 

18. 8e ohiffirent, are noted down. 

19. Lovii, a gold coin first minted under Louis XIII. in 1640, 
was worth only 10 francs, then 24, since the Revolution only 20. 
Under the first and second empires it was called either a Napo- 
leon or a Louis, 

24. Cloterie, a small plot of land wholly or partly fenced in 
with walls or shrubs and enclosing a cottage. Engl, an enclosure. 

30. Cuite a point, done to a turn. 

33. Let oonsdenoes sont a jour, consciences are open (to 
scrutiny). 
5. 6. Oaiurae, bantered. 

7. Copienx, in Old French, has the meaning of railleur {jeercr) 
and of persijleur (scoffer) ; derived from the verb copier, to copy, 
to mimic, hence to mock. 

19. Benfoncement. recess. 

20. La maison a Orandet. The preposition h before a noun, a 
pronominal adjective, or a pronoun is of popular use, and like de 
expresses possession: Cest la fauie h Voltaire ; c*est le bureau h 
mon Jils ; nous avons un style h nous. 



342 NOTES. 

25. Fen on proa (Prou from Latin probe, according to Menage 
and Diez), little or much. Prou is obsolete; it meant assez, beau- 
coup ; ptu ni prou, in no way, not at all. 

** Vun jura foi de roi, V autre foi de kibou, 
QuHls ne se goberaient leurs petits, peu ni prou /" 

La Fontaine. 

29. Tree a son aiie, very well off ; very comfortable. 

30. Arrondissement, township. In Paris arrondissement means 
ward. See note, p. 16, 1. 4. 

31. Lm biens da olerge, property of the clergy. The Assetn- 
blie constituante considering the possessions of the clergy as be- 
longing to the nation issued a decree by virtue of which such 
property should be placed at the disposal of the state ; four hun- 
dred millions' worth was sold in April, 1790, at a time when naoney 
was scarce. The clergy were indemnified to the extent that a 
regular salary was given to all its members, a pension granted 
to the monks whose convents had been closed, and seventy-seven 
millions of francs were inscribed on the budget for the expenses 
and the personnel of the Church. 

32. Veaait d'epoaser. Venir de followed by an infinitive is 
translated by to have just with past part. 

O. 2. Doables loais. See note, p. 4, 1. 19. 

3. Beaa-pere, father-in-law. The old French vrord pardtre had 
acquired a disparaging sense because of the ending dtre, a suffix 
expressing diminution of quality, as in noirdtre^ blackish ; jaun- 
dtre, yellowish ; or derision, as in foldire, frolicsome ; belUUre, 
foppish, etc. The word beau in connection with phre is better 
understood when we know that in the middle ages beau was a 
term of endearment used between relatives or given to intimate 
friends. To-day only its feminine form {belle) has retained that 
former meaning. It is used familiarly, sometimes with a hint 
of superiority, especially among women, an elder addressing a 
younger one. 

** Adieu, ma chlre belle, j^achhverai cette lettre h Paris, *^ 

Mme. de Sevign^. 



— 6] NOTES. 243 

** AllonSf ma petite belle ^ nous causerons en rout€, dit la duchesse 
en se levant,** — Balzac. 

Belle-mire, beau'jils have also been substituted for mardtre, fil- 
Idtre. The word for daughter-in-law is bru (same origin as the 
English bride ; German Braut). It is, says Diez, the only word 
of German origin expressing relationship. The word belle-fille 
seems also to be used to-day in preference to it. 

4. Domainei nationaax. The properties of the clergy (see note, 
P* 5i 1* 31) ^"<1 of the nobles (see note, p. 6, 1. 15) were classified 
under this heading. 

4. Poor an moreeau de pain, for a trifle. 

9. Donner dans lea nonvolloe idees. Donner dans here has the 
sense of to adopts the same as the English to give in to in the fol- 
lowing sentence: ** This consideration may induce the translator 
to give in to those general phrases " (Pope). Hence the pun 
1. 10) •* /^ tonnellier donnait tout bonnement dans les vignes,** The 
cooper simply gave his whole attention to vines. 

14. Les oi-devant, the former nobles. The nobles having b^en 
deprived of their title during the Revolution, were called first 
"Les ci'devant nobles,* then **Z« ci-devant" the compound ad- 
verb ci'devant (former) used as a noun. 

15. Biens dee emigres, property of the nobles. The nobles 
who just before or during the Revolution fled from France are 
called e'migr/s. Their property, like that of the clergy (see note, 
p. 5, 1. 31), was confiscated. A synonym of /migr^ is /migrant, 
the latter being applied to a man who leaves his country to settle 
abroad, the former to a person who after having left his country 
intends to return. The Protestants who left France after the 
the repeal of the Edict of Nantes were called r//ugi/s. Conan 
Doyle wrote a novel about *' The Refugees." 

18. Une commnnaute de femmes, a community of nuns. 
20. Le bonhomme Orandet. See definition of this word given 
by Balzac, p. 106, 1. 6. 

24. Le bonnet rouge. Liberty cap worn during the Revolution, 
more especially under the Reign of Terror. 

25. Un homme a partieole, a nobleman. The particle de is gen- 



344 NOTES. [7— 

erally used before a title of nobility, although not always a sign 
of nobility. 

30. Cadastrei, assessed. Le cadastre, the town record. 

32. Grace a, thanks to. 
7. 2. La croix de la Legion dlionnear, an order instituted by Na- 
poleon I. as a reward for merit both civil and military. This 
order is composed of ** Grands'croix** ** Grands-officiers,** *' Com- 
mandeurs,** ** Officurs,'* 2Lnd. ** Chevaliers " An annuity is at- 
tached to it, but only for the military staff. 

4. Cinqnante-iept. The/ is silent ; pronounce sh. 

5. Trente-six. Pronounce xdj&ss when not followed by a noun. 
It is carried over as a « when followed by a noun beginning 
with a vowel or a silent h ; otherwise it is silent. six^j>iseaux, 
six^^heures ; but six (st) dents, six (si) hiros, 

21. Bieni au soleil, familiar expression, meaning either im- 
proved or unimproved real estate. Biens-fonds, improved real 
estate. Biens-territoriaux, territorial properties. 

23. Le pliu impoad, the one having the most taxes, therefore 
the richest. 

24. Arpenti. An arpent is an old French land-measure vary- 
ing in different provinces from one acre to one acre and a 
half. 

26. Poin^oni. See note, p. 4, 1. 5. 
8* II. D'aprds la portee, by the extent of. 

9, 7. Tenait da tigre et dn boa, partook (of the nature) both of 
the tiger and the boa. Referring to persons, Tenir de is trans- 
lated by to take after : // tient de sa mh'e, he takes after his 
mother. 

10. Une charge d'ecns, a mass of crowns. An dcu was a coin 
of different value ; it principally designates to-day the ancient 
French coin of the value of three francs, and owes its name to 
the fact that an escutcheon (three lilies) was engraved on it. 

19. Traites, drafts. 

31. Biens territoriaux ; see note, p. 7, 1. 21. 

32. Terme moyen, on an average. 

10. 3. Biens -fonds ; see note, p. 7, 1. 21. 



' — M] NOTES, 245 

12. Lafltte. A rich banker, born at Bayonne (Basses Pyr6- 
n^es) in 1767 ; he died in Paris in 1844. 

18. Donnerent prise, gave ground. 

29. Merrain, wood prepared for staves. 
11. I. . . . de rente. The returns in kind exacted formerly from 
the farmers by their lord ; now the returns in kind which accord- 
ing to lease may be due the owner by the tenant besides the rent 
in currency were and are said to be "<^ rente;" bU de renter 
beurre de rente ^ etc. Rente from I^tin reddita, p. part of reddo^ 
to return, as in ** Fructus quern reddunt /rofflfikj " (Terentius). 
The usual meaning of rente is income. 

2. Xn lus du bail, in addition to, as a consideration for the 
lease. 

11. Vieilles tmifliee. Transl. old stumps of trees. Une 
truisse is a cluster of trees. 

13. Debite, cut up. 

15. Pain benit, consecrated bread. 

20. Lee frais de set ezploitatione, the expenses for the improve- 
ment of his lands. 

12* II. Deiqaelles il ne revenait point, which he never modified. 

14. Xn eroyant le tenir, in thinking he had him, he had the 
advantage over him. 

13« I. Baiilie, basilisk. *' The ancients alleged that the hissing of 
this fabulous serpent would drive away all other serpents, and 
that its breath and even its look was fatal." — Webster. 

4. Blano et or, white (metal) and gold, i.e. silver and gold. — 
II ezploitait, he had under cultivation. 

7. Loupe veinee, veined wen. 

21. Bae de laine drapes, plain woollen stockings. 

14. I. Tribunal de premiere instanoe, court of primary juris- 
diction. 

3. Travaillait li fUre, strove to make. 

4. n iignait, etc. See note, p. 6, 1. 25. 

12. Bente, income. See note, p. 11, 1. i. 

15. Tours (under the Romans Cssarodunum). The birth- 
place of Balzac and the capital of the old province of Touraine, 



246 NOTES. [16 — 

named after a Gallic tribe, the Turones ; now the chief town of 
the department of Indre-et-Loire ; 235 kil. from Paris ; pop. 
59,585. Since the Revolution France is divided into depart- 
ments, departments into arrondissements, and arrondissements 
into communes. The chief town of a department is 2i prefectures 
of an arrohdissement a sous-prifecture, 

18. FlaroB«e (It. Firentu, Lat. Florentia, the city of flowers). 
One of the finest cities of Italy, formerly the capital of the Grand 
Duchy of Tuscany. Pop. 170,000. 

x8. L6B XedieiB. An illustrious family of Florence who took 
an important part in Tuscan afifairs. The Medici were ardent 
supporters of the Guelph party. 

