Skip to main content

Full text of "Faune populaire de la France .."

See other formats


Google 


This  is  a  digital  copy  of  a  book  thaï  was  prcscrvod  for  générations  on  library  shelves  before  it  was  carefully  scanned  by  Google  as  part  of  a  project 

to  make  the  world's  bocks  discoverablc  online. 

It  has  survived  long  enough  for  the  copyright  to  expire  and  the  book  to  enter  the  public  domain.  A  public  domain  book  is  one  that  was  never  subject 

to  copyright  or  whose  légal  copyright  term  has  expired.  Whether  a  book  is  in  the  public  domain  may  vary  country  to  country.  Public  domain  books 

are  our  gateways  to  the  past,  representing  a  wealth  of  history,  culture  and  knowledge  that's  often  difficult  to  discover. 

Marks,  notations  and  other  maiginalia  présent  in  the  original  volume  will  appear  in  this  file  -  a  reminder  of  this  book's  long  journcy  from  the 

publisher  to  a  library  and  finally  to  you. 

Usage  guidelines 

Google  is  proud  to  partner  with  libraries  to  digitize  public  domain  materials  and  make  them  widely  accessible.  Public  domain  books  belong  to  the 
public  and  we  are  merely  their  custodians.  Nevertheless,  this  work  is  expensive,  so  in  order  to  keep  providing  this  resource,  we  hâve  taken  steps  to 
prcvcnt  abuse  by  commercial  parties,  including  placing  lechnical  restrictions  on  automated  querying. 
We  also  ask  that  you: 

+  Make  non-commercial  use  of  the  files  We  designed  Google  Book  Search  for  use  by  individuals,  and  we  request  that  you  use  thèse  files  for 
Personal,  non-commercial  purposes. 

+  Refrain  fivm  automated  querying  Do  nol  send  automated  queries  of  any  sort  to  Google's  System:  If  you  are  conducting  research  on  machine 
translation,  optical  character  récognition  or  other  areas  where  access  to  a  laige  amount  of  text  is  helpful,  please  contact  us.  We  encourage  the 
use  of  public  domain  materials  for  thèse  purposes  and  may  be  able  to  help. 

+  Maintain  attributionTht  GoogX'S  "watermark"  you  see  on  each  file  is essential  for  informingpcoplcabout  this  project  and  helping  them  find 
additional  materials  through  Google  Book  Search.  Please  do  not  remove  it. 

+  Keep  it  légal  Whatever  your  use,  remember  that  you  are  lesponsible  for  ensuring  that  what  you  are  doing  is  légal.  Do  not  assume  that  just 
because  we  believe  a  book  is  in  the  public  domain  for  users  in  the  United  States,  that  the  work  is  also  in  the  public  domain  for  users  in  other 
countiies.  Whether  a  book  is  still  in  copyright  varies  from  country  to  country,  and  we  can'l  offer  guidance  on  whether  any  spécifie  use  of 
any  spécifie  book  is  allowed.  Please  do  not  assume  that  a  book's  appearance  in  Google  Book  Search  means  it  can  be  used  in  any  manner 
anywhere  in  the  world.  Copyright  infringement  liabili^  can  be  quite  severe. 

About  Google  Book  Search 

Google's  mission  is  to  organize  the  world's  information  and  to  make  it  universally  accessible  and  useful.   Google  Book  Search  helps  rcaders 
discover  the  world's  books  while  helping  authors  and  publishers  reach  new  audiences.  You  can  search  through  the  full  icxi  of  ihis  book  on  the  web 

at|http: //books.  google  .com/l 


"■-     "* 


t       .    a 


( 


V      t 


v. 


EUGENE     ROLt-AHD 


FAUNE  POPULAIRE 


LA  FRANOf; 

TOMB   V 
LES   MAMUIFËHGS  ilOMBSTlUCeS 

DkU&lUtK  rAUTUC 

nous    VllUlA(I^t^:.    TiI(n'»7tS,    l'ROVGRni»,    LKOBNDBiijj 
COïiTfâ  BT  Sl-'CKaSTlTlOKî- 


PARIS 
MAlBOmElITE  AC  U",  UBRMREE-fiDlTIillKS, 


Faunk  POPtiLAOtK  DU  LA  FitAMCfi.  Tomc  I.  Lts  Mamtttifires 
muvages  de  la  Fratia,  1877.  xv  et  179  pp.  •  -  *      S  fr- 

—  Tonie   n.  Les  Oiseaux  sauvaga,   1875.  xv 

et  421  pp 10  &. 

—  Tome    m.   lts    Reptiles f    Us   Poissons,  les 

MoUusquti,   les   Crustacés  et  l4s    Imtclts, 
i88t.  XV  et  jéj  pp.  .....  .     10  fr.  ■ 

—  Tome  rv.  Les  Mammifères  domesli^ms  (pre?. 

mièrc  pariic),  1S81.  xii  et  27Ê  pp.     S  frj 

—  Tome    V.     tes    Mamm/èra     tlomtsiiqutA 

(deuxîétne partie).  1882.  vi et  2^; pp.  .S  fr.j 

SOUS   PRESSE: 

Fause  populaire -de  la  FiiANCE.  Tome  VI.   La  Oisetiu 
domestiques  a  la  FatUMiterie. 


EN  PRÉPARATION  : 

Plowb  i-opuLAWi:  DE  LA  Fkance,  en  6  volumes  ( 
fonnai  que  la  Faune. 


L'auteur  prie  les   (tcrscmncs  gui   s'iaUrcneni    i    Vntavre  qu'il  4 
nurcptise  de  vouloir  bien  eavoyet  pour  loi  i  MM .  Maisonkeuve  ci  CH 
libnûn».étiiteun,  îles    Uucumentt  origiEUDX    pour   U    sililc    de    ! 
Fatifw  ei  pour  la  Fion. 

MM.  Maisonneuvc  ci  O'  le  diargcni  de  lu  lui  imumenrc- 


«■        *. 


•» 


*      /Li 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 


LA  FRANCE 


EUGENE      ROLLAND 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 


LA  FRANCE 


TOME    V 


LES   MAMMIFÈRES  DOMESTIQUES 

DEUXIÈME  PARTIE 

NOxMS    VULGAIRES,     DICTONS,    PROVERBES,     LÉGENDES, 

CONTES   ET   SUPERSTITIONS. 


PARIS 

MAISONNEUVE  6c  C^S  LIBRAIRES-ÉDITEURS, 

25,  QUAi  VOLTAIRE,  25. 

1882 


/?^ 


OUVRAGES  CITÉS  (•). 


Andbbvbtan.  —  La  Savoie  poétique.  Pans,  1845,  in-12. 

Bag  o  Bahar,  poème  hindoustani  trad.  par  Garcin  de  Tassy.  Paris, 

1878,  in-8. 
BÉRONiE.  ^  Dict.  du  Bas  Limousin  (CoiTèze).  Tulle,  iD-4^  s.  d. 
BoBHTLiNQK.  —  Sauscrit-Woerterbuch .  Pétersb.,  1855-75.  7  vol.  in-4. 
BoNiFACB  (L.).  —  Hist.  du  village  d^Esne.  Cambrai,  1863,  in-8. 
Brachet  (A.).  —  Vocah.   tourangeau  (dans   la    Romania,    1872). 
Brieudb.  —  Topographie  médicale  de  la  Haute  Auvergne  (Cantal). 

Aurillac,  1821. 
Caillet  (P.)*  —  Michelle  (roman).  Paris,  1868. 
Chabouillé-Dupetitmont.  —  Manuel  pratique  du  laboureur.  Paris, 

1826,  in-12. 
Chauvelot  (B.).  ~  Scènes  de  la  vie  de  campagne.  Paris,  1861,  in*8. 
Clémbnt-Janin.  —  Sobriquets  de  laCôte-d'Or.  Dijon,  1876. 
Croy  (de).  —  Études  sur  l'Indre-et-Loire.  Tours.  1838. 
Daubenton.  —  Extrait   de   IMnstruction   pour   les    bergers.    Paris, 

an  IIj  in-12. 
Donner  (O.).  —  Lieder  der  Lappen.  Helsingfors,  1876. 
DoRSA  (V.).  —La  tradizione  greco-latina  nei  dialetti  délia  Calahra. 

Cosenza,  1876. 
Fbrraro  (G.).  —  Glossario  Monferrino.  Ferrara,  1881. 
Gary.  —  Dict.  patois  français  du  Tarn.  Castres,  1845,  in-12. 
GiROU  DE  BuzAREiNOUBS.  —  Mémoires  statistiques  sur  les  montagnes 

d'Aubrac.  Paris,  1833. 
GoLDiE.  —  Dictionary  of  the  Efik  language.  Glasgow,  1862. 
Gregor  (Walter).  —  Notes  on  the    Folk-Lore  of  the  North-East  oî 

Scotland.  London,  1881. 
Johnson  (Fr.).  —  Persian,  Avalic   and    En^lish   Dictionary.  London, 

1852,  in-4i 
JÔNAiN.  —  Dict.  du  patois  saintongeais.  Royan,  1869,  in-8. 
Kazimirsri.  —  Dict.  arabe-français.  Paris,  1860,  in-8. 
Lalanne.  —  Glossaire  du  patois  poitevin.  Poitiers,  1868,  in-8. 


(i)  Le  lecteur  trouvera  dans  la  bibliographie    du  volume  IV  les  titres 
des  ouvrages  non  mentionnés  dans  la  présente  liste. 


VI  OUVRAGES    CITES. 


Leclair  (P.).  —  Histoire  des  brigands  d'Orgères,  suivie  d'un  diction- 
naire d'argot.  Chartres,  an  VIII,  in-8. 

Lkgier.  — Traditions  et  usages  de  la  Sologne  (dans  Mëm.  de  V Aca- 
démie celtique,  t.  II,  pp.  204-224. 

Lbscallier  (C).  —  Vocabulaire  des  termes  de  marine.  Paris,  an  VIII. 

Lbutsch  et  Schneioewin. — Paroemiographici  graeci.  Gottingae,  1839, 
3  vol,  in-8. 

Manuzzi.  —  Dizionario  italiano. 

Marquiset  (A.).  -    Statistique  de  Tarroud.  de  Dôle.  Besançon,  1841. 

M^iviER  (G.).  —  Dict.  franco-normand  ou  recueil  des  mots  de  Guer- 
nesey.  Londres,  1870,  in-8. 

NiGRA.  —  Fonetica  del  dialetto  de  Val  Soana.  Torino,  1874. 

Noulet  (J.  B.).  —  Las  Ordenansas   del   libre    blanc.  Montpellier  et 
Paris,  1878,  in-8. 

Olivier  (J.).  —  Le  canton  de  Vaud.  Lausanne,  1837. 

Pages  (A.).  —  Usages  locaux  de  Tlsère.  Grenoble,  1855. 

PoiLLY  (de).  —  Coup  d'œil  sur  Pidiôme  picard,  1833. 

Polissoniana  ou  recueil  de  turlupinades.  Amsterdam,  1725,  in-12. 

Pont.  —  Origine  du  patois  de  la  Tarentaise.  Paris,  1872,  in-8. 

Robert  (A.). —  Dict.  des  usages  ruraux  des  cantons  du  ressort  de  la 
cour  d'Angers.  Angers,  1873. 

Roux  (J.).  —  Sourcelages  lemouzis.  Montpellier,-  1877,  in-8. 

Royer  (C.  E.).  —  Catéchisme  des  cultivateurs  pour  l'arrondissement 
de  Montargis.  Paris,  1839. 

Souche  (B.).  —  Croyances,  présages,  .etc.,  1880. 
—         Proverbes,  traditions  diverses,  1881. 

TissoT  (J.).  — Les  Fourgs  et  les  environs.  Les  Moeurs.  Besançon,  1873. 

Vayssier.  —  Dict.  patois  de  TAveyron.  Rodez,  1879,  grand  in-8. 

ViDOCQ  (E.  F.).  —  Les  Voleurs.  Paris,  1837. 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 


LA  FRANCE 


'>AAAA*- 


LES  MAMMIFÈRES  DOMESTIQUES 


BOS  DOMESTICUS.  —  LE  BŒUF. 

I. 

1.  On  appelle  Tensemble  des  taureaux^  vaches,  jbœufs^ 
veaux  et  génisses  : 

LES  BÉTBS  BOVINES^  L*ESPÊCE  BOVINE,  français. 

LA  BOUVINE,  ancien  français,  Littré(i). 

LA  BOUYmo,  LA  BOUALHO,  LA  BiouNAlo,  languedocien,  commu- 
niqué par  M.  P.  Fesquet. 

LA  BOUÂ,  f.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 

L*ALHAILLB,  ^.(=lat.  plur,  neutre  animalia)(2)  anc.  franc.,  Littré. 

L^AUMAILLE,  f.  ancien  fï*ançai8,  Littré.  —  Deux-Sèvres,  com.  par 
M.  L.  Desaivre.  —  Loiret,  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

LES  ÔMALES,  m,  pi.  Bessiu,  Joret. 

LES  BÊTES  AUMAiLLES,  /*.  pi.  français. 

LES  ERMAiLLÂH,  f,  pi,  fribourgeois,  Grangier. 


(1)  Sub  verbo  imutlUeB. 

(S)  Crhrd.  :  les  animaux  par  excellence,  les  animaux  indispensables. 


BOS  DOMESTICUS. 


LE  BÉTAIL,  français  populaire  (i). 
LES  BÊTES  A  CORNES,  /.  pL  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Armintari  (S),  f,  plur.  (=  lat.  armenta,  armentorum)  roumain,  Cihac— 
Neat,  Neat  cattle,  anglais.  —  RindTieh,  allemand. —Ganado  YaGono,  espagnol. 

2.  Le  mâle  non  châtré   porte  les  noms  suivants  qui 
viennent  du  latin  taurus  : 

TORD,  m.  mentonais,  Andrews. 

TAUR,  m,  ancien  provençal.  —  languedocien. 

TAURE,  m.  ancien  français,  Littré. 

TOR,  m,  normand,  —  ancien  picard,  Bouthors.  ' 

THOR,  THOiR,  m,  ancien  picard,  Bouthors. 

TOiRE,  m.  arrondissement  d'Abbeville,  de  Poilly. 

TAOU,  m.  Landes,  de  Métivier.  —  Bayonne,  Lagravère. 

TOI,  TWA,  m.  Namur,  Orandgagnage. 

TOREL,  TOREAU,  m.  (=  'taurellus)  ancien  français. 

TORE,  m.  Lorraine.  —  Normandie.  —  Côtes-du-Nord. 

TAURE,  m.  Lorraine. 

TOURÉ,  m,  Plancher-les-Mines,  Poulet.  —  Lorraine. 

TAOURÉ,  m.  Bagnères-de-Bigorre;  com.  par  M.  A.*Cazes. 

TOOURÉ,  TOUREAou,  m.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

TAUR,  TORAi,  TORIA,  m.  wallon,  Orandgagnage. 

TOUÉRÉ,  m.  Montbéliard,  Contejean. 

TOiRAi,  m,  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

TAUREAU,  m.  (prononcez  toreau)  français. 

TAURIAU,  m.  Berry.  —  Loiret.  —  Côtes-du-Nord. 

TOURIAU,  m.  Environs  de  Oien,  communiqué  par  M.  J.  Poquet.  — 
Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

TAURIN,  {='taurinus)  Centre  de  la  Fr.,G.  Sand,  Jeanne,  (roman). 

TORiN,  TORILLON,  m.  (=  jeune  taureau)  Côtes-du-Nord,  commu- 
niqué par  M.  P.  Sébillot. 

TAURiLLON,  m.  (=  jeune  taureau)  français. 


(i)  Dans  le  français  classique,  le  mot  bétail  sert  &  désigner  d*une 
manière  générale  les  quadrupèdes  servant  à  Texploitation  d'une  ferme. 

(S)  Cf.  Armentato,  troupeau  de  bétail,  italien  ;  Armenta,  vache,  veau, 
Tyrol  italien  «;  Arménie,  Ormento,  vache,  veau,  Frioul.  (Cihac.) 


B08  DaUBSTICUS. 


Cf.  Toro,  it.  ;  catal.  mod.;  esp.  —  TAor,  ancien  catal.;  ro«maiB,  Cihac.  — 
Tonro,  port.—  Toarinho,  (=  petit  taureau)  port.  —  TerfUe»(=  petit  taureau) 
italien.  —  Taurel,  Trarean,  (■■  petit  taureau)  roumain,  Cihac. 

3.  Autres  noms  du  taureau  : 

BOBUF,  m.  Le  Charme  (Loiret)^  communiqué  par  M.  L.  Beau- 

viUard.  —  Côtea-du-Nord,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 
Bû,  m.  SaUanches  (Haute-Sayoie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 
Buou,  m.  Alpes  cottiennes,  Ghabrand  et  Rochas. 
BANAU,  w.  Loiret.  —  Eure-et-Loir. 

ouAiRé,  WAiRÉ,  ouàRÉ,  m.  Pays  messin.  «  Meui*the-et-Moselle. 
ou  ARE,  OUORÉ,  oiRÉ,  m.  Lorraine,  L.  Adam. 
YOiRÉE,  m.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
JAB,  JAURL,  BAUDiJi,  m,  Forez,  Gras. 
GAié,  m,  wallon,  Grandgagnage. 
ROBIN,  m,  Loiret,  communiqué  par  MM.  L.  Malon  et  J.  Poquet. 

«  Normandie,  DelbouUe. 
RAGOT,  RAGUILLOT,  m.  Semur  (Côte-d*Or),  com.  par  M.  H.  Marlot. 
GODiN,  m.  Frizon  (arrondissement  d'Épinal),  L.  Adam. 
VAiCHER,  m,  (=  taureau  servant  à  la  monte)  Morvan,  Chambure. 
BÔLON,  (=  jeune  taureau)  Bas-Valais,  GiUiéron. 
BiouLÉ,  (=  jeune  taureau)   Camargue,    M"«  L.    Figuier,  Le 

Gardian  de  la  Camargue. 
TARO,  TARV,  (=  gaulois  tar-vo-s)  breton ,  d^Arbois   de  Jubain- 

ville,  Origines  du  breton, 
KOZLE,  KOELE,  KOLB,  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 
KARIA,  tsigane  des  pays  basques,'  Baudrimont. 

Noms  étrangers  du  taureau  : 

Stier,  ail.  —  Ur,  canton  de  Berne,  Zur-Lauben,  Le  Soleil  adoré,..  1782, 
p.  9.  —  Mohni,  Mnni,  Alsace.  —  Haff.  Tubiugue,  Nemnich.  —  Mim(,  Badea- 
Durlach,  Nemn.  —  Mommeler,  Augsbourg,  Nemn.  —  Loder,  Well,  dans  la 
Piuzgau,  Nemn.  —  Bull,  angl.  —  Stark,  (jeune  taureau)  Lancashire,  Nemn. 

—  Steer,  (=  jeune  taureau)  angl.  —  Bnli&ia,  Bic,  roum.,  Cihac.  —  BonghA, 
turc— BnliaJ,  pol.  —  BogaJt  russe,  polonais.  — MirouySç,  grec  mod.,  Cihac. 

—  Bika,  hongrois.  —  Byk,  polon.,  tchèque.  —  Bjkn,  russe.  —  Bik,  serbe, 
bulgare.  —  Abu  sajyal,  (=  père  longue  queue)  arabe. 

On  trouvera  les  noms  alsaciens  du  taureau,  ainsi  que  ceux  de  la  vache, 
du  veau,  etc.,  réunis  dans  un  article  de  la  Strassburger  Zeitung,  du 
29  décembre  1876. 

4.  Le  mâle,  quand  il  a  été  châtré,  s'appelle  : 

BQBUF,  m.  (=  lat.  bovem)  fhtnçais. 


BOS  DOMESTICUa. 


BOËF,  BUBF,  m,  ancien  français. 

BOÛF,  m,  wallon,  Grandgagnage. 

BUF,  m.  Poitou,  Xe  Canard  poitevin,  passim. 

BEUHE,  m.  Hennezel  (arrondissement  de  Mirecourt),  L.  Adam. 

BEU,  m.  Bessin.  —  Berry.  —  Maçonnais. 

BEÙ,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

BU,  BÙ,  BUE,  m,  Doubs.  —  Meurthe-et-Moselle.  —  Vosges.  — 

Haute-Saône.  —  picard.  —  poitevin. 
BiEU,  m.  pays  messin.  —  Vosges.  —  Meuse. 
BiÉ,  m.  arrondissement  de  Lunéville,  L.  Adam. 
BOO,  m.  mentonais,  Andrews. 
Bov,  BOU,  m.  ancien  provençal. 
Buou,  m,  ancien  provençal.  —  Marseille.  —   Alpes  cottiennes, 

Chabrand  et  Rochas. 
Buoou,  m.  Aveyron,  Affre,  p.  318. 

Bioou,  m.  languedocien.  —  Quercy.  —  Limousin.  —  Creuse. 
BÉOU,  m»  Médoc,  Tourtoulon. 
BÈou,  m.  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 
Biô,  m.  Velay,  Mon  tel  et  Lambert,  p.  521. 
BIEUOU,  m.  Limousin,  Tourtoulon. 

BOUÉGU,  m.  Bagnères-de-Bigorre,  communiqué  par  M.  A.  Cazes. 
BOUiRE,  BOUiRAS,  ni,  {=  bœuf  gras)  langued.,  communiqué  par 

M.  P.  Fesquet. 

Cf.  Bue,  Bove,  ital.  —  Bnef,  Bney,  esp.  ~  Boy,  gallic,  Pinol.~Boi,  port.  — 
Boa  (au  plur.  Bol),  roum.,  Cihac.  —  Boeu,  milan.,  Banfi.  ~  Bo,  Parme, Mal. 

5.  Autres  noms  du  bœuf  : 

OISEAU  DE  SAINT  LUC,  français  (terme  plaisant). 

AUCÈL  DE  SAN  LUC,  languedocien. 

CORNANT,  FOURCHU,  argot.  Francisque  Michel. 

CORNAUT,  argot,  Halbert  d'Angers,  Dict.  du  jargon,  1840. 

joiNCLE  (quand  il  va  recevoir  le  joug)  ('),  Deux-Sèvres,  com.  par 

M.  L.  Desaivre. 
BRAMO,  argot  bellau  (des  peigneurs  de  chanvre),  Toubin. 
EJENN,  breton,  d'Arbois  de  Jubainville. 
OC'hen,  m.  plur.  breton,  d'Arbois  de  Jubainville. 
IDI,  tous  les  dialectes  basques.  Van  Eys. 


(0  Cf.  Joinde,  m.  =  veau  de  deux  ans  que  Ton  commence  à  joindre, 
attacher  au  joug.  (Poitou,  Rousseau.) 


BOS  DOMESTICUS. 


SHOUKÉLA,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont. 

Noms  étrangers  du  bœuf  : 

Manio,  ital.  —  Gorn&nt,  fourbesque  de  Parme,  Mal.  —  fiftc,  argot  de  Val 
Soana,  Nigra.  —  Bdc,  Bocin  (termes  enfantins),  piémont.,  Zalli.  —  Ochse, 
ail.  —  Bot,  Dortmund,  Nemn.  —  Bentling,  Oœttingue,  Nemn.  —  Oz,  angl.  — 
Ose,  N9d,  danois.  —  Os,  hoU.  —  Taupoç,  Bouç^  grec  anc.  —  Taupoç,  B(o$i, 
grec  mod.,  Bik.  —  Bouc,  Bouoiv,  Chypre,  Bik.  —  Boïïïv,  Crète,  Bik.  — 
OuBc,  Ténos,  Bikélas. 

6.  La  femelle  est  appelée  : 

VACA,  f,  (=  lat.  vacca)  mentonais,  Andrews. 
VAQUE,  /*.  normand.  —  picard. 

BACO,  /.  languedocien.  —  Toulouse,  Poumarède.  —  Lauragais, 
com.  par  M.  P.  Fagot.  —  Gers,  com.  par  M.  A.  Lucante. 

—  Bagnères-de-Bigorre,  communiqué  par  M.  A.  Gazes. 
BAQUE,  f.  Landes,  de  Métivier. 

VACHA,  f.  Tulle,  Revue  des  langues  romanes,  oct.  1877,  p.  179. 
VACHE,  /*.  français. 

VAiCHE,  vÈCHE,  f.  Lorraine.  —  Pays  messin.  —  Côte-d'Or. 
VAITGHE,  vÈTCHE,  f.  arrondissement  de  Remiremont,  L.  Adam. 

—  Montbéliard.  Contejean.  -^  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
VÈCHTE,  f,  Mandray  (arrondissement  de  Saint-Dié),  L.  Adam. 
VATCHO,  VATço,  f,  Creusc,  com.  par  M.  F.  "Vincent. 

VATSE,  f,  Tarentaise,  Pont.  —  Bagnard  et  Gruyère,  Cornu. 
VOTSE,  /.  Les  Foupgs,  Tissot. 
VATHE  (avec  th  anglais),  f,  Savoie. 

VATHA  (avec  th  anglais),  /.  Sallanches  (Haute-Savoie),  commu- 
niqué par  M.  J.  Ducrey. 

Cf.  Yacca,  italien.  —  Yaca,  roumain,  Cihac  ;  espagnol  ;  portugais  ; 
catalan  ;  Parme,  Malaspiua.  —  Baeca,  Sardaigne,  Spano. 

7.  Autres  noms  de  la  vache  : 

BOViNA,  f.  Forez,  Gras. 

S0UR60,  /.  Ariège,  Montel  et  Lambert,  p.  73. 

BAUBE,  f.  (terme  enfantin)  fribourgeois,  Grangier. 

BODONNE,  f.  Loiret,  com.  par  MM.  L.  Beauvillard  et  L.  Malon. 

BODiNE, BOUDINE,/*,  (terme  enfant.)  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

BOUBOU,  f.  (terme  enfantin)  Pays  messin,  D.  Lorrain. 


6  B06  DOMESTICUS. 


MOCMOIJ, /l  (t^me  enfantin)    Deox-SèTres,  com.  par  IfM.  L. 

Desaivre  et  B.  Soaché. 
TENDRABBi,  f,  (=  génisse  qui  vient  de  faire  son  premier  veau) 

Forez,  Oras. 
BRAMA,  /.  argot  bellaa,  Toabin. 
OHiiVAifTE,  f»  argot.  Francisque  Michel. 
OORNAUTE,  /".  argot,  Halbert  d* Angers,  Dtc/.  du  jargon,  1840. 
GAUYETTB,  f.  Côtes-du-Nord,  communiqué  par  M.   P.  Sébillot. 

(Terme  enfantin.) 
OORBETTE,  /l  argot,  Leclair. 
'   GOURRO,  GOUROUA,  tsigane  des  pays  basques,  Baudi*imont. 
BBOC^H,  BiOG^,  buog'h,  beuc^h,  bug^h,  breton,  com.   par  M.  L. 

F.  Sauvé. 

Noms  étrangers  de  la  vache  : 

Mftcâ,  /:6ôria,GarlftA,  f,  argot  de  Val  Soana,  Nigra.  —  Gaadoja,  fourbesque 
de  Parme,  Mal.  —  Cow,  angL  —  Ko,  suéd.  —  Koe,  danois,  holl.  —  Kn,  island. 
«  Knli.  ail.  ~  Matschel,  Augsbourg,  Nemn.  —  Idtsehel,  Hohenstein,  Nemn. 
—  Hovado,  tchèque.  —  'H  Bouc»  grec  anc.  —  'A^eXe^^  grec  mod.,  Bikélas. 

8.  Le  jeane  mâle  est  appelé  : 

viTBLO,  m.  (:=  lat.  vUeUius)  mentonais^  Andrews. 

BETEL,  19?.  béarnais,  Azaïs. 

BÊTET,  m.  Landes,  \de  Alétivier. 

VEDBL,  VEEL,  aucieu  français,  Littré. 

VEDEL,  VEDELH,  m.  ancien  provençal. 

BEDÈL,  BÉDBi.,  m.  Toulouse,  Poumarède.  —  Lauragais,  com.  par 

M.  P.  Fagot.  —  languedocien.  —  Ariège.  —  Rouergue. 
VDDRL,  m.  Hérault. 
BUDEL,  m.  Bèziers,  Azaïs. 
VBDÈou,  m.  Limousin,  Tourtoulon. 

VEDÉ,  VEOEAOU,  VEDEOOU,  w.  Creusc,  com.  par  M.  F.  Vincent. 
VEDAi,  w.  Bénévent  (Creuse),  com.  par  M.  F.  Vincent. 
vedI,  971.  Saintonge,  Jônain. 

BBDÈT,  m.  Bagnères-de-Bigorre,  com.   par  M.  A.  Cazes. 
BEDET,  m.  Aunis^  L.  E.  Meyer.  —  Loii'et,  com.  par  M.  L.  Beau- 

villard.  (Dans  le  Loiret,  le    mot  est  employé   comme 

terme  enfantin.) 
BEDECH,  991.  gascou^  Azaïs. 
BOUOBT,  99t.  Forez,  Gras.  «  Poitou,  Rousseau. 


i 


BOS  D0MESTICU8. 


BOUDis,  m.  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon.  (Terme  enfantin.) 

BODAUT,  BODi,  m.  Centre,  Jaubert. 

BEDoUt  9n.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

VEL,  vÈL,  m.  Savoie,  Revue  savoisienne,  1880,  p.  14.   «^  Alpes 

cottiennes^  Chabrand  et  RochaR. 
VEAU^  m.  français. 
viAU,  m.  Ile-de  France.  —  Picardie.  —  Normandie.  —  Blois.  — 

Morvan.  —  Orléanais.  —  Beauce. 

VIA,  m.  Morvan.  —  Deux-Sèvres. 

VEA,  m.  Poitou,  Le  Canard  poitevin, 

VAi,  VIA,  m.  wallon,  Orandgagnage. 

viEU,  m,  picard. 

VÉ,  m.  Lorraine.  —  Pays  messin.  —  Bas  Valais,  Gilliéron.  — 

Plancher-les-Mines,  Poulet.  —  Sallanches  (Haute-Savoie). 
yÊ>  m.  Bagnard,  Cornu. 

vEE,  m.  arrondissement  de  Mirecourt,  L.  Adam. 
vÉo,  VÉON,  vÉïON,  m.  arrondissement  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 
vÉïo,  VÉÏON,  w.  Ban  de  la  Roche,  Oherlin. 
VAYOU,  w.  Lunéville,  Oberlin. 
VAYON,  VAïON,  m.   Arrondissement  de   Lunéville,  L.  Adam.  — 

(Dans  le  pays  messin,  vayon  a  le  sens  de  veau  maigre^ 

mauvais  pour  la  boucherie.) 
VÉLIN,  m,  (veau  nouvellement  né) Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 
vÉLOT,  Arrondissement   de   Mirecourt,  L.  Adam.  —  Plancher- 
les-Mines,  Poulet. 
BiouLKT,  m.  (du  lat.  vitulus)  languedocien,  c.  par  M.  P.  Fesquet. 
BRAVBT,  m.  GORi,  m.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
BRAOU,  m,  (=  veau  de  2  à  4  ans)  Landes,  de  Métivier. 
DJEVENCÉ,  (=  'juvencellus)  Montbéliard,  Contejean. 
BROUTARD,  (=  veau  de  2  à  4  ans  qu'on  élève  dans  les  herbages) 
norm.,  DelbouUe.  —  Deux-Sèvres,  comm.  par  M.  B.  Souche. 
MANZOT,  m.  (=  veau  d'un  an)  Alpes  cott.,  Chabrand  et  Jlochas. 
MODZON,  MOGEON,  m.  fribourgeois,  Grangier. 
MÔDZON,  m,  (=  veau  de  plus  d'un  an)  Bas  Valais,  Gilliéron. 
MOZON,  m.  (=  veau  de  plus  d'un  an)  Sallanches  (Haute-Savoie), 

com.  par  M.  J.  Ducrey. 
VEAU  DE  LAIT,  LAITON,  m,   (veau  âgé  de  quelques  semaines) 

français,  (termes  de  commerce). 
NOURRISSON,  (=  veau  de  lait)  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon, 
VACHET,  m.  VACHOT,  m.  KÉCHO,  m.  Côtes-du-Nord,  communiqué 

par  M.  P.  Sébillot. 


8 


«.  f^cMi  q«*oa  Tient  de  K^re^  Côtei  é»  ypfd,  com. 
ptf  JL  P.  Sébilloi. 


H.  argot,  Tidoeq. 
MnTLABBw  «•«  argot  des  TolearB,  L.  Rigafi. 
■fLABBACaiy  basque  labourdin.  Tan  Ejs^ 
■LMABMSI,  basque  bas  naTarrais;  Tan  E js. 
ABKRK,  ABATCBK,  ÂMMYCKK,  (=  Tsan  Cim  an)  basqoe  laboordin 

et  bas  naTarrais,  Tan  Eis. 
UEUÉ  (1),  LIT,  bretoa  annoricain. 

Noms  étrangers  da  Teaa  : 


fHills,  it.  —  Ostesca,  (=  Teaa  de  plus  drmn  an)  itaL  —  Ttdiil.  miL 
Banft.  —  IMI,  Tidtt,  JwOÊfU  piém^  ZalIL  —  tttMl,  rounain,  Cibac  — 
it.  —  MuaulUs,  (=Tean  de  1  à  8  ans)  itaL  -^  iKfti,  plém^  Zalli. 
(=  Teaa  de  lait)  mîL  Banfi.  —  iMili»  Tenise.  —  iHii,  Brescia. 
(=  reaa  de  1  à  2  ans)  Parme.  Mal.  —  AlbarMl.  (T«aa  de  1  à 
t  ans)  Breseia,  M elch.  —  SssÉt.  (Teaa  de  lait)  PionHmt,  ZallL  —  fjtteiw, 
laÊtÊÊmU,  laStMe.  IMel  Msagiae,  (=  rean  de  lait)  itaL—HtgiM,  (reau  de 
2  à  3  ans)  Piémont,  ZallL  —  Masat,  JSse,  roamain«  Cibac— Jsacaa,  (Teaa 
de  2  à  3  ans)  roomain,  Cib.  —  Beccm,  port.  ;  esp.  —  Xati,  Galice  et 
Astories.  —  Tawa,  esp.  (cL  TfaertC  =  jeane  bétail,  en  roumain,  Cibac.) 
— Hstterfcalb,  labkalb,  (veau  de  lait)  alL  —  Plak.  bolL  —  Kalb,  aU.  —  Galf, 
angl.  —  Caaf,  écossais.  —  KalT,  danois.  —  Ocbsiriïalb.  Bslteakalb,  gnand  on 
Teat distinguer  le  mâle  delà  femelle,  ail.  —  ^ïw/fiç,  grec  anc.  —  MooxxpCy 
grec  moderne,  Bikélas. 

9.  Le  jeune  mâle  châtré  est  appelé  : 

BOUViLLON,  97t.  français. 

BOUVET,  m.  Qaejrras,  Chabrand  et  Rochas. 

CHÀTROX,  m.  Morran,  Chambure. 

BOTBLET,  B0i7<ui,  BEÛTiN,  BOTiN,  BOTBLBT,  wallon,  Orandgagnage. 

BCELorr,  m.  Montbâiard,  0>ntejean. 

K0JE51T,  BLOUGoaN,  BLOGORN,  BOCGORN,  brotou,  com.  par  M.  L.  F. 

SaaTé. 
IDIZKO,  dans  les  différents  dialectes  basques.  Van  Eys. 

Noms  étrangers  du  petit  bœuf  : 

Bantxor,  Boats,  roomaln,  Cibac. 

(0  Cf.  Loèf,  Tieil  irlandais  (D*Arbois  de  JabainTiUe). 


BOS  D0MESTICU8.  9 


10.  La  jeune  femelle  jusqu'à  sa  première  portée  est 
appelée  : . 

YELLE,  f,  flrançais,  (terme  des  éleveurs  et  des  marchands). 

VEDELO,  f.  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

BÉoÉLO,  BEDELO,^.Lauragais,  com.  par  M.  P.  Fagot.  —Toulouse, 

Poumarède. 
vEDÈLE,  f,  Saintonge,  Jônain. 
BÉTÈRE,  f.  Landes,  de  Métivier. 
BEUDB,  f,  Saintonge,  Jônain.  —  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
BEDE,  f.  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
BODE,  /.  Forez,  Gras.  —  Centre,  Jaubert. 
BOUDE,  f.  Poitou,  Rousseau. 

BOUDiGUE,  f,  BODOUNE,  f,  BODOCHE,  f.  Centre,  Jaubert. 
BEDiCHE,  f,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  6.  Souche. 
VAUïOTTE,  f,  Lay-Saint-Remy  (arrondiss.  de  Toul),  L.  Adam. 
viAULOTTE,    f.    (=  génisse  qui    vient  d'être   sevré^   Morvan, 

Chambure. 
BRAVA,  f.  Forez,  Gras. 

BRAOUO,  f.  Lauragais,  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 
BRABO,  f.  Toulouse,  Poumarède. 

BRAVO,  /.  languedocien,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 
BiMO,  f,  Bagnères-de-Bigorre,  communiqué  par  M.  A.  Cazes. 
MANZO,  f.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
MÔDZE,  /*.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

MOZE,  f.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 
MOUDZE,  /*.  MOUDZdN,  m,  (=  petite  génisse)  Les  Fourgs,  Tissot. 
MODZENET,  (=  petite  génisse)  Tarentaise,  Pont. 
JUNEGA,  f,  ancien  provençal. 

JOUNÉGO,  J0UN60,  JOURGO,  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet» 
GE6NA,  f,  Jura,  Diez. 

GiUENCA,  (=  génisse  de  moins  d'un  an)  mentonais,  Andrews. 
YAOUSTE,  f,  Bayonne,  Lagravère. 
GENISSE,  /.  (=  lat,  junicem)  français. 
JBUNIS8E  (*),  f.  j'nisse,  f,  Vosges. 
j'niche,  f,  Bessin,  Joret. 


(»)  Dans  le  Loiret  Jennisse  signifie  jeune  vache  qui  n'a  encore  eu  qu'un 
veau.  (Comm.  de  M.  L.  Malon.)  —  M.  J.  Poquet  m'écrit  que,  dans  ce 
département,  on  appelle  Jeunisse  la  jeune  vache  de  sa  première  saillie  à 
sa  seconde  parturition. 


10  BOS  DOMESTICUS. 


GiNiHE,  /.  wallon,  Grandgagnage. 

TGÉNissE,  f.  arrondissement  de  Remiremont,  L.  Adam. 

GENE8SE,  f,  GEN EUSSE,  /.  arpond.  de  Mirecourt,  L.  Adam. 

j'neusse,  f,  arrondissement  d^Épinal,  L.  Adam. 

j'Nin,  /•.  Pays  messin,  recueilli  personnellement.     ^ 

j*NiB.  /.  arrond.  de  Nancy  et  de  Lunéville,  L.  Adam. 

DGENBSSE,  f,  Montbéliard,  Contejean. 

6ÉNEÛSSE,  HNEUSSE,  HNÉSSE,^.  arrond.  de  Remiremont,  L.  Adam. 

DZEUNSEU,  /.  Les  Fourgs,  Tissot. 

GÉNISSARD,  m.  GENissoN,  m,  (=  génlsse  de  1  à  2  ans)  normand, 

Delbouile. 
TAURO,  f*  languedocien. 

TAOURO,  f.  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 
TAURE,  /.  Nièvre.  —  Loiret.  —  Morvan. 
TORE,  f,  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
TAUSE,  /.  (=  génisse  de   son   sevrage    à    sa  première  saillie) 

Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 
TAURiE,  f,  (=  génisse  de  plus  de  2  ans)  Morvan,  Chambure.  — 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 
TOiRE,  f,  TOIRIE,  f,  Côtc-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
TORiCHE,  /.  arrond.  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 
TORÈHHE,  /.  Vosges,  L.  Adam. 
TAURÈHHE,  /".  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
ÀMAiE,  f,  wallon,  Grandgagnage. 
CORBiNE,  /.  CHEVRiLLE,  f,  Morvau,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

ANNER,  ANNOER,  ANNUER,  /.  brctOU,  Troude. 

INAR,  f,  breton  de  la  Cornouaille,  Troude. 

Noms  étrangers  de  la  génisse  : 

Yitala,  (génisse  de  moins  d'un  an)  latin.  —  Jnvenca,  (=gén.  de  plus  d'un 
an)  latin.  —  Vitella  mongana,  Mong^ana,  =  (gén.  de  lait)  ital.  —  GioYenca, 
(=gén.  de  plus  d'un  an)  ital.  —  Vitella,  Yitellina,  Manzotta,  ital.  —  Yitella, 
Becerra,  port.  —  Vitèla,  Yidéla,  Vaileta,  Piémont,  Zalli.  —  Bascinna,  (=  gén. 
qui  n'a  pas  un  an)  mil.,  Banfi.  —  Manzetta,  (=gén.  d'un  an)  mil.,  Banli.— 
M&nza,  (gén.  de  plus  d'un  an)  Parme,  Malasp.  ~  Manza,  Gioniscia,  pays  de 
Oôme.  —  Gianitscha,'  cantoa  des  Grisons.  —  Vitzé,  Vitzelutza,  Vitzica,  Junea, 
lalovitza,  roum.,  Cihac.  —  Juncana,  (=gén.  de  plus  de  deux  ans)  roum., 
Cihac.  —  MavrÇeTa,  grec  mod.  —  Kuhkalb,  Fârsenkalb,  (^  gén.  jusqu'à 
un  an)  ail.  —  Kalbe,F&rse,  (=  génisse  de  un  an  à  deux  ans)  allemand. 

11.  L'animal  métis  qu'on  dit  engendré  d'un  taureau  et 
d'une  ânesse  ou  d'un  âne  et  d'une  vache  ou  d'un  cheval 


BOS  D0MESTIGU8.  11 


et  d'une  vache  ou  d'un  taureau  et  d'une  jument,  est 
appelé  : 

jumart(Oi  w>  français. 

JUHERi,  m.  provençal  moderne.  «  languedocien. 
GiMERit  m.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
GiMEROÛ,  GiMERE,  m.  languedocien,  Diez. 

Noms  étrangers  : 

Blf,  Baf,  vallées  du  Piémont,  Nemn.  —  Manlochs,  Ochseiiesel,  Ochsenpftrd, 
ail.  — Mnilpaard,  hoil.  —  KaBurach,  Tunis  et  Alger,  Shaw  cité  par  Nemnich. 
—  Les  Anglais  appellent  Free  martin  un  veau  mal  conformé  au  point  de 
vue  sexuel,  quelque  peu  hermaphrodite  et  impropre  &  la  reproduction. 

12.  Termes  de  mépris  usités  à  l'égard  de  la  vache, 
quand  elle  est  stérile,  vieille,  trop  grande  ou  trop 
maigre  {^)  : 

GORMO,  f.  60RRI,  m.  {=  vieille  vache)  Alpes  cottiennes,   Cha- 

brand  et  Rochas. 
GOUGO,  f.  (=  vieille  vache  qu'on  engraisse  pour  la  boucherie), 

Alpes  cottiennes,  Chabrand. 
RiQUA,  /.  (=  vieille  vache)  Forez,  Gras. 
;  DRiGUE,  f,  (=  vache  maigre)  Bouilly  (Loiret),  communiqué  par 

I  M.  J.  Poquet. 

^\  ROUREiRi,  f.  (=  vieille  vache  qui  ne  porte  plus)  Forez,  Gras. 

\  I  BAGUETTE,  f.  {=  mauvaise  vache),  wallon,  Grandgagnage. 

;  «  YAOUSTASSE,  f,   (=  grande  vache,   terme  injurieux)  Bayonne, 

A  Lagravère. 

ICACRELLE,  f.  (=  vache   maigre)   Vosges,    communiqué   par 

M.  D.  Pierrat. 
coROTTE,  f.   (=   vieille   vache  destinée  à  la  boucherie)   Les 

Fourgs,  Tissot. 
GRBROTTE.  f.  {=  vache  de  peu  de  valeur)  Vosges,  communiqué 
par  M.  D.  Pierrat. 
/         GANNAG*H^  gounag'h,  (=  vieille  vache  ne  pouvant  plus  produire) 
breton,  Troude. 


i 


(')  Diez  pense  qu*il  est  possible  de  rattacher  ce  mot  et  les  suivants  au 
tetin  chimaera, 
(S)  Par  suite  ces  termes  servent  d*injures  à  regard  des  femmes. 


12  BOS  DOMESTICUS. 


TORE  (*),  /".  (=  vache  stérile)  Bessin,  Joret.  —  Côtes-du-Nord, 
communiqué  par  M.  P.  Sébillot. 

Synonyme  étranger  : 

Boiastra,  (=  mauvaise  vache)  roumain,  Ci  bac. 

«  On  dit  d'une  vache  très  maigre  qu'elle  a  les  cornes  au  cul.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Mâlon. 

13.  Le  troupeau  des  bêtes  à  cornes  qu*on  mène  au  pâtu- 
rage est  appelé  : 

VACHÂiRO.  f.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

BYA,  Bas  Valais,  Gilliéron. 

RÂMÂDO,  f.  Quercy. 

M  AN  ADO,  /•.  Camargue. 

BRAVAT  A  LHO,  f.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

LEURAiN,  NURAiN,  NEURAiN,  Auxois,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

14.  L*étable  des  vaches  et  en  général  des  bêtes  à  cornes 
est  appelée  : 

VACHERIE,  /.  français. 

TET,  m.  environs  de  Pithiviers,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

BEU,  m,  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 

Synonymes  étrangers  : 

Yaqueria,  Bostar,  espagnol.  —  Vacarie,  roumain,  Cihac.  —  Boose,  anglais. 

15.  La  personne  qui  garde  les  bêtes  à  cornes  à  la 
pâture  ou  les  soigne  à  la  maison  est  appelée  : 

VACHER,  m.  VACHÈRE,  f.  BOUVIER,  w.  BOUVIÈRE,  f,  français. 
VAQUIER,  m.  picard.  —  normand. 

VAQUIÈ,  m,  BOViÈ,  m,  BOYÈ,  W2.  VAQUiERA, /".  provcuçal  moderne. 
BAQUÉ,  m.  BAQUERÔ,  f.  Laudos,  de.Métivier. 
VATSÉRAN,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

VATHIRE  (avec  th  anglais),   /.  Sallanches  (Haute- Savoie),  com. 
par  M.  J.  Ducrey. 

(0  Cf.  toara,  mot  portugais  qui  signifie  aussi  vache  stéi^ile,  de  même 
que  le  piémontais  t&rgia  (selon  Nigra).  —  Déjà  en  latin  taura  avait  le 
même  sens.  Voyez  les  exemples  cités  par  Diez,  sub  verbo  tonra. 


BOS  DOHBSTICUS.  13 


VAGLÎ,  m.  VAGLiR,  /.  walloD,  Littré. 

Boué,  m,  Bayonne,  Lagravère. 

BUTiER,  m.  ancien  français. 

BEUTiER,  m.  Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

BOUAiRE,  Sologne. 

BOIRE,  m.  Berry. 

BUGEL,  (cf.  Pirlandais  hôchail  =  conducteur  de  bœufs)  breton, 

d'Arbois  de  Jubainville. 
ARMAiLLi,  ERMAiLLi,  m.  (=:  cclui  qui  couduit  les  troupeaux  aux 

pâturages  des  montagnes)  fribourgeois,  Grangier. 
MÔDZENÂi,  m.    (=  gardien   des  génisses   et   des    veaux)  Bas 

Valais,  Oilliéron. 
vÉoéuÈ,  m,  (=  gardien  des  génisses  et  des  veaux)  Auvergne, 

Girou  de  Buzareinges,   Mémoires  statistiques  sur  les 

montagnes  cfAuhrac,  1833,  p.  18. 
CANTALÉs,  m.  (=  chef  des  vachers)  Auvergne,  Girou  de  Buza- 

reinges,  p.  8. 

Synonymes  étrangers  : 

Boùro,  Boattiere,  Vaccaro,  Yaccajo,  it.  ~  Boar,  Parme,  Mal.  —  Yaqnero, 
Bojero,  esp.  —  Yaqueiro,  Boeiro,  port.  —  Yacar,  Boar,  m.  roumain,  Cihac.  — 
Yacaritza,  /.  Yacareasa,  /.  roumain.  Cihac.  —  Senn,  Ktlher,  Alpbauer,  m. 
allemand,  Poëtevin.  —  Yitzelar,  (gardeur  de  veaux)  roumain,  Cihac. 

16.  «  Il  y  a  toujours  sur  chaque  montagne  ;  1°  un  suisse  chargé 
de  toute  la  direction  et  de  la  distribution  du  fruit  des  vaches,  dont 
il  fixe  le  montant  sans  appel  ;  chacun  lui  obéit  ;  c^est  lui  qui  fait  le 
beurre  et  le  fromage  ;  2<»  un  charasson  qui  aide  le  suisse  dans 
l'intérieur  du  chalet  ;  3«»  un  commissionnaire  qui  apporte  les  produits 
À  la  ville  et  rapporte  les  provisions.  Pour  faire  ce  service,  le  mon- 
tagnard loue  un  cheval,  vingt  francs,  ou  vingt  kilogr.  de  fromage 
et  quatre  kilogr.  de  beurre,  soit  un  fruit  de  vache,  plus  vingt  kilog. 
de  sara  (espèce  de  fromage,  qu'on  tire  du  petit  lait),  valant  cinq 
francs  environ;  4«»  un  ou  plusieurs  vachers  pour  garder  les  vaches 
et  les  ramener  le  soir  au  chalet  ou  hahert,  qui  sert  d*habitation  aux 
hommes,  et  autour  duquel  les  animaux  parquent  pendant  la  nuit.  » 

A.  Pages.  Usages  et  règlements  locaux  du  département 
de  V Isère.  Grenoble,  1855,  p.  191. 

17.  Avoir  de  belles  branches  de  vaches,  c'est  avoir  des  vaches  de 
bonne  souche. 

«  Ces  animaux  demandant  de  grandes  connaissances  dans  leur 


14  B08  DOMBSTICUS. 


achat,  et  étant  susceptibles  de  beaucoup  de  maquignonnage,  c*est 
au  fermier  à  en  faire  Pacquisition,  et  très  souvent  malgré  ses  con- 
naissances, il  est  encore  trompé  ;  aussi  est-il  de  la  plus  grande 
économie  lorsqu'il  a  de  belles  branches  de  vaches,  d*eii  conserver 
Tespôce  et  d^en  faire  des  élèves.  »  Chabouillé. 

18.  «  Taureau  biaire  =  taureau  dont  la  castration,  maladroi- 
tement opérée,  est  restée  incomplète.  »         Morvan,  Chambure. 

19.  «  Castràr  a  la  tirolèsa    ==  castrare  per  attorcigiiamento. 
Modo  di  castrazione  che  usasi  co^  buoi.  »       Parme,  Malaspina. 

20.  «  Le  taureau  va  à  jeu   =  der   Reitochs    springt   auf   die 
Kuh  ;  der  Stier  reitet  die  Kuh.  » 

PoÊTEViN,  Dictionnaire  français*aUemand, 

«  Aivaicher  =  saillir  une  vache  ;  se  dit  du  taureau.  » 

Morvan,  Chambure. 

«  Tsossi  =  môme  sens.  »  Les  Fourgs,  Tissot. 

«  Bovayer  =  mener  le  vache  au  taureau.  » 

Bas  Valais,  Oilliéron. 

«  Faire  taurer  ou  taurir  la  vache,  c*est  la  faire  couvrir.  » 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

«  Faire  chasser  =  faire  couvrir  (la  vache).  » 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

21 .  «  Tia  bu  I  mots  d'excitation  adressés  au  taureau.  » 

Les  Fourgs,  Tissot. 

•  «  Pour  exciter  le  taureau  à  saillir  la  vache  et  lui  donner  courage, 
comme  dit  un  de  nos  vieux  conteurs,  il  est  d^usage  qu^on  lui  crie  : 
«  Elle  est  belle,  elle  est  belle,  sus,  ô  burre  ;  sus,  sus,  sus^  6  burre  ; 
■elle  est  belle,  elle  est  belle,  sus,  sus,  6  burre,  sus,  > 

,  Normandie,  Delboulle. 

«  Tuse  !  interj.  used  to  incite  a  bull.  »       Banffshire,  Gregor. 

22.  La  vache  castrée  est  appelée  : 

bgbuvonnb,  f.  Pays  de  Caux,  E.  Marchand.  Étude  sur  Vagri- 
culture  du  pays  de  Caux,  Paris,  1869,  in-8,  p.  253. 

«  On  appelle  bœuvonnage  Topération  par  laquelle  on  enlève  a  une 


BOS  DOBfBSTICUS.  15 


vache  les  ovaires  ;  cette  opération  ôte  à  la  vache  quelques  uns  de 
ses  caractères  ordinaires  pour  lui  en  donner  qui  la  rapprochent  du 
bœuf.  »  LiTTRÉ,  Supplément, 

23.  «  La  matrice  de  la  vache  s^appelle  la  porture.  » 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

» 

24.  Une  vache  en  chaleur  est  dite  : 

VACHE  EN  COUR,  VACHE  CHASSOuéRE,  Centre,  Jaubert. 
ROBiNiÈRE,   (0   VACHE   SALoiRE,   VACHE  TAUR06NE,  Normandie, 

DelbouJle. 
VACHE  EN  CHA,  Loiret,  com.  par  MM.  L.  Beauvillard  et  L.  Malon. 
VACHE  QUI  DEMANDE  LES  BŒUFS,  Le  Charme  (Loiret),  com.  par 

M.  L.  Beauvillard. 
VACHE  QUI  EST  TAUREAU,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 
VACHE  EN  BEU,  VACHE  ENTORiNÉE,   Côtes-du-Nord,   com.    par 

M.  p.  SébiUot. 
VACHE  QUI  MÈNE  (2),  Les  Fourgs,  Tissot. 

Synonyme  étranger  : 

Rindem,  allemand. 

25.  «  Lorsque  les  vaches  sont  en  amour,  ce  qui  se  connaît  quand 
on  les  entend  souvent  beugler  et  sauter  sur  tout  ce  qui  se  présente 
à  elles,  bœuf,  vache  ou  taureau,  et  que  les  ongles  enflent  aux 
génisses,  il  faut  les  livrer  au  taureau  ;  car  vouloir  faire  passer  leur 
chaleur  lorsqu'elles  ont  déjà  vêlé,  c'est  s'exposer  à  les  empêcher  de 
retenir,  lorsque  dans  la  suite  on  les  mène  au  taureau.  Le  temps  le 
plus  favorable  pour  les  faire  sauter  est  le  mois  de  juillet.  » 

Chabouillé. 

«  On  appelle  vaches  taurellières  les  vaches  qui  recherchent 
souvent  le  mâle,  sans  être  fécondées.  Les  cultivateurs  ne  doivent 
jamais  conserver  des  vaches  taurellières.  Elles  se  tracassent  toujours 
en  recherchant  les  taureaux,  et  cet  état  de  surexcitation  des  organes 
de  la  génération  les  rend  non  seulement  impropres  à  la  production 

(t)  C'est-à-dire  qui  demande  le  Robin  (=  taureau).  Par  extension  on 
appelle  ainsi  une  fille  qui  court  les  garçons.  (DelbouUe). 

(2)  Menai  se  dit  d'une  vache  en  chaleur  parce  qu'elle  est  suivie  du 
taureau  et  même  d'autres  vaches,  comme  si  elle  les  menait.  Les  Fourgs, 
Tissot. 


16  B06  DOMMêTHiim. 


du  Imit,  mmû  an  but  proposé  dans  rélemgc  de  Im  Tidie.  Use  tmn- 
rellière  doit  être  immédiatement  lirrée  an  boucher  »  (i). 

«  Waireler  se  dit  des  vaches  qui  tous  les  mois  désirent  le  taureau 
ou  qui  sautent  but  les  autres  vaches.  » 

Pays  messin,  D.  Lobbadt. 

«  Chevaler  se  dit  d'un  bœuf  qui  a  des  dispositions  à  monter  sur 
d'autres  bestiaux  ;  se  dit  aussi  des  vaches  pleines  qui  font  la  mAme 
chose  de  même  que  des  vaches  qui  veulent  le  taureau.  » 

Centre,  Jaubbbt. 

26.  «  Feumme  qui  huffelle,  ^  poîe  qui  chante,  —  et  vache  qui 
torèUe  —  c^est  tôt  çou  qui  nU  a  d''pu  mâvas.  »  =:  Femme  qui  sif&e, 
poule  qui  chante  (comme  le  coq)  —  et  vashe  qui  saute  (comme  un 
taureau)  c'est  tout  ce  qu^il  y  a  de  plus  mauvais. 

Wallon,  DsiÂRMii. 

«  Pille  qui  subèle  (qui  siffle),  vache  qui  beille  (qui  beugle  comme 
un  taureau),  poule  qui  chante  le  coq,  sont  trois  bêtes  qui  méritent 
la  mort.  »  llle-et-Vilaine,  com.  par  M.  A^  Orain. 

27.  «  Les  vaches  qui  vont  au  taureau'  à  la  vieille  lune  ont  des 
veaux  mâles.  »  Finistère,  Stat.  de  la  France, 

«  La  vache  que  Ton  mène  au  taureau  à  la  lune  nouvelle  donne  une 
velle.  » 

«  C^lle  qu^on  mène  au  taureau  à  la  lune  vieille  donne  un  veau.  » 

Puy-de-Dôme,  Stat.  de  la  France, 

Je  crois  avoir  lu  quelque  part  que  ces  axiomes  reposent 
sur  dçs  observations  fondées. 

28.  «  Anouyêre  =  vache  qui  n'a  pas  vêlé  dans  Tannée  et  n*est 
pas  pleine.  »  Bessin,  Jorbt. 

«  Aneuille  =  jeune  vache  en  âge  de  porter  et  qui  ne  demande  pas 
le  taureau.  »  fiouiUy  (Loiret),  com.  par  M.  J.  Poqubt. 

«  Vache  nolliére  =  vache  stérile.  »  Touraine,  Braghet. 


0)  Dans  les  Vosges,  la  vache  taurellière  est  appelée  eolAire.  (L.  Adam.) 


BOS  DQME8TIGUS.  17 


«  Vache  enveruée  =  vache   qui  ne   retient  pas  quand  elle  est 
menée  au  bœuf.  »  Cdtes-du-Nord,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 

_  • 

«  Veissiva  =  vache  qui  doit  vêler  et  qui  ne  vêle  pas.  » 

Bas  Valais,  Oilliéron. 

«  Cul'iribaude  ==  vache  adulte  qui   ne  peut  plus  être  fécondée 
malgré  la  fréquence  de  ses  désirs  du  mâle.  » 

Loiret,  comm.  par  M.  J.  Poqubt. 

«  Vache  monse  =  vache  qui  n*a  pas  eu  de  veau,  qui  est  restée 
stérile  pendant  l'année.  »  Wallon,  Gbanoqagnagk. 

«  AnVnire  =vache  qui  n^a  pas  repris  de  veau  dans  l'année.  » 

Les  Fourgs>  Tisser. 

«  Sanveskenn,  ranveskenn,  heskenn,  hespenn  =  vache  sans  lait 
et  sans  veau.  »  Breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  OUzenn  =  vache  qui  n*a  pas  donné  de  veau  pendant  Tannée.  » 

Breton,  Troude. 

«  Mane  =  stérile,  impuissant,  en  parlant  du  bétail  ;  marboucko, 
même  sens,  en  parlant  spécialement  du  bétail  femelle.  » 

Landes,  De  Métivier. 

«  FaiWtotte,  f.  =  génisse  de  3  ans  qui  a  failli  au  taureau.  C*est  le 
contraire  de  boMftèssotte^  génisse  qui  a  conçu  à  deux  ans.  » 

Les  Fourgs,  Tisser. 

«  VaUe  partenxia  =  vache  précoce   qui   met   bas  le    veau   de 
bonne  heure.  » 

«  VaUe  tar4ia  =  vache  qui  met  bas  au  printemps.  » 

Bagnard,  Cornu. 

«  S'atampanir  se  dit  d*une  génisse  qui  prend  le  veau  au  bout  de 
sa  première  année.  »        Alpes  cottiennes;  Chabrand  et  Rochas. 

29.  «  Amouiller  (0  =  ôtre  sur  le  point  de  vêler.  » 

Normand,  Delboulle. 

(1)  La  vache  porte  neuf  mois  et  quelques  jours.  Quand  le  temps  du 
vêlage  approche,  ce  qui  se  connait  à  la  mouille^  c*est-à-dire  au  premier 
lait  gue  Von  tire  des  qitatre  tettes,  quU  dans  cette  circonstance,  commence 
à  blanchir  et  à  se  liquéfier,  et  qui,  lorsqu^il  est  de  qualité  à  faire  du 
btau  beurre,  est  bien  jaune,  il  faut  faire  k  la  vache  une  bonne  litière, 
veiller  le  moment  où  eUe  veut  vêler  pour  repousser  ou  redresser  le  veau, 
8*il  ne  se  présente  pas  la  tête  la  première,  et  pour  faciliter  sa  sortie,  si 
la  vache  a  un  travail  laborieux  ;  car,  sans  ces  précautions,  souvent  il 
arrive  qii!uii  veau  se  trouve  étranglé  au  passage.  (Chabouillé.) 

2 


18  BOS  D0MESTICU8. 


«  Amouéyé  =  môme  sens.  »  Bessin,  Jorbt. 

«  Aimoyer  =r  même  sens.  »  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

«  Aimoiller  se  dit  des  vaches  quand  le  lait  commence  à  paraître, 
quelque  temps  avant  de  faire  veau.  »  Morvan,  Chahbure. 

«  OmouUi  se  dit  à  propos  des  mamelles  de  la  vache  sur  le  point 
de  vêler.  »  Les  Fourgs,  Tissot. 

«  Emoui  SB  même  sens.  »  Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 

«  Emm'lli  =  i*endre  le  pis  de  la  vache  turgescent  par  une  friction 
humide  et  légère  pour  y  déterminer  Tafflux  de  Thumeur  lactée  et 
traire  plus  facilement.  »  Les  Fourgs,  Tisaor. 

30.  «  Asètre  =  être  sur  le  point  de  mettre  bas  ;  se  dit  des  vaches 
et  des  juments.  »  Bas  Valais,  Gilliéron. 

31.  On  dit  de  la  vache  qui  fait  veau  : 

BBDELA,  BÉDÉLA,  (==  lat.  'vitellaré)  languedocien.  —  Toulouse» 

Poumarède. 
veilâb,  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
YEiLA,  Bas  Valais^  Gilliéron.  —  Sallanches  (Haute-Savoie). 
VEYÀ,  Bagnard,  Cornu. 
VÊLER,  franyais. 
viAULER,  Morvan,  Chambure.  —  Bessin,  Joret. 

Le  terme  des  éleveurs  est  :  la  vache  jette  son  veau. 
Synonymes  étrangers  : 

Kalben,  K&lbem.  allemand.  —  Cal? e,  anglais.  —  Kalve,  danois. 

32.  «  Quand  la  jument  et  la  vache  ont  mis  bas,  on  leur  donne 
ordinairement  une  demi-seiUe  d^eau  dans  laqueUe  on  a  fait  bouiUir 
une  pinte  ou  deux  d^orge.  Cette  boisson,  qu^on  appelle  une  chaude 
dans  nos  pays,  les  fortifie  et  les  remet  de  leur  fatigue.  Peu  de  temps 
après  la  mise-bas,  les  Juments  et  les  vaches  rejettent  Tarrière-faix^ 
qu*on  nomme  mondure  chez  nous,  et  lorsque  ce  rejet  est  retardé 
seulement  de  quelques  heures,  on  prépare  une  seconde  chaude  à 
laquelle  on  ajoute  deux  ou  trois  poignées  de  graines  de  lin,  et  on 
donne  cette   seconde  boisson  à  Tanimal,  qui  ne  tarde  pas,  après 


BOS  D0MESTICU8.  19 


Pavoir  prise^de  se  délivrer.  Rarement  il  est  besoin  d*aider  les  vaches 
et  les  Juments  dans  cette  opération  ;  cependant,  quand  le  cas 
Texige,  c'est  en  tirant  doucement  Tarrière-faix  en  même  temps  que 
la  femelle  pousse  pour  le  faire  sortir,  que  Ton  parvient  à  Tobtenir, 
et  s*il  résiste  malgré  ces  soins,  il  faut  aller  chercher  un  vétérinaire.  » 
Franche-Comté,  Bonnet,  Manuel  d^agricult.  Besançon,  1836. 

«  Pareure  =  délivre,  arrière  faix  de  la  vache.   —   Séparer  =  se 
délivrer,  rejeter  son  arrière  faix  ;  se  dit  de  la  vache.  » 

Bessin,  Jorbt. 

33.  On  appelle  les  mamelons  de  la  vache  : 

PIS,  m,  TÉTINE  {}),  f,  TRAYON,  m.  français. 

nÈtk,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron.  —  Sallanches  (Haute-Savoie). 

TRAN,  m.  (pour  tir  an)  t  Bessin,  Joret. 

TÉRiAU,  m.  TRÉYAU,  m.  Côtes-du-Nord,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 

POPIAU,  m.  Forez,  Gras. 

RICHERON,  Laas  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

IVROU,  m.  Les  Fourgs,  Tissot. 

IVRE,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron, 

LIVRE,  m.  MÔntbéliard,  Contejean. 

LUYRE,  m.  Sallanches  (Haute-Savoie). 

MOiLLKTTE,  /*.  MOUETTE,  f.  fribourgeois,  Grangier.* 

REMEUiL,  m.  Touraine,  Brachet. 

GHKT,  «n.  Aunis,  L.  E.  Meyer. 

34.  Traire  une  vache  se  dit  : 

MOLSBR,  (a  latin  mulgeré)  ancien  provençal. 
Mouzé,  m,  provençal  moderne. 

MOUTRB,  MOUIDRE,  M0U6E,  ÉMOINDRE,  ForeZ,  Gras. 

TIRER  LA  VACHE  (^),  différents  départements. 
arlL,  Tarentaise,  Pont. 

Synonymes  étrangers  : 

• 

Mmifere,  Mngnere,  it.  ^  Mangir,  port.  —  Hoir,  aragonais.  ^  Mulge, 
roumain.  —  Monse,  piém.  —  Mnlliri,  sarde.  —  Mafilr,  catalan.  —  Ordeâar, 
6ipag;nol. 

(i)  On  appelle  tetias  deux  petits  mamelons  de  la  vache  qui,  quelquefois, 
86  trouvent  placés  en  arrière  des  quatre  principaux  mamelons  et  qui  ne 
fournissent  que  rarement  du  lait.  Littré,  Dict,  s.  v°  tetin. 

(>)  Le  vase  dans  lequel  on  trait  la  vache,  s*appelle  dans  le  Loiret  une 
Ufùkre,  Communiqué  par  M.  L.  Malon. 


20  BOS  DOMBSTICUS. 


35.  «  Rehhue,  rlûvue  =  moment  de  la  journée  auquel  on  trait 
les  vaches  ;  vers  cinq  heures  du  soir.  »  Vosges,  L.  Adam. 

36.  «  Agôn  m.  s  vache  qui  ne  donne  pas  de  lait.  —  Agota 
=  cesser  de  donner  du  lait.  »  Bas  Valais,  Oiluéron. 

«  Mèche  se  dit  d*ane  vache  qui  ne  donne  pas  de  lait  de  toutes  ses 
tétines  :  une  vache  est  mèche  cTun  chet^  de  deux  chefs,  » 

Aunis,  L.  £.  Meter. 

37.  «  On  appelle  vache  à  lait  tendre  ceUe  qui  a  vêlé  depuis  le 
premier  janvier.  »  Dauphiné,  A.  Pages,  p.  188. 

«  Tenrère  =  vache  fraîche  de  lait.  » 

Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 

38.  «  Aitronguièîe  ==  vache  dont  les  pis  sont  enflés.  » 

Saint-Amé  (Vosges),  L.  Adam. 

«  Une  vache  a  le  pis  châni  quand  il  est  enflé.  » 

Pays  mjBssin,  Jaclot. 

«  Tsemoa  =  (vache)  ayant  un  gros  pis.  » 

Bas  Valais,  Oiluéron. 

39.  «  Chaimail,  Chameuil  =:  dureté  qui  se  rencontre  dans  le  pis 
des  vaches  après  qu^elles  ont  vêlé.  »  Poitou,  Rousseau. 

40.  «  Les  vachères  normandes  appeUent  pesques  des  caillots 
qui  se  trouvent  dans  le  lait  de  quelques  vaches  malades.  » 

Mémoires  de  la  Société  vétérinaire  du  Calvados j  1837,  p.  22. 

41.  «  On  appelle  vulgairement  rancle  lamammite  ou  engorge- 
ment des  mamelles  de  la  vache.  » 

Normandie,  Mémoires  de  la  Société  vétérinaire  du 
CaUados,  \9Sn,  p.  4. 

42.  «  On  appelle  araignée  certaine  maladie  des  mamelles  de  la 
vache  et  de  la  brebis  qu^on  croit  à  tort  causée  par  une  piqûre 
d^araignée.  » 

43.  «  Olondraie  se  dit  d^nne  vache  dont  le  lait  devient  sangui- 
nolent. »  Montbéliard,  Contejban. 


ÔOS  DOMESTIGUS.  SI 


Le  mot  signifie  proprement  hirondeUée.  Voir  l'origine 
de  ce  mot  dans  la  Faune  populaire  y  t.  II,  p.  322,  §  6. 

44.  «  Quand  les  yaches,  pour  une  raison  ou  une  autre,  cessent 
d'avoir  du  lait  on  dit  que  le  lait  leur  a  monté  aux  cornes.  » 

Cûte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  Die  Milch  sammelt  sich  in  die  Hôrner  (d.  i.  die  Kuh  hOrt  auf 
Milch  zu  geben).  »  Lithuanien,  Sghlbigher. 

«  Die  Milch  ist  der  Kuh  in  die  Hôrner  gegangen.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

45.  Le  premier  lait  que  donnent  les  vaches  après  avoir 
vêlé  est  appelé  : 

BBT,  m.  Les  Fourgs,  Tissot.  —  provençal  moderne,  Azaïs. 

BÉTON,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

BOTRÉ,  m.  Dompaire  (canton  de  Mirecourt),  L.  Adam. 

BOK,  m.  pays  messin,  Jaclot. 

BABA,  m.  Landremont  (Lorraine),  L.  Adam. 

BBSSON  (>)}  ^>  BUSSON,  m.  FOUiLLACE,  f.  Forez,  Gras. 

Noms  étrangers  : 

Piyùslia,  sanscrit,  Boehtlingk.  —  Oreen-milk,  Banffshire,  Orégor.  —  Biest, 
hollandais. 

46.  Le  lait  est  appelé  : 

LAissEA,  bourguignon. 
LÉSAI,  LASiA,  waUon. 
LACHAU,  LASSAU>  Hainaut. 
LAGH,  LA6,  LAYT,  provençal. 
LArr,  français. 

LACÉ,  m.  Haute-Sâone.  —  Pays  messin.  —  Sallanches  (Haute- 
Savoie). 
LAFÉ,  m.  Savoie^  Revue  savoisienne,  1880,  p.  14. 
LOLO,  m.  français  (terme  enfantin). 
LEAZ,  m.  breton. 

(')  Le  premier  jour,  on  le  fait  boire  à  la  vache  ;  le  deuxième  jour  on 
s*en  sert  pour  délayer  la  pâte  avec  laquelle  on  fait  des  mcUC'f'aims 
raides,  (Forez,  Gras). 


22  B08  OOMB8TICU8. 


Synonymes  étrangers  : 

Utt»,  it.  —  UAft,  esp.  —  uni,  port.  —  Lisl,  cat  —  Ufli,  m.  s.  (aa 
ploriel  Lftftf  et  laytiri)  roomain,  Cihac. 

47.  c  On  donne  le  nom  de  limaee,  à  une  inflammation  parti- 
cnlière  de  la  portion  é&  pean  qni  se  troave  entre  les  ongles  du 
bœuf.  » 

48.  c  On  appelle  fourche  une  sorte  d^inflammation  de  la  peau 
qui  réanit  les  deux  onglons.  » 

Oise,  Annuaire  de  VOise  pour  1831. 

49*  c  Vespilou  est  mie  tnmenr  mixte  remplie  en  partie  d*eau 
ronssâtre,  en  partie  de  gaz  ;  eUe  commence  à  paraître  antoor  de  la 
couronne  des  ongles  ;  elle  monte  ensnite  le  long  de  la  jambe  et 
pénètre  dans  Pintérienr,  si  on  n'y  remédie.  »    Cantal,  Bribudb. 

50.  c  Crockles  =  a  disease  in  the  hind  legs  of  cattle  by  which 
they  are  rendered  crocMin  (=:  cripple).  »     Banffshire,  Gregor. 

51.  «  SoUobcUut,  bétail  qui  ayant  trop  marché  on  marché  contre 
son  habitude  dans  un  terrain  dur  et  pierreux,  a  les  pieds  blessés  ou 
sensibles  au  toucher.  »  Landes,  De  Métiyier. 

52.  «  Un  bœuf  qui  a  de  la  faiblesse  dans  les  pieds  est  dit  : 
claponnier,  clamponnier.  »  Français. 

53.  «  On  appelle  harpin  une  espèce  de  tumeur  charbonneuse  qui 
parait  sur  une  des  jambes  des  bestiaux,  tantôt  au-dessus  du  pied, 
tantôt  au-dessous  du  genou.  » 

54*  «  Zoppina  :  tumore  infiammatorio  che  apparisce  ai  piedi 
délie  vacche.  »  Italien. 

55.  «  L'obstruction  du  feuillet,  maladie  des  vaches  laitières  est 
appelée  :  empanchure,  indigestion  des  regains.  » 

Normandie,  Mémoires  de  la  Société  vétérinaire  du  Calvados, 
1830,  page  109. 

56.  «  On  appelle  gonfle  (m.),  le  gonflement  dangereux  d*une 
vache  qui  a  mangé  trop  de  trèfle  vert.  »        Fribourgeois,  Grangier. 

Cette  maladie  est  appelée  hrama  en  italien. 


BOS  DOMESTIGUS.  33 


57.  «  On  appelle   mal  de  brout  une  maladie  que   les   bestiaux 
contractent  en  pâturant  trop  longtemps  dans  les  bois  au  printemps.  » 

58.  «  La  maladie  causée  par  des  vers  âlaires  nématoïdes  est 
connue  en  Normandie  sous  le  nom  de  hâtis  ou  refray,  » 

Mém,  de  la  Soc.  vétérinaire  du  Calvados,  1830,  p.  99.' 

59.  «  Le  mascarou  est  une  espèce  de  pissement  de  Bang  puru- 
lent. »  Cantal,  Brieude. 

60.  «  Les  anders  sont  des  dartres  laiteuses  auxquelles  les  veaux 
sont  très  siigets.  »  Cantal^  Brieude. 

61.  «  La  pousque  est  la  phthisie  pulmonaire  ou  Tasthme;  les 
bœufs  de  travail  y  sont  sujets.  »  Cantal,  Brieude. 

Q2.  «  La  marre  est  un  cours  de  ventre  séreux  et  fétide,  accom- 
pagné dMpreintes  vives.  »  Cantal,  Brieude. 

63.  «  Le  mal  levât  est  une  tumeur  qui  vient  subitement  au 
poitrail  et  au  fanon.  C'est  la  maladie  appelée  en  français  avant 
cœur.  »  Cantal,  Brieude. 

64.  «  Le  tac  est  Tengorgement  des  glandes  parodides,  les  bœufs 
de  travail  y  sont  particulièrement  sujets.  »  Cantal,  Brieude. 

65.  «  On  appelle  pommeliére  la  vache  dont  le  poumon  est  attaché 
contre  les  côtes.  »  Châbouillé. 

66.  Le  renversement  ou  la  chute  de  l'utérus  (*)  chez  la 
vache  s'appelle  : 

BÉDÉLHÉRO,  f.  Toulousc,  Poumarèdc. 
MAYRE,  f.  Morvan,  Chambure. 
MEIREGEA,  Cantal,  Brieude. 
BÔvé,  m.  Bas  Valais.  Gilliéron. 

67.  «  On  appelle  fourhure^  fourhéture,  maladie  du  vêlage^ 
retour  de  vêlage  la  metro-entèri-peritonite,  maladie  des  vaches 
laitières  qui  vient  après  la  parturition.  » 

Normandie,  Mém.  de  la  Société  vétérinaire  du  Calvados^ 
etc.  1837,  p.  205. 

(i)  C'est  un  vice  rédhibitoire. 


24  Bos  uosEsmcus. 


68.  c  Ripons  de  chien  =  excroissances  cliamnes  en  forme  de 
boules  qui  sont  adhérentes  an  vagin  des  Taches  on  attachées  à 
Parrière  faix.  »  Morran,  Chamburs. 

69.  c  Les  larves  des  oestres  causent  sur  le  dos  de  certains  bœufs 
des  bosses  appelées  tannes.  » 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

70.  c  On  appelle  warpés  les  vers  qui  sont  censés  être  dans  les 
bosses  de  quelques  vaches.  »  Bas  Valais,  Gilusro!!. 

71.  «  Rospett  =  inflammaaione  che  viene  alla  lingua  a*  bovi.  » 

Milanais»  Bakr. 

72.  c  Le  sous  langue  est  le  glosso-anthrax.  (Test  une  maladie 
très  commune  chez  les  bestiaux.  » 

73.  «  Le  charbon  noir  et  le  charbon  blanc  sont  deux  maladies 
gangreneuses  mortelles  de  la  vache.  » 

74.  «  On  appelle  gobilles  des  pelottes  de  poils  avalées  par  les 
ruminants  et  restées  dans  Testomac  (i).  Centre,  Jaubirt. 

75.  Onomastique  bovine  (*)  : 

CHANDf,  m.  (bœuf  blanc)  Centre,  Jaubert. 

MOTEBLA^  /".  (vache  blanche)  Forez,  Oras. 

MAUBLANG,  /.  (vacho  d^un  blanc  sale)  Côtes-du-Nord,  com.  par 
M.  P.  Sébillot. 

BLONDEAU»  m.  (bœuf  blond)  Morvan,  Chambure. 

FBOMENT,  m.  FBOMBNTiN,  m.  (bœuf  à  robe  jaune  clair)  (')  diffé- 
rents départements. 

LAOURBT,  m.  (bœuf  doré)  Gascogne. 

BRAQUBT,  m.  (bœuf  de  couleur  claire)  Gers,  communiqué  par 
M.  A.  Lucante. 

BREN0T,  m,  BisoT,  m.  (bœuf  à  robe  jaune  noir)  Montbéliard, 
Contejean. 

(i)  Le  vulgaire  qui  trouve  ces  pelotes  appelées  scientifiquement  égagro- 
piles  est  persuadé  que  ce  sont  des  boulettes  qu^on  a  fait  absorber  aux 
vaches  pour  les  empoisonner  ou  les  ensorceler. 

(S)  On  trouvera  une  onomastique  bovine  alsacienne  très  complète  dans 
Strassburger  Zeitung  du  30  décembre  1876. 

(>)  On  appelle  ordinairement  iMBUf  de  robe  beurre  frtiSt  un  bœuf  de 
•ette  nuance. 


B08  D0HESTICU8.  25 


ouiYET,  m.  (bœuf  à  robe  gris  cendré)  Centre,  Jaubert. 
TOissou,  m.  (bœuf  couleur  de  blaireau)  Rouergue,  Duval. 
LBBRBT,  m.  (bœuf  couleur  de  lièvre)  Rouergue,  Duval. 
BTOURNBAU,  m.  (bœuf  tacheté  comme  un  étourneau)  différents 

départements. 
T0NAT>  m.  (bœuf  couleur  de  tan)  Rouergue,  Duval. 
BAYARD,  m,  (bœuf  rouge)  différents  départements. 
MAiLLABD,  m.  (bœuf  rouge)  Forez>  Gras. 
ROUGEAUD,  m.  BOUGET,  m.  R0U6ETTB,  /.  (bœuf  OU  vache  rouge) 

différents  départements. 
GUINET,  m,  (bœuf  couleur  de  cerise,  de  guigne)  Rouergue,  Duval. 
CBRisoN,  m.  (bœuf  couleur  de  cerise)  Centre,  Jaubert. 
VEBMEiL  (1),  m.   (bœuf  de  couleur  vermeille)  différents  dépar- 
tements. 
VERMÉ,  m.  (idem)  Angoumois. 
BBRMB,  f.  (vache  de  couleur  vermeille)  Gers,  communiqué  par 

M.  A.  Lucante. 
ROSsiGNEU,  m,  BOSsiGNOU,  m,  BOSSIGNOT,  m.  (bœuf  roux)  Centre, 

Jaubert. 
CAOUBBT,  m.  (bœuf  roux)  Gascogne. 

CHÂTAIN,  m.  (bœuf  châtain  de  couleur)  différentes  provinces. 
CHÀTiNE,  f.  (vache  à  robe  châtain)  Saintonge,  Jûnain. 
GASTA,  f.  (vache  à  robe  châtain)  Gers,  com.  par  M.  A.  Lucante. 
BRUN,  m.  BRIN,  m.  (bœuf  brun)  différents  départements. 
BEUBNOT,    m.  BEURNE,  f,  (bœuf  OU  vache  de  couleur  brune) 

Morvan,  Ghambure. 
BEURAUDE,  f,  BEUROTTE,  f,  (vacho  bruue,  ou  rousse,  ou  noire) 

Morvan,  Chambure. 
BRiNJE,  f,  (vache  brune)  Bessin^  Joret. 
BBONNA,  f.  (vache  toute  noire)  Bas  Valais,  Gilliéron. 
MOREAU,  m.  MORBL,   m.  MORELLE,  f.  (bœuf  OU  vachc  de  couleur 

noire)  différentes  provinces. 
MOURBT,  m,  (bœuf  noir  brun)  Rouergue,  Duval. 
MORUEL,  f.  (bœuf  brun  gris)  Rouergue,  Duval. 
MAROCAIN,  m,  (bœuf  noir)  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
CHARBONNIER,  m.  (bœuf  noir)  différentes  provinces. 
MERLET,  m.  (bœuf  noir  comme  un  merle)  Deux-Sèvres,  com. 

par  M.  L.  Desaivre. 
TOOUPBT,  m.  (bœuf  couleur  de  taupe)  Rouergue,  Duval. 


(^)  Cf.  bermello  (même  sens)  gallicien,  Piàol. 


26  BOS  DOMBSTICUS. 


DEBBON  (^)  (bœuf  ou  vache  de  la  eonleur  de  la  taupe)  Bas 

Valais,  Oilliéron. 
SAROEiRi,  /.  (yache  noire)  Forez,  Gras. 
BRiNGÉ,  m,  (bœuf  bai  clair  sillonné  de  raies  brunes  on  noires 

irr^guliôres)  Calvados,  Littré,  Sttpplément. 
BRINGÉ,  m.  (bœuf  blanc  avec  taches)  Loiret,  com.   par  M.  L. 

Beauvillard. 
BRINGÉ  ROUGE,  m.  (bœuf  blanc  avec  taches  rouges)  Loiret,  com. 

par  M.  L.  Beauvillard. 
BRINGÉ  NOIR,  m.  (bœuf  blanc  avec  taches  noires)  Loiret,  com. 

par  M.  L.  Beauvillard. 
GARE  ROUGE,  f.  (vache  rouge  et  blanche)  Côtes-du-Nord,  com. 

par  M.  P.  Sébillot. 
GARE  NEiRE,  f,  (vache  noire  et  blanche)  Côtes-du-Nord,  com. 

par  M.  P.  Sébillot. 
RÔsiE,  m.  (bœuf  blanc  tacheté  de  rouge)  Montbéliard,  Ck)ntejean. 
GRIVOT,  m.  GRIVE,  /.  GRivoTTB,  f.  (bœuf  OU  vache   rouge  avec 

quelques  parties  blanches)  Morvan,  Chambure. 
BAYOT,  m.  BAYOTTE,  /.  (bœuf  OU  vache  dont  la  robe  est  rouge 

et  blanche)  normand,  DelbouUe. 
PÔMÉE^  f.  (vache  tachée  de  rouge  et  de  blanc)  Plancher-les- 

Mines^  Poulet. 
POUMAi,  m.  RÉMÉ,  m.  (bœuf  tacheté,   pommelé)   Montbéliard, 

Contejean. 
FLEURI,  m.<bœuf  marqué  de  taches  blanches  arrondies,  pommelé) 

différentes  provinces. 
JHOLIT,  m.  (bœuf  blond  marqué  de   blanc)  Saintonge,  Jônain. 
JOLEIE,  f.  (vache  marbrée)  wallon,  Dejardin. 
JAILLA,  f.  (vache  à  robe  jaune  et  tachetée)  Bas  Dauphiné,  Cha- 

brand  et  Rochas. 
DZAILLET,  m.  (bœuf  tacheté)  Canton  de  Vaud,  J.  Olivier,  I,p.  506. 
COLHOUOL,  m.  (bœuf  tacheté  de  blanc)  Rouergue,  Du  val. 
CALHOL,  m.  (bœuf  bigarré,   pie)  Toulouse,  Noulet,  Las  Orde^ 

nansas,  p.  106. 
CHARMET,  m.  GHARMBTTB,   f.   (bœuf  OU   vache  à  poil  bigarré) 

Centre,  Jaubert. 
MARBL,  m,  (bœuf  bigarré)  Narbonne.  Montel  et  Lambert,  p.  44. 
WAIRAUOE,  /".  (vache  noire  et  blanche)  Pays  messin,  D.  Lorrain. 


(0  Derbon  =  taupe,  dans  la  Suisse  romande. 


BOS  DOMESTICUS.  27 


YABALE, /".  (vache  tachée  de  blanc  et  de  noir)  Plancher-les- 

Mines,  Poulet. 
GARiAU,  m,  GARE,  m.  6ARIGHE,  m.  (bœuf  de  couleur  bariolée) 

Centre,  Jaubert. 
BARRÉ,  m,  (bœuf  bariolé)  Morvan,  Bogros.  —  Loiret,  com.  par 

M.  L.  Beauvillard. 
BRiGOLÉ.  m.  (bœuf  bariolé)  Lorraine.  —  Jura. 
VERGBLÉE^  f.  (vache  noire  mouchetée  de  blanc)  Côtes-du-Nord, 

com.  par  M.  P.  Sébillot. 
MA8GAR,  m,  (bœuf  bigarré)  Ariège,  Montel  et  Lambert,  p.  438. 
MASCARET,  m.  (bœuf  bariolé)  Gascogne. 
HASGARéT.  m.  HASGAROU,  m.  (bœuf  taché  au  museau)  Qers,  com. 

par  M.  A.  Lucante. 
RiBAN,  m,  (vache  à  deux  couleurs)  Bas  Valais,  Gilliéron. 
PIGAL,  GASSOU,  m.  (bœuf  couleur  de  pie)  Rouergue,  Duval. 
PUE,  BiGASSE,  BIGEARDE,  f,  (vacho  bigarrée,  pie)  Forez,  Qras. 
PIGEÂ>  m.  (bœuf  pie)   Deux-Sèvres,  com.  pai*  M.  L.  Desaivre. 
PiGEAU,  m.  (bœuf  pie)  Angoumois. 

ARONDÂ,  m.  (bœuf  couleur  d^hi rondelle)  Poitou,  Bigeaud,  Chan- 
sons de  VOuestf  II,  299. 
CHARBONNIÈRE,  CHAUDRONNIÈRE,  f.  (vache  à  mufle  noir)  Norm., 

V.  Brivet,  Traité  des  robes  chez  le  rhetal,  etc,  1844. 
FROMAGEAU,  tn.  (bœuf  qui  approche  de  la  couleur  du  fromage 

mou,  non  écrémé)  Franche-Comté  et  Bresse.  V.  Brivet, 

Traité  des  robes^  etc. 
MOURRAL,  MiRAL,   m.  (bœuf  dont  la  tête  baigne  plus  ou  moins 

dans  le  blanc)  Rouergue,  Duval. 
MARKr,  m.  (bœuf  dont  le  front  n^est  pas  tout-à-fait  blanc)   Bas 

Valais,  Gilliéron. 
MOTÉLAYE,  f.  (vache  qui  a  une  tache  sur  le  front)   Bas  Valais, 

Gilliéron. 
HHTAELÈïE,  f.  (vache   étoilée,  marquée  au  front)    Ban    de  la 

Roche,  Oberlin. 
LUNÉ,  wî.  LUNAiSE,    f.  (bœuf  OU  vache   qui    a    une    marque 

blanche,  une  étoile,  une  lune  au  front)  Centre,  Jaubert. 
BOTSA,  f,  (vache  qui  a  le  front  entièrement  blanc)  Bas  Valais, 

Gilliéron. 
BOTZARDA,  f.  (vache  qui  a  des  taches  blanches  à  la  tête)  fribour- 

geois,  Grangier.  —  Tarentaise,  Pont. 

MOQUARD,  (bœuf  qui  a  sur  la  tête  du  rouge  et  du  blanc)  Environs 
de  Moncontour,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 


28  ÔOS  DOMÊSTICUS. 


GALÂNDA,  f,  (Tache  dont  le  frontal  et  le  museau  sont  blancs). 

Forez,  Gras. 
CHAPE,  m.  (bœuf  qui  a  la  tête  blanche  ou  blonde)  Morv.,  Chamb. 
BRIGHET,  m.   (bœuf  marqué  à  la  queue  seulement)  Ouest,  J. 

Bi^eaud,  Chansons  de  VOuest,  II,  276. 
KAWBTAYB,  f,  (vache  qui  a  des  taches  blanches  sur  la  queue) 

Bas  Valais,  Qilliéron. 
GHAUVET,  m.  (bœuf  à  poils  ras)  Centre,  Jaubert. 
BBRO,  f.  (c.-à-d.:  la  belle  vache)  Gers,  com.  par  M.  A.  Lucante. 
CABiRO,  /.  (vache  à  tête  tournée)  Gers,  com.  par  M.  A.  Lucante. 
•    G0RBET>  m,  (bœuf  dont  les  cornes  se  dirigent  en  bas)  Sain- 

tonge,  Jônain. 
HOUÉ,  m.  (bœuf  dont  les  cornes   se  dirigent  vers  la  terre,  ou 

horizontalement)  Landes,  de  Métivier. 
viRONDÀ,m.(bœuf  de  la  tête  de  l'attelage  qui  doit  tourner,  virer) 

Bas  Poitou,  Bujeaud,  Chayisons  de  VOuest^  II,  299. 
BARBANÇON,  m.  (bœuf  gaillard,  rude,  hardi)  Morvan,  Chambure. 

76.  Comment  on  parle  aux  bœufs  : 

HA  !  HA  I   (commandement  adressé  aux   bœufs  pour  les  faire 

marcher)  Landes,  de  Métivier. 
BÉ  î  BÉ  DOUN  I  (Idem)  Bordelais,  de  Métivier. 
BÈ,  HOU,  BÉ,  HARDI,  ROUYET^  MARTii  BÈ  I  {Idem)  Béarn,  Lcspy. 
ARA  I  (cri  des  labour,  pour  exciter  leurs  bœufs)  Clamecy,  Jaub. 
FRRE  1  FRRE  !  {Idem)  Centre,  Jaubert. 

CHÀA  !  (cri  pour  faire  avancer  les  bœufs  attelés)  Morvan,  Chamb. 
AIDA  I  {Idem)  Pays  basques.  Van  Eys. 
ouô  I  (cri  pour  faire  arrêter  les  bœufs)  Saintonge,  Jônain. 
GHÔLAT I  {Id.)  Morvan,  Chambure. 
CHOLA  I  (1)  (Id,)  Centre,  Jaubert. 
QUiGHE  !  {Id.)  Centre,  Jaubert. 
HÔGHE  !  {Id.)  Morvan,  Chambure. 
VOILAI  I  {Id.)  Montbéliard,  Contejean. 

icheI  ou  iste!  (cri  pour  faire  reculer  les  bœufs)  Montb.,  Contej. 
ARRi  I  ARRi  I  {Id.)  Morvan,  Chambure. 


(0  Pour  retenir  son  attelage,  le  laboureur  emploie  une  sorte  de  siffle- 
ment inarticulé  :  Chll!  auquel  il  joint  ou  entremêle  l'exclamation  holà! 
d*oti  résulte  la  prononciation  de  Chola  !  (Jaubert).  —  On  emploie  aussi 
dans  le  même  but  l'exclamation  :  ciielie!  cntiiel  hol&l  (Jaubert.) 


B08  D0MB8TICUS.  29 

SBU I  (i)  (Id.)  Vosges,  Thiriat. 

Aïci  I  Aïci  I  (cri  du  bouvier   pour  ramener  ses  bœufs  de  son 

côté)  Saintonge,  Jônain. 
▲ïssÉ  !  AÏSSE  I  (Id.)  Angoumois. 
HAUTE  !  ou  HOTE  !    (cri  pour  faire  aller  les  bœufs  à  droite) 

Vosges,  Thiriat. 
vÀLi  I  vÀLi  I  (cri  pour  ramener  un  veau  qui  se  sauve)  Morvan, 

Chambure. 

Termes  étrangers  : 

Arri  1&  t  (cri  pour  faire  arrêter  les  bœuf^),  ital.  —  Jée  te  lée  !  (Idem), 
milan.,  Banfi.  —  Soo  !  (Idem)  esp.;  gallic,  Piâol.  —  Treesch  1  (a  call  to 
an  ox,  a  cow  orbuU)  BanfTshire,  Gregor.  —  Heitseh!  (&  droite)  Prusse, 
Frischbier.  —  Zel(èi  gauche)  Prusse,  Frischb.  —  Bischke!  (pour  arrêter 
les  bœufs)  Prusse,  Frischb.  —  Mnseh!  Mosch!  (pour  appeler  les  bôtea  à 
soi)  Prusse,  Frischb.^ 

77.  «  Dans  mon  pays  natal,  la  Hesse  supérieure,  les  gardiens  de 
bestiaux  ont  chacun  un  instrument  «pécial.  Le  pâtre  des  moutons  a 
la  houlette,  celui  des  cochons  un  fouet  et  celui  des  bêtes  à  cornes, 
ce  que  Ton  appelle  en  allemand  le  Ringelstecker  ou  Ringelstock 
(bâton  à  anneaux).  On  fabrique  cet  instrument  avec  une  forte 
branche  de  noisetier  ayant  vers  le  haut  une  branche  secondaire 
latérale.  On  courbe  cette  dernière  après  y  avoir  engagé  cinq  ou  six 
anneaux  en  métal  et  on  attache  avec  de  Tosier  le  bout  libre  à  Textré* 
mité  de  la  branche  principale.  On  obtient  ainsi  un  bâton  terminé  en 
raquette  dans  laquelle  sont  engagés  des  anneaux  mobiles.  Cet 
instrument,  est  chez  nous,  comme  je  viens  de  le  dire,  Tinsigne 
distinctif  du  bouvier.  Celui-ci,  lorsqu'une  bête  s'écarte  du  troupeau, 
secoue  son  bâton  de  manière  à  produire  du  bruit  afin  d'avertir 
l'animal,  qui,  d'ordinaire,  rentre  dans  les  rangs.  S'il  n'obéit  pas,  le 
berger  lui  lance  le  ringelstock,  dont  le  bout  alourdi  par  les  anneaux 
va  en  avant  et  frappe  la  tête  avec  bruit.  Il  faut  une  adresse  assez 
grande  pour  savoir  lancer  ce  bâton  et  une  anecdote  populaire 
raconte  qu'un  paysan  voyant  son  fils  opérer  maladroitement  lui  dit  : 
Ma  foi,  mon  gars,  si  tu  es  trop  bête  pour  apprendre  à  lancer  le 
ringelstock,  il  ne  te  reste  d'autre  ressource  que  de  te  faire  curé.  » 
Karl  Vogt,  cité  dans  Matériaux  pour  Vhistoire  de  Vhomme, 
1877,  page  203. 

(0  D*ob  seadé  ss  (kire  reculer  (Thiriat). 


SO  BOS  D0MB8TICUS. 


78.  «  On  appelle  toupin  une  grosse  cloche  qui  a  la  forme  d^one 
tulipe  renveirsée.  Il  n^y  en  a  guère  qu^une  dizaine  par  troupeau  de  cent 
yaches.  On  les  suspend  à  leur  cou  pour  monter  la  montagne  et  en 
redescendre;  les  toupins  s^accrochent au  chalet  lelongd^un  soliveau. 
Si  quelque  mauvais  plaisant  les  met  en  branle,  tout  le  troupeau 
reprend  les  sentiers  qui  conduisent  à  la  plaine.  » 

Jura,  M"«  DB  Gasparin,  Les  horizons  prochains. 

79.  «  Peu  d'animaux^  si  ce  n'est  Tours  et  le  cochon,  sont  aussi 
sensibles  à  Tharmonie  que  Tespèce  bovine.  Aussi,  choisit-on  les 
bouviers-laboureurs  plutôt  au  talent  du  chant  qu'au  mérite  du 
labour.  Aussitôt  qu'il  entonne  sa  chanson,  vous  voyez  le  bœuf  secouer 
sa  tête  sous  le  joug,  se  hâter,  donner  plus  d'activité  à  toutes  les 
parties  de  son  corps.  On  a  vu  des  taureaux  se  battant  avec  vio- 
lence suspendre  leurs  fureurs  belliqueuses  pour  écouter  une  belle 
voix,  et  ne  rompre  la  trêve  que  lorsqu'elle  cessait  de  se  faire 
entendre.  La  femelle  du  bœuf,  plus  délicate  que  lui,  doit  être  plus 
sensible  encore  à  l'harmonie.  Il  est  donc  nécei^saire  qu'une  vachère 
ait  la  voix  forte  et  étendue  dans  les  pays  montueux,  et  que,  soit 
en  plaine,  soit  sur  la  montagne,  elle  sache  les  airs  qui  plaisent  à 
son  troupeau,  soit  pour  le  mener  à  l'abreuvoir,  le  conduire  aux 
champs  ou  à  l'ombre  dans  les  bois  et  le  ramener  le  soir  à  l'étable.  » 

Desormeaux,  Tableaux  de  la  vie  rurale^  I,  p.  60. 

Les  bouviers  excitent  les  bœufs  au  travail  par  différentes 
chansons  d'un  caractère  spécial  (i).  C'est  ce  qu'on  appelle  arauder 
dans  différents  départements  et  tiauler  dans  le  Nivernais.  (Voyez 
Littré,  Supplément), 

Voici  quelques  chants  pour  arauder  : 

Hé  ! 

Mon  rougeaud 

Mon  noiraud 
AUons  ferme  à  l'housteau  {le  logis) 
Vous  aurez  du  r'nouveau  {du  regain), 
V  bon  Dieu  aime  les  chrétiens 


(I)  Voyez  sur  ces  chansons  J.  Bujeaud,  Chants  de  VOuest,  I,  p.  16  ;  II, 
p.  299.  —  Dans  son  roman  Jacquet  Jacques,  p.  128,  cet  auteur  définit 
ainsi  les  teriandages  :  «  Vocalises  en  mineur,  toujours  terminés  par  une 
interpellation  directe  à  celui  des  bœu&  qui  s'attarde.  » 


B08  DOMESTICUS.  31 


L'  blé  a  graine  ben 
Mes  mignons  !  c'est  vot*  gain 
Les  gens  auront  du  pain 
Nos  femmes  vont  ben  chanter 
Et  les  enfants  sVont  gais.  ^ 

Hé  I  etc.  {on  recommence). 

Emile  Souvestre,  Les  derniers  paysans. 

Cadet,  Marichault, 
Vermeil  et  Pijault, 
Joli,  Marjolet, 
Haie  !  haie  I  haie  ! 
Haie  !  haie  !  haie  ! 
Haie  I  mon  valet  ! 
P.  Caillbt,  Michelle  (roman  poitevin).  1868,  p.  205. 

Hô  I  Piarrotte,  hô  I  Piarrotte 
Ven  don  viaz  yt'chi  I 
Vô,  lé  ôte,  vô,  lé  ôte 
Yt'chi  !  ta  1 
Beurnotte,  Pringotte, 
Métrillère,  Métrichaude, 
Corbinette,  Jeannette, 
Brunette,  Jolivette, 
Blondine,  y  t'chi  !  ta  ! 
Ta  !  là  !  ta,  ta,  ta  1 
Morvan,  Bogros,  A  travers  le  Morvand.  1873. 

80.  On  appelle  ferrades  dans  le  Midi  les  courses  de  taureaux. 
On  trouvera  d^intéressants  renseignements  sur  ce  sujet  dans  Millin, 
Voyage  dans  le  Midi,  1807-1811,  tome  IV,  p.  14  ;  dans  E.  C.  A. 
d^Agnières,  Souvenirs  intimes,  1863-1868,  p.  7  ;  dans  Villeneuve  de 
BeiTgQmoïiX,  Statistique  des  Bouches^du^Rhône^  Marseille,  1827,  t. 
I,  p.  834  ;  dans  M»«  L.  Figuier,  Le  gardian  de  la  Camargue.  Paris 
1862,  et  dans  VArmana  prouvençau  pour  1874,  p.  26  et  suiv. 

«  Jusqu'en  1852,  nous  ne  connaissions,  en  France,  qu^une  sorte  de 
chasse  aux  taureaux,  dont  on  donnait  la  représentation  dans  nos 
villes  du  Midi.  De  grands  troupeaux  de  bêtes  à  coinies,  appartenant 
à  divers  éleveurs,  paissent,  on  le  sait,  à  Tétat  sauvage,  dans  les 
marais   de   la   Camargue.   Pour  les   reconnaître,   on  a   coutume 


82  B08  D0MBSTICU8. 


d*imprimer,  avec  on  fer  rouge,  sur  la  cuisse  de  Panimal,  la  marque 
du  propriétaire.  Pour  cette  opération,  il  8*agit  d'isoler  la  béte,  de  la 
saisir,  de  la  coucher  par  terre.  CTest  la  ferrade^  que  les  bergers 
exécutent  dans  les  pâturages.  Les  jeux  donnés  au  public  sous  ce 
nom,  simulacres  de  la  véritable  ferretde^soiiX  des  exercices  de  force 
et  d*adre8se  :  on  n'y  tue  pas  d*animaux.  Le  moindre  bourg  de  ces 
contrées  possède  une  place  commune,  entourée  de  barrières  et  de 
torils,  où  d'agiles  lutteurs,  ^  bergers,  propriétaires  ruraux,  ou 
simples  amateurs,  ^  combattent,  sans  armes,  des  vaches  et  des 
taureaux,  et  s'efforcent  de  les  terrasser.  Tantôt  un  cavalier  tenant 
en  main  la  pique  armée  d'un  court  trident,  en  usage  dans  la 
Camargue,  poursuit  l'animal  indompté^  le  frappe  à  la  croupe  et  le 
renverse  ;  tantôt,  visant  au  front,  il  l'étourdit  et  l'arrête.  On  a  vu 
plus  d'une  fois  l'arme  rompue  dans  cette  escrime.  Tantôt  un.  lutteur 
saisit  adroitement  le  taureau  par  les  cornes,  glisse  son  épaule  sous 
la  mâchoire  soulevée,  et  lui  renverse  fortement  la  tête,  de  manière 
que  l'occiput  touche  au  garrot.  La  bête  respirant  à  peine  tombe,  et 
le  lutteur  s'assied,  triomphant,  sur  ses  épaules  ;  tantôt,  à  coups  de 
chapeaux,  trente  ou  quarante  jeunes  gens  excitent,  agacent  de  tous 
côtés  le  taureau.  S'il  fond  sur  ses  adversaires,  ceux-ci  franchissent 
lestement  la  barrière  entourant  l'arène,  et  se  soustraient  à  sa 
ftireur.  Enfin  l'un  des  jouteurs  s'avance  et  fait  baiser  la  terre  au 
fougueux  quadrupède,  qui  se  relève  tellement  honteux,  étourdi  de  sa 
chute,  qu'il  ne  saurait  retrouver  la  porte  de  l'étable.  On  fait  entrer 
le  remorqueur^  un  vieux  taureau  dressé,  qui,  se  plaçant  à  côté  du 
vaincu,  le  ramène  au  toril.  Le  soir,  tous  les  animaux  sont  dirigés 
sur  la  route  de  la  Camargue,  et  courent,  au  galop,  rejoindre  le 
troupeau.  Des  jeux  analogues,  sous  le  nom  d^'Ecarts,  ont  lieu  dans 
les  Landes,  à  Pau,  Saint-Sever,  Mont-de-Marsan  et  quelques  autres 
villes. 

Bulletin  de  la  société  protectrice  des  animaux^  1863,  p.  96. 

81.  Nous  reproduisons  ci-dessous  la  liste  alphabétique 
des  termes  espagnols  relatifs  aux  combats  de  taureaux^ 
qui  se  trouve  à  la  fin  de  Touvrage  de  José  Delgado,  La 
Tauromaqui'2.  Segunda  edicion.  Madrid,  1827,  in-12. 

AOOaTAR  BL  AMGAGNO.  —  Es  cuando  el  destrio,  toreando  de  capa,  la 
recoge  ;  y  en  la  muleta,  cuando  armado  &  la  muerte  la 
reeoge  mas,  6  menos  en  el  palo. 


BOS  DOMBSriCUS.  98 


AGOSAR.  —  Es  la  accion  de  correr  las  reses  liasta  derribarlas,  6 
parârlas. 

APLOMARSB  BL  TORO.  —  Se  dice  cuaudo  ha  perdido  las  piemas,  y  se 
para  sin  embestir  mas  que  à  tiro  hecho. 

ARMARSB  A  LA,  MUBRTB.  —  fis  ponerse  el  diestro  en  la  suerte  derecha 
con  la  muleta  en  la  mano  izquierda,  y  la  espada  en 
la  otra,  situado  en  el  terreno  del  Toro,  para  darle  la 
estocada. 

ATRAYBSAR8B.  —  Es  cuando  el  diestro,  6  el  picador  se  pone  fuera 
de  la  rectitud  del  terreno,  que  ocupa  el  Toro,  llaman- 
dose  &  dentro. 

ATBNDBR  AL  BULTO.  —  Es  cuando  el  Toro  mira,  y  acomete  al  cuerpo 
del  torero  6  diestro. 

BLANOO.  —  Se  llama  al  Toro  que  terne  al  hierro,  y  que  luego  que  lo 
siente  se  yacia,  y  escupe  fuera. 

BOTARTB.  —  Se  dice  al  Toro  claro,  y  sencillo,  que  embiste  mas  bien 
desviandose,  que  ciâendose. 

BRAVO.  ^  Es  el  Toro  que  etobiste  bien,  y  pronto,  pero  que  no  tiene 
codicia,  y  zelo  por  el  objeto. 

BRABUCON.  —  Es  el  Toro  que  saliô  manso,  y  se  hizo  algo  bravo,  6 
el  que  desde  luego  embiste  poco. 

* 

BRAZOS.  —  Tirar  los  brazos,  es  la  accion  que  hace  el  diestro  con  la 
capa,  para  acabarla  de  sacar  al  Toro,  6  ya  por  alto,  6 
yé.  bajo. 

BRAZOS.  —  Meter  los  brazos,  es  cuando  el  vanderillero  se  déjà  caer 
con  las  vanderillas  para  ponerlas  al  Toro;  y  meter 
brazo  se  dice,  cuando  el  diestro  va  à  hacer  igual  accion 
para  matar. 

BULTO^  —  Se  llama  asi,  el  cuerpo  del  diestro,  &  distincion  de  engaûo, 
que  es  lo  que  Ueva  en  la  mano  para  burlar  el  Toro. 

CAimiO.  9*  En  los  Toros,  es  cuando  debiendo  partir  por  el  terreno  de 
afuera,  toman  el  que  ocupa  el  diestro,  6  se  vàu  por 
dentro,'  6f  cuando  se  ci  tan  à  un  lado,  y  acuden  por  el 
otro.  En  el  diestro,  cuando  se  vé  que  ehToro  se  le  cuela 
ganandole  ten^eno,  6  rematandole  en  el  bulto,  y  le  dà 
las  tablas,  y  sale  à,  la  plaza.  En  los  caballos,  es  cuando 

3 


94  BOS  XK)|4pSTICUS. 


se  salen  acia  fUera  del  terreno  de  la  rectitud,  6  se  vuelyen 
de  nalgas  à  los  Toros. 

GARGAR  LA  SUERTB.  —  Es  aquella  accion  que  hace  el  diestro  cpn  la 
capa«  cuando  sjn  menear  los  pies^  tuerce  el  cuei*po  de 
perfil  hacia  fuera,  y  alarga  los  brazos  cuanto  puede. 

€AR6ARSB  SOBRB  BL  PALO.  —  Es  la  accion  que  hace  el  picador  cuando 
coge  el  Toro  con  la  pua,  y  se  esfuerza  &  echarlo  fuera 
en  el  encontronazo. 

CBNTRO.  — •  Es  el  sitio  donde  Uega  el  Toro  à  tirar  la  cabezada,  y  esta 
situado  el  diestro,  6  aquel  que  este  ocupa  cuando  hace 
la  suerte. 

CBfïiRSB.  -^  Es  cuando  el  Toro  ocupa  todo  el  engaîio,  acercandose 
al  cuerpo  del  diestro,  de  forma,  que  cas!  le  toca  su 
terreno. 

CBRRAR  LA  SALiDA.  —  Es  cuando  cl  picador  metido  en  la  rectitud 
del  terreno  que  ocupa  el  Toro,  le  cierra  el  caballo  mas, 
6  menos  hacia  fuera. 

CB5ÏIRSB  EN  EL  EN6AN0.  -*  Es  cuaudo  el  Toro  Uega  à  la  capa,  y 
mueve  yà  el  cuerpo,  6  la  cabeza  estando  humillado,  y 
tirando  bufidos,  sin  atreverse  à  tomarla  del  miedo  que 
le  tiene. 

CHOCANTB.  —  Es  el  Toro  duro  que  no  teme  al  hierro,  y  parte  à  los 
caballos  sin  abrise  al  castigo. 

CITAR.  —  Es  cuando  el  diestro  llama  al  Toro,  y  lo  incita  para  que 
le  embista. 

GiTAR  SOBRB  GORTO.  -*  Es  la  misma  accion,  estando  el  diestro  cerca 
del  Toro. 

CITAR  SOBRB  LARGO.  —  £s  igual  acciôu,  estando  el  Toro  lejos. 

oiTAR  DE  FRENTE.  -*  Es  cuando  cl  diestro  llama  de  capa  6  muleta 
en  la  rectitud  del  terreno,  que  ocupa  el  Toro  ;  6  cuando 
puesto  en  dicha  rectitude  à  larga,  6  corta  distancia,  lo 
llama  para  ponerle  vanderillas. 

CITAR  X  LA  DERECHA.  —  Es  cuâudo  eu  la  suerte  de  vanderillas  à 
média  vuelta  se  situa  el  diestro  detras  del  Toro  sobre 
corto,  y  lo  cita  para  que  le  acuda  por  su  lado  derecho. 

CITAR  SOBRE  LA  izQuiBRDA.  —  Es  llamar  al  Toro  como  queda  dicho 
por  el  otro  lado. 


B08  D0MB8TIGUS.  35 


OOLADA.  —  Es  la  accion  de  colarse  el  Toro,  ô  la  de  pasar  por  el 
centro  del  diestro  cuando  galléa,  6  recorta,  al  tiempo 
del  quiebro. 

OOLOGABSB  BL  TORO.  —  Se  dice  asl  :  cuando  se  ciûe  demasiado,  gana 
"teiTeno,  6  remata  en  el  bulto. 

GONOCIMIBNTO.  —  En  el  torero  es,  el  que  se  tiene  de  Iob  Toros,  y  las 
Buertes  ;  es  el  constltutivo  que  perfecciona  este  arte. 

OONTBASTB.  —  Sn  el  Torq  se  llama  asl  todo  hecho  en  que  se 
encuenti*an  en  el  centro  el  Toro  y  el  diestro  padeciendo, 
6  debiendo  este  padecer  una  cogida. 

omNADA  SOBRE  ALTO.  —  Es  la  que  tira  el  Toro  sin  humillar  mas  que 
lo  précise  para  engendrarla. 

OORTAR  EL  TERRBNO.  —  En  la  Buerto  de  capa,  es^  cuando  el  Toro  al 
llegar  à  jurisdiccion  se  entra  mas,  ô  menos  en  el  terreno, 
que  ha  de  ocupar  el  diestro  pararematar  la  suerte,  y  en 
los  recortes,  cuando  el  Toro  va  adelantado  à  ocuparle 
al  diestro  el  terreno  que  mide  para  hacerle  el  quiebro  ; 
pero  debo  advertir,  que  para  hablar  con  propiedad,  en 
la  suerte  de  frente,  se  dice  ganar  terreno,  y  en  la  de 
recorte  cortarlo. 

CUERPO  DE  DELANTBRA.  —  Es  el  que  debe  tomar  el  diestro  en  los 
recortes,  cuando  el  Toro  se  ciâe,  6  gana  terreno  ; 
consiste  en  no  salir  con  el  Toro,  sino  adelantado  un 
cuerpo  Buyo  de  perfil,  6  dos,  6  très,  segun  gradue  el 
diestro  que  tendra  bastante  para  que  el  Toro  le  dé  lugar 
  pasar. 

DAR  LA  ESTOCADA  DENTRO.  —  Denota  esta  espresion,  que  en  el  mismo 
centro  se  ha  de  meter  la  estocada,  no  porque  el  diestro 
se  quede  en  él,  sino  porque  su  brazo  ha  de  entrar  por 
la  rectitud,  y  al  cargue  de  la  suerte  se  ha  de  dejar  caer 
con  la  estocada. 

DBJARSB  CAER  GON  LA  ESPADA.  —  Espresion  que  significa  el  hecho  de 
dur  la  estocada,  que  para  que  sea  buena  es  necesario 
que  el  diestro  empige  con  sus  fuerzas,  ayudandose  con 
dejar  caer  el  cuerpo  al  tiempo  que  sale  del  centro. 

DERRAMAfi  LA  VI8TA.  —  ËB  la  açcion  de  mirar  el  Toro,  y  fijarla  en 
uno  6  mas  objetps  subcesivamente. 


36  BOS  DOMBSTICUS. 


DERROTES.  —  Son  las  cornadas  que  tira  el  Toro  sobre  alto,  con  que 
quita  la  estocada,  6  Impide  se  le  pongan  vanderillas. 

DiESTRO.  — •  Se  llama  ol  aficionado,  ô  Torero,  que  lancea  el  Toro,  à 
seniei\janza  de  uno  de  los  combatientes  en  la  esgrima. 

DURO.  —  Lo  mismo  que  Toro  chocante. 

EMBROQUB.  — >  Es  el  Contraste  de  ganar  el  Toro  el  mismo  centro,  y 
terreno  del  diestro,  teniendolo  por  ûnico  solo  objeto  al 
tiempo  de  la  cabezada,  6  cuando  va  siguiendole  el 
alcance  sobre  largo,  y  lo  lleva  en  la  cabeza. 

EMPAPAR  EN  EL  ENGARo.  —  Espresiou  quo  se  usa  para  signiâcar  la 
accion  de  pararle  en  el  engaûo  al  Toro,  procurando  que 
no  vea  otro  objeto,  y  lo  tome  de  por  fuerza. 

KNCONTRONAZO.  —  Se  llama  la  accion  dura,  y  temible  de  dâr  el  brinco 
el  Toro^  para  coger  al  picador,  quien  al  mismo  tiempo 
'  empuja  con  todo  su  poder,  para  vacîarlo  con  el  ausilio 
de  la  suerte  que  se  hace  al  mismo  tiempo. 

EN6ANCHAR  EL  TORO.  —  £s  cuando  coge  al  diestro^  y  lo  saca  en  el 
piton  por  la  ropa,  ô  carne. 

ENQAS^o.  —  Es  la  capa,  6  muleta  ù  otro  cualquiera  objeto,  que  se 
tiene  en  la  mano  para  engaôar^  y  sortear  al  Toro. 

BNGENDRAh  LA  CABEZADA.  —  Es  cuando  el  Toro  baja  la  cabeza,  para 
tirar  la  cornada. 

ENMENDARSE  DEL  QUIEBRO.  —  Se  dice  asl  cuando  el  Toro,  despues 
que  hizo  el  quiebro,  se  recobra,  y  pone  en  aptitud  de 
correr  con  todas  sus  piernas. 

BSCUPiRSE  FUERA.  —  Se  dlce  cuando  el  Toro  se  despide  del  engaûo,  6 
se  sale  del  centro  de  los  quiebros. 

ESTOCADA  DE  VOLAPIB.  — >  Couslste  OU  que  el  diestro  se  situa  à  la 
muerte  con  el  Toro,  ocupando  cumplidamente  su  terreno, 
y  luego  que  al  cite  de  la  muleta  humilia,  y  se  descubre, 
corre  hàcia  el,  poniôndosela  en  el  centro,  y  dejàndose 
caer  sobre  el  Toro,  mete  la  espada  y  sale  con  pies. 

FALSETA.  -*  Estilo  de  echar  el  caballo. 

FEROZ.  —  Toro  que  es  muy  violento,  y  revoltoso,  y  al  mismo  tiempo 
sanguinolente,  y  devorador  de  todo  objeto  que  coge»  en 
que  se  ceba  estfeinadamente* 


BOS  POMESTICUS.  37 


FiBRo.  —  Toro  tambien  sanguinolento,  y  devorador,  pero  marri^o,  y 
pausado.    ^  • 

FRANCO.  —  Toro  lo  mismo  que  boyante. 

FUERÀ.  -*  Sedice  que  se  pone  el  diestro,  cuaudo  llam&ndo  de  capa 
se  sale  d  la  rectitud  del  terreno  del  Toro  en  la  accion 
de  matar,  cuando  dà  la  estocada  à  média  vuelta,  6  en 
semicirculo  ;  en  la  de  vanderillas,  6  recortes,  cuando  no 
se  entra  en  el  centro  de  los  quiebros. 

FUERA.  —  Se  dice  que  se  echa  el  Toro,  cuando  se  escupe  del  engaûo  ; 
cuando  se  sale  del  centro  de  los  quiebros  ;  y  cuando 
van  à  la  muerte,  que  luego  que  sienten  la  espada  se 
vacian,  haciendo  un  corcovo. 

HUMiLLAR  EL  TORO.  —  Es  proplamento  cuando  baja  la  cabeza,  ya 
para  engendrar  la  cabezada,  ya  para  partir,  ô  escarbar  ; 
ya  tambien  cuando  va  cpn  la  cabeza  biga  siguiendo  al 
bulto  ô  eugaâo. 

HUMiLLAciON.  —  El  acto  de  humillar  el  Toro. 

LETANTADO.  -*  Se  Uama  asi  el  Toro  que  va  corriendo,  ô  trotando. 

LiDiA.  —  En  las  plazas,  es  el  acto  de  jugar  los  Toros. 

MARRAR  EL  TORO.  —  Es  cuaudo  el  plcador  no  lo  coge  con  la  pua  ; 
el  vanderillero  yerra  los  regiletes  ;  y  el  matador  las 
estocadas. 

MEDIA  vuELTA.  —  En  la  suorte  de  muerte  se  dice,  que  es  à  média  vuelta, 
cuando  él  diestro  no  esperaàmeterla  espada  enel  centro, 
sino  luego  que  le  arranca  el  Toro,  forma  un  semicirculo 
corto,  por  dentro,  y  al  pasàr  se  déjà  caer  con  la  espada; 
todas  estas  estocadas  no  tiene  merito  sino  en  el  Toro 
que  gana  terreno,  y  remata  en  el  bulto. 

MEJORAR  TERRENO.  —  Es  cuaudo  el  dlostro  situado  en  la  rectitud  del 
terreno  del  Toro,  observa  que  antes  de  embestir  se 
cuela  dentro,  ô  que  embistiendo  le  gana  su  terreno»  que 
en  el  primer  caso  grangea  igual  porcion,  que  la  que  el 
Toro  tomô  ;  y  en  el  segundo  tambien  abanza  igual 
terreno  ;  y  si  acaso  no  puede  le  dà  al  Toro  las  tablas. 

METERSE  CON  LOS  TOROs.  —  Es  esperarlos  demasiado  à  la  suerte  ; 
y  asi  en  la  capa,  se  mete  con  los  Toros  el  que  se  los 
ciûe  mucho  ;  en  las  de  vanderillas,  el  que  se  déjà  caer 


H  BOS  DOMB8TICU8. 


con  mas  prôzimidad  al  tiempo  de  la  humiUaeion  ;  y  en 
la  muerte,  el  que  se  mete  bien  en  el  centra,  y  dé,  la 
estocada  dentro,  6  muy  ceâido  :  y  por  ultimo  cuando 
el  picador  espéra  bien  en  la  rectitud,  y  con  el  mayor 
sosiego  toma  al  Toro  en  la  jurisdiccion  para  picarlo,  se 
dice  que  se  mete  bien  con  los  Toros. 

■ULETA.  '—  La  muleta  se  hace  tomando  un  pàlo  ligero  de  dos  cuartas 
y  média  de  largo,  que  tenga  un  gancho  romo  en  uno  de 
sus  extremos,  y  en  él  se  mete  un  capotillo  por  medio  de 
la  junta  del  cuello,  y  las  dos  orillas  se  juntan  en  el  otro 
extremo  del  palo,  y  dandole  algunas  vueltas  en  él  queda 
formada  la  muleta,  que  toma  el  diestro  por  dicho 
extremo  con  la  mano  izquierda.  Para  la  suerte  la  pone 
al  lado  del  cuerpo,  y  siempre  cuadrada  :  y  situado  en  el 
terreno  del  Toro  lo  incita  &  partir,  y  lo  recibe  en  dicha 
muleta  al  modo  de  la  suerte  de  capa  al  pase  regular. 

OBEDEGER  EL  ENGANO.  -*  Es  cuaudo  cl  Toro  aticudc  à  él,  y  lo  sigue 
por  donde  quiera,  en  la  suerte. 

obSbrvar  EL  viAGE.  —  Se  dice  de  los  Toros,  cuando  arrancan,  y  é, 
poco  se  detienen  sobre  las  manos,  viendo  el  via^e  que 
lleva  el  bulto,  y  con  respecto  al  diestro,  se  usa  de  esta 
expresion  para  denotar  la  précision  que  tiene  siempre, 
ya  esté  en  suerte,  ô  no,  de  observar  el  viage  que  llevan 
los  Toros. 

PAJRAR  LOS  PIES.  —  Es  la  acclon  que  ejecuta  el  diestro,  cuando  se 
esta  parado  en  el  terreno  sin  mover  los  pies,  hasta  que 
el  Toro  llega  bien  û  jurisdiccion,  y  le  hace  la  suerte. 

^JIRSAR.  «>  Es  poner  dos  vanderillas  à  un  tiempo. 

PIERNAS  DE  LOS  TOROS.  —  Se  usa  csta  expreciun  para  denotar  si 
pueden,  6  no  mucho;  y  asi,  cuando  se  dice,  tiene  muchas 
pieruas.  es  porque  esta  con  agilidad  y  poderio,  y  como 
no  todos  los  Toros  las  tienen  iguales,  se  dice  :  Toro  de 
unas  piernas  reguiares  ;  Toro  de  pocas  piernas  :  ya  ha 
perdido  las  piernas  ;  todavia  las  conserva,  etc.       *■ 

PIERNAS  ;  voLVERSE  SOBRE  ELLA3.  —  Se  dico  asi  cuaudo  el  Toro 
aunque  no  parta  muy  precipitado,  se  sostiene,  y  vuelve 
sobre  ellas  apenas  pierde  el  engafto,  6  se  va  siempre 
con  él. 


BOS  DOMESTICUS.  39 


PIES.  ~-  Salir  con  pies,  es  cuando  el  diestro,  ya  sea  sobre  corto,  ô 
largo,  se  Yé  embrocado  del  Toro,  que  entonces  no  tiene 
mas  remedio,  que  correr  à  buscar  guarida  :  y  cuando 
véi  ha  de  hacer  alguna  suerte  encontrada,  particular- 
mente  la  àe  la  muleta,  estando  el  Toro  de  nalgas  en 
los  tableros,  debe  igualmente  andar  de  pies,  hasta 
coger  el  terreno  de  adentro. 

PLAZA.  •—  Echarse  â  la  plaza,  es  la  accion  que  haee  el  diestro  de 
salir  al  terreno  de  ella,  y  darle  al  Toro  las   tablas. 

QDADRADA  LA  MULETA.  -*  Se  usa  de  esta  expresion,  para  significar 
*  que  la  muleta  no  se  ha  de  poner  perfilada,  para  citar 
al  Toro,  sino  bien  de  Trente,  y  cuadrada. 

QUADRADO.  — •  Se  dlce  del  dieâtro  que  ha  de  guardar  esta  postura 
cuando  remate  las  suertes,  y  meta  las  vanderillas. 

QUEDARSE  EN  JURiSDiccioN.  —  ES  cuaudo  el  Toro  apenas  llega  à  la 
capa,  6  muleta  remata  la  suerte,  6  se  queda  sobre  las 
manostirando  cabezadas. 

QUiEBRO.  —  Es  el  que  se  hace  al  Toro  con  la  capa,  ladeando  el 
cuerpo  de  perfil,  6  con  las  vanderillas,  y  recortes 
cuando  llengan  é,  juntarse  el  siestro,  y  el  Toro  en  el 
centro  de  los  quiebros. 

QUIEBRO  DEL  TORO.  —  Es  cl  quc  cstc  rccibc  en  el  centro  de  los 
quiebros,  como  y  a  queda  significado,  en  el  cual  ahozica 
por  lo  regular  ;  pues  como  por  razon  del  cuarteo  va 
cargado,  es  muy  natural,  que  no  puedan  las  mànos 
sostenerle  el  cuerpo  impelido  de  la  carrera,  y  se  le  vayan; 
y  cuando  acaso  no  caida,  tiene  que  recobrase  sobre  las 
mismas  manos,  para  volver  à  partir. 

QUiTAR  LAS  PIERNAS.  —  £s  darles  muchas  suertes  à  los  Toros,  6 
correrlo  con  los  capotillos,  recortandolos  repetidaniente, 
para  que  se  cansen,  y  pierdan  el  rigor  de  las  piernas  ; 
que  son  las  que  mas  le  sirven,  para  acometer  con 
agilidad,  y  usar  de  sus  trazas. 

REBRiNCARSE  EL  TORO.  —  Es  «u  la  sucrtc  de  capa,  cuando  terne  al 
engaûo  y  de  pronto  rebrinca  por.  él  ;  en  la  suerte  de 
yanderillas,  cuando  agarrado  con  ellas  tira  un  brinco  ; 
y  lo  mismo,  cuando  ejecuta  esta  accion  al  cogerlo  con 
la  espada  :   y   tambien  se  dice  que  el  Toro  rebrinca. 


40  BOS  DOliESTICUS. 


cuando  e^tà  en  el  suelo  el  diestro,  y  pasa  por  encima 
sin  pngancharlo. 

RB0AR6O.  —  Se  dice  propiamente  de  los  Toros  duros,  que  despues 
que  cargan.  y  estan  agarrados  cou  la  pua^  lejos  de 
escupirae,  cargan  de  nuevo,  6  que  despues  que  se 
sueltan  se  revuelven  al  caballo. 

REMATAR  EL  TORO.  —  Es  cuando  en  las  suertes  de^  capa,  y  muleta 
se  vàn  con  estos  engaâos  hasta  que  el  diestro  los  escupe 
de  elles  ;  en  los  recortes,  cuando  salen  del  centre  de 
los  quiebros  ;  y  cuando  siguen  los  Toros  cualquier 
objeto  hasta  las  tablas,  donde  dàn  las  cabezadas  con 
corage,  se  dice  que  rematan  tambien  :  y  esta  accion  es 
por  lo  regular  de  Toro  de  espiritu,  y  dureza. 

REMATAR  FUERA.  —  Se  dice  asi,  cuando  el  Toro  pasa  humillado  el 
terreno  del  diestro,  y  dà  la  cabezada  fuera  de  él,'à  mas 
6  menos  distancia. 

RESALTO.  —  Suerte  de  à  caballo,  que  se  hace  al  Toro  que  sale 
despedido  de  una  vara,  cogiendolo  todavia  levantado. 

REVOLTOSO.  —  Se  Uama  asi  el  Toro,  que  aunque  sea  franco,  y  se 
yaya  con  el  engaâo^  se  vuelve  sobre  él  sosteniendose  en 
las  piemas. 

RECELO  ALGASTiGO.  —  Se  dicc  quB  lo  tiene,  el  Toro  que  es  cobarde 
al  hierro,  ô  que  yd  castigado,  parte  con  detencion,  y 
recelé. 

SALIDA.  —  Se  dice  en  la  suerte  de  capa,  cuando  el  Toro  pasa  por 
terreno  del  diestro,  y  remata  fuera  ;  y  en  los  recortes, 
cuando  sale  del  centre  de  los  quiebros  ;  y  picando,  se 
dice  darle  salida  al  Toro  para  denotar,  que  no  se  le 
tape  la  que  tenga  à  sus  querencias. 

SALiRSE  DE  LA  CABBZA.  —  En  los  embroqucs  sobre  largo,  es,  cuando 
el  diestro,  à  quien  signe  el  Toro  por  su  terreno,  se  echa 
à  un  lado  ;  y  en  los  que  son  sobre  corto,  cuando  le  tapa 
la  cabeza,  y  sale  con  pies,  6  se  vacia  à  un  lado. 

SALTO.  —  Perder  el  salto,  se  dice  del  que  salta  bien  una  suerte,  y  la 
olvida,  6  por  miedo;  ô  por  haber  perdido  el  tanteo. 

SFTio  AGBNO.  —  Se  llama  aquel  en  que  el  Toro  no  tiene  querencia 
alguna,  &  contraposicion  del  propio,  que  son  sus  que- 
rencias naturaies,  6  casuàles. 


BOS  DOMESTICUS.  4t 


SITUAR8E  BN  LA  RECTiTUD.  — >  Es  ponerse  el  diestro  tan  derecho  al 
Toro^  que  esten  sus  pies  linea  recta  à  las  manos  de  él. 

TABLAS.  —  Se  llaman  asi  las  vallas,  6  paredes  interiores  de  la  Plaza. 

TAPAR  LOS  oios.  —  Es  Guando  el  diestro  en  los  embroques  sobre 
corto,  le  cubre  la  vista  con  el  engaâo  para  poder 
vaciarse  &  un  lado,  ô  salir  con  pies. 

TAPARSB  EL  TORo.— ES  cuando  levanta  la  cabeza  sin  querer  humillar. 

TENDKR  LA  SUERTE.  —  Es  lo  mismo  que  cargar  la  suerte,  con  la 
diferencia  que  se  lleva  mas  tiempo  tendido  el  engaâo. 

TERRBNO.  —  Dejar  venir  al  Toro  por  su  terreno,  es  cuando  el  diestro, 
ya  sea  en  la  suerte  de  capa,  6  recorte,  observa,  que  no 
le  gana,  ni  pisa  el  Toro  el  que  ocupa,  y  entonces  se 
esta  parado  hasta  que  lo  recibe  en  el  centre,  para 
cuadrarse  &  la  salida. 

TERRBNO.  —  Saltar  el  terreno,  es  cuando  el  Toro,  ô  por  ser  abanto, 
6  tener  rezelo  del  castigo,  rebrinca  por  el  terreno  que 
ocupa  el  diestro,  ô  por  el  de  adentro. 

TERRENO  DE  AFUERA.  -*  Es  el  que  se  signe  al  que  ocupa  el  diestro 
mirando,  à  la  plaza  de  perfil,  6  de  cara,  al  tiempo  de 
rcmatar  la  suerte  ;  y  terreno  de  adentro  es  el  que  signe 
al  que  ocupa  el  diestro  mirando  à  las  tablas. 

TRANQUILLO.  ^  Se  dice  asi  para  espresar,  que  uno  sabe  esta  6  la 
otra  suerte,  v.  g.  ha  cogido  el  tranquille  à  la  capa,  à 
los  recoi*tes«  etc. 

TRANSFORMACioNES.  —  Sou  las  que  tienen  los  Toros,  cuando  de 
mansos  se  hacen  bravos,  6  por  el  contrario  ;  6  cuando 
por  temor  del  castigo,  los  que  se  cinen  se  escupen 
fuera,  y  lo  mismo  los  que  ganaban  terreno,  ù  rema- 
taban  eu  el  bulto  ;  aunque  este  ûltimo  se  ve  rara  vez. 

TRA8TEAR.  -*  Es  Uevar  à  un  Toro  d  un  lado  y  à  otro  con  los 
capotillos  ;  ô  pasarlo  del  mismo  modo  con  la  muleta. 

TROCADO.  —  Se  dice  del  Toro,  que  sale  de  la  corraleja,  y  cuando  vô 
al  picador,  se  pega  à  las  tablas,  para  embestirle,  ô  sale 
hacia  los  tercios,  y  desde  alli  le  embiste  en  rectitud. 

TOPA-GARNERO.  —  Es  la  suerto,  que  hace  el  picador,  metido  menos 
de  très  varas,  con  un  Toro  aplomado,  parado,  6 
levantado, 


4Z  Bùë  wmawncvê. 


rA%k^  ^  Loininmo  que  garrocha. 

ifwun  (Soerte  de  derrihar  de),  —  El  estïio,  qae  lUman  de  violio,  se 
egecota  toroaiido  la  rea  en  el  modo  y  à  la  distancia  qae 
qneda  prevenida  para  la  faUeta  ;  y  solo  se  diferencia  en 
T|tie  la  garrocha  se  eeha  por  eima  dd  euello  del  caballo  : 
y  adrierto,  que  si  la  res  se  embroca  ô  cae,  como  preci- 
samente  se  cootrapone  la  garrocha,  y  las  riendas,  y  va 
dirlgido  el  caballo  al  cuerpo  y  cabeza  de  la  res,  es 
necesario  macho  caidado,  y  tino,  para  no  pasar  por 
cima  de  ella  en  la  catda,  6  dar  en  la  cabeza  al  embroque, 
por  caya  razon  este  estile  es  muy  poco  asado. 

ZKLOiO.  —  Lo  mismo  qae  Toro  reroltoso. 

82.  «  Sabessa,  Ttabessa  =  frontal  des  vaches,  des  bœufs.  » 

Forez,  Gras. 

83.  «  Corner,  se  dit  du  taureau,  du  bœuf  ou  de  la  vache  qui 
frappe  avec  ses  cornes  ;  on  dit  dans  le  même  sens  heurter  en  Nor- 
mandie (DelbouUe),  et  teùraU  turai  dans  le  Morvan  (Chambure)  ; 
dans  ce  dernier  pays,  la  tête  des  bêtes  à' cornes  s^appelle  teure^  f» 
(Chambure).  » 

«  Hula  ^  présenter  le»  cornes,  en  parlant  du  taureau.  » 

Bayonne,  Laoravère. 

«  Massar  =  donner  des  coups  de  cornes,  se  heurter  avec  la  tête, 
en  parlant  des  bœufs  et  des  moutons.  » 

Alpes  cottiennes,  CharraNd  et  Rochas. 

84.  «  Ecorner    un  bœuf,  c'est  lui  faire  tomber  les  cornes.  » 

Français. 

«  Ehnai  =  même  sens.  »  Les  Fourgs,  Tissot. 

«  Baco  debanado  (')  =  vache  qui  n'a  plus  de  cornes  ;  au  figuré 
fille  déshonorée.  »  Languedoc,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

«  Eïbana  =  bœuf  écorné.  —  N"ei  pas  eïbana,  se  dit  de  quelqu'un 
qui  n^est  pas  sot.  »  Limousin,  com.  par  M.  Q.  de  Lépinay. 

«  Ebnau,  f.  vache  qui  a  perdu  ses  deux  cornes.  '^BicouanoUe  = 

vache  qui  a  perdu  une  corne  seulement.  » 

Les  Fourgs,  Tissot. 

(i)  Dans  le  midi  de  la  Frauce  bano,  A  =  corne. 


B08  DOMBSTICU8.  43 


t  Dagorne  =  vache  qui  a  perdu  une  corne.  »  -  Français. 

85«  «  On  lie  les  bœufs  par  les  cornes  et  les  hommes   par  les 
paroles.  »  Français. 

«  Lliomé  per  la  paraolo  et  lou  buou  per.la  bano.  » 

Provençal  moderne. 

«  011  uomini  si  legano  per  la  lingua,  i  buoi  per  le  coma.  » 

Italien. 

<  0  boy  pella  ponta  e  o  homem  pella  palavra.  » 

Portugais,  Pbrbyra. 

«  Al  buey  por  el  cuemo  y  al  hombre  por  el  verbo.  » 

Espagnol. 

«  Den  Ochsen  soll  man  bei  den  Hôrnei*n  nehmen,  den  Mann  beim 
Wort,  die  Frau  beim  Rock.  »  Allemand. 

86.  «  Dal  bo  davanti  ;  dal  mulo  dadrio«  e  da  la  dona  da  tute  le 
bande.  »  Proverbe  vénitien. 

«  take  heed  of  an  ox  before,  an  ass  behind  and  a  monk  on  ail 
Bides.  »  Proverbe  anglais. 

«  Der  ochs  stôsst  von  vorne,  das  pferd  von  hinten,  der  pfaffe  von 
allen  seiten.  »  Prusse,  Frisghbier.     ' 

87.  «  Do  boy  manso  me  guarde  a  mim  Deos,  que  do  bravo  eu 
me  guardarei.  »  Portugais,  Perbtra. 

88.  «Biau  bano  bas— daïsso  tsamaï  soun  mestré  din  rembarra8.= 
fiœuf  à  coiiie  basse,  ne  laisse  jamais  son  maître  dans  l'embarras.  » 

Bas  Quercy,  com.  par  M.  Datmard. 

89.  «  Killing  a  sacred  cow  that  gores  you  is  not  sin.  »  —  C'est 
le  droit  de  légitime  défense.  Proverbe  telugu,  Carr,  §  988. 

90.  «  Fcenum  habet  in  cornu,  longe  fuge.  » 

Locution  latine,  Horace. 

Les  Romains,  selon  Plutarque,  avaient  coutume  de  mettre  du 
foin  à  la  Corne  de  leurs  bœufâ  quand  ils  savaient  ceux-ci  méchants; 
c'était  un  moyen  d'avertir  le  public  de  se  garer. 

91.  «  Evitez  le  bœuf  quand  il  rentre  du  pâturage,   car    en    ce 


44  BOS  DOMBSTICUS. 


moment, le  diable  saute  entre  ses   cornes  ».  Cela   est  surtout   vrai 
d*un  bœuf  noir  et  au  commencement  du  printemps. 

Proverbe  talmudique,  Sohuhl. 

92.  «  Il  ne  se  faut  pas  ioûer  au  bœuf.  » 

Proverbe  ancien  français,  Nugiîrin. 

93.  «  On  ne  sépare  pas  deux  bœufs  qui  se  battent.  » 

Proverbe  wolof,  Dard,  Grammaire  wolofe,  p.  141. 

94.  «  A  bully  fights  with  his  peers,  not  with  the  grandees.  » 

Proverbe  oji,  Riis. 

95.  «  Si  le  bœuf  veut  te  terrasser,  couche-toi  par  terre.  » 

Proverbe  wolof,  Dard. 

96.  «  Huyendo  del  toro    cayô  en   el  arroyo.  =  En   fuyant  le 
taureau  tomber  dans  le  fossé.  »  Proverbe  espagnol. 

97.  «  Prendre  le  taureau  par  les  cornes.  =  Aborder  de  front 
les  difficultés.  »  Proverbe  français. 

«  Den  Ochsen  durch  die  Hôrnergeben.  »    Proverbe  allemand. 

98.  «  E'  mangerebbe  un  bue  co'  corni.  »  —  Se  dit  de  quelqu^un 
qui  a  un  grand  appétit.  Italien,  Pescetti. 

En  français,  on  dit  dans  le  même   sens  :    il  mangerait   bien  le 
diable  avec  ses  cornes. 

99.  «  Il  est  furieux  comme  un  banau  animé.  » 

Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Il  est  comme  un  taureau  prêt  à  choquer.  » 

Français,  Marin,  Dictionnaire  français 'hollandais. 

100.  «  Ognuno  fugge  il   bue  che  cozza.  =  Ognuno  sfugge   la 
compagnia  de*  maldicenti.  »  Proverbe  italien. 

101.  «  ...Y  veut  faire  son  queuquVun  avec  sa  mine  de  porichinelle... 
sa  bouche  comme  les  pampines  (*)  d'une  vache  qu'à  la  foire.  » 

NiSARD,  Quelques  partsianismes  populaires, 

C)  Famines  ;p  lèvres,  babines. 


B08  DOMSSTICUS.  45 


102.  «  Kûibersahn  ist  ein  Zahu  genaiint,  wdchen  ein  Kind 
ansnahmweise  mit  auf  die  Welt  bringt,  indem  nàmlieh  die  Kàlber 
bel  der  Oebart  immer  schon  Zfthne  besitzen.  » 

Allemand,  MsoiKUS. 

103.  «  Les  dents  du  bœuf  sont  de  deux  espèces  :  les  molaires  ou 
mftchelières  au  nombre  de  24,  et  les  incisives  au  nombre  de  8  ; 
celles-ci  n^existent  qu^À  la  mAchoire  inférieure  ;  Tautre  mâchoire 
n*en  a  pas,  mais  elle  est  mimie  d'un  bourrelet  épais  contre  lequel 
les  dents  s^appuient  pour  couper.  Les  deux  dents  incisives  du  milieu 
s^appellent  pinces,  et  les  deux  qui  terminent  la  rangée  de  chaque 
côté  coins.  (1) 

«  Lorsque  les  dents  des  bœufs  et  des  vaches  sont  hors  de  marque, 
elles  sont  courtes  et  noires,  et  on  dit  alors,  en  terme  de  campagne, 
qu*elles  ont  ra^tn:  c'est  comme  qui  dirait  raser  pour  les  chevaux.  » 

Chabduiluî. 

104.  «  Les  vaches  qui  cherchent  à  mâchonner  le  bois,  le  cuir, 
etc.,  sont  appelées  roingneuses.  » 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

105.  Le  bœuf  et  la  yache  ont  sous  la  gorge  une  grosse 

peau  pendante  qu'on  appelle  : 

FANON,  m.  français. 

GORLÈTK,  f,  waUon,  Grandgagnage. 

PBTRB,  Bas  Valais,  Oilliéron. 

GALAMOU,  m.  SANSOGNO,/.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

YOUARTB,  f.  Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 

LAMPE,  f.  Centre,  Jaubert 

BANNB,  PANNB,  f.  Saintouge,  Jônain. 

Noms  étrangers  du  fanon  : 

Pilear,  latin.  —  Sofslofi^  «ogala,  PaglioUla,  it.  —  PArattoIa,  mil.  Banfl. 
-  HfêâÊL,  68p.  —  Btriela,  gallicien,  Pinol.  —  Bivra  41  M,  Panne,  Malas- 
pina.  —  Bargia,  italien.  —  Kmscb,  hollandais. 

lOo.  On  dit  du  bœuf  et  de  la  vache  qui  font  entendre 
leur  voix  : 

(1)  Les  estes  sont  appelés  esitsis  à  TookMMe.  (Poomaréds). 


46  BOB  D0MB8TI0US. 


MEUGLER,  BEUGLER,  HUGIR,  français. 

MUGLBR,  Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

BRAMA,  languedocien,—  béarnais,  —  provençal,  —  Auvergne,  — 

Suisse  romande. 
BRAMER,  Différentes  provinces. 
MUTE,  Pays  messin,  Jaelot. 
MOURNBR,  Deux-Sôvres. 
BOUÀLER,  BAULBR«  MoFvan,  Chamburc. 
BRÛLYE,  Bagnard,  Coma. 

BRBUiLLBR  (86  dit  de  la  vache),  Morvan,  Chambure. 
BRioouLÀ  (se  dit  du  cri  du  bœuf  annonçant  la  peur,  la  colore 

ou  le  danger).  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 
BRÀLBR,  (1)  Trouville. 
MiouTBNAi  (se  dit  de  la  vache  qui  beugle  légèrement  en  caressant 

son  veau  nouveau  né),  Montbéliard,  Contejean. 

Synonymes  étrangers  : 

Mngire,  latin.  —  Muggliiare,  liai.  —  Bramar,  esp.  —  Bmar,  gallicien, 
Piôol.  —  Loeyen,  Ballten,  holl.  ~  Bldcken  (se  dit  surtout  du  veau),  BriUlea, 
ail.  —  Lftejen  (>),  ancien  haut  allemand.  —  Lften,  Suisse  allemande. 

107.  Le  son  émis  par  le  bœuf,  etc.,  est  appelé  : 

BEUGLEMENT^  MEUGLEMENT,  MUGISSEMENT,  français. 

RUNÉ,  m,  (mugissement  faible  du  bœuf  et  de  la  vache)  Vosges, 

Thiriat. 
R^JÂNA  (grande  voix  des  bœufs),  Vosges, Thiriat. 

Synonymes  étrangers  : 

Mngffhio,  Mafffl^iiamento,  italien. 

108.  «  Selon  les  enfants  le  bœuf  fait  :  ù  !  ù  I  portugais,  Coelho, 
Contos,  p.  1  ;  —  mu  I  ou  mue  h  I  en  allemand,  Wackernagel  ;  —  bu  ! 
bas  allemand,  Wackernagel. 

Cf.  les  noms  enfantins  de  la  vache  :  monaoïi,  (Deux-Sèvres)  et  bonbon, 
(Pays  messin).  Voy.  ci-dessus  S  7. 

0)  D*après  le  journal  Le  Temps  du  28  juillet  un  paysan  de  Trouville 
disait  :  la  mé  brftle  comme  on  taoriaii,  la  mer  hurle  comme  un  taureau. 

(S)  Voyez  les  différents  synonymes  allemands  de  ce  mot  dans  Wacker- 
nagel, Voces  variae  amimamtitim,  p.  M» 


B08  DOMSmOUS.  47 


109.  «  Pleurer  comme  un  veaa.  =  Pleurer  beaucoup  pour  peu 
de  chose.  » 

€  Pleurer  comme  une  vache.  =^  Même  sens.»    Locution  vieillie. 

«  ...  Elle  pleurait  comme  une  Madeleine  qui  a  perdu  son  veau  (i).  » 
BoNNEURR,  La  grille  et  la  petite  porte  (roman). 

110.  «  Ce  n^est  pas  la  vache  qui  crie  le  plus  fort  qui  donne  le 
plus  de  lait.  »  Wallon,  Dejardin. 

«  S*  n^  a'  m'  1^  vèche  que  hule  lo  pu  que  bèye  lo  pu  de  lacé.  » 

Pi^  messin,  recueilli  personnellement. 

«  Loud  i*  the  loan  was  ne'er  a  gude  milk-cow.  » 

V 

Proverbe  écossais. 

• 

«  Koeijen,  die  meest  brullen,  geven  die  minste  melk.  » 

Hollandais. 

111.  «  Vaque  qui  bret  perd  eune  gueulée    » 

RoUChi,  HÉGART. 

112.  «  Il  a  entendu  eune  vaque  braire  mais  i  n^  sait  point  en 
telle  étabe.  »C.-à-d.  :  avoir  entendu  dire  vaguement  telle  ou  telle 
chose.  Boulonais,  com.  par  M.  Ern.  Desbillb. 

«  Il  at  olou  braire  ine  vache  en  on  stâ  et  i  n^  set  wisse.  » 

Wallon,  Dejardin. 

«  J^ai  aouie  braire  eine  vaque,  mais  je  n^  seroi  dire  deins  quelle 
étave.  »  Saint-Quentin,  Dsjardin. 

113.  Les  bœufs,  quand  ils  mangent,  avalent  la  nourriture  à 
moitié  mâchée  ;  ensuite  ils  la  font  revenir  dans  leur  bouche  et  la 
mâchent  une  seconde  fois  ;  c^est  cette  seconde  mastication  qui  est 
lente  et  très  exacte  qu'on  appelle. ru mt nation. 

Le  bœuf'a  quatre  estomacs  :  la  panse  ou  herbier,  qui  est  le  plus 
grand  et  qui  aboutit  à  Pœsophage  ;  le  bonnet  ou  chaperon,  qui 
n^est  que  la  continuation  de  la  panse  ;  le  feuillet  ou  meulier,  qui  ne 
communique  avec  les  deux    autres    que   par  une  ouverture   assez 

0)  Le  romancier  met  cette  phrase  dans  la  bouche  d*une  femme  du 
peuple.  Il  y  a  là  une  confusion  amusante  entre  deux  proverbes:  pleurer 
comme  une  Madeleine  et  pleurer  comme  un  veau. 


48  BOS  DOMBSTIGUS. 


étroite,  et  la  caillette  ou  franche.ftnule,  La  nourriture  d'abord 
avalée,  s*arrôte  dans  les  deux  premiers  estomacs  ;  elle  ne  passe 
dans  les  autres  que  lorsqu'elle  a  été  ruminée. 

«  Couêhé  =r  partie  de  Testomac  du  veau  renfermant  la  présure  que 
Ton  emploie  pour  faire  cailler  le  lait.  » 

Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 

«  On  appelle  presou  le  quatrième  estomac  du  veau  de  lait  avec  la 
portion  de  lait  caillé  qui  s'y  trouve.  »       Toulouse,  Poumàréde. 

«  Fojeu  =  centopelle  ;  il  terzo  stomaco  degli  animali  rumi- 
nanti.  »  Milanais,  Banfi. 

«  Baretta  =  Digrumàle,  Favo,  Rumine  :  il  primo  stomaco  degli 
anjimali  ruminanti,  il  quale  dopo  avère  alquanto  ritenuto  il  cibo 
l^ggermente  masticato,  lo  rimanda  alla  boccaper  essere  rimasticato. 
Lo  chiamano  cosi  dalla  sua  forma  di  berretta.  » 

Milanais,  Banfi. 

114.  «  Boire  à  mourre  de  vache  ==:  Se  mettre  sur  les  genoux  et 
sur  les  mains  pour  boire  dans  un  ruisseau,  ou  lorsqu'un  verre  est 
plein  jusqu'au  bord,  boire  une  partie  de  ce  qu'il  cpntient  sans  le 
prendre  dans  la  main.  »  Pays  de  Vaud,  Càllbt. 

.  115.  «  L'aigo  del  tooutas  —  fo  béni  lou  buoou  gras.  =  L*eau 
du  bourbier  —  engraisse  le  bœuf.  Le  bœuf  préfère  l'eau  bourbeuse 
à  Teau  la  plus  limpide.  »  Rouergue,  Duval. 

116.  «  L'eau  à  traits  de  bœuf  boys,  et  le  vin  comme  roy.  » 

Proverbe  ancien  français. 

«  El  agua  como  buey,  y  el  vino  como  Rey.  » 

Proverbe  espagnol. 

«  Trink*  Wasser  wie  ein  Ochs  und  Wein  wie  ein  Kônig.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Dricka  Watn  som  en  Oxe  och  Wijn  som  en  Herre.  » 

Proverbe  suédois. 

117.  Ruminer  se  dit  : 

RBUDoi,  Plancher-les- Mines,  Poulet. 

RiNGBR,  Deux-Sèvres,  communiqué  par  M.  B.  Souche. 

RiNJi,  Vosges,  Thiriat. 


Bb»  BinmTicus.  49 


:    BÔmok,  ToHlonse,  Pdmnarède. 

moofGitB,  Beauce  el  Qfttinais,  eommtmiqaé  pêt  If.  J.  Poquei. 

Sjmonymes  étrangors  : 

itaUen.  —  BuMCà,  milanais,  Banfl. 


118.  €  MUrimisi  se  dit  des  saches  qui.  ruminent,   qui  font  une 
espace  de  sieste,  couchées  dans  les  prés.  »  Les  Pourgs,  Tissot. 

«  L€t  vaches  sont  en  preçneure  quand  sur  le  midi  elles  se  repo- 
sent h  Fombre  pour  ruminer.  »  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

«  Praneteux  =  lieu  où  les  vaches  en  pâture  se  rassemblent  et  se 
reposent.  »  Arrondissement  de  Mirecourt,  L.  Adam. 

«  Les  vaches  sont  en  train  de  câliner  =  les  vaches  se  reposent  à 
Pombre.  »  Normandie,  Dblboulle. 

«  La  sieste  des  vaches   est   appelée    en  allemand  Kûhiruhe   ou 
Kûhunter^  dans  la  Hesse  et  le  pays  de  Waldeck,  Vndem,  » 

Voyez  Orucm,  Wôrterb. 

119.  «  Debout  !  les  vaches  vont  aux  champs.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  finançais. 

«  Dormi  fin  che  canta  la  vacca.   =  Sbucar  fuori  ail*  alba  de* 
tabani.  »  Milanais,  Banfi. 

120.  «  Avoir  une  fièvre  de  veau  signifie  avoir  un  léger  /Hsson 
après  le  repas,  avoir  une  petite  fièvre,  ou  trembler  de  peur.  » 

«  On  dit  en  plaisantant,  de  quelquMn  qui  fait  le  malade  :  il  a  une 
fièvre  de  veau,  une  descente  de  gosier,  un  tremblement  de  mâchoire.  » 

121.  €  Changement  d'herbe  réjouit  les  veaux.  » 

Proverbe  ft*ançais. 

«  Change  of  pasture  makes  fat  calves.  »  Anglais. 

«  Verandering  van  weide  doet  den  koe^en  goed.  » 

Hollandais. 

122.  «  A  biôou  troussa,  hèrbude  ribe.   =  A  bœuf  malade,  rive 
herbue.  »  .  Vaucluse,  Barjavbl. 

123.  «  L^omme  et  le   bœuf  ne  sont  Jamais    bien  ensemble. 

4 


80  BO»  BMHMKriGUa. 


'—  C'est-à-dire,  une  année  de  fourrages  n^est  pas  ordinairement  une 
année  de  céréales.  » 

Loire-Inférieure,  Maine-et-Loire,  Statistique  de  la  France, 

«  Quand  les  bêtes  mangent,  les  hommes  jeûnent.  » 

Drôme,  Statistique  de  la  France, 

«  Quand  le  bouvier  chante,  le  moissonneur  pleure.  » 

Drôme,  Statistique  de  la  France, 

«  Au  mos  d'apvri,  grament  d^flaques  ^  blanques  âUes,  laides 
vaques.  » 

Département  du  Nord,  Bull,  de  la  commission  historique 
du  département  du  Nord.  Lille,  1865,  p.  424. 

124.  «II  bue  mangia  il  fieno  perché  si  ricorda  che  è  stato  erba.  » 

Italien. 

125.  «  The  00 w  that's  first  up  gets  the  first  of  the  dçw.  » 

Anglais. 

«  Siste  kui  faer   skitnaste  graset.    =  A  la  dei*nière  vache  il  ne 
reste  que  Pherbe  la  plus  mauvaise.  »  Proverbe  norvégien. 

126.  «  Lou  buou  fo  io  grongeo  —  mais  la  mongeo.  =r  Le  bœuf 
fait  la  grange  —  mais  il  la  mange.  »  Rouergue,  Duval. 

127.  «  La  vache  qui  mugit  obtient  quelque  chose,  celle  qui  se 
tait  n'obtient  rien.  =  Il  faut  demander  pour  recevoir.  » 

Proverbe  de  la  Skanie  (Suède). 

128.  «  The  eye  of  the  master  maketh  the  ox  fat.  »      Anglais. 

129.  «  Ne  boe  in  binza,    nen  padre   in   domo.   =  Nô  bue  în 
vigna,  ne  frate  in  casa.  »  Sardaigne,  Spano.  ' 

130.  «  Là  où  la  vache  est  attachée,  il  faut  qu*elie  broute.  » 

131.  %  Quand  la  vachie  no  mangie  quandp  il  bo  — >  o  che  a  man- 
giat  prime  o  che  mangie  daspô.  >  Frioul,  Pasquaugo. 

«  La  vacca  chi  nun  mancia  eu  lu  voi  —  o  ha  manciatu,  o  mancira 
dipoi.  »  Sicilien,  Piraà, 

132.  Le  cor|)S  glaiiduleii.K  placé  à  la  gorge  du  veau  qui 
forme  un  uangeir  délicat  est  appelé  ; 


^ 


BOâ  MMKTICVtf. 


RIS,  RIS  im  VSAU,  m.  Arànçait. 
FAGOUK,  A  Ancien  fï'aiiÇAis. 
RiBU  dVé,  m.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
LAS  BRiLLOS,  f.  pi.  Toulouse,  Poumarède. 

Synonymes  étrangers  : 

ARiMlU  41  fIttUf,  LatUciBO  4i  Tit«U«,  ital.  Duez.  -  KalfMEwtiterIk,  hol|. 
-*  liltebrftisè,  lalbbrSsclien,  ail.  —  KalTeluriiiel,  danois.  —  Bnel,  Bn^, 
tchèque. 

133.  Le  mésentère  du  veau  est  appelé  : 

FRAISE  DE  vsâu,  f.  ft*ançftis. 

FRASB,  FRÀZE,  /.  wallou,  Grandgagnago. 

Synonymes  étrangers  : 

BÊUmêt  roumain,  Cihac.  —  Kalbeigekrdi,  allemand.  Poëtevin. 

134.  Le  pouûion  du  veau  est  appelé  : 

MOU,  MOU  DE  VEAU  (*),  m.  français. 

Mouo,  m.  Bessin,  Joret. 

IRAN  LÉOER  (le),  Bretagne,  rec.  person.  (Locution  plaisante). 

Synonyme  étranger  : 

fléiea,  roumain,  Cihac. 

