Skip to main content

Full text of "Traites sur la musique"

See other formats




/ 









































































' -’/r r'»v\-: cM 



r" 


% ^ ’i 


f:. 5- s 

tÿ ..,'■> , -‘ cry 7' ' < t 



>»■ 

Vv ^ ^ A.y 

A 

-kA*r * , 


il :f3h 

.- î 

^ Ar 


*■ • 

. V 



' ^ w 


5Çv.; •■ 

.-V, T « r , . 


J- 


««é 

« 


if 

•■ té t 


) 


-^ÎPvp^gj£36;7r. ■;■■ . ■i^^' .y ' .:, 

y ■•. ; ' i•<^«i' '■V'!.'<®T’r .y„\'- ■ r'V-'r"-» 1».f -... 

•> , '■'*' jm' '■■J" ■ -i-'W ^ ■» ^ 

.. •': ■'A"' . 7,;^:. , ‘-,,v ^ 

^■•' V 'k: *: . m- - •■- .,. “ ; - ■■ '■i 


‘ * 4. 


y* 


■/ 


>V. 


kk:'-^-i..-.’k-' '■' 

ii. • 

7'.ïi' .'■'■•• ^r''^*--'.Vl*i,».-, J^l , X 
' ■'< f -Il »K ' . 4 + •.' ' • 

'r'^ •■*». >;• ) ' . 


' I 




^ « 

y-^ 

4 « 


i ■ »i-i. •. -i . . 

J.;, - <r.. v -, '.. ‘,; '. -, ■■-•«'■ ■■ . •■ •■'. ;• i'. * 

Z ■ ' vk 

':*ï .. ^ V-"'•'•. ■ • .. - :*r T- 


• '*f \. 

V 




a'. •: 




. •'' • • Vr^ 

• t! J > 

‘ ; «r 


f \ 

,■' ■ > 1 . 


/■\ ^ ■* I T ^ 

. 


#, 


t 

f9f^ 


4i <-> 
•1 • • 'v 


TW 

•-r. 



■■ -k-, - ■ '■ V v-k 

'4ry,v; -kk _ '-. 

’*■ «^ • ♦** < '•’ ' ■ *■ ' '"’■ • ( ^ . r » ■ sA - 

-.:» ■’ <S^-‘fe*‘V,’ ••.. . -.k.vv.:S'" y '■ -J/ , 


V'y» ' « 

»■ J.Vi -t' 


J[.^*i -f' » 

* Ma j 


'■' -î- 


'<■ .»■ •*.. - 


• V • •• 

V 


’ : /■ vyf ' f '••^k 

». vf. , .. . - »-■-••■. 

• ] 


.. t . 

.• T. 


V 

» 


- -Tl- r ,■• V . . , 

^,4- -.-A-,/ 

'' '>t y '-■'■> 

.,-^. ■. . • '‘lA* • , w . ' -V 


, \ 


’l - y 

r* f >' 


* * %^s 

•• r** ' *1 1 


*‘*' . i >â Ar* I 


•'• ï- ■v<; ■'• rr/iv ,jr> 

V A;.'■,;■■ ' ' «.k'* v k' ' 

'■' . 'rk **^-'‘• ' ’ ■'' ^ '-' '. .y ' % “ ' *■ ' •'^ J 

* f 4i, ’*'**V*' . , *. % ^ . «r • 

' "*' 7. ’' ■ ■•'-V«T^-r*''■•> ' • i 1. k- .- , ,/t.J ' a"?: ■•*r^ ■> >•> • ■ ■■ i * ’.-r 

’Tl • c * i '■/*> ‘ >4 "r ' * «A. ■» t< ^ , '’t 

^'-Xi>r/,v 4 '.,- ,. *? -- » .. , *■ «• rjL 

•-, •l*-,. .■ . •.■ , ',,*•»• . -i' \ /f ■ . % , '. . \ -'A 


. , ■ i» 

- * 


'■ ■.''»- 


i, 








•VÀ»-, 


U 

■'K- .• ■ 


• - X .' V. 

• * , i 


T * 


. •»*» I 




y :r^ t t'. »>•. t ' \> ■ - 

*. M • k-’ ■ .( -.A .''’‘i:'‘! -•' ; 

■ •■- ;. » '4 - <f ; -V- • ., . 

k-v'''".k'kk' v'ï*k.: 


k'^v 


s ' 

» •' 




« 


'k. -. .k -, ‘k 

■ '-. ■• *&'■ -i'' '.-t"- 

"T- •■' '• .; ' .■- k- -, _•' 

A' ‘ V -T<A .• ‘. il . - . .1 .A .. i 

k-t/i-Mè • * “ i . . .* ' • V • 


\ 

.** 4*- 




\ ■ 


.l'T •? ' .; ' .' . Hti-'vi'j _■' 

> ‘ ? *-'.‘r:>l }.. • ■ ;'■-' ■ , .,' ■, . 

: ■ ' >■ ’,'■■■ •.À'..' .,i;v ' "Vir' 

.;. 9’’y::Z:)ié ,\-■ -v, .a. . ^ 

-A - .‘J- ■ • . . « ■ 1 - Afc' 

k * •» .-♦ A_ A* 


' \'V-i 

'xk 


Al >» 


K 

j,-r- •> 1 

•■••M A** 


% / 


' 9 


.1.' > J. w f «,«3 

- • V» V> > y*® . . 

^ •>#-'. “ïnêfiA'■■ * A -.j 

'.•,, • r ' * ‘ • VA* . . ■ ■ . 

., * k' '' ■-. -.y .'* ■ - -A» 


T^. ' * 

^'4ry • 



J ^ 







COLLECTION 

COMPLETE 



D E 

T. J. ROUSSEAU. 


TOME SEIZIEME. 











^•• •'-, . ■ ^ ^-rr^kr- 

V. ' >': k (J V'-’ 't^'; ■' •'^. ■'?!■• 


>' r 


/ •. 




r ' . '* ■ '' •■/ 

• i fr V' * ' ' ^ 


.• , ".• -• ^ -P.VT - 1 ,v z' ?• ■ .' -y*/; . 

. ^-■' , 'v. 'k-:'- - ' , ... • ■-■^7 .• - ^ 



\ ■ 

•r .H 


i . rf - >-.'• • V-, C 

4.7'" . .:n:lv. 7 zi?ÿ 




fct-;' , 
•«.- y * 


t - 


'■ < . ■ .1' . i ».• /i^ 

X ' • - ■:.*■< • V J fj. 

'•^ ... „■: -. , i(r 


,/■• V ' 


f^;:'V'Vy"^ '/'i 'ii^' '7^ ./ > ■ ‘ s^.;^ 

* «A‘ ^ ^ .■ TBf ^-*7^ ^ ^ J-i ' 

■■-■ ’ ■'' '’V'; .' '■^•‘•^' • ’ ^V7. .■' ■ ' V ■ , ^ 7 .^ 4 'Vî 

‘t ' '" ■ ' ") I ' ' ' . •' ' . •■ ■. . '.- • ' **" 




i 


- ? w. -*' ■• 

A ■; -,y ' ï 


z- ( 


.î 




>M 


V■^ ■ ■• 7;-.. - . ' ■■ / •' ■ ■• - ' *.. . . - • .1. 

I '• V ,.■■••,■ ,. ■ / *■' *' 'r • *•-' ' ’ i>, 

mm ^-7 ■' 


\ ,. i \ 


' ^-'i.'i.r'' ,j^ .. ■ .'• "v i>Vrts..vï^ -V -'' ! / 7-«i*ii.''. ' ■" 

m -<'#■ - ■ :!W; ^ ■'. ■ ., 

1 


:■! • , 





*-'4r'-V y-i»* 


*.. 


r ^ 


. 1 ^.... 


^ ■>. N-' i.^'. "I 3 i ?■• y .'■"‘"ÆI..' .' f. 

!^'-. ■ ■■''7 ’ ; "* ^ ' .-fî-.y-c; >' ■ . , .1 /. > I. ‘ « ■' « 


■ -y ' 7^ ;Y7^7 'v, V •. r’,,. : 




\y 

J t 
•4 , 



•» t .'« 

^11 A 

^ v- '< 


./■■ , -il 


t,* J - 


N i- 

- 


./ 


■\ 


^■''K 
•• *7 


. ;jT» . y .y. 

'7 ^ 

^ - -» . • 


V ' 




-J. 7 ' 'i ’ 


.kl 


’7;.‘jt. y f 

St’ 


A’ ^ 


,. • . ). .. i ...- 


■■*'^ V 


y . .1 !', .. ?(<•. • iVv ‘ . ■ "■ ■ \ - ■■' •, /'; 

1 |fc‘ Z. .y :. „ ;u. 7'/'.vit. •, -y h '. ^ ,^. ^ ■“ • 


V 


. •- ' y. * 


r-r- ..r 


f k. 


' • * * • ’ 


= ■:.. îi-. '■ ./'\ V 

■V V- - y . 

P- v' ■■ I • p'I 


-A ** 


'7 



_*‘-v<.. ' • ' *'',■>'*•' • ■ "'î** • * *^r® 7 

■■ 7 ; ■,^i 7 .' 7' ' /■*- 



V 

I y 


y} r 


"tr 
«> « 


A **• 




) < 
» 


" 'P'. 


1- 


I 


■y-J» t' 


■ V < 

’ .’» 


, ^ * 


’i* ' ,■ *■'• 

..'Y.' .» - 
■, , ^ 

7 . y ‘ -yAi^' • • y. 

,♦* . •!• . ,!> 


^ .' 7! 


,. >' 


V 


- ( 

} "'‘a' 


( ■ V 

. <' 


y/ . ' '. . ' * • '• - -.. . 

y ( ‘ y \'. i' y'.xi- ' *, .'f". 

■ • ■ - .../fr > . ; V ■ 

' y 7 ' A '■ ■■ I- 

- '.- %-.'■ • ( . . .'7 ■ ’ ’ V ' 

^■-.•l ■ ' : ■ :'- ' ■ ;! : 'r :v^' , •■ * ^ ;V-^ ^.' 

I . 7''y’ ' Y , y ,■■ - * ' • 'r 

\k 7 y "A •: .A: A« ■ 


.".. .A ' 

• I 




f 


f ■ ‘ 


'* f: 




V 


.• ' .‘l 


• ^ > 


»• ' 


. ! 


^ -m <:kkkïry-^ • ^vvy.V :'-v ” 7- ■ ^.v-' 

t “ ■-v. "■ ‘ . 'C . ■ • '.' A ' / 

■f*'. '■ ♦ ', «^ ' ■ ' ■ * !■ '■■*•. \. ' 

.--A' . Xt * ''* t 'A ^ ' iV ' . A » •* . . 


7 ^ Vj 

tv 



'vA 


■' ■. Va' ■ f'X' â-■ , ^ 

Cà; a:- . A. • \ 




:.:A 


J 




'' K 

>. V ‘ 


A' A 


' ». 


A 


^*f .. 




I ■ ■' . • 

'.Al 


V 


, H •• l. 

*'.b . : V, s 




t 

•V» 






COLLECTION 

» 

COMPLETE/ 

DES ŒUVRES 

D E 

J. J. ROUSSEAU, 

Citoyen de Geneve. 


TOME SEIZIEME. 


Contenant diverfes pièces fur 
la Mujlq ne. 


A GENEVE. 


M. D C C. L X XXI1. 





















c 


', ■^■.*^ ■ ^ iJ.^ • 




', 0 . 4 4 . m 


.. rv - - i ^ ^ f 

'?4--v^ »'^i’■ 

fl . > ^ ^ , 

<^aV ' ■ ..•t,4 / ‘ 


?; .>,: ■•-> ^ 'î>^-S.> »■' ". «■'X.-'V V''^■'A ’L -'• /« 

4^ V. ' •'• *.-r,'x-’ -’■ *( --N.-*\r.î. »• •■^',-- ■.x'-'V ■'', .•..•4,, . 

^ '•- ■ -V-. ^ '/ ■ V i- X '- ' '- . ^ 

''■''.4 ■• •- .. il Av’ ' “«'-A'^’^'_. ■ ;-•»?î'‘''‘‘\ .■'■'■' ■ ’•..-! 


;>• -î 


fâsip" ■■> A -/ ;■ -, 

r .sa:.' '■ •.*>:•>.■ -v'> ■:•'•■'; '1. fi. >- , 

' ' “''[ff.-'/ ' -.y> ''a i'j-r - r?' ^ ■- ■ Jt. . ■ . .../■ 




'-V. 


* *"S 


r 


Syf 


A ' r 


.*>».•< , 


i.-' 




> . ^r. 

^ t‘. •■'■ *'• / * ^. -.'v^ '’‘ y '■■ ■■v,\ ' 

' X '' .•: ' . ■ ■ ■''^,. ■ ■•^'A*'. ' :/'7;.':,'> ^ . 1.''- .\s4- 

i". • ', ■'^ »■ î 

A - • V <' ’ ■ 


\"r 



'.'•t ' 


' ■'I 


.•i' ' ' 


■ .' v ' 


r 
i • 




f 


' * fe 

V-- 


' ' V-: ÂÀAli^'''7 '^•. 




A' 




,^'7 • 



1. 

■’ï' 


'<-■ 


*<• ’XfUll ■ 




r’"-' 


/ • ■ ' • 


A-i.t»; ■ 


. / 




" .• . -U 

- /'cAv-;'-; W. ^■ 


• K,. •’ -^ ’o : •■ 


V . 





» '4? 

'■iT' 1 


• v 


\ 




:. .i 


: %*, 

' A* > - 

.ilJ 


■ ^ 1 




1 


» » • 

» 




A 


■ t 

f ' 


f-. ^ ■• 

• V . 


•• ’jp-. 


V • ■ 


r 


> 


V 


/-> 

A 


■> v 




s 

.4 


^ % • 



N 






f 


I 





R O J E T 


CONCERNANT > 


D E 


NOUVEAUX SIGNES 


POUR 


LA MÏJSïQnE, 

Lu par CAuteur à VAcadémie des ‘Sciences , 

le 22 Août 1742.. 



GENEVE. 



■V 


M. DCC. LXXXI. 







\ 


J 




• / 


.\ 




• << 

\ ' 


■; '^v. 

I #» • - 

< ■ ■ 

i > ■ • 

.. T/ , / , •' • , . 


" I • 


I 



< . 


i! 


’. 


/T, 


#N 




/•> 


i ik. 
. i 




K: 


iihi 

N 


' :.^tv 


: • 


r . • 

I 


. 1 , 


^ ». 


.< i./ 


-4' . 


T •. 


/ 




T 


1^-' 


' V 


•f* V' V 


i, \ '■ 
I f’ •'* 


il ■ J.l - 


il. -«I” I J 


^ S 


J”* 


M •' •*• ■ ^ 

i ’■•■> 

^ »■■ Jt ^ ♦ i 

i-.- A. ■ ’,, fy\\\ *! i^'-' 

' V 

•V, VV . •,/; 


: ) 1 »» 


t. 




;,.ï: ^ 




V* ■ 


/; 


• / 


A 


s,-. ,v 




,' ■ ’v- ’.-r . 

■ ' V-.. .tu 

' ‘ ’ ’ AI 't J, 


/. 'T S- ■ 

»n- ; ■• ' ^ T ‘ ■ 

♦< 'iiU? aA £ 


X" v »- 

/■ > ,1 I- r 


) ; 






«- / 

n < . 


i 




' A -A 

i-•> î-'*. ' i •■' *’ 


-j&'-A 




•*1' 


' 9 

..M . 




. A \ 


i- ^ < . : . ' 


♦.•i 


I 


O 

V f w -> A ^ 


> , 


> 

■ u; 




.<• t 






^ j ^ 




" ;•» /■ ■ yi-* -■ ». 

%■ -ts^l [ '.f „ 

• . -Â>t *% ^ J. 


.•î?' 








I . 


5?.;.''„. A; r 


> t • V' * %'■ . n'*’ ;.;' Al >*< 

V y» *•( t 


VA 

• -' 'î 

. V T *• * 


/ ; 


'W '♦ -.v • t »*! 


\ 


; \ 





-lÿ I / j. 

•'•" ><■ vt 


.. 1> *■ 

^ \ 


f ' . * 


. A 

A y ' 

'A • • 




Y 




J 


‘ • .y. 

• i> ' 


■» Ajty.; • 


t, A 


, - » 


^ . -, V 


à r ^ 

--A i« • >. "• 


• A 


‘ 4a 

1 

4 


. , • 'J 

A { Y'A 

tC 




., . i 


» ' à . '* 4 * , P 

- , T ' • ' -A • *' 

> -T \ '' ’ ' • A * 

,*A .’■ r - • A' ■ ; , 5 ^, ,, . 


^T' ■ 


> y.o-f.- 


.' •» 

:4'. 


•A' 'T,' '^' ' 


Af ■ 


,1) ., 






I - A ‘ 
( 


V» . 


■ A''A-" " . V ■* ■.?<: a. . »f, 

'' '■ ' ■”> -ï, ^ ' ï/' • :-' ’ 

^ /■ ** # C ... ^ • • ' . * \ yW I ^ 

• I ' ’f . • ^ v» _ , /'• :4l'' '-«s/v ^ 

✓ r^-' '*• uv * ' ! ■ ' \ .^u-î--- . V '. ■'•<A *< 

' h- • J -■ A^ * • A'»-' *. - • . - 




' • / 


<1» 


y 



: ‘‘. ^ yf V- . J 

. 4 ^ • 




•4. V 


’ f" 


• ,» 


u: 


■.‘ 


«• K- 't 


C'A- 




^ f 


I 

f ^ 


y 


-'I 


t 


r t 


/ ■». 


A 


l'-jj... 1 




■:\ -^ -■ 


\ 't. 


r» 

I > 


\ .» 




, > .• « 


’ * ' 




A ' 


i 


• ^ * t ■ 

• • •'> ' W 

r ,• /*• ’* * ^ ^ ' 

’»1 ^ fl 


- 


c 


V 






J 

■ f 


!1# 


.,1 

t 




. If U 

K’ \ I-» / • 

• - ;*r- '. 'k i * 


l.^ I 

. '■' ^ 


V I' .. 

•LiLt‘ 'i 


K, ^:kJL 



projet 

CONCERNANT " 


D E 


-NOUVEAUX SIGNES 

f 

P O U R L A 


MUSIOU 







C^E projet 'tend à rendre la Mufique 
plus commode à noter, plus aifce à ap¬ 
prendre & beaucoup moins diftufe. 

Il paroît étonnant que les fignes de la 
Mufique étant reftés auffi long-tems dans 
l’état d’imperfeclion oii nous les \'oyons 
encore aujourd’hui, la difficulté de l’ap¬ 
prendre n’ait pas averti le public qiue 
c’étoit la faute des carafteres & non pas 
celle de l’art. H eft vrai qu’on a donné 
louvent des projets en ce genre,-mais 
de tous ces projets qui, fans avoir les 
avantages de la Mufique ordinaire , en 





6 Projet concernant. 
avoient prefque tous les inconvéniens J 
aucun que je fâche, n’a jufqu’ici touché 
le but, foit qu’une pratique trop fuper- 
ficlelle ait fait échouer ceux qui l’ont 
voulu confidérer théoriquement, foit que 
le genie étroit & borné des Muficiens or¬ 
dinaires les ait empêché d’embraffer un 
plan général & raifonné& de fentir 
les vrais inconvéniens de leur art ; de la 
perfection aétuelle duquel ils font d’ail¬ 
leurs pour l’ordinaire très-entêtés. 

Cette quantité de lignes, de clefs , de 
tranfpofitions, de dièfes, de bémols , de 
bécarres, de mefures fimples & com- 
pofées, de rondes , de blanches, de noi¬ 
res , de croches , de doubles , de triples- 
croches, de paufes, de demi-paufes , de 
fouplrs, de demi-foupirs , de quarts-de- 
foupirs, &c. donne une foule de lignes 
& de combinaifons, d’où réfultent deux 
inconvéniens principaux, l’un d’occuper 
un trop grand volume, & l’autre de fur- 
charger la mémoire des Ecoliers , de fa¬ 
çon que l’oreille étant formée , & les 
organes ayant acquis toute la facilité né- 
ceffalre , long-tems avant qu’on foit en 
état de chanter à livre ouvert, il s’en- 


DE NOtJVEAUX SIGNES. 7 

fuit que la difficulté eft toute dans l’ob- 
fervation des réglés , & non dans l’exé¬ 
cution du chant. ' 

Le moyen qui remédiera à l’un de ces 
inconvéniens, remédiera auffi à l’autre ; 
& dès qu’on aura inventé des lignes 
équivalens , mais plus fimples & en 
moindre quantité, ils auront par-là même 
plus de précifion & pourront exprimer 
autant de chofes en moins d’elpace. 

Il efl avantageux outre cela que ces 
lignes foient déjà connus, afin que l’at¬ 
tention foit moins partagée, & faciles à 
figurer afin de rendre la Mufique plus 
commode. 

Il faut pour cet effet confidérer deux 
objets principaux , chacun en particulier. 
Le premier doit être l’expreffion de tous 
les fons poffibles ; & l’autre, celle de 
toutes les différentes durées , tant des 
fons que de leurs filences relatifs, ce qui 
comprend auffi la différence des mou- 
vemens. 

Comme la Mufique n’efl qu’un en¬ 
chaînement de fons qui fe font enten- 
dre ou tous enfemble, ou fucceffivement; 
il fuffit que tous ces fons aient des ex“ 

A 4 


8 Projet concernant 

« *• 

preffions relatives qui leur alîignent â 
chacun la place qu’il doit occuper par 
rapport à un certain fon fondamental, 
pourvu que ce fon foit nettement expri-» 
yrié, & que la relation foit facile à con- 
noître. Avantages que n’a déjà point la 
Mufique ordinaire, oii le fon fondamen¬ 
tal n’a nulle évidence particulière , & où 
tous les rapports des notes ont befoin 
d’être long-tems étudiés. 

Prenant ut pour ce fon fondamental, 
auquel tous les autres doivent fe rappor¬ 
ter, & l’exprimant par le chiffre i , nous 
aurons à fa fuite l’exprelîion des fept 
fons naturels , ut rt mi fa fol la Ji par les 
7 chiffres ,1,2,3,4, 5,6,7, de façon 
que tant que le chant roulera dans l’éten¬ 
due des fept fons, il fuffira de les no¬ 
ter chacun par fon chiffre correfpondant, 
pour les exprimer tous fans équivoque. 

Mais quand il efl quefllon de fortir 
de cette étendue pour paffer dans d au¬ 
tres Oéfaves, alors cela forme une nou¬ 
velle difficulté. 

Pour la réfoudre , Je.me fers du plus 
îimple de tous les fignes , c’eff-a-dire, 
4vi point, Si je fors de l’Otlave par la- 


DE NOUVEAUX SiGNES. ‘9 

quelle j’ai commencé , pour faire une note 
dans l’étendue de l’Oclave qui eft au-del- 
fus & qui commence à ^ut d’en-haut, 
alors je mets un point au-delTus de cette 
note par laquelle je fors de mon Oôave, 
& ce point une fois placé, c’eft un in¬ 
dice que, non-feulement la note fur la¬ 
quelle il eft, mais encore toutes celles 
qui la fuivront fans aucun figne qui le 
détruife , devront être prifes dans l’éten¬ 
due de cette Octave fupérieure où je fuis 
entré. 

Au contraire 11 je veux pafîer à l’Oc¬ 
tave qui ell au-delTous de celle où je me 
trouve, alors je mets le point fous la 
note par laquelle j’y entre. En un mot, 
quand le point eft fur la note, vous 
palTez dans l’Oftave fupérieure ; s’il eft 
au-deflbus vous paffez dans l’inférieure, 
& quand vous changeriez d’Oétave à 
chaque note, ou que vous voudriez 
monter ou defcendre de deux ou trois 
Oftaves tout d’un coup Ou fucceffive- 
ment, la réglé eft toujours générale , & 
vous n’avez qu’à mettre autant de points 
au-deftous ou au—delîiis que vous avez 
dOflaves à defcendre ou à monter. 


10 Projet concernant 

Ce n’eft pas à dire qu’à chaque point 
vous montiez ou defcendiez d’une Oc¬ 
tave , mais à chaque point vous palTez 
dans une Oâave différente de celle où 
vous êtes par rapport au fon fondamen¬ 
tal ut d’en-bas, lequel ainfi fe trouve bien 
dans la même Octave en defcendant dia¬ 
toniquement, mais non pas en montant. 
Sur quoi il faut remarquer que je ne me 
fers du mot d’Odave qu’abulivement & 
pour ne pas multiplier inutilement les 
termes, parce que proprement cette éten¬ 
due n’eft compofée que de notes, l’i 
d’en-haut qui commence une autre Oc¬ 
tave n’y étant pas compris. 

Mais cet tu qui par la tranfpoûtion 
doit toujours être le nom de la toni¬ 
que dans les tons majeurs & celui de la 
médiante dans les tons mineurs , peut, 
par conféquent, être pris fur chacune 
des douze cordes du fyftôme chromati¬ 
que ; & pour la défigner, il fuffira de 
mettre à la marge le chiffre qui expri- 
meroit cette corde fur le clavier dans 
l’ordre naturel ; c’efl-à-dlre , que le chif¬ 
fre de la marge qu’on peut appeller la 
clef, défigne la touche du clavier qui 


DE nouveaux Signes.' h 
doit s’appeller ut & par confequent etre 
tonique dans les ,tons ixiajeurs & med^iante 
dans les mineurs. Mais, à le bien pren¬ 
dre , la connoiflance de cette clef n’eft 
que pour les inftrumens, & ceux qui 
chantent n’ont pas befoin d’y faire atten¬ 
tion. 

Par cette méthode, les mêmes noms 
font toujours confervés aux mêmes notes : 
c’eft-à-dire , que l’art de folfier toute 
Mulique poflible conlifte préclfément à con- 
noître fept caractères uniques & invaria¬ 
bles qui ne changent jamais ni de nom 
ni de pofitlon , ce qui me paroît plus 
facile que cette multitude de tranfpofitions 
&; de clefs qui , quoi qu’ingénieufement 
inventées, n’en font pas moins le, fupplice 
des commençans. 

Une autre difficulté qui naît de l’éten¬ 
due du clavier & des différentes Oétaves 
où le ton peut être pris ^ fe réfout avec 
la même aifance. On conçoit le clavier 
divlfé par Oélaves depuis la première 
tonique ; la plus baffe Oftave s’appelle A, 
la fécondé B , la troifieme C, &c. de 
façon qu’écrivant au commencement d’un 
air la lettre correfpondante à l’Oftave dans 


12 Projet concernant 
laquelle fe trouve la première note de cet 
air , fa pofition précife eft connue, & 
les points vous conduifent enfuite par¬ 
tout fans équivoque. De-là , découle en¬ 
core généralement & fans exception le 
moyen d’exprimer les rapports & tous 
les Intervalles, tant en montant qu’en def- 
cendant, des reprifes &L des rondeaux 
comme on le verra détaillé dans mon grand 
Projet. 

La corde du ton, le mode (car je le 
xllfllngue aufli ) & l’Oftave étant ainfi 
bien défignés , il faudra fe fervir de la 
tranfpofition pour les inftrumens comme 
pour la voix , ce qui n’aura nulle difR" 
ctilté pour les Muliciens inftruits, comme 
ils doivent l’être , des tons & des inter¬ 
valles naturels à chaque mode, & de la 
maniéré de les trouver fur leurs inflru- 
mens : il en réfultera, au contraire , cet 
avantage important , qu’il ne fera pas 
plus difficile de tranfporter toutes fortes 
d’airs, un demi-ton ou un ton plus haut 
ou plus bas, fuivant le befoin, que de 
les jouer fur leur ton naturel , ou, s’il 
s’y trouve quelque peine, elle dépendra 
jiniquement de l’inftrument & jamais de 


îDE nouveaux Signes. 15 

îa note qui, par le changement d’un feul 
ligne, reprélentera le même air fur quel¬ 
que ton que l’on veuille propofer de 
forte , enfin, qu’un Orcheftre entier , fur 
^m fimple avertiffement du maître, exé- 
cuteroit fur le champ en mi ou en fpL 
une piece notée en fa y en la y tn Jl 
bémol ou en tout autre ton Imaginable : 
chofe impolîible à pratiquer dans la Mu- 
lique ordinaire & dont l’utilité fe fait 
aflez fentir à ceux qui fréquentent les Con¬ 
certs. En général, ce qu’on appelle chan¬ 
ter & exécuter au naturel, efi: peut-être 
ce qu’il y a de plus mal imaginé dans 
la Mufique. Car fi les noms des notes ont 
quelque utilité réelle, ce ne peut être 
que pour exprimer certains rapports, cer¬ 
taines affeûions déterminées dans les pro- 
grefiions des fons. Or , dès que le ton 
change , les rapports des fons & la pro- 
greflion changeant aufii , la raifon dit 
qu’il faut de même changer les noms des 
notes en les rapportant par analogie ‘au 
nouveau ton, fins quoi l’on renverfi le 
fens des noms & l’on ôte aux mots le 
feul avantage qu’ils pulflent avoir , qui 
efi d exciter d’autres^ idées avec celles des 


14 Projet concernant 

fons. Le paffage du jni au fa , ou du fi à 
Vut excite naturellement dans l’elprit du 
Muficien l’idée du demi-ton. Cependant 
lî l’on eft dans le ton de ji ou dans celui 
de mi , l’intervalle du y? à Viit , ou du 
mi au fa eft toujours d’un ton & jamais 
d’un demi-ton. Donc au lieu de conferver 
des noms qui trompent l’efprit & qui 
choquent l’oreille exercée par une diffé¬ 
rente habitude, il eft important de leur 
en appliquer d’autres dont le fens connu ^ 
au lieu d’être contradiûoire, annonce les 
intervalles qu’ils doivent exprimer. Or 
tous les rapports des fons du fyftême 
diatonique fe trouvent exprimés dans le 
majeur, tant en montant qu’en defcen- 
dant, dans l’Oélave comprife entre deux 
nt , fuivant l’ordre naturel, & dans le mi¬ 
neur , dans l’Oélave comprife entre deux 
la , fuivant le même ordre en defcendant 
feulement. Car, en montant , le mode 
mineur eft affujetti à des affeélions diffé. 
rentes, qui préfentent de nouvelles re¬ 
flexions pour la théorie , lefquelles ne 
font pas aujourd’hui de mon fujet , & 
qui ne font rien aii fyftême que je 



DE NOUVEAUX SiGNES. 15 
î’en appelle à l’expérience fur la peine 
qu’ont les Ecoliers à entonner par les noms 
primitifs, des airs qu’ils chantent âvec 
toute la facilité du monde , au moyen 
de latranlpofitlon , pourvu toujours qu’ils 
aient acquis la longue & néceffaire habL 
tilde de lire les bémols & les dièfes 
des clefs qui font avec leurs huit po- 
fitions , quatre - vingt comblnaifons inu¬ 
tiles & toutes retranchées par ma mé¬ 
thode. 

Il s’enfuit de-là, que les principes qu’on 
donne pour jouer des inftrumens , ne va¬ 
lent rien du tout, & je fuis fCir qu’il n’y 
a pas un bon Muficlen , qui, après avoir 
préludé dans le ton où il doitqouer , ne 
faffe plus d’attention dans fon jeu au 
degré du ton où il fe trouve , qu’au 
dlèfe ou au bémol qui l’a'ffefte. Qu’on 
apprenne aux Ecoliers à bien connoître 
les deux modes & la difpofition régulière 
des fons convenables à chacun , qu’on 
les exerce à préluder en majeur & en 
mineur fur tous les fons de l’inftrument, 
chofe qu’il faut toujours favoir , quelque 
méthode qu’on adopte. Alors qu’on leur 
mette ma mufique entre les mains, j’ofe 


/ 


uS Projet concernant' 
répondre qu’elle ne les embarraffera paSüiî 
quart-d’heure. 

On feroit furpris fi l’on faifoit atten¬ 
tion à la quantité de Livres & de pré^ 
ceptes qu’on a donnés fur la tranfpofition ; 
ces gammes, ces échelles, ces clefs fup- 
pofées font le fatras le plus ennuyeux qu’oii 
piiifle imaginer, & tout cela, faute d’a¬ 
voir fait cette réflexion très-fimple que , 
dès que la corde fondamentale du ton eft 
connue fur le clavier naturel, comme to- 
nicme, c’eft-à-dire , comme ut ou/a, elle 
détermine feule le rapport & le ton de 
toutes les autres notes, fans égard à l’ordre 
primitif. 

Avant que de parler des changemens de 
ton, il faut expliquer les altérations acci¬ 
dentelles des fons qui s’y préfentent à tout 
moment. 

Le dièfe s’exprime par une petite ligne 
qui croile la note en montant de gauche 
à droite. Sol diéfé , par exemple, s’ex¬ 
prime ainil y 1 diefe ainfi Le bémol 
s’exprime aufli par une femblable ligne 
qui croife la note en defcendant ^, 9 ^ 9 
& ces fignes plus Amples que ceux qui 

font en ufage , fervent encore à mon¬ 
tres 


t»E KO V VE AUX Signes, ty 


îref à roeil k genre d’altération qu’ils 
caufent. 

Le bécarre n’a d’utilité que pr le mau'* 
vais dioix du dièfe & du bémol, & dès 
que les lignes qui les expriment feront 
inhérens à la note, le bécarre deviendra 
entièrement fuperlîu : je le retranche donc 
comme inutile ; je le retranche encore 
comme équivoque, puifque les Muficiens 
s’en fervent fouvent en deux fens abfolu* 
ment oppofés , & lailTent alnli l’Ecolier 
dans une incertitude continuelle fur fon 
véritable effet. 

A l’égard des changemens de ton, foiÉ 
pourpaffer du majeur au mineur, ou d’une 
tonique à une autre , il n’eft queftion que 
d’exprimer la première note de ce chan» 
gement, de maniéré à repréfenter cé qu’elle 
étolt dans le ton d’où l’on fort, & ce 
qu’elle eft dans celui oii l’on entre , ce 
que l’on feit par une double note fé parée 
par une petite ligné horizontale comme 
dans les fraflions, le chiffre qui eft au* 
deffus exprime la note dans le ton d’où 
l’on fort, & celui de deffous repréfente la 
meme note dans le ton où l’on entre ; en 


un mot, le chiffre inférieur indique Is nom 

, B 


4 


i§ Projet concernant 

de k note, & le chiffre fupérieur fert à 

en trouver le ton. 

Voilà pour exprimer tous les fons 
imaginables en quelque ton que l’on puiffe 
être ou que l’on veuille entrer. Il faut 
paffer à préfent à la fécondé partie qui 
traite des valeurs des notes & de leurs mou- 
vemens. 

Les Muficiens reconnoiffent au moins 
quatorze mefures différentes dans la Mu- 
lique : mefures dont la diftinélion brouille 
l’efprit des Ecoliers pendant un tems infini. 
Or, ie foutiens que tous les mouvemens 
de ces différentes mefures fe réduifent 
uniquement à deux, favoir, mouvement 
à deux tems & mouvement à trois tems ; 
&; i’ofe défier l’oreille la plus fine d’en 
trouver de naturels qu’on ne puiflé expri¬ 
mer avec îQute la précifion polfib'e par 
Pmig de ces deux meiures. Je commen¬ 
cerai donc par faire main-bafle fur tous 
ces chiffres bizarres , réfervant feulement 
îè deux & le trois, .par lefquels, comme 
on verra tout-à-l’heure, i’exprimerai tous 
les mouvemens poflibles. Or, afin que 
le chiffre qui annonce la mefure ne fe 
confonde point avecceux des notes , je 


DE NOUVEAUX SiGNES.' H) 
Pen diftingiie en le failant plus grand & 
en le féparant par une double ligne perpen¬ 
diculaire. * 

Il s’agit à- préfent d’exprimer les tems 
& les valeurs des notes qui les rem- 
plilTent. 

Un défaut confidérable dans la Mufique 
eft de' repréfenter comme valeurs abfo- 
lues, des notes qui n’en ont que de rela¬ 
tives, ou du moins d’en mal appliquer 
les relations : car il eft fur que la durée 
des rondes , des blanches , noires , cro¬ 
ches , &c. eft déterminée, non par la qua¬ 
lité de la note, mais par celle de la me- 
fure où elle fe trouve , de-là vient qu’une 
noire dans une certaine mefure paflera 
beaucoup plus vite qu’une croche dans 
une autre ; laquelle croche ne vaut cepen¬ 
dant que la moitié de cette noire ; & 
de-là vient encore que les Muftciens de 
Province , trompés par ces faux rap¬ 
ports donneront aux airs des mouvemens 
tout différens de ce qu’ils doivent être 
en s’attachant fcrupuleufement à la va¬ 
leur abfolue des notes, tandis qu’il fau¬ 
dra quelquefois paflér une mefure à trois 
tems fimples, beaucoup plus vite qu’une 

B 1 


ikO . Projet concernant 
autre à trois-liuit , ce qui dépend du 
caprice du Compofiteur, & de quoi les 
Opéra préfentenî des exemples à chaque 
inftant. 

D’ailleurs, la divifion fous-double des 
notes & de leurs valeurs, telle, qu’elle 
eft établie, ne fiifîit pas pour tous les cas? 
& fl, par exemple, je veux paffer trois 
notes égales dans un tems d’une mefure à 
deux, à trois ou à quatre, il faut, ou que 
• le Muftcien le devine, ou que je l’en inf- 
truife par un figue étranger qui fait excep¬ 
tion à la réglé. 

Enfin, c’eft encore un autre inconvénient 
de ne point féparer les fems ; il arrive 
. de-là que dans le milieu d’une grande 
mefure, l’Ecolier ne fait où il en eft, 
fur-tout lorfque , chantant le vocal, il 
trouve une quantité de croches & de 
doubles-croches détachées , dont il faut 
qu’il falTe lui-même la dillribution. 

La féparation de chaque tems par une 
•virgule remédie à tout cela avec beau- 
coup de fimpliclté ; chaque tems com¬ 
pris entre deux virgules contient une note 
ou pîufieurs ; s’il ne comprend qu’une 
note, c’sft qu’elle remplit tout ce tems- 


BE NOUVEAUX SiGNES. %l 
îà, & cela ne fait pas la muindre diffi¬ 
culté. Y a-t*il pliifieurs notes comprifés 
dans chaque tems , la chofe n’eft pas plus 
difficile. Divifez ce tems en autant de 
parties égales qu’il comprend de notes, 
appliquez chacune de ces parties à cha¬ 
cune de ces notes & paffez-îes de forte 
que tous les tems folentéoaux. 

Les notes dont deux égales rempliront 
un tems , s’appelleront des demis; celles 
dont il en faudra trois, des tiers, celles 
dont il en faudra quatre, des quarts , &c. 

Mais lorfqu’un tems fe trouve partagé ^ 
de forte que toutes les notes n’y font 
•pas d’egale valeur, pour repréfenter, par 
exemple, dans un feiil tems une noire 
oi s deux croches , je confidere ce tems 
comme divife en deux parties égales-, 
dont la noire fait la première , & les 
deux croches enfemble la leconde ; je les 
lie donc par une ligne droite que je 
place au-deirus ou au-deffous d’elles, & 
cette ligne marque cpie tout ce qu’elle cm- 
braffe ne repréfente qu’une feule note , 
laquelle doit être fubdivifée en. deux parties 
égalés, ou en trois, ou en quatre , luivant 
ie nombre des chifîres qu’elle couvre, ôcc* 

B 3 


Projet concernant ^ 

Si l’on a une note qui rempliffe feule 
une mefure entière , il fuffit de la pla¬ 
cer feule entre les deux lignes qui ren¬ 
ferment la mefure , & par la même ré¬ 
glé I que je viens d’établir , cela fignifie 
que cette note doit durer toute la mefure 
entière. 

A l’égard des tenues , je me fers aufli 
du point pour les exprimer ; mais d’une 
maniéré bien plus avantageufe que celle 
qui eft en ufage : car , au lieu de lui 
faire .valoir précifément la moitié de la 
note qui le précédé , ce qui ne fait qu’un 
cas particulier, je lui donne , de même 
qu’aux notes , une valeur qui n’eft dé¬ 
terminée que par là place qu’il occupe , 
c’efl-à-dire, que û le point remplit feul 
un tems ou une mefure , le fon qui a 
précédé doit être aufli foutenu pendant 
tout ce tems ou toute cette mefure ; & 
fl le point fe trouve dans un tems avéc 
d’autres notes , il fait nombre aufli bien 
qu’elles , & doit être compté pour un 
tiers ou pour un quart, fuivant le nombre 
de notes que renferme ce tems-là eny 
comprenant le point. 

Au refie, il n’efl pas à craindre, comme 


DE NOUVEAUX SiGNF.S. 25 
on le verra par les exemples, que ces 
points fe confondent jamais avec ceux qui 
fervent à changer d’Oôaves , ils en font 
trop bien diftingués par leur pofition 
pour avoir befoin de l’être par leur 
figure ; c’eft pourquoi j’ai négligé de le 
faire, évitant avec foin de me lërvir de 
fignes extraordinaires, qui diftrairoient l’at¬ 
tention & n’exprimeroient rien de plus 
que la fimplicité des miens. 

Les filences n’ont befoin que d’un feul 
ligne. Le zéro paroît le plus convena¬ 
ble , & les réglés que j’ai établies à l’é¬ 
gard des notes étant toutes applicables à 
leurs filences relatifs, il s’enfuit que le 
zéro, par fa feule pofition & par les 
points qui le peuvent fuivre, lefqueîs 
alors exprimeront des filences , fuffit feul 
pour remplacer toutes les paufes, fou- 
pirs , demi- foupirs & autres fignes bi¬ 
zarres & fuperflus qui remplifient la mu- 
fique ordinaire. 

Voilà les principes généraux d’où dé¬ 
coulent les réglés pour toutes fortes 
d’expreffions imaginables , fans qu’il puiffe 
naître à cet égard aucune difficulté qui 
n’ait été prévue & qui ne foit réfolue, 

B 4 


a4 Projet concernant 

■ 

çn conféquence de quelqu’un de ces 
principes. 

Ce fyftême renferme, fans contredit, 
des avantages efl'entiels par deffus la mé¬ 
thode ordinaire. 

En premier lieu. La mufique fera du 
double & du triple plus aifée à apprendre. 

1°. Parce qu’elle contient beaucoup 
moins de fignes. 

2°. Parce que ces fignes font plus fimples. 