19. Pazsi. Another great family of Florence, the opponents 
of the Medici, and who sided with the Ghibellines. The Pazzi 
in their last attempt to overthrow the Medici in 1478 were 
defeated and either put to death or exiled. 

21. Faire la partie, to play a game (loto, etc.). 
29. Tftlleynuid, French diplotnat, famous for his shrewdness 
and wit (i 754-1838). 

32. Ce combat . . . dont la main d'Engdnie Stait le prxz. 
Cf. the following verse in Corneille's tragedy " Le Cid :* 
** Sors vainqueur d*un combat dont Chimhte est U pHx,^ 

Act V, Scene II. 
15* 5. L'ancien tonnelier, the former cooper. 
7. Oendre. See note, p. 6, 1. 3. 

11, 12. Un bi«n gentil cavalier, a very nice escort. 

12. Avoir (qnelqu'im) dans ta manche, to have at one's dis- 
posal. Cf. the English idiom to have somebody under one's 
thumb, tenir quelqu^un dans sa manche. 

16. Bonnet ronge. See note, p. 6, 1. 24. 

20. Liee, intimate. 
26. Il8 sent manche ft ttanohe, they are even, as for instance 

in a rubber at whist, when each party has won a game. 
16. 4. Arrondissement, ward. See note, p. ^, 1. 30. 

10. Angen (Lat. Andegavia, named after a Gallic tribe, 
Andegavi). Chifef town of the department of Maine-et- Loire; 



n 



—17] NOTES. 247 

334 kil. from Paris ; pop. 73,044. It has been surnamed for a 
long time ** the black city," on account of its slate roofs. 

10. Bloifl (Lat. Blesuni), Chief town of the department of 
Loire-et-Cher ; 175 kil. from Paris; pop. 22,150. Contains 
the castle in which the Duke of Guise (see note, p. 2, 1. 26) was 
assassinated in 1588. 

11. Lee cruchotinB . . . Lee graeemietee. See notes, p. 13, 
11. 18 and 19. 

12. La terre, the estate. 

16. Haitre, title given in France to lawyers, attorneys, and 
notaries. 

20. nn marche d'or, a splendid bargain. Cf. bon marchS — 
cheap ; argent comptant^ ready money. 

25. Conyoye vere ToBeophage, i.e. engulfed in the estate, etc. 

28. Nantee (formerly the capital of the Nannktes, SL Gallic 
. tribe). Chief town of the department of Loire-Inf6rieure, 
standing foremost in France for its maritime commerce. 390 
kil. from Paris ; pop. 127,482. 

28. Orleane (Lat. Aurelianum or Aurelianij named after 
Aurelian; the Roman emperor ; under Julius Caesar, Genabum 
or Cenabum). The leading city of the department of Loiret ; 
120 kil. from Paris ; pop. 60,826, Orleans is specially noted 
in history for the siege it sustained against the English in 1428, 
and which was raised by Joan of Arc, therefore named ** The 
Maid of Orleans." 
17* 3. Gouper a blanc, also couper h blanc estoc, to fell entirely. 
^ Estoc originally meant stump ; so literal translation, ** to cut to 
the white (blank or bare) stump," is also used figuratively. — 
Exploiter, to turn into profit, to have under cultivation. 

9. La bale de la porte, the doorway. 

II. Loire (Lat. Liger, Ligeris), The longest river in France, 
rising in the Cevennes mountains at the foot of Gerbier^es- Jones , 
near the village of Ste Eulalie {Ardhhe\ at an elevation of 
4550 feet and running for a length of 1008 kil. to its outlet in 
the Bay of Biscay, dividing France into two nearly equal parts. 

15. Cintre et aux jambages, arch and door-posts. 



248 NOTES, 

30. Toitehikttade (ct marc Aes if/^ra<//es, sunken steps), ordinary 
house-door ; une parte cochire, a court-gate, or a door with a roof 
above it on the outside, under where carriages can drive. 

32. Maitre clou, huge nail. 
18* 18. Anjou, former province of France; cap. Angers. See 
note, p. 16, 1. 10. 

18. Tooraino, former province of France; cap. Tours. See 
note, p. 13, 1. 15. 

18. Berri^ another former province of France, now formings the 
departments of Cher and of Indre, and part of those of Creuse, 
Ni^vre, and Allien 160 kil. long by 120 wide. Cap. Bourg^es. 

23. Bona-prefet. See note at the bottom of page 13. 

28. Lm entre-denx, the spaces between the beams. 

29. Blano en bonrro, somewhat like adobe, or the " staff " used 
to cover the buildings in the Chicago World's Fair in 1893 ; 
cheap mortar made of clay, lime, and hair or hay. The word 
bourre comes from the Lat. burruy coarse woollen cloth; in Low 
Latin, hair of certain animals. Cf. the English flock in flock 
bed, lit de bourre, 

19. 2. Damasqnine. See Century Diet. '* Damasked or Dam- 
askeen." 

7. Agenoe de vieuz cnivre, ornamented with brass. 

8. Bleuatre. See note, p. 6, 1. 3, for suffix dtre, 
8. Fetits joors, ordinary days. 

10. La Fontaine, a famous French writer of fables (1621- 

1693). 

11. Faiseei, faded. 

12. Cribleet de reprliei, covered with dams. CribUes, pp. of 
cribler (Lat. cribrare), to sift, to riddle. 

15. Table a jouer, game table. 

26. Ores de Tonri, gros-grain silk manufactured at Tours. 

31. Kontee inr dee patina, mounted on blocks. 

20. 2. Une travailleiue, a work-table. 

12. Sane avoir eg^rd, without taking into consideration. 
23. Frendre snr, to assume ; here to retr "'ch, to abridge. 
21* 13. 8a figure, her head ; mure generally /o^^, in English. 



— ^84] NOTES. 249 

14. lifrenadier de la garde. Grenadiers were formerly those 
soldiers of the advance-guard who sent off hand grenades ; they 
were always foremost in battle. 

15. En tout il fiaat, dit-on, I'a-propoi, in everything, they say» 
there should be harmony. 

17. Cheroha da service, looked for employment. The word 
service is used here for employment given to servants. 

19. Monter son menage, to fit up a home. 

24. Forte dee hanchei, etc., with large hips, a broad back, 
hands like a cartman's, etc. 

34. Pleora secretement de joie. Allusion to Laf ontaine's fable 
'*Les deux Pigeons," Nanon secretly wept with joy as the 
Pigeon who, having had a desire to travel and left its mate, wept 
for joy on finding his home once more. 

22. ezploita feodalement, took advantage of her in a lordly way. 
3, Les baees, synonym of ** lessivej** 

6. Hallebotenn, grape-gleaners. In old French halleboU 
means a bunch of grapes ; halleboter^ to glean. The more gen* 
eral word is grapilleur, 

17. nses. worn out. Cf. "used-up." 

29. Alberge, an early and small clingstone peach having a red, 
yellow, or purple flesh. 

29. Feche de vigne, another kind of clingstone peach, growing 
in vineyards. 

23. 2. Fauvresse. The suffix esse (from the Latin itiam or 
issam ; tristitiam, tristesse, etc.) is added to adjectives and nouns 
of men or animals to form feminine nouns, viz., richesse from 

riche^ finesse from fin, petitesse from petit, tendresse from tendre* 
5. La tete etroite, narrow-minded. 

22. Chainon. -on (from th'e Lat. onem) is now an augmenta- 
tive, now a diminutive, suffix added to nouns. Ex. caisson from 
caisse, vest on from veste, chainon (a link) from chaine (a chain). 

23. Frise tout en gre, found to her liking, accepted joyfully. 
24:* II. Booge, narrow closet. 

II. Jonr de sonffirance, a window permitted by a neighbor to 
overlook his property, any indirect light or shaft of light. 



25© NOTES. [25— 

i6. He dormir que d'ane oreille, to sleep with one ear open ; 
dormir sur les deux oralles^ to sleep soundly, to sleep upon both 
ears. 

28. Armes de tontes pieces, prepared on all points. 

25. 21. Elever a la broohette Tavarioe, etc.; lit. to feed Wicfa a 
small stick (brochette), as birds are fed. Transl. fostered care- 
fully the avarice, etc. The suffix ei, fern, eiie, is added to noims 
and adjectives to form nouns ; it expresses diminution : Ki/ret 
(livre), jardinet (jardin), fillette (fille). 

27. En Berri . . . Anjou. See notes, p. 18, 1. 18. 

34. Ores sous, two-cent pieces (ten centimes). Un sou or un 
petit soUy one-cent piece (five centimes). This denomination ol 
gros sous, etc., still in use to-day, dates back from the time when 
sous were coined in gold, and specially silver. See note, p. 4, 1. 5. 

26. 3. Clement VII. (Jules de Medicis), pope from 1523 to 1534, 
celebrated for his disputes with Charles V. and Henry VIII. 

3. Catherine de Hedids (1519-89), wife of Henry ll., king ot 
France (1547-59), ^^^^ regent during the minority of Charles IX. 
She put into practice the Latin maxim *' Divide ut regnes,* and 
was largely responsible for the massacre of St. Bartholomew. 
Balzac wrote a novel Catherine de Medicis {j^tudes pkiioso- 
phiques), 

14. Xe ne vois point de patti, I see no match for her. 

23. TJn coap d'oeil d 'intelligence, a look of understanding. 

27. I. £lle n'avait pas et$ trop mal, she had not been bad- look- 
ing ; she had been passably good-looking. 

7. Menues depenses, pocket or pin money. 
14. Actes, deeds, documents. 
19. Levantine, plain silk cloth. 

27. 8tipulait-il tonjours des epingles. After certain adverbs 
and adverbial phrases like aussiy peut-Stre, en vain, au moins or du 
moins^ toujour s, etc., the interrogative form is used, i.e. a snbject- 
pronoun is made to follow the verb.— epingles, pin-money. 