135.  «  On  appeUe  tirelire,  f.  s.  ou  Hrants  m,  pi,  ;  les  gros  nerfs 
du  bœuf  ou  du  ?eau.  »  Paris,  recueilU  personnellement. 

136.  «  ...  Si  la  Russie  n'est  pas  au  Nord,  Je  ne  sais  pas  ce  que 
c*est  qu\in  foie  de  veau.  »  A.  Ricard,  Le  Tapageur, 

137.  «  Soutenu  =  sabots  des  bœufs  et  autres  bestiaux.  » 

Aunis,  L.  E.  Meyer. 

138.  «  On  (dit  de  la  vache  qui  rue  :  elle  regipe.  » 

Loiret,  corn,  par  M.  L.  Malon. 

139.  «  Coup  de  pied  en  vache  =  coup  de  pied  lancé  à  la  manière 
d'une  vache  qui  rue.  On  lit  dans  Th.  Oautier  (cité  par  Larousse, 

(i)  AiRsi  appelé  parce  qu'il  forme  la  partie  molle  des  viscères  par 
oppositioi  a»  oosur  et  au  foie. 


6t  BOS  DOliSSTIGUS. 


Grand  dictionnaire)  :  La  jumeat  ruait  di^uixe  seule  J^mbe,  lançant 
de  côté  ce  que  les  maîtres  de  chausson  et  de  boxe  appellent  le  coup 
de  pied  en  vache,  coup  .extrêmement  perfide  et  dangereux.  » 

'  140.  «  Andar  buino.  =  Aller  comme  le  bœuf  ;  cela  se  dit  du 
cheval  qui  porte  le  pied  en  dehora.  »  Locut;  ital.  Du6z. 

•  ]4I.'  On-  saluait  autrefois  en'  poussant .  viveAient  le'  pied  en 
àf  rière  à  la  manière  des  veaux  '  qui  ruent. 

«  Faire  le  pied  de  veau^  faire  la  révérence,  marquer  de  la  sou- 
mission et  de  robéiss'anèe/  flattera  caresser,  faire  la  cour  à 
quelqu*an.  »  tiEROUX,  Dictionnaire  comique, 

142.  «  Cela  ne  se  trouve  pas  dans  le  pas  d*un  bœuf.  »  —  Se  dit 
d'une  somme  importante.       Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Mahlot. 

«  « 

¥.  L^ardz^ent  né  ché  ivôhô  pas  din  lou  péicha  d*un  bièou.  = 
L'argent  ne  se  trouve  pas  dans  le  pas  d'un  bœuf.  » 

Limousin,  c6m.  par  M.  G.^  db  Lépinat. 

143.  «  Nobody  will  buy  the  footsteps  of  a  bullock.  » 

Proverbe  oji,  Riis. 

144.  Noms  donnés  à  la  fiente  des  bétes  à  cornes  : 

.  BOUSE  DE  VACHE,  BOUSE,  f.  français. 
BOUACE,  BOusÉE  DE  VACHE,  f.  ancien  français,  Duez. 

DÂZBB,  f,  BOUÔZE  DE  VAQUE,  /.  BOEÙsin,  ^OI*et. 

•  BosBAU,  m.  Landremont  (Meurthe-et-Mosélie),  L.  Adam. 

BOSET,  m.  Le  Tholy  (Vosges),  L,  Adam. 

BOUJO,  Limousin,  com.  par  M.  O.  de  Lépinay. 
'  Bouzo,  Booso,  Bouso  DÉ  Bioou,  f.  languedocien. 

BouzAS,  BOu;sADO  (>)  (=  tas  de  bouse),  languedocien,  com.  par 
M.  P.  Fesquet, 

FLATE  Di  VACHE,  wallon,  Oraudgaguage.  • 

FiôssE,  FiôssE  cuTB  AU  SLA  (<),  Pays  messin,  recueilli  pers. 

.  (I)  A  côté  de   ces  mots  ou  a  bouà  =  fienter,  en  pariant  des  bêtes 
bovines.  Languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
A  Plancher-les-Mines  (Haute-Saône)  bosliqna  a    le  même    sens    selon 

M.  Poulet. 
(t)  c.-k-dire:  galette  cuite  au  soleil.  Cest  un  terme  facétieux. 


BOS  DOMB8TICU8.  53 


GHOGNB,  f.  bourguignon,  Bull,  de  la  Soc.  des  anc,  textes  franc. 

.1876,  p.  105. 
BEUZBL,  m.  GLAOBD,  6LA0UBD,  m.  breton,  Troude. 

Noms  étrangers  de  la  bouse  de  vache  : 

Bofiu,  BBisa,  Boteda.  Ttceina,  italien.  -^  Buta,  piémootais,  Zalli.  ^ 
Boisa,  Brescia,  Meich.  —  Boaua,  Parme,  Mal.  —  BoTascia,  milanais, 
Banfi.  —  Boga,  gallic.  Pinol.  —  Boûiga.  esp.  —  Ben  pannekoek  in  de  ion 
gdMkken,  holl.  —  Snnnenbacken  elerkanken,  Hildesheini,Orimm,  Wœrterb. 
V.  2,^54.  —  KoMreck,  InlifladeB,  allemand. 

145;  «  Onguent  de  8aint~Fiacre  =  mélange  de  terre  ou  d*argile 
pétrie  avec  de  la  bouse  de  vache.  Les  jardiniers  se  servent  de  ce 
mélange  pour  recouvrir  les  plaies  des  arbres,  ou  entourer  les  greffes 
afin  de  les  mettre  à  Tabri  de  Tact  ion  de  Tair.  » 

14Ô.  «  Je  serais  bon  à  vendre  vache  foireuse,  je  ne  ris  point,  si 
je  ne  veux.  »  Comédie  des  proverbes. 

147.  «  Mezus  una  massa  de  boe  qui  non  chentu  de  rundines.  = 
Meglio  una  feccia  di  bue  che  cento  di  rondini.  Vale,  meglio  aver  il 
molto  in  una  volta,  che  averlo  a  poco  a  poco  in  molto  tempo.  » 

Sardaigne,  Spano. 

«  A  caga  pu  un  bo  che  zént  rondanenni'  ==  Vale  più  un  colpo 
di  maestro  che  due  di  manovale.  » 

Parme,  Malaspina. 

«  liais  valem  dous  bocados  de  vacca,  que  sete  de  pata.  =  Mieux 
vaut  deux  bouchées  de  viande  de  bœuf  que  sept  de  canard.  » 

Proverbe  portugais. 

«  Mas  vale  un  buey  que  cien  golondrinos.  » 

Proverbe  espagnol. 

148.  «  ...  Ces  fanfarons  qu^une  vache  avec   une  bouse   mettrait 
en  déroute...  » 

Loc.  provençale,  Lucas  db  Montiont»  Récits  variés,  p.  40. 

«  ...  Me  voyant  battu  par  de  la  bouse  de  vache...  » 
Loc.  grecque.  Aristophanb,  Les  Chevaliers^  (Trad.  Artaud). 

«  Une  vache  avec  un  pet  en  abatroit  plus  de  six'  brasses  (d*un 
mur  de  Paris).  »  Ancien  français,  Rabblais. 


94  BOS  D0MB8TICU8. 


.   149.  «  Besser  die  hand  in  einem  kuhfladen,  denn  ia   fremden 
gelde.  »  AllemAnd,  Msdikos. 

150.  à  Die  Liebe  ist  wie  der  Thau,  aie  f&llt  aof  tlosea  und 
Ku)ifladen.  »  ProTerbe  alleniMul. 

«  Die  Liebe  hat  Sonnenart  :  f&llt  sowohl  aof  hden  Knlidreek,  wHê 
aufii'RoaenblaU.  »  Proverbe  allemand. 

«  D*  Liebi  ist  blind  —  fallt  ebe  so  liecht  uf  e  Ohfiedreck,  as  nf  e 
liebs  Chind.  »  Suisse  allemande. 

151.  «  I  gn*a  qu^amour  qui  plaise,  fait- on  qwand  on  z*  abresse 
on  vai.  r=:  Il  n^  a  qu*amour  qui  plaise,  dit-on  quand  on  embrasse 
un  veau.  »  Wallon,  Deiardin. 

«  Every  one  as  they  like  beat,  as  the  good  man  said,  when  he 
kissed  his  cow.  »    '  Anglais. 

152.  «  Il  pleut  comme  vache  qui  pisse.  =  11  pleut  à  verse.  » 

Locution  française,  Rioaud. 

153.  «  Non  piseian  tanto  due  vaeche  di  montagna.  » 

Italien,  Pbsgbtti. 

154.  «  Unter  allen  Gcschmâcken  gilt  der  salzige  fur  den  vorzû- 
glichsten;  Salzfuhre  man  bei  sich,  ohne  dièses  schmecki  eiae  Briihe 
voie  Kuhmi&t.  »  Sentence  ^sanscrite,  Bgbhtlinok. 

155.  La  queue  du  veau  ne  croissant  pas  en  proportion 
(lu  corps  semble  rapetisser  à  mesure  que  le  corps 
grossit. 

«  (Haec  oolonia)  retroversus  crescit  tanqu&m  coda  vituli.  » 

Locution  latine,  Pétrone. 

«  Cela  croît  au  rebours  comme  la  queue  d^un  veau.  » 

Proverbe  français. 

«  En  persan  on  appelle  çdw^dumbdl  (queue  de  vache)  tout  objet 
large  à  un  bout  et  étroit  à  l'autre.  »  Johnson. 

156.  «  Pa  zav  ar  saout  ho  lost  — .  e  tc  ann  hanv  a-dost.  = 
Quand  les  vaches  lèvent  la  queue  —  Tété  n'est  pas  loin.  » 

Proverbe  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauv^. 


BOS  D0MESTICU8.  88 


157.  «  Quand  il  fait  an  temps  ni  trop  chaud,  ni  trop  n*oid,  les 
vaches  ne  rentrent  que  très  difficilement  dans  les  meilleurs  pâtu- 
rages. Elles  courent  çà  et  là  chacune  de  leur  c6té,  sans  même  faire 
attention  aux  beuglements  du  taureau.  Les  Solognots  appellent  ce 
vagabondage  iter.  Nos  vaches  itent^  dfsent-ils  ;  leur  queue  est  re-^ 
troussée  sur  leurs  reins  et  leur  tôte  est  tendue  au  vent.  » 

Sologne,  LÉoiBR. 

158.  «  Une  vache  piquée  d^un  taon  lève  la  queue,  court,  s^enfuit, 
véêe,  » 

Bbaucb,  Mémoires  de  la  Soc,  roy,  des  antiquaires^  I,  p.  240. 

«  Bsiner  se  dit  des  vaches  qui  se  mettent  k  courir  de  tous  côtés 
lorsqu'elles  sont  piquées  par  des  taons.  » 

Normandie,  Dblboulle. 

«  Bezé  se  dit  dans  le  même  sens  dans  le  Bessin.  Diez,  dit  M.  Joret, 
le  tire  avec  raison  du  vieux  haut  allemand  pisôn^  moyen  haut  alle- 
mand bisen  (=  hin  und  herrennen).  » 

JoRBT,  Mém,  de  la  Soc.  de  lingiiist,^  1880,  p.  273. 

«  Bihi^  ebbéhi  =  môme  sens.  »  Vosges,  L.  Adam. 

«  Binguer  =  môme  sens.  » 

Poitou,  P.  Càillbt,  Michelle  (roman).  1^,  p.  273. 

«  Dzila  =  môme  sens.  »  Bas  Valais,  Oilliéron. 

«  loula  =  môme  sens.  »  Rouergue,  Duval. 

«  Arizar  =  se  précipiter  en  courant.  Se  dit  des  vaches  ou  des 
bœufs  piqués  par  les  taons.  » 

Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

«  Les  botes  à  cornes  ddfent  Ioi*squ'elIes  s*enftiient  avec  frayeur  en 
ruant  et  en  dressant  la  queue  en  Pair.  »       Morvan,  Chambure. 

«  La  mouche  bovine  s*appelle  tantarina^  /.  Loi*squ'un  berger  voit 
une  vache  dans  le  champ  d'un  voisin,  il  n*a  qu'à  crier  : 

Moucha  tantarina 

Piqua  la  bovina,  z  z  z, 
et  la  vache  s*enfuit  au  galop.  »  Forez,  Gras. 

159.  «  Wenn  eine  kuk  bist,  so  hebt  die  andere  den  Stert.  = 
Quand  une  vache  s*emporte,  l'autre  vache  lève  aussi  la  queue.  » 

Bas  Saxon  de  Neumark,  Rbinsbbrg. 


i6  BOS  D0MSSTICU8. 


«  Wan  éng  Ko  beselt,  dan  hieft  de  aner  de  Schwanz  op.  » 

Luxembourg,  Rbihsbsiig. 

«  Wenn  eene  koh  den  Zogel  h&wt,  so  hàwe  se  em  aile.  » 

Prusse^  RBiHSiNnie. 

«  Àls  eene  koe  biest,  dan  [steken  de  andere  ook  den  steert  op.  > 

Proverbe  flamand* 

160.'  «  Et  cœtera  marcotte  fizeie,  qwand  les  vaclies  biaet,  eUes 
ont  Teowe  lèveie.  =  Et  cœtera  marcotte  flzée,  quand  les  yaches 
courent,  elles  ont  la  queue  levée.  »  C'est-à-dire  :  Je  sais  tout  cela, 
daignez  m*épargner  le  reste.        Formulette  wallonne,  Dejardin. 

161.  «  D^une  chose  peu  solide  on  dit  qu'elle  branle  comme  une 
queue  de  vache.  »  Locution  française. 

«  Tremoulan  coumo  uno  quo  de  baquo.  » 

Agen,  NouLET,  Las  nonpareiUas  reeepUu^  p.  58. 

«  Tout  ce  qui  branle  ne  tombe  pas  ;  si  tout  ce  qui  branle  tombait, 
il  y  a  longtemps  que  la  queue  des  vaches  serait  tombée.  » 

Dicton  français. 

«  Der  Kuhschwanz  wackelt  auch  und  f&llt  doch  nicht  ab.  » 

Prusse,  Frischbier. 

162.  «  Adroit  d^ses  mains  comme  eune  vaque  {tar,  un  singe)  de 
s'queue.  »  Boulonais,  com.  par  M.  E.  Dbsbillb. 

163.  «  Dem  die  Kuh  ist,  der  nimmt  sie  beim  Schwanz.» 

Proverbe  allemand. 

«  Dem  die  Kuh  gehôrt,  der  fasst  sie  bei  den  Hômem.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Dan  soifi   eig  Kui,  kann  og  halda  i  Rumpa.  » 

Proverbe  norvégien. 

«  Han  maa  til  Rumpen,  som   Koen  eier.  » 

Proverbe  danois. 

«  Han  har  Ret  til  Rumpen,  som  Koen  eier.  » 

Proverbe  danois. 

«  Den,  som  har  Koen,  maa  selv  trœkke  i  Halen.  » 

Proverbe  danois. 


BOS   D0MSSTICU8.  57 


164.  «  La  queue  ne  vient  pas  de  ce  veau.  »  —  Se  dit  des  choses 
qui  n'ont  pas  de  rapport  entre  elles. 

Locution  française,  Pobtbvin. 

165.  €  Il  ne  faut  qu^une  queue  de  vache  pour  atteindre  au  ciel, 
mais  il  faut  qu'elle  soit  bien  longue.  »  Proverbe  français. 

«  A  une  queue  de  vache  près.  »  —  C.-à-d.  quUl  s^en  faut  du  tout 
au  tout.  Pays  messin,  recueilli  pers. 

166.  «  Cha  viendra,  Tqueue  d'no  vaque  ai  a  ben  vnu.  » 

Boulonais,  com.  par  M.  E.  Dbskille. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  IV,  p.  96  S  H4. 

167.  «  La  sarebbe  stata  una  buona  vacca  per  un  pover  huomo.  » 
—  D'una  donna  féconda.  Italien,  Pesgbtti. 

168.  «  A  la  sieu  majoun  la  vacca  fa  stà  lo  boù.  » 

Nice,  TosRLU. 

169.  «  C*est  un  taureau  banal  =  es  ist  ein  rechter  Dorfochse,  er 
lauft  allen  Weibern  nach.  » 

POETEViN,  Dict,  allemand^ français. 

170.  «  Die  Kuh  leckt  keiu  fremdes  Kalb.  (i)  » 

Allemand,  Medikus. 


(Ollest  difficile  de  faire  adopter  à  uue  vache  le  veau  d*ua  autre  :  «  Pour 
disposer  une  vache  à  adopter  le  veau  d*une  autre,  on  emploie  divers 
moyens  :  tantôt,on  empêche  la  vache  de  voir  son  veau,  après  le  part  :  et, 
en  ce  cas,  on  mouille  des  eaux  de  Tamnios  et  Ton  saupoudre  de  sel  celui 
qn^oii  ▼eiitqu*elle  adopte  :  ce  moyen  est  le  plus  sûr,  mais  le  moins  avan- 
tageux,puisqu*il  laisse  sans  valeur  le  veau  sacrifié  .'tantôt  on  revêt  le  f\itur 
adoptif  de  la  peau  de  celui  qu'on  a  vendu,  réservée  exprès  dans  les 
conditions  de  la  vente,  ayant  soin  d*empêcher  la  vache  de  le  voir  à  la 
tète,  jusqu'à  ce  qu'elie  se  soit  accoutumée  à  sa  voix,  à  sa  taille,  à  ses 
mouvements;  insensiblement  ensuite,  et  pendant  qu'elle  est  occupée  à 
lécher  le  sel  qui  lui  est  offert  pour  la  distraire,  on  découvre  à  ses  yeux 
les  formes  et  la  couleur  du  nouveau  nourrisson  ;  enfin,  si  elle  refuse 
obstinément  de  le  laisser  téter,  ou  place  un  chien  prés  de  lui  ;  la  vache 
y  voit  un  ennemi  du  veau  ;  et  la  pitié,  peut-être,  la  prédispose  à 
Taffection  ;  quoi  qu'il  en  soit  des  sentiments  que  ce  stratagème  fait 
n^tre»  il  est  nurement  sans  succès.  •  Oirou  de  Buzareingues,  p.  SI. 


58  BOS  DOMBSTIGU&. 


:    171.  «  Une  vache  n'y  trouverait  pas  son   veau.     =  C'est    un 
*  mélange  confus  de  pei*8onnes  et  de  choses.  »  Proverbe  français. 

172.  «  La  vache  éprouve  plus  de  plaisir  à  allaiter  que  le  jeune 
veau  n'en  éprouve  à  téter.  »         Proverbe  talmudiqUe«  Scuuhl. 

173.  «  Auch  der  Gute  kann  die  Ursache  hereinbrechenden 
Ungliicks  werdjen  ;  das  Bein  der  Mutter  wird  ja  55Ùm  Pfosten  an 
den  das  Kalb  angebiinden  wird.  » 

Sentence,  sanscrite,  Bôhtlingk. 

174.  «  Innocent  comme  un  veau  qui  tette.  » 

Locution  française. 

175.  «  Il  choque  se  dit  des  mouvements  brusques  que  fait  le 
veau  avec  sa  tête  en  tétant.  ».     Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

176.  «  Ha  piû  tette  ch*una  vacca  Trentina.  »    Ital.,  Pescetti. 

177.  «  Selon  la  dent  on  trait  la  vache.  »  C'est-à-dire:  d'après  ce 
qu'elle  mange,  elle  donne  du  lait.  Proverbe  bretoi),  Sauve. 

«  Die  kuh  miicht  durch  den  Hais.  »  Allemand. 

«  Men  melkt  de   koe  door  den  hais.  »  —  C'est-à-dire  :  c'est  en 
nourrissant  bien  une  vache   qu'on  obtient    d'elle  beaucoup  de  lait. 

Proverbe  hollandais. 

«  It's  by  the  mouth  o'  the  cow  that  the  milk  cornes.  » 

Proverbe  écossais. 

«  Koen  malker  gjeuAcm  Tsenderne.  »  Proverbe  danois. 

178.  «  Vache  qui  vient  de  loin  a  gros  pis.  » 

Proverbe  français. 

179.  «  Bezerrinha  mansa  todas  as  vaccas  marna.  » 

Portugais,  Pereyra. 

«  Ein  schmeichelndes  Kalb  saugt  zwei  &liitter  aus.  » 

Allemand. 

«  Veau  qui  flatte,  tette  deux  mères.  » 

Proverbe  ruts9«  Éléments  de  Ick  langue  ruasse,  179i« 


B08  D0MBSTICU8.  59 


180.  «  Il  ne  faut  rien  brusquer  pour  bien  aTancer,  inutile  de 
traire  avant  d^avoir  manié  (le  pis  de  la  vache).  » 

Proverbe  fribourgeois,  Romania,  1877,  p.  95. 

181.  «  Man  floU  die  Ktihe  melken  und  nicht  schinden.  » 

Allemand. 

«  lien  mag  de  koe  wel  melken,  maer  de  spenen  niet  aftrekken.  » 

Flamand,  RbinsbKro. 

«  Man  skal  malke  Koen,  men  ikke  til  Blodet,  » 

Danois,  Rbinsberg. 

182.  «...  C*était  un  cœur  simple,  timide  et  plutôt  né  pour  traire 
les  vaches  que  pour  les  défendre  contre  les  loups.  » 

E.  SouvESTBE,  Scènes  de  la  chottannerie, 

183.  «  Besser  man  esse  die  Milch  als  die  Kuh.  »      Allemand. 
«  Bedre  at  drikke  melken,  end  at  aede  koen.  »  Danois. 

184.  «  E  meglio  perder  la  pelle  che  il  vitello.  »  Italien. 

185.  «  Nun  si  po  aviri  la  cisca  china  e  lu  viteddu  saziu.  = 
On  ne  peut  avoir  à  la  fois  le  pot  plein  de  lait  et  le  veau  rassasié.  » 

Proverbe  sicilien. 

«  You  can^t  sell  the  cow  and  hâve  her  milk  too.  »       Anglais. 

186.  «  La  vache  vient-elle  à  perdre  son  lait,  vite  voilà  Tami 
décampé.  »  Proverbe  breton,  Sauvé. 

«  Zuneigung  besteht  so  lange  in  der  Welt,  als  Oaben  gereicht 
werden  ;  gewahrt  der  Kalb,  dass  die  Milch  versiegt,  so  verlâsst  er 
die  Mutter.  »  Sentence  sanscrite,  Bœhtlinok. 

187.  «  Dai  su  bœ  nde  faghet  sas  corrias.  =  Dal  bue  ne  forma  le 
coreggie.  —  Dicesi  di  chi  ricava  benefizi  da  quelli  stessi  che  offen- 
dono.  »  Sardaigne,  Spano. 

188.  «  I  moud'  ses  vaches  dVin  on  tamis.  ^  Il  trait  ses  vaches 
dans  un  tamis  ;  il  fait  un  travail  inutile,  sans  profit.  » 

Wallon,  Dejardin. 

«  Qui  se  mesle  d'autruy  mestier,  il  trait  sa  vache  en  un 
panier.  »  Proverbe  français,  Nucérin. 


60  BOS  DOMËaTICUS. 


«  He  that  meddles  with  another  man^s  business,  milks  his  cow 
into  a  sieve.  »  Anglais. 

189.  «  Tu  {en  parlant  à  une  femme)  as  laissé  échapper  le  lait 
dans  la  saison  d^été.  =  Tu  as  laissé  échapper  Foccasion.  » 

Arabe,  Kazimirski. 

190.  «  Que  sert-il  d^avoir  une  bonne  vache,  si  d^un  coup  de  pied 
elle  renverse  le  lait  ?»0.-à-d.  :  Que  sert-il  d'être  riche,  si  Ton  ne 
sait  que  gaspiller  follement  sa  fortune  ? 

Proverbe  breton,  Sacv^. 

«  Was  hilft's,  dasz  die  Kuh  viel  Milch  gibt»  wenn  sie  den  Kiibel 
umstdsst.  »  Proverbe  allemand. 

«  My  cow  gave  a  good  me  al,  but  then  she  cast  it.  » 

Proverbe  anglais. 

«  Madge  (Margàret)  good  cow  gave  a  good  meal,  but  then  she 
cast  it  down  again  with  her  heel.  »  Proverbe  anglais. 

«  Wat  baettet,  dat  die  koe  voele  melcks  geeft,  als  syt  weder 
omme  stortet.  »  Proverbe  ancien  hollandais. 

«  Hvad  duer  det,  at  Koen  malker  vel  og  vaslter  Spandeu  ?    » 

Proverbe  danois. 

191.  «  On  dit  d'une  personne  ou  d'une  affaire  qui  est  une  source 
de  revenus  que  c'est  une  vache  à  lait.  »         Locution  française. 

L'allemand  Mêlhhuh  a  le  même  sens. 

192*  «  Schwarze  Kûhe  geben  auch  weisse  Milch.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Wunder  iiber  Wunder,  dasz  die  schwarze  Kuh  weisze  Milch 
giebt.  —  Wenn  sich  Jemani  uber  etwas  ganz  geWôhnliches 
verwundert.  »  Prusse,  Frischbier. 

«  Though  the  cow  be  black,  its  milk  is  white.  » 

Bannu,  Thorburn. 

193.  «  11  saigne  comme  un  bœuf  i=  11  saigne  en  abondance.  » 

Locution  française. 

194.  «  11  souffle  comme  un  bœuf  =  Il  respire  avec  bruit.  » 

Locution  flrançaise.      ' 


B08  D0M88TI0US.  61 


195.  «  On  dit  d'un  grand  succès  :  C'est  un  succès  hceuf  ;  d'une 
personne  qui  a  beaucoup  d'aplomb  :  elle  a  un  aplomb  bœuf,  » 

Locutions  fk'ançaises  vulgaires. 

196.  «  Fort  comme  un  bœuf.  »  —  «  Tirer  comme  un  bœtïf.  » 

Locutions  françaises. 

.    197.  «  Un   coup  à  assommer  un  bœuf.  » 

Locution  ft'ançaise. 

198.  «  11  fait  un  vent  à  décorner  les  bœufs.  » 

Locution  française. 

199.  «  Il  est  poltron  comme  une  yache.  » 

Eugène  Sus,  Les  Mystères  de  Paris, 

200.  «  Que  chacun  se  mêle  de  son  métier  et  les  vaches  seront 
bien  gardées.  »  Proverbe  ft'ançais. 

201.  «  Qui  est  boe  qui  laoret;  qui  est  ranzola  qui  filet  =  Chi 
è  bue  che  lavori  ;  chi  è  ragno  che  ftli.  >  —  Vale,  ognuno  deve  lavo- 
rare  nel  mestiere  che  a  prescelto.  Sardaigne,  Spano. 

202.  «  Navita  de  ventis,  de  tauris  narrât  arator  ;  Enumerat 
miles  vulnera,  pastor  oves.  »  Latin,  Propercb/2,  1,  43. 

203.  «  In  eodëm  prato  bos  herbam  quaerit,  canis  leporem, 
ciconia  lacertum.  »  Latin,  Sénèqub,  Epist. 

204.  Joindre  les  bœufs  âu  joug  (^)  se  dit  : 

JUGNB,  Landes,  de  Métivier. 

Synonymes  étrangers  : 

(Hignere,  Afgioffare,  it.  —  Jmicir,  anc.  espagnol.  —  Uneir,  esp.  moderne. 

205.  «  Ou  appelle  jédrasse  une  vache  habituée  au  joug.  » 

Vosges,  Thiriat.  ■ 

-  (1)  Le  joug  est  une  pièce  de  bois  disposée  de  manière  à  atteler  les 
bœufb.  —  Les  jougs  sont  simples  ou  doubles  :  ils  sont  doubles  lorsqu'ils 
joignent  deux  bœufs  Tun  à  Tautre  ;  ils  sont  simples  lorsque  chaque 
bœuf  attelé  est  indépendant  de  son  camarade. 


62  BOI»  l[k>lttBTIOV0. 


206.  «  Joucle,  coart*oie  de  cuir  qui  attache  les  boeufs  au  Jôug.  • 

Dauphiné,  A.  PAWfcs. 

«  Juille,  MiA  en  cuir  pour  lier  les  bœufs  au  joug  par  les  cornes,  » 
Landes,  ét^IttnviBR  ;  Poitou,  P.  Caillbt>  Michelle^  p.  41. 

207.  «  Aguillade  =:  aiguillon  avec  lequel  on  pique  les  bœufs.  » 

Bayonne,  Lagravérr. 

208.  «  Parhirat,  se  dit  d*un  bciuf  qu^on  a  changé  de  côté  pour 
tirer.  Dans  le  premier  temps,  il  va  très-mal,  et  n^a  ni  la  mâmc 
gr&ce,  ni  la  même  force  pour  tirer.  »         Landes,  de  MtovuR. 

209.  «  Comarete  (*K  signifie  labourer  avec  des  bœufs  ;  ce  mot 
avait  aussi  autrefois  le  sens  de  prélever  l'impôt  sur  les  bétes  à 
cornes.  —  Comarire,  f.,  =  action  de  labourer  avec  des  bœufs.  » 

Roumain,  Cihac. 

210.  «  Â  paso  de  buey.  =  Doucement,  lentement.  » 

Locution  espagnol^. 

«  Ochsen  gehen  lang^am,  ziehen  aber  gut.  »  Allemand. 

211.  «  Quand  on  mène  les  bœufs  trop  vite  on  risque  fort  de  faire 
des  raicherons  (c.-àr-d.  :  des  sillons  de  travers).  » 

Bourgogne,  Chauvblot,  p.  96. 

212.  «  A  passu  a  passu  et  pianu 
Ti  hap*  a  sighire  che  boe 


(1)  Ce  mot  prouve  que  chez  les  Roumains  on  fait  tirer  les  bœufs  par 
les  cornes.  C'était  autrefois  le  mode  le  plus  répandu  et  il  s*e8t  maintenu 
dans  nombre  de  pays.  Voici  ce  qu*en  dit  Butet  dans  sa  SttUUtique  du 
Cher  :  Dans  ce  département,  comme  dans  une  grande  partie  du  reste 
de  la  France,  on  fait  tirer  les  bœufs  par  les  cornes  ;  ce  qui  rend  leur 
démarche  lourde  et  pesante  et  leur  ôte  beaucoup  de  leur  force  qui 
réside  principalement  dans  leurs  épaules.  Dans  certains  endroits  où  on' 
s'est  écarté  de  cet  usage,  consacré  en  quelque  sorte  par  le  temps  et  par 
l'adhésion  presque  générale,  on  s*est  parfaitement  trouvé  d'avoir  secoué 
le  joug  des  vieilles  routines  ;  et  en  faisant  tirer  les  bœufs  par  les 
épaules,  on  en  a  obtenu  de  bien  plus  grands  services.  Une  suite  d'ezpé. 
riences  et  une  multitude  de  faits  positiA  ne  laissent  aucuns  doutes  sur 
tes  avantages  que  présente  cette  méthode,  qu'il  serait  essentiel  de 
propager  dans  Tintérèt  de  4'agriettlture. 


B08  DOMESTIOUS.  68 


Si  non  pofo  sighire  hoe 
Thap*  a  sighire  manzanu.  » 
(A  passo  6  pianino   corne  il  bue,  lo  yi   seguiterô  e  se  non    vi 
posso  raggiungere  oggi,  lo  sarà  dimani.  Perseveranza). 

Sardaigne,  Spano. 

213.  «  Wer  mit  Ochsen  f&hrt,  kommt  auch  zu  Markte.  » 

Allemand. 

214.  c  Laissez  fiiire  les  bœufs  de  devant  =  Laissez  aller    les 
choses.  »  Noël  du  Fail,  édition  Assézat.  I,  8^. 

215.  «  Quem  seu  carro  unta,  seus  bois  ajuda.  »       Portugais. 
«  Quien  su  carro  uuta,  sus  bueyes  ayuda.  »  Espagnol. 

216.  «  A  man  must  plow  with  such  oxen  as  he  hath .  » 

Anglais. 

217.  «  Mit  eines  andern   Kalbe   pfltigen.  =  Profiter   du   travail 
d^autrui.  »  Proverbe  allemand. 

218.  «  Chi  ha  carro  e  buoi  fa  bene  i  fatti  suoi.  »         Italien. 

219.  «  Con  un  sol  bue  non  si  pu6  far  buon  soico.  »      Italien. 

220.  «...  On  dirait  que  tous  les  bœufs  de  la  commune  labourent 
pour  cette  fille.  »  —  C.-à-d.  elle  est  orgueilleuse. 

P.  Caillet,  Michelle  (roman  poitevin). 

221.  «  Le  grand  bœuf  aprent  a  labourer  le  petit.  » 

Proverbe  ancien  français,  Nucérin. 

«  Il  gioveuco  impara  dal  bue.  »  Italien. 

«  Lu  vol  grossu  'nsigna  a  lavurari  a  lu  nicu.  »    Sicile,  Pitrâ. 
«  Das  Kalb  von  der  Kuh  lernt.  »  Allemand. 

«  Das  Kalb  folgt  der  Kuh.  »  Allemand. 

■  «  If  the  cow  grazes  in  the  field,  will  the  calf  graze  on  the  bankt^ 

Proverbe  telugu,  Carr.  §  209. 

222.  «  Das  Kalb  will  die  Kuh  kalben  leliren.  »        Allemand. 

223.  «  Quaunu  passa  lu  groi^  punci  lu  voi.   »  Au  passage  des 
grues,  Taiguillon  aux  bœufs.  Sicile,  Pitré. 

Cf.  Faune  populaire,  1. 1,  p.  369. 


64  B08  BCWBSTIOUS. 


224.  «  Bo  yeccio,  gamba  sicura.  »  Venise,  Pàsquàugo. 

■225«  «  Col  bo  yeccio  sedispalùga  {si  dispaluda)  el  caro.  » 

Venise,  Pàsqualigo. 

226.  «  Vieux  bœuf  fait  sillon  droit.  »         Proverbe  français. 

«  An  old  ox  makes  a  strait  furrow.  »  Anglais. 

«  Wer  mit  Jungen  Ochsen  pâûgt,  macht  krumme  Furchen.  » 

Allemand. 

227.  «  A  boy  velho  nam  busqués  Abrigo.  » 

Portugais,  Pbrbyrâ. 

228.  «  Mal  yai  à  corte,  onde  o  boy  yelho  nam  tôsse.  » 

Portugais,  Pbrsyra. 

229.  «  Les  gros  bœufs  ne  font  pas  les  grands  labours.  » 

Proverbe  finançais,  Nucérin. 

230.  «  Bœuf  lassé  va  souef.  »  Ane.  français,  NucisRm. 
«  Mûde  Ochsen  treten  tibel.  »  Allemand. 

231.  «  Weh  der  Kuh,  die  ackere*  musz  un  zu  Abend  noch 
gemolke^  wird  I  =  Malheur  à  la  vache  qui  après  avoir  labouré  sera 
encore  traite  le  soir  !  »  Proverbe  Juif  Allemand,  Tbnolau. 

232.  «  Le  bœuf  qui  traine  la  charrue  n^a  ni  repos  ni  foin,  mais 
la  souris  du  grenier  a  toujours  du  blé  en  abondance.  » 

Proverbe  mandchou,  Klaproth. 


a 


233.  «  Bovi  clitellas  imponere  =  Faire  quelque   chose  qui  l* 
pas  de  raison  d^être.»  Proverbe  latin,  Cicero  ad  Att, 

'234.  «  Mettre  un  âne  sur  un  bœuf  =  Faire  quelque  chose  qui 
n*a  ni  rime  ni  raison.  »  Se  dit  de  deux  choses  qui  Jurent  d*être 
ensemble.  Proverbe  français. 

235.  «  Like  the  ox  being  away    when  wanted    for  the  plough. 
=  Absent  when  most  ^^anted.  »  Proverbe  telugu,  Carr. 

236.  «  Mettre  la  charrue  devant  les  bœufs.  »  '        Finançais. 
«  Le  bœuf  ne  doit  pas  aller  avant  la  charrue.  »       Français. 


B08  D0M88TICU8.  45 


«  C*est  le  monde  renversé,  la  charrue  mène  les  bœals.  » 

Français,  Dictionnaire  portatif  des  proverbes, 

«  Metter  il  carro  avanti  i  buoi.  »  Italien. 

«  Anda  o  carro  diante  dos  bois.  »  Portugais. 

«  Einer  die  Ochsen  hinter  den  Pflug  spannt.  »  Allemand. 

237.  c  11  vaut  mieux  estre  Tesguillon  que  le  bœuf.  » 

Proverbe  anc.  f^.,  Lbboux  db  Lincy. 

«  Mieux  vaut  être  le  boucher  que  le  veau.  » 

Proverbe  breton,  Sauvé. 

238.  «  Longs  bœufs  et  courts  chevaux*  —  C^est  le  gain  de 
Poustau.  »  Franche-Comté,  Perron.. 

«  Bo  longe  e  cavalo  curto  (sono  i  migliori).  » 

Venise,  Pasquaugo. 

239.  «  Bo  moro,  o  merda  o  oro.  »  —  Cioè  validissimo  o  inva- 
lidissimo.  Venise,  Pasquaugo. 

240.  «  Buoou  d'autouno  -~  Chobal  de  primo.  =  Bœuf  d'automne 
—  cheval  de  printemps.  »  Le  cheval  prend  du  sang  au  printemps,  le 
bœuf  en  autonme.  Rouerge,  Duyal. 

241.  «  Da.vitello  si  conosce  il  bue  che  hà  da  venire.  » 

Italien,  Pbscrtti. 

«  De  pequeno  veràs  que  boy  teràs.  »  Portugais. 

242.  «  Bruta  vaca,  bel  vedèio.  »  Venise,  Reinsberg. 
«  An  ill  cow  may  hae  a  gude  calf.  »           Ecosse,  Reinsberg. 

243.  «  Grosse  vaque,  védéou  fouirons.    =    Grosse  vache,   veau 
chétif.  »  Se  dit  aussi  par  allusion  des  grosses  femmes. 

Vaucluse,  Barjavbl. 

«  Baque  poumpouse,  bétel  cagarous.  » 

Proverbe  provençal,  AzaIs. 

«  Vacca  grossa  fa  viteddu  magru.  »  Sicilien,  Pitre  • 

«  Manoli  gote  Kuh  hat.  ein  ûbel  Kalb.  »  Allemand. 

5 


•6  BOS  DOMBSTICUS. 


«  Eene  goede  koe  heeft  wel  een  kwaad  kalf.  »       Hollandais. 
«  Many  a  good  cow  has  but  a  bad  calf.  »  Anglais. 

244.  «  On  a  beau  mener  le  bœuf  à  Teau,  sHl  n^a  soif.  » 

Français. 

245.  «  On  sollicite  tant  un  veau  qu^à  la  fin  on  le  fait  boire.  »  — 
Se  dit  à  propos  d'une  personne  qui  cède  après  s^étre  fait  long- 
temps prier.  Proverbe  wallon,  Dbjardin. 

246.  «  Quando  i  bovi  non  vogliono  arare  —  non  serve  fischiare.  » 

Italien. 

«  Quando  il  bue  non  vuol  arare  tu  puoi  cantare.  »         Italien. 

«  Se  i  bô  g'àn  propi  v5ia  no  de  arà  —  Tè  inûtil  e  t^ê  pari  a 
siffolà.  »  Milanais. 

247.  «  Lu  voi  chi  a  lavurari  'un  havi  nasca  —  la  pigghia  pri 
calùnnia  (=  pretesto)  la  musca.  »  Sicilien,  Pitre. 

248.  «  Lu  voi  chi  'un  va  a  Taratu,  va  a  lu  macellu  (o  a  la  vac- 
cina).' »  Sicilien,  Pitre. 

249.  «  I  fàt  traze  Gilles  po  sèchî  on  bouf  fou  d'on  pré.  =  Il 
faut  treize  Gilles  (c.-à-d.:  treize  sots)  pour  faire  sortir  un  bœuf  hors 
d'un  pré.  »  Wallon,  Dejardin. 

250.  «  I  fât  sept  Joseph  po  sèchi  on  vai  fou  d'on  stâ.  =  Il 
faut  sept  Joseph  (c.-à-d.:  sept  sots)  pour  faire  sortir  un  veau  hors 
d'une  étable.  »  Les  veaux  passent  pour  ne  pas  être  faciles  à  conduire. 

Wallon,  Dejardin. 

251  •  «  C'est  comme  li  vache  qui  r'passe  todi  dvins  V  même 
boc&.  =  C'est  comme  la  vache  qui  passe  toujours  par  le  même 
trou  de  haie,  pour  aller  paître  dans  le  pré  du  voisin.  »  Se  dit  d'un 
époux  infidèle.  Wallon,  Dejardin.    ' 

252.  «  Een  koe  sterft  niet  van  een  slag.  =  Un  seul  coup,  ne 
Buffit  pas  pour  tuer  une  vache  (').  »  On  ne  réussit  pas  du  premier 
coup  dans  une  affaire.  Proverbe  hollandais. 

(')  Voici  quelques  notes  à  propos  de  Tabattage  des  bœufs 
Quelque  habitude  qu'on  suppose  au  boucher,    le  premier  coup   qu*il 
porte  bur  la  tète  du  bœuf  est  parfois  insuffisant  pour  retendre  par  terre 
surtout  8*il  a  les  sinus  frontaux  très  développés»  ou,  coaux^.  diamt  Àes 


BOa  POMBSTIGUi.  f7 


253.  «  Porter  à  la  vache  morte.  »  —  Se  dit  dans  un  jeu  d*enfant 
quand  on  porte  quelqu^un  sur  son  dos  avec  la  tête  pendante  en 
bas. 

254.  «  Aussitôt  meurt  veau  que  vache.  »  —  C^est-à-dire  :  il 
meurt  autant d*enfants  ou  déjeunes  gens  que  de  vieillards. 

Proverbe  français. 

«  On  voit  à  la  boucherie  plus  de  têtes  de  veaux  que  de  têtes  de 
bœufs.  »  Morbihan,  recueilli  personnellement. 

c  Più  vanno  vitelli  —  che  bovi  ai  macelli  »  Italien. 

«  Van  pluî  vidiei  al  maczei  nancu  bûs.  =  Il  va  plus  de  veaux  à 
la  boucherie  que  de  bœufs.  »  Frioul,  Rbinsbero. 

«  Er  komen  zooveel  kalvsvellen  dan  ôssenhuiden  te  markt.  » 

Hollandais. 

«  Het  kalf  atervt  zoo  haast  als  de  koe.  »  Hollandais. 

«  Daar  word  meer  Koe  als  Rund-vlees  in  de  Hal  verkogt.  On  vend 
plus  de  vaches  que  de  bœufs  à  la  boucherie.  » 

Proverbe  hollandais,  Marin. 

«  Man  bringt  eben  so  viele  K&lberh&ute,  als  Kuhh&ute  zu 
Markte.  »  Proverbe  allemand. 

gens  du  métier,  la  tête  molle.  —  Bulletin  de  la  Société  protectrice  des 
emimauœ.  1880,  p.  149. 

L*animal,  Arappé  par  le  merlin,  entre  les  deux  cornes,  tombe  ordinai- 
rement du  premier  coup.  Pour  éviter  qu*il  se  relève,  ou  quUl  puisse,  en 
se  débattant,  causer  quelque  accident,  on  continue  de  frapper  avec  la 
masse  ferrée,  jusqu'à  ce  quUl  ait  poussé  le  bon  soupir  ou  son  dernier 
souiBe.  Idem,  p.  148. 

La  cruauté  de  quelques  garçons  bouchers  est  telle,  qu'ils  ft'appent 
encore  la  pauvre  bête  après  ravoir  égorgée.  L'un  deux,  &  l'abattoir  du 
Roule,  non  content  d*avoir  roué  de  coups  le  veau  qui  s'était  échappé  de 
868  mains,  lui  assénait  sur  le  museau  des  coups  de  bâton  et  le  piquait 
au  nez  avec  son  couteau,  après  lui  avoir  coupé  la  gorge,  sans  lui  enlever 
la  partie  cervicale  de  la  moelle,  que  les  gens  du  métier  nomment 
Vamourette.,  dans  le  but  avoué  de  le  laisser  souffrir  plus  longtem  ps 
Idem^  p.  151. 

Le  procédé  des  Juift,  qui  consiste  à  égorger  l'animal  en  laissant  la  vie 
S'éteindre  seulement  par  la  perte  du  iiang,  est  un  mode  cruel,  pour 
leqvii  BMM  appelons  de  tous  nos  vœux  oup  réforme.  Idwn^  p!  140. 


flS  BOS  DOMESTICUS. 


'   c  Alltid  flere  kalfskinn  som  torgfDras,  &n  kohudar.  » 

Proverbe  suédois,  Reinsberg. 

Cf.  «  Bien  souvent  on  charge  sur  le  dos  d'un  vieux  chameau  la  peau 
d*un  jeune.  >  Proverbe  talmudique,  Schuhl. 

«  Il  y  a  beaucoup  de  jeunes  ânes  dont  la  peau  sert  de  couverture  & 
leurs  môres.  **  Proverbe  talmudique^  Schuhl. 

255.  «  Quando  1  toro  é   per   terra,  ognun   grida  :    ammazza, 
ammazza.  »  Italien. 

«  Quannu  lu  voi  é  a  lu  maceddu,  tutti  currinu  eu  lu  cuteddu.  » 

Sicilien,  Pitre. 

«  Le  bœuf  une  fois  tombé,  les  bouchers  viennent  en  foule.  » 

Proverbe  talmudique,  Schuhl. 

256.  «  Toutes  lous   biôous  de   la  Camârgo  pourien  mouri,  që 
noun  m'  en  vëndrié  uno  bâno.  »  Proverbe   languedocien. 

«  Âls  aile  koeijen  in  Braband  sterven,  dan  heb  ik  nog  geen* 
hoorn.  >  Proverbe  hollandais. 

«  Al  sterven  aile  koeijen  in  de  Beemster»  dan  erf  ik  nog  gèen* 
poot.  »  Proverbe  hollandais. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  IV,  p.  237,  §  187. 

257.  «  Il  bove  allora  quando  sarà  ingrassato,  ammazzalo.  — 
Altrimenti  détériorera.  »  Arabe  maltais,  Vassalli. 

«  Ëinen  gem&steten  Ochsen  muas  man  verkaufen  oder  schlachten.  » 

Lithuanien,  Schleicher. 

258.  «  Quem  taurum  metuis,  vitulum  mulcere  solebas.  » 

Ovide,  Art.  am, 

«  Aile  Kûhe  sind  Kalber  gewesen.  »  Allemand. 

«  Det  er  jo  aldrig  saa  stor  en  Oxe,  han  haver  jo  vaeret  en  Kalv 
tilforn.  »  •  Proverbe  danois. 

c  Qamle  Kui  heve  og  voret  Kalv.  »   ,       Proverbe  norwégien. 

«  D^er  ingen  Stut  so  stor,  han  ei  var  eingong  Kalv.  » 

Proverbe  norwégien. 

«  OzoB  har  ook  Tarit  kali;  »  •  Proverbe  .snddoia» 


BOS  DOMESnOTO.  69^ 


259.  «  n  bue  s^è  fatto  grande,  e  la  stalla  piccola.  » 

Italien,  Pescbtti. 

260.  «  U  est  advis  a  vielle  vache  qu*elle  ne  fùst  oncques  veau.  » 

Proverbe  ancien  français. 

«  Alte  Kuh  gar  leicht  vergisst  -«  dass  sie  ein  Kalb  gewesen  ist.  » 

Allemand. 

«  Kui  kjem  inkje  i  Hug,  at  ho  var  Kalv.  »  Norwégien. 

«  Kœn  har  glemt  at  hun  var  Kalv.  »  Danois. 

261.  «  Die  ait  Kuw  biset  oder  spielt.  » 

Ancien  allemand,  Grimm,  Wœrterbuch. 

«  Die  alte  Kuh  will  beissen.  =  Cette  personne  a  des  regains 
de  jeunesse.  »  Proverbe  allemand. 

c  Die  alten  Kôche  essen  auch  noch  gern  Saiz.  =  Les  vieilles 
vaches  mangent  encore  volontiers  du  sel.  » 

Proverbe  de  la  Suisse  allemande. 

«  Al  is  het  koetje  nog  zoo  oud,  het  lust  daarom  nog  wel  een 
groen  blaa4je.  =  Si  vieille  que  soit  la  vache  elle  regarde  encore 
une  jeune  pousse  verte  avec  convoitise.  »         Prov.  hollandais. 

262.  «  Kalb  =  badin^  folâtre  ;  er  ist  etn  rechtes  Kalb,  c'est  un 
petit  badin.  »  Locution  allemande,  Poète  vin. 

263.  «  Vijoulà  =  Se  réjouir,  s'ébattre.  »  (En  allemand  Kàlbern 
a  le  même  sens).  Languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesqubt. 

264.  «  Kalverliefde  =  amourettes,  premières  amours,  premiers 
transports  d'amour  qui  ne  durent  pas.  »        Hollandais,  Marin. 

265.  «  Es  giebt  gut  Wetter,  die  Kàlber  spielen.  —  Wenn 
erwachsene  Leute  mit  einander  sich  kindisch  geberden.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

266.  «  Par  injure,  on  dit  d'un  homme  stupide  et  hébété  :  C'est 
vn  bœuf,  un  vrai  bamf,  »  Locution  française,  Féraud. 

«  Modzon  =:  veau  et  par  extension  grossier,  manant  » 

Fribourgeois,  Grangier. 

«  Oehs^  Ochsenkopf,  m.  (terme  injurieux)  bœuf,  bouvier,  stupide 


70  BOS  DDMBStlCUS. 


lourdaut,  grossier.  *-  Ochsig,  ochsenhaft  ady.,  =  grossier,  rustique, 
rustre.  »  Allemand,  Pobtevin. 

«  Este  hombre  es  un  buey.  =  Cet  homme  est  une  brute.  » 

Locution  espagnole. 

«  Qdw»gùn  =  sot,  stupide,  proprement  semblable  à  un  bioeuf.'y^ 

Persan. 

267.  «  Far  il  bue.  »  —  Vale,   far  lo  stolido,  fingersi   d'essere 
smemorato.  Italien. 

268.  «  Veau  avait  autrefois  le  sens   de  niais,  bête,  imbécile.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français. 

«  Faire  le  veau  z=z  faire  la  bête.  »  Idem, 

«  Bête  comme  un  veau  ou  béte  comme  un  veau  rouge  frais 
vêlé,  »  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poqubt. 

«  ...  Qui  ont  la  teste  aussi  subtile  —  qu^ung  veau  natif  au  mardi 

gras.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  On  appelle  brides  à  veaux  des  sornettes,  objections  imperti- 
nentes, bonnes  tout  au  plus  pbui*  des  imbéciles  qu^on  appelait 
volontiers  des  veaux.  Au  propre  on  ne  bride  pas  les  veaux.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  On  dit  des  gens  fort  stupides  quHls  sont  de  la  paroisse  de  Saint- 
Pierre  aux  boeufs,  patron  des  grosses  bêtes.  » 

Leroux,  Dictionnaire  comique, 

«  ...  Tu  ressemble  à  nos  veaux 

Qui  tant  plus  que  le  temps  passe  dessus  leurs  testes 

Tant  plus  deviennent-ils  grandes  et  grosses  bestes.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  Jean  le  Veau  est  mort,  mais  beaucoup  d'héritiers  il  laisse.  » 

Proverbe  breton.  Sauvé. 

«  Celluy  se  monstre  estre  bien  veau  qui  —  par  la  poincte  rend  le 
couteau.  >  Proverbe  ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 

«  Il  fait  tous  les  matins  le  métier  d'un  boucher,  car  il  habille  un 
veau.  »  Polissoniana, 


BOS  DOMBSTICUS.  7] 


«  n  y  a  souvent  des  têtes  de  veau  à  table  qui  ne  viennent  pas  de 
chez  le  boucher.  »  Polissoniana, 

«  Cest  un  pied  de  veau  qu'il  a  dans  ses  chaussures.  »  C'est-à-dire 
c''e8t  un  imbécile.  Proverbe  breton^  Sauvé. 

«  Votre  cœur  est  dans  le  ventre  d'un  veau.  » 

ComédHe  des  proverbes. 

«  Tu  es  trop  goulu  ;  en  pensant  manger  du  bœuf  tu  as  mordu  du 
veau.  »  —  C'est-à-dire  ;  tu  t'es  mordu  la  langue. 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français» 

«C^est    un   beau  veau    qui    ressemble    à    son  père.     =   Il    ne 
vaut  pas  mieux  que  son  père.  »  (Se  dit  en  mauvaise  part). 

Wallon,  Dejardin. 

«  Haver  poco  di  quello  ch'el  bue  ha  troppo.  =  Avoir  peu  de  ce 
que  le  bœuf  a  de  trop,  assavoir  de  la  cervelle.  » 

Locution  italienne,  Duez. 

«  E?  cuoce  bue.  =  Il  cuit  du  bœuf.  >  C'est-à-dire  :  il  est  ignorant, 
il  n'a  point  d'entendement.  Locution  italienne,  Duez« 

«  Studiare  6  haVer  studiato  nel  Buetio.  =  Estre  un  asne  ou  un 
gros  bœuf,  avoir  estudié  en  asnerie.  »  —  Jeu  de  mots. 

Locution  italienne,  Duez. 

269.  «  Être  le  bœuf  *=  être  la  dupe,  la  victime  des  autres,  le 
dindon  de  la  fai*ce.  »  Locution  française. 

«  Vaca.de  la  boda  =  amphytrion  qui  paye  pour  les  autres  la 
dépense  des  plaisirs  pris  en  commun.  » 

Locution  espagnole,  V.  Salva,  JHct,  esp.- français, 

270.  «  Ein  zwanzigjâhrig  Kalb  gibt  keine  geschickte  Kuh 
mehr.  =  Celui  qui,  à  vingt  ans  est  resté  un  sot,  ne  sera  jamais 
intelligent.  »  Proverbe  allemand. 

271.  «  Hokheling  signifie  à  la  fois  jeune  vache  d'un  an  et  jeune 
^iais  qui  vCa  encore  aucune  expérience,  »      Hollandais,  Marin. 

272.  «  Der  Thor,  welcher  sich  einbildet,  er  sei  beim  Fiirsten  hoch 
aogeschrieben,  ist  fâr  éinen  Ochsen  anzusehen,  dem  nur  die  H6mer 
fehlen.  »•  Sentence  sanscrite,  Bôhtlinox. 


72  B08  DOMBSTICUS. 


273.  «  n  parle  français  comme  mie  vache  espagnole.  » 

«  Il  ne  lui  aVient  plus  à  parler  français  qn*à  one  yache  de  porter 
une  selle.  » 

ProT.  anc.  français.  Revue  critique^  2*  semestre,  p.  405. 

«  Cela  lui  va  comme  un  tablier  à  une  vache.  » 

*  Proverbe  fhmçais. 

«  ...  Ces  ameublements  de  femmes  me   conviennent  comme  un 
tablier  à  une  vache  espagnole.  » 

Théâtre  des  boulevards.  1756,  t.  UI,  p.  179. 

«  ...  Un  homme  aussi  peu  fait  pour  elle...  qu'un  bas  de  soie  pour 
un  bœuf.  »  Henry  Gréyillb,  Les:  mariages  de  Philoméne. 

«  L*orgueil  d*un  pauvre  est  comme  une  selle  à  une  vache.  » 

Proverbe  russe,  Bléments  de  la  langue  russe. 

«  Parlàr  el  latén  cmé  una  vaca  spagnoéula.  » 

Parme,  IIalaspinà. 

«  Hy  wetter  effen  soe  veele  van,  als  tcalf  van  der    hoomisse.  = 
en  sait  autant  là-dessus  qu*un  veau  sur  la  grand^messe.  » 

Proverbe  ancien  hollandais,  Reinsbbrg. 

«  Rûben  in  die  Bauern.  Heu  in  die  Ochsen.  » 

Allemand. 

«  Wass  soU  der  Kuh  einc  Muscatnuss  ?  sie  frisst  wohl  Habers- 
troh.  »  Proverbe  allemand. 

«  Wass  nutzen  der  Kuh  Muscaten  ?  »  Allemand. 

«  Wat  wéét  eene  koe  van  saffraan  eten  ?  »  Hollandais. 

«  What  does  a  buliock  know  of  the  taste  of  parched  grain  f  what 
does  an  ass  know  of  the  sraell  of  perfume  ?  » 

Proverbe  telugu,  Carr.  §  398. 

«  Don't  throw  pearls  into  the  cow-shed.  » 

Bannu,  Thorburn. 

274.  «  Il  perd  sa  alleluya  que  a  cul  de  boef  le  chaunt.  » 

Proverbe  ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 

275.  «  Di  bue  fare  une  barberesco.  »  —  D'un  da  poco,  fkme  un 
valent*.  Italien. 


BOS  D0MBSTICU8.  73 


276*  «  Insegnai^e  al  bue  far  santà.(i)  »  —  Insegnare  le  scienze,  o 
le  manière  civili  a  uomo  zotico,  e  di  difficile  apprensiva. 

Proverbe  italien. 

277.  «  On  ne  peut  pas  faire  d'un  bœuf  un  esprevier.  » 

Proverbe  ancien  français,  Nucérin. 

278.  «  Di  vacca  non  nasce  cervo.  »  Italien. 

279.  «  Celui  qui  part  veau  revient  jeune  bœuf.  » 

Proverbe  fribourgeois,  Romania,  18T7,  p.  113. 

«  Andar  bestia  e  tornar  beatia.  »  Italien,  Pescbtti. 

«  Andar  vitelio  e  tornar  bue.  »  Italien,  Pescbtti. 

«  Chi  bestia  va  a  Roma,  bestia  ritorna.  »  Italien. 

«  Schickt  !n  Kalf  na  Paris,  kummt  wer  na  Hus,  so  seggt  *t  :  Ha- 
muh  !  =  .Envoyez  un  veau  à  Paris,  quand  il  revient  il  dit  :  ha- 
mah  !  »  Ostfriesland,  Rbinsbbrg. 

«  Le  bœuf  alla  en  Angleterre  et  revint  bête  à  corne.  » 

Proverbe  islandais. 

280.  «  Il  bove  dice  cornuto  air  asino.  »  Italien. 

«  Dice  la  vacca  al  toro  ;  Tirati  in  là,  sennô  te  foro  !  » 

Ombrie,  Rbinsbbrg. 

«  Le  bestie  se  ti-atta  da  bestie.  »  Venise. 

«  L*armali  si  trattanu  d'armali.  »       Proverbe  sicilien,  Pitrè. 

281.  «  On  appelle  injurieusement  vache  une  femme  sale,  pares- 
seuse ou  libertine.  » 

«  Vacca  =  donna  disonesta.  »  Italien. 

«  Vaccheggiare  =  faire  la  vache,  estre  garce.  »    Italien,  DuEZ. 

«  On  dit  d^ine  femme  qui  a  trop  d'embonpoint,  que  c'est  une 
^acJie,  une  vraie,  une  grosse  vache.  »  FéRAUD. 

«  Des  femmes  étant  un  jour  de  vendanges  assises  sur  le  gazon 

(0  Fare  santd,  se  dice  de'  bambini,  quando  per.far  motto  toccano  la 
wanoaltrui. 


ii  BOS  DOlfBStICUS. 


dans  une  plaine  et  voyant  passer  un  paysan  dont  les  chereox 
étaient  blancs,  lui  dirent  en  se  raillant  :  Quoi  I  bonhomme  il  a  déjà 
neigé  sur  les  montagnes  !  Il  le  faut  bien,  répondit  le  paysan, 
puisque  les  vaches  sont  descendues  dans  la  plaine.  » 

Polissoniana, 

282.  On  dit  à  propos  de  ceux  qui  s'étendent  noncha- 
lamment par  terre  : 

«  Estendre  la  peau  d'un  veau,  gaigner  un  double.  » 

Ancien  français,  Dusz. 

«  Le  cuir  sera  à  bon  marché»  les  veaux  s^étendent.  » 

Leroux,  Dictionnaire  comique. 

«  S'étendre  comme  un  veau  ;  faire  le  veau.  » 

Locution  française,  Faraud. 

283.  «  Faire  le  veau,  faire  la  vache,  vacharder  =  paresser,  se 
lever  tard.  »  Locutions  françaises. 

284.  On  dit  de  quelqu'un  qui  vient  de  tomber  : 

«  Bravo  !  le  cuir  sera  à  bon  marché,  les  veaux  s'aUongent.  » 

Locution  française. 

285.  «  Hij  kijkt  erop  als  de   koe  op  'het  nieuwe  hek.  =  11  est 
émerveillé  de  cela  comme  la  vache  de  la  nouvelle  haie.  » 

Proverbe  hollandais. 

«  Hij  staat  ervoor  en  kijkt  als  eene  koe  voor  een  muizenhol.  =  Il 
reste  là  à  regarder  comme  une  vache  devant  un  trou  de  souris.  » 

Proverbe  hollandais. 

«  Hi  lukket  iiiis  an  Kiiii  tu  an  nei  Baasdôr.  » 

Proverbe  de  la  Frise  septentrionale,  Reinsberg. 

«  Es  betrachtet  Ailes  wie  die  Kuh  ein  neu  Scheuerthor.  » 

Allemand. 

«  At  see  paa  Noget,  som  en  Ko  paa  en  nymalet  Port.  » 

Proverbe  danois. 

«  Dei  glana  som  ei  Ku  paa  ein  nymaalad  Vegg,  » 

Proverbe  norwégien. 

286.  «  Bonhomme,  garde  ta  vache.   »   —  Se  dit  pour  avertir 
quelqu^un  de  se  tenir  sur  ses  gardes. 


BOIS  DOttBdTIGUB.  75 


287.  «  Autant  vaut  celui  qui  tient  le  veau,  que  celui  qui  Técorche; 
signifie,  que  les  complices  d^un  crime  sont  aussi  punissables  que 
Tauteur.  »  Dictionnaire  portatif  des  proverbes, 

288.  «  A  la  tannerie  tous  bœufs  sont  vaches,  et  à  la  boucherie 
toutes  vaches  sont  bœufs.  »  C^est-à-dire,  qu^on  trompe  partout.  Le 
cuir  de  vache  est  préférable  au  cuir  de  bœuf  et  la  viande  de  bœuf 
vaut  mieux  que  celle  de  vache.  Proverbe  français. 

289«  «  Morta  la  vacca,  disfatta  la  soccita.  »  Italien. 

290.  «  N^esser  ne  bo  ne  vaca.  »  —  Non  essere  ne  came  ne  pesce  ; 
non  eftsere  ne  uti  nô  puti.  Non  essere  buono  ad  una  cosa  qualunque. 

Parme,  Malàspina. 

291.  «  Celui  qui  vend  la  vache  dit  le  mot.  »  —  C'est  au  marchand 
à  fixer  le  prix  de  sa  marchandise.  Locution  française. 

292.  «  Asini,  donne  e  buoi,  non  t'allontonar  da^  tuoi.  » 

Italien. 

<  Donne  e  buoi  de'  paesi  tuoi.  »  Italien. 

293.  «  Die  beste  Kuh  geht  nicht  zu  Markt.  »  Allemand. 

«  De  beste  koeijen  vindt  men  op  deo  stal,  en  slimme  krengen 
langs  den  weg.  »  Hollandais. 

294.  «  Qua  Vê  le  vèciie,  i  li  faut  ica  lo  vé.  =  Quand  il  a  la  vache, 
il  lui  faut  encore  le  veau.  »  Il  est  insatiable  dans  ses  désirs. 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

295.  «  Si  tu  reçois  un  bœuf  de  quelqu'un  rends  lui  un  cheval.  » 

Proverbe  mandchou,  Klaproth. 

296.  «  Mieux  vault  en  paix  un  œuf  —  qu'en  guerre  un  bœuf.  » 

Proverbe  ancien  français. 

«  Va?  pi  il  un  buon  giorno  con  un  uovo,  che  un  mal  anno  con  un 
bue.  »  Italien. 

«  Ëen  geregt  van  moes  met  vrede  en  rust,  is  beter  dan  een  vette 
os,  die  men  elkander  benijdt.  »  Proverbe  hollandais. 


76  BOS  DOMK8TICU8. 


«  D^er  betre  eit  Egg  i  Pred  en  ein  Ukse  i  Uft'ed.  =  Bfieux  vaut  on 
œuf  en  paix,  qn*un  bœuf  en  troubles.  » 

Pi*overbe  norwégien,  Rbinsbbrg. 

«  Bedre  een  Ko  med  Ro,  end  syv  med  Uro.  =  Mieux  vaut  une 
vache  en  paix  que  sept  en  troubles.  »  Proverbe  danois. 

297.  «  Je  ne  lui  ai  dit  ni  œuf  ni  bœuf.  »  —  Je  ne  lui  ai  rien  dit 
qui  pût  le  blesser,  le  fâcher.  Locution  f^rançaise. 

298.  «  Rendre  un  bœuf  pour  un  œuf.  »  *—  Se  venger  avec  usure. 

Locution  française. 

299.  «Prendre  un  œuf  pour  un  bœuf.»  — Se  tromper  grossiè- 
rement. Locution  fituiçaise. 

300.  «  Donner  un  œuf  pour  avoir  un  bœuf.  »  —  Faire  un  petit 
présent  dans  Tespérance  d*en  recevoir  un  plus  considérable. 

Locution  ft*ançaise. 

301.  «  Qui  vole  un  œuf  vole  un  bœuf.  »  Proverbe  ft^mçais. 
«  Que  pono  un  ioou  —  pono  un  bioou.  »  Rouergue,  Duval. 
«  Wer  ein  Kalb  stiehlt,  stiehlt  eine  Kuh.  »  Allemand. 

302.  «  On  n'  sàreut  prinde  on  boûf  wiss'  qu^i  n'y  a  qu^ine  vache. 
=  On  ne  saurait  prendre  un  bœuf  où  il  n*y  a  qu*une  vache.  » 

Wallon,  Dejardin. 

303.  «  Couler  du  lait  de  bœuf  =  dire  un  mensonge,  faire  un 
conte,  j»  Touraine,  Jaubbrt. 

«  ...  Quelle  part  me  donneras-tu  ?  —  Mon  Dieu  !  vous  sauriez  traire 
du  lait  à  un  bœuf.  »  Balzac,  Les  Paysans, 

«  Gah  den  BoUe  melken.  =  Va  te  promener.  » 

Prusse,    Frisgubikr. 

«  Er  wird  kommen,  wie  dem  Ochsen  die  Milch..»  —  C.-à-d.  :  il  ne 
viendra  pas.  Locution  allemande,  Pobtbvin. 

«  Wenn  man  aus  Unverstand  Gefallen  daran  ûndet,  dummen 
Menschen  zu  dienen,  so  ist  dièses,  als  wenn  man  vergeblich  einen 
Stier  lange  melkte,  in  der  Meinung  es  sei  eine  Kuh,  die  sich  wegen 
des  schweren  £uter8  neige....  »   Sentence  sanscrite,  Bôhtungk. 


B08  DOMBSTICUS.  77 


304.  «  La  vache  du  riche  velle  souvent,  celle  du  povre  evorte.  » 
—  Cest-à-dire  :  la  fortune  s^obstine  à  toigours  favoriser  les  mdmes 
personnes.  Proverbe  ancien  Arançais,  Cotgravb. 

«  Au  riche  homme  souvent  sa  vache  vêle. 
Et  du  pauvre  le  loup  veau  emmène.  » 

Proverbe  du  XVI*  siècle,  Lbroux  db  Linct. 

«  A  un  pauvi*e  homme  sa  vache  meurt  et  au  riche  son  enfant.  » 

Proverbe  du  XVI*  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

Cf.  Faune  populaire,  1. 1,  p.  80  §  16. 

305.  «  Pagher  que  i  cuddu  qui  quircftt  su  boe  ruiu  qui  portât  a 
caddu.  =  Faire  comme  celui  qui  cherchait  son  bœuf  rouge,  qu'il 
conduisait.  »  Sardaigne,  Spano. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  IV,  p.  246,  §  57. 

306.  «  Prinde  boûf  po  vache.  =  Prendre  bœuf  pour  vache.  »  Se 
tromper  grossièrement.  Wallon,  Dejabdin. 

307.  «  On  n'appelle  jamais  une  vache  marbrée  (Joleiej  ou 
rougeâtre  (rogettej  si  elle  n^a  pas  une  tache.  »  —  La  médisance  a 
toi]gour8  quelque  chose  de  fondé.  Wallon,  Dbjaroin. 

«  N*apèron  pas  un  buu  Mascaret,  s'a  pas  quauque  peu  nègre.  =: 
On  n^appelle  pas  un  bœuf  Mascaret  (bariolé)  s'il  n'a  pas  quelques 
poils  noirs.  »  Armagnac,  Bladé,  Prov.  et  Dev,,  p.  104. 

«  Si  no  Vé  oen  b6,  el  sara  oena  vaca.  »  ~-  Vale  che  non  si  dice 
mai  una  cosa  pubblicamente  che  non  sia  vera  o  presso  che  vera. 

Brescia,  Melghiori. 

«  Men  noemt  nooit  eene  koe  boni,  of  zij  heeft  wel  een  vlekje.  » 

Hollandais. 

«  Men  scheldt  geene  koe  blaar,  of  daar  is  wat  wits  aan.  » 

Hollandais. 

«  Man  heisst  keine  Kuh  Bunt,  sie  habe  denn  einen  Flecken.  » 

Allemand. 

«  Man  heisst  keine  Kuh  Bl&sse,  sie  habe  denn  einen  Flecken.  » 

Allemand. 


m  BOS  DOIfSfi'^ICUS. 


«  Man  sagt  nicht  zu  der  Kuh  Blftssle,  wana  mm  idcht  mnifatens 
einen  Stern  hat.  »  Allemand. 

«  Man  heisst  keine  kuh  Blftsslein,  —  sie  habe  denn  ein  Stemlein.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Ingen  Ko  hedder  broget,  uden  den  har  en  Plet.  » 

Proverbe  danois. 

308.  «  Man  kauft  den  Ochsen  nicht  theurer,  weil  er  bunt  ist.  » 

Proverbe  allemand,  Medikus. 

309.  «  Er  zyn  veel  koeijen  die  blaer  heeten.  =  Il  y  a  beaueoup 
de  vaches  qui  s'appellent  marquées  en  tête  d'une  tache  blanche.  » 
Q^est-à-dire  :  il  y  a  plus  d'un  âne  qui  s^appeUe  Martin, 

Proverbe  flamand. 

310.  «  Di  note  le  vache  xe  tute  more.  »  Vénitien. 
«  Des  nachts  sind  aile  Kûhe  schwarz.  »                   Allemand. 

311 .  «  Il  a  les  cheveux  roux  comme  poil  de  vache.  »  <—  La 
plupart  des  vaches  ont  le  poil  roux. 

«  Il  a  les  cheveux  couleur  queue  de  bœuf.  »  —  Il  a  les  cheveux 
roux.  Seine -et-Oise,  recueilli  personnellement. 

312.  «  Egli  ô  come  cavare  un  pelo  al  bue.  »  —  Quando  si  vuol 
mostrare,  la  spesa,  o  il  danno  esser  tanto  piccolo,  in  ragione  di 
chi  ha  da  fur  la  spesa,  che  colui  non  la  éentirà.  Italien. 

313.  «  Das  Kalb  ins  Auge  schlagen.  =  Faire  un  outrage  à 
quelqu'un,  Toffenser  vivement.  »  Locution  allemande. 

314.  «...  Can  cassava  lebre  ab  lo  bov.  =  Quand  je  chassais  le 
liôvre  avec  le  bœuf.  » 

Ancien  provençal,  A.  Daniel,  Amors  e  joi  dans 
'    Raynouard,  Lexique  roman, 

«  Andare  a  caccia  col  bue  zoppo.  »  —  Mettersi  in  un*  impresa  con 
un  provvedimento  debole  e  non  bastante  al  bisogno. 

Proverbe  italien. 

315.  «  En  estraunge  terre  chace  la  vache  le  bœf.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Linoy. 


BOS  DOIIBSTICUS.  79 


«  Per  poïs  estrongiés,  los  hacos  batton  lous  bioous.  =  En  pays 
étranger  les  vaches  battent  les  bœufs.  »  C^est-à-dire  :  on  est  plus 
timide.  Rouergue,  Du  val. 

«  Ne  i  paesi  soi  e  vacche  vincenu  1  voi.  =  Quand  elles  sont  chez 
elles  les  vaches  battent  les  bœufs.»  Corse,  Rbinsbbrg. 

316.  «  Nae  cows,  nae  care.  =  Point  de  vaches,  point  de  soucis.  » 

Proverbe  écossais. 

«  Wenig  Kûhe  —  wenig  Mûhe.  »  Allemand. 

«  Kûhe  machen  Mûhe.  »  Allemand. 

«  Har  Du  Ko,  saa  har  Du  Uro.  »  Danois. 

317.  «  Jedermaim  lobt  seine  Kuh  und  glaubt,  sie  ist  die  beste.  » 

Prusse,  Frisohbibr. 

«  Hi  hélt  sin  Kat  beeder  ûûs  an  OOdem  sin  Kûû,  =  Il  tient  son 
chat  pour  meilleur  que  la  vache  d'autrui.  » 

Frise,  Rbinsbeiu}. 

318.  «  A  vaca  d^a  miûa  veciâa  dà  mais  leite  c^a  mifia.  » 

Gallicien,  Reinsberq. 

«  Anderer  Leute  Kûhe  haben  immer  grOssere  Euter.  » 

Allemand. 

319.  «  Schenkt  man  Einem  die  Kuh  —  so  schenkt  man  ihm  auch 
denStrick  dazu.  »  Allemand. 

320.  «  Quand  on  a  avalé  le  bœuf,  il  ne  faut  pas  s^arréter  à  la 
queue.  »  Proverbe  français. 

321.  «  St^eal  my  cow,  and  give  away  the  hide.  » 

Anglais. 

«  Ër  stilt  en  Ochs  und  git  d^  Fûess  um  der  Gottswille.  »  — •  Er 
Btiehlt  einen  Ochsen  und  gibt  die  Fusse  um  Gotteswilieu. 

Suisse  allemande,  Rbjnsbero. 

«  Mangen  stjœler  Oxen,  og  giver  Kallunet  til  de  Fattige.  »  — 
Mancher  stiehlt  den  Ochsen  und  gibt  die  Kaldaunen  den  Armen. 

Danois,  Rbinsberg. 


80  BOS  Q0MESTIGU8. 

— r? " 


«  Like  killing  cows  and  giving  away  sandale  (made  of  the 
hide)  (»).  »  Proverbe  telugu,  Carr.  §  829. 

322.  «  On  appelle  proverbialement  la  terre  le  plancher  des 
vaches  par  opposition  à  la  mer  et  aux  vaisseaux  qui  y  naviguent.  » 

Locution  française^  Féraud. 

«  Il  n*e8t  rien  de  tel  que  le  plancher  des  vaches.  »  —  Sur  mer  on 
court  trop  de  risques.  Locution  française. 

323.  «  C'est  le  grand  chemin  des  vaches.  Manière  de  parler 
qu*on  emploie  pour  marquer  qu*une  chose  est  connue,  publique  et 
commune,  qu^elle  est  sue  de  tout  le  monde.  Signifie  autant  que  : 
c^est  la  route  ordinaire,  c^est  la  coutume,  la  manière  d'agir,  ou  rou- 
tine généralement  la  i^lus  usitée  dans  le  monde.  » 

Leroux,  Dictionnaire  comique. 

324.  «  lo  son  di  sangue  gentile,  i  miei  vecchi  andavano  a  caccia 
co^  buoi,  è  a  sparbier  con  le  vacehe.  »  Italien,  Pbsgbtti. 

325.  «  On  dit  qu'un  homme  a  mangé  de  •  la  vache,  que  les 
oreilles  lui  cornent,  c'est-à-dire  qu'il  n'entend  pas  bien  ce  qu'on 
dit.  »  Leroux,  Dictionnaire  comique, 

«  On  dit  d'un  homme  qui  a  mal  entendu,  qu^il  entend  de  corne, 
qu'il  a  mangé  de  la  vache.  »      Leroux,  Dictionnaire  comique. 

326.  «  Avoir  mangé  de  la  vache  enragée,  »  —  Avoir  eu  bien  de 
la  peine  et  du  tracas,  s'être  contenté  pendant .  longtemps  d^une 
mauvaise  nourriture  par  suite  du  manque  d'argent. 

327.  «  Les  sergents  et  les  Procureurs  disent  que  la  vache  a  bon 
pied^  quand  ils  ont  fait  quelque  saisie  sur  une  personne  qui  a  moyen 
de  payer  les  f^ais.  »  Dict.  port,  des  prov. 

328.  «  Ein  kalb  machen  =  vomir.  »       Locution  allemande. 

«  Een  kalf  maaken  =  vomir  après  une  débauche.  » 

Hollandais. 

Dans  ces  locutions  on  compare  la  personne  qui  vomit 

0)  Cf.  dit  M.  Oarr  le  proverbe  anglais  :  «  Steal  the  goose  and  give  the 
glbists  in  alms.  » 


BOS  D0ME8TICUS.  81 


à  une  vache  qui  fait  son  veau.  —  Cf.  la  locution  faire  un 
veau  qui  dans  le  centre  de  la  France  signifie  casser  un 
objet  en  deux. 

329.  «  Nœud  de  vache  ss  nœud  plat  qui  se  trouve  nianqué.  »  — 
(Test  ce  que  les  marins  anglais  appellent  granny^s  bend  ou  gran-- 
Hjfs  knot  (propi*ement  nœud  de  grand-mère).  Lbscaluer. 

330.  «  Elle  a  Tftge  d'un  vieux  bœuf.  »  —  Se  dit  plaisamment 
d*Diie  Jeune  fille  de  dix -huit  ans. 

331.  «  Kuhschicht-=^  ikcXie  de  12  heures,  poste  de  douze  heures.  » 
Terme  des  mines.  Allemand,  Beurard. 

332«  «  Cest  la  pièce  de  bœuf,  »  ^  Se  dit  d^ne  chose  qu'on  a 
accoutumé  de  manger  à  son  ordinaire,  ou  de  voir  continuellement. 

Leroux,  Dict,  comique, 

«  Au  lieu  de  dire  la  pièce  de  bamf^  on  dit  aigourd*hui  dans  le 
m6me  sens  :  le  pot  au  feu,  » 

333.  «  Bœuf  saignant,  mouton  bêlant,  porc  pourri,  tout  n'en  vaut 
lien  s'il  n'est  bien  cuit.  »  Proverbe  français.  Leroux. 

334.  «  Veau  mal  cuit,  et  poulets  cinis,  font  les  cimetières  bos- 
lus.  »  Proverbe  français. 

335.  «  De  trois  choses  Dieu  nous  garde  !  —  de  bœuf  salé  sans 
moutarde  —  d'un  valet  qui  se  regarde  —  d'une  femme  qui  se 
farde.  »  Proverbe  français. 

336.  «  Metter  la  coperta  al  bue.  =  Mettre  la  couverture  sur  le 
bœuf.  »  Cest-à-dire  :  mettre  la  nappe,  couvrir  la  table. 

Locution  italienne,  Dubz. 

337.  «  Faire  avaler  une  langue  de  bœuf  à  quelqu'un  c'est  lui 
donner  un  coup  de  couteau.  » 

Bbntzon,  Madelette^  Récit  du  pays  basque. 

338.  «  Qui  mange  la  vache  du  Roi  à  cent  ans  de  là  en  paye  les 
08.  »  —  Pour  dire  que  celui  qui  a  manié  les  deniers  du  Roi,  qui  a 
fraudé  les  droits  du  Roi,  en  est  recherché  tôt  ou  tard. 

Dictionnaire  portatif  des  proverbes, 

6 


82  BOS  DOMBSTICUS. 


»  Cui  mancia  la  vacca  di  lu  re,  sapra  Pannu  caca  Tossa*  »  ^ 

Sicile,  PiTRÉ. 

«  Quem  a  vacca  del  Rey  corne  magra,  gorda  a  paga.  » 

Portugais,  Pbretra. 

«  Quien  corne  la  vaca  del  Rey,  à  cien  àûos  paga  los  huesos.  » 

.  -  Espagnol. 

'  339.  «  On  appelait  autrefois  droit  de  déliage  ou  disjonge  le 
droit  de  délier  les  bœufs  et  de  les  laisser  paître.  Ce  droit  était 
possédé  dans  certains  endroits  du  département  de  la  Lozère  par 
différentes  personnes.  » 

Gazette  des  Tribunaux  du  7  février  1826. 

340.  «  Pas  de  hceuf-=.  bande  de  terre  qui  existe  ou  est  censée 
exister  le  long  de  tout  le  fossé  ^pour  soutenir  les  terres  de  Théri- 
tage  voisin.  En  cas  de  suppression  de  la  clôture,  cette  bande  revient 
de  droit  au  propriétaire  du  fossé  ;  mais  tant  qu^elle  existe  Fusage 
général  en  permet  le  parcours  et  le  pâturage  au  propriétaire  ou 
fermier  du  champ  limitrophe.  » 

Maine-et-Loire  et  Mayenne,  Robert. 

341.  «  On  appelle  œil  de  bœuf  une  fenêtre  ronde  ou  ovale.  » 
Cf.  gavâhsha  (même  sens),  sanscrit,  Boehtiingk. 

342.  Sur  le  bœuf  servant  de  valeur  monétaire  {pet^s,  'pecunia)^ 
voyez  R.  Andrew,  Ethnographische  Parallèle,  p.  249  et  Mommsen, 
Histoire  romaine  (traduction  française  d'Alexandre),  t.  I,  p.  263 
et  p.  XIV  (à  la  un  du  volume). 

343.  «  Quand  on  oYe  le  tiénor  (tonnerre)  en  mars. 
Hélas  I  les  vaches  sont  traites.  » 

Vosges,  Statistique  de  la  France. 

«  Quand  il  tonne  en  mai. 
Les  vaches  ont  du  lait.  » 

Haute-Saône,  Statistique  de  la  France. 

«  Quand  il  pleut  le  premier  jour  de  mai, 
Les  fourrages  rendent  amer  le  lait  » 

Haute-Saône,  Statistique  de  la  France. 

«  Quand  il  pleut  le  premier  jour  de  mai. 
Les  vaches  perdent  moitié  de  leur  lait.  » 

Haute-Saône*  Statistique  de  la  France, 


BOS  DOMESTICUS.  83 


«  Quand  il  pleut  à  la  Saint-Matthieu, 
Fais  coucher  tes  vaches  et  tes  bœufs.  » 

Haute-Loire,  Statistique  de  la  France, 

«  Si  le  jour  de  Saint-Médard  il   pleut   sur  les  vaches,  elles  n^ont 
pas  de  lait  de  Tannée.  » 

Saône-et-Loire,  Statistique  de  la  France» 


IL 


1«  «  n  est  sept  jours  de  Tannée  —  quatre  de  mars  et  trois  d'avril 
—  que  nos  pères  redoutaient  beaucoup,  ils  les  ont  baptisés  les 
vachers  {lotis  vochés).  Voici  la  naïve  légende  des  vachers,  bien  con- 
nue dans  plusieurs  départements  du  midi  de  la  France  :  Un  jour, 
par  un  temps  splendide  —  tout-à-fait  à  la  an  du  mois  de  mars  — 
une  bonne  vieille  bergère  des  montagnes  du  Vivarais  rentrait  à 
Tétable  son  troupeau  de  vaches  et  de  moutons,  qu*elle  venait  de 
garder  d'une  prairie  voisine  ;  la  température  était  si  douce,  le  soleil 
avait  été  si  chaud  toute  la  journée  que,  dans  un  élan  de  satisfaction 
elle  s'écria,  pour  exprimer  que  Thiver  était  terminé  : 

Malgré  Mars  et  Mordou, 

El  heïverna  mos  vachos  et  mous  mooutous. 
(Malgré  mars  et  mardou  (c.-à-d.  :  le  commencement  et  la  un  du  mois 
de  mars,  Talné  et  le  cadet)  j'ai  hiverné  mes  vaches  et  mes  moutons). 
Mars,  piqué  de  ce  défi,  voulut  montrer  et  prouver  qu'il  était  tou- 
jours terrible.  Il  appela  avril  à  son  secours  et  en  fit  son  allié  en  lui 
disant:  * 

Presto-m'en  très,  ièou  n'eï  quatre  : 

Juguoren  lo  vieille  o  battre. 

(Prête-m'en  trois  (jours)  moi,  j'en  ai  quatre  :  nous  jouerons  la  vieille 
(bergère)  à  battre). 

Depuis  cette  époque,  les  sept  jours  vachers  sont  toujours  mauvais 
et  redoutés  des  agriculteurs.  » 

H.  Vaschalde,  Proverbes  du  Vivarais, 

«  Vers  la  fin  de  mars  la  vieille  dit  :  En  dépit  de  Mars-Marsell 
j'aurai  sauvé  ma  truie  avec  mon  goret,  ma  chèvre  avec  mon  che- 
vreau, ma  brebis  avec  mon  agneau,  et  ma  vache  avec  mon  veau.  — 
Mars,  piqué  du  propos  de  la  vieille,  dit  à  Avril  :  Avril  gentil,  tueur 
d'hirondelles,  prête-m'en  un,  prête-m'en  deux  (jours),  avec  deux  que 
j'en  ai,  ce  sera  quatre  p6ur  exterminer  tous  les  bestiaux  de  la  vieille.— 


84  BOS  DOMESTICUS. 


La  fin  du  conte  rapporte  que,  l'emprunt  consommé^  il  se  fit  dans 
les  éléments  un  bouleversement  tel  qu^il  en  advint  un  très  grand 
mal  à  tous  les  bestiaux  de  I9.  vieille.  Après  cet  événement,  ces  jours 
empruntés  furent  considérés  par  la  suite  comme  des  jours  néfastes, 
des  jours  de  crainte  et  de  deuil  pour  la  terre.  » 

Pyrénées-Orientales,  Bulletin  de   la  Société 'philomatigue 
de  Perpignan,  1«  année,  1834. 

«  Mars  et  marsilloun  quM  passât,  ni  braou,  ni  baque  n*ou  m^en 
constat.  Abriou,  preste  m'en  un,  preste  m'en,  dus,  preste  m^en  très, 
et  un  qu'en  é  que  haran  quouaté,  toutos  l'ac  haram  éspernobaté. 

Un  riche  disait  le  30  mars  :  J'ai  passé  mars  et  marçillon  sans  qu^il 
m'en  ait  coûté  ni  vache  ni  taurillon.  Mars  l'entendit  et  dit  à  avril  : 
Avril,  prète^m'en  un  (jour),  prête-m'en  deux,  prête- m'en  trois,  et  un 
que  j'ai  ça  fera  quatre,  et  nous  mettrons  tout  son  bétail  aux  abois.  » 

Hautes-Pyrénées,  Stat.  de  la  France, 

«  Hâtte  ich  Macht  wie  du  •—  Ich  liess  erfrieren  das  Kalb  in  der 
Kuh.  »  —  Der  Februar  zum  Januar.  Prusse,  Frischbier. 

Ces  jours  néfastes  sont  appelés  dans  le  Midi  :  Jours  vaqueirious, 
vaccarious,  vacairials,  bacairials,  baqueirouns,  cavaliés»  cabaliés, 
selon  les  provinces.  —  Dans  le  Rouergue,  selon  Duval  {Proverbes , 
etc.  p.  123)  ces  jours  sont  dits  :  baccairiols. 

Voyez  sur  ces  jours  d'emprunt  :  Romania  1874,  p.  294  et  p.  498  et 
les  références  de  M.  R.  Koehler,  dans  lenaer  Literaturteitung,  1878, 
artikel  298. 

^*  «  Dieu  donne  biens  et  bœuf,  mais  ce  n^est  pas  par  la  corne.  » 

Ancien  français,  Nucérin. 

«  Gott  gibt  wohl  die  Kuh,  —  aber  nicht  auch  das  Seil  dazu.  » 

Allemand. 

«  Gott  bescheert  wohl  die  Kuh,  —  aber  nicht  den  Strick  dazu.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Gott  giebt  einem  wohl  einen  Ochsen,  aber  nicht  bei  den 
Hôrnern.  »  Proverbe  allemand. 

«  God  geeft  kooijen,  maar  niet  bij  de  hoomen.  »  HoU. 

3,  «  Wo  es  der  Brauch  ist,  legt  man  die  Kuh  in's  Bett.  = 
Auti^es  pays,  autres  mœurs.  »  Proverbe  allemand. 


BOS  DOMESTICUS.  85 


«  Wo  dat  Mood  is,  darridd  de  Pastoorup^m  Buïlen  toV  kark.  = 
Là  où  c'est  la  mode,  le  pasteur  se  rend  à  Téglise  monté  sur  le 
taureau.»  Hambourg,  Rein sberg. 

«  Wo's  ^ode  ist,  tr&gt  man  den  Kuhschwanz  als  Halsband.  » 

Proverbe  allemand,  Medikus. 

4.  «  En  attendant  que  Therbe  pousse,  les  vaches  meurent  de 
faim.  »  Proverbe  breton,  Sauvé. 

«  Naar  Graset  er  grott,  er  Kui  daud.  =  Quand  Therbe  fut  venue, 
la  vache  mourut.  »  Prov.  norwégien,  Rbinsberg. 

Cf.  Faune  populaire^  t.  IV,  p.  187,  §  2. 

5.  «  A  ome  euros  sun  beuf  li  vêle.  =  A  homme  heureux  son 
bœuf  lui  vêle.  »  Ancien  français. 

«  Wer  Olâck  hat,  dem  kàlbert  ein  Ochs.  »  Allemand. 

«Einem  k&lbern  die  Ochsen,  dem  andérn  nicht  einmal  die  Kiihe.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

«  Naar  det  skal  vaere  Held,  kaelver  Tyren  saa  godt  som  Koen. 
=  Quand  le  bonheur  le  veut,  le  taureau  vêle  aussi  bien  que  la 
vache.  »  Proverbe  danois,  Reinsbbrg. 

«  The  bullock  has  calved  (said  one)  ;  then  tie  it  up  in  the  shed 
(replied  the  other).  »  —  Applied  to  a  foolish  speech. 

Proverbe  telugu,  Carr.  §  390. 

6.  «  Ils  sont  devins  comme  des  vaches,  ils  devinent  tout  ce  quUls 
voyent.  »  Ancien  français,  Comédie  des  proverbes» 

«  Il  est  prophète  comme  une  vache.  » 

Leroux,  Dict,  comique, 

«  Il  est  sorcier  comme  une  vache  espagnole.  »  Poetevin. 

7*  «  Une  vache  ne  sçait  que  luy   vaut   sa   queue  jusques   à  ce 
qa^elle  l'ait  pierdue.  »  Ancien  français,  Nucêrin. 

«  Il  viendra  un  jour  où  la  vache  aura  besoin  de  sa  queue.  » 

Proverbe  français. 

«  The  cow  didn't  know  the  value  of  her  tail  till  she'd  lost  it.  » 

Anglais. 


BOS  DOMESTICUS. 


«  Wenn  die  Kuh  den  Schwanz  verloren  hat,  merkt  sie  erst,  wozu 
er  gut  gewesen  ist.  »  Proverbe  allemand. 

8.  «  A  barren  butfalo  is  the  emblem  of  Mahd  Lakshmi  (i),  in  a 
village  where  there  are  no  cows.  =  Dans  le  royaume  des  aveugles 
les  borgnes  sont  rois.  »  Proverbe  telugu,  Cabr. 

«  After  the  whole  of  the  cattle  had  been  stolen  from  the  shed  the 
barren  buffalo  became  as  valuable  as  Mahâ  Lakshmt  (the  goddess 
of  fortune).  »  Proverbe  telugu,  Carr. 

9.  «  One  said  :  hère  is  bran  for  your  cow.  The  other  replied  : 
hère  is  milk  for  your  chlld.  »  —  Se  passer  la  casse  et  le  séné  ; 
échange  de  bons  procédés.  Prov.  telugu,  Carr. 

10.  «  Il  né  faut  pas  faire  Pétable  au  veau  avant  quMl  soit  né.  » 

Proverbe  français. 

«  I  n'  faut  pas  faire  le  cotin  d'vant  que  Tviau  soit  nai.  » 

Guernesey,  Métivibr. 

«.  Apprêter  la  corde  avant  le  veau  porte  mallieur.  >» 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

«  Il  ne  faut  pas  acheter  la  corde  avant  d^avoir  le  veau.  » 

Proverbe  français. 

«  Faire  le  colli'T  au  veau  avant  qu'il  soit  né.  » 

Proverbe  français. 

«  Ein  ne  doit  jamouais  apprêter  ch'licou  devant  ch'vieu.  » 

ProverJi)e  picard. 

«  On  ne  doit  mi  apprêter  chol  cauiche  devant  que  ch^vieu  ne 
fuche  arrivé.  »  Proverbe  picard. 

<  C'est  se  tromper  que  calculer  le  prix  du  beurre  avant  d'avoir 
acheté  la  vache.  »  Proverbe  breton.  Sauvé. 

«  Préparé  ToUa  nenz  a  la  vaca.  »  Rome,  Reinsberg. 

«  Conprê  la  canbisa  dnanss  la  vaca.  »       Piémont,  Reinsberg. 

«  Wer  wird  auf  den  Kalbskopf  laden,  eh  die  Kuh  gekalbt  hat.  » 

Allemand,  Medirus. 

(0  Mahâ  Lakshmi  est  la  déesse  de  la  fortune. 


BOS  DOMESTICUS.  87 


Antes  de  compral-o  becerro,  facel-o  cortello.  » 

Gallicien,  Reinsberg. 

«  Die  Haut  verl^aufen,  ehe  man  die  Kuh  hat.  »         Allemand. 

«  Ein  skal  inkje  baesa  uboren  kalv.  »  Norvégien. 

«  The  cow  had  not  been  slaughtered,  yet  he  had  put  the  soup- 
tureen  on  hia  head  for  it.  »  Bannu,  Thorburn. 

11*   «  Die  schwarze  Kuh  hat  ihn  gedrtickt.  =    Il  est  abattu  par 
le  malheur.  »  Proverbe  allemand. 

«  Vom  schwarzen  Ochsen  getreten  sein.  » 

Lithuanien,  Schleicher. 

«  The  black  ox  has  tramped  op  him.  »  Écossais. 

Voyez  sur  ces  proverbes  :  Zeitschrift  f,  d.  d.  Mythologie^  I,  271; 
IV,  425  et  426,  et  Grimm,  Woerterbuch,  V,  2550. 

12.  «  Le  diable  est  aux  vaches.  »  —  Pour  dire,  il  y  a  du  bruit, 
du  fracas  et  du  tintamarre,  tout  est  en  désordre  et  en  confusion. 

Leroux,  Dict,  comique. 

13.  «  Notre  Dame  de  Pitié  et  le  seigneur  saint  Pierre  donnent 
aux  vaches  méchantes  des  cornes  courtes.  » 

Proverbe  breton,  L.  P.  Sauvé. 

«  A  vache  qui  frappe  de  la  tête,  Dieu  ne  donnera  pas  de  cornes.  » 

Prov.  russe,  Éléments  de  la  langue  russe, 

«  Stôssigen  Stieren  wachsen  kurze  Hôrner.  » 

Proverbe  allemand,  Mrdikus. 

14.  «  Da  stehen  die  Ochsen  (*)  am  Berge.  »  —  Voilà  la  diffi- 
culté, le  nœud  de  Talfaire^  où  gtt  le  lièvre. 

Allemand,  Poetbvin. 

15.  «  Die  Grosse  thut^s  nicht,  sonst  iiberliefe  die  Kuh  den  Hasen.  » 

Allemand. 

16.  «  Une  vache  prend  bien  un  liôvre.  » 

Prov.  français,  Nugérin. 

(0  Variante  de  la  Prusse  :  did  Affen  (Friscbbier). 


88  BOS  DOMESTICUS. 


«  fiisweilen  erjagt  auch  die  Kuh  einen  Hasen.  » 

Proverbe  lithuanien,  Sghlbigher. 

17»  «  Der  Ochse  will  den  Hasen  erlaufen  I  »  Allemand. 

18.  «  When  the  cows  fight,  the  sucking   calves^  legs  are  brokén. 
=  When  the  great  fall  out,  the  poor  suffer.  » 

Proverbe  telugu,  Oarr. 

19.  «  Fermer  Fétable  quand  les  vaches  sont  prises.  » 

Français,  DuBZ. 

«  É  mala  cosa  chiudere  la  stalla  quannu  ne  sô  sciute  li  vuoie.  » 

Proverbe  napolitain. 

«  Serrar  la  stalla  quando  si  son  persi  i  buoi.  » 

Italien,  Pksgbtti. 

«  Den  Stall  zumachen,  venu  das  Kalb  entlaufen.  » 

Proverbe  allemand. 

«  Wenn  das  Kalb  ertrunken  ist,  deckt  man  den  Brunnen-  » 

Proverbe  allemand,  Medirus. 

«  Wenn^s  Kalb  gestohlen  ist,  bessert  der  Bauer  den  Stall.  »      AU. 

«  Wenn  die  Kuh  gestohlen  ist,  sperrt  man  den  Stall.  »         AU. 

«  Als  H  kalf  verdronken  is  de  put  dempen.  » 

Hollandais,  Mabin. 

20.  «  Wenn  die  Spitzbuben  sich  streiten,  bekommt  der  Bauer 
8(  ine  Kuh  ^wieder.  »  'Allemand. 

«  Quand  les  voleurs  sont  en  désaccord,  le  paysan  rattrape  sa 
vache.  »  Proverbe  suédois. 

21.  «  De  een  mag  eene  koe  stelen,  en  de  ander  niet  over  het  hek 
kijken(»).  »  Hollandais. 

22.  «  Per  Tamou  del  bioou  —  lou  loup  léco  Toraire     =  Pou 
Tamour  du  bœuf  le  loup  lèche  la  charrue.  »      Rouergue,  Duval. 

«  Per  amor  del  bou  —  Uepa  lo  ilob  lo  jou.  » 

Catalan  moderne,  Reinsbero. 

(')  Cf.  le  prov.  anglais  :  «One  man  may  better  steal  a  horse,  t 
another  look  over  a  hedge.  » 


BOS  DOMESTICUS.  89 


«  Pel*  desig  que  tè  del  bou  —  va  llépant  lo  llob  al  jou.  » 

Proverbe  valencien.  Reinsberg. 

23.  «  Ufi  particulier,  témoin  d'une  régalade  à  laquelle  il  n'aurait 
pas  été  fâché  de  participer,  reçoit  cette  question  banale  de  la  part 
d'un  des  convives  :  Que  dit-on  de  nouveau  dans  votre  village  ?  — 
Ah  I  rien,  Monsieur-,  qui  vaille  la  peine  d^être  raconté.  —  Mais  enfin, 
il  y  a  bien  quelque  petit  événement  d'un  genre  ou  d'un  autre  ?  — 
Oh  !  non,  à  moins  que  vous  n'aimiez  à  savoir  que  la  vache  de  notre 
voisine  a  fait  cinq  veaux.  —  Cinq  veaux  !  ce  n'est  pas  possible,  la 
vache  n'a  que  quatre  trayons.  —  C'est  cependant  ainsi.  —  Et  que 
fait  le  cinquième  quand  les  autres  tètent  ?  —  Ah  !  mon  Dieu,  il  fait 
comme  moi,  il  regarde.  »         Les  Fourgs,  Tissot,  Les  Mœurs,  p.  ISO. 

«  Être  le  cinquième  veau.  »  —  Voir  les  autres  jouir  d'avantages 
de  toute  espèce,  sans  pouvoir  en  profiter. 

Wallon,  Dejardin. 

24.  «  On  dit  d'une  personne  qui  est  prise  de  gaieté  et  qui  se 
met  tout  à  coup  à  chanter  :  «  Ah  !  il  a  eu  nouvelles  de  ses  vaches  » 
comme  s'il  se  réjouissait  de  les  avoir  retrouvées.  » 

25.  «  Wenn  sich  eine  Kuh  auf  die  Eier  legt,  so  erwârte  keine 
Hiihner.  =  Quand  la  vache  est  sur  les  œufs,  n'attendez  pas  de 
poussins.  »  Proverbe  allemand.  • 

26.  «  The  bullock  puiled  towards  the  sun,  and  the  buffalo 
towards  the  sliade.  »  —  A  bad  match. 

I  Proverbe  telugu,'  Carr.  ^ 

27.  «  When  (wanted  for)  ploughing  it  goes  among  the  calves; 
when  grazing,  it  goes  with  the  cows.  »  —  The  best  at  eating,  the 
worst  at  working.  Proverbe  telugu,  Carr. 

28.  «  Reihet  euch  î  sagt  der  13auer,  da  hatte  er  nur  eine  Kuh 
im  Stall.  =  Chacune  à  son  rang,  dit  le  paysan,  qui  n'avait  qu'une 
vache  dans  son  étable.  »  Loc.  facétieuse  allemande,  Hoefer. 

29.  «  Das  ist  schândiich  !  sagte  der  Bauer,  da  die  Kuh  in's 
wasser  schiss,  das  Land  ist  gross  genug.  =  C'est  honteux,  dit  le 
paysan,  quand  la  vache  laissa  tomber  une  bouse  dans  l'eau,  la 
terre  est  cependant  assez  vaste.  » 

Locution  facétieuse  allemande,  Hoefbr. 


^  BOS  D0MBSTICU8. 

30.  «  Basa  de  beû,  busa  dVaça  —  Chi  a  mal  s^  grata.  »  —  Prov., 
e  vuol  siguiâcare  :  questo  ô  niente^  presto  passa,  presto  guarisce.  = 
Cela  n*est  rien,  cela  passera  tout  de  suite  (0* 

Piëmontais,  Zalli. 

31  •  «  Maria  quando  viviat  «  Fit  pretensione  sua  —  quireat  boes 
in  sa  jua  —  et  boes  non  binde  hajat.  =  Maria  quando  viveva,  aveva 
sempre  pretensione  di  cercar  buoi  nel  pascolo  comune,  e  buoi  non 
ne  aveva.  »  Dicesi  ad  uno  che  si  millanta.       Sardaigne,  Spano. 

32.  «  Instead  of  a  hundred  (cloths)  a  bit  of  thread  ;  instead  of  a 
crore  (of  cows)  a  cow's  tail.  »  Proverbe  telugu,  Carr. 

33.  «  A  widow  had  two  oxen,  one  would  not  corne  inside  and  the 
other  would  not  go  outside.  »  —  The  widow,  whiose  ûrst  misfortune 
wàs  the  lost  of  her  husband,  hère  typiûes  an  illstared  man. 

Bannu,  Thorburn. 

34.  «  Arari  et  Kahl  (deux  vaches  ainsi  nommées)  se  sont  rencon- 
trées et  se  sont  tuées  à  coups  de  cornes.  »  —  Se  dit  à  propos  de  deux 
adversaires  de  force  égale.  Arabe,  Kazimirsri. 

Cf.  Faune  populaire^  t.  IV,  p.  74,  §  76. 

35.  «  Die  Kuhhôrner  (in  alter  Zeiten)  waren  so  lang,  wenn  man 
um  Ostern  hineinblies,  so  kam  der  Ton  um  Pfingsten  heraus.  » 

Suisse  ail.,  Sutermeister,  Kindermàhrchen.  Aarau,  1873,  p.  108. 

Cf.  E.  Meier,  Deutsche  Volhsmâhrchen  aus  Schwaben,  18Ô3,  p.  85. 

36.  «  Is  the  bullock's  sore  tender  to  the  crow  ?»  —  Said  of  one 
devoid  of  sympathy  for  others.  Proverbe  telugu,  Carr. 

37.  «  On  dit  plaisamment  de  quelqu^un  qui  témoigne  peu  de  sen- 
sibilité, qu^il  est  comme  la  vache  à  Michoux.  Michoux  en  vendant  sa 
vache  à  un  boucher  en  avait  retenu  le  cœur.  Quand  il  alla  le  récla- 
mer :  Mon  ami,  lui  dit  le  boucher,  ta  vache  avait  deux  foies,  mais 
elle  n^avait  pas  de  cœur.  »  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

(1)  IjOb  premières  paroles  de  cette  formulette  facétieuse  viennent  peut- 
être  de  ce  que  la  bouse  de  vache  a  été  souvent  employée  dans  la  méde« 
clne  populaire,  accompagnée  de  paroles  mystérieuses  (f) 


• 


BOS  DOliESTICUS.  91 


38.  «  A  Baune(i),  on  défendit  un  beau  jour  de  tuer  plus  de  la 
moitié  d*un  bœuf.  »  Clément-Jannin. 

39.  «  Il  serait  difficile  de  me  faire  croire  que  les  nues  sont  de 
peau  de  veau.  »  P.  Féval,  Les  Habits  noirs. 

40.  «  Bue  di  MartinOy  le  bœuf  de  Martin  qui  se  laissoit  mordre 
aux  moutons.  »  —  C.-à~d.:  uu  lourdaut,  un  benest. 

Locution  italienne,  Duez. 

«  Les  Africains  (>)  disent  :  Il  est  vaillant  comme  le  lion  d^Agla,  à 
qui  les  veaux  mangent  la  queue.  »  Leroux,  Dict  comique, 

41.  «  Corne  i  buoi  di  Noferi  =  comme  les  bœufs  de  Noferi,  qui 
demeurent  tot^ours  au  marché  sans  cstre  vendus,  c.-à-d.:  qui  ne 
vautguères.  »  Locution  italienne,  Duez. 

42.  «  Qui  ne  retire  de  sa  vache  que  la  queue  ne  perd  pas  tout.  » 

Proverbe  français,  Cotgrave. 

«  O^une  vache  pet*due,  c^est  quelque  chose  d^en  recouvrer  la  queue» 
ne  fut-ce  que  pour  en  faire  un  tirouér  à  son  liuis.  » 

Prov.  français,  Ducatiana,  11,513. 

43.  «  Giovanni  da  Vitelli,  di  giorno  mostravu  d'haver  paura  de' 
vitelli  c  \&  notte  andava  a  rubar  i  boi.  »  Italien,  Pescetti. 


» 


44.  «  La  quio  béf  dit  :  tems  allé,  tcms  vini.  =  La  queue  du  bœuf 
dit  :  le  temps  va  et  vient.  » 

Prov.  créole  ou  dolos,  Magasin  pittoresque,  1840.  p.  26. 

45.  «  Tremen  lost  al  lue  da  unnan  bennak.  =  Passer  la  queue 
du  veau  à  quelqu'un  (sous  le  nez),  se  moquer  de  lui.  » 

Prov.  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauve. 

46.  «  Oar  nel  culo  à  Castruccio=  donner  daus  le  cul  à  Ca^truccio, 
donnmr  dans  U  cul  d'une  vache,  c'est  faire  une  belle  action.  Se  dit 
par  ironie»  pour  estre  poltron.»     Duez,  Dict.  italien-français. 


0)  Oto  attribue  aux  habitants  de  BauDe  uu  grand  nombre  de  naïvetés 
lemblabies. 
(S)  Quels  Africains  I 


92  BOS   DOMESTICUS. 


47.  «  É  corne  la  vaccuccia.  =  Il  est  comme  la  petite  vache  qui 
filoit  avec  la  langue  et  devidoit  avec  ses  cornes,  c.-à-d.  :  il  est  bon  et 
propre  à  toutes  choses  (*).  »  Italien,  Dusz. 

48.  Dans  certains  contas,  des  peaux  de  vaches  font  la  fortune  du 
héros  du  récit.  Voyez  sur  ces  contes  Orient  und  Occident  ÎU  436  ; 
Cosquin,  Contas  pop.  lorrains  (x«  conte  et  les  notes  qui  suivent)  et 
la  iîomansa.  VIII,  pp.  238  et  suiv. 

49.  Dans  certains  contes,  un  prince  fait  la  concession  d^un  terrain 
qui  devra  être  mesuré  au  moyen  d^une  peau  de  vache.  Le  conces- 

I 

sionnaire  coupe  en  lanières  très  minces  la  susdite  peau  et  se  trouve 
posséder  un  immense  territoire.  De  là,  selon  la  légende,  Torigine  de 
certaines  villes.  Sur  ce  cycle  de  récits,  voyez  un  savant  article  de 
M.  Reinhoid  Kdhler  dans  Archiv  fur  die  slavische  Philologie^  I,p.  154. 

50.  Sur  les  villes  fondées,  d'après  Tordre  d'un  oracle,  là  où  une 
vache  s*arrête,  voyez  Fr.  Lenormant^  La  légende  de  Cadmus  (dans 
Annales  de  philosophie  chrétienne). 

51.  Sur  une  vache  fantastique  qui,  par  son  mugissement,  met 
Tennemi  en  déroute,  voyez  Liebrecht,  Zur  Volkskunde,  p.  71. 

52.  «  Dieu  s'étant  présenté  sous  la  livrée  de  la  misère  chez  plu- 
sieurs riches,  fut  repoussé  par  eux«  Irrité,  il  engloutit  le  pays  sous 
les  eaux  ;  c'est  l'origine  du  lac  de  Lhéou.  Plus  loin  il  fut  bien 
accueilli  par  un  pauvre  vacher  qui,  pour  lui,  tua  généreusement  son 
veau  et  l'apprêta  lui-même.  Dieu  dit  au  pauvre  vacher  :  Mon  cher 
hôte,  mettez  à  part  tous  les  os  de  ce  veau  hors  un  que  je  vais 
prendre.  Le  vacher  obéit,  et  quand  ils  eurent  soupe,  il  rangea  les 
os  au  seuil  de  sa  cabane.  Cependant,  ils  se  couchèrent  pour  la  nuit. 
A  Taube  le  vacher  se  leva  et  sortit,  et  il  vit  son  veau,  dont  ils 
avaient  mangé  la  chair,  qui  paissait  Therbe,  et  il  avait  repris  tous 
ses  os  à  Texception  de  celui  que  Dieu  avait  séparé  et  qui  battait 
gaiement  dans  une  grande  clochette  suspendue  à  son  cou.  » 

Karl  des  Monts,  Les  légendes  des  Pyrénées, 

53.  «  While  the  bullock  was  ploughing,  the  tick  puffed  and  blew.  » 
—  C'est  la  mouche  du  coche.  Prov.  telugu,  Car^. 

(I)  Cf.  A,  de  Oubernatis,  Mythologie  zoologique ^  1. 1,  p.  269. 


BOS  DOMESTICUS.  93 


54.  Voy.  dans  le  Grand  Parangon  des  nouvelles  Nouvelles,  édit. 
Mabille,  1869,  p.  4  :  Comment  Guillemin  par  sa  tromperie  fit  vendre 
à  son  voisin  sa  propre  vache  à  la  foire  du  Sarrain,  ledit  voisin 
non  euidant  que  ce  fut  la  sienne  et  comment  il  en  receut 
Vargent. 

55.  «  On  croit  aux  trésors  cachés  par  les  Mores  dans  les  murailles 
de  FAlhambra.  On  prétend  que  la  garde  en  est  confiée  à  un  taureau 
indomptable  qui  fend  des  montagnes  d*un  coup  de  corne  et  à  deux 
chevaux  sauvages,  appelés  Tun  le  Décapité,  parce  qu^il  n^a  pan  de 
tête,  Tautre  le  Velu  à  cause  de  son  long  poil...  On  sait  que  le  taureau 
se  promène  la  nuit  entre  le  palais  et  le  cimetière  de  la  ville  et  ne 
sera  dompté  que  lor8qu*une  vierge  du  nom  de  Marie,  assistée  de 
deux  autres  Marie  également  demoiselles  et  tenant  par  la  main  droite 
un  garçon  qui  s^appellera  Juan^  aura  le  courage  de  poser  entre  les 
cornes  du  redoutable  animal  la  paume  de  son  autre  main.  Alors  le 
taureau  deviendra  doux  comme  un  agneau,  le  sol  s^ouvrira  aux 
pieds  de  la  vierge  et  le  trésor  de  la  Escaramuza  sera  enfin  trouvé.  » 

Charles  Dembowskj,  Deux  ans  en  Espagne,  Paris,  1841,  p.  229. 

56.  «  Quand  dans  une  même  étable  les  bœufs  ou  les  vaches  sont 
tous  couchés  du  même,  côté^  c^est  que  le  fils  ou  la  fille  de  la  maison 
ne  sera  pas  longtemps  à  se  marier.  Deux-Sèvres,  Souche. 

57.  «  Quando  uma  pessoa  passa  por  defronte  de  uma  abegoaria 
de  vaccas  e  que  ellas  mugem,  é  signal  de  cazamento.  » 

Portugal,  CoNSiOLiERi  Pedroso,  Cont.  para  u.  mythologia, 

58.  «  L*urine  du  bœuf  rouge  guérit  du  mal  de  dents  et  son  poil 
sert  à  bourrer  les  fusils  qui  doivent  tirer  sur  les  sorciers.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche,  Croyances^  etc. 

59.  «  L^haleine  du  bœuf  rouge  passe  pour  faire  cesser  les  convul- 
sions infantiles.  On  place  pendant  quelques  instants  la  tête  de  Tenfant 
sous  le  moufle  de  ranimai.  » 

Poitou,  L.  Dbsaiyre,  Croyances,  etc. 

60.  «  Wer  von  einer  ganz  schwarzen  Kuh,  an  der  nicht  ein 
einziges  weisses  haar  ist,  die  milch  trinkt,  wird  unsichtbar.  » 

YlNGSNZ  ZiNGERLB,  Aherglauhe  und  Qéhraùche  aus  Tirol 
(Zeitsch.'f.  d.  d.  Myth.  I,  237). 


94  BOS  DOMESTICUS. 


61 .  «  Wenn  ein  Haus  brennt  und  man  das  Vieh  heraustreiben 
will,  was  gewôhnlich  sehr  schwer  hâlt,  muss  man  zuerirt  einé  Oabel 
voll  Danger  hinauswerfen,  daun  wird  es  alsobald  den  Stall  verlasMn.» 

Canton  de  Berne,  Rothbnbagh. 

62.  «  Les  cremettes  sont  les  femmes  qui,  au  moyen  de  t>ratiqu68 
mystérieuses,  parviennent  à  enlever  la  crème  du  pot  de  leur  voftine 
et  à  la  faire  passer  dans  le  leur.  Le  matin  du  premier  mai,  aTftnt  le 
lever  du  soleil,  elles  s^en  vont  verser,  dans  la  mare  voisine,  le  ôontenu 
d^n  pot  de  crôme  en  pronpnçant  les  paroles  suivantes  : 

Saute  Pinadet. 

A  moi  la  crème, 

A  (le  nom  de  la  voisine) 

Le  petit  lait. 
La  personne  qui  veut  se  soustraire  aux  charmes  des  cremettes  se 
rpnd  la  veille  du  premier  mai,  au  soir,  sur  le  bord  de  la  mare  ;  elle  y 
Jette  de  Teau  bénite  et  en  remue  r«au  avec  un  bâton.  De  toute 
Tannée,  les  coogurations  des  cremettes  n^auront  aucun  pouvoir  sur 
elle.  »  Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Bbauvillaro. 

«Lorsqu^on  soupçonne  une  bote  d^être  ensorcelée,  d^être  traite 
à  distance  par  un  armailli  qui  a  le  diable  dans  sa  manche,  on 
lui  pratique  un  trou  au  devant  de  Tune  des  deux  cornes,  ou,  ce 
qui  est  encore  plus  sûr  naturellement,  aux  deux  cornes  à  la 
fois,  et  on  y  introduit  un  milligramme,  un  atome,  un  rien  de  cierge 
pascal.  Ce  rien,  si  peu  que  peu,  doit  suffire  pour  produire  les  effets 
les  plus  étonnants^  comme  vous  allez  voir.  Les  sorciers  ont  Phabitude 
de  déposer  au  fond  des  abreuvoirs  les  moyens  magiques  dont  ils  se 
servent  contre  les  bestiaux.  Or,  il  suffit  que  les  cornes  de  la  vache 
armées  de  Patome  de  cire  sacrée  viennent  à  se  peindre  dans  Peau 
enchantée  pour  en  détruire  Tinfluence  diabolique.  » 

Les  Fourgs,  Tissot,  Les  Moeurs,  etc. 

«  En  1873,  quelques  habitants  du  gouvernement  de  Skaraborg 
démolissaient  de  fond  en  comble  la  cabane  d'une  vieille  femme  quMls 
soupçonnaient  d^enlever  par  sortilège  le  lait  des  vaches  des  voisins 
au  moyen  de  lièvres  de  lait  (mjolkharar).,.  » 

Suède,  Matériaux  pour  Vhistoire  de  Vhomme,\9nQ,  p.  57. 

«  Avec  le  concours  des  sorciers  on  peut  biner  le  lait  du  voisin, 
c.-àHl.  :  le  faire  passer  dans  les  mamelles  de  sa  vache  à  soi.  » 

Lewis,  Physiologie  du  Bourbonnais.  Moulins, .;.  a.,  in-12. 


BOS  DOMBSTICUS.  95 

«  n  y  a  un  cordeau  merveilleux  avec  lequel  on  fait  passer  le  blé 
d'un  champ  dans  un  autre  champ,  et  le  lait  d^une  vache  à  la  vache 
voisine.  »  E.  Souvbstre,  Les  derniers  paysans. 

«  Certains  8oi*ciers  ont  le  pouvoir  d'attirer  dans  leurs  jattes  la 
crème  dé  leurs  voisins.  Cette  opération  magique  peut  même  se 
pratiquer  d'un  village  à  Tautre,  pourvu  qu'aucun  ruisseau  ne  les 
sépare.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Am  Johannisabend  vor  Sonnenuntergang  macht  man  drei  Kreuze 
auf  die  Thûr  des  Kuhstalles,  damit  die  Hexen,  die  namentlich  in 
dieser  Nacht  ihr  Spiel  treiben,  die  Milch  nicht  wegnehmen  ;  sind  sie 
Kreuze  da,  so  haben  die  Hexen  keinen  Zutritt. 

Die  Hexen  geben  die  Milch,  welche  sie  dem  einen  wegnehmen, 
dem  andem.  Sie  haben  ihre  Lieblinge,  und  Wer  ihnen  Opfer  bringt 
den  beschenken  sie  auch.  Es  soil  ein  besonderes  Gericht  sein,  das 
die  Hexen  gei*ne  essen.  Dièses  muss  in  der  Johannisnacht  auf  dem 
Tische  stehen.  Ist  es  am  n&chsten  Morgen  ausgegessen,  so  kann 
man  mit  Bestimmtheit  darauf  i*echnen,  dasz  man  eine  Unmasse  Milch 
haben  wird,  Ja  sogar  aus  Nâgeln  Milch  herausmilchen  kann.  » 

Superstition  masure,  M.  Toeppbn. 

«  On  retrouve  en  Kabylie  la  croyance  si  commune  en  France,  à  la 
puissance  surnaturelle  dont  seraient  douées  certaines  femmes,  de 
faire  passer  dans  le  pis  de  leurs  vaches  le  lait  des  vaches  du  voisin  ; 
ce  pouvoir  s'étendait  même  au  beurre  et  à  l'huile.  Les  annales  des 
villages  fourmillent  d'exemples  d'amendes  imposées  à  ces  sorcières. 
Les  Kabyles  néanmoins  n^ont  jamais  songé  à  les  brûler.  » 

Hanotbau,  La  Kabylie  et  les  coutumes  kabyles,  t.  I,  p.  429. 

«  En  Kabylie,  quand  le  berger  d'un  village  revient  au  milieu  du 
joar,  passer  à  la  maison  le  temps  de  la  chaleur^  il  ne  doit  pas  un 
seul  instant  se  dessaisir  du  bâton  qui  lui  sert  de  houlette.  Celui  qui 
parvient  à  s'en  emparer  fait  passer  immédiatement  tout  le  lait  du 
troupeau  dans  les  mamelles  de  ses  vaches.  Le  berger  convaincu 
d'avoir  vendu  son  bâton,  ou  de  Pavoir  laissé  prendre  pendant  la 
sieste  est  mis  à  l'amende,  ainsi  que  Fauteur  du  prétendu  larcin.  » 
Hanoteau,  La  Kabylie  et  les  coutumes  kabyles,  t.  I^  p.  429. 

Sur  les  soutireuses  de  lait  voyez  W.  Gregor,  Notes  on  the  Folk 
Lore  of  the  North-East  of  Scotland,  p.  189  et  suiv,  ;  Sutermeister» 
^indermOhfehen.  Aarau,   1873,    p.  101  et  218  ;  Liebrecht,    Zur 


96  BOS  DOMESTICUS. 


Volkskunde,  p.  342;  Laisnel  de  la  Salle,  Croyances^  etc.,  t.  I^  p.  238; 
Strackerjan,  Aberg,  u,  Sagen  aus  Herzogth,  Oldenburg,  1. 1,  p.  299  ; 
enân  Mélusine,  col.  73. 

63.  «  Si  un  bœuf  n*a  plus  de  forces,  c^est  que  des  lutteurs  au 
moyen  de  sortilèges  les  leur  ont  volées  pour  s^en  servir.  » 

Environs  de  Lorient,  recueilli  personnellement. 

64.  «  Le  bœuf  serait  impossible  à  dompter  si  son  œil  ne  lui 
montrait  l'homme  beaucoup  plus  gros  qu'il  n'est.  » 

Deux-Sèvres,  Souche. 

* 

65.  «  On  appelle  mouche  une  sorte  de  terreur  qui  s'empare  du 
bétail,  soit  sur  une  foire,  soit  aux  champs.  Les  bêtes  affolées  se 
précipitent  au  hasard,  renversant  tout  sur  leur  passage  (Ov  Pour  les 
préserver  de  cet  accident,  on  leur  coupe  quelques  pincées  de  poil 
le  Jour  de  Noël.  »      Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.  BEAUViLLiJiD. 

«  La  foudre  {^)  qui  épouvante  les  animaux  d'une  foire  est  pro- 
duite par  un  sorcier  qui  fume  du  foie  de  loup  dans  sa  pipe  ;  les 
animaux  courent  sur  la  fumée»  On  les  cabote  instantanément  avec 
un  bâton  de  néflier^  coupé  la  veille  d'une  grande  fête.  S'il  s'agit  dé 
bœufs  sous  le  joug  on  doit  saisir  celui  de  gauche  de  la  main  gauche, 
placer  le  bâton  sur  le  joug  et  en  toucher  les  bœufs  à  diverses 
reprises.  »  Deux-Sèvres,  Léo  Desaiyre,  Croyances,  etc. 

66.  «  Aussitôt  après  la  saillie,  on  fait  rentrer  à  reculons  les 
vaches  à  l'étable  alln  de  favoriser  la  fécondation.  —  On  arrive  au 
même  but  en  jetant  un  seau  d'eau  froide  sur  le  dos  de  l'animal  ou  en 
lui  donnant  quelques  coups  de  bâton  sur  l'épine  dorsale.  » 

Engeuville  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  Pour  assurer  le  succès  de  la  saillie,  on  donne  à  manger  à  la 
vache  aussitôt  après,  une  feuille  de  chou  dans  laquelle  on  a  cousu 
une  aiguillée  de  soie.  » 

La  Neuville  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Malon. 

(1)  C'est  de  là  que  vient  Vexi^re&sion  prendre  la  mouche  =  s'emporter, 
se  mettre  en  colère  pour  peu  de  chose  ou  sans  raison  connue. 

(S)  Dans  certaines  parties  du  Poitou,  la  foudre  s'appelle  la  fouiltre,  — 
Voyez  P.  Caillet,  Micheile,  pp.  270  et  273. 

<*  On  affole  les  bêtes  k  cornes  dans  les  foires  et  on  produit  ce  qui 
s'appelle  une  panique  en  répandant  sur  le  champ  de  foire  du  foie  de 
loup  desséché  et  réduit  en  poudre.  »  Allier,  com.  par  M.  Ern.  Olivier. 


Bas  BOMBSTICUS.  97 


«  Omis  le  même  but  on  fait  manger  à  la  vache  de  l'ardoise  pilée 
mèlé^  ayec  du  son.  »     Beauce  orléanaise,  com.  par  M.  L.  Màlon» 

«  Pour  être  certain  qa*une  vache  n*ira  pas  inutilement  au  mâle,  on 
fSût  «râler  à  la  dite  vache  une  potate  (contre-partie  de  l^agrafe) 
Jaiue  dans  une  tranche  de  pain  mouillée  dans  du  vinaigre.  » 

Pays  messin,  recueilli  personnellement 

c  Dte  qu'une  vache  a  été  saillie,  deux  hommes  prennent  un  bâton 
qu*iU  loi  passent  sur  Tépine  dorsale  en  appuyant  fortement,  cela 
s'appelle  troller,  »        Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes,  etc. 

«  Si  Ton  veut  être  sûr  qu'une  vache  conduite  au  taureau  retienne, 
il  faut,  après  la  saillie,  lui  frotter  les  reins  sec  et  ferme  avec  un 
bftton.  A*  défaut  de  bftton,  on  peut  se  servir  d'un  caillou.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauve. 

<  Lorsqu'une  vache  en  chaleur  n'a  pas  retenu  après  deux  ou  trois 
saiIUa9  on  plus,  on  lui  fait  subir  une  opération  aussi  barbare  que 
HMealo;  l'empirique  dans  ce  cas  lui  coupe  avec  une  paire  de  ciseaux 
et  de  eliaqoe  côté  du  vagin  deux  ou  trois  plis  de  la  membrane  mu- 
queuse qui  tapisse  cette  ouverture.  Cette  opération  est  appelée 
efbaurruça,  Û  prétend  que  saillie  immédiatement  après  elle  conçoit 
to^Kmrs.  » 

Sud-Ouest  de  la  France,  Mém.  de  la  Soc,  vétérinaire 
du  Calvados,  1838  p.  120. 

c  Pour  faire  retenir  les  vaches,  aussitôt  après  la  saillie  on  pique 
avec  mui  aiguille  le  bout  de  la  queue,  on  y  fait  une  incision  puis  on 
to  frotte  avec  de  l'ail.  » 

ChAtillon-sur-Loing  (Loiret),   com.  par  M.  L.  Malon. 

«  K  une  vache  ne  paraît  Jamais  en  chas  (en  chaleur)  il  faut  la 
eondoire  au  taureau  le  premier  vendredi  de  la  lune,  on  sera  à  peu 
prit  certain  qu'elle  fera  veau.  »       Loiret,  com.  par  M.  L.  BIalon, 

^*  «  Pour  empêcher  la  vache  de  regretter  son  veau  lorsqu*on 
^^tti  sépare,  voici  les  différents  moyens  employés;  1*  Couper  quelques 
piAcées  de  poil  du  veau  et  les  faire  manger  à  la  vache  ;  2*  lui 
BB^ttre  dans  le  cou  le  licol  du  veau  ;  3*  faire  sortir  à  reculons  le 
^«m  de  rétaUe.  » 

Le  Charme  (Loiret),  com.  par  11.  L.  Bbauvillabd. 

7 


98  BOS  DOMESTICUS. 


«  Quand  on  enlève  un  jeune  veau  à  sa  mère  on  fait  manger  à  celle- 
ci,  enveloppé  dans  une  feuille  de  chou,  un  peu  du  poil  de  la  queue 
du  veau.  Cela  empêche  la  vache  de  bramer,  > 

Deux-Sèvres,  Souche. 

«  (Juand  on  enlève  son  veau  à  une  vache,  on  fait  manger  à  la 
vache  pour  Tempêcher  de  beugler,  trois  poils  de  Textrémité  de  la 
queue  du  veau  dans  une  feuille  de  vigne,  ou  bien  on  fait  sortir  à 
reculons  le  veau  de  Tétable.  » 

Allier,  com.  par  M.  Ern.  Olivier. 

68.  «  Les  sorciers  piquent  un  cœur  de  bœuf  au  moyen  d^une 
aiguille,  afin  d^occasionner  la  mort  de  la  personne  qu^ils  désignent 
en  faisant  cette  opération.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  On  raconte  qu'il  y  a  cent  ans  environ  une  épidémie  avait  sévi  à 
Rouvray-Saint-Denis  (Beauce)  et  enlevé  les  trois  quarts  des  bêtes 
bovines.  Le  fermier  crut  qu'un  sort  avait  été  jeté  sur  elles  et 
consulta  un  berger  dont  la  réputation  était  connue  de  tout  le  monde. 
Le  berger  visita  Tétable  et  déclara  que  le  maléfice  était  causé  par 
un  crapaud  qui  devait  se  trouver  sous  la  pierre  d'arrêt  de  la  porte 
charretière  et  qu'il  fallait  pour  conjurer  le  charme^  l'en  6ter  et  le 
brûler  vif.  On  arracha  la  pierre  et  on  y  trouva  effectivement  un 
crapaud  qui  fut  brûlé.  Puis  le  berger  engagea  le  fermier  à  se  venger 
de  Tennemi  qui  causait  les  maléfices  en  le  faisant  mourir  dans 
d'atroces  souffrances  ;  pour  cela  il  lui  conseilla  de  clouer  le  cœur 
du  taureau  récemment  mort  par  suite  de  l'épidémie,  à  la  porte  de 
la  ferme,  sur  la  rue.  de  le  percer  d'une  alêne,  de  Vy  laisser  piquée 
et  par  un  écriteau  d'inviter  chaque  passant  à  l'y  enfoncer  à  son , 
tour.  L'ennemi  inconnu  devait  ressentir  toutes  les  piqûres  jusqu'à 
ce  que  l'une  l'atteignît  au  cœur  et  le  fît  mourir.'  » 

Communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Pour  forcer  les  sorciers  à  demander  grâce,  on  fait  une  céré- 
monie dont  le  principal  point  est  de  piquer  des  clous  dans  un  cœur 
de  veau.  »  Bretagne,  Keraroven. 

«  Ist  ein  Stûqk  Vieh  durch  Verhexen  gestorben,  so  nehme  man  das 
Herz  des  verendeten  Thieres,  stecke  Nadeln  in  dasselbe  und  h&nge 
es  in  den  Rauchfang.  Alsbald  kommt  die  Hexe  und  bittet  um  das 
Herz,  indem  sie  allerlei  Griinde  anfûhrt,  ihr  Verlangen  zu  rechtfer*- 
tigen<  Verweigjsrt  man  ihr  aber  das  Herz,  so  geht  sie  unter  Fluhen 


BOS  DOMESTICUS.  89 


und  Toben  von  dannen,  denn  ihr  Herz  leidet  und  schmerzt,  als 
wûrde  es  auch  von  Nadela  gezwickt.  Bald  legt  sie  sich  krank  zu 
Bette  und  vergilbt  und  vertrocknet  auf  ihrem  Krankenlager,  wie 
das  Rinderherz  im  Rauchfange.  Nimmt  man  nach  neun  Tagen  das 
Herz  aus  dem  Ra.uchfang,  so  stirbt  zu  derselben  Zeit  auch  die  Hexe.  » 

Samland,  Prusse,  Frischbier.   Hexenprosesse, 

«  Kommen  in  einer  Wirthschaft  mehrere  Sttick  Vieh  zu  Schaden 
so  hat  Jemand  gehext  (oczarzyl).  Die  Zaubermittel  {czary)  mtissen 
aufgefunden  und  verbrannt  werden,  sonst  krepirt  ailes  iibrige  Vieh 
auch.  Es  wird  gegraben  unter  der  Stallschwelle,  unter  allen  vier 
Wânden,  U|id,  wenn  man  .da  nichts  fiudct,  im  Stalle  selbst.  Da 
flndet  man  endlich  einen  Viehmagen  mit  vielen  Stecknadeln.  Ist 
dieser  yerbrannt,  so  kommt  kein  Vieh  mehr  zu  Schaden.  » 

Superstition  masure,  M.  Tobpprn. 

69.  «  C'est  principalement  à    Tépoque    de   Yomer    (temps    qui 
s'écoule  entre  Pâques  et  la  Pentecôte)  que  les  maschschév  ss  (sor- 
cières) s'introduisent  dans  vos  écuries,  montent  en  croupe  sur  vos 
vaches  et  sur  vos  chèvres,  les  frappent  de  maladies,  les  étendent  à 
terre  et  corrompent  leur  lait.  En  pareil   cas,   il   faut  tâcher   de 
mettre  la  main  sur  celle  que  Ton  suspecte,  puis  l'enfermer  dans  une 
chambre  où  Ton  aura  eu  la  précaution  de  placer  dans  un  baquet  le 
lait  (ju'elle  aura   corrompu  ;    fouettez  ensuite   ce    lait   avec    une 
baguette  de  noisetier,  en  prononçant  trois  fois  le  nom  de  TÉtemel. 
Pendant  que  vous  fouetterez  ainsi  le  lait,  vous  entendrez    des    cris 
et  des  lamentations  ;  ce  sera  la  sorcière  qui  gémira   de    la    sorte, 
car  c'est  sur  elle  que  retombent  toiis  les  coups   de    baguette   avec 
laquelle  on  fouette  le  lait.  Or,  vous'  ne  vous  arrêterez  que  lorsque 
des  flammes  bleues  viendront  danser  à  la  surface  du    lait  ;    en    ce 
cas  seulement  le  charme  sera  rompu.  » 

Superstition  des  Juifs  alsaciens,  D.  ^taubbn.  Scènes  de  la 
vie  juive  en  Alsace. 

70.  «  Wenn  beim  Milchen  zugleich  mit  der  Milch  Blut  aus 
demselben  Strich  kommt,  dann  giesst  man  etwas  von  dieser  Milch 
in  einen  Scherben  und  stellt  diesen  auf  den  Zaun;  Da  steht  sie  so 
lange  bi^  eine  Schwalbe  hinûberâiegt  ;  dann  wird  sie  gut.  » 

Superstition  masure,  M.  Toeppen. 


"^l*  «  Weim  eine  Kuh  krank  ist  pder  blaue  Milch  gibt,  so  ist 


sie 


100  BOS  DOMfiSTICUS. 


behext.  Man  lasse  ihren  Urin  ia  einen  Sack  gehn  und   prûgle   den 
Sack  mit  einem  dornigen  Busche,  so  wird  die  Hexe  zerschlagen.  » 

H.  Prôhle.  Aus  dem  Harz  (Zeitsch.  f.  d.  d. 
Mythologie,  I,  p.  200). 

72.  «  Cest  une  croyance  populaire  que  les  hérissons  ont  Thabi- 
tude  de  traire  les  vaches,  aussi  leur  fait-on  une  guerre  cruelle.  » 

Oise,  Annuaire  de  VOise  ppur  1831. 

73.  «  Les  crapauds  et  les  couleuvres  sont  accusés  de  téter  les 
vaches,  de  tarir  leur  lait  ou  de  le  rendre  sanguinolent.  » 

Croyance  générale  en  France. 

«  Quand  le  lait  est  teinté  de  rouge,  c^est  que  la  vache  a  été  tétée 
par  une  couleuvre.  Pour  que  cela  n^arrive  plus,  on  trait  la  vache 
et  on  met  son  lait  dans  une  fourmilière,  ce  qui  fait  périr  la  cou- 
leuvre. »  Environs  de  Lorient,  recueilli  personnellement. 

«  La  couleuvre  est  friande  dé  lait  et  plusieurs  personnes  affirment 
ravoir  surprise  enroulée  autour  des  pis  de  la  vache  pour  la  téter. 
Quand  on  veut  traire  celle-ci  plus  tard,  elle  ne  rend  plas  qu'un 
liquide  sanguinolent  et  quelquefois  même  du  sang  pur.  Pour  em- 
pêcher la  couleuvre  d^épuiser  les  laitières,  il  suffit  de  répandre  ce 
sang  sur  une  fourmilière.  » 

Finistère,  communiqué  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

74.  «  Quand  on  trait  une  vache  sur  la  litière  on  la  fait  tarir.  » 

Poitou,  L.  Dbsaivre.  Croyances. 

75.  «  Wenn  eine  Kuh  rothe  Milch  gibt,  so  gehe  man  zu  einem 
Bâche,  nehme  einen  Stein  daraus,  melke  darauf  und  thue  ihn 
wieder  in  den  Bach,  so  gibt  die  Kuh  weisse  Milch..  » 

Canton  de  Berne,  Rothbnbagh. 

7Ô«  «  Kiihe  békommen  bôse  Euter,  wenn  man  mit  einem  Messer 
in  ihre  Milch  sticht.  »  Catiton  de  Berne,  Rothenbagh. 

«  Kômmt  man  mit  der  messerspitze  in  die  milch,  um  etwas  da- 
raus  zu  nehmen  oder  darin  zu  rûhren,  so  thut  man  der  kuh  im 
euter  weh.  » 

Canton  de  Soleure,  Zeitsch,  f,  d,  d,  Mythologiei  1866,  p.  4. 

77.  «  Quando  se  esta  fervendo  o  leite  e  se  entorna  por  fora,  sécca 
o  leite  à  vacca  que  o  deu.  » 

Portugal,  Consiglieri  Pedroso.  ConU  para  u.  mythoU 


BOS  DOMBSTJCUS.  101 


78.  «  Pour  obtenir  du  lait  d^une  vache  dont  le  pis  est  tari,  les 

paysans  du  Coiron  coupent  deux  branches  de  genêt   en   forme   de 

croix  qu*ils  mettent  entre  les  cornes  de.  la  Vache  et  deux  branches 

de  buis  qu^ils  mettent  sur  la  queue  en  disant  : 

Crous  de  S»- André 
Douono  dé  lé 
Grous  de  Barabas 
N*en  douono  pas. 

puis  ils  tirent  un  crin  de  sa  queue  qu'ils  conservent  pour  brûler  dès 

que  la  vache  mettra  bas.  »  Ardèche,  rec.  pers.- 

79.  «  Si  vous  voulez  faire  revenir  le   lait    aux   vaches,  signez- 
vous,  entrez  à  reculons  dans  Técurie  et  prononcez  ces  mots  :   Bon 
jour  ma  vache  ;  ensuite  mettez-vous  à  traire  la  bête.  Le   premier 
jour,  le  lait  qui  sort  doit  passer  par  la  fenêtre  avec  précaution  ;  on 
le  dépose  sur  le  four,  du  côté  de  Torient,  puis  on  dit  :   Sois   bonne, 
ma  vache,  et  on  la  trait  de  nouveàb.  On' revient  une  troisième  fois 
à  Técurie  en  marchant  obliquement,  on  pose  la  main  gauche  sur  la 
corne  droite  en  disant  :  Merci  ma  vache.  On  peut  traire^  après  ces 
prescriptions,  le  lait  sort  en  abondance.» 

Liège,  A.  Hock,  t.  III,  p.  34. 

80.  «  Quando  a  uma  vacca  ou  cabra  Ihe  foge  o  leite,  para  que 
elle  volte,  deve  atar-se-Ihe  uma  corda  a  uma  orelha  e  a  outra  extre- 
midade  dà  mesma  corda  a  um  pé.  » 

Portugal,  Consiglieri  Pedroso.  Cont.p.  u.  mythol, 

SI.  «  Quand  le  beurre  est  lent  à  se  faire,  une  ménagère  avisée 
&e  tarde  pas  à  comprendre  qu^elle  est  le  jouet  de  quelque  sorcier. 
Pour  couper  court  au  sortilège,  elle  n'a  qu'à  changer  son  ribot  de 
^ut.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  P.  Sauvé. 

Q^*  «  Si  un  mendiant  se  présente  quand  la  ménagère  fait  le 
^urre,  il  est  sûr  de  recevoir  quelque  chose,  car  si  on  le  repoussait, 
il  jetterait  sûrement  un  sort  sur  ce  beurre.  » 

Différents  départements. 

• 

S3.  «  Une  commère  vient-elle  demander  à  sa  voisine  du  lait  pour 
^  besoins,  c^e-ci  n^oubliera  pas  de  mettre  du  sel  dans  le  vase 
qu'elle  va  remplir,  de  peur  que,  sans  cette  précaution,  sa  vache 
M  devienne  tout  à  coup  stérile.  » 

Arrondissement  de  Dôle,  A.  MARQUiSKt. 


102  BOS  »DOMESTICUS. 


«  Hat  man  auf  den  Markte  Milch  gekauft,  so  thut  man  gut,  auf 
dem  Heimwege  etwas  Salz  in  dieselbe  zu  streuen  ;  sie  ist  dadurch 
gesichert  gegen  den  bOsen  Blick,  das  Verrufen  missgunstiger 
Leute.  »  Ermland,  Frischbier,  Hexenprozesse. 

«  Wenn  man  jemanden  Milch  verkauft  oder  sonst  abgiebt,  muss 
man  in  dieselbe  Salz  streuen  ;  wenn  man  dièses  unterlâsst  so  hat 
die  Hexe,  der  solche  Milch  in  die  Hânde  kàme,  auch  ûber  die 
iibrige  Milch  der  Kuh  Macht  und  kônnte  sie  ihr  abziehen.  » 

Superstition  masure,  M.  Toeppen. 

84.  «  Quand  on  mène  une  vache  au  beziau  (taureau)  il  faut  avoir 
du  sel  dans  sa  poche,  parce  que  si  on  rencontrait  un  berger,  il 
jeterait  un  sort  sur  la  vache  et  elle  n^emplirait  pas.  » 

Beauce,  Mëm.  de  la  Société  des  Antiquaires,  t.  I,  p.  Z42. 

85.  «  On  répand  du  sel  à  la  porte  des  étables,  le  matin  du 
premier  mai,  avant  le  lever  du  soleil,  afin  d^empêcher  les  serpents 
d^aller  sucer  le  lait  des  vaches.  » 

Le  Charme  (Loiret),  comm.  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  Le  I***  mai,  oq  met  des  branches  d'aubépine  coupées  avant  le 
lever  du  soleil,  sur  les  fumiers  des  fermes  pour  que  les  crapauds 
et  les  grenouilles  ne  viennent  pas  téter  les  vaches.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

86.  «  Le  lait  provenant  du  premier  mai  doit-être  consommé  le 
jour  même.  Il  sei*t  à  faire  un  plat  populaire,  le  riz  au  lait,  qui 
porte  le  nom  de  millet.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

87.  «  Le  matin  du  premier  mai,  on  ne  manque  pas  de  recueillit" 
la  rosée,  qu'on  appelle  la  rosée  de  mai,  et  d'en  frotter  le  pis  des» 
vaches,  afin  de  leur  donner  du  lait.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

88.  «  On  empêche  une  vache  d'avorter  en  prenant  encore  chaii.cl. 
un  œuf  qu'une  poule  blanche  vient  de  pondre,  en  le  mettant  pendanjt 
24  heures  dans  du  vinaigre,  et  en  le  faisant  avaler  à  la  vache  a 
bout  de  ce  temps.  » 

Laneuville  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

89.  «  Au  premier  veau  ^\x\ïq ôeunisse  (jeune  vache),  si  Ton  veu 
que  celle-ci  donne  toigours  beaucoup  de  lait  et  de  beurre,   il  fait 


BOS  DOMESTICCS.  103 


prendre  environ  une  livre  (sans  le  peser)  du  premier  beurre  fait  de 
son  lait  et  Texposer  sur  l*autel  de  la  Vierge  le  dimanche  suivant.  » 
Chevillon  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

90.  «  La  Fontaine  au  beurre,  en  FéreL  a  la  propriété  de  rendre 
les  vaehes  fécondes  et  de  leur  procurer  par  la  vertu  de  ses  enux, 
le  beurre  le  plus  fin  et  le  plus  jaune  de  toute  la  Bretagne.  » 

Amézeuil.  Récits  bretoi^,  1863,  in-8. 

91.  «  Le  beurre  fabriqué  pendant  les  Uogations  ne  se  corrompt 
jamais  et  constitue  le  baume  par  excellence  pour  le  pansement  des 
plaies,  ou  pour  rendi*e  au  corps  fatigué  son  élasticité  et  sa 
vigueur.  »  Finistère,  comm.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

92.  «  Aussitôt  qu'un  veau  est  né  on  lui  met  une  poignée  de  sel 
ou  un  œuf  dans  la  bouche  pour  qu'il  u*attrape  pas  les  barberons 
(sorte  de   boutons).  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Mahlot. 

93.  «  Pour  que  le  veau  vienne  bien  vivant,  on  coupe  dans  le 
croissant  de  la  lune  des  baguettes  de  viorne  cotonneuse  dont  on 
enlève  Técorce  et  qu^on  enroule  en  forme  de  cercles  ;  on  met  cette 
sorte  de  collier  autour  du  cou  du  veau  pendant  le  vêlage,  aussitôt 
que  la  tête  est  dégagée.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.   L.  Malon. 

94.  «  Suivant  les  Solognots  il  faut  que  le  vacher  qui  conduit 
habituellement  leurs  vaches  au  pâturage,  baptise  le  veau,  le 
taureau  ou  la  génisse  qu'il  associe  à  son  troupeau.  Cette  céré- 
niODie  ne  se  fait  que  le  vendredi  saint  qui  suit  la  naissance  du  veau, 
ï^  vacher  entre  dans  Tétable,  frappe  trois  coups  de  son  bâton  sur  le 
<ï^rrière  du  nouveau-né,  eu  lui  disant  :  à  Vavenir  tu  t^ appelleras,.. 
^^  Je  défends  au  loup  de  te  manger^  Les  assistants  répondent: 
^on,  non,  le  loup  ne  te  mangera  pas.  Dès  lors  le  baptisé  fait  partie 
*ïu  troupeau.  »  Légieb. 

^'  «  Il  est  d'usage,  en  Beauce,  avant  d'introduire  les  vaches 
"*^  une  étahle  récemment  construite,  d'égorger  un  jeune  coq, 
"  arroser  l'étable  de  son  sang  et  de  Tenterrer  sous  la  place  i*ései*vée 
^u  taureau  dans  les  fermes  importantes,  au  milieu  de  Tétable  dans 
^  simples  métairies  et  cela  dan.>  le  but  de  conjurer  le  sort  et  de 
^  i^Dire  favorable  à  la  prospérité  du  bétail.  » 

Communiqué  par  M.  J.  Poqubt. 


404  BOS  DOMESTICUS. 


96.  «  On  perce  Toreille  des  veaux  et  Ton  y  passe  un  ûl  rouge 
pour  les  préserver  du  mauvais  œil.  »  Moldavie,  E.  Léger. 

«  Jungen  Pferden  und  jungen  Kâlbern  bindet  man  zum  Sehutz 
gegen  den  Bôsenblick  rothe  B&nder  um  den  Hais.  » 

Superst.  masure»  M.  Tobppbn. 

97.  «  K^  bom  amarrar  uma  fita  encarnada  ao  rabo  das  vaccas, 
para  o  leite  Ihes  nâo  seccar.  » 

Superst  portugaise.  Consigubri-Pedroso,  Coni.^  eic. 

98.  «  Il  ne  faut  pas  racler  ni  balayer  les  étables  lorsqu^on  les 
nettoie,  de  peur  d*enlever  en  même  temps  la  crème  de  sur  le  pot.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Bbauvillard. 

99.  «  Il  faut  bien  se  garder  de  curer  les  vaches  (nettoyer  Técurie 
des  vaches)  le  vendredi  ;  une  des  bêtes  mourrait  dans  Tannée.  » 

B  ivirons  de  Pithiviers  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Malon. 

100.  «  Depuis  Noël  jusqu'à  TÉpiphanie  on  né  doit  pas  sortir  le 
fumier  de  Tétable,  cela  rendrait  le  bétail  boiteux.  Le  même  incon- 
vénient arriverait  si  Ton  cousait  pendant  le  même  espace  de  temps.  » 

'Auxois  et  Morvan,  comm.  par  M.  H.  Marlot. 

101  <  «  Mit  Strenge  musz  darauf  gehalten  werden«  dasz  in  der 
Zeit  der  Zwôlften  (25  Decbr.  bis  6  Januar)  nichts  ausgeliehen  werde, 
man  wiirde  sonst  sein  Vieh  bedingungslos  in  die  H&nde  der  Hexen 
liefern.  »  Prusse,  Frischbibr.  Hexenprozesse, 

102.  «  Wenn  eine  Kuh  gekalbt  hat,  darf  man  in  den  n&chsten 
Tagen  nichts  ausleihen.  »  Superst.  masure,  Tobppkn. 

103.  «  Donnerstag  Abend«  nachdem  die  Kuh  gefûttert  ist,  darf 
man  nicht    mehr  spinnen.  » 

Superst.  norvégienne,  Liebrecht.  Zur  Volkskundey  p.  324. 

104.  «  En  Kabylie,  la  maison  où  est  né  un  veau  doit  pendant 
sept  jours,  refuser  du  feu  aux  voisins  ;  sinon  Panimal  prendrait 
l'habitude  de  manger  les  vêtements  et  deviendrait  dangereux  pour 
les  hommes.  Lb  lait  de  la  vache  pendant  cette  période  est  destiné  à 
confectionner  deux  mets  qui  ont  des  propriétés  mystérieuses.  Le 
premier  appelé  ir^ounan  est  mangé  par  les  membras  de  la  famille. 


BOS  D0ME8TICUS.  105 


le  troisième  Jour  après  la  naissance  du  veau  ;  le  second  est   dis- 
tribué aux  voisins,  le  septième  Jour  ;  on  le  nomme  ader^és.  » 
Hakotbau.  La  Kabylie  et  les  coutumes  kabyles,  t.  I,  p.  429. 

106.  «  Quand  un  bœuf  est  malade,  le  toucheur  en  fait  trois  fois 
le  tour  et  lui  passe  la  main  sur  le  front,  prend  du  vinaigre,  s*en 
met  quelques  gouttes  dans  le  creux  de  la  main  gauche,  fait  avec 
la  droite  un  signe  de  croix,  mai*motte  quelques  prières  entre  ses 
dents  puis  verse  le  vinaigre  dans  Toreilie  du  bœuf.  La  colique 
est  touchée  et  la  guérison  doit  être  instantanée.  » 

Poitou,  P.   Caillet.  Michelle. 

106.  «  Pour  empêcher  les  vaches  d'avoir  des  dartres,  il  faut 
suspendre  un  bouquet  de  gui  au-dessus  de  la  porte  des  étables.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

107.  «  Un  soi-disant  sorcier  a  un  trésor^  le  livre  appelé  Qri'- 
moire  du  pape  Honorius,  Sa  profession  consiste  à  rendre  malades 
les  vaches  et  de  s*oifrir  ensuite  pour  les  guérir.  Voici  un  exemple 
de  la  manière  dont  il  s^y  prend  pour  les  guérir.  11  enveloppe  la  tête 
de  ranimai  avec  neuf  feuilles  de  buis,  lui  jette  neuf  gouttes  d*eau 
bénites,  neuf  grains  de  blé,  neuf  grains  de  sel  et  neuf  petits  bouts 
de  ficelle  neuve,  après  quoi  il  fait  la  pi*oces8ion  à  rebours  autour 
de  la  vache  à  laquelle  il  fait  prendre  une  poignée  de  sel,  manger 
da  bais  et  boire  de  Peau  bénite,  puis  il  revient  à  la  maison,  fait 
bouillir  de  la  crème  dans  laquelle  il  plonge  de  temps  en  temps  une 
fourchette,  puis  s*en  va.  -*  Il  revient  plusieurs  joui*s  après  et  dit  : 
Votre  vache  ne  ^it  pas  être  guérie,  car  j*ai  vu  dans  la  nuit  un 
homme  qui  marchait  uh  pied  chaussé  et  Tautre  nu.  —  En  effet, 
loi  répond- on>  elle  s^t  pas  guérie.  Là- dessus  le  sorcier  de  recom- 
mencer ses  cérémonies  ;  il  se  fait  apporter  de  Pencens,  un  cierge 
et  un  crucifix  qu*il  place  entre  les  cornes  de  la  vache,  puis  il  fait 
encore  sa  procession  et  jette  force  eau  bénite  à  la  bête.  La  céré- 
monie faite,  il  conseille  de  saigner  Tanimal,  de  mettre  son  sang  au 
four  et  de  lui  donner  des  breuvages  à  Tamidon.  —  La  vache  est 
g^uérie  grâce  à  ramidon,  et  le  sorcier  reçoit  40  sous.  Poursuivi 
pour  escroquerie,  il  est  condamné  par  la  Cour  royale  de  Rouen,  à 
an  an  de  prison.  » 

Voir  la  Gazette  de%  Tribunaux  du  2  février  1832. 

106.  €  Le  carreau  des  enfants  est,  au  dire  du  paysan  breton, 
une  maladie  produite  par  Tinflammation  de  la  rate.  Le  seul  moyen 


106  BOS   DOMESTICUS. 


de  guérir  promptement  et  sûrement  les  marmots  atteints  de  cette 
affection  douloureuse,  c'est  de  les  passer  à  la  rate  de  veau.  Voici 
comment  on  procède  généralement  à  cette  opération  bizarre.  Il 
faut  d'abord  découvrir  un  boucher  dans  la  famille  duquel  la  pro- 
fession qu'il  exerce,  soit,  de  temps  immémorial,  héréditaire  de  père 
en  fils.  Cette  première  condition  est  de  rigueur.  On  lui  conduit 
alors  l'enfant,  que  l'on  s'empresse  de  dépouiller  de  tous  ses  vête- 
ments, et  le  boucher  commence  gravement  la  cérémonie  par  fçndre 
en  deux,  dans  le  sens  de  la  hauteur,  une  rate  de  géoisse,  &"d  s'agit 
d'un  garçon,  une  rate  de  taurillon,  s'il  s'agit  d'une  fille.  Trois  fois 
de  suite  il  frotte  vigoureusement,  des  pieds  à  la  tête,  le  petit  malade 
avec  cette  rate,  en  prenant  soin  d'employer  le  morceau  de  droite 
pour  le  devant  du  corps,  et  le  morceau  de  gauche  pour  la  partie 
opposée.  Le  mal  s'arrête  aussitôt  et  l'innocente  créature,  parût-elle 
à  l'article  de  la  mort,  ne  tarde  pas  à  reprendre  ses  fraîches  couleurs 
et  sa  gaieté.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

109.  «  Dans  une  église  d'Etricord,  on  vient  implorer  saint 
Pardoux  représenté  par  une  statue  en  pierre.  ^-  On  l'implore  pour 
les  bestiaux  malades.  Le  vœu  consiste  à  déposer  au  pied  de  la 
statue  un  petit  cercle  de  baguettes  entrelacées  appelé  collier  de 
veau,  »  MiCHON.  Statistique  de  la  Charente,  p.  320. 

110.  Oraison  pour  guérir  une  vache  malade  : 

«  Vache,  si  tu  as  ny  barbe,  ny  vessye,  ne  fruité,  ne  mal  de  ventre, 
ny  aultre  maladye  quelconque,  je  prie  à  Dieu  et  à  la  vierge  Marie 
qu'aussy  doulcement  en  puissiez  estre  saine  et  guerrye  que  fut  la 
Vierge  Marie  quand  l'enfanta  Notre  Seigneur  Rédempteur  Jhésus- 
Christ  et  au  nom  du  Père  et  du  Fils  et  du.benoist  Saint-Esprit.  — 
Et  fault  faire  la  croix  sur  la  croisée  du  dos  de  la  beste  puis  dire 
5  pater  et  5  ave  maria.  » 

Oraison  rapportée  à  propos  d'un  procès  de  sorcelUrie,  jugé  dans 
le  Pays  messin  en  1591.  Voir  N.  Quépat.  Hist,  de  Woippj/^  1878. 

Autre  oraison  : 

«  Quand  Jésus  vit  la  croix  où  son  corps  fut  mis,  le  corps  lui 
trembla,  le  sang  lui  mouva.  Il  survint  un  juif  nommé  Morquautin 
qui  lui  dit  :  Je  crois  que  tu  as  peur  ou  les  fièvres  te  tiennent.  — 
Non,  répondit  Jésus,  je  n'ai  pas  peur  que  les  fièvres  ne  me  tiennent 
point.  Mais  quiconque  Voraison  dira,  à   son  bras  droit  portera. 


BOS  DOMESTICUS.  107 


jamais  ni  fièvre  n^aura.  Fièvre  tierce,  fièvre  demi-tierce,  fièvre 
quarte,  fièvre  demi-quarte,  fièvre  lente,  fièvre  quotidienne,  fièvi*e 
intermittente,  fièvre  maligne,  fièvre  pourpreuse,  fièvre  de  quelque 
nature  que  tu  puisse  être,  je  te  coivjure  de  quitter  le  corps  de  ma 
vache  à  poil  rouge,  au  nom  du  Père  +  et  du  Fils  +  et  du  Saint- 
Esprit  +  ,  et  de  Monsieur  Saint  Pierre  et  de  Madame  sa  mère,  qui 
la  guérira  de  la  fièvre.  » 

Eure-et-Loir,  A.  S.  MoaiN.  Fantaisies  théologiques,  p.  361. 

111.  «  Une  femme  accusée  de  sorcellerie  avoue  avoir  guéri  des 
bestiaux  au  moyen  de  Toraison  suivante  : 

Jésus  1^  Jésus  2,  Jésus  3,  Jésus  4,  Jésus  5,  Jésus  six 
Jésus  7,  Jésus  8,  Jésus  9,  Jésus  dix 
Saint  Jean  qu^a  coup  féry 
Puisse  ceste  bestp  guery 
De  toutes  mauvaises  maladies.  » 
Mém.  de  la  comm,  dT Archéologie  de  Haute-Saône,  1861,  p.  72. 

112.  «  Quand  une  vache  est  malade  du  fourchet,  le  moyen  de  la 
guérir  est  de  la  conduire  à  un  carrefour.  On  examine  l'endroit  où 
la  vache  pose  son  pied  droit  de  devant.  On  cerne  cet  endroit  qu^on 
enlève  soigneusement,  et  on  le  renverse  sur  le  premier  auhépin  qui 
se  trouve  sur  la  route,  en  évitant  scrupuleusement  d'avoir  aucune 
mauvaise  pensée  durant  l'action.  L'herbe  attachée  à  la  portion  de 
terre  cernée  et  renversée  pourrit,  Taubépiu  meurt  et  la  vache 
guérit.  »  Sologne,  Légier. 