3 °. Parce que fans autre étude, les- 
caraûeres mêmes des notes y repréfen- 
tent leurs intervalles & leurs rapports , 
au lieu que ces rapports & ces inter¬ 
valles font très-difiiciles à trouver & de¬ 
mandent une grande habitude par la mu¬ 
fique ordinaire. 

4°. Parce qu’un même caraftere ne 
peut jamais avoir qu’un même nom, au 
îieu que dans le fyftême ordinaire cha¬ 
que pofition peut avoir fept noms dif* 
férens fur chaque clef, ce qui caufe une 
confufion dont les Ecoliers ne fe tirent 
qu’à force de tems, de peine & d’opi¬ 
niâtreté. 

5 ®. Parce que les tems y font mieux 
difiingués que dans la mufique ordinaire. 


DE nouveaux Signes, 15 
& que les valeurs des fileuces & des 
notes y font déterminées d’une maniene 
plus fimple & plus générale. * 

■ 9®. Parce que le mode étant toujouis 
connu , il efl toujours aifé de prékdïr 
& de fe mettre au ton : ce qui n’arrive 
pas dans la mufique ordinaire, oii fou- 
vent les Ecoliers s’embarralTent ou efea- 
tent faux, faute de bien connoître îe 
ton où ils doivent chanter. 

En fécond lieu, la mufique en eii: plus 
commode & plus aifée à noter , occape 
moins , de volume ; toute forte de papior 
y eil propre , & les caractères de l’iîE- 
primerie fuffifant pour la noter, les Coisî- 
pofiteurs n’auront plus befoin de faire ds 
fl grands frais pour la gravure de leurs 
pièces ; ni les particuliers pour les acquérir. 

Enfin les compofiîeurs y trouveroient 
encore cet autre avantage non moins, coîî- 
fidérable, qu’outre la facilité de la noîe^ 
leur harmonie & leurs accords feroienï 


connus par la feule infpeftion des figues 
& fans ces fauts d’une clef à l’autre, qiû 
demandent une habitude bien longue, & 
que plufieurs n’atteignent jamais par¬ 
faitement. 


f ■ ' 


V 


■*" ’HFt- 


k 


^ <■ . / 'S 


>\. ^ 


i •.- > 


■< / 1.' ' 


J. 


V J y / 






y. 


1 J. 


' ' ' 


•M - >,.■•• A.- •>•«, 

^• . • '• J /•'-> • * 

« • k,. I. 

V’ . y . .. ' i /■ ■ ■ ,' ' 


* . / .. > 





• 1*“ 


V * -k 


:V*' 


y'*tf **>'' 


^ ' 


c. 

^ ' 

•#. 


. ^ 


'W,. '. 

’ > 


. .'I 




f 

/; 


■A'.' * '•fc' 


4 


I 


î-‘ •: ■ 

I • » ♦. 


,V K VYv: • 


t k 


^ - 


J- 


k,- . 


^ ’ , ‘ ■ y:- A,, 5 -. 


"" ' ■' *. i” 


>■>» 


k ^ t ^ * ' "" • * * m 

* •A r Z'*'y. L. 

'U' 


■'* • ' * ' • •** ' ^ V •" 1 • * ' '' ^ 

- l K' > Â-i ; Ü • »k'.- .:_ ; » * •■«'^’ *■,-•' , 

-, ’ .';A . ;. y •-•<■ . '- I •.•♦.-Vr.i.'.A ' t k, . .'/ ,■• \ ■ fîfV H. '■ ■ 

' *' • " , •'■ ■ • • ■■'■. . ■ ,'’yx ,- '■ ■' ‘ r ■ >■ 

y l :'r- k ■•'^r.- ■’-'V-» '-■■ K-"'": 

: 4î‘y’- ' ... ., '"■ ^ ■ ■ ■. ■ ,. ' ''v . ' ' ■ ' . • ■ 

"■•. ■'‘■''"u"'/'• ■ '♦ /‘i /' ' '->*,r* ■»•►'# 

■.■-•■ ' ' ' r y.* ■' I ’ : -■■ . • P ■ ' \*' 


4 .. 
.\- 




/'V ."■'^ •V: ^■••V 

' " .'y ' '' tjy. ' ' ■ ■•' ■■ .. 

• • «. • ’ .JT 



> ^ JC. 


î 


■ -r -K .!^ i-rît' ''k ■ -A. Y-»**' ' J ' ■'•■= 

a;; . '*'■• ^- •» • . , , ; ,-,-y ; ;:•■ 

•> ■';■ y - ^ ’■' i. . _ 




y ' • .c . 


-•< . 

I 










^- y ■■ ■■; . -, '' -.yyi '■ y.y t ■ 

■■ ' '• . ,,:,<■ .' ' ■■ v ■■ . i " y, ï ' ’> !.. -.^ ‘. •. ■'•, • 

'•■ 7 , ,~i-f • . >■' s . ' ■’ ^ ■iîCcîi î '• ■ '■ ' is".' 'V ‘T ’^.V. M-' Y • ■'■ • 

'■■''■ ■■ ‘ ^ . #1 ./ .' ■Î.; • i*.. .jt'£i..J<ükiiS» ’ 

■'• •' .. \ 'J.. lé > . ^ rV*”?* A S ■ JHBUBIfcm I 


' V 

f’ 


•» V* - T ' ' 'ÿ' 

r L ^ •v'.U ’ * ’ <• I 


\ l 


V 


Î-. ► 

• 


( 


i’V' 


L* \A - , / " ,*■ - ' H'^'’: S''^', '' ' -’ ‘A' ••,• V-'‘ À '.»' _ ■ 




♦-I 






■:V 


- /. . > » 








y ' ' \ Y: * J fe '■; V , y; ■ ; ' V. 

■y - y -y 


>■ v ■ 

- . V,. 


* y. fc ^ . 




/ 


. \ 


.) . 

I 


' y» ". 

..Ÿ: A ! ',.' 'y > yi'Atÿfi.TYi Av: ■ :‘ y.-- '/Y 

" <' ' r ’ , i . . .y... ''"Y . ’ ' 

l A .v-/' . ■ ,T,(»(,-->Vf,. •, ■• . ■(>.','*'-v f ^ ' . , ^ 

'•\ ■)'. ’ , :'i'-T-,- ■ ' v* ''• ;' ■'■ .» ■'■ ■'.. ï* ' * ' ' 




tl' ) . 


I ' *• ^\ 7’ i ^ - 1 ^ ' ^ ■ .»' * ■ 

: . yy ■■, -;.o 

’^' ' y-• I •'■ Y’’■ ' ‘ '> '■' ■■ 'i A- '■ 

. .. •'• ..-' ' --v . .rwy.'' •■ . • . 


.'V,,. f ' 

''■•i ,■-»,<;• * • ‘ 


.-; .7 AN;:??fVW-;|s|5ÿ . , 

■.' ;' ',■' / »>'■ y- V' TkV y, v^l*- ■ 

■>■ . ' ^ , • • ^ - ' JL, 4 hJ. ' 4 > , . - ■!»■». •■< rf* , 

t, , V y , -V - lY. :- 1 - .^y. 


% 

. ! -Af 

■ ■.'; n .-■ J 




‘S ■ ' ' ?vT , -. ; 

• ^ .. ,< r.< • ♦'■> y ' . '■ .‘y » ' 


■ 

.' '» 

/ 

. >>.-■ V ■*L'. 


• É.' 






« •v’’ ■•'■ , 

•' ,.f f'I 


a; 


éA-V'.-; 


V. ■ I 

A 




J»' ; 


, . Z 


J.,., 

5 ' i.'. - 


•> 




« t 

. T, ^ 


■' ' ' , . ■• '■ ‘V ■ ■ ■ '- '■ ■ ■^ ' ■■; . ' > 

. < -; , . , -A . .Il ... . A . k. V'V.^^v 

• . ' » / » * ^.“ \ t/V* 1 


.V* ' A I . t • V , * 

• - ' . X • • f 

.*' ’•■' • •' .•*• -s H. 



dissertation 

s U R L A 

MUSIQUE 

/ 

jtr O JD JË Jîî. 2r JS, 


T. * 

'y 


h 


T *• 


V v/ V 


/ ^ 




N 


■7' 




> 

•'y i 


I ■' * 


• 


»j - 


i 

s - 




1 • 




■ s'T.*' f 


■' ■ ' ' <4 * f'^'iî'*’ 

* ' 

4 ^ ‘ 


'S"^’ ^ tx- 




‘r .^-y 






.'.r'-:;':; ' S 

' .Ir, A .,':.. : ji> 


r 


'î 




■##a ® ' 


> r ■ ' • < 



;-;v; ' ^ 

vdiv' -,'.'■.' ■ It'' ., ’lSL2fcr. __ 



!^>. •-:■!■ •:, X 




’v—*'• • • ' '^. - ,« ■ . i 

'<*' ’V^*!'*-.r.--' v"-.ji V -s^- 

''•y'; ' . ■ ■ ^ - ,' ' ' ■' i ’•’ VC ” ~ '. "• 'y 

v’C, '-' ■ A'.’i'"‘ 

. . 'J. .' • A ., '"'-i- . , I') . , . - ‘ . - .• . • 


^■' Ù- ‘V.>' 


- >’■• L-'‘-i'' ‘^,1 ‘ '* ■ -- V.- . -S yt 

'■ v .■***' •' - ■' • • tü • ■ *■ • <• 11’'' • ■ ^ 

>'y - ' ^rpj: 

• ■ v'-l- 

•;' ■:>i-vi'^’, -y V'*v ■ -i4:;‘ ■■ 

'■ 1-” <>■ ' ^ ’i'' ^' ■ -■■ yr-'- '- 


. vrTi''.'' ?». /'.v , ;’'■ -V/BÉ^ 

'’V* 7T, tî '■•• ••^»<^' 


JT 

,V 


•i'* ■ ' t ’ •^' > J" ■> .1 ' V ‘■X^ ■»; ■ *i7 ^ V' 

jl-' / ; ■ ■'. ; ■■ ' •'' ' '■■ ;‘'.î'','t. \^ 



i 

i, 

:', ■ • ;:-‘v;rï 


i- H.' :.ijK- 'Vv.';;! . ' 

V .y'''^-'-''' ' r. : l'I'.i,:'. •'; : - ■ '■ \ ‘ ' 

»* • '• ’ ■ '"ï '\, ♦ ‘ * 1^ ,• i *^''' ^ 

• ' ' .' > '. '*** k ' >•'■. . * *' • • ‘. ■■'' ^ 

• ^’i'' • ,* *j • ^ 1 • * t * ^ 

'■’■ - ,- ''. ‘1 "‘ ' ' 'V t 

'•'•*■ ■■"■ ' ’ . i . . ■ - î ^ ''' •. 


/• - 


t . 


'r.r^-iuL^Sk 


I 9 'i- 


f'M.''W' 



I «. 


i ^ * 


, :t”,. i ■ / 

M-j 


<>» w t,>'"•.• ; _ > ■■ y (I »\ ■ ^V-.v' 

■ V' ' ■‘■M-k*-i' ! "•' ' . ■ ■ i ' - 

’v' :i.-v 


'Y' 


i r - ■ 

k , r fe 


''^ ■\ 


. ■ ■ > .r^- 

/.’. • 'r- .;. V^., 

. J.* r. 


I 



PRÉFACE, 

/ 

s ’ IL eft vrai que les circonflances 
6c les préjugés décident fouvenc du 
fort d’un Ouvrage, jamais Auteur n’a 
dû plus craindre que moi. Le Public 
elt aujourd’hui (i indifpofé contre tout 
ce qui s’appelle nouveauté ; fi rebuté 
de fyftêmes 6c de projets , fur - tout 
en fait de Muflque , qu’il n’eff plus 
gueres poiîible de lui rien offrir en 
ce genre, fans s’expofer à l’effet de 
fes premiers mouvemens , c’eft - à- 
dire, à fe voir condamné fans être 
entendu. 

D’ailleurs , il faudroit furmonter 
tant d’obfiacles , réunis non par la 
raifon , mais par l’habitude 6c les pré¬ 
jugés bien plus forts qu’elle , qu’il ne 
paroit pas poffible de forcer de lî 
puiffantes barrières ; n’avoir que la 
raifon pour foi, ce n’efi: pas combat- 







I 


'30 Préfacé. 
tre à armes égales, le-s préjugés font 
prefque toujours fûrs d’en triompher, 
ôc je ne connois que le feul intérêt 
capable de les vaincre à fon tour. 

Je ferois raiïuré par cette derniere 
confidération, fi le Public étoit tou¬ 
jours bien attentif à juger de fes vrais 
intérêts : mais il eft pour l’ordinaire 
affez nonchalant pour en laiffer la di- 
reélion à gens qui en ont de tout op- 
pofés, &c il aime mieux fe plaindre 
éternellement d’être mal fervi, que de 
fe donner des foins pour l’être mieux. 

C’eft précifément ce qui arrive dans 
la Mufique ; on , fe récrie fur la lon¬ 
gueur des Maîtres & fur la difficulté 
de l’Art, de l’on rebute ceux qui pro- 
pofent de l’éclaircir 6c de l’abréger. 
Tout le monde convient que les ca- 
raéieres de la Mufique font dans un 
état d’imperfeêlion peu proportionné 
aux progrès qu’on a faits dans les au- 
très parties de cet Art : cependant on 


Préfacé. 31 

fe défend contre toute propofîtion de 
les réformer, comme contre un dan¬ 
ger affreux : imaginer d’autres lignes 
que ceux dont s’eft fervi le divin Lulli, 
efl: non-feulement la plus haute extra¬ 
vagance dont l’efprit humain foit ca- 

•t ^ 

pable , mais c’eft encore une efpece 
de facrilege. Lulli efl: un Dieu dont 
le doigt efl: venu fixer à jamais l’état 
de ces facrés caraderes : bons ou 
mauvais , il n’importe , il faut qu’ils 
foient éternifés par fes Ouvrages ; il 
n’eft plus permis' d’y toucher fans fe 
rendre criminel, & il faudra, au pied 
de la lettre, que tous les jeunes Gens 
qui apprendront déformais la Mufî- 
que, paient un tribut de deux ou trois 
ans de peine au mérite de Lulli. 

Si ce ne font pas-là les propres ter¬ 
mes , c’eft du moins le fens des ob- 
jedions que j’ai ouï faire cent fois 
contre tout projet qui tendroit à ré¬ 
former cette partie de la Mufique. 


3 ^ F R S F A c E. 

Qüoi ! faudra t-il jetter au feu tous 
lîos Auteurs ? tout renouvelier ? La 
Lande, Bernier, Correlli ? Tout cela 
fèroic donc perdu pour nous ? Où 
prendrions ■> nous de nouveaux Or- 
phées pour nous en dédommager., 
& quels feroient les Muficiens qui 
voudroietit fe réfoudre à redevenir 
Ecoliers ? 

Je ne fais pas bien comment l’en¬ 
tendent ceux qui font ces objeâions ; 
mais il me femble qu’en les réduifant 
en maximes , & en détaillant un peu 

N 

les conféquences , on en feroic des 
aphorifmes fort finguliers , pour arrê¬ 
ter tout court le progrès des Lettres 
& des beaux-Arts. 

D’ailleurs , ce raifonnement porte 
abfolument à faux , de l’établifTemenc 
des nouveaux caraéleres, bien loin de 
détruire les anciens Ouvrages , les 
conferveroit doublement, par les nou¬ 
velles Editions qiî’on en feroit, Si par 

les 


I 


Préfacé, 13 
lès anciennes qui fubfifteroient tou-* 
jours. Quand on a traduit un x4uteuf, 
je ne vois pas la néceffité de jetcer 
i’Original au feu. Ce n’ell: donc ni 
l’Ouvrage en lui-même, ni les exem¬ 
plaires qu’ôn rifqueroic de perdre , âc 
remarquez, fur-tout, que quelqu’avan- 
tageux que pût être un nouveau fyf- 
tême, il ne détruiroit jamais l’ancien 
avec alfez de rapidité pour en abolir 
tout d’un coup l’ufage ; les Livres en 
feroient ufés avant que d’être inutiles, 
&; quand ils ne ferviroient que de ref* 
fource aux opiniâtres , on trouveroit 
toujours alîez à les employer. 

Je fais que les Muliciens ne font 

pas traitables fur ce chapitre* La Mu- 

\ 

fique pour eux n’elt pas la fcience des 
fons, c’eft celle des noires , des blan¬ 
ches , des doubles - croches , éc dès 
que ces figures celferoient d’afFeèler 
leurs }'eux, ils ne croiroiènt jamais 

voir réellement de la Mufique, La 

C 



S4 Préfacé, 
crainte de redevenir Ecoliers, ôc fur^ 
tout le train de cette habitude, qu’ils 
prennent pour la fcience même , leur 
feront toujours regarder avec mépris 
ou avec effroi tout ce qu’on leur pro- 
poferoit en ce genre. Il ne faut donc 
pas compter fur leur approbation ; il 
faut même compter fur toute leur ré- 
.fiffance dans l’établilTement des nou¬ 
veaux caraêferes , non pas comme 
bons ou comme mauvais en eux- 
mêmes , mais fimplement comme 
nouveaux. 

Je ne fais quel auroit été le fenti- 
ment particulier de Lulli fur ce point, 
mais je fuis prefque fur qu’il étoit trop 
grand-homme pour donner dans ces 
petiteffes ; Lulli auroit fenti que fa 
fcience ne tenoir point à des carade- 
res ; que fes fons ne cefferoient ja¬ 
mais d’être des fons divins , quel¬ 
ques fignes qu’on employât pour les 
exprimer , ôc qu’enfin, c’etoit tou- 


T 


/ 


» 


Préfacé. is. 

jours un fervice important à rendre 
à fon Arc 6c au progrès dé fes Ouvra¬ 
ges , que de les publier dans une lan¬ 
gue aulli énergique, mais plus facile 

à entendre, ôc qui par-là deviendroic 
plus unjverfelle , dût-ii en coûter l’a¬ 
bandon de quelques vieux Exemplai¬ 
res , dont aflurémenc il n’auroit pas 
cru que le prix fût à comparer à la 
perfeélion générale de l’Art, 

Le malheur eft que ce n’eft pas à 
des^Lulli que nous avons à faire. lî 
eft plus aifé d’hériter de fa fcience 
que de fon génie. Je ne fais pourquoî 
îa Mulîque n’efl: pas amie du raifonr 
nemenc ; mais il fes Eleves font fi 
fcandalifés de voir un confrère réduire 
fon Art en principes , l’approfondir , 
6>c le traiter méthodiquement, à plus 
forte raifon ne fouffriroient - ils pas 
qu’on osât attaquer les parties mêmes 
de cet Art. 

Pour juger de la façon dont on y 

C i 


I 


3*5 Pue F ACE. 

feroic reçu, on n’a qu’à fe rappeîlcf ~ 
combien il a fallu d’années de lutce 
& d’opiniâtreté pour fubflituer i’ufage 
du yZ à ces grollieres nuances , qui ne 
font pas même encore abolies par¬ 
tout. On convenoit bien que l’Echelle 
étoit compofée de fept fons difFérens ; 
mais on ne pouvoir fe perfuader qu’il 
fût avantageux de leur donner à cha¬ 
cun un nom particulier , puifqu’on ne 
s’en étoit pas avifé jufques-là , & que 
la Mufique n’avoit pas lailTé d’aller 
fon train. 

Toutes ces difficultés font préfentes 
à mon efprit avec toute la force qu’el¬ 
les peuvent avoir dans celui des Lec¬ 
teurs. Malgré cela, je ne faurois croire 
qu’elles puilTent tenir contre les véri¬ 
tés de démonftration que j’ai à éta¬ 
blir. Que tous les fyffiêmes qu’on a 
propofés en ce genre aient échoué, 
jufqu’ici , je n’en fuis pas étonné : 
même à égalité d’avantages de de dé- 


I 


J 


PREFACE, 37 

fauts, l’ancienne méthode devoit fans 
contredit l’emporter , puifque pour 
détruire un fyfiême établi, il faut que 
celui qu’on veut fuMtituer lui foit pré¬ 
férable , non-feulement en les confi- 
dérant chacun en lui-même & par ce 
qu’il a de propre, mais encore en 
joignant au premier routes les raifons 
d’ancienneté & tous les préjugés qui 
le fortifient. 

C’eft ce cas de préférence où le 
mien me paroît être de où l’on recon- 
noîtra qu’il eft en effet, s’il conferve 
les avantages de la méthode ordi¬ 
naire , s’il en fauve les inconvéniens , 
de enfin s’il réfout les objedions exté¬ 
rieures qu’on oppofe à toute nouveauté 
de ce genre , indépendamment de ce 
qu’elle eft en foi-même. 

A l’égard des deux premiers points, 
ils feront difcutes dans le corps de 
l’Ouvrage , de Ton ne peut favoir à 
quoi s’en tenir qu’après l’avoir lu • 

C 3 


« 


38 P R E F A C E. 

pour le troiiîeme , rien n’elt 11 limple 

à décider. II ne faut, pour cela, qu’ex- 

pofer le but même de mon projet & 

les effets qui doivent réfulter de fon 

exécution. 

Le fyllême que je propofe roule 
fur deux objets principaux ; l’un de 
noter la Mulique &; toutes fes diffi¬ 
cultés d’une maniéré plus limple, plus 
commode , & fous un moindre vo¬ 
lume. 

Le fécond & le plus conlidérable , 
efl; de la rendre auffi aifée à appren¬ 
dre qu’elle a été rebutante jufqu’à pré- 
fent, d’en réduire les lignes à un plus 
petit nombre , fans rien retrancher de 
l’exprelîion , de d’en abréger les ré¬ 
glés , de façon à faire un jeu de la 
théorie , & à n’en rendre la pratique 
dépendante que de l’habitude des or¬ 
ganes , fans que la difficulté de la note 
y puiffe jamais encrer pour rien. 

11 efl aifé de jultifier par l’expérience. 


V R E T A C É. 39 

^u’on apprend la Muiique en deux &c 
trois fois moins de rems par ma mf-, 
thode que par la méthode ordinaire , 
que les Mufîciens formés par elle , 
feront plus fûrs que les autres à éga¬ 
lité de fcience , àc qu’enfin fa facilité 
elt telle que quand on voudroit s’en 
•tenir à‘ la Mufique ordinaire , il fau- 
droit toujours commencer par Iq 
mienne , pour y parvenir plus fure- 
ment 6c en moins de tems. Propo- 
fition qui, toute paradoxe qu’elle pa- 
roît, ne lailTe pas d’être exaélement - 
vraie, tant par le fait que par la dé- 
monllration. Or , ces faits fuppofés 
vrais , toutes les objeélions tombent 
d’elles - mêmes & fans relTource. En 
premier lieu , la Mufique notée fui- 
vant l’ancien fyftême ne fera point 
inutile , & il ne faudra point fe tour¬ 
menter pour la jetter au feu, puifque 
les Eleves de ma méthode parvien- 

r 

dront à chanter à livre ouvert fur la 

C 4 


40 T E E T C E, 

Muflique ordinaire, en moins de tems 
encore , y compris celui qu’ils auront 
donné à la mienne, qu’on ne le fait 
communément ; comme ils fauront 
donc également l’un 6c l’autre , fans 
y avoir employé plus de tem.s, on 
ne pourra pas déjà dire à l’égard de 
ceux - là que l’ancienne Mufique eft 
inutile. 

Suppofons des Ecoliers qui n’aient 
pas des années à facrifier , 6c qui 
veuillent bien fe contenter de favoir 
en fept ou huit mois de tems chanter 
à livre ouvert fur ma note , je dis que 
la Mufique ordinaire ne fera pas même 
perdue pour eux. A la vérité , au bout 
de ce tcms-Ià, ils ne la fauront pas 
exécuter à livre ouvert : peut - être 
même , ne la déchiffreront - ils pas 
fans peine : mais enfin, ils la déchif¬ 
freront ; car, comme ils auront d’ail¬ 
leurs l’habitude de la mefure 6c celle 
de l’intonation , il fuffira de facrifier 


P 


P s E P ji c E. 4 î 

cinq ou fix leçons dans le feptieme 
mois, à leur en expliquer les princi¬ 
pes par ceux qui leur feront déjà con¬ 
nus , pour les mettre en état d’y par¬ 
venir aifément par eux - mêmes , de 
fans le fecours d’aucun Maître ; de 
quand ils ne voudroient pas fe donner 
ce foin, toujours feront - ils capables 
de traduire fur le champ toute forte 
de Mufique par la leur, de par confé- 
quent, ils feroient en état d’en tirer 
parti , même dans un tems où elle 
eft encore indéchiffrable pour les Eco¬ 
liers ordinaires. 

Les Maîtres ne doivent pas craindre 
de redevenir Ecoliers : ma méthode 
eft fl (impie qu’elle n’a befoin que 
d’être lue de non pas étudiée , de j’ai 
lieu de croire que les difficultés qu’ils 
y trouveroient, viendroient plus des 
difpofitions de leur efprit que de l’ob(^ 
curité du fyftême, puifque des Dames 
à qui j’ai eu l’honneur de l’expliquer. 


'4a P R E F yi C F, 

ont chanté fur le champ & à livre 
ouvert, de la Mufîque notée fuivant 
cette méthode , 6c ont elles - mêmes 
noté des airs fort correétement, tan¬ 
dis que des Muficiens du premier 
ordre auroient peut-être afFeélé de n’y 
rien comprendre. 

Les Muficiens , je dis du moins le 

f 

plus grand nombre, ne fe piquent 
gueres de juger des chofes fans 
préjugés 6c fans ’paflion , 6c com¬ 
munément ils les confîderent bien 
moins par ce qu’elles font en elles- 
mêmes , que par le rapport qu’elles 
peuvent avoir à leur intérêt. Il efi: vrai 
que, même en ce fens - là, ils n’au- 
roient nul fujet de s’oppofer au fuccès 
de mon fyflême, puifque dès qu’il eft 

4 

publié, ils en font les maîtres aufli- 
bien que moi, 6c que la facilité qu’il 
introduit dans la Mufique, devant na¬ 
turellement lui donner un cours plus 
univerfel, ils n’en feront que plus oc- 


Préfacé. '43 

cupés-^ en contribuant à le répandre» 
Il eft cependant très - probable qu’ils 
ne s’y livreront pas les premiers , 6c 
qù’il n’y a que le goût décidé du Pu¬ 
blic qui puiffe les engager à cultiver 
un fyltême dont les avantages paroil^ 
fent autant d’innovations dangereufes 
contre la difficulté de leur Art. 

Quand je parle des Muiîciens en 
général , je ne prétends point y con¬ 
fondre ceux d’entre ces Meffieurs qui 
font l’honneur de cet Art par leur 
caraélere & par leurs lumières. 11 n’elt 
que trop connu que ce qu’on appelle 
peuple, domine toujours par le nom¬ 
bre dans toutes les fociétés &. dans 
tous les états ; mais il ne l’eft pas 
moins qu’il y a par - tout des excep¬ 
tions honorables , 6c tout ce qu’on 
pourroit dirfe en particulier contre la 
profeffion de la Mufîque , c’eft que 
le peuple y eft peut-être un peu plus 
nomblreux, 6c les exceptions plus rares. 


,44 Préfacé. 

Quoi qu’il en foit, quand on vou- 
droit fuppofer <5c groffir tous les obf* 
tacles qui peuvent arrêter l’effet de 
mon projet, on ne fauroit nier ce fait 
plus clair que le jour y qu’il y a dans 
Paris deux & trois mille perfbnnes 
qui, avec beaucoup de difpofitions * 
n’apprendront jamais la Mufique , par 
l’unique raifon de fa longueur 6c de 
fa difficulté. Quand je n’aurois tra¬ 
vaillé que pour ceux-là, voilà déjà 
une utilité fans répliqué; 6c qu’on ne 
dife pas que cette méthode ne leur 
fervira de rien pour exécuter fur la 
Mufique ordinaire ; car, outre que 
j’ai déjà répondu à cette objedion ; 
il fera d’autant moins néccffaire pour 
eux d’y avoir recours , qu’on aura 
foin de leur donner des Editions des 
meilleures pièces de Mufique de toute 
efpece 6c des recueils périodiques 
d’Airs à chanter 6c de fymphonies, 
en attendant que le fyftême (bit af- 


P M E F A C £. 4S 

fez répandu pour en rendre Pufage 
univerfel. , ^ 

Enfin, jfi Ton oucroit aifez la dé¬ 
fiance pour s’imaginer que perfonne 

1 

n’adopteroic mon fyftême, je dis 
que même dans ce cas~là, il feroic 
encore avantageux aux Amateurs de 

t 

l’Art de le cultiver pour leur commo¬ 
dité particulière. Les exemples qu’on 
trouve notés à la fin de cet Ouvrage , 
feront affez comprendre les avantag’r-s 
de mes lignes fur les lignes ordinai¬ 
res , foit pour la facilité, foir pour 
la precilion. On peut avoir en cent 
Cccallons des Airs à noter fans pa¬ 
pier réglé ; ma méthode vous en 
donne un moyen rrès-commode & 
très-fimple. Voulez-vous envoyer en 
Province des ah's nouveaux , des 
fcenes entières d’Opéra , fans aug¬ 
menter le volume de vos lettres? 
Vous pouvez écrire fur la même 
leuills de très-longs morceaux de 


'4^ P R E F C 

Mufique. Voulez-vous en compolant 
peindre aux yeux le rapport de vos 
parties , le progrès de vos accords , 
ôc tout l’état de votre harmonie ? La 
pratique de mon fyftême fatisfait à 
tout cela, ôc je conclus enfin, qu’à 
ne conlîdérer ma méthode que com¬ 
me cette langue particulière des Prê¬ 
tres Egyptiens, qui ne fervoit qu’à 
traiter des fciences fublimes , elle fe- 
roit encore infiniment inutile aux ini¬ 
tiés dans la Mufique, avec cette diffé¬ 
rence , qu’au lieu d’être plus difficile, 
elle feroit plus aifée que la langue 
ordinaire, & ne pourroit par confé- 
quent être long-tems un myftere 
pour le Public. 

Il ne faut point regarder mon fyf¬ 
tême comme un projet tendant à 
détruire les anciens caraâeres. Je v^eux 
croire que cette entreprife feroit chi¬ 
mérique, même avec la fubfiitution 
, la plus avancageufe ; mais je crois 


PREFACE. 47 

auffi que la commodité des miens, 
éc fur-tout leur extrême facilité mé¬ 
ritent toujours qu’on les cultive indé¬ 
pendamment de ce que les autres 
pourront devenir. 

Au reîle, dans l’état d’imperfec¬ 
tion où font depuis fi long-tems 
les fignes de la Mufique , il n’eft 
point extraordinaire que pluîîeurs 
perfonnes aient tenté de les refon¬ 
dre ou de les corriger. Il n’efi: pas 
même bien étonnant que pluîîeurs fe 
foient renconti'és dans le choix des 
lignes les plus naturels & les plus 
propres à cette fubîîitutîon, tels que 
font les chiffres. Cependant, comme 
la plupart des hommes ne jugent 
gueres des chofes que fur le premier 
ccup-d’œil, il pourra très-bien arri¬ 
ver que , par cette unique raifon de 
l’ufage des mêmes carafteres , on 
m’accufera de n’avoir fait que co- 


4 ^ Préfacé. 


pier, ôc de donner ici un ryliérric 
renoLiveüé, J’avoue qu’il efi aifé de 
feaîir que c’eii bien moins le genre 
des figues , que,la maniéré de les 
employer qui Gonüitue la difîerence 
en fait de fyflêmes : autrement, ü 
Êiudroit dire, par exemple , que i’Al- 
gebre 6c la Langue Françoife ne font 
que la même chofe, parce qu’on s’y 
fert également des lettres de l’alpha- 
bec ; mais cette réflexion ne fera 
pas probablement celle qui l’empor-* 
tera, & il paroîc ii heureux par une 
feule objeélion, de m’ôter à la fois 
le niérite de l’invention, & de met¬ 
tre fur mon compte les vices des 
autres fyflêmes, qu’il eft des gens 
capables d’adopter cette critique , uni- 
ouemenc à raifort de fa commodité, 

Jt ^ 

Quoiqu’un pareil reproci'ye ne me 


fût P 
rois 


as tout-û-fair indifférent, j’y fe- 
bien moins fenfible qu’à ceux 


qui 


» 


P R E P ^ C E, 

qü! pôurroient tomber direâemenc 
fur mon fyftêm.e. 11 importe beai^- 
coup plus de- favoir s’il efl; avanta¬ 
geux , que d’en bien connoîrre PAu- 
teur ; Ôc quand on me lefuferoic 
l’honneur de l’invention, je lercis 
moins touché de cette injuftice , que 
du plailir de le Voir utile au Public, 
La feule grâce que j’ai droit de lui 
demander, & que-peu de gens m’ac¬ 
corderont , c’elt de vouloir bien n’en 
juger qu’après avoir lu mon Ouvra¬ 
ge , & ceux qu’on m’accuferoit d’avoir 
copié. 

J’avois d’abord réfolü de ne don¬ 
ner ici qu’un pian très-abrégé, Sc 
tel, à peu-près , qu’il écoit contenu 
dans le Mémoire que j’eus l’honneur 
de lire à l’Académie Royale des Scien¬ 
ces, le 11 Août 1741. J’ai réfléchi 
cependant, qu’il falloit parler au Pu¬ 
blic autrement qu’on ne parle à une 
Mujique. ' D 


sro P n E F .'J c E. 

Académie , & qu’il y avoit bien des 
objeaions de toute efpece à préve¬ 
nir. Pour répondre donc à celles que 
j’ai pu prévoir , il a fallu faire quel¬ 
ques additions qui ont mis mon Ou¬ 
vrage en l’état où le voilà. J’atten¬ 
drai l’approbation du Public pour en 
donner un autre qui contiendra les 
principes abfolus de ma méthode, 
tels qu’ils doivent être enfeignés aux 
Ecoliers. J’y traiterai d’une^nouvelle 
manière de chiffitr l’accompagne¬ 
ment de l’Orgue àc. du Clavecin , 
entièrement différente de tout ce qui 
a paru jufqu’ici dans ce genre , de 
telle qu’avec quatre lignes feulement, 
je chiffre toute forte de Baffes con¬ 
tinues , de maniéré à rendre la mo¬ 
dulation ôc la Baffe-fondamentale 
toujours parfaitement connues de l’Ac¬ 
compagnateur , fans qu’il lui foin poff 
iible de s’y tromper. Suivant cette 



PREFACE. 51' 

méthode on peut, fans voir la BafTe- 
ifigarée , accompagner très-jufte ‘t)ar 
les cIûlTres feuls, qui, au îiea d’avoir 
rapport à cette Bairc-figurée , l’ont 
direftement à la fondamentale ; mais 
ce n’ed pas ici le lieu d’en dire davan¬ 
tage fur cet article. 



r. 


D 5.' 




t 


i:' ■ 






4 '* ^ 

4 ■ ■•* • ^> 


'.e ' 


, .'■> 


■ 4 ’ > 

^ ^ • I 

’ V ^ 


V *’ 
- ,* 


' I -*' •^~ . ^v Zà .n^ ^ ■ .1. r-' ’ ■ ▼ vm 1 

^ V f >• 1 ? i ‘v -. - 4 . - . A ^ . 

•' •'^.’\- \2 I '"-'■ - s ■?-*>«■<%:■ ■ ' >-/t i / V . 

*^U n v ^ .fi, u-’î . i. / V^.''v'* 

\ ‘•tt ^.•, • '♦ ^ . '% » <* -X i.- ** fcVi \ ^ ^ 

’ V,.- /. ., yx ., . -, \.x ^ 'V • V» '»..• ' 


Vv -x »; ? 



") 




» « ,>■. - : ■ . J 


r- î ' ,;•■ ' ' ■■, . r . ,•- • , ^ • . , r-* • 

«^T -*!■ '* , '■, 1 , i •■ "T r; *■» ■• / ‘'*- . * ■ 

X»>*-' ;■ ■■ - - '*• - ■'<*'*' */*''• 

' Cif'-- ■►■' ''•i *>■- ^ ‘ .: >.. .-‘X 

■■' - , -y .* ''' V ^ t ':- ." 


J. 


» . ♦« 


.1 V » f ,- ^ z **- 

A • * , ' .<■■ ’/t. . , r» y- . 



/> 

!» 

fc- 


. y. . 

■^. V 


•^- N 

'■ V'''. ' \-i v.* 

'■ ■■■t^ .r- 




.• V' s** • €i*' 

*^/ 

, ^4»' • 


-*- 



■ i’-^■ '• V ■ • • - .-* . - . . . „,. 

\ . Vv- 'V y*''^ 'V'P'» Jf ‘'T>\^~^.''i’?‘’ '• / 'ik - ■ - -,7 

, .-'- .: V ': - *’■ '’ ^ 

^ S T - * t. r *'v:' ^ . vî • '.V . * ' - V - 

* • ^ • ..•*. Y 4 . ‘ é ' • .^ î >•* •>»“'■'■ ' 




■■■ ■>¥ . 




•^ • T 

• /. r • 


A 

r. 

.•ÎT- 


' *-. - Z ,» 

•3y ■>• 




tif* . 



Av: 'r^ •: \ 


i.. 


V 


■'•V;^- y,.-.;-' ’-'v-.-V 7 .'S^ . : V' / . 




' ' V. ‘ .V . 

• “i'L-- J*»».. ;., ..'-r?; '. mb 



'■ i^- 

r .'■ ’‘" 


__ ' : , .' '^^''• • ", ^ ’ . "s ' \' '.-■Z ' 


‘V. 


^ 'a 


* • ,’’ * V y. .^' *• ■» ► *• •• ‘r-' i, , y . * • 

. . n/V- .,, > *'*- •■'V .V • : 

^ . ■•■.•■>•■.■;)»•; vr ' 

f ' • ^ ^' ' ‘ -• .1- -, 


l' 






. f 

1 ' î ■ 

^ y, ♦ - -f^ . ,-.• * 

. i ■ '* ^ ' ' 

fl.' . ;^. . ,.< 1 • . 

.:Vc ■ -•"”■ 


r'.v “ 


* ..._^/^'-' ïw "-, j : 


V *' 


^ ; - f:v.':iV ■ -'i; ' 

" ".■ > , , -J' .‘^'-'V V - .• 

!■ ■ . . <* > *•!. . ‘«V < 

.. y • V ,.' ' V . . 


• •. •’i 


7 j'» 


.• f 


T* 1, .■'.# 

• ' V.,'*'''" 


* • 



DISSERTAT ION 


SUR LA 



ü 




U E 


M O D E R N E. 


'T' 


Immutat animiis ad prijîina, — Lucr. 


'W 


L paroît étonnant que les fignes de la 
Miifique étant reftés •auffi long-tems dans 
l’état d’imperfeSion où nous les voyons 
encore aujourd’hui, la difficulté de l’ap¬ 
prendre’ n’ait pas averti le Public que. 
c’étoit la faute des caradferes & non pas- 
celle de l’Art, ou que s’en étant apperçu , 
on n’ait pas daigné y remédier. Il eft vrai 
qu’on a donné fouvent des projets en ce 
genre : mais de tous ces projets , qui, 
fans avoir les avantages de la Mufique 
ordinaire, en avoient les inconvéniens 
aucun , que je fâche, n’a jufqu’ici tou¬ 
ché le but ; foit qu’une pratique trop 
fuperficielle ait fait echouer ceux qui 

D 3 












54 Dissertation 
l'ont voulu confidérer théoriquement, foiî 
que le génie étroit & borné des Mufi- 
ciens ordinaires les ait empêchés d’ein- 
bralTer un plan général & railbnné, & de 
fenîir les vrais défauts de leur Art, de 
la pertettion aftuelle duquel ils font, pour 
rordinaire, très-entêtés. 

La Mulique a eu le fort des Arts qui 
ne î'c perfectionnent que fuccelîivement. 
Les inventeurs de fes caractères n’ont fongé 
qu’à l’état où elle fe trouvoit de leur 
tems , fans prévoir celui où elle pouvoit 
parvenir dans la fuite, il efl arrivé dedà 
que leur fvflême s’eft bientôt trouvé dé- 

I V 

feèlueux, & d’autant plus défeétueux que 
l’Art s’ell plus perfeéliônnc. A mefure 
qu’on avançoit, on établifîbit des règles 
pour remédier aux inconvéniens pi éfens, 
& pour multiplier une exprellion trop 
bornée, qui ne pouvoit fuffire aux nou¬ 
velles combinaifons dont on la chargeoit 
tous les jours. En un mot : les inventeurs 
en ce genre, comme le dit M. Sauveur, 
n’ayant eu en vue que quelques propriétés 
des fons , & fur-tout, la pratique du Chant 
qui étoit en ufige de leur tems , ils fe 
font contentés de faire, par rapport à cela* 


SUR LA Musique moderne. 55 

des fyüêmes de Mufique que d’autres 
ont peu-à-peu changés, à mefiire que la 
goût de la Mufique changeoit. Or , ‘*il 
n’ell: pas poiïible qu’un fyllêine , fût - il 
d’ailleurs le meilleur du mondé dans fon 

<■ - b • 

origine, ne fe charge à la £n d’embar¬ 
ras & de diiSculîés, par les changemens 
qu’on, y fait &z les chevilles qu’on y 
ajoute , & cela ne fauroit jamais fiire 
qu’un tout fort embrouillé & fort mal 
aflorîi. 

C’eft le cas de Ja méthode que nous 
pratiquons aujourd’hui dans la Mufique , 
en exceptant, cependant , la fimplicité 
du principe qui ne s’y eft jamais ren¬ 
contrée. Comme le fondement en ell ab- 
folument mauvais, on ne l’a pas propre- 
ment gâte, on n a fait que le rendre pire , 

par les additions qu’on a été contraint d’y 
faire. 

Il n eft pas alfe de favolr précifément 
en quel état étoit la Mufique , quand 
Gui d Arezze ( ) s avifa de liipprimer 


i.a Scit Gui d’Arezze, foit Jean de Mure, le nom de 
1 Auteur ne fuu nen au fyftême, & je ne farle du premier 
îue parce ïu’il eft plus connu. 