28. 9. Oonsset, fob pocket ; formerly a purse carried by a string 
under the arm- pit. 

28. Failli, came near. 



^1] NOTES. 251 

32. Te remettre, to recover yourself. 
29* 3. La tenir en Tair, to hold it up. 
4. C'te for oette. Cf. I don't, I didn't* 

6. T'M-tn fait mal 1 did you hurt yourself ? 

8, 9. Je me enii retenne en n&e fichant snr mei reini, I held my 
footing by bracing myself on my hips. 

16. Foomil, a bakehouse. 

20. Ca me eonnait (lit. that knows me), I am familiar with it. 

23. Sifflait a tue-tete, was whistling with all his might. Cf. *'at 
the top of one's voice." 

26. C'eit 7 v<ms, (provincialism) for est-ce vous ? iUs-vous Ih ? 
est'ce vous aui ites la ? 

32. Feteiuc, well-wishers, those who have come to celebrate. 
Fiteux is a popular term, and a provincialism like grincheux (ill- 
tempered). 
30* 3. 1^ raflatole. " I mend coarsely," — a popular term. 

4, 5. Charbonnier eit maire chei Ini. Maire instead of mattref 
an allusion to the former mayoralty of M. Grandet. Cf. "a 
man's house is his castle." * * Ce proverbe vient de ce que Francois 
J^ s'/tant /gar/ a la chasse et /tant rentr/ chez un charbonnier ^ 
celui'df qui ne le connaissait pas^ prit h table la premiere place et 
ne donna que la seconde h son hdlCj disant : * Chatun est mottre chez 
soi.* ** ** La/oi du charbonnier" implicit faith in anything. 

16, 17. Un grand elon rooiUe; lit. a large rusty nail, i.e. a tall, 
lank, and yellow or jaundiced-looking individual. 

17. Faire ea conr. Discriminate Faire la cour ^ une dame^ to 
pay court to a lady. 

19. Comme vooi 7 allei let jonrs de fete, how generous you are 
on birthdays ! 

27. Comme 9a nonl ponsse, 9a! *' how much older that makes 
us look." pi is a popular contraction of cela. Note its popular 
lisc in the following sentence : Comment vous portez-vous ? 
Comme fa; i.e. not very well, not very bad ; in Engl., so-so. 

31. 7. Dodu, "plump." May have some allusion to the prehis- 
toric bird, the dodo, as it is applied to fowls as well as to men, 

7. k perrnqne, wearing a peruke or wig. 



252 NOTES. 

8. Jonense, fern, oijoueur, a player ; here a gamestress. 
14. Trouee eomme nne ecumoire, lit. punctured like a sieve; 
transl. pockmarked or pitted. 
20. Se hanssant lo thorax, throwing out his chest, 

31. Beau monde, people of fashion, fine company. Le grand 
monde, aristocratic or higher classes. Le petit tnontU^ the loi¥er 
classes. 

32. Ilf Bont de la o6te d'Adam tout oomme toi (familiar expres- 
sion), they, like you, are sprung from the loins of Adam. 

32. 6. Ne remporteront pas sor nou, will not get the better 
of us. 

10. Serait-il en marohe. Aire en march/ avec quelqu'un pour 
quelque chose, means to bargain with one for a thing. 
16. Orace au regime, thanks to, etc. 
22. EUe le mettait aises bien, she dressed fairly well . 

25. Aiuterliti, a small town in Moravia, chiefly celebrated as the 
place where Napoleon I., Dec. 2, 1805, defeated the combined forces 
of Austria and Russia, under the command of their respective 
emperors. The forces of the allied armies amounted to 85,000 
men ; the French to 70,000. Only 45,000 of the latter took part 
in the battle, so wonderfully had Napoleon taken his positions 
and placed his. men. Some of the allies trying to escape across 
a frozen lake. Napoleon turned his cannon on the ice, breaking^ 
it, and drowning 2000 men. There is a vivid account of this 
battle in Tolstoi's War and Peace, vol. ii. 

26. Betraite, pensioned off. 

32. Sage. Note that sage has the meaning of good when ap- 
plied to children. 

33. 2. Brayere da Cap. A great many of tht heather shrubs ia 
Europe are natives of the Cape of Good Hope. . 

10. Faire ion droit, to study law. 

11. En ins, in addition to. 

13. Boite a ouyrage, work-box. 

14. Marohandiie de paootille Une pacotille is a stock of goods 
of showy and inferior quality sold in the colonies. 

30. Farei-moi cette hotte-la, parry this thrust. The pronoun 



—87] NOTES. 253 

mot is used here to imply a degree of interest in the person who 
is speaking, and is not to be translated. It is a so-called " ethi- 
cal dative." Here is an example of the use of the " ethical da- 
tive" in English, found in Century Dictionary: '* It [sack] ascends 
me into the brain; dries me there all the foolish, dull, and crudy 
vapours which environ it ; . . . then the vital commoners and 
inland petty spirits muster me all to their captain, the heart." 
Shak., 2 Hen, IV, iv. 3. 
33. Bonne foi jonee, afifecting an air of good faith. 

34. 17. Betise, knicknack. 

18. Faire votre partie. See note, p. 14, 1. 2a 
26. Xetf les tables, make up the tables. 

35* I. Va, va ton train, keep on in your old way, i.e. in her 
scheming. 

6. ont beau fkire. For a better understanding of the idiom 
Avoir beau followed by an infinitive, meaning to take useless 
trouble, bear in mind (i) that the word chance ^ occasion^ 
or champ is understood after beau ; (2) that the sense is ironical. 
Vous avez beau chercher votre livre, vous ne le trouverez pas 
is equal to saying, Really you have a fine chance to look for 
your book, but, etc. Hence Avoir beau is usually translated 
by : It is in vain or useless for you to, you are free to, may, 
although, or any similar expression. Translate : May do what 
they like. 
33. Petiteise, meanness. See also note, p. 23, 1. 2. 

36. 10. Le Mol dien modeme anqnel on ait foi. The subjunctive 
is used after seul, unique (unless used in a positive sense), and 
similar expressions, after superlatives or a numeral akin to the 
superlative. **C'est le meilleur homme queje connaisse;** **Cest le 
I premier qui soil venujusquHci;** but "La volonU de Dieu est le 
seul lien qui entretient Vordre du monde,** 

37* 3- Qael diable est-oe, who can it possibly be ? 

14. Xessageries (etym. messager, in Engl, messenger by the 
insertion of an unoriginal n\ mail-coach company. 

15. Saoi de nnit, carpetbags. 

28. Grand Boreau, another mail-coach company. 



254 NOTES. [88 — 

38* I. Vn d« YOi parents, one of your relatives. In the plural 
parents means also father and mother. 

3. Faisoxii les miaei, let us put up the stakes. 
9. NmeiBgen. The principal character in "La Maison Nu- 
cingen," a novel by Balzac. 

13. Venx-ta ta tairo. Note this imperative form of V9t$lcir. 
3d. 3. n a una langna, he can speak. N* avoir point de lanjgue^ 
to speak very little, or when one shoqld speak, to keep silent. 

40. 19. d'y filre epoqne, to msUce an era, i.e. an event to be 
remembered. 

23. L'ezeessiva redherche de miae, unusnal care and. attention 
in his dress or appearance. 

29. De oouleiir toarabee . . . de pailletai* de eUiiei, of a beetle- 
color, spangled, figured. In the eighteenth century and in the 
beginning of the nineteeoth the greatest varieties of waistcoats 
were in vogue ; there were some in cloth, some in ^ilk or velvet, 
richly embroidered with silver or gold. A lop would have in 
his wardrobe as many as 100 different waistcoats on which all 
kinds of designs were made, historical personages as well as 
noted actresses, etc. The ** Muscadins" (dudes under the 
Revolution) wore three or four waistcoats. 

41. 9. force joU papier, a great quantity of note-paper. 
15. Labeurer la vie, to till, i.e. to wear out his life. 
20. Aller an-devant, to go and meet. 

22. BadenrBaden. A resort in Geroiaay noted for its mineral 
waters. Pop. 12,000. 

23. CSiasse a eonrre, coursing, hunting with hounds and 
horses. Courre is an old form of the infinitive courir, which 
explains the irregularity of the latter in the future tense " cour- 
rat" instead of *' couriraV* 

28. Hdtel, mansion. 

42. 4. Bedingote, from the English liding-coat* a frock-coat. 
The French use many English words, including cab^ club, bow* 
window, bifsteck, etc. 

18. Un air brave, a dashing air. 

19. La eoup ifiv, asure aim 



> —50] NOTES. 255 

27. Hi les ronpiei, etc., neither the flow of mucus (snivels) nor 
the little spots. 

43. 6. Incomplets, mismated. 

^ 17. L'Enoyolopedie methodique et le Monitenr. The first a 

scientific periodical, the second an official paper. 
' 18. Levaient le nei, looked up. 

r. 21. Homme a la mode, man of fashion. 

32. La mise, attire. 

44. 14. Fit tonrdre, awakened. 

15. Weetall. An English designer and painter in water-colors ; 
1765-1836. 

16. Finden. English engraver ; 1787-1852. 
L 43* I* Y9k falloir, ior il va faiioir. 

8. Qnart de conversion, to veer about. The English cor- 
c responding military term is to wheel the quarter of a circle. 

21. Quoi que ce fftt. Discriminate guoi que and quoique. 

28. Baasiner lei drape, to heat the sheets with a warming-pan. 
40. 3. Plateau de vieux laque, plate of lacquer-ware. 

4. Fen le vieux, etc., the late aged, etc. 

5. Six pans, six-sided, hexagonal. 
47* 5. Qni Ini faisait des agaoeriee, who coquetted with him. 

16. Bepayid, put out. 
31. Tout le Saumnrois, all Saumur. 
48* 2. Le hant oommeroe, the wholesale trade. 

9. Origou (popular), sordid miser. 

10. Proyins, vine-layers. 
12. Commune, vulgar. 

16. Kinanderies, affected or lackadaisical mannera. 
2T. Air fin, knowing air. 

49* 4. Air degage, unembarrassed air, a familiar air. 