113.  «  Quand  une  vache  est  w^^^om**?*?,  il  faut  la  frotter  jusqu'à 
ce  qu'elle  ait  de  fortes  tranchées,  avec  une  ronce  à  deux  côtes,  c'est- 
à-dire  dont  les  extrémités  aient  pris  racine.  On  Tentoure  ensuite 
de  cette  ronce  en  guise  de  sous-ventrière,  et  elle  ne  tarde  pas  à 
être  guérie.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

114.  «  Les  bêtes  bovines  qui  toussent  doivent  cette  affection  à  ce 
qu'elles  ont  avalé  un  nid  de  rat.  » 

Préjugé  du  Sud-Ouest  de  la  France,  Mémoires  de  la  Société 
vétérinaire  du  Calvados^  1838,  p.  119. 

115.  «  Les  causes  les  plus  ordinaires  du  typhus  des  bêtes  à  cornes 
sont  l'encombrement  des  bestiaux,  leur  séjour  pendant  trois  à 
quatre  mois  sur  le  fumier,  la  mauvaise  construction  et  le  défaut 


108  BOS  DOMESTICUS. 


d'ouvertures  suffisantes  des  étables,  la  qualité  inférieure  des  ali- 
ments, les  chaleurs  qui  succèdent  brusquement  à  un  temps  pluvieux, 
Penfouissement  peu  profond  de  leurs  cadavres  qui  a  lieu  quelquefois 
près  de  la  métairie,  enfin  la  pratique  superstitieuse  d*enterrer  les 
animaux  dans  Vétable,  sous  le  prétexte  d^arréter  la  maladie.  Ce 
conseil  dangereux  est  malheureusement  trop  suivi.  » 

Rapp.  sur  les  travaux  du  Conseil  de  salubrité  de  Nantes^  1830. 

116.  «  Le  repos  des  dimanches  et  jours  de  fêtes  s^applique 
également  aux  bœufs,  et  les  paysans  Tobservent  même  plus  rigou- 
reusement pour  leur  bétail  que  pour  eux-mêmes.  En  dehors  des  cas 
d'absolue  nécessité  comme  la  rentrée  des  foins  les  années  très  plu- 
vieuses, ou  de  la  moisson,  ou  de  la  vendange»  quand  Pouvrage  est 
très  pressé,  je  n'ai  jamais  vu  faire  travailler  les  bœufs  un  jour  férié, 
et  en  dehors  des  dimanches  et  grandes  fêtes  il  y  a  pas  mal  de 
jours  où  on  ne  doit  pas  lier,  »  * 

Allier,  com.  par  M.  Ern.  Olivier. 

117.  «  Les  vieux  jougs  de  bœufs  lorsqu'ils  sont  hors  de  service 
ne  se  brûlent  jamais.  Si  Ton  s'avisait  de  les  mettre  au  feu,  les 
maîtres  de  la  maison  mourraient  infailliblement  dans  Tannée  après 
de  longues  souffi'ances  cérébrales.  Il  y  a  un  dicton  qui  dit  :  Qui 
brûle  un  joug  —  risque  tout.  »  Centre,  Jàùbbrt. 

«  Si  Ton  fait  brûler  un  joug  à  labourer,  cela  porte  malheur.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Croyances,  etc. 

118.  «  Le  bœuf  a  assisté  à  la  naissance  de  Jésus-Christ;  tout  ce 
qui  sert  à  son  usage  est  sacré.  »  Bardou,  I,  168. 

119.  «  Le  bœuf  qui  a  assisté  avec  Tâne  à  la  naissance  du  Christ 
a  le  don  de  parler  la  veille  de  Noël,  à  minuit.  Malheur  à  qui  surprend 
la  conversation  qull  a,  à  cette  heure,  avec  son  compagnon  de 
travail.  Un  propriétaire  trop  curieux  s'étant  une  fois  caché  dans  sa 
grange,  entendit,  à  Theure  sacramentelle,  un  des  bœufs  dire  à  son 
camarade: «Que  ferons-nous  demain?  —Nous  porterons  notre  maître 
en  terre,  »  répondit  Pautre.  Le  maître,  en  colère,  prend  sa  hache 
pour  punir,  en  les  tuant,  ces  prophètes  de  malheur  ;  mais  en 
essayant  de  les  frapper  il  se  frappe  lui-même  et  se  tué,  et  le  lende- 
main les  deux  bœufs,  liés  au  joug,  le  conduisaient  au  cimetière.  » 

Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

Cf.  Laisnel  de  la  Salle,  Croyances  dM  Centre,  I.  p.  \1, 


BOS   D0MESTICU8.  109 


«e  La  veille  de  Noël,  dans  la  Qfltine,  on  va  voir  au  bétail  avant 
huit  heures  ou  on  n^y  va  pas  du  tout.  On  raconte  qu^un  fermier  y 
étant  allé  vers  onze  heures,  dit  à  Pun  de  ses  bœufs  :  Tu  dors,  vremei  ! 
Le  bœuf  lui  répondit  (car  ce  soir  là,  à  minuit,  toutes  les  bétes 
parlent)  :  tu  m^as  décorrompu  de  mon  sommeil,  mon  maître,  tu 
mourras.  Le  lendemain  le'  maître  mourut.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes,  etc. 

120.  «  Pendant  la  messe  de  minuit,  on  se  garderait  bien  d^aller 
à  rétable,  parce  qu^alors  tous  les  bœufs  sont  à  genoux  et  adorent  à 
leur  façon  l^nfant  Dieu  ;  si  on  les  regardait  dans  cette  position 
contemplative,  on  serait  sûr  qu^on  les  perdrait,  qu'ils  ne  tarderaient 
pas  à  périr.  »  Gers,  com.  par  M.  A.  Lucantb. 

121.  «  Pendant  la  messe  de  minuit  tous  les  bœufs  se  mettent  à 
genoux  et  ils  ont  aussi  pendant  ce  temps  la  faculté  de  parler.  » 

Croyance  générale  en  France. 

122»  «  On  sait  que  Tftne  et  le  bœuf  sont  les  accessoires  de  la 
crèche  et  que  tous  les  artistes  peintres  ou  sculpteurs  les  placent 
toujours  ou  presque  toujours  dans  leurs  compositions.  Sur  la  pré- 
sence comme  obligée  de  ces  deux  animaux,  voir  Molanus,  Historia 
imaginum  sacrarum,  in-4,  p.  396  et  suiv.  ;  Trombelli,  de 
CuUu  sttnetorum,  t.  II,  pars  II,  cap.  xxxvii  ;  le  poète  Prudence, 
édition  d'Arevali,  p.  211.  »  Guknbbault. 

123.  «  Si  i^on  veut  que  les  bœufs  engraissent  facilement,  il  ne 
faut  pas  oublier  de  les  envoyer  boire  la  veille  de  Noél,  entre  onze 
heures  et  minuit,  au  moment  de  la  messe.  » 

Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Brâùvillard. 

124.  «  Des  fragments  de  la  bilkche  de  Noël  mis  dans  une  étable 
empêchent  les  bœufs  et  vaches  de  boiter  dans  le  cours  de  Tannée.  » 

Allier,  com.  par  M.  Eru.  Olivier. 

125.  «  Le  fermier  des  Courtiis,  près  Pithiviers,  présente  chaque 
année  un  pain  bénit  à  la  messe  de  minuit.  S^il  ne  le  faisait  pas,  le 
diable  délierait  toutes  ses  vaches  et  les  ferait  sortir  pèle  mêle  dans 
la  cour  avec  les  moutons  et  on  ne  *  pourrait  les  faire  rentrer  de 
toute  la  nuit.  »  Com.  par  M.  L.  Malon. 

126.  «  Les  colporteurs  se  font  préparer  par  les  pharmaciens  de 


110  BOS  DOMESTICUS. 


Moulins  une  espèce  de  pâte  composée  d^une  foule  de  plantes  aromift- 
tiques  et  qui  est  très  recherchée  des  habitants  de  la  eampa-gne. 
Ceux-ci  la  mélangent  avec  du  vin  blanc  et  de  Feau-de-vie  et  la  con- 
servent dans  un  pot.  Le  jour  de  Noël,  au  coup  de  minuit^  le  paysan 
va  à  son  étable  et  barbouille  avec  cette  drogue  le  museaa  de  ses 
bœufs,  pour  leur  donner  de  la  force  et  celui  de  ses  vach<?g,  pour 
leur  donner  du  lait.  Quand  une  de  ses  bêtes  est  malade*  il  lui  en  fait 
avaler.  »         Bourbonnais,  B.  Lewis,  Physiologie  du  Bourbonnais. 

127.  «  En  revenant  de  la  messe  de  minuit  il  faut  donner  à 
manger  aux  bestiaux  avant  de  se  mettre  soi-même  à  table  pour 
le  réveillon,  si  Ton  veut  conserver  et  assurer  la  Jbonne  santé  du 
bétail  pendant  le  cours  de  Tannée.  » 

Allier,  corn,  par  M.  Ern.  Ouvikr. 

128.  «  En  rentrant  chez  lui,  muni  du  cierge  bénit  à  la  cérémonie 
religieuse  de  la  Chandeleur,  le  père  de  famille  doit  bénir  de  ce 
cierge  allumé  toute  la  famille  d'abord  ;  puis,  passant  des  gens  aux 
bêtes,  bénir  ees  dernières  ;  et  pour  que  Tcffet  soit  plus  durable, 
tracer  de  la  fumée  du  cierge,  sur  une  poutre  de  Tétable,  une  croix 
à  demeure.  Lorsqu'un  animal  domestique,  vache  ou  jument,  est 
malade,  lors  surtout  qu^elle  vient  de  mettre  bas,  on  allume  le  cierge 
et  Ton  en  fait  tomber  en  croix  quatre  gouttes  de  cire  dans  le  breu» 
vage  de  la  pauvre  bête,  persuadé  que  les  chances  de  guérison  sont 
bien  plus  grandes.  »         Les  Fourgs,  Tissot.  Les  Mœurs ,  p.  60. 

129.  «  Wer  eine  Kuh  kauft,  darf  nicht  vergessen  zu  «agen,  dass 
er  die  Miich  mitkaufe;  es  ist  am  sichersten,  fur  dieselbe  ein  eigenes 
Geldstîick  zu  geben  ;  sonst  giebt  die  Kuh  keine  Milch.  » 

Superstition  masure,  M.  Toeppen. 

130*  «  Le  jour  de  la  Saint  Jean  on  fait  avant  le  feu  de  Saint- 
Jean  proprement  dit,  un  feu  qu'on  appelle  la  fumée  des  vaches. 
C'est  un  feu  de  fougère  verte  qui  donne  une  grande  fumée  à  travers 
laquelle  on  fait  passer  les  bestiaux.  » 

Environs  de  Lorient,  recueilli  personnellement. 

131.  «  Quand  on  attelle  les  bœufs  le  jour  de  la  Saint-Jean,  on 
s'expose  à  de  graves  accidents.  » 

Deux-Sèvres,  L.  Desaivre.  Croyances^  etc. 

132.  «  Le  jour  de  Saint-Roch,  on  fait  bénir  à  la  messe  quelques 


BOS  DOMESTICUS.  111 


tiges  de  blé,  d'avoine  et  d'herbe  de  saint  Roch  (Inule  dysentérique) 
que  l'on  fait  ensuite  manger  aux  bestiaux.  Cette  pratique  les  pré- 
serve de  maladie.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  Le  jour  de  Saint-Ro  (Saint-Roch),  on  ne  lie  pas  les  bœufs  et 
Ton  donne  aux  malheureux  tout  le  lait  des  vaches  ;  cela  préserve 
les  bestiaux  de  la  peste.  »  Centre,  Jaub^rt. 

133.  «  Le  3  février,  jour  de  Saint  Biaise,  les  bœufs  doivent 
rester  à  l'étàble  ;  les  plus  grandis  accidents  leur  arriveraient  dans 
le  courant  de  l'année  si  on  les  faisait  travailler  ce  jour-là. 

Allier,  comm.  par  M.  Ern.  Olivier. 

«  A  Hâpponvillîers  (Eure-et-Loir),  saint  Biaise  empêche  les  vaches 
d'avorter  (0.  La  personne  qui  vient  l'invoquer,  doit  être  à  jeun.  Le 
jour  de  la  fête  du  saint,  on  orne  sa  statue  de  branches  de  laurier  : 
les  pèlerins  en  détachent  chacun  uhe  feuille  qu'ils  déposent  dans  un 
baquet'  plein  d'eau,  et  ils  font  boire  cette  eau  à  leurs  bestiaux  pour 
lesquels  elle  sert  de  préservatif  contre  toutes  sortes  de  maux.  » 

A.  S.  MoRiN.  Le  prêtre  et  le  sorcier,  p.  265. 

134.  «  Les  saints  que  l'on  considère  comme  veillant  plus  spé- 
cialement sur  les  animaux  domestiques  sont  :  saint  Biaise,  saint 
Jean-Baptiste,  sainte  Néomaye  et  saint  Roch  (2).  Mais  le  premier  est 
incontestablement  celui  qui  jouit  de  la  confiance  la  plus  générale. 
On  s'adresse  surtout  à  lui  pour  le  gros  bétail.  Ainsi,  le  jour  de  la 
Saint-Biaise  (3  février),  dans  les  paroisses  de  Breuil-Chaussée, 
Champniers,  Fleuré,  Jardres,  Moussac-sur-Vienne,  Saint-Secondin, 
Secondigny,  Thuré  et  Vellèches,  les  laboureurs  se  rendent  à  l'église 
pour  l'invoquer  ;  à  Liniers,  ils  fout  dire  des  évangiles,  ainsi  qu'à 
Gençay,  mais  dans  cette  dernière  localité  ils  offrent  en  outre  des 
cierges;  à  Saint-Pardoux,  on  dit  une  messe  à  laquelle  assiste  chaque 
fermier,  un  cierge  à  la  main  ;  à  Naintré,  ils  faisaient  chanter,  une 
messe  solennelle,  carillonnée  la  veille,  venaient  y  assister  en  gi'and 

(>)  Il  en  est  de  même  à  la  Croix  du  Perche  et  àFriaize  (même  dépar- 
tement). Voir  A.  S.  Morin,  Le  prêtre  et  le  sorcier^  pp.  262  et  265*  —  Sur 
saint  Biaise  invoqué  en  Belgique  contre  les  épizooties,  voyez  Reinsber^, 
Traditions  de  Belgique,  I,  p.  99. 

(2)  Sur  les  saints,  patrons  de  Tespèce  bovine,  en  Angleterre,  en  Russie 
et  en  Sicile,  voyez  A.  de  Gubernatis,  Mythologie  zoologique,  I,  p.  284. 


112  BOS  DOMSSTICUS. 


nombre  et  faisaient  dire  des  évangiles  poYir  leurs  bœufs,  car  ce 
n'était  que  pour  Tespèce  bovine  qu^avait  lieu  cette  cérémonie,  aussi 
rappelai t-on  la  fête  des  cornards.  » 

Bbaughet-FiLleau.  Quelques  pèlerinages  du  diocèse  . 
de  Poitiers,  1869. 

135.  «  Le  bienheureux  saint  Martin 
Ecorne  bœufs  et  rompt  moulin.  » 

Les  meuniers  et  les  bouviers  se  font  scrupule  de  travailler  ce 
Jour-là.  Dordogne,  Statistique  dé  la  France. 

136.  «  Saint  Herbpt,  dans  le  Fiinistère,  et  saint  tornéli,  dans  le 
Morbihan,  sont  les  protecteurs  des  bétes  à  cornes.  » 

«  A  donnant  donniM^t.  Si  wnt  Herbot  enfle  le  pis  deii  vitches  et 
remplit  de  beurre  la  baratte  du  cultivateur  qui  réclame  son  inter- 
cession, il  aime  pareillement  à  en  recevoijtr".  Aussi  les  nombreux 
autels,  quMl  possède  en  Bretagne,  en  sont- ils  littéralement 
encombrés.  On  lui  offre  aussi  des  queuesi  de  vaches.  » 

Communiqué  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

137.  «  Il  y  a  des  servants  (lutins)  qui  ont  le  talent  de  mettre  le 
col  de  deux  vaches  dans  le  même  lien.  » 

Conservateur  suisse,  1814,  t.  VI,  p.  200. 

«  Lorsque  le  bouvier  en  entrant  le  matin  dans  Tétable^  trouve  deux 
bœufs  ou  deux  vaches  attachés  dans  le  même  lieUf  ce  que  nulle 
force  humaine  ne  peut  faire,  il  faut  sans  les  perdre  de  vue,  couper 
aussitôt  le  lien,  sous  peine  de  les  voir  étrangler  dans  cette  rude 
étreinte  du  foulta  ou  lutin.  » 

Suisse  romande,  Quiquerbz.  Souvenirs  et  traditions. 

«  Zwei  (in  Folge  Hexenwerks)  in  einander  gebundene  (verwickelte) 
Klihe  lOsen  sich,  sobald  man  eine  Mistgabel  mit  3  Zinken  zwischen 
sle  h&lt.  »  Canton  de  Berne,  Rothbnbagh. 

138.  «  Une  étable  est-elle  fréquentée  par  un  esprit  qui  empêche 
les  bestiaux  de  dormir,  tout  aussitôt  on  pend  au-dessus  des  vaches 
une  pierre  ou  une  brique  qui  possède  le  pouvoir  d^éloigner  les 
lutins.  » 

Jules  HuYTTBNS.  Messager  des  sciences  hist,  de  Oand,  1860,  p.  349. 

139.  «  Quand  la  nuit  est  bien  noire  on  est  quelquefois  poursuivi 
par  des  têtes  de  veaux  qui  apparaissent  à  travers  les  haies  avec  des 


BOS  DOMESTICUS.  113 


flammes  dans  la  bouche.  Ces  têtes  suivent  ou  plutôt  poursuivent  le 
voyageur  mais  sans  s^approcher  de  lui.  » 

La  Hague  (Manche),  com.  par  M.  J.  Flbury. 

14D.  «  On  appelle  Mohkalb  ou  Dorfthier  une  sorte  de  monstre 
tout  couvert  d*yeux  qui  Joue  un  grand  rôle  dans  les  légendes  des 
juifs  alsaciens^  » 

D.  Staubbn.  Scènes  de  la  viejuivêen  Alsace, 

14L  «  Au  veau  qui  tette  est  une  enseigne  qu'on  trouve  fréquem- 
ment. Elle  a  pour  origine  ua  symbole  religieux  âguré  sur  les  monu- 
mènti  égyptieiit.€ee«Muvvnents  représentent  une  déesse  égyptienne, 
Hathor,  allaitant  le  Jeune  Horus  sous  la  forme  d^un  veau.  » 

CLBBXOirr-OANNBAU.  Ètudes  d'archéologie  orientale,  p.  79  et  s. 

142.  «  De  qu^es  aco  f  de  qu^es  aco  f 

Dons  pounchens  (deux  cornes)   " 
Dous  luzents  (deux  yeux) 
Quatre  masses  (quatre  massues) 
Uno  escottbo  f  (un  balai) 
'     -^  Un  biou.  » 
Devinette  du  Qard,  communiquée  par  M.  P.  Fcsqubt. 

«  Cuatro  andantes 
Cuatro  mamantes 
Un  quita-moscas 

Y  dos  apuntantes 

—  Vaca.  » 

Espagnol,  Dbmopilo.  Adimnanzas,  p.  286. 

«  Dos  punxents 
Dos  lluents 
Cuatre  tups,  tupls 

Y  un  ventador  de  mosques 

—  Lo  bon*  » 

Hes  Baléares,  Dbmofilo.  Adivinanzas,  p.  363. 

Cf.  OemofllO,  Adivinanzas,  p.  58  §  168-171  ;  p.  278  §  085  ;  p.  347  §  35  ;  p. 
'^  8  28;  p.  3828  7-S  ;  RpUand,  Dev.  de  la  France,  p.  22  et  suiv.  ;  V.  Smith, 
^kuet  devinailleê  du  Forez,§SS^  ;  Mélusine,  coi.  245  ;  A.  Schleicher, 
^^^uiiche  Màrchen^  etc..  p.  205  ;  Sébillot,  £itt,  orale  de  la  HauU' 
^«^We,  p.  802  I  16. 


114  BOS  DOMEStiCÙS. 


143.  «  What  is  that  which  has  ten  feet  and  three  heads,  and 
six  eyes  and  six  ears  and  two  tails  and  three  pairs  of  testides 
and  two  hands  and  three  noses  and  four  homs  and  three  backs, 
and  the  life  and  préservation  of  the  whole  world  cornes  from  it  f 
—  It  is  a  yoke  of  oxen  with  a  man  who  performs  ploughing  and 
tillage.  » 

Enigme  parsie,  E.  W.  West.  Th€  book  of  Arda-Viraf  Naméh, 
Bombay,  1872. 

144.  «  Quatre  petits  pots 
I^a  gueule  en  bas 

Ne  se  renversant  pas. 

—  Les  4  tétines  d^une  vache.  » 

Devinette  du  Loiret,  corn,  par  M.  J.  Poquet. 

«e  Quate  ti  bouteii  bien  plein  touné  guiole  en  bas,  pas  ka  ren- 
vessé.  — "  Tété  bœuf  (pis  de  la  vache),  » 

Devinette  créole  de  la  Martinique,  Turiault. 

«  Tan  que  plueva.  Jamais  aco  se  molha.  —  Un  pieis  de  vacha.  — 
Tant  pleuve-t-il,   cela  ne  se  mouille  pas.  —  Un  pis  de  vache.  » 
Joseph  Roux.  Enigmes  populaires  du  Limousin,  §  xuii. 

Cf.  Rolland,  Devinettet  de  la  France,  p.  S5  ;  Sauvé,  Devinettes  bre^ 
tonnet,  §  S9. 

145.  «  Es  steht  auf  dem  Gipfel  mit  der  Wurzel  oben  f  — > 
Kuhschweif.  »  Devinette  laponne,  O.  Donner. 

146.  «  Quel  est  le  meilleur  d*une  tarte  cuite  au  soleil  ou  du  noir 
pendu  ?—  C^est  le  noir  pendu  (0,  car  la  tarte  cuite  au  soleil  c^est 
la  bouse  de  vache  (').  » 

Devinette  du  Loiret  et  d'Ëure-et-Loir,  com.  par  M.  J.  Poqubt. 

«  Witt  lieber  ch&mi-tûfel  oder  soQne-bi*ôtis  ?  -*  Schinken  oder 
Kuhtladen  f  » 

RoGHHOLZ.  Schvoeizerische  Volksràthsel  aus  dem  Aargau,  §  147. 


(0  Mon  honorable  correspondant  ne    me   dit  pas  ce  que  c^est  que  L 
.^gioir  pendu;  c'est  peut-être  le  jambon  comme  dans  rénimne  suisse  f 
Voy.  sur    la  bouse    de    vache    ^ou   le  crottin  de  chèvaQ  une  curieu 
énigme  bretonne  dans  L.  F.  Sauvé,  Devinettes  bretonnes,  §  187: 

{*)  Cf.  ci-dessus,  p.  52,  S  144. 


BOS  DOMBSTICUS.  115 


147.  «  Welcher  dreck  &in  land  schad  sey  ^  '•^  Ani,  Den  die  ku 
in  ât»  waaser  fallen  lasst  der  kann  das  erdreich  nit  dungen  oder 
bessern.  » 

DeTinette  ail.,  Wackbrnagbl.  Sechtig  rûthnl  und  fragen^ 

148.  «  Qu'est-ce  qui  dit  :  allons  boire,  allons  boire  et  qui  arrivé 
à  la  rivière  ne  veut  plus  boire.  -*  Le  clairin  ou  clochette  d^une 
vache.  »       Devinette  du  Loiret,  comm.  par  M.  L,  Bbauvillard. 

«  Rat  was  ûbergint  das  wasser  und  trinck  nit.  —  Ant,  Eln  kù* 
schell.  »  Devinette  ail.,  Wagrernaobl.  Seehzig  rdthseh 

Cf.  Rochholz,  Schtoeiz.  Volksr,  atts  d,  Aargcnt,  S  & 

149.  «  Dans  le  Jeu  de  la  Vacho  pigeo^  un  des  enfants  dit  :  Je 
suis  le  loup  d'AuvergiUj  Je  vous  mangerai  tous.  Le  chef  de  la  bande 
dit  :  Je  suis  la  vache  pige  {lo  Vacho  pigeo),  je  vous  défendrai  tous.  » 

Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincsnt« 

150.  Le  pied  de  bœuf  (Jeu). 

«  On  entasse  les  mains  les  unes  sur  les  autres,  puis  on  retire  suc- 
cessivement celle  qui  se  trouve  la  dernière,  pour  la  placer  au- 
dessus  de  la  pile,  en  disant  un  nombre  depuis  un  jusqu^à  neuf. 
Lorsque  le  tour  de  celui-ci  arrive,  toute  la  pile  se  démonte,  et  les 
mains  cherchent  à  s'esquiver  ;  c^est  à  celui  qui  l'a  prononcé  d^en 
saisir  habilement  une,  en  disant  :  Je  tiens  mon  pied  de  bœuf,  S^il  ne 
la  tient  pas,  il  doit  un  gage.  S'il  s*est  emparé  d^une  main,  il  dit  au 
joueur  qui  s'est  laissé  surprendre  :  De  trois  choses  en  ferez-vous 
Hne  f  Un  joueur  poli  répond  tout  simplement  :  Oui,  si  je  peux  ; 
d^utres  sgoutent  :  si  je  veuœ,  si  cela  me  plait.  Alors  le  vainqueur 
ordonne  trois  choses,  dont  une,  au  moins,  doit  être  faisable.  L^ordre 
9*exécut69  et  la  partie  recommence.  » 

151.  Le  Jeu  appelé  en  allemand  Blinde  Kuh  correspond  à  notre 
Colin  maillard,  Frischbier,  dans  ses  Preussische  Volhsreime,  donne 
à  ce  s^jet  plusieurs  références  et  comparaisons.  Voyez  aussi  Qrimm, 
Wmrterhuch^  V,  2,550. 


116  OVIS  ARIES. 


OVIS  ARIES.  —  LE  MOUTON. 

I. 

L  On  appelle  Tensemble  des  béliers,  moutons^  brebis 
et  agneaux  : 

LES  BÊTES  A  LAINES,  LES  BÊTES  OVINES,  français. 
LES  BEELINS,  LE  BRELINA6E,  PoitÔu,  RoUSSeaU. 

LA  BARfiAiLLE,  Morvan,  Chambure. 
BERBiALHO,  /*.  bas  Limousin,  Azaîs. 

2.  Noms  donnés  au  mâle  non  châtré  : 

ARET,  ARÊT,  ARÊT,  m.  (=  lat.  arietem).  Forez,  Gras.  -*  Lang. 

communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 
ARE,  m.  Arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
ARE,  m.  Queyras,  Chabrand  et  Rochas. 
GUÊRIN,  m.  Centre,  Jaubert. 
COLAGHÔN,  Bagnard,  Cornu. 

PAROT,  m.  bas  languedocien.  Alliance  latine,  juin  1878,  p.  55. 
3ELIN  (1),  m.  Montbéliard,  Contejean. 
B*LiN,  m.  Bessin,  Joret. 
BELOT,  m.  (^  jeune  bélier),   Savoie,    Andrevetan.  La  Savoie 

poétique,  p.  89. 
BÉLIER  <<),  m.  français. 

BEiLLiER,  m.  Beauce,  comm.  par  M.  J.  Poquet. 
BRiLHi,  m.  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 
BOLUÉ,  m.  Moryan,  Chambure. 

(1)  Belin  est  dans  le  roman  de  Renart  le  nom  du  bélier.  —  De  BêUi^a 
(=  bélier),  vient  le  verbe  beliner  employé  dans  le  sens  erotique  pa.  ~^ 
Rabelais. 

(S)  Selon  Diez  bélier  vient  de  bell  qui  dans  différents  dialectes  h«^< 
alleman48  sïgaiûe  cloche.  Le  bélier  serait  donc  celui  qui  porte  la  cloclm^^r, 
qui  dirige  le  troupeau.  Haïs  c*est  habituellement  un  Boaton  ou  ^«jan 
agneau  favori  du  berger,  qui  porte  la  cloche,  comme  le  prouvent  d*ife.H- 
leurs  quelques-uns  des  mots  cités  par  Diez  lui-m^me  :  Betttunel,  hoLl. .  ; 
Bell-wether,  anglais;  Mouton  à  la  sonnette,  français;  et  les  synonyme >  ci 
par  Nemnich  Leithammel,  allemand  ;  KIokkefur,  danois  ; 
suédois.  ~  Je  ne  veux  pas  dire  que  le  bélier  ne  soit  jamais  charge  <i« 
porter  la  clochette,  mais  ce  n*e^t  pas.  semble-t-il,  le  cas  le  plus  fréqim««it* 


OVIS  ÂRIES.  117 


BÉLARD,  m.  Jouzac  (Saintonge),  Jônain. 

BELA,  BLÂ,  m.  Arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

BBRÀ,  BEURÀ,  BÉRÂ,  m.     Pays    messin,  recueilli    personn.  -» 

VosgeSi  L.  Adam. 
BEURA  m.  Meurthe-et-Moselle,  L.   Adam.  —  Vosges,   comm. 

par  M.  D.  Pierrat.  —  Ban  de  la  Roche,  Oberlîn. 
BEUIÂ,  m.  Hotn^court  (Arrond.  de  Neufchâteau),  L.  Adam.  ' 
BÉRAUD,  BÉRiAUD,  m.  rouchi. 
BEURAU,  m.  Saint-Amé,  Thiriat. 
BRAU,  m,  Vosges,  com.  par  M.  D.  Pien^at. 
BERROU,  m.  Queyras,  Chabrand  et  Rochas.  -»  Languedoc,  com. 

par  M.  P.  Fesquet. 
MARRA  (>),  m,  Ariège,  Montel  et  Lambert,  p.  100. 
MARRÉT,  m.  Bagnères-de-Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 
MARET,  MARifouTou,  m.  Languedoc,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
MARROU,  m.  Landes,  de  Métivier.  —  Bayonne,   Lagravère.  — 

Armagnac,  Bladé. 
MARRO,  m.  Rouergue,  Duval. 
BRELAU,  m.  Aunis^  L.  E.  Meyer. 
BASSiER,  m.  ancien  liégeois,  Grandgagnage. 
'     BASSl,  m.  Liège,  Namur,  Grandgagnage. 
BAZIN,  m.  Ardennes,  Grandgagnage. 
LEURAi,  LURAi,  m,  Morvan,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

LUREAU,    LURIAU,     LURIÂ,     LURON,     LEURON,     LUHIAR,     LEUHÎAU^ 

Morvan,  Chambure. 
LUGEAi,  m.   environs  de  Semur  (Côte-d'Or),  communiqué  par 

M.  H.  Marlot. 
HOURD,  HÔURDET,  EHOURDET,  HOURO,   m,  Côtes-du-Nord,   com. 

par  M.  P.  Sébillot. 
RAN,  m.  normand.  — r  picard. 
HULTON,  MOUTON,  m.  ancien  français. 
GOILLAR,  m.  ancien  français.  Revue  critique^  1870,  2«  semestre* 

p.  406. 
MAOUT-TARO   (mot-à-mot  ;    mouton-taureau)^  maout-tourc'h, 

(mot-à-mot:  mouton-verrat),  Finistère,  communiqué 

païf  M.  L.  Sauvé. 
ÂBI,  basque  guipuzcoan.  Van  Eys. 
AARI,  basque  biscaîen.  Van  Eys. 

(')  Cf.  marrar  (=  donner  des  coups  de  corne,  en  parlant  du   bélier), 
Ponngais. 


118  0VI8  ARIE8'. 


AHARi,  basque  labourdin.  Van  Eys. 

Noms  étrangers  donnés  au  bélier  : 

Kptoç,  grec  ancien.  —  Ariei,  iat.  —  Ariete,  Montone,  it.  —  Moatta, 
Parme,  Mal.  —  Montù,  Brescia,  Malch.  —  Péf or,  Crémone,  Diez.  —  B6f , 
Brescia,  Melch.  —  Momeco,  Maniaie,  «sp.  N«inn.  —  Canieiro,  port.  —  Berbee, 
Bêrbece,  roumain,  Cihac.  — -itek,  Schafbock,  StiUir,  StShr,  Stier,  Stlerhammel, 
Widder,  Zachtwidder,  Ranaer,  Rammbock,  Rammel,  dans  les  différentes 
parties  de  rAllemagne,  Nemn.  —  Ram,  Waer,  holl.  —  Ram,  angl,  —  Tip, 
Tap  (i),  Anglet.  du  Nord,  Nemn.  —  Yaeder,  danois.  —  Hnitar,  Yedr,  H? adr, 
island.,  Nemn.  —  Bagga,  suédois.  —  Pèt? a,  sanscrit  védique,  B.  —  Méaha, 
Mélia,  sanscrit,  B.  —  Mar-Xesli,  persan.  —  Qotcli,  turc. 

3.  Le  mâle  châtré  est  appelé  : 

MONTON,  m.  picard,  Diez.  ~  Côte-d*Ôr.  com.  par  M.  H.  Marlot. 
MOUTON,  m.  français. 
'  MOTON,  m.  ancien  français. 
MUTON,  m.  Les  Fourgs,  Tissot. 
mèCtôN,  m.  Bagnard^  Cornu. 
MOTAN,  m.  Menton,  Andrews. 
MOUTOUN,  m.  Landes,  de  Métivier. 
MoouTOU,  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 
MOUTOU,  m.  Limousin.  —  Bagnôres-de-Bigorre.  —  Ariège. 
MAOUT,  m.  breton  armoricain. 
CHATRA,  m.  ancien  ft*ançais.  Revue  critique,  1870,  £•  semestre, 

p.  402. 
CHAiTRON,  m.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
0BÈ6UE,  m.  argot  bellau  (des  peignenr s  de  chanvre),  Toubin. 
MORNE,  m.  argots  suivant  différents  auteurs* 
BASKOUA,  BABKO,  RATKO,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont, 
MOUTENAiLLB,  /.  (=  Tensemble  des  moutons),  C^te-d'Or»  com. 
^  par  M.  H.  Marlot. 

Noms  étrangers  du  mouton  : 

Kpihçf  np^aTOv,  grec  anc.  —  Kptdi'pt,  IIpoSaTOv,  grec  mod.,  Bik.  — 
Yenrex,  Iat.  —  Castrone,  Gastrato,  it.  —  Castra,  Parme,  Mal.  —  Moltoae, 
vénitien.  —  Moton,  Bero,  Bebèro,  piém.,  Zalli.  —  Gomàat  in  plccol,  fourb. 

(i)  Cf.  douper  (donner  des  coups  de  tète ,  en  parlant  du  bélier)   en 
patois  gallot. 


OVIS  ARIES.  IIÔ 


— > 


de  Parme,  Mal.  —  Carnero,  esp.  —  Carneiro  castrado,  port.  ~  Berbec  batnt 
roumain,  Cihac.  —  Molt,  anc.  irlandais.  —  Hammel,  SchSps,  ail.  ~  Hamel, 
holL  —  Bede,  danois. —  Gnmse,  suéd.  —  Weathér,  Wether,  Wedder,  angl.  — 
Afi.  ÀTika,  Urabhra,  sancrit,  B.  —  Mesh,  persan.  ~  Bakirai  Balur6,  tsigane 
ottoman»  Paspati.  —  Berbecs,  hongrois.  —  Qoïoun,  Gbanèm,  Qe? erdjeq, 
tnrc. 

4.  La  femelle  est  appelée  : 

BBRBis,  BERBI,  f>  ancien  français.  — .  picard.  —  lorrain.  — 
wallon.  —  normand.  —  Franche- Comté.  —  Côtes-du- 
Nord,  etc. 

BBRBITZ,  /.  ancien  provençal.  —  Languedoc,  com.  par  M.  P. 
Fesquet. 

VERVis,  /.  anc.  français,  Revue  critique,  1870, 2«  semestre  p.402. 

BARBi,  f.  Loiret.  —  Blaisois,  Talbert. 

BORBis,  f.  Arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

BREBIS,  f.  français. 

AOLHA,  f.  béarnais,  Romania,  1874,  p.  441. 

OVELLA,  OVELHA,  ovEiLLA,  OELLA,  f,  ancien  provençal. 

DUE,  OEILLE,  f»  ancien  français. 

CUEILLE,  f.  Charente,  Montel  et  Lambert,  p.  263.  ~  Saintonge, 
Jônain.  —  Poitou. 

AouiLLO,  /.  Landes,  de  Métivier. 

AouiLLE,  OUILLE,  f.  Bayonuc,  Lagravère. 

ouLLio,  f.  Tulle,  Béronie. 

OULHA,  f.  Tulle,  Revue  des  langues  romanes^  oct.  1877,  p.  179. 

OUEiLLO,  ouELHO,  f.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent.  — 
Bagnères-de-Bigorre,  com.  par  M.  A.  Cazes.  —  Lan- 
guedoc, com.  par  M.  P.  Fesquet. 

VEJELOTTE,  f,  Vitemo  (Lorraine),  L.  Adam. 

OviETA,  A  Pyrénées,  A.  Jubinal.  Lettres  sur  les  Pyrénées, 

PEDO,  f.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet.  — -  Tulle,  Béronie.  — 
Haut-Quercy.  . 

FÉA,  FÉ,  f,  Tarentaise,  Pont. 

FEA,  f'  Menton,  Andrews. 

FED,  f.  Queyras,  Chabrand  et  Rochas. 

FATA,  f.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

FÈTÈ,  /.  Dauphiné,  A.  Pages. 

FEYE,  f.  Forez,  Gras. 

FIA,  f.  Sallanches  (Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 

FiAN,  f,  Savoie,  Andrevetan.  La  Savoie  poétique,  p.  90. 


120  0YX8  ARIBS. 


PBDAlRO,  f,  (=  rensèmble  d^s  brebis),  Oard,  communiqué  par 

M.  P.  Fesquet. 
QUBTiNB,  /.  Beauce,.  com.  par  M.  J.  Poquet. 
<«viÀBA,  Vaguey  (Vosges),  com.  par  M.  D.  Pierrat  (Terme  enf.). 
BBRTOLiNA,  f»  argot  bcllau,  Toubin. 
DAN V AD,  f.  breton  armoricain. 
AUDI»  différent  dialectes  basques.  Van  Eys. 
ARDiA,  basque,  Pabre. 
BARKi,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont» 

Noms  étrangers  de  la  brebis  : 

^Ok,  grec  anc.  —  Ofii,  lat.  — Berbiea,  Pecora,  it.,  —  Binrègke,  sarde, 
Spano.  —  Ofa»  Oja,  Istrie.  —  Pefort,  Trieste,  Brescia.  —  Piegwa,  yénit.  — 
Pecnra,  sic.  —  Pegnu  Parme,  Mal.  —  Para,  Brescia,  Melch.  —  Isa,  piém., 
Zalli.  —  1^6,  argot  de  Val  Soana,  Nigra.  —  0? eja,  esp.  —  Orelka,  port.  — 
Oaie  (au  sing.),  Oi  (au  plur,),  roumain,  Cihac.  —  A?i,  Aflkà,  AtIU,  IttsU, 
sanscrit,  B.  —  Bwe,  angl.  —  Dicht  qolooii,  Marte,  turc. 

5.  La  femelle  qui  a  subi  Topération  de  Tablation  des 
ovaires  est  appelée  : 

MOUTONNB,  f,  français, 

BRBBis  CHÂTRiCB,   français    dialectal,   Daubenton*    Soslr.    de 

Vinst.  pour  les  bergers^  an  II. 
BRiNGUB,  f.  Gfttinais,  Chabouillé. 

6.  Le  jeune  mâle  est  appelé  : 

ANHBL,  AONBL,  AôNÈL,  m.  ancien  provençal.  —  Languedoc.   -^ 

Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
ONiEL,  Aveyron. 

AIGNRAU,  m.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
AiGNBL,  AIGNBAU,  m.  ancien  français. 
AGNBAU»  m.  français. 

AGNÉ,  m.  Plancher-les-Mines,  Poulet.  —  Bessin,  Joret. 
AIGNÉ,  ÂGNÉ,  m.  Montbéliard,  Contejean.  —  Pays  messin.   — 

LunéviUe,  Oberlin. 
AIGNIEU,  m.  picard. 
AiNiLLB,  m.  bourguignon,  Littré. 
AGNt,  AGNiÉ,  AGNBOOU,  AGNEAOU,  m.  Orcuse,  Communiqué  par 

M«  F.  Vincent. 
AGNiÉ,  m*  Sallanches  (Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 


OVIS  ARIB8.  121 


iGimAU,  m.  Beanee,  com.  par  M.  J.  Poqoet. 

16NA,  m.  Charente,  Montel  et  Lambert,  p.  253. 

A6NÉT,  AGNBT,  flk  BayoDoe,  LagravèrBu  — Bagnères-de-Bigorre, 

eom.  par  Si.  A.  Gazes.  —  lAiides,  de  Méti?ler. 
A6NBT.  ni,  Canton  d^Escurollea  (Allier),  Texier. 
Û6NAI,  m.  wallon,  Grandgagnage. 

A6NBR0T,  AONBROUN,  m.  (=  petit  agneau),  Bayonné,  Lagravèi*e. 
AfiNBLBT,  m.  (=  petit  agneau),  ancien  {français. 
AmiBLOT,  «H*  (s=  petit  agneau),  Montb^liard,  Contejean. 
OAN,  breton  armoricain. 

vÉBâ  (1),  m.  français  (Terme  enflantin  ;  onomatopée). 
BBBé,  m.  midi  de  la  France,  Azaïs  (Terme  enfantin). 
FKDOU  (=  petit  agneau),  Languedoc,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
BBBIDOUN  (=  Jeune  agneau),  provençal  moderne,  Azals. 
BBDÂy  languedocien.  Azaïs  (Terme  enfantin). 
Bn«OT,  BBUN,  m.  Forez,  Gras. 
BARKicHO,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont. 
ACHURi,  basque  labourdin  et  navarrais,  Van  Eys. 
BiLDorrcHA,  BiLDOTZA,  ACROURRIA,  UMBRRU,  basque,  Fabre. 
BiLDOTS,  basque  guipuzcoan,  biscalen,  labourdin.  Van  Bys. 
BILDOX,  basque  bas  navarrais.  Van  Eys. 
ANTiNBHAi,  ANTDfAi,  ANTiNiA  (=  agnoau  de  plus  d'un  an),  wallon, 

Grandgagnage. 
ANTBNIHS,  ANTBNAis  (=  aguoau  de  plus  d'un  an,  agneau  de  deux 

ans),  fïrançais. 
OTBNAU,  m.  (=:agneau  de  deux  ans),  arrond.  de  Tôul,  L.  Adam. 
N06B,  m.  (=agneau  d'un  an),  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
ANNAHUE,  m.  (=  agneau  d*un  an),  Morvan,  Chambure. 
PRIMAI,  PRiMAU,  m.  (=  agneau  d'un  an),  Côte-d'Or,  com.  par 

M.  H.  Marlot. 
BA88I0U,  m.  (rzagneaade  1  à  2  ans),  Toulouse,  Poumarède. 
BASSIYOU  (=  agneau  d'un  an),  languedocien,  communiqué  par 

M.  P.  Fesquet. 
RAGUiN,  m.  (=  agneau  de  l'année).  Centre,  Jaubert. 
fiAoum,  m.  (=  mouton  de  deux  ans),  Orléanais,  Chabouillé. 

BBLIGAS,  BOUREC,  AN0U6E,  PEROT,  PARROT,    m.    (r=   agneaU    d'un 

an),  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

(*)  Ce  mot  est  devenu  un  terme  de  caresse.  Le  mot  anglais  baby  a  la 
"»*me  origine.  Nous  en  avons  fait  ud  doublet  en  le  pro^ionçi^pt  ccwim^ 


122  0VI8  ARIES. 

■    '^4         ^^ 


OANDiN,  m.  (=  agneau  de  deux  ans),  Loiret  com.  par  MM.  J. 

Poquet  et  L.  Beauvillard. 
DOUBLBNG,  nt.  (=agn.  de  deux  à  trois  an8),Toulouset  Poumarède. 
DOUBLEN,  m.   (=  mouton  de   deux   ans),  Languedoc,  com.  par 

M.  P.  Pesquet. 
DOUBLON,  m.  (=  mouton  de  deux  ans),  Centre,  Jaubert. 
DOUBLOUN,  m.  (;=mouton  de  deux  ans),  arrondissement  de  Brive, 

com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
TERNBNy  m.  {z=.  mouton  de  trois  ans),  iangued.,  com.  par  M.  P. 

Fesquet. 
QUATBRNBN,  m.  (=  moutou  de  quatre  ans),  lan^ued.,  com.  par 

M.  P.  Fesquet. 
BBCARB,  m.  {=:agneau  de  plus  de  vingt  mois  dont  les  premières 

dents  commencent  à  pousser).  Falaise,  Associât,  pour 

les  progrès  de  Vagric.  de  Parrond,  de  Falaise,  1835. 
AGOUSTÉN,  m.  (=agneau  né  au  mois  d^août)^  Iangued.,  com.  par 

M.  P.  Fesquet. 
TABDON,  TARDiLLON,  m,  (=  agueau  qui  naît  après  les  autres,  en 

avril  ou  en  mal,  c'est-à-dire  :  trop  tard  pour  Félevage; 

on  Pengraisse  pour  le  manger),  français. 
TARDAN,  m,  (=  agneau  tardif  engraissé  ordinairement  pour 

être  tué).  Landes,  de  Métivier. 
REGOB  (1),  m.(=:agneau  né  dans  Tarrière  saison),  langued.com. 

par  M.  P.  Fesquet. 
RECOURDOUN,  m»  (=  agucau  né  d^une  deuxième  portée  dans  la 

même  année),  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
GOURDE  (^),  m.  (=  agneau  engraissé  pour  être  tué)^  Landes,  de 

Métivier. 

Noms  étrangers  de  l'agneau  : 

'Âpvoç,  grec  anc.  Bik.  ^  'Apvt,  grec  mod.  Bik.  —  Agnns  (>),  Agnellas, 

(0  On  appelle  regonrdiero  la  brebis  qui  fait  son  agneau  dans  Tarrière 
saison;  languedocien,  Fesquet.  Le  mot  cordtcs  chez  les  latins  servait  à 
désigner  les  agneaux  nés  après  terme,  c.-à-d.  après  la  gestation  nor- 
male de  150  jours  :  <•  Oerunt  partum  diebus  centum  quinquaginta  ;  postea 
concept!  invalidi.  Cordas  vocabant  antiqui  post  id  tempus  natos.»  Pline, 
VIII,  72. 

(S)  Cf.  cordero,  mot  espagnol  qui  a  simplemeiit  le  sens  d''agneau. 

(S)  M.  Bréal  fait  venir  agnus  d*'arigmcs  qui  suppose  une  ancienne 
forme  latine  avis  au  lieu  d*ovis,  (Voy.  Mém,  de  la  Soc.  de  linç.,  t.  III, 
fasc.  Y,  1878). 


0VI8  ARIES.  123 


lat.  —  AcMllo,  PeeorlM,  it.  —  AiiflAiii,  sarde,  Spano.  —  Auàce,  sarde  logo* 
dourien,  Spano.  —  MotMét,  piém.  ZalH.  —  M»  milanais,  Banfl.  —  Cordero* 
esp.  —  Corder,  catal.  mod.  —  Gordeiro,  Bsrreffo,  port.  —  Miel,  roumain^ 
Gihac  -^  Lamb,  angl.  -~  Lamm,  ail.  —  WooUdrd,  argot  angl.,  J,  C.  H«  — 
Visitai.  Mlnga'esch,  Ghnrràf,  tsigane  d'Egypte,  Petermann*s  Mitthei- 
lunpen,  1882,  p.  43.  -^  Kharftf,  arabe.  —  Qousoa,  turc.  -^  Inoatia,  Hoatin, 
(agtteau  d*un  an),  roumain,  Cihac.  —  Annojo,  (idem)  port.  —  AmiicolOf 
{idem),  ital.  —  Aftino,  {idem),  esp. 

m 

7.  La  jeune  femelle  est  appelée  : 

AGNELLE,  f,  français. 

I6NELLE,  f.  Centre,  Jaubert. 

A6NÉR0,  f.  Landes,  de  Métivier. 

A6NI8GARDO,  f.  (=:  agnelle  d*un  an).  Landes,  de  Métivier. 

AULHETE,  f.  Béaiii,  Azals. 

FSDBTO,  f.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

FEYSTTS,  FIOTTB,  f,  Forez,  Gras. 

BRiBTTE,  f.  Poitou,  Rousseau. 

BAssiYO,  f.  (  =  brebis  qui  n^a  pas  encore   porté),  Languedoc, 

com.  par  M.  P.  Fesquet. 
VA88IVB,  f.  berrichon,  Courrier  de  Paris  du  13  janvier  1858. 
BàssiBio,  f.  (=brebis  qui  n^a  pas  encore  porté),  cévenol,  Azaïs. 
MOUÉLO,  A  (  =  brebis  qui  n^a  pas  encore  porté),    Alpes  cott., 

Chabrand  et  Rochas. 
HOVBLOTTE,  f,  Pays  messin,  Jaclot. 
OBRMOTTE,  f.  (=  brebis  d*un  an),  wallon,  Grandgagnage^ 
PRIME,  QUETEiGNB,  (=  agnelle  d'un  an),  Côte-d'Or,  com.  par  M. 

H.  Marlot. 
BBUOASSO,  f.  (=  brebis  d'un  an),  langued.,  communiqué  par  &f . 

P.  Fesquet. 
RAGuiNE^  f,  (=  brebis  de  Tannée),  Centre,  Jaubert. 
oiiiDiNE,  /*.  (  =  agnelle  de  deux  ans\  Beauce,  communiqué  par 

M.  J.  Poquet. 
DOUBLENGO,  f.  (=  brobis  de  deux  ans)^  languedoc.,  com.  par  M* 

P.  Fesquet. 
DOUBLOUNO,  f.  (idem),  arrond.  de  Brive,  com.    par  M.    G.  de 

Lépinay. 
DOUBLOUNE,  f,  (id.).  Centre,  Jaubert. 
TERNENCO,  f.  (=  brebis  de  trois  ans),  langued.,  com.  par  M.  P. 

Fesquet. 
QUATERNBNGO,  f.   (=  brebis  de  quatre  ans),  langued.,  com.  par 

M.  P.  Fesquet. 


124  OVIS  ARIES. 


ANTGHUA  (=  brebis  d'un  an),  basque,  Fabre. 

Noms  étrangers  de  Tagnelle  : 

Agnella,  it.  —  Bosa»  Brescià,  Melch.*  —  M ié,  f.  {au  plur.  mie^)»  roumain, 
Gihac. 

8.  L'agneau  que  la  mère-brebis  ne  peut  allaiter  est 
élevé  à  la  maison.  On  l'appelle  : 

MOUTON-FOYER,  m.  normand,  Delboulle. 

Synonymes. étrangers  : 

Gosset  anglais.  —  Gasiccio,  ital.  —  Haas-Hammel  (i),  ail.  Poëtevin. 

«  On  appelle  agneau  ou  mouton-coquin  celui  que  le  berger  a 
pris  en  affection,  qui  est  toujours  à  ses  côtés  et  auquel'il  donne  du 
pain.  »  Beauce,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

Cette  expression  {mouton-ooquin)  se  trouve  déjà  avec 
ce  sens  dans  Duez,  Dictionnaire  français-^italieny  1678. 

9.  Termes  de  mépris  (*)  employés  à  l'égard  des  brebis 
maigres,  vieilles  ou  stériles. 

BERLAUDE,  f,  (=  vieille  brebis),  normand,  Delboulle. 
BBRLEUDE,  f.  (=  vieille  brebis   inféconde),    picard.   Journal 

d'Amiens,  1879. 
BIDE,  f.  {=  vieille  brebis),  Centre,  Jaubert. 
GARGHO,  f.  (=rvieille  brebis  inféconde),  langued.,  com.  par  M.  P. 

Fesquet. 
JERSE,  JERGHE,  f,  (=brebis  stérile),  Bessin,  Joret. 
GODO,  f,  (=  vieille  brebis  qui  perd  sa  laine),  langued.,  com.  par 

M.  P.  Fesquet. 
T0URI60,    TURGO  (=  brebis  stérile),   laiogued.,  ,com.  par  M.  P. 

Fesquet. 
BRONCK AILLE,  f,  (=brebis  hors  d'âge),  ancien  wallon.  Grandga- 

gnage. 
BROÛKEIB,  f,  (=  brebis  hors  d*âge),  wallon,  Grandgagnage. 

(0  Par  extension  Haas-Hammel  sert  à  d<^signer  une  personne  casanière. 
Allemand,  Poëtevin. 

(t)  Par  extension,  quelques-uns  de  ces  termes  sont  quelquefois  usités  k 
regard  de  certaines  femmes.  Cf.  ci-dessus,  p.  ir,§  12. 


OVIS   ARIES.  125 


BRAiNGUK,  f,  (=  brebis  qui  n'a  pas  eu  d*agneau  dans  Tannée), 

Gàtinais,  com.  par  M.  J .  Poquet. 
.  BRAHINB,  f*  (idem),  Beance,  com.  |)ar  M.  J.  Poquet. 
6ALI6NE,  /.  (=brebis  maigre),  Côté-d*Or,  com.  p.  M.  H.  Marlot. 
QUERTE,  f.  (=brebis  maigre  et  usée),Bouilly  (Loiret),  com.  par 

H,  J.  Poquet. 
QUETASSE  (0>  f'  (idem),  Beauce»  coin,  par  M.  J.  Poquet. 
PIANNB,  f,  (  =  vieille  brebis,  bonne   seulement   à   être    tuée), 

Orléanais  (?),  Chabouillé. 
RA6UE,  f.  (=  vieille  brebis  inféconde),  Centre,  Jaubert. 
RABAS>  BABAT,  BAVAT,  m,  (=:vieux  moutou),  langucd.,  com.  par 

M.  P.  Fesquet. 

10.  Du  bélier  qui  couvre  les  brebis,  on  dit  : 

LUIRE,  LUYTBR,  ancien  français,  Romania  1879,  p.  453. 
LUTTER,  LUTTER  LA  BREBIS,  français^  ChabouiUé. 
LU6ER,  LU6ER  LE  BORBi,  envlrous   de   Semur,  com.   par  M.  H.  ' 
Marlot. 

Dans  Tespèce  ovine,  Taccouplement  se  nomme  la  lutte. 
A  ce  moment  les  béliers  se  battent  entre  eux. 

11.  La  brebis  en  chaleur  est  dite  : 

LiDOuÉRE^  /.  Centre,  Jaubert. 

OUAILLE  EN    HIMEUR,  OUAILLE  QUI  COURT   LE     BRELIN,    f.     DCUX- 

Sèvres,  com.  par  M.  L.  Desaivre. 

12.  «  On  appelle  panouilh  une  pièce  dMtoffe  attachée  au-dessus 
de  la  queue  d'une  brebis  pour  Tempôcher  d'être  fécondée.  » 

Alpes  cottiennes^  Chabrand  et  Rochas. 

13.  «  Lorsqu'on  châtre  les  agneaux  à  huit  "ou  dix  jours,  la  ma- 
nière la  plus  simple  est  de  faire  une  ouverture  par  incision  au  bas 
des  bourses,  de  faire  sortir  les  testicules  par  l'ouverture^  et  de 
couper  les  cordons  qui  sont  au-dessous  des  testicules.  C*est  ce  que 
Ton  appeUe  châtrer  en  agneau .  Lorsque  les  agneaux  sont  plus  âgés 
on  incise  les  bourses  de  chaque  côté  de  leur  fond,  on  fait  sortir  un 

(1)  D'oa  le  mot  qaetassier  nom  qui  sert  à  désigner  en  Beaace  un  hom- 
me qui  sans  être  boucher  de  profession  va  de  maison  en  maison  pour 
vendre  de  la  quêtasse  on  viande  de  vieille  brebis.  J.  Poquet. 


126  OVIS  A&IBS. 


testicule  par  chacune  de  ces  ouvertures,  et  on  coupe  le  cordon  qui 
est  au-dessus  de  chaque  testicule.  On  appelle  cette  opératiœi  ehdtrer 
en  vettUf  parce  que  c^est  ainsi  que  Ton  châtre  les  veaux.  Il  y  a  deux 
antres  manières  de  faire  des  moutons  :  Tune  est  de  lier  fortement 
«vee  une  ficelle  les  bourses  au-dessus  des  testicules.  On  laisse  la 
ligat««  pendant  huit  jours  ;  ensuite  on  coupe  les  bourses  au- 
dessous,  c*est  ce  que  Ton  appelle  biUonner  (i).  Cette  opération  ne 
se  fait  qu^à  Tâge  de  dix-huit  mois  ou  de  deux  ans.  Par  Pautre 
manière  de  ch&trer  oa  «miMMgne  les  bourses  au-dessus  des  testi- 
cules et  en  les  tordant  ;  ensuite  on  remonte  les  testicules  Jusqu'au 
▼entre,  et  enfin  on  fait  une  ligature  au-dessus  des  bourses  pour 
empêcher  que  les  testicules  ne  retombent»  et  on  llUsse  la  ligat^ 
pendant  plusieurs  Jours  ;  c^est  ce  qu^on  appelle  bisioumer  ou 
tourner.  Cette  opération  se  fait  sur  les  béliers  trois  mois  avant  de 
les  tuer.  »  Dawbnton. 

14.  «  On  connaît  qu'une  brebis  est  près  de  mettre  bas  par  le 
gonflement  des  parties  naturelles  et  du  pis,  qui  se  remplit  de  lait, 
et  par  un  écoulement  de  sérosité  et  de  glaires,  qui  sortent  des 
parties  naturelles  et  que  les  bergers  appellent  les  mauUiures.  » 

DAVBKKTOtf. 

15.  La  brebis  qui  vient  de  mettre  bas  ou  qui  est  sur  W 
point  de  mettre  bas  est  appelée  : 

BREBIS  MÈRE,  BREBIS  PORTIÂRB,  f,  français. 

BREBIS  CALiÈRB,  f.  uormiuid,  DclbouUe. 
A6NÈRE,  f.  Bayonne,  Lagravère. 
AGNELAOO,  f.  languedocien,  Azals. 
LÉTSNNÈ,  f.  wallon,  Grandgagnage. 

16.  De  la  brebis  qui  met  bas,  on  dit  : 

▲GNELBR,  français. 

AGNEUL,  Bas  Valais,  Gilliéron. 

AONELLA,  Toulouse,  Poumarède. 

A6N1RA,  béarnais,  Azals. 

AiNBLER,  patois  gallot,  com.  par  M.  P.  SébUlot. 

IGNBLER,  Centre,  Jaubert. 

OGNBUL,  Tulle^  Béronie. 

(t)  Bn  picard,  aostsa-MUàtrt  sigoifle  bélier  chAtré.  Bonthors,  Otosseire. 


ovis  ARiEs.  1;^ 

-  ■    ♦ -  ■ 


CALBR,  normand,  DelbouUe. 

Synonymes  étrangers  : 

redà,  Frioul.  —  Un,  anglais.  —  Lamman,  allemand. 

Le  part  de  la  brebis  est  appelé  : 

\gnelagb,  m.  français. 

IGNBLAGB,  IGNAGB,  m.  Beauce,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

Synonyme  : 

fttara,  latin. 

17.  «  Quand  une  mère  brebis  refuse  d*allaiter  son  agneau,  on 
lui  donne  le  nom  d'éjonne.  Ce  mot  suivant  les  Solognots  signifie 
marâtre.  »  Sologne,  Légibr. 

18.  «  La  brebis  qui  se  laisse  téter  paf  un  agneau  autre  que  le 
sien  est  dite  magneiro,  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fbsqubt. 

19.  Des  bêtes  à  laine  qui  font  entendre  leur  cri,  on  dit  : 

BABLER,  ancien  français,  Littré,  Supplément 

BÊLBR  (1),  français. 

BÊLA,    Toulouse,    Poumarède.  —    Creuse,    communiqué    par 

M.  F.  Vincent. 
BiOLA,  Quercy,  Azaïs. 
BiULÀ,  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 
BÉÉRAR,  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
BLER,  Centre,  Jaubert. 

Synonymes  étrangers  : 

BX7)x3adat,  6X7)xeTadat,  MTixSadat,  grec  ancien.  —  Balare,  latin.  — 
Belare,  ital.  ^  Balar,  esp.  —  BlSken,  Meckem,  ail.  —  Blaeten,  holl. 

L'action  de  bêler  est  appelée  : 

BÊLBMENT,  m.  français. 

(1)  A  Bouilly  (Loiret),  bêler  s*emproie  souvent  dans  le  sens  de  pleur^ 
nicher^  criailler^  et  on  appelle  ordinairement  bélard,  un  enflsuit  qui 
pleure.  — >  Communication  de  M.  J.  Poquet* 


128  OVIS  ARÎBS. 


BBLAifBNT,  m.  languedocien,  Azals. 

Synonymes  étrangers  : 

M-fyLy\,  M7)xaff(A^,  BXvjxi^»  BX'i^y\[kaL,  grec  aneien.  —  Bltetiiiff,  holl. 
—  Labàlib,  arabe. 

20.  La  voix  des  bétes  ovines  est  ainsi  interprétée  : 

Biî  1  BÉ  !  (1)  français.  —  Ancien  provençal,  Raynouard,  etc. 

Ma'  I  uÉ  I  Hérault,  Mohtel  et  Lambert,  p.  489. 

MÉ  I  MA  !  Languedoc,  Bev.  des  langues  rom.^  avril  1873,  p.  299. 

Synonymes  étrangers  : 

Be  I  bat  ital.  —  Bébé  t  ital..  Banfi.— B«bal  ital.,  Banfi.-^  Bèebèe  t  mUan., 
Banfl.  —  Bè  f  piém.,  Zalli.  *-  Bée,  Brescia,  Melchiori. 

On  lit  dans  Varron,  II,  de  Re  ntstîcâ^  cap.  I.  :•  Voxea- 
rum  non  me  sed  bee  sonare  videtur.  >* 

21.  Pour  appeler  tes  moutons  on  leur  dit  : 

TiAi-BAi  t  Montbéliard,  Contejean. 

BRRR  !  BRRR  1  Rozoy-^n-Brie  (Seine-et-Marne),  communiqué  par 

M.  Jjeclerc. 
BRRR  I  BRRR  I  TA-Â  I  TA-À,  Suisse  romande,  Blavignac. 
TAi  !  TAi  !  (quand  on  a  quelque  chose  à  leur  donner),  idem, 
BERi-BBRi  !  ou  BBROU-BBROU  I  languedocien,  Azals. 
KYÈTA I  Bas  Valais,  Gilliéron. 

22.  Les  crottins  des  bêtes  ovines  sont  appelés  : 

QUBTOLBS,  pi.  fribourgeois,  Grangier. 
PBTOLBSf  pi.  vaudois,  Grangier. 
BBLBOO,  /.  languedocien,  Azaïs. 

23.  Des  bétes  ovines  qui  donnent  des  coups  de  tête,  on 
dit: 

« 

TOQUER,  GOTTBR,  Auuis,  L.  £.  Meyer. 

w 

(t)  D*o(l  liélié  se  mouton  (terme  ei^antin).  —  Dans  le  langage  enfànti 
un  nentOB  s'appelle  aussi  un  Buratwi-bé. 


OVIS  ARI£S.  129 


TOUQUAi,  Poitou,  Lalannè. 

TUTA,  fribourgeois,  Grangier. 

GOSSER,  français,  Duez. 

CATSA  (^),  arrond.  de  Brive,  coiù.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

DOGUER,  Morvan,  Chambure. 

OOUPBR,  Côtes-du-Nord,  P.  Sébillot.  Contes  des  paysans ^    1881, 

p.  266. 
TSURBR,  Centre,  Jaubert. 
TRUCA,  Toulouse,  Poumarède. 
TUMA,  HA  A  LA  TUMB,  Laudes,  de  Métivier. 

Synonymes  étrangers  : 

Arietare,  lat.  —  Gouare,  Fare  a'  coui,  ital.  —  Marrar,  port.  -^  Imbarbec, 
roumain,  Cihac. 

24.  Toute  la  laine  d*un  mouton  se  tient  ensemble  et 
forme  ce  qu'on  appelle  : 

UEUS  DE  MOUTON,  ancien  français,  Duez. 

Aous,  m.  Toulouse,  Poumarède. 

AUSE,  champenois,  Diez. 

CDU,  Touïjou,  arrond.  de  Brive^  çom.  par  M.  0.  de  Lépinay. 

TOISON, /.  français. 

COTTE  Di  LAINE,  f.  wallon,  Graudgaguage. 

Synonymes  étrangers  : 

Me7(y(y  grec  mod.  —  YelloB,  Zalea,  Zamarro,  «sp.  —  Bina,  roumain, 
Cihac.  —  Rono,  russe,  polonais.  —  Ronno,  tchèque. 

25.  Le9  mèches  séparées^  provenant  du  ventre,  des 
cuisses  et  de  la  queue  qui  fournissent  une  laine  de  qualité 
inférieure  sont  appelées  : 

TIERCE-LAINE,  /*.  FLOCONS,   m,  pL  LOQUETTES,  A  pi,  RETAILLES,  f. 

pl,  français. 
PLOCS,  m.  pL  Toulouse,  Poumarède. 
BouRLious,  m.  pi  arrond.  de  Brive,  communiqué  par  M.  G.  de 

Lépinay. 
lÊGOUAiLLES,  f.  pL  arrond.  de  Montargis,  C.  E.  Boyer. 

(^)  A.  un  bélier  qu'on  veut  exciter  h  heurter  on  crie  catsou!  arrond. 
^^  Brive,  G.  de  Lépinay.  —  On  appelle  catsaïr^  le  bélier  qui  a  le  défaut 
•^^  vouloir  Câtoa  continuellement.  Idem. 

9 


190  OVIS  ARIBS. 


26.  «  I^  jarre  est  on  poil  dur  et  ioisant  qui  ne  prend  point  la 
teinture  et  qui  se  mêle  en  plus  ou  moins  grande  quantité  avec  la 
iaiuc  qu'il  détériore.  Le  vice  des  bétes  jarreuses  vient  de  race,  de 
mauvaise  nourriture  ou  de  maladie.  » 

27.  La  graisse  jaunâtre  qui  est  sécrétée  naturellement 
par  la  peau  des  moutons  est  appelée  : 

SUINT  ('),  m.  français. 
SURXE,  Toulouse,  Poumarède. 

28.  La  laine  qui  n'a  pas  été  dégraissée,  qui  n*a  pas 
subi  l'opération  du  dessuintage  est  appelée  : 

LAINE  EN  SUINT,  LAINE  SCR6E,  f,  français. 

LANO  suRxo,  f,  Toulouse,  Poumarède. 
CRÀMONÉ,  ^aUon,  Grandgagnage. 

29.  «  Il  y  a  trois  manières  d'engraisser  les  moutons.  L^ane  est 
de  les  faire  pâturer  dans  de  bons  herbages  ;  c'est  ce  que  Ton  appelle 

V engrais  cTherhe  ou  la  graisse  cTherhes.  L'autre  manière  est  de 
leur  donner  de  bonnes  nourritures  au  râtelier  et  dans  des  auges  : 
c'est  Vengrais  de  poiiture  ou  la  graisse  sèche,  la  graisse  produite 
par  des  fourrages  Secs.  La  troisième  manière  est  de  commencer 
par  mettre  les  moutons  aux  herbages  en  automne,  et  ensuite  à  la 
pouture.  »  Daubenton. 

30.  La  personne  qui  garde  à  la  maison  ou  conduit  aux 
champs  les  bêtes  ovines  est  appelée  : 

berger,  m.  bergère,  f,  français. 

PASTRE,  m.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

MAJOURAU,  m.  (maître  berger),  langued.,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

GOUJAR,  m.  (aide  berger),  langued.,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

BASSivjÉ,  m.  (berger  en  second),  lang.,  com.  par  M.  P.  Fesquet 

BARZi^  m.  BARZIRE,  f,  Sallanches  (Haute-Savoie),  communiqué 

par  M.  Ducrey. 
COUASSIÉ,  m,  (b.  des  agneaux),  lang.,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
BAI  le  des  ABEHIÉ3,  m.  (maître  berger   qui   conduit  plusieurs 

troupeaux  sur  les  montagnes  pendant   la  saison  d'été), 

languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

(t)  Sur  rétymologie  de  suint  voy.  Bull,  de  la  Soc,  de  Ling,,  mai  llSTf. 


<mil  ARIES.  isi 


PASTOURBL,  PiLHART,  m.  (berger  e^  second),  cévenol,  Azaïs. 
AOUiLLÉ,  m.  (berger  de  brebis),  Bayonne,  Lagravère.—  Landes, 

de  Métivier. 
AOUILLÉRE,  f.  (bergère  de  brebis),  Bayonne,  Lagravère. 
MOUTOUé,  m.  (gardeur  de  moutons).  Landes,  de  Métivier. 
MOUTONNIER*  m.  (conducteur  de  moutons),  Beauce,  communiqué 

par  M.  J.  Poquet. 
MORNiER,  m.  argot,  Haibert  d^Angers. 

Synonymes  étrangers  : 

Aomblirikt,  sanscrit.  —  Pecori^o,  ital.  --Pegrar,  Parme,  Mal.  —  Picnram, 
sicil.  '^  Pegnrelro,  port.  —  Manzarar,  Pecnrar,  roumain,  cihac.  —  Rerbecar 
(gardien  des  béliers),  roumain,  Cihac.  —  Mielar  (gardien  des  agneaux), 
roumain,  Cihac.  —  Pakular,  hongrois. 

31.  L*étable  à  brebis  est  appelée  : 

RERGERIE^/.  RERCAIL,  m,  français. 

BREGiL)  m.  Plancher-les-Mines,  Poulet. 

BARGÈsiE,  f,  Beauce  et  envlr.  de  Pithiviers,  c.  par  M.  J.  Poquet. 

BERBISBRIB,  f.  Montbéllard,  Contejean. 

MORNANTB,  f.  SLVgot,  Halbcrt  d^Angers. 

80UT,  breton  armoricain. 

Synonymes  étrangers  : 

Orejeria,  Majada,  espagnol.  —  Oierie,  A  roumain,  cihac. 

32.  On  nomme  parcage  le  séjour  que  Ton  fait  faire  à  un 
troupeau  de  moutons  sur  une  surface  de  terrain  clos  où 
il  passe  la  nuit.  On  parque  les  moutons  par  raison  de 
santé  et  pour  profiter  de  Tengrais  qu'ils  laissent  sur  le 
soi.  Ce  terrain  clos  est  appelé  : 

PARC,  m.  français. 

PARGUÉ,  m.  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
PARGUE  0)f  m,  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
vÉLiRE,  f.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

Synonyme  étranger  : 

Tirla  (S)  dt  oi,  roumain,  Cihac. 

0)  D'où  pargado  =  une  parquée.  Fesquet. 

(i)  IKeCi  tivfitc,  tlrltse  »  faire  parquer  les  moutons.  Cihac. 


192  OVIS  ARIB8. 


33.  La  cabane  portative  du  berger  est  appelée  : 

BRESSO,  FOUR  ADO,  f,  languedocien^  com.  par  M.   P.  Fesquet. 
GODOUER,  breton  armoricain. 

34.  La  houlette  est  un  bâton  de  cinq  à  six  pieds  de  hauteur, 
terminé  au-dessus  par  un  fer  qui  a  la  forme  d'une  petite  bôche,  et 
au-dessous  par  un  crochet  recourbé  en  haut.  On  peut  mettre  le 
crochet  à  côté  du  fer  plat,  et  alors  il  doit  être  recourbé  en  bas.  Le 
fer  plat  de  la  houlette  sert  à  lancer  de  la  terre  près  des  moutons 
qui  s*écartent  du  troupeau,  pour  les  faire  retourner.  Le  crochet 
sert  pour  saisir  les  moutons  en  les  accrochant,  et  en  les  arrêtant 
par  une  des  jambes  de  derrière. 

La  houlette  est  appelée  bensiîh  en  béarnais,  selon  Azaïs. 

Synonymes  étrangers  : 

Pednm,  latin.  ^  Cayado,  espagnol. 

35.  Quand  par  suite  dé  la  chaleur  les  moutons  ne 
veulent  plus  marcher  et  qu'ils  se  pressent  les  uns  contre 

les  autres  en  mettant  leur  tête  entre  les  jambes  on  dit 
que  le  troupeau  est  : 

AGHALEURiî,  français. 

ACAOUMAT,  Toulouse,  Poumarèdc. 

GHAUDROUX,  ACHAOUDRÉ,  Deux-Sèvres,  com.   par  M.  B.  Souche. 

36.  «  Sereiner  les  ouailles  =  faii*e  paître  les  brebis  à  la  rosée 
du  soir  pour  les  engraisser.  » 

Centre  de  la  France,  G.  Sand.  Jeanne  (roman). 

37.  PATHOLOGIE  OVINB. 

BOUCHINS,  m.  pi.  —  Éruption  de   boutons  qui  vient  sur  les  lèvres 
des  agneaux.  Alpes  cott.,  Chabrand  et  Rochas. 

CATARRHE.  —  Le  Catarrhe  des  moutons  est  appelé  gramougno, 

Arrond.  de  Brive.  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

CLAVEAU  ou  CLAVELÉE.  —  On  appelle  ainsi  la  petite  vérole  du  mouton, 
caractérisée  par  des  boutons,  qui  se  montrent  sur  toutes 
les  parties  du  corps,'  principalement  là  où  la  peau  est 
fine,  à  la  face  interne  des  membres,  sous  le  ventre,  etc. 


OVIS  ARIES.  133 


Le  bouton,  d'abord  rouge,  blanchit,  suppure  et  se  des- 
sèche en  une  croûte  noire,  qui,  après  la  chute,  laisse 
une  marque  sur  la  peau,  quand  Tanimal  ne  meurt  pas  ; 
maladie  très  contagieuse. 

Synonymes  : 

Rougeole,  Tarlole,  Térole,  françai:^.  —  Kienvé,  Pays  messin.  —  Picote,  A 
Toulouse,  Poumarède.  --  Piffoto,  Vivarais. 

DYSSBNTBRIE.  —  La  dyssenterie  des  moutons  est  appelée  latsado, 

Arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

ENFLURE  ou  MÉTÉORiSATiON.  —  Maladie  des  moutons  qui  pâturent 
sur  des  trèfles  ou  luzernes  pendant  la  rosée  ou  la  pluie, 
quand  Therbe  est  humide,  en  un  mot.  Lorsque  les  herbes 
aqueuses  ou  couvertes  de  rosée  sont  en  trop  grande 
quantité  dans  la  panse,  elles  la  font  enfler  au  point  de 
rendre  Tanimal  plus  gros  qu'il  ne  devrait  être,  et  lui 
donnent  le  mal  qu'il  faut  appeler  colique  de  panse  :  on 
le  nomme  ordinairement  écouffure^  enflure^  enflure  de 
vents,  fourhure^  gonflement  de  vents,  etc.  Alors  le 
mouton  reste  debout  sans  manger  ;  il  souffre,  il  s*agite  ; 
sa  respiration  est  gênée  ;  il  bat  des  flancs.  Lorsqu'on 
frappe  le  ventre  avec  la  main,  il  sonne  sans  que  Ton 
entende  aucun  mouvement  d'eau.  Enfln  les  animaux 
attaqués  de  ce  mal,  tombent  et  meurent  suffoqués,  quel- 
quefois en  grand  nombre.  Daubenton. 

ENGOBBÉ.  — >  Un  agneau  est  engohhé  lorsqu'il  a  avalé  de  la  laine 
qui  forme  dans  la  caillette  des  pelottes  que  les  bergers 
appellent  des  gobbes.  Ces  pelottes  peuvent  empêcher  la 
digestion.  Daubenton. 

FOURGHET,  m.  —  Maladie  du  pied  des  moutons  qui  les  fait  boiter. 

MALADIE  TREMBLANTE,  /.  —  Maladie  de  la  moelle  épinière  chez  les 
béliers,  ainsi  nommée  dans  Tarrond.  de  Montargis. 

C.  E.  Roter. 

MALASSAIN,  m.  —  La  fabre,  maladie  appelée  malassain  dans  le 
département  de  Tlndre,  ressemble  beaucoup  au  tournis^ 
mais  ses  effets  sont  bien  plus  prompts. 

Dr  Barran^is.  Traité  d^agriculture. 


184  0VI8  ARIfiS. 


MUGUET  OU  CHANCRE,  m.  —  Maladie  qui  se  développe  dans  la  bouche 
des  agneaux  malingres.  Est-ce  la  même  que  les 
houchins  f 

NOIR  MUSEAU.  —  Maladie  de  la  peau,  espèce  de  dartre,  qui  a  son 
siège  au  nez  des  moutons.  Le  noir  museau  gagne  le 
chanfrein,  la  tête  et  d^autres  parties  du  corps,  lorsqu'on 
néglige  d'y  porter  remède. 

Synonyme  : 

Bêcqnat,  Falaise,  Associât,  pour  les  progrès  de  Vagric,  dans  Varrond. 
de  Falaise,  1S35. 

néTiN.  —  Maladie  particulière  au  mouton.  Le  piétin  se  déclare  aux 
pieds  ;  il  fait  décoller  partiellement  les  onglons  ;  quel- 
quefois même  il  provoque  la  chute  de  ses  enveloppes 
cornées,  et  cause  de  grands  levages  dans  les  troupeaux. 
Les  praticiens  sont  généralement  d'accord  sur  les  pro- 
priétés contagieuses  du  piétin  ;  aussi  recommandent-ils 
d'isoler  les  animaux  malades,  et  de  ne  jamais  les  laisser 
dans  le  troupeau  lorsqu*on  s*aperçoit  qu*ils  boitent. 

Synonyme  : 

LOR  nud  blan,  Brive,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

POURRITURE,  /.  —  On  appelle  ainsi  la  cachexie  aqueuse  des 
moutons. 

Synonymes  : 

LoR  gamon,  lo  bontillo,  arroud.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay.  — 
Ooolot,  bonteille,  Franche-Comté,  Bonnet. 

On   appelle    entec,  dans  les  Landes,  une  maladie  des 
moutons  analogue  à  celle  appelée  pourriture. 

De  Métivier. 
SANG  DE  RATE.  —  Certaine  maladie  des  moutons. 

Synonyme  : 

Mal  ronxe,  Toulouse,  Poumarède. 

TAC  ou  GALE.  —  Maladie  contagieuse  qui  fait  tomber  la  laine  sur 
toutes  les  places  où  les  boutons  se  développent,  et  ce 
sont  ordinairement  les  plus  garnies  de  laines,  ce  qui 
cause  une  perte  irréparable  aux  cultivateurs. 


OVIS  ARIBS.  195 


Synonymes  : 

Rtade,  Raude,  Reade,  allemand.  —  Besmettiog,  Schaape  ilekte,  hollandais. 

Est-ce  cette  maladie  que  les  latins  appelaient  mentigo  ? 
«  Mentigo,  la  gale  des  agneaux  :  est  etiam  mentigo 
quam  pastoi'Cjj  ostiginem  vocant,  moi'tifera  lactantibus, 
«*c.  Colum.  7.  5,  21.  »  Freund.  Lat,  Woert. 

TOURNIS,  m.  —  Le  tournis  est  une  maladie  dos  agneaux,  due  à  la 
présence  d'un  ver  nommé  hydatidc,  entre  les  os  du 
crâne  et  le  cerveau  qu'il  comprime,  ce  qui  occasionne 
des  vertiges  et  étourdissements,  etc. 

Synonymes  : 

iTertiii,  tonmoiemeiit,  vertigo,  rrancais.  —  Taaroit,  m..  Franche-Comté, 
Bonnet.  —  Lourdine,  f,  Solo^^ne,  I.a  Buzonnière.  Les  Solonais,  t.  II,  p.  22.  -~ 
Ktourdisson,  /.  normand,  Mém.  de  la  Soc.  vétér.  du  Calvados  et  de  la 
Manche,  1830,  p.  52.  —  Toarbé,  m.  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de 
Lépinay.  —  Idatide,  Yertiffine,  ital.  —  Balordôû,  Parme,  Mal  —  Fagarire,  f. 
Hesftig,  m.  roumain,  Cihac. 

Un  mouton  sujet  au  tournis  est  dit  :  Lôr,  Morvan, 
Chambure.  —  Lourd,  Beauce  et  Gâtinais,  com.  par 
M.  J.  Poquet.  —  Bazin,  Centre,  Jaubert.  —  Foourt  {Fo- 
ourdo  en  parlant  de  la  brebis),  Rouergue,  Romania,  VIII 
398.  —  Fou  (on  dit  ironiquement,  saghe  c'me  in  ignâ 
fou),  Saintonge,  Jônain.  —  Neschi  (proprement  fou)^ 
arrond.  de  Brive,  comm.  par  M.  G.  de  Lépinay.  —  Tour^ 
niss,  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

VERTIGE,  m.  —  Maladie  qui  ressemble  au  tournis  (0,  mais  qui  a  des 
conséquences  moins  désastreuses. 

«  On  appelle  bestiaux  tour  des  ceux  qui  ont  le  vertige. 
Le  vertige  est  familier  aux  bêtes  à  laine  qui  se  gorgent 
de  raifort  sauvage  et  d'ivraie.  »       Cantal,  Brieude. 

38.  «  On  appelle  cap   de  marrou  (tête  de  bélier),  un    homme 
bourru,  grossier,  toujours  prêt  à  frapper.  »  Béarn,  Lbspt. 

%•  «...  Il  baissa  la  tête  à  la  façon  des  brebis  quand  il  pleut.  » 

Balzac.  Pierre  Grassou, 

(0  On  rappelle  même  quelquefois  tonraii. 


136  OVIS   ARIES. 


40.  «  Ouaille  cornue,  vache  pançue  —  ne  la  change  et  ne  mue.  » 

—  Parce  qu'elles  sont  les  meilleures. 

Proverbe  ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 

41.  «  Oh  dit  d'une  tête  frisée  qu'elle  est  moutonnée,  » 

Locution  française. 

«  On  dit  d'un  enfant  frisé  qu'il  est  quetouné  comme  un  mouton 
mérinos.  »  Beauce,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

«...  C'était  un  ben  doux,   un  ben  parfait    monsieur,   quasiment 
joli,  moutonné  comme  une  flUe.  »       Balzac  Eugénie  Grandet, 

4SI,  «  To  make  sheep's  eyes  at  a  person.  »  —  To  cast  amorous 
glances  towards  one  on  the  sly.        Locution  anglaise,  J.  G.  H. 

43.  «  La  brebis  bêle  toujours  de  la  même  manière.  »  —  La 
nature  d'un  méchant  ou  d'un  sot  ne  change  pas. 

Proverbe  français. 

€  Li  berbis  bêle  todi  de  Tmême  manlre.  » 

Wallon,   De  JARDIN. 

44.  «  Maie  pasture  fet  maie  berbit.  » 

Proverbe  ancien  français. 

45.  «  Dammi  a  manciari  •*  ca  ti  fazzu  arrichiri.  » 

Sicile,  PiTRÈ. 

46.  «  On  dit  communément  d'un  repas  où  l'on  ne  boit  pas  ;  c*est 
un  repas  de  brebis,  »  —  Les  brebis  peuvent  rester  plusieurs  joui*s 
sans  boire. 

47.  «  I  couris  coumo  fedos  à  la  sau.  » 

Languedoc,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

48*  «  Pecura  salata  ^-  pecura  sanata.  »  Sicilien,  Pitre. 

49.  «  Pecora,  che  non  gira,  non  pascerà.  »  —  L'uomo  forzato  a 
star  in  casa  è  miserabile  per  forza.      Arabe  maltais,  Vassalli. 

50*  «  Pecora  che  non  taglia  coi  suoi  denti  l'erba,  non  farà  latte.  » 

—  Detto  sul  vantaggio  che  il  pascolare  nel  campo  apporta  agli 
animali,  a  paragone  del  pascolo  dato  nella  stalla.  Anche  s'applica 
per  quel  che  mancano  de'  denti  necessarii. 

Arabe  maltais,  Vassalli. 


OVIS  ARIES.  137 


51.  «   Fedo  goulardo  —  cap  polado.  »  —  Brebis  gourmande, 
pelée  de  la  tête.  Rouergue,  Duval. 

52.  «  Brebis  qui  bêle  perd  sa  goulée.  »     Proverbe  français. 

«  Pendant  que  le  berbi  bra,  elle  pé  se  golaye.  » 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

«  Fedo  que  bialo  perd  un  moucèl.  » 

Languedoc,  com.  par  M.  P.  Fesqubt. 

«  Pecora  che  bêla,  perde  il  boccone.  »  Italien. 

«  La  pecora  per  far  hè,  perde  il  boccone.  »  Italien. 

«  La  piegora  che  sbeca,  perde  il  bocon.  »  Vénitien. 

«  Ovelha  que  berra,  boccado  perde.  »       Portugais,  Pereyra. 

«  Oveja  que  bala,  bocado  pierde.  »  Espagnol. 

«  Weun  dieSchafe  blôkeu,  fàllt  ihnendasFuttera,usdemMaule.  » 

Allemand. 

«  Als  het  shaap  blaat,  is  het  een^  beet  kwijt.  »      Hollandais. 

«  Every  time   the  sheep  bleats  it  loseth  a  mouthful.  » 

Anglais. 

53.  «  Eenjong  oi  en  een  oude  ram,  daar  komt  jaralijks  een  lam 
van.  »  —  Jeune  brebis  et  vieux  bélier,  une  progéniture  tous  les 
ans.  Proverbe  hollandais. 

54.  «  Lous  poulits  cabrits  vènou  des  boucs  jouves,  lous  poulits 
agnèls  de  vielhs  arets.  »  —  De  jeunes  boucs  beaux  chevreaux,  de 
vieux  béliers  beaux  agneaux. 

Proverbe  languedocien  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

55.  «  Tout  so  qui  ey  a  la  cour,  qu'ey  deu  marron.  »  —  Tout  ce 
qui  est  au  bercail  est  du  bélier.  Is  pater  est  quem  nuptiœ  démons- 
trant,  Béarn,  Lespy. 

56.  «  Agnèl  nascut  —  vau  un  escut.  » 

Languedocien,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

57.  «  ...  Traité  à  gogo  comme  un  aigneau  sous  la  mamelle.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français, 

58.  «  L'agnello  humile  succia  le  mammelle  délia  propria  madré 
e  Taltre  ancora.  »  Italien,  Pescetti. 

Cf.  Ci-de88«8,  p.  58,  S  179. 


138  OVIS  ARIBS. 


59.  «  Brebis  par  trop  apprivoisée  —  de  chacun  aignel  est  tet- 
tée.  »  Proverbe  ancien  français. 

«  Pedo  oppribobado  ^-  de  trouop  d'oniels  es  tetado.  » 

Rouergue,  Duval. 

«  Fedo  «{^Ivadado  —  de  trop  d^agnels  es  tedado.  » 

Languedocien,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

«  La  oveja  mansa,  cada  cordero  kk  marna.  »    Prov.  espagnoL 

60.  «  God^s  lambs  will  play.  »  —  An  apology  for  notons  yonth. 

Norfolk,  Glyde  ,  p.  149. 

61.  «  D^une  femme  qui  a  de  petits  pieds  on  dit  qu^elle  a  des 
pieds  de  mouton.  »  Locution  française. 

62.  «  Coursie  =  course  des  moutons  occasionnée  par  une  ter- 
reur soudaine.  »  Patois  picard,  Bouthors. 

63.  «  On  appelle  pont  des  ouiUes  un  tronc  d'arbre  grossièrement 
équarri  que  Ton  met  sur  les  petits  ruisseaux  pour  que  les  brebis 
passent  à  pied  sec.  Ce  pont  est  très  étroit,  mais,  grâce  à  la  peti- 
tesse de  leurs  pieds,  elles  y  passent  aisément.  » 

Allier,  communiqué  par  M.  Ern.  Olivier. 

64.  «  Demander  un  mouton  à  cinq  pattes.  »  —  Demander  quoi- 
que chose  d'impossible.  Proverbe  français. 

«  Cerquo  cinq  pez  en  un  mouton.  »  Provençal  moderne. 

«  Gercar  cinque  piè  al  montone.  »  Italien. 

«  Voler  trovare  il  quinto  piè  al  montone.  »  Italien. 

65.  L'engrais  fourni  par  les  moutons  est  précieux 
pour  l'agriculture. 

«  La  piegora  ga  Toro  soto  la  coa.  »  Venise,  Pasqualigo. 

«  La  piegora  xe  benedcta  nal  culo-e  maledéta  ne  la  boca.  » 

Venise,  Pasqualigo. 

«  La  piegora  saria  bona  se  la  gavesse  la  boca  in  montagna  e 
1  culo  in  campagna.  »  —  Il  sue  dente  è  fatale  aile  plante. 

Venise,  Pasqualigo. 

66.  «  On  dit  de  propos  décousus  qu^ils  se  tiennent  comme  des 
crottes  d*ouailles  sur  un  bâton.  » 

Poitou,  L.  Desaivrb.  Croyances,  etc. 


0VI8  ARIBS.  139 


67*  «  On  dit   à  un  enfant  qui  ne  se  mouche  pas  :  Mouche-toi 
donc,  petit  cochon,  t^as  le  nez  aussi  sale  que  le  cul  d*un  gandin.  » 

Loiret  ;  Eure-et-Loir,  com.  par  M.  J.  Poqubt. 

68.  «  11  n^a  ni  béte  qui  pète  {dne  ou  cheval)^  ni  bête  qui  étemue 
(brebis)  ou  qui  urine  ça  et  là  {chèvre),  »  —  C.-à-d.  :  il  n'a  rien. 

Arabe,  Kazimirsri. 

«  Laysa  lahu  nâtihun  wa  là  khâbitun.  »  —   He  has  neither  what 
butta  (butting  ram)  or  stumbles  (carnet),  Arabe,  Johnson. 

69.  «  Agora  que  tenho  ovella  e  borrego  todos  me  dizem  :  venhais 
embora,  Pedro.  »  Portugais,  Pbrbyra. 

70.  «  Pour  Tamour  du  buisson  va  la  brebis    à  l'arbre.  »  —  Ce 
n'est  pas  un  amour  désintéressé. 

Proverbe  du  xv»  siècle,  Leqoux  de  Lincy. 

71.  «  Es  ist  ihm  nicht  um's  Schaf,  sondern.  um  die  WoUe.  »  — 
Se  dit  par  exemple  de  celui  qui  épouse  une  femme  vieille  ou  laide 
mais  riche.  Proverbe  allemand. 

72.  «  Il  ne  jette  pas  les    épaules  de   mouton  (toutes  rôties)  par 
les  fenêtres.  »  —  Il  est  loin  d'être  prodigue,  c'est  un  avare. 

Proverbe  français. 

Cf.  le  prov.  «  Il  n'attache  pas  ses  chiens  avec  des  saucisses,  n 

73.  «  ...    Una    opéra   adligem   fugitivam  canem  agninis  lac- 

tibus.  »  — >   Autant  vaudrait   attacher  avec    des  tripes  d*agneau 

^  chien  qui  veut  s'enfuir. 

Plautb.  FseudoluSn  I,  3,  331. 

'^«  «  On  dit  de  ceux  qui  puent  par  les  aisselles  ç[uHls  sentent 
^^paule  de  mouton,  » 

Loc.  française,  Lbroux.  Dict,  comique, 

'O.  «  One  shoulder  of  mutton  draws  down  another.  »  —  L'appé- 
'^  ^ient  en  mangeant.  Proverbe  anglais. 

^Q.  «  Une  tète  de  mouton  est  une  bisque  de  gueux.  » 

Leroux.  Dict.  comique, 

«  Sages  houme  prent  motoun  —  en  liu  de  veneisoun.  » 
Ane.  franc.,  Leroux  de  Lincy.  Appendice  n*  2. 

Chi  si  parte  del  castrone,  si  parte  délia  ragione.  » 

Italien,  Pbsgbtti. 


140  OVIS  ARIBS. 


«  Coscie  di  poUastri,  aie  di  capponi  e  spalle  di  castroni,  questi 
son  trè  buon  bocconi.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Se  volasse  il  castrone  sarebbe  migliore  del  cappone.  » 

Italien. 

78.  «  Queijo  de  ovelhas  —  leite  de  cabras  —  manteiga  de 
vaccas.  »  —  Fromage  de  brebis,  lait  de  chèvre  et  beurre  de  vache. 

Portugais,  Perbyra. 

79.  «  Têtu  comme  un  beiller  (bélier),  » 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

«  Têtu  comme  un  mouton.  » 

Berry,  G.  Sand.  Les  Maîtres  sonneurs, 

«  Très  cosas  sunt  reversas  iu  su  mundu,  s^arveghe,  s^ainu  et  i  sa 
femina.  »  —  Tre  cose  sono  testarde  nel  mondo,  la  pecora,  Pasino  e 
la  donna.  Sardaigne,  Spano. 

80.  Eine  Katze,  ein  Bûffel,  ein  Widder,  eine  Krâhe  und  ein 
Feigling  werden  mâchtig,  wenn  man  ihnen  Zutrauen  schenkt  ; 
darum  ist  Zutrauen  hier  nicht  am  Platze.  » 

Sentence  sanscrite,  Bobhtlingk. 

•   81.  «  Doux  comme  un  agneau  ou  comme  un  mouton.  » 

Locution  française. 

«  Faire  la  brebis.  =  Faire  le  chien  couchant.  » 

Breton,  Sauvé. 

«...  Je  suis  doux  comme  un  mouton  qui   n^a  jamais  été  tondu.  » 

P.  DE  KocK.  Taquinet  le  Bossu  (roman). 

«  ...  Il  me  parle  avec  un  ton  à  donner  des  crises  de  nerfes  à  un 
agneau.  »  Gazette  des  Tribunaux^  31  octobre  1835. 

«...  J'avais  pour  blanchisseuse  une  femme  appelé  la  Lorraine,  la 
brebis  du  bon  Dieu.  »         Eugène  Sue.  Les  Mystères  de  Paris. 

82.  «  C^est  un  agneau  hors  du  logis  et  un  loup  à  la  maison.  »  — 
Se  dit  d'un  homme  qui  garde  toutes  ses  amabilités  pour  les  étran- 
gers. Proverbe  français. 

83.  «  Laesa  etiam  répugnât  ovis.  >» 

Locution  latine,  Propergb,  2,  5,  20. 

«  Quand  brebis  enragent,  elles  sont  pires  que  des  loups.  » 

Proverbe  français,  Feraud. 


OVIS  ARIBS.  141 


«  Lou  mouton  a  bout  de  passiensa  fenisse  de  veni  enrabiat.  » 

Nice,  TosELLi. 

84.  «  Agnel  =  imbécile,    sot.  » 

Arrondissement  de  Brive,  corn,  par  M.  G.  de  Lépinat. 

«  On  appelle  tête  de  boirhi  un  esprit  faible.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

41  Béquio  coumo  V  oueilho.  =  Bête  comme  une  brebis.  » 

Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

Les  mots  italiens  montone^  castrone,  pecorino,  pecorone,  ont  le 
sens  de  niais,  sot,  stupide  et  castroneria,  pecoraggine^  peeoreccio 
signifient  bêtise,  ineptie, 

«  Studiare  il  pecorone.  »  —  Ëssere  ignorante.  Italien. 

«  Scempio  come  una  pecora.  »  —  Simple  comme  une  brebis. 

Italien,  Duez. 

«  So  dumm  wie  ein  Schaf.  »  Allemand. 

BXtix<»>5iiç  =  sot,  niais.  »  Grec  ancien. 

'  •  -  ♦   » 

85.  «  Se  laisser  manger  la  laine  sur  le  dos.  » 

Proverbe  français. 

86.  «  Faret  bâr   icke  uUen  at     sig  ^elft.  »   —   Sic   vos   non 
vobis.  Proverbe  suédois. 

87.  «  On  tond  une  brebis,  Tautre  attend  son  tour.  » 

Proverbe  russe,  Elém.  de  la  langue  russe ^  1791. 

«  Ein  Schaf  scheert  man^  und  das  andre  zittert. 

Proverbe  lithuanien,  Sculbicher. 

88.  «  On  ne  tond  que  les  moutons.  »         Wallon,  Dejardin. 

89.  «  ...  Je  sçay  qu^elles  ont  tondu   le   pauvre  mouton  jusqu'^au 
vif.  »  —  C.-à-d.  :  elles  ont  complètement  exploité  cet  homme. 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

90.  «  Quant  le  mouton  s^est    mis   dans  les  mains  du  berger  il 
faut  bien  qu*il  se  laisse  tondre.  »  Wallon,  Dejardin. 

91.  «  The  sheep  ouly  trusts  him   who  cuts   its  throat.  »  —  The 
simple  and  unwary  only  trust  their  deceivers. 

Pi'overbe  telugu,  Carr. 

92.  «  Mar  grit  ho  tanvad,  e  viot  touzet.  »         Breton.  Troudr. 


142  àitH  AUlfiâ. 


93.  «  Ne  pas  écouter  quelquMn  plus  que  le  tondeur  le  mouton.  » 

Berry,  G.  Sand.  François  le  ChampL 

94.  «  Il  est  comme  le  mouton  —  il  A*a  que  sa  toison.  »  Se   dit 
d'un  pauvre.  Centre,  Jadbbrt. 

9.5.  «  Oggidi  Tuomo  senza  roba  è  una  pecora  senza  lana.  » 

Italien,  Pesgetti. 

96.  «  Le  peuple  n*est  que  branche  moutonnaiUe.  »  —  Il  se  laisse 
mener  comme  les  brebis.  Locut.  franç.^  Poëtevin. 

«  Toute  cette  race   moutonnière  marche   péle-mdle  sans  savoir 
où  on  la  mène.  »  Feraud. 

«...  Le  peuple   est   moutonnier,    il   fait  comme  les   moutons 
qui  passent  tous  où  ils  voient  qu^un  autre  mouton  a  passé.  » 

Feraud. 

«  Son  come  le   pécore,    che  dove   vedono  andar  una  vogliono 
andarvi  tutte.  »  Italien,  Pesgetti. 

«  Far  come  le  pécore  ;  ove  va  uno,  andar  tutti.  »  Italien. 

«  L*omini  su^  cornu   11   zimmari  (montone)  ;    chiddu   chi   fa   unu 
fannu  tutti.  »  Sicilien,  Pitre. 

«  Ovejas  bovas,  por  do  va  una,  van  todas.  »  Espagnol. 

«  Dacca  ua  oia  sare  in  reu,  sare  tôte  duppa  densa.  »  —  Quand  un 
mouton  se  jette  dans  la  rivière,  tous  les  autres  suivent. 

Proverbe  roumain,  Rbinsberg. 

«  Als  één  schaap  blaat,  zoo  blaten  ze  allen.  »         Hollandais. 

97.  «  E'  n'  è  ito  prima  Tagnel  che  la  pecora.  »  —  Se  dit  lorsque 
les  enfants  meurent  avant  les  parents.  Italien. 

98.  «  Piû  capretti  e  agnelli  vanno  in  beccheria  che  pécore  e 
becchi.  »  Italien,  Pescetti. 

«  E*  ne  va  più  Tagnel  che  la  peeora.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Cosi  presto  muojon  le  pécore  giovani  come  le  vecchie.  » 

Italien. 

«  Tantos  morrem  dos  cordeiros  como  dos  carueiros.  » 

PoHugais,  Perbyra. 

«  Tan  prest  mort  lo  cordero,  com  la  ovella.  »  Valencien. 

«  Cchiu  su*  li  peddi  di  Pagneddu  chi  chidi  di  li  crapi.  » 

Sicilien,  Pitre. 


OVIS  ARIBS.  143 


«  ZooTeel  lammeren  worden  er  geslagt  aU  schapen.  » 

Hollandais. 

«  As  soon  goes  the  Ïambes  skin  to  the  market,  as  the  old  ewe^s.  » 

Anglais. 

«  Der  saelges  lige  saa  mange  Lammeskind,  som  Faareskind.  » 

DanoU. 

09.  «  Chacune  ouaille  cherche  sa  pareille.  »  —  Qui  se  ressemble 
s^assemble.  Proverbe  ancien  français. 

«  Chaque  brebis  avec  sa  pareille.  »  Français. 

«  Cada  oveja  con  su  pareja.  »  Espagnol. 

«  Cada  ovelha  com  sua  parelha.»  —  Càdaqualcom  seu  igual. 

Portugais,  Perbyra. 

«  Ëvery  sheep  to  her  mate.  »  Anglais. 

«  Een  schaep  by  een  schaep,  —  een  aep  by  een  aep.  » 

Flamand. 

100.  «  Brebis  crottée^  le  plus  souvent  aux  autres  cherche  à  se 
frotter.  »  Proverbe  breton,  Sauvé. 

«  Eet  skabeth  Faar  gaar  gaeme  met  eet  andhet.  » 

Ancien  danois,  Rbinsberg. 

101.  «  An  n^  pftP  me  d^eune  berbis  galouse  qu^elle  n^en  èvèsse 
quèques  tèches.  »— On  ne  parle  pas  d'une  brebis  galeuse  sans  qu'elle 
ait  quelques  taches  (de  gale).  C'est-à-dire  il  n'y  a  pas  de  feu  sans 
fumée.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

102.  «  Esser  pegra  sgnada.  »  —  Essere  al  libro.  Essere  persona 
già  nota  per  anteriori  delitti.  Parme,  Malaspina. 

103.  «  On  appelle  brebis  galeuse  une  personne  dont  la  compa- 
gnie est  dangereuse,  contagieuse  pour  les  mœurs.  » 

Location  française. 

«  On  le  laisse  seul  comme  une  brebis  galeuse.  » 

Locution  française. 

104.  «  Une  brebis  galeuse  gâte  tout  un  troupeau.  » 

Proverbe  français. 

«  Brebis  rongneuse  —  fait  souvent  les  autres  tigneuses.  » 

Ancien  français,  Nucérin. 


t4i  OYtS  ARIES. 


«  Una  pecora  iuifetta  n^ammorba  una  setta.  »  Italien. 

«  Un  anzone  guastat  totu  su.  masone.  »  —  U4a  pecora  marcia  ne 
guasta  un  branco.  Sardaigne,  Spano. 

«  Si  ^na  pecura  è  guasta  ^  un  migghiàru  nni  guasta.  » 

Sicilien,  Pitre. 

«Ein  râudig  Schaf  steckt  die  ganze  Heerde  an.  »    Allemand. 

«  Eén  schurft  schaap  besmet  de  gansche  kooi.  »     Hollandais.* 

«  One  scabbed  sheep  will  infect  a  whole  âock.  »  Anglais. 

«  Ket  skàbbet  Faarsmitter  hele  Hjorden.  »  Danois. 

105»  «  Dans  un  ti'oupeau  il  peut  bien  se  trouver  une  brebis 
galeuse.  »  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

106.  «  Petite  brebiette  —  tousiours  semble  jeunette.  »  =  Les 
personnes  de  petite  taille  sont  souvent  considérées  comme  étant 
plus  jeunes  qu'elles  ne  sont  en  réalité.     Ane.  fmnçais,  NUcerin. 

«  Manido  fedo  semblo  jouve.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fesqubt. 

«  Brebis  chétive  paraît  toujours  agneau.  »       Basque,  Fabre. 

107.  «  A  petites  oûlhes,  petitz  siuletz.  »  —  A  petites  brebis, 
petit  sifflet.  Proverbe  béarnais,  Lespy. 

108.  «  A  la  laine  on  connaît  la  brebis.  »    Proverbe  français. 

109.  «  A  la  sounahio  la  bestio  si  counoui.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fksquet. 

110.  «  S'eros  vengut  quand  toundian  auriès  agut  de  lano.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fksquet. 

111.  «  Où  brebis  est,  laine  est.  » 

Proverbe  ancien  français,  Nucérin. 
«Que  o  de  fedettos  —  ode  pelettos.  »  =  Qui  a  des  brebis  — 
a  des  peaux.  Rouergue,  Ddval. 

«  Qu*o  de  fedetos  —  o  de  peletos.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fesqubt. 

«e  Chi  ha  la  pegra  ha  la  lana.  »  Parme,  Malaspina. 

«  Chi  g'ha  piegore.  g'ha  pelé  ;  chi  g'ha  bo,  g'ha  comi.  » 

Vénitien. 


OVIS  ARIES.  145 


«  Unnicc^è  pecurl  cc^è  lana.  »  Sicilien,  Pitbè. 

«  Cu^  havi  pecuri,  havi  peddi.  »  Sicilien,  Pitre. 

«  Wer  das  Schaf  hat  dem  gehôrt  auch  die  WoUe.  »  AU. 

112.  «  Disputa  la  pel  avan  d'avë  Tagnel.  »        Languedocien. 

113.  «  Mieux  vaut  perdre  la  laine  que  la  brebis.  »  Français. 

«  Mieux  vaut  perdre  la  toison  —  que  brebis,  bélier  ne  mouton.  » 

Ancien  français.  Leroux  de  Lincy. 

«  E  meglio  dar  la  lana  che  la  pecora.  »  Italien. 

«  Es  ist  besser  die  Wolle  verlieren  als  das  Schaf.  »  Allemand. 

«  Het  is  beter,  de  wol  te  geven  dan  het  schaap.  »    Hollandais. 

«  Better  give  tlie  wool  than  the  sheep.  »  Anglais. 

114.  «  Mieux  vaut  gigot  prochain  que  gros  mouton  lointain.  » 

Proverbe  français. 

«  Sheep^s  trotters  in  the  hand  are  better  than  a  leg  of  mutton  a 
y  car  hence.  »  Bannu,  Thorburn. 

1 15.  «  As  fi  coum^  un  vielh  pastre.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

«  Un  berger  a  souvent  plus  de  sens  qu'un  savant.  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

1 16.  «  Il  n'est  bon  qu'à  faire  un  berger.  »  —  C'est  un  propre  à 
rien.  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

1 17.  «  Tirer  le  mouton  par  la  queue^  en  langage  de  berger,  c'est 
faii*e  des  profits  illicites  sur  les  bêtes  qui  lui  sont  confiées. 

Desormeaux.  Tableaux  de  la  vie  rurale, 

118.  «  Tous  les  ans  on  donne  à  la  bergère,  à  titre  de  prime,  une 
bête  du  troupeau;  si  bien  qu'il  arrive  qu'elle  a  à  sa  suite  3,  5,  7  ou 
10  bêtes  qui  lui  appartiennent,  lesquelles  absorbent  tous  ses  soins 
au  détriment  de  celles  dont  elle  a  la  garde.  Aussi  dit-on  très  judi- 
cieusement :  Brebis  de  bergère  ne  meurt  pas,  » 

Joubert.  V Agriculture  en  Sologne^  1845,  p.  285. 

119.  «  Tu  es  le  maître,  je  suis  le  maître;  qui  de  nous  gardera 
les  moatons  f  »       Prov.  de  la  Bohême,  Almanach  de  Carslbad, 

10 


146  0TI8  ARIBS. 


120.  «Tsaduu  choUn  mechtiér,  las  oulias  chount  bien  gardadas.  » 
—  Chacun  sou  métier,  les  brebis  sont  bien  gardées. 

Corrèze,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinat. 

121.  «  Bon  pastre  fo  bon  ave.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fbsquet. 

«  Segundu  su  pastore  sas  arvegties.  » 

Sarde  logodourien,  Spano. 

« 

«  Wie  der  Hirt,  so  die  Heerde.  »  Allemand. 

«  Irrender  Hirt,  irrende  Scbafe.  »  Allemand. 

122.  «  Sans  berger  brebis  ne  font  pas  troupeau.  » 

Proverbe  russe,  ï\léments  de  la  langue  ènisse^  1791. 

« 

123.  «  Très  pastres  en  un  moulou  -^  très  troupels  à  Tabandou.  » 

Languedoc,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

124.  «  Il  faut  tondre  les  brebis  et  non  les  écorcher.  » 

Français. 

«  Bou  boun  pjstou  tound  soun  petit  troupet  —  sans  Pescourgea 
ni  ha  man  a  la  pet.  »  Gascon. 

«  Poû  toundre  Tagneft,  et  non  Pespïa.  »  Nice,  Tosslli, 

«  Tusa  la  pecura,  ma  nun  la  scurciari.  »  Sicilien,  Pitre. 

«  Biso^na  miinciri  la  pecura  senza  falla  gridari.  » 

Sicilien,  Pitre. 

«c  II  buon  pastore  tosa,  non  iscortica  le  pécore,  mugne  il  latte, 
non  il  sangue.»  Italien,  Pescbtti. 

«  Ein  guter  Hirte  schiert  seine  Schafe,  ein  ûbler  zieht  ihnen  daa 
Fell  ab.  »  Allemand. 

«  Een  goed  herder  zal  de  schapen  wel  scheeren,  maar  niet  Tillen.  » 

Hollandais. 

«  Den  gode  herden  klipper  sina  far,  den  elake  slar  dem.  » 

Suédois. 

125.  «  Le  berger  ne  frappe  pas  ses  brebis.  » 

Proverbe  wolof.  Dard. 

126.  «  Qui  écorche  son  mouton  cette  année  —  sera  quitte  de  le 
tondre  Tannée  prochaine.  »  Proverbe  breton,  Saitvé. 


OVIS  ARIBS.  147 


127.  «  Nous  resseinbl^&s  la  louve  qui,    ne  pouvant  tondre  la 
brebis,  Pescorche.  >        Glossaire^ de  Vancien  théâtre  français. 

128.  «  Il  n^est  pas  tousiours  saison  de  brebis  tondre.  » 

Ancien  français,  NucÉam. 

129.  «  De  manh&a  em  manhâa  perde  o  carneiro  a  lâa.  »  —  Il  ne 
faut  pas  remettre  au  lendemain.  Portugais,  Pereyba. 

130.  «  l^ort  du  loup,  santé  de  la  brebis.  »  Français. 

«  Mort  du  louveau  —  santé  de  Taigneau.  »       Ancien  français. 

«  Der  Wôlfe  Tod  ist  der  Schafe  Heil.  »  Allemand. 

«  D^r  wolven  dpod  is  de  welwaart  van  de  schapen.  » 

Hollandais. 

«  Là  morte  del  lovo  xe  la  sainte  de  la  piegora.  » 

Venise,  Pasqualigo. 

«  La  disgrasia  del  lupo  xe  la  foi*tuna  délia  pegora.  » 

Trieste,  Cassani. 

«  La  morte  4&  su  maz2x>ne  est  sa  salude  de  sos  anzones.  »  —Mort 

de  renard,  santé  de  Tagneau.  Sarde  logodourien,  Spano. 

«  Malatia  di  inpi,  sanita  d^agneddi.  »  Sicile,  Pitr^.. 

«  La  guerra  di  li  lupi  è  la  paci  di  Tagneddi.  »     Sicile,  PiTaà. 

131.  «  La  morte  de  le  pîegore  xe  la  sainte  dei  canî.  » 

Venise,  Pasqualigo. 

132.  «  Un  loup  n^engendre  pas  des  moutons.  »  Français. 
«  Çu  naisse  loup,  non  muor  agnèu.  »  Nice,  Tosellc. 
*  1  lupi  un  parturiscenu  agnelli.  »  Corse,  Mattei. 
«  Il  lupo  non  fa  (rar,  caca)  agneUi,  »  Italien. 

133.  «  La  volonté  des  Dieux  est  que  la  guerre  ne  cesse  avant  que 
le  loup  s'accouple  à  la  brebis.  » 

Proverbe  grec,  Aristophane.  La  Paix, 

j 

*34.  «  Il  lupo  sogna  le  pécore  e  la  volpe  le  galline.  » 

Italien. 

135.  «  Wenn  das  Schaf  gestohlen  ist,  so  sagt  der  Schâfer  :  der 
Wolf  itafs  gethan.  »  Allemand. 


l 


148  OVIS  ARISS. 


136.  «  Non  procul  a  stabulis  audet  discedere,  si  qua  —  Excussa 
est^avidi   dentibus  agna  lupi  (').  »     Ovide.  Trist,,  1.  1,  li,  78. 

137.  «  Toui  lu  moutoun  non  soun  pa  per  lou  loup.  » 

Nice,  TosELLi. 

«  Tutti  Tagnelli  un  so  fatti  pe  1  lupi.  »  Corse,  Mattei. 

138.  «  On  ne  doit  pas  quérir  brebis  qui  se  veut  perdre.  » 

Proverbe  ancien  français,  NucÊRnr. 

139.  «  Lorsqu'un  mouton  quitte  le  troupeau,  le  loup  le  piange.  » 

Proverbe  français. 

«  La  pecora  che  si  sbranca,  la  flera  la  mangia.  »  Italien. 

«  Das  freie  Schaf  frisst  der  Wolf.  >»  Allemand. 

«  The  loné  sheep  is  in  danger  of  the  wolf.  »  Anglais. 

«  Det  frie  Faar  sedes  af  Ulven.  »  Danois. 

140.  «  Hlite  die  Schafe,  aucU  wenn  du  den  Wolf  nicht  siehst.  » 

Lithuanien,  Schleicher. 

141.  «  Brebis  mal  gardée  —du  loup  est  tôt  happée.  » 

Français. 

«  La  borbis  qu'on  lasse  à  la  gaoule  daou  loup  y  passe  bîentoût.  » 

Meuse,  Cordier. 

142.  «  Guardia  di  bon  cani  sarva  la  pecura.  »  Sicile,  Pitre. 

143.  «  Quannulu  lupii  mancia  eu  lu  cani, 

Poviri  agneddi  e  svinturati  crasti  !  »         Sicile,  Pitre. 

«  Ficirn  paci  lu  cani  e  lu  lupu 
Poviru  picuredda,  afflitta  crapa  !  » 

Sicile,  PiTRÈ. 

144.  «  Deux  loups  mangent  bien  une  brebis.  » 

Ancien  français,  Nucérin. 

145.  «  Une  mauvaise  brebis  s'accroche  toujours  aux  ronces.  » 

Wallon,  Dejardin. 

O  c^  proverbe  équivaut  à  :  Chien  échaudé  craint  Peau  froide. 


OVIS  ARIBS.  149 


146.  «  Dare  il  montoneper  istatico  a'  cani.  »  —  Donner  le  mou- 
ton en  otage  aux  chiens.  =  Donner  à  quelqu'un  une  garantie  quUl 
possède  déjà.  Italien,  Duez. 

147.  «  A  la  piegora  tanto  ghe  fa  che  la  magna  el  lovo,  quanto 
che  la  scana  el  bechér.  »  Vénitien. 

148.  «  As  good  be  hung  fora  sheep  as  for  alamb.  »    Angl. 

149.  «  Furtar  o  carneiro  e  dar  os  pés  pello  amor  de  Deos.  » 

Portugais,  Pbrbtra. 
Cf.  ci-dessus,  p.  79,  §3:^1. 

150f  «  Like  a  ram  butting  a  mountain.  » 

Proverbe  telugu,  Carr. 

151.  «  Lou  mes  de  febrié  —  est  V»oun  onilié.  »  —  Le  jnois  de 
février  est  bon  agnelier,  c'est-à-dire  favorable  à  la  naissance  des 
agneaux.  Rouergue,  Duval. 

«  An  mes  de  heure  —  lou  bèt  agnerè.  »  —  Au  mois  de  février,  le 
belagneler.  Armagnac,  Bladé.  Prov,  et  Devinettes^  p.  115. 

152.  «  Quand  l'agnét  bengper  Nadau— Taolllèrogagno  lou  cabe- 
dau.  »  —  Quand  Tagneau  nait  vers  Noël,  la  bergère  gagne  le  mou- 
choir ;  cela  arrive  rarement. 

Armagnac,  Bladé.  Proverbes  et  Devinettes,  p.  24. 

153.  «  Las  aigniés  du  veillin  (de  Cautomne)  sont  toujours  co- 
uélos  {malingres),  »  —  Les  agneaux  nés  en  hiver  sont  difficiles  à 
élever.  Franche-Comté,  Perron.  Proverbes  y  p.  58. 

154.  «  A  la  Saint-Aubin  (l»""  mars)  —  on  tond  le  mouton,  mais  si 
vous  me  voulez  croire  —  tondez  à  la  Saint-Grégoire  (12  mars).  » 

*  Tptô  fômme  de  rahon  eune  tond-me  ses  moutons  devant  les 
^gâtions.  »  —  Une  femme  de  raison  ne  tond  pas  ses  moutons  avant 
les  Rogations.  Arrondissement  de  Mirecourt,  L.  Adam. 

155.  «  A  l'Ascension  —  gras  mouton.  » 

Proverbe  français,  Leroux.  Dictionnaire  comique* 

156.  «  L'ouaille  et  Pabeille  —  en  apvril  ont  leur  deuil.  » 

Ancien  français,  Lbroux  DE  LiNCY. 


ISO  OVIS  ARIES. 


157.  «  Levar  le  pecore  dal  sole.  »  —  Mettre  une  chose  en  lieu 
sûr.  Ou  sait  que  le  soleil  est  nuisible  aux  brebis.  Italien. 

«  Mùntuni,  ne  acqua  ne  suli.  »  —  La  pluie  et  le  soleil  sont  nuisibles 
aux  brebis.  Sicile,  Pitre. 

158.  Pronostics  : 

«  Si,  dans  un  parc,  les  moutons  en  se  couchant  n^en  occupent 
qu^une  très  petite  partie  et  dans  Tangle  des  claies,  du  côté  du  vent, 
signe  de  froid.  —  Si  quand  ils  paissent,  les  moutons  remplissent 
totalement  le  champ  où  ils  se  trouvent  et  s^'ûs  tiennent  bien^  c'est- 
à-dire  mangent  sans  presque  changer  de  place,  signe  de  pluie.  — 
Slls  paissent  mal  et  courent  adroite  et  à  gauche,  signe  de  vent.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Si  les  moutons  dansent,  signe  de  vent  ;  s'ils  restent  couchés, 
signe  de  pluie.  »  Haut-Rhin,  Statistique  de  la  France. 

«  Le  saut  des  moutons  annonce  le  vent.  » 

Statistique  de  la  Franàe. 

159.  Les  proverbes  suivants   s'appliquent  à  des  pays 
stériles  : 

«  Entre  Candes  et  Montsoreau 
11  ne  pait  ni  brebis  ni  veau.  » 

Indre-et-Loire,  De  Croy. 

«  Entre  Beaucaire  et  Tarascon 
Ne  paist  ne  brebis  ne  mouton.  » 

Proverbe  ancien  français,  Cotgrave. 

«  Entre  Tin  ^t  Toumon 
Ne  paist  brebis  ne  mouton.  » 
Proverbe  français  du  xvi»  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

160.  «  Il  (M.  de  Coulanges)  aimerait  mieux  paître  ses  ouailles  à 
Grignan  ;  mais  il  ne  sait  de  quel  côté  il  tournera.  » 

M»«  de  Sévigné,  citée  par  Littré,  sub  verbo  ouaillo. 

Aujourd'hui  on  dit  dans  le  même  sens  :  planter  ses 
choux. 


0VI8  AKIU.  151 


II. 


1.  «  Qui  se  fait  brebis  le  loup  le  mange.  »      Prov.  français. 

«  Qui  se  fait  brebis  —  le  loup  le  ravit.  » 

Proverbe  français  du  xvr  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

«  Gn'y  0  que  ch't-iehi  qui  ch'  foôt  berbis,  que  ch'  leu  i  l' mainge.  » 
— >  11  n^  a  que  celui  qui  se  fait  brebis  qui  est  mangé  par  le  loup. 

Proverbe  picard. 

«  Chi  si  fà  pecorella,  i  lupi  se  la  mangiano.  »  Italien. 

«  Chi  as  fa  fea,  el  lus  lo  mangia.  »  Piémontais. 

«  Chi  si  face  ti*oppu  agnellu  u  lupu  si  lu  manghia.  » 

Corse,  Mattei. 

«  Qui  â^  fa  ovella,  TUob  se  la  menja.  »  Catalan  moderne. 

«  Wer  sich  zum  Schaf  macht,  den  fi*essen  die  Wôlfe.  »       AU. 

«  Die  zich  selven  tôt  een  schaap  maakt,  wordt  van  de  wolven  gege- 
ten.  »  Hollandais. 

«  He  that  makes  himself  a  sheep,  the  wolf  will  eat  him.  » 

Anglais. 
«  Fais- toi  brebis,  le  loup  est  prêt.  » 

Proverbe  russe,  Éléments  de  la  langui  russe,  1191, 

2,  «  Il  a  donné  la  brebis  à  garder  au  loup.  »  Français. 

«  Il  ne  faut  pas  enfermer  le  loup  dans  la  bergerie.  »  Français. 

«  Foulz  est  qui  fait  de  leu  bergier.  » 

Français  du  xiii*  siècle,  Littré. 

«  Ha  messu  u  lupu  tra  Tagnelli.  »  Corse,  Mattei. 

«  Nun  si  metta  lu  lupu  eu  Tagneddu.  »  Sicilien,  Pitrè. 

«  Non  porre  il  lupo  per  pecoraio.  »  Italien. 

«  Ha  dato  le  pécore  in  guardia  al  lupo.  »  Italien. 

«  Nun  affidari  la  pecura  a  lu  lupu.  »  Sicilien,  Pitre. 

«t  Recommandar  as  ovelhas  ao  lobo.  »  Portugais. 

«  Dar  las  ovejas  en  guardia  al  lobo.  »  Espagnol. 

«  Wenn  der  Wolf  Schafhirt  ist,  da  geht  es  nicht  blos  an  die  WoUe, 
sondem  auch  an  das  Fell.  »  Allemand. 


182  G  VIS  ARIES 


m  Wo  der  Wolf  wird  der  Hirt,  da  sind  die  Schafe  verirrt.  » 

Allemand. 

«  Als  meû  den  wolf  tôt  schaapherder  maakt,  is  de  kudde  in 
groote  gevaar.  »  Hollandais. 

«  Gud  bedre  Faarene,  naar  Ulven  er  Dommer.  »  Danois. 

«  Malheur  aux  brebis  quand  le  loup  est  gardien.  » 

Proverbe  russe.  Éléments  de  la  languj  russe,  1791. 

3.  «  Veniunt  in  vestimentis  ovium,  intrinsecus  autem  sunt  lupi 
rapaces.  »  S.  Matth.  Evang.,  vii,  12. 

«  Agneou  defouero  et  loup  dedins.  »  Provençal  moderne. 

«  TaLsembra  în  vista  agnel,  che  dentro  è  lupo.  »  Italien. 

«  Il  lupo  s^è  vestito  délia  pelle  d^agnello.  »  Italien. 

«  Sutta  peddi  d^agneddu  lupu  rapaci.  »  Sicilien,  Pitre. 

«  Oft  ist  eines  Wolfes  Herz  bedeckt  mit  Schaffelle.  »  Allemand. 

«  Ofte  er  Ulvesind  under  Faareskind.  »  Danois. 

Cf.  «  Ins'esternu  unu  auzone  —  in  s'internu  unu  ieone.  » 

Sardaigne,  Spamo. 

4.  «  Non  hay  taies  carneros.  »  Il  n'y  a  pas  de  tels  moutons.  11  y 
a  quelque  chose  là-dessous.  C'est  invraisemblable. 

Proverbe  espagnol. 

5.  «  I  n'est  nin  si  berbi  qui  poite  si  laine.  »  —  Il  n'est  pas  si 
brebis  quoiqu'il  porte  la  laine.  Il  se  fait  meilleur  qu'il  n'est. 

Wallon,  Dejardin. 

«  Er  ist  kein  Schaaf  nach  dem  er  Wolle  tràgt.  »      Allemand. 

6.  «  Voilà  de  viles  brebis  qui  veulent  se  faire  passer  pour  des 
loups.  »  —  Se  dit  des  hommes  de  rien  qui  se  donnent  des  airs 
d'autorité.  Arabe,  Kazimirsrk 

7.  «  Lamm  !  Lamm  I  ist  des  Wolfes  Vesperglocke.  »  AU. 

«  Leer  eenen  wolf  spreken,    hij    zal  altijd  roepen  :    lam.  » 

Hollandais. 

€  Al  leert   men  een'  wolf  ook  het   paternoster,   hij    roept  toch 
altijd  :  blé  !  »  Hollandais. 


OYIS  ARIBS.  153 


«  Al  komt  de  wolf  tôt  dem  priester,  en  zet  men  hem  voor  het 
boek,  om  psalmen  te  lezen,  toch  houdt  hij  een  oog  naar  het  bosch 
gekeerd.  »     .  Hollandais. 

«  Kjend    Ulven   Paternoster,  den  mger  dog  Lam  !    Lam  !   » 

Danois. 

«  Lamm  !  lamm  !  âr  ulfvens  bade  morgon  —  och  aftonsang.  » 

Suédois. 

8.  «  A  bien  petite  occasion  —  se  saisit  le  loup  du  mouton.  » 

«  Der  Wolf  beisst  das  Schaf  um  eine  Kleinigkeit.  »   Allemand. 

«  Om  eene  kleine  zak  bijt  de  wolf  het  schaap.  »      Hollandais. 

«  Ulfven  far  nog  orsak  med  lam  met,  fastàn  det  dricker  nederst  i 
bâcken.  »  Suédois. 

9.  n  lupo  {var.  il  corvo)  piange  la  pecora,  poi  se  la  mangia.  » 

Italien. 

«    De    wolf   beweent   het   schaap,    en  dan   eet  hij   het.  » 

Hollandais. 

«  Carrion  crows  bewail  the  dead  sheep  and  then  eat  them.  » 

Anglais. 

Cf.  «  Le  lagrime  del   coccodrillo  che  ucclde  Tuorno  e  poi  lo  piânge.  *> 

Italien. 

10.  «  Le  berger  ne  doit  pas  compter  ses  brebis  un  vendredi, 
autrement  le  loup  les  mange.  »  Sologne,  Légieb. 

«  Qui  compte  ses  moutons  le  vendredi,  les  décompte.  » 

Sologne,  Légier. 

«c  Brebis  comptées  le  loup  les  mange.  »        Proverbe  français. 

«  A  brebis  comptées  le  loup  en  mange  bien  une.*  » 

Prov.  franc.,  Leroux.  Dictionnaire  comique, 

«  Fedos  contados  lou  loup  n'en  manjo.  »    Provençal  moderne. 

«  Anche  délie  pécore  annoverate  mangia  il  lupo.  »        Italien. 

«c  Di  li  pecuri  cuntati,  lu  lupu  sempri  nni  mancia.  » 

Proverbe  sicilien.  Pitre. 

«  D'o  contado  come  o  lobo.  »  Gallicien. 

«  Der  Wolf  frisst  auch  die  gezâhlten  Schafe.  »  Allemand. 


154  OVIS   ARIËS. 


«  Ulven  tager  ogsaa  de  talte  Faar.  »  Danois. 

«  Lupus  ovium  non  curât  numerum.  »        Virgile.  Ecl.^  7,  51. 

11.  «  Entre  le  berger  et  le  loup  Tagneau  dépérit.  » 

Proverbe  talmudique,  Schuhl. 

12.  <  En  la  peau  de  brebis   ce  que  tu  y  veux    si  y  est  escrits,  » 

Proverbe  ancien  français,  Nucérin. 

13.  Più  leggier  che  Tagnol  di  Badia,  che  volta  a  ogni  po  di 
vente.»  Italien,  Pescetti. 

14.  «  Quand  le  berger  estiri'ité  contre  ses  brebis,  il  met  à  leur 
tête  un  bélier  aveugle.  »  Proverbe  talmudique,  Schuhl. 

15.  «  When  the  man  who  ate  sheep  went,  a  man  who  ate  buf- 
falos  came.  »  —  Parting  with  one  rascal  and  gcttiog  a  greater 
scoundrel  in  his  place.  Proverbe  telugu,  Carr. 

16.  «  Fare  come  il  pecorino  da  Dicomano.  »  —  Vale  •  scoprirsi  a 
quel  momento  che  più  nuoce  di  farlo.  Italien. 

17.  <  Tel  ressemble  Orlando  qui  est  puis  après  une  brebis.  » 

Proverbe  du  xvr  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

18.  «  I  recognize  thee  well,  o  black  sheep  !  that  thy  tail  is 
white.  »  Bannu,  Thorburn. 

19.  Cabritt  boue,  mouton  sou.  »  —  Le  chevreau  boit,  le  mouton 
est  soûl.  Proverbe  créole,  Turiault,  p.  209. 

20.  «  Guadagno  del  Zolla  (o  di  Antenaccio  o  di  Oozzetto).  » 
—  Profit  que  faisait  Zolla  (ou  Antenaccio  ou  Gozzetto)  en  donnant 
trois  ou  deux  brebis  noires  pour  une  blanche. 

Locution  italienne,  Duez.    Bonne  Responce  à  tous  propos. 

21.  «  C'est  comme  les  agneaux  de  Caumont  (Caumont,  village 
de  Normandie),  il  n'en  faut  que  trois  pour  étrangler  un  loup.  » 

Pluquet.  Contes  populaires,  p.  111. 

22.  «  A  brebis  tondue  le  ciel  mesure  le  vent.  »    Prov.  franc. 

«  Dieu  mesure  le  vent  à  brebis  tondue.  »—  Dieu  nous  donne  des 
secours  suivant  nos  besoins.  Français. 


OVIS  ARIES.  155 


«  Dio  modéra  il  vento  air  agnello  tosato.  »  Italien. 

«  Oottgiebt  leisen  Wind,  wenndie  Schafe  geschoren  sind.  » 

Allemand. 

«  Wanneer  het  lam  geschoren  ist,  dan  zorgt  Qod  voor  eenen  zoe- 
len  wind,  om  het  te  verwarmen.  »  Hollandais. 

«  Ood  tempers  the  wind  to  the  shorn  lamb.  »  Anglais. 

«c  God  formilder  Vinden  for  det  klippede  Vaar.  »  Danois. 

23.  M.  Dieu  manda  l'agneû  e  lou  pel  d'erba.  »  Nice,  Toselli. 
«  Doun  naisse  Tagneû,  naisse  lou  pel  d'erba.  »  Nice,  Tosklli. 
«  Dio  manda  la  piegorina,  —  e  po  anca  i'erbesina.  »  Vénitien. 
«  Dio  manda  Tagneleto  e  'Ipascoleto.  »  Vénitien. 

24.  «  Ne  baillez  pas  vostre  aignel  —  à  qi  en  voet  la  pél.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Lincy.  Appendice  III. 

25.  «  He  loveth  well  sheep's  flesh  that  wets  his  bread  in  the 
wool.  »  Anglais. 

26.  «  A  la  ruin  oveja  la  lana  le  pesa  y  al  ruin  pastor  el  cayado  y 
el  zurron.  »  Espagnol. 

«  A  ruim  ovelha  a  là  Ihe  peja.  »  Portugais. 

«  Es  ist  ein  faules  Schaf,  das  die  WoUe  nicht  tragen  mag.  » 

Allemand. 

«  Thet  aer  eth  onth  Faar,  ey  gidher  sijn  Faeth  baareth .  » 

Ancien  danois,  Reinsberg. 

27.  «  Laissez  pisser  le  mouton  ou  laissez  bouillir  le  mouton.  » 
Locution  française  (vulgaire)  employée  dans  le   sens  de  prenez 

patience,  ne  vous  hâtez  pas. 

28.  «  D'où  vient  l'agneau  —  là  retourne  la  peau.  »=Bien  mal  ac- 
quis ne  prottte  pas.  Prov.  anc.  français,  Leroux  de  Lincy. 

«  De  mal  est  venu  l'agneau  —  et  à  mal  retourne,  la  peau.   » 

Proverbe  français,  Cotgrave. 

«  Del  diaples  be  Toniel  —  ol  diaples  touorno  lo  pel.  » 

Espalion  (Aveyron),  Affre. 

«  Dei  diable  ven  l'agnel  —  ei  diable  vai  la  pel.  » 

Queyras»  Chabrand  et  Rochas. 


156  OVIS  ARIES. 


<  Dôou  diâblé  vèn  Tagnéou  —  ôou  diâblé  tourne  la  pèou.  » 

Vaucluse,  Barjavel. 

«  Quand  de  mal  just  vè  Taûell,  —  mal  profit  farâ  la  pell.  » 

Catalan  moderne. 

29.  «  Le  pécore  il  mordono.  »  —  Les  brebis  le  mordent,  cela  se 
dit  d'un  grand  paresseux,  d'un  lâche.  Italien. 

«  Ër  làsst  sich  vom  Schaf  beissen  und  hat  'ne  Axt  In  der  Hand.  » 

Prussien,  Frischbier. 

«  Besser  es  fresse  mich  ein  Wolf,  als  ein  Schaf,  thut  mir  das  Kûf- 
fen  uit  so  wehe.  »  Sonabe,  ReinsbbUg. 

«  Man  lader  sig  hellere  bides  af  Ulve,  end  af  Faar.  »  —  On  se  laisse 
plutôt  mordre  par  un  loup  que  par  un  mouton.         Prov.  danois. 

«  Even  a  sheep  will  bite  a  man  without  a  stick  »  —  Celui  qui  ne 
se  défend  pas,  même  un  mouton  le  mordra. 

Prov.  telugu,  Carr,  §  549. 
cf.  ci-dessus,  p.  91,  §  40. 

30.  «  Geduldiger  Schafe  gehen  viel  in  einen  Stall,  ungeduldiger 
noch.  »  Allemand. 

«  Er  gaan  veel  tamme  schapen  in  een  hok  ;  maar  nog  meer  wilde, 
want  die  kruipen  up  elkander.  »  Hollandais. 

«  Fromme  Faar  gaae  mange  i  een  Sti.  »  Danois. 

31.  «  Revenir  à  ses  moutons.  C'est-à-dire  :  revenir  à  un  propos 
commencé  et  interrompu.  Ce  proverbe  est  tiré  de  la  farce  de  Tavocat 
Patelin,  dans  laquelle  est  introduit  un  marchand  qui,  en  plaidant 
contre  un  ber-ger  pour  des  moutons  qu'on  lui  avait  volés,  sortait  sou- 
vent hors  de  son  propos  pour  parler  d'un  drap  que  l'avocat  de  sa  par- 
tie lui  avait  volé,  de  sorte  que  le  juge  lui  cria  plusieurs  fois  d« 
retourner  à  ses  moutons.  » 

32.  «  Quatre-vingt-dix-neuf  moutons  et  un  champenois  font 
cent  bêtes.  »  Proverbe  français. 

33.  «  Sur  la  route  de  Jaffa  à  Jérusalem,  on  aperçoit  un  village 
arabe  appelé  Kébad,  dont  on  raconte  les  choses  suivantes  :  Le  roi 
Salomon  était  mécontent  des  habitants,  qui,  malgré  l'immense 
quantité  de  leurs  troupeaux  de  bêtes  à  laine  et  de  bêtes  à  cornes, 
refusaient  depuis  plusieurs  années   de   payer  l'impôt  auquel    ils 


OVIS  ARIES.  157 


étaient  taxés.  Le  roi  ayant  décrété  que  tout  propriétaire  de  quarante 
moutons  et  de  trente  bœufs  serait  soumis  au  tribut,  ces  gens,  peu 
honnêtes,  firent  entre  eux  une  convention  secrète  pour  éluder  la  loi 
en  se  partageant  les  troupeaux  et  faisant  passer  pour  proprié- 
taires les  femmes,  les  filles,  les  enfants  et  les  esclaves,  de  manière 
que  personne  ne  possédât  plus  de  vingt-neuf  bœufs  et  trente-neuf 
moutons  ou  chèvres.  Salomon,  instruit  de  cette  ruse,  en  fut  iriité 
et  voulut  les  punir.  Chacun  sait  que  Salomon  parlait  le  langage 
de  tous  les  animaux,  et  daus  sou  irritation  contre  les  habitants  de 
Kébab,  il  appela  en  conseil  le  lion  pour  savoir  quels  animaux 
devaient  être  choisis  pour  frapper  les  infracteurs  à  sa  loi.  Les 
loups  furent  préférés,  et  reçurent  Tordre  de  Salomon  de  se  réunir 
en  grand  nombre  pour  entourer  le  village,  leur  donnant  en  même 
temps  le  pouvoir  de  jeter  par  la  gueule  des  flammes  dévorantes. 
Ces  loups  se  rendirent  à  Kébab  pendant  la  nuit,  tandis  que  les 
habitants  dormaient  ;  ils  entourèrent  la  campagne,  le  village,  et 
incendièrent  tout  ce  qui  se  trouvait  sur  le  terrain.  Les  cendres  des 
hommes  et  des  bestiaux  ont  formé  Téiévation  sur  laquelle  fut  bâti 
Kébab  (qui  veut  dire  rôti),  et  reste  comme  un  monument  éternel 
de  la  vengeance  de  Nébi-Souliman  (prophète  Salomon),  que  le 
Seigneur  protège  I  » 

E.  PiEROTTi.  Légendes  racontées  et  récits  bibliques^  1869. 

34.  «  Un  habitant  de  Qergueil  (Côte-d'Or),  avait  mis  sa  brebis 
dans  le  four  pour  la  faire  sécher.  Comme  la  pauvre  bête  ouvrait  la 
gueule  :  Regarde  donc,  dit-il,  queman  eP  a  contente,  lai  vêlai  qui 
risôlé  !  (Regarde  donc  comme  elle  est  contente,  elle  rit).  » 

Clkment-Janin.  Sobriquets,  p.  31. 

«  On  appelle  les  habitants  d'Avot  (Côte-d'Or),  les  beurbis,  on 
raconte  qu'autrefois  quand  leurs  brebis  étaient  mouillées,  les 
^^otins  les  faisaient  sécher  dans  un  four.  » 

Clément-Janin.  Sobriquets,  p.  6. 

Cf-  Blavignac.  Vemprô  génevoiSy  p.  309. 

3o.  Le  Pater  enseigné  au  moyen  des  moutons. 

«  Gros  Guillot,  Bas-Normand,  ignorant  par  nature 

Et  berger  par  besoin, 
D'apprendre  %on pater,  n^avait jamais  pris  soin. 
«  Mais,  trois  fois  sotte  créature  ! 


158  OVIS  ARIBS. 


Lui  dit  un  jour,  son  bon  cui^. 
Aurais-tu  donc  enfin  juré 
De  ne  point  prier  Dieu  î  malheureux  !  âme  impure  ! 
Réponds-moi,  que  dois-je  en  conclure  î 

—  Prier  Dieu,  je  lé  voulons  bien; 
Mais  je  n'avons  jamais  su  lire. 

—  Je  vais  Renseigner  un  moyen, 

—  Ah  !  jarni,  vous  n'avez  qu'à  dire. 

—  Il  faut  donnera  tes  moutons, 

—  Quoi  ?  —  Les  mots  du  pater  pour  noms. 

—  Oui,  monsieur  le  cur«/.  —  Tù  conçois  mon  idée  ? 

—  Oh  !  qu'oui  !  —  Ce  grand  cornu  s'appellera  Pater  ; 

Cet  autre,  gros  et  gras,  noster; 
Ce  tout  petit,  qui  es,...  par  ces  noms  là  guidée, 
Ta  mémoire.  —  J'entends,  rien  n'est  pins  simple  qu'  ça  5 
Et  pis  ma  sœur  sait  lire,  elle  m'enseignera... 

—  C'est  bon...  »  —  An  bout  de  six  semaines. 
Le  curé  l'aperçoit  conduisant  ses  moutons. 

Ah!  voyons,  lui  dit-il,  puisque  tu  les  ramènes. 
Si  tu  sais  ton  pater.,,  —  Si  je  le  sais  !  je  l'espérons  ; 
AWais,  monsieur  1'  curât,  ça  n'est  point  difficile  ; 
J'  les  appelons  si  bien  qu'on  dirait  que  je  lis. 

—  Voyons.  —  Pater  noster  !  —  Bien.  —  Qui  es.,  in  cœlis, 

Nomen,tuiimad,„  —  Imbécile  ! 
Et  sanctificetur  ?  —  Ah  !  jarni,  c'est  ben  vrai  ! 

J'ons  tout  not'  Pater  dans  la  manche  ; 
Mais  sanctificetur  mon  bon  monsieur  le  cUrai, 

Le  loup  me  Ta  croquât,  dimanche.  » 

Ce  conte  est  d'après  Larousse  (Grand  dictionnaire  sub  verbo 
Pater),  l'œuvre  d'un  poète  moderne,  Pierre  Capelle.  Celui-ci  en  a 
sans  doute  emprunté  la  donnée  à  la  tradition  populaire.  Voyez  sur 
les  similaires  de  ce  conte  :  Reinhold  Kôhler,  Hoio  the  plowman 
learned  his  pater  noster  dans  Anglia^  II,  (7  pages  in-8). 

36.  «  Sur  les  contes  dans  lesquels  il  est  question  d'un  foie  de 
mouton  mangé  par  saint  Pierre  qui  affirme  ensuite  que  cet  organe 
manquait  complètement  à  l'animal,  voyez  Cosquin.  Contes  lorrains, 
§  XXX  et  les  notes  qui  suivent  ;  Perron.  Prové^rbes  de  la  Franche- 
Comté,  p.  85  ;  Luzel.  Dtuxième  rapport,  p.  158  ;  la  Romania  VI 
p.  578  et  X  p.  449.  Voyez  aussi  ci-dessus,  p.  90,  §.  37. 


OVIS  ARIBS.  159 


37.  «  Près  du  bourg  de  Oexrnes  (Ille-et-Vilaiue)  sur  le  bord  d^uae 
route  est  un  lavoir  du  nom  de  Planchetacon.  Les  paysans  affirment 
qu*ils  ont  souvent  vu,   la  nuit,  aux  abords  de  ce   lavoir  un  mouton 
que  la  tradition,  depuis  des  siècles,  appelle  Birette  sans  quW  sache 
pourquoi.  Cet  animal    que  Ton   suppose  être   Tâme    damnée  d'un 
habitant  du  pays,  guette  les  passants  sur  la    route  et,  au  moment 
où  ils  approchent  du  lavoir,  se  précipite  sur  eux  et   d'un  coup  de 
tête  les  renverse  dans  Teau.  Un  éclat  de  rire  se  fait  entendre  et  le 
mouton  disparait.   Les  malheureux   en  sont   quittes  pour  un  bain 
fjroid,  le  lavoir  n'étant  pas  assez   profond    pour  qu'ils  puissent  se 
noyer.  Un  vigoureux  gaillard  du  pays  dit  un  jour  à  ses  camarades  : 
«  Je  vais  aller  cette  nuit  voir    à    Planchetacon  lequel  sera  le  plus 
fort  de  Birette  ou  de  moi.  »  Le  soir  venu,  il  avala  plusieurs  petits 
verres  d'eau-de-vie  pour  se  donner  du  courage,  et  s'en  alla  ensuite 
se  promener  du  côté  du  lavoir.  11  chantait  une  chanson  égrillarde, 
et  provoquait  Birette  entre  chaque  couplet.   Soudain  le  bélier  fond 
sur  lui  par  dessus  une  haie  d'épines,  d'un  coup  de  tête  le  fait  choir 
sur  la  route,  et  par  des  élans  répétés  le  fait  retomber  chaque  fois 
qu'il  essaye  de  se  relever.  Le   pauvre  diable  fut   rencontré    sans 
connaissance  quelques  heures   après  et  emporté  chez  lui.  11  ne  put 
se  guérir  des  nombreuses  contusions,  dont  son  corps  était  couvert, 
et  eut  l'esprit  frappé  de  cette  apparition  de  Birette  à  laquelle  il  ne 
croyait  guère.  Sa    mort  eut  lieu  quatre  mois    plus  tard.  Si   l'on  va 
plusieurs  ensemble  Birette  ne    paraît   pas  ;    si   un  seul  se  montre 
et  que  les  autres  se  cachent  il  ne  vient  pas  davantage.  Ce  mouton 
fut  aperçu  un  jour  dans  la  cour  d'une  ferme,  caché  sous  une  loge 
à  pâtre  qui  avait  été  ramenée  des  champs  pour    être  réparée.  On 
voulut  le  chasser  de  là,  mais  il  renversa  la  loge,  très  lourde  cepen- 
dant, sur  les  personnes  qui  l'approchèrent  et  devint  invisible.  » 

Communiqué  par  M.  Adolphe  Orain. 

«Sur  un  cours  d'eau  dans  les  environs  de  Lorient  est  une  passe- 
relle où  il  est  dangereux  de  s'engager  car  en  ce  moment  un  petit 
^^outon,  qui  vous  guette,  vous  passe  entre  les  jambes  et  vous  fait 
tomber  dans  l'eau.  »  Recueilli  personnellement. 

^.  «  Un  cultivateur  attardé  rencontra  un  mouton  noir  qu'il  char- 

ê'ea  sur  ses  épaules  pour  l'emporter  chez  lui.  A  mesure  qu'il  appro- 

^"ait  de  la  Croix  du   village,  le  mouton  devenait  de  plus  en  plus 

^^l'd,  à  tel  point  qu'à  quelques  pas  de    l'instrument  de  la  Passion, 

®  Porteur  s'écria  :  «  Te  pezas  be  coumo  le  guiahle  (tu  pèses   bien 


100  OVDS  ARIK8. 


çojEomô  le  diable).  »  —  ftGuiçihle  séi  be  (diable  suis  en  efitet)  .répiondit 
le  mouton  noir, qui  sauta  par  tçrre  et.se  sauva  en  ricanant.  ;» 

Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

Cf.  Perron.  Prorer&e*.  p.  34;Elvirede  Cerny.  Saint-Suliac  et  ses 
traditions,  p.  55. 

39.  «  On  a  vu  le  lutin  sous  la  forme  d'un  mouton  noir  amuser 
un  créancier  ou  un  huissier  se  rendant  chez  un  débiteur  et  donner 
à  celui-ci  le  temps  de  se  sauver.  Dans  ce  cas  le  mouton  noir  se 
présente  à  eux  ;  ils  croient  pouvoir  s'emparer  de  lui,  mais  ils  per- 
dent leur  temps  car  ils  n'y  arrivent  jamais.  » 

Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincknt. 

40.  «  En  Kabylîe,  si  un  agneau  ou  un  chevreau  naît  dans  les 
champâ,  le  nerger,  après  l'avoir  soigneusement  essuyé,  le  prend 
par  l'areille  et  lui  crie  trois  fois  :  «  Méfie-toi  toujours  et  souviens- 
toi  toujours  que  le  berger  est  ton  ami  et  le  chacal  ton  ennemi.  » 
Lé  soir,  quand  il  le  ramène  à  la  maison,  il  reçoit  pour  sa  récom- 
pense un  gâteau  bôiirré,  appelé  le  pain  des  bergers ^  qu'il  doit  man- 
ger à  îa  place  inôme  où  est  né  l'animal.  » 

Hanotkau.  La  Kàbylie  et  les  coutumes  kabyles,  1. 1,  p.  429. 

«  On  appelle  couage  une  fête  qui  se  célèbre  dans  la  montagne 
après  la  naissance  des  agneaux.  »  Forez,  Gras. 

41.  «  Les  bergers  n'oublient  pas  d'offrir  à  la  messe  de  minuit 
un  pain  bénit  pour  la  conservation  de  leurs  troupeaux.  » 

Puisaie  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  On  écrit  de  Nouvion  au  Journal  de  VAisne^  que,  cette  année, 
la  fête  de  Noél  a  été  célébrée  dans  ce  bourg  avec  une  pompe 
inaccoutumée.  Un  berger  portait  dans  une  riche  corbeille  «n 
agneau  nouveau-né,  qu'il  a  présenté  à  la  bénédiction  de  l'officiant. 
Il  était  suivi  d'un  certain  nombre  d'autres  bergers  et  de  bergères, 
tous  armés  de  la  houlette  traditionnelle,  et  munis  de  paniers  rem- 
plis de  fleurs  et  de  fruits.  Une  procession  a  été  faite  dans  l'intérieup 
de  l'église,  et  près  de  trente  jeuaes  filles  vêtues  de  blanc  formaient 
le  cortège,  tandis  que  Tune  des  bergères,  douée  d'une  voix  fraîche 
et  puissante  a  chanté  un  Noël.  Autrefois,  ajoute  le  Journal  de 
V Aisne,  l'agneau  qui  figurait  dans  une  solennité  de  ce  genre,  était 
considéré  comme  le  protecteur  du  troupeau,  et  on   le  laissait,  4aa8 


OVIS  ARIES.       •  161 


la  liermé,  mourir  de  Tfeilles^e.  Sans  doute   celui  qui  vient  d^étre 
ainsi  béni  à  Nouvion  jouira  de  la  même  immunité.  » 

Bulletin  de  la  Société  protectrice  des  animaux^  18^. 

«  A  la  messe  de  minuit  les  bergers  apportent  chacun  une  petite 
galette  qu'ils  font  bénir  ;  on  fait  aussi  bénir  un  petit  agneau,  qui 
est  ensuite  vendu  au  profit  de  TÉglise.  On  éloigne  ainsi  les  maladies 
des  troupeaux  ;  le  berger,  qui  à  reçu  la  première  goutte  d'eau 
bénite  est  certain  do  ne  pas  perdre  une   seule  bête  dans  Tannée.  » 

Cbâtillon-sur-Loing  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

42.  «  A  Thiron  (Eure-et-Loir),  saint  Evroult  guérit  les  mou- 
tons ;  oti  y  invoque  aussi  saint  Antoine  dans  le  même  but.  » 

Voyez  A.  S.  Morin.  Le  Prêtre  et  le  Sorcier^  p.  285. 

«  A  Villebon  (Eure-et-Loir),  on  va  invoquer  Saint-Jean-Baptiste 
poQp  les  agneaux.  »  Idem. 

«AJoussé,  les  cultivateurs,  le  24  juin  et  le  29  août  viennent 
implorer  saint  Jean -Baptiste  pour  leurs  bergeries.  Ils  déposent 
sar  Pautel  un  bouchon  de  laine  ou  une  pièce  de  monnaie  et  font 
brûler  en  son  honneur  une  bougie  de  cire  jaune.  » 

Beauchet-Fillbau.  Quelques  pèlerinages  du  diocèse 
de  Poitiers,  1869. 

43.  Formules  tirées   d'un  grimoire  pour  garantir  les 

bêtes  à  laine  contre  les  sorts  et  les  maladies  (^). 

Le  Château  de  Belle-Garde  pour  les  Chevaux  (2). 

«  Prenez  du  sel  sur  une  assiette,  puis  ayant  le  dos  tourné  au  lever 
<lii  8(^il,  et  les  animaux  devant  vous,  prononcez  étant  à  genoux^  la 
^  nue,  ce  qui  suit  :  Sel  qui  est  fait  et  formé  au  château  de  belle 
Sainte  belle  Elisabeth,  au  nom  Disoler,  Solfée  portant  sel,  sel  dont 
^  je  te  cox^jure  au  nom  de  Gloria,  de  Dorianté  et  de  Galiane  sa 
WBur;  gel  je  te  coiyure  que  tu  aies  à  me  tenir  mes  vifs  chevaux  de 
Wtes  cavaiines  que  voici  présens  devant  Dieu  et  moi,  sains  et  nets, 
bien  bavants,  bien  mangeants,  gros  et  gras  ;  qu'ils  soient  à  ma 

t*)  Je  reproduis  ce  fatras  tel  qu'il  est.  Ceux  qui  étudient  d^une 
°^ière  particulière  les  formules  de  superstitions  pourront  peut-être 
«û  tirer  profit. 

(*)L'&Qtear  du  grimoire  fait  observer  plus  loin  que  cette  garde  (ou 
formule)  peat  servir  pour  les  bêtes  ^  laine. 

11 


162  OVIS  ARISS. 


volonté  ;  sel  dont  sel.  Je  te  eonjure  par  la  puissance  de  gloire,  et  par 
la  vertu  de  gloire,  et  en  toute  mon  intention  toujours  de  gloire.  Ceci 
prononcé  au  coin  du  soleil  levant,  vous  gagner  Vautre  coin  suivie 
le  cours  de  cet  astre,  vous  y  prononcez  ce  quç  dessfus.  Vous^ij^  faites 
do  même  aux  autres  coins  ;  et  étant  de  retour  oii  vou^  ^vea;  com- 
mencé, vous  y  prononcez  de  nouveau  les  mômes  pMroIes.  Observez 
p^daut  toute  la  cérémonie  que  les  animaux  soient  toi^ours  devint 
vous,  parce  que  ceux  qui  traverseront  sont  autant  de  bôte9  folles. 
Faites  ensuite  trois  tours  autour  de  vos  (Chevaux,  faisant  d^s  j^ts  de 
votre  sel  sur  les  animaux,  disant  :  Sel,  je  te  Jette  de  la  maii^  que 
pieu  m'a  donnée  ;  Orapin,  Je  te  jNPends,  à  toi  Jei  m^attends.  P^tnsle 
restant  de  votre  sel,  vous  saignerez  l'animal  sur  qui  on  mPAte»  di- 
sant :  Bête  cavalme,  je  te  saigne  de  la  main  que  Dieu  m'a  domiée  ; 
Orapin,  je  te  prends,  etc.  On  doit  saigner  avec  un  morceau  de  bois 
dur,  comme  de  buis  ou  poirier;  on  tire  le  sang  de  quelle  pi^rtie  on 
veut,  quoiqu^en  disent  quelques  capricieux,  qui  affectent  de^  y^rtus 
particulières  à  certaines  parties  de  Tanimal,  Nous  recommandons 
seulement  que  quand  on  tire  le  sang,  que  Tanimal  ait  le  culdçrriôre 
vous^  Si  c'est,  pa.T  exemple,  un  mouton^  vous  lui  tiendrez  la  *  tête 
dans  vos  jambes.  Enfin,  après  avoii'  saigné  Panimal,  vous  faites  uue 
levée  de  corne  du  pied  droit,  c'est-à-dire  que  vous  lui  coupiez  pn 
morceau  de  corne  du  pied  droit  avec  un  couteau,  vous  le  pa^rtagez 
en  deux  morceaux  et  eu  faites  une  croix  ;  vous  mettez  cette  croisette 
dans  un  morceau  de  toile  neuve,  puis  vous  la  couvrez  de  votre  sel;  vous 
prenez  ensuite  delà  laine,  si  vous  agissez  sur  ajoutons  ;  autrement 
vous^  prenez  du  crin,  vous  en  faites  aussi  une  croisette  que  vous 
mettez  dans  votre  toile  sur  le  sel  ;  vous  mettez  sur  çet^e  laine  ou 
crin  une  seconde  couche  de  sel  ;  vous  faites  encore  une  autre  droi- 
sette  de  cire  vierge  pascale  ou  chandelle  bénite;  puis  vous  mettez 
le  restant  de  votre  sel  dessus,  et  nouez  le  tout  en  pelote  avec 
une  ficelle  ;  froissez,  avec  cette  pelotte,  les  animaux  au  sortir  de 
l'écurie,  si  c^est  des  chevaux  ;  si  c'est  des  moutons,  on  les  froaera 
au  sortir  de  la  bergerie  ou  du  parc,  prononçant  les  paroles  qu^on 
aura  employées  pour  le  jet  ;  on  continue  à  frouer  pendant  1,  2,  8, 
7,  9  ou  41  jours  de  suite.  Ceci  dépend  de  la  force  et  de  la  vigueur 
des  animaux.  Notez  que  vous  ne  devez  faire  vos  jets  qu'au  dernier 
mot;  quand  vous  opérez  sur  les  chevaux,  prononcez  vivement; 
quand  il  s'agit  de  moutons,  plus  serez  long  à  prononcer»  mieux 
vous  serez  ;  quand  vous  trouverez  du  crin  dans  les  Jets  d^  ce  recueil, 
vous  ne  le  devez  faire  que  sur  le  sel  et  non  ailleurs*  Toutea  les 
gardes  se  commencent  le  mardi  ou  le  vendredi  an  cr*i«s|Miii  éê  la 


aVt8  AtilBS.  163 


Inné;  ^  aa  cas  présent,  on  passe  par-dessus  ces  observations.  Il 
faut  bien  prendre  garde  que  vos  pelotes  ne  prennent  de  Thumidité, 
parèé  que  v6s  animaux  périraient.  On  lés  porte  ordinairement  dans 
le  gousset  ;  mais  sans  vous  charger  de  ce  soin  inutile,  faites  ce  que 
fbiit  les  praticiens  -experts  :  placez-les  chez  vous  eu  quelque  lieu 
^l'ët'né  craignez  rien.  Nous  avons  dit  ci-dessus  de  ne  prendre  de 
làcÀVnié'que  du  pied  droit  pour  faire  la  pelote.  La  plupart  en  pren- 
lieni  des"  quatre  pieds  et  en  font  conséquemment  deux  croisettes, 
pnili^uMis  en  ont  quatre  morceaux.  Cela  est  superflu  et  ne  produit 
rien  die  pltrs.'Si  vous  faites  toutes  les  cérémonies  des  quatre  coins  au 
settt'èofn  où  soleil  levant,  le  troupeau  sera  moins  dispersé.  Remar- 
ques^ *qti*un  berger  mauvais,  qui  en  veut  &  celui  qui  le  remplace, 
peut  lui  causer  bien  des  peines  et  même  périr  letroupean  :  premiè- 
rement,-t>Àr  le  moyen  delà  pelote  qu'il  coupe  en  morceaux  et  quUl 
disperse,  soit  sur  une  table  ou  ailleurs,  soit  par  une  neuvaine  de 
ctia^et,  après  laquelle  il  enveloppe  la  pelote  dedans,  puis  coupe  le 
tout  et  le  disperse,  soit  par  le  moyen  d'une  taupe  ou  d^ne  belette, 
soit  piàr  le  jiot  au  tare  ou  la  burette;  enfin  par  le  moyen  d'une  gre- 
nouille'du  reine  verte,  ou  uue  queue  de  morue,  quMls  mettent  dans 
mé  féminilière,  disant  :  Maudition,  perdition,  etc.   Ils  Ty  laissent 
durant  neuf  Jours,  après  lesquels  ils  le  relèvent  avec  les  mêmes 
paroles,  la  mettant  en  poudre,  en  sèment  oti  doit  paître  le  trou- 
peati.  Us  se  servent  encore  de  trois  cailloux  pris  en  différens  cime- 
tières ;  et  par  le  moyen  de  certaines  paroles  que  nous  ne  voulons 
IHis  révéler,  ils  donnent  des  courantes,  causent  la  gale  et  font  mou- 
rir autant  d^animaux  quMls  souliaitent.  Nous  donnerons  ci-après  la 
nuinière  dé  détruire  ces»  prestiges,  par  nos  manières  de  rompre  les 
gardés  et  tous  maléfices.  Nous  nous  proposons,  pour  le  même  sujet 
^é  TëmipTiméT  VEHchyridion  du  pape  Léon,  dans  lequel  on  Joindra 
^èa  découvertes  et  les  expériences  que  Guidon  exerce  avec  un  succès 
Surprenant.  » 

Garde  à  volonté. 