D 4 




5 ^ Dissertation 
tous les caractères qu’on' y employoit j 
pour ' leur fubûinier les nC)les qui font 
en ufage aujourd’hui. Ce qu’il ÿ a de 
vrailemblable , c’eft que ces premiers 
cara£leres étoient les mêmes avec'iefquels 
îes anciens Grecs exprimbient cette Mu- 
fique merveÜîeufe , de laquelle , quoi» 
qu’on en dife , la nôtre n’approchera 
jamais , quant à fes effets ; & ce qu’il 
y a de fur , c’eff que Gui rendit un 
fort mauvais fervice à la Mulique , & 
qu’il eft fâcheux pour nous qu’il n’ait 
pas trouvé en fon chemin , des' Mufi- 
ciens aulïi indociles que ceux d’au¬ 
jourd’hui. 

■ îl n’eff pas douteux cjue les lettres de 
l’Alphabet des Grecs, ne fuffent en même 
tems îes caractères de leur Mufique, & 
les chiffres de leur Arithmétique : de forte 
qu’ils n’avoient befoln que d’une feule 
efpece de fignes, en tout au nombre de 
vingt-quatre , pour exprimer toutes les 
variations du difoours, tous les rapports 
des nombres, & toutes les comblnaifons 
des fons ; en quoi ils étoient bien plus 
fages ou plus heureux que nous, qui 
fommes contraints de travailler notre ima- 


SUR LA Musique moderne. 57 
gination fur une multitude de lignes inuti¬ 
lement diverliliés. 

Mais, pour ne m’arrêter qu’à ce qui 
regarde mon fujet, comment fe peut-il 
qu’ôn ne s’apperçoive point de cette 
foule de difficultés que l’ufage des notes 
a introduites dans la Mulique , ou que, 
s’en appercevant, on n’ait pas le courage 
d’en tenter le remede, d’elfayer de la 
ramener à fa première limplicité , & en 
un mot, de faire pour fa perfeftion ce 
que Gui d’Arezze a fait pour la gâter : car, 
en vérité, c’eft le mot, & je le dis mal-, 
gré moi. 

J’ai voulu chercher les raifons dont 
cet Auteur dut fe fervir pour faire abolir 
l’ancien fyllême en faveur du fien, & je 
n’en ai jamais pu trouver d’autres que 
les deux fuivantes, i. Les notes font 
plus apparentes que les chiffres, i. Et 
leur polition exprime mieux à la vue la 
hauteur & l’abaiffement des fons. Voilà 
donc les feuls principes fur lefquels notre 
Areîin bâtit un nouveau fyllême de Mu¬ 
lique, anéantit toute celle qui étoit en 
ufage depuis deux mille ans, & apprit 
aux hommes à chanter difficilement. 


5^ Dissertatio?? 


- Pouf trouver û Gui raifoanoit 
iRcnie en admettant la vérité de fes deux 
propoiitlons, la queilion ’fe réduiroit à 
favoir fi les yeux doivent être ménagés 
aux dépens de rtfprit, &: fila perfeélion 


d’une méthode confifle à en rendre les 
lignes plus fenfibtes en les rendant plus cm- 
barrafTans : car c’eft préciiémentle cas de la 
fienne. 

Mais nous femmes difpenfés d'entrer 
là-defTus en difcuflion , puifque ces deux 
propofitions étant également faufl'es 
ridicules , elles n’ont jamais pu fervir 
de fondement qu’à un très - mauvais 
fyflême. 


En premier lieu ; on x'oit d’a'ncrd que 
les notes de 1 a M uii que rc mpliîTant be au coup 
plus de place que les chiffres auxquels on 


les fubfiitue , on peut, en faifant ces chif¬ 
fres beaucoup plus gros , les rendre du 
moins aufli vilibles que les notes, fans 
occuper plus de volume. On voit , de 
plus , que la Mufique notée ayant des 
points, des quarts-de-foupirs, de siignes,des 
clefs, des diefes, & d’autres fignes necef- 
faires autant & plus nrjenus que les chif¬ 
fres 5 c’eft par ces fignes-ià, & non par ta 


SUR LA Musique moderne. 59 
grofleur des notes, qu’U faut déterminer le 
point-de-vue. 

En fécond Heu; Gui ne devoitpas faîré 
fonnér li haut Putiliîé- de la pofition des 
notes : puifque, fans parler de cette foule 
dHnconvéniens dont elle eft la caufe^ l’avan¬ 
tage qu’elle, procure fe trouve déjà tout 
entier dans là Mufique naturelle : c’eft-à- 
dlre, dans la Mufique par chlrTres; on y 
voit xlii premier coup-d’œil 5 de même 
qu’à laiitre^ li un Ibn ell' plus haut ou 
plus 'bas qiie celui qur le précédé ou que 
celuir qui le fait , avec cette difterence 
feulement que dans la méthode des chlt- 
fres 5' l’intervalle’, ou le rapport des deux 
fons^ quî le compofeht, eft précifément 
connu par la 'feule infpeftion ; au lieu 
que dans la Mufique ordinaire vous con- 
noîlTez à l’œil qu’il feut monter ou del“ 

cendre, & vous ne connoifîez rien de 

\ 

plus. 

On ne fauroit croire quelle application, 
quelle perfévérance, quelle adroite méca¬ 
nique eft néceffaire dans le fyftême éta¬ 
bli , pour acquérir pafiablement la fcience 
des intervalles & des rapports : c’eft Tou- 
vrage pénible d’iuie habitude toujours trop 


6 o; ■ D I s s E R T A T I O 

longue & jamais affez étendue, puifque 
après une pratique de quinze & vingt ans , 
le Muficien trouve encore des fauts qui Pem- 
barraffent, non-feulement quant à l’into-’ 
nation, mais encore quanta la connoiffance 
de l’intervalle, fur-tout, lorfqu’il eft quef- 
tion de fauter d’une-clef à l’autre. Cet arti¬ 
cle mérite d’être approfondi, & j’en parlerai’ 
plus au long. ■ . ■ .,. 

Le fyftême de Gui eft tdut-à-fait com¬ 
parable , quant à fon idée, à-celui d’un 
homme qui, ayant fait réflexion que les 
chiffres n’ont rien dans leurs figures qui 
réponde à leurs differentés valeurs, pro- 
poferoit d’établir entr’eux une certaine 
groïTeur relative , & proportionnelle aux 
nombres qu’ils expriment. Le deux, par 
exemple, feroit du double plus gros que 
l’unité, le trois de la moitié plus gros 
que le deux, & ainfi de fuite. Les dé- 
fenfeurs de ce fyftême ne manqueroient 
pas de vous prouver qu’il eft ' très-avan¬ 
tageux dans l’Arithmétique , d’avoir fous 
les yeux des caraÛeres uniformes qui , 
fans aucune différence par la figure, n’en 
aurolent que par la grandeur, & pein- 

droient en quelque forte aux yeux les 

( 


SUR LA Musique moderne. 6î 

rapports dont ils feroient l’expreffion. 
Au refte , cette connoifl'ance oculaire 
des hauts, des bas , & des intervalles eit 
fl néceffaire dans la Mufique, qu’il n’y^ 
a perfonne qui ne fente le ridicule de 
certains projets qui ont été quelquefois 
donnés pour noter fur une feule ligne , 
par les caraéleres les plus bizarres , les 
plus mal- imaginés, & les moins analo¬ 
gues à leur lignification; des queues tour¬ 
nées à droite, à gauche > en haut, en 
bas, 6c de biais, dans tous les fens , pour 
repréfenter des ut, des re , des mi , &c.' 
Des têtes 6c des queues différemment 
fituées pour répondre aux dénominations 
pa , ra ^ ga , fo , bo ^ lo , do y ou d’au-, 
très fignes tout aulli finguliérement appli¬ 
qués. On fent d’abord que tout cela ne 
dit rien aux yeux 6c n’a nul rapport à 
ce qu’il doit fignifier, 6c j’ofe dire que 
les hommes ne trouveront jamais de 
carafteres convenables ni naturels, que 
les feuls chiffres pour exprimer les fons 
6c tous leurs rapports. On en connoîtra 
mille fols les raifons dans le cours de 
cette leéhire; en attendant, il fufiit de 
remarquer que les chiffres étant l’expref- 


/ 


6z Dissertation 

fion qu’on a donnce aux nombres, & le; 
nombres eux-mêmes étant les expofans 
de la générâticn des fcns , rien ri''’eft fi 
naturel que l’expreifion des divers Ions 
par les chiffres de. rArithmcticjue. 

Il ne faut donc pas être fiirpris qifcn 
ait tenté quelquefois de ramener la Mu- 
fique à cette exprefllon naturelle. Pour 
peu qu’onréfléchlfle fur cet Art, non en 
Muficien , mais en Philcfophe , on en 
ièat bientôt les défauts : l’on fent encore 
que ces défauts font inhérens air fond 
même du fyftème, & dépendans unique¬ 
ment du mauvais choix & non pas du 
mauvais ufage de fes caraéieres : car , 
d’ailleurs, on ne faiiroit difconvenir qif'une 
longue pratique , fuppléant en cela au 
raifonnemenî, ne nous ait appris h les com¬ 
biner de la maniéré la plus avantageufe 
qu’ils peuvent l’être. 

Ennn, le raifct.ncment nous mene en¬ 
core jufqu’à connoitre fenfibleraent que 
îa Mufique , dépendant des nombres, elle 
devroit avoir la même exprefllon c|u’eux , 
néceffité qui iie naît pas feulement d’une 
certaine convenance générale ; mais du 
fond même des principes pliyfiques de 
cet Art. 


SUR LA Musique moderne. 63 
Quand on eil une lois parvenu-là , 
par une fuite de raifonnemens bien fon¬ 
dés 6t bien conféquens , c’eû alors qu’il 
faut quitter la Phüofophie & redevenir 
Miifcien , Sc c’ell julienient ce que n’ont 
fait aucun de ceux qui jufqu’à préfent 
ont propofe des fyftêines en ce genre, 
Lesnins, partant quelquefois d’une théorie 
très-fine, n’ont jamais fu venir à bout 
de la ramener à l’ufage, 6c les autres , 
n’embralTant proprement que le mécani¬ 
que de leur Art, n’ont pu remonterjuf- 
qu aux grands principes qu’ils ne con- 
noilToient pas , 6c d’où cependant , il 
faut nécefiàirement partir pour embrafler 
un fyfleme lie. Le défaut de pratique 
dans les uns , le défaut de théorie dans 
les autres, 6c peut-être, s’il faut le dire, 
le défaut de génie dans tous, ont fait 
que jufqu’à préfent aucun des projets qu’oxi 
a publiés n’a remédié aux inconvéniens de 
la Mufique ordinaire, en confervanî fes 


avantages. 


f trouve une grande 

ciîhciute dans l’expreflion des fons par¬ 
es chiffres, puifqu’on pourroit toujours 
"S reprefenter en nombre, ou par les 


) 


^4 Dissertation 

degrés de leurs intervalles , ou par îe§ 
rapports de leurs vibrations ; mais l’em¬ 
barras d’employer une certaine multitude 
de chiffres fans ramener les inconvéniens 
de la Mufique ordinaire, & le befoîn de 
fixer le genre & la progreffion des fons 
par rapport à tous les différens modes j 
demandent plus d’attention qu’il ne* pa- 
roît d’abord : car la queftion eft pro¬ 
prement de trouver une méthode géné¬ 
rale pour repréfenter , avec un très-petit 
nombre de carafteres ^ tous les fons de 
la Mufique confidérés dans chacun des 
vingt-quatre modes. 

Mais la grande difficulté où tous leS 
inventeurs de fyflênies ont échoué , c’efl 
celle de l’expreffion des différentes du¬ 
rées des filences & des fons. Trompés 
par les fauffes régies de la Mufique ordi¬ 
naire , ils n’ont jamais pu s’élever au- 
deffus de l’idée des rondes, des noires 
des croches ; ils fe font rendus les efclaves 
de cette mécanique, Us ont adopté les 
mauvaifes relations qu’elle établit : alnfi ÿ 
pour donner aux notes des valeurs dé¬ 
terminées , il a fallu inventer de nou¬ 
veaux fignes, introdviire dans chaque note 

une 


SUR LA Musique môderne. 65 

une complication de figures , par rapport 
à la durée, & par rapport au fon y d ou 
s’enluivant des inconvéniens que n’a pas 
la Mufique ordinaire , c’efi; avec raifon 
que toutes ces méthodes (ont tombées 
dans le décri ; mais enfin , les defimts 
de cet Art n’en fubfiftent pas moins , 
pour avoir été comparés avec des défauts 
plus grands ; & quand on publiéroit 
encore mille méthodes plus mauvaifes , 
on en feroit toujours au même point 
de la queftion, & tout cela ne rendroit pas 
plus parfaite celle que nous pratiquons 
aujourd’hui. 

Tout le monde , excepté les Artiftes ^ 
ne ceffe de fe plaindre de l’extrême lon¬ 
gueur qu’exige l’étude de la Mufique , 
avant que de la pofîeder paffablement : 
mais , comme la Mufique eft une des fcien- 
ces fur lefquelles on a moins réfléchi, 
foiî que le plaifir qu’on y prend, nuife 
au fens-froid néceflaire pour méditer ; foit 
que ceux qui la pratiquent ne foient pas 
trop communément gens à réflexions, on 
ne s’efi: gueres avifé jufqu’ici de recher¬ 
cher les véritables caufes de fa difficulté , 
& l’on a injuflement taxé l’Art même 
Mujique. E 


Dissertation . 

des défauts que l’Artifte y avolt in^ 
troduits. 

On fent bien, à la vérité , que cette 
quantité de lignes, de clefs, de tranfpo- 
fitions , de dièfes, de bémols, de bécar- 
■ res, de mefures fimples & compofées , de 
rondes,'de blanches, de noires, de cro¬ 
ches, de doubles, de triples-croches, de 
paufes , de demi-paufes , de foupirs , de 
demi-foupirs , de quarts-de-foupirs , &c. 
. donne une foule de lignes & de combi- 
naifons , d’où réfulte bien de l’embarras 
& bien des inconvéniens : mais quels font 
précifément ces inconvéniens ? Naifl'ent- 
ils dircéfement de la Mufique elle-même, 
ou de là mauvaife maniéré de l’exprimer? 
Sont-ils fufceptibles de correéfion , & 
quels font les remedes convenables qu’on 
y pourroit apporter ? il efl: rare qu’on 
poufl’e l’examen jufques-là ; & après avoir 
eu la patience pendant des années entiè¬ 
res , de s’emplir la tête de fons, & la 
mémoire de verbiage, il arrive fouvent 
qu’on ell tout étonné de ne rien conce¬ 
voir à tout cela, qu’on prend en dégoût la 
Mufique & le Muficien , & qu’on laÙTe-là 
l’un & l’sutre, plus convaincu de l’en- 


sua LÀ. Musique moderne,' 67 
huyeufe difficulté de cet Art, que de fes 
charmes fi vantés. 

J’entreprends de juftifier la Mufique des 
torts dont on l’accufe, & de montrer 
qu’on peut, par des routes plus courtes 
&; plus faciles , parvenir à la pofféder 
plus parfaitement , & avec plus d’in- 
îeliigence , 'que par la méthode ordi¬ 
naire , afin que fi le Public perfifie à 
vouloir s’y tenir, il ne s’en prenne du. 
moins qu’à lui-m.ême des difficultés ciu’il 
y trouvera. 

Sans vouloir entrer ici dans le détail 
de tous les défauts du fyfteme établi, j’au¬ 
rai, cependant , occafion de parler des 
plus confidérables, & il fera bon d’y re¬ 
marquer toujours que ces inconvéniens 
étant des fuites nécefiaires du fond même 
delà méthode, il efi:abfolument impoffible 
de les corriger autrement que par une 
refonte générale , telle que je la propofe ; 
il refte à examiner fi mon fyfiême re¬ 
médie en effet à tous ces défauts, fans 
en introduire d’équivalens , c’eft à 
cet examen que ce petit Ouvrage etî: 
deftiné. 

En général, on peut réduire tous les 


<58 Dissertation 

yicescle la Mufique ordinaire à trois cîalTcs 
principales. La première eil la multitude 
des lignes & de leurs conibinaifons, qui 
furchargenî inutilement l’efprit & la mé¬ 
moire des Commençans , de façon que 
l’oreille étant formée, & les organes ayant 
acquis toute la facilité néceffaire , long- 
tems avant qu’on foit en état de chan¬ 
ter à livre ouvert, il s’enfuit que la diffi¬ 
culté eft toute dans l’obfervation des ré¬ 
glés , & nullenient dans l’exécution du 
chant. La fécondé eft le défaut d’évi¬ 
dence dans le genre des intervalles expri¬ 
més fur la même ou fur différentes clefs. 
Défaut d’une fi grande étendue , que 
non-feulement, il eft la caufe principale 
de la lenteur du progrès des Ecoliers; mais 
encore qu’il n’efi point de Muficien formé 
qui n’en foit quelquefois incommodé dans 
l’exécution. La troifieme enfin, eft l’ex¬ 
trême diffufion des carafteres 6c le trop 
grand volume qu’ils occupent, ce qui, 
joint à ces lignes & à ces portées fi 
ennuyeufes à tracer, devient une fource 
d’embarras de plus d’une efpece. Si le 
premier mérite des fignes d’inftitution eft 

d’être clairs, le fécond eft d’être concis ; 

\ 


SUR LA Musique moderne. 69 
quel jugement doit-on porter des notes de 
notre Muiîque , à qui l’un & l’aufre 
manquent ? 

Il paroît d’abord affez difficile de trou¬ 
ver une méthode qui puiffe remédier à 
tous ces inconvéniens à la fois. Comment 
donner plus d’évidence à nos lignes , 
fans les augmenter en nombre ? Et com-, 
ment les augmenter en nornbre , fans 
les rendre d’un côté plus longs à appren¬ 
dre , plus difficiles à retenir, & de l’au¬ 
tre , plus étendus dans leur volume ? 

Cependant, à confidérer la chofe de 
près, on fent bientôt que tous ces dé¬ 
fauts partent de la même fource ; favoir, 
de la mauvalfe inftitution des fienes & 
de la quantité qu’il en a fallu établir pour 
fuppléer à l’expreffion bornée & mal¬ 
entendue qu’on leur a donnée en pre¬ 
mier lieu ; & il eft démonilraîif que dès 
qu’on aura inventé des lignes équlva- 
lens , mais plus 'fimples, & en moindre 
quantité , ils auront par-là même plus de 
précifion & pourront exprimer autant de 
chofes en moins d’efpace. 

Il feroit avantageux , outre cela , que 
ces fignes fulTent déjà connus, afin que 

E 3 


I 


70 Dissertation 

rattention fût moins partagée, & faciles a 
figurer , afin de rendre la Mufique plus 
commode. 

Voilà les vues cpie je me fuis propofées 
en méditant le lyfiême que je préfente 
au Public. Comme je deÜlne un autre 
Ouvrage au détail de ma méthode , telle 
qu’elle doit être enfeignée aux Ecoliers, 
on n’en trouvera ici qu’un plan général, 
qui fufHra pour en donner la parfaite 
intelligence aux perfonnes qui cultivent 
aftuellement la Mufique, & dans lequel 
j’eijjere , malgré fa brièveté , que la fini- 
plicité de mes principes ne- donnera lieu 
ni à l’obfcurité , ni à l’équivoque. 

Il faut d’abord confidérer dans la Mu» 

■N 

fique deux objets principaux , chacun fé- 
parément. Le premier, doit être l’expref- 
fion de tous les fons poifibles , & l’au¬ 
tre , celles de toutes les différentes du¬ 
rées , tant des fons que de leurs filences 
relatifs, ce qui comprend auffi la différence 
des mouvemens. 

Coinme la Mufique n’efl: qu’un enchaî¬ 
nement de fons qui fe font entendre , ou 
tous enfemble , ou fuccefuvement, il fuf- 

fit que tous ces fons aient des expreffions 


I 


‘#ÙR LA Musique MODERNt: 71* 
relatives qui leur affignent à chacun la 
place qu’il doit occuper, par rapport ^ 
un certain fon fondamental naturel ou 
arbitraire, pourvu que ce fon fondamen¬ 
tal foit nettement exprimé & que la rela¬ 
tion foit facile à connoître. Avantages 
que n’a déjà point la Mulique ordinaire, 
où le fon fondamental n’a nulle évidence 
particulière , & où tous les rapports des 
notes ont befoin d’être long-tems étudiés. 

Mais comment faut - il procéder pour 
déterminer ce fon fondamental de la ma« 
niere la plus avantageufe qu’il eft poffi- 
ble ; c’eft d’abord une queftion qui mérite 
fort d’être examinée ? On voit déjà cjii’il 
n’eft aucun fon dans la nature qui con¬ 
tienne quelque propriété particulière & 
connue , par laquelle on puiffe le diftin- 
guer , toutes les fois qu’on l’entendra. 
Vous ne fauriez décider fur un fon uni¬ 
que , que ce foit un ut plutôt qu’un la , 
ou un K , & tant que vous l’entendrez 
feul, vous n y pouvez rien appercevoir 
qui vous doive engager à lui attribuer 
un nom plutôt qu’un autre. C’eft ce qu’a-* 
voit déjà remarqué Monfieur de Malran. 
Il n y a J dit-ij j dans la nature , ni tit ^ 


7 - Dissertation^ 

ml fol qui foit quinte ou quarte par foi- 
même , parce que ut , fol ou re n’exiftent ' 
qu’hypothétiquement feion le fon fonda¬ 
mental que l’on a adopté. La fenfation 
de chacun des tons n’a rien en foi de pro“ 
pre à la place qu’il tient dans l’étendue 
du clavier, rien qui le diftingue des au¬ 
tres pris féparément. Le rc de l’Opéra 
pourroit être Vut de Chapelle , ou au 
contraire : la, même vîteffe, la même fré¬ 
quence de vibrations qui conftitue l’un , 
pourra fervir , quand on voudra , à conf- 
tituer l’autre ; ils ne different dans le fen- 
timent qu’en qualité de plus haut ou de 
plus bas , comme huit vibrations , par 
exemple , different de neuf, & non pas 
d’une différence fpécifîque de fenfation. 

Voilà donc tous les fons imaginables 
réduits à la feule faculté d’exciter des 
fenfations par les vibrations qui les pro- 
duifent, & la propriété fpéclhque de cha¬ 
cun d’eux réduite au nombre particulier 
de ces vibrations , pendant un tems dé¬ 
terminé : or, comme il eff impoffible de 

compter ces vibrations, du moins d’une 
* 

maniéré direéle , il relie démontré qu’on 
ne peut trouver dans les fons aucune pro- 


SUR LA Musique moderne. 75 
priété fpécîfîqiie par laquelle on les pulffe 
reconnoître féparément, & à plus fort^ 
raifon qu’il n’y a aucun d’eux qui mérite 
par préférence d’être diftingué de tous 
les autres & de fervir de fondement aux 
rapports qu’ils ont entr’eux. 

Il eft vrai que M. Sauveur avolt pro- 
pofé un moyen de déterminer un fon fixe 
qui eût fervl de bafe à tous les tons de 
l’échelle générale : mais fes raifonnemens 
mêmes prouvent qu’il n’eft point de fon 
fixe dans la nature, & l’artifice très-ingé¬ 
nieux & très-impratiqiiable qu’il imagina 
pour en trouver un arbitraire , prouve 
encore combien il y a loin des hypothe- 
fes, ou même, fi l’on veut, des vérités 
de fpéculaticn , aux fimples réglés de 
pratique. 

Voyons , cependant , fi en épiant la 
nature de plus près, nous ne pourrons 
point nous difpenfer de recourir à l’Art, 
pour établir un ou plufieurs fons fonda¬ 
mentaux , qui pulflent nous fervir de prin¬ 
cipe de comparaifon pour y, rapporter 
tous les autres. 

D’abotd , comme nous ne travaillons 
que pour la pratique , dans la recherche 


74 Dissertation 
des ions, nous ne parlerons que de ceux 
qui compofent le fyftême tempéré , tel 
qu’il eft uniyerfellement adopté, comptant 
pour rien ceux qui n’entrent point dans 
la pratique de notre Mufique , & confi- 
derant comme juftes, fans exception , 
tous les accords qui réfultent du tempé¬ 
rament. On verra bientôt que cette fup- 
pofition , qui eft la même qu’on admet 
dans la Mufique ordinaire , n’ôtera rien à 
la variété que le fyftême tempéré introduit 
dans l’effet des différentes modulations. 

En adoptant donc la fuite de tous les 
fons du clavier, telle qu’elle efi: pratiquée 
fur les Orgues & les Clavecins , l’expé¬ 
rience m’apprend qu’un certain fon au¬ 
quel on a donné le nom ^lu , rendu par 
un tuyau long de feize pieds, ouvert, fait 
entendre affez diflinflement, outre le fon 
principal, deux autres fons plus foibles , 
l’un à la tierce majeure , & l’autre à la 

t 

quinte auxquels on a donné les noms 


( * ) C’eft-à-dire , à Iq, douzième , qui eft la réplique dé¬ 
jà quinte , & à la dix-feptienie , qui eft la duplique de I4 
tierce majeure. L’odave, même plulicurs oftaves s’-enteii- 
d^nt aiifti aftéz diftiiiétement, & s’entendioient bien mieux 
encore, fi l’oreille Joe ks coafüiidntt quelquefois avec Iji 
Qth pikci^al. 




SUR LA Musique moderne.’ 7f 
de mi & de fol. J’écris à part ces trois 
noms, &: cherchant un tuyau à la quinte/ 
du premier , qui rende le même fon que 
je viens d’appeÜerfol ou fon oftave, j en 
trouve un de dix pieds huit pouces de 
longueur , lequel, outre le fon principal 
fol , en rend aulîi deux autres , mais plus 
foiblement ; je les appelle y? & re , & je 
trouve qu’ils font précifément en même 
rapport avec le fol , que le fol & , le mi 
l’étolent avec Vut ; je les écris à la fuite 
des autres , omettant comme inutile dՎ 
crire le fol une fécondé fols. Cherchant 
un troifieme tuyau à l’uniffon de la quinte 
rc , je trouve qu’il rend encore deux au¬ 
tres fons outre le fon principal rc ^ ?>C 
toujours en même proportion que les 
précédens ; je les appelle fa & /æ (-]-) ÔC 

i t!- ■ .. .. I ..Il . ,11- ■ . ■ ■ I 

( t) Le/4 qui fait la tierce majeure du re fe trouve , par 
«onféquent, dièfe dans cette progreffion , 5 »; il faut avouer 
qu’il n’eil pas aiié de développer l’origine du fa naturel 
- eonfitiéré comme quatrième note du ton : mais il y auroit 
là-deüus des obfervations à faire qui nous meneroient loin 
& qui ne feroient pas propres à cet Ouvrage. Au refie , 
nous devons d’autant moins nous arrêter à cette légers 
exception , qu’on peut démontrer que le fa naturel ne 
fauroit être traité dans le ton dCut que comme diübmiîieg 
*a ptéparatioii à la diironauce, 



7^ Dissertation 

je les écris encore à la fuite des précé- 
dens. En continuant de même fur !e la , 
je trouverois encore deux autres fons : 
mais comme j’apperçois que la quinte eft 
''Ce même mi qui a fait la tierce du pre¬ 
mier fon «r, je m’arrête-là , pour ne pas 
redoubler inutilement mes expériences , 
& j’ai les fept noms fuivans , répondans 
au premier fon ut & aux fix autres que- 
j’ai trouvés de deux en deux. 

Ut, mi, fol, li, re , fa , la. 

Rapprochant enfuite tous ces fons par 
octaves, dans les plus petits intervalles 
où je puis les placer , je les trouve ran¬ 
gés de cette forte ; 

Ut, re , mi, fa , fol, la, fi. 

Et ces fept notes ainfi rangées, Indiquent 
juftement le progrès diatonique aueûé 
au mode majeur^, par la nature même : 
or, comme le premier fon ut a fervi de 
principe & de bafe à tous les autres , 
nous le prendrons pour ce fon fondamen¬ 
tal que nous avions cherché , parce qu’il 
eft bien réellement la fource & l’origine 
d’où font émanés tous ceux qui le fuir 


SUR LA Musique moderns*" 77. 

vent. Parcourir ainfi tous les fons de cette 
échelle ^ en commençant & finiffant par 
le fon fondamental, & en préférant tou¬ 
jours les premiers engendrés aux derniers; 
c’efl ce qu’on appelle moduler dans le 
ton ^ut majeur, & c’eft-là proprement la 
gamme fondamentale , qu’on eft convenu 
d’appeller naturelle préférablement aux 
autres , & qui fert de réglé de compa- 
raifon , pour y conformer les fons fon-] 
damentaux de tous les tons pratiquables* 
Au refte : il eft bien évident qu’en pre¬ 
nant le fon rendu par tout autre tuyau 
pour le fon fondamental ut , nous ferlons 
parvenus par des fons différens à une pro- 
greftion toute femblable , & que , par 
conféquent , ce choix n’eft que de pure 
convention & tout aufîi arbitraire que 
celui d’un tel ou tel méridien pour déter¬ 
miner les degrés de longitude. 

H fuit de-là, que ce que nous avons 
fait en prenant ut pour bafe de notre 

opération , nous le pouvons faire de même 

♦ 

en commençant par un des fix fons qui 
le fuivent, à notre choix, & qu’appel- 
îant ut ce nouveau fon fondamental , 
nous arriverons à la même progrelîion 


7^ iDiSSERTATîON 

<jue ci-devant, & nous trouverons tout 
nouveau, 

Ut, re, ml, fa, fol, la, fu* 

Avec cette unique différence que ces 
■'derniers fons étant placés à l’égard de 
leur fbn fondamental de la même ma¬ 
niéré que lès précédens l’étoient à l’égard 
du leur , & ces deux fons fondamentaux 
étant pris fur différens tuyaux, il s’en¬ 
fuit que leurs fons correfpondans font 
aufîl rendus par différens tuyaux, & que 
le premier ut^ par exemple, n’étant pas 
lë même que le fécond , le premier rc 
n’eff pas non plus le même que le fé¬ 
cond. 

A préfent l’un de ces deux tons étant 
pris pour le naturel, fi vous voulez fa- 
voir ce que les différens fons du fécond 
font à l’égard du premier, vous n’avez 
qu’à chercher à quel fon naturel du pre¬ 
mier ton fe rapporte le fondamental du 
fécond , & le même rapport fubfffera 
toujours entre les fons de même déno¬ 
mination de Tun & de l’autre ton dans 
les oftaves correfj3ondantes. Suppofant , 
par exemple, que Xut du fécond ton 


SUR LA Musique moderne; '79 
foit un fol au naturel, c’eft-;\-dire, à la 
quinte de Vut naturel, le u du fécond 
ton fera fûrement un la naturel, c’efl-à^- 
dire, la quinte du re naturel, le mi fera 
un /? , le fa un «r, &c. & alors on 
dira qu’on eft au ton majeur de fol, c’eft. 
à-dire, qu’on a pris le fol naturel pour 
en faire le fon fondamental d’un autre 
ton majeur. 

Mais û , au lieu de m’arrêter en la 
dans l’expérience des trois fons rendus 
par chaque tuyau, j’avols continué ma 
progreffion de quinte en quinte jufqu’à 
me retrouver au premier ut d’où j’étois 
parti d’abord , ou l’une de fes ofta- 
ves, alors j’aurois pafle par cinq nou¬ 
veaux fons altérés des premiers, lefquels 
font avec eux la fomme de douze fons 
dllférens renfermés dans l’étendue de 
l’oclave, & faifant enfemble ce qu’on' 
appelle les douze cordes du fyftême chro¬ 
matique. 

Ces douze fons répliqués à différentes 
oélaves, font toute l’étendue de l’échelle 
générale , fans qu’il puiffe jamais s’en 
préfenter aucun autre , du moins dans le 
fyfcênje tem.péré , puifqu’après avoir par 


8(3 Dissertation 

couru de quinte en quinte tous les fons 
que les tuyaux faifoient entendre, je luis 
arrive à la répliqué du premier par le¬ 
quel j’avois commencé, & que, par 
conféquent , en pourfuivant la même 
opération, je n’aurois jamais que les ré¬ 
pliqués , c’eft-à-dire, les 0(Saves des fons 
précédens. 

La méthode que la nature m’a indi¬ 
quée , &c que j’ai fuivie pour trouver 
la génération de tous les fons pratiqués 
dans la Mufique, m’apprend donc en 
premier lieu , non pas à trouver un fon 
fondamental, proprement dit, qui n’exifle 
point, mais à tirer d’un fon établi par 
convention tous les mêmes avantages 
qu’il pourroit avoir, s’il étoit réellement 
fondamental, c’eft-à-dire , à en faire réelle¬ 
ment l’origine & le générateur de tous les 
autres fons qui font en ufage & qui n’y 
peuvent être qu’en conféquence de cer. 
tains rapports déterminés qu’ils ont avec 
hii, comme les touches du clavier à 
l’égard du C fol ut. 

Elle m’apprend en fécond lieu, qu’a- 
près avoir déterminé le rapport de cha¬ 
cun de ces fons avec le fondamental, on 

peut 


SUR LA Musique moderne. 8t 
peut à fon tour le confidérer comme fon¬ 
damental lui - même , puifque le tuyau 
qui le rend, foifant entendre fa tierce 
majeure & la quinte aulîi bien que le 
fo/idamental, on trouve, en partant de 
ce fon - là comme générateur , une gam¬ 
me qui ne différé en rien , quant a la 
progreiTion , de la gamme établie en pre¬ 
mier lieu ; c’eff-à-dire , en un mot, que 
chaque touche du clavier peut & doit 
même être confidérée fous deux fens tout- 
à-feit différens ; fuivant le premier , cette 
touche repréfenîe un fon relatif au C foL 
ut , & qui, en cette qualité, s’appelle rc , 
ou nù , ou fol , &c. félon qu’il ell le 
fécond, le troilieme ou le cinquième de¬ 
gré de l’oftave renfermée entre deux ut 
naturels. Suivant le fécond fens elle ell 
le fondement d’un ton majeur, & alors 
elle doit conllamment porter le nom 
d’wf, de toutes les autres touches ne de¬ 
vant être eonfidérées que par les rap¬ 
ports qu’elles ont avec la fondamentale, 
c’ell ce rapport qui détermine alors le 
nom qu’elles doivent porter fuivant le 
degré qu’elles occupent : comme l’oélave 
renferme douze fons , il faut indiquer 
Mujique, F 


t 


Si Dissertation’ 

celui qu’on choifit, & alors c’eft un la 
ou un re, &c. naturel, cela détermine le 
fon : mais ouand il faut le rendre fonda- 

J. 

mental & y fixer le ton, alors c’eft 
conftamment un tit , & cela détermine 
le progrès. 

Il réfalte de cette explication que cha¬ 
cun des douze fons de l’oftave peut être 
fondamental ou relatif, fuivant la ma¬ 
niéré dont il fera employé , avec cette 
ciiftinftion que la difpofition de Vut na¬ 
turel dans l’échelle des tons , le rend 

i 

fondamental naturellement mais qu’il 
peut toujours devenir relatif à tout au¬ 
tre fon que l’on voudra ehoifir pour fon¬ 
damental ; .au lieu que ces autres fons, na¬ 
turellement relatifs à celui'd’ai, ne de- 

I 

viennent fondamentaux que par une dé¬ 
termination particulière. Au refte; il eft 
évident que c’eft la nature même qui 
nous conduit à cette dlftinéflon de fon¬ 
dement &. de ! rapports danS' les fons: 
chaque fon peut être fondamental natu¬ 
rellement, puifqu’ll fait entendre fes har¬ 
moniques , c’eft-à-dire , fa tierce majeure 
& fa quinte, qui font les cordes efl'en- 
tielles du ton dont il cft le fondement, 


SUR LA Musique moderne. 85 
& chaque fon petit encore être natureî- 
lement relatif, puifqu’il n’en efl* auciui^ 
qui ne foit une des harmoniques ou des 
cordes effenîielles d’un autre fon fonda¬ 
mental ^ & qui n’en puiffe être engendré 
en cette qualité. On verra dans la fuite 
pourquoi j’ai infifté fur ces obfervations. 

Nous avons donc douze fons qui fer¬ 
vent de fondemens ou de toniques aux 
douze tons majeurs , pratiqués dans la 
Mufique , & qui, en cette qualité, font 
parfaitement femblables , quant aux modi¬ 
fications oui réfultent de chacun d’eux , 
traité comme fondamental. A l’égard du 
mode mineur, il ne nous eft point in¬ 
diqué par la nature, & comme nous ne 
trouvons aucun fon qui en fafîe enten¬ 
dre les harmoniques , nous pouvons con¬ 
cevoir qu’il n’a point de fon fondamen¬ 
tal abfolu 5 & qu’il ne peut exifrer qu’en 
vertu du rapport qu’il a avec le mode 
majeur dont il eft engendré , comme il 
eft aifé de le faire voir (*)• 

Le premier objet que nous devons 


( * ) Voyez M. Rameau , nouv. 
l’Harm, p, 12. & 13. 


fyll. p. 21. & tr. de 




84 Dissert ATio n 

» 

donc nous propofer dans l’inflitution de 
no? nofiveaux fignes , c’eft d’en imagi¬ 
ner d’abord un qui défigne nettement, 
dans toutes les 'occaôons, la corde fon¬ 
damentale que l’on prétend établir , & 
le rapport qu’elle a avec la fondamen¬ 
tale de comparaifon, c’efl^-dire, avec 
Vut naturel. 

Suppofons ce ligne déjà choîfi. La fon¬ 
damentale étant déterminée , il s’agira 
d’exprimer tous, les autres fons par le 
rapport cai’ils ont avec elle , car c’efl: 
cdle feule qui en détermine le progrès 
& les altérations : ce n’ell pas, à la vé¬ 
rité , ce qu’on pratique dans la Mufique 
ordinaire , où les fons font exprimés 
eonllainment par certains noms détermi¬ 
nés , qui ont un rapport direél aux tou¬ 
ches des inftrumens & à la, gamme na¬ 
turelle , fans égard au ton où l’on eft, 
ni à la fondamentale qui le détermine : 
mais comme il ell ici queftion de ce qu’il 
convient le mieux de faire,, & non pas 
de ce qu’on fait aéhiellement, elî-on 
moins en droit de rejetter une mauvaife 
pratique, fi je fais voir que celle que 
je lui fubftitue mérite la préférence, 


SUR LA Musique moderne. 8j 
qu’on le feroit de quitter un mauvais 
guide pour un autre qui vous montre- 
roit un chemin plus commode Sc pluS^ 
court } Et ne fe moqueroit - on pas du 
premier s’il vouloiî vous contraindre à le 
fuivre toujours , par cette unique railon, 
qu’il vous égare depuis long-tems ? > 

Ces confidc rations nous mènent direc¬ 
tement au choix des chiffres pour expri-. 
mer les fons de la Mufique , pulfque 
les chiffres ne marquent que des rap¬ 
ports , & que l’exprefiion /les fons n’ell 
aulîi que celle des rapports qu’ils ont 
entr’eux. Auffi avons-nous déjà remar¬ 
qué que les Grecs ne fe fer voient des 
lettres de leur Alphabet à cet ufage , que 
parce que ces lettres étolent en même 
tems les chiffres de leur arithmétique , 
au lieu que les caraéleres de notre Alpha¬ 
bet ne portant point communément aveu 
eux les idées de nombre , ni de rapports „ 
ne ferolent pas, à beaucoup près, fi pro¬ 
pres à les exprimer. 

Il ne faut pas s’étonner après ceîa fi 
l'on à tenté fi fouvent de fubftituer îe^» 
chiffres aux notes de la Mufique; c’étoiî 
affuréinent le fervice le plus important 

F 3 



S6 Dissertation 

que l’on eût pu rendre à cet Art j Ij 
ceux qui l’ont entrepris avoient eu la pa¬ 
tience ou les lumières nécefl'aires pour 
embrafîer un fyllême général dans toule 
fon étendue. Le grand nombre de tenta¬ 
tives qu’on a faites fur ce point, fait voir 
qu’on fent depuis long-tems les défauts des 
caratleres établis. Mais il fait voir encore 
■qu’il eû: bien plus aifé de les appercevoir 
que de les corriger faut-il conclure de-là 
que la chofe elt impoffible ? 

Nous voil4 donc déjà déterminés fur le 
choix des caraüeres ; il eft queftion main¬ 
tenant de réfléchir fur la meilleure ma¬ 
niéré de les appliquer. Il eft fûr que cela 
demande quelque foin : car s’il n’étoit 
queftion que d’exprim.er tous les fons par 
autant de, chiffres différens , il n’y auroit 
pas-là grande difficulté : mais auffi n’y au- 
roit-il pas non plus grand mérite , & ce 
feroit ramener dans la Mufique une confu- 
fion encore pire que celle qui naît de la 
polition des notes. 

Pour m’éloigner le moins qu’il eft pof- 
•fible de l’efprit de la méthode ordinaire , 
je ne ferai d’abord attention qu’au cla¬ 
vier naturel , c’eft-à-dire, aux touches 


SUR LA Musique moderne. 87 
noires de l’Orgue & du Clavecin, réfer- 
vant pour les autres des lignes d’altéra¬ 
tion femblables à ceux qui le pratiquent^ 
communément. Ou plutôt, pour me fixer 
par une idée plus univerfelle , je confidé- 
rerai feulement le progrès & le rapport 
des fons affedés au mode majeur , faifant 
abfiradion à la modulation ôt. aux chau- 
gemens de ton , bien fiir qu’en faifant 
régulièrement l’application de mes carac¬ 
tères , la fécondité de mon principe fufiira 
à tout. 

De plus : comme toute l’étendue du 
clavier n’ell: qu’une fuite de plufieurs oc¬ 
taves redoublées , je me contenterai d’en 
confidérer une à part, & je chercherai 
enfuite un moyen d’appliquer fuccelfive- 
ment à toutes, les mêmes caraderes que 
j’aurai alfedés aux fons de celle-ci. Par- 

I 

la , je me conformerai,à la fois à l’iifa^e 

• ^ 

qui donne les mêmes noms aux notes cor- 
reljjondantes des différentes odaves, à 
mon oreille qui' fe plaît à en confondre 
les fons , à la raifon qui me fait voir les 
mêmes rapports multipliés entre les nom¬ 
bres qui les expriment ; Si enfin , je 
corrigerai un des grands défauts de la 

F 4 


88 Dissertation 

Mufique ordinaire, qui eft d’anéantir par 
une polition vicieufe l’analogie & la tef- 
femblaece qui doit toujours fe trouver 
entre les différentes oélaves. 