17. Que Tonlez-Yous, monsieur! In this use of vauloir the verb 
dir« or /aire is understood. It is usually translated by "How 
can it be helped ?" "How can it be otherwise ?" 

i^. Babylone, Paris. 

24. LioeAoies en droit, a grade between that of B.L. and D.L. 
50* A- Chantrey. An English sculptor ; 1782-1841. 



256 NOTES. [51— 

23. Faillite, a failure. The idea of premeditation is not 
attached to this word, as it is to the word banquerouU (I. 25). 

34. Fripon, swindler. 

51. 8. Appeler, to appeal. 

17. Parents, relatives. See p. 38, 1. i. 

31. D'ailleurs, besides. 

32. n tient de sa mere, he takes after his mother. 

52. 12. Greances, claims. 

25. Facotille, stock. See note, p. 33, 1. 14. 

30. Valeurs, shares, bonds, letters of exchange, etc. 

53. 32. Dame, of course. 

5. Dresser men bilan, to write out my assets. 
&4t. I. Qui n'ont jamais le sou, who never have any ready cash, 
who never have a cent. 

24. U est tres Men, he is very good-looking. 

25. Adieu, paniers ; yendanges sent faites. It is all over with 
your plans, good-by to your schemes. 

30. Laissez done, never mind. 

55. 3. Je ne m'en sois pas genee, I did not refrain from it. 

II. Que voulez-voTis que je veuille, what would you have me 
wish for ? 
29. J'en conviens, I admit it. 
£^6« 24. Cachotier. The word meaning one who makes mysteries 
about trifles is written with two /'s (cachottier), 
28. Bien entenda, of course. 
67* 21. Un rien de pain snr le ponce, a bit of bread, eaten while 
standing. 

31. Un jenne compagnon, a young journeyman. 
38* 10. Yieillie en boutique, shop- worn or shelf -worn. 

19. Une porte battante, a swinging door. 
24. Bourrelets, pads. 
£»9» 7. Qne diable mon pere, etc., what, in the name of common- 
sense, etc. 

10. Chambranles, door-posts. 

13. Fa9on de flammes, pointed (in the shape of flames). 

a8. Qens d'affaires, business men. 



— 60] NOTES. 257 

GO* I. Ghoyer, oaresier, couver, oaver, oereler, to fondle, to 
caress, to brood over, to cask and hoop it. 

6. Chiffirait les produits a un proTin, a ane bonrree pres, figured 
down his products even to a vine-layer, a small fagot. 

26. Sans elle, votre Mryitenr I without her, good-by, i.e. I 
am not responsible for what will happen. 

31. £n yoila bien d'one autre I here is another thing now. 
Gl« 12. Pierre de liaie oannelee, fluted calcareous freestone. 
16. Voltigeors, light infantry. 

16. Tapis de lisiere, rag-carpet {lisih^e means selvedge). 

17. dent lee pentes en drap tremblaient, the woollen folds of 
which were fluttering. 

27. Ma foi, je le veoz bien, well, yes, I am quite willing. 
02. 14. Pnisqne Nanon il y a, since Nanon you are, since Nanon 

is your name. Avoir used with^ impersonally has the meaning 
of to be. 

20. Nanon resta plantee snr see piedi [lit. remained planted on 
her feet], stood amazed. 

23. A demain les affaires serienses, but of that to-morrow. 
Archias, tyrant of Thebes, interrupted in the middle of a banquet 
by a messenger bearing important news, said that he would 
attend to the message the next day, and this in spite of the 
man's urging him to do so at once. This indifference cost 
him his life, for a short time after Pelopidas and other con- 
spirators entered the palace and strangled the tyrant (478 B.C.). 

63. 7. Faisait alors la morte. Faire in this acceptation means 
to personify, to act. Transl. feigned death. 

64. 2. De bonne henre, early. 

16. Sans passer an ceillet, without skipping an eyelet 
27. Qni le dominaient, which overlooked it. 
34. Bronis par la saison, blighted by the season. 

65. 7. Far le defaut de mouvement, for want of circulation, of 
being trodden on. 

13. Assise de pierres, a course of stones. 

16. Se mariaient a lenr gre, were blended at will. 

17. Forte a claire voie, latticed gate (open-work gate). 



258 NOTES. 

21. An bas de la terrace, at the foot of the terrace. 

22. Un convert de tillenls, an arbor of lindens. 
00. 6. Un pan de mnr, a part of the wall. 

6. Chevenx de Venns, maiden-hair ferns. 
20. Be bonne foi, conscientious. 

30. Venns de Hilo. Famous statue discovered in 1820 at Mllo, 
an island of the Archipelago. 

67. I. Phidias, the most renowned sculptor of ancient Greece; 
died in 431 b. c. 

22. Baphael, famous Italian painter; 1483-1520. 

29. Le je ne sais qnoi divin, The inexpressibly divine. 

68. 22. Partit d'nn grot eclat de rire, burst into a hearty laug^h. 

25. Cbambreloque. The . fanciful dressing-gown {roie de 
chambre) which had attracted Nanon*s attention. 

09* 3. Voir anx provisions, to see what provisions are on hand. 
9. Santent anx yenx d'antnii (strike the eyes of others), legible 

to all. 
70* 32. Aveint, past p. of aveindre, to fetch out, to take out. 
71* 6. Je m'en passerai, moi, /will do without. The disjunctive 

pronoun moi is used here to emphasize the subject-pronoun 

24. Mette, a kneading-trough. The more usual spelling now 
is maie^ but it is also written m/e, mett mait, 

31. Par ainii, In this way, thus ; this locution is obsolete, or 
rather only used by the lower classes. 

72* 14. Et t'apportera de qnoi Instrer sea bottei, and will bring 
you something to "shine" his boots with. 

26. Pot-an-fen, meat to be boiled to make broth. 

31. Lei fermiers ne t'en laisseront pas chomer, the farmers will 
not let you be in need of it. 
73. 14. (hi devalei-vouB, where are you going down. (D/valer 
means lit. to go along the dale.) 

29. Onvrant des yenx hebetes, opening his eyes in bewilder 
ment. 

30. Bois blane, soft and but slightly colored wood, like that of 
the poplar, willow, linden, or aspen. 



—SI] NOTES. 259 

74r* 4. Deblayer, eombler, niveler lea emplacementi, clearing, pil- 
ing up, levelling the places, etc. 

23. Begain, after-grass. 

29. Va pour soixante mille, etc. ; let us say 60,000, etc. 

30. Je le yeux bien! I should say so. 

75* I. £n 86 dressant sur sei ergots, in pluming himself up. 

33. Causa des eblomssements, dazed, stunned. [wrapper. 
76. 20. Un journal encore sous bands, a newspaper still in its 

22. Ou en sent les fonds, how are the stocks. 
77* . 13. Plaoe de Paris, on the Paris market. 

34. Quatre & quatre, four steps at a time. 
78« 17. Ben, old French for bien, 

2. All ben oui ! personne, Useless ! no reply. 

28. Qui dort oomme un sabot, who is sleeping like a top — or 
like a log. {Sabot here means top, instead of wooden shoe, 
its more usual meaning.) 
79* 7. Asses oomme cela, enough of that. 

8. n partira dare dare pour les Grandes Indes, he will be hustled 
off to the Indies. {Dare dare is a pop. term.) 

II. En s'emmortalsant, in mortising or dovetailing. 

24. SoBurs hongroises. Buffon mentions the striking case of 
these twins, whose bodies were united by a band of flesh. They 
lived to be twenty-one years old. Judith was somewhat sickly, 
but Helen was a bright and intelligent girl. 

80. 14. Le trouves-tu bien 1 do you like him ? 

32. Le cafe se faisait. etc., coffee was made, etc. 

81. 7. Deportements (lit. misdemeanor), extravagances. 

13. eoiffo, a peasant woman *s head-gear. 

14. linge blanc, clean linen ; a laundress is called une blanchis- 
sense. 

20. Le malheur veille pendant qu*il dort, misfortune keeps 
watch while he sleeps. 

23. Vieuz chef d'office, old butler. 

24 Elle fit main-basse . . . sur les poires. she took all the pears. 
27. Kettre a sec (lit. to make dry), to drain the resources, to 
ransack the house, to lose one's money. 



26o NOTES. [82^ 

82. 7. Le dejenner de mi'i s'y faisait debont, the noon breakfast 
was partaken of standing. 

15. b11 venait a rentrer, if he happened to return. 

20 Je prendrai tout snr moi, I will take all the blame, etc. 

25. Chanteronnant, humming. The first diminutive of chan- 
ter is chantonner. 

26. Le Parisian! Parisian that he was. 

31. Le deiastre de ses chateaux en Aigon, the downfall of his 
castles in the air. En Anjou has been substituted by Balzac for 
En Espagne, The origin of this expression is unknown. Chd- 
teaux en Asie^ en Albanie^ have also been used with the same mean- 
ing, but the word ** Espagne" has prevailed, according to Littr6, 
on account of ** la chansOH de Roland** and would mean to build 
castles where one is not or is not likely to go ; hence chimerical 
projects. 
83* 8. J'ai si mal yecn en route, I have fared so badly on the way. 

10. Bregnet. French watchmaker ; 1 747-1 823. 

15. Un rien, a trifle, a bite. 
20. Pecnle, hoard. 

22. Se laissa aller ear le fantenil, gently sank into the arm- 
chair. 

84. 8. a la coqae, in the shell. 