^  Asâulil,  Astarot  qui  es  Baiiol,  Je  te  donne  mon  troupeau  à  ta 
^"hftigQ  et  à  ta  gai-de  ;  et  pour  ton  salaire,  je  te  donnerai  bête 
"'^inéhe  ou  noire,  telle  qu'il  me  plaira.  Je  te  conjure,  Satarin,  que 
^  me  les  gardes  partout  dans  ces  jardins,  en  disant  hurlupapin. 
^Otts  agirez  suivant  ce  que  nous  avons  dit  au  ciiâteau  de  Belle,  et 

^"^ez  le  Jet,  prononçant  ce  qui  suit  :  Qupin  ferant  a  failli  le  grand  ; 

^'^  Gain  qui  te  fait  cha.  —  Vous   les  frouerez  avec   les  mêmes 

parties.  » 


164  ÔVIS  ARISS. 


Autre  garde, 

«cBétes  à  luiue»  je  t^  prends  ;iu  nom.  ile  Dieu  et  de  la  tràs-saiiite 
Sacrée  Vierge  Marie.  Je  prie  Dieu  que  la.  saignerie  que  je  vai^  faire 
prenne  et  profite  à  ma  volonté.  Je  te  conjure  que  tu  casses  et  brises 
tous  soi*ts  et  enckantements  qui  pourraient  être  passés  4^sua  le 
corps  de  mon  vif  troupeau  de  hêtes  à  laine,  que  voici  pr^^seot  4e >- 
vaut  Dieu  et  devant  moi,  qui  sojit  à  ma  charge  et  à  ma  garde.  Au 
nom  du  Père,  du  Fils  et  du  Saint-Esprit,  et  de  Monsieur  Saint- 
Jean-Baptiste,  et  Monsieur  Saint-Abraham.  —  Voyez  ci-dessus  ce  que 
nous  avons  dit  pour  opérer  au  château  de  Belle,  et  vous  servez  pour 
le  jet  et  froiier  des  paroles  qui  suivent  :  Passe  flori,  Jésus  est  res- 
suscité. » 

Garde  contre  la  Gale,  Rogne  et  Clatelée(^), 

«  Ce  fut  par  un  lundi  au  matin  que  le  Sauveur  du  monde  paasa,  la 
Sainte  Vierge  apr^s  lui,  Monsieur  SaintrJean  son  pastoureau^  son 
ami,  qui  cherche  son  divin  troupeau,  qui  est  entiché  de  ce  m^Ua 
claviau«  de  quoi  il  nVn  peut  plus,  à  cause  des  trois  pasteurs  qw  ont 
été:  adorer  mon  Sauveur  Rédempteur  Jésus-Christ  en  Be^léemt  et 
qui  ont  adoré  la  voie  de  TEnfant.  —  Dites  cinq  foisPat^r  et  cinq  foia 
Ave.  «^  Mon  troupeau  sei*a  sain  et  joli,  qui  est  sujet  à  mei.  i,^  prie 
Madame  Sainte  Geneviève  qu'elle  m'y  puisse  servir  d'ami  dans  ce 
malin  claviau  ici.  Claviau  banni  de  Dieu,  renié  de  J.-C.,  je  te  com- 
mande de  la  part  du  grand  Dieu  vivant,  que  tu  aies  à  sortir  d'ici,  et 
que  tu  aies  à  fondre  et  confondre  devant  Dieu  et  devant  moi«  comme 
fond  la  rosée  devant  le  soleil.  Très-glorieuse  Vierge  Marie  et  le 
Saint-Esprit,  claviau,  sors  d^ici,  car  Dieu  te  le  commande,  aussi 
vrai  comme  Joseph  Nicodême  d'Arimathie  a  descendu  le ,  précieux 
corps  de  mon  Sauveur  et  Rédempteur  Jésus-tChrist,  le  Jour  du 
Vendredi  Saint,  de  l'arbre  de  la  Croix  :  de  par  le  Père,  de  par  le 
Fils,  de  par  le  Saint-Esprit,  digne  troupeau  de  bétes  À  laine,  appro- 
chez-vous d'ici»de  Dieu  et  de  moi.  Voici  la  divine  offrande  fie  sel  que 
je  te  présente  aujourd'hui  :  couime  sans  le  sel  rien  n^a  été  (ait,  et  par 
le  sel  tout  a  été  fuit,  comme  je  le  crois,  de  par  le  Père,  etc.  0  sel  !  Je 
te  coi^jure  de  la  part  du  grand  Dieu  vivant,  que  tu  me  puisges 
servir  à  ce  que  je  prétends,  que  tu  me  puisses  préserver  et  gar- 
der mon  troupeau  de  rogne,  gale,  pousse  ;  de  pousset,  de  gobes  et 

r 

■  (1)  Cette  formule  est  citée  avec  quelques  légères  variantes  comme  usi- 
tée  en  Belgique  par  Reinsberg.'  Traditions  populaires  de  la  Belçiq^te, 
l,  p.  77. 


0VI8  ARIBS.  165 


de  mauvaises  eaux.  Je  te  commande,  comme  Jésus-Christ  mon  Sau- 
veur a  commandé  dans  la  nacelle  à  ses  disciples,  lorsquMls  lui 
dirent  :  Seigneur,  réveillez-^ous,  car  la  mer  nous  effraie.  Aussitôt  le 
Seîgnenr  s^éveilla,  commanda  à  la  mer  de  ^'arrêter  :  aussitôt  la  mer 
devint  èalme;  comma^ida  de  par  le  Père,  etc.  Avant  toutes  choses,  à 
ôette^gèrde  prononcez  sur  le  sel  :  Panetn  axHstem  acciftiat,  sit  no- 
fUtèn  B(WiiHé  ihi^oeabis.Ptih  ayez  recours  au  château  de  BeHe,  et 
faiteslé  jet  et  les  froues,  prononçant  ce  qui  suit  :  Eufn  ter  er^o 
docentés  àntnef  gentes  baptisantes  eos.  In  nomine  Patris^  etc,  » 

Garde  contre  fa  Qaîe, 

«  Quand  Notre-Seigneur  monta  au  ciel,  sa  sainte  vertu  en  terre 
laissa  Pasle,  Colet  et  Hervé;  tout  ce  que  Dieu  a  dit  a  été  hien  dit. 
Bêtes  rousses,  blanches  ou  noires,  de  quelque  couleur  que  tu  sois, 
B*il- 7'» 'quelque  gale  ou  rogne  sur  toi,  fût-ellomise  et  faite  à  neuf 
piedé  dacM  terisé,  il  est  aussi  vrai  qu'elle  s^en  ira  et  mortira,  comme 
Saiiit-^eaa-'est/  dans  sa  peau  et  a  été  né  dans  son  ohameiu  ;  comme 
J«8e^ll<-Nieodème  d^ArinvatUie  a  dévalé  le  corps  de  mon  doux  Sau- 
i^at<llédémt>teur'J.*C.,  de  Tarbre  de  laerolx,  le  jour  du  Vendi-edi 
8aiht.*^  Voutfvaus  servirez,  pour  le  jet  et  pour  les  frouesv  des  mots 
suWants,  et  aurea  recours  à  ce  que  nous  avons  dit  au  château  de 
Bellei  Sel,  je  te  jette  de  la  main  que  Dieu  ma  donnée.  Volo  et  t>ono 
Baptigta  Banda  Agala  tum  est,  » 

Barêe'pôur  éinpéther  èes  Loups  d'entier  sur  le  terrain  où  sent  les' 

Moutons. 

■-....'.  * 

«Ptâoez^ous  au  coin  du  soleil  levant,  et  prononcez-y  cinq  fois  ce 

«lui  tA.«uivre.  SI  vous  ne  le  souhaitez  prononcer  qu'une  fois,  vous 

tofferei*  autant  cinq  jours  de  suite.  —  Viens,  bêtes  à  laine,   c'est 

l*Agfiéatt  ti*humilité,  je  te  garde,   Ave,    Maria.  •  C'est  PAgneau  du 

KWettpteilr,  qttî'a  jeûné  quarante  jours  sans  i*ebenion,  sans  avoir 

Pfis  aucun  repas,  de  l'ennemi  fut  tenté  en  vérité.  Va;  droit,  bête 

grise,  à  gris  a^peuses  ;  va  chercher  ta  proie,  loups   et  louvesj  et 

ÎWheteaùx,   tu  n'as  point  à  venir  à   cette  viande  qui  est  ici.  Au 

.  'Wtt  du  Père,    et  du  Fils  et  du  Saint-Esprit,   et  du  lûenheureux 

Saiat-Cerf.  AuiSSî    uarfe    retràt  ô  Satanas.  Ceci    prononcé  au  coin 

<ltte  nous  avons  dit,  on  continue    de    faire  de    même    aux  autres 

^<^»ng;  et  de  retour  oti  Ton  a  rommeacé,  on  le  répète  de  nouveau. 

Voyez  pour  le  reste  le  château  de  Belle,  puis  faites  le  jet  avec  les 


I 


106  OVIS  ARIE8. 


paroles  qui   suivent.    Vanus    intnes    (^triÊttts    wùncus^  attaquez 
sel  soli^  attaques  Saitit»Sylvaiû  au  nt>m  de  Jésus.  » 

Les  Marionnettes  Gardes.         >  :  ^  r ,. 

«  AlHon8«-le9,  allions-les,  marionsHdOus  et  inariaAs-de$«  clélioBST 
nous  et  marions-les  à  Bëelzébuth;  Cette  gurde  est  da^geveus^  et 
embarrassante.  »  .    <i. 

Gardes  pour  les  Chevaux.  -.■  ^ 

-  '^  -       .  '  :  ^ 

«  Sel,  qui  es  fait  et  formé  de  Téoume  de  la  mer,  je  te  o<N6yjure' qi^ 
tu  fasses  mon  bonheur  et  le  profit  de  mon  maître  ;  je  te  coi^^ire  au 
nom  de  Crouay  ;  Don,  je  te  conjure  au  nom  de  Crauay  ;.$atan*  je 
te  conjure  au  nom  de  Crouay  ;  Léot,  je  te  coxyuce  au  nom,  de 
Crouay  ;  Valiot  je  te  conjure  au  nom  de  Crouay  ;  Rou  et  I^ouvayet, 
viens  ici,  je  te  prends  pour  mon  valet.  Jet.  Festi  Christi  Belial. 
Gardez -vous  de  dire  Rouvayet»  ce  que  tu  feras  je  le  trouverai  bien 
fait  ;  parce  que  cette  garde  est  d'ailleurs  forte,  et  quelquefois 
pénible.  Voyez  ce  que  nous  «vons  enseigné  au  çli&teau  d(e  :36lle, 
touchant  les  Gardes.  » 

Garde  pour  le  Troupeau, 

«  Toutes  bêtes  ravissantes,  qui  pourriez  attaquer  ce  vif  troupeau  de 
bétes  à  laine,  qu^elles  soient  bridées  de  par  le  hoc  est  enim  Corpus 
meum.  Bêtes  à  laines,  viens  à  moi  ;  voici  une  offrande  de<sel  que 
je  te  présente  et  que  je  te  vais  donner,  au  nom  de  Dieu*  de  la-  Vierge 
et  de  Monsieur  Saint-Jean  :  bêtes  à  laine,  viens  à  moi^^tte  tourne 
vers  moi;  vdilà  une  offrande  de  sel  béni  de  Dieu,  que»  je  te  vais 
donner,  livrer,  et  jeter  au  nom  de  Dieu,  de  la  Vierge  et  de  Monsieur 
Saint* Jean;  bêtes  à  laine,  viens  à  moi,  voilà  une  offrsmdes  do  sel 
béni  de  Dieu  que  je  te  pi*ésente,  te  vais  livrer  et  j^er.  dessus  vtoi. 
Vif  troupeau  de  bêtes  à  laine,  que  voici  présent  devant  Dieu  et 
devant  moi,  au  nom  de  Dieu,  de  la  Vierge  et  de  Monsieur.  Saîn^ 
Jean,  que  ce  sel  me  les  garde  saines  et  nettes,  bien  buvantes,  ^ien 
mangeantes,  grosses  et  grass?s,  basses  et  ravalées^  bien  closes  et 
fermées  autour  de  moi,  comme  est  TÂgneau  de  Monsieur  Saint- 
Jean  ;  et  à  rhonneur  de  lui,  je  crois  que  ce  sel  me  les  gardera  saines 
et  nettes,  bien  buvantes  et  bien  mangeantes^  grosses  .et  grasses, 
comme FAgneau  de  Monsieur.  Saint<^Jean  ;  je  crois  que  ce^-  sel  me 


OVIS  ARII8.  W7 


les  gardera  claires  et  reluisantes,  pour  complaire  à  tout  le  monde, 
au  nom  de  Dieu,  de  la  Vierge  et  de  Monsieur  S.iint-^Jean  ;  je  crois 
que  ce  sel  me  les  garantira  de  loups  et  louves,  et  de  toutes 
bêtes  ravissantes  qui  marrhent  le  jour  et  la  nuit.  Sel  béni  de  Dieu, 
je  te  coiyure  que  tu  me  le  feras  ;  car  j'y  crois,  au  nom  de  Dieu,  de 
la  Vierge  et  de  Monsieur  Saint- Jean.  0  grand  Dieu  I  je  ci*ois  que  ce 
sel  me ies  préservera  de  rogne,  de  gaie,  clavel,  et  de  quelque  mal 
qui  pourrait  arriver  dessus  Je  corps  de  ce  vif  troupeati  de  *bête6  à 
laine.  Sel  béni  de  Dieu,  je  crois  que  tu  le  feras  au  nom  de  Dieu,  de 
la  Vierge  et  de  Monsieur  Siàint-Jean.  Amen.  — *  U  faut  qu^une  messe 
du  Saint-Esprit  ait  été  dite  sur  le  sel  ;  elle  doit  être  commencée 
par  leConffteoi\  et  continuée  jusqu'à  la 'Un.  Vous  la  pouvez  dii*e 
▼oas<*mékiie.  Au  resté,  vous  y  procéderez  comme  au  ohâteau  d 
Belle,  et  Vous  servirez  des  paroles  suivantes  pour  le  jet,  etc.  Vamus 
Jésus  Chtistus  et  memores,  attaquez  sel  soli,  attaquez  Saint- 
Sylvain  au  nom  de  Jésus.  » 

Autre  Ga>*de  peur  les  Moutons, 

«  Sel,  qui  es  créé  de  Dieu  et  béni  de  sa  très  digne  rnain^  je  te 
conjure  par  le  grand  Dieu  vivant,  et  de  Monsieur  Saint- Requier, 
qui  est  le  combatteur  de  tous  les  Diables,  je  te  conjure  que  tu  aies 
à  roiripre  et  corrompre  toutes  paroles  qui  ont  été  dites,  lues  et 
célébrées  dessus  le  corps  de  ce  vif  troupeau  de  bêtes  à  laines,  que 
voici  présent  devant  Dieu  et  devant  moi.  Sel  qui  est  créé  de 
Dieu  et  béni  dé  «a  digne  main,  je  conjure,  présente  et  applique  sur 
le  corps  de  ce  vif  troupeau,  que  voici  présent  devant  Dieu  et  devant 
moi  ;  c'est  mon  intention  et  désir,  que  tu  me  les  gardes  saines  et 
nettes,  grosses  et  grasses,  rondes  ;  qu'elles  soient  bien  alliées  autour 
de  moi  comme  la  ceinture  de  la  très  sacrée  Vierge  Marie,  quand 
elle  portait  le  corps  de  mon  doux  Sauveur  Rédempteur  J.  C.  Casta 
sacratyera  viva  corpus  Domini  nostri  Jesu  Christi  qui  tima  menta 
Deué  ;  in  nomine  Patrie,  et  Filii^  et  Spiritùs  Sancti»  Amen.  Pour 
Tapplication,  ayez  recours  à  ce  qui  est  enseigné  au  château  de 
Belle»  et  vous  servez  pour  le  jet  et  frones  des  paroles  qui  suivent, 
ou  de  ceux  dés  jets  ci*-dessus  qui  vous  conviendront;  passe Flori, 
Jésus  est  ressuscité.  i^ 

Ce  que  nous  avons  donné  de  gardes,  doit  suffire  pour  satis- 
faire le  berger  et  le  palefrenier,  puisqu'une  gai*de  qui  sert  à 
l'un  peut  servir  à  rauti*e,  changeant  seulement  au  nom  de  vif 
troupeau  de  bétes  à  laine,  celui    de  bêtes  cavalines.  Toutefois 


I6d  OVIS  AKIES. 


il  est  bon  de  remarquer,  qne  plua  une  garde,  est  forte  et  remplie 
d'ingourmande,  mieux  elle  convient  auK.  chevaux,  et  plus  la  garde 
e»t  douce  et  sainte,  mieux  elle  convient  aux  moutons.  » 

Grimoire,  du  pape  Honorius.  Rome,  1670  (^)  petit  in- 18  obloug 
de  139  p. 

44.  «  Qi;and  un  mouton  a  le  pied  pourri,  il  faut  lui  faire  le 
gâchet.  Pour  cela  on  le  conduit,  au  coucher  du  spleil,  à  une  écroi" 
sée  de  chemin  ;  on  lui  pose  le  pied  sur  du  plantain  ;  avec  un  couteau 
on  enlève  la  motte  de  gazon  où  est  le  plantain,  on  retire  le  pied  du 
mouton  et  on  le  pose  dans  le  trou  où  était  ia  motte  ;  on  presse 
légèrement  avec  celle-ci,  après  quoi  on  la  pousse  sur  un  bjiissou 
blanc  (cratœgus  oxyacantha).  Puis  on  ramène  le  mouton  à  Tétable  et 
tout  est  dit;  la  guérison  sera  prompte.  Quelquefois  on  jejbte  la 
motte  de  gazon  par  dessus  Fépaule,  en  arrière,  sans, regarder  Où 
elle  tombe.  »  Deux-Sèvres,  Sovchjê, 

45.  «  Quand  un  mouton  a  le  ventre  ballonné  et  qu'il  a  peine 
à  respirer,  cVst  qu'il  est  éclienné.  Il  faut  alors  le  toucher  : 

Par  trois  fois  passez  vos  deux  mains,  une  de  chaque  côté,  du 
ventre,  en  commençant  dès  Tépine  dorsale,  et  dites  simplement,  en 
appuyant  modérément  les  mains  et  accentuant  fortement  :  «  Notre 
père. » 

Autre  méthode,  récitez  les  paroles  suivantes  : 

«  Je  m'en  fis  dans  le  bois  de  Coudres,  pour  couper  un  petit  bout 
de  trougne,  en  le  copant  y  me  copit  le  poust,  ;  que  Dieu  veuille 
que  mon  petit  mouton  blanc  soit  aussi  vite  guéri  que  mon  petit 
pouse  blanc.  »  Deux-Sèvres,  Souche. 

46.  «  Il  y  a  deux  maladies  que  les  bergers  redoutent  beaucoup 
pour  leurs  troupeaux  :  c'est  d'abord  la  clavelée  ou  le  clavois  (en 
patois  lo  pigoto),  ensuite  le  venin  ou  les  enflures  {lou  véré)  prove- 
nant de  Tabsorption  de  quelque  plante  délétère  ou  de  la  morsure  de 
quelque  bête  venimeuse.  Pour  prévenir  Tune  et  guérir  Tautre,  les 
bergers  ont  recours  à  deux  sortes  de  pierres.  La  première  s'appelle 
la  pierre  de  la  p^'gote  ou  pierre  du  tonnerre  ;  la  seconde  la  pierre 
du  véré.  »  Ardèche,  H.  Vaschai.de.  Pierres  mystérieuses. 


(t)  Le  lieu  et  la  date  de  publication  sont  une  supercherie.  L'exemplaire 
que  Je  possède  semble  être  delà  fin  du  dii^-huitiéme  siècle.. 


OVIS  ARIES.  l&i 


47.  «  Lorsqu'on  prétend  qu'un  sort  a  été  Jeté  sur  quelquW,  on 
n'a  qu'à  renfermer  le  patient  et  à  mettre  dans  le  four  préalable- 
ment chauffé,  le  foie  d^vih  mouton.  Celui  qui  a  jeté  îesort  mourra 
s'il  ne  peut  voir  Tensorcelé.  A  Gérmond,  on  tourmente  le  sorcier  et 
on  l'oblige  à  venir  en  suspendant  le  foie  dans  la  cheminée  et  en  y 
piquant  des  épingles.  » 

Deux-Sèvres,  Souche.  Voy.  aussi  une  superstition  analogue  dans  la 
Gazette  des  Tribunaux  du  31  août  1845. 

«  Dans  un  roman  (angoumoisin  ?)  de  M"*  des  Mesnards  (Le 
Manoir^  p.  39),  Fauteur  met  en  scène  un  homme. q]ii  a  des  moutons 
malades  par  suite  d'un  sort.  Pour  les  guérir  il  met  dans  un  pot  un 
cœur  dé  mouton  piqué  d'épingles  jaunes  toutes  neuves  et  le  porte  à 
la  croix  d'un  carrefour.  Là,  il  allume  du  feu  sous  son  pot  et  se 
cache.  Bientôt  on  entend  dans  le  pot  :  pani  patapan  I  Le  diable  et 
le  sorcier,  auteurs  du  sort,  attisent  le  feu  avec  une  fourche  de  bois, 
puis  emportent  le  feu  et  laissent  la  fourche.  Le  lendemain  le  sor- 
cier jette  le  sort  sur  lé  coq  de  la  maison  qui  en  meurt.  » 

48.  «  L'eau  de  TAsccnsion  ^^  amène  le  bangon.  »  =  Les  mou- 
tons mouillés  par  là  pluie  le  jour  de  l'Ascension  périssent  d'un^  ma- 
ladie dé  gorge  appelée  bangon.  Centre,  Jaubebt. 

49.  «  Entre  l'Ascension  et  la  Pentecôte,  si  on  tond  les  moutons, 
il  sort  un  corps  de  la  maison.  »  Deux-Sèvres,  B,  SoucHé. 

50.  «  Il  ne  faut  pas  filer  le  soir  de  la  Chandeleur,  cela  rend  les 
moutons  boiteux.  »  Deux-Sèvres,  Soûché. 

51.  «  On  doit  attendre  la  nouvelle  lune  pour  tondre  les  moUtons^ 
si  Ton  veut  que  leur  laine  repousse  épaisse  et  sans  tarder.  » 

Finistère,  communiqué  par  M.  L.  Sauvé. 

52.  «  Pour  faire  passer  les  dartres,  il  fautleslavef  et  les' frotter 
avec  de  l'urine  d'une  brebis  qui  n'ait  pas  encore  vu  ie  mâle.  » 

Finistère,  communiqué  par  M.  L.  Sauvé. 

53.  «  Lé/lamptdoni  est  une  herbe  dont  tous  les  montagnards  de 
la  Crète  parlent  et  qu'aucun  d'eux  n'a  vue;  cette  herbe  que  les  mou- 
tons, disent-ils,  savent  bien  trouver  et  brouter,  aurait  la  propriété 
merveilleuse  de  leur  dorer  les  dents,  ce  qui  tiendrait  è,  \a^  présence 
de  l'or  dans  le  sol  où  cette  herbe  implante  ses  racines.,  Buondel- 


WO  OVIt  ARIE8. 


monti  racontait  déjà  en  1422  que,  d'après  les  bergers,  il  se  trouvait 
sur  le  mont  Ida  une  grande  abondance  d'herbes  lunaires  Jouissant 
de  cette  propriiHé.  Quant  à  moi,  en  examinant,  par  la  $uite,  des 
moutons,  je  n^ai  vu  sur  leurs  dents  qu^un  dépôt  de  dartre  Jaune  sem- 
blable à  celui  qui  se  produit  par  tous  pays.  » 

Raulik.  Description  physique  de  tile  de  Crète, 

54.  *  Si  en  allant  faire  une  visite  vous  rencontrez  des  moutons, 
c*est   signe  que  vous  serez  le  bienvenu.  » 

Liège,  A.  HoCK,  III,  p.  89. 

«  Un   agneau  noir  est  un  mauvais  présage  (>).  » 

Environs  de  Semur  (Côte-d'Or),  cora.  parM.H.  Marix)t. 

«  Wenn  einem  Schafe  begegnen,  so  bat  man  Glûck^  » 

Basse-Autriche,  Blaas. 

«  To  hâve  one  black  sheep  is  an  omen  of  good  luck,  to  hâve  two 
or  three  is  a  accounted  the  reverse.  »    West  Sussex,  M"  Latham. 

«  Das  Schaf  im  Angange  bedeutet  Glbek,  drei  schwarze  Lâmmer 
von  einem  Schaf  dagegen  Unglûck,  » 

Duché  d*01d6Bbourg,  SrfUCKBRJAN. 

.  55.  «  La  veille  des  Rois  les  filles  vont  dans  les  étables  de  brebis, 
et  si  leurs  mains  sWrétent  sur  le  bélier  elles  se  marieront  pendant 
le  cours  de  l'année.»  Reinbberg.  Traditions  de  la  Belgique,  I,  p.  19. 

«  Die  Mâdchen  gehen  im  Finstern  in  den  Schafstall  und  gi*eifen 
Schafe,  was  von  Jeder  nur  einmal  geschehen  darf.  Wird  nun  eiu 
Hammel  odersogarein  Bock  gegriffen,  dann  ist  die  Heirath  sicher; 
ein  Schaf  bedeutet  noch  l&ngeres  Verbleiben  im  ledigen  Zustande. 
Ëin  Lâmmchen  greifen  die  Mâdchen  nicht  gern,  denn  es  bedeutet 
ein  Kind.  »  Superstition  masure,  Toeppen. 

56.  «   Dextro    teste    prœligato  feminas    générât  (aries),   laevo 

mares Aquilonis  flatu  mares  concipi  dicunt,  Austri  feminas....  » 

—  Le  testicule  droit  lié,  il  (le  bélier)  engendre  des  femelles,  le  testi- 
cule gauche,  des  mâles....  On  dit  que  pendant  le  vent  du  nord  les 
conceptions  sont  de  mâles  et  de  femelles  pendant  le  vent  du  midi... 

Pline,  VIII,  72  (édit.  Littrb). 

(*)  Cf.  W.  Oregor.  Xotes  on  the  Folk'lore  of  the  y.»B.  of  Scott., 
18S1,  p.  182. 


OVI&  AR2B6.  171 


M.  «  La  féte  de  Notre-Datti»-des-Abeifles  à  Basytils  (Pyréaécs- 
OHental^s)  se  célèbre  le  mardi  de  la  Pentecôte.  On  a  consenré  Tu- 
sage  de  donner  un  agneau  en  offrande  à  r autel  de  la  Vierge.  Cet 
agfieau'ëst  veqdu  aux  enchôt^s  publiques,  et  le  produit  est  destiné 
à  subvenir  aux  frais  de  la  fête.  »  : 

''-    Véyéz  L.  Juste.  Ermita^s  du  diocèse  de  Perpignan, 
Perpignan,  1860.  p.  124. 

58.  «  A  la  fête  des  Chaudrons,  au  Kakkavâ,  chaque  tchinghiané 
(tsigane)  est  tenu  dMmmoler  un  agneau.  »         Paspati,  p.  27. 

59.  Sur  la  Divination  au  moyen  d'une  épaule  de  mouton,  voyez  : 
W.  J.  Thoms,  Divination  by  the  hlade-hone^  dans  Folh-Lorc  Society, 
I,  p.  176  et  suivantes. 

60.  «  Quetine  de  Dious  !  (brebis  de  Dieu).  »  —  Juron  fréquem- 
ment employé  eii  Beauce.  Communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

61.  «c  —  C*est  comme  l'histoire  de  Tagneau  blanc. 

—  Qu'est-ce  que  c'est  que  l'histoire  de  l'agneau  blanc  î 

—  On  ne  doit  pas  demander  ce  que  c'est  que  l'histoire  de  l'agneau 
blanc  {par  la  bonne  raison  qu'elle  n'existe  pas), 

—  Pourquoi  ? 

-—  On  ne  doit  pas  demander  pourquoi  ? 
Et  ainsi  de  siiite.  » 

Facétie  de  la  Lozère,  recueillie  personnellement. 

Q2.  Voyez  dans  Orient  und  Occident,  III,  690  les  commentaires 
de  M.  R.  Koehler  sur  un  conte  qui  ne  finît  pas.  Un  mouton  se  noie  ; 
le  berger  le  tiré  par  la  queue  ;  la  queue  lui  reste  dans  la  main,  ce 
qni  explique  que  le  conte  n'est  pas  plus  long. 

63.   Le  Loup  et  la  Bergère  (Jeu.) 

A  l'exception  d'un  des  joueurs  qui  est  chargé  du  rôle  de  loup^  tous 
les  autres  se  rangent  à  la  file,  et  se  disposent  de  telle  soi*te  qu'une 
dame  se  trouve  entre  deux  cavaliers,  et  un  cavalier  entre  deux 
dames.  Une  dame,  nommée  la  berbère,  est  placée  en  tête  ;  le  reste 
de  la  société  est  les  brebis,  qui  se  tiennent  les  unes  derrière  les 
ivutres.  Quand  le  troupeau  est  placé  convenablement,  le  loup 
s'avance  vers  la  bergère,  et,  montrant  les  brebis,  il  lui  dit  • 
je  suis  le  loup,  loup,  loup,  qui  les  mangera  ;  mais  elle  lui  répond  : 


172  OTIS  ARIBS. 


• 


je  suis  la  hergère,  gèr^^  gère,  qui  f  en  empêchera.  Aussitôt  le 
loup  s'élance  et  cherche  à  s'empai'er  des  brebis  qui  léoni  à  la 
queue  de  la  file  ;  niais  la  bergère  se  jette  sur  son  passage;  tous 
les  joueurs,  qui  forment  une  longue  filé  en  se  tenant  par  la  taille, 
suivent  l'impulsion  de  la  bergerie,  lé  loUp  en  pi*ofite  hàb^iléthetrt  ; 
il  feint  de  vouloir  passer  à  gauche,  et  la  bergère  lui  bariraht  le 
chemin  de  ce  côté  entraîne  les  bi^ebis  à  droite  ;  alors  il  coUrt  sur 
sa  proie,  et  la  saisit,  à  moins  que  les  dernières  brebis,  s'apercèvant 
du  péril,  ne  courent  dans  un  senè  opposé,  et  donnent  le  temps  à;  celle 
qui  les  défend  dé  revenir  sur  le  lotrp.  Quand  celni-ci  est  parvenu 
à  saisir  une  brebis,  il  lui  donne  un  baiser,  et  en  exige  un  gage  ; 
s'il  attrape  un  mouton,  il  prend  le  gage  sieulement  ;  aussi  les 
damés  se  i*écrient- elles  contré  Tînjustice  qui  les  force  à  player 
double,  et  elles  ont  raison.  Souvent,  au  niomént  dé  saisir  sa 
proie,  la  bête  vorace  la  voit  s'échapper:  pour  se  mettre  en  sûreté 
contre  lui,  la  brebis  n'a  besoin  que  de  venir  se  placer  devant  la 
bergèi'e  ;  celle-ci  alors  lui  cède  son  rang  et  son  pénible  emploi* 
Dans  ce  cas,  le  loup  perd  aussi  sa  dignité  ;  il  donne  un  gage^  et 
prend  la  place  du  dernier  mouton,  qui  devient  loup  à  soiî  toUr, 
et  le  jeu  continue.  Leâ  brebis  placées  à  la  queue  étant  lès  plus 
exposées  se  hâtent  de  courir  au-devant  de  la  bergère,  ausâi  ce 
fatigant  emploi  n'est-il  pas  bien  prolongé  ;  Ce  jeu  est  singulière- 
ment animé,  grâce  aux  mouvements  rapides,  aux  vol  tes  précipitées, 
aux  changements  successifs  du  troupeau,  de  la  bergère  et  du 
loup.  M"»  Cblnart.  Manuel  des  Jeux, 

64.  Les  Moutons  et  le  Boucher  (Jeu.) 

Trois  des  Jeunes  gens  de  la  société  adoptent  trois  rôles  parti- 
culiers, l'un  est  le  boucher,  et  se  tient  à  Fécart  ;  l'autre  est  berger, 
et  se  met  debout  auprès  des  autres  personnes  de  la  compagnie,  qui 
sous  le  nom  de  moutons,  s'asseient  à  terre,  les  unes  auprès  des 
autres  ;  enfin  le  troisième  est  le  bélier  ;  il  se  place  d'un  air  fier 
à  la  tête  du  troupeau,  sur  une  petite  chaise,  ou  tabouret.  Cepen- 
dant le  boucher  sort  de  son  coin  et  s'avance  vers  le  berger  en  lui 
proposant  d'acheter  ses  moutons  ;  on  ne  peut  faire  un  marché  de 
chat  en  poche  ;  le  boucher  s'avance  vers  les  moutons,  les  soulève 
par  dessous  les  bras  pour  juger  de  leur  poids,  serre  les  mains  des 
brebis  pour  apprécier  leur  degré  d'embonpoint,  appuie  ses  lèvres 
sur  leurs  cheveux  pour  s'assurer  de  la  finesse  de  la  lainct  et  ses 
lèvi*es  bien  souvent  descendent  sur  le  front.  Cet   heureux  boucher 


OVIS  ARBBS.  173 


sUn^ète  un  peu  moins  de  la  qualité  des  moutons.  Quoiqu -il  en 
soit,  il  d^bat  le  prix  avec  le  berger^  et  cherche  4  payer  moins  cher, 
en  disant  gue  telle  brebis  est  trop  jeune,  que  telle  autre  ne  sera 
pas  assez  tçndre.  que  tel  mouton  a  Tair  coureur,  etc.  Enfin,  le 
marché  se  qondiut.  et  le  boucher  dit  que,  forcé  d'aller  à  un  autre 
endroit,  il  va  revejnir  bientôt  chercher  le  troupeau.  Il  s'éloigne  ;  dès 
qu'il  est .  parti,  le  bei'ger  fait  relever  tous  ses  moutons  et  les 
conduit  dans  la  bergerie.  Or,  la  bergerie  est  un  grand  carré  formé 
le  long  du  mur  de  la  cour,  du  jardin,  ou  même,  un  appartement 
dégarni  de  meubles  ;  des  chaises  de  chambre,  ou  de  jardin,  ou 
même  un  bâton  que  l'on  couche  à  terr^^  sont  les  murailles  de 
côté  ;  le  devant  est  ouvert;  seulement  il  est  marqué  par  quelque 
chose,  q^uand  ce  ne  serait  qu'un  ruban  que  l'on  assujettit  par  terre. 
Toutes  les  brebis  debout  entrent  dans  cette  bergerie  dont  elles 
occMpent  le  fond,  tandis  que  le  bélier  se  tient  en  vecjette  sur  le 
bord,  au  milieu  ;  le  berger  reste  à  quelque  distance.  Le  boucher 
de  retour,  s'approche  du  berger,  lui  donne  le  prix  convenu,  et 
demande  sa  marchandise:  allez  la  prendre  dans  la  bergerie, 
répond  celui-ci  ;  mon  boucher  se  met  en  devoir  d'obéir  ;  mais 
s'il  veut  entrer  à  gauche  du  bélier,  celui-ci  se  précipite  au- 
devant  de  lui  pour  lui  barrer  le  chemin,  et  toutes  les  brebis 
courent  à  droite  ;  passe-t-il  de  ce  côté,  le  bélier  s'élance,  et  le 
troupeau  court  à  gauche  ;  il  faut  bien  de  l'agilité  au  pauvre  mar- 
chand pour  attraper  un  mouton,  mais  aussi  dès  qu'il  le  tient,  il 
en  exige  un  gage,  et  le  constitue  prisonnier.  Ainsi  que  dans  le 
jeu  précédent  les  moutons  ont  la  ressource  de  passer  devant  le 
bélier  et  de  prendre  ainsi  son  emploi  ;  on  n'use  ordinairement  de 
ce  privilège  que  lorsque  le  jeu  en  se  prolongeant  pourrait 
fatiguer  le  bélier.  Le  boucher  peut  renoncera  attraper  les  brebis, 
mais  alors  il  donne  un  gage  et  le  jeu  recommence.  » 

M""»  Celnart.  Manuel  des  Jei^x,  1827, 

65.  «  Jougar  a  fedetos.  »  —  Jouer  à  la  quçue  leu  leu. 

Languedocien,  communiqué  par  M.  P.  Fe;sqi)et, 

Ô6,  «  Le  jeu  de  saute-mouton  est  appelé  game  of  leap'frog^  en 
anglais  et  himdrul  (^)  hâ'it,  en  arabe.  » 


67.  «  Harlic,  berlic, 

Monté  sur  quatre  chevilles  ; 

<i)  Wmàt  en  arabe  lignifle  àne. 


174  QàPItA  HltCGUS. 


Harlioo,  berlico,  ' 

Ceux  qui  me  devinent  ne  9ont|^&  s<yts.  » 

—  Réponse:  ta  brebis.  Devinette  dé  la  Beaùce. 

68.  «Pourquoi   les  moutons  bhmcs  tnaiigéct-iU  plus   que  les 
noirs  ?  —  Parce  qu*il  y  en  à' plus  de  blancs  que  <ie  Hoirs.  * 

Devinette  fi^an^àîse. 

I  I  ■    I  II  >  I»  I  II  ^^  I  II   ,  _    '    /  .  J    (    .  ■ 

CAPRA  HÏRCUS.  —  LA  CHÈVRE. 

'  \'"'',  ■■■I-'  -■ .  ..■'.        ■  -": 

1.  Noms  du  mâle  : 

BOUC,  BOUK,  m,  français.  —  languedocien.  *—  béarnais.  —  li- 
mousin.  ' 

Boc,  BOK,  w.  Lorraine. —  Pays  messin.  —  wallon.  —  Mont- 
béliard.  —  iSàvoie. 

BAC,  fî^i  Les  Fourgs,  Tissot. 

BRCII,  m.  Menton,  Andrews. 

BOU,  m.  provençal  moderne.  —  Dordogne. 

Bo,  m.  wallon,  Grandgagnage. 

BOUc'H,  BOCH,  breton  armQricaiu..  .    i     ,      . 

BOUQUIN,  m,  Châtillon-^sui'-Loing  (Loiret^  com.  par  M.  L. 
Malon. 

BOUQUI»  ♦»«*  Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.Malon.        •    ^ 

BBQUOT,  «ï.  Champagne, -Scheïer. 

BOUCOT,  m.  Franche -Comté,  Perron. 

B0UCA.U,  m.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

BoucÀ,  m.  Meurthe-et-Moselle,  L.  Adam. 

BÔKAN,  m,  Bas-Valais,  Gilliéron. 

BEQUi,  m.  Jura,  Scheler. 

BEQUOT,  m.  champenois,  Scheler. 

BiQUiN,  m,  Loiret,  com.  par  MM.  Beauvillard  et  Poq^uet. 

BOUCHO,  tn.  Le  Tholy  (Vosges).  L.  Adam. 

BOUÈTCHOT,  m.  Montbéliard,  Coutejean. 

BOUCHA,  m.  Vagney  (Vosges),  com.  par  M.  D.  Pierrat. 

BOUCHARD,  m,  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

BOSSET,  m.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  ]>aerey. 


OAHIA  HIRCUS.  175 


BOSTKT,  m,  Albertville  (Savoie),  com.  par  M.  Duerey. 
BOTSET,  m.  (=  jeune  bouc),  Tarentaise,  Pont. 
BOUGHNi,  tn.  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont. 
BOUGARAN,  wi.  (=  vieux  bouc,   terme   comique  ou  de  mépris), 

arrondissement  de  Brive,  com,  par  M.  G.  de  Lépinay. 
BRETAOU,  m,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 
uzjiîT,  m,  (m.  à  m.  :  petit  Louis),  l^eux-Sèvres,  com.  par  M.  L. 

Desaivre. 
MÉRET,  m.  nord   du   département  des  Deux-Sèvres,  com.   par 

M.  L.  Desaivre. 
JEAN,  w.  Rouvray-Saittt-Denis  (Eure-et-Loir),  com.  par  M.  J. 

Poquet. 
MÉNOUN  (I),  m,  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
ARÉR.  basque  guipuzcoan,  biscaïen,  labourdin.  Van  Eys. 
ARHÉit,  basque  bas-navarrais,  Van  Eys. 
AKÉRRA,  ARHÉ^RRA,  basquc*  Favro. 

Noms  étrangers  du  bouc  : 

Tpàyoç,  grec  anc.  et  mod.  Bikélas.  —  IIpouTaoc,  grec  moderue.  ~ 
Hircns,  lat.  —  Becco,  Citpro,  Caproce,  it.  —  Bèccn,  sarde,  Spano.  —  Bècli, 
Brescia,  Melch.  —  Botsch,  Basse  Engadine  (dans  un  document  de  1684), 
Romania  VIII,  p.  339.  —  Zervànt,  fourbésque  de  Parme,  Mal.  —  Cravôn, 
Parme,  Mal.  —  Cabron,  esp.  —  Cabrâo,  port.  —  Bode,  port.;  gallic.  —  Bocc, 
vieil  irlandais.  —  Parcin,  Parts,  Pirttln,  Pirtz,  roumain,  Cihac.  —  Bock, 
Zieflrenbock,  Geisbock,  ail.  —  Bnck,  Croatbnck,  angl.  —  Bock,  suéd.  —  Buk, 
Oedebok,  danois.  —  Bok,  hoU.  —  Gapa,  Koziol,  polon.  —  Kosel,  tchèque.  — 
Kosél,  russe.  —  Gap,  petit  russien.  —  Gàp,  hongrois.  —  Tstp,  albanais.  — 
Tsap,  roumain,  Cihae*  —  A4|a,  Méka,  Uédhya,  MénÂda,  Stabàa,  Lambakariut, 
Tchcbâga.  Tchchàgala,  Tchchagala,  Tchcbagalaka,  Basta,  A^arshabba,  sans- 
crit, B.  —  Hitt&n,  rkrish,  arabe.  —  Erké4J*  turc.  —  Teke,  kurde,  Justi.  — 
Taka  (a  he-goat  that  leads  the  flock),  persan,  Johnson. 

2.  Noms  de  la  femelle  : 

CABRA,  f,  anc.  provençal. 

CABRO,  f,  (=  lat.  capra),  languedocien.  — ^  Ariège.   -^  Lozère. 

CABRA,  f.  argot  bellau,  Toubin. 

CABRE,  f,  Reims,  Saubinet.  —  Plancher-les -Mines,  Poulet. 

(1)  Les  bergers  mettent  habituellement  un  ou  plusieurs  boacs  avec  une 
clochette  au  cou,  en  tête  des  troupeaux  de  moutons  ;  de  là,  sans  doute, 
le  mot  menoun  (celui  qui  mène).  Chabrand  et  Rochas, 


176  CAPHA  HIÎICUS. 


.,  CAPRE, /.  argot,  L.  B4gaud. 
CAPRE,  f.  Morvan,  Chambure. 
GAfiE,  GûBE«  /*,  Montbéliar4«  Contejeau. 

CRABO,  /,  Bagnère^-de-Bigorre.  —  Laiir^^6.-^.Lan.dea»— Tarn. 
GRAVA, /*.  Menton,  Andrews. 

TSABRO,  /".  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
oHABRO,  f,  Alpes  cottiennôs,  Chabrand  et  Hoehad.  — Limou- 
sin, Chabaneau. 
CHABBA,  f,T\i]\e,R0me  des  langues  rom.,  ocU  1877,. p,  179, 
KÈVRE,  A  normand,  Delboulle. 

GKBUYBB,  A-DeuX'Sèvres,  communiqué  pat  M.  B.  Souche. 

TCRÉvRB^  f.  Bassin,  Joret. 

ncvntvYE,  f.  Ban  de  la  Roche,  Ôberlin. 

CHEtTE,  CHIVE,  ÔhIvE,  f.   VoSgeS.  '    . 

CHUP,  /.  Luriëvîlle,  Oberlin. 

siVRA,  f,  Sallanches  (Haute -Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 

Stivra,  /".  Albertville  (Savoie),  com,  par  M.  Ducrey. 

TSivRA,  /".  Tarentaise,  Pont. 

TCHÎVRA,  f.  Bruyère,  Cornu. 

•TCHÎVH^,  f.  Pianclier-les-Mines,  Poulet. 

tchy€ra,  /".Bagnard,  Cornu. 

TSÎVROTTE,  f.  Les  Pourgs,  Tissot. 

CHIEUVRE,  CHIEUVE,  f.  LoIrct.  —  VoSgCS. 

TYÈVRA,  /".  Bas- Valais,  Gilliéron. 

CHiÔRA,  CHÙRA^  CHUÈRE,  /.  Forez,  Gras. 

CHiÈRE,  ciÊRE,  /.  Morvan,  Chambure.    . 

BEQUE,  f,  Beauvois-sur-Mer,  G«,llet. 

BfQUE,  BIQUETTE,  f,  français,  (terme  de  familiarité). 

BiGUE,  /.  Morvan,  Chambure.  —  Nivernais,  Janbert. 

BOGATTE,  /'.Pays  mcsslu.  —  Vosges. 

BOCOTTE,  /".  Pays  messin. 

Bico,  /*.  cévenol,  Azaïs. 

BoucHO,  /".  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

OAYB,  GAÏB,  /.  Lorraine.  —  Pays  mesàin. 

GAiETTE,  f.  champenois,  Diez. 

GATE,  /.  wallon,  Grandgagnage.  —  rouchi. 

GADE,  f.  Namur,  Grandgagnage. 

BiBi,  f,  limousin,  Azaïs. 

TINA,  TINETTA,  BETTE,  BITTE,  f.  ForeZ,  GraS. 


CAPRA  HIRCUS.  177 


JEANNE,  JEANNETTE,  f,  Eure-ot-Loir,  Loiret,  corn,  par  M.  J. 

Poquet. 
MEGO,  GHOUNO,  CHBTO,  f,  langaedocien,  com.  par  lU.  P.  Fesquet. 
GAOUlR,  ôAVR,  Moncu,  bretOD,  com.  par  M.  L.  ^.  Sauvé. 
AHUNTZA,  basque,  Fabre.  ' 

NoBQS  étrangers  de  la  chèvre  : 

AÎÇ,  grec  ancien.  —  Ffôa,  Ffôt,  KaTor^xa,  grec  moderne,  Bikélas.  — 
AT^a,  grec  des  bas  temps.  —  Gaiira,  lat.  —  Capra,  it.;  roumain,  Clhac.  — 
Cabra,  esp.;  port.—  Gavra,  Brescia,  Melch.  —  Gr&ba,  Sard.,  Spaho;  gallic, 
Pinol.  —  Grava,  Piémont,  Zalli;  Parme,  Mal.  ^  Bèeoa,  sarde  logodourien, 
Spano.  *-*.Ede,  B«t/i«rda,  argot  de  Val  Soana,  Nigra.  -^  Gaitei,  gothique.  — 
Ziege,  Geiss,  ail.  —  St^^a]mell-Stenner,  Oldenbourg,  Strackerj.—  Otat,  angl. 
—  6eit,  holl.  -->  Geet,  danois.  ^  Get,  suédois.  —  Kos^  russe.  --•  KoM*  pol.  ; 
tchèque.  —  Prska,  tchèque.  —  Adjà,  Tchchâgi,  Tchchiigâ,  Tchchagik4>  Tchcha- 
gali  (i),  Tchalnmpà,  Oalastani,  sanscrit,  B.  ^  Buz-mÂda,  persan.  —  Biusl, 
arabe.  —  Kètchl,  turc.  —  Bizin,  kurde,  Justi. 

3.  Noms  du  jeune  mâle: 

BIQUET,  m.  français. 

BicoT,  BIQUOT,  m.  Côte-d'Or,  com.  par  M.  Hv  Marlot.  —  Mor- 
van,  Chambure.  —  Gâtinais,  com.  par  M.  L.  Halon.  — 
Pithiviers,  com.  par  M.  J.  Poquet.  —  Saintonge,  Jônain. 

BBQUOT,  m.  Beauvois- sur-mer,  Oallet. 

BEQUI,  Jura,  Diez. 

BiQUiN,  Vn.*  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malou, 

BEQUAT,  Champagne,  Diez. 

BiQUiAT,  BiQUioN,  wi.  Centfe,  Jauhçert. 

BIGAU,  BIQUET,  m.  Morvau,  Chambure. 

BBTTET,  BQUTiN,  w.  Forez,  Gras.  „. 

BEZIT,  BEZiTAN,  Pamproux  (Deux-Sèvres),  com.  par  M.  B. 
Souche. 

GUEDi,  GUEDiLLOT,  m.  Moutbéliard,  Cont^ean. 

GADOU,  GADOT,  m.  wallou,  Grandgagnage. 

DiDi,  »n.  Vagney  (Vosges),  (terme  enfantin)  com.  par  M.  D. 
Pierrat. 

ACHURi,  basque  labourdin,  bas-navarrais,  biscaïen,  Van  Eys. 

CABRiT,  GABRiT*,  w.  languedocien. 

(i)  D*où  dans  les  dialectes  modernes  de  Tlnde  le  mot  dj&lî,  nom  de  la 
chôvre  que  Victor  Hugo  met  en  scène  dans  Notre-Dame  de  Paris.  Ce 
mot  a  dû  être  introduit  en  Europe  par  les  Tsiganes. 

12 


178  CAPRA  HIRCU8. 


COBRIT,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

CABRI,  m.  Champajgne.  •—  Lorraine.  —  Orléanais.  —  Saintonge. 

—  Bourgogne.  —  Paris.  —  Tarentaise,  Pont.  —  etc. 
CABi,  GABiN,  CHiGAT,  CHiGou,  m.  Centre,  Jaubert. 
CRABic«  m.  Lauragais,  com.  par  M.  P.  Fagot. 
CRABiT,  GRABiTT,  m,  Languedoc. 
CRABOT,    CRABOTT,  m.    Laudes,  de  Métivier.  —   Bagnôres-de- 

Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 
CRAVET,  m.  Menton,  Andrews. 
GHABRi,  CHABRÉ,  m,  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 
CHEBRi,  m.  Centre*  Jaubert. 
TCHEVRi,  m,  Montbôliard,  Contejean. 
TSABRi,   m,   arrondissement   de   Brive,    com.    pai*   M.   G.  de 

Lépinay. 
TSBVRi,  TSBUVRi,   fit,  Los  Fourgs,  Tlssot.  —  Tarentaise,   Pont. 
SEVRO,  m,  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 
STÉVRO,  m,  Albertville  (Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 
CHEBRTLLON,  m.  {==  petit  chevrcau).  Centre,  Jaubert. 
TSABRiLLOU,  m.  arroudiss.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
GHABROT,  m.  Alpes  cottiennes,  Çhabrand  et  Rochas. 
CHIÔROT,  GHÔROT,  m.  Forcz,  Gras. 
CHEVREAU,  m.  français. 
CHÈVREU,  m.  Pays  messin,  Jaclot. 

CHEBRÀ,  CHEVRÀ,  m.  Deux-Sèvrcs,  com.   par  M.  B.  Soùché. 
MEYNA  DE  PÂQUES  0),  m.  Forcz,  Gras.  (Terme  plaisant). 
MRNN'GAOUR,  m.  breton  armoricain. 

Noms  étrangers  du  chevreau  : 

"Epecpoç,  Tpayioxoç,  Âlytoxoç,  AiytBtov,  grec  ancien.  —  'Epf^, 
grec  mod.,  Bik.  —  Haedas,  lat.  ^  Gapretto,  Cavretto,  Zeba,  it.  —  CrtUtti, 
sarde,  Spano.  —  Gravètt,  Parme,  Mal.  —  Gravdtt,  Piémont,  Zalli.  —  Gtmj, 
Val  Soana,  Nigra.  —  davareMa,  Cianredda,  sic.  Pitrô.  —  Qiilio,  esp,  ;  port. 

—  Ghivo,  esp.  —  Gabrito,  esp.  ;  port.  —  led,  Gaprior,  Yatain,  roum.,  Cihac.  — — 
Kid,  Gheveril,  angl.  —  Ziokltin,  ZicktleheB,  BocUamm»  Kitiehen,  aU.  —  nd.  ^ 
GedeUd,  danois.  —  Kid,  Kidling,  suédois.  —  Geitje,  holl.  —  Koska,  tchdqaei^ 

—  Koselet,  Koslenok,  russe.  —  Kosielek,  polonais.  —  Yarktra,  sanscrit. 

Bosiclia,  persan.  —  KAr,  KArik,   GIsk,    kurde,  Justi.  —  Jady,  arabe.  

Ogklaq,  turc. 

(1)  On  appelle  ainsi  le  chevreau  à  cause  de  la  ressemblance  de  8^^ 
vagissement  avec  celui  de  Tenfknt  (meyna)  et  parce  qu^il  naît  ordin^i^i 
reraent  vers  PAques.  (Qras.)  > 


i^APftA  HIRCUS.  179 


4.  Noms  de  la  jeune  femelle  : 

GABRiSTTB,  /«  environs  de  Cambrai,  Boniface. 
CHEVRETTE^  f,  français,  (mot  peu  usité  aujourd'hui). 
CHEVRATTE,  /".  Deux-Sèvrcs,  com.  par  M.  B.  Souche. 
TSABROTOj  TSABRiLLO,    f*   ari'ondis.   de    Brive,  com.    par  M.  O. 

de  Lépinay. 
CABiROLO,  f,  languedocien. 
COBRIDO,  f.  Rouergue,  Du  val. 
CHiÔRJSj^jLA,  BOUTiKAf.^*, Forez,  Gras. 
BIQUETTE,  f,  franvais. 

BiGETTE,  BiQUiouNE,  CHEBRATE,  CHiGATE,  f.  Centre,  Jaubert. 
jEAJmsTTE,  f,  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 
KOTERLA,  f,  Bas-Valais,  Gilliéron. 


*  _"î. 


Notriâ  étrangers  de  la  jeune  femelle  : 

Gaprttta,  CapeUa,  it.  --  Galurita,  CabritiUa,  Ghibt,  Oiiva,  csp.  —  Cabrinlia, 
Port.  —  Gaprioara,  lada,  ledntia,  roumain,  Cihac.  —  Zick«,  ail.  —  Getonge, 

5.  La  chèvre  hermaphrodite  (ce  cas  se  présente  quel- 
quefois) est  appelée  (^)  : 

BIQUE  et  Boc,  pays  messin,  recueiUi  personnellement. 

BOG  et  GATE,  wallon,  Grandgagnage. 

BOUC-GAn:.LE,  Meuse,  Cordier.  Coumëdies,  p.  155. 

CABRiBOUG,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

BOU-CHEUVRE,  wi.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

MAÎTSA-BOTSET,  Tarentaise,  Pont. 

DZABRÉ,  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

6.  Noms  étrangers  du  bouc  châtré  : 

IstllMek,  aUetnand.  ^  frtt8C)iiflr>  aUemaod,  Grimm. 

7.  Une  mauvaise  ou  méchante  chèvre  est  appelée  : 

GHABINË,  f,  Saintonge,  Jônain. 

8.  La  chèvre  qui  n'a  pas  de  cornes  est  dite  : 

MOUTTA,  MOUTTE,  Forez,  Gras. 

(0  Par  extension   ces  noms  sont  donnés  à  tous  les  hermaphrodites, 
^êtos  et  gens. 


i 


ISa  CAPRA  HIRCU8. 


mouonÔ»  arrondissement  de  Brive»  com.  pAr  M.  G.  de  Lépinay. 
MOUGNE,  Centre,  Jaubert. 
KAOUTA,  Bas-Valais,  OiUiéron. 


.i  .-.  -  .    .  '.   ,1 


9.  Un  troupeau  de  chèvres  est  appelé  : 

CABRAS,  CABRAT,  m.  languedocien,  com,  par  M.  P.  Pesquet. 

L*étable  des  chèvres  est  appelée  : 

GJLBRiEiRo,  /.  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
Synonymes  étrangers  : 

Âtfwv,  grec  ancien.  —  Capirlle,  latin. 

10.  La,  personne  qui  spigne  ou  garde  les  chèvres  est 

• .  ■, . 

appelée  : 

CABRiii*  m.  CABRiBiRO,  f,  languedocien,  com.  par  M.  Fesquet. 
TSABRiERO,  f.  arrondîs.  .deBrive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
CHEVRiRR,  m.  CHBVRiÊRE.  f.  français. 

BiSQUiER,  m.  BiSQUiÂRE,  f.  Bourgogne,  Suisse  romande,  Littré, 
Supplément. 

Synonymes  étrangers  : 

Aî-jftvofieuç,  A\y tkdvriÇf  grec  ancien.  —  daprtrias,  latin.  «^  ISafrare, 
Gaprajo,  it.  —  Gaynu*,  roumain,  cihac.  —  Grabarsik  sarde,  spano.  —  Gravir, 
Parme,  Mai.  —  Cravà,  Piémonir,  Zalli.  —  Cabrero,  esp.  —  Cs)}relro,  port.  — 
Cabrer,  catal.  —  DJAb&la,  sanscrit,  B. 

11.  Celui  qui  débite  la  viande  de  Tespèce  caprine  est 
appelé  : 

BOUQUiÉ  (^),  m.  (marchand  de   viande  de   bouc),  languèdocien^i 

com.  par  M.  P.  Fesquet. 
CABRiDiÉ,  m.  (marchand  de  viande  de  chèvre),  langiiedocie 

com.  par  M.  P.  Fesquet. 

12.  CABRON  =  peau  de  chevreau  dont   on   se   fait  des 

etc. 4  français   du  xvui*  siècle.    Marin.   DictionnaC- 
firançaiS'hollàndais, 

(i)  La  boucherie  de  boucs  est  appelée  konfiirii,  langned.,  P.  FesqmiaC 


CAPRA  HIRCUS.  181 


CABRiON  =  peau  de  chevreau.  «  Aussi  souple  que  la  bottine  de 
Cabrion.  »  Glossaire  de  ^ancien  théâtre  français^ 

13.  Les  chèvres  ont  souvent  sous  le  cou  un  appendice 
charnu  qu'on  appelle  : 

PENPANponi;.LON,  m.  Les  Fourgs,  Tissot. 
MANGUiLLON,  m.  Montbéliard,  Contejèan. 

Synonymes  étrangers  : 

Pendellin,  mil.,  Banfi.  —  MameUas,  esp.  —  Marmelàs,  galiic,  Pinol.  — 
Adjàgalastana  (i),  sanscrit. 

14.  De  la  chèvre  qui  fait  entendre  son  cri,  on  dit  : 

B^LEB,  français. 

BELA,  BiOLA«  BRioLA,  BÉDA,  BBOUA,  6UËLLÀ,  ÀveyronV  Vayssier. 
BELLA,  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
GCJENLi^  BiALi,  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
BEQu^LBR,  BRÉÉLER,  Doux-Sèvres,  com'.  par  M.  B.  Souche. 
BBZIOUER,  B^ziGÙER,  Centre,  Jaubert. 
BE)[ZBLA,  Bas- Valais,  Gillîéron. 
BESTEÉRAR,  Alpes  cottienues,  Chabrand  et  Rochas. 
BRESENA,  (grommeler,  murmurer  ;  se  dit  du  bouc  au  milieu  des 
chèvres)  Aveyron,  Vayssiei*. 

Synonynjies  étrangers  : 

MrflLoiis^oLi,  BXv)xStfOat,  grec  ancien.  —  Kacaesc,  MaHacaase,  roumain, 
Cihac.  '—'  keékem,  ail.  —  Hekatl,  Hektittl,  tchèque.  —  MékMi  HJ^eg, 
VjeUan,  hongrois. 

15.  ta  chèvre  fait  : 

ME  !  ME  I  ail.  Wackernagel.  — »  mbgr  !  megk  !  ail.  Wackernagel. 

16.  Comment  on  parle  aux  chèvres  pour  les  faire 
venir  près  de  soi  : 

BBZI  !  BEzi  !  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L.  Desaivre. 

(1)  Mot  à  mot  :  mamelle  de  la  chèvre.  Cet  appendice  est  comparé  dans 
llnde  à  une  fausse  mameUe.  Par  suite,  le  mot  adjâfalastana  a  pris  le 
sens  de  c?iose  qui  ne  sert  d  rien,  chose  sans  valeur. 


182  CAPRA  HIRCUS. 


MON  p^TiT  BBZi,  BBzi,  LA  CROÛTE  I  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B. 

Souche. 
OHABO  I  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
AH  !  BOUTSOU  TÉ  I  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépîaay. 

«  On  dit  aux  chiens  pour  ramener  les  chèvres  :  Aouc^che  bréle  ! 
aoucVhe  pique  !  aouc'che  mords-là  !  aouc'che  vé  la  qu'ri.  » 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

17.  Les  crottes  de  la  chèvre  sont  appelées  : 

BAGAS  DE  CAJBBA,  f,  pi,  ancien  provençal,  Raynouard. 

CACAROT,  m.   CAGAROTO,  f.   Alpcs  cott.»   Chabrand  et  Rochas. 

CAGARÈLO,  COGORÈLO,  f,  Aveyron,  Vayssier, 

GAGALHBTE3»  /.  pi,  béarnais,  Lespy. 

PETÔLA,  Bas-Valais,  Gilliéron. 

RAiGUELLE,  f,  Montbéllard,  Contejean. 

CAPRES,  p/.  argot,  L.  Rigaud. 

Synonymes  étrangers  : 

» 

Cacare&sa,  f,  Cacarez,  m,  roumain,  Cihac.  —  Cagalla,  gallic,  Piâol.  — 
Cacherello,  it.  —  Berla,  Berle  d'crfive,  Piémont,  Zalli.  —  Zlsètt,  Parme,  Mal. 
—  Gagel,  Suisse  allemande,  Orimm. 

18.  La  chèvre  en  chaleur  est  dite  : 

EN  SAU,  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

AL  BOUC,  arrondis,  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

DE  BOUC,  Aveyron,  Vayssier. 

BOUÇOUEILLE,  Centre,  Jaubert. 

LIDEUBE,  LiDOiRE,  Deux-Sèvros,  com.  par  M.  L.  Desaivre. 

LiDOUÉRE^  Deux-Sèvres,  com.  par  B.  Som;hé. 

19.  Du  bouc  qui  s'accouple  avec  la  chèvre,  on  dit  : 

BOUCiR  ('),  Centre,  Jaubert. 

BOTYÉ,  Bas-Valais,  Gilliéron. 

LOUZIR,  Deux-Sôvres,  com.  par  M.  M.  B.  Souche. 

Synonymes  étrangers  : 

Karlesc,  Parcesc,  Pircesc,  roumain,  Oihac. 

(1)  Le  bouc  spécialement  employé  &  la  reproduction  est  appelé  bonçon^ 
Centre,  Jaubert. 


CAPRA  HIRCUS.  183 


«  Garni  las  cabros  signifie   féconder   les  chèvres   (en  parlant 
du  bouc)  ;  cabro  garnido  =:  chèvre  fécondée.  » 

Languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

20.  De  la  chèvre  qui  met  bas,  on  dit  : 

GHEVRBTER,  BIQUETER,  français. 

CHEVROTER,  français,  Féraud. 

GHEBRILLER,  CHEVROTER,  BIQUTOUNER,    CABINER,  Centre,    JaubClil. 

GHA.BROUTEAR,  Aipes  cottîennes,  Chabrand  et  Rochas. 

TCHBVRILLIE,  GOBiLLiE,  MontbéUard,  Contcjean. 

TSEVRA,  TSEVROTA,  PETYATA,  Bas- Valais,  Gilliéron. 

GABRiDA  (I),  languedocien,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

GOBRiDA,  Aveyron,  Vayssier. 

TSABRIOA,  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

GHEUVRiER,    GHEUBRiER,    bouz'llier,   Deux-Sèvres«    com.    par 

M.  B.  Souche. 
BIQUOTER,  Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Beauvillard.  — 

Saintonge,  Jônain. 

21.  Heurter,  en  parlant  du  bouc,  se  dit  : 

GOZZARB,  it.  — >  BOGKEN,  BOGKSTOSSEN,  alL 

22.  L'odeur  du  bouc  ou  toute  odeur  infecte  analogue 
est  appelé  : 

BOUQUIN*  m.  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Bodem,  port.  —  BurraaUo,  gallic,  Pinol.  —  Tpxyoç,  grec  ancien.  —  Prk, 
tchèque.  <-  Parch,  Park,  polonais. 

«  Puer  comme  un  bouc  ou  comme  un  vieux  bouc.  » 

Locution  française. 

<  Fleria  evel  eur  boc'h.  =  Puer  comme  un  bouc.  » 

Breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Puzza  di  becco  =  sentir  le  bouc,  le  bouquin.  » 

Italien,  Duez. 

(})  Descibridà  =  avorter  (en  parlant  de  la  chèvre).  Languedoc,  Fesquet. 


184  OAPEA  HIRGUS. 


«  TpaYiC<>^  =  puer  comme  tin  bouc.  »  Grec  ancien. 

«  Bôckze,  biikze  =:  puer  comme  un  bouc.  » 

Moyen  haut  allemand,  Benégke. 

«  Bockenzen  =r  même  sens.  »  AHemand. 

«  'Tis  een    stinkbok  =   c^est  un  vilain  bouc,  il   pue  comme  un 
bouc.  »  Hollandais,  Marin. 

23.  «  Maigre  à  passer  entre  les  cornes  d'une  chèvre.  » 

Locution  française. 

«  Il  est  si  gras  qu^il  bigerait  une  chèvre  entre  les  deux  cornes.  » 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  SouGfiÉ. 

«c  Bâhi  Tgatte  inte  lescoines.    »  —Baiser  une  chèvre  entre  les 
cornes.  Faire  une  chose  désagréable.  Wallon,  Dejârdin. 

24.  Der  Bock  weiss,  dass  er  Hôrner  hat.  »     Prov.  allemand. 

25.  «  CM  ha  câpre,  hà corne.  »  —Nul  bien  sans  peine. 

Italien,  Duez. 

20.  «  Pu  vî  est  l'bo,  pu  deure  est  s'coinne.  »   Plus  vieux  est  le 
bouc,  plus  dure  est  sa  corne.  Wallon,  Dejârdin. 

«  Je  âlter  der  Bock,  je  hârter  sein  Horn.  »  Allemand. 

«  Alte  Bôcke,  steife  Hôrner.  »  Allemand. 

* 

27.  «  Se  barbe  le  sens  encusent  —  boue  et  chèvres  moult   sage 
'  fusent.  »  Proverbe  du  xiii"    siècle    (dans    le    Roman  du 

Renart,  cité  par  Leroux  de  Lincy). 

«  Si  chiunque  ha  la  barba  fosse  uomo,  il  capro  sarebbe  uomo 
ancora.  »  Prov.  arabe  maltais,  Vassalli. 

«  Machte  der  Bart  heilig,  so  wâr'  der  Geissbock  heiliger  Vater.  » 

Allemand. 

«  De  bai»i*d  maakt  geen'  wysgeer  ;   anders  was   er  de  bok  goed 
aan.  »  Hollandais. 

«  Dersom  Skiœgget  gialdt,  kunde  Giedebukken  preske.  » 

Danois. 


CAPRA  HIROUS.  185 


«  Var  det  giordt  med  Skisogget,  da  vandt  Giedebukken.  » 

Danois. 

28.  «  Hirçina  barba.  »  Plaute.  Pseud.^  4,  2,  12. 

«  Avoir  une  barbe  de  bouc  c^est  n'avoir  de  la  barbe  que  sous  le 
menton.  » 

«  On  appelle  barbe  de  boue  ou  barbe   de  chèvre  un    homme  qui 
n'a  de  la  barbe  que  sous  le  menton  et  par  bouquets.  » 

Leroux.  Dict,  comique* 

29.  «  Barbu  comme  un  biquin.  » 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

«  Parer  un   cravôn.  »  —  Aver  una  barba    da   Oloferno,    esser 
barbuto  assai.  Parme,  Malaspina. 

30.  «  ...  pour  reprendre  nostre  chèvre  à  la  barbe...  »  —C'est-à- 
dire  pour  en  revenir  à  ce  que  nous  disions. 

NoEL  DU  Fail,  édit.  Assézat,  H,  9. 

31.  «  Rarement  est  et   peu    souvent  —    le  vieil   usurier   sans 
argent,  —  ville  marchande  sans  fin  larron,  —  vieil  grenier  sans  rats 

u  ratton,  —  vieil  bouc   sans  barbe,  chèvre  sans  troux,   —   teste 
teigneuse  sans  lendes  ou  poux.  »  Prov.  ancien  français. 

«  Kein  Mâdchen  ohne  Liebe   —    Kein   Jahrmarkt  ohne  Diebe  — 
Kein  Bock  ohne  Bart  —  Kein  Weib  ohne  Unart.  »       Allemand. 

32.  «  Il  crie  comme  un  bouc  qu'on  chastre.  » 

Glossaire  de  V ancien  théâtre  français, 

33.  «  Schreien  wie  ein  Bock,  der  zu  Markte  gefiihrt  wird.  » 

Prov.  lithuanien,  ScHLE(CHER. 

34.  «  Er  siehet  aus  wie  ein  abgestochener  Bock.  »    —    Il  a  la 
mine  refrognée,  rechignée  comme  un  bouc  égorgé. 

Allemand,  Poetevin. 

35.  «  Faire  des  yeux  comme  une  chèvre    qui  avorte.  »  —  Faire 
une  grimace  horrible.    Deux-Sèvres,  L.  Desaiyre.  Croyances,  etc. 

3b.  «  Gara  de  boc  de  bitema.  »  —  Figure  de  bouc  de  citerne. 

Ancien  provençal,  Raynouard,  T,   de    O.   Rainols 
et  de  G.  Magret  :  Maigret. 


186  CAPKA  HIRCUS. 


37.  «  Degher  que  romagliette  (=  fiocco)  in  coa  de  beccu.  »  = 
Cader  bene  corne  un  fiocco  nel  deretano  di  un  becco.—  Prov.  plebeo 
per  indicare  quando  un  abito  o  altra  cosa  non  sta  bene  ad  une. 

Sardaigne,  Spano. 

38.  «  n  est  comme  les  boucs,  il  ne  voit  pas  plus  loin  que  son 
nez.  »  —  Se  dit  d'un  homme  à  vue  courte  au  physique  et  au  moral. 

* 

39.  «  Ochi  caprii  =  des  yeux  bruns.  »  Roumain,  Cihag. 

40.  «  ...  Il  regardait  derrière  lui  en  virant  ses  yeux  comme  les 
boucs.  »  Chauvelot.  Scènes  de  la  vie  de  campagne  (roman 

bourguignon).  Paris^  1861. 

41.  «  Chevrotter  =  chanter  ou  parler  par  secousses  et  en 
tremblottant.  »  Français. 

«  C'est  un  tsebrot,  il  ne  fait  que  tsebrotter.  »  —  C'est  un  bredouil- 
leur,  il  ne  fait  que  bredouiller.  Suisse  romande,  Grangibb. 

42.  «  On  appelle  pep^a  (0  m.  pêplate,  f,  celui  ou  celle  qui  mange 
comme  la  chèvre.  Pèplé  signifie  manger  comme  la  chèvre.  » 

Pays  messin,  Jaclot. 

43.  «  Courir  quelque  part  comme  la  chèvre  au  sel.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français. 

«  Gli  corre  dietro  come  la  capra  al  sale.  » 

Italien,  Pbsgetti. 

«  Ë'  n  'è  più  ghiotto  che  la  capra  del  sale.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Biolà  uno  plaço  coumo  los  fedos  lo  sal.  »  —  Convoiter  une  place 
comme  les  brebis  désirent  le  sel.  Aveyron,  Vayssier. 

44.  «  La  capra  giovane  mangia  il  sale,  la  vecchia  il  sale  e'I 
sacco.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Alte  Ziegen  iecken  auch  gern  Salz.  »  Allemand. 


(0  Cf.  le  mot  ft*ançais  papelard  qui  a  dû  signifier  k  Toriglne  celui  qi 
en  récitant  ses  prières  à  voix  basse  fait  constamment  remuer  i 
mâchoire  comme  la  chèvre^  en  produisant  un  bruit  analogue 
chevrotement. 


OAPRA  HIRCUS.  187 


«  Alte  Geisze  schlecke  noch  gern  Salz.  »  —   Les  vieilles  femmes 

ne  renoncent  pas  facilement  à  Tamour. 

Mulhouse,  DoLLFUS. 

«  Jtmge  Geisz  leckt  Salz,  alte  friszt  Sack  und  Salz.  » 

Allemand,  Medikus. 

45.  «  ...  on  s'en  ferait  suivre  bien  loin,  tout  comme  une  bique 
avec  de  la  fouace.  »  H.  Sclafer.  Le  'paysan  riche, 

46.  «  On  dit  que  la  chèvre  est  la  vache  du  pauvre  parce  qu'elle 
est  facile  à  nourrir.  »  Français. 

«  Jamais  chèvre  ne  mourut  de  faim.  »  Français. 

«  Non  si  vide  mai  capra  morta  di  famé.  »  Perque  mangia  d'  ogni 
cosa.  Italien,  Pbsgbtti. 

47.  «  Au    mois  d'avril  —    la   chèvre  rit.  »  —   Les  bourgeons 
commencent  à  paraître.  Proverbe  français. 

48.^  «  Capra  vecchia  bene  sbrocca.  »  Proverbe  italien. 

49.    «    La  chèvre    apporte    une    pinte   de  lait  et   détruit  une 
olxarretée  de  bois.  »  Proverbe  français. 

«  La  chèvre  ne  rentre  jamais  au  toit  sans  emporter  son  fagot.  » 

Deux- Sèvres,  Souche.  Proverbes,  etc. 

«  Une  femme,  une    chèvre   et   un  puits  —  c'est  pour  gâter  tout 
^^^  pays.  »  Proverbe  normand,  Leroux  de  Lingy, 

«  Si  le  loup  sentait. 

Si  l'anis  (Vorvet)  voyait 

Et  si  la  chèvre  avait  des  dents  dessus 

Tout  le  monde  serait  perdu.  » 

Laurent.  V  Avocat  de  Vis  ère ,  p.  118. 

SO.  «  Nel  procoio  délie  câpre  non  troverai  spighe.  » 

Arabe  maltais,  Vassalli. 

Si.  «  Dejuno  coum'   uno  cabr'  o    l'houort.  »  —  Il  jeûne  comme 
^  chèvre  dans  un  jardin.  Rouergue,  Du  val. 

S2.  «  Auf  eine  krumme  Linde  steigen  aile  Geissen.  » 

Lithuanien,  Sohleighsr. 


188  CAPRA  HIRCUS. 


53.  «  Quond  lo  cubro  saout^  o*  Ihouort  —  se  lo  cobrido  sèg^  n*o 
pas  touort.=  Quand  la  chèvrç  saute  dans  le  jardin  —  si  la  chevrette 
Py  suit,  elle  n'a  pas  tort.  »  Rouergue,  Duval. 

«  Quand  la  chèvre  saute  au  chou  —  le  chevreau  y  saute  itou.  » 

Proverbe  français. 


«  Cabra  vai  pella  vinha  ;  per  onde  val  a  mfty  vai  a  filha.  » 

Portugais,  Pbrbyrà.. 


•t    î 


«  Saltô  la  cabra  en  la  viâa,  tambien  saltarà  la  hija.  » 

Espagnol. 

«  Unde  sâre  capra,  sare  si  iéda.  »  Roumain,  Rbinsberg. 

«  Het  geitje  huppelt  in  het  groen,  —  en  zoo  zal  opk  haar  jonge 
doen.  »  Hollandais. 

«  Lu  saùtu  chi  fa  la  crapa,  lu  soli  fari  la  crapetta.  » 

Sicile,  PiTBÊ. 

54.  «  E*  vorebbe  la   capra  piena  e   i  capretti  pasciuti.  » 

Italien. 

55.  «  Craba  qui  non  biccat,  biccadu  hat.   » 

Sarde  logodourien,  Spano. 

56.  «  Donner  des  choux  à  la  chèvre.  »  —  Flatter  quelqu'un. 

Breton,  L.  F.  SAUvi,  dans  Revue  celtique, 

57.  «  Du  vin  aux  femmes  et  de  l'avoine  aux  chèvres,  c'est  du 
butin  de  perdu.  »     Franche^Comté,  Pkrron.  Prov.»  etc.»  p.  82. 

58.  Ëin  Oeiss  istkein   Yiehstand,  ein  Màdchen   kein  Gesinde.  » 

Proverbe  lithuanien,  Sghlbigher. 

59.  «  Crabittu  rassu  brincat  in  mandra.  =  Capretto  grasso  salta 
nella  mandria.  »  —  Dicesi  ad  uno  che  sta  bene,  e  perci6  bnrla  con 
tutti.  Sardaigne,  Spano. 

«  Wenn  der  Geisz  wohl  ist,  so  scharrt  sie.  »  Allemand. 

60.  «  Maigre  comme  une  chèvre.  » 

61.  «  La  chèvre  cache  sa  graisse.  »  Français. 


eAPRA  HIR0US.  189 


«  Une  persoiiiie  maigre  qui  veut  passer  pour  grasse  dit  :  Je  suis 
comme  la  chèvre,  JW  la  graisse  en  dedans.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  J.  POQUBT. 

«  Ar  c^hik  digat  —  hi  dindaxl  ànn  eskdrn.  »  ---  Elle  (la  chèvre) 
porte  sa  chair  sous  les  os.    Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Br  hat   es  in   sich,  wie  die  Ziegen  das  Fett.  »  —  Se  dit  d^un 
homme  concentré.  Allemand,  Mbdirus. 

62.  «  Sa  pedde  pagat  sa  craba.  =  La  pelle  paga  la  capra.  »  — 
Prov.  vero  letteralmente,  ed  ha  molti  sensi  metaf. 

Sardaigne,  Spano. 

63.  «  Stafe  corne  câpre  e  coltellacci.  » — Lo  stesso  che  «tar  come 
cani  é  gattî.  »  Itallea. 

«  Aniigo  como  o  cabra  do  cutello.  »         Portugais,  Pbrbyha. 

64.  «  Pusse  que  Tbouc    pue,   pusse   que  Tgatte  qu'elle  lé  voit.  » 
—  Plus  le  botic  pue,  plus  la  chèvre  le  voit  volontiei*s. 

Hainaut,  Dejardin. 

'  «  Pu  lou  boucot  sent  —  pu  las  cabs  Paimant.  » 

Franche-Comté,  Perron. 

65.  «  Chèvre  est  un  terme  d^i^ure  et  de  mépris   à  Padresse  des 
Jeunes  nlies  sans  retenue.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

^  Cabrettê  =  jeune  chèvre,  jeune  fille  trop  libre  ;  cabri  =  jeune 
^ouc,  flrarçon  trop  libre.  » 

Environs  de  Cambrai,  Boniface. 

«  Lascif,  chaud  comme  un  bouc.  »  Français. 

«  Capra  folle  =  une  femme  folastre.  » 

Italien,  Duez,  1678. 

«  Er  ist  ein  Kossebock.  »  —  Ein  M&dchei^jâger;  eigentlich  Ziegen- 
^ock.  Prusse,  Frischbier. 

66.  «  Cet  homme  aimerait  une  chèvre  coèffée.  »  —  Cet  homme 
^^est  pas  difficile  en  amours  ;  toutes  les  femmes  lui  sont  bonnes 
^^différemment.    .  Leroux.  Dictionnaire  comique. 


190  CAPEA  HIRGUR. 


«  Cbé  maridorio  en  d^un  bouc  queiffa.  »  —  Cette  fitto  ^.  marierait 
avec  un  bouc  coiffé,  avec  le  premier  venu,  ..., 

Arrondissement  de  Brive.  com.  par  M.  G.  de  Lépinat. 


«  Si  une  chèvre  portoit  coiffète 
Hz  en  feroient  leur  amyète.  »  ' 

Glossaire  de  Vctncien  théâtre  français, 

67.  «  Les  laids  bocs  fet  les  bais  bikets.  »  Wallon. 

68.  «  Ciaraveddu  di  ciaravidduni  —  e  agneddu  di  grossu  mun- 
tuni.  »  —  On  obtient  de  beaux  chevreaux  avec  de  jeunes  boucs  et  de 
beaux  agneaux  avec  de  vieux  béliers.  Sicile,  Pitre. 

Cf.  ci-dessus. 

69.  «  Tpàyov  àfuXyetç  »  Grec  ancien, 

«  Mulgere  hircos.  »  —  Faire  quelque  chose  d'impossible. 

Latin,  Virgile.  Eglogues,  3,  91. 

«  Traire  les  boucs,  »  —  Perdere  il  suo  tempo. 

Loc.  française,  Duez.  Bict»  français-italien^  1678. 

«  Hart  ist  der  Bock  zum  Melken.  »  Vom  Geizigen  gesagt. 

Lithuanien,  Sghleicher. 

«  Vom  Bocke  kommt  weder  Milch  noch  Wolle.  » 

Lithuanien,  Sghleicher. 

70.  «  Bockheinig  =  qui  a  la  jambe  tortue.  »  Allemand. 

71;  «  AlUr  {ou  sauter)  à  la  jambe  de  bique,  c'est  sauter  à 
cloche-pied.  »  Françai». 

«  Chevroter  =  c'est  aller  par  sauts  et  par  bonds.  » 

Français,  Féraud. 

72.  «  Il  n'a  ni  bête  qui  pète  (cheval  ou  âne),  ni  bête  qui  éternue 
(brebis),  ni  bête  qui  pisse  ça  et  là  (chèvre).  »  —  C'est-à-dire  il  est.::J 
tout  à  fait  pauvre.  Arabe,  Kazibursri. 

73.  «  Tu  fais  des  comparaisons  bien  saugrenues,  tu  les  enfliez* 
comme  crottes  de  chèvres.  »  Comédie  des  Proverbes. 

«  Ce  discours  s'entretient  comme  crottes  de  chèvre.  » 

Français,  Pobtbtih. 


CAPRA  HIRCUS.  191 


«  Ce  digcours  se  suit  comme  crottes  de  chèvres.  »  >—  Ce  discours 
est  mal  suivi,  il  n^a  pas  de  liaison.  Lbrouk.  Dict,  comique, 

«  Los  paroles  li  venont  à  la  bouche  comme  los  crottes  au  cul 
des  gailles.  »  —  Se  dit  d^un  bavard. 

CoRDiER.  Coumédies^  p.  158. 

74.  «  Qu'il  soit  noir,  qu'il  soit  blanc  —  chaque  chèvre  aime 
son  chevreau.  »  Prov.  breton,  Sauvé.  Revue  celtique, 

75.  «  Sans  chevreaux  il  n^y  aura  pas  de  boucs.  »  —  Sans  dis- 
ciples point  de  maîtres.  Proverbe  talmudique,  Sghuhl. 

76.  «  Biquot  =  Chevreau;   enfant  naïf  ou  niais.  » 

Morvan,  Chamburb. 

«  Beccone  =  stupido ,  insensato.  »  Italien. 

77.  «  T  is  een  bok.  »  —  C^est  un  brutal.      Holland.,  Marin. 

78.  «  Au  marché  {ou  à  la  foire)  il  y  a  plus  de  peaux  de  che- 
vreaux que  de  peaux  de  chèvres.  >  —  Les  jeunes  gens  ont  autant 
de  chances  de  mourir  que  les  vieux.  Deux-Sèvres,  Souche. 

«  Più  capretti  e  agnelli  vanno  in  beccheria,  che  pécore  e  becchi.  » 

Italien. 

«  Cosi  tosto  muore  il  capretto  come  la  capra.  »  Italien. 

79.  «...  qu'avez-vous  donc  à  vous  effrayer  comme  des  cabris?..  » 

Balzac.  Les  Paysans. 

80.  «  Sauter  comme  un  cabri.  »  Français. 
«  Danser  comme  un  cabri.  »  Français. 

81.  «  Capriola,  cavriola,  cavriuola.  »  —  Saut  qui  ressemble  à 
celui  du  chevreau.  Italien. 

De  Pitalien  capriola  est  venu  le  français  capriole  (ai^ourd^hui 
cabriolé). 

«  Faire  la  câberselle   =  faire  la  cabriole.  > 

Blaisois,  Talbbrt. 

«  Bockspriinge,  capriolen  =  cabrioles.  »  Allemand. 


'À 


192  CAPRA  HIKCUS. 


82.  «  L'inconstance  du  naturel  de  la  chèvre  se  marque  par 
rirrégularité  de  ses  actions  ;  elle  marche,  elle  s^arrôte,  elle  court, 
elle  bondit,  elle  saute',  s^approche,  s^éloigne,  se  montre,  se  cache 
ou  fuit.  Elle  est  remarquable  par  la  pétulance  et  la  rapidité  de 
ses  mouvements.  » 

«  Le  mot  italien  capriccio  (d^où  le  français  caprice  et  Tespagnol 
capricho)  vient  de  capra  (chèvre),  Panimal  au  caractère  fantasque.  » 

Voyez  DiEZ,  s.  v*  capriccio. 

83.  «  Si  une  personne  a  Thumeur  acariâtre,  capricieuse,  on  lui 
demande  si  elle  a  été  élevée  au  lait  de  bique.  » 

Loiret,  com.  par  M.  J.  Poqubt 

84.  «  Qu^ha  minyat  crabot.  »  —  Il  a  mangé  du  chevreau.  Se  dit 
de  celui  qui  ne  tient  pas  en  place,  qui  est  toujours  en  mouvement. 

Béarnais,  Lespt. 

85.  «  Oju  de  cabrarzu  =:  Occhio  dî  caprajo.  »  •»  Dicesi  ad  uno  che 
ha  occhio  conoscitore,  presa  la  simllitudine  dei  capraji  che  danno 
i  capretti  aile  rispettive  madri.  Sardaigne,  Spano. 

86.  «  Cravaté  comme  un  boucher  de  chèvres.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes^  etc. 

87.  «  Mieux  vaut  mestier  —  que  chevrier.  » 

Proverbe  français  du  XV«  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

88.  «  Lou  qui  nou  ha  crabes  et  ben  crabot  —  tira  d^oun  lou 
pot?  »  —  n  n'a  pas  de  chèvres  et  il  vend  chevreau  —  d'où  Ta^t-il 
eu  ?  Béarn,  Lbspy. 

«  Quem  cabri tos  vende  e  cabras  nam  tem,  donde  Ihe  vem.  » 

Portugais,  Pkrbyba. 

89.  «  Mettre  lous  chabrîs  sous  lo  beno.  »  —  Mettre  les  chevreaux 
sous  la  hotte.  Venir  à  bout  d'une  entreprise. 

Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

90.  «  C'est  plus  facile  à  porter  qu'une  chèvre.  »  —  Se  dit  de 
quelque  chose  de  léger  à  porter  sur  le  dos. 

Arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

91.  «  Les  femmes,  animaux  plus  fascheux  que  les  chèvres  à 
garder.  »  Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 


CAPRA  HIRCUS.  193 


«.Une  bonne  chèvre,  une  bonne  mule  et  une  bonne  femme  sont 
trofs  makflLvaises  bêtes.  » 

Thédtre  des  hoûletards.  Maliou,  1756,  p.  8. 

92.  «  Devenir  pâtre  des  chèvres  après  avoir  été  pâtre  des  cha- 
melles. »  —  Déchoir.  Arabe,  Kazimirski. 

«  Voilà»  que  la  chèvre  est  devenue  boue.  »  —  Se  dit  d^un  homme 
de  rien  parvenu  aux  honneurs.  Arabe,  Kazimirski. 

93*  «  Jiim^âi  pôou  dé  cabra  n'a  estrangla  lou.  »  —  Jamais  peau 
de  chèvre  n'a  étranglé  loup.  C'est-à-dii  e  jamais  glouton  ne  fut 
délicat.  .  Vaucluse,  Barjavel. 

94,  «  Quoique  le    loup    soit  maigre,   il  peut  lutter   avec    une 
chèvre.  »  Proverbe  wolof.  Dard. 

95.  «  The  kid's  bleating  is  the  wolfs  laughter.  » 

Bannu,  Thorburn. 

S6.  Mettre  quelqu'un  en  colère  se  dit  : 

FAiRB  CABRER  QUELQU'UN,  français,  Littré. 
FAiRB  chevrotter  QUELQU'UN,  français,  Féraud. 
FAIRE  GHEVRER  QUELQU'UN,  Pays  de  Vaud,  Callet. 

faire  DEVENIR  BOUC,  FAIRE  DEVENIR  CHÈVRE,  français. 

^.  Se  mettre  en  colère,  bouder,  gronder,  se  dit  : 

pRRNimB  LA  OHÈVRB,  AVOIR  LA  CHÈVRE,  français. 

SB  BOUQUBR  (bouder,  faire  la  moue),  Sainconge,  Jônain. 

BOUQUER  (bouder).  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

BOCOTTER     (grogner,    ne    pas     être    content),     bas    langage, 

L.  Rigaud. 
FABB  LES  BOGS  (bouder).  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 
SB  COBRAI  (se  fâcher,  bouder),  Montbéliard,  Contejean. 
BOUCANSR,  FAIRE  DU  BOUCAN  (gronder,  grogner),  différents  dé- 

pai*tements. 
BISQUBR  (Oj  français. 

(0  De  "Bisque  =  chèvre,  mot  qui  a  dû  exister  puisqu'on  trouve 
Uifniàre  ss  chevrière.  —  Le  mot  bouder  fait  supposer  qu'il  a  dû  exister 
Qo  mot  français  'bovdê  =  chèvre,  à  côté  du  portugais  bode. 

13 


194  CAPRA  HIRCUS. 


♦'- 


«  Le  cabrit  est  dans  son  manioc.  »  —  On  chasse  sur  ses  terres. 

Proverbe  créole,  Turiault. 

«  Der  bock  ist  im  garten.  »  —  Il  a  pris  la  chèyre,  il  est  fâché. 

Allemand,  Poëtevin. 

98*  «  On  appelle  adjâytiddha  (combat  de  chèvres)  en  sanscrit, 
une  lutte,  un  combat,  des  menaces  qui  n^ont  pas  de  suites,  de  con- 
séquences. » 

99.  «  La  cabra  de  mi  vecina  mas  lèche  da  que  no  la  mia.  » 

Espagnol. 

«  A  cabra  de  minha  visinha  mais  leite  dà  que  a  minha.  » 

Portugais. 

100.  «  Cabritt  qui  pas  malin  pas  gras.  » 

Proverbe  créole,  Turiault. 

101 .  «  Far  la  morte  del  capretto.  »  —  Faire  la  mort  du  chevreau, 
estre  égorgé.  Italien,  Dubz. 

102.  «  Mettre  ses  bas  à  la  higue  écorchéef  c^est  les  retourner  à 
Tenvers  pour  les   chausser  plus  aisément.  » 

Morvan,  Chamburr. 

103.  «  Luogo  dove  le  câpre  non  cozzano.  »  —  Prigione,  carcere. 

Brescia,  Mblghiori. 

«  Li  câpre  non  lo  possono  cozzare.  »  —  Il  est  en  prison. 

Italien,  Dubz. 

104.  «  Cavalcar  la  capra  alla  china.  »  —  Monter  la  chèvre  à  une 
descente  ;  c'est  se  mettre  en  danger  ;  entreprendre  une  affaire  mal 
à  propos.  Italien,  Dukz. 

105.  «  Countas  et  robotez  —  que  cinq  cabros  foou  bint  pôs.  »  — 
Comptez  et  recomptez,  cinq  chèvres  font  bien  vingt  pieds  ;  le 
compte  est  juste  quoique  vous  en  doutiez. 

Ëspalion  (Aveyron),   Affbb. 

106.  «  On  appelle  habituellement  un  vin  acerbe,  un  vin  mauvais, 
du  vin  à  faire  danser  les  chèvres,  » 

«  C^est  du  vin  de  Bretigny  qui  fait  danser  les  chèvres.  » 

Leroux.  Dict,  com,  ;  Ducatiana,  II,  545. 


CAPRA  HIRCUS.  195 


Des  lettrés  ne  se  rendant  pas  compte  de  Vorigine  de 
certains  proverbes  ont  inventé  des  histoires  pour  les 
expliquer  (*)  et  Leroux  de  Lincy,  le  savant  collecteur  des 
proverbes  français,  a  eu  le  tort  d'en  tenir  compte  dans 
son  ouvrage.  Voici  un  exemple  de  ces  inventions  : 

«  L^abbé  Tuet,  dans  ses  Matinées  sénonaises,  p.  450,  explique 
ainsi  le  proyerbe  du  vin  de  Bretigny  qui  fait  danser  les  chèvres  : 
«  Il  y  avoit  à  Bretigny,  près  Paris,  un  particulier  nommé  Chèvre  ; 
«  c'étoit  le  coq  du  village,  et  uue  grande  partie  du  vignoble  lui 
«  appartenoit.  Ce  bonhomme  ne  haïssoit  point  le  jus  de  la  treille,  . 
«  et  quand  il  avoit  bu,  sa  folie  étoit  de  faire  danser  sa  femme  et 
«  ses  enfants.  Voilà  comment  le  vin  de  Bretigny  faisait  danser  les 
«  Chèvres,  »  Leroux  de  Lincy. 

Comme  on  dit  de  tous  les  pays  dont  les  vignobles  sont 
médiocres  que  leur  vin  fait  danser  les  chèvres,  il  faudrait 
en  conclure  que  ce  qui  est  arrivé  à  Bretigny  est  aussi 
arrivé  ailleurs,  ce  qui  serait  absurde. 

107.  «  0  de  lo  devouchioun  coumo  uno  tsabro  que  pialo  un 
fidzié.  »  —  Il  a  de  la  dévotion  comme  une  chèvre  qui  pèle  un 
figuier. 

Arrondiss.  de  Brive,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

108.  «  Tu  se  coumo  las  chiébras,  quand  te  ne  fas  pas  de  mau 
te  n*en  pensas.  »  —  Tu  es  comme  la  chèvre,  quand  tu  ne  fais  pas 
de  mal,  tu  en  penses.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

109.  «  lo  son  più  disgratiato,  chl  capretti  che  muiono  giovani  6 
diventan  becchi.  »  Italien,  Pesgetti. 

110.  «  Plus  vil,  tombé  plus  bas  dans  le  mépris  qu^un  chevreau 
qu'on  jette  dans  une  fosse  aux  loups.  »  Arabe,  Kazimirski. 

111.  «  ...  Et  eusse  voulu  estre  au  ventre  d'une  chèvre,  tant 
j'appréhendais.  .  »  Noël  du  Fail,  édit.   Assèzat,  I,  241. 

0)  Pour  Panguille  de  Melun,  par  exemple,  qui  crie  avant  qu'on 
l*écorche,  on  a  inventé  Thistoire  d'un  acteur  qui  se  serait  nommé 
Uagoille. 


196  CAPRA  HIRCUS. 


112.  «  0  cabrito  de  hum  mez,  o  queijo  de  très.  » 

Portugais. 

«  Butiro  de  vacca  —  cacio  di  pecora  —  ricotta  di  capra.  » 

Italien,  Pbsgbtti. 

«  Latti  di  crapa,  ricotta  di  pecura  e  tumazzu  di  vacca.  » 

Sicilien,  Pitrâ. 

113«  «  A  pièce  of  kid  ^s  worth  two  of  a  cat.  »  Anglais. 


II. 


1.  «  Où  la  chèyre  est  attachée,  il  faut  qu^elle  broute.  » 

Proverbe  français. 

«  A  n^ount  la  crabç  es  estacado  cal  que  trobe  soun  plen  sadoul.  » 
Languedocien,  Armanà  de  Lengado,  pour  1878. 

«  E-lec^h  mave  pignet  ar  c^havr  e  renk  peuri  pe  fœltri.  »  —  Où 
la  chèvre  est  grimpée,  il  faut  qu^elle  broute  ou  se  donne  à  tous 
les  diables.  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Die  Geiss  soU  weiden,  wo  sie  angebunden  ist.  »     Allemand. 

«  Waar  het  paard  aangebonden  is,  moet  het  vreten.  »    . 

Hollandais. 

«  Where  the  buck's  bound,  there  he  may  bleat.  »  Anglais. 
«  Gjeiti  gnagar  dar  ho  er  bundi.  »  Norvégien. 

«  Der  geten  &r  bunden,  der  gnagar  hon.  »  Suédois. 

2.  «  Agneau  tu  bêles,  tu  perds  une  bouchée  et  la  chèvre  br 
pendant  ce  temps-là.  » 

Proverbe  du  Jura,  Toubin.  Récits  jurtissiens. 

Cf.  ci-dessus,  p.  137,  §  52. 

3.  «  Donner  les  choux  k  garder  à  la  chèvre.  »  Français. 
«  Man  soll  den  Bock  nicht  zum  G&rtner  machen.  »  AU. 
«  Man  soll  den  Bock  nicht  auf  die  Haferkiste  setzen.  » 


CAPRA   HIRCUS.  197 


«  Ein  skal  iokje  setja  Gjeiti  til  aa  gjaeta  Hagen.  » 

Norvégien. 

«  Den  Bock  zum  Aufseher  des  Gartens  (var.  des  Kohles)  machen.  » 

Lithuanien,  Sghlbigher. 

4.  «  Wer  sich  grûn  macht,  den  fressen  die  Ziegen.  » 

Allemand. 

5.  «  Un  homme  a  un  bateau  fort  petit,  dans  lequel  il  faut  qu*il 
passe  un  loup,  une  chèvre  et  un    chou,    mais  Tun   après   Tautre. 
Lequel  des  trois  prendra-t-ii  le  premier  ?  Si  c'est  le  loup,    voilà  le 
chou  en  proie  à  la  chèvre  ?  SMl  prend  le  chou,  le   loup  étranglera 
la  chèvre.  Prendra-t-il  la  chèvre  ?  Ce  sera  toujours   le   môme  em- 
barras pour  le  voyage  suivant  ;    et  pendant  qu'il  viendra  chercher 
ce  quUl  aura  réservé  pour  le  troisième,  ou  la  chèvre  ou   le   chou 
seront  mangés.    Il   y   a    cependant   un  moyen^    c'est   de    prendre 
d*abord  la  chèvre  seule  ;  le  chou  reste  avec  le  loup  qui    n^  touche 
pas.^  Au  second  voyage  on  prend  le  chou  et  Ton  ramène  la  chèvre, 
au  lieu  de  laquelle  il  faut  passer  le  loup,  qui,  étant  à   Tautre  bord 
auprès  du    chou,    n'y   fera  aucun  tort.  Alors    le  maître  revient, 
reprend   la  chèvre  restée  seule,  et    ménage  ainsi  la  chèvre   et   le 
cHou.  » 

Sur  ce  problème,  voyez  Pitre,  Fiabe,   etc.,  vol.  IV, 
p.  138  et  p.  448' et  ProverM,  vol.  IV,  pi  36L 

6.  «  Ménager  la  chèvre  et  le  chou.  »  Français. 

«  Salvar  la  capra  e  i  cavoli.  »  Italien. 

'  •  «  Juge  chacun  de  manière  que  le  loup  soit  repu   et  que  la 
chèvre  reste  entière.  » 

Proverbe  de  la  Boliéme,  Almanach  de  Carlsbad,  1841  ; 
Wenzig,  p.  305. 

o 

°*  «  Quand   le  bon  Due  fait  no  chievro,  y  li  plante  son  boichet 

i^isson).  »  Jura,  Vécho  du  Jura  du  20  août  1843. 

g 

*'•  «  The  rich  man's  dog  always  tears  to  pièces  the  poor   man*s 

•  *  —  Les  uns  ont  toujour-s  de  la  chance,  les  autres  toujours  du 

°^^^eur.  Bannu,  Thorburn. 

^^'  ^aune  populaire,  t.  I.  p.  120,  §  16. 


i 


198  CAPRA   HIRCUS. 


10.  «  To  him  whose  days  become  crooked  {unlucky)  his  own 
goats  become.  causes  o(  misfortune.  »  Bannu,  Thobburn. 

11.  «  Gott  weiss,  warum  er  der  geiss  den  schwanz  abge- 
hauen.  >  Allemand. 

12.  «  De  lana  caprina  rixari.  » 

Latin,  Horace  cité  par  Fbeund. 

«  Disputar  délia  lana  caprina.  »  —  Discuter  de  choses  vaines,  qui 
n'existent  pas.  Italien. 

13.  «  Mauvaise  chose  que  d'aller  chercher  de  la  laine  dans  l'é- 
curie des  chèvres.  »  Proverbe  islandais. 

14.  «  Se  quereller  pour  un  poil  de  chèvre...  »  —  Pour  peu  de 
chose.  Proverbe  islandais. 

15.  €  Comme  tu  me  fais,  je  te  ferai,  disait  la  chèvre  à  son 
chevreau.  »  Proverbe  fribourgeois,  Romania,  1877,  p.  Ô9. 

16.  «  Non  lo  intenderebbe  Perticone.  »  —  Perticon  ne  l'enten- 
drait pas,  qui  avait  Tesprit  d'entendre  les  chèvres  beeler  ;  cela  se 
dit  quand  un  homme  parle  si  mal  qu'on  ne  le  peut  entendre. 

Italien,  Duez,  1678. 

17.  «  Milatt  ka  ,batt,  cabritt  ka  mô.  »  —  Les  mulâtres  se 
battent,  ce  sont  les  cabris  qui  meurent. 

Proverbe  créole,  Tûriault. 

18.  «  If  the  goat  has  anythiug.  he  eats  it  with  the  fowl  ;  if  th» 
fowl  gets  his  portion,  he  goes  up  on  the  roof  of  the   house.  » 
Meaning  :  I  share  with  you  when  i  hâve  anything  ;  but  you  do  n< 
do  so  with  me. 

Proverbe  éfique  (vieux  Calabar,  Afrique),  Goldik. 

19.  €  Aî$  Sxupia.  »  —  Se  dit  de  ceux  qui  rendent  leurs  bie- 
faits  nuls.  Il  s'agit  d'une  chèvre  qui,  après  avoir  fourni  beauco 
de  lait  à  la  traite,  renversa  le  pot. 

Grec  ancien.  Voy.  Lkutsch  et  Sghnkidewin,  1. 1,  pp.  36  et  200. 

Cf.  ci-dessus,  p.  60,  §.  190. 

20.  «  Chi  si  lascia  metter  in  spalla  la   capra,  indi   a    poce 
sforzato  a  portar  la  vacca.  »  Italien. 


CAPRA   HIRCUS.  109 


21.  «  C*est  un  donneur  de  chievre  à  moytié.  »  *  C'est  un  trom- 
peur. Proverbe  ancien  français,  Leroux  de  LingTv 

22*  «  A  la  chandelle  —  la  chèvre  semble  demoiselle.  » 

Fr^çais. 

«  Alla  candela  —  la  capra  par  donzclla.  »  Italien. 

Cf.  le  proverbe  portugais  :  «  De  noite  a  candea,  —  a  burra  parece 
doncella.  » 

23.  «   Qui  bec  va  a  Roma^   bec  se  torna.  » 

Catalan  moderne. 

«  Der  Bock  l&sst  wohl  vom  Bart  —  aber  nicht  von  Art.  » 

Allemand. 

«  De  bok  veranderd  wel  van  haar,  maar  niet  van  nukken.  » 

Hollandais. 

«  0  fillo  da  cabra  cabirto  ha  de  ser.  »  Gallicien. 

«  On  a  beau  laver  un  bouc  on  n'en  fait  pas  un  bœuf.  » 

Proverbe  hindoustani,  Bag  6  Bahar,  p.  153. 

24*  «    At^   01^(0  TÉTOxev,   £p(^oç    S'   liA   ScofxaTi   -kolI^u.    »     — ^ 
La  chèvre  n*a  pas  mis  bas  que  déjà  le  chevreau  joue  sur  la  terrasse^ 
Grec  ancien.  Leutsch  et  Scuneidewin,  t.  I,  p.  186, 
et  t.  II,  p.  263. 

«  Das    Zicklein  essen,  ehe  die  Geis  geiammt.  » 

Allemand. 

«  Nood  geene  gasten  op  het  geitje  eer  de  geit  geworpen  heeft.  »  — 
innvitez  pas  un  hôte  à  manger  un  chevreau,  avant  que  la  chèvre 
ne  Tait  mis  bas.  Hollandais. 

25.  «  Tanto  va  la  capra  zoppa,  che  nel  lupo  s'intoppa.  »  —Tant 

va  la  cruche  à  Peau  qu'à  la  fin  elle  se  casse. 

Italien,  Duez. 

«  Tanto  va  la  capra  aile  verze  che  vi  lascia  la  pelle.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Tanto  va  la  capra   zoppicaudo  che  dà  nel  lupo.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Va  la  cavra  zota  (zoppa)  fin  che  U  lovo  no  Pintopa.  » 

Venise,  Pasqualigo. 


200  CAPRA  HIRCUS. 


«  Tanto  va  la  capra  al  cavolo,  che  ci  lascia  il  pelo.  » 

Venise,  Pasqualigo.. 

«  La  crava  a  va  sôpa^  fin  ch*  gnun  a  Tantôpa.  »       Piémont, 

«  Tantu  la  crapa  zoppa  va  pri  li  munti,  fîna  chi  lu  lupu  sUn- 
fnunta.  *  Sicile. 

26.  «  AtÇ  T7)v  (xaxatpav.  »  —  Être  Tartisan  de  sa  propre  infor- 
tune. Proverbe  qui  fait  allusion  au  conte  suivant  :  Les  Corinthiens 
voulurent  sacrifier  une  chèvre  à  Junon.  Le  glaive  du  sacrifice  avait 
été  caché  ;  la  chèvre  en  grattant  la  terre  avec  ses  pieds  le  découvrit, 
ce  qui  permit  de  Timmoler. 

Grec  ancien,  voy.  Leutsch  et  Schneidewin,  1. 1,  pp.  9  et  188.» 

«  Tant  grate  chièvre  que  mal  gist.  »  Ancien  français. 

«  Tant  gratte  la  crabe  que  mau  esta.  »  Béarn. 

27.  «  On  dit  aux  personnes  qui  rient  à  tout  propos  et  le  plus 
souvent  sans  motif  :  ne  d-eo  ket  dao  pignet  ar  c*havr  war  annit 
evit  lakaat  ac'hanoc'h  da  c'hoarzin  (pas  n'est  besoin  de  monter  la 
chèvre  sur  la  maison  pour  vous  faire  rire).  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

2S,  «  Far  cavalcar  la  capra  =  se  moquer,  se  gausser  et  sur- 
prendre une  personne.  »  Italien,  Dubz. 

«  Cavalcar  la  capra.  *  —  Lasciarse  dare,  o  darsi  ad  intendere 
una  cosa  per  un'  altra.  Italien^  Manuzzi. 

29.  «  The  goat  was  âeeing  from  the  wolf,  and  spent  the  nighft 
in  the  butcher's  house.  »  —  Tomber  de  Charybde  en  Scylla. 

Bannu,  Thorburn. 

30.  «  My  beard  will  be  ht  for  shaving.  »  —  Said  by    a  goat 
a  lion  which  he  threateued  to  devour  to  fulfii  a  vow. 

Telugu,  Carr. 

31.  —  THE  CAMEL  AND  THE  GOAT. 

«  A  camel  and  goat  were  feeding  off  a  small  rare  bush,  of  whî — 
both  were  very  fond,  and  the  goat,  seeing  that  there  would  be  s< 
nothing  left  for  him,  as  the  camel  ate  so  fast,  looked  up  and 
«  Friend,  tell  me  ail  about  your  father's  death.  »    —   The  fooX&_ 


CAPRA  HIRCUS.  201 


camel  described  the  sad  event  in  great  détail,  and  when  he  had 
finished,  discovered  the  object  of  the  question»  and,  in  order  to 
secure  the  last  mouthful  of  his  favourite  food  to  himseif,  said  to 
the  goat  :  «  Now  tell  me  how  your  father  died.  »  —  «  Of  old  âge,  » 
said  the  goat,  as  he  nibbled  at  the  last  leaves  of  the  bush.  » 

Bannu,  Thorburn. 

32.  Dans  un  autre  conte  du  Bannu  (Thorburn,  p.  221),  un  loup 
rencontre  un  chevreau  et  veut  le  manger.  Le  chevreau  demande  À 
chanter  avant  de  mourir.  Le  loup  y  consent  et  le  chevreau  se  met 
à  bêler  d*une  façon  si  plaintive  que  les  chiens  du  village  arrivent 
et  mettent  en  fuite  le  bourreau. 

33.  —  LE  BUCHERON   BT  LA  CHÈVRE. 

«  Robert,  le  bûcheron,  s'en  allant  au  bois,  commanda  à  son  petit 
garçon  de  mener  la  chèvre  au  pâtis.  Le  petit  alla,  puis,  la  chèvre 
repue,  le  soir,  il  revint  au  logis  et  le  père  dit  à  la  chèvre  : 

—  Eh  bien  !  ma  chèvre,  es-tu  saoule  ?  ' 

—  Je  ne  suis  ni  pleine  ni  vldc^  ni  vide  ni  saoule  ;  on  m^a  menée 
lÀ-bas  sur  ces  petits  galets,  où  toutes  les  petites  bêtes  m*ont 
mangé  les  petits  jarrets. 

Et,  prenant  sa  cognée,  Robert,  le  bûcheron,  tua  son  petit  garçon. 
'  Le  lendemain,  il    fît   signe  à    sa  petite  fille  de  mener  la  chèvre  au 
pâtis.  Et,  le  soir,  il  demanda  encore  : 

—  Eh  bien  !  ma  chèvre,  es-tu  saoule  ? 

—  Je  ne  suis  ni  pleine  ni  vide,*  ni  vide  ni  saoule  ;  on  m'a  menée 
lâ-bas  sur  ces  petits  galets,  où  toutes  les  petites  bêtes  m'ont  mangé 
les  petits  jarrets. 

Et,  d^un  coup  de  cognée,  la  petite  fille  aussi  fut  tuée.  Le  lende- 
main, le  bûcheron,  s'adressant  à  sa  femme  :  Femme.  dit-il>  tu 
mèneras  la  chèvre  au  pâtis.  Et^  le  soir,  même  demande,  même 
réponse,  et  la  pauvre  mère  alla  rejoindre  ses  petits  enfants.  Le 
bûcheron  resté  seul,  le  lendemain,  mena  lui-même  sa  chèvre  au 
pâtis.  Et,  le  soir,  il  lui  dit  : 

—  Eh  bien  !  ma  chèvre,  es-tu  saoule  ? 

—  Je  ne  suis  ni  pleine  ni  vide,  etc. 

Robert,  le  bûcheron,  transporté  de  fureur  contre  la  bête  menteuse, 
la  prit  par  les  cornes,  lui  retourna  la  peau  à  l'envers,  et.  Payant 
rendue  ainsi  un  objet  d'horreur,  la  chassa  loin  de  sa  maison.  La 
chèvre,  de  la  sorte  habillée,  courut  tant  et  si  bien,  qu'elle  arriva 
au  gîte  du  renard  et  s'y  cacha  au  plus  vite.  Compère  le  renard,  au 


202  GAPRA   HIKCUS. 


retour,  soupçonnant  quelque  chose,  s*écrie,  dès  rentrée,  avec  effiroi  : 

^  Qui  est  là  ? 

^-  Une  bête  qui  a  les  cornes  aiguës,  fratchement  rômoulues,  qui 
dit  que  si  tu  enti*es,  tu  es  mort. 

Le  renard,  chassé  de  chez  lui,  s^en  allait  tout  dolent  ;  il  rencontre 
le  loup. 

—  Qu^as-tu,  renard,  à  pleurer  ? 

^-  Une  bête  qui  a  les  cornes  aiguës,  fraîchement  rémoulues,  est 
cachée  dans  mon  gtte  et  dit  que  si  j^entre  je  suis  mort. 

Le  renard  et  le  loup  s*en  vont  tout  éplorés  ;  ils  rencontrent  le 
foulon  bourdonnant,  qui  leur  dit  : 

—  Qu'avez -vous,  compères,  à  vpus  désoler  ? 
Le  loup  répondit  : 

Une  bête  qui  a  les  cornes  aiguës^  fraîchement  rémoulues,  est 
cachée  au  gîte  de  mon  renard,  et  dit  que  si  nous  entrons  nous 
sommes  morts.  ^ 

Ne  craignez  rien,  leur  dit  le  foulon,  des  piqûres  de  mon  dard  Je  la 
ferai  sortir. 

Ainsi  fut  fait.  Et  compère  le  renard,  grâce  À  Tinsecte  armé,  put 
rentrer  dans  son  gîte.  » 

NormandiOf  Eugène  Noël.  La  Campagne. 

Cf.  le  conte  xlvii  de  la  collection  Cosquin  et  les  remarques  qui 
suivent  ;  Jagic  et  Kôhler,  Au*^  dem  sûdslavischen  Mdrchenschatz 
n«28  (dans  Archiv  fur  die  slavische  Philologie^  t.  II)  ;  Gubematis. 
Mythologie  soologique,  I,  p.  451. 

34.  LA  CHÈVRE  QUI  FAIT  MONTRER  BLANCHE  PATTE  AU  LOUP. 

«  I-n'  y  éveû    eune    fouo  eune  bocate  que  d'mareuie  dans  eune 

piate  kébène  ;  Têveû  doux  hé  pias  bokins  bians  comme  lèye.  To  les 

jos,  on  mètin,  Taleû  aux  botons  des  hayes,  ma  devant  que  d^ennaleu 

eule  deheû   tojo  à  ses    pias  :  pemeû    bien    ouâde,  mes  afans,    se 

quèqu'inque  vient  bacheu  è  i'ohhe,  demandeû  ti-ast-ce  et  se  c'a  me 

je  répondra  : 

Ç*a  me,  ç*a  me,  mes  enfignons  (*) 

J'a  pien  mes  titas  (*)  de  lacïon  (3) 

Et  pien  mes  connons  (*)  de  verts  botons  (*). 

(0  Mes  enfants. 

(S)  Mes  mamelles. 

(>)  De  lait. 

(*)  Mes  cornes. 

(>)  De  verts  bâtons,  verts  rameaux. 


CAPRA  HIROUS.  203 


Se  an  n*  di-m'  en  le  beyeu-v'  bien  d'ouâde  de  d'vér  (d'ouvrir).  Ma 
lo  loup  e  se  vu  çiè.  Eu  ne  jonaye  que  le  gaysse  atôu  en  vaye  i  s'en 
▼ieot  è  rohhe  :  toc,  toc  !  -»  Ti-ast-ce>  bôyent  les  pias  bokins? 

Ç*ame,  c'a  me^  mes  enûgnons,  etc.. 
oh  !  ç*a  note  manman  !  et  i  devénent  (ils  ouvrent)  ma  en  ouèyan 
Tpeu  poti*é  (le  laid  visage)  don  loup  iuq  so  couôche  dan  i  sabo  et 
Tautre  dans  in  tacré  d'haudlûre(i).  Mo  loup  s'ma  è  hhulneu  tôt  èvau 
lé  chambrate  qua  to  d'in  cop  Toûye  don  bru  en  d'âeu  et  i  s'sauve. 
Ç'ateAt  le  bokate  que  rVeneû  ;  les  pias  i  récontent^  ausstou  ç'que 
vient  d'érriveu.  «  Eh  I  bien,  eune  autre  vaye,  ve  direû  d\an  que  de 
d'vér  :  montreû  vate  blanche  pètte,  mère,  et  se  l'ioup  fourre  se 
grihhe  pôtte  pô  d'zo  rohhe,  ve  penreû  eune  tonate  (marteau  en  bois) 
et  v'ii  brayereû.  Lo  lond'main  lo  loup  rVient.  —  Toc,  toc  !  —  Ti- 
ast-ce  ? 

Ç*a  me,  c'a  me,  mes  enfîgnons,  etc.. 

—  Montreû  vate  blanche  pètte,  môre.  Lo  loup  monteur  se  grihhe 
pètte  et  pin  !  èva  eune  tonate  lo  bokin  i  pile  (écrase)  lô  pette.  Lo 
loup  fa  eune  hulâye  et  s'sauve  eu  bakessant  (en  boitant).  L'en  va 
d'va  eune  hhoourasse  de  bôaye  (une  lessiveuse)  que  lâveu  don  linge 
dan  i  ru  (dans  un  ruisseau)  et  11  dit  que  se  eule  n'i  mauye  (panse) 
me  le  pette  i  le  va  trangneu  (étrangler).  Le  hhoourasse  e  evu  paoue 
eli  e  mauyeu  le  pétte  eva  i  linge  bian.  Mo  loup  po  Tcôp  èveut  pette 
blanche  ;  i  r'toune  è  le  kébène  de  le  gaysse.  —  Toc  toc  !— Ti-ast-ce  ? 

Ça  me,  c'a  me,  mes  enâgnons,  etc.. 

—  Montreû  vatte  blanche  pette,  mère.  —  Lo  loup  monteur  se 
blanche  pette  et  les  poures  iuoucents  devéue  Tohhe.  Auss'toou  lo 
loup  enfèmeu  (affamé)  so  jette  su  zou  et  dan  eune  minute  les 
trangne  (étrangle)  to  lés  douss.  Et  qua  lé  bocate  e  rVenin  le  kébène 
ateû  vude.  » 

Pays  messin,  Lo  pia  ermonek  lourain  (2«  année),  1877. 

Cf.  Faune  populaire,  I,  p.  131,  §  55  ;  Zeitsch.  f.  d.  d.  Myth.,  I,  p.  469  ; 
Grimm.  Kinder  und  Hausinârchen,  §  5. 

35.  —  l'origine  de  la  chèvre. 

«  Un  homme  rencontra  un  jour  le  diable  et  ils  se  mirent  à  causer 
ensemble.  Au  bout  de  quelque  temps  le  diable  dit  :  Veux-tu  que 
nous  nous  donnions  rendez-vous  à  tel  endroit,  tel  jour  ;  chacun  de 
nous  amènera  une  bête  ;  si  je  reconnais  celle  que  tu  amèneras,  elle 

(0  Dans  un  bout  de  balai. 


204  CAPRA  HIRCUS. 


sera  pour  moi  et  si  tu  reconnais  colle  que  j'amènerai»  elle  sera  pour 
toi.  L'homme  y  consentit  et  au  jour  convenu  il  fit  deshabiller  sa 
femme,  Tenduisit  de  miel  et  la  roula  dans  la  plume  puis  remmena 
au  rendez-vous.  Comme  il  cheminait  il  entendit  le  diable  qui  était 
devant  lui  et  qui  disait  à  part  lui  :  fai  amené  une  chèvre,  il  ne 
pourra  savoir  ce  que  c'est  Quand  ils  se  furent  rejoints  ils  se  mon- 
trèrent leurs  animaux.  Le  diable  fut  obligé  d^avouér  quUl  ne  pou- 
vait dire  quelle  était  l'espèce  d'animal  qu'il  avait  devant  les  yeux.  A 
ton  tour,  dit  le  diable,  quelle  est  la  bête  que  j'ai  là  ?  C'est  une 
chèvre,  dit  l'homme.  Il  avait  gagné,  il  emmena  la  bête  et  c'est 
depuis  ce  temps  qu'il  y  a  des  chèvres  dans  le  pays.  On  ne  les  con- 
naissait pas  auparavant.  » 

Départ,  de  la  Vienne,  com.  par  M.  B.  Souche. 

Cf.  Sébillot.  Contes  de  la  Haute-Bretagne.  Paris,  1880,  p.  284. 

36.  Sur  le  conte  de  la  chèvre  qui  a  pris  le  loup  dans  une  église 
voyez  Faune  populaire,  t.  I,  p.  135  ;  A.  Fourtier  :  Les  dictons  d^ 
Seine-et-Marne  y  1873,  p.  90  ;  Sébillot,  Contes  de  la  Haute-Breta- 
gne, 1881,  p.  336  ;  Amélie  Bosquet.  La  Normandie  merveilleuse,  p, 
492. 

87.  Cervantes  dans  Don  Quichotte  mentionne  im  conte  facétieux 
dans  lequel  il  est  question  de  trois  cents  chèvres  qui  doivent  tra- 
verser la  rivière  l'une  après  l'autre.  L'auditeur  du  conte  doit  toujours 
être  prêt  à  dire  combien  de  chèvres  ont  passé  l'eau  ;  s'il  ne  le  sait 
pas,  le  conteur  dit  qu'il  ne  peut  continuer  son  récit. 

38.  «  Au  bon  temps  des  capucins,  ils  confessaient  un  peu 
partout.  Une  brave  femme  qui  venait  de  perdre  sa  chèvre  et  qui 
était  sans  doute  plus  particulièrement  rentrée  en  elie<-même  à  cette 
occasion,  alla  déposer  le  fardeau  de  ses  péchés  dans  l'oreille  d'un 
père  capucin.  Au  m,ed  culpâ  elle  se  mit  à  pleurer.  Le  bon  père  de 
la  consoler  :  A  tout  péché  miséricortie  ;  prenez  confiance  en  Dieu, 
etc.  —  Ah  !  mon  R.  P.  !  Ce  n'est  pai  su  met  petsi  qu*i  pleurou  ; 
c^est  su  nontro  pôvro-  tsîvro^  qtCova  enno  bârbo  tout  A'ma  lo 
wôtro  !  c'est-à-dire  :  Ce  n'est  pas  sur  mes  péchés  que  je  pleure  ; 
c'est  sur  notre  pauvre  chèvre,  qui  avait  une  barbe  tout  comme  la 
vôtre.  »  Les  Fourgs,  Tissot.  Les  moeurs,  p.  169. 

39.  «  L'antique   cité   de  Valcabrère  (Vallis  capraria)  fut  prise 
par  une  ruse  de  guerre  qui  semble  empruntée  à  Samson  ;  l'ennemi 


CAPAA  HIRCUS.  205 


se  procura  un  grand  troupeau  de  chèvres^  leur  attacha  des  flam- 
beaux aux  cornes  et  les  lâcha  sur  une  des  portes.  Les  habitants  s*y 
portèrent  en  foule,  laissant  dépourvu  de  garnison  un  autre  point 
des  remparts  qui  livra  entrée  aux  assaillants.  » 

Voyez  Louis  de  Piancette  d'Aoos.  Etudes  sur  la  Basilique  de 
Saint-Just  et  les  antiquités  de  Valcabrére.  Saint-Gaudens,  1857, 
p.  6ê. 

40.  «  Dans  le  canton  de  Saint-Michel-en-Maurienne,  notamment 
à  Saint-Martin -la-Porte,  le  cercueil  d'un  chef  de  famille  est  suivi 
par  une  chèvre  que  la  faim  fait  bêler  et  qu'on  abandonne  au  curé.  » 

Richard.  Quide  aux  eaux  d''Aix  en  Savoie,  p.  155. 

41.  «  Pour  se  dégager  les  yeux  pleins  de  sang,    la    chèvre  se 
pique  ces  organes  avec  un  jonc  aigu,  et  le  bouc  avec  un  aiguillon 
de  ronce.  Mucianus  dit  avoir  été  témoin  d'un  trait  prouvant  Tintel- 
ligence  de  ces  animaux  :  deux    chèvres  se   rencontrèrent  sur    un 
pont  très  étroit  ;  tourner  sur  soi-même  n'était   pas   possible,  non 
plus  que  marcher  à  reculons  sur  un  espace  resserré  très  long,  au- 
dessus  d'un  torrent  rapide  et  menaçant  ;  une  des  chèvres  se  coucha 
et  l'autre  passa  par  dessus...  Archelaûs    prétend    que  les  chèvres 
^'espirent  par  les  oreilles  et  non  par   les  narines   et  qu'elles  ont 
toigours  la  flèvre...  On  dit  qu'elles  ne  voient  pas  moins  la  nuit  que 
ie  jour  et  qu'en  mangeant   du   foie   de    bouc   ceux  qu'on   appelle 
iiyctalopes   recouvrent  la   faculté  de  voir  le  soir...    On  assure  que 
lorsque  le  soleil  est  sur  le  point  de  se  coucher,   les  chèvres    dans 
les  pâturages  ne    se    regardent   pas   l'une   l'autre   et    qu'elles    se 
^«posent  en  se  tournant  le  dos  ;  mais  que   dans  les  autres   heures 
<iu  jour  elles  se  font  face  et  se  réunissent  par  familles.  Il  leur  pend 
^  toutes,  sous  le  menton,  une  barbe  qu'on  appelle  aruncus  ;  si  on 
^n  saisit  une  du  troupeau  par  la  barbe    et  qu'on  l'entraîne,    les 
siutres  regardent  frappées  de  stupeur  ;  il  en  arrive  autant  lorsqu'une 
cl'entr'elles  mord  une   certaine  herbe.  Leur   dent  est  nuisible  aux 
arbres  ;  en  léchant  l'olivier,  elles  le   rendent  stérile  et  c'est   pour 
cîelÀ  qu'on  ne  les  immole  pas  à  Minerve.  » 

Pline,  édit.  Littré,  VIII,  76,  1. 

42.  «  Un  bouc  dans  une  écurie  ou  une  étable  préserve  le  bétail 
des  maladies  contagieuses  et  du  mauvais  air.*» 

•    Croyance  générale  en  France. 

«  On  met  un  bouc    dans  chaque   étable   parce  que    toutes   les 


006  CAPRA  HIRCUB. 


maladies  tombent  sur  lui  an  lieu  de  tomber  sur  les  autres  bestiaux.» 

Morbihan,  recueilli  pers. 

• 

«  Un  bouc  assainit  Tétable  et  empêche  le  sorcier  d'y  jeter  des 
sorts.  »  Démocratie  franc-comtoise,  1878. 

Dans  le  cas  suivant  le  bélier  se  substitue  au  bouc  : 

«  A  Villiers  près  Maubeuge  on  avait  l'usage  de  vouer  annuelle- 
ment à  la  mort  un  bélier,  le  mieux  pourvu  possible  en  organes 
génitaux.  Il  était  promené  solennellement,  un  couteau  au  cou  et  de 
là  envoyé  à  un  seigneur  du  voisinage  qui  devait  Piramoler.  —  Le 
bélier  était  chargé  des  impuretés  de  la  population.  » 

Voyez  PiÉRART.  Guide  du  touriste  de  Saint  ^Quentin  à 
Maubeuge,  1862,  p.  351.' 

«  Les  cochers  russes  se  procurent  ordinairement  comme  remède 
aux  persécutions  des  lutins  un  bouc  ou  un  bélier  qui  s^attachant 
bientôt  à  l'écurie,  devient  l'ami  intime  des  chevaux  et  les  préserve 
par  l'antipathie  que  tout  domovoi  bien  né  a  de  son  odeur,  des  malé- 
fices de  ce  démon  capricieux.  » 

M»»  BiiGRÉEFF-SpéBANSKi.  Les  Pèlerins  russes  à  Jérvsalem, 

Sur  le  bouc  émissaire  de  la  Bible  et  ses  similaires, 
voyez  R.  Andrée,  Ethnographische  paraUelen,  p.  29,  et 
Moramsen,  Histoire  romaine,  (traduct.  Alexandre),  I, 
p.  216. 

43.  «  J*ai  vu  mettre  autour  du  cou  d'un  bouc  étalon,  un  collier 
de  toile  neuve,  large  comme  deux  doigts  et  rempli  de  sel,  c'était 
sans  doute  pour  que  Vagliette  ne  lui  fut  pas  nouée.  » 

Deux-Sèvres,  Souche. 

44.  «  Le  câpre  starnutano.  »  «—  Il  fera  beau  temps,  le  temps 
changera.  Italien,  Duez,  1678. 

«  Quando  um  bode  espirra,  é  signal  de  bom  tempo.  » 

Portugal,  C.  Pedroso,  Cont.  p,  uma  mythologia  port. 

45.  «  La  chèvre  a  pissé  dans  votre  culotte.  »  —  Il  vous  arrivera 
iQalhenr.  Bretagne,  L.  F.  SAUVjtf,  dans  Revue  celtique. 


CAPRA  HIRCUS.  207 


46.  «  Ein  bock  dem  man  flncht,  wird  fett  » 

Lithuanien,  Schlbigher. 

47.  «  Le  bouc  est  une  des  formes  que  prend  le.  plus  habituel- 
lement le  diable.  »  Croyance  générale  en  France. 

48.  «  Le  diable  préside  ordinairement  au  sabbat  sous  la  forme 
d*an  bouc  et  fait  baiser  son  derrière  à  tous  les  assistants.  » 

Tradition  ancienne  et  générale. 

49.  «  Si  un  pauvre  homme  s^enrichit  tout  à  coup  c^est  qu^ii  baise 
le  col  d^un  bouquin  blanc.  » 

Franche -Comté,  Pebron.  Proverbes,  p.  34. 

50.  «  Auf  dem  Bock  fahren.  »  ^  Monter  le  bouc^  aller  au 
sabbat.  Allemand,  Pobtbvin. 

51.  «  Akerlarre  (mot  à  mot  pâturage  des  houcs)^  signiâe  en 
basque  labourdin  le  lieu  où  les  sorciers  tiennent  le  sabbat»  » 

Van  Ets. 

52.  «  Dasz  dich  der  Bock  stosze  !»  —  «  Dasz  dich  der  bock 
schftnde  I  »  Malédictions  ou  jurons  des  Allemands^  Grihm. 

53.  «  Ventre  de  bouc  !  » 

Juron,  Théâtre  des  boulevards^  1756,  t.  III,  p.  152. 

54.  «  Gud  vare  os  for  ham  med  Bukkefoden  !  »  -»  Dfeu  nous 
garde  de  celui  qui  a  des  pieds  de  bouc.         Danois,  Reinsberg. 

55.  Sur  les  êtres  imaginaires  à  forme  de  chèvre  ou  à  pieds  de 
chèvre  (ou  de  bouc)  voy.  Mannhardt,  Uebereinstimmungen  deutscher 
und  antiker  Volksûberlieferung  (dans  Zeitsch.  f,  d,  Alterthumsk,, 
Neue  Folge,  X). 

56.  «  La  chèvre  du  diable  est  une  apparition.  Elle  fait  courir  et 
sauter  comme  des  fous  ceux  qu^elle  ensorcelle  avec  son  regard.  » 

Centre,  G.  Sand.  Le  péché  de  M,  Antoine, 

57.  «  La  chèvre  bourine  est  un  animal  imaginaire  dont  on  fait 
peur  aux  enfants.  »  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

58.  «  De  tous  les  esprits  malicieux  qui  s'attachent   la  nuit  aux 


208  CÂPRA  HIRCUS.   . 


pas  du  voyageur,  et  se  plaisent  à  le  tourmenter,  il  n'en  est  pas  dont 
la  rencontre  soit  plus  fâcheuse  que  celle  du  bouc-hitin.  Malheur  à 
rimprudent  qui  s'attarde  aux  veillées  ou  aux  pardons  !  Ces  deux 
cornes  menaçantes  et  cette  longue  barbe  qui  lui  apparaissent  tout- 
à-coup  au  détour  du  chemin^  ce  n^est  point  un  bouc  égaré,  comme 
il  s'efforce  de  le  croire,  c'est  un  ennemi  prêt  à  lui  barrer  le  passage. 
Impossible  d'aller  plus  loin,  et  de  rentrer  au  village.  S'il  s'obstine  à 
le  tenter,  gare  aux  meurtrissures  et  aux  culbutes  !  S'il  veut  fuir,  il 
n'a  pas  tourné  les  talons  que  le  bouc-lutin  saute  sur  ses  épaules, 
s'y  installe,  le  serre  à  l'étouffer,  l'empeste  de  son  haleine,  s'oublie 
même  jusqu'à  l'arroser,  et  le  contraint  à  fournir  une  course  désor- 
donnée à  travers  les  ronces,  les  épines  et  les  flaques  d'eau.  Ce 
supplice  dure  quelquefois  jusqa*au  Jour.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

59.  —  LA  CHÈVRE  EN  JUGEMENT  (chanson). 

a)       Martin  a  une  chèvre,  lan  tran  (bis) 

Elle  est  un  jour  entrée  dans  le  champ  de  Bertrand 

Lan  tire  lire  lan  tran  lan  tran 
Lan  tire  lire  lan  tran. 

Elle  est  un  jour  entrée  dans  le  champ  de  Bertrand 

Elle  a  mangé  des  choux  pour  cinq  ou  six  cents  francs. 

Elle  a  mangé  des  choux  pour  cinq  ou  six  cents  francs 
Elle  a  mangé  des  raves  pour  cent  écus  blancs. 

Elle  a  mangé  des  raves  pour  cent  écus  blancs 
.  Bertrand  qui  se  fâche  l'appelle  en  jugement. 

Bertrand  qui  se   fâche  l'appelle  en   jugement 
Mais  la  chèvre  fut  fine,  s'en  fut  au  Parlement. 

Mais  la  chèvre  fat  fine,  s'en  fut  au    Parlement 
Elle   a  troussé  sa  queue,  s'est  assis  sur  un  banc. 

Elle  a  troussé  sa  queue,  s'est  assis  sur  un  banc 
A  fait  cinq  ou  six  pets  pour  Messieurs  les  sergents. 

A  fait  cinq  ou  six  pets  pour  Messieurs  les  sergents 
Un  plein  panier  de  crottes  pour  tous  les  écoutants. 

Lyon^  recueilli  personnellement. 


CAPRA  HIRCUS.  900 


ft)  '  Pierre  avait  une  bique. 

Agée   de   quatorze  ans. 

Aile  a  d^  Pentendement, 

C'te  bique, 
Aile  a  d^  Tentendement. 

A  s'en  allait  À  Tharbe, 

Aux  cJiouxà  JeanBartrand.    Aile  a...  etc. 

Jean  Bartrand  qu'est  avare, 

N'en  est  pas  pus  content.         Aile  a...  etc. 

I  envoie  un  assignat, 

Par  quatre-vingts  sargents.    Aile  a...  etc. 

Passant  devant  l'audience, 

Aile  est  entrée  dedans.  Aile  a...  etc. 

Aile  a  troussé  sa  queue, 

Pour  s^assiére  sur  un  banc.    Aile  a...  etc. 

A  chia  un  panier  décrottes 

Pour  payer  Tprésident.  Aile  a...  etc. 

Et  un  bâton  d'onguent  (•), 

C'est  pour  les  acoutants.  Aile  a...  etc. 

Loiret,  corn,  par  M.  L.  Beauvillaro. 

^'  Il  était  une  bique  qui  jeûnait  trop  souvent. 

Un  jour  elle  a  mangé  les  choux  de  Jean  Bertrand. 

T'as  de  l'entendement,  ma  bique, 
T'as  de  Teutendement. 

Un  jour  elle  a  mangé  les  choux  de  Jean  Bertrand. 
Jean  Bertrand  la  cita  devant  le  Parlement. 


V  )  Variante  des  deux  derniers  couplets  : 


A  donné  trois  pets  aux  juges 

Et  quatre  au  président.         Aile  a,  etc. 

Un  plein  panier  de  croUes, 

C'est  pour  les  acoutants.        Aile  a,  etc. 

14 


e«^" 


î\V^^/'\esco^^-         _    d>x  1P^    aTyc^^' 


iV^®^'^'  ^et^^' 


ssv® 


i 


t. 


c- 


dô 


co 


SV^^  ^'Uut  A^ 


jo^« 


\)0^ 


V\^®^^T«.ass^*^':.*o\)t® 


\0 


octo' 


,  etv  ^^^  ^^.cfftxe. 


o^^'     i;ln^ 


.te^^* 


M^^ 


NeïS* 


Kg' 


ée 


d^ 


AeVet^^^' 


Aei 


a 


A* 


,^.^^^^^^:>^' 


çottï  ^*!a.*VO^^ 


CAPEAI 1IIRCU8.  311 


Dans  la  versimi  suivante  la  chèTre  e6t  remplacée  par 
une  yache. 

e)  U  était  une  vache 

Qu'avait  de  l*e&tendement  ; 
Elle  mangea  les  choux 
D^un  pauvre  paysan. 
£ir  babouinait  de  la  gaule 
Et  grignoutait  des  dents. 

*        .    *      *      •  * 

Elle  mangea  les  choux 
D^un  pauvre  paysan. 
Il  la  ât  assigner 
Par  cinq  ou  six  sergents. 

Il  la  fit  assigner 
Par  cinq  ou  six  sergents. 
Elle  vînt  à  Taudience 
Avec  tous  ses  enfknts. 

Elle  vint  à  Taudience 
Avec  tous  ses  enfants, 
Eir  retroussit  sa  queue 
Et  s^assit  sur  un  banc.  ^ 

Eir  retroussit  sa  queue 

Et  s'assit  sur  un  banc  ; 

Eir  ch..  un  boisseau  d'  crottes        * 

PoUr  tous  les  assistants. 

Eir  ch..  un  boisseau  d*  crottes 
Pour  tous  les  assistants  ; 
Elle  en  fit  trois  ou  quatre 
Pour  Monsieur  F  président. 

V Intermédiaire  du  15  février  1866. 

df.  Puymaigre.  Chants  pop.  Ou  Pays  messin^  18d5,  p.  414  et  p.  416. 

60.  «  Le  jeu  de  la  bique  consiste  à  renverser  à  la  distance  de 
^ingt  pas  une  branche  d'arbre  à  trois  pieds  fixée  en  terre.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

€  Le  jeu  de  la   chèvre    consiste  à  fixer  en   terre  une   baguette 
appelée  d^^nre  À  laquelle  est.  suspendu   un   crochet    appelé  bouc. 


212  CAPRA  HIRCUS. 


Des  enfants  armés  de  bâtons  les  lancent  d*une  certaine  distance  et 
Ti«ent  à  renverser  le  bouc.  Un  autre  enfant  est  préposé  à  la  garde 
du  bouc  et  doit  empêcher  qu'on  ne  le  fasse  tomber.  Quand  le  bouc 
•st  par  terre,  on  crie  bouc  à  bas  /  et  on  court  chercher  les  bâtons 
en  évitant  le  gardien^  qui  n'a  le  droit  de  poursuite  qu'autant  que 
le  bouc  est  remis  en  place.  Si  le  gardien  saisit  Tun  des  enfants, 
celui-ci  prend  sa  place.  » 

Deux-Sèvres,  communiqué  par  M.  B.  SoucHé. 

^«  Al  becco  mal  guardato.  »   —  Au  bouc   mal  gardé,  une  sorte  de 
jeu.  Italien,  Duez.  Dictionnaire  Italien- français,  1678. 

61.  «  Jouer  à  cache-cabrit.  »  —  Jouer  à  cache-cache,  se  faire 
chercher  tour  à  tour.  Centre,  Jaubert. 

62.  «  Porter  à  la  chieuve  morte  (*).  »  Espèce  de  jeu.  La  per- 
sonne, ainsi  portée,  est  assise  sur  les  épaules  du  porteur  et  les 
cuisses  font  le  tour  du  cou  de  ce  dernier.  (En  Limousin  ce  jeu  est 
appelé  tsabras  mortas).  Centre,  Jaubert. 

«  Bok  speelen,  bok  staa  vâst  speéleu  :=  jouer  au  combien  ;  sauter 
à  califourchon  sur  le  dos  de  son  camarade  et  lui  demander  com- 
bien on  a  de  doigts  levés.  »  Hollande,  Marin. 

«  Porter  à  la  char  morte  (à  la  chèvre  morte),  c'est  porter  quel- 
qu'un jambe  de  ci,  jambe  de  là  ou  sur  le  dos.  » 

Saintonge,  Jônain. 

«  Être  porté  à  la  chieuvre  acorchée,  c'est  être  porté  étendu  sur  le 
dos  de  quelqu'un,  lui  embrassant  le  cou  et  serrant  les  jambes 
autour  de  son  corps.  » 

Le  Charme  (Loiret),  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  Porter  quelqu'un  à  la  biguebaie^    c'est  prendre   quelqu'un  sur 

son  dos  comme  une  hotte,  ses  jambes  pendantes  de  chaque  côté  et 

ses  mains  entrelacées  autour  du  cou.  » 

Morvan,  Chambure. 

63.  «  Einem  den  Bock  halten  =  se  mettre  en  posture  pour  faire 
monter  l'autre  sur  ses  épaules.  »  Allemand,  Poétevin. 

(()  On  dit  aussi  porter  à  charbiquion,  C«ntr«,  Jaubert. 


sus     SCROPUA    DOMESnCUS.  213 


64.  «  Douas  pias,  douas  lias,  quatre  bezinguas  et  un  tapa- 
quioul.  »  —  Deux  cornes,  deux  fanons,  quatre  jambes  et  un  tape-cul. 
z:=  La  chèvre.  Devinette  du  Limousin,  J.  Roux.  §  XLi. 

Cf.  rénigme87,  de  T.  Smith.  Quelqttes  devinaiUes  du  Fores. 


SUS  SCROPHA  DOMESTICUS.  —  LE  COCHON. 

I. 

I.    Noms  donnés  d'une    manière    générale    au    sus 
scropha  domesticus  : 

PORC,  m.  {prononcez  pork)  ancien  provençal.  —  I^anguedocien. 

—  Bagnères-de-Bigorre. 
PORC,  m.  (prononcez   por)  français.  —   Creuse,   communiqué 

par  M.   F.  Vincent.  —  Arrondissement  de  Brive,  com. 

par  M.  G.  de  Lépinay. 
PÔ,  m.  Franche -Comté. 
POARCH,  m.  Menton,  Andrews. 
POUERO,  m.  Marseille. 
p0Aa>  POËR,  m.  Savoie. 

pouô,  m.  Ban  de  la  Roche,  Oberiin.  • 

pouo,  m,  Vosges^  L.  Adam, 
poo,  m,  arrondissement  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 
POURCEAU,  m.  français. 
pouRGiAU>  m.  environs  de  Paris. 
PORCHEU,  w.  picard,  Corblet. 
POURSAi,  POURSiA,  m.  wallon,  Grandgagnage. 
POUSSÂL,  m.  Tarn,  Gary.  —  Aveyron,  Montel  et  Lambert,  p.  543. 
POUGHÉ,  m.  Montbéliard,  Contejean.  —  Lorraine. 
POCHÉ,  p*ofiÉ,  POHHÉ,  POUHRé,  p'rhé,  m.  Lorraine. 
GOUILLOU,  m.  environs  de  Semur  (Côte-d'ôr),  communiqué  par 

M.  H.  Marlot. 
60ILL0T.,  m.  Montbéliard,  Contejean. 
GUSbOT,  m,  Guernesey,  Métivier. 
LARD,  LAIRD,  m.  différents  départements. 
HARiLLÉ  DE  SOIE,  VÊTU   DE  SOIE,  m.    différents  départements 

(termes  facétieux). 


^14  SUS  SOROPOA  DOMSSTIGUS. 

■    ■  ■  -  I  !■   ■  ■        I  ■^-  -  I  -^  I  I    ■  I   !■ ■■■__, 

MONSIEUR*  NOBLE,  m.  différents  départements  (termes  faoétieux). 
SYNDIC,  RORAN^  m.    Haute-Bretagne,  Communiqué   par  M.  P. 

Sébillot  (termes  facétieux). 
ROANT,  m.  argot,  Vidocq. 

ttôTE,  ^.Loiret,  coin,  par  M;  J.  Poqtiet  (tdrmefàcdtt6trx)i 
VEStm  DK  sAdo,  fraïsse,  m.  Gard^  com.  par  M.  P.  Fesqoet. 
CôMPAOÀON   DE    SAiNlr-'ANtoi!^Ë ,   4^.    différents    départettients 

(terme  facétieux). 
oisiBU  DE  SAINT  ANTOINE,  m.  picard,  Corblet. 
ROSSIGNOL  A  GLANDS,  m.  français  (terme  facétieux). 
ROUNDINATRE,  m,  (c«-à-d.  grogneur)  Aveyron,  Vayssi^r. 
ORONDiN,  m.  argot.  Francisque  Michel.  .1 

cx)PiN»  m.  »rgot{  normapçl  ancien,  Francisquç  Miciiel^  . , 

QUI0UQU1OV»  m.  Haute-Bretagne,  communiqué  par  ,M*  rr^Es^^ 

billot.  (Terme  enfantin).  -i,  :. 

BtTou,  m;  Béarn,  Lespy.  ' 

COUTURIER,  m.  Ouemesey,  MétiTier.'      •   •    >       .i .  r     .  =         ,, 
HOGNi',  ni.  Pays  messin,  recueilli  personnellement:  '  '  ^ 
ROUNÉ,  m.  Montbéliard,  Oontejean.  —  Argot  iéHan,  Toubln. 
ouRiN»  m.  Bessin,  Joret. 
ooiURiL,  m.  Planclier-lesTMines,  Poulet. 
GOQRi/ 60URRI,  m.   Montbéliard,   Ck)tttejeaB.  «—  Pa^r^  .n\e^in, 

Jaclot.  — >  Hennezel  (arrond.  de  Mirecourt),  L.  Adain. 
VORET,  m.  Gelvécourt  (arrondissement  de  Mirecourt),  L.  Adam. 
VRBT,  m.  arrondissement  dt^Lunévilte,  L.  Adam»   ' 
CHOURROU,  m.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas,  -.o.i  - 
TBSSOUN,  m.  Armagnac,  Bladé. 

TBGHOU,  m.  arrondissement  de  Brivej  com. parM. G.de  Lépinay. 
'COCHON,  m.  français. 
couoHON,  m.  Lorraine. 

cotfcHON,  m.  picard.  --:.: 

QUBCHOU,  m.  languedocien,  communiqué  par  M.  Pi'F^quet. 
cocHiN>  m.  Domgermain  (arrondissement  ^e  Toul),'  L'J  Adam. 
GAGNOU,  m.  arrondissement  de  Brlye,  communiqué  par  M.  0. 

de  Lépinay.  . ,     ./ 

GAlON,  CATON,  m.  Dauphiué,  A.  Pages.  -«* Bas* Vivais;  Gruyère; 
Bagnard,  Cîornu.  —Savoie;  TareiitaiSe,  Pont.  —  Forez, 
Gras.  —      î  i  t 

CAÏou,  m.  Velay,  Méluéine,  col.  261. 

CAïASTREt  m.  (porc  jeune  et  vigoureux)  Gard,coliinftilii(|ilé  par 
M.  P,  Fesqnet.  -   >« 


sus   SCROPUA  D0MBSTICU8.  215 


TiTÀE,  1».  Aavergne,  Gra^s. 

BATON,  m*  Savoiei  Revue  si-voisienne,  1881,  p.  14. 

TiACi,  m.  (de  tia  î  cri  pour  appeler  et  de  ci!  zzz  ici  !)  Morvan, 

Chambure. 
PlMOC^H,  porq'hbll,  80UIN.  m.  hr^ton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 
URiNB,  basque  guipuzcoau;  labourdia;  bas-navarrais.  Van  Ëys. 
SATiCBO»   BAUGHO,   baUtsghoua,  Uigaue  des  pays   basques, 

Baudrimont. 

Synonymes  étrangers  : 

Suç,   ^ç,  Xoipoç,  grec  ancieu.   —    Foupouvi,  grec    moderne,  Bik. 

—  Su,  Forças,  lat.  —  Porco,  liai.  ;  portug.  —  ^brch,  Parme,  ital.;  Brescia, 
Melch.  —  PSrcli,  FlTrss.  Hiëmont,  Zalli.  »  Citeeo,  ital.  —81,  Bi'escia,  Melch. 

—  ^oiéB,  réarme.  Mal.  —  Grin,  Piémont,  Zalli.  —  Gragnsnu,  fourbèsque, 
Duez.  —  Gnignant,  fourbesque  de  Parme,  Mal.  —  rtrfa,  ChétAa,  argot 
de  Val  Soana,  Nigra.  —  Canarin  da  giaad  (serin  h  glands  X  Piémont, 
Zalli.  —  LesgBoenl  in  nnto  (LesgaoeiU  s  Rossignol),  fourbesque  de  Parme, 
Mal.  —  Pnerco,  ^rdo,  Cochino,  Leclioii,  esp.  —  Quiro,  Gbino,  Siacope,  gaUicien, 
Pinol,  —  ^orCt  Rin^tor  (c-à-d.  le  fouilleur),Sfln  (mot  tombé  en  désuétude) 
roumain,  Cihac.  —  Orc,  Banb,  Mucc,  vieil  irlapdais,  d*Arb.  de  Jub.  —  Hpf, 
Swine,  angl.  —  Schwein,  ail.  —  Svin,  suéd.,  danois,  island.  —  Zwjn,  Varken, 
hoU.  —  Praseï,  Carniole,  Freyer.  —  Dhomooi,  Khenger,  turc.  —  Bliùksliit, 
Sèkârt,  Krimnldia,  Mad&ra,  Bhûdira  (=  qui  fouille  la  terre),  SttbdIuuromaB 
(?  qui  à  des  poils  raides)  sanscrit,  B. 

Z.    Lem&to  est  spécialement  désigné  par  les  noms 
suivants  ? 

.  yst.  fl>T  aiieien  ft'SAçais.  ^  ancien  picard. 
VBRRE,  m.  ancien  provençal,  Romania,  II.  202.   •—  Marseille, 

Gelu,  p.  51. 
BBRRÉ,  m.  BÂBRB,  m.  Tarn,  Oary.  —  Âveyron,  Vayssier. 
imRBTt  VRET,  m.  Centre,  Jaubert. 
jroRiArr,  m.  Montbôliard,  Contejean. 
•  /VBioukT*  m,  français.  -«  wallon,  Grandgagnage. 
VARRAT,  VÀRAT,  VARA,  m,  Loiret,  communiqué  par  MM.  L.  Ma- 

ioB,  L.  Beauviilard  et  J.Poquet.— Creuse,  commvuiiqué 
...       PAi'M.  ^F.  Vincent. 
VRAT,  VRA,  m.  Allier,  communiqué  par  M.  Ero.  Olivier.  —  Va- 

gney  (Vosges),  com.  par  M*  D.  PieiTst, 
yoRAX»  M»  CÔtQ-d*Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot.; 
êâORAT,  m.  PithiTiers,  communiqué  par  M»  L*  MRlon. 


216  sus  SCROPHA   DOMESTICUS. 


VERRO,  m.  Guernesey,  Métivier. 

VEROU,  m,  normand,  DelbouUe. 

vÈRi,  m.  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

BATAR,  BÈYAR,  BiYAR,  m.  Pays  messin,  recueilli  person, 

BEUYÂTE,  BEUTARD,  m.  P»ys  messin,  D.  Lorrain. 

BiAR,  BiATRB,  m.  picard,  Corblet. 

BEOA,  m.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L,  Desaivre. 

GODÎ,  m.  wallon,  Grandgagnage. 

MAïQUiN,  m.  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

CADET,  m.  GADi,  m.  Centre,  Jaubert. 

TOURG^H,  torc'h,  houch^  HOG*H,  breton  armoricain. 

AKETZ,  basque  labourdin,  Van  Ëys. 

ARHBTZ,  ARBTCHA,  basque  bas-navarrais,  Van  Eys. 

APOTE,  basque  guipuzcoan  ;  biscaïen,  Van  Ëys.    . 

Noms  étrangers  du  verrat  : 

Kaicpoç,  grec  mod.  de  Chypre,  Bikélas.  —  Verres,  latin.  —  Verro,  ital.  ; 
catal.  mod.  —  Verraco,  Berraco,  Barraco,  esp.  —  Yarrao,  Yarrasco,  port.  — 
Yarres,  Berron,  gallic,  Pinol.  —  Yier,  01er,  roumain,  cihac.  --  Béer,  hoU.  — 
f uelschweln,  ail.  —  Orne,  Bonne,  danois.  —  Fargalt,  suédois.  —  Tore,  vieil 
irlandais,  d*Arb.  de  Jub. 

3.  Noms  de  la  femelle  : 

PUBRGHO,  f.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

POUGÈLO,  POUSSàLO,  /".  Gard,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet.  — 
Tarn,  Gary. 

GOCHE.  f.  Auxois  et  Morvan,  communiqué  par  M.  H.  Marlot.  — 
Pithiviers,  com.  par  M.  L.  Malon.  —  Deux-Sèvres, 
com.  par  M.  L.  Desaivre. 

GOIGBE,  f,  Morvan,  Chambure. 

CATGHE,  f.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

GAVE,  f.  Forez,  Gras. 

CAILLE,  f,  Morvan,  Chambure. 

G06N0,  f.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent.  s 

ooÛNA,  f,  fribourgeois,  Grangier. 

GORE,  f,  Pithiviers,  com.  par  M.  L.  Malon.  —  Laas  (Loiret), 
com.  par  M.  L.  Beauvillard.  —  IlIe-et-Vilaine,  com. 
par  M.  P.  Sébillot.  —  Morvan,  Chambure.  —  Eure-et- 
Loir,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

GOURE,  f.  Le  Charme  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

GORETTB.  f.  me-et- Vilaine,  communiqué  par  M.  P.  SébiUot. 


sus   SCROPUA   DOMESTICUS.  217 


TROTA,  /l  Menton.  Andrews. 

TROUlo,  TROUJO,  f.  BagDères-de-fiigoiTe, communiqué  par  M.  A. 
Gazes.  —  Landes,  de  Métivier. 

TRAHIE,  f.  wallon,  Grandgagnage. 

TROlB,  f.  arrondissement  de  Nancy,  L.  Adam. 

TROUTB,  f»  Bas -Valais,  Gilliéron. 

TROCÉJO,  f.  Gard,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

TRUïB,  trûy\  treuÏe,  f.  Lorraine. 

TRUIE,  f,  français. 

TéRUiE,  f.  Dessin,  Joret.  —  Bouilly  (Loiret),   communiqué  par 

M.  J.  Poquet. 
TRÈDZO,  f.  'arrondissement  de  Brive,  com.  pai'  M.  G.  de  Lépinay. 
TRUÈJO,  TRiOJO,  TRULO,  f,  Avevron,  Vayssier. 
TREUE,  /.  Bessin,  Joret.  —  Loiret,  communiqué   par    MM.    L. 

Beauvillard  et  J.  Poquet  —  Auxois  et  Morvan.  com.  par 

M.  H.  Marlot. 

TRÉE,  f.  Côtes -du-Nord,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 

TRUE,  f»  Bessin,  Joret.  —  Piancher-les-Mines,  Poulet.  —  Pays 

messin,  Jaclot.  —  Loiret,  com.  par   M.  L.  Beauvillard. 
LARRE,  f.  Chevillon  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Malon. 
PELLA,  f.  Forez,  Gras. 
GASBLLE,  Centre,  Jaubert. 
MAOURio,  f.  Tarn,  Gary. 
MÉRANDE,  0ALÈ6NE,  GALÈNE,  Auxois  et  Morvan,  com.  par  M.  H. 

Marlot. 

MÈRE  MICHEL,  f.  Centre,  Jaubert. 

GRAND  MÉE,  f.  (c'est-à-dire  igrand'nière;  ainsi  nommée  à  cause 

de  sa  fécondité).  Le  Charme  (Loiret),  com.  par    M.    L. 

Beauvillard. 
Gwiz,  f,  breton  armoricain. 

AHARDi,  basque  labourdin;  bas  navarrais,  Van  Eys. 
GALINE,   /".    GAMELLE  (truic   qui  a  déjà   porté    plusieurs    fois), 

Morvan,  Chambure. 

GORO,  BOBO,  /".  (vieille  truie),  arroud.  de  Brive,   com.  par  M.  G. 
de  Lépinay. 

GUIRRE,  f,  (vieille  truie),  Landes,  de  Métivier. 
RIN60,  f.  (vieille  truie  portière  et  maigre),    Landes,    de   Mé- 
tivier. 

MAOURO,/!  souBROGNo,  f,  souRROGNo,    f.    (vieille  truie  qui  a 
porté  plusieurs  fois)  Aveyron,  Vayssier. 


218  sus  SGBOPHA  00MB8TICUS. 

Noms  étrangers  de  la  traie  : 

Toupouva,  grec  mod.  —  Scrofa,  lat.  —  Força,  liai.,  esp.,  port.— Scrofa, 
Troja,  Ciacca,  ital.  —  Biga,  TrtfdB.,  Grina,  Piémont,  Zalli.  —  Troènja,  Zana, 
Animàla,  Parme,  Mal.  —  Slna,  Brescia,  Melch.  —  Loenggia,  milanais, 
Banfl.  —  Lftgi,  Val  Soana,  Kigra.  —  Cérda,  Cochuna,  Puerca,  Lechona,  esp.  — 
Scroafa,  Poaroa,  roumain,  Cihac.  —  Zeàg,  Zog,  holi.  —  Sugga,  So,  suédois. 
—  Soe,  Pnrke,  danois.  —  Syr,  STJjnsgylta,  island.  -*-  Chruna,  Hrechna, 
tchèque. 