Il y a deux maniérés de confidérer les 
fons &c les rapports qu’ils ont entr’eux j 
l’une , par leur génération , c’efl*à-dire , 
par les différentes longueurs des cordes 
ou des tuyaux qui les font entendre ; Ôc 
l’autre, par les intervalles qui les fépa- 
rent du grave à l’aigu. 

A l’égard de la première, elle ne fau- 
roit être de nulle conféquence dans l’éta- 
bliffement de nos fignes ; foit parce qu’il 
faudroit de trop grands nombres pour les 
exprimer ; foit enfin , parce que de tels 
nombres ne font de nul avantage pour la 
facilité de l’intonation , qui doit être ici 
notre grand objet. 

Au contraire , la fécondé maniéré de 
confidérer les fons par leurs intervalles , 
renferme un nombre infini d’utilités : c’efl 
fur elle qu’eft fondé le fyflême de la po* 
fition, tel qu’il eft pratiqué aéfuellement. 
Il eft vrai que , fuivant ce fyftême , les 
notes n’ayant rien en elles-mêmes, ni dans 
i’efpace qui les fépare, qui vous indique 


SUR LÀ Musique moderne. 89 
ciairement le genre de l’intervalle, il faut 
anoner un tems infini avant que d avoir 
acquis toute l’habitude nécelTaire pour îd’ 
reconnoître au premier coup-d’œil. Mais 
comme ce défaut vient uniquement du 
mauvais choix des lignes, on n’en peut 
rien conclure contre le principe fur lequel 
ils font établis , & l’on verra bientôt 
comment, au contraire, on tire de ce 
principe tous les avantages qui peuvent 
rendre l’intonation aifée à apprendre & à 
pratiquer. 

Prenant uc pour ce fon fondamental , 
auquel tous les autres doivent fe rapporter 
& l’exprimant par le chiffre i, nous au¬ 
rons à fa fuite l’expreffion des fept fons 
naturels , ui , re , mi , fa , fol , la ^ Ji y 
par les fept chiffres, 1,1,3, 4,5,6,7; 
de façon que tant que le chant roulera 
dans l’étendue de ces fept fons, il fuffira 
de les noter chacun par fon chiffre cor- 
refpondant, pour les exprimer tous fans 
équivoque. 

Il ell évident que cette maniéré de 
noter , conferve pleinement l’avantage fi 
vanté de la pofition : car, vous connoifl'ez 
à l’œil, aulH çlaire;!ienî qu’il çfl pofli- 


90 Dissertation 

ble, fi un fon eft plus haut ou plus ' bas 
qu’un autre ; vous voyez parfaitement 
qu’il faut monter pour aller de l’i au 5 , 
& qu’il faut defcendre pour aller du 4 
au X : cela ne fouffre pas la moindre 
répliqué. 

Mais je ne m’étendrai pas ici fur cet 
article, & je me contenterai de toucher , 
à la fin de cet Ouvrage, les principales 
réflexions qui nallTent de la comparalfon 
des deux méthodes ; fi l’on fuit mon 
projet avec quelque attention , elles fe 
préfenteront d’elles-mêmes à chaque inf- 
tant, &, en laiflfant à mes Lefteurs le plaifir 
de me prévenir, j’efpere de me procurer 
la gloire d’avoir penfé comme eux. 

Les fept premiers chliïres ainfi difpo- 
fés, marqueront , outre les degrés de 
leurs intervalles , celui que chaque fon 
occupe à l’égard du fon fondamental ut , 

' de façon qu’il n’efl: aucun intervalle dont 
l’expreffion par chiffres ne vous prélente, 
un double rapport, le premier , entre 
les deux fons oui le compofent, & le 
fécond, entre chacun d’eux &c le fon fon¬ 
damental. 

Soit donc établi que le cliifi're i s’ap- 


SUR lA Musique moderne. 91 
pellera toujours ?/«; s’appellera toujoui 

re ; ^ , toujours wi, &c. conformément 
l’ordre fuivant.' . 


I , i , 3 > 4 J 5 » ^ » 7- 

• ^ //zi , fa > fa^ J î 

Mais quand il eft queftion de fortir de 
cette étendue , pour paffer dans d’autres 
oftaves, alors cela forme une nouvelle 
difficulté ; car il faut nécefîairement mul¬ 
tiplier les chiffres, ou fuppléer à cela 
par quelque nouveau figne qui déter¬ 
mine l’oâave où l’on chante, autrement 
Yat d’en “haut étant écrit .1 , auffi-bien 
que Vut d’en-bas , le Muhcien ne pourroit 
éviter de les confondre , & l’équivoque 
auroit lieu néceffairement. 

C’exff ici le cas où la pofition peut 
être admife, avec tous les avantages qu’elle 
a dans la Mulique ordinaire , fans en con- 
ferver ni les embarras , ni la difficulté. 
Etabliffons une ligne horizontale fur 
laquelle nous difpoferons toutes les notes 
renfermées dans la même oélave, c’eff- 
à-dire , depuis & compris Vut d’en - bas 
jufqu’à celui d’en-haut exclufivement. Faut- 
il paffer dans l’oélave cpû commence à. 




92- Dissertation 

\ut d’en-haut ? Nous placerons nos chi& 
fres au-deffus delà ligne. Voulons-nous, 
au contraire, paffer dans l’odave inférieure 
laquelle commence en defcendant par le 
fi ^ qui fuit \ut pofé fur la ligne ? Alors 
nous les placerons au-deffous de la même 
ligne ; c’eft-à-dire , que la pofition qu’on 
ed contraint de changer à chaque degré 
dans la Mufique ordinaire , ne chan¬ 
gera dans la mienne qu’à chaque oc¬ 
tave , & aura, par conféquent, fix fois 
moins de comblnailcpns. (/V^je^la Planche, 
Exemple i.) 

Après ce premier , je defcends auyô/ 
de l’oflave inférieure : je reviens à mon 

, &, après avoir fait le mi & le fol 
de la même oûave, je pafl'e à Vut d’en, 
haut, c’eft-à-dire, à Vut qui commence 
l’oélave fupérieure ; je redefcends enfulte 
■jufqu’au fol d’en-bas par lequel je reviens 
hnir à mon premier ut. 

Vous pouvez voir dans ces exemples 
( vojei la PI. Ex. i & 2. ) comment le 
progrès de la voix eil toujours annoncé 
aux yeux, ou par les différentes valeurs 
des chiffres , s’ils font de la même oéfave, 
ou par leurs différentes pofitions, fi leurs 
oûaves font différentes. 


SUR LA. Musique mooerne, Çjj 

Cette mécanique eft fi fimple qu’on la 
conçoit du premier regard , & la pratique 
en eft la chofe du monde la plus alfée. 
Avec une feule ligne vous modulez dans 
l’étendue de trois oftaves , &C s’il fe trou- 
voit que vous vouluffiez paffer encore 
au-delà , ce qui n’arrivera gueres dans 
vtne Mufique fage , 'vous avez toujours 
la liberté d’ajouter des lignes accidentelles 
en-haut & en-bas , comme dans la Mu- 
llque ordinaire , avec la différence que 
dans celle-ci il faut onze 1 ignés pour trois 
oflaves , tandis qu’il n’en faut qu’une dans 
la mienne, &C que je puis exprimer lՎ 
tendue de cinq , fix, & près des fept oâa- 
ves, c’eft-à-dire, beaucoup plus que n’a 
d’étendue le grand clavier , avec trois 
lignes feulement. 

Il' ne faut pas confondre la pofition , 
telle que ma méthode l’adopte ; avec celle 
qui fe pratique dans la Mufique ordi¬ 
naire : les principes en font tout diffé- 
rens. La Mufique ordinaire n’a en vue 
que de vous indiquer des intervalles &c 
de difpofer en quelque façon vos orga¬ 
nes , par l’afpeéf du plus grand ou moin¬ 
dre éloignement des notes, fans s’embar- 


94 Dissertation 

rafler de diftinguer aflfez bien le genre de 
ces intervalles, ni le degré de cet éloigne; 
ment , pour én rendre la* connoiflfance 
indépendante de l’habitude. Au contraire, la 
connoiffance des intervalles qui fait pro¬ 
prement le fond de la fcience du Mufi,- 
cien m’a paru un point fi important, que 
j’ai cru en devoir faire l’objet cflentiçî 
de ma méthode. L’explication fuivante 
montre comment on parvient par mes 

caraéleres à déterminer tous les intervalles 

\ 

pofiibles par leurs .genres & par leurs 
nom.s, fans autre peine que celle de lire 
une fois cés remarques. 

Nous diftinguons d’abord les intervalles 
en- direfts & renverfés , & les uns & 
les autres encore en fimples & redoublés. 

Je vais définir chacun de ces intervalles 
confidéré dans mon fyfiême. 

L’intervalle direâ: efl: celui qui efl: com¬ 
pris entre deux fons , dont les chilfres 
font d’accord avec le progrès, c’eft-à-dire, 
que le fon Icvplus haut doit avoir aufli le 
plus grand chiffre , & le fon le plus 
bas, le chiffre le plus petit. ( V la pl. 
Exemp. J. ) 

L’intervalle renverfé efi: celui dont le 


s 


SUR lA Musique moderne. 9^ 
progrès eft contrarié par les chiffres, c’eft- 
à-dire que fi l’intervalle monte, le fécond ^ 
chiffre eft le plus petit, & fi l’intervalle 
defcend, le fécond chiffre eft le plus grand, 
la pl. Ex. 4.) 

L’intervalle fimple eft celui qoi ne paffe 
pas l’étendue d’une oftave. la pl. 

.Ex. 5. ) 

L’intervalle redoublé eft celui qui paffe 
l’étendue d’une oélave. Il eft toujours 
la répliqué d’un intervalle fimple.' {Voye.7 
Exemple 6. ) 

Quand vous entrez d’une oftave dans 
la fuivante, c’eft-à-dire que vous paffez 
de la ligne au-deffus ou au-deftbiis d’elle , 
ou vice-verfa, l’intervalle eft fimple s’il eft 
renverfé, mais s’il eft dired il fera toujours 
redoublé. 

Cette courte explication fuftit pour con- 
noitre a fond le genre de tout intervalle 
poffible. Il faut à pféfent apprendre à en 
trouver le nom fur le champ. 

Tous les intervalles peuvent être con- 
fidérés comme formés des trois premiers 
intervalles fîmples, qui font la ‘fécondé , 
la tierce, la quarte ; dont les complémens 
. à l’odave font la feptieme, la fixte ôc la 




/ 


96 Dissertation 

quinte ; à quoi, li vous ajoutez cette o^ave 
elle-même , vous aurez tous les intervalles 
" Êmples fans exception. 

Pour trouver donc le nom de tout 
intervalle limple direft, il ne faut qu’ajou¬ 
ter l’unité à la différence des deux chiffres 
qui l’expriment. Soit, par exemple, cet 
intervalle i , 5 ; la différence des deux 
chiffres eft 4, à quoi ajoutant l’unité vous 
avez 5 , c’efl-à-dire, la quinte pour le nom 
(de cet intervalle ; il en feroit de même 
fi vous aviez eu z , 6 ; ou 7., 3 , &c. 
Soit cet autre intervalle 4, 5 ; la diffé¬ 
rence eft I , à quoi ajoutant l’unité 
vous avez z , , c’eft-à-dire , une fécondé 
pour le nom de cet intervalle. La réglé eft 

Si l’intervalle direft eft redoublé, après 
avoir procédé comme ci-devant, il faut 
ajouter 7 pour chaque oélave , & vous 
aurez encore très-exdélement le nom de 
votre intervalle : par exemplevous voyez 
déjà que —i_l_. eft une tierce redou¬ 
blée , ajoutez donc 7 à 3 , & vous aurez 
10, c’eft-à-dire une dixième pour le nom 
de votre intervalle. 

Si l’intervalle eft renverfé , prenez le 

complément 



SUR LA Musique moderne. 97 
complément du direét, c’eft le nom de 
votre intervalle : ainfi , parce que la lixte 
eft le complément de la tierce , & que> 
cet intervalle ■—1~3“ ? cft une tierce ren- 
verfée, je trouve que c’eft une fixte : fi 
de plus il eft redoublé, ajoutez-y au¬ 
tant de fois 7 qu’il y a d’oélaves. Avec 
ce peu de réglés , dans quelque cas 
que vous foyez , vous pouvez nom¬ 
mer fur le champ & fans le moindre 
embarras quelque intervalle qu’on vous 
pré fente. 

Voyons donc ,.fur ce que je viens d’ex¬ 
pliquer, à quel point nous lommes par¬ 
venus dans l’art de folfier par la méthode 
que je propofe. 

D’abord toutes les notes font connues 
fans exception ; il n’a pas fallu bien de 
la peine pour retenir les noms de fept 
caraéteres uniques , qui font les feuls 
dont on ait à charger fa mémoire pour , 
l’expreftion des fous ; qu’on apprenne à 
les entonner jufte en montant &c en 
defcendant, diatoniquement & par inter¬ 
valles , & nous voilà tout d’un coup 
débarraftes des difficultés de 'a pofition. 

A le bien prendre , la connoiftance des 
Miijique. G 



l 


98 Dissertation 

intervalles, par rapport à la nomination ^ 
n’eft pas d’une néceflité abfolue, pourvu 
qu’on connoiffe bien le ton d’oîi l’on 
part, & qu’on fâche trouver celui où 
l’on va. On peut entonner exaâement 
Vm & le l'ans favoir qu’on fait une 
quarte : & furement cela feroit toujours 
bien moins néceffaire par ma méthode , 
que par la commune , où la connoifi'ance 
nette & précife des notes ne peut ftip- 
pléer à celle des Intervalles ; au Heu que 
dans la mienne , quand l’intervalle feroit 
inconnu , les deux notes qui le compo- 
fent feroient toujours évidentes , fans 
qu’on pût jamais s’y tromper dans quel-, 
que ton & à quelque clef que l’on fût. 
Cependant tous les avantages fe trouvent 
'ici tellement réunis , qu’au moyen de 
trois ou quatre obfervations très-limpîes, 
voilà mon Ecolier en état de nommer 
bardiment tout intervalle polTible , foit 
fur la même partie , foit en fautant de 
l’une à l’autre , & d’en favoir plus à cet 
égard dans une heure d’application, que 
des Muficiens de dix & douze ans de pra¬ 
tique : car on doit remarquer, que les 
opérations dont je viens de parler fe font 


\ 


'SUR LA Musique moderne; 99' 

tout (l’un coup par l’efprit & avec une 
rapiciité bien éloignée des longues grada¬ 
tions indifpenfables dans la Mufique oii>- 
dinaire , pour arriver à la connoiffance 
des intervalles , & qu’enfin les réglés fe- 
roient toujours préférables à l’habitude , 
foit pour la certitude, foit pour la briè¬ 
veté , quand même elles ne feroient que 
produire le même effet. 

Mais ce tfefl rien d’être parvenu juf- 
qu’ici : il efl d’autres objets à corriidérer 
& d’autres difficultés à furmoiiter. 

Quand j’ai ci-devant affeélé le nom d’wr 
au fon fondamental de la gamme naturelle, 
h n’ai fait que me conformer à l’efprit 
de la première Inffltutlon du nom des 
notes, & à l’ufage général des Muficlens, 
& quand j’ai dit que la fondamentale de 
chaque ton avolt le même droit de por¬ 
ter le nom à'ut que ce premier fon, à 
<5ui il n’efl: affefté par aucune propriété. 
particulière , j’ai encore été autorlfé par 
la pratique unlverfelle de cette méthode, 
qu’on appelle tranfpofiîion ,• dans la Mu¬ 
fique vocale. 

Pour effacer tout fcrupule qu’on pour- 
roit concevoir à cet égard, il faut expll- 

G Z 


100 Dissertation 

« 

quer ma penfée avec un peu plus d’éten¬ 
due : le nom doit-il être nécefl’aire- 
ment & toujours celui d’une touche fixe 
du clavier, ou doit - il au contraire être 
appliqué préférablement à la fondamen¬ 
tale de chaque ton ? c’efl la queftion qu’il 
s’agit de difcuter. 

A l’entendre énoncer de cette maniéré, 
on pourroit, peut - être , s’imaginer que 
ce n’eft ici qu’une quefiion de mots. Ce¬ 
pendant elle Influe trop dans la pratique 
pour être méprifée : il s’agit moins des 
noms en eux-mêmes, que de déterminer 
les idées qu’on leur doit attacher , & fur 
Jefquelles on n’a pas été trop bien d’ac¬ 
cord jufqu’ici. 

Demandez à une perfonne qui chante ■ 
ce que c’efl: qu’un iit , elle vous dira que ^ 
c’efl: le premier ton de la gamme : deman¬ 
dez la même chofe à un joueur d’inllru- 
mens, il vous répondra que c’efl: une telle 
touche de fon Violon ou de fon Clave¬ 
cin. Ils ont tous deux raifon ; ils s’accor¬ 
dent même en un fens , & s’accorderoient 
tout-à- fait, fl l’un ne fe repréfentoit pas 
cette gamme comme mobile, l’autre 

cet ut comme invariable, 

» 


SUR LA Musique moderne, loi 

Puifque l’on efl: convenu d’un certain 
fon à-peu-près fixe pour y régler la po^ 
tée des voix & le diapafon des inllru- 
mens , il faut que ce fon ait néceffaire- 
ment un nom, & un nom fixe comme 
le fon qu’il exprime ; donnons - lui le 
nom d’ut : j’y confens. Réglons enfuite 
fur ce nom-là tous ceux des différens fons 
de l’échelle générale, afin que nous puif- 
fions indiquer le rapport qu’ils ont avec 
liii & avec les différentes touches des 
inftrumens : j’y confens encore ; & juf- 
ques-là le Symphonifte a raifon. 

Mais ces fons auxquels nous venons 
de donner des noms , & ces touches qui 
les font entendre , font difpofés de telle 
maniéré qu’ils ont entr’eux & avec la 
touche ut certains rapports qui conflituent 
proprement ce qu’on appelle ton , &z ce 
ton dont ut efl: la fondamentale efl celui 
que font entendre les touches noires de 
1 Oigue & du Clavecin quand on les joue 
dans un certain ordre, fans qu’il foit pof• 
fible d’employer toutes les memes tou¬ 
ches pour quelque autre ton dont ut ne 
feroit pas la fondamentale, ni d’employer 
dans celui d’«; aucune des touches blan- 

G 3 . 


îoi Dissertation 
ches du clavier , lefquelles n’ont même 
aucun nom propre , & en prennent de 
difFérens, s’appelant tantôt dièfes & tan¬ 
tôt bémols fiiivant les tons dans lefquels 
elles Font employées. 

Or , quand on veut établir une autre 
fondamentale , il faut néceffairement faire 
un tel choix des fons qu’on veut em¬ 
ployer , qu’ils aient avec elle précifément 
les mêmes rapports que le le mi ^ le 
fol , & tous les autres fons de la gamme 
naturelle avoient avec \ut. C’eft le cas 
où le Chanteur a droit de dire au Sym- 
phonifle : pourquoi ne vous fervez-vous 
pas des mêmes noms pour exprimer les 
mêmes rapports ? Au refte , je crois peu 
néceffaire de remarquer qu’il fàudroit tou¬ 
jours déterminer la fondamentale par font 
nom naturel ^ & que c’eft feulement après 
cette détermination qu’elle prendroit le 
nom Sut. 

Il eft vrai qu’en alFèêlant toujours les 
mêmes noms aux mêmes touches de l’inf- 
trument & aux mêmes notes de la Mu- 
fique, il femble d’abord qu’on établit 
un rapport plus direct entre cette noie 
&: cette touche j & que i’uae excite plus 


SUR LA. Musique moderne. 103 
aifément l’idée de l’autre , qu’on ne feroit 
en cherchant toujours une égalité de rap; 
port entre les chiffres des notes le 
çhiffre fondamental d’un côté ; & de l’au¬ 
tre , entre le fon fondamental & les tou¬ 
ches de l’inflrument. 

On peut voir que je ne tâche pas 
d’énerver la force de l’objeélion ; oferai-je 
me flatter à mon tour , que les préjugés 
n’ôteront rien à celle de mes réponfes ? 

D’abord, je remarquerai que le rap¬ 
port fixé par les mêmes noms entre les 
touches de l’inflrument & les notes de 
la Mufique , a bien des exceptions &c des 
difficultés auxquelles on ne fait pas tou¬ 
jours affez d’attention. 

Nous avons trois clefs dans la Mufl-; 
que, & ces trois clefs ont huit pofitlons , 
ainfî, fuivant ces différentes polirions , 
voilà huit touches différentes pour la 
même pofition, & huit pofitions pour 
la même touche & pour chaque touche 
de l’inllrument : il efl certain que cette 
multiplication d’idées nuit à leur nette¬ 
té; il y a même bien des Symphonifles 
qui ne les poffédent jamais toutes à un cer¬ 
tain point, quoique toutes les huit clefs 

G 4 


'104 Dissertation 

foient d’ufage fur plufieurs inftrumens- 

Mais renfermons-nous dans l’exameiî 
de ce qui arrive fur une feule clef. On 
s’imagine que la meme note doit tou¬ 
jours exprimer l’idée de la même tou¬ 
che, & cependant cela eft très-faux : car 
par des accidens fort communs , caufés 
par les dlèfes & les bémols, il arrive à 
fout moment, non-feulement que la note 
Ji devient la touche ut , que la note ml 
devient la touche fa & réciproquement, 
mais encore qu’une note diéfée à la clef 
& diéfée par accident, monte d’un ton 
tout entier, qu’un fa devient un fol , un 
m , un rc , &c. Et qu’au contraire par 
un double bémol, un mi deviendra un 
re, un Jî un /<?, & ainfi des autres. 
Oii en eft donc la préclfton de nos idées ? 
Quoi ! je vois un fol & il faut que je 
touche un la ! Eft-ce là ce rapport ft 
•jufte , fl vanté, auquel on veut facrifier 
celui de la modulation ? 

Je ne nie pas cependant qu’il n’y ait 
quelques chofe de très - ingénieux, dans 
l’invention des accidens ajoutés à la clef 
pour indiquer , non pas les dlfférens tons, 
car ils ne font pas toujours connus par- 


SUR LA Musique moderne. 105 
là, mais les différentes altérations qu’ils 
caufent. Ils n’expliquent pas mal la théo¬ 
rie des progrefTions , c efl dommage qu’ils 
faffent acheter fi cher cet avantage par 
la peine qu’ils donnent dans la pratique 
du chant &des inftrumens. Que me fert, 
à moi, de favoir qu’un tel demi-ton a 
changé de place , & que de-là on l’a 
tranfporté là pour en faire une note fen- 
fible , une quatrième ou une fixieme 
■ note ; fi d’ailleurs je ne puis venir à bout 
de l’exécuter fans me donner la torture, 
& s’il faut que je me fouvienne exac¬ 
tement de ces cinq dièfes ou de ces cinq 
bémols pour les appliquer à toutes les 
notes que je trouverai furies mêmes po- 
fitions ou à l’oéfave, & cela précifé- 
rnent dans le tems que l’exécution de¬ 
vient la plus embarraffante par la diffi¬ 
culté particulière de l’infirument ? Mais 
ne nous imaginons pas que les Muficiens 
fe donnent cette peine dans la pratique ; 
ils fuivent une autre route bien plus 
commode , & il n’y a pas un habile 
homme parmi eux qui, après avoir pré¬ 
lude dans le ton où il doit jouer, ne 
fafîe plus d’attention au degré du ton où 


ïO(5 Dissertation 

àl fe trouve & dont il connoît la pro- 
greffion , qu’au dièfe ou au bémol qui 
l’alFeéte. 

En général, ce qu’on appelle chanter 
& exécuter au naturel eft , peut-être , ce 
qu’il y a de plus mal imaginé dans la 
Mulique : car fi les noms des notes ont 
quelque utilité réelle, ce ne peut être 
que pour exprimer certains rapports, 
certaines affeftions déterminées dans les 
progrefiions des fons. Or, dès que le 
ton change , les rapports des fons & la 
progrefllon changeant aulîi, la raifon dit 
qu’il faut de même changer les noms 
des notes en les rapportant par analo¬ 
gie au nouveau ton, fans .quoi l’on ren- 
verfe' le fens des noms & l’on ôte aux 
mots le feul avantage qu’ils puiflent avoir, 
qui eft d’exciter d’autres idées avec cel¬ 
les des fons. Le paflage du mi au fa ou 
du/ à l’z/f, excite naturellement dans 
l’efprit du Muficien l’idée du demMon. 
Cependant , fi l’on eft dans le ton de / 
ou dans celui de roi, l’intervalle du / à 
Vut , ou du mi au fa eft toujours d’un ton 
& jamais d’un demi-ton. Donc , au lieu 
de leur conferver des noms qui trompent 


SUR LA Musique moderne; 107 
refprit & qui choquent l’oreille exercée 
par une différente habitude , il eft impor-/ 
tant de leur en appliquer d’autres dont 
le fens connu ne foit point contradiéloire, 
& annonce les intervalles qu’ils doivent 
exprimer. Or, tous les rapports des fons 
du fyftême diatonique fe trouvent expri¬ 
més dans le majeur tant en montant qu’en 
defcendant, dans l’oâave comprife entre 
deux ut , fuivant l’ordre naturel, & dans 
le mineur , dans l’oftave comprife entre 
deux la fuivant le même ordre en def¬ 
cendant feulement, car en montant le 
mode mineur eft affujetti à des affrétions 
différentes qui préfentent de nouvelles ré¬ 
flexions pour la théorie, lefquelles ne 
font pas aujourd’hui de mon fujet, & 
qui ne font rien au fyftême que je pro- 
pofe. 

Je ne dlfconviens pas qu’à l’égard des 
inftrumens ma méthode ne s’écarte beau¬ 
coup de l’efprit de la méthode ordinaire ; 
mais comme je ne crois pas la méthode 
ordinaire extrêmement effimable, & que 
je crois même d’en démontrer les défauts , 
il faudrolt toujours avant que de me con¬ 
damner par-là , fe mettre en état de me 


ioS Dissertation 

convaincre , non pas de la différence ; 
mais du défavantage de la mienne. 

Continuons d’en expliquer la mécani¬ 
que. Je reconnois dans la Mufique douze 
fons ou cordes originales, l’un desquels 
cft le C fol ut qui fert de fondement à la 
gamme naturelle : prendre un des autres 
fons pour fondamental, c’eft lui attribuer 
toutes les propriétés de Vut ; c’eft pro¬ 
prement tranfpofer la gamme naturelle 
plus haut ou plus bas de tant de degrés. 
Pour déterminer ce fon fondamental, je 
me fers du mot correfpondant, c’eft-à- 
dire , du fol , du re , du la , &c. & je 
l’écris à la marge au haut de l’air que je 
veux noter : alors ce fol ou ce rc jqu’on 
peut appeller la clef, devient ut, &C. fer- 
vant de fondement à un nouveau ton & 
à une nouvelle gamme , toutes les notes 
du Clavier lui deviennent relatives , & 
ce n’eft alors qu’en vertu du rapport 
qu’elles ont avec ce fon fondamental , 
qu’elles peuvent être employées. 

C’eft-là , quoiqu’on en puiffe dire , le 
vrai principe auquel il faut s’attacher dans 
la compofition , dans le prélude, & dans 
le Chant j & fi ' vous prétendez confer- 


SUR LA. Musique moderne. «09 
ver aux notes leurs noms naturels , il 
faut néceffairement que vous les confi- 
dériez tout à la fois fous une double re¬ 
lation , favoir, par rapport au C fol ut 
& à la gamme naturelle, & par rapport 
au ion fondamental particulier, fur lequel 
vous êtes contraint d’en regler le progrès 
& les altérations. Il n’y a qu’un ignorant 
qui joue des dlèfes &; des bémols fans 
penfer au ton dans lequel il eft ; alors , 
Dieufait quelle jufteffe il peut y avoir dans 
fon jeu ! ' 

Pour former donc un éleve fulvant ma 
méthode, je parle de l’inllrument, car 
pour le Chant la chofe eft fi aifée qu’il 
ferolt fuperfîu de s’y arrêter ; il faut 
d’abord lui apprendre à connoître & à 
toucher par leur nom naturel, c’eft-à- 
dire , fur la clef d’ar , toutes les tou¬ 
ches de fon inftniment. Ces premiers 
noms lui doivent lervir de réglé pour 
trouver enfulte les autres fondamenta¬ 
les , & toutes les modulations poffibles 
des tons majeurs auxquels feul il fuffit 
de faire attention, comme je l’expliquerai 
bientôt. 

Je viens enfuite à la clef fof & après 


STO Dissertation 

lui avoir fait toucher le fol , je l’avertis 
«que ce fol devenant la fondamentale du 
ton , doit alors s’appeller ut ^ & je lui fais 
parcourir fur cet ut toute la gamme na¬ 
turelle en-haut & en-bas fuivant l’étendue 
de fon inftrument: comme il y aura quel¬ 
que différence dans la touche ou dans 
la difpofition des doigts à caufe du demi- 
ton tranfpofé , je la lui ferai remarquer. 
Après l’avoir exercé quelque tems fur ces 
deux tons, je l’amenerai à la clef re, &C 
lui falfant appeller ut le re naturel , je 
lui fais recommencer fur cet ut une nou¬ 
velle gamme, & parcoitrant ainfi toutes 
les fondamentales de quinte en quinte f 
âl fe trouvera enfin dans le cas d’avoir 
préludé en mode majeur fur les douze 
cordes du fyftême chromatique , & de 
connoître parfaitement le rapport & les 
afFeéllons différentes de toutes les touches 
de fon infiniment, fur chacun de ces douze 
différens tons. 

Alors je lui mets de la Mufique aifée 
entre les mains. La clef lui montre quelle 
touche doit prendre la dénomination d'ut , 
& comme il a appris à trouver le mi & 
Je fof &c. c’cM-dire, la tierce majeure 



I 


SUR LA Musique moderne, ni 
& la quinte, &c. fur cette fondamentale • 
un 3 & un 5 font bientôt pour lui des 
fignes familiers, 6 c fi les mouvemens lui' 
étoient connus & que Pinflrument n’eùt 
pas fes difficultés particulières , il feroit 
dès-lors en état d’exécuter à livre ou¬ 
vert toute forte de Mufique fur tous les 
tons 6 c fur toutes les clefs. Mais avant 
<jue d’en dire davantage fur cet article, 
il faut achever d’expliquer la partie qui 
regarde l’expreffion des fons. 

A l’égard du mode mineur , j’ai déjà 
remarqué que la nature ne nous l’avoit 
point enfeigné direélemenî. Peut-être 
vient-il d’une fuite de la progreffion dont 
j’ai parlé dans l’expérience des tuyaux, 
ou 1 on trouve qu’à la quatrième quinte 
cet ut qui avoit fervi de fondement à 
î operation, fait une tierce mineure avec 
le la qui efî: alors le fon fondamental. 
Peut-etre eft-ce auffi de-là que naît cette 
grande correfpondance entre le mode ma¬ 
jeur Kî &le mode mineur de fafixieme no¬ 
te, & réciproquement entre le mode mi¬ 
neur la 6 c le mode majeur de fa médiante. 

^ De plus ; la progreffion des fons affec¬ 
tés au mode mineur eft précifément la 


11 % 


Dissertation 


même qui. fe trouve dans Poétave com- 
prife entre deux la , puifque , fuivant 
Monfieur Rameau , il eft elTentiel au 
mode mineur d’avoir fa tierce & fa 
lixte mineures, & qu’il n’y a que cette 
oftave où , tous les autres fons étant 
ordonnés comme ils doivent l’être , la 
tierce & la fixte fe trouvent mineures 
naturellement. 

Prenant donc la pour le nom de la 
tonique des tons mineurs, & l’exprimant 
par'le chiffre 6, je laifferai toujours à fa 
médiante at le privilège d’être, non pas 
tonique , mais fondamentale caraélérifli- 
que ; je me conformerai en cela à la na¬ 
ture qui ne nous fait point connoître de 
fondamentale proprement dite dans les 
tons mineurs , & je conferverai à la fols 


l’uniformité dans les noms des notes Sc 
dans les chiffres qui les expriment, & 
l’analogie qui fe trouve entre- les modes 
majeur & mineur pris fur les deux cordes 
ui èz la. 

Mais cet ut qui par la tranfpofitlon doit 
toujours être le nom de la tonique 'dans 
les tons majeurs, & celui de la médiante 

dans les tons mineurs , peut, par con- 

féquent 


Sük LÀ Müsi-QUÈ MODERNE. II| 
îéquent, être pris fur chacune des douze 
cordes du fyfîême chromatique, & poiu- 
la déligner’; il fuffira de mettre à la marge 
le nom de cette corde pril'e fur le clavier 
dans l’ordre naturel. On voit par-là que 
li le Chant eft dans le ton d’wf majeur 
où de la mineur , il faudra écrire ut à 
la 'marge ; fi le Chant eft dans le ton' 
de re ritajeur ou dé Ji mineur , il faut 
écrire re à la marge ; pour lé ton de 
mi majeur oü à'ut dièfe mineur, on écrira 
mi à là marge , & ainli de' fuite, c’efi- 
à-dire, que la note écrite à la marge , 
où la clef déligne préclfément la touche 
du clavier qui doit s’appeller ut , 6 c par^ 
conféqùent être tonique dans le ton ma¬ 
jeur , médlànte dans le mineur 6 c fon- 
damentale dans tous les deux : fur quoi 
l’on reniarquera qùe j’ai toujours appelle 
cet ut fondamentale & non pas tonique, 
parce qu’elle ne l’eft que dans les tons 
majeùrs, mais qu’ellè fert également de 
fondement à la relation 6 c au nom des 

V ^ _ 

notes, 6 c mêhae aux différentes oêtaves 
dans l’un & l’autre mode ; mais à le 
bien prendre , la connolffance de cette 
clef n’eft d’ufage que pour les inftrumens , 

I Mufiqiie. H 


I 






'Jl 4 BiSSERT ATI O N 

& ceux • qui chantent n’on jamais befoilï 
d’y faire attention. 

Il fuit de-là que la même clef fous le 
même nom d’«^^défigne cependant, deux 
tons différons , favoir , le majeur dont 
elle eft tonique & le mineur dont elle 
eft médiante, & dont , ]>ar conléquent, 
la tonique eft une tierce au-deflbus d’elle. 
Il fuit encore que les mêmes noms des 
notes & les notes aiteêlées de la même 
maniéré, du moins en defcendant, fervent 
également pour Tun & l’autre mode, de 
forte que non-feulement on n’a pas be¬ 
soin de faire une étude particulière des 
modes mineurs ; mais que même on fe- 
roit à la . rigueur difpenlé de les con- 
noître , les rapports exprimés par les mêr 
mes chiffres n’étant point différens, quand 
îa fondamentale eft tonique, que quand 
elle eft médiante : cependant pour l’évi¬ 
dence du ton & pour la facilité du pré- 
ïîjde, ou écrira la clef tout ftmplement 
quand elle fera tonique., & qu^nd elle 
fera médiante on ajoutera au-defious d’elle 
une petite ligne horizontale. ( Voyii la 
pî'. Ex. 7. Si 8. ) 

îl faut parler à préfent des changemens 


isüR LA Müsiqüé Moderne. ii« 
às ton : mais comme les alterations acci¬ 
dentelles des fons s’y préfentent fouveîit, 
& qu’elles ont toujours lieu dans le 
mode mineur , en montant de la domi¬ 
nante à la tonique , je dois auparavant 
en expliquer les fignes. 

Le diète s’exprime par une petite ligne 
oblique, qui croile la note en montant 
[de gauche à droite , fol dièfe, par exem¬ 
ple, s’exprime ainfi , y. Fa dièfe ainfi, 4. 
Le bémol s exprime autlî par une fembla- 
?le ligne qui croife là ligne en defcen- 
^3nî J •5^ j J & ces lignes , plus limpîes 
pte ceux qui lont en ufage , fervent en- 

:Ore à montrer à l’œil le genre d’altéra- 
ion qu’ils caüfent. 

Pour le bécarre , il n’ell devèûu né- 
eflaire que par le mauvais choix du dièfe 
du bémol , parce qu’éfanf des carac- 
eres^feparés des notes qu’ils altèrent , ’ 
Il s en trouve plufieurs de fuite, fous 
un ou IWe de ces fignes , on ne peut 
limais difonguer celles qui doivent être 
! de celles qui ne le doivent pas * 
tns fe fervir du bécarre. Mais comme 
ar mon fydême, le figne de l’altération, 
Mtre la fimphcué de fa figure , a encore 

H X 




X î8 Dis s E R T 4 tl ON 

f 

l’avantage d’être toujours inhérent à !â 
note altérée , il ell clair que toutes celles 
auxquelles on ne le verra point, devront 
être exécutées au ton naturel qu’elles 
doivent avoir fur la fondamentale où l’ori 

J 

efl. Je retranche donc le bécarre comme 
Irtütlle & je le retranche encore commë 
équiydqüe , puifqu’il eft comrnun de le 
trouver eriiploÿé en deux fens tout op- 
pofés,: car les uns s’en fervent pour ôter 
l’altération caüfée par les lignes de la clef; 
& les autres , au contraire , pour remet¬ 
tre la note au ton qu’elle doit avoir con¬ 
formément à ces mêmes lignes. 

A f égard des changemens de ton, folt 
pour palTer du inajeur au- mineur ^ ou 
d’une tonique à une autre, il pdurroit 

fuliire de changer la clef : mais comme il 

> 

ell extrêmement avantageux de ne point 
fendre la conhoilTance de cette clef néceô 
faire à ceux qui chantent.,. & que, d’ailr 
leurs -, il .fartdroit une certaine habitude j 
pour trouv.er facilement le rapiport d’une 
clef à l’autre,_ voici la précaution qu’il y , 
faut ajouter. Il n’eft queltion que d’expri: i 
mer la première note de ce changement; ; 
de maniéré à repréfenter ce qu’elle étoit •! 




SUR LA Musique moderne. 117 
dans le ton d’où l’on fort, & ce qu’elle 
eft dans celui où l’on entre. Pour cela , 
j’écris d’abord cette première note entre 
deux doubles, lignes perpendiculaires par 
le chiffre qui la repréfente dans le ton 
précédent , ajoutant au - deflus d’elle la 
clef ou le nom de la fondamentale du ton 

* s. '' 

où l’on va entrer : j’écris enfuite cette 
même note par le -chiffre qui l’exprime 
dans le ton qu’elle comrhence. De forte 
qu’eu égard à la fuite du .Chant, le pre¬ 
mier chiffre indique le ton de la note * 
& le fécond fert à en trouver le nom. 

Vous voyez (pl. Ex. 9. ), non-feulement 
que du ton de Jhl Vous paffez, dans celui 
d’zrr , mais que la note fa du ton -précé¬ 
dent eft la même que la note qui fe. 
trouve la première dans célui où vous 
entrez. " ■ - 

Dans cet autre exemple , ( ffojei Exi 
ï;0. ) la première note ut du premier chan¬ 
gement feroit le mi bémol du mode pré¬ 
cédent , & la première note mi du feçond 
changement feroit l’wr dièfe du mode pré¬ 
cédent , comparaifon tr.ès-commode .pour. 
les voix & même pour les-inllrumens 
lefquels, ont de plus l’avantage, du chanr 



liS Dissertation 

gement de clef. On y peut remarquer 
aufîl que dans les changemens de mode, 
la fondamentale change toujours , quoi¬ 
que la tonique relie la même ; ce qui 
dépend des réglés que j’ai expliquées ci- 
devant. . 

Il relie dans l’étendue du clavier une 
difficulté dont il ell tems de parler. Il ne 
fuffit pas de connoître le progrès alFeélé 
à chaque mode la fondamentale qui lui 
ell propre , li cette fondamentale ell toni¬ 
que ou médiante, ni enfin de la favoir 
rapporter à la place qui lui convient , 
dans rétendue de la gamme naturelle ; 
mais il faut encore favoir à quelle oélave, 
& en un mot à quelle touche précife du 
clavier elle doit appartenir. 

Le grand clavier ordinaire a cinq o£la- 
ves d’étendue, & je m’y bornerai pour 
cette explication, en remarquant feule¬ 
ment qu’on ell toujours libre de le pro¬ 
longer de part & d’autre tout aulfi loin 
qu’on voudra, fans rendre la note plus 
dilfufe ni plus incommode. 

Suppofons, donc que je fois à la clef 
à'ut , c’ell-à-dire au fon ^ut majeur, ou 
de La mineur qui conllltue le clavier na- 


SUR LA Musique moderne. 119 
'turel. Le clavier fe trouve alors difpofé 
de forte que depuis le premier m d’en- 
bas jufqu’au dernier ut d’en - haut , je 
trouve quatre oftaves complétés outre les 
deux portions qui relient en haut & en 
bas entre Vut & le /ü , qui termine le cla¬ 
vier de part & d’autre. 

J’appelle A, la première oQave com- 
prife entre 1 ut d en - bas & le fluvant vers 
la droite, c’eil-à-dire, tout ce qui elt 
renfermé entre i & 7 inclulivement. J’ap¬ 
pelle B l’oftave qui commence au fécond 
ut , comptant de meme vers la droite y 
C la troifieme, D la quatrième , &c. juf- 
qu a E , ou commence une cmqiuemtî 
oftave qu’on poufieroit plus haut fi l’on 
vouloit. A l’égard de la portion d’en-bas 
qui commence au premier fa, (e ter¬ 
mine au premier /, comme elle efi im¬ 
parfaite , ne commençant point par la 
fondamentale, nous l’appellerons l’oéfave 
X, 6c cette lettre X fervira dans toute 
forte de tons , a déligner les notes qui 
refieront au bas du clavier au-defibus de 
• la première tonique. 

^ Suppofons que je veuille noter un air 
a a clef û’ut, c’eft-à-dire, au ton d’at 

H 4 


Ï2P Dissertation 

> V % é ^ 

inajeur, ou de la mineur ; i’écris ut au 
haut de la page à la marge,je le rends 
médiante ou tonique , fui'vjant que j’y 
ajoute ou non la petite ligne horizontale. 
Sachant ainfi quelle corde doit être la 
fondamentaîe du ton, il n’eft plus quef- 
tion que de trouver dans laquelle des 
cinq odaves roule davantage le Chant 
que j’ai à exprimer , & d’en écrire la 
lettre au commencement de la ligne fur 
laquelle je piacé mes notes/ Les deux ef- 
paces au-deflus Si au-defious repréfente- 
ront les étagés contigus , Sc ferviront 
pour les notes qui peuvent excéder en 
haut ou en bas l’oélave repréfentéè par 
la lettre que j’ai mife au commencement 
de la ligne. J’ai déjà remarqué que fi le 
Chant fe trou.voit aflèz bizarre pour paffer 
jCetfe étendue , on féroit toujours libre 
d’ajouter une ligne en haut ou en bas, ce 
qui peut quelquefois avoir_ lieu pour les 

inftrumens. 