16. Monillettes. small sips. 

18. Grisette, an attractive working-girl. 

23. Compatissance. New word, formed from the present 
part, of the inceptive verb compatir, 

85* 2. Lege, box. 

19. Abattre one ponpee ... en plein champ, to knock down a 
puppet ... in the field. 

27. En efflenrant, touching lightly. 

30. II y a groB d'or, there is a quantity of gold. 
86« 5- boullon for bouillu 

7. Vous etes bien arrieres, you are quite behind the times. 
9. Ghaptal, a French chemist; 1 756-1 832. 
12. 8 il y a tant d'affaires que 9a, if there is so much trouble to 
go through. 



— 87] NOTES. 261 

14. Ah ben ooi! Ah ! dear me, or a similar expression. 
14. Qui fo^ait de I'herbe, who would prepare the fodder. 
26. S'est charge, has taken upon himself. 
S7* I. Coup de varteau, a knock. 

14. Voiu ayci Mt UU, you have been feasting. J'aire la fSte 
= to enjoy one's self. 

25. Morceauz de snore, lumps of sugar. 

88. 33. Qui ne sent pas raereei , which are not sweet (as the coffee 
he has just been served with). 

89. 10. Ta, ta. ta, tut, tut, etc. 

13. Especes d'epaules de monton, stubby hands (lit. shaped 
like shoulders of mutton). American slang, '*ham hands." 
18. billets de oommeree, promissory notes. 

90. 6. Et le bonhomme de faire. The preposition de is used here 
lor the sake of emphasis. It is the so-called historical infin- 
itive. 

91. I. Gloient, are gloating. 

15. Qn'est-oe que cela me fait, what is that to me. 
25. Premiere averse, first outburst (of grief). 

92. 12. Embucquer for emboquer, to stuff (used only for fowls). 
24. Pleure son sotl, weeps his fill, his heart out. 

93. 31. Avait en a Ini, had been the possessor. 

94. I. 8e oaressait, stroke. 

21. Bes mille et dee oents, hundreds and thousands. 

28. Pas de betises, vons denz, none of your nonsense, both of 
you. 

29. Tonmer antonr de nos hollandais, trying to ' ' beat the Dutch. " 

95. 16. En retta li de see oalonls, stopped short in her calcula- 
tions. 

96. I. A son insn, unconsciously. 

13. Lui oouperent la parole, cut him short. 

23. En ohassant ses cheveux, pushing back his hair. 

^3. Quelqne ehose dliorriblement attaohant, something horribly 
fascinating. 
97* 9. Menage, belongings. For other meaning of minage see 
note, p. 21, 1. IQ. 



262 NOTES. [H— 

10. Xn nn clin d'oBll, at a glance. 

23. Points, stitches. 

31. A s'emporter In peaa, enough to tear the skin. 

98. 6. En ayant I'air de betiset, putting on a silly air. {BiHser 
is one of Balzac's coined words.) 
7. Chose, Mr. . . . what*s-his-name. 
12. Les billets sont faits, the notes are made. 

24. Fifille, fond appellation. 

32. Mane Theoel Pharos. In the English Bible spelt Mene, 
Mene, Tekel, Upharsin = ** You have been weighed and found 
wanting." See Daniel, Chapter V, verses 25 to 29, where we are 
told that Belshazzar saw this in fiery letters on the wall, at the 
last banquet before his death and the fall of Babylon. 

99* 4. Tout y va do travets, everything is going wrong. 

6. Xe no vOnx pas de cos choses-la, I do not want any of these 
doings. 

7. Pont-etre may here be translated by I suppose. 

10. Fonrrer le nos, to poke your nose. (Fourrer is quite 
vulgar.) 

14. Si tn bronchos, if you stir (without my permission). 
30. rentes, stocks. 

101. 3. Tour de foroo, wonderful feat. 

102. 6. Ckurces. This word was formerly simply the feminine 
of garfOHf and meant young girl ; now an injurious sense is 
attached to it. 

• 17. Que le diable emporte, away with. 
104* 5. Nier les deno^ments, deny conclusions. 
14. A plasienrs reprises, several times. 
20. Petit jonr, daybreak. 

27. Marble par la donlenr. blotched (like colored marble) or 
blanched (like white marble) or petrified by grief. 
30. £t la vit attendrie, and saw her moved. 
105. 10. So tenir snr ses jambes, stand on her feet. 
100. 8. Poiton, a former province of France ; cap. Poitiers ; 
has formed the departments of Sevres (Deux-), Vendue, and 
Vienne. 



—Ill] NOTES. 263 

8. Bretag^iie (Britannia minor) ox Bretagne armoticaine. Former 
province of France ; cap. Rennes ; now comprising the five 
following departments : lUe-et-Vilaine, Cdtes-du-Nord, Finist6re, 
Morbihan, and Loire-Inf6rieure. 

24. Lm gMiB pniisants yeulent et Teillent, strong men have a 
will and are on the alert. 

26. II ne B'appoie, etc., he is guided, etc. 

107. I. Qui I'attaqnent lb, which utilize. 

6. Un periiitant besoin de joner une partie, etc., a persistent 
need of coping with men (lit. of playing a game). 
8. Faire aote de pouyoir, to exhibit power. 

19. n avait oardi nne trame, he had devised a plot. 

20. Lek totdre, lei ronler, lee petrir, etc., to drain them (af to 
drain one's purse, a country of its resources), to dupe or get the 
best of them, to mould them, etc. 

24. Son neyeu I'avait oocnpe, his nephew had interested him. 

28. Tin aliment a son aotivite malioiense, food for his malicious 
activity. 

31. Concaaeer, to crush (fig.). 

32. A bon marclie, at little expense. 

108. 2. Voir bien joner nne partie, to watch a well-played 
(contested) game. 

29. Comment Tons tronvei-voni 1 How do you feel? How 
are you ? 

ICO* It. Yonlftt bien, was so kind as. 

19. Son ccBnr endolori, his benumbed heart. 

20. Amitie veloatee (lit. velvety friendship), delicate friend- 
ship. 

9. lO. 9. Eh bien ! qn'avei-Tons encore, well ! what is the 
trouble now. 

16. Set regards pnrent mentir, her eyes could deceive. 
29. Fit inr le ponee, took standing. 
111. I. II vient eomme maree (fish) en oareme, i.e. he comes at 
the proper time, when he or it is needed, like fish in Lent, when 
the Catholic Church forbids meat. 
5. Hant le pied, hustle yourself. Cf. " Lift your feet." 



264 NOTES. [lid— 

6. Je regale, etc. (lit. I treat), I dine the two C. 
8. Nanon oayrit dee yenx betes, Nanon opened her eyes 
stupidly. 

10. Ou que je tronverai, for oit est-ce que, oit irauverai-fe. 

17. Ta ta ta ta, . . . ta es nn bon diable, It*, tut . . , you are 
a good fellow. 

29. Coiffe. See note, p. 81, 1. 13. 

31. Allei, 9a ira tont de meme, Come, that will do just as 
well. 

112. I. n Be passe qnelqne ohose d'eztraordinaire, something 
extraordinary is going on. 

5. Mettre un couTert, to spread a cover, set another plate. 

11. II ne jouait pas la donleur, he did not feign grief. 

21. S'entendirent, understood each other. 

30. Crime de haute trahison. Read passage p. 126, from 1. 28 
to 1. 31. 

33. Alcibiade. A Greek general and friend and pupil ot 
Socrates. He was of a wild disposition, and learned little from 
his master. Wishing to draw the attention of the Athenians 
upon himself, he disfigured a very fine dog belonging to him by 
cutting off its tail. 

113. 2. de laquelle il se jouait sans eesse, which he constantly 
deceived. 

2. n ne faisait aucun cas, he thought very little of. 

6. Prendre part a son malheur, to take a share in his mis- 
fortune. 

II. Endimanohes jusqu'auz dents, in their best Sunday clothes. 
Cf. American slang, to be in one's best bib and tucker. 

27. Yous serrer dans yotre portefeuille. Slang for to go to 
bed. Cf. similar American slang, get into your bunk. 

33. Qui lui valait souvent, etc., which often won for him, from 
those whose skin he had bitten too deeply, the nickname of 
"The Old Dog." 
1 14r. 10. N*aurait fait qu'nne panvre figure, would have cut but 
a poor figure. 

22. a leur insu, unconsciously. 



—118] NOTES. 265 

23. Dans letqaelf il s'empetrait a plaisir, by which he was 
intentionally hobbled. 
27. Angeyin, of Anjou. 

30. En guise de, as if it were. 

31. Baragouinait li Men en cherohant les mots, he so well 
feigned the inability to select his words. Baragouiner is derived 
from baragouin, which is formed from two Celtic words bara^ 
bread ; gtvin, wine ; used often by the Bretons before their 
conquerors, the Franks, who, not understanding their meaning, 
used them to designate the language of the Bretons. Later 
on it has been applied to any language generally unintelligible. 

1 15* 29. Enfoorchant lldee (lit. bestriding the idea), taking up 

the idea. 
IIO. 7. Beoonfitnre, insolvency. 

19. Be faire, take place. 

25. Par le depot au gre£fe dn tribunal, by depositing the 
balance-sheet in the recorder's office. 

27. Son fonde de pouvoir, his proxy, his attorney. 
117* 20. Les malins de Paris, the sharpers of Paris. 

29. Bacheter, redeem. 
118. 3. U 7 a done a boire et a manger, it is a case which 
presents two sides. 

13. Embronillamini gentes, confusion. The etym. of em- 
broiiiilamini is embrouiller with the ending <x/;/f»»' of brouillamini^ 
which see (in Littr6) for derivation ; and cf. with the . figurative 
sense of the English ** bolus." As for gentes^ it may be the 
plural feminine form of the Old French adjective gent, M. F. 
gentil (scarcely used now, but in some dialects) ; but embrouilla- 
mini being masculine, gentes should be written gents \ ox genz. 
It is more probably the I^tin word gentes^ the only one, perhaps, 
which P^re Grandet knew or had heard, and therefore add5 to 
embrouillamini to emphasize the great confusion that results 
apparently in his mind, from the technical explanations of 
President Bonfons. 