4.  Noms  du  jeune  porc  mâle  : 

PORQUBT,  POURQUET,  m.  languedocien. 

PORCELET,  m.  français. 

PORGELOU,  m.  Âriège,  Monte!  et  Lambert,  p.  234. 

POURCiAU,  PORCiAU,  Le  Charme  (Loii*et),  com.  par  M.  L.  Beau- 

villard. 
POUCÈL,  POUGBLET,  m.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
POUGHiLLB,  m.  poucHELOT,  m.  Moutbéliard,  Contejean. 
POURCHÉLOU.  m,  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

POUCHIOT,  1>0UHHI0T,    PGUCaiON,    POUHHION,     POHMION,    POCHELOT, 

POUUHELOT,  Lorraine,  L.  Adam. 
PAUCHEYON,  m.  Pays  messin,  Jaclot. 
COCHONNET,  m,  français. 

coiCHON,  coissoN,  coissoT,  m.  Morvan,  Chambiire. 
COUGHENAT,  COGHENOT,  m.  Lorraine,  L.  Adam. 
COUGHET,  cossBT,  ROGUIN,  m.  wallon,  Grandgagnage. 
KAYENé,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 
GOGNOU,  m.  (petit  cochon  gras)  Aveyron,  Vayssier. 
GALHOU,  LAGHEN,  m.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
GORREAU,  m.  anc.  français. 
GORET,  m.  Forez,  Gras.  —  Guernesey,    Métivier.    —   Morvan, 

Chambure.  —  Loiret.  —  Environs  de  Paris.  —   Creuse, 

com.  par  M.  F.  Vincent 
GOIRET,  m.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 
60URRBT,  m.  Guernesey,  Métivier. 
GOURAI,  m.  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
GAURET,  GORET,  m.  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 
GAURAT,  m.  6ÔRAT,  m,  Loiret,  com.  par  M.   L.    Beauvillard   et 

L.  Malon. 
GOURAT,  m,  Loiret,  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 
GORON,  GORRON,  m.  anc.    français.  —  Deux-Sèvres,   com.    par 

M.  L.  Desaivre. 


sus  SOROPHA   DOllBSTIGUS.  219 


OORIN,  m.  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

GOURl,  GOURRi,  m.  Forez,    Gras.    —  Lorraine.  —  Côte-d'Or, 

com.  par  M.  H.  Marlot.  —  Les  Fourgs,  Tissot. 
GODRIGHON,  NEURissoN,  m.  Côte-d*Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
TESSOU,  NOURIDOU,  m.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
TKSSOUN,  >».  Landes,  de  Métivier.  —  Aveyron,  Vayssier. 
«OOOT».  m.  Morvan,  Chambure. 
QUETOD,  m.  normand,  DelbouIIe. 
HOUGNBT^  m.  Meurthe-et-Moselle,  L.  Adam. 
TRUEJOU,  m.  Tulle,  Rev  des  langu<is  romanes^  oct.  1877,  p.  182. 
LOLO,  m.  Saintonge,  Jônain  (terme  enfantin). 
ROUROU,  m.  (du  cri  rou  !  rou  !  qui  sert  à  appeler  les   cochons), 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L.  Desaivre  (terme  enfantin). 
RAiTOT,  m.  Montbéiiard.  Contejean. 
QUARTZON,  m,  (petit  cochon  arrivé  au   quart    de  sa  grosseur), 

Centre,  Jaubert. 
GOGHON  DE  LAIT,  m.  (petit  cochon  non  encore  sevré),  français. 
OOCHIN  DE  LAFF,  wi.  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 
C0GH*NOT  DE  LÀ,  m.  arrondissement  de  Neufchâteau,  L.   Adam. 
TBTRAN,  m,    (cochon  de  lait),    Deux-Sèvres,    com  par  M.    B. 

Souche. 
TBTARBOU,  m.    (cochoa   de  lait),    arrond.  de  Brive,    com.  par 

M.  G.  de  Lépinay. 

POURCELOU,  POUCELOU,  GOURINOU,  LEYTIN,  LOCHIN,  LOCHINTOU,  m. 

(cochon  de  lait)   Aveyron,  Vayssier. 
PENANT,  m.    (cochon  de  lait),  arrond.    de  Saint-Dié,  L.  Adam. 
NAURiN,  m.  (jeune  porc  sevi*é),  Deux-Sèvres,  com.  par   M.    B. 

Souche. 
NOÛRiN,  m.  (jeune  porc  à  l'engrais),  wallon,  Grandgagnage. 
NOUïR'ÏDoaR,  m,  (jeune  porc  à  l'engrais),  arrond.  de  Brive,  com. 

par  M.  G,  de  Lépinay. 
NOURRAiN,  FERSANGEAU  (porc  à  Teugrais),  Loiret. 
NORIN,  m.  (cochon  de  lait),  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
couGHON  DE  SAURE,  m.  (cochon  de  lait),   arrond.    de   Toul,   L. 

Adam. 

Synonymes  étrangers  : 

Percnlns,  Porcellns,  lat.  —  Porcello,  Porchetto,  Scrofiuio,  ScrofEUieUo,  ital.  — 
Griaèt,  Piémont,  Zalli.  —  Gozinén,  Parme,  Mal.  —  M&rrano,  Cocliinillo, 
taarin,  enarro,  esp.  —  Porqninho,  Racoro,  Racorinlio,  Marrao,  Marranito, 
furrapo,  farronplnlio,  port.  —  Porcnts,  Porcash,  Poreotash,  PutmI,  Porcaa, 


220  sus  SCROPHA   DOMESTICUS. 


Grasnn,  Godac,  roumain,  Cihac.  •—  Porenlean  (cochon  de  lait),  Porcuslior, 
(coction  de  lait),  roumain,  Cihac.  — *  Ferkel,  ail.  —  Big,  Bigge.  Bigge^e, 
hoU.  —  Gris,  danois. 

5.  Noms  de  la  jeune  femelle  : 

GORELLE,  f,  Moi*yan,  Chambure. 

tRUDZiL,  f.  arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
PRIMO,  f,  FRAYSSO,  f.  (jeune  truie  qui   n'a  pas  encore  porté  ou 
qui  porte  pour  la  première  fois)  Aveyron,  Vayssier. 

■» 

Synonymes  étrangers  : 

Scrofetta,  Ital.  —  Scrofltza,  Scrofalitza,  Scrofashoara,  roumain,  Cihac.  — 
Porcica  (cochon  de  lait  femelle),  roumain,  Cihac. 

6.  Châtrer  un  porc  ou  une  truie,  se  dit  : 

GENER,  SENER,  HABILLER,  français. 

ch'ner,  Morvan,  Chambure. 
CRBSTA,  Landes,  de  Métivier. 

Synonyme  étranger  : 

Sanare,  italien. 

7.  Celui  qui  châtre  les  porcs  est  appelé  : 

PORCUAUD,  w.  Forez,  Gras. 
SANAYRÉ,  m.  Tarn,  Gary. 

8.  Le  porc  mâle  châtré  est  appelé  : 

MAL,  m.  environs  d'Etalle  (Ardennes),  Grandgaguage. 
MAïAï,  MAïi,  m.  wallon,  Grandgagnage. 

Synonymes  étrangers  : 

Majalis,  lat.  —  Majale,  Verro  castrato,  Porco  castrato,  ital.  —  Si  castrat, 
Brescia,  Melch.  —  Nimal,  Gozèn,  Parme,  Mal.  —  Mascur,  roumain,  Cihac. 
—  Gelt,  Gelte,  Gelte  béer,  Gelubde  big.  Non,  Nonne,  ho  11. 

9.  La  truie  châtrée  est  appelée  : 

MÂiELÊiE,  MÀLiÊiE,  COCHE,  f.  wallon,  Grandgagnage. 
CACHE,  f.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 
CRESTE,  f.  Landes,  de  Métivier. 

Synonyme  étranger  : 

Mm,  f.  allemand,  Orimm. 


^^^^^I^Vr' 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  221 


10.  La  truie  en  chaleur  est  dite  : 

souÈRE,  Deux -Sèvres,  com.  par  M.  L.  Desaivre. 

EN  souiN,  Bassin,  Joret.  —  Guernesey,  Métivier. 

EN  souBE,  EN  souE,  Bessin,  Joret. 

EN  HUMEUR,  FOURCHE,  Deux-Sèvres,  Souche,  Proverbes^  etc. 

11.  «  En  italien  suhare  se  dit  de  la  truie  en  chaleur  qui  grogne 
devant  le  verrat  ;  suhato  =  le  grognement  de  la  truie  en  chaleur  ; 
le  mot  svhatrice  s'applique  à  une  femme  luxurieuse.  »      Duez. 

12.  Couvrir  la  truie  en  parlant  du  verrat  se  dit  : 

« 

souER  LA  TREUE,  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
SOUER,  Orléanais,  Chabouillé. 
souiNER,  Bessin,  Joret. 
RERRi,  Béarn,  Lespy. 
POURQUi,  Aveyron,  Vayssier. 

Synonymes  étrangers  ; 

Vistesc,  Ghistesc,  roumain,  cihac. 

13.  La  matrice  de  la  truie  est  appelée  : 

POUCELiEiRo,  POUCEHIEIRO,  /*.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
poucHELiÈRE,  /'.  Montbéliard,  Contejean. 
pouc'heleire,  f.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

14.  Mettre  bas  en  parlant  de  la  truie,  se  dit  : 

COCHONNER,  français. 

cocHOUNER,  cocHETER,  Centre,  Jaubcrt. 

cossKLER,  wallon,  Grandgagnage. 

KAYENA,  Bas-Valais,  Gilliéron. 

PORCELER,  ancien  français. 

POURCKRA,  Béarn,  Lespy. 

PoucHELAi,  Montbéliard,  Contejean. 

POURCELA,  LOCHINTA,  Avevrou,  Vayssicr. 

PoucELA,    POUSSÉLA,   Tam,  Gary.  —   Gard,   communiqué    par 

M.  P.  Fesquet,  —  Aveyron,  Vayssier. 
GOUROUNER,  Poitou,  liousseau. 
GORONNER,  Aunis,  L.  E.  Meyer. 
TECHOUNA,  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 


222  mjB  ocnioPHA  Dc^Bsnoufi. 


TESSOUNA>  Oard,  com.  par  M.  P.  Fesqaet.  —  Aveyron,  Vayssler. 
TESSOUA,  Landes,  de  Métivier. 

Synonymes  étrangers  : 

Scrofblare,  Troiaré,  ital.  —   Purchiare,  Castrovillarese  (Calabre),  Dorsa. 
—  Ferkeln,  ail. 

15.  La  portée  d'une  truie  s'appelle  : 

OOGHONNÉB,  f,  français. 

GOGHOUNÉB,  f.  Centre,  Jaabei*t. 

POURCADO,  /.  Tarn,  Gary, 

POUCELADO,  POUSSBLADO,  /*.  Tarn,  Gary.  -»  Qard,   communiqué 

par  M.  P.  Fesquet. 
TRUJADO,  TRUÈJADO,  POURGELADO,  MOOURADO,  f.  Aveyron,  Vayssier. 
TRUDZADO,  f.   arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
TESSOUNADO^  f,    Gard,   com.  par  M.    P.  Fesquet.  —  Aveyron, 

Vayssier. 
TESSOUADO.  f.  Landes,  de  Métivier. 
LiTAïB,  /*.  Landremont  (Meurthe-et-Moselle),  L.  Adam. 
NiAiB,  f,  Montbéliard,  Contejean. 
FOUiLLÈRE,  f.  Guemesey,  Métivier. 

Synonyme  étranger  : 

Troiata,  italien. 

16.  Une  truie  qui  va  avoir  ou  qui  vient  d'avoir  des 
petits  est  appelée  : 

TRUIE  PORTIÈRE,  /*.  français. 

TRUIE  GORTIÈRE,  f.  Saintongo,  Jônain. 

TREUE  60R0NNANTE,  f,  Aunis,  L.  Ë.  Meyer. 

TRBUB  GORETTANTE,     TREUE    60R0UNÈRE,   /.    DeUX-Sèvres,    COm. 

par  M.  L.  Desaivre. 
MÈRE  PORCHE,  f.  AlUer,  com.  par  M.  £m.  Olivier. 
POUGHEUÂRE,  f,  Montbéliard,  Contejean. 
TBSSOUÉRO,  /*.  Landes,  de  Métivier. 
GROLL,  breton.  Trou  de. 
TRUIE    suiTÉE     (truie  qui    a    des    petits),    français.    Terme 

technique. 


sus  a(»aPHÂ  ooiissTious.  2SS 


Vf.  Grogner,  en  parlant  du  eochon,  se  dit  : 

6R0GNBR,  français. 

ROUNDiNA,  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesqoet.  — >  Avayron,  Vayssier. 

ROUNDi,  arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

ROUBNAi,  Montbéliard,  Contejean. 

RODGi,  Plancher-les-Mines,  Poulet. 

RUTELER,  picard,  Corblet. 

RUTBU,    Pi^s  messin,  recueilli  personnellement. 

H06NER,  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

âocoTiE  (grogner  de  tendresse,  se  dit  de  la  truie  allaitant  ses 

petits),  Montbéliard,  Contejean. 
ROF0i*BJA,  <méme  sens)  Aveyron,  Vayssier. 
AGRASSER,  (même  sens)  Centre  Jaubert. 

Synonymes  étrangers  : 

r^b),  grec  ancien.  —  FoupouvG^a),  grec  mod.  —  Snumire,  latin.  — 
Urei,  Smnsen,  ail.  —  To  gnint,  anglais.— Smflir,  esp.  —  Hroclutti,  Chroch- 
tatt,  tchèque. 

18.  Pousser  des  cris  aigus,  en  parlant  du  cochon,  se  dit: 

GOUtNAiR,  Guernesey,  Métivier. 

WENA,  OUBNÂ,  Bagnard,  Cornu. 

coulNA,  GOuïNA,  6ISGLA,  siscLA,  Aveyron,  Vayssier. 

QUiNÀ^  Forez,  Gras. 

vouiNQUÈ,  Vosges,  L.  Adam. 

DZINGLA,  arrondissement  de  Brive.  rom.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

Synonymes  étrangers  : 

KolCecv,  grec  ancien.  —  Qideken,  allemand. 

19.  Interprétation  du  cri  du  cochon  : 

coui  !  coui  I  Hérault,  Montel  et  Lambert,  p.  488. 

Synonymes  étrangers  : 

rptî,  Fpu,  (grognament)  grec  ancien.  —  Kof  (cri  aigu)  grec  anc.  — 
^^Ick  !  (cri  aigu),  allemand.  —  On  f  On  I  On  !  (grognement)  port.,  Coelho, 
^ontof ,  p.  2. 

«  Les  Italiens  appellent  grugnante  (porc,  en  fourbesque)  un  Fran 
VmiSy  par  allusion  à  out,  oui,  mots  qu'il  répète  constamment  et 
^.ui  ressemblent  aux  cris  du  cochon.  »  DuBZ. 


le»»- 


2514 


i 


«iO. 


S^' 


\sse 


LtvAei 


iOVXÏ 


k 


\  ^V^^:.  ^\1^^^^::.  \es  î^^^ 


tits 


cocï 


t> 


ftV^ 


c\e^ 


\es 


co 


cWo 


,ÏV^> 


ià^^ 


ovxv 
ovxt 


aVV^ 


,ev>  t^-^^^-  .ottVet. 


\^V^     .\es 


^vV^^^'^^o^'^à^^^*   ..î.Yé^*^ 


L\)\e> 


>jaV 


de 


.vatxé  V^^ 


ctiO^-  ooc1ivas-':'^:jiK^V^'''' 


ȍ?-^^^^ 


^. 


or»*- 


Qti 


^0 


ftÇV 


qW 


>ovxV 


0^31 


,e\eï^ 


co« 


ce 


\  vf> 


^^^  v»^»«^,  ^«.. 


itxs^ 


)ïva> 


^e\^<> 


^^^' 


ixc 


«;» 


iftt 


,vvrk\xV 


\es 


.,-\a\S* 


Oï 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  225 


21.  Un  troupeau  de  cochons  est  appelé  : 

aouRB,  f,  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 
TESSOUNÂDO,  f,  Qard,  comt  par  M.  P.  Fesquct. 
POUBGAOO,^.  Aveyron,  Vayssier. 

Synonyme  étranger  : 

Goda,  roumain,  Cihac. 

22.  La  personne  qui  soigne  ou  garde  les  cochons  est 
appelée  : 

PORGHBR,  m.  PORCHèRB,  f,  français. 

POROUIER,  nt.  ancien  provençal. 

POUROÂTIÉ,  m.  pouRCATiBiRO,  f*  Tam,  Gary. 

POURQUiEiRO,  f,  POUi*CAiROUNO,  ^.  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesqiiot. 

POUBQUiÈ,  m.  pouRCOTiè,  m.  Aveyron,  Vayssier. 

Synonymes  étrangers  : 

Fifctrins,  lat.  —  Porcaro,  Porcajo,  ital.  —  Porqnero,  PorcariiEO,  PorqoiHso, 
esp.—  KtrfMlrt,  port.  —  Porcar,  roumain,  Cihac.  —  Crinatè,  rjérnoiit, 
ZaUi. 

23.  Gelai  qui  fait  le  commerce  de  cochons  en  gros  est 
appelé  : 

gOÉancBim,  m.  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
FOUBOfJnè,  m.  Aveyron,  Vayssier. 
GÂBGOT,  m.  HaUes  de  Paris. 

Sjmonyme  étranger  ; 

firîMtt,  Piémont,  ZaUi. 

24.  La  foire  périodique  où  Ton   vend   des   [>^in:H  ^Ht 
nommée  : 

90CILLAK.  /.  tourai.çeau.  brachet,  Vf^,ah.  UAitanfj-catj . 

25.  On  appelle  Tétable  de.s  cochon.^  : 

/l  fraiLça:^. 
;  f.  ATeTfT>t-  y^TM^t. 

f.  Forez.  •'>jtl*. 

V/l  Gant-  ^.-^a.zi.'.L. .  .^  p>.*  M.  ,-*.  ?'-t..  .■-- 


•  '» 


226  SUS  SCROPHA  DOMESTICUS. 

PORKERiB,  /.  picard,  Gorblet. 

POURGARiÉ,  m.  PODRCAIROLO,  /.  POUGiÉu,  w.  Gard,  coin,   par  M. 

P.  Fesquet. 
RAN  (I),  /.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
RAN,  ÉRAN,  w.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
ARAN,  AROT,  arrond.  de  Toul,  L.  Adam. 
AiROT.  Aliain  (Lorraine),  L.  Adam. 
ROULiBR  DE  PORCS,  m.  (stalla  da  ingrassar  porci),  ancien  franc. 

Diiez,  Dictionnaire  français-italien,  1678. 
BURÉ,  m.  Bessin,  Joret. 
BORDO,  f.  Tarn,  Gary. 
COTTE,  /".  Guernesey,  Métivier. 
GARETA,  f.  Bagnard,  Cornu. 

TRiouN,  m,  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
B0UET30N,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

Synonymes  étrangers  : 

Porssil,  Piémont.,  Zalli.  —  GruUa.  Albidona  (Calabre),  Dorsa.  —  Koben, 
Schweinestall,  Sanstieffe,  ail.  —  Sty,  anglais. 

26.  L'auge  qui  sert  à  donner  la  nourriture  aux  porcs 
est  nommée  : 

NOQUE,  /*.  Lille,  r.  J^egraud. 

NAU,  provençal  moderne,  Romania,  II,  ;>ll. 

COUCHE,  Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 

Synonymes  étrangers  : 

Trogolo,  Truffolo,  Truoffolo,  ital.  —  Albio  da  porci,  ital.  Duez.  —  Scbweins- 
troff,  allemand. 


27.  Le  groin  du  porc  est  appelé  : 


6R0NH,  m,  ancien  provençal. 
GROIN,  m.  français. 

GUEROiN,  m,  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 
FOURRiGNOT,  m,  Montbéliard,  Contejeau. 

BORBOROUOT,  BORBOROT,  BORBOT,  MOYssou,   wî.   (mâchoire    infé- 
rieure du  porc),  Aveyron,  Vayssier. 

(9  Ran  se  rattache  au  vieux  mot  Hranne  étudié  par  M.  d'Arb.  de  Jubain- 
ville  dans  les  Mém.  de  la  Soc.  de  ling.^  t.  II.  (1872),  premier  fascicule. 


sus  SOROPHA  DOMBSTICUS.  227 

Synonymes  étrangers  : 

Sragno,  italien.  —  Grain,  ancien  portugais. 

28.  «  Les  dents  canines  du  porc  sont  appelées  les  crochets.  » 

Français. 

«  On  appelle  les  dents  trop  longues  et  mal  venues,  qui  ressemblent 
aux  crochets  des  porcs,  des  choudots,  » 

Arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

«  Denti  di  porco.  »  —  Diconsi  i  denti  sporgentisi  in  fuori. 

Italien. 

29.  La  panse  du  porc  est  appelée  : 

BON  JÉSUS,  BEAU  JÉSUS,  m,  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
LANDZOULET,  Tareutaise,  Pont. 
CHAUDIN,  Saintonge,  Jônain. 

30.  Le  porc  tué  et  préparé  pour  être  mangé,  s'appelle  : 

POURCARiÉ,  m,  (viande  de  porc),  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
BAGOU,  m.  (porc  salé),  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
SAUPRES,  m.  (porc  frais),  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 
POURKÉT,  m.  (porc  frais,  no»  salé),  Tarn,  Gary. 

Xie  charcutier  est  appelé  : 

POURQUETAYRE,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

SL  Celui  qui  fait  profession  d'égorger  les  porcs,  est 
appelé  : 

GARGOSIER,  m.  Plthlvlers,  com.  par  M.  L.  Malon. 
GAR60T,  halles  de  Paris. 

GONIER,  NOTRE  SAIGNEUR,  SAIGNEUR  DU  VILLAGK,    Gâtinais,  COm. 

par  M.  J.  Poquet. 
SANNAYRE,  SONNAYRE,  MOSELiÈ,  m.  Aveypon,  TayssitT. 

Synonyme  étranger  : 

^UtacMn,  galUcien,  Pinol. 

32.  On  appelle  les  excréments  des  porcs  : 

GUiLLE  DE  PÔ,  /.  Franche-Comté,  Perron. 

Synonyme  étranger  : 

llgo,  gallicien,  Pifioi. 


228  sus  SCROPHA  DOMESTICUS. 

33.     PATHOLOGIE  PORCINE   : 

cocoTE  (La),  —  Maladie  des  pieds  provenant  de  la  grande  fatigue 
et  à  la  suite  de  laquelle  Tongle  tombe. 

CRAPAUDiNE.  —  On  appelle  grapaoudino,  gropooudinon  gropol^ 
dinOf  gropoUino,  une  maladie  dartreuse  des  pourceaux 
liui  rend  la  peau  nide,  écailleuse  ;  le  petit  lait  en 
lotion  suffit  pour  les  guérir.  Aveyron,  Vayssier. 

GENCiviTE  DES  PORCS,  f.  —   Cette  maladie  est  appelée  las  ivas. 

Arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

GERÇURES.  —  On  appelle  tourio,  touoro,  toro  des  gerçures  qui 
viennent  à  la  queue  des  pourceaux  et  qui  entraînent 
souvent  la  chfite  de  cet  appendice. 

Aveyron,  Vayssier. 

LADRERIE,  m.  —  Maladie  connue  provenant  de  Fabus  d'une  nourri- 
ture herbique.  —    Un  porc    ladre    est    appelé    cassot. 

Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

En  hollandais,   il  porte  le    nom    de  gortig    varken. 
On   appelle    ladro,  f.  la    vésicule    causée    par  la 
ladrerie.  Aveyron,  Vayssier. 

Celui  qui  est  chargé  d'examiner  la  langue  d'un  porc 
pour  savoir  s'il  est  ladre  ou  non  est  appelé  en  français 
languéyeitr;d&nii  l'Aveyron,  lengiiejayre  (Vayssier);dans 
le  Tarn,    toumhairé    (Gary)  ;    schouwer  en   hollandais. 

Languéyer  les  porcs  se  dit  :  toumha  (Tarn,  Gary)  ; 
languédzay  (arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépi- 
nay) ;  ^en^fMcJa,  Aveyron,  Vayssier  ;  5c/toi<io^n,holland.» 

rachitisme,  m.  —    Cette  maladie  est  appelée  lo  gouto, 

Arrond.  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

SOIE,  /.  —  Maladie  particulière  aux  porcs.  On  a  ainsi  nommé  cette 
affection  pfirce  qu'on  a  remarqué  au  centre  d'une 
tumeur  qui  se  développe  à  la  région  de  la  gorge  des 
animaux  malades  et  sur  ses  côtés  un  bouquet  de  soies 
groupées,  auxquelles  on  a  attribué  la  cause  du  mal. 
Cette  tumeur  n'est  pourtant  que  l'effet  de  la  maladie,  au 
lieu  d'en  être  la  cause. 

Synonymes  : 

Stûyon,  >w.  Lorraine.  —  Siot,  m.  Forez,  Gras.  —  Sèd«,  /".  Pico,  f.  Tocoii,  m. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  229 


Aveyron,  Vayssier.  —  Poil,  m.  Franche-Comté,  Bonnet.— Pial,  m.  arrond. 
de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

TÂonf.  "—  Le  tacon  est  Tengorgement  des  glandes  parotides  du 
cochon  ;  c^est  un  emplfttremeut  chronique  et  scro- 
fuleux.  Cantal,  Bribudb. 

«  Porc  a  una  malaatia  dita  brancos  que  es  apostema  en  Taurelha 
a  en  la  mayselha.  »  Ancien  provençal,  Raynguard. 

34.  Le,  porc  personnifie  la  malpropreté,  la  grossièreté, 
et  la  lubricité  : 

PÔRTGpsRiE,  ^  (chose  salc^propos  indécent),  Montbél.,Contejean. 
POHHELâTB,  f.  POHHELERiE,  f,  (saleté,  cochonnerle),  Vosges,  L. 

Adam. 
POURQUIOB,  (malpropreté,  saleté,    vilenie),  Gard,  com.  par  M. 

P.  Fesquet. 
POURCARBO,  f,  (saleté),  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
P0URGO6NOU>  m,  (petit  enfant  malpropre)  Aveyron,  Vayssier. 
OOCHONNIER,  m.  (celui  qui  tient  des  propos  grossiers,  déshon- 

nêtes)^  normand,  DelbouUe. 
OOCHONNBRIE,  f,  (saleté  physique  ou  morale),  français. 
oocHONCETÉ,  f.  (euphémisme  usité    au  lieu  du  mot  cochon- 
nerie), français. 
COCHON,  m.  (homme  sale,  grossier,  obscène,   homme  qui    se 

conduit  d*une  manière  lâche  ou  ignoble)  0),  français. 
TRUBRiB,  f.  (saleté,  cochonnerie),  Montbéliard,  Contejean. 
nuE,  f.  (femme  sale  et  dévergondée),  Montbéliard^   Ck>ntejean. 
00CHO5  MALADE,  m.  (personne  malpropre  et  malsaine),    argot, 

L.  Rigaud. 
6R0LL,  f.  (traie,  femme  débraillée,  prostituée),  breton. 

i,  m.  (verrat,   vaurien  abruti  par  la  luxure),  Marseille, 

Gelu. 


Synonymes  étrangers  : 


fOscenita,  Laidezza),   Parme,  Mal.   —   Purcfc,   m.   (Oaceno), 
IteBM,  llalaspina. 

0)  Un  pompier  qai  a  tue  sa  maltreue  est   traité  de  cochon  dans  une 
i^aînte  : 

Non  content  de  lui  dire  des  sottises 

Il  enfonce  son  sabre  dans  le  seio  de  Fanchon, 

Wamt'U  qv'vn  pompier  soit  cochon  ! 


30  sus   SCROPHA  DOMËSTiCuo. 


35.  «  On  dit  d^une  femme  malpropre  :  son  ménage  est  si  mal  en 
ordre  qu*un  cochon  n^y  retrouverait  pas  ses  petits.  » 

Franche-Comté,  Perron.   ' 

cf.  «  Bine  vake  n'y  reconoitroit  mie  sin  vieu.  »  —  Se  dit  d'une  maison 
où  rien  n'est  rangé.  Proverbe  picard,  Cor  blet. 

36.  «  Faire  des  bassesses  à  dégoûter  une  truie.  » 

Balzac.  Le  père  Qortot, 

37.  «  Mener  une  vie  de  cochon.  »  —  Se  dit  d'une  personne    qui 
ne  songe  qu'à  manger  et  à  dormir.         Leroux.  Dict,  comique. 

«  Vie  de  cochon^  courte  et  bonne.  »  Féraud. 

38.  «  Sauglocke  lâuten.  »  —  Avoir  toujours  quelques  mots  gras 
à  la   bouche,    dire  des  saletés,   des  ordures. 

Allemand,  Poëtevin. 

39.  «  Quoy,  si  tard  au  lit,  grosse  coche  ?  » 

L.  Richer.  VOmde  bouffon, 

40.  «  fioire  comme  un  poui*ceau.  »  —  S*ivrogner. 

Théâtre  des  boulevards,  1756,  I,  p.  164. 

<  Ivre  comme  un  cochon.  »  Locution  ft*ançaise. 

«  Avoir  un  nez  de  Saint  Poursain.  »  —  Avoir  un  museau  de  porc^ 
d'ivrogne.  Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 

41.  «  Bête  comme  un  cochon.  » 

Théâtre  des  boulevards^  1756,  I,  p.  227. 

^«  Bête  comme  cochon.  »  Locution  française  vulg. 

«  Il  est  bête  comme  trente-six  cochons.  »         Loc.  française. 

«  On   dit  d'une  personne  qui  n'a   pas    d'esprit   qu'elle    est    t>â 
comme  dix-sept  cochons  de  saint  Antoine.  » 

Lorient,  recueilli  pers. 

«  Bête  comme  un  cochon  qu'on  mène  aux  glands.  » 

Loiret,  com.  par  M.  J.  Poqubt. 

«  Avoir  une  tête  de  porc.  »  «»  Être  borné. 

Quercy,CLADEL.  La  fête  votive. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  231 


«  Schweinskopf  —  dummkopf.  »  Allemand. 

«  Das  is  e  chasserkopf  (Sau-kopf.  »  —  Von  einem   menschen  der 
sehr  schwer  greift.  Juif-allemand,  A.  Tendlau. 

42.  «  Pig-headed  —  obstinate.  »  Anglais,  J.  C.  H. 

43.  «  Juste  et  carré  comme  la  goule  d'une  treue.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes,  etc. 

44.  «  Relever  le  menton  comme   un  porc  qui  passe  l'eau.  »  — 
Faire  l'important.  Wallon,  Dejardin. 

45.  «  Rechigner  les  dents  comme  une  treue  qui  mige  des  tripes 
chaudes.  »  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

46.  «  Tu  as  les  yeux  riants   comme    une  truye   brûlée,   tu    es 
d'aussi  belle  taille  que  la  perche  d'un  ramoneur...  » 

Comédie  des  proverbes, 

47.  «  Avoir  des  yeux  de  cochon.  »  —  Avoir  de  petits  yeux. 

Locution  française. 

48.  «  Un  des  noms  sanscrits  du  porc,  talékshana   signifie  pro- 
prement :  qui  a  les  yeiuc  dirigés  en  bas,  » 

49.  «  On  appelle  en  sanscrit  kolâskha  (mot  à  mot  œil  de  cochon) 
VkJû.  trou  d'une  certaine  forme  que   Ton  trouve  quelquefois  dans  le 

t>ol8.  »  BCEHTLINGK. 

50.  «  Si  les  oreilles   remuaient   la   bouillie^   on  appellerait  le 
cochon.  »  Proverbe  wolof.  Dard. 

51.  «  Hurler  comme  une  truie  échaudée.  » 

Locution  française. 

52.  «  Il  a  eune  dégaine  comme  eune  truie  qui  cauffe  P  four.  » 

Boulonais,  com.  par  E.  Deseille. 

53.  «  Chanter  comme  un  goret  pris  à  un  clion.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes^  etc. 

54.  «  Die  Sau  singt  nicht  v^ie  eîn  Zeislein.»  Allemand. 

^*  «  Trekt  men  één   varken   b^j  den  staart,   dan   schreeuwen 
^  allen.  »  Hollandaii. 


i 


232  sus   SCROPHA   DOMESTICUS. 


56.  «  Pig's  whisper  —  a  low  or  inaudible  whisper  ;  also  a  short 
space  of  time.  »  Anglais,  J.  C.  K. 

57.  «  Cochon  prêté  crie  toute  Tannée.  »  Prov.  espagnol. 

58.  «  Toujour  roundino  coumo  un  pouorc  molaoute.  »  —  Il  se 
plaint  toi^onrs  comme  un  porc  malade.         Aveyron,  Vayssier. 

59.  «  Ce  qu'il  y  à  de  plus  rare  sur  la  route  —  c'est  un  cochon 
qui  ne  ronfle  pas  —  un  chien  qui  ne  trotte  pas  —  deux  femmes 
qui  ne  causent  pas.  » 

Prov.  breton*,  L.  F.  Sauvé  (dans  la  Revue  celtique), 

60.  «  Porcos  com  frio  —  homens  com  vinho  —  fazem  gram 
ruido.  »  —  Le  froid  fait  faire  beaucoup  de  bruit  aux  porcs,  le  vin 
aux  hommes.  Portugais,  Pereyra. 

61.  4(  Las  couchons  ai  lai  velle  —  et  les  houmes  au  quart  dû 
feu  —  ç^o  in  fler  eneu.  »  =  Les  cochons  au  village  et  les  hommes 
au  coin  du  feu,  c^est  un  grand  ennui.  Les  porcs  habitués  à  aller  au 
pâturage,  font  rage  pour  sortir  quand  ils  restent  à  Vétable  un  jour 
de  fête.  Franche-Comté,  Perron. 

62.  «  The  young  pig  grunts  like  the  old  sow.  » 

Anglais. 

«  Som  de  Gamle  sjunge,  Saa  quiddre  de  Unge.  »  Danois. 

«  Grau  ist  das  Schwein,  grau  sind  auch  die  Ferkel.  » 

Lithuanien,  Sghleigher. 

«  Porcos  de  un  ama,  totu  una  petta.  »  —  Porci  di  una  medesima 
greggia  hanno  la  stessa  carne.  Dicesi  quando  un  flglio  non  dégé- 
néra dai  vizi  del  padre,  o  seguita  uno  de  stesse  tendenze  cattive 
d'una  famiglia.  Sardaigne,  Spano. 

63.  «  Mit  ferlingsthrânen  beweinen.  »  —  Pleurer  avec  des 
larmes  de  pourceaux,  pleurer  sans  larmes.  Allemand. 

«  Varkens  tranen  krijten.  »  Hollandais. 

64.  «  Fare  i  gozèn.  >  —  Recere,  vomitare  (gozen  =  porco). 

Parme,  Malaspina. 

65.  «  Ossi  d*gosté  qu'on  pourçai  qu'a  magnî  eune  seûre 
pomme.  »  —  Aussi  dégoûté  qu'un  porc  qui  a  mangé  une  ^omme 
verte.  Se  dit  des  gens  narreux.  Wallon,  Dbjardiit. 


sus   SCROPHA  DOMESTICUS.  23S 


66.  «  Por  delica  —  n'éi  jamaî  gras.  »    Vaucluse,  Bàrjàvel. 

«  Porcu  nettu  non  ingrassat.  »  —  Porco  pulito  non  ingrassa. 

Sardaigne,  Spano. 

«*  Porco  peritoso  non  mangia  pera  matura.  »  —  Porc  craintif  ne 
mange  pas  de  bonne  poire.  Les  honteux  ne  font  pas  leurs  affaires. 

Italien,  Duez. 

«  Il  porco  pigro  non  mangia  mai  père  mezze.  »  —  Le  porc 
paresseux  ne  mange  jamais  de  poires  blettes.  Les  négligents  n^ont 
jamais  les  meilleures  pièces.  Italien,  Duez. 

67.  «  Es  stirbt  keine  Sau  vor  einem  unsaubern  Troge.  » 

Allemand. 

68.  «  Po  les  pourçais  tôt  fait  hô.  »  —  Pour  les  cochons  tout  fait 
tas.  Pour  certaines  gens  tout  est  bon.  Wallon,  Dejardin. 

69.  «  Aux  cochons  la  merde  ne  pue  point.  » 

Leroux.  Dictionnaire  comique. 

70.  «  Les  vûds  bâches  fet  les  pourçais  grognî.  »  —  Les  auges 
vides  font  grogner  les  pourceaux.  Wallon,  Dejardin. 

«  Nftr  hoen  âr  torn,  sa  bitas  grisarna.  »  —  Quand  Pauge  est 
vide,  les  porcs  se  battent.  Suédois. 

71.  «  Quand  les  cochons  sont  soûls  ils  renversent  leur  auge.  »  — 
ingratitude.  Proverbe  français. 

«   Pourceau  gras  rompt  la  sont.  »         Prov.  ancien  français. 

«  Wenn  das  Ferkel  satt  ist,  stôsst  es  den  Trog  um.  »        AU. 

«  Als  de  zog  zat   is,    dan  werpt  ze  den  trog  om.  »  HoU. 

72.  «  Quand  les  cochons  sont  soûls,  les  mûres  sont  sûres.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  Quand  V  pourçai  est  sô,  les  r'iaveures  (var.  les  navais)  sont 
heures.  »  —  Quand  le  cochon  est  rassasié,  les  lavures  d'écuelles 
<var.  les  navets)  sont  aigres.  Wallon,  Dejardin. 

«  Coura  lu  pouorc  soun  saoul,  li  amenda  soun  amari  (var.  verdi).  » 

Nice,  Toselli. 

«  Quand  el  porch  Vè  pié  ga  sent  amar  el  fé.  »  —  Colombo  pasciuto 
ciliegia  amara.  Brescia,  Melghiori. 


234  SUS  SCROPHA   DOMESTICUS. 


73.  «  Er  geht  davon,  wie  die  Sau  vom  Troge.  »  —   Il  quitte  la 
table  sans  dire  merci  ni  bonjour:  Allemand. 

74.  «   El  porco  passu  (pasciuto)  no   se   ricorda  de    quello    a 
digiun.  »  Venise,  Pasqualigo. 

«  Little  knows  the  fat  sow,  what  the  lean  one  means.»      Angl. 

«  De  vette  zeug  weet  weinig,  hoe  de  magere  te  moet  is.  » 

Hollandais. 

«  Den  fede  So  veed  ei,  hvad  den  sultne  lider.  »  Danois. 

«  Den  fulde  So  vorder  ikke  hvor  den  sultne  grynter.  » 

Danois. 

75.  «  Bacoro  em  celleiro,  nào  quer  parceiro.  »  Portugais. 
«  Vacorinho  en  celeiro  non  queer  compaâeiro.  »       Galiicien. 

76.  «  Viel  Schweine  machen  den  Trank  dûnn.  »  Allemand. 
«  Wo  yiel  Sâue  sind  wii'd  das  Gespûhl  dûnn.  »  Allemand. 
«  Veele  zwijnen  maken  dunnen  drank.  >                  Hollandais. 

77.  «  Qui  n'a  qu'un  porc  le  fait  gras.  »  Français. 

«  Chi  ha  un  tlglio  solo,  io  fa  matto  —  chi  ha  un  porco  grasso,  lo 
fa  grasso.  »  Italien. 

«  He  who  has  but  one  hog  makes  him  fat,  and  he    who  has  but 
one  son  makes  him  a  fooi.  *  Anglais. 

«  Die  maar  eenen  sohn  heeft,  maakt  hem   zot  ;  die  maar  een  var- 
ken  heeft,  maakt  het  vet.  »  Hollandais. 

78.  «  De  letzte  Schwein  kriege   den  dickste   Drank.  »  —  Wenn 
Jemand  dure  h  Verspâten  einen  Vortheil  erlangt. 

Prusse,  Frischbier. 

79.  «  The    still  sow  sucks  up  ail  the  draught.  »  —  11  n'est  pire 
eau  que  celle  qui  dort.  Proverbe  anglais. 

«  Ein  stilles  Schwein  wûhlt  eine  grosse  Wurzel  aus.  » 

Lithuanien,  Schleicheb. 

80.  «  Les  ch'vâs  à  vert  et  l'trôié  as  glands.  »  —  Les  chevaux  au 
vert  et  les  truies  aux  glands.  Chacun  à  sa  place. 

Wallon,  Dejardin. 


sus   SCROPHÂ   DOMESTIOUS.  235 


81.  «  Draffe  is  good  euough  for  swine.  »  Anglais. 

82.  «  Porco  in  grassa,  no  xe  mai  contento.  » 

Venise,  Pàsqualigo. 

83.  «   Se    quarrer   comme    un    pourceau  de  trois  blancs  qui  a 
mangé  pour  un  carolus  de  son.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 

84.  «  Il  est  comme  le  porc  à  Tauge.  »  —  Se  dit  de  quelqu'un  qui 
a  tout  à  souhait.  Leroux.  Dictionnaire  comique. 

«  Je  te  feray  plus  aise  qu'un  pourceau  en  Tauge.  » 

Comédie  des  Proverbes. 

«  Plus  aise  qu'un  pourceau  qui  pisse  dans  du  son.  » 

Comédie  des  Proverbes. 

«   Essere    que   porcu   in  lande.    »   —  Stare  come  majale  nella 
ghianda.  Sardaigne,  Spano. 

85.  On    dit  d'un  goinfre,    qui    mange    goulûment   de  quelque 
chose,  qu'i7  en  avalerait  autant  qu'une  truie  de  lait  clair.  » 

Leroux.  Dictionnaire  comique. 

86.  «  On  n'engraisse  pas  un  cochon  avec  de  l'eau  claire.  » 

Français. 

87.  «  Il  ne  perd  pas    son  aumosne  —  qui  à  son  cochon  donne.  » 

Ancien  français,  Nucérin. 

«  Fez  de  bin  à  voss  pourçai,  vos  l'ritrouvez  â  lard.  » 

Wallon,  Dejardin. 

«  Dice  il  porco  :  dammi,  dammi  —  ne   contar    mesi,  ne  anni.  » 

Italien. 

«  Hij  verliest   zijn    almoes  niet,  —  die  aan  zijn  varken  biedt.  » 

Hollandais. 

^  Det  er  ikke  borte,  som  man  giver  sin  Grils.  »  Danois. 

88.  «  Caval  di  monaci,   porci   di    mugnaio,  e  figliuoli  di  vedove 
^^H  han  pari.  »  Italien. 

«  Fiir  Milliers  Henné,  Bàckers  Schwein  und  der  Wittfrau  Knecht 
^oU  man  nicht  sorgen.  >  Allemand. 


236  sus  SCROPHA  DOMESTICUS. 


89.  «  Man  màstet  das  Schwein  nicht  um  des  Schweines  wiUen.  » 

Allemand. 

90.  «  Les  avares  et  les  pourceaux  ne  font  du   bien  qu'après  leur 
mort.  »  Français. 

«  Entr^  un  merchont  et  un  pouorc  —  oun  noun  sap  ce  que  balou 
qu'oprès  lo  mouort.  »  Rouergue,  Duval. 

«  Eï  coumo  lou  gagnou,  fal  ma  del   bé  aprè  cho  mort.  »  —  Il  est 
comme  le  porc,  il  ne  fait  du  bien  qu'après  sa  mort. 

Arrondissement  de  Brive,  com.  par  M.  G.  de  Lépinat. 

«  Mercante  e  porco,  dammelo  moi*to.  »  Italien. 

«  Mercante  e  porco,  non  si  pesa  que  dopo  morto.  »       Italien. 

«  A  hog  is  good  for  nothing  till  he  is  dead.  »  Anglais. 

91.  «  Achetez  vos  cochons  gras  et  vos  maisons  bâties.  » 

Français. 

92.  «  Le  jour  de  la  Saint-Thomas 

Fais  tuer  ton  cochon  gras, 
Fais  la  buée,  lave  tes  draps. 
Dans  trois  jours  Noël  t^aras.  » 

Berry,  Semaine  religieuse  du  Berry,  1"  année,  p.  445- 

«  0  lo  Son  Mort! 
Tuas  toun  pouarc  fl 
Inbito  toun  bixi.  » 
(A  la  Saiut-Martiu  —  tue  ton  cochon  fin  —  invite  ton  voisin). 
Cantal,  Propagateur  agricole,  Aurillac,  nov.  1838. 

«  Per  sonto  Cotorino  (25  novembre) 
Lou  pouorc  couïno.  » 
(A  la  Sainte-Catherine  le  porc  crie  (parce  qu'on  le  tue). 

Aveyron,  Vatssibr. 

«  Per  Sent-Ondrieou  (30  novembre) 

Lou  pouarc  ol  rieou.  » 
(A  la  Saint-André    on  peut   commencer  à  tuer  les  porcs  gras 
porter  les  tripes  à  la  rivière  pour  les  vider  et  les  laver). 

Aveyron,  Vàtssiir. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  237 


«  On  tue  souvent  les  porcs  pour  les  fêtes  de  Noël  ;  de  là  la  facétie 
de  certains  almanachs  qui  prédisent  pour  cette  époque  une  grande 
mortalité  parmi  les  cochons.  » 

«  Nadal 

Mazza  Tnimal.  »  Parme,  Malaspina. 

«  San  Tome  —  piglia  il  porco  per  il  piè.  »  Cioô  per  Pasqua  di 
cepo  è  il  tempo  opportuno  per  scaunare  il  porco.  Italien. 

93.  «  A  chaque  porc  vient  la  Saint-Martin.  »  —  A  chacun  son 
tour  de  subir  des  revers  de  fortune.  Français. 

«  Cadë  por  a  soun  San  Marti  —  cade  couqui  (coquin)  soun  michan 
mati.  »  Languedocien. 

«  A  cada  puerco  su  sant  Martin.  »  Espagnol. 

«  A  cada  bacorinho  —  vem  seu  S.  Martinho.  »  Portugais. 

94.  «  Porco  d'un  mese  e  oca  di  tre  —  è  un  vero  mangiar  da 
Ke.  »  Italien. 

95.  «  Chi  vuole  aver  bene  un  di,  faccia  un  buon  pasto  ;  chi  una 
settimana,  ammazzi  il  porco  ;  chi  un  mese,  pigli  moglie  ;  chi  tutta 
la.vita  si  faccia  prête.  »  Italien. 

96.  «  Dans  le  cochon  —  tout  est  bon.  »  —  On  le  mange  des  pieds 
jusqu'à  la  tête.  Français. 

97.  «  Primo  porco,  ultimo  cane.  >  —  Perche  de'  porci  i  primi, 
che  nascono,  sono  i  migliori,   e  de'   cani  gli  ultimi. 

Italien,  Pesgetti. 

98.  «  Ghi  vol  un  mascio  (maiale)  de  bona  razza,  arlevi  (allevi) 
<iUelo  che  de  la  mare  ga  somegianza.  »         Venise,  Pasqualigo. 

99.  «  On  dit  d'une  femme  qui  va  en  se   dandinant  qu'elle  tortille 
^U  cul  comme  une  gore  qui  va  aux  glands.  » 

Loiret,  com.  par  J.  Poquet. 

«...  tu  vas  l'amble  comme  une  truye  qui  va  aux  vignes.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

100.  «  Mai  as  p'ancaro  feni  de  virar  coumo  un  pouarc  malau  f  » 

Var,  Lou  franc  prouvençau    1876,  p.  121. 


238  sus  SCROPHA  DOMESTICUS. 


101.  «  Danser  comme  une  treue  fessaïe.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes,  etc. 

102.  «...  la  nature  des  truyes,  qu'estant  bien  saoulles,  se  cou- 
chent quand  on  les  gratte.  » 

BoNiVÀRD.  Source  de  Vidolâtrie,  (cité  par  Littré). 

«  En  gratuilha  que  cay  la  trouje  ;  be  sa  he  la  gouge.  »  ^  En  la 
chatouillant  tombe  la  truie  ;  ainsi  fait  la  fille. 

Gers,  Bladé.  Proverbes  et  Devinettes . 

103.  «  Fai  corne  il  porco  sopra  alla  pelle.  »  —  Tu  fais  comme 
le  porc  sur  sa  peau  même  (parce  qu'il  s'escorche  lui  même)  c.-à-d. 
tu  te  procures  du  mal.  Italien,  Duez. 

104.  «  Russu,  ne  porci,  ni  gatti.  »  Sicilien,  Pitre. 

105.  «  I  o  pas  res  de  pu  couqui  —  qu'un  poil  rouge  et  un 
pouorc  courti.  >  Espalion  (Aveyron),  Affre. 

106.  «  Pigliar  il  porco  per  la  coda.  »  —  Tent^  une  chose  im- 
possible. Italien. 

107.  «  Fare  a  guisa  délia  coda  del  porco.  »  Ressembler  cogne 
festu,  c.-à-d.  travailler  beaucoup  et  en  vain,  se  tuer  et  ne  rien 
avancer.  Italien,  Duez. 

108.  «  On  appelle  cul  de  porc  certain  nœud  que  font  les  marins.  » 

Lbsgallier. 

109.  «  On  ne  doit  pas  à  gras  pourceau  le  cul  oindre.  » 

Ancien  français,  Cotgràve. 

«  A  porco  grasso  untarll'o  rabo.  »  Gallicien. 

«  Der  fetten  Sau  schmiert  man  nicht  den  Balg.  »      Allemand. 

110.  «..,  s'escoutant  parler  comme  un  porc  qui  pisse.  » 

Noël  du  Fail,  édit.  Assézat,  II,  46. 

111.  «  Paillard  comme  un  verrat.  »         Français,  Cotgràve. 

112.  «  Cet  homme  écume  comme    un  verrat.  »  —  Il  écume  de 
colère.  Fbràud. 


sus   SCROPHA  DOMESTICUS.  239 


113.  «  Ay  !  ay  I  pourcera  n'ey  pas  berri.  »  —  Parturire  non  est 
coire.  Il  y  a  une  grande  différence  entre  les  plaisirs  de  Pamour  et 
ses  conséquences.  Béarn,  Lespy. 

114.  «  Chats,  chiens  porcs,  et  ours  —  portent  trois  mois,  trois 
semaines  et  trois  jours.  »  Manche,  com.  par  M.  J.  Fleurt. 

115.  «  La  truie  paît  avec  dix  petits  et  la  brebis  n^a  souvent  pas 
un  seul  agneau  auprès  d'elle.  »      Proverbe  talmudique,  Schuhl. 

116.  «  Une  truie  qui  a  beaucoup  de  petits  cochons,  ne  peut  ja- 
mais manger  un  bon  étron.  »  Franche -Comté,  Perron. 

Cf.  t.  IV,  p.  85,  §  12. 

117.  «  Es  ist  eine  bôse  Sau,  die  ihre  eignen  Ferkel  frisst.  » 

Allemand. 

118.  «  E'  v^  intrarebbe  una  porca  pregna,  con  uno  storvol  in 
bocca.  »  —  Se  dit  d'un  passage  ou  d'un  trou  assez  large. 

Italien,  Pksgetti. 

119.  «  I  fa  ica  boin  été  des  émins  de  le  truye,  anz  on  1  tita  de 
déyeu.»—  Il  est  bon  aussi  d'être  des  amis  de  la  truie,  on  a  la  tette 
de  derrière.  La  tette  de  derrière  est  la  plus  fournie  de  lait;  la  truie, 
dit-on,  ne  la  donne  qu'à  ses  préférés.       Pays  messin,  rec.  pers. 

«  On  dit  à  quelqu'un  de  favorisé  :  tu  es  des  amis  de  la  truie.  » 

Pays  messi  n,  rec.  pers. 

120.  «  Vât  mî  ess*  poirchl  qu'pourçai.  »  —  Mieux  vaut  être  por- 
cher que  pourceau.  Wallon,  Dejàrdin. 

121.  «  Quand  chacun  fait  son  métier  les  cochons  sont  bien 
gardés.  >  Proverbe  wallon,  Dejàrdin. 

122.  «  On  dirait  que  nous  avons  gardé  les  cochons  ensemble.  » 
"^  Se  dit  à  quelqu'un  qui  se  montre  trop  familier. 

«  Wo  haben  wir  denn  zusammen  die  Schweine  gehiitet  ?  » 

Allemand. 

«  On  dit  de  quelqu'un  de  grossier  :  il  a  gardé  les  cochons  ;  il  a 
été  élevé  avec  les  cochons.  »  Français. 


240  SUS  SCROPHA  DOMESTICUS. 

123.  Ils  sont  amis  comme  cochons.  »  —  Se  dit  de  deux  per- 
sonnes entre  lesquelles  règne  une  grande  amitié  et  une  grande  fa- 
miliarité. 

«  Gilles  à  Cass'andre  :  Monsieur,  j'ai  regret  de  vous  quitter  car 
je  suis  fait  à  vous  et  nous  nous  aimons  comme  cochons.  » 

Théâtre  des  boulevards,  1756,  t.  III,  p.  315. 

«  Je  veux  que  vous  soyez  camarades  comme  cochons.  » 

Comédie  des  proverbes. 

«  Oh  !  la  grande  amitié  quand  un  pourceau  baise  une  truye.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 

124.  «  Opré  mo  moua,  wade  les  pouas.  »  —  Après  ma  mort 
garde  les  porcs  ;  après  moi  le  déluge. 

Les  Fourgs,  TissoT.  Les  Manirs. 

«  Enne   fois   mô  —  guille  de  pô.  » —  Après  moi,  m de  porc. 

Après  moi  le  déluge.  Franche  Comté,  Perron. 

125.  «  Better  my  hog  dirty  than  no  hog  at  ail.  »      Anglais. 

126.  «  Sacrificing  a  pig  to  saye  a  chicken.  » 

Proverbe  telugu,  Carr. 

127.  «  Willkommen  sein  wie  Sau  im  Judenhause.  »  AU. 

«  Hij  is  er  zoo  wel  ontvangen  als  de  zog  bij  den  Jood  in  huis.  » 

Hollandais. 

«  Hij  is  er  gezien  als  een  varken  in  eene  Jodenkeuken.  » 

Hollandais. 

128.  «  A  pretty  pig  makes  an  ugiy  old  sowr.  »  Anglais. 

129.  «  Un  cochon  de  son  âge  n'est  plus  à  rôtir.  »  —  È  vecchia, 
non  è  piu  uovo  fresco.  Français,  DuBZ. 

«  Pour  ce  qui  est  de  Philippin  un  eochon  de  son  aage  ne  serait 
pas  bon  à  rostir.  »  Comédie  des  proverbes, 

130.  «  Di  sevrètes  de  praire,  di  kayon  de  menai,  ke  le  bon  Dieu 
no  prézepva  !»  —  De  servantes  de  prêtres,  de  porcs  de  meunier  que 
le  bon  Dieu  nous  préserve  î  Bas  Valais,  Gilliéron. 


sus   SCROPHa  DOMESTICUS.  241 

131.  «  Quarte  de  molino  por  confin  y  de  puerco  por  vecin.  » 

Espagnol. 

«  Non  moiiilio  por  cootiDiio,  nem  porco  por  visinho.  » 

Portugais. 

132.  «  Aller  de    porte    eu     j)orte  comme  un   cochon  de   saint 
Antoine  (').  »  Locution  française. 

«  C*est  le  pourceau  de  saint  Antoine.  »  —  Se  dit  d'un  homme  qui 
sç  fourre  partout  pour  boire  et  j)Our  manger.       Luc.  française. 

133.  «  Vlo  Saint  Antoine  et  sin  pourcheu.  »       Picard,  Corblet. 

«  Dov'  ai  va  sant'  Antôui,  ai  va  U  porcUèt.  »  —  Où  est  Tun  on 
trouve  Tautre.    Se  dit  de  deux  amis  inséparables. 

*  Piémont,  Zalli. 

«  Sant  Antoni  e  sô  porchèt.  »  —  C'est  saint  Antoine  et  son  co- 
chon; «aint  Roch  et  son  chien.  Piémont,  Zalli. 

134.  «  Riche  comme  un  marchand  de  cochons.  »     Français. 
«  Reich  wir  der  Sautreiber  an  Martini.  »  Allemand. 

135.  «  Contint  comme  in  pourciau  dins  in  sac.  » 

Wallon,  Dejardin. 

136«  «  J'estoye  ainsi  comme  les  porcs  —  qui  guettent  quand  le 
gland  cherra.  »  Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

137.  «  Aspettare  il  porco  alla  quercia.  »  —  Attcndere  Toppor- 
tunità.  Italien. 

138.  «  Es  regnete  so  stark,  dasz  aile  Scliweine  rein  und  aile 
Menschen  dreckig  wurden.  »  —  Il  pleuvait  si  fort  que  tous  les  co- 
chons étaient  propres  et  tous  les  hommes  étaient  sales. 

Locution  populaire  (?)  allemande,  Medikls. 

139.  Ça  lui  va  comme  une  selle  à  une  truie.  » 

Lorient,  rec.  pers. 

(i)  Autrefois  dans  différentes  villes  de  la  France,  les  cochons  consacrés 
à  saint  Antoine,  circulaient  librement  dans  les  rues  et  étaient  bien  reçus 
partout. 

10 


242  sus  scROPHâ  domesticus. 


«  Autant  donner  de  la  confiture  à  un  cochon.  » 

Lorraine,  rec.  pers.  ;  Loiret,  c.  par  M.  J.  Poquet. 

«  Ça  nous  avient  (de  faire  cela)  comme  à  un  cochon,  de  ramer 
des  choux.  »  Perche,  Fret.  Scènes,  etc. 

«  S*y  prendre  comme  un  cochon  qui  rame  des  choux.  » 

Loiret,  c.  par  M.  J.  Poquet. 

«  Il  8*y  entend  comme  un  cochon  à  ramer  des  pois.  » 

Brie,  communiqué  par  M.  Lecdero. 

«  Ce  n^est  pas  aux  pource  lux  à  porter  des  manchettes.  » 

Wallon,  Dejardin. 

«  Tu  t^  connais  comme  une  truye  en  fine  espèce  et  pourceau  en 
polyre.  »  Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français, 

«  Li  va  cumme  a  sella  au  porcu.  »  Corse,  Mattbi. 

«  A  Tè  ristess  com  d'bonbon  {var.  dVonfltture)  ai  porss.  »  —  C'est 
comme  si  on  donnait  des    bonbons  (ou  de  la  confiture)  à  un  porc. 

Piémont. 

<  Darghe  confeti  ai  porchi.  »  Vénitien. 

«  Anel  de  ouro  em  focinho  de  porco.  »    Portugais,  Pereyra. 

«  Circulus  aureus  in  naribus  sutô,  mulier  pulchra  et  fatua.  » 

Salomon,  Proverbes,  XI,  22, 

«  Die  Sau  gehôrt  nicht  an's  Spinnrad.  »  Allemand. 

«  In  der  heiligen  Schrit  fertig,  wie  die  Sau    auf   der   Harfen.  » 

Allemand. 

«  Wat  weet  de  Su  vom  Sinndag.  »        .      Prusse,  Frischbier. 

«  Wat  zal  het  varken  in  de  kerk  doen.  »  Hollandais. 

«  Wat  maakt  de  zog  aan  het  spinrokken  f  »  Hollandais. 

«  De  honig  is  voor  de  zeugen  niet.  »  Hollandais. 

«  What  can  a  pig  do  with  a  rose-water  bottle  ?  » 

Proverbe  telugu,  Carji. 


sus  SCROPHa  OOMESTICUS.  24^ 


II. 

1.  "Tç  Xouaa[xévv]  elç  xuXta{jia  ^p^opou.  ** 

Grec  ancien,  Leutsch  et  Schneidewin,  t.  I,  p.  376  et  t.  II. 

p.  705. 

«  Die  Sau  wàlzet  sich  nach  der  Schwemme  wieder  in  Koih.  » 

Allemand. 

<  Wenn  man  eine  Sau    auch   in  Gold  kleidete  so  legte  sie  sich 
doch  in  den  Koth.  »  Allemand. 

«  Parez  le  pourceau  du   plus  beau  feuillage  il  ne  se  vautrera  pas 
moins  dans  la  fange.  »  Proverbe  talmudique,  Schuul. 

«  However  good  the  pig  may  be,  it  will  never  cease  ta  eat  filth.  » 

Proverbe  telugu,  Carr,  §  371. 

«  Ein  Ferkel  ist  ein  Ferkel  und  zieht    man  ihm  eine  Chorkapp, 
ligt  es  sich  doch  in  den  Dreck.  »  Allemand. 

«  Wam  man  einer  Sau  ein  goldnes  Haisband  anlegte,   so  w&lzte 
sie  sich  doch  damit  in  den  Koth.  »        Suisse   ail.,   RErNSBERO. 

<  Wanneer  men  eene  zog  eenen  gouden  kleed  aantrok,   zoo  lag 
zij  toch  midden  in  den  drek.  »  Hollandais. 

2.  «  A  hog  in  armour  is  still  but  a  hog.  »  Anglais. 

«  Sattel  eine  Sau,  es  wird  kein  Zelter  daraus.  »         Allemand. 

«  Il  porco  se  gli   taglierai  la  coda,  sempre  porco  rimarra.  » 

Arabe  maltais,  Vassalli. 

«  Svin  for  yfir  Rîn  og  kom  aptur  svin.  »  —  Le  poi*c  alla  jusqu'au 
Rhin  et  porc  revint.  Proverbe  islandais. 

«  Syggan  fordes  til  Rom,  et  swin  hem  kom.  »  Suédois. 

3.  «  Donner  des  fleurs  aux  pourceaux.  »  Français. 

«  Reliques  sont  bien  perdues  entre  pieds  de  pourceaux.  » 

Ancien  français,  Nucérxn. 

«  Bonnes  raisons  mal  entendues  —  sont  comme   fleurs   à   porcs 
estendues.  »  Ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 


•ici-  ■>'*  .,.„»>«»»■ 


fi 


,,.„{  da»  ^"  vft  » 


sooge**'^'  ^eVle. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  245 


«  La  troja  magra  sempri  si  sonna  di  manciari  agghiannari.  » 

Sicilien,  Pitre. 

«  Wenn  das  Ferkcl  tràumt,  so  ist's  von  Trebern.  »  AU. 

8.  «  Quem  eon  farellos  se  mistura,  porcos  o  (^mem.  » 

Portugais. 

«  Wer  sich  unter  die  Trehern  menget,den  fressen  die  Schweine.  » 

Allemand. 

«  Wie  zich  onder  den  draf  mengt,  dien  eten  de  zwijuen.  » 

Hollandais.  » 

«  Blandar  man  sig  i  draf,  blir  man  àten  af  svin  ;  blandar  man  sig 
i  guld,  blir  man  lagt  i  skrin.  »  Suédois. 

«  Den  der  blander  sig  met  Klid,  bliver  aedt  af  Svinene.  » 

Danois. 

9.  «  Acheter  cochon  en  sac.  »  Français. 
«  To  buy  a  pig  in  a  poke.  »  Anglais. 
«  Das  ferkel  im  sacke  kaufen.  »  Allemand. 
«  Ingen  kôper  grisen  i  sacken.  »  Suédois. 

10.  «  Hurtar  el  puerco  y  dar  los  pies  por  Dios.  »  Espagnol. 
Cf.  ci-d«8iU8,  p.  79,  §  321. 

11*  «  SMl  y  a  une  bonne  poire   dans  un  poirier,  c'est  pour  un 
cochon.  »  Proverbe  normand. 

«  C'est  todi  r  mâle  trôie  qui  tome  à  V  bonne  recenne.  »    —  C'est 
toi^jours  la  mauvaise  .ti*uie  qui  tombe  sur  la  bonne  carotte. 

Wallon,  Dbjardin. 

«  A  pus  bai  pourçai  li  pus  laid  stron.  »  —  Au  plus   beau    pour- 
ceau le  plus  laid  étron.  Wallon,  Dbjaroin. 

«  A  un  marri  pouorc,  boueno  pastenargo.  » 

Provençal  moderne.- 

«  Al  più  tristo  porco  vien  la  miglior  pera.  »  Italien. 

«  Al  piissé  brut  porscèl,  —  toca  el  bocon  pu  bel.  »      B'ilanais. 
«  La  megghiu  acqua  si  la  vivinu  li  porci.  »         Sicile,  Pitre. 


246  sus  SCROPHA  DOMESTICUS. 


■  •  

«  0  peior  porco  corne  a  melhor  lande.  »  Portugais. 

«  El  mas  niin  puerco  corne  la  mejor  bellota.  »         Espagnol. 
«  The  worst  pig  often  gets  the  best  pear.  »  Anglais. 

«  Je  schlimmer  die  Sau,  desto  besser  die  Eicheln.  »  AIL 

«  Der  faulsten  Sau  gehôrt  allweg  der  grosste  Dreck.  »       Ail. 

«  Die  slimste  varkens  ziet  men  wel  de  beste  knollen  eten.  » 

Hollandais. 

«  Die  vuilste  varkens  krijgen  de  beste  eikels.  »      Hollandais. 

12.  c  He  loves  bacon  well  that  licks  the  swine-sty-door.  » 

Anglais. 

13.  «  Jorden  er  altid  frossen  for  trevne  svin.  »  —   La  terre  est 
toujours  gelée  pour  les  cochons  paresseux.      Proverbe  danois. 

14.  «  Si  truye  forfait  les  pourceaux  le  comparent  {le  payent),  » 

Ancien  français,  Ndcérin. 

«  La  triuêjho  fâi  lou  mâou  i  lous  poucels  ou  pâghou.  » 

Languedocien. 

«  VCaLS  die  Sau  verbrochen.  am  Ferkel  wird's  gerochen.  » 

Allemand. 

«  Tidt  gielder  Griis  det  gammel  So  giorde.  »  Danois. 

15.  «  Il  porco  pati  le  pêne  del  cane.  »  —  Vale  l'innocente  soffri 
pel  colpevole.  Italien. 

16.  «  A  troujos  orbos  Diu  da  estrouns.  »  —    A  truies    aveugles 
Dieu  donne  des  étrons.  Armagnac,  Bladé. 

«  Ein  blindes  Schwein  findet  auch  wohl  eine  Eichel.  » 

Allemand. 

17.  «  En  attendant  que  les  pois  cuisent,  plus  d*un  cochon  meurt 
de  faim.  » 

Proverbe  breton  du  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

18.  «  II  faut  mourir,  petit  cochon,  il  n'y  a  plus  d'orge.  » 

Proverbe  français. 


sus  SCKOPHA  DOMESTICUS.  247 

19.  «  Un  pouorc  se  bat  pas  tout  seul  o  lo  fouont.  »  —  Un  cochon 
ne  se  bat  pas  tout  seul  à  la  fontaine.  Rouergue,  Duval. 

20.  «  Er  macht  ein  Gesicht,  wie  die  Sau  auf  dem  Pflaumen- 
baum.  »  Prusse,  Frischbibr. 

21.  «   So  r  temps  qu'on  doime,  les  pourçais  maguet  les  jottes.  » 

—  Tandis  qu*on  dort   les  cochons  mangent  les   chouxl 

Wallon,  Dejardin. 

22.  «  I  fait  comme  li  pourçai  d'  Jaquet,  i  vout  t'ni  s'  rang.  »  — 
Il  fait  comme  le  pourceau  de  Jaquet,  il  veut  tenir  son  rang.  Il  a 
une  mauvaise  réputation  et  il  fait  tout  pour  la  mériter. 

Wallon,  Dejardin. 

23.  «  Dar  la  farina  in  guardia  a  i  porci.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Nobody  gives  a  pig  to  a  hyena  to  keep  it.  » 

Proverbe  d'Akra,  Zimmbrmann. 

24.  «  He  is  teaching  a  pig  to  play  on  the  flûte.  » 

Anglais. 

25.  «  Er  ist  so  dumm  wie  Osterwalds  Schwein,  das  wollte  keine 
Erbsen  fressen.  »  Prusse,  Prischbier. 

26.  «  V'ià  çou  qui  fait  V  trôie  danser.  »  —  Voila  ce  qui  fait  la 
truie  danser  ;  voilà  ce  qui  couronnne  Pœuvre  ;  c'est  finir  par  un 
coup  d'éclat,  c'est  le  comble,  c'est  le  bouquet. 

,  Wallon,  Dejardin. 

27.  «  Quand  on  vous  offre  le  coychon,  il  fait  bon  le  sac  ouvrir.» 

—  Il  faut  saisir  Toccasion  quand  elle  se  présente. 

Ancien  français,  Littré. 

«  Quandu  t'è  prumessu  u  purcellu  —  legalu  eu  u  muscellu.  » 

Corse,  Mattei. 

«  Quando  te  derem  o  porquiuho  —  acode  com  o  baracinho.  » 

Portugais,  Pereyra. 

«  Quando  te  dieren  la  cochinilla,  accorre  con  la  soguilla.  » 

Espagnol. 

«  Wem  das  Ferkel  geboteu  wird,  soll  den  Sack  bereit  haben.  * 

Allemand. 


248  sus  SCROPHA   DOMESTICL'S. 

28.  «  Eine  Sau  will  die  Taube  lehren,  kein  unrein  Kôrulein 
C8.sea.  »  Allemaud,  Mbdikus. 

29.  «  Tç  ttot'  'A9r,vatav  epiv  vjpiaev.  »  Ancien  grec. 
tt  Tç  irpoç  'A9r,vav.  »                                              Ancien  grec. 

«  Sus  Mkiervam  (docet).»      Latin,  Cickro.  Ep.  ad.  fam.  9,  18. 

30.  «  Modo  sic,  modo  sic,  inquit  rusticus  ;  varium  porcum  per- 
diderat.  »  —  Tout  n'est  qu'heur  et  malheur  disait  le  paysan  qui 
avait  perdu  son  porc  bigarré. 

Latin,  Pétrone  (édit.  Nisard,  p.  24). 

31.  «  Chaque  si  gosse,  fait  l'  troîe  qui  magnîve  on  stron.  »  — 
Chacun  son  goût,  dit  la  truie  qui  mangeait  un  étron. 

Wallon,  Dejardin. 

32.  «  Aile  Vortheile  helfen  !*  sagte  die  Sau  und  schnappte  sich 
eine  Miicke.  »  Allemand,  Hoefer. 

33.  «  Dat's  *n  recht  Gesicht  î  saed  de  bfir,  as  de  Svinkopp-  up^ 
Disch  kém.  »  —  Voilà  ce  que  j'appelle  un  visage,  dit  le  paysan, 
quand  on  apporta  la  tête  de  cochon  sur  la  table.     All.^  Hœfer. 

34.  «  0  quani  suavis  musica  I  sagte  der  Teufel  und  blies  der 
Sau  in  don  Hintern.  »  Allemand,  Hoefer. 

35.  «  Dé  la  coua  d'un  por  se  pôou  pa  l'aire  un  béou  plumache.  » 
—  De  la  queue  d'un  porc,  impossible  de  faire  un  beau  panache. 

Vaucluse,  Barjavel. 

«  Nunca  de  rabo  de  porco  bom  virote.  »  Portugais,  Pereyka. 

«    You  can't    make  a  liorn  of  a  pig's  tail.  »      Anglais. 

«    You  cannot  make  a  velvet  purse  of  a  sow's  ears.  » 

Anglais. 

«  Men  kan  geen'  gocden  pijl  uit  eeu  vaarkenstaart  makeu.  » 

Hollandais. 

«  Men  kan  geen'  jagthoorii  makeu  van  een  zwinsdrek,  noch  van 
een'  vossenstaart  eene  trompet.  »  Hollandais. 

«  Men  kan  van  een  verkensoor  geene  lluweelen  beurs  makcn.  » 

Flamand. 


sus   SCROPHA   DOMESTICUS.  ,     249 

«  Man  gjor  ei  godt  Jagthorn  af  en  Svinehale.  »  —  Avec  une  queue 
de  cochon  on  ne  fait  pas  un   bon  cor  de  chasse. 

Proverbe  danois. 

36.  «  Assai  romore  e  poca  lana,  disse  colui  che  tosava  la  porca.  » 

Italien. 

«  Great  cry  and  little  wool  quoth  the  devil,  when  he  sheared  his 
hogs.  »  Anglais. 

«  Mair  whistle  thau  woo,  quo  tlie  souter  when  he  sheared  the 
80W.  »  —  Plus  de  cris  que  de  laine  dit  le  cordonnier  qui  tondait  la 
truie.  Ecosse. 

«  Viel  Geschrei  und  wenig  Wolle,  spracll  der  Schâfer  und^  schor 
eiue  Sau.  >»  Allemand. 

«  Viel  Geschrei  und  wenig  Wolle,  sagte  der  Narr  {oder  der  Teufel) 
und  schor  ein  Schwein.  »  Allemand. 

«  Veel  gcschreeuw,  maar  weinig  wol,  zei  der  drommel  ende  hij 
schoor  zijne  varkens.  »  Hollandais. 

«  Veel  ruigs  en  weinig  wol,  zei  de  aap  en  hij  schoor  het  varken.» 

Hollandais. 

K  Du  liar  uok  iit'  Mundeu  og  lidt  af  Uldeu,  sagde  Fanden,  hau 
klippede  en  So.  »  —  Beaucoup  de  bouche  et  peu  de  laine,  dit  le 
diable  qui  tondait  une  truie.  Danois. 

«  Mycket  af  munneu  och  litet  af  ullen  sa'  han  som  klipptc 
so*n.  »  Suédois. 

«  Hou  har  mycket  af  munnen,  men  litet  af  ullen,  sad^  hin,  klippte 
soen.  »  Suédois. 

37.  «  Mieux  vault  tondre  Taigneau  que  le  pourceau.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 

38.  «  NVtti,  netti,  dici  la  troja  u  li  purceddi,  ed  idda  si  strica 
'ntra  la  rimarra.  »  Sicilien,  Pitre. 

39.  «  Ti  riugraziù,  Patri  Giovi;  megghiu  lebbru  ca  majali.  »  — 
,     Cosi   diocva   una  leprc  che  deplorava  il  suo  nàturale  timoroso    e 

palpipaute,  ed    invidiava   il    majale,  che    mangiava,    ingrassava  e 


250  sus  SCROPHA  DOMËSTICUS. 

dormiva.  Ma  quando  lo  vide  sgo^zato  e  senza  vita,  ringraziava  Giove 
di  averla  fatta  lèpre  e  non  porco.  Sicile,  Pitre. 

40.  «  Tourner  la  truye  au  foin.  »  —  Changer  brusquement  le 
sujet  de  la  conversation.  Ancien  français. 

€  Duez  (1678)  traduit  ainsi  la  locution  italienne  :  di  palo  in  fras- 
ca  :  du  coq  à  Tasne,  de  la  truye  au  foin,  hors  de  propos,  d^un  dis- 
cours en  Pautre.  » 

41.  D'après  le  passage  suivant  garder  son  cochon 
semble  signifier  se  tenir  sur  ses  gardes  : 

«  D^habitude  Barberet  n'arrive  pas  à  la  troisième  bouteille  sans 
battre  la  campagne,  en  attendant  quMl  batte  sa  femme,  et  à  cette 
heure  qu^il  en  a  bu  quatre,  il  n^est  pas  tant  seulement  éloiri 
(étourdi).  SHl  garde  si  bien  son  cochon,  c^est  qu'il  en  a  peur  ; 
autrement  il  y  a  belle  lurette  quUl  Taurait  lâché  et  quUl  se  gaus- 
serait de  Glaudine,  de  la  petite  comtesse,  et  des  bêtes  qui  lui 
rincent...  la  bouche.  Il  y  a  sûrement  quelque  anguille  sous  roche. 
Si  maître  Pierre  se  tient  encore  droit  comme  mon  manche  de  houx 
après  les  lampées  qu'il  a  prises  ce  soir,  c^est  quUl  y  a  quelque 
chose  de  plus  fort  que  le  vin.  Il  a  un  secret  :  tâchons  de  le  pêcher.  » 
Chadvelot.  Scènes  de  province  (roman  bourguignon),  p.  32. 

42.  «  Manger  le  cochon  ensemble.  »  —  Machinar  quelche  cosa 
insieme.  Français,  Duez.  Dict,  franç.-ital, 

43.  «  On  dit  à  quelqu^un  qui  est  en  colère  :  ne  ragez  pas,  com- 
mère, le  cochon  est  encore  sur  ses  jambes.  » 

Lorient,  recueilli  personnellement. 

44.  «  Quand  on  répète  les  mots  ou  les  phrases  de  quelqu'un  et 
le  contrefaisant,  cela  s'appelle  la  chanson  du  pied  de  cochon,  * 

Environs  de  Semur  (Côte-d'Or),  com.  par  M.  H.  Marlot. 

45.  «  La  truie  a  mangé  le  levain,  se  dit  pour  faire  entendre 
quMn  homme  a  fait  faillite.  »  —  Un  commerçant  aventureux  ou 
même  un  individu  qui  fait  de  la  dépense  reçoit  de  ses  amis  le  con- 
seil de  prendre  garde  à  la  grande  treue,  c'est-à-dire  de  ne  pas 
faire  un  trou  à  la  lune  comme  on  dit  à  Paris. 

Morvan,  Chambuik. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  251 


46.  «  Ër  hat  das  schwarzc  Ferkel  genommen.  »  —  Ist  aus  dem 
Dienste  gelaufeii.  Prusse,  Frischbier. 

47.  «  Ein  sau  macheu,  ein  ferkelchen  machen.  »  ~  Faire  une 
faute,  faire  une  petite  faute.  Allemaud. 

48.  «  Quand  un  homme  fait  une  incongruité,  les  assistants  ne 
manquent  pas  de  dire  :  v'ià  le  verret  qui  quête.  » 

Centre,  Jaubert. 

49.  «  Das  Schwein  haben.  »  — -  Avoir  de  la  chance. 

Locution  allemande. 

«  ...  So  erwiedert  auf  einem  Balle  ein  Student  seinem  Hausphi- 
lister  auf  die  Frage  ob  er  schon  mit  seiner  Tochter  gètanzt  habe  f 
—  Ich  habe  das  Schwein  noch  nicht  gehabt.   » 

Allemand,  Medikus. 

50.  «  La  truie  ne  rend  pas  le  verrat  noble,  mais  le  verrat  ano- 
blit la  truie.  »  —  Terme  juridique  populaire  concernant  Tancieune 
noblesse.  Wallon,  Dejardin. 

«  Ce  sobriquet  a  esté  donné  contre  les  nobles  de  Champagne  que 
la  tniye  ennoblissait  le  pourceau,  les  damoiselles  de  Champaigne 
ayant  eu  ce  privilège  de  communiquer  leur  noblesse  à  leurs  enfants 
encore  que  leurs  maris  fussent  roturiers.  » 

L.  Godet.  Les  coustumes  de  Chaalons,  Châlons,  1615. 

51 .  «...  Des  porcs  volés  ont  reconnnu  la  voix  de  leur  gardien  et 
sont  revenus  vers  lui,  après  avoir  fait,  en  se  portant  tous  d'un 
côté,  chavirer  la  barque  où  le  voleur  les  avait  mis.  » 

Pline,  VIII,  77;  (édit.  Littré). 

N'y  â-t-il  pas  dans  ce  passage  une  allusion  à  quelque 
conte  ? 

52.  «  Madame  Caliste  de  Langle  a  publié  dans  son  recueil  de  lé- 
gendes bretonnes,  Le  Grillon  (Paris,  1860,  in-8»),  un  joli  conte  dont 
voici  le  résumé'^:  En  voyant  sa  sœur  accoucher  au  milieu  d'atroces 
souffrances,  Berhette  fit  le  serment  de  ne  se  marier  que  quand  elle 
serait  assez  âgée  pour  ne  plus  craindre  d^avoir  des  enfants.  Elle  tint 
son  serment  ;  mais  arrivée  à  PAge  de  28  ans  elle  mourut  subitement. 
Au  milieu  de  la  nuit  qui  suivit  le  jour  de  ses  funérailles^  la  porte 


252  sus  SCROPHA   DOMESTICUS. 

de  la  maison  maternelle  s'ouvrit  brusquement  et  l'on  vit  la  morte 
enveloppée  de  son  suaire,  la  tête  entourée  de  sa  couronne  de  vierge, 
traverser  Tappartement,  arriver  près  de  ses  parents  et  leur  jeter 
un  r<»gard  de  profond  regret;  puis,  elle  parut  vouloir  s'arrêter,  mais 
ayant  tourné  la  tête,  elle  reprit  aussitôt  sa  course  désespérée  eu 
voyant  derrière  elle  sept  petits  cochons  blancs  acharnés  à  sa  pour- 
suite, et  geignint  tout  tristement  comme  des  enfants  qui  deman- 
dent le  sein  à  leur  mère.  Les  nuits  suivantes  même  histoire.  Ces 
sept  petits  cochons  étaient  les  sept  enfants  qu'elle  aurait  eu  si  elle 
s'était  mariée.  Cette  métamorphose  et  cette  persécution  étaient  une 
punition  du  ciel.  Le  supplice  se  termine  par  le  repas  que  font  les 
petits  cochons  en  mangeant  leur  mère.  Aussitôt  après  ce  lugubre 
festin,  les  sept  cochons  se  transforment  en  sept  beaux  garçons  et 
vont  au  cieU  » 

53.  Sur  l'origine  de  la  famille  des  Porcelet  (à  la  suite  d'une  ma- 
lédiction lancée  par  une  mendiante,  la  femme-souche  de  cette  fa- 
mille est  forcée  d'enfanter  comme  une  truie  ;  en  effet  elle  a  neuf 
enfants  d'un  coup)  voyez  Romieu,  Histoire  cT Arles  ;  Le  Noble 
de  Lauzières,  Abrégé  de  Vhistoire  (VArles^  p.  299. 

54.  «  Il  racontait  à  cette  heure  un  cas  fort  étrange  advenu  ré- 
cemment au  pays  de  Ouiral  et  de  Rouzil.  Un  homme  de  là,  connu 
de  tout  le  monde,  grand  riboteur,  ivrogne  s'il  en  fût.  était  aile, 
chaud  de  boire,  frapper  une  nuit  à  la  porte  du  presbytère,  requé- 
rant et  sommant  le  curé  de  se  lever  au  plus  vite  pour  administrer 
un  de  chez  lui,  en  danger  de  mort. 

—  Attends-moi,  dit  le  curé,. je  te  suis. 

L'un  portant  son    vin,  le  misérable;  Pautre  portant  le  bon  Dieu, 
l'ivrogne  et  le  prêtre  firent  route  ensemble. 
Arrivés  : 

—  Où  se  tient-il,  ton  malade  ?  demanda  le  curé. 

—  Là,  fit  l'autre  avec  une  risée,  montrant  la  loge  du  cochon, 
qu'on  devait  tuer  en  effet  le  lendemain.  Et  dépêche-toi,  ajouta-t-il, 
car  il  n'a,  le  pauvre,  que  quelques  heures  à  vivre. 

—  Entre,  je  t'accompagne,  dit  le  saint  homme,  en  baissant  la  tète 
pour  pénétrer  dans  l'étable.  Une  fois  dedans  que  se  passa-t-il  ?  Le 
pâtre  qui  couchait  près  de  là,  dans  la  bergerie,  vit  le  curé  sortir 
seul,  tirer  le  verrou  et  partir.  Quand  à  l'ivrogne,  il  ne  reparut  plus, 
ni  ce  jour-là,  qui  était  un  samedi,  ni  le  dimanche,  ni  les  jours  sui- 
vants, et  un  grand  mois  s'est  déjà  passé  depuis  sans  que  sa  femme 
la  Ramondette  ait  reçu  de  ses  nouvelles. 


sus  SCROPHA  DOMESTICUS.  253 


—  Qu'est-il  devenu,  le  scélérat  ? 

—  Où  est-il  passé,  le  païen  ?  fut-il  demandé. 

—  Attendez  un  peu,  répondit  Bèeudèl,  et,  ayant  englouti  coup 
sur  coup  une  douzaine  de  bouchées  pour  prendre  de  Pavanoe  : 
Figurez-vous  donc,  continua-t-il,  que  le  lendemain  au  jour,  entrant 
dans  retable,  la  Ramondette  fut  toute  saisie  et  quelque  peu  effrayée 
d'y  trouver  deux  cochons  au  lieu  d^m,  tous  les  deux  exactements 
pareils,  marqués  de  même,  Toreille  fendue  au  même  endroit,  deux 
jumeaux. 

—  Et  alors  ? 

—  Alors,  on  suppose  que  Tâme  du  païen  habite  en  l'un  des  deux 
animaux.  Mais  lequel  ?  Interrogé,  supplié  par  la  malheureuse  Ra- 
mondette, le  curé  a  fait  celui  qui  ne  sait  rien.  Et  voilà  une  femme 
bien  en  peine  et  très  ennuyée  avec  son  mari  à  quatre  pattes. 
Crainte  de  se  tromper,  elle  n'ose  tuer  aucun  des  deux  animaux,  et 
par  trop  grande  abondance  de  porcs,  elle  se  trouve  finalement  en 
disette  de  jambon  !  »  Pouvillon.  Cësette  (roman). 

Ce  conte  circule  en  différentes  provinces  de  la  France  ; 
moi-même  je  Tai  entendu  débiter  deux  ou  trois  fois  en 
divers  lieux. 

55.  «  Bot  !  c'a  le  fiaoue  di  rouche  couchon.  »  —  C*est  un  conte 
mille  fois  rebattu.  Ban  de  la  Roche,  Obealin. 

«  Ç'ot  le  fiauve  d'in  rouche  pouché.  »  —  C'est  une  histoire  qu'on 
a  entendue  cent  fois. 

Vosges,  E.  A.  Sëilliére.  Au  pied  du  Donon,  1861. 

56.  «  Un  jour  un  porc  avala  un  enfant.  Une  personne  avisée  en- 
gagea la  mère  à  donner  immédiatement  de  la  farine  de  froment  au 
porc.  Elle  le  tit  et  immédiatement   il  vomit  l'enfant  sain  et  sauf.  » 

Lorient,  recueilli  personnellement. 

57.  «  Voici  un  remède  avant  la  naissance  de  l'enfant  :  Vous  savez 
si  la  croûte  du  lait  dévisage  les  jeunes  enfants  ?  Eh  bien,  dites  à  voi 
dames  de  ne  pas  manger  de  la  viande  de  cochon  pendant  leur  gros- 
sesse :  leus  efant  nieront  nin  les  seùye.  » 

Pays  de  Liège^  A.  Hogk,  t.  III,  p.  128. 

58.  «  N'enjambez  jamais  un  cochon,  car  vous  attraperiez  infail- 
liblement  le  mal  caduc.  » 

Vivarais,  H.  Vaschaldb.  Croyances,  etc.,  p.  15. 


254  SUS  SCROPHA  DOMESTICUS. 


59*  «  La  moixtagne  de  Brémont,  près  Briquebec,  renferme  des 
cavernes  où  de  riches  trésors  sont  gardés  par  une  truie  qui  vomit 
des  flammes.  »  Lefillastrb.  Superstition  de  Briquebec, 

60.  «  Rencontrez  des  cochons  en  allant  en  visite*:  on  vous  fera 
mauvais  accueil.  Vos  stres  régrogni.  Mais  si  au  contraire,  vous 
rencontrez  des  moutons  vaoant  vers  vous,  soyez-en  sûr,  on  vous 
recevra  avec  beaucoup  de  plaisir*  » 

Pays  de  LMge,  A.  Hogr,  t.  III,  p.  218. 

«  Wenn  einem  auf  dem  Wege  zu  eiaern  Besuche  Schweine 
begegneu,  so  ist  dies  ein  Zeichen,  dasz  man  dort  nicht  gerne 
getehen  wird.  »  Basse  Autriclie,  Blaas. 

61.  «  Des  Schweines  Angang  bedeutet  Unglûck.  »      Allemagne. 

«  So  widerw&rtig,  wrie  wenn  Einem  eine  Sau  ûber  den  Weg 
liefe.  »  Allemagne. 

«  Among  some  of  the  fishing  population  it  viras  accounted  vei^ 
unlucky  for  a  marriage  party  to  meet  a  pig.  » 

Ecosse,  W.  Greoor.  Notes  on  the  Folklore. 

62.  «  Quem  passar  por  sitio  onde  estivcrem  porcos  pretos,  esta 
emperigo  de  se  encontrar  com  o  diabo.  » 

Consiglieri-Pedroso.  Trad,  pop.  port, 

63.  «  Sonhar  com  carne  de  porco,  é  signal  de  desgosto  na  fa- 
milia.  »  Consiglieri-Pbdroso.  Trad,  pop,  port, 

64.  «  The  men  of  several  of  the  villages  virould  not  pronounce 
the  virord  swine  when  they  were  at  sea.  It  yf&s  a  virord  of  ill 
omen.  »  Ecosse,  W.  Gregor. 

65.  Sur  saint  Antoine  auquel  on  attribue  un  cochon  pour  com- 
pagnon voyez  Reinsberg-Dûringsfeld,  Traditions  de  la  Belgique, 
t.  I,  p.  54  et  suivantes. 

Selon  Quenebault  ce  n'est  pas  un  cochon,  mais  une  laie,  dont 
tous  les  petits,  suivant  les  légendaires,  étant  nés  aveugles,  furent 
guéris  de  cette  infirmité  par  le  saint,  à  qui  la  mère  avait  apporté 
tous  les   marcassins  et  ne  voulut  plus  le  quitter. 

Q^>  «  Sainte  Christine  à  Plougastel-Daoulas,  et  saint  Antoine 
dans  le  reste  du  Finistère,  sont  les  patrons  des  porcs.  Pour  obtenir 


sus  SCROPHA  D0ME8TICUS.  255 

des  bêtes  vigoureuses    et  grasses,  il  faut  leur  offrir,  avec  de  Tar- 
gent  et  des  cierges,  des  pieds  et  des  oreilles  de  cochons.  » 

Finistère,  c.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

67.  «  Pour  qu^une  grouée  de  gorets  réussisse,  il  est  bon  de  la 
soustraire  à  tous  les  regards  de  peur  qu^on  ne  leur  Jette  un  sort.  » 

Poitou,  L.  Debaivre.  Croyances, 

68.  «  Quand  on  tue  un  porc,  si  Ton  prend  soin  d^arracher  une 
poignée  des  soies  qui  lui  garnissent  le  dos  et  de  la  déposer  en 
toute  hâte,  avant  qu'il  ne  soit  complètement  mort,  dans  la  crèche 
qu'il  vient  de  quitter,  on  peut  être  assuré  de  voir  prospérer  et  en- 
graisser à  souhait  le  petit  cochon  qui  le  remplacera.  » 

Finistère,  c.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

69.  «  Quand  on  mène  les  treues  au  vorat  on  doit  mettre  un  so- 
lot  et  un  soulier  pour  que  la  portée  réussisse.  » 

Environs  de  Semur  (Côte-d'Or),  c.  par  M.  H.  Marlot. 

70.  «  Quand  une  fille  mène  couvrir  une  truie,  si  elle  pense  aux 
garçons  la  truie  aura  plus  de  mâles  que  de  femelles.  Le  contraire 
aura  lieu  si  elle  rCy  pense  pas.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche.  Proverbes,  etc. 

71.  «  Tuer  un  cochon  le  jour  du  Vendredi  Saint  porte  malheur.  » 

Vosges,  com.  par  M.  H.  Thiriat. 

72.  «  On  choisit  de  préférence  la  première  semaine  de  l'Avent 
pour  tuer  les  porcs.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

73.  «  Pendant  les  jours  de  janvier  en  corrélation  avec  les  mois 
d^été,  et  principalement  le  huitième,  qui  répond  au  mois  d^août,  il 
faut  bien  se  garder  de  mettre  un  porc  dans  le  saloir,  la  saumure 
tournerait.»  Fmistère,comm.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

74.  «Ne  salez  pas  de  viande  de  porc  dans  les  trois  jours  qui  sui- 
vent la  pleine  lune,  autrement  les  vers  s'y  mettront  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Le  lard  de  porc  tué  en  jeune  lune  profite  dans  le  charnier  et 
dans  la  marmite  ;  c'est  le  contraire  quand  le  porc  est  tué  en  vieille 
lune.  »  Deux -Sèvres,  Souche. 


256  sus  SCROPHA    DOMESTICÛS. 


«  Il  ne  faut  pas  tuer  uu  porc  en  jeune  lune,  car  la  couamie  se  sé- 
pare du  lard  en  cuisant.  Deux-Sèvres,  Souche. 

«  Do  not  kill  your  pig  until  full  moon,  or  thepork  will  be  ruined.  » 

West  Sussex,  M»  Latham. 

75.«  On  appelle  la  Saint-Boudin  ou  la  boudinée  (picard,  Corblet) 
ou  la  Saint-Cochon  le  repas  donné  à  Toccasion  d'un  porc  récemment 
.  tué.  On  y  mange  généralement  la  tête  de  Tanimal.  » 

76.  «  On  dit  en  plaisantant  d'un  enfant  qui  donne  des  espé- 
rances :  nous  en  ferons  quelque  chose  si  les  petits  cochons  ne  le 
mangent  pas.  » 

77.  «  J^ai  semé  des  pois  dans  mon  jardin,  savez-vous  ce  qui  est 
venu  î 

—  Il  est  venu  des  petits  pois. 

—  Pas  du  tout,  il  est  venu  des  petits  coch<HM  qui  les  ont  mangés.  » 

Facétie  connue. 

78.  «  Qu'est-ce  qui   a  deux  rangées  de  boutons  sous  le  ventre! 

—  La truie.»         Devinette  du  Loiret,  com.  par  M.  L.  Beauvillard. 

*  ■ 

79.  «  De  qu'es  aco,  de  qu'es  aco, 
Qu'anèlo  toutjour 
E  jammai  noun  nouzo  ? 
—  La  co  d'un  porc.  » 
(Qu'est-ce    que    c'est   qui  s'enroule  toujours   et  qui  jamais  ne  se 

noue  ?  —  La  queue  d'un  porc). 
Devinette  du  Gard,  com.  par  M.  P.  Fesquet. 

80.  «  Welches  das  meisterlich  und  kunstreich  thier  sey  ?  —  Ein 
saw.  So  die  ein  alten  dreck  isst,  macht  sy  einen  jungen  darauss.  » 

Devinette  allemande  ancienne,  Wàckernagel. 

«  I  ressane  à  chés  porcheux  avec  du  vieux  i  foet  du  neu.  »  — 
Il  ressemble  aux  porcs,  il  fait  du  neuf  avec  du  vieux.  Les  porcs 
maugent  les  ordures  dont  ils  font  de  nouvelles  en  digérant. 

Proverbe  picard,  Corblet. 


LBPUS  CUNICULUS  DOMESTICUS.  257 


CAVIA  COBAYA.  —  LE  COCHON  DINDE. 
Noms  du  cavia  cobaya  : 

COCHON  D^iNDK^  cx)CHON  DB  MKR  (o'est-à-dirc  cochou  venant  dos 

pays  lointains),  m.  français. 
POURROU,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

Synonymes  étrangers  : 

Meerschwein,  Afterhase>  Afterkaninchen,  Ferkelmaas,  Das   Indianliche  Xa- 
niDChan,  Das  indianische  Schweinchen,  allemand,  Nemnlch. 


LEPUS  CUNICULUS  DOMESTICUS. 

LE  LAPIN  DOMESTIQUE. 

I. 

1.  Noms  du  lepus  amicitliis  domesticus  : 

LAPIN,  m,  français. 

LAPi,  m.  languedocien.  —  béarnais. 

LOPIN  DOUMÈCHK,  m.  Avcyron,  Vayssier. 

PiNPiN,  m.  Vagney  (Vosges),  com.    par  M.  D.  Pierrat  (terme 

enfantin). 
CONNIL,  ?//.  CONNIN,  m.  ancien  français. 
CONILH,  m.  ancien  patois  toulousain,  NouLRT.  Las  ordenansas, 

p.  113. 
KONiRL^  KOULiN,  LAPiNN,  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Caniealus,  lat.  —  KouvéXi,  fçrec  moderne.  —  Gonigllo,  ital.  —  Gonl, 
Parme,  Mal.  —  Conèjo,  esp.  —  Coelho,  port.  —  Coello,  Goenllo,  ffallicien, 
Pinol.  —  Konjn,  holl.  —  Kaninchen,  ail.  —  Rabbit,  an^^lais. 

2.  Noms  de  la  femelle  : 

LAPINE,  /".  français. 

LAPiNO,  A  Béarn. 

LOPiNO,  f,  Aveyron,  Vayssier. 

17 


258  LEPUS   CUNICULUS  DOMfiSTICUS. 


LAPIGNE,  /.  Auxois,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
CANYE,  f,  Baguard,  Cornu. 

3.  Noms  du  jeune  lapin  : 

LAPEREAU,  m.  français. 

LAPiNEAU,  m.  Auxois,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

LOPINOU,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

CANYON,  m.  Bagnard,  Cornu. 

4.  «  La  race  des  lapins  est  très  prolifique.  On  dit  :  chaud  comme 
un  lapin.  —  D'une  famille  nombreuse  on  dit  :  c'est  une  nichée  de 
lapins.—  D'une  femme  qui  fait  beaucoup  d'enfants  :  c'est  une  lapine, 
c'est  une  vraie  lapine.  » 

5.  «  Ou  dit  d'un  homme  habillé  de  neuf  :  brave  comme  un 
lapin.  »  Feraud. 

«  Il  est  brave  comme  un  lapin  écorché.  »  —  Ironique, 

Bict .  'port,  des  provei^es. 

6.  «  A  las  veces  cuesta  mas  el  salmorejo  que  el  conejo.  » 

Espagnol. 

7.  «  Morcha  coumo  'n  lopin.  »  —  Aller  vite,  prestement. 

Aveyron,  Vayssier. 

8.  «  Peureux  comme  un  lapin.  —  Se  sauver  comme  un  lapin.  » 

Locutions  françaises. 

«  ...  Sa  lettre  aussitôt  posée  sur  ma  table,  il  a  filé  comme  un 
lapin  blanc.  >        E.  Chavette.  Aimé  de  son  concierge  (roman). 

«c  Aver  un  coeur  da  coni.  »  —  Non  aver  più  cuore  di  un  grillo  o 
d'uno  scricciolo,  esser  pauroso.  Parme,  Malespina. 

«  Aver  i  conigli  in  corpo.  »  —  Dicesi  in  proverbio  di  chi  é  timido 
e  pauroso.  Italien. 

9.  «  Mattar  dous  coelhos  de  huma  cajadada.  »  —  Faire  d'une 
pierre  deux  coups.  Portugais,  Pereyra. 

10.  «  Quand  il  y  a  lu  crotin  il  y  a  du  lapin.  »  —  Il  n'y  a  pas  de 
fumée  sans  feu.  Proverbe  normand. 

11.  «  Gravida  e  lattante  difficilmente  si  troverà,  se  non  sarà  un 


LEPUS  CUNICULUS  DOMESTICUS.  259 

coniglio  femmina.  »  — >  Si  dice  ad  uno   che  in  an  soggetto  richiedc 
tutte  le  qualità  possibili  (>).  Arabe  maltais,  Vassalli. 

II. 

1.  «  A  coelho  ido,  consellio  vindo.  »  —  Conseil  donné  trop  tard* 

Portugais. 

«  El  conejo  ido,  el  consejo  veuido.  »  Espagnol. 

2.  «  De  malo  vino  el  conejo,  con  el  diablo  ira  el  pellejo.  > 

Espagnol. 
Cf.  ci-dessus,  p.  155,  §  28. 

3.  COMPÈRE  LAPIN  ET  COMPERE  BOUKI. 

Ain  jeu  bon  matin,  comper  Lapin  levé  é  li  senti  la  faim  apé  ga- 
gnin  li.  Li  charché  ton  côté  dan  cabane,  li  pa  trouvé  aïen  pou 
manzé.'Li  parti  couri  côté  comper  Bouki.  Tan  li  rivé,  li  oua 
.    comper  Bouki  apé  guignoté  ain  dézo. 

«  Hé,  comper  Bouki,  mo  té  vini  dijiné  avé  toi  ;  mo  oua  to  pa 
gagnin  famé  kichoge  pou  donne  moin. 

«  Tan  dir,  comper  Lapin  ;  na  pi  ration  dan  cabane,  jiche  dézo 
cila  ki  rété.  » 

Comper  Lapin  zonglé  tan. 

«  Hé  ben  I  comper  Bouki,  si  to  oulé,  na  couri  la  chache  dézef 
torti. 

«  Topé  I  anon,  nou  couri  tousouite.  » 

Comper  Bouki  pranne  so  pagnin  avé  so  lapioce,  é  yé  parti  couri 
coté  bavou  dans  diboi. 

«  Comper  lapin,  mo  pas  souvan  couri  la  chache  dézef  torti  ;  mo  pa 
boucou  konin  trivé  yé  ben. 

«  Pa  kété,  comper  Bouki  ;  mo  tou  tan  trivé  place  coté  torti  pondi 
dézef.  Toi,  ta  fouyé  yé.  » 

Can  yé  rivé  au  ra  bayou,  comper  Lapin  marcé  douceman,  apé 
gardé  ben,  côté  ci,  coté  là.  Bento  li  rété  drette. 

«  Comper  Bouki,  torti  cré  ii  malin.  Li  graté  la  té  avé  so  gro  pâte 
é  li  pondi  so  dézef  dan  trou  ;  pi  li  mété  ti  brin  sabe  on  yé,  é  pi  li 
parpillé  feille  on  so  ni.  To  oua  bite  cilà?  Oté  feille  layé,  é  graté  avé 
to  lapioce  ;  sir  ta  trivé  dézef.  » 

(0  La  lapine  peut  être  pleine  et  allaiter  des  petits  tout  à  la  fois.  La 
tttp«rfétation  lui  est  habituelle. 


260         LBPU8  CUNICULUS  DOMESTICUS. 


Comper  Bouki  fé  ça  comper  Lapin  di  li,  é  yé  oua  ain  ta  dézef 
apé  cléré  dan  trou  là. 

«  Comper  Lapin,  to  malin  passé  moin  ;  mo  ben  contan  gagnin  toi 
pou  mo  zami.  » 

Comper  Lapin  patagé  dézef  yé,  li  donin  la  moké  à  comper  Bouki. 

«  Comper  Bouki,  mo  boucou  faim,  mapé  manzé  mo  kenne  dézef 
tousuite. 

«  Fé  com  to  oulé,  comper  Lapin,  moin  mapé  porté  mo  kcnne  cote 
mo  famé,  pou  fé  yé  tchi.  » 

Yé  couri  plin  enco  é  yé  trivé  plin  dézef.  Comper  Lapin  touzou 
manzé  so  kenne  ;  comper  Bouki  pa  lémin  dézef  cri  ;  li  mété  yé  tou 
dan  so  pagnin. 

«  Comper  Bouki,  mo  comancé  lasse  ;  mo  cré  tan  non  tournin. 

«  Mo  gagnin  acé  dézef  pou  zordi,  comper  Lapin  ;  anon,  nou 
tournin.  » 

Tan  yé  té  apé  couri  divan,  comper  Lapin  zonglé  li  même  : 

«  Comper  Bouki  pa  conin  trivé  dézef  torti  ;  ce  moin  ki  trivé  yé, 
yé  té  doi  tou  pou  moin.  Fo  mo  fé  m0kié  pou  gagnin  yé.  » 

Tan  yé  proche  rivé  divan,  comper  Lapin  di  : 

«Comper  Bouki,  mo  blié  porté  dézef  pou  mo  vie  moman.Tbté  doi 
ben  prêté  moin  ain  douzaine  ;  ma  ranne  toi  yé  ain  lotte  foi.  » 

«  Comper  Bouki  donne  li  ain  douzaine,  é  yé  couri  chakenne  so 
chimin.  Comper  Lapin  couri  mété  vo  douzainne  dézef  dan  so  ca- 
bane, pi  li  parti  couri  coté  comper  Bouki.  Tan  li  procé  cabane  com- 
per Bouki,  li  comancé  piènc,  apé  tchombo  so  vante.  Comper  Bouki 
sorti  dihor. 

«  Ça  to  gagnin,  comper  Lapin  ?  samblé  comme  to  pa  gaya.  » 

«  Oh  !  non,  comper  Bouki,  dézef  torti  yé  poisonnin  moin.  Tan  pri, 
vite  courir  charché  melcin.  » 

«  Ma  couri  tan  vite  mo  capa,  comper.  » 

Si  vite  comper  Bouki  parti,  comper  Lapin  couri  dan  kisine  é 
tombé  manzé  dézef  torti. 

«  Méci  bon  dgié,  ma  manzé  mo  vente  plin  zordi.  Melcin  là  rété 
louan,  mo  gagnin  tan  manzé  tou  avan  yé  vini.  » 

Tan  comper  Lapin  proce  fiai  manzé  dézef,  li  tende  comper  Bouki 
apé  parlé  dihor. 

«  Docter  Makak,  mo  ben  contau  mo  contré  vou  on  chimin  ;  mo 
zami  boucou  malade.  » 

Comper  Lapin  pa  perdi  tan  ;  li  ouvri  la  finète  é  sorti  dihor.  Com- 
per Bouki  rentré  dans  cabanne,  li  pas  oua  comper  Lapin.  Li  couri 
dan  kisine  ;  kokille    dézef  parpillé  tou   partou.  Comper  Lapin  dijà 


LEPUS   CUNICULUS  DOMESTICUS.  261 


rendi  dans  clo.  Comper  Boukl  raché  so  chivé,  tan  li  colair.  Li  parti 
galopé  apé  comper  Lapin.  Comper  Lapin  si  tan  manzé  dézef,  li  pa 
capa  galopé  vite.  Tan  li  oua  comper  Bouki  sofé  li  tro  proce,  li  fouré 
dans  trou  di  boi.  Comper  Bouki  pelé  comper  Torti  ki  té  apé  pacé 
dan  chimin. 

«  Comper  Torti,  tan   pri,  vini  guété  comper  Lapin  ki  volé  tou  to    ^ 
dézef.  Ma  couri  charché  mo  lahache  pour  bâte  di  boi  là. 

«  Couri  vite,  comper  Bouki,  ma  guété  cokin  là  ben  » 

Tan  comper  Bouki  parti,  comper  Lapin  di  : 

«  Comper  Torti,  gardé  dan  trou  là,  ta  oua  si  mo  gagnin  to  dé*- 
zef.  » 

Comper  Toti  levé  so  latête  ;  comper  Lapin  voïé  boi  pouri  d^ns  so 
ziés.  Comper  Torti  couri  lavé  so  ziés  dans  bayou  ;  comper  Lapin 
sapé  tou  souite.  Comper  Bouki  vini  bâte  di  boi  ;  li  oua  comper 
Lapin  dijà  sapé.  Li  té  si  tan  colair  li  couri  trivé  comper  Torti  o  ra 
bayou,  é  li  coupé  so  latchié  avé  so  lahache.  Ce  cofer  latchié  Torti 
coûte  com  ça  jika  zordi. 

COMPÈRE    LAPIN     ET   COMPÈRE   BOUKI 

.TRADUCTION. 

Un  jour,  de  bon  matin,  compère  Lapin  se  leva  et  sentit  la  faim 
le  gagner.  11  chei-olia  de  tous  côtés  dans  sa  cabane,  et  ne  trouva 
rien  à  manger.  Il  alla  du  côté  de  compère  Bouki.  Quand  il  arriva, 
il  vit  (lui  voir)  compère  Bouki  grignotant  un  os  (après  grignoter 
un  os). 

—  Hé!  compère  Bouki,  je  venais  déjeuner  avec  toi  ;  je  vois  (moi 
voir)  tu  n'as  pas  quelque  chose  de  fameux  à  me  donner 

—  Les  temps  sont  durs,  compère  Lapin  ;  il  n'y  a  plus  de  ration 
dans  la  cabane,  il  n'y  a  juste  que  cet  os  qui  soit  resté. 

Compère  Lapin  songea  (jongla)  un  bout  de  temps. 

—  Hé  bien  !  compère  Bouki  si  tu  veux  nous  irons  à  la  chasse  des 
œufs  de  tortue. 

—  Tope  !  allons,  partons  tout  de  suite. 

Compère  Bouki  prit  son  panier  avec  sa  pioche,  et  ils  allèrent  du 
côté  du  bayou  dans  le  bois. 

—  Compère  Lapin,  je  ne  vais  pas  souvent  à  la  chasse  des  œufs  de 
tortue,  je  ne  sais  pas  beaucoup  les  trouver. 

—  Ne  t'inquiète  pas,  compère  Bouki  ;  je  trouverai  toujours  l'en- 
droit où  les  tortues  pondent  leurs  œufs.  Toi,  tu  les  fouilleras. 

Quand  ils  arrivèrent  au  ras  du  bayou,  compère  Lapin  de  marcher 


262  LEPUS   CUNICULUS  DOMESTICUS. 


doucement,  regardant  bien,  par  ici,  par  là.  Bientôt  il  s'arrêta  tout 
court. 

—  Compère  Bouki,  la  tortue  se  croit  bien  fine.  Elle  gratte  la  terre 
avec  sa  grosse  patte,  et  elle  pond  ses  œufs  dans  le  trou  ;  puis  elle 
met  un  peu  do  sable  sur  eux,  et  puis  elle  éparpille  des  feuilles  sur 

.  son  nid.  Tu  vois  cette  butte  ?  ôte  ces  feuilles  et  gratte  avec  ta  pio- 
che ;  sûr  tu  trouveras  des  œufs. 

Compère  Bouki  fit  ce  que  compère  Lapin  lut  dit,  et  ils  virent  un 
tas  d'œufs  briller  dans  ce  trou  là. 

—  Compère  Lapin,  tu  es  plus  malin  que  moi  ;  je  suis  bien  content 
de  t'avoir  pour  ami. 

Compère  Lapin  partagea  les  œufs,  il  en  donna  la  moitié  à  compère 
Bouki. 

—  Compère  Bouki,  j'ai  beaucoup  faim,  je  vais  manger  mes  œufs 
(mes  miens  œufs-mo  kenne  dézef)  tout  de  suite. 

—  Fais  comme  tu  voudras,  compère  Lapin  ;  moi  je  vais  porter  les 
miens  près  de  ma  femme  pour  les  faire  cuire. 

Ils  coururent  beaucoup  encore,  et  trouvèrent  encore  beaucoup 
d'ooufs.  Compère  Lapin  mangeait  toujours  les  siens  ;  compère  Bouki 
n^aimait  pas  les  œufs  crus  ;  il  les  mit  tous  dans  son  panier. 

—  Compère  Bouki,  je  commence  à  être  las  ;  je  crois  qu'il  est 
temps  de  nous  en  retourner. 

—  J'ai  assez  d'œufs  pour  aujourd'hui,  compère  Lapin  ;  allons,  re- 
tournons-nous-en. 

Tandis  qu'ils  allaient  de  l'avant,  compère  Lapin  songea  en  lui- 
même  : 

Compère  Bouki  ne  sait  pas  trouver  les  œufs  de  tortue  ;  c'est  moi 
qui  les  ai  trouvés,  ils  doivent  être  tous  pour  moi.  Il  faut  que  je  fasse 
métier  (que  je  trouve-moyen)  pour  les  avoir. 

Quand  il  furent  près  d'arriver,  compère  Lapin  dit  : 

—  Compère  Bouki,  j'ai  oublié  de  porter  des  œufs  pour  ma  vieille 
maman.  Tu  devrais  bien  m'en  prêter  une  douzaine  ;  je  te  les  repdrai 
une  autre  fois. 

Compère  Bouki  lui  en  donna  une  douzaine,  et  ils  s'en  allèrent 
chacun  son  chemin.  Compère  Lapin  alla  mettre  sa  douzaine  d'œufs 
dans  sa  cabane,  puis  il  s'en  alla  du  côté  de  compère  Bouki.  Quand 
il  fut  près  de  la  cabane  de  compère  Bouki,  il  commença  à  se  plain- 
dre, tenant  son  ventre.  Compère  Bouki  sortit. 

—  Qu'as -tu,  compère  Lapin  ?  on  dirait  que  tu  n'es  pas  gaillard. 

—  Oh  !  non,  compère  Bouki,  ces  œufs  de  tortue  m'ont-empoisonné. 
Je  t'en  prie,  vite  va  chercher  le  médecin. 


LEPUS  CUNICULUS  DOMESTICUS.  263 


—  J'irai  aussi  vite  que  je  pourrai,  compère. 

Dès  que  compère  Bouki  fut  parti,  compère  Lapin  alla  dans  la  cui- 
sine et  se -mit  à  manger  les  œufs  de  tortue. 

—  Dieu  merci,  je  mangerai  plein  mon  ventre  aujourd'hui.  Ce  mé- 
decin-là demeure  loin,  j'ai  le  temps  de  manger  tout  avant  qu'il» 
arrivent. 

Comme  compère  Lapin  était  près  de  finir  de  manger  les  œufs,  ri 
entendit  compère  Bouki  parler  dehors . 

—  Docteur  Macaque,  je  suis  bien  content  de  vous  avoir  rencontré 
sur  mon  chemin  ;  mon  ami  est  bien  malade. 

Compère  Lapin  ne  perdit  pas  de  temps  ;  il  ouvrit  la  fenêtre  et 
sortit.  Compère  Bouki  rentra  dans  sa  cabane,  il  ne  vit  pas  compère 
Lapin.  11  alla  dans  la  cuisine  :  les  coquilles  d'œuf  étaient  éparpillées 
partout.  Compère  Lapin  était  déjà  rendu  dans  le  clos.  Compère  Bouki 
s'arracha  les  cheveux,  tant  il  était  en  colère.  Il  se  mit  à  courir 
après  compère  Lapin.  Compère  Lapin  avait  tant  mangé  d'œufs  qu'il 
ne  pouvait  pas  courir  vite.  Quand  il  vit  que  compère  Bouki  !• 
chauffait  de  trop  près,  il  se  fourra  dans  un  trou  d'arbre.  Compère 
Bouki  appela  compère  Tortue  qui  passait  sur  le  chemin. 

—  Compère  Tortue,  je  t'en  prie,  viens  guetter  compère  ^apin  qui  a 
volé  tous  tes  œufs.  J'irai  chercher  ma  hache  pour  abattre  cet  arbre. 

—  Va  vite,  compère  Bouki,  je  guetterai  ce  coquin-là  bien. 
Quand  compère  Bouki  fut  parti,  compère  Lapin  dit  : 

—  Compère  Tortue,  regarde  dans  ce  trou,  tu  verras  si  j'ai  tes 
œufs. 

Compère  Tortue  leva  la  tête  ;  compère  Lapin  lui  envoya  du  bois 
pourri  dans  les  yeux.  Compère  Tortue  alla  laver  ses  yeux  dans  le 
bayou  ;  compère  Lapin  s'échappa  tout  de  suite.  Compère  Bouki  vint 
abattre  l'arbre  ;  il  vit  que  compère  Lapin  s'était  déjà  échappé.  11 
était  si  en  colère  qu'il  alla  trouver  compère  Tortue  au  bord  du  bayou 
et  il  coupa  sa  queue  avec  sa  hache.  Voilà  pourquoi  la  queue  de  la 
tortue  est  courte  comme  ça  jusqu'aujourd'hui.   » 

Conte  créole  de  la  Louisiane,  com.  par  M.  Alfred  Mercier. 

4.  COMPÈRE  LAPIN  ET  COMPÈRE  ÉLÉPHANT. 

«  Compère  Lapin  c'est  le  héros  madré  des  fables  nègres.  11  va  un 

'  matin  voler  dans  le  jardin  du  roi  et  y  est  surpris   par  le  jardinier 

qui  lui  tend  un  piège  en  façonnant  un  bonhomme  de  glu,  lequel  tient 

à  la  main  le  plus  exquis  des  bonbons.  Compère  Lapin  est  gourmand, 

il  voit  le  n(,nr)on,  vient  saluer  le  bonhomme  et  finit   par  lui  deman- 


364  LBPUS  CUKICULU8  DOHESTICUS. 

der  un  petit  morceau  de  ce  qu'il  a  dans  la  maio.  Irrité  de  n'obtenir 
aucune  réponse,  il  le  menace,  lui  donne  un  soufflet  et  reste  englué. 

Se  croyant  retenu  par  un  bonhomme  vivant,  il  le  menace  encore, 
lui  donne  un  second  sourflet  ;  le  voilà  pris  des  deux  pattes.  Menace 
nouvelle,  coups  de  pieda  ;  les  quatre  pattes  sont  prises  à  leur  tour; 
sa  colère  est  telle  qu'il  donne  à  sun  adversaire  un  coup  de  ventre 
qui  le  rend  déHoitivemeut  prisonnier  (').  Le  jardinier  survient  et 
court  clierciier  le  roi  pour  le  faire  assister  à  l'eséeution  du  lapin 
qu'il  attache  d'abord  solidement  avec  de  bonnes  ficelles.  Compère 
Lapin  pleure,  compère  Éléphant  passe  et  lui  demande  ce  qu'il  a. 

—  C'est  que  le  roi,  dit  compèi'e  Lii,pÎD,  m'a  cuudamnË  à  manger 
un  bœuf  tout  entier. 

Compère  Éléphant  se  dit  que  le  bœuf  lui  serait  peut-être  d'une 
digestion  plus  facile  qu'à  un  chétif  petit  lapin.  L'idée  de  ce  meta 
inconnu  le  séduit  peu  à  peu.  Il  en  est  arrivé  à  envier  le  sort  du  mal- 
heureux et  lui  propose  tout  bonnement  de  se  mettre  à  sa  place. 
■Compère  Lapin,  délivré  de  ses  liens,  garotte  à  son  tour  l'imbécile 
g-louton.  Le  roi  cependant  accourt  à  l'appel  du  jardinier,  et.  sau» 
s'étonner  de  la  substitution,  ordonne  qu'on  passe  k  l'éléphant  un  fer 
rouge  au  travers  du  corps.  La  chose  faite,  ou  débarrasse  l'éléphaot 
de  ses  liens,  et,  tandis  que  la  pauvi-e  béte  se  sauve  en  hurlant,  avec 
sa  broche,  l'ingrat  lapin  lui  lance,  du  haut  d'un  arbre  qu'il  a  choisi 
pour  observatoire,  force  quolibets.  » 

Antilles,  Th.  Bbktzon.  Yelte  (romani  ISSO, 

(>)  Cf.  Mtttiiine,  colonne  497. 


TABLE   DES    MATIÈRES. 


NOMS   LATINS. 


Pages. 


Boa  (Joiaestioiis 1 

Ovis  aries 116 

Capra    hircus 174 

/Sus  scropha  domesticus 213 

Cavia    cobaya 257 

Lepus  fimiculus  (lome.sticuïJ.. 257 

NOMS    FRANÇAIS. 

Le   bœut*. 1 

Le    mouton 116 

La   chèvre. 174 

Le   cochon..' 213 

Le  cochon   d'Inde 257 

Le  lapin  domestique ^ 257 


DIEPPK.  —  IMPRIMERIE  PAUL  LEPBETRE  ET  C»«. 


'« 


LITTÉRATURES 


TOUTES  LES  NAnONS 


CliATmjinih  vôJuTpBii  pnn  In-ti   f«u,  {j»rnm£t   flvK  emhd  jinn    >ur  ptpkr   *trgt  4a 
ritiT"  '™"-  -■  ■■'-■■'  :  'i<-t:*  1  ]>illl  MiDlifel  tineiilia<«  »ll»  Min««l  non  n-gnlt 

VOLUMES  l'UBUÉS  : 

Vi>l.  1.  —  P.  SEbillot.  Littéraiurt  oraU  it  h  HttuU  Bretagne,  i  vcil, 
de  xa    ei  404    pp'.  avec  musiqiic     .     .     •     .     .  7  fr-  S» 

Vol.  Il-m.  —  F.  M.  LuEiL.  IJgrDda  cbrftienmS  àe  la  Bmm  Br^m. 
3  vol.  de  XI,   jfij  M  J79  pjgei.     ......  n  fr. 

VoL  IV.  —  G.  Mui-pJio.  Lu  CmU>  ptfalairts  di  l'ËgypIi  anetmnt, 
I  vd.  ite  ucxx  ec  33^  pïB*^s.  ' 7  fT'  10 

Vol-  V-VU.  —  J.  Blisë,  PuWm  ùopuhina  dt  la  CatcegHi.  j  vot, 
TExic  gascon  Avcc  iRiiloaion  française  en  regard,  t\  mOnt^e 
noidc.   ,     .     . iiir.yy 

VoL  VIIL  —  L'Hitopadisa  ou  VînilmOîm  uHlt  ;  Recueil  d'ipuloj;»*» 
L-I  de  cornes  iroduit  du  .i^nïCrit  ;ivcc  des  nown  hlstûiiqau  n 
Uitârain^,  et  un  jnpcndlcc  comenant  t'ûi<Jic4tiaa  dc3-»oitt«5  li  Jet 
itnhatioaif,  par  Ed.  LAïvctHEAU.    1  vul 7  '■'•  S" 

VoL  IX-X.  —  P.  SéBDXOT.  TradUiOns  il  SuptrOitiim  po/'iduira  A  Ai 
Hauii  Btitagn*.  i   vol il  fr. 


POUR  PARAITRE  PROCHAINEMENT  : 


F.  M.  LuzBt.  Conta  niythotogiqu£s  dis  Bar^Britmis.    j  voL 

P.  Sêbillot.  Gargantua  dmi  lu  tradUioiupopuUitv.  1  «ol- 

J.  BlADi;.  Canles  gascons. 

Cokmcliehi-Fedboso.  CanUi  populairâs  portiigais.  i  voL 

J.  VrN'SOK.  LitUralurc  orale  4u  P^ys  basqat,  I  VoL 

E.  RoLLflKD.  Hiints  £i  Jeux  dt  VEttfanct.  i  voL 

Le  Hériciieh.  LitUialure  oraU  de  la  Normandie.  1   vàl. 


LTcct   d^uftii'Di&tiua  lea  plus  |>râoi(tii>uc  u  Im  malus  f 

re.   pnit-fttff   "ri    mhi.'t!    rit-    l.i    flimnilTtî    nfxSi-raL:  1 


r  riitinn-i 
-jSlinAutllIlc. 

jRMUmUîi'  et  inuttn  it  Is  iiorU»  de»  tir^muioB  i]!)  ■tu'eiU'c  rr*  fi(-  - 

'"—     '•      -      -ifilX     ilVlIl't..',    (■■O.I      I:.     C;ii'lK'     -lll'fil'ilo  ..■!     In.iI-il.Jrui 
'    ■     ■  "      ■  IfCJWlX. 

-  IJtlltJ>. 

F^â««î.  iw«t  «(nniniîd-nutu*  propusccn  pniihuti  rctw  ro'lttHon  : 
I IM   («i^illIiU'  ro  Iravail  do   rc^Uui'nlKW.  de  prépnriM-  to*  «iMnenU 
d  UUidt)  p'nt'ruli*  fjitiipat'afiv".  •!*  jiiViirtiitj.r  un  iikioiI-  •avant  <ia 


I 


I 


i  padti  t'jIuiikm  illsito*  de  tigurur  duu  Jn 


EOGENE      ROLLAND 


FAUNE  POPULAI 


LA  FRANCE 


US  OISEAU!  UOMISTIUUES  &  U  FAUCin'NEHI£ 


^ÙMS  VULRaIBES,    DICtON:^.    PnOVBlUIBS ,    LSOE.NnBS. 

cosTKB  HT  sri'BasTTrioNS. 


PARIS 
MAISONNHI'VB  a.  C»,  IJBRAlRES-ÉWrEUSS, 

s.  blIAl  VOLTAIItS.  tr. 


1883 


/  ^ 


f  • 


.^. 


*  <«< 


•  ^  ^ 


1  •  / .«  I 


.1     f 


I  /a  •  . 


■/     1 


•       /  ■         ■ 


•  •        ■^.■«» 


1  ■      ■ 


\t  Vf    ^  f 


■ 


■  ■     «       I 


il  •         » 


//'. 


1/ 


■  ^  •  r       I  « 


•1      II!      f  ■  I  ■   < 


r. 


/        «   •■        «  '. 


••/.•■ 


J   .   >       1   W4  • 


►x,^ 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 


LA  FRANCE 


EUGENE      ROLLAND 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 


LA  FRANCE 


TOME  VI 


LES  OISEAUX  DOMESTIQUES  &  LA  FAUCONNERIE 

NOMS    VULGAIRES,    DICTONS,    PROVERBES,     LEGENDES, 

CONTES  ET  SUPERSTITIONS, 


PARIS 

MAISONNEUVE  &  &^  LIBRAIRES-ÉDITEURS, 

25,  QUAI  VOLTAIRE,^25. 


1883 


»- 


OUVRAGES  CITÉS 


Adam  (L.).  —  Les  patois  lorrains.  Paris,  Maisonneuve,  1881,  in-8. 

Affre  (H.).  ^—  Simples  récits  sur  Espalion.  Villefranche,  1850,  in-8. 

Andrews  (J.  B.).  —  Vocabulaire  français-mentonais. Nice,  1877,  in-12. 

Arbois  de  Jubainville  (D').  —  Orig.  des    voyelles  et  des  cons.  du 

breton  moderne  (Mém,  de  la  Société  de  Ling.,  1880). 

»  Les  suffixes   nominaux  du  breton  moderne,  (dans  les 

Mém.  de  la  Soc.  de  Linguistique^  1880). 

Arrivabene  (Gaetano).  —  Dizionario  domestico.  Brescia,  1809,  in-8. 

AzAïs.  —  Dictionnaire  des  idiomes  romans.  Paris,  1877-81,3  vol.  in-8. 

Baissac.  —  Étude  sur  le  patois  créole  mauricien.  Nancy,  1881,  in-12. 

Banf(  (G.).  —  Vocabolario  milanese.  Milano,  1870. 

Barjayel.  —  Dictons  et  sobr.  du  dép.  de  Vaucluse.  Carpentras,  1849. 

Baudrimont.  —  Vocabulaire  de   la  langue  des  Bohémiens  habitant 

les  pays  basques  français.  Bordeaux,  1862,  in-8. 

Beauchet-Filleau.  —  Canton  de  Chef-Boutonne.  Croyances,  supers- 
titions, etc.,  (dans  BulL  de  la  Soc,  de  Stat,  des 
Deux-Sèvres^  1882). 

Bessiëres  (Emile).  —  Les   préjugés  sur  les   maladies   de  Tenfance. 

Paris,  1876,  in-8. 

Beurard  (J.  B.).  —   Dictionnaire    allemand-français    contenant  les 

termes  propres  à  Texploitation  des  mines.  1809,  in-8. 

BiKÉLAS  (D.).    —    Nomenclature    moderne    de    la    Faune   grecque. 

Paris,  1878,  in-8. 

Blaas.  —  Volksthïimliches  aus  Niederoesterreich  liber  Thiere.  1875. 

Bladé  (J.  F.).  —  Prov.  et  devin,  de  TArmagnac.  Agen,  1880,  in-8. 

Blavignac.  —  L'empro  genevois.  Genève,  1875,  in-8. 

Boehtlingk.  —  Indische  Spruche.  St.-Pétersbourg,  1870-73,  3  vol.  in-8. 

—  Sanscrit  Woerterbuch.  St-Pétersb.,  1855-75, 7  vol.  in-4. 


VI  OUVRAGES   CITES. 


Gallet  (P.  M.).  — •  Glossaire  vaudois.  Lausanne,  1861. 

Canard  potevin  (Le).  Melle,  1876-77,  in-16. 

Carr  (W.).  —  A  collection  of  telugu  Proverbs.  Madras,  1860,  in-8. 

Cassan  (Armand).  —  Statistique    de    rarroadissement    de   Mantes 

(Seine-et-Oise).  Mantes,  1833,  in-8. 
Cassani.  —  Saggio  di  proverbi  triestini.  Trieste,  1860,  in-8. 

Castelli  (R.).  —  Credenze   ed    usi  popolari  siciliani..Palermo,  1878. 

* 

Chabouillé.  —  Manuel  pratique  du  laboureur.  Paris,  1826. 

Chabkand  et  de  Rochas.  -^  Patois  des  Alpes  cottiennes.  1877,  in-8. 

Chambure"(E.  de).  —  Glossaire  du  Morvau.  Paris,  1878. 

Chapelot  (J.).  —   Contes    balzatois   (en    patois  de    la  Charente). 

Paris,  1877,  in-8. 

Chasles  de  la  Touche.  —  Histoire  de   Belle -Ile -en-Mer.   Nantes, 

1852,  in-8. 

ClHAC  (A.  de).  —  Dict.  d'étymologie  daco-romane.  1870-79,  2  vol 
Comédie  des  proverbes  (La)  5«  édition.  Paris,  1715,  in-12. 
Consiglieri  Pedroso.  —  Contribuçôes  para  huma  mythologia  pop. 

portugueza.  Porto,  1880  et  suiv. 
Contejean.  —  Glossaire  du  patois  de  Montbéliard.  Montbéliard,  1876. 
Corblet  (L'abbé).  —  Glossaire  du  patois  picard.  Paris,  1851,  in-8. 
CoRDiER.  —  Coumédies  en  patois  meusien.  Paris,  1870,  in-8. 
Cornu  (J.).  —  Chants  et  contes  de  la  Gruyère,  (dans  la iJomam'a,  1875. 

^  Phonologie  du  Bagnard  (dans  la  Romania^  1877.) 

Cotgrave.  —  A  french  and  english  Dictionary.  London,  1660,in-fol. 
CouziNiÉ.  —  Dict.  de  la  langue  romano-castraise.  Castres,  1850,  in.-8. 
Croy  (De).  —  Études  sur  rindre-et-Loire.  Tours,  1838. 
Dard.  —  Dict.  français-wolof  et  grammaire  wolofe.  Paris,  1825-26. 
Degorde.  —  Dict.  du  patois  du  pays  de  Bray.  Paris,  1852,  in-8. 
Dbjardin  (J.).  —  Dict.  des  spots  ou  proverbes  wallons.  Liège,  1863. 
Delboulle  (A.).  —  Glossaire  de  la  vallée  d'Yères.  Paris,  1876. 
Desaivre.  —  Croyances,  présages,  etc.  Niort,  1881. 
Dictionnaire  portatif  des  proverbes  français,  Utrecht,  1751. 


OUVRAGES  CITES.  TII 


DiEz  (F.)   -T-  Etymologisches  Woei'terbuch.  Bonn,  1869,  in-8. 
DoLLFUS-AussET.  —  Matériaux  pour  les  bibl.  pop.  Mulhouse,  1865. 
Ducatiana  ou  Remarques  de  Le  Duchat.  Amsterdam,  1738. 
DcEZ.  —  Dict.  ital. -franc,  et  franc. -Ital.  Genève,  1678,  in-12. 
DuvAL  (J  )  —  Proverbes    en  dialecte  du  Rouergue.  Rodez,  1845. 
Éléments  de  la  langue  i^sse.  Saint-Pétersbourg,  1791. 
EiSEL.  —  Das  Voigtland.  In-8. 

Fabre.  —  Guide  de  la  convers.  française- basque.  Rayonne,  1862. 
FÉRAUD.  —  Dictionnaire  critique  de  la  langue  française.  1787,  3  vol. 
Ferraro  (G.).  —  Glossario  monferrino.  Ferrara,  1881. 
Frischbier.  —  Preussische  Sprichwôrter.  Berlin.  In-8. 
Gallet  (Ch.  E.).  —  La  ville  de  Beauvoir  sur-Mer.  1868. 

s 

Gary.  —  Dict.  patois  franc,  à  Tusage  du  Tarti.  Castres,  1845,  in-12. 
Gianandrea.  —  Canti  pop.  marchigiani.  Torino,  1875. 
Gilliéron.  —  Patois  de  Vionnaz,  Bas-Valais.  Paris,  1880,  in-8. 
Glossaire  de  Vancien  théâtre  français  (forme  le   lO»  volume  de  la 

CoUect.    de    Vancien  théâtre  français).  Paris,  1857. 
Glyde  (J.).  —  The  Norfolk  Garland,  London,  1872. 
Grandgagnage.  —  Dictionnaire  wallon.  Liège,  18 16,  in-8. 

—  Vocabulaire  des  noms  d'animaux.   Liège,  1857,  in-8. 
Grangieu  (L.).  —  Glossaire  fribourgeois.  Fribourg,  1864  et  1868. 
GhEGOR  (W.).  —  The  dialcct  of  Banffshire.  London,  1866,  in-8. 

—  Notes  on  the  Folklore  of  the  North-East  of  Scotland. 

Grey  (George).  —  Proverbial  Sayings    of  the    New   Zealand.  Cape 

Town,  1857,  in-8. 

Grimm  (J.  und  W.).  —  Deutsches  Woerterbuch. 

H...  (J.  C).  —  The  Slang  Dictionary.  London,  1869,  in-12. 

Halbert  d'Angers.  —  Dicfcionn  lire  du  jargon  de  l'argot.  1840. 

HÉCART.  —  Dictionnaire  rouclii-franç  lis.  Valenciennes,  1834,  in-8. 

HocK  (A.).  —  ŒOuvres  complètes.  Liège,  lh72,  4  vol.  in-8. 

HoEFER  (Ed.).  —  Wie  das  Volk  spricht.  SpricliwOrtliche  Re  lensarten. 

Stuttgart,  1876,  in-12. 


VIJI  OUVRAGES    CJTES. 


IULLiANi.  —  Les   proverbes  divertissans,    ensemble   les  récréations 

du  mesme  autheur.  Paris,  1659,  in-8. 

IVE  (Ant.).  —  Canti  popolari  istriani.  Roma,  1877. 

Jacix)T.  —  Le  Lorrain  peint  par  lui-même.  Metz,  1853-54. 

Jaubert.  —  Glossaire  du  centre  de  la  France.  Paris,  1864  et  1869. 

Jeannaraki.  —  "Affixara  xpyjTtxa.  Leipzig,  1876,  in-8. 

JÔNAIN.  —  Dictionnaire  du  patois  saintongeais.  Royan,  1869,  in-8. 

JORET  (Ch.).  —  Essai  sur  le  patois  normand  du  Bessin.  1879  et  suiv. 

JouBERT  (Laurent).  —  Erreurs  populaires  et   propos  Vulgaires  tou- 
chant la  médecine.  Rouen,  1600,  in-18. 

Jouve.  —  Coup  d'œil   sur  les  patois  des  Vosges.  Paris,  1864,  in-12. 

—  Chansons  en  patois  vosgiens,  Paris,  1876,  in-8. 

JUSTI.  —  Les  noms  d'animaux  en  kurde.  Paris,  1878,  in-8. 

Kazimirski.  —  Dictionnaire  arabe-français.    Paris,  1860,  2  vol.  in-8. 

Kramer.  —  Elenchus  vegetabilium  et  animalium.  Viennse,  1756. 

Lagravère  (P.  Th.).  —  Poésies  en  gascon.  Rayonne,  1865,  in-8. 

Laisnel  de  la  Salle.  —  Croyances  et  légendes  du  Centre.  1875.  2  vol. 

Latham  (M"  Ch.).  —  Some  West  Sussex  Superstitions.  London,  1878. 

Leclair  (P.).  —  Histoire  des   brigands  d'Orgères,   suivie  d'un  dic- 
tionnaire d'argot.  Chartres,  an  VIII,  in-8. 

LÉGIER.  —  Traditions  et    usages  de  la  Sologne  (dans  Mémoù^es  de 

V Académie  celtique,  II). 

Lbgrand  (P.).  —  Dictionnaire  du  patois  de  Lille.  Lille,  1856,  in-8. 

Leoprechting.  —  Aus  dem  Lechrain.  Mûnchen,  1855. 

Leroux  (Ph.  J.).  —  Dictionnaire  comique.  1787,  2  vol.  in-8. 

Leroux,  de  Lincy.  —  Le  livre  des  proverbes  français.  Paris,  1859. 

Lespy  (V.).  —  Proverbes  et  dictons  du  Béarn.  Montpellier,  1876,  in-8. 

LONGCHAMPS  (Ch.).  —  Superstitions,   préjugés  et  usages  locaux  dans 

la  Haute-Saône.  1864,  in-8. 

Lorrain  (D.).  —  Glossaire  du  patois  lorrain.  Nancy,  1876. 

LÛTOLF.  —  Sagen  aus  Lucern.  Uri,  1862. 

Malasfina.  —  Vocabolario  parmigiano-italiano,  Parma,  1859. 

Marin  (P.).  —  Dictionnaire  français -hollandais.  Dordrecht,  1728. 


OUVRAGES  CITES.  IX 


Mattei  (A.).  —  Proverbes  de  la  Corse.  Paris,  1867,  in-18. 
Medikus.  —  Das  Tliierreich  im  Volksmunde.  Leipzig,  1880. 
MÉTiviER  (G.)-  —  Dictionnaire  franco -normand.  London,  1870,  in-8. 
MÉTiviER  (De).  —  De  Pagriculture  des  Landes.  Bordeaux,  1839. 
Meyer  (L.  E.).  —  Glossaire  de  l'Aunis.  La  Rochelle,  1870,  in-8. 
MiCHEAU  (H.).  —  Notice  sur  la  commune  de  la  Benâte  (dans  Bulletin 

de  la  Soc.  hist,  de  Saint-Jean-d' Angély ,  1866). 
Michel  (Francisque).  —  Étude  de  philologie   comparée  sur  l'argot. 

Paris,  1856,  in-8. 
MoLARD.  —  Le  mauvais  langage  corrigé.  Lyon,  1810,  in-8. 
MoNTEL  ET  Lambert.  —    Chants   populaires   du  Languedoc.  Paris, 

1880,  in-8. 
MoNTÉMONT  (A.).  —  Voy.  à  Dresde  et  dans  les  Vosges.  Paris,  1861. 
Nemnich.  —  Catholicon  od.   allg.   Polyglotten-Lexicon  der  Natur- 

gesch.  Hamburg,  1793-1798,  3  vol.  in-4. 
NiGRA.  —  Fonetica  del  dialetto  di  Val  Soana.  Torino,  1874,  in-8. 
NucÉRiN  (J.).  —  Proverbes  communs.  Rouen,  1612. 
Oberlin.  —  Essai  sur  le  patois  lorrain  du  Ban  de  la  Roche.  Stras- 

bourg,  1775,  in-12. 
Pasqualigo.  —  Raccilta  di  proverbi  veneti.  1857. 
Pereyra.  —  Prosodia  in  voc.  bil.  lat.  et  lusitanum  dig.  Evorae,  1723, 

in-f".    (Cet  ouvrage  contient  une  collection  de  pro- 
verbes portugais). 
Perron.  —  Proverbes  de  la  Franche-Comté.  Besançon,  1876. 
Pescetti  (Orlando).  —  Proverbi  italiani.  Venetia,  1611,  in-18. 
PiET.  —  Mémoires  laissés  à  mon  fils.  Noirmoutier,  1806,  in-4. 
PiNOL  (D.  Juan  Cuveiro).  —  Diccionario  gallcgo.  Barcelona,  1876. 
Pitre  (G.).  —  Biblioteoa  délie  tradizioni  popolari  siciliane.  Palermo. 
PoËTEViN.  —  Dict.  frarîç.-all.  et  allemand -français.  Basle,  1754. 
Pont.  —  Origine  du  patois  de  la  Tarentaise.  Paris,  1872,  in-8. 
Poulet.  —  Patois  de  Planclier-les-Mines  (Haute-Saône).  1878. 
Poumarède.  —  Manuel  des  termes  usuels.  Toulouse,  1860. 


OUVRAGES   CITES. 


Prévost.  —  Supplément  à  la  première  édition  du  manuel  Lexique. 

Paris,  1755,  in-12. 

Raulin  (V.).  —  Description  physique    de  Tîle    de    Crète  (dans  les 

Actes  de  la  Soc.  Hnn.  de  Bordeaux,  t.  XXII). 
Raynouard.  ^  Lexique  roman.  Paris,  1838-44,  6  vol.  in-8. 
Reinsberg.  --  Sprichwôrter  der  germ.  und  rom.  Sprachen,  1872. 
RiGAUD  (L.).  —  Dictionnaire  du  jargon  parisien.  Paris,  1878. 
Riis.  —  Oramm.  outline  of  the  Oji  Language.  Basel,  1854,  in-8. 
ROMDAHL  (A.).    —    Glossaire  du  patois    du  Val  de  Saire  (Manche). 

Linkoeping,  1881. 
ROTHENBACH.  —  Volksthiimliches  aus  dem  kanton  Bern.  Zurich,  1876. 
Rousseau.  —  Glossaire  poitevin.  Niort,  1869. 

Saubinet  (E).  —  Vocab.  du  bas  langage  rémois.  Reims,  1845,  in-18. 
ScHAYES  (A.  G.  B.).  —  Essai    historique    sur  les  usages,    etc.,  des 

Belges  anciens  et  modernes.  Louvain,  1834. 
ScHiEFNER  (A).  —  Versuch  iiber  das  awarische.   St-Pétersburg,  1862. 
ScHLEiCHER.  —  Litauischc  Mârchen,  Spriehwœrter.    Weimar,  1857. 
Sghuhl  (M.).  —  Sentences  et  proverbes  du  Talmud.  Paris,  1878,  in-8. 
SÉBILLOT  (P.).  —  Traditions  et  superstitions  de  la  Haute-Bretagne. 

Paris,  1882,  2  vol.  in-18. 
Souche.  —  Proverbes,  traditions  diverses.  Niort,  1881. 
Spano  (G.).  —  Vocabolario  sardo-italiano,  Cagliari,  1851,  2  vol.  in-8. 
Statistique  générale  de  la    France.    Paris,    in-folio.     (Le   t.    XV^I, 

1868,  contient  des  proverbes  agricoles). 
Strackerjan.  —  Abergl.  und  Sagen  aus  d.  Herz.  Oldenburg,  1867. 
Taupiac.  — Stat.  de   Tarrond.  de  Castel-Sarraziu.  Montauban,  1868. 
Tendlau  (A).  —  Sprichwôrter  .und  Redeusarten  deutsch-jiidischer 

Vorzeit.  Frankfurt,  1860. 
Texier.   —  Patois  du  canton  d'EscuroUcs  (Bourbonnais).  1869. 
Thorburn.  —  Bannu  or  our  Afghan  Frontier.  London,  1876. 
Tissot.  —  Le  patois  des  Fourgs  (Doubs).  Besau^on,  1865,  in-8. 

—  Les  Fourgs  et  le»  envir.  Les  Mœurs.  Besançon,  1873. 


OUVRAGES   CITES.  XI 


TosELLi.  —  Recuei  de  prouverbi.  Nissa,  1878,  in-12. 

TouBiN  (Ch.).  —  Recherches  sur  la  langue  bellau,  employée  par  les 

peigueurs  de  chanvre. 
Van  Eys  (W.  J.).  —  Dictionnaire  basque-français.  Paris,  1873,  in-8. 
Vassalli  (M.  A.).  —  Motti,  aforismi    e   proverbii  maltese.   Malta, 

1828,  in-8. 
Vayssier.  —  Dictionnaire  patois  de  TAveyron.  Rodez,  1879,  in-8. 
ViDOCQ  (E.  F.).  —  Les  Voleurs.  2  vol.  in-8. 
Wackernagel  (W.).  —  Voces  variae  animantium.  Basile»,  1869. 
Zalli  (C).  —  Dizionario  piemontese-italiano.  Carmagnola,  1830. 


FAUNE  POPULAIRE 


DE 

LA  FRANCE 


■\AAAA/  ■' 


LES  OISEAUX  DOMESTIQUES 


GALLUS  DOMESTICDS.  —  LE  COQ. 

I. 
1.  Noms  du  mâle  : 

GAL,  m.  (latin  gallus),  Aveyron.  —  Gard.  —  Hérault.  —  Alpes 

maritimes.  —  Tarn.  —  Lot. 
GAOU,  m.  languedocien.  —  provençal  ancien  et  moderne. 
GAU,  m.  Morvan,  Chambure. 
JAL,  m.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
JAU,  JÔ,  m.  Lorraine.  —  Forez,  Gras.  —  A  unis,  L.  E.   Meyer. 
JHAU,  m,  Saintonge,  Jônain. 

DZAL,  m,  (au  pluriel  dzaous)  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
JAOÛ,  m.  Deux- Sèvres. 
DJÀ,  m.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
DJAU,  Tjo,  m.  arrond.  de  Remiremont,  L.  Adam. 
JGÔ,  m.  Mandray  (arrond.  de  Saint-Dié),  L.  Adam. 
JÀo,  JÀ,  m,  arrond.  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 
JÔE,  JE,  m.  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 
JA,  m.  Lunéville,  Oberlin. 
jAi,  m.  Forez,  Gras. 

jè,  m,  arrondissement  de  Nancy,  L.  Adam. 
JAiLLAR,  m.  Forez,  Gras. 


GALLUS   DoMEjjTICUS. 


coGftiAoyr,  m.  (onomatopée),  picard,  Corblet. 

GOQUKfticoT  0),  st.  français. 

coco,  m.  Berrj,  laiaiel  de  La  Salle,  I,  197. 

COQ,  m.  (abréTÎatioQ  de  ronomat<^>ée  coçuericoey,  français. 

co.  m,  némiand.  —  pi<?ard.  —  Beance.  —  Berry. 

coucHOT,  m.  Vosges.  —  Meuse. 

GOCCHKEÉ,  m.  arrondissement  de  Mireconrt,  L.  Adam. 

Kiuoc,  Knj.iKg,  breton  armoricain. 

POUL,  m.  ATeyroii,  Yayssier.  —  Tare,  Garr.  —  Tooloose.  — 
Laoragais,  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 

POULOT,  m.  Hocran,  Chambore.  —  Montbâiard,  Contejean. 
POLET,  m.  Tarentaise,  Pont.  —  Bagnard,  Coma. 
PÛLÊ,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

POULLàU,  m.  Cdtes-dn-Nord,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 
pour.  m.  Bagnères-de-Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 
PC,  pC,  m.  Gruyère,  Cornu.  —  Les  Fourgs,  Tissot. 
HAZAA,  ifi.  Béam,  Lespy. 
BASAS j  m.  Bayonne,  Lagravère. 
HAJAX,  fit.  Landes,  de  Métivier. 
COLÀ,  GOULU,  m.  wallon,  Grandgagnage. 
CA3cn.  m.  argot  bellau,  Toubin. 

caporal,  m.  (sa  crête  rouge  étant  assimilée  au  galon  rouge  du 
caporal),  argot,  Leclair. 

OÏLHARRA,  OLLAR,  OILLAR,  basque. 

Noms  étrangers  du  coq  : 

'ÀAOCTiop,  'AXfXTpxov,  grec  ancien.  —  Koxxotsç,  grec  moderne, 
Cihac.  —  Koxxopoiç,  IleTSivo;,  grec  moderne,  Bikélas.  —  Gtllos,  latin.  ~~ 
Gallo,  it.  ;  esp.  ;  port.  —  6alo,  gallic.  Pinol.  —  Gai,  Piéidont,  Zalli.  — 
Fsddigliiia,  sarde  logodoorien,  Spauo.  —  Baspaat,  Spnnâ,  foorbesque  de 
*  Parme,  Mal.  —  Code,  angl.  —  Haaa,  gothique;  anglo-saxon.  —  Hilui,all.— 
HaaE,holl.— Goeosh,  roum.,  Cihac.  —lokosa,  russe.  —  lokes,  lokos,  tchèque. 
—  Kokot,  serbe,  croate,  tcliëque.  —  Iakas,  hongrois.  —  1Uît|^  InkknU, 
Atmaghosha,  (=  der  sich  selbst  ruft),  Kàla^jna  (=  die  bestimmten  Zeiten 
keunend),  Uskâktls,  Kalidkika,  Svastika,  Rndatha,  Tàmaglioslia,  Bodhi,  Tâm- 
ratehiula  (=  einen  rothen  Kamm  habend),    ÇikkU.  (=  einen  Haarbusch 


(0  a  Un  petit  coq  allongeant  ses  ergots. 

S'annonce  d^un  battement  d^aile 
Et  parle  au  nom  de  nos  coquericots,  « 

Œuvres  de  Vadé,  La  Haye,  1785,  t.  III,  p.  98. 


GALLUS   DOMESTICUS. 


tragend),  ÇikhaQ(|iii,  ÇiUiaç^ika,  TcMtraY&dJa  (=  mit  bunten  Federn  ver- 
ziert),  Tcharaçâyndba,  {=  dessen  Watfe  die  Fusse  sind),  sanscrit, 
Bœhtiingk.  —  K]*kadâçu,  sanscrit  védique.  —  Kahrkat&ç  (i),  Zend.  — 
Parodars  (celui  qui  voit  Taurore  avant  tous  les  autre?),  Zend,  Haug  cité 
par  J.  Darmesteter,  Mém.  de  la  Soc.  de  ling.,  t.  III,  fasc.  I,  p.  74.  — 
Murghi  sabkbwân,  Khurûç,  pers.  mod.  —  Khoros,  turc. 

2.  Noms  de  la  femelle  : 

GALiNA,  f.  (=  lat.  gallina)^  Hérault.  —  Alpes  maritimes.  — 

Forez,  Gras. 
GALiNO,  f,  Gard.  —  Aveyron.  —  Castres,  Couzinié. 
GOLiNO,  /.  Aveyron,  Vayssier. 
GALLiNE,  f.  argot  des  ripeurs  ou  rivoyeurs  de  la  Seine,  Louis 

Noir,  La  belle  Marinière  (roman). 
GARio,  f.  Bagnères-de-Bigorre,  comm.  par  M.  A.  Gazes. 
GARi,  f,  Bayonne,  Lagravère. 
GLAiNE,  GLÉNE,  /.  picard.  —  normand. 
GLAINGNE,  /.  picard,  L'astrologue  picard  pour  1849. 
GLEiNE,  f.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
JALENA,  f.  Forez,  Gras. 
GELiNE,  f.  ancien  français.  —  Lorraine. 
GÉLiNE,  g'line,  f.  Lorraine. 
DGELENE,  f.  Montbéliard,  Contejean. 
JARiNO,  f.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
DJERINE,  DJORÈNE,  JORÈNE,  f,  Plancher-les-Mincs,  Poulet. 
DZËNiLLË,  f.  Gi'uyère,  Cornu. 

DZËsËdhË  (avec  th  angl.  doux).  Bas  Valais,  Gilliéron. 
CHLÎNE,  HUNE,  HHLiNE,  f.  arrond.  de  Remiremont,  L.  Adam. 
C/iLiNE,  HHLiNE,  f.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 
POLAÏE,  f.  Sallanches  (Haute -Savoie),  com.parM.  J.  Ducrey. 
POLA,  f.  Menton,  Andrews. 

POULA,  f.  Tulle,  Revue  des  langues  romanes,  oct.  1877,  p.  186. 
POULO,   f.    Aveyron,  Vayssier.   —  Tarn,  Gary.  —  Toulouse, 

Noulet,  Las  Ordenansas»  p.  160.  —  Creuse,  comm.  par 

M.  F.  Vincent.  —  Corrèze.  —  Lot. 
POULE,  f.  français. 

PAULE,  f,  Trampot  (arrond.  de  Neuf  château),  L.  Adam. 
poïE,  POYE,  POUïE,  f.  Lorraine. 

(1)  Sur  rétymologie  de  ce  mot,  voyez  une  dissertation  de  J.  Dar- 
mesteter dans  les  Mémoires  de  la  Société  de  Linguistique,  t.  III,  fasci- 
cule I,  p.  74. 


6ALLUS  DOMEâTICUS. 


PBPIDO,  PiPloo,  f.  ATeyron,  Yayssier. 

PIPHIA,  f.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

GOCOTE,  f.  différents  départem^iits  (terme  enfantin). 

ORKiE,  f,  argot,  saiTant  différents  auteurs. 

PIQUE  vs  TERBE,  f.  argot,  Yldocq. 

PICATERNA,  PICANTELLA.  f.  argot  beUao,  Toabin. 

SAVATTE,  NAGUE.  f.  argot,  Leclair. 

SITE,  f,  ancien  argot. 

OLLO,  oiLLO,  basque. 

KANi,  tsigane  des  pays  basques,  Baadrimont. 

Noms  étrangers  de  la  poule  : 

'AXacTopiç,  "'Opvtç,  grec  ancien.  —  ''OpvtÔa,  çrec  moderne.  — 
Korra,  crétois  moderne,  Jeannaraki.  —  Koxxooreov,  grec  mod.,  Cihac. 
—  Gallina,  latin.  —  fiallina,  it.  ;  cax.  ;  esp.  —  Gallinha,  port.  —  Giliôa,  gall.. 
Pinol.  —  Gaijnna,  milanais,  Banfi.  —  Gaina,  roumain,  Cihac.  —  Éema, 
Val  Soaua,  Nigra.  —  Puddlia,  sarde  logodourieu,  Spano.  —  Begola,  Tida, 
Brescia,  Xetnnich.  —  Coca  (terme  enfantin),  Parme,  Mal.  —  Cdea  (terme 
ent'antiu),  Fiéinont,  Zaili.  —  fiaccagna,  lourbe^que  de  Parme,  Mal.  — 
Pipi  (terme  eui'autiu),  riéjaoïit,  Zalli.  -—  Henné,  ail.  —  Hen,  angl.  — 
Margcry  prater,  argot  an;;  lais,  Franc.  Michel,  Dict.  d'argot  y  p.  465.  — 
Kokosn,  Knrisza,  russe.  -—  Kokosz,  Knra,  polonais.  —  Slepice,  tchèque.  — 
Kokos,  serbe,  croate.  —  Kokoskn,  bulgare.  —  Kukkati,  sanscrit. 

3.  Noms  du  jeune  mâle  : 

GOiLLOU,  m,  Aveyron,  Vayssier. 

JALET,  m.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

DZALET,  m.  Corrèze. 

JALÉ,  JOLÉ,  w.  Vosges,  L.  Adam. 

JAULET,  m.  Centre,  Jaubert. 

JHOLET,  JHAULET,  m.  Salntouge,  JOnain. 

JALA,  JOLO,  m.  Pays  messin.  —  Vosges. 

JAÔLÉ,  m,  arrondiss.  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 

DJALLÉ,  m.  arrond.  de  Remiremont,  L.  Adam. 

DJALiE,  m.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

JAiLLON,  m.  Forez,  Gras. 

JAGÙ  CHIOT,  m.  Deux-Sèvres, communiqué  par  M.  B.  Souche. 

coucHERiLLOT,  w.  Meuse,  Cosquin,  Contes  populaires  lorrains^ 

§  XXIX. 
COCHET,  OOGHBLET,  m.  français. 


GALLUS  DOMESTICUS. 


COKELET,  m,  picard,  Corblet. 
POLET,  m.  wallon,  Grandgagnage. 

POULET,    m.  Aveyron,  Vayssier,  —  Bagnères-de-Bigorre,  com- 
muniqué par  M.  A.  Gazes.  —  Côrrèje. 
POLASTRE,  m.  Menton,  Andrews. 
POLATON,  m.  Tarentaise,  Pont. 
poïoN,  POUïON,  m.  Lorraine. 
ORNiCHON,  m.  argot,  suivant  différents  auteurs. 
BEQUANT,  m.  argot,  L.  Rigaud. 

Noms  étrangers  du  jeune  coq  : 

Galletto,  it.  —  Gallett,  Galten,  Panne,  Mal.  —  Galet,  Parme,  Mal.  —  Galili, 
Brescia,  Melch.  —  Pollastro,  it.  —  Polaster,  Parme,  Mal.  —  Pnddhu,  sarde 
logod.,  Spauo.  —  Polio.  Pollastro,  Gallito,  esp.  —  Frango,  Pinto,  port.  — 
Omithopouli,  Ile  de  Crète,  Rauliii.  —  £n-nebbâscliéh ,  tsigane  d'Egypte, 
Petermann's  Mitth.^  1862,  p.  4.S. 

4.  Noms  de  la  jeune  femelle  : 

GALINETTA,  f,  Forcz,  Gras. 

GOLiNÊTO,  f.  Aveyron,  Vayssier. 

JAILLOUNETTÂ,  /.  Forez,  Gpas. 

POULETO,  f.  Bagnères-de-Bigorre,  com.   par   M.    A.  Gazes.  — 

Corrèze. 
POULETO,  couTETO,  f,  Aveyrou,  Vayssier. 
POULETTE,  f,  français. 

PÔYOTTE,  POYOTTE,  POUYOTTE,  POYATTE,  POUYATTE,  /.  Lorraine. 

PITE,  /.  (=  jeune   poule  qui  n'a  pas  encore  pondu)  Morvan, 

Chambure. 
PUZNA,  f.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 

Noms  étrangers  de  la  poulette  : 

Pola,  Piémont,  Zalli.  —  PoUa,  esp.  —  Pollastra,  it.  —  franga,  port.  — 
Puica,  roumain,  Cihac. 

5.  Nom  qu'on  donne  aux  jeunes  poulets  sans  distinction 
de  sexe  : 

pouLzi,  pouLou,  couTi,  couTiNou,  w.  Aveypon,  Vayssier. 

POUSSIN,  PETIT  POULET,  m,  français. 

POUCHiN,  m,  normand. 

pouziN,  m.  Alpes  cottiennes,  Ghabrand  et  Rochas. 


0  OALLU.S  DOMESTICL'S. 


PtZïTf,  m,  Sallanches  (Haute-SaToie),  com.  par  M.  J.  Ducrey. 

FO04I,  m,  Corrèze. 

pvash  PCS8I9,  PISSI5,  m.  Lorraine. 