' ' ' ■' . 

Mais corhme les oftaves fe comptent 

' - ■ /.'* ■ ■> '< ^ ' 

toujours d’une fondamentale à l’autre, & 

que ces fondamentales font diftérentés> 
fuivant les différens tons où l’on eft, 
les oélaves fe prennent auffi fur «JifFés^ 


$uîi LA Musique mqderne. 12.1 
rens degrés ^ & font , tantôt plus hau¬ 
tes ou plus bafles , fui vaut cjue leur 
fondamentale ell éloignée du C Jol ut. 
naturel. 

Pour repréfenter clairement cette mé¬ 
canique, J’ai joint ici la Pianche)^ 

une table générale de tous les fons du 
clavier, ordonnés pat rapport aux douze 
cordes du fyftême chrpmatlque , prifes 
fucceffivement pour fondamentales. 

On y voit d’une maniéré fimple & 
fenfible le progrès des différens fons -, 
par rapport au ton où l’on elb On verrA 
àulîî pÿr. l’explication lui vante , comment 
elle facilite la pratique des iiillrumens j, 
au point de n’en faire qu’un jeu , non- 
feulement par rapport aux inftrivmêtis à 
touches niarquées , comme le Baflbn , • 
le Hautbois, la Flûte, la Baffe-de-Viole , 
& le Clavecin, mais encore à l’égard du 
Violon, du Violoncelle & de tôiite autre 
efpece fans exception. 

Cette table repréfente toute l’étendue, 
du clavier , combiné fur les doiize cor¬ 
des : le clavier naturel, où Vut_ conferve, 
fon nom propre, fe trouve ici au fixiemç 
rang njarqué par une étoile à chaque extré'» 


/ 


lîi Dissertation 
mité, & c’eft à ce rang que tous les au¬ 
tres doivent fe rapporter, comme au 
terme commun de comparaifon. On voit 
qu’il s’étend depuis le fa d’en-bas juf- 
qu’à celui d’en - haut, à la diftance de 
cinq odaves, qui font ce qu’on appelle 
le grand clavier. 

J’ai déjà dit que l’intervalle compris 
depuis le premier i jufqu’au premier 7 
qui le fuit vers la droite , s’appelle A ; 
que l’intervalle compris depuis le fécond 
I jufquà l’autre 7 , s’appelle l’odave B ; 
l’autre , l’oclave C , &c. jufqu’au cin¬ 
quième I, où commence l’odave E, que 
je n’ai portée ici que jufqu’au Ja. A 
l’égard des quatre notes qui font à la 
gauche du premier ut , j’ai dit encore 
qu’elles appartiennent à l’odave X , à 
laquelle je donne ainlî une lettre hors 
de rang , pour exprimer que cette oc¬ 
tave n’eft. pas complété , parce qu’il 
faudroit , pour parvenir jufqu’à Vut , 
defcendre plus bas que le clavier ne le 
permet. 

Mais fl je fuis dans un autre ton , 
comme, par exemple, à la clef de rc , 
alors ce rc , change de nom & devient ut , 


SUR LA Musique moderne, 

c’eft pourquoi l’oftave A , comprife rlepuk 
•la première tonique jufqu’à la feptierne 
note, eft d’un degré plus élevée qife 
Toéiave correfpondante du ton précédent, 
.ce qu’il eft aifé de voir par la table, 
puifque cet ut du troifieme rang, c’eil-à- 
■ dire , de la clef de rc , correfpond au n 
<lelaclefnaturelle*d’ü/, fur lequel il tombe 
perpendiculairement , par la meme 
.raifon , l’oflaveX y a plus de notes que 
la même oftave de la clef d’/// , parce 
que les oêlaves en s’élevant davantage, 
s’éloignent de la plus baffe note du 
clavier. 

Voilà pourquoi les oftaves montent 
depuis la clef à'ui jufqu’à la clef de mî 
& defcendent depuis la même clef A'ut 
iufqu’à celle de fa ; car ce fa qui eft la 
plus baffe note du clavier, devient alors 
fondamentale , & commence , par confé- 
quent, la première oêlave A. 

Tout ce qui eft donc compris entre 
les deux premières lignes obliques vers 
la gauche, eft toujours de l’oftave A , 
mais à différens degrés, fuivant le ton 
oii l’on eft. La même touche, par exem¬ 
ple , fera ut dans le ton majeur de mî , 


DlSSERTAtlOK 

dans celui de re. mi dans celui à!ut' 

' 9 

fa, dans celui de fi y fol'àans celui de la y 
la dans celui de fol , fi dans celui de fa, 
0 e{ï; toujours la même touche , parce 
< 5 ue c’eft la même colonne , & c’eâ la 
même oftave, parce que cette colonne 
eft renfermée entre les mêmes lignes 
obliques. Donnons im exemple de la 
façon d’exprimer le ton , l’oftave & la 
touche fans équivoque, la PL 

Exemple 11. ) 

Cet exemple efl: à la, clef de re , il 
Élit donc le rapporter au quatrième rang y 
répondant à la même clef, l’oftaye B,,mar¬ 
quée lur la ligne , montre que l’intervalle, 
fupérieur dans lequel commence le chant-, 
répond à l’oftave fupérieure C : ainli la 
note 3 y marquée d’un a dans la table , 
eft juflement celle qui répond à la pre¬ 
mière de cet exemple. Ceci fuffit pour 
faire entendre que dans chaque partie on 
doit mettre fur le commencement de la 
ligne, la lettre correfpondante à l’oftave, 
dans laquelle le chant de cette, partie roule 
le plus, & que les efpaces qui font au- 
deffus & au-deffous, feront pour les oc¬ 
taves fupérieure & inférieure. 


SUR LA Musique moderne. 125 

Les iif^nes horizoataies fervent à fépa- 
fer, de demi-ton en demi-ton, les diffé? 
rentes fondamentales, dont les noms font 
écrits à la droite de la table. 

Les lignes perpendiculaires montrent 
ique toutes les notes traverfées de la même 
ligne , ne font toujours qu’iine inêmé 
touche , dqnt le nom naturel, fi elle 
en a un, fe trouve au fixieme rang ; & 
les autres noms dans les autres rangs dè 
la même colonne fuivant les difFérens 
tons où l’on efi. Ces lignes perpendicu¬ 
laires font dp deux fortes ; lés unes noi^ 
res, qui fervent à rnontrer .que lés chif¬ 
fres qu’elles joignent repréfentent une 
touché naturelle ; & les autres ponêtuées 
qui font pour les touches blanches Ovi 
altérées,.de fa^n qu’en quelque ton que 
l’on foit, on peut connoître fur le champ i 
par le moyen de cette table , quelles font 
les notes qu'il faut altérer pour exécuter 
dans ce ton-là. 

Les clefs que vous voyez aü commen¬ 
cement , fervent à déterminer quelle noté 
doit porter le nom d’ut , & à marquer 
le ton comme je l’ai déjà dit ; il y en 
a cinq qui peuvent être doubles , parce 


120 Dissertation 
que le bémol de la fupérieure marqué 
^ , 6i le dîèfe de l’inférieure marqué 
d , produifent le même effet ( * )• H 
ne fera pas mal cependant de s’en tenir 
aux dénominations que j’ai choifies ^ 
qui y abffraclion faite de toute autre rai- 

JL ' 

fon, font du moins préférables , parce 
qu’elles font les plus ufitées. 

Il eft encore aifé, par le moyen de 
cette table, de marquer précifément l’étem 
' due de chaque partie, tant vocale qu’inf- 
trumentale, & la place qu’elle occupera 
dans ces différentes odaves fuivant le ton 
où l’on fera. 

Je fuis convaincu qu’eni fuivant exac¬ 
tement les principes que je viens d’ex¬ 
pliquer , il n’eft point de Chant qu’on ne 
foit en état de folfier en très - peu de 
teins, & de trouver de même fur quelque 
inftrument que ce foit , avec toute la 
facilité poffible. Rappelions un peu en 
détail ce que j’ai dit fur cet article. 


f * ) Ce n’efl Qu’on vertu du tempérament que la mcilie 
(oiiche peut fervir Je dièfe à rime & de bémol à l’autre y 
puifque d’ailleurs , pcrfbune n’i^nore que la fomme d#* 
dcuK dcmi4ons mineurs ne rdiiroit faire un tem 



SUR LA Musique moderne. 117 
■ ^ c\i commencer d’abord à faire 
exécuter machinalement des Airs à cet 
Ecolier ; au lieu de lui faire toucher, tan¬ 
tôt des dièfes , tantôt des bémols, fans 
^u’il puilfe conceX'oir pourquoi il le fait, 
que le premier foin du Maître foit de 
lui faire connoître à fond tous les fons de 
fon inftrument, par rapport, aux différens 
tons fur lefquels ils peuvent être pratiqués. 

Pour cela , apres lui avoir appris les 
noms naturels de toutes les touches de 
fon inftrument, il faut lui préfenter un 
autre point de vue, & le rappeller à un 
principe general II connoit déjà tous les 
fons de l’odave fuivant l’échelle natu¬ 
relle , il eft queftion, a prefent, de lui en 
faire faire 1 analyie. Suppofons*le devant 
un Clavecin. Le clavier efî divifé en 
foixante & une touches : on lui expli¬ 
que que ces touches prifes fucceffive- , 
ment, & fans diftinaion de blanches ni ' 
de noires, expriment des fons qui, de 
gauche à droite, vont en s’élevant de 
demi-ton en demi-tOn. Prenant la touche 
ut pour fondement de notre opération , 
nous trouverons' toutes les autres de 
1 echelle naturelle, difpofées à fon é<^ard 
de la maniéré fuivante. ° 


«iîî UiSSERTAtîON 

H 

La deuxieme note, re, à un ton d’int 
fervalle vers la droite, c’eft-à-dire , qu’il 
faut laifi'er une touché intermédiaire en¬ 
tre Yut & !e « , pour la divàfion des deux 
demi-tons. . 

■ * 

La troifieme, m/, à un autre ton dù 
h oC a deux tons de Vüt , de forte qu’en¬ 
tre le re & le mi , il faut encore une 

♦v* » 

touche intermédiaire. 

La quatrième, fa , à un demi-ton du 
mi & à deux tons & demi de, Yut : par 
éohféqiient , le ^2? eft la touche qui fuit 
le' mi immédiatement j fans en lailfer au¬ 


cune entre-deux. 

La cinquième ffol-, à un ton du fa , 
& à trois tons tc demi de Vut ; il faut 
laiÎTer iine touche intermédiaire. 

La fixieme, la, à un ton àw fol, & 
à quatre tons & demi de ïiir, autre tou¬ 
che intermédiaire. 

La feptiemC,, à un tort du la, & 
à cmq tons & demi de Vut ; autre tou¬ 
che intermédiaire^ 

La huitième , ui d’en-hàut , a demi- 
ton du Ji , Sz à fix tons du premier ul 
dont elle eR l’oélaVe , par confequent le 


SUR LA Musique moderne, iig 
'Ji eft contigu à Vut qui le fuit, fans tou¬ 
che intermédiaire. 

En continuant ainfi tout le long du cla¬ 
vier, on n’y trouvera que la répliqué 
des mêmes intervalles , & l’Ecolier fe 
les rendra aifément familiers , de même 
que les chiffres qui les expriment & qui 
marquent leur diftance de Ÿut fondamen¬ 
tal. On lui fera remarquer qu’il y a une 
touche intermédiaire entre chaque degré 
de Toélave, excepté entre le mi & le ^ 
& entre le / & Vut d’en-haut, où l’on 
trouve deux intervalles de demi-ton cha¬ 
cun , qui ont leur pofition fixe dans 
Féchelle. 

On obfervera auffi qu’à la clef d’r// 
toutes les touches noires font juftement 
celles qu il faut prendre, & que toutes 
les blanches font les intermédiaires qu’il 
fautlaiffer. On ne cherchera point à lui 
faire trouver du myftere dans cette dif- 
tribution , & l’on lui dira feulement que 
comme le clavier feroit trop étendu ou 
les touches trop petites, fi elles étoient 
toutes uniformes , & que d’ailleurs la 
cief d ut efl la plus ufitée dans la Mufi- 
qiie J on a, pour plus de commodité, 

Mu/IquCi I 


130 Dissertation 

rejette hors des intervalles les touches 
blanches , qui n’y font que de peu d’ufa- 
ge. On fe gardera bien auffi d’afFeôer un 
air favant en lui parlant des tons & des 
demi-tons majeurs & mineurs, des com* 
ma, du tempérament ; tout cela eft ab- 
folument inutile à la pratique, du moins 
pour ce tems-là ; en un mot, pour peu 
qu’un Maître ait d’efprit & qu’il poffede 
fon Art, il a tant d’occafions de briller 
en inflruifant, qu’il eft inexcufable quand 
fa vanité ell à pure perte pour le Difciple. 

Quand on trouvera que l’Ecolier pof¬ 
fede affez bien fon clavier naturel, on 
commencera alors à le lui faire tranfpo- 
fer fur d’autres clefs , en choififfant d’a¬ 
bord celles où les fons naturels font les 
moins altérés. Prenons , par exemple, 
la clef de fol. 

Ce mot fof direz-vous à l’Ecolier,’ 
écrit ainfi à la marge, lignifie qu’il faut 
tranfporter au fol &c à fon oélave le nom 
& toutes les propriétés de Vut & de la 
gamrhe naturelle. Enfuite, après l’avoir 
exhorté à fe rappeller la difpolîtion des 
tons de cette gamme , vous l’inviterez à 
l’appliquer dans le même ordre au fol 


SUR LA. , Musique moderne. 13 i 
confldéré comme fondamentale , c’eft-à- 
dire , comme un iit ; d’abord , il fera 
queftion de trouver le re ; û l’Ecolier efl: 
bien conduit, il le trouvera de lui-même, 
& touchera le la naturel , qui eft pré- 
cifément par rapport au fol dans la même 
Etuation que le n par rapport à Vut; 
pour trouver le mifA touchera le Ji ; pour 
trouver le fa il touchera Vut , & vous 
lui ferez remarquer qu’effedivement ces 
deux dernieres touches donnent un demi- 
ton d’intervalle intermédiaire , de même 
que le mi & le dans l’échelle naturelle. 
En pourfuivant de même , il touchera le 
re pour le fol , & le mi pour le la. Juf- 
qu’lcl il n’aura trouvé que des touches 
naturelles pour exprimer dans l’oâave fol 
l’échelle de l’oftave ut ; de forte que fi 
vous pourfuivez, & que vous demandiez 
le Jl fans rien ajouter , il eft prefque im¬ 
manquable qu’il touchera le fa naturel ; 
alors vous l’arrêterez-là, & vous lui de¬ 
manderez s’il ne fe fouvlent pas qu’entre 
le /æ & ley? naturel, il a trouvé un inter¬ 
valle d’un ton & une touche intermé¬ 
diaire : vous lui montrerez en même tems 
cet intervalle à la clef Alut , & revenant 

I 2 


lyi .Dissertation 

à celle de fol , vous lui placerez le doigC 
fur le mi naturel que vous nommerez la 
en demandant où eft le Ji ; alors il fe 
corrigera furement & touchera le fa dièfe ; 
peut-être touchera-1-il le fol : mais au 
lieu de vous impatienter , il faut failir. 
cette occalion de lui expliquer, li bien la 
réglé des tons & demi - tons , par rap¬ 
port à l’oêlave ut, fans diftinftion de 
touches noires & blanches , qu’il ne foit 
plus dans le cas de pouvoir s’y tromper- 
Alors il faut lui faire parcourir le cla¬ 
vier de haut en bas, & de bas en haut ^ 
en lui faifant nommer les touches con¬ 
formément à ce nouveau ton, vous lui 
ferez auffi obferver que la touche blanche 
qu’on y emploie , y devient néceffaire 
pour conftituer le demi - ton, qui doit 
être entre le ^ & Vut d’en-haut, & qui 
' feroit fans cela entre le la le fi ^ ce qui 
eft contre l’ordre de la gamme. Vous au¬ 
rez foin , fur-tout, de lui faire concevoir 
qu’à cette clef-là , le fol naturel eft réel¬ 
lement un ut y le la un re , le un mi , 
&c. De forte que ces noms ôc la pofition 
de leurs touches relatives lui deviennent 
auffi familières qu’à la clef d’?«, & que 


SUR LA Musique moderne. 153 
tant qu’il eft à la clef de fol, il n’envi- 
fage le clavier que par cette fécondé 
expofition. 

Quand on le trouvera fuffifamment exer¬ 
cé , on le mettra à la clef de re , avec les 
mêmes précautions , & on l’amenera aifé- 
ment à y trouver de lui-même le mi & le/? 
fur deux touches blanches : cette trolfieme 
clef achèvera de l’eclaircir fur la htuation 
de tous les tons de l’échelle , relativement 
à quelque fondamentale que ce foit, & 
vraifemblablement il n’aura plus befoin 
d’explication pour trouver l’ordre des 
tons fur toutes les autres fondamentales. 

Il ne fera donc plus queftipn que de 
l’habitude, & il dépendra beaucoup du 
Maître de contribuer à la former, s’il 
s’applique à faciliter à l’Ecolier la pra¬ 
tique de tous les intervalles , par des 
remarques fur la pofition des doigts , qui 
lui en rendent bientôt la mécanique fa¬ 
milière. 

Apres cela , de courtes explications flir 
le mode 'mineur , fur les altérations qui 
lui font propres, & fur celles qui naif- 
lênt de la modulation dans le cours d’une 
même pièce , un Ecolier bien conduit 

I 3 


I 


Ï 34 DlSSERTAtîON 
par cette méthode , doit favoir à fond 
fon clavier fur tous les tons dans moins 
de trois mois ; donnons - lui en fix, au 
bout defquels nous partirons de - là pour 
le mettre à l’exécution, & je foutiens que 
s’il a d’ailleurs quelque connoiflance des 
mouvemens, il jouera dès - lors à livre 
ouvert les airs notés par mes caradleresj 
ceux, du moins, qui ne demanderont pas 
une grande habitude dans le doigter. Qu’il 
mette fix autres mois à fe perfeélionner 
la main & l’oreille, foit pour l’harmonie, 
foit pour la mefure ; & voilà dans l’ef: 
pace d’un an un Muficien du premier or¬ 
dre , pratiquant également toutes les clefs, 
connoiffant les modes & tous les tons , 
toutes les cordes qui leur font propres , 
toute la fuite de la modulation, & tranf- 
pofant toute piece de Mulique dans tou¬ 
tes fortes de tons avec la plus parfaite 
facilité. 

C’eft ce qui me paroît découler évidem¬ 
ment de la pratique de mon fyflême , & 
que je fuis prêt de confirmer , non - feu¬ 
lement par des preuves de raifonnement, 
mais par l’expérience , aux yeux de qui- 
eonque en voudra voir l’effet. 


SUR LA Musique moderne. 135 

Au refte , ce que j’al dit du Clavecin • 
s’applique de même à tout autre infini¬ 
ment , avec quelques légères différences 
par rapport aux inflrumens à manche , 
qui naifTent des différentes altérations 
propres à chaque ton : comme je n’écris 
ici que pour les Maîtres à qui cela efl 
connu , je n’en dirai que ce qui efl: ab- 
iblument néceffaire , pour mettre dans 
fon jour une objeélion qu’on pourroit 
m’oppofer, &c pour en donner la folution. 

C’efl un fait d’expérience que les diffé- 
rens tons de la Mufique ont tous certain 
caraâere qui leur efl: propre & qui les 
diflingue chacun en particulier. VJ mi la. 
majeur, par exemple, efl brillant; VF vi 
fa efl majeflueux ; le jl bémol majeur efl 
tragique ; \tfa mineur efl trifle ; Vut mi¬ 
neur efl tendre ; & tous les autres tons 
ont de même , par préférence, je ne fais 
quelle aptitude à exciter tel ou tel fenti- 
ment , dont les habiles Maîtres lavent 
bien fe prévaloir. Or, puifque la modu¬ 
lation efl la même dans tous les tons 
majeurs , pourquoi un ton majeur exci- 
teroit - il une palîion plutôt qu’un autre 
ton majeur? Pourquoi le même paffage 

I 4 


15^ Dissertation 

du re au fa produit-i! des effets différensj 
<5uand il eff pris fur différentes fonda¬ 
mentales , puifque le rapport demeure le 
même ? Pourquoi cet air joué en A mi la 
ne rend“il plus cette expreflion qu’il avoit 
en G rc fol ? Il n’eff pas polîible d’attri¬ 
buer cette différence au changement de 
fondamentale ; puifque , comme je l’ai 
dit, chacune de ces fondamentales, prife 
féparément, n’a rien en elle qui puiffe 
exciter d’autre fentiment que celui du 
fon haut ou bas qu’elle fait entendre : ce 
n’eff; point proprement par les fons que 
nous fommes touchés : c’eff par les rap¬ 
ports qu’ils ont entr’eux, & c’eff uni¬ 
quement par le choix de ces rapports 
charmans, qu’une belle compofition peut 
émouv'oir le cœur en flattant l’oreille. 
Or , fi le rapport d’un ut à un fol, ou 
d’un re à un la eff le même dans tous les 
tons, pourquoi produit-il différens effets ? 

Peut-être trouverolt-on des Muficiens 
embarraffés d’en expliquer la ^aifon ; & 
elle feroit, en effet, très-inexplicable, ff 
l’on admettolt à la rigueur cette identité 
de rapport dans les fons exprimés par 
les mêmes noms , & repréfentés par les 
intervalles fur tous les tons. 


SUR LA. Musique moderne. 13^7 

Mais ces rapports ont entr’eux de lé¬ 
gères différences , fuivant les cordes ffir 
lefquelles ils font pris , & ce font ces 
différences ^-ff-petites en apparence , qui 
caufent dans la Mufîque cette variété 
d’exprelîions fenfible à toute oreille dé¬ 
licate , & fenfible à tel point , qu’il eft 
peu de Muficien, qui en écoutant un con¬ 
cert , ne connoiffe en quel ton l’on exécute 
actuellement. 

Comparons, par exemple , le C fol ut 
mineur, &L \q D la re. Voilà deux mo¬ 
des mineurs defquels tous les fons font 
exprimés par les mêmes, intervalles & 
par les mêmes noms , chacun relative¬ 
ment à fa tonique : cependant l’affeélioji 
n’eft point la même, & il eff incontef- 
table que le C fol ut eft plus touchant 
que le D la n. Pour en trouver la rai- 
fon , il faut entrer dans une recherche 
affez longue dont voici à-peu-près le 
réfultat. L’intervalle qui fe trouve entre 
la tonique re. & fa fécondé note, eft un 
peu plus petit que celui quife trouve entre 
la tonique du C fol ut & fa fécondé 
note ; au contraire, le demi-ton qui fe 
trouve enîre la fécondé note & la mé- 


138 Dissertation 

diante du D la n ^ eft un peu plus grand 
que celui qui efl: entre la fécondé note 
& la médiante du Cfol ut; de forte que 
la tierce mineure reliant à-peu-près égale 
de part & d’autre, elle ell partagée dans 
le Cfol ut en deux intervalles un peu plus 
inégaux que dans le D la ce qui rend 
l’intervalle du demi-ton plus petit de la 
même quantité dont celui du ton eft plus 
grand. 

On trouve aulïï , par l’accord ordinaire 
du Clavecin, le demi-ton compris entre 
le fol naturel & le la bémol , un peu 
plus petit que celui qui efl entre le la 
& ley? bémol. Or plus les deux fons qui 
forment un demi-ton fe rapprochent, & 
plus le paflage efl tendre & touchant , 
c’efl l’expérience qui nous l’apprend, & 
c’efl, je crois, la véritable raifon pour 
laquelle le mode mineur du C fol ut nous 
attendrit plus que celui du D la re ; que 
Il, cependant, la dim.inution vient jufqu’à 
caufer de l’altération à l’harmonie , & 
jetter de la dureté dans le Chant, alors le 
fentiment fe change en triflefl'e, & c’efl 
l’effet que nous éprouvons dans l’i^ ut fa 
mineur. 


SUR LA Musique moderne. 139 
En continuant nos recherches dans ce 
goùt-Ià , peut-être parviendrlons-nou^ à- 
peu-près à trouver par ces différences 
légères qui fubfiftent dans les rapports 
des fons & des intervalles , les raifons 
des différens fentimens excités par les 
divers tons de la Mufique. Mais fi l’on 
voulolt auffi trouver la caufe de ces 
différences, il faudroit entrer pour cela 
dans un détail dont mon fujet me dif- 
penfe , & qu’on trouvera fuffifamment 
expliqué dans les ouvrages de Morifieur 
Rameau. Je me contenterai de dire ici en 
général que , comme il a fallu pour évi¬ 
ter de multiplier les fons , faire fervir 
les mêmes à plufieurs ufages , on n’a 
pu y réuffir qu’en les altérant un peu , 
ce qui fait qu’eu égard à leurs diffé¬ 
rens rapports , ils perdent quelque chcfe 
de la jufleffe qu’ils devroient avoir. Le 
mi , par exemple, confidéré comme tierce 
majeure à!ut , n’eft point, à la rigueur, 
le même mi qui doit faire la quinte du 
la ; la différence eft petite , à la vérité , 
mais enfin elle exifte , & pour la faire 
évanouir il a fallu tempérer un peu cette 
quinte ; par ce moyen on n’a employé 


i 


I 

140 Dissertation 

que le même fon pour ces deux ula-, 
ges : mais de-là vient aulîi que le ton 
du re au mi n’eft pas de la même ef- 
pece que celui de Vm au rc^ ^ ainli des 
autres. 

On pourroit donc me reproclier que 
î’anéantis ces différences par mes nouveaux 
fignes, & que , par-là même,, je détruis 
cette variété d’expreflion fi avantageufe 
dans la Mufique. J’ai bien des chofes à 
répondre à tout cela. 

En premier lieu ; le tempérament eft 
un vrai défaut ; c’efl: une altération que 
î’art a caufée à l’harmonie, faute d’avoir 
pu mieux faire. Les harmoniques d’une 
corde ne nous donnent point de quinte 
tempérée, & la mécanique du tempéra¬ 
ment introduit dans la modulation des 
Ions fi durs , par exemple , le re & le 
fol d ièfes, qu’ils ne font pas fupporta- 
bles à l’oreille. Ce ne feroit donc pas 
une faute que d’éviter ce défaut, & fur- 
tout dans les carafteres de la Mufique, 
qui , ne participant pas au vice de l’inf- 
trument, devroient, du moins par leur 
fignlfication, conferver toute la pureté de 
l’harmonie. 


/ 


SUR LA Musique modeAne. 141 

De plus ; les altérations caufées par 
les difFérens tons , ne font point prati¬ 
quées par les voix ; l’on n’entonne pohit, 
par exemple, l’intervalle 45 , autrement 
que l’on entonneroit celui-ci 56 , quoique 
cet intervalle ne foit pas tout-à-fait le 
même, & l’on module en chantant avec 
la même juftefl'e dans tous les tons mal¬ 
gré les altérations particulières que l’im- 
perfeftion des inftrumens introduit dans 
ces dilférens tons , & à laquelle la voix 
ne fe conforme jamais , à moins qu’elle 
n’y foit contrainte par l’uniffon des inf¬ 
trumens. 

La nature nous apprend à moduler fur 
tous les tons, precifement dans toute la. 
jufteffe des intervalles ; les voix conduites 
par elle le pratiquent exaaement. Faut-il 
nous éloigner de ce qu’elle prefcrit poivr 
nous affujettir à une pratique défeaueufe, 
& faut-il facrifîer , non pas à l’avantage , 
mais au vice des inftrumens , l’expreftion 
naturelle du plus parfait de tous ^ C’eft 
ici qu’on doit fe rappeller tout ce que 
j ai dit ci-devant fur la génération des 
fons , St c eft par-la qu’on fe convaincra 
quç l’ufage de mes ftgnes n’eft qu’une ex-. 


i4î Dissertation 

prefîîon très-fîdelle & très-exafte des opé¬ 
rations de la nature. 

En fécond lieu; dans les plus confidé- 
rables inflrumens , comme l’Orgue, le 
Clavecin & la Viole , les touches étant 
fixées, les altérations différentes de cha- 
C|ue ton dépendent uniquement de l’ac¬ 
cord , & elles font également pratiquées 
par ceux qui en jouent-, quoiqu’ils n’y 
penfent point. Il en efl de même des 
Flûtes, des Hautbois, Baffons & autres 
inflrumens à trous , les difpofitions des 
doigts font fixées pour chaque fon , & 
le feront de même par mes caraéleres, 
fans que les Ecoliers pratiquent moins le 
tempérament pour n’en pas connoître 
l’exprefîion. 

D’ailleurs, on ne fauroit me faire là- 
deffus aucune difficulté qui n’attaque en 
même tems la Mufique ordinaire , dans 
laquelle bien loin que les petites diffé¬ 
rences des intervalles de même efpece 
foient indiquées par quelque marque , les 
différences fpécifiques ne le font même 
pas, puifque les tierces ou les fixtes , 
majeures & mineures , font exprimées par 
les mêmes intervalles & les mêmes poli- 


SUR LA Musique moderne.' 14J 

lions ; au lieu que dans mon fyftême les 
différens chiffres employés dans les in- 
tervaîles de même dénomination, foht 
du moins connoître s’ils font majeurs ou 
mineurs. 

Enfin, pour trancher tout d’un coup 
toute cette difficulté, c’eft au Maître & 
à l’oreille à conduire l’Ecolier dans la 
pratique des différens tons & des altéra¬ 
tions qui leur font propres : la Mufique 
ordinaire ne donne point de réglés pour 
cette pratique que je ne puiffe appliquer 
à la mienne avec encore plus d’avantage 
& les doigts de l’Ecolier feront bien plus 
heureufement conduits en lui faifant pra¬ 
tiquer fur fon Violon les intervalles 
avec les altérations qui leur font propres 
dans chaque ton, en avançant ou recu¬ 
lant un peu le doigt, que par cette foule 
de di^es & de bémols qui, faifant de 
plus petits intervalles entr’eux, & ne con¬ 
tribuant point à former l’oreille, troublent 
l’Ecolier par des différences qui lui font 
long-tems infenfibles. 

Si la perfèélion d’un fyftême de Mu- 
lique confifloit à y pouvoir exprimer 
une plus grande quantité de fons , il 


144 Dissertation 
feroit aifé en adoptant celui de M. Sauveur 5 
de divifer toute l’étendue d’une feule oc¬ 
tave en 3010 décamérides ou intervalles 
égaux, dont les fons feroient repréfentés 
par des notes différemment figurées ; mais 
de quoi ferviroient tous ces carafteres , 
puifque la diverfité des fons qu’ils expri- 
meroient ne feroit non plus à la portée 
de nos oreilles, qu’à celle des organes 
de notre voix ? 11 n’eft donc pas moins 
inutile qu’on apprenne à diftinguer Vut 
double dièfe , du n naturel, dès que 
nous fommes contraints de le pratiquer 
fur ce même re , & qu’on ne fe trou" 
vera jamais dans le cas d’exprimer en 
note la différence qui doit s’y trouver , 
parce que ces deux fons ne peuvent etre 
relatifs à la même modulation. 

Tenons pour une maxime certaine que 
tous les fons d’un mode doivent toujours 
être confidérés, par le rapport qu’ils ont 
avec la fondamentale de ce mode - là , 
qu’ainfi les intervalles correfpondans de- 
vroient être parfaitement égaux dans tous 
les tons de même efpece ; aufli les con- 
lidere-t-on comme tels dans la com- 
pofition, ÔC s’ils ne le font pas, a la 

rigueut 


SUR LA Musique mqderne. 145' 
îigueur dans la pratique , les Faveurs 
épuifent du moins toute leur habileté 
dans l’accord, pour en rendre la difïe- 
rçnce inlenfible. 

Mais ce n’eft pas ici le lieu de m’éten¬ 
dre davantage fur cet article : 11 de l’aveu- 
de la plus favante Académie de l’Europe 
mon fyftême a des avantages marqués- 
par-defftis la méthode ordinaire pour là 
Mulique vocale , il nte femb’e que ces’ 
avantages font bien plus confidérables dans 
la partie infînimentale , du moins , j’ex- 
poferai les raifon's que j’ai de le croire 
ainfi ; c’eft à l’expérience à confirmer leur 
folidité. Les Muficlens ne manqueront 
pas de fe récrier, & de dire qu’ils exé¬ 
cutent avec la plus grande- facilité, par 
la méthode ordinaire, & qu’ils font de 
leurs inftrumens tout • ce qu’on en peut 
faire par quelque méthode que ce foit. 
D’accord ; je les admire en ce point, St 
il ne femble pas en effet qu’on puiffe 
pouffer rexécution à un plus haut degré 
de perfeâion que celui où elle eff aujour¬ 
d’hui : mais enfin quand on leur fera 
voir qu’avec moins de tems & de peine 
on peut parvenir plus furement à cette 
Mufiqus. K 


I 


14Ô Dissertation 
même perfeftion ^ peut-être feront-ils con¬ 
traints de convenir que les prodiges qu’ils 
opèrent, ne font pas tellement infépara- 
bles des barres , des noires & des cro¬ 
ches , qu’on n’y puiffe arriver par d’au¬ 
tres chemins. Proprement , j’entreprends 
de leur prouver qu’ils ont encore plus 
de mérite qu’ils ne penfoient , puif- 
qu’ils fuppléent par la force de leurs ta- 
lens aux défauts de la méthode dont iis 
fe fervent. 

Si l’on a bien compris la partie de mon 
fyftême que je viens d’expliquer , on fen- 
îira qu’elle donne une méthode générale 
pour exprimer fans exception tous les 
fons ufités dans la Mufique , non pas , 
à la vérité , d’une mianiere abfolue, mais 
relativement à un fon fondamental déter¬ 
miné; ce qui produit un avantage con- 
fidérable en vous rendant toujours pré- 
fent le ton de la piece & la fuite de la 
modulation. Il me relie maintenant à don¬ 
ner une autre méthode encore plus fa¬ 
cile , pour pouvoir noter tous ces mêmes 
fons, de la même maniéré , fur un rang 
horizontal, fans avoir jamais befoin de 
lignes ni d’intervalles pour exprimer les 
différentes oûaves. 


4 


I 


( 


SUR LA Musique moderne. 147 

Pour y luppléer donc, je me lèrs du 
plus limpie de tous les lignes, c’eft'^à- 
dire', du point ; & voici comment je le 
mets en ulàge. Si je lors de l’ofiave par 
laquelle j’ai commencé pour faire une 
note dans l’étendue de l’octave fupérieure, 
& qui commence à Vut d’en-haut, alors 
je mets un point aii-defliis de cette note 
par laquelle je lors de mon oélave , Si 
ce point une fois placé, c’elt un avis eue 
non-feulement la note fur laquelle il ell, 
mais encore toutes celles qui la fui- 
vront, fans aucun figne qui le détruife, 
'devront être prifes dans l’étendue de cette 
délave fupérieure où je fuis entré. Par 
exemple , 

^ ï 3 5 * 3 5 

Le point que vous voyez liir le fécond 
ut marque que vous entrez-là dans l’oc¬ 
tave au-delîus de celle où vous avez com¬ 
mencé , & que par conféquent le j & 
le 5 qui fuivent font aulîî de cette meme 
oaave fupérieure & ne font point les mê¬ 
mes que vous aviez entonnés auparavant. 

Au contraire ; li je veux fortir de l’oc- 
fave où je me trouve pour paffer à celle 

K a 


14^ Dissertation 

qui eft au-deffous, alors je mets le point 

fous la note par laquelle j’y entre. 

lit d 5 3 ï 5 3 I 

Alnfi ce premier 5 étant le même que 
le dernier de Fexemple précédent, par le 
point que vous voyez ici fous le fécond 
5, vous êtes averti que vous fortez de 
J'Octave où vous étiez monté ^ pour ren¬ 
trer dans celle par où vous aviez com¬ 
mencé précédemment. 

En un mot : quand le point eft fur la 
note vous paffez dans l’oâave fuperieure, 
s’il eft au-deflbus vous paffez dans 1 infe¬ 
rieure , & quand vous changeriez d’oc¬ 
tave à chaque note , ou que vous vou¬ 
driez monter ou defcendre de deux ou 
trois octaves tout d’im coup ou luccefti- 
vement, la réglé eft toujours generale & 
vous n’avez qu’a mettre autant de points 
au-deftbus ou au-deftiis que vous avez 
d-oétaves à defcendre ou à monter. 

Ce n’eft pas à dire qu’à chaque point 
vous montiez ou vous defeendiez d une 
oftave : mais à chaque point vous entrez 
dans une oétave differente , dans un autre 
étage y foit en montant ^ foit en defeen- 


SUR LA Musique moderne. 149 
Aant ^ par rapport au fon fondamental ut ^ 
îecjuel ainfi le trouve bien de la mjîmc 
oftave en defcendant diatonK^uement ^ 
mais non pas en montant \ le point ^ dans 
^ette façon de noter 9 équivaut aux lignes 
& aux intervalles de la précédente ; tout 
ce qui eft dans la même pofition appar¬ 
tient au même point, & vous n’avez be- 
foin d’un autre point que lorfque vous 
paffez dans une autre pofition , c’efl-à- 
dire, dans une autre oftave. Sur quoi il 
faut remarquer que je ne me fers de ce 
mot d’oftave qu’abuuvement & pour ns 
pas multiplier inutilement les termes , 
parce que proprement l’étendue que je 
cléfigne par ce mot n’eft remplie que d’un 
étage de fept notes , Via d’en - haut n’y 
étant pas compris. 

Voici une fuite de notes qu’il fera aifé 
de folfier par les réglés que je viens 
d’établir. 


• • • 

Sol d i7ii'5i545675I 76543242176534 

• • • 

fl 5 5 I- 

Et voici ( V. PI. Ex. 12. ) le même éxerii* 
pie noté fuivant la première méthode. 

K 3 


I 5<5 Dissertation 

Dans une longue.fuite de Chant, quoi- 
que les points vous conduifent toujours 
très-jufte , ils ne vous font pourtant con- 
noître Toftave où vous vous trouvez ^ 
que relativement à ce qui a précédé t 
c’efl pourquoi , afin de favoir précifé- 
ment l’endroit du clavier où vous êtes ^ 
il faudroit aller en remontant iufqu’à la 
lettre qui eft au commencement de l’air, 
opération exafte , à la vérité , mais d’ail- 
leurs un peu trop longue. Pour m’en dif- 
penler , je mets au commencement de 
chaque ligne la lettre de l’oêtave' où fe 
trouve , non pas la première note de cette 
ligne , mais la derniere de la ligne pré'^ 
cédente , & cela afin que la réglé des. 
points n’ait pas d’exception. 

Exemple. 

% • « • « 

El d i 7 iz 3 . 45 Ô 75 i 5253 I 4 ' 32 I 7 (S 5 5 5x}64 

• • • a 

e 42756451. 

L’e que j’ai mis au commencement de 
la fécondé ligne marque que le fa qui finit 
la première eft de la cinquième oflave , 
de laquelle je fors pour rentrer dans la 
quatrième d par le point qiie vous voye* 


I 


SUR lAl Musique moderne# 15^ 
au-deffous du Ji de cette fécondé ligne* ' 
Rien n’eft plus aifé que de trouver CQ<te 
lettre correfpondante a la derniere note 
d’une ligne , & en voici la méthode. ■ ' 
Comptez tous les points .qui font au- 
delTus des notes de cette ligne : comptez 
aufli ceux qui font au-defibus , s’ils font 
égaux en nombre avec les premiers, c’eft 
une preuve que la derniere note de la 
ligne eft dans la même oclave que la pre¬ 
mière , & c’eft le cas du premier exem- 
pie de la pénultième page , où après avoir 
trouvé trois points dèflus & autant def- 
fous, vous concluez qu’ils fe détrulfent 
les uns les autres, ôc que par conféquent 
la derniere note fa de la ligne eft de la 
même oftave d que la première note ut 
de la même ligne, ce qui eft toujours 
vrai de quelque maniéré que les points 
folent rangés , pourvu qu’il y en ait au¬ 
tant deffus que defîbus. 

S’ils ne font pas égaux en nombre, pre" 
nez leur difterence : comptez depuis la 
lettre qui eft ' au commencement de la 
ligne & reculez d’autant de lettres vers 
Va fl l’excès eft au - deflbus ; ou s’il eft 
au-deffus, avancez au contraire d’autant 

K 4 


ifz Dissertation 
de lettres dans l’Alphabet, que cette di:^ 
férence contient d’unités , vous aurez 
.exatlepient la lettre correfpondaute à la 
derniere note. 

Exemple. 

Ut c 6367 izi76i 5ii343ii3é^673£ 

# « 

• • • 
e i 7 i 67 ^ 6 i 432 if 6 îi 7633445 ^ 67 î 

• • • 9 - 

d 2776. 

Dans la première ligne de cet exem¬ 
ple , qui commence à l’étage c , vous avez 
deux points au-deflbus & quatre au-def- 
fus ; par conféquent deux d’excès, pour 
lefquels il faut ajouter à la lettre c au¬ 
tant de lettres , fuivant l’ordre de l’Al¬ 
phabet , & vous aurez la lettre e corref- 
pondante à la derniere note de la même 
ligne. 

Dans la fécondé ligne vous avez au 
contraire un point d’excès au - deflbus •> 
c’efl-à'dire qu’il faut depuis la lettre 
qui ell au commencement de la ligne^ 
reculer d’une lettre vers Va , & vous au¬ 
rez pour la lettre correfpondante à la 
derniere note de la fécondé ligne. 


SUR LA Musique moderne. 155 

Il faut de même obferver de mettre la 
lettre de l’oftave après chaque première 
& derniere note des reprlfes & des ron¬ 
deaux , afin qu’en partant de - là on f⬠
che toujours furement fi l’on doit mon¬ 
ter ou defcendre, pour reprendre ou pour 
recommencer. Tout cela s’éclaircira mieux 
par l’exemple fuivant dans lequel cette 
marque ^ efi un figne de reprife. 