2S. Minute, hold on. 



266 NOTES. [119— 

1 19. 7. En laiiMuit les gem de justice y mettre le nes. For 
allowing the court to have a finger in the pie. 

15. Les ressonrees et les charges, the assets and liabilities. 

16. Je Buis d'avis. I am of opinion. 

22. Les titres de oreanoes, the titles of the claims (debts). 

28. Un effet est une marchandise, a promissory note is a 
commodity. 

120. I. Bentham (Jeremy). A distinguished English political 
jurisprudential writer ; 1748-1832. 

15. Lamentations. See Lamentations of Jeremiah. 
26. En droit, in law. 

121. 12. J'atermoie, I gain time. 

2 J. J*ai la tdte eassee de ce qne vons m*ayei deoliqne la, your 
cackling makes my head ache. The proper sense of this old 
French verb, dicliquer^ is tireVy to draw ; Idcher, to go off ; 
frapper, to strike. Its figurative sense was dSgoiser^ to blab ; 
expliquer au long, to explain at length. Cf . with the English, to 
click, in the Century ; and see cliquet (figurative sense), in Littr6. 

30. En se posant comme pour, in assuming an attitude, as if, etc. 
122* 8. Le regardait de travers, he took a side glance at him. 

13. Preter les mains a nn tripotage, to lend a hand in 
trickery. 

23. Diablo ! II n'y fant pas aller comme nne eorneille qni abat 
des noix, i.e. awkwardly, wiih tooth and nail, without any 
reflection. 

123. 30. K'en deplaise li, with the permission of. 

32. Kdgodant consomme, experienced business man. 

33. ITe faut-il pas se oonnaitre, etc., must not one be an 
expert in calculating the cost of protest and renewal of promis- 
sory notes with interest. 

124. 15. Sonffler, to cut out. 

21. Angnilles sons roche, snake in the grass. 
23. Mettre dans la rente, to deal in stocks. 
25. Mecaniqne. This word, like machine in English, is us^*^ 
figuratively for the complication of commercial transactions. 
2^. Yqus yous connaisses lb 9a, you understand that. 



— 120] NOTES. 267 

125* 20. rapport H, concerning. 

126. 5. Bire nn petit bonsoir, to pass the compliment of the 

day. Cf. to drop in a few minutes. 

1 1. lis foment (pop.), they are vexed, boiling with rage 

14. Sent Tecole de droit, savors of the law-school. 

127* I. Les b&tons flottants de ractnalite. the fads of the day. 

Lb Chambau bt lbs Batons Flottants. 

** Le premier qui vit un Chameau 

S*enfait k cet objet nouveau ; 
Le second approcha ; le troisifeme osa faire 

Un licou pour le dromadaire. 
L^accoutumance ainsi nous rend tout familier : 
Ce qui nous paraissait terrible et singulier 

S'apprivoise avec notre vue 

Quand ce vient k la continue. 
Et puisque nous voici tomb^s sur ce sujet : 

On avait mis des gens au guet, 
^ui, voyant sur les eaux de loin certain objet, 

Ne purent s*emp&;her de dire 

Que c^etait un puissant navi re. 
Quelques instants apr&s, Tobjet devient biiilot, 

Bt puis nacelle, et puis ballot 
Enfin bfttons flottants sur Tonde. 
J*en sais beaucoup, de par le monde, 

A qui ceci conviendrait bien : 
De loin, c>st quelque chose ; et de pr6s, ce n>st rien." 

La Fontaine's Fables, Book /F, Fable vii. 

7. Berlingot (diminutive of berline, with a disparaging sense). 
A sort of Berlin chariot. 

29. Entr'onyrant, half opening. 
128. 14. In partibns, in name only. 

25. Mechants barils, worthless barrels. 

27. Je sayons. Peasants .of certain provinces often use/f for 
nous, 

31. Va bon train, go at a good gait. 
129* 8. Kantei, chief town of the department of Loire-Inf6- 
ricure. See note, p. 16, 1. 28. 

9. Angen. See note, p. 16, 1. 10. 



268 NOTES. [ISO— 

14. Agio (Ital. a£^^(f, above par), ag";^, premium. 

130. 9. Lui causarent an ebloaissement. dazed her. 
32. L'emporterent (got the best of her), triumphed. 

131. 2. Friands. attractive. 

14. Je ii*ai paa cent franci a moi, I have not a hundred francs 
to my name. 

133. 16. Bonrgeoisement, from a middle-class point of view. 
17. La chiffirer an pins vrai, to estimate it at its true value. 

134. 8. Venite adoremns. See Liturgy, the 95th Psalm. 

32. Bons mots (used as an English word), apothegms, puns. 

135. 17 Tres-mal, very unkind. 

20. Madame Campan, renowned teacher (1752-1822). 

24. Marat, famous demagogue, instigator of the massacres of 
the 2d, 3d, 4th, and 5th September, 1792 ; assassinated by Char- 
lotte Corday (i 744-1 793). Mrs. James Brown Potter is now 
acting (1895) in a play on Charlotte Corday, 

32. Darn la filiere parisienne, into the vein of Parisian life. 

136. 5 I'avone, the solicitor. 

II. II etait bean d'inexperience, he was innocent of experience. 
14. Ke devaient pas tarder a 7 flenrir, were soon to flourish. 

17. Dehors, appearances. 

24. Ponr ainsi dire, so to speak. 

137. 7. Four tirer nn bon parti, to niake the most of it. 

18. Une procnration regnliere, a regular power of attorney. 
30. A rinsulaire, to the British (islander). 

138. 13. Jean V., John V., King of Portugal ; 1706-1750. 

24. Philippe v., grandson of Louis XIV., King of Portug^al ; 
I 700- I 746. 

139. II. La beante dn cordon, la clarte dn plat, etc. The 
beauty of the edge, the clearness of the surface, the richness of 
the letters (lettering). 

23. Son trop plein de joie, his overflow of joy. 

140. 10. Comment cela I'est-il fait, how did it happen. 

141. 2. Mon consin, de grace, nne reponie, Cousin, please 
answer. 

23. Un snrtont de cnir, a leather outer covering. 



— 150] NOTES. 269 



:2* 4. (luelqae ohoie de pint sacro. For the partitive genitive 
used in French where the English has an appositive noun or 
adjective, see Whitney's French Grammar, second part, p. 218, 

34. d. 

14. Mftdame de Mirbel, a distinguished French portrait-painter; 
1796-1849. 
32. Sb fait qnelque ehoia, gives it value.. 
143. 23. Dm miierM, trifles. 

144* 21. Dm elotien, workers in the vineyard. See note, p. 4, 
1. 24. 

145. 2. Bona royaax, treasury notes. 
13. Senlameiit, even. 

28. D'oreille a oreille, whispering in each other's ear. 
32. De rechef, again. 

146. 10. Avee un orgueil bien Joud, with a well-feigned pride. 
17. Smboiiei-moi bien om gens-la. For the use of moi follow- 
ing the verb emboiser (in Engl, to wheedle), «ee note, p. 33, 1. 30. 

147. 3. Qoand Anguete bnTait la Fologne etait lyre. This 
verse of Frederic II., referring to Augustus II., Elector of 
Saxony and King of Poland (1670-1733), expresses the com- 
munity of sentiments which existed between the latter and his 
subjects, and should be taken in good part. It is a paraphrase 
of the famous verse of the Latin poet Claudianus : 

** Rfgis ad exemplar lotus componitur or bis J** 

26. fa ne Mnt plni rien, it loses its flavor. 

31. Xii en rapport, brought together. 

148. 10. Jouxtant. Pres. part, of an old French \txbfousier 
or jouxier (iromjuxta\ to join, to approach, to adjoin. 

23. Endormir, to lull. 

149. 14. De grandf rient, mere trifles. 

26. La petite criminalite, the slight touch of criminality. 

28. Faisait Mmblant, seemed. 

29. La Yivaoite, the ardor. 

32. Exploitationf, lands under cultivation. 

150. 7. Aagnite Lafontaine (i 759-1831), a German romance 



270 NOTES. [161— 

writer, descendant of Huguenots, author of about two hundred 
novels, most of which have been translated into French. These 
novels paint the naive and touching scenes of family life. 

1 6. fayardet, fugitive. 

19. Premiere instanoe, first jurisdiction. 
151* I. Bedingote (from the Engl, riding-coat), a frock-coat. 
4. L'eeprit de ma situation ; i.e. I shall act in conformity with 
my new circumstances. 
19. A un eentime pires. even to a cent. 

30. Toilette de yoyage, travelling-case. 
152* 9. Livree ; see note, p. 4, 1. 5. 

15. n fant layer son linge sale enfamille. Cf. Engl, "one 
should not wash one's dirty linen in public ;" family quarrels or 
difficulties should not be made public. This locution was used 
for the first time by Voltaire as an advice to the Encyclopedists, 
and made more popular by its use by Napoleon I. in an address 
to the Corps 16gislatif, January i, 18 14. 

153. 2. D'antant, more especially as. 
4. L'or brut, gold as a metal. 