KWACHI9,  m.  Onemesey,  Métivier. 

ftEcm,  POtlON,  m,  arrond.  de  Tool.  L.  Adam. 

PUKCi,  m,  arrood.  de  Remiremont,  L.  Adam. 

RUNCisf,  m,  Vagney  (Vosges),  L.  Adam. 

PVDzm,  m.  Bas  Valais,  Gilliéron. 

PU8.SCN0T,    m.   arr.   de  Neuf  château  et  de  Mi  recourt,  L.  Adam. 

POURicou,  m,  Béam,  Lespy. 

pouLérou,  m.  Tarn,  Gary. 

PILLIOT,  m.  Forez,  Gras. 

Pioc>  m.  Bayonne,  Lagravère. 

Noms  étrangers  du  poussin  : 

Paleino,  it.  —  Pnddidna,  Sicile,  Pitre.  -*  Polsén,  Parme,  Mal.  —  Poresin, 
mil.,  Banfl.  —  Pipi,  Piémont,  Zalli.  —  Pollito,  esp.  —  Pintao,  port.  — 
HtUinleiii,  Xflchlelii,  ail.  —  Kalken,  Kleken,  hollandais. 

6.  «  On  appelle  coq  de  cour  le  coq  qu'on  a  choisi  pour  garder 
et  servir  à  la  reproduction  de  Tespèce.  »  . 

Bouilly  (Loiret),  comm.  par  M.  J.  Poquet. 

«  A  Castres  ce  coq  est  nommé  poul  granal  ;  on  appelle  souvent 
ainsi  Tunique  rejeton  mâle  d'une  famille.  »  Couzinié. 

7.  Le  coq  qui  a  été  châtré  s'appelle  : 

CAPAN,  m.  Menton,  Andrews. 

CAPOU,  m.  languedocien. 

TSAPOU.  m.  Corrèze. 

ohXpon»  m.  français. 

GHAPAN,  w,  Deux-Sèvres, 

CASTROZ,  CASTiON,  KSTAFON,  ORNiON,  m.  argot,  Halbert  d'Angers. 

BARON,  m,  argot,  Leclair. 

Synonymes  étrangers  : 

Ctpo,  C&pus,  lat.  —  Gtppoae.  it.  ~  Capon,  esp.  —  C&pao,  Gallo  capado, 
port.  —  Ktptun,  Kapphthn,  Kopp,  ail.  —  Kapun,  suédois,  danois.—  Kapnin, 
hollandais.  —  C&pon,  anglais.  —  Gapon,  Copon,  Glapon,  roumain,  Oihac.  — 
Kotira^vii  gi*ec  moderne.  ~  Kig^lonn,  russe.  —  Ebleq,  turc. 


GALLUS   DOMESTICUS. 


8.  Châtrer  un  coq  se  dit  : 

CAPONA,  Menton,  Andrews. 
CAPOUNA,  languedocien.  —  provençal. 
TSAPOUNA,  CoiTèze. 
CHAPONNER,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Gapponare,  it.  —  Gapar,   esp.  ;  port.  —  Gaponesc,   Claponesc,  roumain, 
Cihac.  —  Kappen,  Kapaunen,  allemand. 

9.  Le  coq  qui  a  été  mal  chaponné  et  auquel  il  ne 
manque  qu'un  testicule  est  appelé  : 

coQUÀTRE,  m.  français. 

COQ  JOBÀ,  m.  wallon,  Oraudgagnage. 

6AB0UILL,  m.  Bayonne,  Lagravère. 

Synonymes  étrangers  : 

Gallione,  italien.  —  Halbkapaun,  allemand. 

10.  La  poule  à  laquelle  on  a  enlevé    les  ovaires  est 
appelée  : 

POULARDE,  f,  français. 
GHELiNE,  f.  Saintonge,  Jônain. 
DZERNA,  f.  Tarentaise,  Pont. 

Synonyme  étranger  : 

Parada,  espagnol. 

11.  Les  testicules  (^)  du  coq  sont  nommés  : 

FÈVES,  /".  pi,  français. 

BÉATiLLES,  f.  pL  français,  Duez  (1678). 

Synonyme  étranger  : 

Granella,  italien. 

12.  L'organe  de  la  génération  chez,  le  coq  est  appelé  : 

JÀDOUÉE,  f.  Morvan,  Chambure. 
(1)  C'est  un  mets  friand  ainsi  que  la  crête  et  les  barbillons. 


8  GAJLLUS  DOkEâTlCUSr 


13.  La  matrice  des  poules  est  appelée  : 

P050éRE,  P0!?AS8E,  f.  Côtes-da-Xord,  communiqué  par  If.  P. 
SébUlot 

Synonyme  étranger  : 

Mairtca,  galIicieD,  PinoL 

14.  Du  coq  qui  couvre  la  poule,  on  dit  : 

COQUER,  COKKR,  picard,  normand. 

oocHKR,  français. 

GonjLl,  Aveyron,  Vays«ier. 

DZALA,  Corrèze,  com.  par  If.  6.  de  Lépinay. 

JALBR,  Deox-SèTres.  com.  par  M.  B.  Soaché. 

JAULEB,  Aunis,  L.  E.  Meyer. 

CAUQUER  (=  lat.  caXcare)^  roâchi. 

CHAUKl,  wallon. 

GAUCHER,  Berry. 

CHAUSSER,  Eure-et-Loir.  —  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

CHAUCHER,  ancien  français,  La  nutisan  rustique^  xvi*  siècle    — 

arrond.  de   Toul,    L.  Adam.   —   Côtes-du-Nord,  com. 

par  M.  P.  Sébillot.  —  Poitou. 
CRÔPER,  Morvan,  Chambure. 
CRESTA,  Castres,  Couzinié. 
CRÔTER,  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

Synonymes  étrangers  : 

Gallare,  ital.,  Duez.  —  Calc&re,  itaL  —  Gallear,  esp.  —  De  heu  treeden,  De 
hen  Tochelen,  De  hen  dekken,  hollandais. 

15.  De  la  poule  qui  pond,  on  dit  : 

PONDRE,  français. 

PANDRB,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

POUNDRÉ,  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

PONER,  Bessin,  Joret.  —  AJaine-et-Loire. 

s'apousta  (=  commencer  à  pondre),  provençal,  Azaïs. 

Synonymes  étrangers  : 

Pondrer,  catalan.  —  Poner,  HneYar,  esp.  —  Ovar,  port.  —  A  se  ona,  rou- 
main, Cihac.  —  Byer  legen,  allemand. 


GALLUS   DOMESTICUS.  9 


16.  On  appelle  l'époque  à  laquelle  une  poule  pond  et 
aussi  Tensemble  des  œufs  pondus  sans  interruption  par 
une  poule  : 

PONTE,  f,  français. 

PONE  {}),  f.  (=  l'ensemble  des  œufs  pondus)  Bessin,  Joret. 
PONÉzoN,  ^  (=  temps  de  la  ponte)  Bessin,  Joret. 
pôuoNTO,  POSTO,  POuosTO,  /.  Aveyron,  Vayssier. 
POUNDUDO,  f.  Castres,  Couzinié. 

Synonymes  étrangers  : 

Ouare,  f.  roumain,  Cihac.  —  Legzeit  (époque  de  la  ponte),  allemand. 

17.  On  appelle  la  poule  qui  pond,  et  principalement 
celle  qui  pond  beaucoup  : 

PONDOÉRE,  /".  picard,  Corblet. 

PONEÙZE,  f.  Bessin,  Joret.  —  Sarthe,  Littré. 

PONDEUSE,  /.  français. 

pouNDEYRO,  f.  Castres,  Couzinié. 

POUNDAïRO,  /.  Corrèze. 

Synonymes  étrangers  : 

Ponedora,  esp.  —  Gaina  onatore,  roumain,  Cihac. 

18.  Noms  de  l'œuf  : 

loou,  m.  languedocien. 

uoou,  m.  provençal  moderne.  —  Aveyron,  Vayssier. 

Éou,  m.  Corrèze.  —  Lot. 

ù,  m,  Deux-Sèvres. 

û,  ÙE,  UE,  lEU,  m.  Lorraine. 

u,  m,  Plancher-les-Mines,  Poulet. 

CEUF,  m.  français. 

où,  m.  wallon. 

uÉ,  m.  picard,  Corblet. 

NIEU,  m.  Pays  messin. 

ouAT,  m,  Tarentaise,  Pont. 

VI,  breton. 

coco,  m.  français  (terme  enfantin). 

(1)  Une  poule  épuisée  par  la  ponte  est  dite  :  éponée^  Bessin,  Joret. 


10  GALLUS   DOMESTICUS. 


COUCOU,  m.  Aveyron,  Vayssier.  —  Hérault,  Montel  et  Lambert, 

p.  45  (terme  enfantin). 
CACA,  m.  Reims,  Saubinet. 

cocÀ,  m.  wallon,   Grandgagnage  (terme  enfantin). 
QUicÀ,  COCA,  m.  Pays  messin,  D.  Lorrain  (terme  enfantin). 
COQUET,  m.  Tarentaise,  Pont.  —  Sallanches  (Haute-Savoie). 
cÀQUi,  m.  Morvan,  Chambure. 
CAQUiN,  m.  Beauce,  Gâtinais  (terme  enfantin),  com.  par   M.  J. 

Poquet. 
CACO,  CACAGNio,  m.  Forez,  Gras. 
cocAR,  m,  français  (terme  enfantin),   Duez,  1678.   —   Pays   de 

Bray,  Decorde. 
CODAKE,  picard,  Corblet. 
AVERGOT,  m,  argot,  suivant  différents  auteurs. 

ARRAULTZ,  ARROLZE,  ARRAUTZ,  basque. 

YANDROUA,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont. 

Noms  étrangers  de  l'œuf  : 

Ovam,  lat.  —  Uoyo,  it.  —  Ovo,  port.-—  Obu,  sarde  septentrional, Spano.— 
Ou,  sarde  logodour.,  Spano.  —  Ou,  m.  ôue,  f.  pi.  roumain,  Cihac.  —  Coco, 
(nom  enfantin)  mil.,  Banfl  ;  Brescia,  Melch.  —  Gucco,  Gocco,  (nom  en- 
fantin) it.  —  Goccôn,  m.  (terme  enfantin)  Parme,  Mal.  —  Orbiz,  argot  de 
Val  Soana,  Nigra.  —  Cacherello,  fourbesque  italien.  —  Egg,  angl.  —  Ki, 
ail.  —  Gackele,  Kakeleln  (terme  enfantin),  ail.  Grimm.  —  Gaggi,  Gàggi, 
Suisse  ail.  —  Vejce,  Koko,  tchèque.  —  Jaje,  Jajko,  pol.  —  Aç^^i  â94a, 
sanscrit.  --  Murgha,  persan. 

19.  L'œuf  pondu  par  une  poulette  vierge  ou  par  une 
poule  adulte  qui  n'a  pas  reçu  le  coq  depuis  plus  de  trente 
jours,  ne  contient  aucun  principe  de  vie.  On  l'appelle  : 

OEUF  BLANC,  CEUF  CLAIR,  français. 

20.  L'œuf  fécondé  par  le  coq  est  dit  : 

Gallato,  it.  —  GalA,  Piémont,  Zalli.  —  Galeado,  gaU.,  Piiîol.  —  Gallado, 
portugais. 

21.  Le  germe  qui  se  trouve  dans  les  œufs  fécondés  est 
appelé  : 

GERMiLLON  DE  l'ceuf,  m.  français,  Duez,  1678. 
CHAUKE,   wallon,  Grandgagnage. 


GALLUS   DOMESTICUS.  11 


DZALADis,  m.  Corrèze,  com.  4)ar  M.  G.  de  Lepinay. 
KiLLOGEN  VI,  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Galladora,  esp.  ;  port.  —  Galeadura,  gall.,  Pinol.  —  Sign  del  gall,  Galla- 
dôra,  Parme,  Mal.  —  Ingallamento,  italien. 

22.  L'œuf  fécondé  dont  le  principe  de  vie  a  été  anéanti 
soit  par  suite  d'une  mauvaise  couvaison,  soit  par  suite 
d'un  orage  ou  de  toute  autre  cause  et  qui  ne  tarde  pas  à 
se  gâter  et  à  se  pourrir  (^)  est  dit  : 

(œuf)  couvi,  m.  français. 

covussE,  covissE,  Lorraine. 

Goui,  Beauce,  oomm.  par  M.  J.  Poquet. 

covÉ,  Loiret,  comm.  par  M.  J.  Poquet. 

cou  AT,  Tarn,  Gary. 

(UOOU)  BATOU  (*),  BOTIÔ,  BOTOREL,  BOTOYROUOL,  BOTOYROU,  BU- 

FOREL,  Aveyron,  Vayssier. 
(Èou)  CLACOUL,  m.  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 
(ù)  GLLABOT,  m.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 
BORHÉ,  Voraécourt  (Lorraine),  L.  Adam. 
BOROT,  Razey  (Lorraine),  L.  Adam. 
PUNAis,  PENAis,  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

« 

Synonymes  étrangers  : 

Covis,  Piémont,  Zalli.  —  (Uovo)  stantio,  it.  —  Goro,  port.  —  Haero,  esp.  — 
Grôlôn,  gall.,  Pinol.  —  Bhitei,  ail.  —  Broedey,  Broey-ey,  hoU.  —  Âddlt, 
anglais.  —  Lagh,  persan. 

23.  L'œuf  sans  coquille  que  la  poule  pond  accidentel- 
lement est  appelé  : 

UNE  HARDE,  UN  OEUF  HARDÉ,  français. 

OEUF  HARDRÉ,  anc.  français,  La  maison  rustique,  xvi«  siècle. 

OEUF  HARDLÉ,  Bessin,  Joret. 

UNE  FARDE,  Amiénois,  Jouancoux. 

(1)  On  dit  :  Puer  comme  un  œuf  coui.  Beauce  et  Gâtinais,  com.  par 
M.  J.  Poquet. 

(*)  Ce  nom  et  les  suivants  viennent  de  ce  que  la  matière  de  l'intérieur 
bat,  remue  dans  Pœuf  quand  on  le  secoue. 


^ 


12  GALLUS   DOMESTICUS. 


OBUF  ADRÉ,  Lorraine,  L.  Adam. 

NiEU  HÈDLEU,  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

uoou  CLOUOSC,  Aveyron,  Vayssier. 

ŒUF  DE  JAU,  Berry,  Laisnel  de  la  Salle,  I,  196. 

ŒCf  ÉvÉ,  Beauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

Synonyme  étranger  : 

Wind-ey  (0,  hollandais. 

24.  Là  poule  pond  aussi  quelquefois  un  œuf  petit,  tout 
rond,  à  coquille  dure  et  qui  ordinairement  n'a  pas  de 
jaune.  On  l'appelle  : 

ŒUF  DE  COQ,  m.  français. 

CBpF  DE  JAU,  COQUARD,  m,  Berry,  Laisnel  de  la  Salle. 

25.  Les  petits  œufs  attachés  ensemble  dans  le  ventre 
de  la  poule  et  formant  une  sorte  de  chapelet  portent  le 
nom  de  : 

SOURCE  d'ceufs,  f.  français,  Duez,  1678. 

Synonymes  étrangers  : 

UoYera,  ÛYaia,  italien.  —  Eierstock,  allemand. 

26.  «  On  appelle  huevo  ceniciento,  en  espagnol,  el  ultimo  que 
pone  la  gallina  quando  déjà  de  porter,  »  Nemnich. 

27.  La  coquille  de  l'œuf  est  appelée  : 

COQUE,  COQUILLE,  f.  français. 

CACROTTE,  CARCOTTE,  CARQuiLLE,  f.  Centre,  Jaubert. 

COTILLE,  /".  Bouilly  (Loiret),  coram.  par  M.  J.  Poquet. 

CROCH,  Bayonne,  Lagravère. 

CREUGE,  CREUSE,  f.  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

CRUQUE,  /.  Guernesey,  Métivier. 

CHQUOERF,  HHQUOERF,  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

(1)  Selon  Pline,  certains  œufs,  irrita  ova  (que  Littré  traduit  par  œufs 
clairs)  sont  engendrés  par  le  vent  (quidam  et  vente  putantea  generari; 
qua  de  causa  etiam  Zephyria  appellantur).  Pline,  édit.  Littré,  vol.  1, 
p.  418. 


GALLUS  DOMEîSTICUS.  13 

CLÈsc,  m.  Tarn,  Gary. 

ÉGALE  d'ceuf,  f.  français,  Marin,  Dict  français-hollandais. 

TÈT  d'éou,  m,  Corrèze. 

KLOZENN-vi,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Patamen,  lat.  —  Gascara,  Cascaron,*  esp.  —  Eyerdop,  Eyerschaal,    Eyersc&il, 
hoU.  —  Eierschale,  Eiertopf,  allemand. 

28.  Le  blanc  de  Tœuf  est  appelé  : 

AUBIN,  m.  français,  Marin,  Dict,  français-hollandais. 

BLANC  DE  l'oeuf,  m.  français. 

GLAIRE,  /".  français,  Duez,  1678. 

CLARio,  GLARio,  CLAYRO,  GLAYO,  /'.  Aveyron,  Vayssier. 

GWENN-vi,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Ghlara  d'noTa,  it.  —  Giar  d'oeuv,  mil.,  Banfl.  —  Ârbu,  m.  sarde  logod. 
Spano.  —  Clara  de  hueYO,  esp.  —  Clara  do  oyo,  port.  —  Glair,  angl.  —  Eier- 
Klar,  Eierweiss,  allemand. 

29.  Le  jaune  de  Toenf  est  appelé  : 

MOAiLLE,  anc.  franc..  Revue  critique,  1870,  2^  semestre  p.  407. 

MOYEU,  m.  JAUNE  DE  l'ceuf,  m.  français. 

MOUJOTTE,  f.  Morvan,  Chambure. 

MOiEUL  d'oeuf,  ancien  français,  Diez. 

MUiOL,  MUGOL,  MOiOL,  ancien  provençal,  Diez. 

BOJOLH,  m.  ancien  provençal,  Raynouar  i. 

my-oeuf,  français  du  XV«  siècle,  Littré. 

MELEN-vi,  breton. 

■r 

Synonymes  étrangers  : 

Vitellus,  lat.  —  Rosso,  Rosso  d'novo,  Tuorlo,  it.  —  Yema,  esp.—  Geiaina  do 
ovo,  port.  —  Dotter,  Eidotter,  Eigelb,  Eiorgelb,  Eiddl,  ail.  —  &ggbliiiiima,  &g- 
gula,  suédois. 

30.  Examiner  un  œuf  en  le  plaçant  entre  l'œil  et  le 
jour  pour  voir  s'il  est  frais  ou  s'il  est  fécondé,  se  dit  : 

MIRER  UN  oeuf,  français. 


14  GALLUS   DOMESTICUS. 


LEUMER  DES  US,  picard,  Corblet. 
GLBUMER,  Pays  de  Bray,  Decorde. 

31.  Pour  engager  la  poule  à  pondre  dans  un  endroit 
déterminé,  on  y  laisse  un  œuf  qu'on  sacrifie  ou  bien  on 
,y  met  un  œuf  artificiel  en  pierre  ou  en  plâtre.  Cet  œuf 
est  appelé  : 

NiCHET,  m.  français . 

NIGHEUL,  NiGHEUR,  m.  ancien  français,  Duez. 

NiCHOUÉ,  m.  normand,  Delboulle. 

NiGHEUX,  m.  anc.  franc.,  Duez.  —  Pays  de  Bray,  Decorde. 

NiCHouÈRE,  picard,  Corblet. 

Nizou,  m.  Tarn,  Gary. 

ENiJA,  ANIJOIR,  m.  patois  gaUot,  com.  par  M.  P.  Sébillot. 

NiSAL,    NiSARiÊ,    NisoLiÉ,    NisoDiÈ,    NISOYROUOL,    m.    Aveyron, 

Vayssier. 
NIÂDOU,  NiODOU,  NiAL,  NiOLiÊ,  m.  Avoyron,  Vayssier. 
NIA.L,  6NAL,  m,  Lot,  com.  par  M.  J.  Dayraard. 
NIAT,  NiRON,  m.  Porez,  Gras. 
NIA,  m.  Montbéliard,  Contejean. 
NiAR,  m.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 
GNÉ,  m.  Val  de  Saire,  Romdahl. 
Niô,  NiAU,  m,  Morvan,  Ctiambure.  —  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H. 

Marlot.  — Pays  messin.  —  fribourgeois,  Grangier. 
NiAOU,  m,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 
GNÂ,  m,  Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 
NYEU,  m,  ancien  français,  La  maison  rustique,  xvi"  siècle. 
Niouc,  Niou,  Nio,  m.  Poitou,  Rousseau. 
NCEU,  m.  Fribourg,  Grangier. 
couo-Ni,  couo-Niou,  m.  Castres,  Couzinié.    ^ 
GOGLOTE,  picard,  Corblet. 
POUNEDOU,  GARDONiÉou,  w.  Aveyron,  Vayssier. 
ATO,  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers .: 

Indice,  Endice,  Guardanidio,  it.  —  Endes,  Parme,  Mal.  —  Endas,  Ferrare, 
Ferraro.  —  Ende,  Lende,  Monferrat,  Ferraro.  —  Andezo,  gall.,  Piûol.  ~ 
Nidal,  Ponedero,  espagnol. 

32.  Couver  se  dit  : 


GALLUS   DOMESTICUS.  15 

COVER,  ancien  français.  —  wallon. 

couER,  Berry.  —  normand. 

COUVER,  français. 

couA,  languedocien. 

couAi,  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

GOUVER,  Franche-Comté,  Littré. 

GONVER,  Genève,  Littré. 

GROUÀ,  Forez,  Gras. 

ovÀ,  Plancher- les -Mines,  Poulet. 

60URI,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Govare,   ital.   —  Cuèc,  Monf.,  Ferraro.  —   Glocesc,  roumain,  Cihac.  — 
EmpoUar,  esp.  —  Briiten,  ail.  —  Broeyen,  hollandais. 

Empêcher  une  poule  de  couver  en  l'enlevant  du  nid 
ou  en  la  trempant  dans  Teau  se  dit  : 

DÉcouASSER,  DÉGROUASSER,  Centre,  Jaubert. 

33.  «  On  appelle  accouveuses  les  femmes  qui   font  profession 
d'élever  des  petits  poulets  pour  les  vendre.  » 

Arrondissement  de  Mantes,  Casijian. 

34.  La  couvée  d'une  poule  s'appelle  : 

COUVÉE,  f,  français. 

couÉE,  /".  Berry. 

CLOUCADO,  f,  POULziNADO,  f.  Aveyron,  Vayssier. 

pouziNA,  /".  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

poucHiNÉE,  f.  Bessin,  Joret, 

GORAD,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Govata,  italien.  —  PoUada,  espagnol.  —  Broeysel,  hollandais. 

35.  La  poule  qui  couve    ou  qui  a  des  poussins  est 
appelée  :  (^) 

COUVEUSE,  f.  français. 
(1)  Elle  ylousse  alors  continuellement,  d'oti  une  partie  de  ses  noms. 


16  GALLUS  DOMESTICUS. 


couVERESSE,  f.  ancien  français,  La  maison  rustique,  xvi«  siècle. 

covRASSE,  /.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

covERÂSSB,  f.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

coviRE,  f.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  J.  Dulïrey. 

COURUSSE,  f.  Morvan,  Chambure. 

GOURESSE,  f,  Saintonge,  Jônain. 

COURAÏSSE,  f.  Deux- Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

œuEUSE,  /.  Rouvray-St.-Denis  ^Eure-et-Loir),  communiqué  par 

M.  J.  Poquet. 
MES  oouissE,  f.  Centre,  Jaubert. 
G0UAS3E,  f.  Bouiïly  (Loiret),  com.  par  M.  J.  Poquet. 
POULE  cou  VOIRE,  f,  POULE  COUVERESSE,  f,  normand,  Delboulle. 
couvoÊRE,  f.  picard,  Corblet. 

couAURE,  f.  envir.  de  Semur  (Côte-d'Or),  com.  par  M.  H.  Marlot. 
couANDAURE,  f,  Flavigny  (Côte-d'Or),  com.  par  M.  H.  Marlot. 
CLOUCO,  /".  Tarn,  Gary.  —  Toulouse,  Poumarède.  —  Lot. 
CLOUQUE,  /".  Bayonne,  Lagravère. 
klog'herez,  f,  breton. 
CLLUCHBUZE,  f.  Bessiu,  Joret. 
r/iÙKA,  f.  (avec  th  anglais)  Bas  Valais,  Gilliéron. 
glousse,  f,  Reims,  Saubinet. 

CLUSSO^  f.  Alpes  cottiennes,  Ghabrand  et  Rochas. 
clussi,  cloussi,  f.  Forez,  Gras. 

couviON,  f.  (=  poule  qui  veut  toujours  couver)    norm.,  Delb. 
k'lloupote  (=  poule  qui  cherche  à  couver)  Les  Fourgs,  Tissot. 

Synonymes  étrangers  : 

Gallina  covaticcia,  Ghioccia,  it.  —  Giozza,  Parme,  MaL  —  Glosa,  Brescia, 
Melch.  —  Gioss,  piémont.,  Zalli.  —  Pitta,  mil.,  Banfi.  —  Glneca,  esp.  — 
Ghoca,  port.  —  Gloshca,  roumain,  Cihac.  —  Klncke,  Glucke,  Klnck-henne, 
Bmthenne,  ail.  —  Klokhen,  Broeyhen,  hoU.  •—  Glncking-hen,  angl.  —  Kluka 
Kloska,  russe.  —  Kwoka,  Kwoczka,  polon.  —  Kvolika,  serbe  ;  petit  pussien  ; 
croate.  —  Kvaëkn,  bulgare.  —  Gotlé,  hongrois.  —  Qolotchqa,  Qoltchqa,  turc. 

86.  La  cage  d'osier  en  forme  de  dôme  dont  la  base  n'est 
pas  fermée  et  pose  à  terre,  sous  laquelle  on  met  les  mères 
poules  pour  qu'elles  ne  conduisent  pas  au  loin  les 
poussins  encore  trop  jeunes,  est  appelée  : 

mue,  f,  français. 
Muz,  breton. 


GALLUS  DOMESTICUS.  17 


CRUKEL,  m.  Castel-Sarrasin,  Taupiac. 
GRAOUMEL,  m.  Toulouse,  Poumarède. 
CHAiPOUNEUYE,  CHàFPE,  arrond.  de  Toul,  L;  Adam. 
CHOPONi,  Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 
CHÂPOUNÉ,  Vosges,  L.  Jouve. 
GAXET^  m.  Castres,  Couzinié. 

Syno^ymes  étrangers  : 

Stiva,  Stia,  italien. 

37.  Du  poussin  qui  sort  de  sa  coquille,  on  dit  : 

ABiCHER,  Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 
ÉBÉCHER,  Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 
BECHER,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  6.  Souche. 
ÉciX)RE,  français. 
ESPELi,  Castres,  Couzinié. 

38.  La  cage  dans  laquelle  on  met  les  poulets  pour  les 
engraisser  est  appelée  : 

ÉPiNETTE,  /.  français. 
CHAPONiÈRE,  f,  ancien  français,  Duez. 
6ALI6NEYR0,  /".  Castres,  Couzinié. 
OALERO,  f,  Toulouse,  Poumarède.  —  Castres^  Couzinié. 
BiLLOTOUÉRE,  f.  Morvau,  Chambure. 
CALS,  m.  pi.  Castres,  Couzinié. 

CHAiVE  (cage  pour  transporter  les  poulets)^  waUon,    Grand- 
gagnage. 

Synonymes  étrangers  : 

Gapponaia,  StlTa,  Stia,  italien.  —  Gaponera,  espagnoL 

39.  Le  lieu  où  juchent  les  poules  est  appelé  : 

POULAILLER,  m.  français. 

GELINIBR,  m.  ancien  français,  La  maison  rustique,  xvi*  siècle. 

POULAiLHÉRO,  f.  Tam,  Gary. 

POULOiLLÈ,  GOLiNié,  m.  AveyroH,  Vayssier. 

GALiONÉ,  m.  Toulouse,  Poumarède. 

DJELENiE,  DJENELiE,  m.  Montbéliard,  Contejean. 

DZBNBLLÉRE,  f.  Bas  Valais,  Gilliôron. 

2 


18  GALLUS   DOMESTICUS. 


JËRNÎRE,  /.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

JALENEI,  m.  Forez,  Gras.. 

pouLiER,  m.  normand,  Delboulle. 

FOUILLER,  m.  Mantes,  Cassan. 

POLÉ,  m,  Vosges. 

POULERIE,  /.  Pays  messin. 

ORNIÈRE,  f,  argot,  Franc.  Michel. 

DAGOTiER,  m.  argot,  Leclair. 

RRAOU  AR  1ER,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

.  »        •  .         ...  .     , 

Gallinarinm,  lat.  —  Gallinaio,  Gallin&ro,  Gallinaria.  Pollaio,  it.  —  Polè,  Poli, 
Galinè,  Piém.,  Zalli.  ^  Pndlâira,  Sic,  PitréC  ~  Galliiieria,  esp.  •*  Panier, 
Rovigno,  A.  Ive,  p.  xx. 

40.  L'espèce  d'échelle  qui  sert  de  perdioir  aux  poules 
est  appelé  : 

joc,  m.  Namur,  Q^raïudgagnage» 

juc,  m.  ancien  français. 

jouc,  m.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas.   —  Aveyron, 

Vayssier.  —  Deux-Sèvres. 
xouG,  m.  Toulouse,  Poumarède. 
DZÔ,  f.  Bas  Valais,  GiUiéron. 
DZOTi  m,  fribourgeois,  Grangier. 
JOUQUÉ,  m.  Landes,  de  Métivier. 
joucoDOU,  m.  Aveyron,  Vayssier. 
AXOUCADOU,  m.  Castres,  Couzinié. 
JACU,  m.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 
JUCHOiR,  m,  français. 
POLI,  m.  Le  Tholy  (Vosges),  L.  Adam. 
OALiNAÉRE,  /.  Forez,  Gras. 
KLUD,  breton. 
•  < 

Synonymes  étrangers  : 

Gallinaria scala,  lat.  —  Giaccu,  sicilien,  Pitrô.  —  Gioch,  Piémont,  Zalli.— 
Veto,  Mon  ferrât,  Ferraro.  —  Hoonder  bok,  Hoeader  rek,  hollandais. 

41.  De  la  poule  qui  se  perche  sur  le  juchoir  on  dit  : 

JUCHER,  SB  JUCHER)  français.       ^ 
s^AjoucA,  provençal  moderne. 


GALLUS  DOMESTICUS.  19 

s'axouca,  Castres,  Coazinié. 

JOUGA^  AJOUQUA,  Landes,  de  Métivier. 

JOUKÎ,  JOQUER,  wallon,  Orandgagnage. 

JUQUER,  picard. 

ALLAiE  A  JOUG,  poitevin,  Canard  poitevin^  n»  5,  p.  4. 

HUCHER,  normand. 

QUEUGHER,  Berry,  Jaubert. 

RLUDA,  KLUJA,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Appolaiarsi,  italien.  —  Andè  a  giogh,  piémontais,  Zalli. 

42.  Le  nid  qu'on  prépare  pour  que  les  poules  y  pondent 
est  appelé  : 

coucouNiEYRO,  f,  Aveyron,  Vayssier. 
NIC,  m.  Deux- Sèvres. 

43.  Le  trou  par  où  les  poules  passent  pour  entrer  au 
poulailler  ou  pour  en  sortir  est  appelé  : 

PAULiRE,  f.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
POLÎRE,  f.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 
POLÉRE,  /".  Meurthe-et-MoseUe,  L.Adam. 
GOLiNiÈYRO,  f,  Aveyron,  Vayssier. 

44.  Des  poules  qui  se  roulent  dans  la  poussière,  on 
dit: 

s'espousser,  français  du  xvi«  siècle,  La  maison  rustique. 
s'alatra,  cévenol,  Azaïs. 
s'esfarnoura,  provençal  moderne,  Azaïs. 
s^issALATA,  Castres,  Couzinié. 

45.  Du  coq  qui  tourne  autour  de  la  poule  avec  une  aile 
traînante  on  dit  : 

faire  l^aleto,  Midi  de  la  France,  Azaïs. 

OSER  ASKELLiK  (m.:  à  m.  faire  petite  aile),  breton,  communiqué 
par  M.  L.  F.  Sauvé. 

46.  De  la  volaille  qui  mange  on  dit  : 

PIQUER,  PICOTER,  français. 


20  GALLUS   DOMESTICUS. 

PLUCOTER,  Pays  de  Bray,  Decorde. 

47.  De  la  poule  qui  gratte  la  terre  on  dit  : 

GRABELER,  pays  gaUot,  communiqué  par  M.  P.  Sébillot. 

É6RBV0TTAI,  Les  FouFgs,  Tlssot. 

GRATTER,  français. 

SBARBEAR,  Alpes  cottiennes.  Chabrand  et  Rochas. 

DiSKRAPAT,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Rnspare,  R&spare,  Rauol&re,  it.  —  Sscârbtr,  esp.  —  Esgarabellar,  gaUicien, 
Piôol.  —  Scrapée  (0*  Monferrat,  Ferraro. 

48.  La  crête  du  coq  est  appelée  : 

CRESTO,  f.  Aveyron,  Vayssier.  —  Castres,  Couzinié. 

CRÊTE,  f.  français. 

CRÈSE,  f,  wallon. 

CRÊT,  m.  genevois,  Littré. 

CRÔPB, /".  Morvan,  Chainbure. 

GRÔTE,  /.  Côte-d*Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

KRiPENN,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Ao(poç,  grec  ancien.  ~  Grista,  lat.  --  Gresta,  it.;  esp.  —  Gresta,  Parme, 
Mal.  —  Cricchia,  Sicile,  Pitre.  —  Kamm,  ail.  —  éûUkâ,  sanscrit. 

49.  La  substance  charnue  que  les  coqs  ont  sous  le  bec 
est  appelée  : 

BARBE,  f.  ancien  français,  La  maison  rustique,  xvi*  siècle. 
BARBILLONS,  m.  plur,  français. 
BARBOLO,  f.  Tarn,  Gary. 
MARJOLBS,  f.  plur.  Bessin,  Joret. 
BARO  AR  c*HOG,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

KtÙldtOL,  grec  ancien.  —  Palea,  lat.  —  Barbiglione,  ital.  —  Barbèll, 
milanais,  Banfi.  ->  Upplein,  allemand. 

(1)  Cf.  soorpl  =s  yieiUe  poule  (qui  n'est  bonne  qu'à  gratter).  Alpes  cot- 
tiennes, Chabrand  et  Rochas. 


GALLUS   DOMESTICUS.  21 

50.  L'ongle  pointu  qui  se  trouve  à  la  partie  postérieure 
des  pattes  du  coq  est  appelé  : 

ARGOT,  m.  ancien  français.  —  français  vulgaire. 
ERGOT,  m.  ÉPERON,  m.  français. 
ARiGOT,  m,  Berry,  Littré. 
ARTOT,  m.  champenois. 
CRAMPiOT,  m.  Castres,  Couzinié. 

Synonyme  étranger  : 

Spoor,  hollandais. 

51.  Les  plumes  brillantes  qui  se  trouvent  sur  la  nuque 
et  sur  la  partie  supérieure  du  dos  du  coq  portent  le  nom 
de  :  ' 

CAMAiL  (1),  m.  français,  Chabouiilé. 

52.  Le  jabot  des  volailles  est  appelé  : 

PAF,  FAFIÈ,  m.  Castres,  Couzinié. 
PAPAT,  Lot,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

53.  La  flente  des  poules  est  appelée  : 

POQLÉE,  /•.  Oise,  Annuaire  de  VOise  pour  1831  • 

POULENÉE,  f.  picard,  Corblet. 

POULNÉE,  f,  Normandie,  Mém,  de  la  Soc,  d'agric,  de   Rouen^ 

1763,  passim. 
POULIE^  m.  Bassin,  Joret. 
PENESSE,  f,  Montbéliard,  Contejean. 
PUNASSi,  f.  Forez,  Gras. 

GALiNASso,  f,  Toulouse,  Poumarède.  —  Castres^  Couzinié. 
GLiNNES,  plur.  Pays  de  Bray,  Decorde. 

(4)  «  Le  choix  du  coq  consiste  k  avoir  un  animal  d'un  rouge  feu  foncé» 
chamarré  de  noir,  d'une  belle  taille,  haut  monté  sur  ses  pattes,  les 
ergots  longs,  les  cuisses  larges,  l'œil  yif,  la  Toix  forte,  la  crête  large» 
rouge  et  bien  pendante,  les  oreilles  bien  blanches,  le  camail  de  couleur 
changeante  et  tirant  sur  rm\  la  queue  belle,  à  deux  rang?,  recourbée 
et  élevée  au-dessus  de  la  tête,  ardent  k  caresser  les  poules,  et  il  les 
exciter  à  manger.  »»  Chabouiilé. 


22  GALLUS  DOMESTICUS. 


Synonymes  étrangers  : 

Pollina,  it.  —  6allinèla,  Parme,  Mal.  —  Schita,  Brescia,  Melch.  —  Galliiiasa, 
esp.  —  Gallinliaza,  port.  —  Gainats,  roumain,  Cihac.  —  Geljase,  albanais, 
Cihac. 

54.  Interprétation  du  cri  du  coq  : 

COQUERICOG  I  ancien  français. 

« 

coQUERico  I  français. 

COCORICO  I  français. 

GAGARACÀ  1  languedocien.  —  béarnais. 

GOQUEDicÔT  I  Guernesey,  Métivier. 

coQUELicu  !  Poitou,  Canard  poitevin,  n«  2,  p.  3. 

RÉDKBLUJÛÛ  I  Deux-Sèvres,  corn,  par  M.  B.  Souche. 

KiKERiRi  !  canton  de  Vaud,  Callet. 

coucouRESGO  I  Tam,  Gary. 

GOCOLiJÔ  !  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

CACALiJÔ  !  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

KÙKÛRURU  !  basque,  Fabre. 

Synonymes  étrangers  ; 

Cuccnrnca  !  it.  —  Chicchirichi  !  it.  —  Cncnlucù  !  piémont.,  Zalli.  —  Caca- 
rnccùa  !  mil.,  Banfl.  —  Ghetçheghèga  !  Parme,  Mal.  —  Cotcoëugoèuga  !  Parme, 
Mal.  —  Qaiqniriqai  !  esp.  ~  Gock-a-doodle-doo  !  angl.  —  Doodle-doodle-doo  f 
angl.,  Halliwell,  Nursery  Rhijmes,  p.  37.  —  Kikeri!  ail.,  Wackern.  — 
Kikerikî  !  ail.  —  KUkûmkû  !  Frise  orientale,  Grimm.  —  Gigkerigki  !  tiro- 
lien,  Grimm.  —  Gack  gack  ouritli  !  ail.  du  XYI"  siècle,  Grimm.  —  Gûggehû  I 
Zurich,  Wackern.  —  GUggerihû  I  Schaffouse,  Wackern.  —  Kakaryka  ! 
lithuanien. 

55.  Du  coq  qui  fait  entendre  son  coquerico  on  dit  : 

COQUETBR,  ancien  français. 

GOQUELiQiTER,  ancien  français,  Littré  sub  verho  coq. 

COQUERIQUER,  français. 

CHANTER,  français. 

KANA,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

KoxxuÇetv,  anc.  grec.  —  Gncurrire,  lat.  —  Cacarée,  Mon  ferrât,  Perraro. 

—  Gncurignesc,  roumain,  cihac.   —  Hrukjan,  gothique.   —  Krahen,  ail.  — 
Kraayen,  holl.  -•  Crow,  angl.  —  Gala,  suédois  ;  island.  —  Kokorekati,  russe. 

—  Kokorykaé,  polonais.  —  Kokrhyhati,  tchèque. 


GALLUS  DOMESTICUS.  23 


56.  Le  chant  du  coq  est  appelé  : 

LE  coQUERico^  français. 

Lou  GOLÉs,  Aveyron,  Vayssier. 

Lou  GARLES,  Castres,  Couzinié. 

Synonymes  étrangers  : 

Cncorito,  Gbicchiriata,  italien. 

37.  Interprétation  du  cri  de  la  poule,  qui  vient  de 
pondre  (*),  ou  qui  veut  pondre,  ou  qni  est  effrayée,  ou  qui 
est  émotionnée  d'une  manière  quelconque  : 

COQ  I  COQ  !  français,  Leroux,  Dictionnaire  comique» 

COT  !  COT  I  Ouest,  Bujeaud,  Chants  de  VOuest,  I,  44. 

CODAKE  !  picard,  Corblet. 

CA  !  CA  !    Béziers,  Montel  et   Lambert,  p.   517.  «^  Aveyron, 

Vayssier. 
60UTIC0UTASC0U  !  Revue  des  langues  t'omanes,  1877,  p.  87. 
COT  !  COT  !  COT  !  CODÈTE  I  Euvirous  de  Paris. 
KÉDKEDAC  !  RÉDKEDAC I  Deux-Sèvres,  coiD.  paf  M.  B.  Souche. 

Synonymes  étrangers  : 

Gotcodè  1  Parme,  Mal.  —  Coccodô  1  it.  -^  Goconà  !  piémont.,  Zaili.  —  Oftok  ! 
Gack  !  aU.,  Wackern.  —  Gagerageragàgg  t  Schaffouse,  Wackernagel. 

58.  De  la  poule  qui  fait  entendre  ces  cris,  on  dit  : 

CAQUETER,  français. 

coQUETER  (2),  français,  Desormeaux,  Tableau  de  la  vie  rurale, 

CAQUELER,  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

CAUQUELER,  arrondissement  de  Nancy,  L.  Adam. 

CAQuiË,  GAQuiEu,  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

CAGASSER,  Saintonge,  Jônain . 

(i)  Lorsque  la  poule  a  pondu  son  œuf  elle  sort  fièrement  de  son  nid 
et  elle  annonce  Theureux  événement  par  un  coquetage  que  répètent 
toutes  les  habitantes  du  poulailler,  comme  une  princesse  qui  vient 
d'accoucher  reçoit  les  félicitations  de  toutes  les  dames  qui  composent  sa 
cour.  »  Desormeaux,  Tableau  de  la  vie  rurale. 

(â)  On  trouve  aussi  coqneter  dans  ce  proverbe  :  La  poule  qui  G04|iiette 
est  celle  qui  a  fait  Pœuf.  (lulliani,  Les  proverbes  divertissans,  Paris,  1Ô59.) 


24  GALLUS    DOMESTICUS. 


coDAQUER,  normand,  DelbouUe.  —  Pays  de  Bray,  Decorde. 

CADAQUER,  QUÉDAQUBR,  Côtes-du-Nord,  c.  par  M.  P.  Sébillot. 

QUEDÀQUER,  Guemesey,  Métivier, 

6RÂHIÊ9  Pays  messin,  Jaclot. 

6RAUHELA,  La  Bresse  (Vosges),  L.  Adam. 

GRÉTLÉ,  Bassin,  Joret. 

GRAGASSER  (se  dit   du   cri   de  la    poule  épouvantée).  Deux- 

Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 
GRAQUÉiLLÉ,  Pays  mcssln,  Jaclot. 

COCOLEJA^  GOSGOLEJA,  CAGAREJA,  cosGORBLBJA,  Aveyrou,  Vayssier. 
RAGACHAT,  RAKLAT,  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

KoxxG^Çeiv,  grec  ancien.  —  Cacarée,  Monferrat,  Ferraro.  —  Garcarejar, 
port.  —  Fè  coconA,  piémônt.,  Zalli.  —  Cacarear,  esp.  —  Gacarexar,  gallic, 
Pinol.  —  Godcodacesc,  roum.,  Cibac.  —  Kodkodâkatl,  KodlLodati,  Kokodati, 
tchèque.  —  Kudahtati,  russe.  —  Kakelen,  Kwekken,  Kwakken,  hoU.  ~  Gackea, 
Gacksen,  Kakera,  Gackela,  allemand. 

59.  Le  caquetage  de  la  poul^  est  appelé  : 

GAGAâSEHENT,  ancien  f)*ançais,  Dnez. 
GARRANGA,  basque  labourdin,  Van  Eys. 

60.  De  la  poule  qui  chante  comme  le  coq  on  dit  : 

CHANTER  LE  COQ,  français. 
GONTA  Lou  GOLÉs,  Aveyrou,  Vayssier. 
GANTA  LOU  GARLE8,  Castres,  Couzînlé. 
FAÏ  LOU  QUÉQUÉRÉQUET,  Lot,  com.  par  M.  J.  Daymard. 
s'esgogossa  (s'efforcer  de   chanter   comme  le   coq),   Aveyron, 
Vayssier. 

61.  Du  cri  que  la  poule  fait  entendre  quand  elle  couve 
ou  quand  elle  a  des  poussins  on  dit  : 

CLOQUER,  français,  ChabouiUé. 

GLOUQUA,  Aveyron,  Vayssier. 

GLOUQUEYA,  Bayouno,  Lagravère. 

GLLUQUÈR,  Ouernesey,  Métivier. 

CLOUPPER,  Pays  de  Bray,  Decorde. 

CLUCHiÉ,  Bessio,  Joret. 

GLOURSER,  GLGUEJCTER,  wallon,  Grandgagnage. 

SKLOKA,  breton.  , 


GALLUS   DOMESTICUS.  25 


ciOQUELA,  8I0QUBLA-,  Planchcr-les-Mines,  Poulet. 

CLOUCi,  CLOUSSi,  Tarn,  Gary. 

k'lleussi,  les  Fourgs,  Tissot. 

GLOUSSER,  français. 

GLOSSEB,  GLOUSSER,  ancien  français. 

CLOCHER  Q),  ancien  français. 

CLOUCHA,  provençal  moderne,  Diez. 

GLUSSAR,  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas^ 

GROUSSER,  Saintonge,  Jônain. 

CROSSER,  Centre,  Jaubert. 

GOAXYÎB,  Bagnard,  Cornu. 

AGOUROUCA,  cévenol,  Azaïs. 

GLOUPER  (se  dit  du  gloussement  de   la  poule  qui  veut  couver), 

normand,  DelbouUe. 
k'lloupai  (même  sens).  Les  Fourgs,  Tissot. 

Synonymes  étrangers  : 

KXa)(eiv,  grec  ancien.  —  Glocire,  latin.  —  Abbtoeoftre,  Grocrïare,  Gkloe- 
ciare,  it.  —  Giozzar,  Parme,  Mal.  —  Groccà,  mil.,  Banft.  —  Grotèe,  xVIonferrat, 
Ferraro.  —  Gloqaear,  esp.  ^  Acocorar,  gallic,  Pinol.  —  Gloctesc,  Gloncaesc, 
Gloncanesc,  Gloncanesc,  roumain,  Cihac.  —  Glocian,  Glwcian,  gallois,  D'Arb. 
de  Jubainville.  —  Klncken,  Glncken,  Gloksen,  ail,  —  Klokken,  hoU.  -r-Glnck, 
angl.  —  Klokka,  Klukka,  Skrocka,  suédois.  --  Klukke,  Strokke,  danois.  — 
Klekia,  island.—  Klochtat,  Klohatl,  russe.  —  Klukac,  Kwokaé*  Koka6,  polon. 
—  Klugëti,  Klukseti,  lithuanien.  —Kwokati,  Krakorati,  tchèque. —Klotsit, 
albanais.  —  Kotla,  Kotag,  Kotyol,  Kotyoff,  hongrois. 

62.  Du  cri  que  font  entendre  les  poussins  on  dit  : 

PIAULER,  français. 

piôlA,  Forez,  Gras. 

piouLER,  Berry,  Littré.  —  Genève,  Littré. 

PIASSER,  Poitou,  Rousseau. 

piouTRER,  BouilJy  (Loiret),  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

PIPIA,  gwic'hat,  ghintal,  breton,  com  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Pipire,  lat.  —  Pigolare,  Pipilare,  it.  —  Piolare,  napolitain.  —  Piàr,  esp.; 
port.  —  Pipen,  ail.  —  Peep,  anglais. 


(i)  Ce  mot  se  trouve  dans  ce  proverbe  traduit  de  Titalien  ;  Qui  naît  de 
poule  il  faut  qu'il  cloche. (lulliani.  Les  proverltes  divertissans,  Paris,  1659.) 


26  GALLUS  DOMESTICUS. 


63.  On  appelle  l'action  de  piauler  : 

LEPioupiou  (')  DES  POULETS,  français,  Laurent  Joubert,  Erreurs 

populaires.  1579,  p.  256. 
LE  PIPI  DES  POULETS,  français. 
PIAULEMENT,  m.  français. 
piASSEMENT,  m.  Poitou,  Rousscau. 

Synonymes  étrangers  : 

Pipolam,  Pipnlas,  latin.  —  Plp,  allemand. 

64.  Comment  on  parle  aux  poules  et  aux  poussins  pour 
les  faire  venir  près  de  soi  : 

PETITES  !  PETITES  !  français,  Duez.  —  Deux-Sèvres,  communi- 
qué par  M.  L.  Desaivre. 

pÉTi  I  pÉTi-i-i-i  !  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

pîTiA  I  PÎTiA  !  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

PTi!  PTi  !  (pour  appeler  les  poussins)  Lot,  c.  par  M.  J.  Daymard. 

PTiTO  1  PTiTO  !  (pour  appeler  les  poules)  Lot,  communiqué  par 
M.  J.  Daymard. 

TITO  !  TITO  !  (Jastres,  Cîouzinié. 

COQUETTES  !  COQUETTES  !  français,  Duez. 

POULOU  !  POQLOu  !  Aveyron,  Vayssier. 

piouLi  I  piouLi  !  Montbéliard,  Contejean. 

PIOT  I  PiOT  !  normand,  DelbouUe. 

PiouT  !  PiouT  !  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

PTiTES  !  Piou  1  Piou  !  Allier,  com.  par  M.  E.  Olivier. 

pipi!  Montbéliard,  Contejean. 

GOUTi  I  couTi  !  ou  couTiNOU  !  couTiNou  î  Aveyron,  Vayssier. 

PIT  !  PiT  !  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

PITOU  I  PITOU  !  com.  breton,  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Gôca-coc  !  Parme,  Mal.  —  Gochi  !  Gochi  1  Imola,  Ferraro.  —  Gurra  !  Carra  ! 
it.  —  Gurre!  Gurre  !  it.  —  Cora  !  Cora  !  mil.,  Banfl.  —  Bllli  !  Billi  !  (i)  it.  — 
Bille  !  Bille  !  it.  —  Belli  !  BeUi  !  piémontais,  Zalli.  —  BeUe  !  Belle  !  it.,  Duez.  — 
Bûgûle  !  Bùffùle!  Brescia,  Melch.  —  Picci  !  Picci  !  Parme,  Mal.  —  Pio  !  Pio  ! 
Toscane,  Ferraro.  —  Giccia!  Monferrat,  Ferraro.  —  Prucc  !  Pmcc  !  Mou- 
ferrat,  Ferraro.  —  Ani!  Ani  !  ital.  —  Pili  !  Plli  !  Parme,  Mal.  —  Pipi  !  Pipi  ! 
Piémont.,  Zalli.  ^Fip  !  Pip!  allemand. 

(i)  M  Les  poulets  font  pioa  !  pioa  !  »  Castres,  Couziaié. 

(S)  Par  suite  on  appelle,  en  italien,  des  caresses,  des  billi-billi. 


UALLUS   DOMESTICUS.  27 


65.  Comment  on    parle  aux  poules  pour  les  chasser 
d'un  endroit  ou  pour  les  faire  rentrer  au  poulailler  : 

CHOU  !  chou!  ancien  français,  Duez.  —  Environs  de  Lorient, 
recueilli  personnellement.  —  Pays  de  Bray,  Decorde. 

CHÔ!  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

CHouÉ  !  CHOUÉ  !  picard,  Corblet. 

DCHEÙ  !  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

A  jouc  !  A  jouc  î  (pour  les  faire  rentrer  au  poulailler)  Alpes 
cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

GUCHE  1  GUCHB  !  (pouF  les  faire  rentrer  au  poulailler)  Centre, 
Jaubert. 

DiCHOU  !  DIGHOU  !  breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Scioia  !  Sciola  !  italien.  —  Scia  !  Toscane. 

66.  La  personne  qui  fait  profession  de   vendre    des 
poules  et  des  œufs  est  appelée  : 

POULAILLER,  COQUETIER,  m.  français. 

coQUATiER,  m.  Centre,  Jaubert. 

COQUASSIER,  m.  Aunis,  L.  E.  Meyer. 

GOUCOUNIÈ,  m.  coucouNiEYRO,  f.  Avcyrou,  Vayssier. 

cocoNNiER,  m.  picard,  Corblet. 

KEUKONGNIER,  m.  picai'd,  VAstroîogiie  picard  pour  1849. 

CROQUIÉ,  m.  Bessin,  Joret. 

cossoN,  m.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

GAXETIÈ,  m.  Castres,  Couzinié. 

Synonymes  étrangers  : 

G&llinarius,  lat.  —  Gallinajo,  it.  —  Galllnero,  esp.  >-  Gallinlieiro,  port.  — 
Pilajè,  Piémont.,  Zalli.—  Gainar,  roumain,  Cihac. 

67.  «  On  appelle   coquatrix  le  poulailler  ou  la  charrette  dans 

laquelle  on  apporte  la  volaille  à  la  vallée  de  misère  à  Paris.  » 

Marin,  Dictionnaire  français -hollandais ,  1728. 

68.   —  PATHOLOGIE  GALLINE. 

ANFALÉE.  —  Se  dit  de  la  poule  dont  le  jabot  ou  fale  est  gonflé  par 
le  grain  qu'eUe  a  mangé  en  trop  grande  quantité 
(Bessin,  Joret). 


28  OALLU8  D0MESTICU8. 


î)an»   le  môme   nen»  dans   le  Pays  de  Bray  on  dit  : 
engavé  (Dccorde). 

OOUTTiC*/'.— Certaine  maladie  des  volailles.— On  dit  aussi:  les  gouttes, 

mkTKLLKt  f*  ou  POunPRBf  f»  —  Certaine  maladie  des  volailles  ; 
(diskrabt  en  breton). 

Synonyme  étranger  : 

Ourl  de  ffftlnt,  roumain,  Clhac. 

MUOUHT  MUifB.  —  Diphthérie  ou  croup  des  volailles. 

PltPiMt  f.  —  Maladie  consistant  en  une  pellicule  blanche  qui  vient  au 
bout  de  la  langue  des  volailles  et  qui  les  empêche  de 
manger,  do  boire  et  do  faire  entendre  leurs  cris. 

Synonymes  : 

riPlK,  f.  Hôssln,  Jorot.  — Lyon,  Molard.— Pays  de  Bray,  Decorde. 

p»Pim),  f,  CastreH,  Couziniô. 

PIHIT,  PIFIK,  breton,  com.  par  M.  L.  P.  Sauvé. 

Synonymes  étrangers  : 

Ptttttta»  laU  —  Kplta,  le.  —  Puvtlla,  Imola,  Perraro.  —  Plia,  Mon  ferrât. 
Kormro.  —  Pavlè,  Kerrare,  Ferraro.  —  Pavia.  piémont.,  Zalli.  —  Puida, 
Puvtda*  mil.,  Hanti.  —Pépita,  «.^p.:  pallie,  iMnol.  —  Pevide,  Pivide,  port.  — 
Pllpt,  Plpu,  ail.  —  Plp,  hoU.;  an«l.  —  Popita,  oroato.  —  Pipoti,  Pipeci,  petit 
ru««if»iK  —  Ptpe<J»  Pipcla,  poL  —  Tsiftta^  roumain,  cihac.  —  Zipf,  ail.,  Poèt. 
—  TÇ{^v«,  jiçroo  mod.  —  Tlpec,  Pip«c,  tchèque.  —  Tipanu,  russe. 

(i9.  Pour  manger  les  œufs  à  la  coque,  on  se  sert  d'un 
instrument  appelé  : 

<X)Oiîn.i'Ai^i>,  m.  ancien  frauçuis, 
a>W(>lTTiÉ,  m.  Castres,  Couwui<?. 

Synonymes  étrangers  : 

Rm^kmiu  ^^vaiinfidl.  --  fift  c«m  anglais. 

70,  Iwes  œufs   mi^c\iîts  (')  avec   leur  coquille,  sont 
appelés  : 

0)  ^«kand  il«  s<Mnt  to\ït  îi  fi^it  Cttils  ils  prennent  le  nom  d'cnifs  durs,  en 
f^anc>ai«  :  tt«i  ka)«t,  en  breton. 


GALLUS   DOMESTICUS.  29 


ŒUFS  A  LA  COQUE,  ŒUFS  MOLLETS,  OBUFS  A  LA  MOUILLETTE,  franc. 

viou  TANO  (œufs  clairs),  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Uo¥i  da  bere,  it.  --  Eier  ans  der  Sobale,  Welcheier,  ail.  —  Soft  9gg,  angl. 

71.  «  On  appelle  œufs  à  la  risquipéte  des  œufs  à  la  coque  cuits 
dans  les  cendres,  à  la  risque  quHls  pettent.  » 

Pays  de  Bray,  Dbcorde. 

72.  Les  œufs  cuits  sur  le  plat  sont  appelés  : 

OEUFS  SUR  LE  PLAT,  OBUFS  AU  MIROIR,  français. 
VIOU  MiLLOUAR,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Hnevo  estrellado,  espagnol.  •—  Ochsenaagen,  Gesetite  Eier,  allemand. 

73.  Les  œufs  battus,  mêlés  ensemble  sont  appelés  : 

OBUFS  BROUILLAS,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Uova  sperse,  it.  —  HneTos  revneltos,  esp.  —  Jnmara,  Shnmara,  roumain, 
Clhac.  —  Gerûhrte  Eier,  Rûhreier,  allemand. 

74.  Les  œufs  cassés  dans  Teau  bouillante  sont  appelés  : 

OEUFS  POCHÉS,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Uova  affogate,  UoTa  sperdute,  italien.  —  Gedopte  eyeren,  hollandais. 

75.  On  appelle  les  œufs  battus  et  cuits  dans  la  poêle 
avec  du  beurre  : 

OMELETTE,  f.  français. 

AMELETTE,  f.  ancien  français. 

ALUMELLE,  f,  ALUMETE,  f.  français  du  XIV«  siècle,  Littré. 

MOULÉTO,  /.  Tarn,  Gary. 

MELETÀ,  FRiciAiA,  /.  Mcuton,  Andrews. 

MELETTE  (i),  f.  Lyon . 

(1)  u  Je  vous  y  assure,  mes  gônes,  me  velà  aussi  flape  qu'une  melette.  » 

Chignol  et  Qnafron^  1«»  juin  1878  (Lyon). 


30  GALLUS   DOMESTICUS. 


ALUMENN  viou,  brcton. 
Synonyme  étranger  : 

frittata(i),  italien. 


«  Trouchado,  f,  omelette  faite  avec  des  œufs,  de  la  mie  de  pain  et 
du  sucre.  »  Castres,  Couzinié. 

«  Omelette  à  la  Célestine  =  Eyerkuche,  der  dicker  al  s  gewôhn- 
lich  gemacht  wird.  »  Poëtbvin,  Dict.  franç.-alh,  1756. 

76.  Avaler  en  retenant  son  haleine  le  contenu  d'un 
œuf  frais  après  l'avoir  percé  aux  deux  bouts,  se  dit  : 

GOBER  (2)  UN  OBUF,  HUMER  UN  OBUF,  français. 
BOiLER  UN  OBUF,  Morvau,  Chambure. 
BpiLÀi,  CÔte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
suRBi  UN  oou  (3),  Nice,  Toselli. 

BERLER  UN  CEUF  {*),  Youne. 

SUPER  UN  OEUF,  Côtes-du-Nord,  communiqué  par  M.  P.  Sébillot. 

Synonyme  étranger  : 

To  BQCk,  anglais. 

77.  L'homme  s'occupant  des  détails  du  ménage  qui  con- 
cernent habituellement  les  femmes,  comme  de  surveiller 
et  compter  les  œufs  et  les  poules,  de  mettre  les  poules  à 
couver,  de  les  tâter  pour  voir  si  elles  vont  pondre  bientôt, 
en  un  mot  qui  perd  son  temps  à  des  bagatelles  et  à  des 
niaiseries  est  appelé  par  dérision  : 

TÀTE  POULE,  m.  français. 

TÂTÂ-DZENEiLLE,  m.  Canton  de  Vaud,  Callet. 


(i)  «  Rivoitar  la  frittata  =  1.  tourner  Tomelette  ;  2.  renverser  un  dis- 
cours. «  Italien,  Duez. 

(*)  On  trouve  dans  Littré  humer  un  œuf^  mais  on  n'y  trouve  pas  gober 
un  œuff  expression  cependant  très-française. 

(S)  Je  trouve  cette  locution  dans  le  proverbe  niçois  de  Toselli  :  u  Es 
fassil  couma  de  surbi  un  6ou.  » 

(«)  Faune  populaire,  t.  H,  p.  93. 


GALLUS   DOMESTICUS.  31 


TATE  MES  GLAINES,  m.  picard,  Corblet. 

TÂTEUX  DE  POULE,  m.  (homme  pointilleux)  normand,  DelbouUe. 

CATi  DES  POlÈTS,  m,  (fainéant)  wallon^  Grandgagnage. 

COQUEFREDOUILLE  (*),  m.  Franche-Comté,  Perron,  p.  131. 

METTEUR  DE  POULES  A  COUVER,  m.  français,  Marin,  1728. 

MÉTOÛ  DE  POULE  A  GOUÉ,  m,  Bessln,  Joret. 

Nijou  DE  POULES,  ANiJOTOU  DE  POULES,  m,  Côtes-du-Nord,  com. 
par  M.  P.  Sebillot. 

COGOPONÉTE,  m.  (nigaud,  tatillon)   Bessin,  Joret. 

PONEAU,  m.  Morvan,  Chambure. 

CHAN  (^)  PONÂ,  CHAN  covis,  m,  ^Pays  messin,  D.  Lorrain. 

CHAN  cÔQUEGNON,  m.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

JEAN  COCOTTE,  m.  Lorraine.  —  Morvan. 

coucouNiÉ,  m,  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

COQUATIÉ,  m.  Morvan,  Chambure. 

CACARAGA,  m.  (=:jocrisse)  Provence,  Fortia  de  Piles,  Nouv, 
dict.  français,  Paris,  1818,  p^  34. 

JORÈNE,  DJORÈNE  (1«  poulo  ;  2«  porsonue  sans  souci),  Plancher- 
les-Mines,  Poulet. 

GAouGALLiNO  (c'est-à-dire  coq -poule  ;  c'est  le  mari  benêt  de 
la  légende  populaire  qui  savonne,  cuisine,  fait  les  lits, 
trait  la  chèvre,  couve  les  œufs  et  les  vers  à  soie),  Pays 
comtadin.  J.  de  la  Madeleine,  Le  marquis  des  Sassafras 
(roman)  (3). 

JOCRISSE  QUI  MÂNE  LES  POULES  PISSER,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Taccagalinne,  Mouferrat,  Ferraro.  —  Hennentaster,  Heimengreifer,  H&nnen- 
gretel,  ail.—  Heimetaster,  JanHen,  hollandais. 

C'est  sans  doute  à  la  même  idée  que  se  rattachent  les 
deux  verbes  suivants  : 

DJERiNi  (agir  avec  lenteur,  tuer  le  temps),  Plancher-les-Mines, 
Poulet. 

(1)  Je  pense  que  dans  ce  composé  coque  signifie  œuf  ;  fredouiller 
pourrait  bien  avoir  le  sens  de  tâter,  tâtonner  (?)  —  En  tout  cas  M.  Perron 
donne  le  mot  coquefredouille  comme  synonyme  de  tàte  poule.     ^ 

(8)  Chan  =  Jean. 

(S)  Je  profite  de  Poccasion  que  j*ai  de  faire  cette  citation  pour  recom- 
mander la  lecture  de  ce  remarquable  roman  de  mœurs. 


32  GALLUS  DOMESTICUS. 


DZBURNOTAi  (flâner,  muser),  Les  Fourgs,  Tissot. 

78.  Les  locutions  suivantes  qui  signifient  :  se  pavaner, 
faire  le  beau,  s'enorgueillir,  être  coquet  et  galant,  rap- 
pellent  les  mœurs  du  coq  : 

COQUBTBR  (faire  le  galant),  français. 

LEVER  LA  CRÊTE  (devenir  orgueilleux),  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Gaminar  corne  un  gallo  tronflo,  it.  —  Fè  '1  galet,  piémont.,  Zalli.  —  Fa  el 
gall,  Sgallettare,  Parme,  Mal.  —  Gallèe,  Monferrat,  Ferraro.  —  SgalesA, 
Brescia,  Ferraro.  —•  Alzar  la  cresta, Trieste,  Cassani.—  GoQnetear  (coqueter), 
esp.  —  Gallearse  (se  redresser,  se  mettre  en  colère),  esp.  —  Levantar  la 
cresta,  esp.  —  Tener  macho  gallo  (se  montrer  hautain),  esp.  —  A  se  inchior- 
coslies,  A  se  cocoshes,  A  se  cocosbesc,  roumain,  Cihac.  —  KokoSitl  se,  tchôque. 
^Kokoshiti  se,  Kokotlti  se,  serbe,  croate. 

On  lit  dans  Juvénal  (IV,  70)  «  Cristœ  illi  surgunt,  » 

De  ces  mêmes  idées  viennent  les  adjectifs  : 

COQUET,  m.  COQUETTE,  jT.  français. 

COKESANT,  m.  cx)KESANTE,  f.  (=  guilleret,  égrillard,  •  coquet) 
wallon,  Grandgagnage. 

COQUARD,  m.  (homme  présomptueux  et  arrogant)  ancien  fran- 
çais, Duez. 

COQUARDE,  {f,  femme  orgueilleuse  et  présomptueuse)  ancien 
français,  Duez. 

79.  «  Puorta  la  testa  drecea  couma  un  gai.  »  Nice,  Toselli. 

80.  «  Fier  comme  un  coq  qui  vient  de  cocher  une  poule.  » 

Français. 

«  ...  Le  compagnon  retira  le  plus  gaillardement  qu*il  peut,  son 
espingle  du  jeu,  suivant  la  glose  ordinaire,  prise  de  la  rue  du 
Feurre  où  il  est  écrit  de  la  propre  main  de  Maugis  d'Aigremont  : 
Omne  animal  a  coïtu  tristatur,  prœter  gallum  et  scholasticum 
f, gratis.  Noël  du  Fail,  édit.  Assézat,  I,  292. 

81.  «  Cocher  =  faire  le  coq  ;  se  dit  d'un  libertin.  » 

Centre,  Jaubert. 
«  Haanig  en  hollandais,  signifie  lascif.  » 


GALLUS  DOMESTICUS.  33 


«  Qallito  en  espagnol  signifie  jeune  homme  hardi  auprès   des 
femmes.  »  ^ 

«  Correr  gallo  en  espagnol  se  dit  d'un  jeune  homme  qui  coure 
les  filles  pendant  la  nuit.  » 

82.  «  Galloria  =  resjouissance  excessive  et  démesurée  comme 
le  recoquillement  dv  coq.  »       Italien,  DuEZ,  Dict,  ital.-franç,  1678. 

«  Gallare,  galloriare,  galluzzare,  tressaillir  de  joie.  » 

Italien. 

83.  «  Jaloux  comme  un  coq.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

84.  «  En  Lorraine  on  appelle  jau  un  garçon  à  allures  décidées 
et  même  d'une  manière  générale  un  garçon.  » 

«  Jaulet  =  petit  coq,  jeune  adolescent.  »     'Centre,  Jaubert. 

85.  «  Loukis  à  vos  poiettes  ji  lais  aller  mes  coquYais.  »  —  Re- 
gardez à  vos  poules,  je  lâche  mon  coq.  Wallon,  Dejardin. 

«  Gardez  vos  poules,  nos  coqs  sont  lâchés.  »  —  Gardez  vos  filles, 
nous  ne  sommes  pas  responsables  de  nos  garçons. 

Locution  française. 

«  N'aï  qé  de  gais,  vëzi,  gardo  tas  gallnos.  »        Languedocien. 

«  C'est  à  toi  de  prendre  garde  à  ta  poule,  tu  sais  bien  que  mon 
coq  est  aux  champs.  » 

Beauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Prends  garde  à  ta  poule,  mon  coq  est  à  l'abandon.  » 

Beauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Dezpunet  ho  ier,  rak  me  lezo  va  c'hileien  da  redek.  »  —  Ramassez 
vos  poules,  car  je  vais  laisser  mes  coqs  courir.  , 

Breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

86.  «  Lâchez  vous  pouilles,  les  coqs  ne  seront  me  long  à  venin.  » 
—  Lâchez  vos  poules,  les  coqs  arriveront  bientôt. 

Meuse,  Cordibr,  Coumédies, 

STk  «  Courageux,  hardi  comme  un  coq.  »        Loc.  française. 

3 


34  GALLUS  DOMESTICUS. 

«  On  dit  d*un  homme  capable  de  se  défendre,  qu'il  est  bien  ergoté.  » 

Beauce  ;  Gâtinais,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

«  Batailleur  comme  un  coq.  »  Français. 

«  Poltron  comme  une  poule.  »  —  «  Avoir  un   cœur  de  poule.  » 

Locutions  françaises. 

«  Chicken-hearted.  »  —  Cowardly,  fearful.       Anglais,  J.  C.  H. 

S'enfuir  se  dit  :  faire  la  poule  (en  ancien  français,  Duez)  ;  galli^ 
negiare  (en  italien). 

«  On  dit  d'un  homme  qui    a  peu  d'énergie   que  c'est  une  poule 
mouillée  (français)  ;  en  italien  on  l'appelle  gallina  bagnata,  » 

«  On  appelle  un  homme  faible  et  efféminé,  qui  n'a  aucune  vigueur 
dans  ses  actions  une  poule  laitée,  »  Leroux,  Dict,  com, 

88.  «  The  house  is  full  of  fowls,  but  there's  not  a  cock  to  crow.  » 
—  Said  of  useless  people.  Proverbe  telugu,  Carr. 

«  Koz  iar^  méchante  poule  ;  koz  kahoun,  méchant  chapon  ;  répon- 
dent à  l'expression  française  de  poule  mouillée.  » 

Breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

89.  «  Pollito  =  poussin,  jeune  homme  sans  expérience.  » 

«  Er  hat  Gedanken  (ein  Gedâchtniss)  wie  ein  Huhn.  » 

Prusse,  Frischbier. 

«  Er  hat  unterm  Hiihnersitz  gestanden.  »  —  Er  ist  sehr  dumm. 

Prusse,  Frischbier. 

«  Engendré  d'un  coq  et  d'une  oie.  »  —  Sot  et  malin. 

Pays  de  Bray,  Decorde. 

90.  «  Être  rouge  comme  un  coq.  »  Français. 

«  Acocté  =  rouge  comme  un  coq.  »  Bessin,  Joret. 

«  Sies  rouge  couma  la  cresta  d'un  gai.  »  Nice,  Toselli. 

«  Ru  he  benn  evel  eur  c'hog.  »   —   La  tête  rouge  comme  un  coq. 

Breton,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

91.  «  Faire* une  moue  comme  une  poule  sur  son  jucher.  » 

Bourgogne,  Chauvelot,  Scènes  de  la  vie  de  campagne. 


GALLUS  DOMESTICUS.  35 


92.  «  I  fait  des  yeux  comme  une  poule  qui  perce  un  sas.  » 

Côtes -du -Nord,  communiqué  par  M.  P.  Sébillot. 

93.  «  Être  content  comme  une  poule  qui  a  trouvé  un   ver.  »  — 
Être  au  comble  de  la  joie.  Wallon,  Dbjardin. 

94.  «  Rire  comme  une  poule  qui  a  trouvé  un  couteau.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  Contint  comme  eine  glaigne  qu*avale  un  cleu.  » 

Picard,  Corblet. 

95.  «  Etouné  quem'  ine  poule  qui  a  trouvé  in  dièment  en  grat- 
tant du  fumier.  »  Saintonge,  Chapelot,  Contes  balzatois. 

96.  «  Was  zum  Hahne  werden  soll,  rôthet  bald  den  Kamm.  » 

Allemand,  Medikus. 

97.  «  Gallicinium.  »  '—  Heure  à  laquelle  chante  le  coq  vers  la 
fin  de  la  nuit.  Latin. 

«  Le  premier  chant  du  coq  se  fait  entendre  vers  deux  heures  du 
matin.  Il  sert  d'horloge  à  la  campagne.  Pour  préciser  l'heure  d'un 
événement  arrivé  la  nuit,  on  dit  :  le  coq  avait  ou  n'avait  pas 
chanté.  »  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

«  Del  prumier  gau.  »  —  Au  premier  chant  du  coq. 

Ancien  provençal. 

«  A  jau-chant.  »  —  Au  premier  chant  du  coq. 

Creusci  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

«  Al  canto  del  gallo.  »  —  Au  chant  du  coq,  à  minuit  passé. 

Espagnol. 

«  Al  primer  gallo.  »  —  Au  premier  chant  du  coq.     Espagnol. 

«  Il  gallo  è  Toriuolo  délia  villa.  »  —  Le  coq  est  Thorloge  de  la 
campagne.  Italien,  Pescetti. 

«  A  la  prima  voce  di  gallu  è  sempre  notte,  a  la  segonda  u  jornu 
s'abbicina,  a  la  terza  pelupiu  è  l'alba  chiara.  »   Corse,  Mattei. 

98.  «  Prêtre  et  coq  chantent  à  jeun.  » 

Proverbe  russe,  Eléments  de  la  langue  russe ^  1791. 


36  GALLUS  DOMESTICUS. 


) 


99.  «  Non  vi  canta  ne  gallo^  ne  gallina.  »  —  C^est  un  lieu  désert. 

Italien,  Pescetti. 

«  Eg  hoyrde  korkje  Hund,  elder  Hane.»  Norvégien. 

100.  «  Kin  guter  Hahn  krâht  auch  zweimal.  »         Allemand. 

101.  «  hou  gai  avant  de  canta,  batte  tre  fes  de  li  ala.  »  —  Le  coq 
avant  de  chanter  bat  trois  fois  de  Taile.  Il  ne  faut  pas  parler  sans 
avoir  réfléchi  à  ce  que  Ton  veut  dire.  Nice,  Toselli. 

,  102.  «  Trop  tôt  chante  votre  coq.  »  —  Vous  vous  vantez  trop  tôt. 

Proverbe  breton,  Sauvé. 

103.  «...  Quarante  francs  !  dit  le  libraire  en  jetant  un  cri  de 
poule  effrayée.  » 

Balzac,  Un  grand  homme  de  ^province  à  Paris, 

104.  «  Un  sa  ride  senza  scaccanà.  »  —  «  Ha  e  scaccanate  cumme 
e  galline.  »  Proverbes  corses,  Mattei. 

105.  «  On  appelle  clouco  (mot  à  mot  poule  couveuse)  une  personne 
qui  se  plaint  toujours  et  pour  le  plus  petit  malaise.  » 

Aveyron,  Vayssier. 

«  On  donne  le  nom  de  cloc^her  (couveur),  kloc^heres  (couveuse), 
aux  personnes  qui  se  dorlotent,  sont  toujours  à  geindre  et  ne  peu- 
vent se  résoudre  à  quitter  leur  banc  pour  se  mettre  au  travail.  » 

Breton  du  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

106.  «  C'est  un  petit  bec  qui  n'a  pas  la  pépie.  »  —  Se  dit  d^une 
fille  bavarde.  Poëtevin,  Dict.  franç^-alL 

«  Il  n'a  pas  la  pépie.  »  —  Il  bavarde  volontiers.      Loc.  frànç. 

«  Coquard  =  bavard  ;  coquarde  =  bavarde.  »  Ane.  franc.,  Dusz. 

<  C'est  Caquet  Bon  Bec,  la  poule  à  ma  tante.  »  —  C'est  une 
bavarde.  Comédie  des  proverbes. 

«  La  poule  à  ma  tante  =  une  bavarde.  »  DuEZ. 

«  Caqueter  =  bavarder,  jacasser.  »  Français. 

«  Elle  caquette  comme  une  poule  qui  vient  de  pondre.  *  ^ 

Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 


GALLUS   DOMESTICUS.  37 


107.  «  Dui  donni  e  'na  gaddina    fannu   un   mircatu.  »  —    Deux 
femmes  et  une  poule  ça  fait  un  marché.  Sicile,  Pitre. 

«  Do  fomne  e    du  poli,    fa  '1   mercat   de  Pralboi.  »   —    Deux 
femmes  et  deux  poulets,  font  le  marché  de  Pralboi. 

Bergame,  Reinsberg. 

108.  «  Es  wird  kein  Hahn  darnach  krâhen.  »  —   Personne  n'y 
trouvera  à  redire,  ne  s'en  offusquera.  Allemand. 

«  Daar  kraalt  noch  haan,  noch  hen.  »  Hollandais. 

109.  «  Plumer  la  poule  sans  la  faire  crier.  »  Français. 

«  Je  sçavois  bien  manger  la  poule  sans  faire  crier  le  coq.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  Non  pelar  tanto  la  gallina  che  strilli.  »  Italien. 

«  Piumè  la  galina  senssa  fêla  crié.  »  Vénitien. 

«  Man  muss  die  Henné  rupfen  ohne  dass  sie  schreit.  » 

Allemand. 

«  Hij  weet  de  hen  te  plukken,  zonder  dat  sij  schreeuwt.  » 

Hollandais. 

110.  «  Più  bugiardo  che   un     gallo.  »  —  Perciocchè  la  notte 
e'  canta  senza  distinzione  a  ogni  ora.  Italien. 

111.  «  Pendant  TA  vent    les  coqs  affolent  et  chantent  à  toutes 
les  heures,  sans  rime  ni  raison  ni  bon  sens.  » 

M»»  DE  Cerny,  Saint-Suliac  et  ses  traditions,  p.  43. 

112.  «  En  aoust  les    gélines   sont  sourdes.  »  A  cette  époque  de 
Tannée  elles  ne  font  pas  entendre  leur  caquetage.  Nucêrin 

113.  «  Quand  la  poule  est  déplumée,  le  coq  ne  veut  plus  chan- 
ter. *  Le  Père  Jérôme,  Recueil  de  Fadaises.  1826,  p.  88. 

114.  «  Grào  a  grào  enche  la  gallinha  o  papo.  >    Portugais. 
«  Grano  à  grano  hinche  la  gallina  el  papo.  »  Espagnol. 

115.  «  Gaddina  chi  camina,  s'arricogghi  eu  la  vozza  china.  »  — 


38  GALLUS  DOMESTICUS. 


C'est  le  contraire  du  proverbe  :  pierre  qui  roule  n'amasse  point  de 
mousse.  Sicilien,  Pitre. 

«  A  gallina  chi  cammina  si  ricogli  eu  la  vozza  china.  » 

Calabrc. 

116.  «  Être  comme  un  coq  en  pâte.  »  —  N'avoir  rien  à  désirer, 
être  comme  le  coq  qu'on  engraisse  avec  une  pâtée  faite  exprès  pour 
lui. 

«  Être  coq  de  bagage.  »  —  Être  à  son  aise,  être  comme  un  coq  en 
pâte.       Locution  française  (>),  Leroux,  Dictionnaire  comique, 

«  Être  kma  Tpu  su  Pouardzou.  »  —  Être  comme  le  coq  sur  l'orge. 

Les  Foui*gs,  TissoT,  Les  Mœurs ^  p.  162. 

«  Pareva  proprio  un  gallettp  su  una  bica  di  grano.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Der  Hahn  im  Korbe  sein.  »  Allemand. 

117.  «  Lu  plus  urous  d'achesto  monde  soun  lu  gai  dei  mouiniè, 

lu  can  dei  boucciè  e  lu  fatour  de  li  mounega.  » 

Nice,  TosELLi. 

«  Trè  cose  godono,  il  gallo  dei  mugnaio,  il  gatto  dei  beccaio,  e'I 
garzon  deirhoste.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Gallo  di  mugnaio,  gatto  di  beccaio,  garzone  d'  oste,  ortolano  di 
frati  e  fattor  di  monache.  »  Italien. 

«  Een  bagijnen-pater—  Een  visschers  kater  —En  molenaars  haan  ; 
—  Als  deze  drie  van  honger  sterven,  —  dan  zal  de  wereld  vergaan.  » 

Hollandais. 

118.  «  Nonnains,  moisnes,  prestres  etpouUets 
Ne  sont  jamais  pleins  ne  saoulez.  » 

Proverbe  du  XVI*  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

«  Lu  preirb,  frate,  mounega  e  lu  poulas,  de  mangea  non  si  tro- 
voun  mai  las.  »  Nice,  Toselli. 

«  Ragazzi  e  polli  non  si  trovano  mai  satoUi.  »  Italien. 


(1)  Cette  locution  n*est  plus  usitée  aujourd'hui. 


GALLUS  DOMESTICUS.  39 


«  Donne  e  polli  non  son  mai  satolli.  »  Italien. 

«  I  putei  g'ha  sempre  el  beco  in  moia  come  le  galine.  » 

Vénitien. 

119.  «  On  dit  à    un   enfant  :  regarde  ce  raisin,   comptes-en  les 

grains.  —  L'enfant  dit  :   un,  deux,   trois,  etc.  —  Ce  n*est  pas  cela, 

compte-les  donc  comme  une  poule,  —  L'enfant  comprend  bien  vite 

et  les  mange.  » 

Eure-et-Loir,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

120.  Laissez  faire  la  poule  qui  est  à  Poutau  (à  la  maison)  ;  si 
elle  ne  pique  tôt,  elle  pique  tard  ;  elle  sait  bien  où  il  y  a  à  pi- 
quer. »  Proverbe  franc-comtois, Perron. 

«  Gallina  que  stà  en  majoun,  tougiou  mastega.  »       Nice,  Toselli. 

«  La  gallina  che  es  en  cà,  se  non  pitta  à  pittà  »       Nice,  Toselli. 

«  Gallinetta  va  per  casa,  o  ch'  ella  becca,  o  ch'  ella  ha  beccato.  » 
—  Per  far  intendere  che  non  è  da  prendersi  fastidio  nel  veder  una 
donna  mangiar  poco  a  tavola.  Italien. 

«  La  gallina  che  stà  en  cà,  se  no  Tha  becat,  la  becarà.  » 

Venise,  Pasqualigo. 

«  Gallina  ch'  un  becca,  ha  biccatu.  »  Corse,  Mattei. 

«  Gallina  che  non  pizzola,  ha  pizzolato.  »  Italien. 

«  La  gajnna  che  sempcr  stà  per  ca,  Timpieniss  el  so  goss.  » 

Milanais. 

121 .  «  Quand  on  tient  la  poule  il  faut  la  plumer.  » 

Proverbe  français. 

122.  «  Oude  hanen  zijn  moeijelijk  te  plukken.  »—  Les  vieux  coqs 
sont  difficiles  à  plumer.  Les  personnes  qui  ont  de  l'expérience  sont 
difficiles  à  tromper.  Hollandais. 

123.  «  Plumer  la  poule  =  vivre  de  pillage  et  d'exactions.  » 

Locution  française  ancienne. 

«  Hen-nez  'zo  eur  displuner  iar.  »  —  Celui-là  est  un  plumeur  de 
poules  (c'est  un  voleur). 

Breton  du  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Aguige  ornie  =  maraudeur,  goujat.  » 

Ancien  argot,  Francisque  Michel. 


40  OALLUS  DOM£STICUS. 


«  Casse  garie  =  maraudeur,  goujat.  » 

Ancien  argot  du  Midi,  Francisque  Michel. 

124.  «  Er  geht  "wie  ein  Huhnerdieb.  »  —  Er  vermag  seinem 
N&chsten  nicht  ofifen  in^s  Auge  zu  sehen.      Prusse,  Frisghbier. 

125.  «  On  appelle  chair  ou  peau  de  poule,  une  peau  qui  n'est 
pas  lisse  et  qui  a  des  élevûres  pareilles  à  celles  qui  paraissent  sur 
la  peau  d'une  poule  plumée.  On  dit,  figurément,  d'une  chose  qui 
f^it  frissonner,  qu'elle  fait  venir  la  peau  ou  ta  chaire  de  poule,  » 

4  Feràud. 

«  Béni  car  de  poulo  =  avoir  la  chaire  de  poule.  » 

Aveyron,  Vatssibr. 

4c  Avoir  la  chair  de  poule  =  avoir  froid.  »         Loc.  française. 

«  Kro^henn  iar  (peau  de  pouleT^'emploie  en  breton  dans  le  même 
sens  qu'en  français.  On  appelle  aussi  drein  ier  (épines  de  poules) 
une  sorte  d'éruption  produite  par  le  froid.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Fa  vegni  su  la  pell  de  capon.  »  —  Far  fare  la  pelle  accaponata, 
metter  si^bito  spavento  e  freddo.  Milanais,  Banfi. 

«  Sentiss  a  vegni  su  la  pell  de  capon.  »  —  Sentirsi  accaponar  la 
vita  ;  di  subita  paura,  ribrezzo,  freddo.  Milanais,  Banfi. 

Cf.  le  mot  mulhousien  G&nshatt  qui  (d'après  DollAis)  a  cette  même 
acception  de  chair  de  poule. 

126.  «  On  appelle  plaisamment  gants  en  cuir  de  poule  des  gants 
de  qualité  inférieure  qui  se  déchirent  aisément.  » 

Voy.  L.  RiGAUD,  Bict,  d'' argot, 

127.  «  Divant  di  v'ni  â  bêche,  les  coqs  si  pitet.  »  —  Avant  d'en 
venir  au  bec,  les  coqs  se  donnent  des  coups  de  patte. 

Wallon,  De  JARDIN. 

128.  «  11  a  les  mains  faites  en  chapon  rôti.  »  —  Il  a  les  doigts 
ci'ochus;  il  aime  à  prendre,  à  dérober.  Locution  française. 

«  Zyne  Angers  zyn  zoo  kron  als  haane-pouten.  »  —  Ses  doigts 
sont  crochus  comme  des  pattes  de  coq.  Hollandais,  Marin. 

129.  «  C'est  passé  comme  un  cocq  sur  brèse.  » 

Proverbe  du  XV«  siècle,  Leroux  de  Lingy. 

«  Er  ist  darûber  gelaufen,  v^rie  der  Hahn  uber  die  Kohlen.  » 

Allemand. 


GALLUS  DÔMESTICUS.  41 


130.  «  Et  krabbet  keine  henné  umsonst.  »  —  Une  poule  ne 
gratte  pas  pour  rien.  Neumark,  Reinsberg. 

«  Auch  die  Henné  kratzt  nicht  vergeblich.  » 

Lithuanien,    Sghleicher. 

131.  «  Ogni  gallina  raspa  (var,  ruspa)  a  se.  »  Italien. 

132.  «  La  neige  qui  tombe  en  février  —  la  poule  l'emporte  avec 
le  pied.  »  —  C'est-à-dire  il  n'en  tombe  pas  beaucoup. 

Basses-Pyrénées,  Statistique  de  la  France, 

133.  «  Il  faut  que  la  poule  aide  à  gratter  au  coq.  » 

Franche -Comté,  Perron. 

«  Come  disse  il  gallo  alla  gallina  :  e  bisogna  fare  a  giova, 
giova.  »  Italien,  Pescetti. 

134.  Fa  come  il  gallo,  canta  bene  e  ruspa  maie.  »— Il  fait  comme 
le  coq,  il  chante  bien  et  gratte  mal.  Il  presche  bien  et  fait  de  mau- 
vaises œuvres.  Italien,  Duez. 

«  Far  come  il  gallo,  cantar  bene  e  razzolar  maie.  »       Italien. 

«  Galena  d'Seneca  canta  ben  e  raspa  mal.  »     Piémont,  Zalli. 

135.  «  Tanto  sparpaglia  una  gallina,  quanto  radunan  cento.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Eine  Henné  kann  mehr  auseinander  scharren  als  sieben  Hàhne.  » 

Allemand,  Medikus. 

«  Der  Hahn  kann  nicht  so  viel  zusammentragen,  als  die  Henné 
verscharren  mag.  »  Allemand,  Medikus. 

136.  «  Hierom  en  daarom  gaan  de  hoenders  barrevoets.  » 

Hollandais. 

137.  «  An,  obsecro,  hercle,  habent  quoque  gallinse  manus  ? — Nam 
has  quidem  gallina  scribsit.  »         Plaute,  Pseudolus,  I,  1,  52. 

«  Ik  kan  dat  rabbel-schrift  niet  leezen,  het  zyn  maar  haanepooten, 
kriewel  lettcrs.  »  —  Je  ne  saurais  lire  ce  griffonnage,  ce  ne  sont 
que  des  pieds  de  mouches.  Hollandais,  Marin. 

«  Hei  sclirôvï^t  wie  e  Docter  —  als  wenn  de  Hahn  klaut.  » 

Prusse,  Frisghbier. 


42  GALLUS  DOMESTICUS. 


«  Kriggel  kraggel  Hahnkôfoot  »  —  Gekritzel,  schlechte,  unleser- 
liche  Schrift.  Prusse,  Frischbikr. 

138.  «  Ein  Huhn  hat  so  viele  Plugel,  als  cin  Falke,  und  kann  doch 
nicht  so  hoch  fliegen.  »  Allemand,  Medikus. 

139.  «  D\)ù  vient  que  Thomme  s'ennuye  tost  à  la  luitte  amou- 
reuse, iamais  la  femme  et  qu'un  coq  suffira  à  treize  poules  mais  une 
femme  à  quatorze  hommes  ?»  L.  Joubert,  1600. 

«  Un  coq  suffit  a  dix  poules,  mais  dix  hommes  ne  suffisent  pas   à 
.  une  femme.  » 

Proverbe  basque.  Franc.  Michel,  Le  pays  basque,  p.  38. 

«  A  un  bon  coq  il  faut  sept  poules.  »  —  Se  dit  d'un  jeune  homme 
qui  fréquente  plusieurs  jeunes  filles  à  la  fois. 

Beauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Au  bon  coq  il  faut  sept  poules,  à  une  bonne  femme  il  faut  sept 
hommes.  »  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

«  Un  gallo  basta  a  dieci  galline.  »  Italien,  Duez. 

140.  «  Qui  n'a  qu'un  gai  n'a  pas  de  gai.  »  —  Il  faut  avoir  plus 
d'un  coq  (ou  plus  d'un  enfant  mâle). 

Proverbe  languedocien,  Armana  de  Lengado  pour  1877. 

141.  «  Gâou  dé  carrière,  doulour  {ou  diâblé)  d'oustâou.  »  —  Coq 
'   de  rue,  douleur  (ou  démon)  de  maison.   Maris  aimables  et  galants 

dehors,  désagréables  chez  eux.  Vaucluse,  Barjavel. 

142.  «  Le  coq  et  le  serviteur  —  un  seul  an  sont  en  vigueur.  » 

Proverbe  français,  Leroux  de  Lincy. 

143.  «  ...  Jusqu'à  l'heure  de  ma  mort,  je  serai  jeune  comme  un 
coq  de  deux  ans.  »  Balzac,  Les  'paysans. 

144.  «  A  la  gallina  vieija  fou  un  gallet  giouve  e  ardit.  » 

Nice,  TosELLi. 

145.  «  Quand  ou  parle  avec  la  poule  on  voit  venir  le  coq.  » 

L.  Cladel,  Le  Bouscassié,  1869,  p.  203. 

146.  «  Oqouos  pas  Tomour  que  cal   —  quando  lo  poulo  bo  bers 


GALLUS  DOMESTICUS.  43 


lou  gai.  »  —  Ce  n'est  pas  un  amour  qui   convient   quand    la  poule 
fait  les  avances  au  coq.  Espalion  (Aveyron),  Apfre. 

«  L'affairé  va  mau  quand  la  galino  cerquo  lou  gau.  » 

Provençal  moderne. 

«  When  the  hen  gaes  to  the  cock  the  birds  may  get  a  knock.  »  — 
Quand  la  poule  recherche  le  coq  les  poussins  peuvent  en  pâtir. 

Proverbe  écossais,  Reinsberg. 

«  Wenn  die  Henné  zum  Hahn  kommt,  vergisst  sie  der  Kuchlein.  » 

Allemand. 

«  Naar  Honen  kommer  til  Hanen,  glemmer  den.  Kyllinggerne.  » 

Danois. 

147.  «  Eur  c'hog  mad  na  ve  morse  lard.  »  —  Un  bon  coq  n'est 
jamais  gras.  Breton. 

«  Un  bon  coq  n'est  jamais  gras.  »  Français. 

«  Gallo  bom  nunca  foi  gordo.  »  Portugais. 

«  Ein  schlechter  Hahn  der  fett  v^ird.  »  Allemand. 

«  Een  goede  haan  was  nooyt  vet.  »  Hollandais. 

«  Au  printemps  tous  les  coqs  sont  maigres.  »  —  Se  dit  à  propos 
des  jeunes  mariés.    Beauce  et  Gâtinais,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

148.  «  Ein  guter  Hahn  der  v^ird  im  Alter  fett.  » 

Elbing,  Prusse,  Frischbier. 

149.  «  Il  a  des  mollets  de  coq.  »  —  Se  dit  de  quelqu'un  qui   n'a 
pas  de  gras  dans  les  mollets.  Locution  française. 

«  Hen- nez  heu  deuz  divisker  iar-gok.  »  —  Celui-là  a  des  jambes 
de  poule-coq  (de  poule  qui  chante  le  coq).  Ses  mollets  sont  maigres. 

Breton  du  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

150.  «  As  fat  as  henne's  on  the  forehead.  »  —  C'est- à-dii'e  très 
maigre.  Anglais,  Cotgrave,  sub  verbo  maigre  comme  une  pie, 

151.  «  Un  coq  pas  plus  gros  que  mon  poing,  vient  à  bout  d'une 
poule  grosse  comme  un  four.  *  Proverbe  breton,  Sauvé. 

152.  «  Ce  n'est  pas  à  la  poule  à  chanter  devant  le  coq.  »  —  Une 
femme  ne  doit  point  se  mêler  de  décider  en  présence  de  son  mari. 

Fbraud. 


i4  r\uMi^  joioi^Trcrâ. 


<  La:  ;vïnf*^  iw^  toit  pw»  •^lMHrit<»r  iw^  i&  :  oo.  > 

«<  [  lie   r>fît  ;:MJ**Tff  loe  ^fu»*   .rtaiiuis    niir*ait     ju*   Lent  [oe   < 
'^'ïff.  -^  PtcarcL  Toi^LKr. 

-*^ «Vfm*»  bo  iiMil  —  rHAiwt  'o  ^lino  ro  .on  rai.  > 

Sonef^ne.  Dotal. 

«^Trfi^tsr  >>9i  ;»  m»fomi  tonn   !a.  jallÎTia    ^^mca.   ^   Loa   ^aL  it».  au 

««^  Chefle  f>*ïm<*i]e  lo  — '  -îile  ^baaxe^  le  ^.  •-  —  Cette  remme  veot 
être  iar  mattrewie*  Kcairt. 


-«^  r^  mf^vt^S(^  v^  ma  iiiaafi  la  îv^nia  ^rt autan  aiar  lue  Le  .;a-  »  — 
r^  m^arâfe  v»  mari  rjnAm^  le^  p*)nles  rhanretir  ^iii&  iiauc  que  Le  ctiq^i. 

Portugais.  Pshhyh^ 
^  TrMa  'î  ^iH»!!»  ^a»»  rt^^ve  le  jalline  nniano  -tl  jnilo  Ubce.  » 

rirai  T*»Ti 

^^  Pa  ^îV^Ma  <*»««  è  j>*v*»  j>a**i*  —  <îve  gallrna  ^'anca  e  ^rilii»  taee.  » 

rtalien. 

«'  ?^  ^j^-iïî*  4^  <>rww^aU>  —  mai.^  p'vie  a  gallinlLà  «^le  o  gallo.  » 

PortHiraL*»  E^ebetka. 

^  fh''/f  fhMit  kà^i^p,  Hoi^en  gsàer,  Mantiea  tîer,  Quin'fen   caler, 
/f/îf  ((HftAt  ô(d  \\âf\  i\\.  *  ^  Danois. 

n  I^HHt  WfhH  ^fl  f^fff  Uênien  gaJa«  og  Kooa  tîI  fyre   Mannea  tala, 

/|»«  ^r^îV*".  <1«i  r/ikjêj  <ï?»i  rdfiie  Lag.  »  Nonrégien. 

*  iMi  tianen  |<ftlft  og  inkje  Hona.  »  Norvégien. 


GALLUS   DOMESTICUS.  45 


«  Det  h  us  âr  icke  utaii  qval,  der  hanen  kacklar  och  hônan 
gai.  »  Suédois. 

«  Wo  die  Henné  krâht  und  der  Hahn  schweigt,  da  geht's 
liiderlich  zu.  »  Allemand. 

4c  Wenn  das  Weib  red't  vor  dem  Mann,  und  die  Henné  krâht  vor 
dem  Hahn,  und  die  Katz'  flieht  vor  dei*  Maus,  so  gibt's  selten  gut 
Wetter  im  Haus.  »  Suisse  allemande. 

«  Het  is  in  huis  een  groot  verdriet,  daar't  hennetje  kraait,  en't 
haantje  niet.  »  Hollandais. 

«  't  is  in  het  huis  geheel  verdraeid,  daer't  haenetje  zwygt,  en't 
henneke  kraeit.  *  Flamand. 

«  It  's  a  sad  house  where  the  hen  crows  louder  than  the  cock.  * 

Anglais. 

«  Nâr  hônan  will  .  fÔr  hanen  gala  a  kvinnan  for  mannen  tala, 
dà  kan  inte  gâ  i  las.  »  Skanie  (Suède),  Reinsberg. 

153.  «  Mauvaise  est  la  poule  si  pour  le  coq  elle  n'est.  » 

Proverbe  breton,  Sauvé. 

154.  «  La  gallina  che  stà  au  gallinié,  es  signe  che  vou  ben  au 
gai.  *  Nice,  Toselli. 

«  A  galina  che  ghe  piase  el  galo,  ghe  piase  anca  el  so  ponaro 
{poUaio).  »  —  La  donna  casai inga  fa  onore  al  marito  ;  e  fa 
onore  anco  a  se.  Venise,  Pasqualigo. 

155.  «  C'est  on  biau-1-ojeau  qu'  lou  pu,  mais  quand  on  V  va  trou 
soua  y  pu.  »  —  C'est  un  bel  oiseau  que  le  coq,  mais  quand  on  le 
voit  trop  souvent  il  déplaît  (l'uniformité  devient  fatigante). 

Les  Fourgs,  Tissot. 

156.  «  Être  le  coq  du  village.* —  Être  le  plus  riche,  être  le  person- 
nage le  plus  important  du  village,  être  le  garçon  le  mieux  tourné 
et  le  mieux  vu  des  filles. 

«  Être  le  coq,  être  le  coq  de  la  paroisse,  être  le  coq  du  bourg.  » 
—  Même  sens.  Leroux,  Dictionnaire  comique. 

«  Hen-nez  eo  kog  ker.  »  —  Celui-là  est  le  coq  du  village,  c'est- 
à-dire  le  plus  fort.  Breton. 


46  GALLUS  DOMESTICUS. 


«  Killok  ar  barres.  »  —   Coq  de  la  paroisse.  Se  dit  du  garçon  qui 
a  le  plus  de  succès  auprès  des  jeunes  filles.  Breton. 

«  Ser  el  gallo  del  pueblo.  »  Espagnol. 

«  Gallito  de  lugar.  »  Espagnol. 

157.  «  1  n^  fâ  nin  deux  coqs  so  in  ancinî.  »  —  Il  ne  faut  pas 
deux  coqs  sur  un  même  fumier.  Wallon,  Dejardin. 

«  Non  istanno  bene  due  galli  in  un  cortile.  »  Italien. 

«  Non  istanno  bene  due  galli  in  un  pollajo.  »  Italien. 

«  Dui  galli  a  un  pullaghiu  ci  stanu  maie.  »        Corse,  Mattki. 

«  Do  gali  in  un  punaro  i  se  beca.  »  Venise,  Pasqualigo. 

«  Du  gall  in  t'  un  polàr.  »  —  Due  ghiotti  ad  un  tagliere. 

Parme,  Malaspina. 

«  Esse  doi  gaj  ant'  un  gioch.  »  —  Esser  due  ghiotti  ad  un  tagliere, 
cioè  amare  ed  appetire  in  due  una  medesima  cosa. 

Piémont,  Zalli.    • 

«  Mali  stannu  du'  gaddi  ^ntra  un  puddaru.  »  Sicile,  Pitre. 
«  Nun  su'  boni  du'  gaddi  'ntra  un  bagghiu.  »  Sicile,  Pitre. 
«  Dos  galls  en  un  galliner  no  cantan  bé.  »      Catalan  moderne. 

«  Zwei  Hahnen  auf  einem  mist  vertragen  sich  nicht.  > 

Allemand. 

«  Zwei  Hâhne  taugen  nicht  auf  einem  mist.  »  Allemand. 

«  E  Chatz  und  e  Muus,  zwee  Gûggel  im  e  Huus,  en  alte  Ma  und  e 
jungs  Wiib  bliibet  sâlte-n  ohne  Chiib.  »  —  Eine  Katze  und  eine 
Maus,  zwei  Hâhne  in  einem  Haus,  ein  alter  Mann  und  ein  junges 
Weib,  bleiben    selten    ohne    Gekeif. 

Suisse  allemande,  Reinsberg. 

«  Twee  hanen  in  een  huis,  de  kat  met  de  muis^  een  oud  man  en 
een  jong  wijf  geeft  eeuwig  gekijf.  »  Hollandais. 

158  «  Quand  on  chaponne  un  coq  on  pratique  fréquemment 
l'usage  suivant  :,  la  crête  du  nouveau  chapon  vient  d'être  coupée 
très  près  du  crâne  et  une  plaie  longue  et  béante  laisse  couler  un 
sang  abondant  ;  la  fermière  étanche  ce  sang  avec  une  pincée  de 


GALLUS  DOMESTICUS.  47 


cendre,  puis  délicatement  enlève  les  ergots  des  pattes  de  sa  vic- 
time et  les  plante  sur  le  crâne,  entre  les  lèvres  de  la  plaie.  L'opé- 
ration est  terminée.  La  nature  fera  le  reste,  et  dans  quelques  mois 
vous  verrez  une  ou  deux  petites  cornes  blanches  qui  émergeront 
timidement  de  la  plaie  cicatrisée.  Quelle  forme  prendront  ces 
cornes  ?  Seront-elles  droites  ou  recourbées  ?  J'en  ai  vu  de  droites 
plantées  sur  le  crâne,  comme  un  paratonnerre  ;  j'en  ai  vu  de  cour- 
bées en  avant,  comme  la  huppe  du  colin  de  Californie  ;  j'en  ai  vu, 
enfin,  qui  ressemblaient  aux  cornes  de  béliers.  Bref,  attendez-vous, 
à  voir  les  formes  les  plus  invraisemblables.  » 

V Acclimatation,  23  décembre  1877. 

159.  «  Il  est  d'usage  de  couper  la  crête  des  poulets  qu'on  vient 
de  chaponner.  Le  but  est  de  les  distinguer  des  coqs  ;  d'ailleurs,  la 
crête  si  on  la  laissait  ne  tarderait  pas  à  se  flétrir.  » 

160.  «  Gallo  senza  cresta  è  un  cappone  ;  uomo  senza  barba  è 
un  minchione.  »  Italien. 

«  El  galo  senza  gresta  l'é  un  capon  —  è  1'  uomo  senza  barba  xe 
un  cogion.  »  Venise,  Pasqualigo. 

161.  «  Ecarter  les  jambes  comme  un  jaou  châtré.  » 

'     Deux-Sèvres,  B.  SoucHii,  Proverbes,  etc. 

162.  «  Gras  comme  un  chapon.  » 

163.  «  Oncques  chapon  n'aima  gelines  (M.  » 

Proverbe  ancien  français,  Nucérin. 

«  Bien  savez,  li  cox  chaponez  est  as  gelines  mal  venus.  » 

XIV"  siècle,  Littré,  Suj^lément. 

164.  On  fait  quelquefois  couver  les  œufs  par  des 
chapons  : 

«  Pour  rendre  un  chapon  propre  à  l'incubation,  la  fille  de  basse- 
cour  doit  lui  arracher  les  plumes  de  dessous  le  ventre,  le  lui  frotter 
avec  des  orties,  et  exciter  ainsi  en  lui  une  démangeaison  qui  ne  se 
calme  que  lorsqu'il  se  tient  assidûment  dans  un  nid  rempli  d'œufs. 

(1)  <«  Les  chapons,  ayant  été  mis  hors  du  droit  commun  par  la  bar- 
barie des  hommes,  sont  toujours  mai  venus  des  poules.  Elles  les  atta- 
quent dans  la  basse-cour,  et  elles  ne  les  souffrent  jamais  à  côté  d'elles 
sur  lesjuchoirs.  «    Desormeaux,  Tableau  de  la  vie  rurale.' 


48  GALLUS  DOMËSTICUS. 


—  Quelques-unes  de  ces  mères  artificielles  s'y  tiennent  vingt  et  un 
jours  de  suite,  mais  elles  n'ont  ni  Pardeur  ni  la  "constance  des  mères 
véritables,  qu'il  faut  arracher  de  dessus  leurs  œufs  pour  qu'elles  ne 
meurent  pas  de  faim.  » 

Desormeaux,  Tableau  de  la  me  rurale. 

165.  «  Ghelinous  m.,  ghelinouse  f.  =  frileux,  frileuse.  »  —  Ces 
mots  viennent  de  ghelines,  poules  castrées,  poulardes,  sans  doute 
parce  qu'elles  sont  plus  sensibles  au  froid  que  les  autres. 

Saintonge,  Jônain. 

166.  «  Il  n'est  que  jeune  poule  à  pondre  et  vieille  à  couver.  » 

xvr  siècle,  La  Maison  rustique, 

«  Gallina  giovane  per  fare  uova,  e  vecchia  per  covare.  » 

Italien,  Pesgetti. 

«  Galina  zovene  per  far  vovi,  veccia  per  coàrli.  » 

Venise,  Pasqualigo. 

167.  «  Glousser  n'est  pas  pondre.»   Prov.  franc.,  Reinsbero. 

«  Clouqueya  n'ey  pas  ha  l'oueû.  »  Béarn,  Reinsberg. 

«  Toute  galine  que  cacaléje,  fâi  pa  lou  mai  d'iôou.  »  —  La  poule 
qui  glousse  continuellement  n'est  pas  celle  qui  pond  le  plus. 

Vaucluse,  Barjavel. 

«  Cacaréar  y  no  poner  huevos.  »  —  Caqueter  et  ne  pas  pondre.  Se 
dit  des  faiseurs  de  projets  chimériques.  Espagnol. 

«  Hennen,  die  viel  gackern,  legen  wenig  Eier.  »       Allemand. 

«  Manches  Huhn  gackert,  und  legt  doch  nicht.»       Allemand. 

«  Het  hoen,  dat  het  meest  kakelt,  geeft  de  raeeste  eijers  niet.  » 

Hollandais. 

168.  «  Er  kann  weder  gackeln  noch  Eier  legen.  »  —  Il  n'est  bon 
à  rien.  Proverbe  allemand,  Grimm,  Wœrterbuch. 

169.  «  Fette  Hennen  legen  nicht.  »  Allemand. 

170.  «  Une  poule  qui  pond  trois  œufs  s'écorche.  » 

Poitou,  L.  Desaivre,  Croyances,  etc. 

171.  «  La  poule  qui  caquette  est  celle  qui  a  fait  l'œuf.  » 

Français. 


GALLUS    DOMESTICUS.  49 

«  C'est  la  poule  qui  chante  qui  a  fait  l'œuf.  »  Français. 

«  Le  premére  g'iîne  que  caquele  ast  celle  qu'eu  ponu.  » 

Arrondissement  de  Lunéville,  L.  Adam. 

«  La  gallina  che  schiamazza  è  quella  che  ha  fatto  Fuovo.  » 

Italien. 

«  Gallina  chi  canta  ha  fattu  Tovu.  »  Corse,  Mattei. 

«  La  prima  galina  ch'a  canta,  a  Pè  cola  ch'a  l'a  fait  l'euv.  » 

Piémont. 

«  La  galena  ch  strid  V  è  quélla  ch  ha  fait  l'ôv.  » 

Rome,  Reinsberg. 

«  Se  la  galina  tasesse,  nissun  savaria  che  la  ga  fato  el  vovo.  > 

Vénitien. 

«  La  gaddina  si  tacissi  —  quannu  fa  Tovu  'un  si  sapissi.  »  —  Si 
la  poule  se  taisait,  on  ne  saurait  pas  quand  elle  a  fait  l'œuf. 

Sicilien,  Pitre. 

«  Dersom  Honen  ikke  kaglede,  vidste  man  ikke  hvad  hun  havde 
giort.  »  —  Wenn  die  Henn^  nicht  gackerte,  wusste  man  nicht,  was 
sie  gemacht  hat.  Danois,  Reinsberg. 

«  Om  inte  hônan  kacklade,  vistte  man  icke  (inte)  att  hon  hade 
vârpt.  »  —  Wenn  die  Henné  nicht  gackerte,  wiisste  man  nicht,  dass 
sie  gelegt  hat.  Suédois,  Reinsberg. 

172.  «  La  poule  perd  ses  œufs  —  en  trop  chantant  après  avoir 
pondu.  >  Proverbe  breton,  Sauvé. 

173.  «  Femme  maligne  et  poule  qui  pond  —  font  grand  bruit  à 
la  maison.  »  Franche -Comté,  Perron. 

174.  «  Noire  geline  pond  blanc  œuf.  »  Ancien  français. 

«  La  gallina  nera  fa  l'uovo  bianco.  »  Italien. 

«  D'uovo  bianco  spesso  pulcin  nero.  »  Italien. 

«  Miraculu  di  San  Cunnuttu  !  la  gaddina  niura  fa  l'ovu  biancu  î  » 
—  Se  dit  aux  personnes  qui  s'émerveillent  d'une  chose  toute  simple. 

Sicilien,  Pitre. 

«  The  black  hen  layeth  a  white  egg,  »  Anglais. 

4 


50  GALLUS  OOMESTICUS. 

175.  «  Wenn  man  der  Henné  nicht  bald  ein  Nest  macht,  so  legt 
8Îe  unter  die  Nesseln.  »  Allemand,  Medikus. 

176.  «  Kluge  Hûhner  legen  die  Eier  bei  's  Nest.  » 

Prusse,  Frischbier. 

177.  «  Kluge  Hûhner  legen  auch  in  die  Nesseln.  »  —  Personne 
n^est  infaillible,  tout  le  monde  peut  se  tromper.  Allemand. 

«  Ok  de  kloge  Hehner  gahne  (legge)  on  e  Nettle  on  verbrenne 
sôck  den  Arsch.  »  Prusse,  Frischbibr. 

«  A  schlâu  Hûn  l&t  au  in  de  N&ssel  unn  verbùrnt  sich  d'n  Oirsch.  » 
—  Même  une  poule  rusée  pond  dans  les  orties  et  se  brûle  le  cul. 

Thuringe,  Rbinsbbrg. 

«  Eene  wijze  hen  legt   wel  een  ei  in  de  brandnetels.  » 

Hollandais. 

«  En  kloker  hOna  kan   ocksâ  vârpa  i  nâsslorna.  » 

Suédois. 

«  De  kloge  hôns  kan  og  gOre  i  e  Nalder.  »  Jutland,  Rèinsberg. 

«  En  klog  hOne  kan  og  gôre  i  persillé.  »  —  Même  une  poule  sage 
pond  dans  le  persil.  Jutland,  Rèinsberg. 

178.  «  Wie  bald  hat  ein  huhn  ein  ei  verlegt  I  >       Allemand. 

179.  «  Auch  ein  gut  huhn  legt  bisweilen  ein  windei.  »  —  Il  peut 
arriver  à  une  poule  sage  de  pondre  par  extraordinaire  une 
harde.  Personne  n^est  infaillible.  Allemand,  Medikus. 

180.  «  Die  henné  die  zu  frûh  gackert  legt  auf  den  tag  ein 
windei.  »  Allemand,  Medikus. 

Cf.  la  chienne  trop  pressée  qui  met  au  monde    des    petits  aveugles. 
Faune  populaire^  t.  IV,  p.  fiO,  §  3. 

181*  «  Sadge  coum^  uno  galino  que  pound  defouoro.  »  —  Sage 
comme  une  poule  qui  pond  dehors.  Rouergue, Duval. 

182.  «  Schlechte  henné,  die  in  des  nachbars  haus  legt.  » 

Allemand. 

«  Solche  hûhner,  die  daheim  essen  und  andersv^o  legen,  soll  man 
am  bratspiesz  ziehen.  »  Allemand,  Medikus. 


GALLUS  DOMESTICUS.  51 

«  You  keep  on  «  cluck-duking  »  hère,  and  lay  your  eggB  in 
another  village.  »  —  Addressed  to  a  hen.  Is  applied  to  a  man  who 
promises  a  favour  to  one  and  bestows  it  on  another. 

fiannu,  Thorburn. 

«  Tu  es  intéressé  comme  une  poule  qui  va  pondre  en  ville.  »  — 
C'est  ce  que  dit  une  mère  à  son  fils  en  lui  reprochant  son  manque 
d'économie.  Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

183.  «  Quand  une  poule  a  envie  de  perdre  son  œuf,  il  faut 
qu'elle  le  perde,  » 

Perron,  Proverbes  de  la  Franche-Comté,  p.  67. 

184.  «  Les  poules  pondent  par  le  bec.  »  —  Il  faut  bien  les 
nourrir  pour  avoir  des  œufs.  Proverbe  français. 

«  Las  poulos  pouonou  pel  bec.  »  Aveyron,  Yayssibr. 

«  Le  galline  fanno  Tuova  dal  becco.  »  Italien. 

«  El  vovo  vi^n  dal  beco.  »  Venise^  Pasqualigo. 

«  A  la  poule  serre  lui  le  poing  et  elle  te  serrera  le  cul.  » 

Proverbe  espagnol. 

«  Die  huhner  legen  eier  durch  den  kropf.  »  Allemand. 

185.  «  Gallina  bagnata  non  è  buona  per  chioccia  (*).  »  —  L'i- 
nerte e  poltrone  non  è  mai  buono  per  accasarsi,  perché  rendera 
infelice  la  sua  famiglia.  Proverbe  arabe-maltais,  Yassalli. 

186.  «  On  appelle  poule  mouillée  un  homme  lâche,  timide,  peu- 
reux. »  Français. 

187.  <  Il  est  frisé  comme  une  poule  mouillée.  »  —  Se  dit  pour 
se  moquer  d'un  homme  qui  a  les  cheveux  plats. 

Leroux,  Dictionnaire  comique, 

188.  %  Quand  une  personne  a  froid  et  serre  ses  membres  les 
uns  contre  les  autres,  on  lui  dit  :  vous  enflez  le  dos  comme  une 
poule  mouillée.  » 

fieauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

(1)  Lorsque  Ton  veut  faire  passer  k  une  poule  Tenvie  de  couver  on  la 
trempe  dans  l'eau. 


52  GALLUS  DOMESTICUS. 

189.  «  Bagnàa  come  on  poresin.  »  —  Trempé  comme  un  ponssin. 

Milanais,  Bânfi. 

190.  «  La  gallina  coua  mau,  fuora  doù  sieu  nido.  » 

Nice,  TosELLi. 

191.  «  Vous  ne  vous  remuez  non  plus  qu'une  épousée  qu'on 
atounie,  ni  qu'une  poule  qui  couve.  > 

Glossaire  de  V ancien  théâtre  français. 

192.  «  ...  Que  sans  cela  il  avoit  beau  le  saluer  et  présenter  pla- 
cets,  qu'il  n'y  feroit  rien  non  plus  que  le  coq  sur  les  œufs.  » 

Noël  du  Fail,  édition  Assezat,  I,  258. 

«  On  dit  d'un  homme  qui  veut  tenter  l'impossible,  qu'il  ne  fera 
rien  pas  plus  qu'un  coq  sur  des  œufs.  » 

Beauce  et  Qâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

193.  «  Onde  a  gallinha  tem  os  ovos,  la  se  Ihe  vam  os  oihos.  » 

Portugais,  Pereyra. 

«  Ali  ten  a  galina  os  oUos,  onde  ten  os  seas  ovos.  »  ^  La  poule 
a  toujours  les  yeux  sur  la  place  où  se  trouvent  ses  œufs. 

Proverbe  gallicien. 

194.  «  Sobre  un  huevo  pone  la  gallina.  »  —  Il  y  a  commence- 
ment à  tout.  Espagnol. 

195.  <  Ses  poies  c'est  des  awes.  »  —  Ses  poules  sont  des  oies  ;  il 
exagère  son  importance.  Wallon,  Dejardin. 

«  AU  his  geese  are  swans.  »  Anglais. 

«  The  hen  he  has  caught  has  four  legs.  »  —  Exaggeratioij. 

Proverbe  telugu,  Carr,  §  1049. 

196.  «  Seine  Hûhner  legen  Eier  mit  zwei  Dottern.  »  —  Se  dit  des 
personnes  qui  disent  avoir  tout  meilleur  que  les  autres.  AU. 

«  Seine  Eier  haben  allzeit  zwei  Dotter.  »  Allemand. 

«  Zijne  hennen  leggen  altijd  eijers  met  twee  dojers.  »     Holl. 

«  Mangen  bilder  sig  ind,  at  hans  »g  er  bedre  end  en  andens 
hone.  »  —  Plus  d'un  s'imagine  que  ses  œufs  sont  meilleurs  que  ceux 
des  poules  des  autres.  Proverbe  danois. 


GALLUS  DOMESTICUS.  53 


197.  «  A  gallinha  de  minha  visinha  he  mais  gorda  que  a  minha.  » 
—  Se  dit  des  envieux.  Portugais,  Pereyra. 

«  La  galiina  de  mi  vecina  mas  gorda  esta  que  la  mia.  » 

Espagnol. 

«  La  galiina  de  mi  vecina  mas  huevos  pone  que  la  mia.  » 

Espagnol. 

198.  «  La  gaddina  fa  l'ovu  e  lu  gaddu  grida.  »^  C'est  moi  qui 
peine  et  c'est  toi  qui  te  plains.  Sicile,  Pitre. 

«  La  galiina  ha  fatto  Tuovo  e  lo  gallo  scacateia.  »        Napolitain. 

«  La  gaddina  fa  l'ovu,  a  lu  gaddu  cci  bruccia  lu  culu.  » 

Sicile,  PiTRÈ. 

Cf.  le  proverbe  sicilien  :  «  La  crapa  figghia  e  lu  beccu  suda.  »  —  Pitre. 

199.  «  Las  poulos  de  janbié  —  poundoun  sul  garbié.  » 

Proverbe  gascon,  Taupiac. 

200.  «  Des  poulets  de  janbié  —  cado  plumo  bal  un  dinié.  » 

Proverbe  gascon,  Taupiac. 

201.  «  Non  v'è  galiina  ne  gallinaccia  —  che  di  gennajo  uova  non 
faccia.  >  Italien. 

«  Non  è  si  piccola  ponzina,  —  che  da  marzo  non  sia  galiina.  » 

Italien. 

«  A  la  Cannilora,  ogni  gaddina  veni  ad  ova.  >      Sicile,  Pitre. 

202.  «  Il  ne  faut  pas  mettre  tous  ses  œufs  dans  un  même  pa- 
nier. »  —  Panier  signifie  ici  corbeille  dans  laquelle  on  fait  couver 
les  œufs  par  une  poule.  Proverbe  français. 

«  I  n'fât  nin  mette  tos  ses  oûs  d'oins  l'même  banstai.  »       Wallon. 

«  Mette  tos  ses  oûs  dins  Tmême  chènât.  »  Wallon. 

«  Men  moet  niet  al  de  eijeren  onder  ééne  hen  leggen.  » 

Hollandais. 

203.  «  Esse  â  nid  de  coq.  »  —  Être  au  nid  du  coq.  Se  trouver  au 
dépourvu,  ne  rien  avoir  sous  la  main.  Wallon,  Dejardin. 


54  GALLUS  DOMESTICUS. 


204.  «  Couver  les  œufs  d'autrui.  »  Leroux  de  Lincy. 

205.  »  Lu  viddanu  addeva  la  gaddiua  e  lu  rlccu  si  la  mancia.  » 

Proverbe  sicilien  du  xvii*  siècle,  Pitre. 

206.  «  No  nacio'  el  poUo  para  si  solo.  »  —  Sic  vos  non  vobis. 

Proverbe  espagnol. 

207.  «  Il  pond  sur  ses  œufs,  il  couve  ses  œufs.  »  —  Se  dit  de 
celui  qui  est  riche  et  à  son  aise,  quand  il  n'a  pas  besoin  de  tra- 
vailler. Leroux,  Dictionnaire  comique. 

208.  «  I  n^  fât  nin  joker  so  séz  oûz.  »  —  Il  ne  faut  pas  rester  à 
couver  sur  ses  œufs,  c'est-à-dire  il  faut  agir. 

Wallon,  Grandgagnage. 

209.  «  Havere  pulcin  di  gennaio.  »  —  Avoir  un  poussin  en  jan- 
vier, c'est-à-dire  avoir  des  enfants  en  sa  vieillesse. 

Italien,  Duez, 

210.  «  Aus  gebratenen  Eiern  kommen  keine  Hiihner.  » 

Allemand. 

«  Eier  in  der  Pfanne  geben  Kuchen,  aber  keine  Kûchen.  » 

Allemand. 

211.  «  Il  ne  faut  pas  compter  Pœuf  dans  le  cul  de  la  poule.  » 

Proverbe  français. 

«  Vât  mi  l'oû  es  s'main  qu'es  cou  de  l'poïe.  »  —  Vaut  mieux 
l'œuf  dans  la  main  qu'au  cul  de  la  poule.       Wallon,  Dejardin. 

«  Er  ktimmert  sich  um  uagelegte  Eier.  »  —  Il  se  préoccupe  d'œufs 
qui  ne  sont  pas  pondus.  Proverbe  allemand. 

«  Ungelegte  Eier  geben  ungewisse  Kûchlein.  »         Allemand. 

«  Aus  imgelegten  Eiern  v^rerden  spât  junge  Hiihner.  > 

Allemand. 

«  Er  verkauft  die  Eier,  ehe  sie  die  Henné  gelegt  hat.  » 

Allemand. 

«  Een  ongelegd  ei,  een  onzeker  ei.  >  Hollandais. 

«  Hij  feelt  sijne  kiekens  eer  de  eijers  gelegd  zijn.  » 

Hollandais. 


GALLUS  DOMESTICUS.  55 

«  Count  not  your  chickens,  before  they  are  hatched.  » 

Anglais. 

«  Sooû  enough  to  cry  chuck  !  when  it's  oot  o'  the  shell .  » 

Écossais»  Reinsberg. 

«  Af  ugjort  Mg  hommer  ingen  Kyliing.  »  Danois. 

«  At  sselge  Honsene  for  .^ggene  ère  lagte.  »  Danois. 

212.  «  Un  œuf  aujourd'hui  vaut  mieux  qu'un  poulet  demain.  » 

Français. 

«  Il  vaut  mieux  aujourd'hui  Tœuf  que  demain  la  poule.  » 

Français. 

«  Mieux  vaut  promptement  un  œuf  que  demain  un  bœuf.  » 

Français. 

«  E  meggio  oggi  l'uovo  che  doman  la  gallina.  »  Italien. 

«  Megghiu  oj  l'ovu,  chi  dumani  la  gaddina.  »      Sicile,  Pitre. 

«  Ë  megliu  l'ovu  a  la  manu  che  a  gallina  au  tempu.  » 

Corse,  Mattei. 

«  fiesser  heut'  ein  Ei,  aïs  morgen  ein  Kuchlein.  »  Allemand. 
«  Heden  een  ei  is  beter  dan  morgen  eene  hen.  »  Hollandais. 
«  An  egg  is  better  to  day,  than  a  pullet  to  morrow.  »       Anglais. 

213.  «  Chi  hà  polli,   ha  pipite.  »  —  Qui  a  des  poulets  a  des  pé 
pies.  Celui  qui  est  riche  a  des  inconvénients  causés  par  sa  richesse. 

Italien,  Pbsgetti. 

«  Chi  vuol  l'uovo  deve  soffrire  lo  schiamazzo  délia  gallina.  » 

Italien. 

«  Wer  viele  Eier  hat,  hat  viele  Schalen.  »  Allemand. 

«  Der  Hiihner  Gackern  leidet  man  um  der  Eier  willen.  »     Ail. 

«  Wer  Eier  haben  will,  muss  der    Henné   Gackern    ertragen.  » 

Allemand. 

«  Die  de  eijeren  wil  hebben,  moet  het  kakelen  der  hennen  ver- 
dragen.  »  Flamand. 


âli  HdsLiî^  JtàMBSnCU^ 


2ï^lv  <  ^*»r  Ttfîie  Scsr  inK.  isr^ete  ?i"wwMT   »  — .  )k  x  taior  ^çobbeE 


<r  JKft  ynêie,   na  jmtûttB,   na.  rteote,  mon  gmUèt,.  «me  '&s 


ÙmiM  iim  rnnwîfile  't»  Vidé.   'JTsnwmrmjaett    H*    ".eur-    ETJS)^   ^fe» 
itimma»  mntAXeax  'ul  -sh&hii:  :  Son.  i  tir  toisioil  ta  l^ùivimiiL  ^miifltt 

p#»iie:  'iiume  i^  Jf»  piuian]i&  »  Liilff..  ?..  Hib^ludc 


j" 


4r  É  pîH  ii^lrigaio  ^b'  on  pnlcin  nella  stopâ.  » 

Italien,   PKàCETTI. 

«  K  c«ifo«ç;  a  pmhi  in  la  stoppa.  »  Corse,  Mattei. 

2J9,  4r  Chi  vol  au  bel  polzin  —  meta  an  toto  picinin.  » 

Venise,  Pasqua UGO. 

0)  \i\ftu  f\ti  plu.K  curieux  que  l'embarras  d'une  mère  poule  à  laquelle 
tm  tk  fumil^  fUm  caneU  et  qai  voit  ceux-ci  aller  à  Teau  saus  pouvoir  les 
y  *Mlvr«, 


k 


GALLUS   DOMESTICUS.  57 


«  Die  grôssten  Hiihner  legen  die  kleinsten  Eier.  > 

Allemand,  Frischbier. 

220.  «  Tout    toûne    à  cul    d' pouion.  »  —  Tout    tourne  à  cul  de 
poulet.  Rien  ne  réussit.  Pas  de  chance.  Wallon,  Dejardin. 

221.  «  Il  vaut  ce  que  nos  poules  font,  sauf  les  œufs.  >  —  C'est  un 
homme  de  rien.         Franche-Comté,  Perron,  Proverbes,  p.  131. 

*  Du  suUst  Ailes  kriege,  wat  de  Hehner  legge,  man  de  Eier  nich.  » 

Prusse,  Frischbier. 

222.  «  Se  vos  toun  oustau  net  —  noun  y  laisses  intrà  capelan  ni 
poulet.  »  Gard,  communiqué  par  M.  P.  Fesquet. 

«  De  moeiho,  ni  de  pingeon —  n'attafeï  din  ta  mayson.  » 

Dauphiné,  Reinsbkrg. 

«  Khans,  poules  et  coulombs  —  ensalissent  las  maisouns.  » 

Gascogne. 

«  Tre  cose  imbrattan  la  casa,  le  galline,  le  donne,  i  poUi.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Ragazzi  e  polli  imbrattan  le  case.  »  Italien. 

«  Cani,  polli  e  putti  imbrattan  per  tutto.  »  Italien. 

«  I  zitelli  e  le  galline  imbruttauu  a  casa.  »         Corse,  Mattel 

223.  «  Faire    le  cul  de  'poule  =  1°  serrer  tous  les   bouts    des 
doigts  ensemble  (');  2®  avancer  les  lèvres  la  bouche  étant  fermée.  » 

«  Mettre  sa  goule  en  çhu  de  poule.  )^  —  Faire  la  moue. 

Saintonge,  Jônain. 

«  Poëteviu  (dans  son  dictionnaire  français -allemand,  1756)  traduit 
ainsi  cul  de  poule  : 

Cul  de   poule   =    ein  Stuck   Fleisch   das   neben    den    Wunden 
bisweilen  heraus  wâchst.  » 

«  A  un  enfant  qui  fait  la  moue  on  dit  :  Ta  bouche  ressemble  au 
derrière  d'une  poule  qui  vient  de  ch....  » 

Beauce  et  Gâtinais,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

(1)  C'est  ce  que  font  par  exemple  les  enfants  pour  recevoir  la  férule. 


58  GALLUS  DOMESTICUS. 


224.  «  C'est  comme  de  stron  de  poie,  i  n'y  a  d'tote  sort  diyins.  » 

—  C^est  comme  de  la  fiente  de  poule,  il  y  a  de  toute  sorte  (de 
choses)  dedans.  Se  dit  d'une  société  hétérogène,  d'un  mélange  hété- 
rogène. Wallon,  Dejabdin. 

225.  «  Tu  craches  aussi  gros  qu'un  étron  de  couasse  (couveuse),  » 

—  Se  dit  à  quelqu'un  qui  a  un  gros  rhume  et  crache  épais. 

Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poqubt. 

226.  «  On   dit  à  un  enfant  morveux  que  son  nez  et  sa  bouche 
ressemblent  au  derrière  d'une  poule  qui  a  la  foire  blanche.  » 

Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

227.  «  ....  Elle  est  éveillée  avec  notre  coq,  mais  elle  se  couche 
avec  les  poules.  >»  Balzac,  Les  Paysans, 

«  Vous  allez  coucher  quand  les  poules  vont  au  joue.  > 

Glossaire  de  V ancien  théâtre  français, 

«  Se  coucher  en  chappon.  »  —  Se  coucher  de  bonne  heure. 

Français,  DuEZ. 

«  Andar  a  letto  come  i  polli  o  ail'  ora  de'  poUi.  >  Italien. 

«  Acostarse  con  las  gallinas.  »  Espagnol. 

«  Wer  mit  den  Hùhnern  zu  Bette  geht,  kann  mit  den  Hahnen 
aufstehen.  »  Allemand,  Medikus. 

«  Zu  kâmpfen,  frllh  aufzustehen,  mit  den  Seinigen  das  Mahl 
einzunehmen  und  das  in  Noth  gerathene  Weib  zu  schlitzen  :  dièse 
vier  Dinge  lerne  man  vom  Hahn.  » 

Sentence  sanscrite,  Bqehtlingk. 

228.  4c  Auch    die    henné    weisz,    wann  sie  auf  die  schlafstange 
fliegen  soU.  »  Lithuanien,  Schleigher. 

229.  «  Il  ^  une  mine  à  faire  trembler  la  volaille.  »  —  Il  a  mau- 
vaise mine.  Il  est  pâle  et  maigre. 

Beauce,  communiqué  par  M.  J.  Poqukt. 

230.  «  Le  nous  regardait  d'un  ar  à  fére  cheure  les  poules  d'au 
joug.  »  Canard  poitevin,  n«  13,  p.  10. 

«  Avoir  des  contes  à  faire  cheure  les  poules  d'au  joue.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche. 


GALLUS  DOMESTICUS.  59 


231.  «  Laûr  de  fà  rider  i  capû  (cappone).  »  —  Cose  da  far  ridere 
le  telline.  Dicesi  di  posa  ridicola  al  maggior  segno. 

Brescia,  Melghiori. 

232.  «  Egli  e  corne  un  voler  cacciar  la  chioccia  dal  pagliaio.  » 

Italien,  Pescetti. 

233.  «  Les  filles  ressemblent   aux  poulets  qui  s'aprivoisent  au 
grater.  »  Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

234.  «  Le  galine  si  piglian  con  belle  belle,  non  con  iscioscio.  » 

Proverbe  italien,  Arrivâbenb,  p.  432. 

«  Men  vangt  het  hoen  met  tijt  —  tijt  —  tiiten^  En  niet  met  gooijen 
en  met  smijten.  »  Hollandais. 

235.  «  Fille  qui  trotte  et  géline  qui  vole,  de  légier  sont  adirées.  » 
—  Fille  qui  trotte  et  poule  qui  vole  sont  facilement  enlevées. 

Français  du  xv«  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

«  Femmine  e  galline  per  ander  troppo  si  perdono.  > 

Italien,  Pescetti. 

«c  A  molher  et  a  gallinha,  por  andar  se  perde  asinha.  > 

Portugais. 

«  La  muger  y  la  gallina ,  por  mucho  andar  se  pierden  ayna.  » 

Espagnol. 

«  Vrouwen  en  hennen,  als  zij  ver  van  huis  gaan,  dolen  licht.  » 

Hollandais. 

«  Het  kuiken,  dat  niet  komen  wil,  als  de  klokhen  klokt,  mag  wel 
door  den  havik  verslonden  worden.  »  Hollandais. 

236.  4c  Gallina  spavicchiata  ogni  po  di  rumore  la  spaventa.  » 

Proverbe  corse,  Mattei. 

237.  «  Un  coq  est  bien  fort  sur  son  fumier.  »  Français. 

«  Muito  pode  o  gallo  no  seu  polleiro.  »      Portugais,  Pkreyra. 

«  Every  cock  is  valiant  on  his  own  dungliill.  »  Anglais. 

«  Der  Hahn  ist  Kœnig  auf  seinem  Miste.  >  Allemand. 

«  Der  Hahn  ist  kuhn  auf  seinem  Mist.  »  Allemand. 

«  Der  Hahn  krâht  am  kiihnsten  auf  eigenem  Mist.  » 

Allemand. 


60  GALLUS  DOMESTICUS. 


«  Een  haan  is  stoiit  op  zijn'  eigen'  erf.  »  Hollandais. 

«  Een  haan  kraait  best  op  zijn'  eigen'  mesthoop.  > 

Hollandais. 

«  Hanen  er  Herren  paa  sin  Modding.  »  Danois. 

«  1  heimaliaug  er  hanin  kunnugastr.  »  Islandais. 

238.  «  Cada  gallo  en  su  gallinero.  >  —  Chacun  chez  soi. 

Espagnol. 

239.  «  Pour  fremer    ch'  poulailler  cli'  est  s'  y  prendre  ein  peu 
tard,  d'attendre  eq'  chés  poulets  soient  mingés  par  chés  renards.  » 

Proverbe  picard. 

240.  «  Cachiz  vos  poies,  vocial  li  mâdrai.  »  —  Cachez  vos  poules, 
voici  la  fouine.  Mettez  tout  en  sûreté,  voilà  un  malfaiteur. 

Wallon,  Dejardin. 

241.  «  Au  poulailler  sont  les  fouines.  » 

Proverbe  français  du  xvi«  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

«  La  volpe  tira  al  pollaio.  »         '  Italien. 

«  Ad  ognivurpi  place  lu  puddaru.  »  Sicile,  Pitre. 

242.  «  Petite  geline  semble  longe  pucyne.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Lincy,  Appendice,  III. 

«  Galina  nanarela  par   sempre   polastrela.  »  —   La  poule   petite 
semble  toujours  jeune.  Venise,  Pasqualigo. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  144,  §  106. 

243.  «  Gallina,  nera,  ocha  bianca.  »  Italien,  Pescetti. 

244.  «  Viva  a  gallinha  e  viva  con  sua  pevide.  »  —  Vive  la  poule 

encore  qu'elle  ait  la  pépie.  Souffrons,  mais  tâchons  de  vivre. 

Proverbe  portugais,  Pereyra. 

I 

«  Viva  la  gallinha  aunquc  con  su  pepita  !  »  Espagnol. 

245.  «  Chi  est  extrait  de  gélinette  il  ne  peut  qu'il  ne  gratte.  » 

Ancien  français,  Nucérin. 

«  Qui  naist  de  poule  il  aime  à  gratter.  »  Ane.  français,  Duez. 


OALLUS   DOMESTICUS.  61 


«  Fë  de  poïç  grètte.  >»  —  Enfant  de  poule  gratte. 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

«  L'ci   qui  vint  d'poie    i  grette,  l'ci  qui  vint  de  chin  i  hawe.  »  — 
Ce  qui  vient  de  la  poule  gratte,  ce  qui  vient  du  chien,  aboie. 

Proverbe  wallon. 

«  Clii  di  gallina  nasce,  convien  che  raspi.  >  Italien. 

«  Chi  di  gallina  nasce,  convien  che  razzoli.  »  Italien. 

«  Chi  de  galina  nas,  de  galiua  canta.  »  Bergame. 

«  I  pulzini  va  drio   la  cioca  (rhioccta).  »  —  I  figli  seguon  Tesem- 
pio  dei  genitori.  Venise,  Pasqualigo. 

«  Gallina  nào  nasce,  que  nào  esgaravate.  »  Portugais. 

«  As  the  old  cock  crows,  so  crows  the  young.  »         Anglais. 

«  The  young  cock  crows  as  he  has  heard  the  old  one.  >» 

Anglais. 


'O* 


«  He  that  comes  o'  the  hens  raaun  scrape.  >» 

Écossais,  Reinsbrrg. 

«  Was  von  der  Henné  kommt,  das  gackert.  »  Allemand. 

«  Was  zum  Huhne  geboren  ist,  scharrt  nimmer  vor  sich  (d.  h.  vor- 
wàrts).  »  Allemand. 

«  Huhu  und  Hahn  scharren,  ob  ihnen  schon  die  Klauen  verschnit- 
ten  wâren.  »  Allemand,  Mkdikus. 

«  Cattivo  uovo,  cattivo  poUastro.  »  Italien. 

246.  «  Wie  die  Henné,  so  die  Eier.  »  Allemand. 
«  Bôs  Ei,  bos  Kïichlein.  »  Allemand. 

247.  «  Gallina  ch'  ha  betu  bierà.  »  —  Se  dit  au  figuré. 

Corso,  Mattei. 

248.  ¥.  Insegnar  i  poUi  a  beccare.  »  Italien. 

«  D'er   inkje  verdt  aa   laera  Ilancn  gala.  »  —  Il  est  inutile  d'ap- 
prendre au  coq  à  chanter.  Norvégien,  RkinSberg. 

«  Du  willst    den  Hiihnern  die  Schwânze  aufbindcn.  »  —  Tu  veux 
apprendre  aux  poules  à  porter  la  queue  relevée.  Allemand. 


62  GALLUS  DOMESTICUS. 


249.  «  Les  poucins  mènent  les  gélines.  » 

Français  du  xv«  siècle,  Leroux  de  LrNCY. 

«  L*uovo  ne  vuol  saper  più  délia  gallina.  »  Italien. 

«  Das  Ei  will  kliiger  sein  als  die  Henné.  »  Allemand. 

«  Het  ei  wil  altijd  wijzar  wezen  dan  de  hen.  »  Hollandais. 

«  Het  ei  wil  de  hen  leeren.  »  Hollandais. 

«  ^gget  vill  lâra  hônan  vârpa.  »  Suédois. 

«  E  Eg  wil  vaere  kloger  som  e  Hône.  »  Danois. 

«  The  egg  made  faces  at  the  chicken.  »  —  Mocking  and  mimic- 
king  a  superior.  Proverbe  telugu,  Carr,  §  783. 

250.  «  Assez  sotte  pour  s'amouracher  d'un  garçon  plus  jeune 
qu'elle  et  autant  fait  pour  lui  convenir  que  notre  coq  pour  planter 

■    des  pois  !  »  Henry  Gréville,  Les  Mariages  de  Phiîomêne, 

251.  «  Der  passt  ooch  dazu  wie  de  Henné  zum  Segen.  » 

Saxe-Altenburg,  Reinsberg. 

252.  «  Der  Arme  behâlt  seine  Hiihner,  der  Reiche  seine  Tôchter 
nicht  lange.  Allemand. 

253.  «  De  poulies  et  de  pauvreté  —  on  est  bientôt  engé.  » 

Français,  Cotgrave. 

«  Manneg  Daettrer  og  manneg  Hôns  giV  en  arm  Bunde.  »  —  Beau- 
coup de  filles  et  beaucoup  de  poules  appauvrissent  le  paysan. 

Jutlaud,  Reinsbero. 

254.  «  A  Barricourt  (Ardennes)  les  poules  meurent  de  faim  pen- 
dant la  moisson.  »  —  Le  pays  est  stérile. 

Meugy,  Statistique  de  V arrondissement  de  Vouziers» 

«  Dans  les  terres  de  la  Rochette  (canton  de  Melun)  une  poule  ne 
trouve  pas  à  vivre  en  août  !  »  —  Sol  ingrat. 

A.  FoURTiER,  Dictotis  de  Seine-et-Marne.  1873. 

«  Montseugny,   la   capitale  de  la  misère.  Les  poules  y  crèvent  de 
faim  au  temps  des  moissons.  » 

Franche -Comté,  Perron,  Prov,,  p.  118. 

255.  «  Elle  est  comme  la  poule  la  seule  à  ne  pas  savoir  ce  qu'il 
y  a  dans  son  œuf.  » 

Proverbe  jurassien,  Toubin,  Récits  jurassiens. 


GALLUS  DOMESTICUS.  63 


256.  «  Conosco  i  miei  poUi   al  raspare  à  aUa  calza.  » 

Italien,  Pescetti. 

«  Non  mlnsegnar  conoscere  i  polli  miei.  »  Italien. 

«  Conosco  i  miei  polli  sensa  calza.  »  Italien. 

257.  «  Les  enfants  et  les  poules,  rien  de  pareil  pour  diviser  les 
voisins.  »  Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

258.  «  Del  canto  se  conosse  la  galina.  »  Vénitien. 

259.  «  Vuol  saper  che  fosse  prima  o  l'uovo  o  la  gallina.  » 

Italien,  Arriyabbne,  p.  439. 

260.  «  On  appelle  vol  de  chapon  la  distance  que  peut  parcourir 
en  volant  une  poule  en  partant  des  limites  d'une  propriété.  C'est 
donc  le  pourtour  de  la  maison  et  du  jardin  y  attenant,  aussi  le 
vol  du  chapon  signijfîe-t-il  encore  le  voisinage,  »  Féraud. 

261.  «Die  Hâhne  kràhen,  man  sieht  geflochtene Zàune,  man 
riecht  die  Fladen,  das  Dorf  ist  nicht  v^reit.  » 

Lithuanien,  Sghleicher. 

262.  «  Clii  vuol  trovar  la  gallina,  scompiglia  la  vicinanza.  »— Che 
vale,  che  in  cercando,  o  volendo  il  suo  si  scomoda  si  crede,  che 
l'abbia.  Italien. 

263.  «  A  moi  le  coq  !»  —  A  moi  le  pompon,  à  moi  la  victoire. 

Saintonge,  Jônain. 

«  Zyn  haan  is  koning.  »  —  Son  coq  est  roi  ;  à  lui  la  victoire,  la 
supériorité.  Hollandais. 

Ces  locutions  sont  empruntées  aux  combats  de  coqs. 

264.  «  Il  est  incapable  de  faire  du  mal  à  un  poulet.  >» 

Français. 

«...  Lui,  il  ne  casserait  pas  un  œuf  à  une  poule  !  » 

A.  Caise,  La  Jeunesse  d'une  Femme. 

265.  «  N'avoir  pas  plus  de  Ûel  qu'un  poulet,  »         Français. 

266.  «  N'avoir  pas  plus  de  force  qu'un  poulet.»       Français. 


64  GALLUS   DOMESTICUS. 


267.  «  Tordre  le  cou  à  quelqu'un  comme  à  un  poulet.  » 

Français. 

268.  « Les  deux  cousins  n'ont  jamais  couvé  dans  le  même 

panier.  »  —  C'est-à-dire  ils  sont  mal  ensemble. 

Poitou,  P.  Caillet,  MicheJle. 

269.  «  Ils  se  ressemblent  comme  deux  œufs.  »  Français. 

«  Si  ch'  n'est  point  le  même  glaine  qui  Tz  a  pondus,  ch'est  le 
même  qui  l'z  a  keuvés.  »  «^  S'ils  ne  sont  pas  frères,  ils  ne  se  res- 
semblent pas  moins  d'une  manière  extraordinaire. 

Picard,  C(teBLET. 

«  Me  semblo  tout  poondut.  »  —  Il  me  ressemble  entièrement. 

Castres,  Couzinié. 

«  Ce  sont  deux  poulets  dans  le  même  ventre.  »  —  C'est-à-dire 
ils  se  ressemblent  comme  deux  œufs.  Arabe,  Kazimirski. 

270.  «  S'il  y    a  pondu,  il  n'y    a    pas  couvé.  »  —  Il   n'a  pas  été 
longtemps  parti.  Pays  de  Bray,  Dbgordb. 

271 .  «  Je  m'en  fiche  comme  de  deux  œufs.  »  Français. 

272.  «  Une  belle  chose  est  un  œuf.  »  Nucérin. 

«  Plus  beau  qu'un  œuf  dans  un  parterre  de  verdure  et  de  fleurs.  » 
C'est-à-dire  :  très  beau.  Locution  arabe,  Kazimirski. 

273.  «  Qui  vole  un  œuf  vole  un  bœuf.  »  Français. 

«  Qui  pano  un  io  —  panara  un  bio.  »  Quercy. 

«  Quelle  che  rubbo  l'uovo  sapra  rubbare  anche  la  gallina.  » 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

274.  «  Je   ne   lui  ai  dit  ni  œuf,  ni  bœuf.  »  —  Je  ne  lui  ai  dit  ni 
grosse  ni  petite  injure.  Leroux,  Dictionnaire  comique, 

275.  «  Un  uoou  polat  n'es  pas  qu'un  uoou  polat.  »  —  Un  œuf  pelé 
n'est  qu'un  œuf  pelé.  Rouergue,  Duval. 

276.  «  Donner  un  œuf  pour  avoir  un  bœuf.  »  Français. 

«  Cal  pas  plontge  un  uoou  —  per  obure  un  buoou.  »  —  On  ne  doit 
pas  regretter  uu  œuf  s'il  s'agit  d'avoir  un  bœuf. 

Espalion  (Aveyron),  Affre. 


GALLUS  DOMESTICUS:  65 


«  A  le  volte  si  dà  un  uovo  per  un  bue.  >»  Italien. 

«  Regalà  un  uovo  per  ricevere  una  gallina.  » 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

277.  «  D'un  vudeù  s'aspera  un  bou,  d'una  gallina  un  ou.  » 

Nice,  TosELLi. 

278.  «  Keine  Henné  ist  theurer  als  die  geschenkte.  » 

Allemand,  Meoirus. 

279.  «  Un  uovo   del  principe  si  pagherà  con  un  polio  d'India.  » 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

280.  «  E'  vorrebbe  Puovo  e  la  gallina.  »  Italien. 

«  Vrer  j  oéuv,  la  galénna  e  el  cul  cald.  »  —  Voler  la  moglie  ebbra 
e  la  botte  piena.  Desiderare  più  comodità  ad  una  volta  anche  dove 
non  è  fattibile.  Parme,  Malaspina. 

«  Kaum  hat  man  ihm  einen  Hahn  gegeben,  so  greift  er  schon 
nach  dem  Hammel.  »  Lithuanien,  Sghleicher. 

281.  «  Vorrebbe  Tucvo  mondo.  »  —  Il  voudroit  l'œuf  tout  esplu- 
ché,  il  luy  faut  mascher  qu'il  n'ait  qu'à  l'avaller.       Ital.,  Duez. 

«  Vorrebbe  Tuovo  mondo  e  suvvi  il  sale.  »     Ital.,  Arrivabene. 

«  Fuler,  wOllst  e  Ei  ?  Ja,  wenn  et  gepellt  (geschellt)  wâre.  » 

Prusse,  Frischbier. 

«  Da  Faulpelz,  hast  du  ein  Ei  !  Ist  's  aber  auch  geschàlt  ?  ¥. 

Lithuanien,  Sghleicher. 

282.  «  Se  ruovo  avesse  le  anse,  l'alzerebbero  due  persone.  »  — 
L'a'iuto,  anche  in  cose  leggiere,  è  ben  utile. 

Arabe- maltais,  Vassalli. 

283.  «  Il  ne  donnerait  pas  un  gros  œuf  pour  un  petit.  »  —  C'est 
un  avare.  Leroux,  Dictionnaire  comique, 

284.  «  'ûov  TtXXei;  *  —  Tu  veux  faire  une  chose  impossible. 

Grec  ancien. 

«  Tondre  sur  un  œuf.  »  —  Être  avare.  Français. 

«  Vouloir  tondre  sur  un  œuf.  »  —  Chercher  midi  à  quatorze 
heures.  Français. 

5 


(îft  (^ALLCs  Donsancus. 


*  Ti*otî?>n  p^l  o  rnou.  »  — '  Il  trouve  ftu  poil  à  un  oeuf,  il  estpoiiL' 
tniénx.  Eouergne,  Duyai:. 

*  Vmilî»  tu  faire  loup»  innocenn  — -  et  que  les  enft  soiesat  ▼dus  I  » 
^  Vonx-tï»  tenter  de»  ^hose»  impossibles  ? 

Oînvros  d'R«ista<»he  Drachamps.  édit.  Queux  de  Saint- 

Hilaire,  I,  p.  206. 

«  ^^noîk*ere  il  p#l  mAV  novo,  »  — '  Scorgerc  ogni  minozia,  e  quasi 
vé*d<^r  lo  'nvisihile,  e  di^esi  di  fthi  è  di   ar^utissimo  ingegno. 

Itali^A. 

*  C^r(*ar^  (rîrtr.  iro^are)  il  pello  n«ir  aovo.  »  Italien. 

88i>.  «  Nu  ^omme  an  neuf.  »  Français. 

280,  «  f)  ^aftlroit  nn  n^af  en  deux.  »  —  C'est  un  avare. 

Ancien  français,  Littré. 

287«  a  f,ft  femme  et  Fceuf  —  un  seul  maistre  veut.  » 

Français,  Leroux  de  Linct. 

?88<  «  QuAiid  il  cuit  des  œafs,  il   donne   le  bouillon  aux  pao- 
vro»  «  —  V\M  un  ftvnro.  Proverbe  wallon,  Dejardix. 

i80.  «  l'ih    liii'iro    cil*  un  gallo.  »  —  Si  dice  d'  uomo  avaro,  e 
ieimCH».  Italien. 

VW)«  m  l»:^  oi»ti4'v  couiiui  lou  ouoù  d'una  gallina.  »     Nice,  Toselu. 

5H>1»  «  ùd*  $\\\»  Huemi    n\)ouy  devoir  cola  quo  si  ou  me  fricassoit 
iU*»  (UMlU^jt.  «  iUMSttir^  lU  Vancien  théâtre  français. 

*H*4*  »•  Ji»   tVu   iK»ud*  î  •  —  So    dit    irDuiquomeut  pour    refuser 
i^U^lqu^  olio^^i  Uaioux»  Dictionnaire  comique, 

VJWK  <à  Si'l^uv*»    w»^  ^Uiui^s.  »  —  Se   dit    à    une   femme   qui  se 
wwtAi^  dv  v*v  ^ul  uv^  lu  fv^tuiio  (MftS«  Picard»  Cobblet. 

*  tv'uvow»^'    quv^u^^u  »v^  firtit  (')»  »  —   LVuvoyer   promener,    le 
v'hHMiv»!*  tHi:iii^nniMirtf  ytjrttU.  d<ts  procerbes. 


0^  <^^^  «t  <Mà4^;a  s^<l  ly«  i^uliM  ^^r<àttiHil  |Ki«r  irQiiv«r  Itur  pâtwr«w 


GALLUS  DOMESTICUS.  67 

294.  «  Va  donner  du  foin  aux  poules.  »  —  Se  dit  à  quelqu'un  qui 
vous  ennuie.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

295.  «  J'aimerais  mieux  embrasser  le  derrière  d'une  poule.  »  — 
Se  dit  quand  on  veut  vous  faire  embrasser  une  personne  qui  ne 
vous  plaît  pas.  Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

296.  «  Ça  n'est  pas  vrai  qu'une  poule  tette,  elle  a  le  bec  trop 
long.  »  —  Réponse  d'une  personne  à  qui  on  veut  conter  un  men- 
songe. Eure-et-Loir  ;  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

297.  «  Hututu  l'mère  ed'  nos  glaines.  »  —  Phrase  pour  indiquer 
qu'on  doute  de  la  véracité  d'un  récit  ou  d'une  assertion. 

Picard,  Corblet. 

298.  «  Quand  tu  verras  cela  les  poules  porteront  des  béquilles.  » 

Eure-et-Loir,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

«  Quand  tu  verras  cela  les  poules  porteront  des  hottes  et  les  coqs 
des  sabots.  »  Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

299.  «  Fer  creure  que  les  poies  pounet  so  les  sâs.  »  —  Faire 
croire  que  les  poules  pondent  sur  les  saules.  Faire  croire  des 
choses  absurdes.  Wallon,  Dejardin. 

300.  «  Cela  viendra  quand  les  poules  auront  des  dents.  » 

Français. 

Cf.  le  sanscrit  Kâkâdanta,  dent  de  corneille,  chose  qui  n^existe  pas. 

301.  «  Wann  die  Hûhner  vorwàrts  scharren.  »  —  Quand  les 
poules  gratteront  d'arrière  en  avant,  c'est-à-dire  :  jamais. 

Allemand . 

302.  «  Quand  les  poules  pisseront.  >  —  C'est-à-dire  :  jamais. 

Français. 

«  La  femme  doit  parler  —  quand  les  poules  vont  pisser.  » 

Français. 

«  Le  donne  e  i  ragazzi  debbon  parlare  quando  le  galline  pisciano.  > 

Italien. 

«  Kannst  rede,  wenn  de  Henn  pôsst  on  de  Hahn  farzt,  on  denn 
kannst  segge  :  Herr,  ôss  erlaubt  ok  e  Woortke  to  rede  ?  »  —  Zu 
Kindern  die  unberufen  mitreden.  Prusse,  Fbischbier, 


68  GALLUS  D0MES1?ICUS. 


303.  «  Ce  qui  est  merveilleux  dans  la  nature,  c'est  : 
In  lapin  qui  piche  tondis  et  qui  ne  boétjanioës; 
Eine  glaigne  qui  boët  tondis  et  qui  ne  piche  jamoës  ; 
Kt  pis  eiu  beudet  qui  kie  des  crottes  carrées  (').  » 

Picard,  Corblet. 

304.  «  La  poule  a- 1- elle  pondu  ?  —  Oui,  elle  a  pondu  un  œuf  sans 
cotille  que  tu  peux  manger.  >»  —  Réponse  facétieuse  à  la  question: 
la  poule  a-t-elle  pondu  ?  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

305.  «  Quand  un  gamin  se  prélasse  orgueilleusement  sur  un 
cheval  on  lui  dit  :  Le  cheval  a  donc  couché  dans  le  poulailler  ?  — 
Pourquoi  ?  —  Parce  qu'il  a  une  merde  de  poule  sur  le  dos.  » 

Beauce,  com.  par  ^L  J.  Poquet. 

306.  «Quand  un  enfant  se  plaint  d'un  bobo  léger  on  lui  dit  qu'on 
va  chercher  de  l'urine  de  i)Oule  pour  le  guéi'ir.» 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

307.  «  Elle  passerait  sur  des  œufs  sans  les  casser.  »  —  Se  dit 
d'uno  personne  fluette  cl  légère.  Français. 

«  Marcher  sur  des  œufs.  »  —  Marcher  avec  précaution,  marcher 
sur  des  épines.  Français. 

«  Andar  corne  sobre  hucvos.  » —  Marcher  très  légèrement,  sur  la 
pointe  des  pieds.  Espagnol. 

«  Floriiifîe  ressemble  î\  l'épousée  de  Massi,  elle  passeroit  sur 
quatre  œufs  sans  qu'elle  en  cassât  demi  douzaine.  » 

Comédie  des  Proverbes. 

«  On  dit  de  quelqu'un  dont  la  démarche  est  lourde  :  s'il  marchait 
sur  uno  douzaine  d'œufs  il  n'en  casserait  pas  treize.  » 

Eure-et-Loir  et  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

308.  «  Dar  beccare  a'  polli  del  prête.  »  —  Modo  basso,  che  vale 
morire.  Italien. 

309.  «  Manger  la  poule  et  Tœuf.  »  —  Manger  son  bien  en  herbe. 

«  Il  est  comme  li  malade  di  Oiblou,  i  mougne  li  pouie  et 
Tofi.  »  —  Il  est  comme  le  malade  de  Oembloux,  il  mange  la  poule  et 
Pœuf.  Ce  n'est  pas  un  malade  sérieux.  Namur,  Dkjardin. 

(I)  Cf,  Faune  populaire,  t.  IV,  p.  219,  §  63. 


GALLUS  DOMESTICUS.  69 


310.  «  Durera-t-0,  Pacaud  ?  n*avoir  qu'ine  poule  et  mangher 
tous  les  jhours  deux  œufs  (').  »  Saintonge,  Jônain. 

311.  «  Remettre  à  quelqu'un  ses  œufs  dans  son  panier.  »  —Lui 
dire  son  fait,  le  rembarrer,  le  rétorquer. 

Montbéliard,  Contejean. 

312.  «  Acconciare  Tuovo  nel  pianeruzzo.  »  —  Accomodare  i  suoi 
fatti.  Italien. 

313.  «  Plein  comme  un  œuf.  »  —  «  Plein  comme  un  œuf  pondu.  » 

Locutions  françaises. 