Mi c 3457 ii 343 iM 32 i 7 hi 5 b'^ 5 C 55 
• * • • 

b ^ 6446175115710. 

« • * 

La lettre b que vous voyez après la 
tlerniere note de la première partie, vous 
apprend qu’il faut monter d’une fixte pour 
revenir au mi du commencement, puif- 
qu’il efi de l’oflave fupérieure c , & la 
lettre c que vous voyez également après 
la première & la derniere note de la fé¬ 
condé partie , vous apprend qu’elles font 
toutes deux de la même oSave, & qu’il 
faut par conféquent monter d’une quinte, 
pour revenir de la finale à la reprife. 

Ces obfervations font fort fimp'es &, 
fort aifées à retenir. Il faut avouer ce¬ 
pendant que la méthode des points a 


I 


154 Dissertation 
quelques avantages de moins que celle 
de la pofition d’étage en étage que j’ai 
enseignée la première, & qui n’a jamais 
befoin de toutes ces différences de let¬ 
tres : l’une & l’autre ont pourtant leur 
commodité , & comme elles s’apprennent 
par les mêmes réglés & qu’on peut les 
favoir toutes deux enfemble, avec la 
même, facilité qu’on a pour en appren¬ 
dre une (éparément, on les pratiquera 
chacune dans les occafions oii elle pa- 
roîtra plus convenable. Par exemple , rien 
ne fera fi com.mode que la méthode des 
points pour ajouter l’air à des paroles 
déjà écrites, pour noter des petits airs, 
des morceaux détachés , & ceux qu’on 
veut envoyer en Province, ôc en géné¬ 
ral pour la Mufique vocale. D’un autre 
coté la méthode de pofition fervira pour 
les partitions & les grandes pièces de 
Mufique , pour la Mufique inftrumen- 
tale , & fur-tout pour commencer les 
Ecoliers, parce que la mécanique en eft 
encore plus fenfible que de l’autre ma¬ 
niéré , & qu’en partant de celle-ci déjà 
connue , l’autre fe conçoit du premier 
inffant. Les Compofiîeurs s’en ferviront 


SUR LA Musique moderne.’ 155 
siiiTi par préférence à caufe de la dlftinc- 
tion oculaire des différentes odaves. Il's 
fentiront en la pratiquant toute l’étendue 
de fes avantages ^ que j’ofe dire tels pour 
l’évidence de l’harmonie, que, quand ma 
méthode n’auroit nul cours dans la pra¬ 
tique, il n’efl: point de Compofiîeur qui 
ne dut l’employer pour fon ufage parti¬ 
culier & pour l’inftruélion de fes éleves. 

Voilà ce que j’avois à dire fur la pre¬ 
mière partie de mon fyftême qui re¬ 
garde Texpreiîion des fons ; paffons à la 
fécondé qui traite de leurs durées. 

L’article dont je viens de parler n’efl: 
pas, à beaucoup près aufîi difficile que 
celui-ci, du moins dans la pratique qui 
n’admet qu’un certain nombre de fons, 
dont les rapports font fixés , & à - peu- 
près les mêmes dans tous les tons, au 
lieu que les différences qu’on peut in¬ 
troduire dans leurs durées peuvent varier 
prefque à l’infini. 

Il y a beaucoup d’apparence que l’éta- 
blififement de la quantité dans la Mufiqiie 
a d’abord été relatif à celle du langage , 
c’eft-à-dire , qu’on faifoit pafier plus vite 
les fons par lefquels on exprimoit les 


fiô Dissertation 

{yllabes brèves, & durer un peu plus 
long-tems ceux qu’on adaptoit aux lon¬ 
gues. On pouffa bientôt les chofes plus 
loin, & l’on établit à l’imitation de la 
Poélie une certaine régularité dans la 
durée des fons , par laquelle on les aflu- 
jettiffoit à des retours uniformes qu’on 
s’avifa de mefurer par des mouvemens 
égaux de la main ou du pied ; & 'd’oîi, 
à caiife de cela, ils prirent le nom de 
inefures. L’analogie eft vifible à cet égard 
entre la Mufique & la Poéfie. Les vers 
font relatifs aux mefures, les pieds aux 
tems, & les fyîlabes aux notes. Ce n’eff 
pas affurément donner dans des abfurdi- 
tés, que de trouver des rapports aulîi 
naturels, pourvu qu’on n’aille pas , com¬ 
me le P. Souhaitti , appliquer à l’une les 
{ignés de l’autre, & à caufe de ce qu’elles 
ont de femblable, confondre ce qu’elles 
ont de différent. 

Ce n’eff pas ici le lieu d’examiner en 
Phyficien d’où naît ceîte égalité merveil- 
îeufe que nous éprouvons dans nos mOu- 
vemens, quand nous battons la mefure; 
pas un tems qui paffe l’autre ; pas la moin¬ 
dre différence dans leur duree fucceffive, 


SUR LA Musique moderne. 157 
fans que nous ayons d’autre réglé que 
notre oreille pour la déterminer : il y ^ 
lieu de conjefturer qu’un effet aulTi fin- 
gulier part du même principe qui nous 
feit entonner naturellement toutes les 
confonnances. Quoi qu’il en foit, il eft 
clair que nous avons un fentiment fur 
pour juger du rapport des mouvemens , 
tout comme de celui des Ions, & des 
organes toujours prêts à exprimer les uns 
& les autres , félon les mêmes rapports, 
& il me fuffit, pour ce que j’ai à dire , 
de remarquer le fait fans en rechercher 
la caufe. 

Les Muficiens font de grandes diftinc- 
tions dans ces mouvemens , non - feule¬ 
ment quant aux divers degrés de vîteffe 
qu’ils peuvent avoir , mais aufïi quant 
au genre même de. la mefure, & tout 
cela n’eft qu’une fuite du mauvais prin¬ 
cipe par lequel ils ont fixé les différen¬ 
tes durées des fons : car pour trouver 
le rapport des uns aux autres, il a fallu 
établir un terme de comparaifon, & U' 
leur a plû de choiflr pour ce terme une 
certaine quantité de durée qu’ils ont dé¬ 
terminée par une figure ronde ; ils ont 






158 Dissertation 

enfuite imaginé des notes de plufieitfâ 
autres figures , dont la valeur efi; fixée » 
par rapport à cette ronde ^ en proportion 
fous-double. Cette divifion feroit afiez 
fupportable , quoi qu’il s’en faille de beau¬ 
coup qu’elle n’ait l’univerfaiité néceflaire 
fl le terme de comparaifon , c’eft-à-dire 
fi la durée de la ronde étoit quelqu 
choie d’un peu moins vague : mais la 
ronde va tantôt plus vite, tantôt plus 
lentement, fuivant le mouvement de la 
mefure où l’on l’emploie , & l’on ne doit 
pas fe flatter de donner quelque chofé 
de plus précis, en difant qu’une ronde ell 
toujours l’exprelfion de la durée d’une 
mefure à quatre, puifqu’outre que la 
durée même de cette mefure n’a rien de 
déterminé , on voit communément en Ita¬ 
lie , des mefures à quatre & à deux con¬ 
tenir deux & quelquefois quatre rondes. 

C’efi: pourtant ce qu’on lùppofe dans 
les chiffres des mefures doubles ; le chif¬ 
fre inférieur marque le nombre de notes 
d’une certaine valeur contenues dans une 
mefure à quatre tems , & le chiffre fupé- 
rieur marque combien il faut de ces mê¬ 
mes notes pour remplir une mefure da 


SUR LA Musique moderne. 159 

ÎÜÿir que l’on va noter : mais pourquoi 
ce rapport de tarit de différentes mefu- 
Tes à celle de quatre tems qui leur eil: 
11 peu femblable, ou pourquoi ce rapport 
de tant de différentes notes à une ronde 
dont la durée eft fi peu déterminée ? 

On diroit que les inventeurs de la 
Mufique ont pris à tâclie de faire tout 
le contraire de ce qu’il falloit : d’un côté, 
ils ont négligé la difiinftion du fon fon¬ 
damental , indiqué par la nature , & fi 
néceffaire pour fervir de terme commun 
au rapport de tous les autres ; & de l’au¬ 
tre , ils ont voulu établir une durée ab- 
iblue & fondamentale , fans pouvoir en 
déterminer la valeur. 

Faut-il s etonner fi l’erreur du principe 
a tant caufe de défauts dans les confé- 
quences j defauts effentiels à la pratique 
& tous propres a retarder long-tems' les 
progrès des Ecoliers. 

Les Muficiens reconnoiffent au moins 
quatorze mefures différentes, dont voici 
les fignes. 2,3,0, 


I*- i £ ^ 

^ ^ A- ') 


^ I 2 î € 5 


Or ü ces fignes font infîitués pour ds- 


i< 5 o Dissertation 
terminer autant de mouvemens différerïi 
en efpece , il y en a beaucoup trop, 6 c 
. s’ils le font, outre cela , pour exprimer 
les différens degrés de vîteffe de ces mou¬ 
vemens , il n’y en a pas affez. D’ailleurs , 
pourquoi fe tourmenter fi fort pour éta¬ 
blir des fignes qui ne fervent à rien , 
puifqu’indépendamment du genre de la 
mefure, on eft prefque toujours contraint 
d’ajouter un mot au commencement de 
l’air , qui détermine l’efpece & le degré 
du mouvement. 

Cependant, on ne fauroit contefter que 
la diverfité de ces mefures ne brouille les 
commençans , pendant un tems infini , 
& que tout cela ne naifle' de la fantaifie 
qu’on a de les vouloir rapporter à la me¬ 
fure à quatre tems, ou d’en vouloir rap¬ 
porter les notes à la valeur de la ronde. 

Donner aux mouvemens & aux no¬ 
tes des rapports entièrement etrangers à 
la mefure où l’on les emploie, c’efl: pro¬ 
prement leur donner des valeurs abfo- 
lues, en confervant l’embarras des rela¬ 
tions; aufîi voit-on fuivre de-là des équi¬ 
voques terribles qui font autant de pleges 
à la précifion de la Mufique & au goût 


SUR LA MuSIQUÉ moderne. iSt 
Hu Muficlen. En effet ^ n’eft-il pas évident 
qu’en déterminant la durée des fondes * 
blanches ^ noires, croches, &c. non j^af 
îa qualité de la mefure où elles fe ren¬ 
contrent , mais par celle de la note même > 
vous trouvez à tout moment la relation 
en oppoiiîion avec le fens propre. D'e-là 
vient, par exemple , qu’une blanche dans 
Une certaine mefure , paffera beaucoup 
plus vite qu’une noire dans une autre , 
laquelle noire ne Vaut cependant que 
la moitié de cette blanche ^ & de - là 
vient encore que les Muficiens de Pro¬ 
vince, trompés par ces faux rapports , 
donnent fouvent aux airs des mouve- 
mens tout différens de ce qu’ils doivent 
être , en s’attachant fcrupuleufement à 
cette fàufTe relation, tandis qu’il faudra 
quelquefois paflêr une mefure à trois 
tems fimples plus vite qu’une autre à 
trois huit, ce qui dépend du caprice des 
Compofiteurs, & dont les Opéra préfen-, 
tent des exemples à chaque inftant. 

Il y auroit fur ce point bien d’autres 
remarques à faire auxquelles je ne m’ar¬ 
rêterai pas. Quand On a imaginé , par 
exemple , la divifion fous-double des no- 
Mujiqugt L 


Dissertation 

tes, telle qu’elle eft établie , apparem¬ 
ment qu’on n’a pas prévu tous les cas, 
ou bien l’on n’a pu les embralfer tous 
dans une réglé générale ; ainfi, quand il 
eft queftion de faire la divifion d’une 
note ou d’un tems en trois parties éga¬ 
les , dans une mefure à deux, à trois , 
ou à quatre , il faut néceflairement que 
le Muficien le devine, ou bien qu’on l’en 
avertifle par un ligne étranger qui fait 
exception à la réglé. 

C’eft en examinant les progrès de la 
Muftque que nous pourrons trouver le 
3'emede à ces défeuts. Il y a deux cents 
ans que cet Art étoit encore extrêmement 
groflier. Les rondes & les blanches étoient 
prefque les feules notes qui y fuflent em¬ 
ployées, & l’on ne regardoit une cro¬ 
che qu’avec frayeur. Une Mulique aufll 
limple n’amenoit pas de grandes difficul¬ 
tés dans la pratique, & cela faifoit qu’on 
ne prenoit pas non plus grand foin pour 
lui donner de la précifion dans les lignes ; 
on négligeoit la féparation des mefures, 
& l’on fe contentoit de les exprimer par 
la figure des notes. A, mefure que 1 Art 
ie perfectionna & que les difficultés aug- 


SUR LA Musique moderne. i 6 t 
snenterent, on s’apperçiit dé l’embarras 
qu’il y avoit, dans une grande diverfité 
de notes, de faire la diftinéHon des mefu- 
res , & l’on commença à les féparer par 
des lignes perpendiculaires ; on fe mit 
enfuite à lier les croches pour faciliter 
les tems, & l’on s’en trouva ii bien, que , 
depuis lors, les carafteresde laMuliquefont 
toujours reliés à-peu-près dans le même état. 

Une partie des inconvéniens fubfille 
pourtant encore, la diltindion des tems 
n’eft pas toujours trop bien obfervée 
dans la Mulique inllrumentale , & n’a 
point lieu du tout dans le vocal ; il 
arrive de-là qu’au milieu d’une grande 
mefure , l’écolier ne fait où il en ell 
fur-tout lorfqu’il trouve une quantité de 
croches & de doubles-croches détachées , 
dont il faut qu’il falTe lui-même la dif- 
tribution. 

Une rédexion toute fimple fur l’ufage 
des lignes perpendiculaires pour la fépa- 
ration des mefures , nous fournira un 
moyen alTuré d’anéantir ces inconvéniens. 
Toutes les notes qui font renfermées 
entré deux de ces lignes dont je viens 
de parler, font jullement la valeur d’une 

l- 2 


ï 64 Dissertation 
mefure : qu elles foient en grande ou petite 
quantité, cela n’intéreffe en rien la durée 
de cette mefure qui eft toujours la meme j 
feulement fe dlvifê-t-elle en parties éga¬ 
lés ou inégales , félon la valeur & le 
nombre des notes qu’elle renferme : mais 
enfin fans connoître précifément le nom¬ 
bre de ces notes ni la valeur de cha¬ 
cune d’elles , on fait certainement qu’elles 
forment toutes enfemble une durée égale 
à celle de la mefure où elles fe trouvent. 

Séparons les tems par des virgules, 
^omme nous féparons les mefures par des 
lignes, & raifonnons fur chacun de ces 
tems de la même maniéré que nous rai¬ 
fonnons fur chaque mefure : nous aurons 
un principe univerfel pour la durée & 
la quantité des notes, qui nous difpen- 
fera d’inventer de nouveaux fignes pour 
la déterminer, & qui nous mettra ^portée 
de diminuer de beaucoup le nombre des 
différentes mefures ufitées danslaMufîque, 
fans rien ôteràla variété des mouvemens. 

Quand une note feule eft renfermée 
entre les deux lignes d’une mefure, c’eff 
un figne que cette note remplit tous les 
îems de cette mefure & doit durer au- 


SUR LA Musique moderne. i6ç 
tant qu’elle : dans ce cas, la réparation des 
tems feroit inutile, on n’a qu’à foute- 
nir le même foa pendant toute la me- 
fure. Quand la mefure eft divifée en au¬ 
tant de notes égales qu’elle contient de 
tems, on pourroit encore fe difpenfer de 
les réparer, chaque note marque un tems, 
&■'chaque tems eft rempli par une note; ■ 
mais dans le cas que la merure roit char¬ 
gée de notes d’inégales valeurs , alors il 
faut néceflairement pratiquer la réparation 
des tems par des virgules, '& nous la pra¬ 
tiquerons même dans le cas précédent, pour 
çonrerver dans nos fignes la plus parraite 
unirormité. 

Chaque tems compris entre (deux vir¬ 
gules , ou entre une virgule & une ligne 
perpendiculaire, renrerme une note ou 
plufieurs. S’il ne contient qu’une note , 
on conçoit qu’elle remplit tout ce tems-, 
là , rien n’eft li fimple : s’il en renrerme 
plufieurs, la chore n’eft pas plus difficile ; 
divirez ce tems en autant de parties éga¬ 
les qu’il comprend de notes : appliquez 
chacune de ces parties à chacune de ces 
notes, & paflez'les de rorte que tous les 
tems roient égaux. 

L 3 


ï66 Dissertation’ 

Exemple du premier cas. ■ 

• • • 

<1 I>ij3l7>i52.|<5,7,ï|6c. 

• • 

Exemple du fécond* 

Vt 2 llci 7,iil3 2,3 1 I 54 , 56|76j" 

7 5 1 * 14^55 lie. 

/ 

Exemple de tous les d'eux* 

ÿli'3 l|d3,4,5l65^43>^ihj^Mi> 
d 6 , 2 l 2 , 7 , 3 | 3 , i, 4 l 4 î 3 ^>3 4 l 

V X * 

d xj 3,4» 5!^5»43»2. i] i, 5? I 2,f 

d 7 i, 6 , 23 li 2 ,7,*3 4|x3,i,45! 

♦ * • ^ 

d 345^>5^l4 5 ? 

• « 

d 67,1211717,671,2321121,7 

• • ^ 

d 12,3431232,12 3,454I343, 
d 234,565I454» 3^»34!i>55^ 
d 7,11^217,6671,212321,771 

d 2,3T3 43 ^»*ï^35 4T4 543i^^ 
d 3 4, fj'56 5 4', 3 3 4 5,66 71 f 


SUR LA Musique moderne. 167 

On volt dans les exemples precédens 
que je conferve les cadences & les liai- 
fons comme dans la Muûque ordinaire, 
& que pour diftinguer le chiffre qui 
marque la mefure d’avec ceux des no¬ 
tes , j’ai foin de le faire plus grand & 
de l’en féparer par une double ligne per¬ 
pendiculaire. 

Avant que d’entrer dans un plus grand 
détail fur cette méthode remarquons 
d’abord combien elle fimpllfîe la prati¬ 
que de la mefure en anéantlffant tout 
d’un coup toutes les mefures doubles ; 
car f comme la divifion des notes eft 
prlfe uniquement dans la valeur des 
tems & de la mefure oii elles fe trou¬ 
vent, il eft évident que ces notes n’ont 
plus befoin d’être comparées à aucune 
valeur extérieure pour fixer la leur ; 
ainfl la mefure étant uniquement déter¬ 
minée par le nombre de fes tems , on 
la peut très-bien réduire à deux efpeces ; 
favolr, mefure à deux & mefure à trois. 
A l’egard de la mefure à quatre , tout le 
monde convient qu’elle n’eft que l’affem- 
blage de deux mefures à deux tems: elle 
eft traitée comme telle dans la compoli- 

^ 4 


i68 Dissertation' 
tion, & l’on peut compter que ceux qui 
prétendroient lui trouver quelque pro«- 
priété particulière , s’en rapporteroient 
bien plus à leurs yeux qu’à leurs oreilles. 

Que le nombre des tems d’une mefure- 
naturelle, fenfible & agréable à l’oreille, 
ibit borné à trois , c’eft un fait d’expé» 
rience que toutes les fpéculations du monde 
ne détruifent pas, on auroit beau cher¬ 
cher de fubtiles analogies entre les tems 
de la mefure & les harmoniques d’un 
fon, on trouveroit aufli-tôt une fixiemç 
Confonnance dans l’harmonie, qu’un mou¬ 
vement à cinq tems dans la mefure, & quelle 
qu’en puilfe être la raifon, il eft incon- 
eft able que le plaifir de l’oreille, même 
■fa fenfibilité à la mefure, ne s’étend pas 
plus loin. 

Tenons-nous en donc à ces deux gen¬ 
res de mefures , à deux & à trois tems î 
chacun des tems de l’une & de l’autre peu¬ 
vent de même être partagés en deux ou 
en trois parties égales, & quelquefois en 
quatre, fix, huit, &c. par des fubdivifions 
de celle-ci, mais jamais par d’autres nom¬ 
bres qui ne feroient pas multiples de deux 
ou de trois. 






SUR LA Musique moderne. 169 

Or y qu’une mefure foit à deux ou h 
trois tems, . & que la divifion de chacun 
de fes tems foit en deux ou en trois par¬ 
ties égales, ma méthode eft toujours gé¬ 
nérale , & exprime tout avec la même 
facilité. On l’a déjà pu voir par le der¬ 
nier exemple précédent, & l’on le verra 
encore par celui-ci, dans lequel chaque 
tems d’une mefure à deux , partagé en 
trois parties égales , exprime le mou¬ 
vement de ïix huit dans la Mulique 
ordinaire. 

J/iz 11d, 3611176,6^6 1751,7 1x1 

d I76,zjz 17, I761?-,36 11176,63* 

• • • • 

d6l73 1,14712,1171176,36^16.' 

Les notes , dont deux égales rempli¬ 
ront un tems, s’appelleront des demis ; 
celles dont il en faudra trois, des tiers ; 
celles dont il en faudra quatre , des 
quarts , &c. 

Mais lorfqu’un tems fe trouve partagé , 
de forte que toutes les notes n’y font 
pas d’égale valeur : pour repréfenter, par 
«exemple» dans un feul tems une.noire 


170 Dissertation 

& deux croches, je confidere ce tams 
comme divlfé en deux parties égales ^ 
dont la noire fait la première, & les deux 
croches enfemble, la fécondé ; je les lie 
donc par une ligne droite que je place 
au-delTus ou au-deflbus d’elles , & cette 
ligne marque que tout ce qu’elle em- 
braffe ne repréfente qu’une feule note , 
laquelle doit être fubdivifée enfuite en 
deux parties égales, ou en trois, ou en 
quatre , fuivant le nombre des chiffres 
qu’elle couvrCé 

Exemple. 

k 

Fa . Z lld, 176^167, *111716175,'176x11 

• ^ • • • 

d 3^52-, 1767 h 1 ^ 1 ) 76^^71 32.1 ,7 16 . 

., ■ «> • • 

La virgule qui fe trouve avant la pre¬ 
mière nofse dans les deux exemples pré- 
cédens, défigne la fin du premier tems 
& marque que le chant commence par le 
fécond. 

Quand il fe trouve dans un même 
tems des fubdivlfions d’inégalités , on 
peut alors fe fervir d’une fécondé liai- 
fon} j^ar exemple, pour exprimer un tems 







SUR LA Musique moderne. 171: 
compofé d’une noire, d’une croche 6 c 
de deux doubles - croches , on s’y pr^n- 
droit ainfi. 


||dï 3 , 5 i2i| 7^>57 \ 7|6 t , 

C4676 15675,143 1I46,14 54 | 


<155» 1343^4,713^11434^5 5 h^- 


Vous voyez-là que le fécond tems de 
îa première mefure contient deux parties 
égales, équivalentes à deux noires, favoir 
le 5 pour l’une, & pour l’autre la fomme 
des trois notes i 4 1 qui font fous la 
grande liaifon ; ces , trois notes font fub- 
divifées en deux parties égales , équiva¬ 
lentes à deux croches dont l’une eft le 
premier i , & l’autre les deux notes x 
& I jointes par la. fécondé liaifon, lef- 
quelles -font ainli chacune le quart de la 
valeur comprife fous la grande liaifon & le 
huitième du tems entier. 

En général ; pour exprimer régulière¬ 
ment la valeur des notes, il faut s’atta¬ 
cher à la divifion de chaque tems par 
parties égales , ce qu’on peut toujours 















■ 7 ^ Dissertation 

feire par la méthode que je viens d’en» 
feigner, en y ajoutant l’ufage du point 
dont je parlerai tout-à-l’heure, fans qu’il 
foit pofEble d’être arrêté par aucune 
exception. Il ne fera même jamais nécef- 
iàire, quelque bizarre que puhTe être une 
Mufique , de mettre plus de deux liai» 
fons fur aucune de fes notes, ni d’en 
accompagner aucune de plus de deux 
points, à moins qu’on ne voulût imagi» 
ner dans de grandes inégalités de valeurs 
des quintuples & des fextuples croches , 
dont la rapidité comparée n’efl nullement 
à la portée des voix ni des inftrumens, 
& dont à peine trouveroit-on d’exemple 
dans la plus grande débauche de cerveau 
de nos Compofiteurs, 

A l’égard des tenues & des fyncopes , 
je puis comme dans la Mufique ordinaire 
les exprimer avec des notes liées enfem- 
ble, par une ligne courbe que nous ap¬ 
pellerons liaifon de tenue ou chapeau , 
pour la diftinguer de la liaifon de valeur 
dont je viens de parler & qui fe mar¬ 
que par une ligne droite. Je puis aulîi 
employer le point au même ufage en lui 
donnant un fensphis univerfel, & biea 


LA Musique moderne. 17? 
plus commode que dans la Mufique ordi¬ 
naire. Car au lieu de lui faire valçif 
toujours la moitié de la note qui le pré¬ 
cédé , ce qui ne fait qu’un cas particu¬ 
lier , je lui donne de même qu’aux no¬ 
tes une valeur déterminée uniquement 
par la place qu’il occupe, c’eft - à - dire ^ 
que fl le point remplit feul un tems ou 
une mefure, le fon qui a précédé doit 
être auffi foutenu pendant tout ce tems 
ou toute cette mefure, & li le point fe 
trouve dans un tems avec d’autres no¬ 
tes , il fait nombre auffi bien qu’elles & 
doit être compté pour un tiers ou pour 
un quart, fuivant la quantité de notes 
que renferme ce tems-là, en y comprenant 
le point : en un mot, le point vaut au¬ 
tant , ou plus, ou moins , que la note 
qui l’a précédé, & dont il marque la 
tenue , fuivant la place qu’il occupe dans 
le tems oü il eft employé. 

Exemple. 

I 55 C 4 | 


V 


Î 74 Dissertation 

Au refte, il n’eft pas à craindre, commë 
on le volt par cet exemple, que ces points 
fe confondent jamais avec ceux qui fer¬ 
vent à changer d’oftaves, ils en font trop 
bien diftingués par leur pofition pour avoir 
befoln de l’être par leur figure. C’eft 
pourquoi j’ai négligé de le faire , évi¬ 
tant avec foin de me fervir de lignes ex¬ 
traordinaires qui diftrairoient l’attention 
fans exprimer rien de plus que la fimplicité 
des miens^ 

A l’égard du degré de mouvement, s’il 
n’efl pas déterminé par les carafteres de 
ma méthode, il eft aifé d’y fuppléer par 
un mot mis au commencement de l’âir, 
& l’on peut d’autant moins tirer de-là un 
argument contre mon fyftême , que la 
Mufique ordinaire a befoin du même fe- 
cours ; vous avez, par exemple , dans 
la mefure à trois tems fimples , cinq ou 
fix mouvemens très-différens les uns des 
autres, & tous exprimés par une noire 
à chaque tems ; ce n’efl: donc pas la qua¬ 
lité des notes qu’on emploie qui fert à 
, déterminer le mouvement , & s’il fe 
trouve des Maîtres négligehs qui s’en fient 
fur ce fujet au caraélere de leur Mufi- 


SUR LA Musique moderne. 175 

I 

que & au goût de ceux qui la liront, 
leur confiance fe trouve fi fouvent punie 
par les mauvais mouvemens qu’on donne 
à leurs airs, qu’ils doivent aflez fentir 
combien il ell néceffaire d’avoir à cet égard 
des indications plus précifes que la qualité 
des notes. 

L’imperfeftion grofîiere de la Mufi- 
que fur l’article dont nous parlons , 
feroit fenfible pour quiconque auroit des 
yeux : mais les Muficiens ne la voient 
point, & j’ofe prédire hardiment qu’ils 
ne verront jamais rien de tout ce qui 
pourroit tendre à corriger les défauts 
de leur Art. Elle n’avoit pas échappé à 
M. Sauveur , & il n’efl pas néceffaire de 
méditer fur la Mufique autant qu’il l’avoit 
fait, pour fentir combien il feroit impor¬ 
tant de ne pas laiffer aux mouvemens 
des différentes mefures une exprefîion fi 
vague , & de n’en pas abandonner la 
détermination à des goûts fouvent fi 
mauvais. 

. Le fyftême fingulier qu’il avoit pro- 
pofé, & en général tout ce qu’il a do’nné 
fur l’Acouftique , quoiqu’affez ' chiméri¬ 
que félon fes vues, ne laiffoit pas de rem 


ï7^ Dissertation 

fermer d’excellentes chofes qu’on auroit 
bien fu mettre à profit dans tout autre 
Art. Rien n’auroit été plus avantageux, 
par exemple, que l’ufage de fon Echo- 
jnétre général, pouf déterminer precife* 
ment la durée des mefitres & des tems , 
& cela, par la pratique du monde la plus 
aifée , il n’auroit été queftion que de 
fixer fur une mefure connue, la lon¬ 
gueur du pendule fimple, qui auroit fait 
un tel nombre jufte de vibrations pen¬ 
dant un tems, ou une mefure d’un mou¬ 
vement de telle efpece. Un feul chiffre 
mis au commencement d’un air auroit 


exprimé tout cela, & par fon moyen ort 
auroit pu déterminer le mouvement avec 
autant de précifion que l’Auteur même* 
Le pendule n’auroit etc neceffaire que 
pour prendre une fois 1 idee de chaque 
mouvement : apres quoi, cette idee étant 
réveillée dans d’autres airs par les mêmes 


chiffres qui l’auroient feit naître , & par 
les airs mêmes qu’on y auroit déjà chan¬ 
tés , une habitude affurée , acquife par 
une pratique auffi exafte, auroit bientôt 
tenu lieu de réglé, & rendu le pendule 
inutile. 

Mais 


9üîî LA Musique moderne.' 177 

Mais ces avantages mêmes qui deve- 
noient de vrais inconvéniens, par la fàçi- 
lité qu’ils auroient donnée aux comment 
çans de fe paffer de Maîtres de fe for¬ 
mer le goût par eux-mêmes , ont peut- 
être été caufe que le projet n’a point 
été admis dans la pratique ; il femble que 
fl l’on propofoit de rendre l’Art plus dif¬ 
ficile , il y auroit des raifons pour être 
plutôt écouté. 

Quoi qu’il en foit, en attendant que 
l’approbation du Public me mette en droit 
de m’étendre davantage fur les moyens 
qu’il y auroit à prendre pour faciliter l’in¬ 
telligence, des mouvemens , de même que 
celle de bien d’autres parties de la Mufi- 
que, fur lefquelles j’ai des remarques à 
propofer , je puis me borner ici aux ex- 
preffions de la méthode ordinaire , qui 
par des mots mis au commencement de 
chaque air en indiquent afléz bien le mou¬ 
vement. Ces mots, bien choifis, doivent 
je crois , dédommager & au de-!à de ces 
doubles chiffres & de toutes ces différen¬ 
tes mefures qui , maigre leur nombre , 
lalffent le mouvement indéterminé & n’ap¬ 
prennent rien aux Ecoliers ; ainfi , en 
Mujique, }vt 


lyS Dissertation / 
adoptant feulement le 2 & le 3 pouf les 
fignes de la mefure, j’ôte la confufion 
des carafteres fans altérer la variété de 
l’expreffion. 

Revenons à notre projet. On fait com¬ 
bien de figures étrangères font employées 
clans la Mufique pour exprimer les filen- 
ces ; il y en a autant que de différentes 
valeurs, & par conféquent, autant que 
de figures différentes dans les notes re¬ 
latives : on eft meme contraint de les em¬ 
ployer à proportion en plus grande quan¬ 
tité, parce qu’il n’a pas plu à leurs inven¬ 
teurs d’admettre le point après les filen- 
ces de la même maniéré & au même ufage 
qu’après les notes , Sc qu’ils ont mieux 
aimé multiplier des foupirs , des demi- 
foupirs , des quarts - de - foupirs à la file 
les uns des autres, que d’étaWir entre des 
fignes relatifs une analogie fi naturelle. 

Mais, comme dans ma méthode il n’efl 
point néceffaire de donner des figures par¬ 
ticulières aux notes pour en déterminer 
la valeur , on y eft aufli dilpenfe cie la 
même précaution pour les filences, & un 
fsul figne fuftit pour les exprimer tous 
fans confufion Si fans équivoque. H pa- 


i 


SUR LA Musioljê mouerne; 179! 
roît afiez ïndifFérent dans cette unité de 
figui'e de choifir tel caraftere qu’on vojx- 
dra pour l’employer à cet ufage. Le zéro 
a cependant quelque chofe de fi conve¬ 
nable à cet effet, tant par l’idée de pri¬ 
vation qu’il porte communément avec 
lui, que par fa qualité de chiffre > & fur- 
tout par la fimpücité de fa figure, que 
j’ai cru devoir le préférer. Je l’employerai 
donc de la même maniéré & dans le même 
fens par rapport à la valeur, que les no. 
tes ordinaires , c’eft-à-dire , que les chif¬ 
fres 1,1, 3 , &c. & les réglés que j’aî 
établies à l’égard des notes étant toutes 
applicables à leurs filences relatifs, il 
s’enfuit que le zéro, par fa feule pofition 
& par les points qui le peuvent fuivre, lef- 
quels alors exprimeront des filences , fuffit • ' 
feul pour remplacer toutes les pâufes , 
foupirs , demi - foupirs , & autres fignes • 
bizarres & fuperflus qui remplilTent la 
Mufique ordinaire. 

Exemple tiré des leçons de M. Monteclair* 

Fa 1 ||â|dil2l3, 1I5I3I5,6 jy, 5 | i, 07 ( 

• • 

d 6,0514, l 7 >oix 3 i 43 » 2 '’M*- 

• * 



-aSo Dissert ATîoN 

Les chiffres 4 & 2 placés ici fur des 
zéro marquent le nombre de mefures que 
l’on doit paffer en filence. 

Tels font les principes généraux d’oîi 
découlent les réglés pour toutes fortes 
d’exprefîions imaginables, fans qu’il puifïe 
naître à cet égard aucune difficulté qui 
n’ait été prévue , & qui ne foit réfolue 
en conféquence de quelqu’un' de ces prin¬ 
cipes. 

Je finirai par quelques obfervatlons qui 
naiffent du parallèle des deux fyftêmes. 

Les notes de la Mufique ordinaire font- 
elles plus ou moins avantageufes que les 
chiffres qu’on leur fubflltue ? C’efl pro¬ 
prement le fond de la queftiom 

Il eft clair', d’abord , que les notes va¬ 
rient plus par ■ leur feule pofition , que 
mes chiffres par leur figure & par leur 
pofition tout enfemble ; qu’outre cela , il 
y en a de fept figures differentes , autant 
que j’admets de chiffres pour les expri¬ 
mer ; que les notes n’ont de fignification 
& de force que par le fecours de la clef: 
& que les variations des clefs donnent 
un grand nombre de fens tout differens 
aux notes pofées de la meme manieie. 


SUR LA Musique moderne. iSi 

Il n’eit pas moins évident que les rap¬ 
ports des notes & les intervalles de l’une 
à l’autre n’ont rien dans leur expreffion 
par la Mufique ordinaire qui en indique 
le genre, & qu’ils font exprimés par des 
pofitions difficiles à retenir , & dont la 
connoiflance dépend uniquement de l’ha¬ 
bitude & d’une très - longue habitude : 
car quelle prife peut avoir l’efprit pour 
faifir jufte & du premier coup - d’œil un 
intervalle de hxte , de neuvième , de 
dixième dans la Mulique ordinaire , à 
moins que la coutume n’ait familiarifé ks 
yeux à lire tout d’un coup ces intervalles? 

N’eft - ce pas un défaut terrible dans 
la Mulique de ne pouvoir rien confer- 
ver, dans l’expreffion des oélaves , de 
l’analogie qu’elles ont entre elles ? Les 
o£la\''es ne font que les répliqués des 
memes fons \ cependant ces répliqués fe 
préfentent fous des expreffions abfolument 
differentes de celles de leur premier terme. 
Tout eff brouillé dans la politidn à la 
diftance d une feule oélave ^ la répliqué 
d une note qui étoit fur une ligne fe 
trouve dans un efpace , celle qui étoit 
dans 1 elîîace a fa répliqué fur une ligne j 




Dissertation 

montez-vovis ou defcendez-vous de deux 

I 

oftaves ? Autre difFérence toute contraire 
à la première : alors les répliqués font 
placées fur des lignes ou dans des efpa- 
ces comme leurs premiers termes : ainft 
la difficulté augmente en changeant d’ob¬ 
jets 5 & l’on n’eft jamais afliiré de con- 
noître au jufte l’efpece d’un intervalle 
traverfé par un li grand nombre de li¬ 
gnes ; de forte qu’il faut fe faire d’oc¬ 
tave en oélave des réglés particulières qui 
ne finiffent point, & qui font de l’etude 
des intervalles ^ le terme effrayant & très- 
rarement atteint de la fcience du Muficien» 
De-là cet autre défaut prefque auffi 
niiifible , de ne pouvoir diflinguer l’in¬ 
tervalle fimple dans l’intervalle redouble j 
vous voyez une note pofee entre la pre¬ 
mière & la fécondé ligne, & une autre 
note pofée fur la feptieme ligne , pour 
connoître leur intervalle vous décomptez 
de l’une à l’autre, & après une longue 
& ennuyeufe opération , vous trouvez 
une douzième ; or , comme on voit ai- 
fément qu’elle paffe l’oftave, il faut re¬ 
commencer une fécondé recherche pour 
s’afl'urer enfin que c’eft une quinte redou- 


SUR LA MUSÎQUE moderne. 
blée, encore pour déterminer l’efpece de 
cette quinte faut-il bien faire attention aux 
lignes de la t:lef, qui peuvent la rendre 
Julie ou fàuffe fuivant leur nombre & leur 
pofition. 

Je fais que les Muficlens fe font com¬ 
munément des réglés plus abrégées pour 

fe faciliter l’habitude & la connoilTance 

/ 

des intervalles: mais ces réglés mêmes prou¬ 
vent le défaut des fignes, en ce qu’il faut tou¬ 
jours compter les lignes des yeux, & en ce 
qu’on elt contraint de fixer fon imagination 
d’oftave en oéiave pour fauter de-là à l’in¬ 
tervalle fuivant, ce qui s’appelle fuppléer 
de génie au vice de l’expreffion. 

D’ailleurs, quand à force de pratique 
on viendroit à bout de lire aifément tous 
les genres d’intervalles j de quoi vous 
fervira cette connoilTance, tant que voi s 
n’aurez point de réglé affurée pour en 
diftinguer l’efpece ? Les tierces & les 
fixtes majeures & mineures, les quintes 
& les quartes diminuées & fuperflues,& 
en général tous les intervalles de même 
nom , juftes ou altérés, font exprimés par 
la même pofition indépendamment de 
leur qualité, ce qui fait que fuivant les 

M 4 


1^4 Dissertation 
difFérentes fituaticns des deux demi-tons 
de rO£tave, qui changent de place à cha¬ 
que ton & à chaque clef, les intervalles 
changent aufli de qualité fans changer de 
nom ni de pofition , de - là l’incerti¬ 
tude fur l’intonation & rinutilité de l’ha¬ 
bitude dans les cas où elle feroit la plus 
néceffaire. 

La méthode qu’on a adoptée pour les 
inflrumens, eft vifiblement une dépen¬ 
dance de ces défauts , & le rapport di- 
reâ: qu’il a fallu établir entre les tou¬ 
ches de l’inftrument & la pofition des 
notes , n’ed qu’un méchant pis-aller pour 
fuppléer à la fcience des intervalles & 
des relations toniques , fans laquelle on 
ne fauroit jamais être qu’un mauvais 
Muficien. 

Quelle doit être la grande attention du 

Muficien dans l’exécution ? C’eft fans 

doute d’entrer dans l’efprit du Compo- 

fiteur, & de s’approprier fes idées pour 

les rendre avec toute la fidélité qu’exige 

» 

le goût de la Piece. Or, l’idée du Com- 
pofiteur dans le choix des fons, efi: tou¬ 
jours relative à la tomque , &, par 
exemple , il n’employera point le fa 


SUR LA Musique moderne. i?5 

V 

dièfe comme une telle touche du cla¬ 
vier y mais comme faifant vin tel ac¬ 
cord , ou un tel intervalle avec fa fonda¬ 
mentale. Je dis donc que fi le Mufi- 
cien confidere les fons par les mêmes 
rapports", il fera fes mêmes intervalles 
plus exafts, & exécutera avec plus de 
juftefle qu’en rendant feulement les fons 
les uns après les autres, fans liaifon 
fans dépendance que celle de la pofition 
des notes qui font devant fes yeux , & 
de ces foules de dièfes & de bémols qu’il 
faut qu’il ait incelfamment préfens à l’ef- 
prit ; bien entendu qu’il obfervera tou¬ 
jours les modifications particulières à cha¬ 
que ton, qui font, comme je l’ai déjà dit, 
l’effet du tempérament, & dont la con- 
noilfance pratique, indépendante de tout 
fyftême, ne peut s’acquérir que par l’oreille 
& par l’habitude. 

Quand on prend une fois un mauvais 
principe , on s’enfile d’inconvéniens en 
inconvéniens, & fouvent on voit éva¬ 
nouir les avantages mêmes qu’on s’étoit 
propofés. C’eft ce qui arrive dans la pra¬ 
tique de la Mufique inftrumentale ; les 
difficultés s’y préfentent en foiilei La 


iS6 Dissertation 
quantité de pofitions différentes, de diè- 
fes , de bémols , de changemens de clefs , 
y font des obflacles éternels au progrès 
des Muficiens ; èz après tout cela, il faut 
encore perdre , la moitié du tems, cet 
avantage fi vanté du rapport direct de la 
touche à la note , puifqu’il arrive cent 
fois par la force des fignes d’altération 
limples ou redoublés, que les mêmes 
notes deviennent relatives à des touches 
toutes différentes de ce qu’elles repré- 
fentent, comme on l’a pu remarquer ci- 
devant. 