9. Tiens, tiens, by the way. 

31. Que diable! Expletive that may be rendered by the 
deuce. 

32. Pourqnoi fourres-tu le nes. See note, p. 99, 1. 10. 

154. II. Capitaine an long conrs. A captain recognized as be- 
ing capable of making a long sea-voyage. 

13. On tire nn ezeellent parti, one can realize an excellent 
profit. 

15. En charge, taking on lading. 

23. Un riche etablissement, a rich marriage. 

28. Dienl Heavens ! 

155. I. Bonge, dark recess (den). 

17. Se mit en monyement, began to bestir himself. 
19. S'oocnpa de, went to the trouble of. 

21. A toute force, by all means. 

25. Effets, clothes. See note, p. 159, 1. 13. 

27. Assurer, to insure. 



— 16d] NOTES. 271 

156. 25. A la Jeannette, after the fashion of the peasant-girls. 

Jeannette is, or rather was, a typical name for servants, as Bridget 

in English. 
15 7« 9. n ne tiendra qn'a yoni de. . ., it will only rest upon 

you to . . . 

158. 2 Vn eoap d'cBil, a glance. 

3. Par rentremise, by the agency. 

5. Une inieription, a certificate of perpetual income due from 
the treasury. 

9. Four echanger le prix de rinseription eontre rinioription 
elle-mdme, to rexnit the price of the provisional certificate for 
the formal or definite certificate. 

159. 2. L'nn des prinoipanx interawei, one of the heaviest cred- 
itors. 

6. Par rorgane, through. 
13. EfTets, promissory notes. 

18. Yaleon, securities. 

27. Nous 7 Yoila, they come around at last. 

33. 8onf pretoxte d*aparer, under the pretence of verifying. 

160. - 13. Moineaa firane, house-sparrow. A more popular word 
is pierrot. 

15. Retorqne cette image, etc., throws back that simile at his 
debtor, against whom he can make no attachment. 

19. Net (the / is pronounced), flatly. 
29. Entendre raison, to listen to reason. 

161. 8. Un bon diable, a good fellow. 

31. Biait danf la barbe, laughed in his sleeve. 

32. Un iln toorire, a knowing smile. 

102* 21. Empiraient, eicaggerated, aggravated. 
25. Un fort manvais injet, a very bad fellow. 
103* 3. n vonlait a tonte force, he wanted by every means. 

4. 8*11 tenait tant a I'y rendre, if he were so anxious to go 
there. 

13. La femme demenre. woman stays at home. 

20. Son bonhenr amasse oomme les clone lemei sur la mnraille, 
etc. This figure, which Balzac calls sublime, can hardly be con- 



272 NOTES. [164— 

sidered so by an ordinary English-speaking person. It may, how- 
ever, appear picturesque, but even then it remains none the less 
difficult to translate in a satisfactory way. Bossuet, who ivas the 
greatest Christian orator of his time (1627-1704), used quite often 
the word muraille (discriminate from mur) as a point of com- 
parison to render more vivid the thought he wanted to express ; 
but it undoubtedly spoke more to the mind then than it does 
nowadays. To sum up, the bits of happiness which E. Grander 
enjoyed in her life were certainly very few, and not obtained 
without an effort. 

23. Ke 86 font jamais attendre, (literally, *' never make one wait 
for them "), are not slow in coming. 

27. A rinsu da son pere. without her father's knowledge. 

164. 2. Hontonne, curly-headed. 

165. 8. Les soi-disant amis, the would-be friends. 
21. Bapport a, on account of. 

23. Je sois enoore fine. Innocent pun of Nanon, the adjective 
fin^ fem. fine^ meaning thin^ and also keen, 

25. Soyo. Tlie irgular fwrin, of couri?e, is j<»i/. 

166. II. Hesse militaire. Mass said for the cadets of the miii- 
tary school of Saumur. 

13. Tragedie bonrgeoise, tragedy in middle-class life. 

16. Atrides. Name under which Atreus (king of Myccne, 
1307-1280 B.C.) and his descendants are designated, because of 
the number of crimes committed in the family by members of that 
family. Frequent allusions are also made in literature to the 
feast to which Atreus invited his brother Thyestes, and served 
him with the limbs of the two illegitimate children of the latter. 

24. Fante de. for want of. [own. 

167. I. J'aarais engage mes propres, I would have pledged my 
10. J'ai pris mon parti, I have decided on my course. 

30. Ta, ta, ta, Tut, tut, tut, what a tongue. 
IBS* 6. A Teoheanoe de ton &ge. £ch/ance is a commercial term, 
which of course is very well in accord with the character of 
Grandet. 

19. Nom d'nn petit bonhomme, by my word. 



—174] NOTES. 273 

19. Toat de meme, after all. 
3?. II est bon homme, he is good-natured. 
32. Noni nouB en tirerons, we will get out of the scrape. 
1.69. 3. Ai-je ete lotte, how stupefied I was. 

6. Tenei, madame. regardti-le done, Here, madame, do look 
at it. 

14. Effeti, promissory notes. 

32. Solde, payment in full. 
170. 7. Faotenr, porter. 

9. L'eau ya toigonri a la riviere, i.e. wealth always goes to 
those who are wealthy. Like our fallacy, *' the rich are growing 
richer and the poor poorer." 

14. n est toigoiirs a son affaire, he always attends to his busi- 
ness. 

22. Margonlette (pop.), jaw. Etym. Normand bouche sale de 
mar pour mat et goulette diminutif de goule (Littr6). See note, 
p. 180, I. 30. 

26. Betale, decamp, hustle off. 

28. Linottes (Engl, linnet, a bird which feeds on the seeds of 
flax), feather-brained women. The expression may, have some 
relation to the Eng. *• wool-gathering." 

30. Hant la patte. Patte is sometimes used popularly for pied. 
See note, p. iii, 1. 5. 
17 1« 20. Berni^ue. Cf. with American (Western) slang, to be 
up a stump. 

22. Nom d*un petit bonhomme, by my word. 

30. 11 va bien, he is getting along very well. 

31. Le mer Inchon, the fellow ! 

172. 15. Be serrait, was oppressed. 

31. Montremoi tes talons, be of!. Cf. *' show your heels." 

173. 2. Fepdre, fond appellation. 
21. Levedono le nez, do look up. 

31. En se dressant sor ses jarrets; i.e. in a half-standing pos- 
ture. 

174. 4. Serpette. Grandet's father was a wine-dresser. 

7. Bon Saint, bon Dien. Great heavens. 



274 NOTES. tlt5— 

30. Elle ne tarda pat a yenir, she was not slow in coining^- 

175. 5. Le eoula danf ion goutMt, dropped it into his fob. 
9. MaltTMie dant, his largest tooth; Engl, eye-tooth. 

17. Je mil majevra, I am of age. 
19. Place, invested. 

176. 24. Pardieu, of course. 

25. Ya-nn-piedi, good for nothing. 

27. Horn dun tonneau, expletive, more generally used by 
coopers. 

177. 33. Yidei-moi tontei denz la maiioii. For this use of a 
personal pronoun, see note, p. 33, 1. 30. 

178. 10. Qui n'en yonlait qu'a notra argent. Enyonloir a means 
to have a grudge against ; and also, as in the text, to aim at. 

19. Lei piedi en avant, feet foremost, as the dead are usually 
carried out. 
27. Que diable. after all. 

179. 4. Tirei-lni lee vertdn nea, find out her secret. This idiom, 
though not vulgar in the American sense, is rather coarse. Cf. 
figurative sense of " to pump" one. 

18. SUe tient de yone. she takes after you. 

19. Comme tooi avei la langae bien pendue, how your tongue 
wags. 

180. I. Pae tenable, unbearable. 

6. Manger le bon Dlea. An irreverent expression for taking 
communion. 

IX. Son air de n'y pae toueher, his supercilious air. Cf. Amer- 
ican ** You can't touch him with a ten-foot pole." 

26. Pne (pine) ionyent qne je mangerai de la frippe, you will 
catch me eating, etc. 

30. J*anrai la gonle morte, i.e. I will not say a word. Gou/e 
or goU^ now spelled ^»/m/^, used to designate the mouth of man 
as well as animals; now it is only applied to the latter. Cf. 
Engl. jowl. 
181« 3. Kargonlette. See note, p. 170, 1. 21, and note above. 
5. BoniUotter, to boil. Verb formed from bouillotte^ a kettle. 



— Ida] ^. NOTES. 275 

7. II viendra du monde ee foir, we shall have company this 
evening. 

1 S2. 2. P&te fait a la casierole, pot-pie. 

12. Laurier, bay-leaves. 

31. Offioes, church services. Cf. Engl. " holy offices." 
1 S3. 16. Hon la loi, under a ban. 

ISS* 6. Be met tranquillement a I'abri bovi vne porte eoehtrt, 

quietly shelters himself beneath a doorway. 
ISB* 8. Laiiif or laiii (Italian word), bad jokes. 

27. Sevices tortionnaires, illegal treatment. 

28. Tant dans que snr . . ., as well in the act as upon (the prin- 
ciple). 

30. Baragouin. See note, p. 114, 1. 31. 
187* 9. Je vons sals gre, I am thankful to yotf. 

188. 6. A la derobee, by stealth. 

1 1. Bedniii. Scientific name for orpin, called also vermiculair^, 
Engl, orpim, a kind of stonecrop. 

32. Gomme 11 Isnt, as she ought to be. 

189. 8. Arrive qni plante, happen what will ; come what may. 

8. Yens etes majeiir,, you are of age. 

10. II s'agit de qnelqne chose de plus grave pour vovs, there is 
something more serious involved for you. 

13. Songes done, just think. [property. 
16. Tons dtes commiiii en biens, you have community of 

190. I. ITne misers, a trifle. 
20. £n droit, in law. 

191. 9. Tribouilles (old popular term), to be stirred up. 'Ac- 
cording to Littr6, this is an altered form of the old French verb 
tribouler, tribuler^ or tribler, which represents the Latin tribuLire, 

35. Yas, Old French form for vats, — Soyes gentillss tontes deux, 
be good both of you. 

192. 8. n ss sauvait a tontes jambes, he ran away with all his 
might ; he took to his heels. 