314.  «  E'  non  è  come  l'uovo  fresco,  ne  d'oggi  ne  di  ieri.  »  —  Si 
dice  di  chi  è  uomo  d'età.  Italien. 

315.  «  E'  non  c'è  uovo  che  non  guazzi.  »  —  E*  non  si  truova 
niuno  senzavizio  o  mancamento.  Italien. 

316.  «  Rompere  l'uovo  in  bocca.  >»  —  Guastar  i  disegni  ad  alcuno 
e  fig.  si  usa  quando  i  disegni  altrui  fossero  presse  alla  concluâione. 
Prevenire  in  dir  cosa  che  altri  prima  avesse  in  pensiero  di  dire. 

Italien. 

«  Guastar  Tuovo  nel  panière.  »  Italien. 

317.  «  Don't  look  on  his  dunghill,  but  on  your  plate.  » 

Bannu,  Thorburn. 

318.  «  Man  musz  mit  ihm  umgehen  wie  mit  einem  schallos^n 
Ei.  »  —  On  doit  prendre  des  précautions  avec  lui  comme  avec  un 
œuf  hardé.  Il  est  susceptible,  chatouilleux.  Allemand. 

«  Man  musz  mit  ihm  umgehen,  wie  mit  *nem  rohen  Ei.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

319.  «  Il  ne  sçauroit  tourner  un  œuf.  »  —  Egli  è  un*  ignorante. 

Français,  DuBZ. 

«  ...  de  telle  façon  qu'elle  ne  tourneroit  pas  un  œuf,  par  manière 
de  dire,  sans  demander  conseil.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français . 

(0  On  sait  que  la  poule  ne  pond  pas  plus  d'un  œuf  par  jour.  On  dit  de 
Tœuf  que  c'est  la  journée  d'une  poule. 


70  GALLUS   DOMESTICUS. 


«  D'un  écervelé  on  dit   qu'il   n'a    pas  autant    de  cei'velle  qu'il  en 
faudroit  pour  cuire  un  œuf.  >  Ducatiana,  t.  II,  p.  477. 

320.  «  Ei  non  ha  tanto   caldo,  che  cuoea   un  uovo.  »  —    Vale  : 
che  non  ha  veruna  autorità.  Italien. 

321.  «  Il  est  fait  comme  deux  œufs,  comme  quatre  œufs.  »  — 
Se  dit  d'un  homme  mal  fait  ou  mal  vêtu. 

Leroux,  Dictionnaire  comique. 

«  Il  me  semble  bien  ainsi  comme  une  omelette  de    deux   œufs.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français. 

«  Il  est  bâti  comme  quatre  œufs  et  un  morceau  de  fromage.  » 

Comédie  des  proverbes. 

322.  «  0-mai    studies,  o    plu   pou    n'en    sabes  ;    fas    couma  lu 
où,  che  0  mai  bujoim  o  plu  dur  venoun.  »  Nice,  Toselli. 

323.  «  Il  n'est  viande  si  nette  qu'un  œuf  mollet.  » 

Français  du  xvi«  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

324.  ¥.  Rompre  ne  doibt  un  œuf  mollet 

Avant  que  ton  pain  soit  bien  prest.  » 

XVI»  siècle.  Gab.  Meurier,  Trésor  des  Sentences 
(cité  par  Leroux  de  Lincy). 

«  Gens  de  BeaUvais,  avant  de  casser  vos  uès  (œufs)  taillez  vos 
mouillettes.  >»  —  C'est-à-dire,  avant  d'entreprendre  quelque  chose, 
prenez  vos  précautions.  Leroux  de  LiNtY. 

«  Innantis  de  mandigare  s'ou  a  friscu,  ammentadi  de  ti  affîttare 
su  pane.  »  —  Prima  di  mangiaro  i'uovo  alla  cocca,  ricordati  di 
afflettare  prima  il  pane.  —  Prov.  clie,  a  più  del  senso  letterale, 
signiâca  di  preparare  in  ogni  impresa  quei  mezzi  opportuni  che 
conducono  al  fine.  Sardaigne,  Spano. 

325.  «  Ab  ovo  usque  ad  mala.  »  —  Depuis  l'œuf  jusqu'aux 
pommes.  Depuis  le  commencement  du  repas  jusqu'à  la  fin.  Au 
figuré  se  dit  de  n'importe  quoi  complètement  achevé.         Latin. 

326.  «  Pri  tri  dinar!  di  spezii  si  perdi  la  gaddina.  » 

Sicilien,  Pitre. 
«  Ein  faules  Ei  verdirbt  den  ganzen  Brei.  >  Allemand. 


GALLUS  DOMESTICUS.  71 


«  Een  vuil  ei  bederft  een  geheel  zuipen.  »  Hollandais. 

327.  «  Mes  puja  Tfarciment  que  Tgall.  »  —  La  sauce  vaut  mieux 
que  le  poisson.  Catalan  moderne. 

328.  «  On  dit  souvent  qu'une  personne  qui    mangerait   tous  les 
matins  à  jeun  un   œuf  cru,  mourrait  infailliblement  dans  Tannée.  » 

329.  «  Un  œuf  n'est  rien,  deux  font  grand  bien,  trois  est  assez, 
quatre  est  trop,  cinq  donnent  la  mort.  » 

xvi«  siècle,  Leroux  de  Lincy. 

330.  «  On  boit  sur  un  œuf  —  comme  sur  un  bœuf.  » 

XVI*  siècle,  Leroux  de  Lincy. 
«  A  boire,  je  vais  manger  mon  œuf  —    à  boire,  je   mange   mon 
œuf  —  à  boire,  j'ai  mangé  mon  œuf.  » 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

331.  «  On  ne  fait  pas  une  omelette  sans  casser  des  œufs.  » 

Français. 

«  Me  cha  kei  Pfanntâsch  machen  olmi  dasz  me  muez  Eier  brèche.  » 
—  Même  proverbe  que  le  précédent.  Suisse  ail.,  Reinsberg. 

332.  «  Il  aime  mieux  deux  œufs  qu'une  prune.  »  —   Il  n'est  pas 
dégoûté.  Français. 

333.  «  Mieux  vaut  euf  donné  que  euf  mangié.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Lincy. 

334.  «  There  was  but  one  egg,  and  it  was  addled.  » 

Bannu,  Thorburn. 

335.  «  Besser  ein  halbes  Ëi,  als  eine  ledige  Schale.  » 

Allemand. 

«  Better  half  an  egg,  than  an  empty  shell.  »  Anglais. 

336.  «  Megghiu  furmaggiu  e  pani    n'   casa   mia,  ca  gaddini  e 
faciani  'n  casa  d'autru.  »  Sicile,  Pitre. 

«  Più  vale  un  pan  con  amore  che  un  cappone  con  dolore.  » 

Italien. 
«  Migliori  sono  minuzzoli  di  pane  con  amore  che  poUi  grassi  con 
dolore.  »  Italien. 

«  Better  an  egg  in  peace  than  an  ox  in  war.  »  Anglais. 


72  GALLUS   DOMESTICUS. 


«  Dry  bread  is  better  with  love,  than  a  fat  capon  with  fear.  » 

Anglais. 

337.  «  A  faute  de  chapon  —  pain  et  ognon.  »      Ane.  français. 

«  Si  tu  te  trouves  sans  chapon  —  sois  content  de  pain  et  d'oignon.  > 

Français,  CJotgrave. 

«  If  you  hâve  not  a  capon,  feed  on  onion.  »  Anglais. 

«  On  a  appelé  facétieusement  chapon  :  1°  le  morceau  de  pain 
qu'on  met  tremper  dans  le  potage  pour  remplacer  la  poule  absente; 
2»  le  morceau  de  pain  frotté  d'ail  qu'on  met  dans  la  salade  qui, 
si  l'on  était  riche,  serait  accompagnée  d'un  poulet  rôti. 

Le  premier  a  été  appelé  quelquefois  chapon  de  Normandie,  et  le 
second  chapon  de  Provence.  » 

338.  «  Vieille  géline  —  engraisse  la  cuisine.  » 

Ancien  français. 

«  Gallina  vecchia  fa  buon  brodo.  »  —  Si  dice  di  chi  ama  donna 
attempatetta.  Italien. 

«  E  una  dona  un  po  avanzata,  ma  gallina  becchia  fa  bon  brodu.  » 
—  La  dame  est  un  peu  mûre,  mais  les  vieilles  poules  font  le  bon 
pot  au  feu.  Corse,  Mattei. 

«  Alte  hennen  geben  fette  suppen.  »  Allemand, 

«  Eene  oude  hen  geeft  vette  zoden.  »  Hollandais. 

339.  «  Lou   boujoun  de  gallina  stà  set  an  en  lou  ventre.  »  —  Le 
bouillon  de  poule  reste  sept  ans  dans  le  ventre.      Nice,  ïoselli. 

«  Pillole  di  gallina  e  sciroppo  di  cantina.  »  —  Si  vous  voulez  être 
bien  portant,  mangez  du  poulet  et  buvez  du  vin.  Italien. 

340.  «  Essere  a  polio  pesto  (•).  »  —  En  être  au  bouillon  de  poule, 
être  bien  malade.  Italien,  Duez. 

«  Pigliare  il  polio  senza  pestarlo.  »  —  Être  bien  portant. 

Italien. 


(1)  «  Polio  pesto  =  une  volaille   pilée  et   cuite  en  consommé,  un. con- 
sommé de  poule.  »  —  Duez. 


GALLUS   DOMESTICUS.  '     73 


341.  «  Coscie  di  pollastri,  aie  di  cappoui,  e  spalle  di  castroni, 
questi  son  trè  buon  bocconi.  »  Italien,  Pescetti. 

342.  «  Chappon  de  huit  mois  —  manger  de  rois.  » 

Ancien  français. 

343.  «  Veau  mal  cuit  et  poules  crues  —  font  les  cymetières 
bossues.  »  Ancien  français,  Nucérin. 

344.  «  On  appelle  deux  chapons  de  rente ^  deux  choses,  ou  deux 
personnes  d'inégale  valeur,  de  taille  différente,  parce  que  de  ces 
chapons  il  y  en  a  d'ordinaire  un  gras  et  l'autre  maigre.  » 

Leroux,  Dictionnaire  comique. 

345.  «  Come  i  polli  di  mercato,  un  buono  e  un  cattivo.  » 

Italien. 

«  Cmè  i  capôn  d'Langhirân,  un  grâss  e  un  magher.  » 

Parme,  Malaspina. 

346.  «  Qui  chapon  mange,  chapon  lui  vient.  »  —  Les  biens 
viennent  plutôt  à  ceux  qui  en  ont  déjà,  qu'à  ceux  qui  en 
manquent.  >  Féraud. 

347.  «  On  dit  de  celui  qui  porte  le  nom  d'une  terre,  et  qui  n*en 
touche  pas  les  revenus^  qu'il  en  porte  le  nom,  mais  n^en  mange 
pas  les  chapons,  ou  qu'un  autre  en  mange  les  chapons.  »  ^ 

FÉRAUD. 

348.  «  On  dit  d'un  homme  qui  risque  le  tout  pour  le  tout  qu'il 
veut  être  riche  marchand  ou  pauvre  poulailler.  »  Féraud. 

«  0  rich  marcant,  o  pover  polajè.  »  Piémont,  Zalli. 

349.  «  Quem  su  come  o  seu  gallo  —  sô  sella  o  seu  cavallo.  »  — 
Celui  qui  mange  seul  son  coq,  n'a  personne  pour  l'aider  pour  seller 
son  cheval.  Portugais,  Pereyra. 

350.  «  Wenn  er  redet,  kràht  der  hahn  auf  dem  kirchthurme.  »  — 
Quand  il  parle,  le  coq  coquerique  sur  le  clocher.  Se  dit  d'un  taci- 
turne. Allemand,  Medikus. 

351.  «  Portar  polli,  porter  le  poulet,  faire  le  macquereau,  ou  la 
maquerelle,    parce  que   sous  prétexte  de  porter  des  poules  à  une 


74  GALLUS  DOMESTICUS. 

femme  ces  gens-là  y  portent  souvent  des  lettres  et  des  commissions 
d^amour  (^).  »  Italien,  Duez. 

«  Polastriera  =  1»  une  poulaillière,  2"  une  maquerelle,  ou  por- 
teuse de  poulets.  »  Italien,  Dubz. 

«  PoUacchina,  porteuse  de  poulets,  ou  maquerelle,  par  allusion 
depoUo  un  poulet  d'amour  »  Italien,  Duez. 

K  Pollaco,  un  macquereau,  par  allusion  de  poWo,  qui  signifie  un 
poulet  d^amour.  »  Italien,  Duez. 

«  Appollonia,  monna  AppoUonia,  une  macquerelle,  une  femme 
qui  porte  le  poulet,  par  allusion  de  polio,  »  Italien^  Duez. 

«  Non  puô  stare  in  tsrra  cC Imper io,  egli  è  Pollaco,  11  ne  peut 
demeurer  sur  les  terres  de  l'Empire,  il  est  Polonois,  et  par  allusion 
de  Pollaco  à  polio,  qui  signifie  le  poulet,  que  les  macquereaux 
portent,  c'est-à-dire,  il  est  macquereau .  »  Duez. 

«  Oalliaro  =  entremetteur.  >  Italien,  Duez. 

En  français,  poulet  a  d'abord  signifié  message  d'a^ 
moiir,  puis  simplement  message^  lettre  quelconque.  En 
voici  un  exemple  amusant  : 

«  Un  ami  généreux  me  prévint  et  j'appris  par  un  poulet  que 
j'étais  un  dindon.  »  Cabot,  Sous  un  bec  de  Gaz,  comédie. 

352.  Pronostics  de  pluie  : 

«  Si,  quand  il  pleut,  les  poules  vont  à  l'abri. 
Dites  que  la  pluie  s'en  va  finie  ; 
Si  elles  restent  dehors  et  se  laissent  mouiUer, 
Ne  pensez  pas  que  la  pluie  va  cesser.  » 
Côte-d'Or  ;  Haute-Saône  ;  Seine-Inférieure,  Stat,  de  la  France. 

«  Lorsque  les  poules  se  couchent  tard,  c'est  signe  de  pluie  pour 
le  lendemain.  »  Cher,  Stat,  de  la  France, 

«  Si  le  coq  chante  le  soir, 

La  pluie  lui  court  au  derrière.  » 

Gironde,  StaL  de  la  France. 

(0  Littré  stib  verbo  poulet,  donne  une  autre  explication  de  rorigine 
du  sens  donné  à  ot  mot. 


OALLUS  DOMBSTICUS.  75 

«  Quand  les  poules  se  pouillent  à  la  remise,  c'est  signe  de  pluie.  » 

Fribourg,  Romania,  1877,  p.  90. 

«(  Quando  cauta  il  gallo  al  poUaio,  aspetta  Tacqua  al  grondaio.  » 

Italien. 

«  Co  el  galo  canta  de  matina  la  piova  s^avizina.  » 

Trieste,  Cassani. 

«  Quando  as  gallinhas  se  coçam  e  catam  com  o  bico,  é  signai  de 
chuva.  »  Portugal,  Consiglieri  Pedroso. 

«  Un  segno  di  non  tarda  pioggia  è  dato  dal  gallo,  quando  di 
giorno  canta  in  numéro  dispari  ;  imperocchè  è  noto  che  il  gallo 
canta  a  riprese.  »  Sicile,  Castelli. 

«  Wenn  der  Hahn  nach  dem  Mittagessen  krâht,  so  regnet  es  an 
demselben  Tage.  >  Basse  Autriche,  Blaas. 

353.  «  Beaucoup  d'étoiles  visibles  la  veille  des  Rois  dénotent 
sécheresse  et  chaleur  pendant  l'été  et  beaucoup  d'œufs  au  pou- 
lailler. »  Morbihan,  Stat»  de  la  France. 

354.  «  Quand  les  poules  commencent  à  se  déplumer  par  la  tête, 
c'est  signe  de  grand  hiver.  »  Perron,  Proverbes^  p.  22. 

«  Quand  les  poulets  se  déplument  par  la  tête,  semez  tôt  ;  par  la 
queue,  semez  tard.  »  Haute-Saône,  Stat,  de  la  France. 

«  Quand  les  jos  décaheulent  en  été  on  ère  i  longe  enhenné.  »  — 
Quand  les  coqs  perdent  leurs  plumes  en  été  on  aura  un  long  automne. 

Arrondissement  de  Nancy,  L.  Adam. 

«Quant  la  garie  s'escoûe  —  boùé  samoûe. »—  Quand  la  poule  perd 
sa  queue  —  bouvier  sème. 

Gers,  Bladé,  Prov.  et  Dev.,  p.  167. 

«  Quant  lou  pout  regacho  per  la  cûo,  boè,  saumo  de  douro  e  quant 
regacho  pou  cot,  te  presses  pas  trop.  »  —  Quand  le  coq  mue  par  la 
queue,  bouvier,  sème  de  bonne  heure,  et  quand  il  mue  par  le  cou 
ne  te  presse  pas  trop.        Armagnac,  Bladé,  Prov.  et  Dev.,  p.  22. 

«  If  the  cock  moults  before  the  hen,  we  shall  hâve  weather  thick 
and  thin  ;  but  if  the  hen  moults  oefore  the  cock,  we  shall  hâve 
weather  as  hard  as  a  rock.  »  Norfolk,  Glyde,  p.  154. 


76  GALLUS  DOMESTICUS. 


IL 


1.  «  La  gallinanell'  atto  che  beve,  ringrazia  Iddio.  »  —  Ou  sait 
qu'en  buvant  la  poule  lève  la  tête  vers  le  ciel. 

Arabe -maltais,  Vassalli. 

2.  «  Villaribus  gallinis  et  religio  inest.  Inhorrescunt  edito  ovo, 
excutiuntque  sese  et  circumactae  purificant,  ac  festuca  aliqua  sese 
et  ova  lustrant.  »  —  Les  poules  de  basses-cours  ont  même  des 
pratiques  religieuses  ;  elles  so  liérissent  après  avoir  pondu,  elles  se 
secouent  et  en  tournant  alentour,  se  purifient,  elles  et  leurs  œufs 
avec  un  fétu  de  paille.  Pline,  édit.  Littré,  1. 1,  p.  410. 

3.  «  Celui  qui  met  sa  tête  dans  le  son  sera  becqueté  par  les 
poules.  »  Prov.  arabe,  Daumas,  Le  Grand  Désert, 

«  Chi  si  mescolerà  col  cruschello,  le  galline  lo   rasperanno.  » 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

4.  «  Die  zich  als  een  kieken  aansteld,  zal  vroeg  of  laat  van  den 
havik  weggerukt  en  verslonden  worden.  »  Hollandais. 

5.  «  Never  put  the  kito  to  watch  your  cliickens.  »      Anglais. 

6.  «  Qui    suit  les  poules  apprend  à   gratter.  »  Français. 

7.  «  Ich  gàb'  eine  Perle  fur  ein  Gerstenkorn,  sagte  der  Hahn.  » 

Allemand. 

8.  «  Fie  upon  hens,  quoth  the  fox,  because  he  could  not  reach 
them.  »  Anglais. 

9.  «  Vom  Fôhle  (Flïhlen)  ward  kein  Hennke  legge.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

10.  «  Der  er  flere  brogede  Hunde  end  Praestens  ;  thi  Degnen 
har  ogsaa  nogle.  »  —  H  y  a  plus  d'une  poule  bigarrée  qui  n'est  pas 
celle  du  prêtre  car  le  sacristain  en  possède  aussi. 

Proverbe  danois,  Reinsberg. 

«  Fleiri  eru  rakkar  svartir,  enn  rakkin  prestsins.  »  —    Il  y  a  plus 
d'une  poule  noire  qui  n'est  pas  celle  du  prêtre.      Prov.  islandais. 


GALLUS  DOMESTICUS.  77 


11.  «  Sa  pud'lha  de  su  preideru  sa  prima  die  est  de  su  mère  sa 
2  nostra,  sa  3  mia.  »  —  La  gallina  del  prête,  il  1  giorno  è  del 
padrone,  il  2  nostra,  il  3  mia.  Le  serve  dei  preti  a  principio  dicono 
la  roba  essci*  del  padrone,  ed  in  fine  se  Tappropriano. 

Sardaigne,  Spano. 

12.  «  Ça  qui  pas  jin  gagnin  poule,  dipis  yé  voi  caca  blanc  yé  dit: 
ça  dizé.  »  —  Celui  qui  n'a  jamais  eu  de  poule  prend  la  fiente  blan- 
che pour  des  œufs. 

Proverbe  créole  ou  dolos,  Magasin  pittoresque^  1840,  p.  26. 

13.  «  Lhiovo  del  giorno  è  il  grande.  *  L'adagio  motteggia  laco- 
nicamente  il  dominio  che  ha  Tintercsso  sopra  taluni,  i  quali  in  com- 
praudo  un  uovo  di  gallina,  pcr  averlo  uu  pochetto  piii  grandicello 
di  un  altro,  si  coutentano  di  prendere  lo  stantio  di  più  giorni,  è 
non  il  récente  délia  giornata  se  questo  lor  pare  alquanto  minore. 

Arabe-maltais,  Vassalu. 

«  Ei  ist  ei  !  sagte  jener  und  nalim  das  grôsste.  »  —  Un  œuf  n'est 
jamais  qu'un  œuf  dit  cet  autre  en  prenant  le  plus  gros. 

.    Prusse,  HcEFER. 

14.  4c  Poule  eu  mangeant  le  mil  pense  aux  poux  de  bois.  »  —  La 
poule  est  friande  des  poux  de  bois.    On  n'est  jamais  content. 

Proverbe  créole  ou  dolos,  Magasin  pittoresque,  1840,  p.  26. 

15.  «  Une  poule  aveugle  peut   quehjuefois  trouver  son  grain.  » 

Français. 

«  Kine  blinde  henné  findet  wohl  auch  ein  korn.  »  Allemand. 
«  Ein  blindes  Huhn  tlndet  auch  wohl  eiae  eibse.  »  Allemand. 
«  Blind  hona  bittar  ocksîi  ett  korn.  »  Suédois. 

16.  «  Plo  grasso  la  golino  —  que  n\)  pas  besoin  de  lo  besino.  » 
—  Bien  grasse  est  la  poule  qui  n'a  pas  bci^oin  de  sa  voisine. 

Rouergue,  Duval. 

«  'Un  è  tauta  grossa  la  gaddina  —  ch'  'un  ha  bisognu  di  la  vi- 
cina.  »  Sicile,  Pitrè. 

17.  «  K  veiiuto  pcT  ruovo  e   vi   ha  lasciata  la  gallina.  » 

Italien. 


/ 

\ 


78  GALLUS  DOMESTICUS. 

«  Mancher  wartet  des  ei  *s  und  lâsst  dabei  die  henné  laufen.  » 

Allemand. 

«  Men  ziet  op  het  ei,  en  laat  het  hoen  loopen.  »       Hollandais. 

«  Het  hennenei  grijpen  en  het  ganzenei  verwaarlozen .  » 

Hollandais.* 

«  Men  ziet  naer  een  hennenei  en  laet  het  ganzenei  varen.  » 

Flamand. 

18.  «  Per  tener  Puovo,  la  gallina  e  le  penne,  spesso  si  perde 
ruovo,  la  gallina  e  le  penne.  »  Italien,  Pbscetti. 

19.  «  Fare  il  guadagno  di  Monna  Ciondolina  che  dava  tre  galline 
nere  grandi  per  aveme  due  nane  e  eappellute  perché  erano  brizzo- 
late.  »  Italien. 

20.  «  Gallina  mugellese,  ha  cent  anni  e  mostra  un  mese.  »  —  Se 
dit  d'une  femme  qui  se  dit  beaucoup  plus  Jeune  qu'elle  n'est. 

Italien. 

«  Galina  miaroela.  »  »  Se  dit  dans  le  même  sens. 

Milanais,  Banfi. 

21.  «  Come  la  gallina  di  Monte  Cuccoli  che  mangiava  ruovo 
avant  lo  facesse.  »  —  Elle  mangeait  son  œuf  avant  de  l'avoir  pondu. 
Manger  son  blé  en  herbe.  Italien. 

«  La  gallina  di  madonna  Bartola.  Si  beccava  Puovo  in  culo.  » 

Italien,  Pescetti. 

22.  «  Il  gallo  di  donna  Checa.  »  — Serviva  aile  galline  di  tutta  la 
contrada.  Italien,  Pescetti. 

«  El  gall  d'  madonna  Chèca.  »  —  Donnajo,  femminiere,  gallo 
dx  Monna  Fiore,  che  come  dice  il  Pananti  con  dugento  volea  far  air 
amore.  Parme,  Malaspina. 

23.  «  La  gallina  di  Biondo  che  chiamavasi  la  scrocchina.  »  — 
Dicesi  per  annunciare  uno  scroccone.  Italien. 

24.  «  Aver  magnà  el  cùl  del  gall.  »  —  Être  bavard,  ne  pas  pou- 
voir garder  un  secret.  Parme,  Malaspina. 

«  Hei  heft  von  e  Hehnemarsch  (var.  Hehnerplapper)  gefreete .  »  — 
Er  plaudert  viel,  verrâth  ihm  anvertraute  Geheimnisse. 

Prusse,  Frischbier. 


GALLUS  DOMESTICUS.  79 


25.  «  Wir  hahen  noch  ein  Huhn  zu  pfliicken.  »  —  Nous  avons 
un  compte  à  régler  ensemble. 

Cf.  «  To  pluck  a  crow  with  one.  »  Anglais. 

26.  «  Ri-t-en,  Jean,  on  te  frit  des  œufs.  »  —  Se  dit  pour  se  mo- 
quer de  celui  qui  rit.  Leroux,  Dictionnaire  comique, 

«  Je  lui  ai  dit,  Roy  Jean  (i)  on  te  frit  des  œufs.  » 

Comédie  des  proverbes,  8«  édition,  1726. 

27.  «e  Rebiffé  comme  la  poule  à  Gros-Jean.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 

28.  «  Le  voilà  damné  comme  la  poule  à  Simon.  »  —  Il  est  hon- 
nis, repoussé  partout.  Locution  française. 

29.  «  Die  Hûhner  haben  ihm  das  Brot  genommen.  »  —  Er  ist 
traurig,  betriibt.  Prusse,  Frischbier. 

«  Er  sieht  aus  als  wenn  ihm  die  Hûhner  das  Brot  genommen 
hâtten.  >»  Prusse,  Frischbier. 

30.  «  Faire  un  coq  à  Tâne.  >  —  Passer  d'un  discours  à  l'autre; 
répondre  liors  de  propos,  parler  d'une  chose  tandis  que  l'interlo- 
cuteur parle  d'une   autre.  Français. 

Sur  le  mot  coq  à  Vâne  voyez  Romania^  1878,  p.  237. 

«  Salir  con  su  pata  de  gallo.  »  Espagnol. 

Cf.  u  Van  den  os  op  den  ezel  vallon.  r>  Hollandais. 

31.  «  Ach  gehen  sie  doch  nicht  so  krumm,  sagte  der  Hahn  zum 
Regenwurm  !»  —  Ne  soyez  donc  pas  si  tortu  en  marchant  dit  le 
coq  au  ver  de  terre.  Le  coq  oublie  la  courbure  de  son  propre 
dos.  Allemand,  Frischbier. 

32.  4c  Nur  nicht  ângstlich  I  sagte  der  Hahn  zum  Regenwurm  und 
frasz  ihn  auf.  Bange  machen  gilt  nicht  !  sprach  der  Regenwurm  und 
kani  wieder  heraus.  »  —  Le  coq  dit  au  ver  de  terre  qui  s'efforçait 
de  rentrer  dans  son  trou  :  ne  te  chagrine  pas,  nous  ne  sommes  pas 

(1)  Il  est  très   possible  que  roy  Jean  soit  une  faute  d'impression  pour 
ris  Jean. 


80  GALLUS  DOMESTICUS. 


encore  prêts  de  nous  séparer.  Et  là  dessus  il  l'avale.  —  A  quoi  bon 
se  chagriner  !  dit  le  ver  de  terre  qui  après  avoir  traversé  l'estomac 
du  coq  venait  de  sortir  par  l'autre  bout. 

Allemand,  voy.  Frischbier^  Preuss.  Sprichwôrter  et  Edmund 
HoBFER,  Wie  dos  Voîk  spricht,  1876,  p.  73. 

33.  «  Errare  humanum  !  sagte  der  Hahn  und  trat  die  Ente.  »  — 
Errare  humanum,  dit  le  coq  en  cauchant  la  cane  ! 

Allemand,  Hoefbr. 

34.  «  Nimm  die  Fuss'  in  Acht,   oder  ich  trete  dich  !   sagte  der 
Hahn  zum  Hengst.  »  Allemand,  Hobfer. 

«  Trettet   keiner   den    anderen,  sagt  der  Hahn   zum    Pferd.  »    — 
Attention,  ne  nous  marchons  pas  sur  les  pieds  !  dit  le  coq  au  cheval. 

Allemand,  Hoefer. 

35.  «  Le  fils  d'un  homme  riche  s'était  imaginé  qu'il  était  devenu 
coq  et  toute  la  journée  il  criait  :  kikiriki  !  kikiriki  !  —  En  vain  son 
père  avait-il  consulté  les  plus    célèbres  médecins  et    promis  ime 
riche  récompense    à  celui  qui  guérirait  son  fils  de  sa  folle  imagi- 
nation. En  quelque  lieu  qu'il  se  trouvât  le  jeune  homme  entonnait 
tout-à-coup  son  kikiriki,  ce   qui    faisait    honte  à  son  père,  qui  ne 
trouva  d'autre    solution  que  de  l'enfermer.  Un  mendiant  polonais 
entendit  parler  de  ce  fait  et  se  présenta    à  l'homme  riche,  promet- 
tant de  délivrer  le    jeune    homme   du  Ruach  .esprit)  qui  le  possé- 
dait,   au    moyen    de     formules    cabalistiques.    Le    père    accepta 
joyeusement  la  proposition.  Notre  rabbi    (il    se  faisait   passer  pour 
tel)  se  fit  enfermer  avec  le  jeune  fou  et  l'aborda  en  faisant  entendre 
un  joyeux  kikiriki.  —  Comment,  toi  aussi  tu  es  coq  !  —  Kikiriki  I 
répondit  le  Polonais,  et    les    voilà    tous   deux  à  coqueriquer  à  qui 
mieux  mieux    et   à    être  amis  intimes.  —  Or,   la    fête  du  Kippour 
approchait.  Écoute,  dit  un  matin  le  Polonais,  au  pauvre  fou,  cette 
semaine    il    ne    faut    pas  coqueriquer,  sans  cela  on  viendrait  nous 
chercher  et  on  nous  égorgerait  (comme  victimes  propitiatoires).  — 
Tu  as  raison.  Taisons-nous.  —  Ce  jour-là,  le  Polonais  alla  trouver 
le  père  et  lui  dit  que  son  fils  était  guéri,  et  que  lui,  ayant  affaire 
au  loin,  demandait  à  prendre  congé.  L'homme  riche  le  fit  attendre  une 
journée  entière  et  comme  il  n'entendit  pas  une  seule  fois    coqueri- 
quer son  fils,  il  le  crut   guéri  et  récompensa  richement  le  Polonais 
qui  s'en  alla  aussitôt.  La  semaine    se  passa  ;  le  jeune   homme  ne 
ât  pas  entendre  un  seul  kikiriki,  pendant  tout  ce  temps?  Le  jour  du 


OALLUS  DOMESTICUS.  81 


Kippour,  on  se  rendit  solennellement  à  la  Synagogue  et  Thomme 
riche  y  emmena  son  111s  dont  il  était  tout  fier.  Mais  voilà  qu'après 
la  cérémonie ,  on  entendit  crier  très  haut  :  kikiriki  !  kikiriki  ! 
c'était  le  jeune  fou  qui,  voyant  tout  danger  passé  pour  les  coqs, 
reprenait  son  rôle  avec  ardeur.  —  Depuis  ce  temps  on  dit  en  pro- 
verbe, quand  un  sot  semble  faire  preuve  d'intelligence  pendant 
quelque  temps,  puis  retombe  dans  son  ancienne  bêtise  :  voilà  le 
kikiriki  qui  revient  !  »  Conte  juif-allemand,  A.  Tendlau. 

36.  «  I  gn'y  avoait  eine  foës    ein   curé   qu'étoait  voëzin    d'ein 
maricheu  ;  et  pis  ch'maricheu  il  avoait  ein  coq  qui  randichoait  dins 
le  courtil  d'ech'  prébyterre,  et  pis  i  dégrattoait  chés  leguemes,  du 
matin  au  vépe.  Ch'curé  i  meninchoait  ch'maricheu  ed  li  tuer  sin 
gratteu  de  coq  ;  ch'  maricheu  n'ein  fesoait  que  rire.  Ein  jour,  ch' 
curé  ein  colère,  il  o  tué  che  coq,  tout  d'boein.  Cakaine,  s'mékaine, 
al  l'o  pleumé  et  pis  al  To  mis  dins    sin   pot  au  fu  pour  foaire  d'ol 
soupe.  Ch'curé  s'ein  vo  dire  ess'  messe.  Ch'maricheu  il  l'o  reincontré 
i  li  demandit  :  «  Quoé  qu'o  dit  de  nouvieu,  monsieur  le  curé  ?  —  0 
dit,  qui  dit  che  curé,  que  trop  gratter  cuit.,,  tachez  ed  comprendre 
si  oz  avez  du  comprendoëre.  »  —  Che  maricheu  qui  ne  voyoait  pus 
sin  coq,  il  l'o  charché  ed  tout  coin,  ed  tout  bord,  pour  el  trouvoér. 
Il  0  comprins  à  la  fin  que  sin  coq    il  avoait  le  co  copé  et  pis  qui 
cuisoait.  I  vo  trouver  el  mékaine  d'ech'  curé  dins  ch'  prébiterre.  — 
«  Cakaine,  qui  li  disit,  monsieu  le  curé  i  n'o  poent  de  vin  pour  dire 
s'messe,  allez  n'y  ein  porter  dins  ch'  l'église.  »  Pendant  qu'Cakaine 
al    vo  porter  du  vin  à  sin  raoette,  ch'maricheu  i  preind  ch'  pot  au 
fu  ocché  qu'sin  coq  y  cuisoait  et  pis  il  l'porte  dins  s'moézon.  S'ein 
r'venant  d'ol  messe,  monsieu  Tcuré  i  dit  à  ch'maricheu  :  maricheu, 
quoé  qu'o  dit  de  nouvieu  ?  —  O  dit  que  trop  parler  nuit,  monsieu 
le  curé;    tachez   à    vo  tour   ed 'compreindre.  —  Ch'maricheu,  il  o 
mingé  sin  coq  à  part   li  comme  ein  goinff're  et  pis  i  n'  n'o  ieu  enne 
indigession.  Comme  il  étoait   malade,  monsieu    l'curé   il  l'o  venu 
vir.  —  Quoé  qu'ch'est  qu'oz  avez  donc,  ch'maricheu  ?  —  J'ai,  qui  dit, 
monsieu  l'curé,  que  trop  minger  incommode.  —  Et  pis  v'io  c'ment 
qu'oz  o  foait  ch'pro verbe  :  «  Trop  gratter  cuit,  trop  parler  nuit,  trop 
meinger  incommode.  »  Ponthieu,  J.  Corblet. 

«  Un  chanoine  avait  le  goût  des  fleurs  et  les  cultivait  lui-même 
dans  un  jardin  attenant  à  sa  demeure.  Ce  goût  devint  pour  lui  une 
source  de  chagrins.  La  basse-cour  d'un  voisin  regorgeait  de  poules 
fort  mal  gardées.  Chaque  jour,  pendant  que  le  religieux  chantait 

6 


82  GALLUS  DOMESTICUâ. 

* . 

l'office,  ses  plates-bandes  étaient  ravagées.  La  vieille  gouvernante 
armée  d'un  balai,  les  faisait  fuir,  mais  elles  revenaient  sous  la 
protection  d'un  terrible  coq,  qui  résistait  en  se  dressant  fièrement 
et  en  battant  de  l'aile.  On  eut  recours  à  la  ruse,  et  le  coq,  pris  au 
piège,  fut  sacrifié,  plumé  et  mis  au  pot.  —  Le  chanoine,  en  se 
rendant  à  l'église,  rencontre  son  voisin  et  lui  dit,  avec  un  demi- 
sourire  :  «  Maître  Simon,  trop  gratter  cuit.  »  —  Maître  Simon 
comprit  très  vite  :  Trop  gratter^  se  dit-il,  c'est  mon  coq,  et  mon 
coq  est  à  la  broche  ou  dans  la  marmite  du  chanoine.  Pendant  que 
la  gouvernante  venait  à  bout  cette  fois  de  chasser  les  poules  du 
jardin,  maître  Simon  pénétra  dans  sa  cuisine,  remporta  chez  lui  le 
coq  et  tons  les  assaisonnements,  et  put  dire,  d'un  air  patelin,  au 
chanoine  revenant  de  l'office  :  Trop  parler  nuit.  » 

Sancerrois,  Compte-rendu  de  la  Société  du  Berry^  1866,  p.  394. 

Ces  contes  semblent  avoir  été  imaginés  pour  expliquer 
le  proverbe  :  Trop  gratter  cuit,  trop  parler  nuit. 

37.  Dans  certains  contes  il  est  question  d'un  roi  qui  est  dans 
la  plus  grande  perplexité  parce  que  sa  femme  le  tourmente  pour 
lui  arracher  un  secret  qu'il  doit  garder.  Un  jour  il  entend  (car  il 
comprend  le  langage  des  bêtes)  un  coq  qui  dit  :  moi  qui  ai  cent 
femmes,  je  les  mène  comme  je  veux,  le  roi  n'en  a  qu'une  et  il  n'en 
peut  venir  à  bout. 

Sur  ce  cycle  de  contes,  voyez  un  long  article  de  Benfey  dans 
Orient  und  Occident^  II,  p.  137  et  suivantes. 

38.  Sur  les  contes  qui  expliquent  pourquoi  une  poule  noire  peut 
faite  des  œufs  blancs  voyez  Literaturblatt  f.  germ.  u.  rom.  Philo- 
logie, nov.  1880,  p.  423,  27«  ligne. 

39.  Dans  certains  contes,  le  coq,  sur  le  point  d'être  mangé 
par  le  renard,  se  sauve  par  différentes  ruses.  Voyez  Lespy,  jPro- 
verbes  du  Béarn,  p.  102  ;  Halliwell,  Nursery  Rhymes,  p.  25  ;  le 
Magasin  pittoresque  de  liî65,  p.  183  (on  y  trouve  la  trad.  d'un  conte 
livonien)  ;  Thorburn,  Bannu,  p.  222  ;  Loys  Brueyre,  Contes  de  la 
Grande-Bretagne.  Paris,  1875,  pp.  369-370  ;  Cénac-Moncaut,  Litt. 
pop.  de  la  Gascogne.  Paris,  li<68,  p.  223. 

40.  «  Jà  ne  chante  le  coq,  si  viendra  le  jour.  » 

Ancien  français,  Nugérin. 


GÀLLUS  DOMESTICUS.  83 


«  Es  wird  Tag,  wenn  auch  der  Hahn  nicht  kràht.  »  Allemand. 

«  Hoewel  men  den  haan  niet  hoorde  kraaijen,  zal  het  toch  wel  dag 
worden.  »  Hollandais. 

«  Dagen  kommer  vel,  om  end  hanen  ikke  galer.  »         Danois. 

«  Si  fara  giorno  col  gallo,  e  si  farà  giorno  senza  gallo.  »  —  Si 
vive,  avendo  marito,  e  si  vive  senza  marito,  dicono  quelle  che  si 
mostrano  indiffèrent!  al  matrimonio. 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

«  Though  the  cock  crow  not,  morning  will  dawn.  » 

Bannu,  Thorburn. 

«  If  it  were  not  for  my  cock  and  chafing  dish,  how  would  the 
vrorld  go  round  ?»  —  A  story  is  told  of  an  old  woman  who  fancied 
that  the  crowing  of  her  cock  woke  the  whole  village,  and  that  ail 
the  inhabitants  were  dépendent  on  her  for  fire. 

Proverbe  telugu,  Carr,  §  1255. 

41.  «  Dove  molti  galli  cantano,  non  si  fa  mai  giorno.  » 

Proverbe  italien. 

42.  «  Cocks  are  supposed  to  be  quite  night-blind,  on  which  ac- 
count  they  often  deceive  us  about  the  approach  of  dawn,  by  crowing 
too  soon.  »  Bannu,  Thorburn. 

43.  Sur  la  poule  recevant  un  pois  sur  la  tête,  s'imaginant  que  le 
ciel  est  tombé  sur  elle,  partant  pour  en  informer  le  roi  et  emmenant 
avec  elle  une  série  de  compagnons  de  voyage,  voyez  ;  Chambers, 
Fopular  Rhymes  of  Scotland,  1870,  p.  59;  Halliwell,  Nursery 
Rhymes,  p.  151  ;  Loys  Brueyre,  Contes  de  la  Grande^By^etagne^ 
p.  377. 

44.  «  Gallinse  filius  albse.  »  —  Le  fils  de  la  poule  blanche,  se  dit 
de  quelqu'un  prédestiné  à  être  heureux.  Latin,  Juvénal. 

«  Figliulo  délia  gallina  bianca.  »  Italien. 

Cf.  tt  Figliulo  deir  oca  bianca.  »»  —  Homme  heureux.  Italien,  Duez. 

45.  «  *'Opvt0oç  -jfa'^a  Cr)Tetç.  »  Grec  ancien. 
«  Lac  galliuaceum.  »                                            Latin,  Pline. 


«  Litte  di  galliiia.  »  --  Ciiote  nrt^  chose  imposable. 

Italien,  Pescetti. 

«  A  ver  latte  di  galliiUL  »  --  Essere  nell'  abbondansa. 

ItaJifsn. 

«  Fer  cajuteotallu  ei  rurebbe  «  Ijtte  di  gallioa.  » 

Corse,  Mattbl. 

«  Kfffspt  de  gogo  joottrri  de  lait  de  poule.  »  -^  Se  dit  dim  enfant 
élevé  MkcaiemeaL  Lemocjl^  DteHonnaire  comique. 

Cf.  Faune  poptUairCt  t.  Il  p.  410. 

40*  «  Cougnotre  lai-s-auoaai  dai  dzeumai  da  dai  boutaillai 
d^bos*  »  — '  Coimaitre  les  eaux  (les  urines)  des  poules  dans  des  bou- 
teilles de  bois«  Se  dit  d^on  nigaud  qui  fait  Tentendu,  qui  croit 
coonattre  ce  qu^il  ne  connaît  pas,  et  même  Pinconnaissable. 

Les  Fourgs,  Tissot,  Lef  Moeurs. 

47*  «  Clii  mangia  merda  di  galletto  diventa  indovino.  »  ->  Detto 
a  gabbo  di  cbi  vuul  far  la  professione  di  sapere  le  cose  future. 

Italien. 

48.  «  Quand  quelqu*un  a  déjà  beaucoup  bu  on  rengage  à 
f  i/ler  son  verre  en  lui  disant  :  si  tu  ne  vides  pas  ton  verre,  ça  fera 
mourir  tes  poules.  »  Loiret,  com.  par  M.  J.  Poquet. 

49.  «  Fouetter  (ou  fesser)  ses  poules,  signifie  boire  beaucoup, 
porter  bien  son  vin.  »  Leroux,  DicL  comique. 

50*  «  Quand  les  poules  montent  sur  un  bâtiment  et  y  grattent, 
présage  de  famine.  »  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

51.  «  Une  poule  qui  chante  le  coq,  c.-à-d.:  qui  se  met  à  cbanter 
comme  le  coq,  est  un  présage  de  malheur  pour  la  maison.  Oénéra- 
lomont  on  croit  qu^elle  annonce  la  mort  de  son  maître.  Aussi  on  a 
Phabitude  de  la  mettre  immédiatement  à  mort.  » 

Croyance  générale  en  France. 

«  Quand  la  poulo  fa  lou  gaou  —  foou  que  se  mangé  à  Toustaou.  » 

Provençal  moderne. 

«  Poulo  (lul  chante  et  coq  qui  danse  —  méritent  la  potence.  » 

Franche-Comté,  Perron. 

«  Bl  (lllo  qu*al  slffc,  et  glaine  qu'ai  cante  el  co  —  crient'nt  qu'o 


\ 


GALLUS  DOMESTICUS.  fô 


leur  racourchiche  el  co.  »  —  Une  fille  qui  siffle  et  une  poule  qui 
chante  le  coq,  méritent  d'avoir  le  cou  coupé. 

Picard,  Corblet. 

«  Fille  qui  subèle  (qui  siffle),  vache  qui  beille  (beugle  comme  le 
taureau),  poule  qui  chante  le  coq  —  sont  trois  bêtes  qui  méritent 
la  mort.  »  lUe-et-Vilaine,  cora.  par  M.  Ad.  Orain. 

«  Femme  qui  huffelle,  poïe  qui  chante  et  vache  qui  torelle,  c'est 
tôt  çou  qui  n'i  a  d*pu  mâvas.  »  —  Femme  qui  siffle,  poule  qui 
chante  (comme  le  coq)  et  vache  qui  saute,  c'est  tout  ce  qu'il  y  a  de 
plus  mauvais.  Wallon,  Dejardin. 

«  Frema  che  subla  e  gallina  che  fa  lou  gau  —  es  preludi  de  gran 
mau.  »  Nice,  Toselli. 

«  Dgerainne  que  tchainte  —  pnUe  que  dainse,  —  fanne  que 
s'anivre  —  ne  sont  pe  digne  de  vivre.  »  —  Poule  qui  chante,  prêtre 
qui  danse,  femme  qui  s'enivre,  ne  sont  pas  dignes  de  vivre. 

Suisse  romande,  Kohler,  Les  Paniers^  etc. 
Porrentruy,  1849,  p.  19. 

«  Dzerna  ke  tsantet  —  prêtret  ke  danchet  —  fenna  que  sa  lo 
latin  —  y  on  jamais  fé  bouenna  fin.  »  —  Poule  qui  chante,  prêtre 
qui  danse^  femme  qui  sait   le  latin  n'ont  jamais  fait  bonne  fin. 

Tarentaise,  Pont. 

«  Rien  de  plus  sinistre  que  le  cri  de  la  poule  qui  chante  Jaulon 
(chante  le  coq).  Il  faut  la  tuer  sur  le  champ,  si  on  ne  veut  pas 
s'exposer  à  un  malheur,  la  mort  même.  Cette  poule  pondrait  le 
cocatru  (appelé  vulgairement  œuf  de  coq)  et  du  cocatru  naîtrait 
un  serpent  redoutable  pour  tout  le  monde.  » 

Poitou,  L.  Desaivre,  Bull,  de  la  Société  de  Statistique 
des  DeuX'Sévres,  1876,  p.  116. 

«  On  tue  la  poule  qui  chante  le  coq  et  on  jette  sa  tête  par  dessus 
la  maison  pour  conjurer  le  mauvais  présage.  » 

Environs  de  Montargis,  com.  par  M.  L.  Malon. 

«  La  poule  qui  chante  le  coq  est  mise  à  mort  aussitôt.  C'est  le 
moyen  de  détourner  la  mauvaise  chance  qu'elle  présage  ainsi.  Une 
espièglerie  à  l'usage  des  enfants  et  des  domestiques,  c'est  de  per- 
suader qu'ils  ont  entendu  la  poule  chanter  en  coq,  lorsqu'ils  sont 
afl'riandés  d'une  fine  volaille.  » 

Normandie,  Amélie  Bosquet,  La  Normandie  merveilleuse. 

«  Une  poule  qm  chante  le  jau  est  immédiatement  mise  à  mort. 


86  6ALLU8  DOHESTICUS. 


On  dit  plaisamment  en  parlant  d'one  femme  qui  prend  nn  ton  trop 
masculin  en  chapitrant  t»on  mari  :  elle  se  fera  tordre  le  coa,  elle 
chante  trop  le  jau.  »  Berry,  Laisnel  de  la  Salle,  II,  238. 

«  Quando  ama  gallinha  canta  como  o  gallo,  deve  logo  matar-se 
porque  e'  un  agoiro  muito  mâo.  (Cf.  o  proverbio  :  gallinha.  que 
canta  como  o  gallo,  poe  o  dono  a  cavallo  ;  isto  é  :  faz  que  elle 
morra.)  »      Superst.  port.,  Pedboso,  Cont.  para  u.  mythoL  port, 

«  The  crowing  of  a  hen  indicates  some  approaching  disaster.  » 

Angleterre,  Notes  and  Queries^  10  janv.  1880. 

«  Whistling  lasses  and  crowing  hens  are  no  canny.  » 

Proverbe  écossais. 

«  Wenn  die  Mâdchen  pfeifen  —  und  die  Weiber  keifen  —  und  die 
Hûhner  krâhen  —  dann  ist  Zeit,  ihnen  den  Hais  auszudrehen.  » 

Prusse,  Frisghbier. 

,  «  In  China  the  crcwing  of  a  hen  is  considered  ominous  of  some- 
thing  unusual  about  to  happen  in  the  family  to  which  it  belongs. 
In  order  to  ascertain  whether  thls  event  is  propitious  or  unpropi- 
tious,  the  relative  position  of  the  fowl,  while  crowing,  is  to  be 
observed.  If  the  hen  crows  while  her  head  is  toward  the  outside,  or 
the  front  of  the  premises  it  is  an  unpropitious  prognostication, 
foreshadowing  poverty  or  ill  luck  of  some  kind  ;  whereas,  if  her 
head  is  pointing  toward  the  rcar  of  the  premises  while  crowing,  it 
is  an  omen  of  good,  indicating  a  more  prospérons  state  of  the 
family.  Few  families  will  keep  a  crowing  hen,  even  should  she 
betoken  future  good,  as  extraordinary  omens  like  this  are  deemed 
undesirable.  The  infortunate  fowl  is  either  sold  or  killed  as  soon  as 
possible  after  she  has  commeueed  to  crow.  » 

Cliine,  DoouTTLE,  Social  Ufe  of  the  Chinese,  II,  p.  328, 
cité  par  Dennys,  Folkl.  of  the  China. 

Sur  la  poule  qui  chante  le  coq  voyez  encore  De  Gubernatis,  Myth, 
Zool.f  II,  p.  299;  Richard  Andvee,  Et h^iographische  Parallelcn^  1878, 
p.  13;  Antonio  de  Nino,  Vsi  ahhruzzesi,  1879,  p.  46. 

52.  «  Quand  les  coqs  chantent  au  milieu  de  la  nuit,  il  y  aura  du 
brouillard  le  matin.  »  Deux  Sèvres,  Souche. 

«  Si  le  coq  chante  à  minuit,  il  faut  remuer  les  cendres  ou  faire 
une  croix  dans  la  cheminée  pour  qu'il  n'y  ait  pas  de  brouillards  le 
lendemaîDf  ^  I^ot  (Bas-Quercy),  comm.  par  M.  J.  Daymard. 


GALLUS  DOMESTICUS.  87 

«  Un  coq  qui  chante  avant  minuit  pj'ésage  un  mariage  s'il  coque- 
rique  un  nombre  de  fois  pair,  une  mort  s'il  coquerique  un  nombre 
de  fois  impair.  »    Environs  de  Lorient,  recueilli  personnellement. 

«  Un  coq  qui  chante  entre  le  coucher  du  soleil  et  l'heure  de  mi- 
nuit annonce  la  mort  d'un  parent  ou  d'un  ami  de  la  maison.  » 

Allier,  communiqué  par  M.  P]rn.  Olivier. 

«  Ar  c'hog  a  gan,  goude  ma  ve  eet  d'he  c'hlud  a  ra  gwall  gelou 
d'he  dud.  »  —  Le  coq  qui  chante  à  peine  rendu  au  perchoir  —  à 
ses  maîtres  annonce  de  fâcheuses,  nouvelles.  —  Il  n'y  a  pas  lieu 
pourtant  de  s'effrayer  si  on  l'entend  pendant  les  Avents;  à  cette 
époque  de  l'année  tous  les  coqs  sont  aff'olés  et  chantent  aussi  bien 
la  nuit  que  le  jour.  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Quando  um  gallo  canta  ao  sol  posto,  é  signal  de  morte.  » 

Sup.  port.,  Pedroso,  Cont.  para  uma  mythologia  port. 

«  Quando  um  gallo  canta  antes  da  meia  noite,  é  signal  de  navio 
à  barra,  ou  que  alguma  filha  foge  de  caza.  » 

Sup.  port.,  Pedroso,  Cont,  para  uma  mythologia  port, 

«  Quando  um  gallo  canta  quatro  vezes  antes  da  meia  noite,  é  si- 
gnal de  morte.   » 

Sup.  port.,  Pedroso,  Con^  para  uma  mythologia  port. 

«  A  cock  crowing  on  the  roost  before  midnight  was  heard  with 
dread.  It  was  looked  upon  as  an  omeu  of  death,  if  when,  on  inspec- 
tion, it  was  found  that  the  bird's  feet,  comb,  and  wattles  were  cold, 
he  was  looking  towards  the  quarter  where  the  death  would  take 
place.  »  Ecosse,  Gregor. 

«  It  is  said  that  if  a  cock  should  crow  about  ten  or  eleven  o'clock 
in  the  evening,  he  is  not  allowed  to  remain  on  the  premises  long, 
being  killed  or  sold,  as  such  crowing  dénotes  future  evil  to  the 
family  of  the  owner.  » 

Chine,  Doolittle,  Social  life  ofthe  Chinese^  ^UV'  328. 
cité  par  Dennys,  p.  34. 

«  Amongst  the  superstitions  in  Persia,  that  which  dépends  on 
the  crowing  of  a  cock  is  not  the  least  remarkable.  If  the  cock 
crows  at  a  proper  hour,  they  esteem  it  a  good  omen  ;  if  at  an  im- 
proper  season,  they  kill  him.  I  am  told  that  the  favourable  hours 


88  OALLUS  DOMESTICUS. 


are  at  nine,  both  in  the  morning  and  in  the  evening,  at  noon,  and 
at  midnight.  »  Morier,  Journey  through  Persia,  p.  62, 


^"ï --  ir iy  -  -      • 

cité  par  Dennys,  p.  34. 


«  If  ail  were  my  enemies,  i  should  hâve  crowed  in  the  night  and 
should  hâve  been  killed.  »  — Si  j'avais  eu  tout  le  inonde  pour 
ennemi,  on  n'aurait  pas  manqué  de  dire  que  je  coqueriquais  pen- 
dant la  nuit  et  j'aurais  été  mis  à  mort.  Quand  le  coq  se  fait  entendre 
au  milieu  de  la  nuit,  les  nègres  qui  y  voient  un  mauvais  présage,  le 
tuent.  —  Le  sens  du  proverbe  est  que  quand  on  n'a  que  des  ennemis 
on  peut  être  accusé  des  choses  les  plus  invraisemblables . 

Proverbe  oji.  Rus. 

53.  «  A  Jaù-chant,  c'est-à-dire  au  premier  chant  du  coq  tous  les 
êtres  infernaux,  diables,  loups-garoux,  moutons  noirs,  etc.,  dispa- 
raissent et  n'ont  plus  de  puissance  sur  la  terre.  (')  » 

Creuse,  Vincent. 

«  Au  château  de  Sogren,  des  spectres  effrayants,  apparaissent  fré- 
quemment dans  les  ruines  du  château  et  leurs  ombres  inquiètes  ne 
peuvent  goûter  aucun  repos.  Elles  sont  condamnées  en  expiation  de 
leurs  crimes  à  être  les  gardes  des  trésors  volés,  enfouis  dans  les 
voûtes  de  leur  ancien  domicile.  La  croyance  populaire  est  qu'à 
l'heure  de  minuit,  des  fantômes  armés  de  pied  en  cap,  se  montrent 
au  haut  de  ces  masures  et  y  font  la  ronde  jusqu'à  ce  que  le  chant 
dîi  coq  les  force  à  rentrer  dans  leurs  prisons  souterraines  pour  y 
gémir  sur  les  monceaux  d'or  mal  acquis.  » 

Suisse  romande,  Quiquerez,  Souvenirs  et  traditions, 

«  Dans  une  légende  morvandelle  une  jeune  fille  est  enlevée  pen- 
dant la  nuit,  par  subterfuge,  par  des  démons  déguisés  en  chevaliers. 
Tout-à-coup  elle  entend  le  chant  d'un  coq  et  s'écrie  qu'elle  est 
sauvée  :  non,  disent  les  démons,  car  ce  coci  est  le  produit  d'un 
œuf  emprunté  et  qui  n'a  pas  été  rendu  ;  son  chant  ne  peut  te  déli- 
vrer de  nos  mains.  » 

A.  Marlière,  Stat.  de  Varr.  de  Clamecy,  Clamecy,  1859,  in-4,  p.  466. 

(1)  La  première  partie  de  la  nuit  semble  être  aussi  réservée  aux  esprits 
aux  îles  Marquises  (Océdiiie)  : 

«  La  première  veille  ou  première  partie  de  la  nuit  est  Vheure  des 
revenants  (ma  mata-vahine-hae).  »»  Mathias  Garcia,  Les  îles  Marquises, 
Bruxelles,  1843,  in-18. 


OALLUS  DOMESTICUS.  89 


«  Dès  que  le  coq,  chassant  la  nuit  au  battement  de  ses  ailes, 
appelle  le  jour  de  sa  voix  éclatante,  les  lions  agiles  sont  incapables 
de  lui  tenir  tête,  de  le  regarder  en  face.  » 

Lucrèce  (collection  Nisard)  De  nat,  rerum,  liv.  IV,  712. 

54.  «  Si  par  mégarde  on  laissait  manger  du  pain  bénit  à  un 
coq  il  serait  possédé  du  diable.  » 

Env.  de  Lorient,  recueilli  pers.;  Vosges,  com.  par  M.  X.  Thiriat. 

«  Quand  on  jette  du  pain  bénit  aux  ,coqs  ils  deviennent  enragés  et 
crèvent  les  yeux  des  enfants.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

55.  «( ...  J'assistai  à  la  cathédrale  à  la  missa  det  gallo,  messe  du 
coq,  ainsi  appelée  parce  qu'on  la  dit  à  l'heure  où  les  coqs  annon- 
cent l'arrivée  du  matin,  le  jour  de  Noël.  » 

Dembowski,  Deux  ana  en  Espagne.  Paris  1841,  p.  287. 

56.  «  Si  ou  a  arraché  une  plume  de  coq  pendant  qu'il  s'accouple 
et  que  Ton  glisse  cette  plume  dans  un  balai,  les  femmes  qui  l'em- 
ploieront seront  prises  d'envies  continuelles  d'uriner  pendant  tout 
le  temps  qu'elles  s'en  serviront.  Ce  désagrément  ne  cessera  que 
lorsque  s'apercevant  enfin  de  la  supercherie  elles  enlèveront  la 
plume  malfaisante.  »        Poitou,  L.  Desaivrk,  Croyances,  1881. 

57.  «  Les  poules  pondent  quelquefois  un  œuf  tout  petit,  tout 
rond,  à  coquille  ordinairement  dure.  On  croit  généralement  en 
France  que  cet  œuf  (i)  est  pondu  par  un  coq  (2)  et  enterré  par  lui 
dans  le  fumier  (').  Il  en  sort  un  serpent  appelé  basilic  qui  est  redou- 
table. S'il  vous  aperçoit  avant  d'être  vu,  vous  êtes  un  homme 
perdu,  mais  si  vous  le  voyez  le  premier,  il  meurt  aussitôt.  » 

«  On  appelle  coulouohre  ou  coulobre,  m.  le  serpent  ailé  qui  sort 
d'un  œuf  de  coq.  »  Aveyron,  Vayssier. 

«  Un  œuf  de  coq  couvé  par  une  cane  ou  par  une  oie  produit  un 
serpent.  »  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

(1)  Quelquefois  Tœuf  hardelé  est  aussi  regardé  comme  ayant  été  pondu 
par  un  coq. 

(8)  Par  un  coq  vierge,  selon  Desormeaux,  Tableau  de  la  vie  rurale. 

(8)  Les  couleuvres  déposent  fréquemment  leurs  œufs  dans  le  fumier  et 
ce  fait  a  dû  avoir  une  influence  sur  Torigine  de  la  superstition. 


dO  GALLU8  DOMESTICUS. 


«  Vœa  de  jau  produit  la  cocadrille.  Pour  charmer  l'œuf,  c-k-^.  : 
pour  neutraliser  son  influence  maligne,  on  fourre  dans  le  fumier  on 
bâton  de  Tarbre  appelé  charme,  »  Centre,  Jaubkrt. 

«  0  gallo,  estando  setc  annos  nnma  caza,  poe  um  oyo  d^onde  sàe 
uma  serpente.  Se  esta  fita  primeiro  o  dono  da  caza,  este  morre.  Se 
é  o  contrario  que  se  dà,  é  a  serpente  que  morre.  » 

Pedroso,  Trad,  pop.  port, 

«  Os  gallos  em  chegando  a  velhos  poem  um  ôvo,  d'onde  nasce  um 
sardâo  {sic)  que  mata  o  dono  dâ  casa.  » 

Portugal,  CoNSiGLiERi  Pedroso. 

«  Il  gallo  che  arrivi  all^età  di  sette  anni  fa  un  uovo,  lo  cova,  e  ne 
fa  nascere  il  basilisco.  »  Sicile,  Castelli. 

«  When  a  cock  reached  the  âge  of  seven  years  he  was  believed  to 
lay  a  small  egg  from  which  issued^  if  hatched,  a  most  deadly  ser- 
pent called  a  cockatrix.  »         Ecosse,  W.  Gregor,  Notes ^  p.  140. 

«  Wird  ein  hahn  sieben  jahre  ait,  so  legt  er  ein  ei,  aus  dem  ein 
drache  ausscliliipft.  »  Tyrol,  Zeit,  f.  d,  Myth.,  t.  II,  p.  421. 

«  Wenn  der  Hahn  zwôlf  Jahre  ait  wird,  legt  er  ein  Ei,  scharrts 
in  den  Sand,  und  aus  dem  Ei  wird  dann  ein  Lindwurm.  Die  Lindwiirme 
hùten  aile  Schàtze,  so  in  der  Erden  vergraben  sind,  doch  im  Màrzen, 
wenn  die  Sonne  die  Erden  wieder  mit  ihren  Strahlen  durchdringt 
und  erwàrmt,  da  hat  der  Lindwurm  keine  Gewalt  liber  seinen 
Schatz.  Es  dràngt  diesen  herauf  zum  Sonnenlicht,  er  musz  sich 
sonnen,  und  da  ist  die  Zeit,  wo  man  die  Schàtze  heben  kann.  Wer 
aber  ungeschickt  damit  umgeht,  ist  verloren,  der  Lindwurm 
verschlingt  ihn  und  giebt  ihn  nimmer  heraus.  » 

Leghrâin,  Leoprechting, 

«  On  appelle  eu  arabe  Vceuf  de  coq  ou  l'œuf  stérile  Tœuf  que  le 
coq  est  censé  pondre  une  fois  dans  sa  vie,  ou  une  fois  par  an 
(Kazimirski,  Dict,  arabe)  ou  une  fois  par  jour  (F.  Johnson, 
Dictionary  persian,  etc.).  » 

«  Métaphoriquement  œuf  de  coq  signifie  :  chose  impossible  à 
avoir.  »  Arabe,  Kazimirski. 

«  Ehc  der  Hahn  ein  Ei  Icgen  wird.  » 

Lithuanien,  Schleiguer. 


GALLUS  DOMESTICUS.  91 


Sur  Tœuf  de  coq,  le  cocodi'ille,  etc.  voyez  encore  Faune  popuL, 
t.  III,  p.  41,  §  33,  34,  35  ;  Laisael  de  la  Salle,  Croyances  du  centre  de 
la  France^  I,  p.  197. 

58.  ¥.  Quand  une  poule  fait  des  œufs  sans  coque,  on  pend  la  peau 
de  ses  œufs  à  la  crémaillère.  On  voit  encore  assez  souvent  de  ces 
peaux  pendues  à  la  cheminée.  » 

Franche-Comté,  Démocratie  franc-comtoise^  oct.  1878. 

«  Legt  ein  Huhn  schalenlose  Eier  und  man  hàngt  das  Eihàutchen 
in  das  Kamin,  so  legt  es  dann  Eier  mit  Schalen.  » 

Canton  de  Berne,  Rothenbach,  p.  36. 

* 

59.  «  Les  œufs  de  poule  pondus  entre  les  deux  Notre-Dame  (15 
août  —  8  septembre)  ne  se  gâtent  jamais.  * 

Allier,  com.  par  M.  Ern.  Olivier. 

60  «  Les  œufs  de  poule  pondus  le  Vendredi-Saint  ne  se  gâtent 
jamais  et  préservent  de  la  fièvre.  » 

Vosges,  A.  MoNTÉMONT,  Voyage,  p.  98. 

«<  Les  œufs  pondus  le  Vendredi-Saint  sont  marqués  avec  du 
charbon  et  comme  ils  sont  naturellement  bénits  on  ne  les  met 
jamais  sous  la  couveuse.  »  Morvan,  Chambure. 

«  Un  œuf  de  poule  pondu  le  Vendredi-Saint,  jeté  dans  un  incendie 
allumé  par  la  foudre,  l'éteint  aussitôt.  » 

Vosges,  com.  par  M.  X.  Thiriat. 

«  Les  œufs  pondus  le  Vendredi-Saint  préservent  les  enfants  de  la 
colique.  »  Canton  d'Escurolles,  Texier. 

«  Si  l'on  met  couver  un  œuf  pondu  le  Vendredi-Saint,  le  plumage 
de  la  volaille  qui  en  sort  change  de  couleur  tous  les  ans.  » 

Rouveroy,  Le  petit  marchand  forain^  p.  147. 

«  L'œuf  du  Vendredi-Saint  garantit  contre  toute  rupture  du  corps. 
En  Flandre  on  conserve  les  œufs  pondus  durant  le  service  divin  et 
on  prétend  qu'un  incendia  s'éteint  quand  on  y  jette  ces  œufs.  » 

Reinsberg,  Tradition  pop.  de  la  Belgique,  I,  236. 

«  Déjeuner  avec  deux  œufs  pondus  le  Vendredi-Saint,  préserve  de 
la  lièvre.  »  Idem^  p.  247. 

«  Les  œufs  pondus  le  jour  de  la  Pentecôte  sont  conservés  à  l'égal 
de  ceux  pondus  le  Jeudi-Saint.  »  Idem,  p.  352. 


92  GALLUS  DOMESTICUS. 


«  Wenn  man  cin  Ei,  das  am  Grûndonnerstage  gelegt  ist,  am 
Charfreitagc  in  die  Tasche  steckt  und  damit  zur  Kirche  geht,  so 
kann  man  die  Hexen  tanzen  sehen.  » 

Oldenbourg,  Stracreiuan,  §  223. 

«  Die  Eier  welche  die  Hûhner  am  Charfreitag  legen,  sind  die 
stârksten.  »  Canton  de  Berne,  Rothenbach. 

61.  «  Uovo  dell' ascensione.  »  — >  L^uovo  nato  in  tal  di  ècreduto 
dalle  donnicciuole  rimedio  salutifero  a  tutti  i  mali,  e  dicono  che  mai 
non  si  corrompe.  Italien. 

«  L'uoyo  dell*  Ascensione  non  lo  salvarebbe.  »  —  L'œuf  de  l'Ascen- 
sion  ne  le  sauverait  pas,  c'est-à-dire  :  il  n'y  a  point  de  remède  pour 
lui.  Italien,  Duez. 

«  Quem  tiver  gallinhas,  deve  espreita-las  em  quinta-feira  de 
Ascensâo,  para  vêr  as  que  poem  ovos  do  meio  dia  para  a  uma  hora. 
Os  ovos  postos  entâo  devem  guardar-se,  porque  nunca  apodrecem  e 
sâo  um  grande  preservativo  contra  todas  as  doenças.  » 

Portugais,  Consigliebi  Pedroso,  Cont.  para  uma 
mythologia  portuguesa. 

Sur  Fœuf  de  l'Ascension  voyez  encore  De  Gubematis^  Mytho- 
logie Zool.,  II,  p.  307. 

<52.  «  As  gallinhas  prêtas  poem  ovos  de  duas  gemas,  que  teem 
grande  virtude  para  certas  doenças.  » 

Sup.  port.,  C.  Pedroso,  Cont.  para  uma  mythologia  port. 

63.  «  Pour  qu'un  enfant  parle  de  bonne  heure  il  faut  lui  faira 
manger  le  premier  œuf  pondu  par  une  jeune  poule.  » 

Deux -Sèvres,  Sodché. 

64.  «  Passar  um  ovo  quente,  apenas  acaba  de  ser  posto,  pelos 
olUos,  tem  a  virtude  de  aclarar  a  vista.  » 

Portugais,  Pedroso,  Cont.  para  um,a  mythologia  port. 

65.  «  La  crête  saignante  d'un  coq  frottée  sur  les  gencives  dou- 
loureuses d'un  enfant,  qui  fait  ses  dents,  favorise  leur  sortie.  » 

D«"  Bessières,  p.  85. 

6^'  «  La  fiente  de  poule  est  employée  en  cataplasme  contre  les 
maux  de  dents,  pour  combattre  principalement  Tinflammation  du 
visage  et  prévenir  la  formation  des  abcès.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauve. 


GALLUS  DOMESTICUS.  93 


67.  «Prenez  un  œuf  fraîchement  pondu,  placez-le  dans  une  fourmi- 
lière, sans  que  personne  ne  vous  voie  (condition  essentielle  pour  la 
réussite)  et  récitez  dévotement  à  genoux  un  pater  et  un  ave.  On  se 
guérit  de  la  fièvre  au  moyen  de  cette  opération.  » 

Canton  de  Chef-Boutonne,  Beauchbt-Filleau. 

68.  «  Eine  kindbetterin  darf  nur  suppe  von  einem  ganz 
schwarzen  huhn  bekommen  ;  ist  ein  weiszes  oder  farbiges  federchen 
oder  flâumchen  daran,  so  darf  man  die  suppe  nicht  geben.  » 

Appenzell  (Suisse),  Zéitsch,  f,  d.  Myth,,  1856,  p.  1. 

69.  «  Wenn  man  einem  Bruthuhn  zwischen  11  und  12  Uhr  Eier 
unterlegt,  gibt  es  nie  Kuchlein.  »       Canton  de  Berne,  Rothenbach. 

70.  «  Si  l'on  met  couver  des  œufs  le  vendredi  les  poules  n'ont 
pas  de  fiel.  »  Saintonge,  Migheau. 

71.  «  Si  Ton  veut  avoir  des  mâles  il  faut  faire  mettre  les  œufs 
sous  la  couveuse  par  un  homme,  le  vendredi.  » 

Lot  (Bas  Quercy),  com.  par  M.  J.  Daymard. 

«  Pour  avoir  des  coqs  il  faut  mettre  à  couver  le  vendredi,  pour 
avoir  des  poules  il  faut  mettre  à  couver  le  jeudi.  » 

Deux-Sèvres,  Souche,  Proverbes. 

«c  Pour  n'avoir  que  des  coqs  il  faut  mettre  à  couver  le  vendredi 
avant  le  lever  du  soleil.»  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

«  Para  ter  mais  gallinhas  do  que  frangog,  ao  dispôr  os  ovos 
no  ninho,  deve  dizer-se  : 

Em  nome  de  S.  Salvador 

Que  nasçam  todas  gallinhas^ 

E  um  sô  gallador.  »      Portugal,  Pedroso,  Trad,  port. 

Sur  le  moyen  d'avoir  à  volonté  des  poules  ou  des  coqs  voyez 
encore  W.  Gregor,  Notes,  p.  141. 

72.  ¥.  Pour  qu'une  couvée  réussisse,  le  nombre  d'œufs  qu'on 
donne  à  une  couveuse  doit  être  impair.  » 

Deux -Sèvres,  Souche  ;  L.  Desaivre. 

«  A  hen  ought  to  be  set  on  and  odd  number  of  eggs  ;  if  not,  many, 
if  not  ail  of  them,  become  addled.  » 

Ecosse,  W.  Gregor,  Notes^  p.  141. 

.  «  Ova  subjici  impari  numéro  debent.  » 

Pline,  édit.  Littré,  t.  I,  p.  416. 


94  OALLU8  DOME8TICU8. 


«  L'ova  di  la  ciuccata  vonn'essiri  spari.  »  —  È  pregiudizio  popolare 
molto  radicato  che  le  uova  che  si  mettono  a  covai'e  sotto  una 
gallina  debbano  essere  semprc  di  numéro  dispari^  altrimenti  non 
riusciranno.  Sicile,  Pitre. 

73.  «c  Pour  qu'une  couvée  réussisse,  il  faut  mettre  les  œufs  dans 
le  nid  eu  se  servant  alternativement  de  la  main  droite  et  de  la 
main  gauche.  »  Environs  de  Lorient,  recueilli  pers. 

74.  11  est  d'usage  dans  un  grand  nombre  de  pays  de  mettre  un 
morceau  de  fer  dans  le  nid  des  poules  pour  empêcTier  les  œufs 
d'être  gâtés  par  Tinfluencé  atmosphérique  en  temps  d'orage.  11  est 
difficile  de  savoir  si  Tinfluence  protectrice  de  ce  fer  est  réelle  ou 
si  Ton  a  affaire  à  une  superstition  pure. 

«  Pour  que  les  couvées  réussissent,  on  met  du  buis  et  du  fer  en 
croix  sous  les  nids.  »  Démocratie  franc-comtoise,  octobre  1878. 

«  Pour  que  les  œufs  ne  se  gâtent  pas  sous  la  couveuse,  on  met  à 
côté  des  morceaux  de  ferraille  disposés  en  croix.  * 

,  Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  Si  incubitu  tonuit,  ova  pereunt  ;  et  accipitris  audita  voce  vitian- 
tur.  Remedium  contra  tonitrus,  clavus  ferreus  sub  stramlne  ovorum 
positus,  aut  terra  ex  aratro.  »  —  S'il  vient  à  tonner  pendant  l'incu- 
bation, les  œufs  périssent  ;  ils  se  gâtent  aussi  par  le  cri  de  l'éper- 
vier.  Le  remède  contre  l'action  du  tonnerre  est  de  mettre  sous  la 
paille,  où  sont  les  œufs,  un  clou  de  fer  ou  de  la  terre  provenant 
d'une  charrue.  Pline,  édit.  Littré,  t.  I,  p.  416. 

75.  «  En  Kabylie,  la  femme  qui  fait  couver  une  poule  ne  manque 
jamais  de  dire  sept  fois,  pour  empêcher  que  le  tonnerre  ne  détruise 
les  poussins  dans  l'œuf  :  Ne  crains  rien,  petit  poulet,  il  y  aura 
du  tonnerre.  » 

Hanoteau,  La  Kabylie  et  les  coutumes  kabyles,  1. 1,  p.  430. 

76.  «  On  ne  doit  pas  laisser  couver  sous  la  tuile  la  nuit  qui 
précède  la  Saint-Jean,  cela  porte  malheur  au  maître  de  la  maison.  » 

Deux-Sèvres,  B.  Souche,  Proverbes,  etc. 

«  A  Bouilly,  beaucoup  de  ménagères   se  lèvent   dans  la  nuit  du' 
23  au  24   juin   pour    ôter  les  couveuses  de  dessus  leurs  œufs,    au 


GALLUS  DOMESTICUS.  95 


moment  où  va  sonner  le  premier  coup  de  minuit,  tant  elles  redoutent 
ce  dicton  : 

Si  Saint-Jean  trouve  poule  couant 

I  aura  mort  de  bête  ou  de  gens.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

Même  superstition  en  Eure-et-Loir. 

77.  «  Pour  avoir  des  poulets  forts  et  vigoureux,  il  ne  faut  pas 
mettre  couver  les  poules  un  jour  de  la  semaine  dans  le  nom  duquel 
entre  la  lettre  r  comme  mardi,  mercredi,  vendredi.  Si  on  te  faisait, 
l.es  poulets  ne  pourraient  jamais  engraisser.  » 

Bouilly  (Loiret),  com.  par  M.  J.  Poquet. 

78.  «  Si  Ton  veut  avoir  une  bonne  couvée  il  faut  avoir  soin  de 
ne  donner  à  la  poule  des  œufs  à  couver  qu'après  le  soleil  couché, 
parce  qu'alors  on  ne  craint  point  les  sorciers  ni  les  vents.  » 

Sologne,  LÉ6IER. 

79.  «  Vent  galerne  ou  solaire  rend  tous  les  œufs  clairs,  vent  haut 
produit  des  coqs  et  vent  bas  des  poules.  »  Sologne,  Légier. 

80.  «  Quand  les  ménagères  font  des  chapons  elles  se  mettent  à 
l'abri  des  regards  indiscrets,  parce  que,  disent-elles,  si  elles  sont 
observées  par  quelqu'un,  l'opération  tourne  mal  et  le  chapon  meurt.» 

Bas-Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

81.  «  Les  petits  poulets  qui  naissent  en  vieille  lune  ne  sont 
jamais  aussi  forts  que  les  autres.  »         Deux-Sèvres,  Desaivre. 

«  Les  poulets  éclos  en  morte  lune  s'élèvent  difficilement.  » 

Eure,  Statistique  de  la  France. 

82.  «  Les  poulets  des  œufs  pondus  ou  couvés  pendant  le  mois  de 
mai  ne  font  que  piauler.  »  Deux-Sèvres,  L.  Desaivre. 

«c  Ce  qui  naît  au  mois  de  mai  (la  volaille) 

Il  faut  le  prendre  par  une  patte  et  le  jeter  là-bas.  » 

Dordogne,  Statistique  de  la  France. 

«  As  nlnhadas  de  franges  que  nascem  em  toda  a  lua  de  Maio 
morrem  necessariamente.  Se  escapa  um  frango  é  por  milagre.  » 

Portugal,  Consiglieri  Pedroso. 

83.  «  Dans  le  Poitou  en  empêche  les  poules  de  se  perdre  :  1^  en 


96  OALLUS  DOMESTICUS. 


faisant  une  croix  à  la  cheminée  ;  2^  en  leur  mettant  un  ruban  rouge 
à  la  patte.  »  L.  Desaivre. 

84.  «  Pour  éloigner  rémouchet  de  la  basse-cour,  on  y  plante  une 
perche  surmontée  d'une  faucille.  * 

Environs  de  Montargis,  com.  par  M.  L.  Maix)N. 

«  Wenn  man  in  der  heil.  Nacht  zwischen  11  und  12  Uhr  den 
Huhnern  die  Flûgel  beschneidet,  sind  sie  vor  dem  Raubvogei  si- 
cher.  »  Canton  de  Berne,  Rothenbagh. 

«  Wenn  das  junge  Federvieh  dreimal  durch  ein  Hosenbein 
kriecht,  ist  es  vor  dem  Habicht  sicher.  * 

Canton  de  Berne,  Rothenbach. 

85.  «  Anche  le  donnole  (i),  affinchè  non  nocciano  aile  galline,  di 
cui  si  credono  nemiche,  possono  incantarsi  col  maritarle  con 
queste  parole  :  Se  sei  tu  maschio,  ti  darù  la  figlia  del  Re  ;  se  sei 
tu  femina,  ti  darô  il  figlio  del  Re.  Dopo  queste  parole  le  donnole 
lasciano  in  pace  le  galline^  e  danno  la  caccia  ai  topi,  di  cui  sono 
veramente  nemiche.  »  Sicile,  Castelli. 

86.  «  Il  faut  nettoyer  les  poules  à  Carnaval  pour  qu'elles  n'aient 
point  de  vermine.  »  Perron,  Proverbes,  p.  16. 

87.  «  Zur  Fastnachtzeit  Huhnern  und  Tauben  zu  misten,  ist 
schàdlich.  »  Canton  de  Rerne,  Rothenbach. 

88.  «  Quand  à  un  dîner  on  sert  à  son  hôte  des  œufs,  s'il  s'en 
trouve  un  gâté,  mauvais  présage.  » 

Côte -d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

89.  «  Si  on  rêve  d'œnfs  on  aura  un  chagrin  dans  la  journée.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  Sonhar  com  um  ovo,  é  noticia  triste.  » 

Portugal,  CONSTGLIERI  Pedroso. 

«  Sonhar  com  gallinhas,  é  signal  de  desgosto  e  morte.  » 

Portugal,  CoNSiGLiERi  Pedroso. 


(i)  Les  belettes. 


GALLUS  DOMESTICUS.  97 

90.  «  Quando  se  esta  a  matar  uma  gallinha  ou  qualquer  outra 
ave  domestica,  e  ella  tem  muitas  convulsoes  sem  poder  moiTer,  é 
porque  alguem  esta  com  pena.  » 

Sup.  port.,  C.  Pbdroso,  Contr.  p,  uma  mythologia  port, 

91.  «  Pour  empêcher  une  poule  de  couver  il  suffit  de  lui  arra- 
cher certaine  plume  remplie  de  sang,  qui  doit  se  trouver  dans  une 
des  ailes.  »  Chevillon  (Loiret),  com.  par  M.  L.  Malon. 

92.  «  De  la  chambre  à  air  d'un  œuf,  qui  est  particulièrement 
visible  quand  il  est  cuit  dur,  on  dit  :  c'est  le  bon  Dieu  qui  a  mordu 
dedans  ;  c'est  la  part  du  bon  Dieu.  » 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

93.  «  Il  ne  faut  pas  jeter  les  creuges  d'œufs  (coquilles)  aux 
poules,  cela  les  empêcherait  de  pondre  ou  bien  elles  mangeraient 
leurs  œufs.  »  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

94.  «  Presque  toutes  les  personnes  qui  viennent  de  manger  des 
œufs  à  la  coque  en  écrasent  les  coquilles  dans  leur  assiette.  Beau- 
coup le  font  sans  savoir  pourquoi,  suivant  inconsciemment  un 
usage  pratiqué  depuis  un  temps  immémorial.  Les  autres  agissent 
ainsi  à  bon  escient.  C'est  pour  éviter  que  les  mauvais  esprits  ne  se 
servent  de  ces  œufs  vides  pour  faire  leurs  maléfices.  * 

«  Si  vous  ne  brisez  pas  la  coque  de  Tœuf  mangé,  et  si  elle  tombe 
entre  les  mains  d'un  sorcier,  celui-ci  peut  s'en  servir  pour  vous 
faire  mourir  eu  la  remplissant  de  rosée  et  en  la  piquant  dans  une 
épine  noire.  » 

Vendée,  L.  Desaivre,  Bulletin  de  la  Société  de  statis- 
tique  des  Deux  Sèvres,  1876,  p.  119. 

«  Presque  tous  ceux  qui  mangent  des  œufs  en  écrasent  les 
coquilles  de  crainte  que  leur  ennemi  prenant  une  de  ces  coquilles  et 
Payant  remplie  de  rosée  et  placée  dans  une  épine  blanche,  ne  les 
fasse  sécher  sur  pied  ;  car  à  mesure  que  le  soleil  boit  cette  rosée, 
la  personne  se  dessèche  et  meurt  de  marasme.  » 

Lefillastre,  Supersi,  pop,  du  canton  de  Briquebec, 

Il  est  question  de  la  même  superstition  dans  le  Journal  des  Jeunes 
Filles,  1846,  p.  342. 

7 


98  GALLUS  D0ME8TICUS. 


«  On  peut  faire  des  maléfices  aTec  de  la  graissa  reçue  des  mains 
du  diable  dans  une  coquille  tVœuf,  » 

Voyez  sur  cette  superstition  un  article  de  M.  A.  QuiquÉrbz, 
dans  la  Revue  suisse  des  Beaux-Arts,  15  mai  1877,  p.  60. 

«  Ou  brise  la  coquille  de  Toeuf  qu^on  vient  de  manger,  afin  que 
les  poules  ne  cessent  pas  de  pondre.  * 

Démocratie   franc-comtoise,  octobre  1878. 

«  Another  superstition  is  that  the  bottom  of  the  shell  shonld  be 
always  broken  through  by  you  after  you  hâve  eaten  the  contents, 
and  I  remember  with  what  energy  at  our  nurse's  bidding  we  used 
to  burst  the  bottom  of  egg-shells  with  spoons  to  disappoint  the 
witches,  who,  we  were  told,  would  otherwise  put  out  to  sea  in  them.» 

West-Sussex,  M"  Latham. 

«  Autrefois,  dans  les  procès  de  sorcellerie,  en  Belgique,  on  faisait 
avouer  aux  prétendues  sorcières,  entre  autres  choses,  qu^elles 
avaient  été  en  Angleterre  dans  une  écaille  de  moule  ou  une  coque 

d'œuf.  *  .  SCHATES. 

«  Isst  m  an  Eier,  môge  man  die  Schalen  ja  eindrûcken,  sonst 
gerathen  die  Eier  im  nâchsten  Jahre  nicht.  » 

Vienne  (Autriche),  Blaas. 

«  Wenn  man  Eier  gegessea  bat,  musz  man  die  Schalen  zerbre- 
chen,  sonst  bekommt  man  das  Fieber,  nach  anderen  Zahnweh.  » 

Duché  d'Oldenbourg,  Strackerjan,  §  74. 

Sur  cet  usage  de  briser  les  coquilles  d'œufs  mangés,  voyez 
Liebrecht,  Zur  Volkskunde,  p.  375. 

95.  «  Un  ne  jette  pas  les  coquilles  au  feu  parce  que  saint  Lau- 
rent a  été  brûlé  sur  des  coquilles  d'œufs.  » 

Bretagne,  Martin  de  Arles,  Traité  des  superstitions,  ouvrage 
cité  par  Texier,    Lexique    du    canton  d*Escurolles, 

«  Ne  jetez  pas  au  feu  les  coques  d'œufs,  si  vous  ne  voulez  empê- 
cher vos  poules  de  pondre.  » 

Finistère,  com.  par  M.  L.  F.  Sauté. 

«  Verbrenut  man  die  Eierschalen  so  verbrennt  man  den  Hûhnem 
den  Eierstock.  »  ^  Canton  de  Berne,  Rothbnbach. 


I 


GALLUS  DOMESTICUS.  99 


96.  «  Wenn  man  Eierschalen  dort  hinlegt,  wo  die  Dachtropfen 
darauf  niederfallen  kônnen,  werden  diejenigen,  welche  dartiber 
hinwegschreiten,  krank.  »  Stockerau  (Autriche),  Blaas. 

97.  «  Pour  savoir  combien  d'années  vous  séparent  du  mariage, 
renversez  dans  le  coquetier  la  coquille  de  Tœuf  que  vous  venez  de 
manger  et  essayez  d'y  faire  pénétrer  votre  pointe  de  couteau  en 
frappant  à  grands  coups.  Autant  d'essais,  autant  d'années  à 
attendre.  »  Deux-Sèvres,  L.  Desaivre,  Croyances,  1881. 

98.  «  Une  jeune  fille  met  un  blanc  d'œuf  dans  un  verre  d'eau  et 
elle  l'expose  au  soleil  toute  la  journée.  Le  soir  elle  regarde  la 
figure  formée  par  le  blanc  d'œuf  ;  si  par  exemple  le  blanc  d'oeuf 
forme  la  figure  d'un  navire,  c'est  que  la  jeune  fille  épousera  un 
marin,  et  ainsi  de  suite.  » 

Environs  de  Lorient,  recueilli  personnellement. 

«  The  flrst  egg  which  a  hen  has  laid  is  made  use  of  by  some 
over-curious  maidens  to  gain  a  knowledge  of  the  occupation  of 
their  future  husbands.  The  egg  (it  must  be  a  maiden  one)  is  broken 
into  a  tumbler  of  water  about  noon,  when  the  sun  is  out  on 
Midsummer  day.  It  is  allowed  to  stand  for  some  time  in  the  sun, 
and  the  shape  which  the  white  assumes  dénotes  the  trade  of  the 
future  husband.  That  is,  should  it  bear  a  fanciful  resemblance  to 
a  ship,  the  girl  will  be  sure  to  marry  a  sailor  ;  if  it  resemble  a 
pair  of  scissors,  her  husband  will  be  a  tailor,  etc.,  etc.  » 

Norfolk,  John  Glyde,  The  Norfolk  0arland,  p.  14. 

99.  «  Le  diable  est  sur  ses  glaines.  »  —  Le  soi*t  le  poursuit. 

Picard,  Corblet. 

100.  «Quand  le  malheur  est  sur  les  poules,  le  diable  ne  les  ferait 
pondre.  »  Berry,  Jamet-Massicault,  Thibaut;  Loiret,  com- 
muniqué par  M.  J.  Poquet. 

101.  «  Dasz  dich  der  Hahn  hacke!  »  —Juron  allemand  quelque- 
fois employé  en  riant. 

102.  «  En  1783,  en  Espagne,  on  brûla  un^  sorcière  accusée 
d'avoir  pondu  des  œufs  (attribut  de  la  sorcellerie).  » 

SCHAYES,  Essai  historique^  1834,  t.  I,  p.  191. 

103.  «  On  se  récriait  un  jour  en  voyant  un  coq  traîner  une  pou" 


100  6ALLUS  DOMESTICUS. 

tre  ;  une  femme  qui  portait  un  paquet  d'herbe,  qu^elle  yenait  de 
couper,  se  moqua  de  TémerveiUemeut  de  ces  braves  gens  qui  s^a- 
musairnt  à  regarder  un  coq  traînant  un  fétu.  Le  faiseur  de  tours 
regai*de  ce  qu'elle  avait  dans  son  tablier.  Dans  Therbe  qu'elle  avait 
ramassée,  se  trouvait  un  môron  (salamandre)  qu'elle  n'avait  pas 
remarqué.  C'est  ce  qui  avait  détruit  le  charme  (*).  » 

Manche,  communiqué  par  M.  J.  Flkurt. 

«  Eine  ganze  Geseilschaft  sah  einmal  nahe  bei  Géra  in  einem 
Bauergute  ein  aufgespanntes  Seil,  auf  dem  ein  Mann  hinging  mit 
einem  Balken  als  Dalancirstange.  Es  war  aber  nur  ein  Hahn  gewe- 
sen  mit  einem  Strohhalm  im  Schnabel  und  das  Ganze  eine 
Tâuschung,  die  gar  nicht  bemerkt  worden  wâre,  liâtte  nicht  eins 
aus  der  Geseilschaft  uuterwegs  ein  vierblâtteriges  Kleeblatt  gefun- 
den  gehabt.   Das  konnte  nicht  getàuscht  werden.  » 

Voigtland,  R.  Eisel. 

Cf.  A  LQtolC  Sagen  aus  Lucern,  Uri,  etc.  Lucern,  1882,  §  239  et  §  307,  c. 

104.  «  On  se  rend  dans  les  carrefours  à  minuit  avec  une  poule 
noire  et  l'on  crie  trois  fois  :  argent  de  ma  poule  noire  ;  le  diable 
apparaît  à  la  troisième  invocation,  accorde  aux  demandeurs  ce  qu'ils 
veulent  et  les  inscrit  sur  sou  registre  (*).  » 

Deville,  Annales  de  la  Bigo,rre,  p.  254. 

«  Quand  un  homme  industrieux  et  économe  arrive  à  une  fortune 
rapide,  on  dit  qu'il  a  acquis  en  échange,  de  son  âme  une  poule  noire 
qui  pond  des  œufs  d'or.  » 

Savoie,  Andrkvetan,  Im  Savoie  poétique,  p.  109. 

«  Avoir  la  poule  noire,  c'est  avoir  le  secret  de  ne  jamais  manquer 
d'argent.  »  Beauce  et    Gâtinais,   comm.  par  M.  J.  Poquet  ; 

Côte-d'Or,  corn,  par  M.  H.  Marlot. 

«  La  poule  noire  est  une  incarnation  diabolique  au  service  d'une 
personne  qui  s'est  donnée  au  diable.  Elle  pond  de  l'argent  à  discré- 
tion à  celui  qui  la  possède,  lequel  peut  se  servir  de  cet  argent  pour 
ses  affaires  courantes,  mais  jamais  pour  acheter  du  bien.  Ce  n*est 
pas  sans  crainte  que  ses  voisins  reçoivent  de  lui  de  l'argent  en 
payement,    car  ils  redoutent  do  voir  cet  argent  s'en  aller  de  leur 

(1)  Voyez  Faune  populaire,  t.  III,  p.  80,  §  14. 
(S)  Cf.  Lalsnel  de  la  Salle,  II,  p.  240. 


OALLUS  DOMESTICUS.  101 


armoire.  La  poule  noire  habite  ordinairement  le  cendrier,  espèce 
de  caisse  pratiquée  dans  Tépaisseur  du  mur,  dans  l'un  dés  côtés 
de  Pâtre,  où  Ton  met  les  cendres.  Selon  bien  des  personnes  les  plu- 
mes des  ailes  et  de  la  queue  seraient  privées  de  barbes.  » 

Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

«  Prenez  une  poule  noire  qui  n'ait  jamais  pondu  et  qu'aucun  coq 
n'ait  approchée  ;  faites  en  sorte  en  la  prenant  de  ne  la  point  faire 
crier  et  pour  cela  vous  irez  à  onze  heures  du  soir,  lorsqu'elle  dor- 
mira, la  prendre  par  le  cou  que  vous  ne  serrerez  qu'autant  qu'il  le 
faudra  pour  l'empêcher  de  crier  ;  rendez-vous  sur  un  grand  chemin 
dans  l'endroit  où  deux  routes  se  croisent,  f^tes  un  rond  avec  une 
baguette  de  cyprès,  mettez-vous  au  milieu  et  fendez  le  corps  de  la 
poule  en  deux  en  prononçant  ces  mots  trois  fois  :  Eloïm,  Essaim, 
frugatim  et  appellavi.  Tournez  ensuite  la  face  vers  l'Orient,  age- 
nouillez-vous et  dites  Toraison  :  Domine  Jesu  Chviste^  etc.,  cela 
fait,  vous  ferez  la  grande  appellation....  alors  l'esprit  immonde 
vous  apparaîtra...  il  n'aura  rien  à  vous  refuser.  » 

Le  Dragon  rovlge  (»).  Nismes  (Paris>,  1823,  in-12,  p.  135. 

«  Dans  une  légende  suisse,  une  femme,  qui  au  su  de  tout  le  monde, 
ne  possède  aucune  poule,  vend  quantité  d'œufs  au  marché.  On  finit 
par  découvrir  que  c'est  une  poule  noire  qui  vient  secrètement  les 
lui  pondre  dans  une  cave.  »  Voyez  A.  Lûtolf,  §  308. 

Sur  la  poule  noire  voy.  encore  Sébillot,  Traditions  de  laHaute^ 
Bretagne,  1882,  t.  ii,  p.  138. 

105.  «  Tout  sorcier  est  accompagné  d*une  poule  noire  (qui 
n'est  autre  que  le  diable).  Tous  les  matins  il  trace  autour  de  sa 
propre  personne  un  cercle  dans  lequel  il  se  place  et  de  là  donne 
à  cette  poule  une  bouchée  de  pain  en  la  lui  jetant  par  dessus 
l'épaule  gauche.  Malheur  à  lui  s'il  ne  le  fait  pas  !  » 

Rouvray-Saint-Denis  (Eure-et-Loir),  com.  par  M.  J.  Poquet. 

106.  «  0  gallo  preto  afugenta  as  cousas  ruinas.  » 

Sup.  port.,  Pedroso,  Cont.  para  u,  vnythologia  port, 

107.  «  Si  une  maison  a  beaucoup  de  poules  et  de  poussins  noirs 
c'est  qu'elle  est  hantée  par  les  sorciers.  » 

Côte -d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

(1)  C'est  un  grimoire  dans  le  genre  de  VEnchiridion  et  du  Pape  Hono* 
rius. 


102  GALLUS  DOMESTICUS. 


108.  «  Jadis,  au  puits  de  Sainte-Tègle,  au  pays  de  Galles,  les  ma- 
lades qui  venaient  consulter  la  sainte  offraient,  les  hommes  un  coq 
et  les  femmes  une  poule  ;  cette  volaille  était  placée  dans  un  panier 
et  promenée  autour  du  puits,  puis  portée  dans  le  cimetière.  Le 
malade  entrait  alors  dans  Téglise  et  se  mettait  sous  la  table  de 
communion,  une  Bible  sur  la  tête  ;  il  reposait  là  jusqu'au  jour  ; 
puis,  ayant  fait  une  offrande  de  six  pence,  il  retournait  chez  lui, 
laissant  Foiseau  dans  l'église.  Celui-ci  venait-il  à  mourir,  il  était 
censé  avoir  pris  la  maladie  du  consultant,  et  la  cure  était  regardée 
comme  opérée.  » 

Revue  Britannique,  5«  série,  t.  I,  p.  364,  citée  par 
A.  Mâury,  La  Magie  et  V Astrologie. 

109.  «  Dans  un  grand  nombre  de  localités  de  la  Beauce  et  du 
Gâtinais  on  égorge  un  coq  dans  Tétable  nouvellement  construite, 
on  Tarrose  de  son  sang  et  on  Tenterre  sous  la  place  que  doit  occu- 
per le  taureau.  »  Communiqué  par  M.  J.  Poquet. 

Sur  les  coqs  sacrifiés  voyez  Mélusine,  col.  12  ;  Reinsberg,  Tradi- 
tions  'gop,  de  la  Belgique,  I,  p.  416;  II,  p.  321. 

Sur  Tusage  de  mettre  un  œuf  dans  les  fondations  de  murailles, 
voyez  Liebrecht,  Zur  Volkskunde,  p.  295. 

110.  «  Aux  noces,  on  fait  le  sacrifice  d'une  poule  (noire  le  plus 
souvent)  pour  que  la  nouvelle  mariée  soit  féconde  et  bonne  nour- 
rice. La  malheureuse  bête,  portée  par  un  des  garçons  de  la  fête, 
accompagne  à  la  mairie  et  à  l'église  le  cortège  des  mariés,  et  le 
soir,  après  dîner,  on  la  fait  danser  en  la  tenant  par  les  pattes  et  on 
Tassomme  en  frappant  de  sa  tête  les  uns  et  les  autres,  ce  qui  de- 
vient souvent  une  occasion  de  querelles  entre  les  jeunes  gens  de  la 
noce  et  les  étrangers  (le  bal  est  public).  D'autres  fois  c'est  avec 
un  chat  qu'on  l'assomme.  —  Cela  fait  on  fait  cuire  ensemble  le  chat 
et  la  poule  et  on  les  sert  aux  mariés  quand  ils  sont  au  lit.  Ceux-ci 
doivent  préalablement  se  laver  les  mains  avant  d'y  toucher  s'il 
veulent  éviter  le  coup  de  balai.  » 

Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

«  En  avant  du  cortège  de  mariage  (dans  la  commune  de  Rupt), 
marche  un  ami  du  marié,  portant  une  haute  perche,  au  sommet  de 
laquelle  est  attachée  une  poule  blanche,  symbole  d'innocence,  avec 
deux  quenouilles  en  sautoir,  emblèmes  du  travail,  axées  par  des 


GALLUS  DOMESTICUS.  103 


rubans  de  diverses  couleurs.  Cet  ami  a  pour  mot  d'ordre  de  tirer 
de  temps  à  autre  un  ruban  qui,  noué  à  une  des  ailes  de  la  poule,  la 
fasse  crier  le  long  du  chemin,  pour  témoigner  des  regrets  de  la 
fiancée  de  se  voir  exposée  à  cesser  bientôt  d'être  fille.  Au  repas  du 
soir,  on  cuit  la  poule  et  on  en  sert  aux  jeunes  époux  le  bouillon, 
qui  est  toujours  suivi  d'une  rôtie  de  vin  chaud.  On  tâche  pour  cela 
de  surprendre  en  tête-à-tête  les  jeunes  époux,  auxquels  les  garçons 
de  noce  s'ingénient  à  faire  plus  d'un  tour  de  malice.  » 

A.  MoNTÉMONT,  Voyage  à  Dresde  et  dans  les  Vosges,  p.  84. 

«  Quand  un  mariage  a  lieu  entre  le  dernier  garçon  et  la  dernière 
fille  des  deux  maisons,  les  garçons  invités  par  le  marié  prennent 
un  coq  et  les  filles  invitées  par  la  mariée  une  poule.  On  suspend  le 
coq  et  la  poule  au  bout  d'une  perche,  on  les  promène  en  chantant, 
puis  on  les  tue,  on  les  fait  cuire,  et  ceux  qui  ont  la  tête  boivent 
des  rasades  en  Thonneur  des  mariés.  » 

Environs  de  Niort,  SoucHiâ. 

111.  «  Le  dernier  jour  d'une  fête  de  noces,  les  garçons  d'hon- 
neur se  promènent  dans  le  village,  portant  une  perche  au  bout  de 
laquelle  sont  attachées  plusieurs  poules  destinées  à  être  mangées 
le  dimanche  suivant  dans  un  repas  offert  par  les  garçons  et  les 
filles  d'honneur  aux  jeunes  mariés.  C'est  ce  qu'on  appelle  le  repas 
de  la  poule.  »  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  A  Longpré-les-Corps-Saints  et  même  dans  les  faubourgs 
d'Amiens,  les  jeunes  gens,  le  lendemain  d'une  noce,  vont,  munis 
d'une  longue  perche,  chez  les  convives  de  la  veille  et  réclament  des 
poules  pour  faire  un  second  repas.  C'est  là  ce  qu'on  appelle  aller  à 
glaines,  »  Picard,  Cobblet. 

« 

112.  «  A  Voray  (Haute-Saône),  au  retour  des  mariés  au  logis,  la 
cuisinière  présente  au  mari  dans  une  cuillère  à  pot,  un  œuf,  qu'il 
doit  lancer  par  dessus  le  toit  de  la  maison.  S'il  le  lance  bien,  il 
dominera  sa  femme  ;  s'il  le  lance  mal  et  que  l'œuf  n'arrive  pas 
directement  de  l'autre  côté  de  la  maison,  c'est  signe  que  la  femme 
dominera.  »  Longchamps. 

«  A  Fouvent-le-Bas,  même  cérémonie,  mais  le  mari  doit  jeter 
l'œuf  en  tenant  son  pied  gauche  appuyé  au  seuil  du  logis.  » 

LONOGHÀMPS. 


104  GALLUS  DOMESTICUS. 


113.  «  On  appelle  capponata,  scapponata,  une  fête  des  paysans 
qui  mangent  un  chapon  pendant  les  couches  de  leurs  femmes.  » 

Italien,  Duez. 

1 14.  «  A  Noirmoutier,  on  sacrifie  un  coq  le  jeudi  gras  ;  on  le 
décore  de  rubans,  on  le  promène  par  la  ville  au  son  du  tambour. 
Celui  qui  a  l'adresse  de  le  tuer  prend  le  titre  de  roi,  est  ramené 
en  triomphe,  fait  choix  d'une  reine  et  la  journée  se  termine  dans 
les  plaisirs  de  la  table  et  de  la  danse.  »  Pjet,  1806,  p.  428. 

115.  ¥.  Que  signifie  le  présent  qu'on  fait  des  œufs  et  du  sel  à  un 
enfant,  dès  la  première  fois  qu'il  vient  à  la  maison  de  quelque  sien 
amy  ?  »  XVI«  siècle,  L.  Joubert. 

«  Quand  un  enfant  entre  pour  la  première  fois  dans  une  maison, 
les  personnes  à  qui  il  rend  visite  lui  donnent  habituellement  un  ou 
plusieurs  œufs  en  lui  disant:  Voici  ta  maison, voici  ta  grange...  etc.  » 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  A  Saint-Saturnin-les-Apt,  le  jour  de  Pâques  les  petits  garçons 
comme  les  petites  filles  qui  ont  atteint  leur  deuxième  ou  troisième 
année  et  dont  la  démarche  commence  d'être  assurée,  vont  trouver 
eux-mêmes  leurs  grands  parents  qui  se  font  un  plaisir  de  donner  à 
chacun  deux  œufs  de  poule  en  lui  disant  :  vaqui  toun  signé  cThômé, 
voilà  ton  emblème  d'homme.  »  Barjavel,  p.  167. 

«  Autrefois  quand  une  grande  personne  allait  pour  la  première 
fois  dans  une  maison  étrangère,  elle  portait  un  œuf  qu'elle  donnait 
au  maître  de  la  maison,  en  lui  disant  :  \oilà  mon  étrenne.  > 

Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

«  ...  Elle  élève  une  poule  et  en  m'apercevant  m'a  offert  un  de  ses 
œufs,  comme  les  Nègres  de  la  campagne  ne  manquent  jamais  de 
le   faire  aux  personnes   qui  entrent  chez   eux  pour  la  première 

fois...  » 

Martinique,  Th.  Bentzon,  Yettet  1880. 

116.  «  Le  dimanche  de    la  Quasimodo  les  fermiers  donnent  un 

festin  d'œufs  aux  moissonneurs  d'habitude  qui  viennent  en  ce  jour 

donner  leur  parole   et  prendre  celle  du  fermier  pour  la  moisson 

prochaine.  » 

Le  Prévoyant  Jardinier t  pour  1781. 

117.  L'œuf  teint  de  diverses  couleurs  qui  se  donne  aux 


OALLUS   DOMESTICUS.  105 


enfants  pendant  la  semaine  de  Pâques  (^)   s'appelle  : 

cocoGNE,  wallon,  Déjardin. 
ROULÉE,  f,  Morvan,  Chambure.  (2) 

Synonymes  étrangers  : 

Osterey,  Roth  ei,  allemand.  —  Paasch-eyeren,  Roode  eyeren,  hollandais. 

«  Pasca  d'Uovo,  si  dice  la  Pasqua  di  Resurrezioûe,  usandosi  in 
essa  mangiare  Puova  benedetta.  »  Italien. 

118.  «  Jene  Eier,  welche  die  HUliner  am  sog.  Antlaszpfinztag 
(gTiinen  Donnerstag)legen,werdeu  von  der  Hausfrau  aufgesammelt, 
am  Charsamstage  rolh  gefârbt  und  Antlaz-oder  Aniaszeier  genannt.» 

Basse- Autriche,  Blaas. 

119.  «  A  Aerschot  (Belgique),  le  jeudi  gras  (huit  jours  avant  le 
jeudi  saint)  était  autrefois  un  jour  de  jubilation  pour  les  écoliers.... 
Taprès  dîner,  chaque  école  sortait  de  la  ville,  portant  avec  elle  un 
coq.  Les  écoliers  se  rangeaient  en  cercle  et  lâchaient  le  coq  ; 
celui  qui  pouvait  le  saisir  était  reconduit  en  triomphe  et  devait 
régaler  tous  ses  condisciples.  » 

ScHAYES,  Essai  historique,  1. 1,  p.  235. 

120.  «  Autrefois,  le  jour  du  jeudi  gras,  à  Chauny  avait  lieu  Tu- 
sage  appelé  Jeudi- Jaudiau,  Les  petites  filles  parcouraient  les  rues 
un  panier  à  la  main,  demandant  des  œufs  à  la  porte  de"  toutes  les 
maisons.  La  récolte  faite,  elles  se  réunissaient  pour  lutter  d'adresse 
et  savoir  à  qui  d'entre  elles  resteraient  tous  les  œufs.  On  établissait 
sur  la  place  de  la  ville  un  plan  incliné  en  terre  sur  lequel  les  éco- 
lières  faisaient  à  tour  de  rôle  rouler  chacune  un  œuf.  Celte  qui,  par 
adresse  ou  par  bonheur,  voyait  son  œuf  résister  au  choc  de  ceux 
de  ses  compagnes  et  réussissait  à  le  préserver  de  tout  accident, 
était  proclamée  la  reine  du  Jaudiau  :  on  la  promenait  dans  les  rues 
un  sceptre  à  la  main > 

Melleville,  Histoire  de  Chauny.  Laon,  1851. 

«  Croquer  =  frapper  l'un  contre  l'autre  des  œufs  cuits  dur 
comme  c'est  l'usage  le  jour  de  Pâques.  »    Canton  de  Vaud,  Callet. 

(1)  Sur  les  traditions  belges,  relatives  aux  œufs  de  Pâques,  voyez 
Reinsberg,  Trad.,  etc.,  I,  pp.  238-243. 

(2)  En  Seine-et-Marne  on  appelle  ainsi  les  œufs  que  vont  chercher  les 
enfants  de  chœur  les  trois  derniers  jours  de  la  semaine  sainte.  Com.  par 
M.  Leclerc. 


106i  GALLUS  D0MBSTI0U8. 


«  Ëia  Spiel  (')  um  Ëier  ist  das  Bickeu.  Ëiner  tupft  mit  der  Spitze 
seines  Eies  auf  die  Spitze  desEies  eines  anderen,  bis  eins  zerbricht, 
das  daim  dem  Besitzer  des  unverletzt  gebliebenen  zufàllt.  » 

Oldenbourg,  Stbackerjan,  §  312. 

«  Cikati  =.  choquer  légèrement  des  œufs  de  Pâques  l'un  contre 
Tautre  pour  savoir  lequel  restera  entier.  »         Tchèque,  Cihâc. 

121.  «  Un  enfant  tenant  on  ooaf  à  la  main  dit  à  un  camarade  : 
chiche  (Vu,  Si  l'interpellé  l'épond  cracotte,  il  le  lui  lance  par 
la  figure.  »  Deux-Sèvres,  Souche. 

«  Un  enfant  tenant  un  œuf  à  la  main  dit  à  un  camarade  ;  chique 
d^œnf.  Si  l'interpellé  répond  ;  chique  cTœuf  il  le  lui  lance  par  la 
figure  ;  mais  s'il  répond  :  la  mère  Al! eu,  l'enfant  qui  possède  l'œuf 
le  garde  pour  un  autre  qui  acceptera  le  défi.  » 

Seine-et-Oise,  recueilli  personnellement. 

«  Les  petits  garçons  se  poursuivent  quelquefois  en  se  jetant  des 
œufs  mous  en  criant  ;  quoique  (Vue,  » 

Montbéliard,  Conte  je  an. 

«  Dans  le  Pays  messin  les  enfants  se  défient  à  se  jeter  des  œufs 
en  criant  :  go  (Vieu  (goût  d'œuf  ?)  »     Recueilli  personnellement. 

122.  «  Une  chapelle  de  la  commune  de  Grandchamp  (Morbihan) 
possède  trois  stalles  curieuses....  Le  desservant  de  la  chapelle  nous 
conduisit  vers  les  stalles  et  faisant  tourner  sur  leurs  charnières  les 
parties  qui  servent  de  sièges,  il  nous  montra  alors  les  trois 
sculptures  que  je  vais  décrire  : 

Première  Stalle.  —  Un  renard  est  dans  une  chaire;  un  auditoire 
de  poules  l'écoute  dévotement.  Le  prédicateur  a  réussi  à  donner  à 
son  attitude  un  air  de  componction  et  de  bonhomie  très  expressive  ; 
on  voit  que  la  bête  hypocrite  a  grand  intérêt  k  convaincre  ses 
ouailles.  Les  deux  pattes  de  devant  appuyées  sur  le  bord  de  la 
chaire,  le  corps  à  demi  penché  en  avant,  il  débite  évidemment  un 
éloquent  sermon  sur  la  nécessité  de  s'en  remettre  à  lui  avec  toute 
confiance  pour  la  protection  de  la  gent  volatile.  Son  discours  paraît 
faire  une  grande  impression  sur  l'assistance. 

Deuxième  Stalle,  —  Le  prédicateur  s'est  lassé  du  rôle  de  mora- 
liste ;  il  a  dépouillé  son  masque  d'hypocrisie  ;  il  obéit  maintenant  à 

(i)  Ce  jeu  se  pratique  aux  fdtes  de  Pâques. 


GALLUS  DOMBSTICUS.  107 


sa  nature,  qui  le  pousse  invinciblement  à  la  convoitise.  La  tentation 
était  trop  forte  pour  qu'il  y  résistât  plus  longtemps  ;  l'occasion 
était  trop  séduisante  pour  n'eu  pas  faire  son  profit.  Cédant  à  ses 
penchants,  il  a  saisi  une  poule,  la  plus  belle  sans  doute,  et  vous 
pouvez  le  voir,  la  tenant  serrée  entre  ses  deux  longues  rangées  de 
dents,  et  gagnant  le  large  par  une  course  si  rapide  qu'il  semble  à 
peine  raser  le  sol.  Une  troupe  de  poules  le  poursuit,  le  harcelle,  et 
l'air  effaré  du  fuyard  annonce  qu'il  n'est  pas  tranquille  sur  les 
suites  de  son  équipée. 

Troisième  Stalle,  —  Elle  présente  la  moralité  de  l'histoire  ;  le 
fourbe  subit  le  châtiment  qu'il  méritait.  Les  poules  l'ont  atteint, 
elles  l'ont  mis  à  la  broche,  et  maintenant  elles  s'apprêtent  à  le  faire 
rôtir.  Déjà  le  feu  est  allumé  ;  quelques -unes  d'elles  apportent  du 
bois  pour  l'alinienter  ;  une  autre  a  placé  sa  patte  sur  la  poignée  de 
la  broche,  toute  prête  à  la  faire  tourner;  enfin  un  coq,  les  ailes 
étendues,  arrive  tenant  dans  ses  pattes  un  soufflet  dont  il  parait 
faire  usage  avec  une  dextérité  parfaite. 

Cet  ouvrage  est  très  remarquable,  non  pas  comme  œuvre  d'art, 
on  y  chercherait  vainement  une  grande  correction  de  dessin  et 
l'entente  de  la  disposition  des  groupes  ;  mais,  sous  le  rapport  de 
l'intention,  de  l'animation  des  scènes,  et  même  sous  celui  de  la 
hardiesse  et  de  la  netteté  du  coup  de  ciseau.  Quant  au  sujet  même 
il  n'est  pas  spécial  à  cette  sculpture  ;  on  le  retrouve  mis  en  œuvre 
dans  la  décoration  de  plusieurs  autres  églises,  et  notamment  dans 
le  charmant  jubé  de  la  chapelle  Saint- Fiacre,  voisine  de  la  petite 
ville  du  Faouët,  où  on  peut  le 'voir  développé  de  la  manière  la  plus 
large  et  la  plus  curieuse.  »  Annuaire  du  Morbihan,  1839. 

123.  Sur  le  coq  en  fer  que  l'on  met  en  haut  des  clochers,  en 
guise  de  girouettes,  voy.  le  Magasin  Brayon  du  15  février  1864. 

124.  Sur  le  coq  gaulois,  emblème  national,  voyez  :  Pierquin  de 
Gembloux,  Le  Bonnet  de  la  Liberté  et  le  Coq  gaulois,  fruits  de 
V ignorance  ;  lettre  à  M,  Viennet.  Bourges,  s.  d.,  in-8,  15  p. 

125.  —  'AXexTpuovtov  àywveç. 

«  Les  Grecs  de  tous  pays  étaient  passionnés  pour  ce  genre 
de  divertissement  (*).    Les  jeunes    gens,   les  hommes  de  tout  âge 

(0  Colam.  De  re  rust.^  VIII,  2  ;  Varr.  De  re  rust.^  III,  p.  296,  éd, 
Schneider. 


108  GALLUS  DOMESTICUS. 


élevaient  et  exerçaient  des  coqs  pour  le  combat  {*).  Ceux  deTanagre 
et  de  Rhodes  qui  passaient  ponr  les  plus  belliqueux  [iLti/itiot, 
yewaïoe,  àôXiriTai,)  étaient  particulièrement  estimés,  et  après  eux 
ceux  (2)  de  Mélos  et  de  Chalcis  (•^).  On  leur  faisait  manger  de 
l'ail  et  des  oignons  pour  rendre  leur  ardeur  plus  grande.  Au 
moment  de  la  lutte  on  mettait  les  coqs  en  face  l'un  de  l'autre  sur 
une  sorte  de  table  ou  de  plate-forme  à  rebords  élevés  appelée 
TYiXia  (*)  et  on  armait  leur  ergot  d'un  éperon  de  bronze  {^). 

A  Athènes  une  loi  ordonnait  que  chaque  année  un  combat  de 
coqs  eût  lieu  dans  le  théâtre  aux  frais  du  trésor  public,  en  mémoire 
disait-on,  de  l'allocution  par  laquelle  Thémistocle  avait  relevé  le 
courage  de  ses  concitoyens,  avant  la  bataille  de  Salamine  (^)  : 
voyant  deux  coqs  qui  se  battaient,  il  leur  demanda  s'ils  n'imiteraient 
pas,  pour  défendre  leur  liberté  et  leur  patrie,  racharnement  de  ces 
animaux  qui  s'entretuaient  pour  le  seul  plaisir  de  vaincre.  Les 
jeunes  gens  étaient  tenus  d'assister  à  ce  spectacle,  afin  d'apprendi-e 
comment  on  lutte  jusqu'à  la  dernière  extrémité,  etc.  » 

Saglio,  Dictionnaire  des  Antiquités. 

COMBATS  DE  COQS  A  SAINT-MALO. 

«  Les  amateurs  de  joutes,  la  plupart  brevetés  coquetiers^  élèvent 
avec  un  soin  minutieux,  des  coqs  des  races  réputées  les  meilleures. 
11  y  a  des  coqs  dont  les  victoires,  sont  vantées,  dont  la  race  est 
ancienne,  dont  la  généalogie  est  conservée  :  la  race  du  coq  crâne 
est  célèbre.  —  A  certaines  époques  jflft  l'année  les  coquetiers,  avec 
leurs  coqs  se  réunissent  dans  un  parc;  un  jury  est  formé  des  plus 
anciens  coquetiers  ;  les  deux  coq.>  qui  doivent  combattre  sont 
examinés  et  les  paris  sont  ouverts.  Ensuite  on  lâche  les  combat- 
tants, bien  écrêtés,  armés  d'éperons  d'acier,  les  plumes  des  ailes  et 
du  cou  coupées.  La  lutte  n'est  pas  longue  ;  bientôt  l'un  des  com- 
battants succombe,  forcé  par  son  rival,  qui  reste  souvent  étendu 
ne  pouvant  retirer   son  éperon  :  c'est  alors  que  l'on  crie  de  toutes 

(1)  Plat.  Legr.,  VII,    p.  789;    Lysis,    p.  211  ;    Hipp.  maj.,    p.  295;    ^sch. 
Eum.y  870. 
(8)  Paus.  IX,  22,  4  ;  Varro,  De  re  riist.^  III,  9,  6  ;  Suid.  s.  v.  'AXexTpuova 

et  Tavayparoi. 
(3)  Pline,  Hist.  nat.,  X,   24,  48. 

(*)  Xen.  Conviv.,  4,  9  ;  Schol.  Aristoph.  Equit.t  v.  494. 
(»)  iEsch.  Contra  Timarch.,  53  ;  Poli.  IX,  68. 
(0)  Schol.  Aristoph.  Av,  759. 


GALLUS  DOMESTICUS.  109 

parts  ;  il  sine  !  il  zine  !  —  Quelques  instants  avant  la  joute  on 
fait  avaler  aux  coqs  des  liqueurs  enivrantes.  —  Le  jour  de  la  fête 
des  écoliers,  dans  les  petites  écoles  de  campagne,  le  jeudi  qui  pré- 
cède le  Carême,  chaque  enfant  porte  à  l'école,  avec  le  morceau  de 
lard  qu'il  doit  fournir  au  banquet,  son  coq  pour  le  faire  se  battre 
à  l'éperon  naturel  avec  ceux  de  ses  camarades.  L'enfant  dont  le 
coq  a  remporté  le  plus  de  victoires  est  proclamé  roi  de  la  joute  et 
du  banquet  qui  la  suit.  » 

Article  rapporté  par  Vkrger,  dans  les  Archives  curieuses 
de  la  ville  de  Nantes,  1838,  col.  241. 

«  Lorsque  l'on  veut  faire  battre  deux  coqs  ensemble,  les 
fiiteurs  (i)  les  présentent  bec  à  bec  afin  qu'ils  se  mordent,  puis 
reculent  jusqu'à  la  palissade  et  posent  les  deux  coqs  à  terre.  Les 
coqs  s'approchent  l'un  de  l'autre  en  becquetant  la  terre  et  en  s'ob- 
servant,  puis  ils  se  mettent  à  piétiner  en  traînant  de  l'aile,  à 
carrer,  comme  on  dit,  et  celui  qui  a  le  malheur  de  carrer  à  poi*tée 
de  son  adversaire  est  sûr  de  recevoir  le  premier  coup.  Alors  l'ad- 
versaire bondit  sur  lui  avant  qu'il  ait  eu  le  temps  de  se  mettre  en 
défense,  et  il  faut  les  voir  se  rapprocher  le  cou  tendu  en  baissant 
la  tête   ot  s'élanrer   souvent   en  même  temps,  et  renverser  leur 

patte Quand  le  coq  le  moins  fort  ne  se  relève  plus  à  l'approche 

de  l'autre,  on  arrête  le  combat,  car  autrement  aucun  coq 
guemme  ('-)  ne  sortirait  vivant  du  xtit.  Ces  braves  bêtes  ne  deman- 
dent jamais  grâce C'est  dans   des   &oa7(?5  proportionnées  à  leur 

taille  que  l'on  pn^pare  les  coqs  au  prochain  combat.  Chaque  matin, 
après  les   avoir  baignés,  on  les  attache  à  l'ombre,  et  une  seule  fois 

par  jour   ils   reçoivent    un   peu    de   maïs Les    coqs  sont  pesés 

comme  des  chevaux  de  course  et  soigneusement  mariés,  assortis 
de  façon  à  ce  qu'ils  aient  des  chances  à  peu  près  égales. 

Le  pit  est  une  sorte  de  puits,  d'arène  plutôt,  avec  de  la  sciure  de 
buis  par  terre  et  une  palissade  pour  séparer  les  combattants  des 
banquettes  où  sont  assis  les  spectateurs.  Une  toiture  en  forme  de 
chapeau  chinois  recouvre  le  tout 

Les  ergots  du  coq  sont  sciés  et  remplacés  par  des  éperons  en 
fer on  lui  enlève  la  crête  qui  donnerait  prise  au  bec  de  l'adver- 
saire  »  Martinique,  Th.  Benzton,  Yette,  1880. 

(0  l*iteurs=  personnes  qui  iont  combattre  des  coqs  ensemble. 
(2)  Corruption  du  mot  an'^lais  gain  =  jeu.  Donc  coq  guemme  =  coq  de 
jeu. 


110  GÂLLUS  DOMESTICUS. 

Voyez  des  usages  relatifs  aux  combats  de  coqs  dans  Reinsberg, 
Traditions,  I,  p.  131. 

126.  «  A  La  Bastide  (Var),  le  jour  de  la  Sainte-Madeleine,  pa- 
tronne de  la  commune»  entre  autres  divertissements,  on  tire  au  coq. 
Un  coq  vivant  est  enterré  jusqu'au  cou  (i)  et  moyennant  cinq  cen- 
times on  tire  dessus  à  quarante  pas  avec  des  pierres.  Celui  qui  le 
tue  en  devient  possesseur.  » 

Gazette  des  Tribunaux^  18  novembre  1827. 

«  On  place  un  poulet  attaché  sur  une  perche,  ou  à  terre  entre 
deux  pierres.  Celui  à  qui  il  appartient  donne  quatre  pierres  pour 
un  sol,  à  celui  qui,  à  une  distance  donnée,  veut  essayer  de  tuer  à 
coups  de  pierres  ce  poulet.  S'il  le  tue,  le  poulet  est  à  lui  ;  s*il  le 
manque  il  a  perdu  son  enjeu.  »  Landes^  De  Métivier. 

«  Une  des  formes  les  plus  habituelles  du  jeu  du  coq  est  celle-ci  : 
on  bande  les  yeux  à  des  individus  qui^  armés  d^un  sabre  ou  d'une 
perche,  doivent  trancher  la  tête  d'un  malheureux  coq  vivant,  pendu 
par  les  pattes  à  une  sorte  de  potence,  dont  la  forme  varie,  selon  le 
caprice  des  ingénieux  organisateurs  du  jeu  dont  il  s'agit.  Le  coq 
devient  la  proie  du  plus  adroit,  c'est-à-dire  de  celui  qui  le  tue.  » 

127.  «  Au  jeu  des  œufs,  le  joueur  placé  à  trente  pas  d'un  œuf 
placé  comme  but,  s'avance  les  yeux  bandés  et  avec  une  perche 
frappe  un  seul  coup.  S'il  casse  Tœuf,  il  est  vainqueur  et  gagne  un 
prix.  »  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

128.    LA  POULE  ET  L'ÉPERVIER. 

«  Des  enfants  rangés  à  la  tile  se  tiennent  l'un  l'autre  ;  le  premier 
simule  Ja  poule  qui  défend  ses  poussins,  le  dernier  doit  être  pris 
par  celui  qui,  faisant  l'épervier,  rôde  autour  de  la  couvée. 
La  poule  récite  la  formulette  suivante  : 

Pouriquete,  pouricou, 
Sa-bietz  dab  you  ; 
Si-b  hétz  enla, 
L'esparbè  que-b  minyara 

(petits  poulets,  venez  avec  moi,  si  vous  vous  éloignez,  l'épervier 
vous  mangera.)  »  Lespy,  Prov.  du  Béarn,  p.  80. 

(0  Cf.  Antonio  de  Nino,  Usi  abbruzesi»  Pireuze,  1879, 1,  p.  15. 


aALLUS  DOMESTIGUS.  111 


GLUCKE  UND  HABICHT. 

«  Ein  AJâdchen  ist  die  Glucke;  ihreKuchlein  stellen  sich  einzeln 
hiuter  sie,  uiM  aile  halten  sich  an  den  Rôcken  fest.  Eins  der  M&d- 
chen  ist  der  Hafke  (Habicht).  —  Der  Hafke  hûpft  vor  der  Glucke 
und  beginnt  : 

Oeck  spring'  on  e  Himmcl  ! 

Die  Glucke  mit  abwehrendem  Hûpfen  : 

Oeck  spring'  on  e  Hell'! 

Der  Habicht  sucht  eins  der  Kûchlein  zu  erhaschen  ;  die  Glucke 
wehrt  ab,  der  Schweif  der  Kûchlein  folgt  ihren  Bewegungen. 

Gluke  :  du  krôggst  kein  Kiekel. 
Hafke  :  oeck  mot  cent  kriege  ! 

Ergreift  er  wirklich  eins  ;  so  serreiszt  er  dasselbe  und  stellt  es 
bei  Soi  te.  Das  Spiel  wiederholt  sich  und  wird  fortgesetzt,  bis  die 
Glucke  allein  iibrig  geblieben.  Gelingt  es  dem  Habicht  nicht,  dièse 
zu  erhaschen,  so  wird  sie  in  neuem  Spiel  Hafke  » 

Prusse,  Frischbier,  Preuss.  Volksreime. 

- 129.  «  Jouer  à  cache  poulette  =  jouer  au  jeu  de  cache-cache.  » 

Saintonge,  Jônain. 

130.  «  Galliua  ciega  =  jeu  de  colin-maillard.  »        Espagnol. 
Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  HS,  §  151. 

131.  «  On  appelle  jeu  de  TEierlesen  un  jeu  qui  consiste  à  ramas- 
ser en  courant  des  œufs  rangés  à  terre  fort  près  les  uns  des  autres, 
ce  qui  a  lieu  sur   les  montagnes,  au  milieu  d'une  réunion  déjeunes 

gens.  » 

Canton  de  Berne,  L.  E.  André,  Essai  sur  la  statistique 

du  canton  de  Berne,  Paris,  1828,  p.  163. 

132.  Facétie  : 

—  «  Veux-tu  que  je  te  dise  la  chanson  du  rouge  poulot  (ou  du 
riche  poulot   ou  du    ricochet?)  (')•  —  Oui.  —  On  ne  dit  pas  oui.  — 

(1)  Riche  poulot  =  rouge  poulet.  —  Ricochet  =  rouge  coq  (de  ri  = 
roux,  rouge).  —  Nous  avons  peut-être  ici  Tétymologie  du  mot  français 
ricochet  qui  se  dit  d'une  pierre  jetée  sur  la  suriïice  de  Teau   et   rebon- 


112  GALLUS  D0MESTICU8. 


Pourquoi  donc  ?  —  On  ne  dit  pas  pourquoi  donc  ?  —  Et  que  dit-on  ? 
—  On  ne  dit  pas  :  que  dit-on  ?  —  Tu  m'ennuies.  —  On  jne  dit  pas  tu 
m*ennuies,  etc.  »      Franche-Comté.  Perron.  Proverbes^  p.  134. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  171,  §  61. 

133.  Formulettes  interprétant  le  cri  de  la  poule  et  du 
coq  : 

«  Cot,  cot,  cot,  cot,  codête  I 
J'ai  pondu  un  œuf  pour  mon  maître. 
Si  Pgrand  maître  n'en  veut  point 
Le  p*tit  maître  le  voudra  ben.  » 

Loiret,  communiqué  par  M.  L.  Beauvillard. 

«  Kakaraka ka....  kesto 

Poundi  un  iouo  pér  moun  mestre.  » 

Lauragais,  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 

«  Coudîs,  coudis,  coudasco 
Farai  moun  iou  per  Pasco.  » 

Languedoc,  Armana  de  Lengado,  pour  1878. 

134.  «  Un  coq  :  Won  maître  est  noble. 

Un  autre  coq  :  Pauvre  noblesse  ! 

Un  autre  :  Qui  a  des  dettes. 

Le  premier  coq  :  Il  les  payera. 

Le  canard  :  Quand,  quand,  quand  ? 

La  chèvre  :  Jamais,  ais,  ais,  ais.  » 

Meurthe-et-Moselle,  com.  par  M.  H.  Gérard. 

Cf.  Laisnel  de  la  Salle,  II,  p.  202. 

«  Le  pou  (coq)  dit  :  nos  dain  tôt  (nous  devons  tout), 
Lai  djerainne  (la  poule)  :  no  payerain  tôt  (nous  payerons  tout), 
Lai  boére{le  canard)  :  quiain  (quand  ?) 
Lai  brebis  :  djemaîs  (jamais)  !  » 
Suisse  romande,  KoHLER,I<e^  Paniers, etc.  Porrentruy,  1849,  p.  20. 

dissant  plusieurs   fois.  La  pierre  est  renvoyée  chaque    fois   comme  la 
victime  de  la  facétie  à  chacune  de  ses  répliques  (?) 

Cf.  le  nom  anglais  du  ricochet  ducks  and  drahes  qui  pourrait  provenir 
d*une  facétie  semblable  dans  laquelle  le  rouge  poulet  serait  remplacé 
par  les  duchs  and  drahes  (I) 


GÂLLUS  DOMESTICUS.  113 

135.  «  Le  coq  du  paysan  pauvre,  en  hiver  : 

Ah  !  que  Thiver  est  long  I 
Le  coq  du  fermier  riche  : 

Ça  n^me  gêne  pas,  j*ai  des  pillons  {}),  » 

Eure-et-Loir,  corn,  par  M.  J.  Poouet. 

Cf.'Sébillot,  Traditions  de  la  Haute- Bretagne,  1882,  t.  II,  p.  130. 

136.  «  Quand  les  jeunes  coqs  comoiencent  à  chanter  ils  disent  : 
Jacques  Râtâââ  !  plus  tard,  ayant  pris  de  la  force,  ils  disent  : 
Châtrez  les  vieux  1  *  Deux-Sèvres,  Soughé,  Proverbes,  etc. 

137.  «  Le  grand  coq  dit  ;  Dites  au  grand  garçon  de  se  lever. 
Les  petits  coqs  avec  leur  voix  aigre  :  11  a  des  points  de  côté.  » 

Formulette  trad.  du  breton,  env.  de  Lorient,  rec.  pers. 

138.  «  Coucouricou  !  j*ai  mal  au  cou  ;— qu'est-ce  qui  Ta  fait  ?— la 
fille  du  roué  (roi).  *       Seine-et-Oise,  recueilli  personnellement. 

139.  «  Cacaraca  I  poul  de  daouta  —qu'as  poulet.?— mori  de  fret. 

—  bai  ti  calfa  —  chez  qui  —  chez  toun  païri  —  gaousi  pas  —  que  y 
as  panât  ?  —  un  sac  di  blat  —  oun  Tas  métut  ?  —  al  traouquet  — 
chuco  la  merdo  di  poulet.  *     Lauragais,  com.  par  M.  P.  Fagot. 

«  Kikeriki  1  —  qu'as -tu,  pouret  ?  —  Soui  mort  de  ftet  ?  —  bèi  te 
cauha  —  oun  ?  —  enta  ta  mairio.  —  Gausi  pas.  —  Que  l'as  panât  î  — 
un  sac  de  blat  —  oun  l'as  boutât  ?  —  débat  lou  pount  de  Peirocauo, 
minjou  Testroun  e  jou  la  hauo.  —  Trad»  :  Kikeriki  ;  qu'as-tu 
poulet  ?  Suis  mort  de  froid.  —  Va  te  chauffer  —  où  ?  —  chez  ta 
marraine.  —  Je  n'ose  pas.  —  Que  lui  as-tu  volé  ?  —    un  sac  de  blé 

—  où  l'as -tu  mis  ?  —  sous  le  pont  de  Peyrecave,  mange  Tét...  et 
moi  la  fève.  »  Armagnac,  Bladé,  Prov,  et  Devin,,  p.  107. 

Cf.  Lespy,  Proverbes  du  Béarn,  I,  p.  68  ;  Revue  des  langues  romifines, 
janvier  1873,  p.  120. 

140.    DEVINETTES. 

«  Devine,  devinaille, 

Qui  est-ce  qui  pond  sur  la  paille  ?»  —  Une  poule, 

(1)  Pillons  zz  grains  de  blé  que  le  fléau  ou  la  machine  n'ont  pas  fait 
sortir  de  leur  enveloppe. 

8 


114  GALLUS  DOMESTICUS. 


Dans  différents  départements,  lorsque  les  enfants  veu- 
lent jouer  aux  deyinettes,  c'est  par  celle-là  qu'ils  ouvrent 
la  séance. 

«  'ndovino,  'ndovinaja, 

Chi  fa  Tovo  ira  la  paja  ?  »  —  La  gaUina. 

IndovineUo  marchigiano,  Gi  an  ANDREA. 

«  Divineta,  divinalla, 
.     Cual  es  la  que  pone  en  la  palla  ?»  —  La  gallina. 

Divineta  ribagorzana,  Demofilo,  Adivinanjgas^  p.  382. 

141.  «  What  is  that  thing  of  the  créatures  of  Aîcharmazd,  whose 
tooth  is  homy  and  horn  flesky  ?»  —  A  cock. 

Enigme  parsie,  E.  W.  West,  The  book  of  Ardà-Viràf, 
Bombay,  1872. 

142.  «  Es  kommt  einer  auf  Krucken  mit  einem  Bart  von  Fleisch 
und  einem  Munde  von  Knocken.  Was  ist  das  ?»  —  D^r  Hahn. 

Devinette  lithuasienne,  Schleichbr. 

«  Roilîas  atras, 

Corbas  alante^ 

Boca  de  cuerno, 

Barbas  de  carne.  »  —  GaUo. 

Devinette  espagnole,  Demofilo,  Adivinanzas,  p.  136. 

143.  «  Ru'  zucca,  mille  pampini,  e'  na  rosa.  »  —  'u  jaddu.  (Deux 
tiges,  mille  feuilles  et  une  rose).  Le  coq. 

Sicile,  De  Martino,  Énigmes  siciliennes,  1878,  §  ix. 

144.  «  Qu'est-ce  qui  est  sous  les  arcs  du  ciel. 
Qui  va  pieds  nus  dans  les  rues, 

Qui  a  plusieurs  femmes  et  n'est  pas  marié  (*)?»—  Le  coq. 

Loiret,  com.  par  M.  L.  Beauyillabd. 

Cf.  Rolland,  Devinettes,  §  57. 

(0  Cette  conception  du  coq  ne  connaissant  pas  le  mariage  (le  mariage 
monogame)  pourrait  bien  donner  Texplication  du  mot  grec  àXexTOiKov  = 
le  célibataire.  Il  n'y  aurait  rien  d'extraordinaire  à  ce  qu'un  nom  donné 
d'abord  par  plaisanterie  k  un  animal  fût  devenu  a  la  longue  son  nom 
classique. 


GALLUS  DOMESTICUS.  115 


145.  «  There  was  a  prophet  on  this  earth, 
His  âge  no  man  could  tell  ; 

He  was  at  his  greatest  height 

Before  e'er  Adam  fell. 

His    wives    are  very  numerous, 

Yet  he  maintaineth  none  ; 

And  at  the  day  of  reckoning 

He  bids  them  ail  begone. 

He  wears  his  boots  when  he  should  sleep  ; 

His  spurs  are  ever  new  ; 

There  's  no  a  shoemaker  on  a*  the  earth 

Can  fit  him  for  a  shoe  (>).  >  —  The  cock. 

Ecosse,  CuAHBERS,  Popular  Rhymes,  1870,  p.  112. 

146.  «  What  prophet  was  with  Adam  in  Paradise  and  with  Noah 
in  the  Ark  ?  He  does  not  believe  in  the  Résurrection,  but  he  does 
not  deny  a  word  of  the  Christian  faith.  »  —  The  cock. 

Ecosse,  W.  Gregor,  Notes  and  Queries,  p.  82. 

147.  «  From  the  living  a  corpse  is  born  :  living  it  leaves  its 
corpse  and  its  corpse  is  broken  in  two.>— An  egg^  then  a  chicken. 

Bannu  (Afghanistan),  Thorburn,  p.  230. 

148.  «  Je  vous  vends  mon  tonneau  bien  lié,  bien  bandelé,  bien 
caillifaillibotté  ;  si  vous  ne  me  le  rendez  pas  bieù  lié,  bien  bandelé, 
bien  caillifaillibotté,  vous  perdrez  tout,  la  liure,  la  bandelure  et  la 
caillifaillibotture.  »  —  C'est  Tœuf  qui,  une  fois  cassé,  ne  saurait 
être  remis  en  son  état  primitif. 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

La  phrase  ci-dessus  est  en  même  temps  une  devinette, 
un  daïement  (vente  d'amour)  et  une  formulette  que  Ton 
doit  répéter  avec  volubilité  sans  se  tromper,  sous  peine 
de  donner  un  gage. 

«  Hûmpelken  Pûmpelken  leeg  up  de  Bank 
Hûmpelken  Pûmpelken  fuUt  van  de    Bank, 
Is  kin  Doctor  in  Ëngeland 
De  Hûmpelken  Pûmpelken  cureren  kann.  >  — Ei. 

Oldenbourg,  Strackerjân. 

(i)  Pour  ce  dernier  trait  de  Ténigme  cf.  Faune  pop.,  t.  n,  p.  211,  §  3. 


116  GALLUS  DOMESTICUS. 

«  Humpity  Dumpity  sat  on  a  wall, 

Humpity  Dumpity  got  a  great  fall, 

The  king  wi'  a*  hîs  men 

Cudua  lift  Humpity  Dumpity  again.  »  —  An  egg, 

Ecosse,  W.  Grbgor,  Notes^  p.  78. 

«  Humpty  Dumpty  sate  on  a  wall, 

Humpty  Dumpty  had   a  great  fall; 

Three  score  men  and  three  score  more 

Cannot  place  Humpty  Dumpty  as  he  was  before.  » 

Dev.  anglaise,  Halliwell,  Nursery  Rhymes,  p.  51. 

149.  «  Ma  mère  en  chantant 
M^a  habillé  de  blanc  ; 
Je  ne  suis  pas  bête 

Cependant  je  pourrai  Têtre.  »  —  L'œuf. 

Paris,  recueilli  personnellement. 

150.  «  Ein  Vogel  in  der  lûfft  schwebt 
Seins  gleichen  auff   erdt  nit  lebt. 
Sein  fliigel  sein  in  der  hitz  gewachssen 
Wann  in  hungert  isst  er  syben  ochssen.  » 

—  Der  han  auff  der  kirchen.  Seins  gleichen  hat  kein  leben.  Sein 
flûgel  sind  im  feiir  gemacht.  Er  hat  nymmer  hunger. 

Ancienne    énigme  allemande,    Wackernagel,    Sechzig 
Râthsel  (dans  Zeiisch.  f.  deutsches  Alterthum,,  1843). 

151.  «  Qui  a  été,  qui  n'est  plus  et  qui  vit  encore?  »  — Le  chapon. 
Deux-Sèvres,  B.  Souche,  Formulettes  (dans  Bull,  de  la  Société 

de  Statistique  des  X)eMa7-S^'î;r^5,  juillet -septembre  1881). 

152.  «  Cognoisteriez-vous  bien   un  oef  d'une  noire  geline  î  »  — 
OyI,  car  un  oef  n'est  pas  une  geline  (*). 

Les  Adevineaux  amoureux  (dans  Collection  des 
Joyeusetés  de  Techener,  1831). 

On  trouvera  d'autres  devinettes  relatives  au  coq,  à  la  poule  et  à 
Vœuf  :  dans  E.  Rolland,  Devinettes  ou  énigmes  popul,  de  la 
France.  Paris,  1877,  pp.  28-36  ;  Sauvé,  Devinettes  bretonnes  (Revue 
celtique,    tome  IV)    N-   39,    44-47,  118,   145-147,    154;    V.   Smith, 

(1)  Il  y  a  ici  un  jeu  de  mots.  Il  peut  être  question  d'un  œuf  pondu  par 
ne  noire    geline  ou  il  s'agit  de  distinguer  un  œuf  d'une  poule  noire. 


GALLUS  DOMESTICUS.  117 

Quelques  devinailles  du  Forez  (dans  Mélusiné)  N««  26,  27,  83-85  ; 
J.  Roux,  Énigmes  du  Limousin  {Rev,  des  L  rom.  1877)  N"  Lvii, 
LViii,  Lxxxiv,  xcîi,  xc^l  ;  Roque -Ferrier,  Énigmes  du  Languedoc^ 
page  9  du  tirage  à  part  ;  P.  Sôbillot,  Trad»  de  la  Haute-Bretagne^ 
t.  II,  p.  132  ;  Demofllo,  Adivinanzas,  N-  459-469,  533-548,  831  et 
pages  342,  347,  378,  382,  384,  389;  Zeitsch,  f.  d.  deutsche  Mythologie, 
I,  p.  138-141, 363-364; etc. 

153.  Énigmes  savantes,  relatives  au  coq,  à  la  poule ,  etc. 

«  Je  passe  pour  Monarque  au  milieu  de  la  Cour, 
Toiyours  un  menu  peuple  autour  de  moi  criaille  ; 
Mes  sujets  sont  de  plume  et  mon  trône  est  de  paille, 
Et  je  suis  toutefois  le  prophète  du  jour.  »  —  Le  coq. 
Gayot  de  Pitaval,  Nouveau  recueil  d*énigmest  1741. 

«  La  plus  vaillante  créature 

Qui  soit  dans  toute  la  nature, 

A  peui^  lorsqu'elle  entend  ma  voix. 

Ma  barbe  a  la  couleur  des  fiâmes, 
£t  je  suis  sans  crainte  des  loix. 
Toujours  mari  de  plusieurs  femmes.  »  —  Le  coq. 

Gayot  de  Pitavel,  Nouveau  recueil  d^ënigmes^  1741. 

«  Je  puis  être  placé  dans  le  rang  d'un  prophète. 
Ma  robe  sans  couture  est  de  plusieurs  couleurs, 
Et  de  divers  morceaux  qu'on  ne  voit  point  ailleurs. 
Fil,  cotton,  poil  et  soye,  ou  la  peau  d'une  hôte. 

N'entrent  point  dans  ce  vêtement  ; 
Il  n'est  tissu  ni  fait  par  une  main  humaine. 
Et  d'un  Préadamite  issu  directement. 
Sans  porter  de  Thymen  la  douloureuse  chaîne. 
J'ai  des  femmes  sans  nombre,  et  mon  front  est  orné 
D'un  diadème  mis  des  mains  de  la  nature  : 
A  posséder  mon  cœur  leur  désir  est  borné  : 
La  jalousie  offrant  son  affreuse  figure. 
Ne  s'est  jamais  glissée  en  mon  petit  sérail. 
Du  vil  rebut  des  chiens  je  fais  ma  nourriture. 
Je  foulerais  aux  pieds  le  plus  riche  métail. 
Pieds  nuds,  hyver,  été,  je  marche  à  Pavanture  ; 


118  GALLUS   DOMESTICUS. 


Mais  toujours  gravement.  Je  bénis  Dieu  la  nuit, 

A  la  pointe  du  jour,  et  mêmes  à  chaque  heure. 

Le  courage  m^escorte,  et  la  fierté  me  suit. 

Par  le  fer  le  destin  ordonne  que  je  meure.  »  —  Le  coq. 
Gayot  de  Pitaval,  Nouveau  recueil  cC énigmes, 

«  Amour,  vigilance,  courage  ; 

Voila,  dit-on^  mes  qualités  ; 
Mais  des  défauts  accompagnent  Tusage 

De  talens  si  vantés. 

Je  brusque  un  rôle  de  tendresse  ; 

Je  m'émancipe  jusqu^aux  coups. 
Et  chez  moi  les  transports  d'une  si  douce  ivresse 

Imitent  presque  le  courroux. 
Dans  les  combats  si  j'acquiers  quelque  gloire, 

Aussitôt  par  des  cris  altiers. 
Par  des  airs  insolens  je  souille  ma  victoire, 

Et  flétris  mes  lauriers. 

On  prône  fort  ma  vigilance. 

Mais  je  m'en  sers  mal  à  propos. 
Et  tel  pourroit  chez  soi  dormir  en  assurance, 

Dont  ma  voix  trouble  le  repos. 

Enfin  do  l'Eternel  j'attendris   le   Vicaire, 

Il  m'entend,  et  soudain   son   cœur  est  amolli. 

Que  vous  dirai -je  encor  ?  Le  croissant  tient  au  Caire 

La  place  que  j'occupe  ici.  »  —  Le  coq. 

Bkrthelin,  Énigmes,  1746. 

«  Je  sors  d'un  père  deux  fois  né. 

Et  d'une  mère  deux  fois  née  ; 

J'étois  Prophète  couronné. 

Car  telle  étoit  ma   destinée. 
Mon  père  prophétise  et  la  nuit  et  le  jour, 
Et  je  prophétisois  au  tems  de  mon  enfance, 

Etant  capable  alors  d'amour, 
Comme  lui,  possédant  une  double  naissance  ; 

Mais  admirez  mon  cruel  sort  ! 
Commençant  à  prédire  on  me  voue  à  la  mort. 

On  me  fait  Eunuque  sans  cause, 

On  m*expose  aux  grandes  ardeurs  : 

N'est-ce  pas  une  étrange  chose 

D'être  brûlé  pour  les  pécheurs  ?»—  Le  chapon. 

Berthelin,  Recueil  d'énigmes ,  1746. 


GALLUS  DOMESTIGUS.  119 

«  Mon  nom  est  différent  de  celui  de  mon  père, 

Dont  je  ne  tiens  qu^une  demi  façon; 
Souvent  ma  mère  aussi  n^est  qu'à  moitié  ma  mère; 

Je  dois  autre  forme,  autre  nom 

A  celle  qui  me  régénère. 
Voilà  deux  noms,  sans  celui  de  ma  mère, 

Que  je  puis  avoir,  c^est  selon. 
En  voilà  trois  :  autre   quand  je    suis  père  : 
En  voilà  quatre,  et  le  cinquième,  hélas  1 

Me  vient  quand  je  ne  le  suis  pas, 

Et  quand  je  suis  pourtant  meilleur  que  père  et   more.  » 

L'œuf. 

Berthelin,  Énigmes,  1746. 

«  Encor  que  je  naisse  sans  vie, 

Je  la  donne  à  chaque  vivant, 

Et  l'on  me  cherche  fort  souvent 

Dans  le  tems  d'une  maladie. 
Quoique  je  sois  utile  après  comme  devant, 

Quelquefois  je  n'ai  point  de  père. 
Alors  je  ne  dois  point  mon  être  à  son  amour, 

Et  je  nais  sans  blesser  ma  mère, 
Quoiqu'elle  crie   en  me  donnant   le  jour. 

Ce  qui  doit  le  plus  vous  surprendre, 
C'est  que  souvent  par  elle  on  me  voit  enfanté. 
Sans  qu'elle  perde  rien  de  sa  virginité. 

Comment  pourrez-vous  le  comprendre  t 
Comme   une    femme,    elle  accouche   en   son   lit. 

La  jeunesse  est  mon  avantage  : 

Plus   je  vieillis,  plus  on  me  fuit. 

La  robbe  blanche  est  mon  partage. 
Et  je  la  porte  en  tout  tems  jour   et   nuit. 

Il  est  pourtant  certaine  Fête, 

Où  l'on  me  fait  changer  d'habit. 
Et  le  rouge  m'en  prend,  sans  avoir  une  tète. 
Devinez  qui  je  suis,  je  vous  en  ai  trop  dit.  »  —  L'œuf. 

Berthelin,  Énigmes,  1746. 

«  Je  ne  suis  pas  d'un  fort  grand  prix, 
Quoiqu'àla  Cour  souvent  on  me  voye  en  usage; 
Sans  moi  Ton  cesserait  de  chasser  aux  perdrix. 
Sans  moi  le  rossignol  par  son  tendre  ramage 


120  GALLUS  DOME8TICU8. 

Ne  viendmt  plus  charmer  nos  sens  et  nos  esprits. 

Je  suis  sans  vie  .et  je  fais  vivre, 

Je  ne  suis  ni  chair  ni  poisson  : 
Mais  quand  au  cuisinier  une  fois  on  me  livre, 
Il  me  met  en  ragoût  de  plus  d^une  façon. 
De  ma  mère  ou  de  moi  Ton  a  peine  à  répondre 

Quel  fut  fait  le  premier  des  deux. 
Quoique  je  sois  sans  poil,  sans  barbe  et  sans  cheveux  : 
Quand  on   parle  proverbe,  on  parle  de  me  tondre.  » 

—  L'œuf. 

Gayot  de  Pitaval,  Nout>eau  recueil  d'énigmes,  1741. 

«  Les  sages  ont  douté  quelle  étoit  ma  naissance. 
Si  je  nais  de  ma  mère,  ou  ma  mère  de  moi. 
La  fortune  en  naissant  me  rend  digne  d'un  roi; 
Et  c'est  moi  qui  soutiens  la  vieillesse  et  Tenfance. 

Sans  Taide  de  Venus  une  Vierge  a  puissance, 
Toute  chaste  qu'elle  est,  de  m'engendrer  de  soi; 
Ainsi  naquit  Pallas,  si  Ton  ajoute  foi 
Aux  propos  que  l'on  tient  sur  sa  divine  essence. 

Ma  figure  est  semblable  au  cercle  uonpareil 
Où  commence  et  ânit  la  course  du  soleil, 
Et  j'ai  comme  cet  astre  une  vertu  féconde. 

Je  suis,  comme  Ton  sçait,  privé  de  sentiment  ; 
Bien  que  j'inspire  aux  miens  l'âme  et  le  mouvement. 
Et  j8  meurs  à  l'instant  que  je  les  mets  au  monde.  » 

—  L'œuf. 

Gayot  de  Pitaval,  Nouveau  recueil  cCénigmes,  1741. 

«  Je  sors  d'un  lieu  fort  deshonnête  ; 
Sans  rougir  néanmoins  je  parois  cliez  les  rois. 
Les  Belles  dans  leur  lit  bien  souvent  me  font  fête  ; 
Je  sers  à  leur  beauté,  pour  maintenir  ses  droits. 
Mais  quelle  ingratitude  I  il  m'en  coûte  la  tête. 

Avant  de  partir  de  leurs  doigts. 

Plus  je  suis  jeune  et  plus  on  m'aime. 
Et  j'unis  la  fraîcheur  à  la  chaleur  extrême.  »  —  L'œuf. 

Gayot  de  Pitaval,  1741. 

«  Je  suis  âls  de  celui  de  qui  je  fus  le  père, 
J'ai  donné  la  vie  à  ma  mère, 


GALLUS  DOMESTICUS.  121 


Sans  dessein,  sans  sçavoir  si  je  fais  bien  ou  mal, 
Inanimé,  je  forme  un  parfait  animal. 
Ma  fraîcheur  peu  durable  est  pour  le. goût  qui  Taime, 
D^une  délicatesse  extrême; 

Puisque  celui  qui  la  ressent  le  mieux 
Me  rebute  sitôt  que  je  lui  parois  vieux. 
Dès  qu'un  prélat  le  veut  on  m'exile  en  Carême, 
Aussi  n'est-ce  pas  lui  qui  rend  ma  face  blême. 
'    Mon  corps  doux  et  poli  n'est  pas  fort  dégagé, 

Je  figure  assez  bien  à  table. 
Où  souvent  un  ragoût  qu'on  trouve  délectable, 

Sans  moi  ne  serait  pas  mangé.  »  —  L'œuf. 

Gayot  de  Pitaval,  Nouveau  recueil  d'énigmes,  1741. 

«  Jamais  par  moi  lieux  bas  ne  furent  habités.. 

Mon  corps  est  agissant  sans  vie, 
Et  l'on  me  voit  tourner  les  yeux  de  tous  côtés, 
Quoique  de  regarder  je  n'aie  aucune  envie.  » 
Le  coq  d'un  clocher. 

Berthelin,  Énigmes^  1749. 

«  Je  ne  vois  jamais  rien  ;  cependant  jour  et  nuit 

Je  suis  au  guet  sans  craindre  vent  ni  pluye  : 
Quoiqu'on  dise  de  moi,  fort  peu  je  m'en  soucie. 

Car  je  suis  au-dessus  du  bruit. 
Si  le  rang  que  je  tiens  peut  donner  de  l'envie. 

Du  moins  j'ose  bien  me  vanter 
Que  l'homme  le  plus  fier  jamais  par  jalousie 

N'entreprendra  de  me  le  contester. 

Je  suis  toûjoui»s  si  bien  en  garde,- 
Que  ce  n'est  qu'en  trerablHut  qu'on  ose  m'approcher; 
Et  le  plus  résolu  sans  vouloir  me  toucher 

Seulement  de  loin  me  regarde. 
Mon  corps  quoique  fort  gros  se  remue  aisément; 
Toujours  sobre,  jamais  je  ne  fais  de  débauche  ; 

Ainsi  je  fais  allaigrement 
Le  demi-tour  à  droit,  le  demi-tour  à  gauche. 

Aux  quartiers  les  plus  fréquentez 
On  me  voit  à  Paris  tourner  de  tous  cotez; 
Sans  craindre,  comme  font  les  coquets,  les  coquêtes. 

Ni  les  crottes,  ni  les  charrettes. 


122  COLUMBA  DOMESTICA. 


De  mon  poste  jamais  je  ne  suis  ennuyé, 

C'est  pourquoi  quelque  temps  qu'il  fasse 

Je  conserve  toujours  ma  place. 

Et  reste  sur  un  même  pied.  » 

Le  coq  du  clocher. 

G.   DK  PlTAVAL,  1741. 

«  L'or  éclate  sur  moi,  mais  je  jeûne  sans  cesse, 

Avec  un  bon  gosier  je  ne  chante  jamais, 

Je  suis  toujours  au  temple,  et  jamais  dans  la  presse. 

Il  est  bon  d'en  sortir  pour  voir  ce  que  j'y  fais. 

Je  n'ai  point  de  cervelle,  et  j'ai  la  tête  forte. 

Suivant  l'Évangile  et  les  lois, 

Un  chrétien  doit  porter  sa  croix, 

Pour  moi  c'est  la  croix  qui  me  porte.  » 

Le  coq  du  clocher. 

Berthelin,  Énigmes,  1746. 


COLUMBA  DOMESTICA.  —  LE  PIGJEON  DOMESTIQUE. 

I. 

1.  D'une  manière  générale  cet  oiseau  est  appelé  : 

PIPION,  PiviON,  m.  {=  lat.  pipionem,  jeune  pigeon  et  par 
extension  de  sens,  pigeon  quel  que  soit  son  âge),  an- 
cien français. 

PIGEON,  PIGEON  DOMESTIQUE,   PIGEON  PRIVÉ,  PIGEON  DE  COLOMBIER, 

PIGEON  DE  FUIE,  PIGEON  FUYARD,  m.  français. 
PIGIAN,  m.  Menton,  Andrews. 
PIGEAN,  m.  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 
piDGEON,  PITJON,  m.  arrondissement  de  Remiremont,  L.  Adam. 
PizoN,  m.  Morvan,  Chambure. 

piGEONNETTE,  /.  Côtc-d'Or,  Communiqué  par  M.  H.  Marlot. 
PiNDZON,  m.  Plancher-les-Mines,  Poulet. 
COLOUMBO,  f.  (lat.  columha)  Aveyron,  Vayssier. 
COULOMB,  couLON,  m.  ancien  français.  —  rouchi,  Hécart. 
COLON,  m,  ancien  français.  —  wallon.  —  lorrain.  —  Tarentaise, 

Pont. 
GOLAN,  m.  Sallanches  (Haute-Savoie),  com.  par  M.  Ducrey. 


COLUMBA  DOMESTICA.  123 


KOULM,  breton. 

DUBÉ,  m,  breton  de  Belle-Ile-en-Mer,  Chasles  de  la  Touche. 

VOLANT,  argot,  Vidocq. 

Synonymes  étrangers  : 

IlepKTTepa,  grec  ancien.  —  nepiorépt,  grec  mod.,  Bik.  —  Golumbas, 
Columba,  lat.  —  Piccione,  it.  —  Paloma,  esp.  —  ScalzamarÀj,  fourbesque  de 
Parme,  Mal.  —  Puvion,  mil.,  Banfi.  —  Ponimb,  m.  Porumba,  f.  Holub,  Ulub, 
m.  roum.,  Cihac.  —  Taobe,  Bauertaobe,  Feldtaube,  FeldflUchtcr,  ail.  —  Feld- 
ratze,  Autriche  ail.,  Kramer.  —  Duif,  Veldduit  Akkerduif,  holl.  —  Pigeon, 
Pidgeon,  Dove,  angl.  —  Kapota,  Kapotaka,  sauscrit.  —  Kôtir,  kurde,  Jusci.  — 
GueuTèrdJin,  turc. 