I 

Voulez-vous pour la commodité des 
voix , tranfpofer la piece un'” demi-ton , 
ou un ton plus haut ou plus bas ? vou¬ 
lez-vous préfenter à ce Symphonifte de 
la Mufique notée fur une clef étrangère 
à fon infiniment ? le voilà embarraffé, & 
fouvent arrêté tout court, fi la Mufique 
eft un peu travaillée. Je crois, à la vé¬ 
rité , que les grands Muficiens ne feront 
pas dans le cas ; mais je crois aufîi que 
les grands Muficiens ne le font pas 
devenus fans peine, & c’eff cette peine 
qu’il s’agit d’abréger. Parce qu’il ne fera 
pas tout - à -, fait impolTible d’arriver à 


SUR LA Musique moderne. 187 

îa perfedion par la route ordinaire , s’en¬ 
fuit-il qu’il n’en foit point de plus facile 
Suppofons que je veuille tranfpofer &C 
exécuter en B fa Ji ^ urie piece notée en 
C fol ut ^ à la clqf de fol , fur la pre¬ 
mière ligne ; voici tout ce que j’ai à 
faire ; je quitte l’idée de la clef de fol , 
& je lui fubftitiie celle de la clef à'ut y 
fur la troifieme ligne : enfuite j’y ajoute 
les idées des cinq dièfes pofés, le pre¬ 
mier fur \e fa y le fécond fur Vitt , le 
troilienie fur le fol , le quatrième fur le 
rc y & le cinquième fur le la ; à tout 
cela je joins enfin l’idée d’une octave au- 
deflus de cette clef àJut , & il faut que je 
retienne continuellement toute cette com¬ 
plication d’idées pour l’appliquer à cha¬ 
que note y fans quoi me voilà à tout 
inftant hors de ton. Qu’on juge de la faci¬ 
lité de tout cela ! 

Les chiffres employés de la maniéré 
que je le propofe, produifent des eft'ets 
abfolument dirrérens. Leur force eff en 
eux-mêmes , ôc indépendante de tout autre 
figne. Leurs rapports font connus par la 
feule infpeâion , & fans que l’habitude 
ait à y entrer pour rien j rintervalle fim- 


/ 


i§S Dissertation 

pie eft toujours évident dans rintervallc 
redoublé : une leçon d’un quart-d’heure 
doit mettre toute perfonne en état de 
folfier, ou du moins de nommer les no¬ 
tes dans quelque Mulique qu’on lui pré- 
fente; un autre quart-d’heure fuffit pour 
lui apprendre à nommer de même & 
fans héliter, tout intervalle poflible , ce 
qui dépend, comme je l’ai déjà dit, de 
la connoifîance dililntle de trois inter¬ 
valles , de leurs renverfemens, & réci¬ 
proquement du renverfement de ceux-ci, 
qui revient aux premiers. Or, il me fem- 
ble que l’habitude doit fe former bien plus 
alfément quand l’efprlt en a fait la moitié 
de l’ouvrage, & qu’il n’a lui-même plus 
rien à faire. 

Non-leulement les intervalles font con¬ 
nus par leur genre dans mon fyftême , 
mais ils le font encore par leur efpece. 
Les tierces & les lixtes font majeures ou 
mineures, vous en faites la diftlnftlo.n 
fans pouvoir vous y tromper ; rien n’eft 
li alfé que de favoir une fois que l’in¬ 
tervalle 24 eft une tierce mineure ; l’in¬ 
tervalle 24 , une fixte majeure ; l’in- 
# 

tervalle 31 , une fixte mineure ; l’in- 


SUR LA Musique moderne. 189 

tervalle 31 , une tierce majeure , &c. 
les quartes & les tierces, les lecondes ^ 
les quintes & les lèptiemes, juftes, di¬ 
minuées ou fuperflues , ne coûtent pas 
plus à connoître ; les fignes accidentels 
embarraffent encore moins & l’intervalle 
naturel étant connu , il efl: fi facile de dé¬ 
terminer ce même intervalle, altéré par 
un dièfe ou par un bémol, par l’un & 
1 autre tout-a-la-fbis ÿ ou par deux d’une 
même efpece, que ce feroit prolonger le 
difcours inutilement que d’entrer dans ce 
détail. 

Appliquez ma méthode aux inftrumens, 
les avantages en feront frappans. Il n’eft 
queftion que d’apprendre à former les 
fept fons de la gamme naturelle , & leurs 
differentes oélaves Hir un ut fondamen¬ 
tal , pris fuccefîivement fur les douze cor : 
des ( * ) de l’échelle ; ou plutôt, il n’eft 


( * ) Je dis les douze cordes, pour n’omettre aucune des 
difficultés poffiibles , puifqu’oii pourroit fe contenter des 
fept cordes naturelles, & qu’il eft rare qu’on éîablilTe la 
fondamentale d’un ton fur un des cinq fous altérés ex 
c^té, peut-être , le / bémol. Il eft vrai qu’on y parvient 
affez fréquemment par la fuite de la modulation : mais 
alors, quoiqu’on ait changé de ton, la même fondamen¬ 
tale fubfifte toujours, & le changement eft amené par des 
alterations particulières. 





î9o Disse RT ATI O N 
queftîon que de favoir fur un fon donné ^ 
trouver une quinte , une quarte , une 
tierce majeure , &c. & les oftaves de 
tout cela ^ c’eft-à-dlre , de pofféder les 
connoiffances qui doivent être le moins 
Ignorées des Muficiens, dans quelque fy f- 
tême que ce foit. Après ces préliminai¬ 
res fi faciles à acquérir, & fi propres à 
former l’oreille, quelques mois donnes 
à l’habitude de la mefiire , mettent tout 
^’un coup l’Ecolier en état d’exécuter à 
livre ouvert : mais d’une execution in¬ 
comparablement plus intelligente & plus ' 
fure que celle de nos Symphoniftes ordi-^ 
naires. Toutes les clefs lui feront égale-^ 
ment familières ; tous les tons auront pour 
lui la même facilité, & s’il s’y trouve 
quelque différence, elle ne dépendra ja¬ 
mais que de la difficulté particulière de 
l’infirument , & non d une confiifion 
de dièfes , de bémols & de pofitions 
différentes , fi fâcheiifes pour les com- 
mençans. 

Ajoutez à cela une connoiffance pai - 
faite des tons & de toute la modula¬ 
tion , fuite nécefiViire des principes de ma 
méthode; & fur-tout l’univerfalité des 


^ I 


/ 


« 


SUR LA Musique moderne, 19 i 
fignes , qui rend avec les mêmes notes 
les mêmes airs dans tous les tons par le 

w 

changement d’un feul caraêlere ; d’où ré- 
fulteune facilité de tranfpofer un air en tout 
autre ton , égale à celle de l’exécuter dans 
celui où il eft noté ; voilà ce que faura en 
très-peu djs tems un Symplionifie fqrmé 
par ma méthode. Toute jeune perfonne 
avec les talens & les difpofitions ordi¬ 
naires , & qui ne connoîtroit pas unjs 
note de Muüque , doit , conduite par 
ma méthode , être en état d’accompa¬ 
gner du Clavecin, à livre ouvert, toute 
Mulique qui ne paffera pas en difficulté 
celle de nos Opéra , au bout de huit 
mois, & au bout de dix de celle de nos 
Cantates. 

Or, li dans un fi court .efpace on peut 
enfeigner à la fois allez de Mufique & 
d’accompagnement pour exécutera livre 
ouvert , à plus forte railbn un Maître 
de r!ûte ou de Violon , qui n’aura que 
la note à joindre à là pratique de l’inf- 
trument, pourra-t-il former un Eleve 
dans le même tems par les mêmes 
principes. 

Je ne dis rien du Chant en particulier ^ 


I 


«92. Dissertation 
parce qu’il ne me par oit pas pofîibîe 
de difputer la fupériorité de mon fyf- 
tême à cet égard y & que j’ai fur ce 
point des exemples à donner plus forts 
& plus convaincans que tous les rai- 
fonnemens. 

Après tous les avantages dont je viens 
de parler, il eft permis de compter pour 
quelque chofe le peu de volume qu’oc¬ 
cupent mes. carafteres , compare à la 
dlltufîon de l’autre Mufique, & la faci¬ 
lité de noter fans tout cet embarras de 
papier rayé, où les cinq lignes de la por¬ 
tée ne fuffifant prefque jamais , il en 
faut ajouter d’autres à tout moment, qui 
fe rencontrent quelquefois avec les por¬ 
tées voilines ou fe melent avec les pa¬ 
roles , & caufent une confufion à laquelle 
ma Mufique ne fera jamais expofée. Sans 
vouloir en établir le prix fur cet avan¬ 
tage, il ne laifle pas cependant d’avoir 
une influence à mériter de l’attention ; com¬ 
bien fera-t-il commode d’entretenir des cor- 
refpondances de Mufique, fans augmenter 
le volume des lettres ? Quel embarras n’évi¬ 
tera-t-on point dans les Symphonies & dans 
les Partitions, de tourner la feuille à tout 

moment ? 


SUR LA Musique moderne.' 195 
moment ? Et quelle refl'ource d’amufe- 
ment n’aura-t-on pas de pouvoir porter 
fur foi des livres & des recueils de Mu- 
fique, comme on en porte de Belles- 
lettres fans fe furcharger par un poids 
ou par un volume embarraffant, & d’a¬ 
voir , par exemple, à l’Opéra un extrait 
de la Mufique joint aux paroles , pref- 
que fans augmenter le prix ni la grof- 
ieur du livre ? Ces confidérations ne 
font pas , je l’avoue , d’une grande im¬ 
portance , auffi ne les donné-je que comme 
des acceffoires ; ce n’ed , au relie , qu’un 
tilTu de femblables bagatelles qui fait 
les agrémens de la vie humaine, & rien 
ne feroit fi miférable qu’elle , fi l’on n’a- 
voit jamais fait d’attention aux petits 
objets. 

Je finirai mes remarques fur cet arti¬ 
cle , en concluant qu’ayant retranché tout- 
d’un-coup par mes cnrafteres, les foixante 
& dix combinaifons que la différente 
polition des clefs &c des accidens pro¬ 
duit dans la Mulique ordinaire ; ayant 
établi un figne invariable Sz confiant 
pour chaque fon de fodave dans tous 
les tons ; ayant établi de même une pq- 
Mujîqui. jq 


î94 Dissertation 
iiîion très-fimple pour les différentes oc¬ 
taves ; ayant fixé toute l’exprelfion des 
fons par les intervalles propres au ton 
où l’on eft; ayant confervé aux yeux la 
facilité de découvrir du premier regard 
fi les fons montent ou defcendent ; ayant 
fixé le degré de ce progrès avec une évi¬ 
dence que n’a point la Mufique ordinaire ; 
& enfin ayant abrégé de plus des trois 
quarts , & le tems qu’il faut pour ap¬ 
prendre à folfier, & le volume des no¬ 
tes , il refie démontré que mes carac¬ 
tères font préférables à ceux de la Mufi¬ 
que ordinaire. 

Une fécondé queftion qui n’eil gueres 
moins intéreffante que la première , eft 
de favoir fi la divifion des tems, que je 
fubftltue à celle des notes qui les rem- 
pliffent, eft un principe général plus fim- 
ple & plus avantageux que toutes ces 
différences de noms & de figures qu’on 
eft contraint d’appliquer aux notes , con¬ 
formément à la durée qu’on leur veut 
donner. 

Un moyen fur pour décider cela, feroit 
d’examiner à priori fi la valeur des notes 
eft faite pour régler la longueur des tems^, 


SUR LA Musique moderne. 195' 
ou fl ce n’eft point, au contraire^, par 
les tems mêmes de la mefure que la du¬ 
rée des notes doit être fixée. Dans le 
premier cas , la méthode ordinaire, feroit 
inconteftablenient la meilleure , à moins 
qu’on ne regardât le retranchement de 
tant de figures comme une compenfation 
fuffifante d’une erreur de principe , d’où 
réfultsroient de meilleurs effets. Mais 
dans le fécond cas , £ je rétablis égale¬ 
ment la caufe & l’effet pris jufqu’ici l’un 
pour l’autre , & que par-là , je limplifie 
les réglés & j’abrège la pratique , j’ai Heu 
d’efpérer que cette partie de mon fyüê- 
me 5 ûans laquelle ^ au refte, on ne m’ac- 
cufera d’avoir copié perfonne, ne pa- 
TOitra pas moins avanta^eufé que la pré** 
cédente. 

V 

Je renvoie à l’Ouvrage dont j’ai déjà 
parle , bien des détails que je n’ai pu 
placer dans celui-ci. On y trouvera, outre 
la nouvelle méthode d’accompagnem.ent 
dont j ai parlé dans la Préface , un moyen \ 
de reconnoître au premier coup-d’œil les 
longues tirades de notes en montant ou 
en defcendant, afin de n’avoir befoin de 
fane attention qu’à la première & à la 

N i 


* 



’ ï < r)G Dissertation 

dernlere ; l’expreffion de certaines me- 
fures fyncopées qui fe trouvent quelque¬ 
fois dans les mouvemens vifs à trois tems ; 
une table de tous les mots propres à 
exprimer les différens' degrés du mouve¬ 
ment ; le moyen de trouver d’abord la 
plus haute Sc la plus baffe note d’un air 
ÔL de préluder en conféquence ; enfin , 
d’autres réglés particulières qui toutes ne 
font toujours que des développemens des 
principes que j’ai propofés ici ; & fur- 
tout, un fyflême de conduite pour les 
maîtres qui enfeigneront à chanter & à 
Jouer des inftrumens , bien différent dans 
la méthode , & j’efpere dans le progrès , 
de celui dont on fe fert aujourd’hui. 

Si donc, aux avantages généraux de 
mon fyftême, li à tous ces retranchemens 
de lignes & de combinaifons, fi au dé¬ 
veloppement précis de la théorie, on 
ajoute les utilités que ma méthode pré¬ 
fente pour la pratique ; ces embarras de 
lignes & de portées tous fupprimés, 
la Muiique rendue fi courte à apprendre, 
li facile à noter , occupant li peu de 
volume , exigeant moins de frais pour 
l’imprelîion , & par çonféquent, coûtant 


SUR. lA Musique moderne.' 197 
moins à acquérir ; une correfponclance 
plus parfaite établie entre les différentes 
parties, fans que les fauts d’une clef à 
l’autre foient plus difficiles que les mêmes 
intervalles pris fur la même clef ; les ac¬ 
cords & le progrès de l’harmonie offerts 
avec une évidence a laquelle les yeux ne 
peuvent fe refafer; le ton nettement dé¬ 
terminé ; toute la fuite de la modulation 
exprimée, & le chemin que l’on a fulvi 
& le point où l’on ell arrivé', & la dif- 
tance où l’on efl du ton principal ; mais 
fur-tout l’extrême fimplicité des princi¬ 
pes , jointe à la facilité des réglés qui 
en découlent ; peut-être trouvera-t-on 
dans tout cela de quoi juftifier la con¬ 
fiance avec laquelle j’ofe préfenter ce 
projet au Public. 



n 

VI 

H » 

w 


/ 

" V» 


u\ 

0\ 

. 


« 4^ 

x\j 



Dissertation 


c 

O 

ex. 

n 

rü 

LD 

n 

D"* 

ÎD 

K^> 

•“i 

.-J 

rD 

(/2 

a- 

O 

P 

f“# 


ft) 

c/5 


't:5 

ft) 





f~t 


O. 

O 

en 


•X 

H) 





r-^ 

C/J 


« 


>3 

a 

UJ 


PL 

rih 

O 

n 

/O 

r* 

r». 

K 

c 

Ul 

w 


en 

n 

rD 

— -, 


r^ 

D 

4 ^ 

i-t 

O 

M 


r- r 


P 

< 1 ^ 



e-M 

rD 

N 




P 


N 

T f 


P 

HH 


en 

4 ^ 

XJ 

s» 








rD 

• v^î 


O 


rD 

l»~»s 

rt- 

M 

C 

"O 

c-n 

O- 


en 

J -, 

# 


V.» 


ex 

u\ 


rD 

Ox 

O 

«s# 

<.9 

P 


c: 

4 ^ 


O 


X 

UJ 



vJ 

s» 

l:> 




N 

H»>> 

D 

rD 


< 

IukA • 

CD 

UsJ 

o> 


P 



1 

.... -. 

O 


HH 

P 

O 

•en 

< 
h<^«t • 

Ox 


C 

ru 



en 


H-* 


’ ' 

S» • 

3 

■— 

Si» 

U 1 

C\ 


P 

V» 

IDJ 

Hh • 

O 



1 —•. • 

V» 

r-* 

Hh • 

— 

e/j 


en 



P 

ru 

r-M 

< 

O 

—— 




P 

,V 3 X 

eA 

fD 

N 

O 

rD 


lo^A. 

rD* 

P 


c\ 

en 

«« 

en 



3 

ro 

C/J 


*~t 

ro^ 

»-i 

nj 


fù 

en 


fo 

S^r«A 

P 

K-* 

<rD 


c 


P 

O 

c 

en 


O 

P 


r-t 

►-«{ 

O 


I 

X 

rijN 

en 


ex 

V» 


N 

UJ 

W> 


N 

NJ» 

C>J 

M 


N 

\* 

<y) 



'< 

O 

tllifTtf 

<T5 

N 


3 

O 

P 

*-î 

t’D> 

r-f 

a> 

i 

fc iwii 

rD 

cî 


rD 

en 

O 

Pû 

►-Î 

s 





Î2; 

a 

w 



d 

W 

O 

ü 

> 

c 

en 


Baffe. 


SUR LA Musique Moderne. 


• 1 


O 

O 

CO 

« 

LiNI 


• i 


ro 

•-t 


O 

fD 

R 

00 




CN 

VJ 


fü 


cr 

O 

O 

n 


O 


9 

M 

O 

O 

%J^ 

Sü: 

L. 


> 



O 

O 

M • 




O 

HH 

•VJ 

O^ 

C/!J 


D 


Cn 

P 



o. 

M 



9' ^ 

t»~4 



c 


^VJ 

«d» 

^ • 

r"t 

O 

H 


• 

v« 

• 

n 

3 

*T3 

• 

N 

G'* 

Du 

HH 

l-M 

7 1 

• 

Ai 

O 

0\" 


►-< . 

fD' 

% 

O 

Ai 




VJ 

M • 

n 

tr* 

K» 

S* 

UJ 

1 

1 

S 

1 

B 



(V 












L 












!1 


N 4 

















iOC 


Dissertation 


l y pi Vx 


CT 

D- 

D- 



! 

Ms 


Ul 

1 ^ 

O 4^ 

O 

>*♦ 

s» 

1 va 

3 '* 

tj 

c\ 

1 

i M 

'H 

n 


1 VJ» 

s# 

M 


1 




1 

ST 

ET 

>H 

1 

r-r 

rf 

V» 

J M 

CD Us» 

A 

O 

N» 

! 

1 

IP 



i 

1 

V>J 

1 

1 • 

l _ 

1 # 

1 

1 

1 

• 

1 

1 

1 

%» 

} M 

! 

1 

1 


i ^ 

1 

1 

N 

% 

\ ^ 

1 ^ 

1 

1 

1 

i 

s* 

1 

i ^ 

1 t-ri 

1 

1 


1 

• sa 

f 

M 

i >-j 

\ 

« — 

f 

1 

1 Us> 

l _ 

1 

1 

1 

1 

1 

ua 

1 

1 • 

1 

X 1 * 

1 

X i 


1 va 

1 sa 

i 

i 

» 

Ul 

* 

7 

• 

ta 

2 

ta 

r-r 

Pü 

va 

va 

va sa 

sa 

O 

UO 

. Ü ^ 

O 

h— a 



P - 

« 


Kj^ 

Cl ^ 

CL 

w « 


sa 

^ ^ 


« > 

N 

4 

ra 

M 


sa 

va 




CL 

Cls 


M 

•wâ a 

a 


0«4 — 

ÎC 

P 


• 2 

Cl 

Cl 

sa 

>-* s> 

• y 

imà • 


^■■■i wnaHiSimMiRiaHB^s^aj 


cr 


Q- 


CL 

1 


4 

•VI 


N 

va 

1 

» 



sa 

D 


1 

O 


CN 

P 

M 

9 

1 



sa 


sa 

1 

A 




CL 




P ' 

•VI 

W 

B 1 



- - - 


- ' - 

1 


1 



M • 

va 

1 ! 
1 ' 

l.i 

m 


•a 


N 

1 

1 

a 





«a 



M . 

r r 

O 

Us» 

1 

1 

— 


— 


■■ 

a 



• 


• 

1 



va 


va 

1 



•VI 

G' 

N 

1 

J 

• 


va 


1 



CN 

CL 

P 

sa 

» 

1 

« 



—-— 



! 

• 


X C\ 


• X 

s» 

I 

i 



sa 

»~*-v 


sa 



rt"' 

P 

•vi 

r-» 

P 

• 


sa 

V» 


sa 

hrj 

O 


O 


VAJ 


—— 



a:) 






M 





C\ 

O 





sa 

3 

• 


• . 



T? 





VI 

H) 




s 

va 

a 





M • 

ST 





—- 

r-t 





• N 

sa 

Us» 

■w* 

rD 

“P 

i 

ts» • 

Fa 

-P . 

hr 

P 


I 






1 






â 






\ 












V. 


SUR LA Musique Mojderne.' ' loi 


Mb 


cr 

o- 


Q- 


cr 


O 


Q- 

M 

a- 

o 




• 



*1 



:3 







y* 

V» 

eu 

O 

D M 

> 

don 


don 

• 


N 

din 

-P 

s-fl 

Qu 

O 

*~î 





Q- 

L>,> 

Q- 

K* • 

<-ri 


1—> 





O 

N 

*~s 


»■“.. 

Qu 

O 


' ' 


P 

P 

-P 








<u 

M • 

P 







Du 


s> 

• 

V» 

I 

don 

uop 


don 

<-ri 

don 

M 

in don 

N 


Qu 






— 


_____ 


O 

P 




M • 

Qu 

O 


eu 

O 



■ " ■ 


—h. 



P 


P 



Du 

Qu 



- 


- 



r«< 

M 

O 

3 ^. 


Qu 


a. 


Qu 

- ■— ■ 

V 

O 

r 

O 

• es 

N 


# 

S# 

• V» 

P 

Ndf 

P 

O 

O 

-P 

S» 

cr 

O- 

• 

Qu 

• 

«U 

P 


P 


• 


» 


• 


• 

y 






4 

» 

• 

Qu 

Ji-' 

>» 

M 

Qu 

P 

• 









P 







4^ 

Q^t 

►U • 

N 

Ou 

HU • 

P 










V* 




f 


M 

►-t 

Q 

M 

P 

Us» 






V* 


y* 









Q..» 


Q^ 


. 

> 





iMutâ • 


N» 







P 


P 



O- 

O 

13 

ex, 

O 


eu 

:3 




*~t 


eu 

>—* J 

^3 


ra din di ra din dôa 








i 


cri 

Kn 

«w» 

en 


M 

'M- 


±0% 



DiSS ER 

TATION 




n 


O. 

CL 


cr 

Cu 




* 


•VJ 

N 

{ 

O 

Us) 

n 

CJ 

en 

n 

Ai 

«Ü 


O. 

M 

1 



3 


3 




1 

1 

1 


Us) 

"O 





. 

1, N 

1 

fe 


tù 

Ul 

Ai 

O 


Vî 

1 

1 


Si« 





• 

UJ 

1 

1 

1 

1 

« 

(•^ 

Î3 

Li 

/ UJ 

l ^ 

na 

^ -, 


. 



sa 





N 1 

^ 1 
1 

«VJ 1 

V« 

N 

i 

1 

1 

1 

1 


« 

Il 1 

S-< 

a 


n 

D- 

n> 

s •' 


f' i 

M 

s« 

1 

1 

1 

1 


Un) 

*<* 


en 

«3 

o' 



•vj J 

N 

fi c 


/ M 

^ i 

f'U^ • 


0 


M • { 

- J 

uv 

! 

1 

! 

« 

V*XÏ 

v« 

£ ^ 

V 1-» 
ya 

?u 

0 


1 

N» ! 

4^ 

1 

1 

1 


(n 

CL i 
AJ ( 

r eu 

CL 

Ai 


O 

3 

"a 


X M 

V» 




O 

f-K' 

fü 


I 

f 

l 

l 

l 

I 

I 

I 

r 

I 

r 

I 

I 

I 


sa 


oo 

V» 

N 


OsJ 


eK> 


en 


es ^ 


0\ O 

9 

es 

^ ro 


M O- 

9 

D 


«A 


O- 


Us) 


eM 


PJ 

s» 


Cl- ^ P 


N 




C3 


O- ^ 

)w« • %» 


n 

‘P 


I 

I 

« 

1 

I 

I 

I 


ti 

I 

I 


rt 

O 

4^ 

r-> 

O 

O- 


O- 

Cl 

UJ 

CL 

AJ 

A3 

fp 



T" 

V» 

















SUR LA Musique Moderne. 




cr 


V/l 


C\ 


IH 

VJ 


CS 




N 


Çu 


VJ 

» 

N 


O 

tJ 


M 



1 

# 

i • 


1 

bJ 

1 


1 

1 

.1* 


VI 

* 

! 

M 

1 VJ 

w» 

I 


1 tJ 


M * 

• CS 


'O 


. I 


VA 

-î^ 

VJ 

ï>* 


VJ 


N* 

V,M 


N 


(• 


CT 

O 


VJ 


VJ 


V* 

>> 


D 

C 

P 


D- 

•'vi 

N» 

es 

es 

VJ 


*-1 

fP-. 


/ 

N 

V* 


*1^ 


D-. 

« 

3 


3. •'vj 

V» 

P *H • 


O- 

3 


V 

tJ 


»-t 

3 


^ • 


D- 

O 


CL 

O 


^ • 

D- 

v^ 


\« 



»-»* • 

•VJ 

>• 

•“-1 

tJ 

•-1 

CL 

V 

C3 

eu 

C\ 

K~d • 

^-« 

►H 

>-«* • 

, 


__ 



O 

•vj 

eu 

O 


D 


3 

« 

%• 

• 



VJ 

'Tl 

P 

s» 

^■Ij 

X* 

VJ 

• ^ 






P 

Os 

O 

B 

V» 

O 

3 

VJ 

O 

VJ 

fD 

•Vj 

♦t5 

U 



•n 


<■& 

n> 




**^ 

V» 

»-t 

►H • 

P 

*“4 • 


VJ 

>»-aa 

P 



tJ 

f-T 


r^ 

tj 

<t> 

a 

J ' 

s-^ 

rt) 

V 


O 


•p 


» 












I 


204 


Dissertation 






M 


• Cn 


VJ 


P 


O 

D 


O 


•v.l 

O ^ 

D 




O 


D~ 


P- 

CS O rv O >"> • O 

3 in tj 


VJ 

«J» 


p- 

O 

M 


P- 

P 


D- 


O 


w • 

•\1 

C\ 


VJ 

O 

hJ 

c 

C\ 

i 

1 

*-* 

• 

P 

• 


1 

1 

1 

G\ 

V» 


Cl 

<w» 

Cl 

. es 

r-r 

Os 

ON 

P 

P 

M 

P 

P 

<J» 

O 

P 

M • 


p^ 

VJ 

N 

*H 

N# 

• XJ 

M • 


P 


4L 

LL 

i>—* • 

VJ 

CL ^ 

*— » • - 

CL 

%«mk • 

—-, 

•— 

s# 


«J 

V» 



HH 

n' 

ra 

es 

' *-î 

P M 

ra 



s» 


K* 



•VJ 

Vj 

CL 


CL 

^ * «Xl 

P- 


s» 

li^ 


P ^ 



Os 


PI VJ 

P . 


VJ 

• '•r-w 


P- 

O 

P 


VJ • 


. Pv 
O 


• Pu 
^ • O 


Os 


P- 

O 


P- 
w • O 
P 


Sj* 

c\ 

VJ 


»-s 

P 


P- 

5* 

Cl 
>—• • 

•-t 

P 

CL 


N 


XJ 

^ H- 


I 

rt 

P 

CL 

m 

P 

CL 


•-1 

P 

CL 


P- 


N 


• Cl vj 

>j 


Cl 

O 

P 


<JJ 


Pu 'VJ 
O ^ 

CN CL ^ 


>-t tJ 
P V. 


JL« 


/ 


ra din di ra din 









4 


SUR LA Musique Moderne. 205 


td 

Sü 

CD 

n 

O 


c 

CD 



N 


cr 

0 

0 

0 


• 1 

M 

v\ 

«A 

s* 

VI 

V>A 



IH 

Ijl 

VI 

.VI 

VI 

es 

N* 

V» 


V\ 


es 

VI 

4 ^ 


V>1 


w 


w 


Ww * 

•^1 

VA 

H 

N 

UA 



> 

cr 


0 



Pd 

Os 

O. 




HH 

0 




W 

VA 

P 




H 


D- 

Os 

CL. 

\ 

H 

VA» 

0 

P 

0 

P 


W 

SA 





0 

M 

D- 

0 




W 


P 




Ln 

• Os 

• 

0- 

* ' 

O. 

< 

>-* • 

< 

H 

0 

P 

• 

CS 

• 

0 

i-A 

• 

CD 

3 

> 

SA 

Ai 


«A 

0 


CD 

G 

— 



b.-< 

«~f“ 

• 

w 

I—— 


“ 



P- 

/ 


Om 

O 

P 



îz: 

C/l 


!-• 

Kî 

fO 

G 

W 

en 









2o6 


Dissertation 




«9 

u>> 

Uv» 

4^ 

4»^ 


CJ" 

O 

VI 

VI • 

•v\ 

V» 

O 

M 

VI 


ICN 

»4» 

M 


M 

4^ 

• 


•4^ 

Os 




^ X 




4^ .4^ 

> C\ 


P 




O 

h> • 
•<-ri 

Ov 

>* 


X Cs 


I CS 


Vt VJ 


^ • 

» VJ , 


Ki • 

>• 


• w 


V/1 


•VI 

C\ 

CS 

r 

1 C\ 

VI 


cr 

• -- 

n 

N 

1 


1 c\ 

N 

N 

«# 



O 


• 


. Ov 

N 

M • 




VI 


N 


vt 


•VJ 

t>.l • 
• Vl 

0 \ 

M e 

C\ 

VI 

H • 


N» 

V* 

VI 

•VJ 

t-* 


N 

. ^ 
•VJ 

h-» • 


N 


; CS 

C\ 


CT O 
•VJ ^ 


VI 


CS 

VI 

Vl 

VJ 

VI 


Vi 

V» 


VJ 
VJ 

Cs 
Cs 

Cs VI 

M. • 


• Cv 

• 

• Vfc 
H O 

» 

•VJ 


C\ 

1 '^ 

1 

• vt 

•VI 

M • 


i VI 

jvs 

es 

VJ 




l-f 


•VI 

c\ 

v/\ 


‘ P s v i s i'p . 




















» 


SUR IA Musique Moderne. 107^ 






r 1 ^' 

•1 ^ 




VA 




VA 

•'>vl 
N • 

V>J 


•VA . «VA 

* M • 



VA 

1 

• V >4 

•V 44 


O» 

• 

1 

VA 

VA 


0 \ 

1 

« 

1 

— 

- - 

VJ 


X >-1 

X -< 

VJ 

VA 

• 

1 


3 Z 3 

CS 

1 ^ 

CTQ 

«iwurt 


cr 

0 

VA 

CS 

1 ^* 

n> 

0 


>4 

Cl 

Li 

•—— 1 » 

—- 

CS 

1 * 

. A 

0 

■* 

V>J 

VA 

>• 

• 

CS 

r c\ 

3 

0 

M 

M 


O 

ü" 


' tz 




VA 


N 


X 


*'V| 

VA 


l M 

04 

VA 

*-î 

'i# 

X *» 


M 


4^ 

4^ 


O" 

0 


CT 

P- 

cr 

P- 

P 

0 

W\ 


►-S 


s >4 


04 


'^A 

X 

•VJ 

o> 



M « 

VA 

M 

(H 


• VA 

«a 

CS 

‘\9 

1 

1 

• 

VA 

HJ 

9 M 


^ X 

VJ 

VA 

1 

§ 

i 

• 

M 

»» 

04 

V» 


'm 


Cv 

«» 



(4 

0 1 

:ot 



1 

8 

.JS 

X N» 

•VI 


04 

«A 4 


s V 44 

04 


VA 

-K 

1 ^ 

M 

H • 

M 

4 ^ 


o\ 

CS 

-e 


^ H 

<» 

««Vj 

►î^ C\ 


^ -vl 
^ • CN.S 




VA 


VA 

V>. « 

> 



















asci^ 


Dis se RT a t I on 


masi 


4^ 

4^ 

4^ 


cr 

O 


cr 


O 

P 


r-^ 0\ 



JD 



CS 

^ 4x 

P ^ 1 

Ln 

Ul 

(—• 

rD 

O 

^-a 

•.V 

s» 

M 


• s» 

C 


• 

•w ■» 

►-* • ( 
K—• 

4^ 


>* 

9 



Uk» 


• 


V# 


• 

k» 


1 

es 

1 

u\ 

N 

tyi 

H 

\» 

ti» 

• 

U\ 


X 

4 ^ 


e>j 


3.*^‘ 

»H • rD 

P 


1 


«WN> 






4x 
^ ,4x 


u\ 


C\ 

C\ 

4^ 

•i^ 

'va 

VJ 

M 0 


4^ 

4- 


U4 


UJ 


(T) 


Ul OJ 


uj 

ui 


O 


U4 


Cs 

4^ 


4- 


,UJ 


M • 

kj 

• N 


G\ 


v-n 

w 


X 


cr 

N • 


VJ 


N 


k» SP 


<-a 


n 

p- 

C 

< 1 ? 


M OJ 

># 




N X, C\ 

s* 


UJ 






N 


C\ 

C\ 


6 


c r 


ame des mortels ik des Dieux doit être le vain- 

























5UR LA MtiSîQtj'E Mo’jDERNE." 


10 k' 






CN 

c • 

<✓1 




CN 

Ca 

c\ 

VI 

CN 


• 

• >/î 


Vl • 

tiî* 


s* 

c\ 

►s • 

CN. 

VJ 


O 

0 » 

VI 

VJ 

Vt 




I 

^ X 


VI 


v\ 

N 

N 


a- O 


n 

P 

cr 

O 

s» W 

1 

CS 

A 

-f^ 

c?\/ 

^ r-J 

►1 

, ♦ 

1 

M • 

• 

.-V ^ 

Cs n> 

O 

N O 

1 


VI 

A 

VS ^ 



UX 

•VI 

1^ 


X 


C\ 


C\ 


VI 

.VI 


. •* (^ 


< 

n» 


I 


O 

v> 



fi 

CS 

<«* 


fl 

' 

>J^ 

CS'X 


3 

• 

, 


» 

N 

O 


O 


CS 


-i^ 


V> 


fîT 4N 

ÎD '• C\' 


Vt X 


Vt 


VI , ^ 


Vî 

, bl »l^. tJ • 
• VI 

G\ 


D- •VJ 
C 

^ oVX 
<|9 


N •] 






3 

< N# 

n> 

Cs X 

• 

O 

fô • 


Cn 




0 \ 


v\ 

• 

6 


VI îlîi 

VJ 

^ h 

«VI 

• v 

N 0 





Cs 



- 3 ' 

il 

.'Vl 


vt . 




►-> 

n> 

::3 

ClTi 

Ui 


I 

I 

I 


O 

N : 

' V\ 

N 



ujLqUç^ 




















20t 


Dissertation 


O" cr 




x^^ 


Js» 


v/\ 

M 

« (O 


Jwi • 

14^ 

0 

i.« 


VJ 

4^ 

O 

VJ 1 

I • 

N» 1 

1 VI . 

w 

VI 

w 

«J» 


• 

( 

VJ 


M 



<-ri 

X»^ 

OJ 

r«» 

LN» 

M 

N 


•vj X 

I 

Cs 

WA 


b* 

1^ X 



O 

n 

u> 

O- 

O. 

>» 

V 


V» 

V» 


O 

VJ 

3 c\ 


X Cs ‘ 

0 

1 

CS 

O 


N 

! V\ 

• . N 

1 



VJ 


lies 

1 

— 

-— 

CL- 


1 

tJ • 

\» 

VI 

• 

• 0\ 

V 

VI 

c" 

CS 

ij 

é 

VI 

1 

1 


• 


N 




•'Ni 


X CN 


ux 


w\ 


w\ 


O _ 

rr 

ro* ^ 

rt »H • 

•'Nj 

Æ CS 

H-. Wl 

-4^ 


W1 




t3 I wi 

O ^ I 

g -. 
r-r ) 

TT I^x’^ 

£î wi I 

a-_' 

_ 

^ Ul 


hi • 

• VI 

>H • 

«• 

H 

w 

N 


H •] 


M • 


♦VI 




WJ • 

W4 I M 


N» 


es 


a 


O 

WJ A 

N 


•V3 

C\ 

w\ 


fr< • 

M 

•VJ I 
s» 4 
















r 


SUR tA Musique Moderne; 

/ 


±0J 


P< O- 


Pi 

O- 

n 



*• a\ 

D> 


" O- 


c 

b 

O 

...1^ 


C\ 

M * ^ 

P 

• 

w 

H 


N 




cv n> 

# 

< 

N • Si. 

_ ;3‘_ 

^ - 
r.vj 5 ^ 

N 

«» 

•VI 

wt 


CO 


O 

O 


%# 

«» 

Cû 

• 

N 

îz: 

Wi , 

CM 

a 



P 

, r-H 

W 

• N 

4^ 

Pi 

P 

rt 

•a 

M 

^ • 

O 

4^ 

g 

H 

SA 

i-i 

c 


P 


CA 


N» 


I 


C\ 




• C\ 


3 • Os 

O 

P — 


CA X 


N • 

P 


3 


O 


D- 

M 

D 


(O 

VJ 

3 

O 




rt 

M • 

rt> 

S* 

CO- 

M 


• 

O- 

H 

rü 

— 

CO 

CAJ 

0 


ft 


P 

0* 

X 

• 


M 

C 


m 


CA • 

:i 

CA 

H 

VI 


CA 

M *1 


CA 


• CA 


H» 


•VI 

C\ 

«» 

ui 

C\ 

-J^ 

CA 

XC^I 

j; 


M 

M 

C-M 

w 4^ 


r 


VI 

VI 


C\ 

CA 


O 

CA 

CA 
C/^ 

M 

V» 

»-» • 

•OJ I 
M 1 


• CA 
VJ 

CA 


N 


C\ 

0\ 

1 

• 


• 

1 

M 

On 

h 

OQ 

P 

• Os 


«1# 

a 

•• 


* N 























Dissertation 


P 


n 


4^ 


l • r ” - 


M 


• # 


<yx 

s 


O . 


’ . 

• 

> 

®VI • 

3t> 

Vl 

’ w 


■W\ 

3 

n> Ch • 

■. ^ • 

. c/l 

i *N1 
' bJ * 


>*4 

. 


O 

cr O 


O- ■ 

'p ' cr 

or 





_- n'-t<* 

1 

• en 

CA X»V| 

.. - , ^ 

8 

8 

# 

•4^ î 
• f 

Cs X>^ 

Tj ‘ M ^ 

3 '*■ 



( 

M. ■ 

* es 

< 


*# ^ 


w 

'Jf , ‘ 



O. 


X 


^ ! 

b» 

': * 


Va> 

Ch s iji 


O 


wi 


O 

î:? ^ X 

ui rt)"* ^ , I 

Y ^ I 




4^ 


w 


CA 


CA O 


O 


CA 


Vx*'^ 


O- . 

c'4^ 

%# ^ 

^ (D c>o 

“.O 4:^ 

C " 

j«t <5 • 

H) w 


• CA 


0, 


X*'^ 

s# 


SI 


Mi ‘ ^ 






IJ 


Q- 

C 

r: 

M; 


«1 


• Vl ï 

*► 

CA i 

vt»* 

•"'à' 

ca" 

ta 


P ^ 


Ca> 




C 

P, 

î 


O 

CS 


oa 

va 

O 


4^ 

Ua 

4^- 


^W>1 

♦a 

« 

CS 

Cs 



P 1 U 

04 

• 

04 

» •* 

V» 

SP 

• 

04 


04 



. V—- 

4^ 

es 


4 

>y 

O. 

es ■ 
VI 

lj^»l 

P"t*T 

• 


• 

M 

' « 


N 

.. C\ 

1-^ 

M # 




ï^ 


OJ 

•^4 

04 


oa t 

va 

w^l O 

« 


\a 


04 

rJ, 

■^■•1 

” i 

V# 

CSp 


/ 


■ . 4 

















> 


SUR’ LA Musique Moderne. aof 




CT- ^ ^ 

CL 

cr 

O 

a 

G 

CT 

rx- ' 

O 


VJ 

1 


q 

0 \ 

• 

VJt 

* 0 


1 

». 



1 V/\ 0 

M • 


H 


Ui 


O 


|.tA 


^ C\ 

• 

VJ 



• 4ii^ 

H 

VJ 

O 

t 

4^ 

..VJ 


VJ 




5-a 


4^ 

WJ) 

N 

M 

•VJ 


’SJ 

>H ' 

Os 


• Hi 


X H 

O 


•N 

VI 


U1 


O 


Z J 
(T- 




r*-A ^ 




:3 

. § 4^ 
I _ 



VJ 


-L 


VJ 

VJ 

1. 

- 

HH 

^ . 

VA 


Vv» 

4^ 

CS 


*J 

CS,. 

Cs 


O 

» 

HH 

• 

►-< • 

VJ 

VJ 

C\ 

V\ 

Vj 

►J 

i’ 

r ^- 

, . 


,vt 


O 


VI 


•) 


<TJ 


CN 

VI 

4^ 
w.. 

N 


/ - •» * 




>x)- 

P 


'cl. ' 

w 


4^ 


rc 

P, 

I. 


s# 

0^ 

•VJ 



H 


-H- 

♦-I 

• v3 

M 

VJ 

«J 

H 

VA 

v^. 





• •— 

►H 

V.>J 

VA 


• 

J 

• 

V^J 

w». 

H 

.VJ. 

> 


-4-V. 

•VJ 

<A 


H . 


I 

I 

I 

t 

I 

I 

1 

I 

I 

I 

I 

I 

I 

f 

I 

I 

I 

i, 

I 

f 

I 

{ 

I 

I 

t 

I 

I 


Vï 

vo 

V0 

Hi 

, VO 
• VA 


C\ 


'vî 

■4 


5 

l 


•vJ. X 


Cs. 


V\ 

V'i 


C 


























io6 


Dissertation 


P 

Cl. 