25. Ce serait & se eonper la gorge. Lit. It would be (a sufficient 
cause) to cut one's throat ; translate, " I might as well cut my 
throat at once." 



276 NOTES. "^ [193— 

27. Enfln il prit son parti, he finally determined on his course. 

32. A pas de lonp, cat-like steps (lit. woIf-Iike steps). 
193* 12. Note the use of t/u by P^re Grandet instead of ^<r. 

26. Poor faire sauter une plaque d*or, to remove a gold-plating. 
194. 16. Or&ce, have mercy. 

19. A sa portee, within her reach. 

195* 8. Ne nous broaillons pai, let us not fall out with each other. 
15. Memere. timere. Fond appellations. 

196. 6. Faites yos fiarees, enjoy yourselves, have fun. 

33. Tout M paase en dedans et me trifonille (pop.) T&me, every- 
thing takes place within and stirs up my soul. 

197. 3. Lee yens de la tete. Cf. the apple of the eye. 
198* 13. Prit le denil, went into mourning. 

199. I. Broiti, duties. 

28. T*en rapporter a moi, trust me. 
200* 20. Preparer, to draw up. 

201* 24. Tontes let looietee de Sanmnr, all the social gatherings 
of Saumur 

31. Fortune territoriale, real estate. 

32. S'en rapporter a, to trust. 

202. 15. Cabinet, private room. 
23. Gloiierf, vineyardists. 

203. 8. Charpente, frame. 

8. Put aux prises, was struggling. 

13. Serre, serre 9a, put this away safely. 

204. 10. Le ohristianiime doit etre la religion des ayaret. Cf. 
'* Lfs avarfs ne croient point a une vie h. venir^ le present est itrnt 
pour euxy** p. 102, 1. ig. 

13. Entendue et oompriie, understood and appreciated. 

20. Biens-fondi, real estate. 

28. Claire et liquide, clear of encumbrance. 

205. 3. Be mon pied, on foot. 

28. EUe est bon teint, she is fast color. 

30. EUe t'est eoniervee eomme dam de la laumure, lauf Totre 
respect, she has been preserved as if, saving your presence {or ex- 
cuse the expression), in brine. 



212] NOTES. 277 

32. Oari, lad. Old Fr. nominative oi gar^on (accusative). 
20€l. 7. n M lerait fait hacher (to chop) poor elle, he would have 

let himself be cut to pieces for her sake. 

8. La femme de oonflanoe, the trusted housekeeper. 

27. Xeeonnu, not appreciated, misunderstood. 

28. Froisie, bruised. 
ISO 7. 26. Oaate, cotton. 

208. 8. Xedeoin ordinaire, private physician. Cf. Engl, title 
'* Physician in ordinary." 

12. Porte-queue, train-bearer. 

15. L'apanage dee petiti eiprits, the offspring of little souls. 

29. Bouceuri, flattering words. 

33. Bon esprit, his brilliancy or spirit. 
200. 25. n se mettait, he dressed. 

2 lO* 23. Faisait lonner liaut, extolled. 

31. Par le temps qui oourt, in times like these. 
33. Be soienoe certaine, to a scientific certainty. 
211* 9. Le bapteme. Ceremony of ducking generally practised 
on those crossing the equator for the first time. 

14. Fit la traite dei negrei, engaged in the slave-trade. 
22. A foree de rouler a travers les hommes et les pays, by dint 
of travelling among men and through countries. 

30. Apre a la ouree, eager for prey. 

31. Vids dliirondellei, birds' nests. An article of commerce 
between Java and China, consisting of the gelatinous brackets 
which the swifts, or small swallows, of the family Cypselida and 
genus Collofalia attach to the cliffs and on which they build 
their nests. (See cut in Century Dictionary under Collocalia.) 
These so-called bird's-nests consist principally of the inspissated 
saliva of the birds, and are much esteemed by the Chinese, who 
use them in making their bird's-nest soups. (Century Dic- 
tionary.) 

212. I. A vil prix, very cheap. 

9. Almees, female dancers in the Orient. (Cf. the Pasha ei 
Altnie in Rubinstein's Bal Costume.) 



278 NOTES. [813- 

21. St. TI1MIIU, chief town of the island of St. Thomas, in the 
Archipelago of the Antilles. 

27. Quibnienmque yiii (Lat.), by any ways or means. 

30. Bordeaux, former capital of La Guyenne^ now chief town 
of the dep. of La Gironde, Pop. 240,582. 
213* 6. IIm. This word used in the plural, with a capital I, 
designates the islands forming the archipelago in the Gulf of 
Mexico. (Littr6.) 

7. Bealiser, to realize upon^ to sell. 

9. Captal (chief), head. 

17. B'enembarraiser qui que ceffit, to embarrass any one with her. 

19. Llneeote, son homonyme. The name of the insect referred 
to is spelt obrion; a horned beetle (Cerambyx). 

22. Flayeseent (same in Engl , although not found in small 
diet.), yellowish. 

27. Avait eneore dee pretentions, i.e. to be admired. 
32. So mettre ayeo gout, to dress with taste. 

214. 5. £Ue avait tire de sa fille on parti satiffaitant, she had 
made the best or the most of her daughter. 

II. So lia, became intimate. 

30. En bonne intelligence, upon good terms. 

215. 32. Tranoher, to solve. 

216* 22. Flanqner (pop.), to throw, to toss. 

26. D*ici a quelquei jours (a few days hence), in a few days. 
217* 9. Be par la fantasque heritiere. In old French the prep. 
de with par had the meaning of in the name oft which it has 
retained in a few cases, as de par le rot, de par la hi, 
218* 25. Que vonles-yous! How could it be otherwise! 
219. II. Chambre en mansards, a room in a mansard roof, 
room with slanting ceiling or walls. Une mansarde^ a garret. 
19. n s'agit, it is a question. 
29. En rapport aveo, in harmony with. 

31. Be tenir un grand etat de maison, to keep a house of g^^eat 
state. 

221. 6. Hon pid andrai, Thou shalt not go any more, etc. 
(** Marriage of Figaro," by W. A. Mozart.) 



— 281] NOTES. 279 

10. C*est 7 mettre dei prooedes, I observe formalities. 

15. Mandat, draft. 

33. Mobile, motive. 

34. Qui impose ala joitice hnmaine, which awes human justice. 

222. 13. Tendre an eiel, to aspire to heaven. 

22. Sd^rei , a town in the dep. of Seine-et-Oise and until lately 
the seat of the celebrated manufacture of porcelain, now removed 
to the Park of St. Cloud. 

223. 22. Ce Tiolent parti, this violent decision. 
33. VieiUe fille, old maid. 

224* 3. Angari^. This old French word, sciarcely used in 
modern French, means tourmenter^ vexer, contrarier, 

25. Une femme n'a jamaii Teiprit dans sa poche (pop.), a 
woman is never caught napping or at a loss. 

31. J'ai aant donte Teiprit dans ma poohe. See note above. 
225. II. II m'a fallu faire antiehambre denz foil, he has pur- 
posely kept me waiting (or, dancing attendance) twice. 
20. Le polisson ! the scamp. 

29. Le firont de me repondre, the face to answer me. 
22B« 5. Caiman de Orandet, crocodile of a Grandet. 

30. Sanchet, a Spanish casuist, born at Cordova ; 15 50-1610. 

227. 19. nn coup de theatre, an unexpected and striking, a 
dramatic, event. 

31. Le meilleur ooup de la partie, the finest play of the game, 
the master stroke. 

32. Sohleem (also written jrA//(r»» or slem, **slam," "sweep," 
or ** scoop "), to win every trick. 

228. 3. Se denonait, was reaching a solution. 

23. Beconnaisiance, certificate. 

229. 1 5. Un depit amooreuz, a lover's quarrel ; title of a play 
by Moli^re. 

20. Tout dtait coniomme, consummation was achieved. 
27. Ezaots, prompt. 
230* 15. Eiprit, culture. 

16. Bien da monde, nothing of the ways of the world. 
231* 4. D*nn air hebete, with a stupefied air. 



28o N01ES. [288—238 

12. D'acoord, agreed. 

31. A qui la daehesM avait tonrne la tete, whose head had 
been turned by the duchess. 
31. Xonhcmme d'affaires, my agent. 

232. 3. Xakatods, also spelt kakatois^ kakatou, but more gen- 
erally cacaiois ; Eng. cockatoo. 

4. Per ; translate, steel. 

16. Pretident de ohambre. In France, a court of justice is 
divided into chambres (courts for special jurisdiction), as chambre 
civile (civil court), chambre critninelle (criminal court), chambre 
des requites (court of petitions). I. a caur de cassation (literally 
" The Breaking Court,'* where the decisions of the lower courts 
may be broken or reversed ; the supreme court), which is the 
highest court in France, and receives appeals from all other 
courts, has, for instance, the three chambres named above, and 
. each chambre has a president called president de thambre. The 
president oi ** La cour de cas.-ation " is called Premier President. 

21. Alors le roi sera done son oonsin, at that rate the king will 
be his cousin. 

22. Bourgeoise de 9anniar, a Well-to-do lady of Saumur. 

31. U avait minute aeenrante Crndhot, he had, with the help of 
Cruchot, calculated it down to the minute. 

233. I. Lenrs biens meubles et immenbles, real estate and per- 
sonal property. 

5. Ayants cause, assignees. 

II. Jnsqu'a accuser, so far as to blame. 

13. Avec les plus eruels menagements, with the most cruel 
insinuations or precautions (menagements here means precau- 
tions). 

15. Bien souifrante, quite ill.