2.  Noms  donnés  au  mâle  (*)  : 

IlepKrrepo;,  grec  ancien.  —  Golumbas,  lat.  —  Colombo,  it.  —  Palomo, 
esp.  —  Pombo,  port.  —  Halob,  Dlub,  roum.,  Cihac.  —  Tânber,  Tânbericb,  ail.  — 
Duffert,  duché  d'Oldenbourg,  Strackerjan.  —  Doffer,  DniYer,  DoiYerik,  holl. 
—  Han-due,  danois.  —  Gock-pigeon,  Dover,  anglais. 

3.  Nom  de  la  femelle  : 

PIGEONNE,  f,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Golumba,  lat.  —  Golomba,  it.  —  Paloma,  esp.  —  Pomba,  port.  —  Hulobitsa, 
Ulobitsa,  f.  roumain,  Cihac. 

4.  Noms  du  jeune  pigeon  : 

PIGEONNEAU,  m.  français. 
PiGEONNET,  m.  ancien  français,  Duez. 
pîviON,  PuviON,  m.  wallon,  Grandgagnage. 
couLOUNDRE,  m.  languedocien,  comm.  par  M.  P.  Fesquet. 
COLOMBEAU,  m.  ancien  français,  Littré. 

piGEONNELLE,  f,  {=  jeiuic  pigcon  femelle),  français  du  XV1«  siè- 
cle, La  Maison  rustique. 

Synonymes  étrangers  : 

IlepKTTeptSeuç,    nept(rrep(8tov,    nepterréptov,    grec  ancien.    —  Pipio, 

(i)  Le  pigeon  mâle  semble  n'avoir  pas   de  nom   particulier  dans  les 
dialectes  de  la  France. 


124  COLUMBA  DOMESTICA. 


Golnmbalas,  lat.  —  Golombin,  vénit.  —  Pippione,  it.  —  Palomino,  Pichon» 
Picboncillo,  esp.  —  Pombinho,  port.  —  Pornmbac,  m.  Pommbasb,  m.  Pommliel, 
nt.  Pommbrel,  m.  roum.,  cihac.  —  Porumbica,  A  Ponunbrica,  f.  Porombrioara, 
f.  (=  pigeonneau  femelle),  roum.,  Cihac.  —  T&abchen,  allemand. 

5.  Interprétation  du  cri  du  pigeon  : 

Roucoul  Aveyron,  Vayssier. 

BROU  !  BROU  !  BROU  !  COUCOU  !  Fouchi,  Hécart. 

Synonymes  étrangers  : 

Rnck  I  rack  1  ail.,  Wackern.  —  Rnckedlinick  !  allemand,  Wackernagel. 

6.  Du  pigeon  qui  fait  entendre  son  cri  on  dit  : 

ROUCOULER,  frauçais. 

RÈcouLBR,  français,  Poëtevin,  Dictionnaire  franç-alL,  1756. 

CARACOULER,  français,  Prévost,5wpp?.,  p.  47.  ;  Poëtevin,  litc^tbn- 

naire  français-allemand, 
ROUCOULA,  ROUCANA,  Aveyron,  Vayssier. 
CROULÉ,  Bessin,  Joret. 

Synonymes  étrangers  : 

Armllar,  esp.  —  Hulncubesc,  roum.,  Cihac.  —  fiorren,  ail.  —  To  coo»  angl. 
—  Bnckartie-coo,  Banffshire,  Gregor. 

6.  On  dit  du  mâle  qui  fait  le  beau  auprès  d'une  femelle  : 

ROUER,  français,  Maison  t^stique,  XVI«  siècle. 

7.  Pour  appeler  les  pigeons  on  leur  dit  : 

BELoù  I  BELOÛ  !  Salntonge,  Jônain. 

BLOu!  BLOuI  Deux-Sèvres,  comm.  par  M.  L.  Desaivre. 

BLÔ  I   BLÔ  1  p'tits  blô-blôs  !  Centre,  Jaubert. 

VENi  !  vENi!  LES  PETITS  !  Côte-d'Or,  comm.  par  M.  H.  Marlot. 

8.  Le  bâtiment  qui  sert  de  refuge  aux  pigeons   est 
appelé  : 

GOLOHIERS,  m.  ancien  français,  Littré. 
COLOMBIER,  PI6B0NNUCR,  français. 


COLUMBA  DOMESTICA.  125 


FUIE,  f,  {})  (petit  colombier),  français. 

coLAMfii,  m.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 

coLAMBRi,  m.  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

COLOMBE,  /.  Eure-et-Loir,  recuilli  personnellement. 

GOLÉBÎRE,  wallon,  Grandgagnage. 

GoijÉBÎ,  namurois,  Grandgagnage. 

PIJOUGNÈRO,  f.  Castres,  Couzinié. 

Synonymes  étrangers  : 

nept<rrepea)v,  neptcrepoorocpetov,  grec  ancien.  —  Golnmbariam,  lat.  — 
Golombara,  Golombaia,  ital.  —  Golombera,  mil.,  Banfi.  —  Palammàrn,  sicilien. 
Pitre.  —  Palomar,  esp.  —  Pombal,  port.  —  Golomer,  anc.  catal.  —  Pommbar, 
Hulnbarie,  Ulabarie,  roum.,  Cihac.  —  Taubenliaus,  Tanbenschlag,  allemand.  — 
Vij;anka,  sanscrit,  Boethlingk. 

9.  Le  trou  qui  sert  aux  pigeons  pour  rentrer  au  pigeon- 
nier est  appelé  : 

BOULADOD,  m,  Toulouse,  Poumarède. 

10  On  appelle  l'espèce  de  table  en  saillie  qui  se  trouve 
en  dehors  et  en  dedans  du  colombier  et  sur  laquelle 
se  posent  lespigeons  avant  d'entrer  ou  de  sortir  : 

BANQUETTE,  f,  français. 

Synonyme  étranger  : 

Asserello,  italien. 

11.  Le  trou  pratiqué  dans  le  mur  du  pigeonnier  pour 
y  faire  pondre  les  pigeons  est  appelé  : 

BOULIN^  m.  français. 

BAUDROUN,  m,  provençal  moderne,  Azaïs. 

(1)  La  fuie  était  autrefois  un  petit  colombier,  construit  le  plus  souvent 
aux  angles  ou  dans  d'autres  parties  de  la  maison.  La  Féodalité  avait 
établi  de  grandes  différences  entre  les  fuies  et  les  colombiers.  Le  sei- 
gneur seul  avait  le  droit  d'avoir  des  colombiers.  Ces  différences  ont 
aujourd'hui  disparu  et  le  mot  fuie  ne  désigne  plus  qu'un  colombier  plus 
petit,  faisant  ordinairement  partie  d'un  autre  bâtiment.  —  On  appelle 
aussi  fuie  l'ensemble  des  trous  ronds  servant  d'entrée  aux  pigeons. 


126  COLUMBA  DOMESTICA. 

12.  Pour  servir  de  nid  aux  pigeons  on  attache  au  mur 
du  pigeonnier  des  paniers  d'une  forme  particulière 
auxquels  on  donne  le  nom  de  : 

GOURBiET,  BAQUET,  m.  Toulouse,  Poumarôde. 
BOUGEOTTE,  f,  ancien  français»  Duez. 
MANOQUE,  rouchi,  Hécart. 

Synonymes  étrangers  : 

Cestella,  Gesterella,  Gestellina,  Cestino,  italien. 

13.  La  fiente  des  pigeons  forme  un  engrais  qu*on 
appelle  : 

GOLOMBiNE,  /.  français. 
couLOUMBiNO,  /.  Aveyron,  Vayssier. 
COULOUMINE,  f.  Landes,  De  Métivier. 

POULNÉE  DE  PIGEONS,  f.  Mémoires  de  la  Société   agricole   de 
Rouen,  1763,  p.  186. 

Synonymes  étrangers  : 

Golombina,  italien.  —  Palomina,  espagnol. 

14.  On  appelle  l'amateur  de  pig^ns  (surtout  de  pigeons 
voyageurs)  : 

COLEBEU,  m.  wallon,  Dejardin,  p.  158. 
GROÛLEÛ,  m,  Bessin,  Joret. 

Synonymes  étrangers  •: 

DuiTemelker,  holl.  —  DubweYogt,  Mulhouse,  Dollfus  (terme  ironique).  — 
Taobenmajor,  Prusse,  Frischbier  (terme  ironique). 

15.  Parmi  les  variétés  du  pigeon  domestique  on  dis- 
tingue (^)  : 

LE  PIGEON  ROBfAiN,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Piccione  romana;  tronfo;  astnmellato,  ital.,  Nemn.  —  Palomo  romano,  esp. 

(1)  Nous  ne  nous  occupons  ici   que  des  variétés  du  pigeon  domestique 
les  plus  connues. 


COLUMBA  DOMESTICA.  127 


—  Pombo  romano,  port.  —  Rnnt-pigeon,  roman  pigeon,  anglais.  —  Die  spanische 
Taube,  die  rômiscbe  Taube,  ail.  —  Roomsche  daif,  holl.  —  Romerske  dufTa, 
suédois. 

16.  Autre  variété  : 

LE   PIGEON  GROSSE   GORGE  (»),    PIGEON    GRAND    GOSIER,    français, 

Nemnich. 

LE  PIGEON  BOULANT,  BOULANT,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

• 

Piccione  dalla  golagrossa,ital.~Palomo  bachoujesp.  —Pombo  bacbo,port.— 
Cropper,  Powter-pigeon,  angl.  —  Kropper,  holl.  —  Kropftaobe, Kropfer,  KrSpfer, 
Krôpper,  Krepper,  Kropper,  ail.,  Nemn.  —  Kropf,  Autriche  ail.,  Kramer. 

17.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  NONAiN  (2),  français. 
Synonymes  étrangers  : 

Piccione  acconciata,  it.  —  Palomo  monjin,  esp.  —  Pombo  monga,  port.  — 
Jacobine,  angl.  —  Haubentaube,  Kappentanbe,  Kappennonne,  Nonnentaube, 
Schleyertaube,  Jacobinertaube,  Perilckentanbe,  Dichtertaube,  Venustaube, 
Gyprische  Taube,  Russische  Taube,  Engliscbe  Taube,  ail.,  Nemn.  —  Jacobynduif , 
Kapper,  Gekapte  non,  holl.  —  Parykduen,  danois.  —  Hufdufvan,  suédois. 

18.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  CRAVATTE,   LE  PIGEON  A  GORGE  FRISÉE,  français. 

Synonymes  étrangers  : 

Golombo-cravata,  it.  —  Palomo  cou  venera,  esp.  —  Pombo  com  gravata,  port. 

—  Turbit,  angl.  —  Hewentaube,  Môwcben,  Halskrausentaube,  Kreiselscbn&bler, 
ail.,  Nemn.  —  Meeuwtje,  holl.  —  Mefike,  danois.  — ■  M&kedufvan,  suédois. 

19.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  VOYAGEUR,  LE  PIGEON  VOLANT,  français. 

(1)  Ce  pigeon  est  remarquable  par  la  dilatation  extrême  du  jabot  quHl 
gonfle  d'air  de  manière  à  en  former  comme  une  boule  énorme.  Sa  gorge 
e.st  quelquefois  aussi  grosse  que  son  corps. 

(2)  Ce  pigeon  est  orné  d'une  fraise  ou  d*un  capuchon  formé  par  les 
plumes  redressées  du  cou,  recouvrant  la  tête  et  se  prolongeant  en  gor- 
gerette  sur  la  poitrine. 


128  COLUMBA  DOM£STICA. 

LE  PIGEON  CARRIER  (0>  français.  L'Acclimatation, 

LE  PIGEON  MESSAGER,  LE  PIGEON  COURRIER,  français,  Nemnich. 

Synonymes  étrangers  : 

Colombo  messagffiero,  it.  —  Carrier,  angl.  —  Brieftanbe,  Posttaube,  PoTedette, 
ail.,  Nemu.  ~  PaYOdette,  danois  ;   suédois.  —  Bagadett(2),  hollandais. 

20.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  TOURNEUR,  LE  PIGEON  BATTANT,  français,  Nemnich. 

« 

Synonymes  étrangers.: 

Smiter,  angl.  —  Dreyert,  danois,  Nemn.  —  Pl&tsclier,  Autriche  ail.,  Kramer. 

21.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  CULBUTANT,  français. 

LE  GUMULET  (3),  wallon,  Grandgagnage. 

Synonymes  étrangers  : 

Tumbler,  angl.  —  Tanimeltaiibe,  Tanmler,  Tnmmler,  Tiunmler,  Pnrieltanlie, 
Bnrzeltaube,  ail.,  Nemn.  —  Tuimelaar,  Draajer,  holl.  —  Tnmleren,  danois.  — 
Tnmlaren,  suédois. 

22.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  TREMBLEUR  ('),  français,  Nemnich. 

Synonymes  étrangers  : 

Palomo  tremulo,  esp.  —  Shaker,  Quaker,  augl.  —  Zittertaube,  Schûttelkopt 
allemand,  Nemnich. 

23.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  PAON,  français. 

(i)  Ce  mot  est  un  anglicisme. 

(S)  En  Hollande,  ces  pigeons  sont  appelés  bagadetten,  mot  dérivé  de 
Bagdad,  nom  de  la  ville  d'où  les  marins  hollandais  les  ont  tirés. 

L"Accli7natation, 
(S)  En  wallon,  cumulet  signifie  culbute. 

(*)  Ce  pigeon  est  agité  d*un  tremblement  continuel  dans  la  tête  et  le 
cou  surtout  au  moment  des  amours. 


COLUMBA  DOMESTICA.  '129 


Synonymes  étrangers  : 

Palomo  colipaTo,  esp.  ~  Pombo  paT&o,  port.  —  Pfauentanbe,  HiUuiertaabe, 
HtUmerschwanz,  ail.  —  Paanwstaart,  hollandais. 

24.  Autre  variété  : 

LE  PIGEON  TAMBOUR  (^),  français. 

LE  TAMBOUR  GLOUGLOU,  PIGEON  GLOUGLOU,  français,  Nemnich. 

Synonymes  étrangers  : 

Plccione  tambnro,  it.  —  Palomo  arrollador,  Palomo  tambor,  esp.  —  Trommel- 
tanbe,  Glnglu,  ail.  —  Trommeldaen,  danois.  —  Trommeldufvan,  suédois. 

25.  Autre  variété  : 

PIGEON  PATTU  (*),  français. 

PiGEOM  PATOU,  Lyon,   Moiard.  —  Côte-d'Or,    communiqué  par 

M.  H.  Marlot. 
PIGEON  PATTE,  ancien  français,  Duez. 

Synonymes  étrangers  : 

Plccione  zamputa,  Plccione  di  mese,  it.,  Nemn.  —  Plccione  calzato,  it.,  Duez. 
—  Palomo  armllador,  Palomo  de  mes,  Palomo  calzado,  esp.  —  Pombo  patndo, 
Pombo  calçndo,  port.  —  Federfass,  Raubfuss,  Hosicbte  Taobe,  Mobntaube, 
Monatstanbe,  ail.  —  Rnigpoot,  holl.  —  Rongb-footed  doTe,  anglais. 

26.  On  donne  à  la  couleur  qui  présente  des  reflets  où 
Ton  voit  le  rouge  dominant,  le  jaune,  le  vert  et  le  bleu 
les  noms  suivants  : 

GOLOMBiN,  ancien  français. 

GORGE  DE  PIGEON,  français  moderne. 

Synonymes  étrangers  : 

Golombinns,  lat.  —  Golor  colombino,  Golor  palomblno,  it.  —  Taubenfturbe,  ail. 
--  Taubenbàlsig,  ail.,  Beurard.  —  Golombyn-coleor,  DalYe-coleur,  hollandais. 

27.  «  Pigeonnerie  =  baccio  lascivo.  »  Ane.  français,  Duez. 

(1)  Ce  pigeon  a  un  roucoulement  sourd  et  saccadé  qui,  de  loin,  rappelle 
le  bruit  du  tambour.  Il  est  souvent  confondu  avec  le  pigeon  pattu. 
(S)  Les  pattes  de  ce  pigeon  sont  complètement  couvertes  de  plumes. 

9 


130  COLUMBA  DOMESTIOA. 


«  Holouhkovati  =  se  béqueter,  s'embrasser  comme  les  pigeons.  » 

Tchèque,  Cihag. 

Voyez  dans  le  dictionnaire  latin  de  Freund  les  articles  :  Colutn" 
batim,  Columhulatim,  Columbor, 

Ronsard  a  dit  : 

«  Mon  plaisir  en  ce  mois,  c'est  de  voir  les  colons 
S'emboucher  bec  à  bec  de  baisers  doux  et  longs.  » 

28.  «  Avoir  toujours  pijhons  ou  œufs.  »  —  Avoir  toujours  des 
projets  prêts  à  éclore,  s'ils  n'ont  pas  éclaté. 

Ancien  français,  Ducatiana,  II,  p.  448. 

«  Havere  uova  ô  piccioni.  »  —  En  sortant  d'un  mal  rentrer  dans 
l'autre.  Italien,  Duez. 

«  Avère  uova  o  pippioni.  »  —  Si  dice  di  chi  non  è  appena  uscito 
d'un  affare,  che  gliene  sopravicne  un  altro  ;  e  si  prende  cosi  in 
buona,  corne  in  cattiva  parte  :  tolto  da'  colombi  grossi,  che  co- 
vano,  e  allievano.  Italien. 

29.  «  I  nostri  pippioni  c'  imbeceano.  »  —  Solita  risposta  de' 
vecchi  e  padri,  quasi  lamentandosi,  quand'  odono  qualche  ûglio  e 
giovane  inesperto,  che  présume  d'insegnar  loro  le  cose,  ch'  ei  non 
ha  potuto  per  anco  sperimeutare,  anche  per  lodare  i  flgli  savii, 
che  soccorrono  i  genitori  nella  vecchiaia. 

Arabe- maltais,  Vassalli. 

30.  «  C'est  un  ménage  de  pigeons,  la  femelle  vaut  mieux  que  le 
mâle.  »  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  II,  p.  36,  §  10. 

31.  «  Éloiri  (étourdi)  comme  un  jeune  pigeon.  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

32.  «  Dur  comme  un  vieux  pigeon.  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

33.  «  Il  sème  un  grain  d'orge  pour  attraper  un  pigeon.  »  — 
Faire  un  petit  sacrifice  pour  un  résultat  important.         Franc. 

«  Gittar  uaa  pallottola  per  aver  un  colombo.  »  Italien. 


COLUMBA  DOMESTICA.  131 


34.  «  Pigliar  due  colombi  a  una  f£(,va.  »  —  Paire  d'une  pierre 
deux  coups.  Tromper  deux  personnes  à  la  fois.  Italien. 

35.  «  J'ter  les  pos  avant  les  coulons.  »  —  Jeter  des  pois  devant 
les  pigeons.  Sonder  le  terrain;  propos  jetés  en  avant  et  comme  par 
hasard  pour  découvrir  la  pensée  de  la  personne  à  laquelle  on  s'a- 
dresse. RoUChi,  HÉCART. 

36.  «  Attirer  les  pigeons  au  colombier.  »  —  Attirer  les  chalands, 
les  personnes  qui  apportent  du  profit. 

Locution  française,  Leroux^  Dictionnaire  comique, 

«  Chasser  les  pigeons  du  colombier.  »  —  Éloigner  les  chalands 
par  de  mauvaises  manières.  Locution  française,  Féraud. 

«  Sviar  la  colombaia.  »  —  Môme  sens.  Italien. 

37.  «  Andar  col  cembale  in  colombaia.  »  —  Découvrir  son  secret 
mal  à  pro{R>s.  Italien,  Duez. 

38.  «  Andar  col  due  cembali  in  colombaia.  »  —  Être  double, 
avoir  deux  visages,  trancher  des  deux  côtés,  jouer  les  deux. 

Italien,  Duez. 

39.  «  On  appelle  un  niais^  un  sot  qui  se  laisse  facilement  duper, 
principalement  au  jeu,  un  pigeon  (en  français);  colombo  da  pelare 
(en  italien).  » 

«...  C'est  ce  Marquis  qui  est  si  riche.  Malepeste,  va  le  faire 
monter.  Mettons  vistement  des  fauteuils  en  place.  Cest  un  pigeon 
pattu  qu'il  faudroit  prendre  par  le  pied.  A  telle  fin  que  de  raison 
prenez  vos  airs  de  coquette,  et  me  luy  en  donnez  à  travers  de  la 
visière...  »     Le  marchand  duppé^  comédie  jouée  à  Paris  en  1688. 

«  Avère  i  colombi  in  colombaia^  vale  avère  in  sua  balia  quelle 
persone  a  cui  prima  si  tendevano  insidie.  »  Italien. 

40.  «  Il  pippione  ha  i  bordoni,  in  modo  proverbiale,  dicesi  di 
colui,  che  è  creduto  balordo,  ed  è  altrimenti.  »  Italien. 

41.  «  Colomba  che  ride,  vuol  la  fava.  »  —  Femme  qui  rit  n'est 
pas  loin  de  céder.  Proverbe  italien. 

42.  «  Ce  sont  pigeons,  les  uns  s'en  vont,  les  autres  viennent.  » 

Glossaire  de  l'ancien  théâtre  français. 


132  COLUMBA  DOMESTICA. 

«  JuDgfernherz  ein  Taubenhaus  —  fliegt  Einer  ein,  der  Andi'e 
aus  !  »  Allemand,  Mbdikus. 

«  Man  geht  hier  nicht  so  eiu  und  aus  wie  in  einem  Tau- 
benschlage.  »  Allemand,  Mbdikus. 

43.  « Au  pignon  de  la  couverture  faites -y  la   figure  d'un 

pigeon,    de  poterie    ou    de   piastre    pour  attirer    les    fuyards    à 
y  venir »  La  Maison  rustique^  XVI»  siècle. 

«  Colombo  di  gesso,  dicesi  una  figura  di  Colombo^  che  si  mette 
fuori  dcllo  colonibaie,  per  attirare  i  colombi  ;  e  perché  non  si 
muove,  dicesi  figurât,  colombo  di  gcsso  a  colui,  che  è  asso  fermo 
in  qualclic  cunversazione,  o  che  sta  li  senza  parlare.  »     Italien. 

«  Colombo  di  gesso.  »  —  Pigeon  de  piastre  ;  se  dit  d'im  qui  se 
met  auprès  du  feu  et  ne  fait  place  à  personne.      Italien,  DuBZ. 

44.  On  dit  qu'un  homme  est  logé  comme  les  pigeons,  quand  il 
demeure  au  plus  haut  étage  du  logis.  » 

Leroux,  Dictionnaire  comique, 

45.  « Le   père  Francelin  est    fier  comme  un  pigeonnier  de 

château » 

Ch.  d'Héricault,  Vn  paysan  de  Vancien  régime, 

46.  •«  Egli  ha  fatto  come  i  colombi  del  Rimbussato.  »  —  Il  a 
fait  comme  les  pigeons  de  Rimbussato,  c'est-à-dire  il  a  oublié  son 
chemin,  il  n'est  pas  revenu  au  logis.  Italien,  Duez. 

47.  «  Tu  tiri  a  tuoi  colombi.  »  —  Tu  tires  à  tes  pigeons,  c'est- 
à-dire  tu  te  procures  du  mal  à  toi  mesme,  tu  te  ù*appes  toy 
mesme.  Italien,  Duez. 

48.  «  \Mss  qu'  i  gn'  a  des  colons,  les  colons  volet.  » 

Wallon. 

«  Wo  Tauben  sind,  da  fliegen  Tauben  zu.  »  —  L'eau  va  toi^ours  à 
la  rivière.  L'argent  attire  l'argent  comme  le  pigeon  attire  les  au- 
tres pigeons.  Qui  chapon  mange,  chapon  lui  vient.      Allemand. 

«  Daar  duiven  zijn,  daar  vliegeu  duiven  toe.  »         Hollandais. 
«  Der  dufvor  finnas,  flyga  dufvor  till.  »  Suédois. 


COLUMBA   DOMESTICA.  138 


49.  «  Essere  corne  passore  e  colombi,  vale  essere  in  concordia, 
amarsi  scambievolmente.  »  ^  Italien. 

50.  «  Hvor  der  findes  Duer,  findes  ogsaa  Hoge.  »  —  Où  il  y  a 
des  pigeons  il  y  a  des  éperviers.  Proverbe  danois. 

51.  Fliegt  die  Taube  zu  weit  in  's  Feld  —  sie  doch  zuletzt  der 
Hablcht  behàlt.  »  Prusse,  Frischbier. 

«  Ogni  Colombo  che  non  ha  astuzia  lo  consumera  Tavoltoio.  » 

Arabe-maltais,  Vassalli. 

52.  «  Quatre-vingt-dix-neuf  pigeons  et  un  Normand  font  cent 
voleurs.  »  C^nel,  Sobriquets, 

53.  «  Il  ne  faut  pas  laisser  de  semer  pour  la  crainte  des  pi- 
geons. »  —  Il  ne  faut  pas  laisser  de  faire  une  affaire  avantageuse, 
pour  quelque  petit  inconvénient  qui  s'y  trouve. 

Lkroux,  Dictionnaire  comique* 

54.  «  Qui  veut  tenir  nette  sa  maison^  n'y  mette  ni  femme,  ni 
prêtre,  ni  pigeon.  »  Proverbe  français. 

«  Pour  faire  s'mason  note  —  i  n'  faut  ni  coulon  ni  nonéte.  » 

Rouchi,  Hecart. 

«  Qui  veut  tenir  nette  maison  —  ne  loge  prestre,  pigeon  n'oison.  » 

Noël  du  Fail,  édition  Assézat,  II,  140. 

«  Chi  vuol  la  casa  monda  —  non  tenga  mai  colomba.  » 

Italien. 

«  I  putei  e  i  colombi  sporca  le  case.  »  Vénitien. 

«  Hast  du  gern  ein  sauber  Haus  —  lass  Pfaffen,  Mônch  und  Tau- 
ben  dVaus.  »  Allemand. 

«  Wie  zijn   huis  zuiver  wi\   houden,   zette  daar  geen   paap   of 
duif  in.  »  Hollandais. 

«  Hvo  der  vil   hâve  et  pynteligt  Huus,  skal  ikke  lade  Klerke  og 
Duer  komme  deri.  »  Danois. 

55.  «  Wer  sein  Geld  will  âiegen  sehen,  musz  sich  Tauben 
halten.  »  Proverbe  allemand. 


134  COLUMBA  DOMëSTICâ. 


56.  «  Feinnets^  moines  et  piDdzons  —  net  savont  pas  iau  y 
vont.  »  —  Femmes,  moines  et  pigeons  ne  savent  pas  où  ils  vont. 

Tarentaise,  Pont. 

57.  «  Il  n'est  vol  que  de  pigeons.  » 

Proverbe  français,  Leroux  de  Lincy. 

58.  «  Tremare  i  pippioni  ad  alcuno,  vale  Aver  gran  paura  ;  modo 
basso.  »  Italien. 

59.  «  Avoir  un  gésier  de  pigeon.  »  —  Se  dit  de  celui  qui  n'est 
Jams^fs  rassasié.  Bretagne,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

«  The  pigeon  bolts  its  food  in  large  lumps  ;  the  duck  gobbles 
up  mud.  »  —  Applied  to  a  gready  fellow. 

Nouvelle-Zélande,  Orey. 

«  The  greedy  pigeon  bolts  its  food,  the  parrot  eats  bit  by  bit.  » 

Nouvelle-Zélande,  Grey. 

60.  «  Silent  as  a  pigeon  in  his  own  village  ;  noisy  as  a  kaka 
when  lie  travels.  »  — You  don't  give  the  cry  of  welcome,  and  food  to 
travellers  when  at  home  ;  but  find  fault  enough  w^ith  the  food  given 
to  you  when  you  travel.  Nouvelle-Zélande,  Grey. 


IL 


1.   «  L'aigle  n'engendre  pas  la  colombe.  »  Français. 

«  L'on  ne  peut  faire  d'un  colomh    un   espervier.  » 

Ancien  français. 

«  D'aquila  non  nasce  colomba.  »  Italien,  Pescetti. 

«  Eine  Taube  heckt  keinen  Adler.  »  Allemand. 

«  Adler  briiten  keine  Tauben.  »  Allemand. 

«  Keine  Taube  heckt  einen  Sperber.  »  Allemand. 

«  Keine  Elster  heckt  eine  Taube.  »  Allemand. 

«  Dohlen  hecken  keine  Tauben.  »  Allemand. 

«  Een  arend  brengt  geene  duiven  voort.  »  Hollandais. 


COLUMBA  DOMESTICA.  135 


.  «  Der  kommer  inte  due-unga  â    ramna-âgg.  »  —  D'un  œuf  de 
corbeau  ne  peut  sortir  un  pigeon.      Skanie  (Suède),  Reinsberg. 

«  Man  kan  van  eene  duîf  geen  sperwer  maken.  »    Hollandais. 

2.  «  A  coulombs  saouls,  cerises  sont  amères.  » 

Ancien  français,  Nucêrin. 

«  A  columbes  saoulés  cerises  sont  amères.  » 

Ancien  français. 

«  Lorsque  les  pigeons  sont  soûls  de  pois  ils  trouvent  la  vesce 
amère.  »  Français. 

«  Quand  le  pigheon  est  soft  i  trouve  la  garobe  (la  vesce)  amère.  » 

Saintonge,  Jônain. 

«  A  Colombo  pasciuto  la  veccia  par  amara.  »  Italien. 

«  Colombo  pasciuto,  ciliegia  amara.  »  Italien. 

«  Full  pigeons  find  cherries  bitter.  »  Anglais. 

3.  «  Es  fliegen  einem  keine  gebratenen  Tauben  ins  Maul.  » 

Allemand. 

Cf.  Faune  populaire,  II,  p.  341,  §  10. 

4.  «  Eine  gebratene  Taube  wird  nicht  herfliegen.  » 

Lithuanien,  Schlkicher. 

5.  Wer  sich  zur  Taube  macht,  den  fressen  die  Falken.  » 

Allemand. 

6.  «  Een  blinde  duif  vindt  wel  eens  eene  boon.  »  HoU. 
Cf.  ci -dessus,  p.  77,  §  15. 

7.  «  Fins  los   coloms  tenen  fel.  »  —  Les  pigeons  ont  aussi  leur 
colère.  Catalan  moderne. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  III,  p.  279,  §  13. 

8.  «  Ne  vous  dérangez  pas,  monsieur  !  comme  disait  le  vautour 
au  pigeon  en  le  plumant.  » 

Locution  facétieuse  hollandaise,  Van  Lbnnep,  Aventures  de 
F.  Huyck  (traduction),  II,  166. 


135  COLUMBA  DOXESTICA. 


d'  «  La  rensnre  toarmeiite  lea  pigeons  laissant  les  corbeaux  li- 
bres, »  Proverbe  français,  Cotskayc 

Cf.  «  The    larks    mined    cbe  country,   and  the   crowa  were  blamed 
for  it.  1*.  ^  Bannn,  TluMrbam. 

10*  «  Ah  !  eoold  I  bat  change  myself  into  a  pigeon,  as  Rapo  did, 
I  might  escape.  »  Noarelle-Zâande,  Gket. 

11.  «  In  der  Angst  ihres  Herzens  spricht  die  Tanbe  znm  Ge- 
liebten  :  «  Oatte  !  die  Todesstnnde  ist  jetzt  gekommen  :  imten  steht 
ein  Jâger  mit  Bogen  ond  gesch&rftem  Pfeil  in  der  Hand,  hi^ 
kreiat  ein  Falke.  »  So  war  es  ;  da  bîss  aber  ein  Schlange  den  Jâger 
ond  dieser  traf  den  Falken  mit  seinem  Geschosse;  da  gingen  beide 
raseh  zn  Jamais  Wohnong  :  wnnderbar  ist  des  Schicksals  Gang.  » 

Sanscrit,  BoKHruNGK. 

12.  «  Allerlei  Frennde  scll  man  sich  Terschaffèn  ond  zn  Hnnder- 
ten  :  sieh,  Taaben  wnrden  dnrch  ein  Màaschen,  ihren  Freund,  von 
ihren  Fessein  befreit.  »  Sanscrit,  Bœhtlutgr. 

13.  Sar  les  pigeons  qui  sont  sur  le  point  de  manger  da  riz  ré- 
pandu dans  une  forêt  inhabitée,  et  sur  leur  chef  soupçonnant  un 
piège  et  leur  conseillant  de  s'abstenir  de  le  ramasser,  voyez  Lan- 
cereau,  Hitopadéça,  2»  édit,  1882,  p.  16. 

14.  «  On  raconte  qu'un  pigeon  à  qui  un  ennemi  vint  demander 
protection  Thonora  comme  il  convient  et  Tinvita  à  manger  sa 
chair.  » 

Voyez  ce  conte  dans  Lancereau,  Pantchatantra,  p.  235. 

15.  «  Le  pigeon  de  la  bête  est  là  ;  c'est  le  pigeon  de  la  bête,  »  — 
Les  peuples  de  la  Sénégambie  se  servent  de  cette  expression  pour 
faire  cesser  une  conversation  dans  laquelle  on  parle  d'une  personne 
absente,  quant  tout  à  coup  il  survient  quelqu'un  qui  pourrait  rap- 
porter à  la  personne  dont  on  parle  ce  qui  aurait  été  dit  d'elle.  —  Ce 
proverbe  prouve  que  les  Nègres  savent  qu'autrefois  les  pigeons 
portaient  les  nouvelles. 

Wolof,  Dard,  Grammaire  woïofe,  p.  138. 

16.  «  La  voix  du  pigeon  qui  est  à  la  broche  n'est  pas  semblable 
à  celle  de  celui  qui  est  sur  l'arbre.  »        Proverbe  wolof,  Dard. 


COLUMBA   DOMESTICA.  137 


17.  On  croit  généralement  que  le  pigeon  n'a  pas  de  fiel.  Cette 
croyance  doit  venir  de  ce  qu'on  a  dit  à  Torigine  que  cet  oiseau 
(symbole  de  la  douceur)  n'avait  pas  de  colère,  de  rancune,  de  fiel. 
On  aura  pris  à  la  lettre  ce  qui  n'était  d'abord  qu'une  manière  de 
parler  figurée. 

« Je  n*ai   pas    pus  de  fiel,  moi,  au  sujet  de  ma  veste,  qu'un 

pigeon,  pourvu  que  j'en  aye  une  meyeure,  c'est  tout  d'même.  » 

DoRViGNY,  Janot  chez  le  dégraisseur  (comédie  du  XVIII*  siècle.) 

18.  «  Est-il  vray  que  pour  avoir  mangé  des  pigeons  on  parle 
gros  ?  »  Laurent  Joubert,  1600. 

19.  «  In  many  countries  the  pigeons  are  called  AllaKs  PrO' 
claimers  because  their  movement  when  cooing  resembles  inclina- 
tion. »       Pays  musulmans,  R.  Burton,  A  pilgrimage  to  Mecca, 

20.  «  Quand  une  fouine  est  entrée  dans  un  colombier,  les  pigeons 
l'abandonnent.  Pour  les  faire  revenir  on  y  suspend  un  renard  mort.» 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Mârlot. 

21.  «La  plume  de  pigeon  ne  doit  pas  être  mise  dans  lés  lits, 
autrement  les  personnes  qui  y  coucheraient  deviendraient  poitri- 
naires. »  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

22.  «  Un  moribond  couché  sur  de  la  plume  de  pigeon,  râle 
indéfiniment  sans  pouvoir  mourir.  » 

Poitou,  L.  Dksaivre,  Croyances ^  etc. 

«  If  the  feathers  of  game  birds  or  of  pigeons,  are  mixed  up  with 
the  other  feathers  of  the  bed  on  which  a  dying  person  lies,  they 
are  supposed  to  prolong  the  death  struggle.  » 

West-Sussex,  M"  Latham. 

«  Another  préjudice,  indulged  in  even  by  our  goodwives  is  that 
of  destroying  the  feathers  of  the  pigeon,  instead  of  saving  them  to 
stufîbeds,  etc.  —  They  say,  that  if  they  were  to  do  so,  it  would 
only  prolong  the  sufferings  of  the  deathbed  ;  and  when  thèse  are 
more  than  usually  severe,  it  is  attributed  to  this  cause  ;  and  the 
reason  given,  <  because  the  bird  has  no  gall  »  is  to  them  quite  con- 
clusive,  but  to  me  perfectly  irrelevant  and  unsatisfactory.  » 

Farmer,  Mag.  of  Natural  History,  1832,  p.  210. 


188  MBLEAGRIS  OALLO-PAVO. 


«  Pigeon*»  feathers  when  stuffed  into  the  pillow  or  mattress  are 
thought  to  prolong  the  death  struggle.  » 

SuFFOLK,  Folk  Lore  Record;  1880,  p.  127. 

Cf.  »  Auf  Betten   von   HQhnerfedern  kann  man  nicht  sterben.  Darum 
wlrd  der  Sterbende  auf  Stroh  gelegt.  »  —  Superst.  masure,  Tœppen. 

Voyez  encore  Faune  populaire^  II,  p.  337,  §1;  GÏyde,  Norfolk 
Oarland,  p.  27;  Hardwick's  Science  Gossip,  III,  177. 

23.  «  II  y  en  a  qui  ne  redoutent  ni  la  fièvre  maligne,  ni  la  jau- 
nisse, si  dans  le  premier  cas  on  leur  applique  un  pigeon  fendu  en 
deux  sous  la  plante  des  pieds,  et,  dans  Tautre,  une  tanche  ouverte 
sur  la  poitrine;  et  quand,  au  bout  do  24  heures,  la  chair  et  le  pois- 
son auront  contracté  une  odeur  fétide  et  insupportable  (ce  qui  na- 
turellcnient  doit  avoir  lieu),  c'est,  vous  dira-t-on,  parce  qu'ils  ont 
attiré  toute  la  malignité  de  la  maladie,  qui  dès  lors  n'est  plus  à 
craindre.  »  Roqveroy,  Le  petit  marchan^t  forain^  p.  174. 

24.  «Un  crapaud  ou  un  jeune  pigeon  placé  sur  la  tête  d'un  mou- 
laut  attire  k  lui  et  boit  tout  le  mal,  comme  une  victime  expia- 
toire. »  Lucas  de  Montigny,  Récits  variés,  p.  51. 

25.  Tout  le  monde  connaît  le  jeu  de  pigeon-voie.  Ce  jeu  est 
appelé  p)vol  (la  pie  vole)  dans  le  Bessin  ( Joret)  ;  et  pigeonnet  dans 
le  contre  de  h\  France  (Jaubert).  En  Prusse,  le  même  jeu  existe  avec 
la  foruuile  :  Ailes  œas  F.djrn  hat  fliegthoch  I  (Frischbier). 

20.  Sur  ditfôronts  points  de  mythologie  relative  au  pigeon  voyez 
Félix  Bogaorts,  Histoire  civiL'  et  religieuse  de  la  colombe.  Anvers, 
in-8.  1S47. 


MELEAGRIS  ("^ALLO-PAVO.  —  LE  DINDON  (•)• 


I. 


1,  D'uno  manière  générale  cet  oiseau  est  appelé  : 

iUNi>s«  m,  ft^n^.  (terme  culiu.), — Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 
v^>  l.^  diu^ioa  ii«$t  originaire  d'Amérique  où  il  se  trouve  à  l'état  sau- 
*  L*«|M>q«ft  iNnècis*  de  l'importatloii   en   Europe  de   om   uùle  oiseau 


MELEAGRIS  GALLO-PAVO.  189 


DINDON,  m.  français. 

DiNDOT,  m.  Pays  de  Bray,  Decorde. 

DiNOT,  m,  picard,  Corblet. 

CODIN,  m,  rouchi,  Hécart.  —  picard,  Corblet. 

est  mal  connue  ;  et  par  un  préjugé  dénué  de  fondement,  on  Ta  attribué 
aux  Jésuites,  d'où  Téquivoque  grossière  entre  le  nom  du  Dindon  et  celui 
des  disciples  de  Loyola.  Il  est  dit  dans  la  British  Zoology,  p.  S7,  que 
les  dindons  furent  introduits  en  Angleterre  en  1524,  et  qu'ils  venaient 
d*£spagne,  où  on  les  avait  reçus  du  Mexique  ou  du  Yucatan.  Le  fait  est 
que  c'est  Oviédo  qui  en  parla  le  premier,  et  le  décrivit,  en  1525,  dans 
son  Histoire  des  Indes  ;  mais  on  ne  dit  pas  qui  les  apporta  en  Espagne. 
On  fait  remonter  leur  introduction  en  France  au  règne  de  François  I", 
c'est-à-dire  au  commencement  du  XVI«  siècle  ;  cependant,  Andersen 
(Dict.  de  comm.^  t.  I,  p.  410)  dit  que  le  premier  dindon  qui  fut  mangé 
dans  notre  pays  parut  aux  noces  de  Charles  IX,  eu  1570.  D'après 
Champier  (De  re  cibaria),  c'est  vers  le  milieu  du  XV«  siècle  que  les 
dindons  ont  été  apportés  en  France,  et  ils  étaient  encore  fort  rares  sous 
le  règne  de  Henri  IV.  Le  nom  de  Gallo-Pavo  donné  au  dindon  et  l'in- 
certitude du  lieu  de  provenance  de  cet  oiseau  l'ont  fait  regarder  par 
quelques  auteurs  comme  le  métis  du  Paon  et  du  Coq  ;  et  à,  l'époque  où 
Buffon  écrivit  son  Histoire  des  Oiseaux,  il  attaqua  sérieusement 
l'opinion  ayant  cours,  et  qui  déniait  au  dindon  son  origine  américaine. 

L'auteur  de  l'article  Dindon,  considéré  sous  le  rapport  de  l'économie 
rurale,  dans  le  Dictionnaire  pittoresque,  dit  que  cet  oiseau  existe  en 
France  depuis  1518  ou  1520  ;  que  les  premiers  furent  élevés  dans  les 
environs  de  Bourges,  et  que  c'est  de  ce  foyer  qu'un  siècle  plus  tard  ils  se 
répandirent  sur  toute  la  France.  ♦» 

Gérard,  Notice  sur  les  dindons.  Paris,  1844. 

«  On  attribue  l'introduction  du  dindon  à  Jacques  Cœur  (Legrand,  Vie 
privée  des  François,  édit.  nouvelle  de  M.  Roquefort,  I,  358),  au  bon  roi 
René  (Bouche,  Hist.  de  Provence,  II,  478).  Cependant,  Aldrovande 
{Ornithol.  XIV)  le  décrit  comme  un  oiseau  rare,  et  Champier  (De  re 
cibaria,  XV,  LXXXII,  p.  831)  en  parle  comme  d'un  mets  nouvellement 
introduit.  Il  fallait  qu'il  fût  encore  rare  au  temps  de  Charles  IX,  puis- 
qu'en  1566  les  habitants  d'Amiens  lui  en  offrirent  douze  en  présent  (Daire, 
Hist.  d'Amiens,  I,  90),  et  qu'enfin  Linocier  (Traité  des  plantes  et  des 
animaux^  1619)  dit  que  c'est  un  manger  digne  d'un  seigneur.  On  ne  peut 
donc  croire,  qu'il  a  été  introduit  en  Europe  par  les  Jésuites.  Ces  pères 
ont  bien  pu  en  élever  de  grands  troupeaux,  mais  on  ne  leur  en  doit  pas 
la  connoissance.  Il  paroît  que  c'est  seulement  depuis  1630  que  l'usage  en 
est  devenu  commun.  f> 

A.  L.  Millin,  Les  Martinales.  Paris,  1815,  in-8,  p.  31. 

Sur  le  pays  d'origine  du  dindon,  voyez  encore  U Intermédiaire,  III, 
pp.  203,  312,  506  ;  IV,  pp.  242,  298  ;  V,  pp.  10,  129,  186,  478, 641. 


140  MBLBAGRIS  GALLO-PAVO. 

CODINOT,  CODIONEU,  PoDRDBNB&u,  m.  picard,  Corblet. 

COPIN,  m.  normand,  Delboulle.  —  Pays  de  Bray,  Decorde. 

PouiLL,  m.  BayoQDe,  Lagravère. 

POULOY,  m.  Landes,  de  Mâtivier.  —  Bagne res-de-Bigorre,  corn. 

par  M.  A.  Cazee. 
ROMAN  DJA,  m.  B&D  de  la  Roche,  Oberlin. 
pouBROT,  m.  Bagaërea-de-Bigorfe,  com.  par  M.  A.  Cazss. 
PBBOT.  m.  Poitou,  Rousseau. 

pnoT,  m.  [ndre-et-Loire,  de  Croy.  —  Saiutoage,  Jônain. 
PIOT,  Lauragais,  com.  par  M.  F.  Fagot.  —  Castres,  Couzinié.  — 

Aveyron,  Vayssier.  —  Béziers. 
PUOT,  «1,  Aveyron,  Vayssier.  ' 

BiBi,  m.  Centre,  Jaub6i*t. 
JËsutTE,  m.  français  (terme  facétieux). 
ORNIE  DE  BALLE,  f,  argot. 
ptQUs  EN  TBHHB,  m,  argot,  Leclair. 
iHDiolLuA,  basque,  Pabre. 

Synonymes  étrangers  : 

Polio  d'Indla,  Fdlld  dlndo,  GUlIn&ccio,  Taceblno,  ital.  —  Follia,  milanais, 
Baufi.  —  Poli,  Brescia,  MeLch.  —  Ftta,  piémontais.  --  Fil,  Parme,  Mal.  — 
Tâpl,  araot  de  Val  Soaaa,  Nigra,  —  TlgnùB,  Parme,  Mal.  —  PaTO,  esp.  — 
.  6all  dindl,  Indlot,  calalan.  -^  lurkey,  augl.  —  Aldenjun,  argot  angl.,  J.  C. 
H.—  IndlanlsDhes  Halin,  Welsches  Halin,  K&lekuUsches  Bnlm,  Fat«rhuhn,  Pater, 
ail.  '~  enUl,  Mulhouse,  uallfus,  ~  K&lkoen,  K&lkoensche  bilan,  holl.  ~ 
Kalknn,  danois,  -^  Salkon,  suédois.  —  Curcin,  Curcolu,  Corcodan,  roumain. 
Cillai;.  —  Koupxsivoç,  Koupxoç,  Koupxaç,  grec  mod.,  Cihac.  ~  Snrklnaa, 
littiuanien.  —  tnndc,  croate,  serbe.  —  Oarqan,  Hind  ttaaTongban,  Hecer 
tlUlTaaglioB,  turc.  —  Gurgar  'anko.  Tamis  'anko  {aolio  =  poule),  avare, 
Sclilefner.  -  Ilt-Hurgh,  Fil-Horgh,  persan,  Johnson.  —  Wrlzk-a  Hrsrl, 
(c'asl-k-dire  poule  d'Egypte),  kurde,  Justi. 

2.  Noms  du  mule  : 

COQ  d'inde,  m.  (prononcez  co  d'Indu),  français. 

POULET  d'inde,  w.  français  (mot  peu  employé  aujourd'hui), 

co  d'inné,  m.  Pays  de  Bray,  Decorde. 

GODiNtjIiK,  m.  Liiirot,  com.  par  M.  L.  Malou. 

I,  recueilli  personnelle  m  ont. 
jbBl,  C0L1B1,  m.  Centre,  Jaubert. 

poQymes_étraagers  : 

0,   BlrlblD,   BlblB,    piémoptais,  Zalli.  — 


MELEAGRIS  GALLO-PAVO.  141 


Habber-Jock,  Banffshire  (Ecosse),  Gregor.  —  Babbly-Jock,  écossais.  —  6aa- 
derbabn,  ail.*  Grimm.  —  Gander,  tyrolien,  Grimm.  —  Kutter,  Souabe, 
Grimm. 

3.  Noms;  de  la  femelle  : 

DiNDE^  POULE  DINDE,  f»  français. 

DiNDÂ,  /",  Menton,  Andrews. 

DINDO,  f.  Béarn.  — Limousin. 

MÈRE  DINDE,  f.  Centre,  Jaubert. 

pouLDAiNGNE,  f,  picard,  Vastrologue  picard  pour  1849. 

DINE,  f.  Gâtinais,  com.  par  M.  L.  Maloa.  —  Pays  messin. 

BINE,  f.  BiNOCHE,  f.  Centre,  Jaubert. 

COPAINE,  /*.  normand,  Delboulle. 

ROMANE  HHLiNE,  f.  Ban  de  la  Roche,  Oberlin. 

POULOYE,  f.  Landes,  de  Métivier. 

PEROTTE,  f.  Poitou,  Rousseau. 

pROTE,  f.  Saintonge,  Jônain. 

PIOTO,  /".  Aveyron,  Vayssier.  —  Bas  Quercy,  com.  par   M.  J. 

Daymard.  —  Castres,  Couzinié.  —  Lauragais,  com.  par 

M.  P.  Fagot. 
PUOTO,  f.  Aveyrou,  Vayssier. 

Synonymes  étrangers  : 

Taccblna,  it.  —  Pita,  Bibina,  Piémont,  Zaili.  --  Pullie-Hen,  Banffshire 
(Ecosse),  Gregor.  —  Tmthenne,  ail.—  Curca,  Gorcodina,  roumain,  Cihac  — 
Koupxa,  grec  mod.  —  éura,  croate,  serbe. 

4.  Noms  du  jeune  dindon  : 

DiNDOU,  m.  Corrèze,  comm.  par  M.  G,  de  Lépinay. 

DINDONNEAU,  m,  français. 

PiOTOU,  PUOTOU,  m.  Aveyron,  Vayssier. 

piouTou,  m.  Bas  Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

BINON,'  m.  Centre,  Jaubert. 

Synonyme  étranger  : 

Dindôt,  Piémont,  Zalli. 


5.  La  couvée  d'une  dinde  est  appelée  : 
piouTADO,  f.  Castres^  Couzinié. 


142  BiELEAGRIS  GALLO-PAYO. 


6.  Un  troupeau  de  dindons  est  appelé  : 

PUOTADO,  PIOTADO,  /.  Aveyron,  Vayssier. 

7.  On  donne  à  la  personne  chargée   de  garder  les 
dindons  dans  les  champs  les  noms  suivants  : 

DiNDONNiEB,  m.  DJNDONNiÈRÈ,  /.  français. 

PUOTIÈ,  PiOTiè,  m.  PUOTiBYRO,  PiOTiEYRO,  f,  Aveyron,  Vayssier. 

PIOUTIÉ,  m.  piouTÈRO,  /.  Bas  Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

PIOUTAYRE,  m.  piouTAYRO,  /.  Castres,  Couzinié. 

GOPiNiER,  m.  Pays  de  Bray,  Decorde. 

8.  Le  marchand  de  dindons  est  appelé  : 

PIOTATRE,  PUOTAYRB,  PIOUTAYRE,  m.  Aveyron,  Vayssier. 

9.  Les  maladies  auxquelles   sont  sujets    les  dindons    sont  :    Le 

rouge ^  la  petite  vérole,    la    maladie  du  croupion,    la    toux^    la 
goutte,  la  roupie^  la  vermine  et  la  mue. 

Gérard  (Notice  sur  les  dindons.  Paris,  1844)  dit  qu'ils  sont  sigets 
à  une  éruption  particulière  qu'on  appelle  la  dindonnade. 

10.  «  Quand  les  petits   dindons   commencent    à   hérisser   leurs 

plumes  on  dit  quHls  font  leurs  robes  de  cham.hre,  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

11.  Interprétation  du  cri  du  dindon  : 

GOUKLOU  !  GOURLOU  I  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

Synonyme  étranger  : 

Glu  !  61a  I  Rovigno.  A.  Ive.  p.  281. 

12.  Du  dindon  qui  glousse  on  dit  : 

GLOUSSER,  français. 

GLOUQUEK,  Centre,  Jaubei*t. 

CRÔQUEU,  Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

GOURDOUNA,  Bas  Quorcy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

Synonymes  étrangers  : 

Grogliare»  it.,  Duez.  —  KoUem,  ail.  —  Kandem,  bavarois. 


MELBAGRIS  GALLO-PAVO.  143 


Du  dindon  qui  criaille  on  dit  quHl  pianne  (normand,  DelbouUe). 

13.  Comment  on  parle  aux  dindons  pour  les  faire  venir 
près  de  soi  : 

PICOT  I  PICOT  I  Guernesey,  Métivier. 

PicouTi  !   PiGOUTi  I  Piou  !    Piou  I   Bas  Quercy,  com.  par  M.  J. 

Daymard. 
o  pico  !  o  Pico  I  Ti  I  Ti  I    Ti  I   Bas   i^uercy,    comm.    par   M.   J. 

Daymard. 
PINOS  I  PiNOS  !  PiNOS  !  Pays  de  Bray,  Decorde. 
Bi  BITTE  !  Bi  BITTE  I  Allier,  com.  par  M.  E.  Olivier. 

Synonyme  étranger  : 

Put  !  Put  t  allemand. 

14.  «  Dans  le  Pays   messin,    on  conduit   les   dindons    dans  les 

champs  et  on   leur  crie  à  chaque  instant  :    Dine,  Dinatte,    Bine  ! 
afin  qu'ils  ne  s'écartent  pas.  »  Recueilli  personnellement. 

15.  Du  coq  d'Inde  qui  près  d'une  femelle  se  rengorge 
et  piaffe  avec  ostentation  en  expulsant  avec  force  Tair  de 
ses  poumons,  ce  qui  produit  un  bruit  sourd,  on  dit  : 

FA  LA  RODO,  Bas  Qiiercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 
FAIRE  LA  REUË,  Côtc-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

Quand  il  est   dans    cet  état   on   l'appelle   copin   guerdouUleux^ 
(normand,  DelbouUe). 

* 

16.  «  Perotier  =  aller  au  mâle  en  parlant  de  la  femelle.  > 

Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

17.  «  Rouge  comme  un  bibi.  »  Centre,  Jaubert. 

«  Python,  Thorreur  de  la  nature, 
Vilain  serpent  au  ventre  vert 
Dont  le  dos  d'écaillés  couvert 
Et  la  trogne  faite  en  coq  d*Inde 
Auroit  fait  peur  à  Vuitikinde.  » 

L.  RiCHER,  VOvide  bouffon,  1662,  p.  51. 

18.  «  Yvre  comme  un  dindon.  » 

Théâtre  des  Boulevards,  1756,  t.  III,  p.  161. 


144  MELEAGRIS  GALLO-PAVO. 


«  Pita  au  figuré  a  le  sens  de  hriachexza,  » 

Parme,  Malaspina. 

19.  «  Orgueilleux  comme  un  dindon.  »  Français. 

«  Faire  son  perot.  »  —  Être  prétentieux. 

Deux-Sôvres,  communiqué  par  M.  B.  Souche. 

«  Far  el   pit.  »  —   Pavoneggiare,    sgallettare,   far  il   belle  o  il 
saputo.  Parme,  Malaspina. 

20.  «  Se  mettre  en  colère  comme  un  dindon.  »  —  «  Vexé  comme 
un  dindon.  »  Locutions  françaises. 

21.  «  Bête  comme  un  dindon,   comme  une  dinde.  »  »-  Être  le 
dindon  de  la  farce.  »   —  «  Être  le  dindon.  »  —  <  C'est  un  dindon.  » 

Locutions  françaises. 

«  Habillé  de  dinde.  »  —  Sot,  niais.  Centre,  Jaubert. 

«  Sios  un  piot.  »  —  Tu  es  un  niais.  Castres,  Couzinuê. 

«  Copin  =  imbécille.  »  Normand,  Dblboulle. 

«  Bibi  =  imbécille,  benêt.  »  Centre,  Jaubert. 

«  ...  LeChourineur  sera  assez  coq  d'Inde  pour  se  figurer...  » 

EuG.  Sue,  Les  Mystères  de  Paris, 

«  Pito  =:  sot,  ignorant  ;  pita,  bibina  =  sotte,  niaise.  » 

Piémont,  Zalu. 

«  Habber-jock  (dindon  mâle)  =  a  big,  stupid  person  who  speaks 
thickly.  »  Banffshire  (Ecosse),  Greggr. 

22.  «  Parer   un  pit  ch'   salta   l'uva.  »  —  Essere  destro  corne  un 
cassapanco.  Essere  pesante,  lento.  Parme,  Malaspina. 

23.  «  Bon  a  fè  la  barba  ai  pito.  »  —  Dicesi  di  barbiere  che  fa 
maie  la  barba.  Piémont,  Zalu. 

24.  «  ...  Andava  di  portante  come  un  gallo  d'India...  »  —  Il  alloit 
Pemble  comme  un  coq  d'Inde.  ■ 

Italien,  Iulliani,  Les  Heures  de  récréation,  1659,  p.  96  1 

(à  la  suite  des  Proverbes). 


MELEAGRIS  GALLO-PAVO.  145 


«  Faites  donc  pas  comm^  ça  !  ça  gâte  le  visage. 
Jérusalem  !  saint  Jean  !  mon  doux  Sauveur  I 
Qu'il  est  dégourdi  pour  son  âge  ! 
Trois  poulets  d^Inde  et  pis  Monsieur 
Fer  oient  un  fringant  attelage  I  » 

Vadé,  Bouquets  poissards. 

Je  crois  que  c'est  le  lieu  de  rappeler  que  dans  l'armée 
on  appelle  facétieusement  poulet  d'Inde  un  cheval. 

25.  «  Gourmand  comme  un  dindon.  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

• 

26.  4c  On  appeUe  puoténc,  pioténc  celui  qui  n'y  voit  pas  le  soir, 
comme  les  dindons.  »  Aveyron,  Vayssier. 

27.  «  Écarcaiiler  les  ails  queme  ine  bine  (dinde)  qui  pond  à 
l'ombre.  »  Poitou,  L.  Desaivrk,  Les  Croyances. 

2S,  Au  dernier  siècle  on  disait  d'une  personne  retirée  à  la 
campagne  pour  refaire  sa  fortune,  qu'elle  gardait  les  dindons. 
Aujourd'hui  on  emploie  de  préférence  l'expression  :  planter  ses 
choux. 

29.  «  Der  Meister  iszt  liber  die  Henné,  der  Geselle  macht  sich 
uber  das  Truthuhn.  »  Lithuanien,  Sghleicher. 

30.  «  Soffiare  il  naso  ai  gallinacci.  »  —  N'être  bon  à  rien. 

Italien. 

II. 

1.  «  Pour  que  des  œufs  de  dinde,  que  l'on  a  mis  à  couver,  il  ne 
sorte  que  des  mâles,  on  danse  le  dimanche  des  Brandons  autour 
d'un  feu  allumé  dans  les  champs  en  chantant  :  tous  cos,  tous  cos 
(tous  coqs.)  »  Gâtinais,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

2.  «  A  Laminne  (pays  de  Liège)  on  implore  saint  Bernard  pour 
la  réussite  des  poules,  des  dindons  et  de  leurs  couvées.  » 

A.  HocR,  t.  III,  p.  119. 

-    10 


146  NUMIDA  MELEAGRIS. 


3.  «  Le  coq  d^lDdc  se  met  en  colère  quand  on  rappelle  Jésuite  (i)» 

«  Zum  Indian  (Truthahn)  sagen  die  Kinder  : 
Roth  und  blau  is  ned  schôn,  pfui,  pfui,  pfui  !  schneuz  da  !  » 

^  Basse- Autriche,  Blaas. 

Cf.  P.  Sébillot,  Traditions^  1882,  vol.  II,  p.  140. 

4.  «  Grèce  y  mengua  y  no  es  la  mar, 

Tiene  corona  y  no  es  rey, 

Tiene  barbas  y  no  es  capuchino, 

Tiene  cascabeles  y  no  es  perro  chino.  »  —  Pavo. 

Devinette  espagnole,  Demofilo. 

5.  «  Tambour  dansé  dans  milié  so  la  cour.  »  —  Un  tambour  danse 
au  milieu  de  la  cour.  —  Un  dindon. 

Devinette  de  l'île  Maurice,  Baissac. 


NUMIDA  MELEAGRIS.  —  LA  PINTADE. 

1.  D'une  manière  générale  cet  oiseau  est  appelé  : 

PINTADE,  f.  français. 

PINTARDO,  ft  Tarn,  Gary.  —•  Aveyron,  Vayssier. 
PINTARDE,  f.  français  vulgaire. 

PiNTARRO,  piNTARO,  f.  Aveyron,  Vayssier.   —  Corrèze,  commu- 
niqué par  M.  G.  de  Lépinay. 
PiNTADO,  f.  Bagnères  de  Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 
PiNTALE,  f.  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 
PINTO,  /■.  Lauragais,  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 

Synonymes  étrangers  (2)  : 

Gallenna  d'Endia,  Parme,  Mal.  —  Pipllica,  Bibilica,  Pichere,  roumain, 
Cihac.  —  Ferlhulm,  Perlhenne,  Golneisclie  Henné,  Africanisches  Hohn,  Pha- 
raonshuhn,  Ferlin,  allemand,  Nemnich. 

2.  Noms  du  mâle  : 

PINTAR,  m,  Corrèze,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

(0  En  réalité  les  dindons  se  mettent  en  colère  quand  on  les  sifiSe,  et 
quand  on  les  interpelle  d'une  certaine  manière.  Leur  fureur  est  très 
amusante. 

(2)  Sur  la  pintade  dans  l'antiquité  classique  voyez  Hehn,  Kutwrpftan^ 
zen  und  Hausthiere, 


PAVO  CRISTATUS.  147 


PÈRE  PiNTA,  m.  Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

3.  Nom  de  la  jeune  pintade  : 

PiNTARRou,  m.  Corrèze,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

4.  «  Pousser  des  cris   de   pintade.  »  —  Locution  française  em- 
ployée dans  X.  de  Montépin,  La  marquise  de  Castelli, 

«  Quand  les   pintades     font    entendre  leur  jacassement  on  dit 
qu'elles  tournent  la  meule.  »      Loiret,  comm.  par  M.  L.  Malon. 


PAVO  CRISTATUS.  —  LE  PAON. 

L 

1.  Noms  donnés  au  mâle  : 

PAVOUN,  w.  Alpes  cottiennes,  Chabrand  et  Rochas. 

PAVON,  w.  fribourgeois,  Qrangier. 

PAVAN,  m.  Menton,  Andrews. 

POBOUN,  PAOUN,  POOUN,  w.  Aveyron,  Vayssier. 

PAOU,  m.  Castres,  Couzinié. 

PAON,  w.  (prononcez  pan)  français. 

PAUN,  m.  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Pavas,  PaTO,  lat.  —  Pavone,  Pagone,  Paone,  it.  —  Pavon,  Pavo,  Pavo-real, 
esp.  —  PaTâo,  Pavo,  port.  —  Paaaw,  hoU.  —  PaatUgl,  danois.  —  Pea,  Peacock, 
angl.  —  Pfau,  ail.  —  PàY,  tchèque.  —  Pàw,  polonais.  —  Paya,  hongrois.  — 
Ilaêdvi,  IlaycovK,  grec  mod.  —  éandrakavant,  Âhirlpa,  Ahlblin^,  AhidTlsli, 
(ennemi  des  serpents)  Âtyûha,  Kek&,  (onomatopée)  Kakavàkn,  KékaTàla, 
Kântapakshin,  sanscrit.  —  Teir-i  taùsi,  kurde,  Justi.  —  TliaTons  gonckon,  turc. 

Sur  Torigine  du  mot  thukiim  (paons)  de  la  Bible,  voy.  un  article 
de  M.  Vinson  dans  la  Revue  de  Linguistique^  t.  VI,  2«  fasc,  oct.  1873, 
et  Max  Millier,  JLa  science  du  langage  (trad.  franc.,  p.  215). 

2.  Noms  donnés  à  la  femelle  : 

PAONNE,  f,  (prononcez  panne)  français. 


148  PATO  CRI8TATU8. 


PAHTB,  f.  Centre,  Jaubert. 

PABO,  /*.  Castres,  Couzinié.  ^-  Aveyron,  Vayssier. 

Synonymes  étrangers  : 

Pava,  lat.  —  Pavoiessa,  Paonessa,  it.  —  Pava,  esp.  —  Panna,  Paoneasa, 
Paanitsa,  roum.,  Cihac.  —  Pea-hen,  angl.  —  Pfanlitiuie,  ail.  —  Paanwin,  holl. 

3.  D'une  personne  qui  s'enorgueillit  comme  un  paon  on 
dit: 

FAIRE  LA  ROUE,  FAIRE  LE  PAON,  SE  PAVANER  (>),    ÊTRE    ORGUEIL- 
LEUX COMME  UN  PAON,  français. 
SE  PABOUNÂ,  Aveyron,  Vayssier. 
SE  PAR  AN  A,  Tarn,  Gary. 

PANADER,  PENNADER,    SE   PANADER,  PANADER,  français  (ceS  motS 

sont  tombés  en  désuétude). 
SE  couFLA  couMO  UN  PAOU,  Castres,  Couzinié. 

Synonymes  étrangers  : 

Pavoneggi&rsi»  it.  —  Pavonearse,  esp.  ;  port.  —  Paanesc,  roumain,  Cihac. 

4.  Poëtevin  (Diction,  franç.^aîî.^  1728)  interprète  ainsi  le  mot 
français  queue  de  paon  :  (in  Qebâuden,  Gàrten,  Grottenwerken,  etc.) 
eine  runde  Figur  aus  deren  Mittelpunct  Striche  nach  dem  Umkreise 
zu  gehen,  dasz  sie  also  fast  wie  ein  Pfauenschwanz  aussieht. 

5.  «  On  appelle  en  allemand  Pfauenfederdruse  une  pierre 
feuilletée  irisée  qui  a  l'éclat  des  plumes  du  paon.  » 

Géologie,  Beurard. 

6.  «  On  appelle  en  allemand  Pfaustein  (la  pierre  de  paon)  une 
sorte  de  pierre  panachée  des  plus  riches  couleurs,  et  que  Ton  a 
prise  quelque  temps  pour  une  gemme  opaque,  mais  qui,  ensuite,  a 
été  reconnue  pour  une  nacre  de  perle  taillée  et  polie  de  biais  dans 
sa  plus  grande  épaisseur.  »  Géologie,  Beurard. 

IL 

1.  «  S'ingonfia  cumme  u  pavone  ma  unn*  ha  che  da  guardassi  î 
pedi  per  abbassà  l'aie.  »  Corse,  Mattei. 

(1)  Voyez  à  propos  d'une  forme  se  pavonnet\  Llttré,  Dict.  Supplément 
au  mot  pavaner. 


PHASIANUS  COLCHICUS.  149 

«  0  pavào  esmorece  quando  olha  para  os  pes,  por  os  ter  feios.  » 

Portugal,  Pedroso. 

On  prétend  que  le  paon  cesse  tout  à  coup  de  faire  la  roue  quand 
il  jette  par  hasard  les  yeux  sur  ses  pieds  et  devient  tout  honteux  de 
les  avoir  si  laids. 

Cf.  rf  Of  the  swan  the  common  saying  is  that  every  time  it  looks  at  its 
feet  it  mourns.  It  does  se  because  their  black  colour  detracts  from  its 
beauty.  »  Ecosse,  W.  Gregor,  Notes  on  the  Folk-lore  of  the  North-East 
of  Scotland. 

2.  «  It  is  said  that  the  peafowl  does  not  pair  sexually,  but  that 
the  hen  picks  up  the  séminal  fluid  shed  by  the  gorgeous  cock-bird 
while  dancing.  » 

Inde  moderne,  Poyular  native  préjudices  connected  with 
Natural  History  {Indian  Daily-News,  june  1876.) 

3.  «  Quand  le  paon  se  réveille  la  nuit  et  qu'il  ne  peut  se  voir  au 
milieu  des  ténèbres  il  pousse  des  cris  affreux  croyant  avoir  perdu 
sa  beauté.  »     Gesner  (1557),  cité  par  Brehm,  La  Vie  des  Animaux. 

•  4.  Sur  le  vœu  du  paon  au  moyen-âge,  voyez  La  Colomhière, 
Théâtre  d'honn.,  t.  I,  pp.  381  et  suivantes  ;  La  Curne  de  Sainte 
Palaye,  Mémoires  sur  Cane,  chevalerie^  t.  I,  3«  partie,  pp.  184  et 
suivantes  ;  Legrand  d'Aussy,  Hist.  de  la  vie  privée  des  Français, 
Paris,  1782,  t.  I^  pp.  299  et  suivantes. 

Sur  le  vœu  analogue  du  faisan,  voyez  Marchangy,  La  France  au 
XIV^  siècle,  1. 1,  p.  11. 

5.  Dans  un  conte  breton  (Luzel,  Veillées  bretonnes,  p.  152),  il 
est  question  d'une  plume  de  paon  qui  est  sur  un  arbre  et  qui  brille 
comme  le  soleil. 


PHASIANUS  COLCHICUS.  —  LE  FAISAN  C). 
1.  Noms  donnés  au  mâle  : 

COQ  FAISAN,  FAISAN,  W.  français. 

(1)  Ce  n'est  guère  que  par  suite  des  soins  artificiels  qu'on  donne  à  son 
élevage,  que  cet  oiseau  exista  en  France  à  Tétat  plus  ou  moins 
sauvage,  c'est  pourquoi  j'ai  cru  pouvoir  le  compter  au  nombre  des 
oiseaux  domestiques. 

V 


150  ANSER  DOMESTICUS. 


FAGiAN,  m.  mentonnais,  Andrews. 

Synonymes  étrangers  : 

Fagiano,  it.  —  faisant,  Faisant-Yogel,  Boshoen.  hollandais. 

2.  Noms  de  la  femelle  : 

POULE  FAISANE,  FAISANE,  f*  français. 

Synonyme  éiranger  : 

Fagiana,  italien. 

3.  Nom  du  j«une  faisan  : 

FAISANDEAU,  m.  français. 

4.  «  On  appelle  faisanderie  Tenclos  où  on  élève  les  jeunes 
faisans  et  faisandxer  Phomme  chargé  d^en  prendre  soin.  » 

Acclimatationy  30  mars  et  21  décembre  1879. 

5.  «  On  appelle  la  pique  le  caprice  qu*ont  certains  faisans  de 
donner  un  coup  de  bec  sur  la  croupe  d'un  compagnon  de  capti- 
vité. Si  une  goutte  de  sang  paraît,  tous  les  autres  faisans  imitent 
son  exemple  et  le  becquettent  à  qui  mieux  mieux  jusqu^à  ce  iiaHl 
succombe.  Après  cela  la  vue  du  sang  les  enivre  et  ils  cherchent  tous 
à  se  becqueter.  » 

Gayot,  Les  petits  quadrupèdes  de  la  maison  et  des 

champs^  t.  I,  p.  69. 

6.  «  Guastar  la  coda  al  fagiano.  »  —»-  Gâter  la  queue  du  faisan. 
—  Raconter  une  histoire  en  supprimant  la  partie  la  plus  intéres- 
sante. 


ANSER  DOMESTICUS.  —  L'OIE. 

I. 

1.  Noms  donnés  à  cet  oiseau  d'une  manière  générale, 
sans  distinguer  les  sexes  : 

AUCA,  AOUCA^  /*.  ancien  provençal. 

Auco,  Aouco,  f,  languedocien.  —  provençal  moderne. 

AOUQUE,  f,  Bayonne,  Lagravère. 


ANSER  D0MESTICU8.  151 


OGQUB,  /.  Isère,  A.  Pages,  Usages  de  Vlsére,  p.  253. 

AUCHO,  f.  Bas  Limousin,  Azaïs. 

AÙCHE,  AUGH,  /.  Forez,  Gras.  —  Canton  d*Escurolles,  Texier. 

OGHE,  f.  Centre,  Jaubert. 

oÛYE,  ÔYE,  ôïB,  /.  Lorraine. 

ouGAliE,  oiYE,  ZOYE,  f.  arrond.  de  Lunéville,  L.  Adam. 

QUE,  ouAliÉ,  /*.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

DE,  DUE,  AUWE,  f.  aucicn  français. 

EUÏE,  EUYE,  OUAUÏE,  /".  arrond.  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 

ÂWE,  f.  wallon. 

ouiLLOTTE,  f,  Plancher-les-Mines,  Poulet. 

CA.COTTE,  /".  Vosges,  E.  A.  Seillère,  Au  pied  du  Donon,  1861.  — 
Pexonne  (arrond.  de  Lunéville),  L.  Adam. 

GAGOTTE,  GÀGOTTE,  (jANGOTTE,  f.  arrond.  de  Saint-Dié,  L.  Adam. 

PIRON,  m.  Indre-et-Loire,  de  Croy.  —  Aunis,  L.  E.  Meyer. 

piROU,  PIROT,  m,  picard,  Corblet.   . 

PiROTTE,  /.  Poitou,  Rousseau.  —  Pays  gallot,  Sébillot.  —  Nor- 
mandie, Littré,  Supplément, 

PERRETTE,  /".  Montargis,  com.  par  M.  L.  Malon. 

BOURi,  m.  BOURi-CANCAN,  m.  Côtc-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

BURE,  f.  BIBERON,  m.  Centre,  Jaubert. 

BiLOT,  m.  Reims,  Saubinet. 

GOUVITE,  f.  Beauce  orléanaise,  com.  par  M.  L.  Malon. 

BÊTE,  f,  Noisy-le-Sec  (Seine). 

ANZARA,  basque,  Fabre. 

PAPiN,  PAPINA,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont. 

ANGLUAS,  ANGLUCE,  ANGOISSE,  f.  argot,  Fraucisque  Michel. 

ANGLUCHE,  ARNiBALE,  argot,  Leclair. 

Synonymes  étrangers  : 

Xt^v,  grec  ancien.  —  Xi^va,  grec  mod.  —  Ânser,  lat.  —  Oca,  it.  ;  esp. 
—  Och,  Brescia,  Melch.  —  Ebreja,  fourbe?que  de  Parme,  Mal.  —  Pato, 
port.  —  Ganso,  esp.  —  Goose,  angl.  —  Roger,  Tyb  of  the  battery,  argot 
anglais  ancien,  J.  C.  H.  —  Gans,  ail.  ;  holl.  —  zasis,  lithuanien.  —  Gnska, 
Gasak,  Gasan,  croate,  serbe.  —  Yakrânga,  éakrânga,  Yâréa,  Yara^,  Pnru- 
dançaka,  Sitapaksha,  Sitaééhada,  Hansa,  sanscrit.  —  Qàs,  kurde,  Justi. 

2.  Noms  donnés  au  mâle  : 

Auc,  AODG,  m.  Castres,  Couzinié. 

AUCAT,  AOUGAT,  m.  Landcs,  de  Métivier.  —  Bagnères-de-Bigorre, 


3#lliH»nCTI3. 


nm.  ^Mor  yL  A^   làsem.  —Sa»  i^peaacrv^  .-om.  g 


jtun^Aa.  n.  '^'jrnexe.  'aou  oar  3C.  •>.  ife  Ldpuuir. 
'VtrUA.  -K.  nmiuL  te  ^mirsmuu:;.  L»  Aiûuil. 

.y.TÂ,  vsià*  «ff.  imniL  le  Lanè^ile.  L.  JUtiim. 
V!*.  IRA-  jw-  imait.  te  T.jiiu  L.  Avisai. 
:>Ka.  -n.  jmofL  te  ^tnifrinlo^in.  L.  ^itum 

ijm.  w,  P^i  ie  Bray,  Dtseai^fti!;. 
«^ttni.  •Mwurr^  ;•«.  arraïuL  '1»  XouL  L.  ^l*ltfcinL 
ysoÊnsu  Lik^mL  juu.  :«rrQiiiL  «te  ^cuicy^  L.  Aiianu 
«acÀ.  OBmris.  ârraacL  «le  Kr&euarc^  L.  JbJ&hu 
liAAttS*  «^  AvevToa.  V:]tTâ^er. 

iVAitr  M(^  ^iesied^  OvefibiC.  —  Beaûn^  J^>e<^  —  «Toeratsarf *  Mec 

XÀ,  M.  G^tinai.-!,  '*om.  par    M.   L,  Jialoa-  —    Arroiui.  «rÉpinal, 

L.  A<i;tm.  — Ojces-iTi-Xoi'-t  SebiU^c. 
iARit.u  JORÀ.  JORRA.  jt.'HiA.  JE.BA.  i£ftÂ.  arroadîiâemeat  cTÈpinal. 

L,  Adam, 
JAK»A,  iéiu,  jofto.  ân-on«t.  -le  Sc-Dié.  L.  Atlam. 
JO»Ar,  JARAT.  y/i.  ârnind.  de  LQaevilie.  L.  A-lam. 
CHACD,  Deycimont  -.arr.  -rÉpin^),  L.  Adam. 
GODAiu  >5^,  Saône-et-Lijîre,  corn,  par  M.  H.  Mario  t. 
G0(>AÀ5  m,  Charolaii,  rom.  pai*  M.  H.  Marlot. 
ftANZAi^  »i.  Montbélianl.  Contejeaiu 

&\jZAi  m,  RamoQChamp  (arrond.  de  Remiremonc),  L.  Adam. 
Kk&tz,  m,  Vandois,  Callet, 

WftÀ,  WGA,  BIGUÀ,  »t.  arrond.  de  Lunéville,  L.  Adam. 
^iftÀ,  w.  Ste-Barbe  (arrond.  d'Épinal^.  L.  Adam. 
fittiCA^  m.  Pays  mes^^in.  —  Meurthe-et-Moselle. 

BKICÀ,   BKIKÉ,  BRI5CA,  BRITCHA),    BRIDJÈ,     BRITIAI,     Mearthe-et- 

Mo:»elIe,  L.  Adam. 
tfihoyff  m.  Châtillon-aar-Lomg,  com.  par  M.  L.  Malon. 


ft 


ANSER  DOMESTICUS.  153 


pii.ON,  m.  Centre,  Jaubert. 
piROT,  m.  Bessin,  Joret. 

Synonymes  étrangers  : 

Och,  Parme,  Mal.  —  Oco,  it.  —  Gisone,  ital.,  Duez.  —  Ocun,  Monferrat, 
Ferraro.  —  Ganso,  esp.  —  6ans&c,  Gascân,  roumain,  Cihac.  —  Gander,  aiigl. 
—  Gânserich,  Ganser,  Ganzer,  6&rgel,  ail.  —  Gàr^sner,  bavarois.  —  G&nsman, 
Souabe.  —  Ganter,  Oldenbourg,  Strackcrj.  —  Gànsev&terchen.  ail., 
Nemnich.  —  Gusi,  Gusaku,  russe.  —  Gasior,  pol.  —  Husa,  Hus,  Husak, 
tchèque. 

3.  Noms  donnés  à  la  femelle  : 

AUCA,  AOUCA,  A  Menton,  Andrews. 

Auco,  Aouco,  f.  languedocien. 

AOUCHO,  f.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

AOUTSO,  f.  Corrèze,  com.  par  G.  de  Lépinay. 

ojRHSSK,  Pays  de  Bray,  Decorde. 

OUGEONNE,  ouGEOTTE,  f.  Côtc-d'Or,  com.  par  M.  H.  Mariot. 

BiROUNE,  f.  Centre,  Jaubert. 

BiRETTE,  f.  Châtilion-sur  Loing,  com.  par  M.  L.  Maion. 

PÉRETE,  PiROTTE,  f,  Bessin,  Joret. 

PIGE,  /.  Environs  de  Montargis,  com.  par  M.  L.  Malon. 

GUAZi,  f.  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Gansa,  esp.  —  Gansca,  Gasca,  roumain,  cihac.  —  Yara^i,  Yaralà,  sanscrit. 

4.  Dans  son  jeune  âge,  Toie  est  appelé  : 

Aucou,  AOUGOU,  m.  Tarn.  —  Lot.  —  Gard.  —  Haute-Garonne. 

AOUCAT,  m.  Bayonne,  Lagravère. 

AOUTSOU,  m.  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

ooucHOU,  m.  Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

OISON,  m,  français. 

ouYON,  ÔYON,  ôssoN,  m.  Pays  messin. 

ÔYOTTE,  f.  Montbéliard,  Contejean. 

OUGEON,  m.  Côte-d'Or,  com.  par  M.  H.  Mariot. 

OCHON,  PiLOT,  m.  Centre,  Jaubert 

PIRON,  m.  Poitou,  Rousseau. 

piRAN,  w.  Pamproux  (Deux-Sèvres);  com.  par  M.  B.  Souche, 


• 


154  '  AN8ER  DOMBSTICUS. 


piROTTfi,    /*.  (=  oie  d^un  an),  Deux-Sèvres,  comm.  par  M.  B.        \ 

Souche. 
BBROU,  m.  (=  tout  jeune  oison).  Bas  Quercy,  c  om.   par  M.  J. 

Daymard. 

Synonymes  étrangers  : 

Ochén,  m.  Ochénna,  f.  Parme,  Mal.  —  Ochét,  m.  piém.  Zalli  ;  Brescia, 
Melch.  —  Ocbi,  Brescia,  Melch.  —  Papero,  Paperello,  Paperetto,  m.  Papert,  f. 
ital.  —  P&para,  Papira,  slcil.,  Pitre.  —  Patinlio,  port.  —  Gansaron,  esp.  - 
Gosling,  anglais. 

5.  La  personne  qui  garde  les  oies  est  appelée  : 

AUQUIÉ,  m.  AUQUiEBO,^  Toulouse,  Noulet,  Las  Ordenansas,p.99. 
AOUQUIÈ,  AOUCATiÈ,    m.   (signifie  aussi  marchand  d'oies)^  Bas 

Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 
AOUCAYRE,  m.  Castres,  Couzinié. 
oisouNiÈRE,  /.  Centre,  Jaubert. 
viROÙNA,  m.  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L   Desaivre. 

Synonyme  étranger  : 

Pateiro,   portugais. 

(5.  Pour  faire  venir  les  oies  on  leur  dit  : 

BOURi  !  BOURi  !  Côle-d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 

BURE  !  Centre,  Jaubert. 

viROU  !  viROU  !  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L.  Desaivre. 

BEROU  !  BEROU  !  Bas  Qucrcy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

BiBERi  !  Centre,  Jaubert. 

piR  1  PiR  !  Aunis,  L.  E.  Meyer.  —  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  L. 

Desaivre. 
PIR  !  PIR  !  PiRON  !  Deux -Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

PIRO,  MES  PETITES  !    PIRO,     PIRO,     MES     PETITES   î     patols     gallot, 

Sébillot. 
VRISSE  !  VRissE  !  VRISSET  !  Dcux-Sèvres,  com.  par  M.B.  Souche. 
VRiOHE  !  VRiCHET  I  Dcux-Sèvrcs,  com.  par  M.  B.  Souche. 
LOUSSE  !  LOUSSE  !  LoussE  !  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souelié. 
Boissi  !  Montbéiiard,  Contejean. 

Synonymes  étrangers  : 

Gosse  Gnsse  !  WUl  WUl  !  Wille  Wille  1  Prusse,  Prischbier. 


ANSER  DOMESTIGUS.  155 


7.  Interprétation  du  cri  de  l'oie  : 

GAN  !  CAN  !  CAN  !  Loiret,  com.  par  M.  L.  Malon. 

Synonymes  étrangers  : 

Gagag  !  ail.  —  Gaga  !  ail.  —  Ga  !  6a  !  Oa  !  ail.  —  Gagack  !  ail.  —  Gick  ! 
Gack  !  ail.  —  Da  !  Da  !  Da  !  allemand,  Wackernagel. 

8.  De  foie  qui  fait  entendre  son  cri,  on  dit  : 

couAQUBR,  CAQUER,  patols  gallot,  Sébillot. 
CANQUENBR,  Morvan,  Chambure. 
JARGONNER,  ancien  français. 
CRACASSER,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 
BUFPA,  (se    dit  de   Toie  en    colère   qui    siffle)  Toulouse,  Pou- 
marède. 

Synonymes  étrangers  : 

IlaTTiro^eiv,  IIXaTayt^eiv,  grec  ancien.  —  Gasaesc  (siffler  comme  une 
oie),  roumain,  cihac.  —  Gagen,  Gagelen,  Gacken,  Gagagen,  Schnadern, 
Schnattem,  Tadern,  Dadern,  allemand.  —  Gagelen,  Gaggelen,  hollandais. 

9.  La  peau  du  ventre  garnie  de  plumes  qui  pend  entre 
les  jambes  des  oies  souvent  jusqu'à  terre  est  appelée  : 

PANOULHO,  f,  Toulouse,  Poumarède. 

PAMPOUiLLO,  f.  Bas  Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 

10.  Le  duvet  de  Toie  est  appelé  : 

BOURRU  POLO,  f.  Toulouse,   Poumarède.   —  Bas  Quercy,   com. 
par  M.  J.  Daymard. 

11.  Du  jars  qui  couvre  la  femelle,  on  dit  : 

JAICHER,  JÀGHÉ,  Côte -d'Or,  com.  par  M.  H.  Marlot. 
JARGAUDER,  français  dialectal.  Ménage  cité  par  Diez. 
JARQUER,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

12.  Gorger  les  oies  et  les  canards  avec  du  maïs  ou 
autres  grains  qu'on  leur  fait  avaler  de  force  au  moyen 
d'un  entonnoir  fait  exprès,  se  dit  : 


156  ANSER   DOMESTICUS. 


EMBUCA,  TUTA,  Toulouse,  Poumaréde. 
EMBEQUA,  Bas  Quercy,  com.  par  M.  J.  Daymard. 
GOUJER,  Deux-Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

13.  En  style  culinaire,  le  eau,  le  bout  des  ailes,  les 
pieds,  le  gésier,  c'est-à-dire,  les  abatties  de  Tôie,  sont 
appelés  ; 

LA  PETITE  QUE,  ancien  français,  Duez. 
LA  PETITE  OIE,  français. 
l'ouïenà,  fribourgeois,  Grangier. 
LES  oïENAS,  LES  oïONAS,  Vaudois,  Callet. 

Synonymes  étrangers  : 

Ragaglie  dl  oca,  ital.  —  Ganze  Kroost,  holl.  —  Giblets,  angl.  —  Gânse- 
pfeffer,  Gànseklein,  allemand. 

On  appelait  aussi  autrefois  la  petite  oie  (dans  Duez  la  petite  oue 
(Vhahit)  les  rubans,  la  cravate,  les  manchettes,  les  bas  et  gants  qui 
assortissent  un  habit  neuf. 

La  petite  oie  signifiait  encore  les  menues  faveurs  qu'une  jeune  fille 
croit  devoir  accorder  à  son  fiancé  {}), 

Enfin  un  dernier  sens  de  petite  oie  était  celui  d'enjeux^  masse 
déposée  au  jeu  (dans  le  sens  où  aujourd'hui  nous  employons  le  mot 
poule).  Marin,  Dict,  holl.- franc.,  1728,  sub  verbo  pot. 

14.  Une  personne  sotte,  niaise,  est  souvent  appelée  : 

UNE  OIE,  f.  UN  OISON,  français. 

UN  FRANC  OISON,  UN  OISON    BRIDÉ   (2),    m.   français  (expressions 

tombées  en  désuétude). 
ouYAT,  m.  OUYATTE,  f.  Pays  messin,  D.  Lorrain. 
AOUTSOU,  m.  Corrèze,  com.  par  M.  G.  de  Lépinay. 

(0  La  petite  oie  ;  enfin  ce  qu'on  appelle, 

En  bon  français   les  préludes  d'amour. 

Lafontaine,  L'oraison  de  Saint-JuUen. 

(î)  «  On  appelle  oie  bridée  une  oie  sur  l'estomac  de  laquelle  on  coud 
une  petite  barre  transversale  de  bois  léger  pour  qu'elle  ne  puisse  pas 
traverser  les  haies  et  fourrager  les  prés  et  les  récoltes.  « 

Dureau  de  la  Malle,  Le  bocage  percheron,  I,  50. 


ANSER  DOMESTICUS.  157 


* 


Synonymes  étrangers  : 

Gervel  d'oca,  Oca  bagnata,  it.  —  Gansaron,  esp.  —  6&nsemichel,  G&nsekopf; 
Eine  dumme  Gans,  ail.—  Giddy  goosc,  Goose,  Goose  cap>  anglais. 

«Il    se  laisse  mener  comme  un  oison.  »  Français. 

«  Bête  comme  une  oie.  »  Français. 

«  Bechtié  ceum'  un  aoutso.  » 

Corrèze,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

«  Es  caduc  on  bestio  coumo  uno  aouco.  >  j 

Lauragais,  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 

«  Oisonner  =  faire,  dire  des  bêtises.  »  Picard,  Corblet. 

«  Aver  meno  cervello  d'un  'oca.  »  Italien. 

«  Far  Toca.  »  —  Far  lo  nofari,  il  nescio,  il  nanni  ;  flngere  igno- 
ranza,  credulita.  Parme,  Malaspina. 

«  Maakt  dat  de  ganzen  wys  !  »  —  Faites  accroire  cela  à   des  sots, 
à  des  innocents  !  Voilà  de  beaux  contes  î       Hollandais,  Marin. 

15.  «  M('*decin  de  las  aoucos.  »  —  Se  dit  d'un  empirique. 

Armagnac,  Bladé. 

16.  «  Semblo  uno  aouco.  »  —  Se  dit  d'une  fille  à  long  cou  et  à 
mauvaise  tournure.  Castres,  Couzinié. 

17.  «  On  appelle  gabie,  ooucat  (mot  à  mot  jars)^    une   fille   ou 
femme  lioinmasse.  »  Aveyron,  Vayssier. 

18.  «  Fourni  d'entendement   comme   un    oison  de    creste.  »   — 
C'est-à-dire  sot,  niais.  Français,  Cotgrave. 

«  Qiiando  le  oche  faran  la  cresta.  »  —  C'est-à-dire  jamais. 

Italien,  Duez. 

«  A  rivederci  quando  le  ocche  faran  la  cresta.  » 

Italien,  Duez. 

«  Com  un'  oc  di  cresta.  »  —  (Il    a  de  cela)  comme  une  oie  a  une 
crête,  c'est-à-dire,  il  n'en  a  pas.  Italien,  Duez. 

«  E  gli  avanza  il  seuno  corne  la  gresta  alP  ocche.  » 

Italien,  Pescetti. 


158  ANSBR  DOMESTICUS. 


19.  «  Sie  sind  so  dumm  dasz  sie  die  (HUise  beissen.  »  —  Ils  sont 
si  sots  qu*ils  se  laissent  mordre  par  les  oies.  Allemand. 

20.  «  To  get  the  goose,  to  be  goosed.  »  —  Être  sifflé,    en    par- 
lant des  acteurs  sur  la  scène.  Anglais,  J.  C.  H. 

21.  «  Les  nyais  sont  en  tutelle  et  les  oysons  leur  font  peur  avec 
le  souffle.  »  Glossaire  de  V ancien  théâtre  français. 

«  So  ist*s,  als  pfiffe  ihn  eiue  Ganspan.  »   —  Ça   ne   lui    fait   pas 
d^effet  ;  c^est  comme  si  une  oie  en  colère  soufflait  contre  lui. 

Allemand. 

^2,  «  Cridâ  coumo  n'  aoucho  sourdo.  »  —  Crier  comme  une  oie 
sourde.  Creuse,  communiqué  par  M.  F.  Vincent. 

23.  «  Où  femmes  y  a,  enfans,  oisons, 

Cacquets  n*y  manquent  à  grand  foison.  » 

Ancien  français,  Leroux  de  Linct. 

«  Vous  faites  plus  de  bruit  qu^un  cent  d^oyes  et  si  vous  estes  tout 
seul.  »  Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  Ove  son  femmine  e  oche,  non  vi  son  parole  poche.  » 

Italien. 

«  Due  donne  e  un'  pca  fanno  un  mercato.  »  Italien. 

«  Na  femmena  e  na  papera  revutarono  Napule.  » 

Napolitain. 

«  'na  fimmina  e  'na   papira  fannu  'na  fera.  » 

Sicilien,  Pitre. 

«  Na  fimmena  e  'na  papara  'mpigghia  na  fera.  »  —  Une    femme 
et  une  oie  mettent  un  marché  en  désordre. 

Lecce,  Apulie,  Reinsrerg. 

«  Dove  son  donne  e  ocatti  —  son  piu  parole  che  fatti.  » 

Italien,  Iulliani. 
«  Dov  donni  e  un  oca  fan  un  merca.  »        Parme,  Malaspina. 

«  Do  done  e  un'  oca  fa  un  marca.  »  Venise,  Pasquaugo. 

* 

«  Drei  Weiber,  drei  Ganse  und  drei  Frôsche  machen  einen  Jahr- 
markt.  »  Allemand. 


ANSBR  DOMESTICUS.  159 


«  Dreî  Weiber  und  eine  Gans  machen  ein  Markt.  »    Allemand. 

«  Drei  Weiber,  drei  Ganse,  drei  Enten  machen  einen  Jahrmarkt.  » 

Bavière. 

«  Wo  Ganse  slnd,  da  ist  Geschnatter  und  wo  Frauen,  da  sind  viel 
M&ren.  »  Allemand. 

24.  «  Il  entend  le  jars,  il  a  mené  les  oies.  »  —  Il  est  fin,  habile. 

Locution  française. 

25.  «  Eine  Unterredung  halten  wie  die  Gans  mit  dem  Schweine.  » 
^   Sich  gegenseitig  nicht   verstehen. 

Lithuanien,  Sghleigher. 

26.  «  Die  gens  gagen  davon.  »  ^-  Les  oies  en  jacassent.  C'est 
une  chose  connue  de  tout  le  monde.  Proverbe  allemand. 

27.  «  ContàHa  al  j'ochi.  »  —  Predicare  a'  porci  o  al  deserto. 
Favellare  a  chi  no»  puo  o  non  vuole  intendere. 

Parme,  Malaspina. 

«  En  allemand  celui  qui  prêche  dans  le  désert,  qui  parle  inuti- 
lement est  appelé  gânseprediger,  » 

28.  «  Questa  è  la  canzone  deir  oca.  »  ^-  Proverbio  che  si  dice  a 
chi  dice  sempre  le  medesime  cose,  come  fa  Toca,  che  sempre  fa 
uno  stesso  verso.  Italien. 

«  La  fola  dV  oca.  »  —  Même  sens.  Parme,  Malaspina. 

29.  «  Lass  die  Leute  reden,  die  Ganse  kônnen's  nicht.  » 

Allemand. 

«  Man  skal  lade  Folk  snakke  ;  Gses  kunne  det  ikke.  > 

Danois. 

30.  «  Lever  la  tête  comme  une  oie  dans  une  avoine.  » 

Côte-d'Or,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

31.  «  La  taïte  me  vire  quem  à  un  piran  lourd.  »  —  La  tête  me 
tourne  comme  à  un  oison  qui  a  le  vertigo. 

Deux-Sèvres,  communiqué  par  M.  B.  Souche. 

32.  «...  C'est  mq\  qu'étais  cotent,  ah  !  j'étais  si  cotent,  qu'  j'en 


1^  ANSER  DOHESTICUS. 


ouvrais  les  yeux  dans  la  rue,  comme  une   oie   qu^on  plume    à   vif 
dans  un'  basse-cour  ..  »  Album  comique ,  Paris,  1843. 

33.  «  Ër  sieht  aus  wie  die  Ganse  wenn's  blitzt.  » 

Allemand. 

34.  «  Er  hat  davor  soviel  Angst  (Furcht)  wie  die  Gans  vor  einer 
Hafergarhe.  »  Prusse,  Frischbier. 

35.  «  L'oie,  même  pendant  qu'elle  marche,  promène  ses  yeux  de 
tous  côtés.  »  —  Elle  semble  n'avoir  qu'un  but,  c'est  de  se  diriger 
vers  son  gîte  ;  mais  pendant  ce  temps,  elle  cherche,  sans  en  avoir 
l'air,  si  le  hasard  ne  lui  ferait  pas  rencontrer  quelque  bomie 
pâture.  —  Le  Talmud  applique  ce  proverbe  aux  femmes,  pour  dire 
qu'elles  savent  arriver  au  but  qu'elles  veulent  atteindre  tout  en 
ayant  l'air  de  songer  à  autre  chose. 

Proverbe  talmudique,  Sghuhl. 

36.  «  Er  trinkt  Gânsewein.  »  —  Se  dit  facétieusement  de  celui 
qui  boit  de  l'eau.  Allemand. 

«  Wasser  fur  die  Ganse.  >  —  Aux  oies  on  donne  de  l'eau.  Réponse 
à  un  enfant  qui  demande  de  la  bière,  du  vin,  etc. 

Prusse,  Frischbier. 

37.  «  Wenn  eine  Gans  trinkt,  so  trinken  sie  aile.  > 

Allemand. 

«  Wenn  eine  Gans  gaggt,  so  gaggt  die  and're  auch.  »        Ail. 

«  Naar  dan  eine  Gaasi  gjeng  aat  Vatnet,  so  ganga  hine  og.  » 

Norvégien. 

«  Nâr  en  gâs  dricker,  sa  dricka  alla  de  andra.  »         Suédois. 

38.  «  Tanto  beve  P  oca  quanto  il  papero.  »  Italien. 
«  As  deep  drinketh  the  goose  as  the  gander.  >  Anglais. 
«  En  gaas  drikker  saa  meget  som  en  Gasse.  »              Danois. 

39.  «  Faire  le  broncha  se  dit  du  jars  qui  fait  le  beau  auprès  de 
sa  femelle  et  par  extension  se  dit  des  hommes  et  des  femmes  qui 
font  des  manières.  »       Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

40.  «  Gansen  =  kokettieren  ;  Gans  =  kokettes  Màdchen.  » 

Allemand,  Grimm. 


ANSER  DOMESTICUS.  161 


41.  «  Quelquefois  seul  à  la  maison^ 
Pour  noyer  sa  mélancholie, 

Il  beuvoit  autant  qu'un  oyson  (i)-  » 
AmitieZt  amours  et  amourettes,  par  M.  Le  Pays.  Amsterdam, 
1693,  in-12,  (cité  par  Fr.  Michel,  dans  son  Dict,  d'argot.) 

42.  «  Fà  i  ochi.  »  —  Vomitare,  recere. 

Fourbesque  de  Brescia,MELCH(ORi. 

Cf.  Faune  populaire^  t.  IV,  p.  18,  §  97  et  t.  V,  p.  222,  §  64. 

43.  «  Vieux  jarc  et  jeune  coq  (*).  » 

Deux-Sèvres,  communiqué  par  M.  B.  Souche. 

44.  «  Quand  un  fou  est  décidé  à  dérober  un  œuf  sous  une  oie 
c'est  qu'il  veut  bien  se  laisser  battre  par  la  couveuse.  » 

Lucas  de  Montigny,  Récits  variés  (nouvelles  provençales). 

45.  «  Ein  Oans  kan  kein  Euleney  legen,  wie  auch  kein  Ku  kein 
Ganseyer.  »  Ancien  proverbe  allemand,  Grimm. 

«  Eene  gans  kan  geene  uileneijeren  leggen.  »         Hollandais. 

«  A  wil4  goose  ne^er  laid  tame  eggs.  »  Écossais. 

46.  «  A  gude  goose  may  hae  an  ill  gaislin.  »  —  Une  bonne  oie 
donne  quelquefois  naissance  à  un  méchant  oison. 

Proverbe  écossais,  Reinsberg. 

47.  «  Far  la  pela  d'oca.  »  —  Arruvidare,  contrarre  quella  ruvi- 
dezza  che  è  cagiouata  da  soverchio  freddo  nelle  carni.  Far  la  pella 
accapponata.  Parme,  Malaspina. 

«  Gnir  la  pela  d'oca.  »  —  Aggrezzare.  Sentirsi  accaponar  la  pelle 
per  racapriccio.  Parme,  Malaspina. 

«  Vegni  la  pél  d'och.  »  —  Rizzarsi  i  bordoni,  raccapricciarsi, 
rizzarsi  i  peli  per  subitaneo  spavento  o  per  freddo. 

Brescia,  Melchiori. 


(i)  L'oie  boit  beaucoup  relativement  aux  autres  animaux  domes- 
tiques. 

(<)  On  croit  généralement,  à  tort  ou  à  raison,  que  les  oisons  nés  d*uu 
euoe  mAle  viennent  moins  bien  que  les  autres. 

11 


162  ANSER  DOMESTICUS. 


«  Gànsehaiit  =  die  menschenhaut,  wenn  sie  durch  kâlte  oder 
ichreck  zusammenschaudert,  wo  sie  dann  eine  âhnlichkeit  mît 
der  haut  einer  gerupften  und  gebrtihten  gan»  hat.  *    Allemand. 

I/allemand  giinsehaut  a  pour  synonymes  :  ganzevel^  holl.  ;  goose- 
skin,  goose  flesh^  henfiesh^  angl.  ;  einefel,  Frise  ;  gànsrupfen 
(pZw;\),  tyrolien.  Voyez  Orimm,  Woerterbuch. 

Cf.  ci-dessus,  p.  40,  §  125. 

48.  «  A  penua  a  penua  si  pela  Toca.  >  Italien. 

«  Piuma  a  piuma  se  pela  l'oca.  »  Italien. 

«  A  poco  a  poco  —  se  pela  Poco.  »  Vénitien. 

«  Featlier  by  feather  the  goose  is  plucked.  »  Écossais. 

«  An  n'ont  point  d'  ses  pieumes  sans  chaude  ooue.  >  —  On  n'a 
pas  de  ses  plumes  sans  eau  chaude.  Se  dit  d'un  avare.  Allusion  à  la 
difficulté  de  plumer   les  oies. 

Pays  messin,  recueilli  personnellement. 

49.  «  Sie  liegen  mit  den  Gânsen  in  Process.  »  —  Se  dit  des 
adultes  qui  commencent  à  avoir  un  léger  duvet  sur  la  figure  ;  on 
ne  sait  si  ce  duvet  deviendra  poil  ou  plume. 

Locution  facétieuse  allemande. 

«  Ev  ist  noch  mit  dem  ganter  {Voie  mâle)  im  streit.  » 

Prusse,  Frischbier. 

50.  «  I  hâve  a  goose  to  pluck  with  you.  >  —  J'ai  un  compte  à 
régler  avec  vous.  Anglais. 

«  Jag  har  ûnnu  en  gâs  oplâckad  med  honom.  »  Suédois, 

51.  «  D*er  inkje  verdt  aa  laera  gaasi  symja.  »  —  Inutile  d'en- 
seigner aux  oies  à  nager.  Proverbe  norvégien. 

52.  Dans  le  visage  certain  rayonnement  de  rides  qui  part  des 
tempes  pour  aboutir  aux  yeux  est  appelé  la  patte  cCoie,  Elle  indique 
qu'on  n'est  plus  de  la  première  jeunesse. 

53.  Feraïul  (XV1I1«  siècle)  définit  ainsi  la  patte  d'hôte  :  Plusieurs 
allées  dans  un  parc  qui  aboutissent  à  un  centre,  comme  les 
rayons  du  cercle. 


ANSER  DOMESTIGUS.  168 


54.  «  Mouiller  en  patte  d^oie  est  un  terme  de  marine  qui  signifie 
jeter  trois  ancres  en  triangle  en  cas  de  mauvais  temps.  » 

Terme  maritime. 

55.  «  Parmi  les  divers  genres  de  nœud  qui  se  font  en  lanières, 
sont  le  nœud  plat  ou  de  couplière,  le  nœud  carré  ou  ie  nœud 
croisé  en  patte  (Voie,  » 

56.  «  A  Haucourt  (arrondiss.  de  Neufchâtel,  Seine  Inférieure),  a 
lieu  le  8  mai  le  pèlerinage  de  saint  Léonard  qu'on  va  invoquer 
contre  une  maladie  de  poitrine  appelée  vulgairement  x^^tte  cCoie,  » 

Decorde,  Les  pèlerinages  du  pays  de  Bray, 

57.  «  On  appelle  pè  d^aouco,  pé  d'aouquet^  un  pied  bot,  un  pied 
contrefait.  »  Aveyron,  Vayssier. 

«  On  dit  d'une  personne  qui  a  les  pieds  plats  qu'elle  a  des  pieds 
d'oie.  *  Bretagne,  com.  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

58.  «  Florinde  :  Cela  est  étrange  que  tu  sois  toujours  sur  ton 
ventre.  —  Philippin  ;  Vous  m'excuserez,  je  suis  sur  mes  deux 
pieds  comme  une  oye.  »  Gloss.  de  Vanc*  théâtre  français, 

59.  «  Madame  Angot,  trépignant  :  Et  l'on  ne  me  venge  pas  I  on 
ne  l'écrasera  pas  devant  moi.  —  Julie  :  Tenez,  tenez,  le  rigaudon^  la 
danse  des  oies  {})  !  » 

Aude,  Mme  Angot,  au  sérail  de  Constantinople,  comédie 
représentée  en  1800,  à  Paris, 

60.  «  Il  est  comme  l'ouillotte  blanche  {Voie  blanche)^ 
S'il  n'a  mal  à  la  patte,  c'est  à  la  hanche.  » 

Franche-Comté,  Perron. 

61.  «  Ai  laie  pie  d'ôyotte  =à  cloclie  pied  (mot  à  mot  à  pied 
d'oison.  »  -  Montbéliard,  Contejkan. 

62.  «  Als  Antwort  auf  die  Frage,  warum  êtwras  so  und  so  sei  ? 
—  Warum  gehen  die  Ganse  barfusz  ?  —  Weil  ihre  Eltern  auch 
barfusz  gegangen  sind.  Sitten  und  Gewohnheiten  erben  sich  fort.  » 

Juif-allemand,  A.  Tendlau. 

(1)  Il  est  sans  doute   fait   allusion   aux  oies  qu'on  fait  danser  en  le 
plaçant  sur  une  plaque  de  tôle  fortement  chauffée. 


164  ANSBR  DOMBSTIGUS. 


63.  «  Die  ganse  ûberall  barfusz  gehen.  »  —  Quoiqu^on  en  dise, 
on  a  autant  de  misère  dans  un  pays  que  dans  un  autre.  Se  dit  à 
propos  d'un  pays  que  Ton  vante.  Allemand. 

«  Hierom  en  daerom  gaen  de   gaussen   baeruoets.  »  —   En  plus 
d'un  endroit  les  oies  vont  pieds  nus. 

Proverbe  ancien  flamand,  Reinsberg. 

64.  «  n  n'est  pas  plus  étonnant  de  voir  une  femme  pleurer  que 
de  voir  une  oie  marcher  sans  souliers.  » 

Walter  ScuTt,  Rob  Roy^  trad.  Defauconpret. 

05.  «  I  r'sane  les  osons,  il  a  V  crasse  au  cul.  » 

Rouchi,  HicAUT. 

66.  «  Accoutré  seray  en  oyson  ;  —  je  n'auray  plus  au  cul  que 
plume.  »  Glossaire  de  Vancien  thééUre  français, 

67.  «  Sinti  à  s'cou  kmint  les  âw'  Vesset.  »  —  Sentir  à  son  cul 
comment  les  oies  vessent.  Juger  d^autrui  par  soi  même. 

Wallon,  Dejajidin. 

68.  On  donne  à  une  certaine  couleur  vert-jaunâtre  les 
noms  suivants  : 

CACA  d'oie,  merde  d'oie,  MERDE  d'oyson  ('),  français. 

Synonyme  étranger  : 

G&nsdreckf&rbe,  aUemaud. 

«  Miniminem,  coleur  di  stron  d'àwe.  »  —  Formule  facétieuse  pour 
dire  qu'une  chose^est  de  couleur  indécise,  indéterminable. 

Wallon,  Dejardin. 

69.  «  Andar  come  oen  och.»  —  Scacazzare,  aver  uscita  o  la  diarea. 

Brescia,  Mblchiori. 

«  Schirlar  {par,  :  andar)  cmè  un  oca.  »  —  Aver  la  scacquerella. 
Cacar  liquido.  Parme,  Malaspina. 

(»)  Filipiu  :  «  J*ayme  cette  couleur  qu*on  dit  :  merde  d'oyson. 
Elle  réjouit  Tceil.  » 

Scarron,  L'héritier  ridicule^  16M. 


ANSER  DOMESTICUS.  166 


70.  «  Far  corne  Poca.  »  —   Faire  comme  les  oyes,   manger  et 
ch...  tout  ensemble.  Italien,  Duez, 

«  Chi  non  fa  come  Toca  —  la  sua  vita  è  brève  e  poca.  »  —  Cioè 
man^iare,  cacare  ;  perche  l'oca  fà  tutto  a  un  tempo. 

Italien,  Pescetti. 

71.  «  Vivere  alla  paperina.  »  —  Vivere  squisitamente. 

Italien. 

72.  «  Mit  den  Oànsen  sollen  wir  trinken,  aber  nicht  essen.  »   — 
Pour  se  bien  porter  il  faut  boire  beaucoup  et  manger  peu. 

Allemand. 

73.  «  Tanto  va  Poca  al  torso  che  vi  lascia  il  becco.  »        Ital. 

«  Die  Gans  geht  so  lang  zur  Kiiche  bis    sie   am  Spiesze   stecken 
bleibt.  »  Allemand. 

«  Gâsen  gâr  sa  lange  i  kôket,  hon  fastnar  en  gang  pâ  spettet.  »  — 
A  force  d'aller  à  la  cuisine  l'oie  finit  par  se  faire  embrocher. 

Proverbe  suédois. 

74.  «  E  come  un  torso  trà  cento  oche.  »  —   Comme  une   fraise 
dans  la  gueule  d'un  loup.  Italien,  Pescetti. 

75.  «  Eine  Gans  die  im  Hafer  gewesen.  ist,  làsst  es  nicht  mehr.  » 

Prusse,  Frischbier. 

76.  «  Dar  la  lattuga  in  guardia  ai  paperi.  » 

Brescia,  Melghiori. 

«  Dar  Tu  va  in  guardia  a'  i  paperi.  »  Italien,  Duez. 

«  Den  jungen  Gânslein  den  Salât  zu  verwahren  geben.  » 

*     Allemand. 

77.  «  He  sets  the  fox  to  watch  his  geese.  »  Anglais. 

«  Ein  skal  inkje  setja  Reven   til  aa  gjaeta  Gjaeserna.  »  —  Il  ne 
faut  pas  préposer  le  renard  à  la  garde  des  oies.         Norvégien. 

78.  «  Venez,  le  bec  de  l'oye  est  orlé.  »   —    C'est-à-dire  :  Pocca- 
sion  est  bonne,  la  chose  est  sûre. 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français, 

«  Fare  il    becco  alP   oca,  modo  basse,  che  vale  :  conchiudere,  e 
terminare  il  negozio,  che  si  ha  fra  mauo.  »  Italien. 


166  ANSER  DOMESTICUS. 


79.  «  Tener  Poche  in  pastura.  *  —    Tenir  les  oies  en  pasturage, 
c'est-à-dire  :  amuser,  payer  d'espérance,  tenir  le  bec  dans  Teau. 

Italien,  Dusz. 

80.  «Parère  un'  oca  impastojata.  »  —  Si  dice  ad  un  dappoco  chc 
non  sàppia  uscir  di  nulla  ch'è  faccia.  Italien. 

«  Parer  un  oca  imbalzada.  »  —  Même  sens. 

Parme,  Malaspina. 

81.  «  Les  oysons  meinent  les  oyes  paistre.  »    ^ 

Ancien  français,  NugiIrin. 

«  Les  oisons  veulent  mener  paistre  leur  mère.  » 

Proverbe  français. 

«  L'oison  mène  l'oye  paistre,  et  le  béjaune  précède  le  maistre.  » 

Proverbe  ancien  français,  Lsaoux  de  Lincy. 

«  I  paperi  vogliono  menare  al  ber  l'oche.  »  Italien. 

«  I  paperi  menano  a  ber  l'oche.  »  Italien. 

«  J'ochèt  meno  j'ôche  a  beive.  »  Piémont,  Zalli. 

«  Junge  Ganse  woUen  die  alten  zur  Trânke  fùhren.  » 

Proverbe  allemand. 

82.  «  Envoyer  quelqu'un  paître  les  oies.  »   —  Envoyer  quelqu'un 
promener.  Français,  Feraud,  XVIII»  siècle. 

Aujourd'hui  on  dit  simplement  :  envoyer  paître  quel- 
qu'un. 

83.  «  Geh   auf  die   griine   Wiese    Gànsedreck  lesen.  »    —    Zu 
Menschen,  die  iiber  Sachen  urtheilen,  welche  sic  nicht  verstehen. 

Ermland,  Frischbier. 

84.  «  Non  é   tempo    da  dar  tieno  à  oche.  »    —    Il  n'y  a   pas  de 
temps  à  perdre,  il  ne  faut  pas  s'amuser  à  des  bagatelles. 

Italien,  DuEZ. 
Cf.  ci-dessus,  p.  67,  §  294. 

85.  «  Nous  n'avons  pas  gardé  les  oies  ensemble.  »  —  Se  dit  à  un 
inférieur  trop  familier.  Bretagne,  com.  par  M.  F.  Sauvé. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  839,  §  122. 


ANSER  DOMESTICUS.  167 


S6»  «  Qui  bal  pas  gayre  —  lou  fan  aucayre.  »  —  Celui  qui  ne 
vaut  pas  cher,  on  en  fait  un  gardeur  d'oies.      Castres,  Couzînié. 

87.  «  Guardare  un  branco  di  oche.  »  —  Tentare  una  cosa 
difflcilîssimo.  Italien. 

88.  «  Un  homme  propre  à  garder  les  oisons  en  mue.  »  —  Se  dit 
de  quelqu'un  qui  n'est  bon  à  rien. 

Locution  française  du  XVIII»  siècle,  Poëtevin. 

89.  «  Se  tutti  i  pazzi  portasser  beretta  bianca,  pareremmo  un 
branco  d'oche.  »  —  Si  tous  les  fols  portoient  le  bonnet  blanc,  nous 
ressemblerions  à  une  troupe  d'oyes.  Italien,  Iullia.ni. 

90.  «  Guardar  Poche  al  preto.  »  —  Garder  les  oies  du  curé  ;  être 
enterré  ;  être  là  où  paissent  les  oies  du  curé.  Italien,  DuEZ. 

«  Dem  Pfaflfen  die  Ganse  hûten.  »  —  Être  mort. 

Allemand,  Poëtevin. 

Cf.  ci-dessus,  p.  68,  §  308. 

91.  «  Mandar  uno  al  ponte  air  oca.  »  —  Insegnar  gli  a  castigar 
la  moglie.  Italien,  Pbscetti. 

92.  «  Li  auca  s'engraissoun  a  Tescur.  »  —  Se  dit  de  ceux  qui 
sont  mis  en  prison  pour  dettes.  Nice,  Toselli. 

«  L'oche  s'ingrassano  al  buio.  »  Italien,  Pescetti. 

93.  «  Eine  fette  Gans  schmiert  man  nicht.  »  —  On  n'oint  pas 
une  oie  grasse.  Inutile  de  faire  des  cadeaux  à  plus  riche  que  soi. 

Allemand. 

«  Dat  Ôss  àwrig,  de  fette  Gans  den  Arsch  to  schmeere.  »  —  Das 
ist  iibrig  der  fetten  Gans  den  Steiss  zu  schmieren. 

Prusse,  Frischbier. 

«  Dat  fehlt  ok  noch,  de  fette  Gans  den  Arsch  to  schmeere.  » 

Prusse,  Frischbier. 

94.  «  On  n'sâreut  magnî  n'  crftsse  awe,  s'on  n'  Ta.  »  —  On  ne 
saurait  manger  une  oie  grasse  si  on  ne  l'a. 

Proverbe  wallon,  Dejardin. 

95.  «  Es  ist  dir  gedroht  wie  einer  fetten  Gans.  »  AU. 


168  ANSER  DOMESTICUS. 


96.  «  Tu  sei  Poca.  »  —    C'est   fait  de  toy,  c'est  de  toy  que  Von 
parle.  Italien,  Duez. 

97.  «  Tre  tîava  soun  marridi  coura  soun  maigri  :  li  auca,  li 
frema  e  li  cabra.  »  —  Trois  choses  sont  mauvaises  quand  elles  sont 
'maigres  :  les  oies,  les  femmes  et  les  chèvres.  Nice,  Toselli. 

98.  «  DelP  oca  mangiane  pocà.  »  Italien,  Pescetti. 
«  Donne  e  oche  tienne  poche.  »  Italien. 
«  Flmmina  e  pàpari  quantu  menu  pôi.  »           Sicilien,  Pitre. 

99.  «  La  farce  vaut  mieux  que  Toison.  »  —  La  sauce  vaut  mieux 
que  le  poisson.  Français,  Raisson,  Les  Jeux. 

«  Buon  pane  e  cattiva  ocha.  »  Italien,  Pescetti. 

100.  «  Bon  oison,  mauvaise  oye.  »  Ancien  français. 

«  Buon  papero  e  cattiv'  oca.  »  —  Sage  pendant  la  jeunesse,  diable 
dans  Tâge  mûr.  Italien. 

«  Bona  papara  e  trista  oca.  »  Sicilien,  Pitre. 

«  Guets  Gânsli,  bôsi  Gans.  »  Suisse  allemande. 

101.  «  He  that  has  a  goose,  will  get  a  goose.  »  —  L'eau  va 
toujours  à  la  rivière.  Proverbe  écossais. 

Cf.  ci-dessus,  p.  73,  §  346. 

102.  «  To  loose  a  goose  and  get  a  feather.  »  Anglais. 

103.  «  Dar  un'  ocha  per  un  papero.  »  —  Faire  un  marché  de 
dupe.  Italien,  Pescetti. 

104.  «  Man.  giver  gierne  Rœven  en  Gaas  for  at  faae  hans  Bselg.» 
—  On  abandonne  volontiers  une  oie  au  renard  pour  pouvoir  le 
prendre.  Faire  un  petit  sacrifice  pour  un  gros  résultat. 

Proverbe  danois. 

105.  «  By  little  and  little  the  wolf  eateth  up  the  goose.  » 

Proverbe  anglais. 

106.  «  Laisse  venir  le  temps  comme  l'oie  laisse  croître  l'épi.  » 

Proverbe  de  la  Bohême,  Almanach  de  Carlsbad,  1841. 


ANSER  DOMESTICUS.  169 


107.  «  Noi  conosciarao  i  bufoli  dall'  oche.  »      Ital.,  Pescetti. 

108.  <  Ich  kenn'  sein'  Ganse  un  sein'  Hûhner.  »  —  Je  le  connais 
à  fonds.  Proverbe  juif-allemand,  A.  Tendlau. 

109.  Ifs  ill  taking  corn  frae  geese.  »  Prov.  écossais. 
«  Det  er  int'  godt  at  kobe  Havre  af  e  Gœs.  »  Danois. 
«  Det  âr  ej  godt  kôpa  hafre  af  gâsen.  »                         Suédois. 

110.  «  Ses  poies,  c'est  des  âwes.  »  —  Ses  poules  sont  des  oies.  Il  a 
toujours  tout  meilleur  que  les  autres,  Wallon. 

«  Tos  ses  oûs  sont  des  oûs  d'âwe.  »  —   Tous  ses  œufs   sont  des 
œufs  d'oie.  Wallon,  Dejardin. 

«  AU  your  geese  are  swans.  »  Anglais. 

«  His  geese  are  a'  swans.  »  Écossais. 

111.  «  A  la  Candelère  ~  toque  lou  c.  a  Pauque  bère  ;  si  Pœu  nou 
ha  —  que  Phabera.  »  —  A  la  Chandeleur  —  touche  le  c  à  Poie 
belle  (à  la  couveuse)  —  si  elle  n'a  l'œuf,  —  elle  l'aura  bientôt. 

Béarn,  Lespy. 

«  Candlemas  Day,  the  good  housewife's  goose  lay  ; 

Valentine's  Day,  yours  and  mine  may.  » 
That  is,  geese   if  kept  warm    and   properly    taken    care    of,   the 
common  practice  of  good  hous'ewives,  vy^ill  lay  eggs  by  the  2nd  of 
February  ;  if  not,  they  will  in  any  case  do  so  by  the  14th. 

Norfolk,  Glyde,  Norfolk  Garland, 

112.  «  Si  février  donne  du  froid,  mars    mène   paître   les  oies.  » 

Proverbe  fribourgeois,  Romania  1877,  p.  87. 

113.  «  Quand  les  oies  couvent  on  connaît  les  bons  blés.  » 

Deux -Sèvres,  Soùché,  Proverbes,  etc. 

114.  «  Per  Sent  Morti  —  L'aouco  ol  toupi 
Barro  toun  bi,  —  Coubido  toun  besi.  » 

A  la  St-Martin,    l'oie  au  pot  (pour  en  conserver  la   viande  dans  la 
graisse),  coule  ton  vin,  et  invite  ton  voisin. 

Aveyron,  Vayssier. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  236,  §  92. 


170  ANSBR  D0MBSTICU8. 


115.  «  Gànsetod  =  nom  du  mois  de  juin  en  certains  pays  parce 
que  beaucoup  déjeunes  oies  périssent  à  cette  époque.  » 

Allemagne,  Grimm. 

116.  «  Quand  un  soula  d^oies  (un  troupeau  d'oies)  est  pris  sur 
le  terrain  d^autrui  faisant  du  dégât,  on  attrape  le  jars,  on  lui 
arrache  une  plume  qu'on  lui  introduit  dans  les  narines.  Le  proprié- 
taire est  ainsi  prévenu  d'avoir  à  veiller  désormais  sur  ses  bêtes.  » 

Deux- Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

117.  «  Celuy  qui  a  mangé  l'oye  du  roy,  cent  ans  après  doit  en 
rendre  la  plume.*— C.-à-d.  qu'on  est  sujet  à  de  grandes  recherches 
quand  on  a  volé  l'argent  du  roi   et  qu'il  n'y  a  pas  prescription. 

Ancien  français. 

«  Qui  mange  l'oye  du  roi,  à  cent  ans  de  là  en  chie  la  plume.  » 

Français,  Leroux  de  Linct. 

«  Qu  manjo  Tauquo  dou  Segnour,  au  bout  de  cent  ans  raquo  la 
plumo.  »  Prov.  provençal  moderne. 

«  Chi  mangia  Poca  alla  corte,  in  capo  alP  anno  caca  le  penne.  » 

Italien. 

«  Chi  magna  le  oche  del  re,  resta  sofegà  (sofifocato)  da  le  pêne.  » 

Vénitien,  Pasqualigo. 

«  He  that  eats  the  kings  goose,  shall  be  choked  with  the  feathers.  » 

Anglais.  - 


II. 


1*  «  Rseven  tager  ogsaa  detalte  Gœs.  »  —  Même  quand  les  oies 
sont  comptées  le  renard  les  mange.  Proverbe  danois. 

«  Dât  reef  namt  ock  téld  Gais.  »  —  Même  signification. 

Frise  septentrionale,  Reinsberg. 

Cf.  Faune  populaire,  t.  V,  p.  153,  §  10. 
2.  «  Cent'  oche  aminazzano  un  lupo.  »  Italien. 


ANSER  DOMESTICUS.  171 


3.  «  Ich  fahre  1  sagte  die  Qans,  als  der  Fuchs  mit  ihr  zu  Holz 
fuhr.  »  —  Je  voyage  en  voiture  dit  Toie  que  le  renard  emportait  au 
bois.  Locut.  facétieuse  allemande,  Hoefer. 

4.  «  Demande  à  Poie  si  ses  pattes  ne  gèlent  pas.  » 

Prov.  russe,  Éléments  de  la  langue  russe^  1791. 

5.  «  Anser  inter  olores.  »  Latin. 

«  Vous  y  serez  cogneu  comme  un  oyson  parmi  les  cygnes...  je 
voulois  dire  comme  un  cygne  parmi  les  oysons.  » 

Glossaire  de  Vancien  théâtre  français. 

6.  «  Ei  ist  Ei,  sagte  der  Kûster,  aber  er  nahm  das  Gànseei.  » 

Allemand. 

7.  «  Dem  Mann  ein  Vogel,  sagte  jener  Fuhrmann  und  iegte  die 
Gans  vor  sich.  »  Allemand. 

8.  «  Bân  d'r  lî  Gott  a  Gânschchen  gît,dân  gitt  &  au  â  R&schchen.» 
—  Wem  der  liebe  Gott  ein  Gânschen  gibt,  dem  gibt  er  auch  ein 
Stiickchen  Rasen.  Thurlnge,  Reinsberg. 

9.  «  Da  er  ûber  die  Elbe  eine  Gans  flog,  kam  er  eine  Gans 
herwieder.  »  Allemand. 

«  Es  fliegt  eine  Gans  iibers  Meer,  Und  kommt  ein  Gagack  wieder 
her.  »  Allemand. 

«  Flôg'  eine  Gans  iibers  Meer,  Kâm'  eine  Gans  wieder  her.  » 

Allemand. 

«  Es  gehet  die  Gans  iiber  den  Rhein  und  kommt  Gack  Gack  wieder 
herein.  »  ,  Allemand. 

«  Hans  hinuber,  Gans  heriiber.  »  Allemand. 

«  Gaes  flaug  yfir  Rin,  kom  aptrganga  heim.  »  —  Une  oie  vola 
au-delà  du  Rhin  et  oie  elle  revint.  Prov.  islandais. 

«  Eene  gans  vliegt  wel  over  het  meer,  maar  komt  ook  als  gans 
weder  terug.  »  Hollandais. 

«  Send  a  goose  to  Dover  and  a  goose  will  come  over.  » 

Anglais. 


172  ANSER  DOMESTICUS. 


10  «  Corne  i  paperi  di  monna  Bionda,  allevato  nelle  corti.  »  — 
Comme  les  oisons  de  dame  Bionda,  esle^é  et  nourry  dans  les  cours  ; 
se  dit  de  celuy  qui  n'a  jamais  esté  hors  de  son  pays.  > 

Italien,  DuEZ. 

11.  «  On  appelle  les  oies  du  frère  Philippe  les  femmes.  Cette 
locution  provient  d'un  conte  de  Lafontaine  lequel  est  tiré  de  Boceace 
qui,  à  son  tour,  Ta  emprunté  à  une  pieuse  légende  du  moyen-âge. 
Un  jeune  homme  élevé  loin  du  monde  voit  pour  la  première  fois  des 
femmes  ;  le  jeune  homme  touché  de  cette  vue  demande  ce  que 
c'est  ;  le  vieillard  répond  ;  ce  sont  des  oies.  » 

LiTTRÉ,  Supplément, 

12.  «  Come  disse  colui  che  ferrava  le  oche,  ci  è  da  far  per  tutto.  » 
—  Comme  dit  celui  qui  ferroit  les  oies,  il  y  a  de  la  besongne 
partout.  Italien,  Dubz. 

13.  «  Cau  pas  qu'un  cop  enta  trouha  un  hèr  d'aouco.  »  —  Il  ne 
faut  qu'une  fois  pour  trouver  un  fer  d'oie. 

Armagnac,  Bladé,  Prov,  et  Devin,,  p.  56. 

14.  «  Sa  da  quai  piedè  il   maliscalco  ha  inchiodato  l'ocha.  » 

Italien,  Pescetti. 

15.  «  He  that  will  meddle  with  ail  things,  may  go  slioe  the 
goslins.  »  —  S'il  n'a  rieu  à  faire  qu'il  aille  ferrer  les  oies. 

Anglais. 

16.  «  To  steal  the  goose  and  give  the  giblets  in  alms.  » 

Anglais. 

17.  «  Il  frate  predicava  che  non  si  dovesse  rubare,  e  lui  aveva 
l'oca  nello  scapulario.  »  Italien. 

«  De  monnik  preekte  dat  mon  niet  stelen  mogt,  en  hij  zelf  had  de 
Gans  in  zijne  schaprade.  >  Hollandais. 

18.  «  Der  er  god  Gaasegang  i  Skoven  —  sagde  Rseven,  da  den 
vilde  lokke  Gjaessene  derind.  »  —  Il  y  a  un  fameux  pâturage  dans 
la  forêt  pour  les  oies,  dit  le  renard  qui  voulait  les  y  attirer. 

Proverbe  danois. 


ANSER  DOMESTICUS.  173 


19.  l'oie  et  le  renard. 

«  Ui»  jour  le  renard  réussit  à  attraper  une  belle  oie  grasse  qui 
s'était  endormie  au  bord  d'un  lac  ;  il  la  tint  par  son  aile,  et  la  plai- 
santant sur  sou  gloussement  et  sur  ses  craintes,  il  lui  dit  :  «  Si  tu 
me  tenais  daus  ton  bec  comme  jeté  tiens  maintenant,  dis-moi,  que 
ferais-tu  ?  —  Ah  !  dit  Toie,  tu  me  poses  une  question  à  laquelle 
il  est  facile  de  répondre  ;  voici  ce  que  je  ferais  :  je  croiserais  les 
pattes,  je  fermerais  les  yeux,  je  dirais  mes  grâces  et  je  te  mange- 
rais. —  C'est  précisément  ce  que  je  vais  faire,  »  dit  Rory.  Puis, 
croisant  ses  pattes,  prenant  un  air  modeste  et  fermant  les  yeux,  il 
dit  pieusement  ses  grâces.  Mais,  pendant  ce  temps,  Toie  étendit  ses 
ailes,  et  elle  fut  bientôt  au  milieu  du  lac.  Le  renard  n'eut  plus  qu'à 
lécher  ses  lèvres  pour  souper.  «  Désormais,  s'écria-t-il  furieux,  je 
me  ferai  une  règle  de  ne  plus  jamais  dire  mes  grâces  que  quand  je 
sentirai  la  viande  chaude  dans  mon  ventre.  » 

Conte  écossais,  trad.  de   la   collection  Campbell,  par 
M.  L.  Brueyre,  Contes  de  la  Grande-Bretagne. 

20.  Sur  la  reine  Pédauque  (au  pied  d'oie)  voyez  :  Histoire  de 
V abbaye  de  Saint-Germain-des-Prés,  par  dom  Bouillart,  in-fol., 
p.  309;  Piganiol  de  la  Force,  Description  de  la  France,  t.  111,  p.  227  ; 
Mémoires  de  l'Académie  des  inscriptions,  etc.,  t.XXIIl  ;  Montfaucon, 
Monuments  de  la  monarchie  française,  t.  I,  p.  192.  —  Sa  statue 
provenant  de  portails  de  diverses  églises,  est  publiée  dans  V Atlas 
des  monuments  français^  par  Alex.  Lenoir,  pi.  ix  ;  dans  les 
Annales  ordinis  Sancti  Benedicti,  de  Mabillon,  planche  de  la  p.  46, 
et  dans  le  1"  volume  des  Monuments  de  la  monarchie  française, 
pi.  XV.  Guenebault. 

21.  4n  Le  paradis  de  Voouchas  (le  paradis  des  oies)  est  l'enfer, 
suivant  quelques  uns,  un  lieu  intermédiaire  entre  le  paradis  et  l'enfer, 
comme  qui  dirait  les  limbes,  suivant  d'autres.  Quand  on  dit  à  quel- 
(|u'un  qu'il  ira  dans  le  paradis  des  oies,  c'est  qu'il  n'est  pas  assez 
pur  pour  aller  'dans  celui  réservé  aux  élus.  » 

Creuse,  com.  par  M.  F.  Vincent. 

«  Paradis  dil  j  oclii.  »  —  Casa  calda  ;  inferno. 

Parme,  Malaspina. 

«  Paradis  dei  och  o  dele  oche.  »  —  Voce  scherzevole  dénotante 
un  immaginario  paradiso  e  v'ha  pure  chi  talvolta  l'usa  per  inferno 
o  casa  calda.  Brescia,  Melchiori. 


174  ANSER  DOMBSTIGUS. 


«  Man  sagt  irODÎsch  einem,  er  werde  in  den  Q&nshimmel  kommmi.» 

Bavière,  Gbimm. 

«  Im  gausehimmel  sin  =  ohnm&chtig  sein.  » 

Grafschaft  Mark,  Griiim. 

Voy.  pour  plus  de  détails,  Grimm  Woerterbuch,  sub  verbo 
QànsehimmeL 

Cf.  u  II  ira  dans  le  paradis  des  chevaux.  »  —  Se  dit  de  quelqu\iQ  qui 
n'a  pas  mené  une  vie  exemplaire.  Wallon,  Dejardin. 

Cf.  aussi  :  »  Il  ira  au  paradis  des  noirtés  glénes.  »  —  Il  ira  au  paradis 
des  noires  poules,  c'est-à-dire  en  enfer.  Rouchi,  Hécart. 

22.  «  Wird  ein  kind  zum  erstenmale  zu  dir  gebracht,  so  schenke 
ihm  drei,  sechs  ôderneun  g&nseeier,  stosze  dièse  ihm  dreimal  an 
den  mund  und  singe  dazu  : 

Sobald  die  eier  anfangen  zu  gatzen 
Fange  du  an  zu  schwatzen.  » 
H.  Prôhle,  Aùs  dem  Harz  (dans  Zeitsch,  f»  d.  d,  MythoL^  I,  p.  200). 

Sur  Tusage  de  donner  des  œufs  à  un  enfant  qui  vient  vous  visiter 
pour  la  première  fois,  voyez  ci-dessus,  p.  104,  §  115. 

23.  «  Si  Poie  jarque  à  sec^  c.-à-d.:  ne  s'accouple  pas  dans  Teau, 
les  œufs  pondus  par  la  femelle  seront  cllabots,  c.-à-d.:  stériles.  » 

Deux -Sèvres,  com.  par  M.  B.  Souche. 

24.  «  Wenn  Gosselchen  (junge  Ganse)  zuerst  ins  Freie  gelassen 
werden  soUen,  so  musz  man  sie  durch  Mannshosen  hindurchstecken.» 

Superstition  masure,  Tobppbn. 

25.  «  Le  contact  de  l'ortie  est  mortel  pour  leurs  petits  et  leur 
propre  avidité  ne  leur  est  pas  moins  funeste,  tantôt  par  l'excès  de 
nourriture  qu'ils  prennent,  tantôt  par  leur  propre  violence  ;  car  il 
arrive  que  saisissant  une  racine  et  s'efforçant  de  l'arracher  ils  se 
brisent  le  cou.  Le  remède  contre  Tortie  est  de  mettre  la  raeine  de 
cette  plante  sous  la  paille  de  leur  nid.  » 

Pline,  Hist,  nat.^  traouction  Littré. 

26.  «  La  graisse  d'oye  en  ce  est  proffitable,  par  ce  que  mesle» 
auec  ius  d'oignon,  et  instillée  en  l'oreille,  appaise  la  douleur,  et  en 
tire  Teau.  La  langue  d'oye  deseichee  et  mise  en  poudre,  est  bonne 


ANSSR  DOMESTICUS.  175 


contre  rétention  d^rine.  Les  testicules  d^oye  mangez  par  la  femme 
incontinent  après  ses  purgations  naturelles,  ne  Texcitent  seulement 
a  Pacte  vénérien,  mais  aussi  la  rendent  féconde.  La  âente  d'oye 
deseichee,  puluerisee  et  prise  au  matin  le  poids  d'vne  drachme  auec 
vin  blanc  guarist  totalement  la  iaunisse  si  Ton  continue  d^en  vser 
l'espace  de  neuf  iours(i).  »         XVI «  siècle,  La  Maison  rustique, 

27.  Sur  l'usage  de  faire  le  jour  de  la  Saint- Martin  (11  nov.)  un 
festin  dans  lequel  on  mange  une  oie,  voyez  :  Carméli,  Délia  festa 
di  S.  Martino  ;  Anselme  Costadoni,  Ragionamento  sopra  la  ricrea- 
zlone  di  santo  Martino  ;  F'rohmann  (Johan  Christ),  Anser  marti- 
nianus,  1683;  A.  L.  Millln,  Les  Martinaîes  ou  description  d'une 
médaille  qui  a  pour  type  Voie  de  la  Saint-Martin,  Paris,  Didot, 
1815,  in-8,  36  pages. 

Dans  certains  pays  c*est  le  jour  de  la  Saint-Michel  que  Ton  fait  le 
festin  de  Toie.    Voyez  De  Gubernatis,  Myth.  zool,^  II,  p.  351. 

28.  «  L*os  de  Toie  de  la  Saint-Martin  a  le  don  de  prophétie.  S'il 
est  très  rouge,  Thiver  sera  froid  ;  s'il  est  blanc  le  contraire  aura 
lieu.  »  Reinsberg,  Trad,  de  la  Belgique ,  II,  272. 

«  Wenn  der  Brustknochen  der  ersten  gebratençn  Gans  weisz  oder 
blâulich  ist,  so  kommt  ein  strenger  Winter,  wenn  braun,  ein 
gelinder.  »  Oldenbourg,  Stracrerjan. 

Cf.  Faune  populaire,  t.II,  p.  395,  §  2. 

29.  «  Dans  les  jeux  de  village  Toie  est  suspendue  par  la  tête  à 
un  pieu  ;  un  autre  pieu  plus  court  que  le  premier  et  planté  devant 
lui  ne  laisse  qu'un  étroit  passage  aux  bâtons  que  des  bras  robustes 
lancent  successivement  vers  ce  but.  Il  faut  que  leurs  atteintes 
redoublées  séparent  le  larynx,  l'œsophage,  les  muscles  et  tous  les 
liens  qui  attachent  le  tronc  au  cou.  Celui  qui  les  sépare  par  un 
dernier  coup  termine  ainsi  le  supplice  de  l'animal  et  il  est  proclamé 
vainqueur.  >»  A.  L.  Millin,  Les  Martinaîes*  Paris,  1815. 

JEU  DU  Tire-jars  A  saint-malo. 

«  Un  jars  (ou  mâie)  est  suspendu  par  les  pattes  à  un  arbre,  dans 
une  avenue  bordée  de  nombreux  spectateurs.  Des  hommes  à  cheval 
sont  rangés   sur   une  file.  Après  avoir  tiré    au  sort,  à  un  signal 

(1)  Môme  superstition  dans  le  Staffordshire  ;  voy.  Hardwich's  Science 
OosHp^  V,  141. 


176  ÂNSBR  DOMESTIGUS. 

âonné  ils  partent  tour  à  tour,  passant  au  galop  sous  Tarbre  otr  est 
suspendu  le  jars  dont  on  doit  arracher  la  tête  avec  la  main,  sans 
quitter  la  selle.  Le  vainqueur  est  proclamé  roi  ;  il  choisit  une  reine 
dans  rassemblée.  Chaque  cavalier  prend  une  dame  en  trousse  et  la 
cavalcade  joyeuse  et  bruyante  se  rend  à  un  banquet  préparé  à 
l'avance.  »         Verger,  Archives  cur.  de  Nantes,  1838,  col.  241. 

«  A  la  fête  patronale  de  Béhobie  (Basses-Pyrénées),  le  jour  de 
saint  Jacques  (25  juillet),  on  offre  à  la  population,  entre  autres 
divertissements,  celui  que  voici  :  Dans  la  rue  principale,  une  corde 
est  attachée  à  la  hauteur  de  deux  maisons  qui  se  font  face.  On  y 
suspend  par  les  pattes,  et  successivement,  jusqu^à  cinq  ou  six  oies 
vivantes.  La  tête  pend,  et  les  concurrents  à  cheval  doivent  essayer 
de  Tarracher,  en  passant  au  galop  sous  le  volatile.  Mais  la  tète 
n'est  presque  jamais  séparée  du  premier  coup  ;  le  pauvre  oiseau 
est  lentement  mutilé,  et  les  cris  que  la  douleur  lui  arrache,  se 
mêlent  aux  cris  de  joie  des  assistants.  > 

Bull,  de  la  Soc.  protectrice  des  animaux,  1858. 

«  Gansreiszen,  m.  in  Baiern  ein  volksmâssiges  kraftspiel,  wobei 
eine  gans  an  einem  hoch  aufgespannten  seile  mit  den  fuszen 
aufgehàngt  wird  und  von  den  theilnehmenden  durch  einen  sprung 
am  kopfe  zu  erreichen,  zu  reiszen  ist.  »  Grimm. 

30.  «  Ce  que  disent  les  oies  : 

Le  jars,  Toie  et  les  oisons  arrivent  dans  un  champ  de  blé  :. 

Voie,  —  Jhal,  jhal,  jhal  ! 

Le  Jars.  —  Mangeons  le  grain,  mangeons  le  grain  ! 

Les  pirons.  —  Ne  gâtons  pas  la  paille  à  thiau  Thomme  !  » 

Deux-Sèvres,  Souche,  Proverbes,  etc. 

31.  «  La  mère  le  perd,  on  le  trouve,  on  le  passe  par  le  feu,  on 
lui  arrache  Pâme  et  on  le  lait  labourer  dans  un  champ  où  il  n'y 
a  pas  de  terre  ?»  —  Une  plume  d'oie. 

Deux -Sèvres,  B.  Souche,  Formulettes  et  Devinettes,  1882. 

32.  «  Dat  kummt  van  Làben  un  hett  kin  Làben  —  un  kann  doch 
jeden  Naricht  gàben.  »  —  Gànsefeder. 

Duché  d'Oldenbourg,  Stragrerjan. 

Cf.  Rolland,  Devinettes,  p.  37. 

33.  «  Dar  schwemmt  wat  unner  de  Bruggen,  —  hett  'n  Brutbedd 
uppen  Ruggen.  »  —  Gans.  Oldenbourg,  $TRAC&£aJAN. 


\ 


ANAS  DOMESTICA.  177 


«  Dar  geiht  'n  Plattfoot  œwer  de  Bruggen,  —  hett  min  Bedde  up 
'n  Rûggen.  »  —  Gans.  Idem. 

«  Dar  drifft  'n  Ding  under  de  Brûgge,  —  hett  'n  Bruutbedd  up  de 
Rûgge.  »  —  Gans.  Ostfriesland,  Hrrmann  Meier. 

34.  «  Ein  weiszes  Fâschen  mit  rothem  Zâpfehen.  Was  ist  das  ?  » 

—  Die  Gans.  Devinette  lithuanienne,  Schleicher. 

35.  «  Es   kommt    ein    Bettler  auf  zwei    Krûeken,     bringt  ein 
Rôcklein  aus  zwei  Stûcken.  Was  ist  das  ? —  Die  Gans. 

Idem, 

36.  «  Kommt  ein  Bettler,  Lappen  auf  Lappen,  durch  die  Lappen 
geht  kein  Wasser.  Was  ist  das  f  »  —  Die  Gans.  Idem, 

37.  «  Ein  kleines  Weibchen  hat  viele  Kleidchen.  Was  ist  das  f  » 

—  Die  Gans.  Idem, 


ANAS  DOMESTICA.  —  LE  CANARD. 

I. 

1.  Noms  donnés  à  cet  oiseau  domestique  d'une  manière 
générale  : 

CANARD,  m,  CANE,  f,  français. 

GAINE,  KAiNE,  KÊNE,  f.  Lorraine.  —  Franche-Comté.  —  Bour- 
gogne. 

ANETTE,  f,  ÉNETTE,  /.  picard. 

BOURi,  m,  Franche-Comté.  —  Bresse. 

POTET,  m.  Beauvois- sur-Mer,  Gallet. 

BARBOT,  m,  argot. 

AHATÉA,  basque.  ^ 

ERRATÇA,  tsigane  des  pays  basques,  Baudrimont, 

HOUAD,  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

N^<r<xa,  grec  ancien.  —  Anas.  lat.  —  Anati,  Anade,  Anadi,  f.  Sard.,  Spano. 
-  Aneda,  Aneda  Coppaïuu  mil.,  Banfl.  —  Anatra,  Anitra  i     —  Hadra.  Nedrot. 

12 


178  ANAS  DOMESTICA. 


Brescla,  Melch.  —  Anara,  Ferrare,  Ferraro.  —  Anera,  Venise.  —  Arena, 
Vicence.  —  Aura,  An-nia,  Moiitferrat,  Ferraro.  —  Angna,  piém.,  Zalli.  — 
Anja,  Val  Soaua,  Nigra.  —  Navigant,  fourbesque  de  Parme,  Malaspina.  — 
Anade,  Pato,  esp.  -^  Adem,  port.  —  Anut,  anc.  haut-allemand.  —  Ant,  Ent, 
moyen  haut-ail.  —  Ente,  ail.  —  Ahnt,  Oldenbourg,  Strack.  —  Snater-int- 
water,  Ziep,  Snittersnatter  (noms  enfantins),  Oldenbourg.  Strack.  —  Gatsche, 
Posen,  Grimm.  -^  Gfitschel,  bavarois,  Orimm.  —  End,  holl.  —  And,  suéd.; 
danois.  —  Duck,  angl.  —  Hwyad,  gallois.  —  Antis,  lithuanien.  —  Utka. 
russe.  —  Utva,  serbe.  —  Kaczka,  polonais. 

2.  Noms  donnés  au  mâle  : 

CANARD,  m,  français. 

CAiNAiR,  m,  Morvan,  Chambure. 

CANAR,  m.  Bagnères-de-Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 

CAiNOT,  m.  Vic-sôus-Thil  (Côte-d'Or),  com.  par  M.  H.  Marlot. 

MÀLAR,  m.  Montargis,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

MAiLLAR,  m,  normand,  DelbouUe.  —  picard,  Corblet. 

MASSou,  w.  rouchi,  Hécart. 

BOURRAIT,  m.  Montbéliard,  Contejean. 

GABRÉ,  m,  Tarn,  Gary. 

RIT,  m.  Aveyron,  Vayssier. 

TiROU,  m,  Lauragais^  communiqué  par  M.  P.  Fagot. 

GUiT,  m.  Landes,  de  Métivier  (^).  —  Bayonne,  Lagravère.  — 

Castres,  Couzinié. 
JORAT,  m.  Charmois  (arrondissement  d'Épinal),  L.  Adam. 
BARBOTIER,  m,  argot,  Leclair. 

Synonymes  étrangers  : 

Nader,  Parme,  Mal.  —  Ratsoin,  roum.,  Cihac.  —  Antrëcho,  ancien  haut- 
ail.  —  Andrich,  Andricht,  Bavière.  —  Antrach,  dans  la  Wetterau,  Grimm.  — 
Enterich,  Entenvâterchen,  ail.  —  Warth,  Wedick,  Erpel,  Prusse,  Frischbier.  — 
Woord,  holl.  —  Wahrt,  Oldenbourg,  S trackerj an.  —  Wânnâck,  bas-allemand, 
Schwerin.  —  Drake,  angl.  —  Antinas,  lithuanien.  ~  Kaczor,  polonais.  — 
Racman,  croate  ;  serbe.  —  Rossak,  albanais. 

3.  Noms  de  la  femelle  : 

CANE,  f,  français.  —  normand. 

(1)  Dans  les  Landes,  pour  distinguer  le  canard  domestique  du  canard 
sauvage,  on  appelle  ce  dernier  Guit  canard  (De  Métivier).  —  finit  canard 
semble  signifier  le  goit  qui  se  trouve  dans  les  cannes  (=  roseaux)  et 
c'est  peut-être  Ik  Torigine  première  du  nom  dé  canard  donné  d'abord  & 
Vanaen  boschas  puis  par  extension  h  Tespôce  domestique. 


ANAS  DOMESTICA.  179 


GAINE,  RAINE,  KÊNB,  f.  Lorraine.  —  Morvau,  Chambure. 

CAïENE,  CAÏNE,  f.  arrondissement  de  Toul,  L.  Adam. 

TiÉNE,  f,  arrondissement  de  Lunôville,  L.  Adam. 

TCHÉNNE,  TCHÉNE,  f.  arrondissement  de  Nancy,  L.  Adam. 

CANARDO,  f,  Bagnères-de-Bigorre,  com.  par  M.  A.  Gazes. 

ANE,  ANNE,  f.  (=  latin  anas)  ancien  français. 

ANÈTE,  f.  rouchi,  Hécart. 

ALEDRO,  f,  cévenol,  Azaïs. 

BOURRE,  BOURE,  /".  Vosges,  L.  Adam.  —  normand,  DelbouUe.  — 

Haute-Normandie,  Decorde.  —  Montbéliard,  Contejean. 
BODROTTE^  f.  Montbéliard,  Contejean. 
BOUGRE,  BOUORRE,  f,  Bessin,  Joret.  —  Val-de-Saire,  Romdahl. 

—  Ban  de  la  Roche,  Oberlin.  —  Vosges,  L.  Adam. 
BORiE,  f,  Montargis,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 
TIRO,  f.  Lauragais,  com.  par  M.  P.  Fagot.  —  Aveyron,  Vayssier. 
RITO,   /.   Bas   Quercy,    communiqué   par   M.   J.  Daymard.  — 

Aveyron,  Vayssier. 
GUYTO,  /",  Castres,  Couzinié. 
6UITE,  f.  Landes,  De  Métivier. 
LIRE,  f.  Bassin,  Joret. 
PiRETTE,  f,  Guernesey,  Métivier. 
BARBOTTE,  f,  argot,  Leclair. 
HOUADEZ,  f.  breton. 

Synonymes  étrangers  : 

Nadra,  Parme,  Mal.  —  Ratsa,  roum.,  Cihac.  ~  Raca,  croate  ;  serbe.  ~ 
Réce,  Raca,  hongrois.  -—  Rose,  Rosse,  albanais. 

4.  Noms  du  canard  dans  son  jeune  âge  : 

CANET,  m.  français.  —  Poitou.  —  Saintonge.  —  Côtes-du-Nord. 

CANETTE,  f,  français.  —  normand. 

CANETON,  wi.  français. 

CANOT,  m,  Charolais,  communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

CANOTTE,  /.  Auxois,  Communiqué  par  M.  H.  Marlot. 

CANATOU,  m,  Corrèze,  communiqué  par  M.  G.  de  Lépinay. 

CANi,  m,  Clamecy,  communiqué  par  M.  H.  Marlot.  —  Montar- 
gis, com.  par  M.  L.  Malon.  —  patois  gallot,  Sébillot.  — 
Seine-et-Marne,  com.  par  M.  Leclerc. 

CANON,  m.  Centre,  Jaubert. 

CAiNON,  CANON,  CAïENON,  TiÉNON,  W2.  arrond.  de  Toul,  L,  Adam. 

CANICHON,  m.  ancien  français,  Duez. 


180  ANAS  DÔMESTICA. 


HANETON,  m,  (dérivé  du  latin  anas)  Guemesey,  Métivîer. 

BORION,     BORRION^    BOURION,      BOAURION,      BOUOR,       m,       VoSges, 

L.  Adam. 
BouoRE,  BOUOROT,  m.  BOUÉRÈTE,  f,  Bessin,  Joret. 
PIROT,  m.  Guernesey,  Métivier. 
RiTOU,  m,  Bas-Quercy,  communiqué  par  M.   J.   Daymard.  — 

Aveyron,  Vayssier. 
RiTOUNO,  f.  RiTETO,  /".  Aveyron,  Vayssier. 
TiROU,  m,  Toulouse.  —  Tarn,  Gary.  —  Aveyron,  Vayssier. 
LiROT,  m.  Bessin,  Joret.  —picard,  Corblet. 
LUROT,  picard,  Corblet. 
LiRLiRE,  f,  LiRÉTE,  f.  Bcssin,  Joret. 
GUITOUN,  w.  Landes,  De  Métivier.  ** 

KiRi,  TCHiRi,  TiiRi,  TCHiRA,  m,  arr.  de  Lunéville,  L.  Adam. 
GOULU,  Morvan,  Chambure. 

Synonymes  étrangers  : 

NYjffcraptov,  grec  ancien.  —  Ny)ttiov,  gnec  attique.  — •  Anatrino,  Anitrino, 
Anitrocco,  Anitrotto,  Anitroccolo,  Anitrello,  ital.  —  Anedin,  Mennacan,  Bisquinci, 
mil.,  Banfl.  —  Aniôt,  piém.,  Zalli.  —  Nadrén,  Parme,  Mal.  —  Hedri,  Hedroti, 
Brescia,  Melch.  —  Anadeija,  A  Anadoncillo,  m.  esp.  —  DackHng,  anglais. 

5.  «  On  reconnaît  que  l'éclosion  des  œufs  de  canard  aura  lieu 
dans  peu  de  temps,  c'est-à-dire  dans  quelques  heures  lorsqu'en  les 
remuant  avec  la  main  ils  font  un  certain  bruit  qu'on  appelle  grol- 
loun,  »  Bas-Quercy,  communiqué  par  M.  J.  Daymard. 

6.  La  basse-cour  pourvue  d'une  mare  où  on  tient  et 
nourrit  les  canards  est  appelée  : 

CANARDIÈRE,  f.  français. 
CANETiÈRË,  f,  ancien  français,  Duez. 

Synonymes  étrangers  : 

NyjffdOTpocpeîov,  grec  ancien.  —  Anatrario,  Anatria,  Anetria,  ital.,  Duez. 

7.  Celui  qui  garde  les  canards  est  appelé  : 

CANETIER,  m,  ancien  français,  Duez. 

Synonyme  étranger  : 

Anatrio,  italien,  Duez. 


ANAS  DOMESTICA.  181 


8.  Comment  on  parle  aux  canards  pour  les  faire  venir 
près  de  soi  : 

BOURRi  !  BOURRi  !  Suisse  romande,  Blavignac.  —  Montbéliard, 
Contejean. 

BORiTE  !  BORiTE  !  Montapgis,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

KAN  !  KAN  !  KAN  !  Finistère,  communiqué  par  M.  L.  F.  Sauvé. 

CANi  !  CANi  I  Centre,  Jaubert.  —  Morvan,  Chambure. 

lirotës  !  LiROTES  !  LiRBLiRE  !  normand,  DelbouUe. 

LiROTTES  !  LiROTTES  !  Pays  de  Bray,  Decorde. 

RITE  I  RITE  !  RITE  !  RiTOU  !  RITOU  1  (pouF  appeler  les  petits  cane 
tons)  Deux- Sèvres,  communiqué  par  M.  B.  Souche. 

RITOU  !  RiTOU  !  RiTOU  1  Bas  Qucrcy,  communiqué  par  M.  J. 
Daymard.  —  Aveyron,  Vayssier. 

ITOU  !  ITOU  !  ITOU  !  Bas  Quercy,  comm.  par  M.  J.  Daymard: 

GOULUS  I  GOULUS  !  Centre,  Jaubert.  —  Morvan,  Chambure. 

sou  !  sou  !  Deux-Sèvres,  communiqué  par  M.  L.  Desaivre. 

GOURi  I  60URI  !  patois  gallot,  P.  Sébillot. 

POTES  !  POTES  !  (*),  Auuis,  L.  E.  Meyer.  —  Deux-Sèvres,  com- 
muniqué par  M.  B.  Souche. 

Synonymes  étrangers  : 

Ani  f  Ani!  ital.  —  Anin  !  Anin  !  mil.,  Banfi.  —  An  !  An  !  Brescia,  Melch.  — 
Qnan  !  Qnan!  mil.,  Banfl.  —  Gatsch!  Bavière,  Grimm.  —  Wheetie  !  Banffshire, 
Gregor. 

9.  Interprétation  du  cri  du  canard  : 

CAN  !  CAN  !  français. 

couiN  !  couiN  !  français. 

couAN  1  COUAN  !  Poitou,  Le  canard  potevin, 

MOUAC  !  MOUAC  !  Montargis,  communiqué  par  M.  L.  Malon. 

Synonymes  étrangers  : 

Pak  !  Pak  !  ail.,  Wackernagel.  ~  Quakf  Qnak  f  allemand,  Wackernagel. 

10.  Du  canard  qui  fait  entendre  son  cri  on  dit  : 

CANQUANTER,  Morvan,  Chambure. 
GOiNQUER,  normand,  DelbouUe. 

(i)  Cf.  le  mot  potet,  nom  du  canard  &  BeauvoisHSur-Mer,  selon  Gallet. 


182  AN  AS  DOMESTICA. 


couiNQUAiE,  Poitou,  Le  canard  potevin. 

Synonymes  étrangers  : 

Qnaken,  6aken,  Platzen,  Schnatteni,  Schnadarn,  allemand. 

11.  Les  locutions  suivantes  font  allusion  à  la  démarche. 
disgracieuse  du  canard  : 

CANBTBRi  ALLER  CANETANT  (camiaar  come  l'anitra,  auidar  ca* 
^    dendo   dair    una    e   dalP  altra  banda  come  le  anitre), 

anc.  français,  Duez,  Dictionnaire  français-italien,  1679. 
CAiNBTER  (marcher  à  la  manière  des  canes  en  se  dandinant), 

Morvan,  Chàmbure. 

MARCHER  COMME  UN  CANARD,  COMME  UNE  CANE,  français. 

SE  BOUROTER  (marcher  lentement  comme  une  boure),  Haute- 
Normandie,  Decorde. 

BOUÉROTÉ  (marcher  lentement  et  lourdement  comme  une 
bouore),  Bessin,  Joret. 

BOUOROTÔ  (même  sens),  Val  de  Saire,  Romdahl. 

Synonymes  étrangers  : 

f 

Anadear,  esp.  —  Squanqaanà  (camminar  come  l'anitra),  milan.,  Banfi.  — 
Watscheln,  allemand.  —  To  wattle,  anglais. 

«  ....  Ajoutez  à  cela  qu'il  était  gambi  comme  une  cane,  en  sorte 
qu'en  marchant  il  avait  Tair  de  vouloir  vous  mordre....  » 

Chauvelot,  Scènes  de  la  vie  de  campagne  (roman  bourguignon). 

12.  «  Non  eau  pas  amucha   a  hilh  de   g