P 

n 

P 

n 


Va» 

VA 

^-A 

VI 

CSX 

4v 

cv 

4^ 




’>4 • 


H 

* 

H X 


H 

Un» 


• 

4^ 


O 


4^ 

s* 

4^ 


n 

c - ^ 


Ln 




.4^ 

C\ 

VA I 
M ( 
M X 


w • 

«« 


eu 

n> ^ ^ 

• rT . 

!■■£; -I 

_ eu_ 

n> 


O 

•VA 

Un» 


/ 


Va» 


•4^ 

VA 


X 

é 


K» 


Va 


«A» 




s-A 


H 

N-A 

H • 


IM • VA» 
N-A 


O 


4- 

%» 

4^ 

4- 


VA 


0 \ 

Os 

*1# 


.4^ 

4- 


4^ 

4v 


ü e: 

» <* 


C\ 

4^ 


♦4*“ 

C\ 


0 

•vA 

• 

»-< 








H 

- 

— — 

w 

VA 


»-* • 

*» 





~ 

•va» 

•\A» 





Va» 

»-< 

VA 

vA 


N x,..^ . 

M 


1-1 






s» 

0 



M—. 

•N! 

# 

• 

• 

Va» 

• 




►H 1 




VA 

^ X 

•-• X 



• a. ' 

M 


Va» 

►^1 
^mmï « 

• 

VA 



C\ 


Va» 



















SUR LA. Musique Moderne. 


'Î07, 


w O O 
- - g . 

• vJ <T> "v) V 


Wl 

• 

• 


1 - .12- 

CN 


1 w 




• 

!r) 

H-4 • 




U. 1 



(/) 




HH 1 

CS 



«» 

• 

1 

•ON 


Tx CN 


M( • 


V 

1 


- 

VI 


ON 


SA 

rt 

VA» 



D 



GhN' 

n 

î*^ X. 

>1 

1 ' • 

n> 

• 1 



c/5 

1 






a 

c 

X 


M • O 


VA 
ft 

O ^ 

• c- 




fwl 


O 

s 


SJ WJ 


cr O 

>0 

VA 

^ n> 

K 

I • 

I • 

I C\ P 

“ 3 

P 


O 


C\ 


P 

0 » 

Ov I 

f^- 

- i 



•a 

M . 

Va» 

CS 

cn 


a 

3 

s« 

P 

cr 


V>J 


LM 

CN 

H-* 

(A 

1 

• 

• CN 

w 

l'» 

xo<j 

0 

s# 

VA» • 1 

H4 • 

« 

HH 

Cn 

0 


1 

1 

V^ • 

s# 

>0 

P^ 

VA» 

1 

1 

1 


N 

v3 

3 

0 


* 1 

1 

— 

1» 

1 

1 * 



►H • 

1 

1 M • 

P 


v^» 

‘ CN 


~ 3 

w O 



1 

• 

'-4 

^A 


a 


•a 


• 



1 

v4 X 

VA» 

• .V.4 

rt> 

1 

# 



, X 

VA» 

.1 


• Cn 


. 'n 

n)> 


1 

■si if 



3 

«i-, 

1 


0 

• On 

fj 


1 

HH • 

>j» 


sJ 


CN 


VA* 

ON 

^4 


0\ • 


o’ 













■ESSAI 


f 


« 


K 


Dissertation 





L.. 


CT 

O 


O 

cr 

CT 

Vâ 

• 

o' 

V» 

• 



• X 


a 

^1 

4î^ 

C\ 

^ 


H 

c 



w 



LO 

1 


c\ 


~ 

n 
1—• • 


O 

O 

VjJ 

WJ 

05 

V 

‘ X 


. 


O 




O 


c\ 3 -T^ 

O 


c 

>î 


O 


i-ri 

N* 


O 

• 

•'-Ï xl 

•'-a 


C\ 1 

vi 


wi 

Wl 

O 

^ 4 « 

O w\ 

,'., ,]• - 

_ 

cr _ 



WJ X 


W 1 

rt 

vA 

«il 

w 


• 

cs 

WJ 


lQ 

• P . 


i3S 


WJ 




►?> 


H 

<j» 


^ — 

n> 


ri> 

V) 


n 


O 

A 

w 


X » ►-* 

O 

C 

_ 


C '>vS 


V-N> « 


WJ 


ê- ^ 




O 

P 




C\ IM • ^ 

3 

- O 

- - -Jû 

■*^ *>* H ^ 


f 












E s s A I 

SUR L’ 0 RI GI N'E 

DES LANGUES 

Où il ejl parlé de la Mélodie & dt 
l'Imitation muficale. 


ij^Jique, 







I ‘ 


•'p ! yf - 
. ■ < ; 

(-■ < 




t •■• . 







; i 


m 




/ 


» . < / 

>,• ' “. 


tÊt • • 

t 


. / 




K' 


7-4 


k 


■fK 


.A 

f é-/ 


I • 


. ' / : 

•.'* r 

1' 


t 

» 


•L*-;r 




> .■ • • 


. •■ > 


-s^', 

V 


■ r - 

. r ■ - 


/a 

.0 ^ 


< •* 


- A, . ■ * 

. * f ■ 

' . -•,> 




V • ‘^ 
-^4 ■ 


\ 


A‘. 


V / 


■ ■ ■ -4 ' 


\ 

i 


, î 

- / . 

A 


/ i 


?v 




-J . 




i'-'f., 

V 7* ir 


A- 

. - ^ . 




Vi ■ •- 


'■*.<(? 






K 

e^- f 


? îr.-»- ■ '!> 

; * ' 

, « .1 ^ 

’ ' ■ 4*^ ♦ .* î 









V' 


*c. 


.^v/ 





Jtv-. 


4 r . ;- / 


)s* ' '■' 


A •• #r * ., 
, ■ I >^ t • , 


•J -;iV4 ■ 

'« > V . - - 


4 »■ 

' * 

I ; •'■. 


I Wi, i 

► 1 . - f 


. » 


4l< 








r ’ 


I*. 

<>• 


\ // 
■•'■ * 




'JL. 


:s. If - .• 
.' -r. ^ 
wk4>7. 


' V •/ •* : . 


•> . 


< 4 


4 •« 

J 


t' 

‘ t 

* 


•Ü.; 


‘C. 


► .*S 


A 


f**' 


■^t 




Vf 


r V-.’ 




A. 


« * 


4 .'> 


•ïT 


■..i/- 




' ‘ 

-r, .' 
S-J. 


C^Tfr' 

* 


■® 


>, -l i 


4 •*• 


4 4 



/ 



SUR L’ 0 RI GIN E 


BES LAlfG-UES 


Kr: 






CHAPITRE I. 

« 

Des divers moyens de communiquer nos 

P en fées. 

r 

J A parole diflingue l’homme entre les 
animaux : le langage didingue les nations 
entr elles ; on ne connoît d’où eft un 
homme qu’après qu’il a parlé. L’ufage & 
le belbin font apprendre à chacun la lan¬ 
gue de fon pays ; mais qu’eft-ce qui fiiit 
que cette langue eft celle de fon pays & 
non pas d’un autre ? Il faut bien remon- 
îer,, pour le dire , à quelque raifon qui 
tienne au local , & qui foit antérieure 
aux mœurs mêmes : la parole étant la 
première inflitution fociale ne doit fa 
forme qu’à des caufes naturelles. 

Si-tôt qu’un homme fut reconnu par 
un autre pour un Etre fentant, penfant 

O Z 







2 . Î 1 Essai sur l’Origine 

& femblable à lui, le defir ou le befola 
de lui communiquer les fentiinens & les 
pernées, lui en fit chercher les moyens. 
Ces moyens ne peuvent fe tirer que des 
fens , les feuls inflrumens par lefquels un 
homme puifl'e agir fur un autre. Voilà 
donc l’lnfiitu|:ion des fignes fenfibles pour 
exprimer la penfée. Les inventeurs du 
langage ne firent pas ce raifonnement , 
mais rinftinft leur en fugeéra la confé- 




quence. 

Les moyens généraux , par lefquels 
nous pouvons agir fur les fens d’autrui, 
fe bornent à deux , favoir, le mouve¬ 
ment & la voix. L’aftion du mouvement 
eft immédiate par le toucher ou médiate 
par le gefte ; la première ayant pour 
terme la longueur du bras, ne peut fe 
tranfmettre à diftance, mais l’autre atteint 
auffi loin que le rayon vifuel. Ainfi ref- 
tent feulement la vue & l’ouïe pour or¬ 


ganes pafTifs du langage entre des hommes 
difperfés. 

Quoique la langue du gefe &: celle de 
la voix foient également naturelles, toute¬ 
fois 'a première eft plus facile & dépend 
moins des conventions : car plus d’objets 


des Langues. 215 
ftappent nos yeux que nos oreilles, & 
îes figures ont plus de variété que les 
fons ; elles font auffi plus exprefiive< , 
& difent plus en moins de tbms. L’amour 
dit-on^ fut l’inventeur du deflein. Il put 
inventer aufii la parole , mais moins heu- 
reufement. Peu content d’elle , il la dé¬ 
daigné , il a des maniérés plus vives de 
s’exprimer. Que celle qui traçoit avec 
tant de-pîaifir Tombre de fou Amant, lui 
dlfoit de chofes ! Quels fons eût-elle em¬ 
ployés pour rendre ce mouvement de 
baguette ? ' ^ 

Nos geftes ne fignifîent rien que no¬ 
tre inquiétude naturelle ; ce n’eft pas de 
ceux-là que je veux parler. Il n’y a que 
îes Européens qui gefticulent en parlant s 
on diroit que toute la force de leur lan¬ 
gue efl dans leurs bras ; ils y ajoutent 
encore celle des poumons & tout cela* 
ne leur fert de gueres. Quand un Franc 
s’eft bien démené , s’eft bien tourmenté 
le corps à dire beaucoup de paroles, un 
Turc ôte un moment la pipe de fa bou¬ 
che, dit deux motsàdemi-voix, & l’écrafe 
d’une fentence. 

Depuis que nous avons appris à gef- 

O 3 


114 Essai sur l’Origine 
ticuîer nous avons oublié l’art des pan¬ 
tomimes ; pai' la même raifon qu’avec 
beaucoup de belles grammaires nous n’en¬ 
tendons plus les fymboles des Egyptiens. 
Ce que les anciens difoient le plus vive¬ 
ment , ils ne l’exprimoient pas par des m.ots 
mais par des fignes ; ils ne le difoient pas, 
ils le montroient. 

Ouvrez l’hiftoire ancienne vous la trou¬ 
verez pleine de ces maniérés d’argumen¬ 
ter aux yeux, & jamais elles ne man¬ 
quent de produire un effet plus affuré 
que tous» les difeours qu’on auroit pu 
mettre à la place. L’objet offert avant 
de parler , ébranle l’imagination , excite 
la curiofité, tient l’efprit en fufpens & 
•dans l’attente de ce qu’on va dire. J’ai 
remarqué que les Italiens & les Proven¬ 
çaux , chez c|ui pour l’ordinaire le gefle 
précédé le difeours, trouvent ainfi le 
moyen de fe faire mieux écouter & même 
avec plus de plaiflr. Mais le langage le 
‘plus énergique efr celui oii le figne a 
tout dit avant qu’on parle. Tarquin, Tra- 
fibule abattant les têtes des pavots , 
Alexandre appliquant fon cachet fur la 
bouche de fon favori, Diogene fe pro- 


I 


b ES langues. 115 
menant devant Zénon ne parloîent - Us 
pas mieux qu’avec des mots? Quel cir¬ 
cuit de paroles eût aiiffi bien exprimé 
les mêmes idées ? Daiûus engage dans la 
Scythie avec fon armée , reçoit de la part 
du Roi des Scythes une grenouille, un 
oifeau ^ une fouris & cinq fléchés : le 
Héraut remet fon préfent en lilence oC 
part. Cette terrible harangue fut enten¬ 
due 5 & Darius n’eut plus grande hâte 
que de regagner fon pays comme il put. 
Subftituez une lettre à ces ûgnes, plus 
elle fera menaçante, moins elle effrayera ; 
ce ne fera plus qu’une gafconade dont 
Darius n’auroit fait que rire. 

Quand le Lévite d’Ephraim voulut ven¬ 
ger la mort de fa femme , il n’écrivit 
point aux ♦Tribus 'd’Ifraël ; il divifa le 
corps en douze pièces & les leur envm''a. 
A cet horrible afpeâ: , ils courent aux 
armes, en criant tout d’une voix : non , 
jamais rien de tel nejî arrivé dans Ifra'él , 
depuis le jour qtienos Peres fortirent d'Egypte 
jufquà-ce jour. Et la Tribu de Benjamin 
fut exterminée (*). De nos jours l’af- 


( * ) II n’en refta que fix cents îiomiTies fans femmes m 
^cins. 

O 4 • 




ii6 Essai sur l’Origine 

faire tournée en plaidoyers , en clifcuf- 
fions, peut-etre en plaifanteries, eût traîné 
en longueur, & le plus horrible des cri¬ 
mes fut enfin demeuré impuni. Le Roi 
Saül, revenant du labourage dépeça de 
même les bœufs de fa charrue & ufa d’un 
figne femblable pour faire marcher Ifraël 
au fecours de la ville de Jabès. Les Pro- 
•phetesdes Juifs, les Légiflateurs des Grecs 
offrant fouvent au peuple des objets fen- 
fib les, lui parloient mieux par ces objets 
qu’ils n’eufl'ent fait par de longs difcours, 
ôi la maniéré dont Athénée rapporte que 
l’orateur Hypéride fit abfoudre la Cour- 
tifane Phryné, fans alléguer un feul mot 
pour fa défenfe , eft encore une éloquence 
muette dont l’effet n’efi: pas rare dans 
tous les tems. * 

^infi l’on parle aux yeux bien mieux 
qu’aux oreilles : il n’y a perfonne qui ne 
fente la vérité du jugement d’Horace à 
cet égard. On voit même que les dif- 
cours les plus éloquens font ceux oîi l’on 
enchâiTele plus d’images, & les fons n’oriî 
jamais plus d’énergie que quand ils font 
l’effet des couleurs. 

Mais lorfqu’il efl quefiîon d’émouvoir 


©ES Langue Si aiy 
le cœur & (f enflammer les palTions , c’efl; 
toute autre chofe. L’impreffion fucceffivç 
du dlfcours, qui frappe à coups redou¬ 
blés, vous donne bien une autre émo¬ 
tion que la préfence de l’objet même , 
où d’un coup-d’œil vous avez tout vu. 
Suppofez une lituation de douleur par¬ 
faitement connue, en voyant la per- 
fonne affligée, vous ferez difficilement ému 
jufqu’à pleurer '; mais laiffez-lui le tems 
de vous dire tout qu’elle fent, & bientôt 
vçus allez fondre en larmes. Ce n’eil: 
qu’ainfl que les fcenes de tragédie font 
leur effet (*). La feule pantomime fans 
dlfcours vous lailfera prefque tranquille ; 
le dlfcours fans gefte vous arrachera des 
pleurs. Les paffions ont leurs geftes, mais 
elles ont auffi leurs accens , & ces ac- 
cens qui nous font treffaiîlir, ces accens 
auxquels on ne peut dérober fon organe , 
pénétrent par lui jufqu’au fond du cœur. 


(*) J’ai (lit ailleurs pourquoi Us iiiaiheurs feints nous 
touclient bien plus que les véritables. Tel fauglote A la 
tragédie, qui n’eût de Us jours pitié d’aucun malheureuK. 
L’invention du ThéAîrc eft -admirable pour er.orgutiliii- 
nôtre amcur.ptoi’te de toute* les vertus que «eus iWvous 
peint 



aiS Essai sur l’Origine 
y portent malgré nous les'mouvemèns 
gui les arrachent, & nous font fentir ce 
que nous entendons. Concluons que les 
lignes vifibles rendent l’imitation plus 
exafte , mais que l’intérêt s’excite mieux 
par les fons. 

Ceci me fait penfer que ïi nous n’avions 
jamais eu que des befoins phyliques, 
îîous aurions fort bien pu ne parler ja¬ 
mais & nous entendre parfaitement, par 
la feule langue du gefle. Nous aurions 
pu établir des fociétés peu différentes de 
ce qu’elles font aujourd’hui, ou qui même 
auroienî marché mieux à leur but : nous 
aurions pu inftituer des loix, choifir des 
chefs , inventer des arts, établir le com- 
mei'ce , & faire en un mot, prefque au¬ 
tant de chofes que nous en faifons par 
le fecours de la parole. La langue épif- 
tolaire des Salams (*) tranfmet , fans 
crainte des jaloux, les fecrets de la ga¬ 
lanterie orientale à travers les harems les 


(*) Le*; Salams font des nniUitudes de chofes les plus 
^oniiîiiîiies , comme une orange, un ruhaii , du charbon ^ 
t:c. dont l’envoi forme un feus connu de tous les Amass 
4itus kü pays »ù cttte î^anj^ue efc e* ufage. 




«■ 


DES Langues. 1191 
jnieiix gardés. Les muets du Grand- 
Seigneur s’entendent entr’eux, & enteîi- 
dent tout ce qu’on leur dit par lignes , * 
tout auffi-bien qu’on peut le dire par 
le difcours. Le lieur Pereyre , & ceux 
qui, comme lui, apprennent aux muets , 
non-feulement à parler, mais à favoir ce 
qu’ils difent, font bien forcés de leur ap¬ 
prendre auparavant une autre langue non 
moins compliquée , à l’aide de laquelle ils 
puilTent leur faire entendre celle-là. 

Chardin dit qu’aux Indes les Fatleurs 
fe prenant la main l’un à l’autre , & mo- 
difiant-.leurs attouchemens d’une maniéré 
que perfonne ne peut appercevoir, trai¬ 
tent ainli' publiquement, mais en fecret, 
toutes leurs affaires, fans s’être dit un 
feul mot. Suppofez ces Fadeurs aveu¬ 
gles , fourds & muets, ils ne s’enten¬ 
dront pas moins entr’eux. Ce qui mon- 
.tre que des deux fens par lefqueis nous 
fom.mes adifs, un feul fuffirolt pour nous 
former un langage. 

Il paroît encore par les mêmes obfer- 
vations , que l’invention de Part de com- 
■muniquer nos idées, dépend moins des 
•rganes qui nous fervent à cette com-. 


110 Essai SUR l’Origine 

îTiunication, que d’une faculté propre à' 
l’homme, qui lui fait employer fes or¬ 
ganes à cet ufage, & qui, fi ceux-là lui 
manquoient, lui en feroit e^i^ployer d’au¬ 
tres à la même fin. Donnez à l’homme 
une organifation tout auffi grofilere qu’il 
vous plaira ; fans doute il acquerra moins 
idees ; mais pourvu feulement qu’il y 
ait entre lui & fes femblables quelque 
moyen de communication, par lequel l’un 
puiffe agir, ôc l’autre fentir, ils parvien¬ 
dront à fe communiquer enfin tout au¬ 
tant d’idées qu’ils en auront. 

Les animaux ont pour cette communica¬ 
tion une organifation plus que fiifiifante, 
& jamais aucun d’eux n’en a fait cet ufa¬ 
ge. Voilà,ce me femble, une dilférence 
bien caraélérifiique. Ceux d’entr’eux qui 
travaillent & vivent en commun, les 
Caftors, les Fourmis, les Abeilles, ont 
quelque langue naturelle pour s’entre¬ 
communiquer , je n’en fais aucun doute. 
Il y a même lieu de croire que la lan¬ 
gue des Cafiors & celle des Fourmis font 
dans le gefte, & parlent feulement aux 
yeux. Quoi qu’il en folt,par cela meme 
que les unes & les autres de ces lai»-. 


DES Langues. m 
gués font naturelles, elles ne font pas 
acqulfes ; les animaux qui les parlent les 
ont en naiffant, ils les ont tous, & par- 
toj,it la même : ils n’en changent point, 
ils n’y font pas le moindre progrès. La 
langue de convention n’appartient qu’à 
l’homme. .Voilà pourquoi l’homme fait 
des progrès, foit en bien , foit en mal ; 
& pourquoi les animaux n’en font point. 
Cette feule diftinêlion paroît mener loin : 
on l’explique , dit-on, par la différence 
des organes. Je ferois curieux de voir, 
cette explication. 

-t 

. ^ 

CHAPITRE II. 

^ue la première invention de la parole ne 
vient pas des befoins , mais des paÆons, 

T 

J-L eft donc à croire que les befoins 
dictèrent les premiers geftes , & que les 
paffions arrachèrent les premières voix. 
En fulvant, avec ces difflnftions , la trace 
des faits, peut-être faudroit-11 ralfonner 
fur l’origine des langues tout autrement 
qu’on n’a fait jufqu’ici. Le génie des 








*.12 Essai sur l’Origine 

langues orientales, les plus anciennes quî 
nous foient conflues, dénient abfolument 
la marche clidaéiique qu’on imagine dans 
leur compofition. Ces langues n’ont rifn 
de méthodique & de raifonné ; elles font 
vives & figurées. On nous fait du lan¬ 
gage des premiers hommes des langues 
de Géomètres, & nous voyons que ^ ce 
furent des langues de Poètes. 

Cela dut être. On^ne commença pas 
par raifonner, mais par fentir. On pré¬ 
tend que les hommes inventèrent la pa¬ 
role pour exprimer leurs befoins ; cette 
opinion me paroît infoutenable. L’effet 
naturel des premiers befoins, fut d’écar¬ 
ter les hommes & non de les rapprocher. 
Il le falloit ainfi pour que l’efpece vînt 
à s’étendre , & que la terre fe peuplât 
promptement, fans quoi le genre-humain 
fe fiit entaffé clans un coin du monde , & 
tout le refie fût demeuré défert. ’ 

De cela feul il fuit , avec évidence, que 
l’origine des langues n’efl point due aux' 
premiers befoins des hommes ; il feroit 
abfurde que de la caufe qui les écarte, 
vînt le moyen qui les unit. D’ou peut 
donc venir cette origine ? des befoins 


DES Langues.* 115 
inoraux, des pallions. Toutes les paillons 
rapprochent les hommes que la nécelîité 
de chercher à vivre force à fe fuir. Ce 
n’ell ni là faim , ni la foif, mais l’amour, 
la haine , la pitié,la colere, qui leur ont 
arraché les premières voix. Les fruits ne 
fe dérobent point à nos mains , on peut 
s’en nourrir fans parler, on pourfuit en 
filence la proie dont on veut fe repaî¬ 
tre ; mais pour émouvoir un jeune cœur, 
pour repoulTer un aggrelTeur injulle ; la 
nature difte des accens, des cris, des 
plaintes : voÿà les plus anciens mots in¬ 
ventés , & voilà pourquoi les premières 
langues forent chantantes & palfionnées, 
avant d’être fimples & méthodiques. Tout 
ceci n’ell: pas vrai, fans diftlnftion, mais 
i’y reviendrai ci-après. 



CHAPITRE IIL 

Que U premier langage dut être figuré. 

« 

C O M M E les premiers motifs qui firent 
parler l’homme, furent des pallions, fes 
premières exprelîions furent des Tropes* 






3.14 Essai sur l’Origine 
Le langage figuré fut le premier à naî¬ 
tre , le fens propre fut trouvé le dernier. 
On n’appella les chofes de leur vrai nom, 
que quand on les vit fous leur véritable 
forme. D’abord on ne parla qu’en poéfie; on 
ne s’avifa de ralfoiinerque long-tems après. 

Or , je fens bien qu’ici le Lecleur 
m’arrête, & me demande comment une 
expreffion peut être figurée avant d’avoir 
\in fens propre , puifque ce neft que 
dans la tranllation du fens que confifte 
la figure ? Je conviens de cela ; mais pour 
m’entendre il faut fubftituqr l’idée que 
la paffion nous préfente , au mot que 
nous tranfpofons ; car on ne tranfpofe 
les mots que parce qu’on tranfpofe aufîî 
les idées , autrement le langage figuré ne 
fignifieroit rien. Je réponds^ donc par un 
exemple. 

Un homme fauvage en rencontrant 
d’autres, fe fera d’abord effrayé. Sa frayeur 
lui aura fait voir ces hommes plus grands 
& plus forts que lui-même ; il leur aura 
donné le nom de Géans. Après beaucoup 
d’expériences il aura reconnu que ces 
prétendus Géans n’étant ni plus grands, 
ni plus forts que lui, leur flature ne 

coûvenoit 


DES Langues. 225 
Convenoit point à l’idée qu’il avoit 
d’abord attachée au mot de Géant. Il in¬ 
ventera donc un autre nom commun à 

y’ 

eux & à lui, tel, par exemple, que le 
nom ^Homme , & laiffera celui de Géant 
à l’objet faux qui l’avoit frappé durant 
fon illufion. Voilà comment le mot figuré 
naît avant le mot propre , lorfque la pai¬ 
llon nous fafcine les yeux, & que la 
première idée qu’elle nous olfre n’efi; 
pas celle de la vérité. Ce que j’ai dit 
des mots & des noms ell: lans difficulté 
pour les tours de phrafes. L’image illu- 
foire offerte par la paffion, fe montrant 
la première, le langage qui lui répondoit 
fiit auffi le premier inventé ; il devint 
enfuite métaphorique quand l’efprit éclai¬ 
ré, reconnoiffant fa première erreur , 
n’en employa les expreffions que dans 
les mêmes pallions qui Favoient produite. 



Mujique'. 


P 


2i6 Essai sur l’Origine 


. ' - ^ 

CHAPITRE IV. 

Dis cciracleres dijlinclifs de la première Lan-> 
gue & des changemens quelle dût éprouver, 

J_iE s fimples fons fortent naturellement 
du gofier , la bouche eft naturellement 
plus ou moins ouverte ; mais les modi¬ 
fications de la langue & du palais qui 
font articuler, exigent de l’attention , de 
l’exercice , on ne les fait point fans vouloir 
les faire, tous les enfans ont befoin -de 
les apprendre , & plufieurs n’y parvien¬ 
nent pas aifément. Dans toutes les lan¬ 
gues les exclamations les plus vives font 
inarticulées ; les cris, les gemiffemens 
font de fimples voix ; les muets, c’eft-a- 
dire , les fourds , ne pouffent que des 
fons inarticulés : le Pere Lami ne con¬ 
çoit pas même que les hommes en euf- 
fent pu jamais inventer d’autres , fi Dieu 
ne leur eût expreffément appris a parler. 
Les articulations font en petit nombre, 
les fons font en nombre infini, les ac- 
cens qui les marquent peuvent fe mul- 








des Langues. ity 
■ tîpîief de même ; toutes les notes de la 
Mufique font autant d’accens ; nous n’en 
avons, il eft vrai, que trois ou quatre^ 
. dans la parole, mais les Chinois en ont 
beaucoup davantage ; en revanche ils 
Ont moins de confonnes. A cette lource 
de combinaifons, ajoutez celle des teins 
ou de la quantité, & vous aurez non- 
feulement plus de mots , mais plus de 
fyllabes diverlifiées que la plus riche 
des langues n’en a befoin. 

Je ne doute ppint qu’indépendamment 
du vocabulaire & de la fyntaxe, la pre- 
. miere langue , li elle exiftoit encore , 
n’eût gardé des caraéieres originaux qui 
la diftingueroient de toutes les autres. 
Non-feulement tous les tours de cette 
langue dévoient être en images , en fenti- 
mens ,en figures ; mais dans fa partie mé¬ 
canique elle devroit répondre à fon pre¬ 
mier objet, & préfenter au fens , ainfi. 
qu’à l’entendement, les imprefllons pref- 
que inévitables de la paffion qui cherche 
à fe communiquer. 

Comme les voix naturelles font inar¬ 
ticulées , les mots auroient peu d’articu¬ 
lations; quelques confonnes interpofées 

A 


2.i§ Essai sur l’Origine 
• elfaçant rhiatiis des voyelles , fuffiroienî 
pour les rendre coulantes & faciles à 
prononcer. En revanche les fons feroient 
très-variés , & la diverfité des accens mul- 
tiplieroit les mêmes voix : la quantité, 
le rhythme, feroient de nouvelles four- 
ces de combinaifons ; en forte que les 
voix , les fons, l’accent, le nombre , qui 
font de la nature, laiflant peu de chofe 
à faire aux articulations qui font de con¬ 
vention , l’on chanteroit au lieu de par¬ 
ler ; la plupart des mots radicaux feroient 
des fons imitatifs ; ou de l’accent des 
palTions, où de l’effet des objets fenfî- 
bies : l’onomatopée s’y ferok fentir conti¬ 
nuellement. 

Cette langue auroit beaucoup de fyno- 
nymes pour exprimer le même être par 
fes dilférens rapports (*) ; elle auroit 
peu d’adverbes & de mots abflraits pour 
exprimer ces mêmes rapports. Elle au¬ 
roit beaucoup d’augmentatifs , de dimi¬ 
nutifs , de rhoîs compofés, de particules 
explétives pour donner de la cadence aux 


(*) On dit que l’Arabe a plus de mille mots différent 
pour dire im chameau y plus de cent pour dire un glaive ^ 



desLangues. 
pénodes , & de la rondeur aux phrales ; 
elle auroit beaucoup d’irrégularités & 
d’anomalies , elle négligeroit l’analogie / 
grammaticale pour s’attacher à l’eupho¬ 
nie, au nombre, à l’harmonie & à la 
beauté des fons ; au lieu d’arguraens elle 
auroit des fentences , elle perfuaderoit 
. fans convaincre , & peindroit fans rai- 
fonner ; elle refîembleroit à la langue 
Chinoife, à certains égards ; à la Grec¬ 
que, à d’autre’s ; à l’Arabe, à d’autres. 
Etendez ces idées dans toutes leurs bran¬ 
ches , & vous trouverez que le Cratyle 
■de Platon n’eft pas 11 ridicule qu’il paroît- 
l’être. 



chapitre V. 

Di t Ecrit un, 

C^^UicoNQUE etudiera l’hidoire & le 
progrès des langues, verra que plus les 
voix deviennent monotones , plus, les con- 
fonnes fe multiplient, & qu’aux accens 
qui s’effacent, aux quantités qui s’égali- 
fent, on (upplée par des combinalfons 









2.30 Essai sur l’Origine 
grammaticales & par de nouvelles arti¬ 
culations : mais ce n’eft qvi’à force de tems, 
que fe font ces changemens, A mefure 
que les befoins croifl'ent, que les affai¬ 
res s’embrouillent, que les lumières s’é¬ 
tendent , le langage change de caraftere : 
il devient plus jufte & moins paffionné ; 
il fubftitue aux fentimens les idées , il 
ne parle plus au cœur, mais à la raifon. 
Par-là- même l’accent s’éteint, l’articula¬ 
tion s’étend, la langue devient plus exac¬ 
te , plus claire, mais plus traînante, plus 
fourde ^ & plus froide. Ce progrès me 
paroît tout-à-fait naturel. 

Un aütre moyen de comparer les lan¬ 
gues & de juger de leur ancienneté, fe 
tire de l’écriture , & cela en raifon in- 
verfe de la perfection de cet art. Plus 
l’écriture eft groffiere , plus .la langue 
eff antique. La première maniéré d’ecrire 
n’eft pas de peindre les fons, mais les 
objets mêmes , foit direCleme.nt, comme 
falfoient les Mexicains , foit par des figu¬ 
res al'égcriques, comme firent autrefois 
les Egyptiens. Cet état répond a la lan¬ 
gue paflionnée, & fuppofe déjà quelque 
foclété & des befoins que les paflioas 
ont fait naître. 


des Langues. 231 
La fécondé maniéré eft de'repréfenter 
les mots & les propofitions par des ca- 
rafleres conventionnels , ce qui ne peut 
fe faire que quand la langue eft tout-ai^ 
fait formée & qu’un peuple entier eft uni 
par des lolx communes ; car il y ^ déjà 
ici double convention : tebe eft 1 ecr.ture 
des Chinois, c’eft-là véritablement pein¬ 
dre les fons & parler aux yeux, i 
La troilieme eft de décompofer la voix 
parlante à un certain nombre de parties 
élémentaires , folt vocales, folt articu¬ 
lées ; avec lefquelles on puifle former tous 
les mots & toutes les fyllabes imagina¬ 
bles. Cette maniéré d’écrire, qui eft la 
nôtre, a du être imaginée par des peu¬ 
ples commerçans qui, voyageant en plu- 
fieurs pays , & ayant à parler plu- 
fieurs langues , furent forcés d’inventer 
des caraûeres qui puffent être communs 
à toutes. Ce n’eft pas précifément pein¬ 
dre la parole, c’eft l’analyfer. 

Ces trois maniérés d’écrire répondent 
aflez exaftement aux trois divers états, 
fous lefquels on peut confidérer les hom¬ 
mes raflemblés en nations. La peinture 
des objets convient aux peuples fauya 


2^2 Essai SUR l’Origine 

ges ; les fignes des mots & des propor¬ 
tions aux peuples barbares, & l’alpha¬ 
bet aux peuples policés. 

Il ne faut donc pas penfer que cette , 
derniere invention foit une preuve de la 
haute antiquité du peuple inventeur. Au 
.contraire, il eft probable que le peuple 
qui l’a trouvée avoit en vue une com¬ 
munication plus facile avec d’autres peu¬ 
ples parlant d’autres langues, lefquels du 
moins étoient fes contemporains & pou- 
voient être plus anciens quf; lui. On ne 
peut pas dire la même çhofe des deux 
autres méthodes. J’avoue, cependant, que 
fl l’on s’en tient à'l’hiftoire &C aux faits con¬ 
nus, récriture par alphabet paroît remon¬ 
ter aufîi haut qu’aucune autre. Mais il n’eîl 
pas furprenanî que nous manquions de mo- 
numens des tems où l’on n’écrivoit pas. 

Il eft peu vraifemblable que les pre¬ 
miers qui s’aviferent de réfoudre la parole 
en lignes élémentaires , aient fait d’abord 
des divifions bien exaéles. Quand ils s’ap- 
perçurent enfuite de l’inlufHfance de leur 
analyfe, les uns, comme les Grecs, mul¬ 
tiplièrent les caractères de leur alphabet > 
les autres fe contentèrent d’en varier le 


des Langues. 233 

fens ou le fon par des poûtions ou com- 

binalfons difFérentes. Ainfi paroiffent écrites 
les infcriptions des ruines de Tchelminar ^ 
dont Chardin nous a tracé des Edypes. 
■On n’y diftingue que deux figures ou 
caracleres (*), mais de diverfes grandeurs & 
pofés en diiFérens fens. Cette langue incon¬ 
nue & d’une antiquité prefque effrayante , 
devoit pourtant être alors bien formée, 
à en juger par la perfeâion des arts qu’an¬ 
noncent la beauté des carafteres (•!■) & les 


( * ) Des gens s'’étonnent , dit Chardin , que deux figures 
pîiijfent faire tant de Lettres , mais -pour moi je ne vois pas la. 
de quoi s"'étonner fi fort , puifque Les Lettres de notre ALphaijet , 
qui font au 'nombre de vingt-trois , ne font pourtant compofees 
que de deux lignes , La droite CJ* la circulaire , c'^efi-a-dire , 
qu'gavée un C ^ un I ^ on fait toutes les lettres qui compofient 
nos mots. 

(t) Ce caractère par oit fort beau ^ iC a rien de confus ni 
de barbare, Uon dirait que les lettres auraient etc dorées ; car il 
^ en a plufiéurs épf fur-tout des Majufeules oh il paraît encore 
de l'or^ c'*efi ajfurément quelque chofe d'admirable ^ d'in- 
eoncevable que l'air n'ait pu -manger cette dorure durant tant 
de fiecles. Du refile , ce n'efl pas merveille qu'aucun de tous 
les Savans du monde rCaient jamais rien compris à cette écri¬ 
ture , puifqu'elle n'approche en aucune maniéré d'aucune écri¬ 
ture qui fait venue a notre connoijfance , au lien que toutes les 
écritures connues aujourd'hui , excepté le Chinois , ont beau¬ 
coup d'affinité entr'elles , Cj paroijfent venir de la meme four ce. 
Ce qu'il y a en ceci de plus merveilleux , efi que les Guebres 
qui font les refies des Anciens Perfes , ^ qui en confervent ^ 
perpétuent la Religion ^ non-feulement ne connoijfent pas mieuti 




2,34 Essai sur l’Origine 

monumcns admirables où fe trouvent ces 
infcriptions. Je ne fais pourquoi l’on parle 
Ji peu de ces étonnantes ruines : quand 
j’en lis la defcription dans Chardin, je 
me crois tranfporté dans un autre monde. 
11 me femble que tout cela donne furietife- 
ment à penfer. 

L’art d’écrire ne tient point à celui de 
parler. Il tient à des befoins d’une autre 
nature , qui naiffent plus tôt ou plus tard 
félon des circonftances tout-à-fait indépen¬ 
dantes de la durée des peuples , qui 
pourroient n’avoir jamais eu lieu chez 
des nations très-anciennes. On ignore du¬ 
rant combien de liecles l’art des Hyero- 
gliphes flit peut-être la feule écriture des 
Egyptiens , & il eft prouvé qu’une telle 
écriture peut fuffire à un peuple police, 
par, l’exemple des Mexicains qui en avoien^ 
une encore moins commode. 


€es caraÛeres que mus, mais que leurs car aller es 7i'y rejfem^ 
klent 'pas plus que les nôtres. IP ou il s'eîifuit , ou que c'‘eji un 
earaHere de cabale ; et? qui n'eft pas vraifemblable , ptiifque 
ce caraliere eft le commwi H naturel de l'édifice en tous en¬ 
droits , ^ qu''il rCy en a pas d'autres du meme cifeau; ou qu’il 
eft d'une fi grande antiqtiité que nous n'o ferions prej que le dire. 
En effet, Chardin feroit préfiimer , fur ce paffage , que du 
tems de Cirus & des Mages , ce caraaere étoit déjà oublié, 
& tout aulTi peu eomiu qu’aujourd’hui. 



DES Langues; 235» 
En comparant l’alphabet Cophte a 1 al¬ 
phabet Syriaque ou Phénicien , on Juge 
aifément que l’un vient de l’autre, & il 
ne feroit pas étonnant que ce dernier fut 
l’original, ni que le peuple le plus mo¬ 
derne eût à cet égard inftruit le plus an¬ 
cien. Il eft clair auffi que l’alphabet Grec 
vient de l’alphabet Phénicien ; l’on voit 
même qu’il en doit venir. Que Cadmus 
ou quelque autre l’ait apporté de Phé¬ 
nicie , toujours paroît-il certain que lesi 
Grecs ne l’allerent pas chercher & que les 
Phéniciens l’apporterent eux-mêmes : car, 
des peuples de l’Alie & de l’Afrique, ils 
furent les premiers & prefque les feuls 
( * ) qui commercèrent en Europe , & ils 
vinrent bien plutôt chez les Grecs que 
les Grecs n’allerent chez eux : ce qui ne 
• prouve nullement que le peuple Grec ne 
foit pas aufli ancien que le peuple de 
Phénicie. 

D’abord les Grecs n’adopterent pas feu¬ 
lement les caractères des Phéniciens, mais 
même la direftion de leurs lignes de 


(*) Je compte le.»î Carthaginois pour PhénieienSa puïi 
^uUls «toi^nt une çoloflie de Tyjff 



3.36 Essai sur l’Origine 

droite à gauche. Enfuite ils s’aviferent 
d écrire par filions, c’efi:-à-dire ^ en retour¬ 
nant de la gauche à la droite , puis de 
la droite à la gauche alternativement (*). 
Enfin ils écrivirent comme nous falfons 
aujourd’hui en recommençant toutes les 
lignes de gauche à droite. Ce progrès n’a 
rien que de naturel : l’écriture par filions 
efl: fans contredit la plus commode à lire. 
Je fuis même étonné qu’élle ne fe foit 
pas établie avec l’imprefilon , mais étant 
difficile à écrire à la main , elle dut s’a¬ 
bolir quand les manufcrits fe multi¬ 
plièrent. 

Mais bien que l’alphabet > Grec vienne 
de l’alphabet Phénicien, il ne s’enfuit point 
que la langue Grecque vienne de la Phé¬ 
nicienne. Une de.ces propofitions ne tient 
point à l’autre, & il paroît que la langue 
Grecque , étolt déjà fort ancienne , que 
Part d’écrire étoit récent & même impar¬ 
fait chez les Grecs. Jufqu’au fiége de 
Troye ils n’eurent que feize lettres ^ fi 


(* ) V. Paufanias Arcad. Les Latins, dans les commen- 
«lemeiis , écrivirent de même, & de-là» lelon Marins Vie- 
torinus , ell venu le mot de verfus. 


% 


I 



DES Langues. 2,37 
lotitefoîs ils les eurent. On dit que Pala- 
mede en ajouta quatre & Simonide les 
quatre autres. Tout cela eft pris d’un peu 
loin. Au contraire le Latin, langue plus 
moderne, eut prefque dès fa naiffance 
un alphabet complet, dont cependant lès 
premiers Romaiils ne fe fervoient gueres , 
puifqii’ils commencèrent fi tard d’écrire 
leur hiftoire, & que les luftres ne fe mar- 
quoient qu’avec des clous. 

Du refte il n’y a pas une quantité de 
lettres ou élémens de la parole abfolu- 
ment déterminée ; les uns en ont plus les 
autres moins, félon les langues & félon 
les diverfes modifications qu’on donne 
aux voix ôc aux confonnes. Ceux qui ne 
comptent que cinq voyelles fe trompent 
fort : les Grecs en écrivoient fept, les 
premiers Romains fix (*), MM. de Port- 
Royal en comptent dix, M. Duclos dix- 
fept, & je ne doute pas qu’on n’en trou¬ 
vât beaucoup davantage fi l’habitude avoit 
rendu 1 oreille plus fenfible &c la bouche 

{ * ) Vcca/es quas Grxcè feptem , Romulus fex , ufu< fofie. 
tior quinque eommemiTat, y vdnt rejsda. Mart. Capcl- 


0.38 Essai sur l’Origine 

plus exercée aux diverfes modifications , 
dont elles font fufceptibles. A proportion 
de la délicatefl'e de l’organe, on trouvera 
plus ou moins de modifications, entre Va 
aigu & l’o grave , entre l’i & Ve ou¬ 
vert , &c. C’efi: ce que chacun peut éprou¬ 
ver en paffant d’une voyelle à l’autre par 
une voix continue & nuancée ; car on 
peut fixer plus ou moins de ces nuances 
& les marquer par des caraôeres particu¬ 
liers , félon qu’à force d’habitude on s’y 
efl rendu plus ou moins fenfible, & cette 
habitude dépend des fortes de voix ufitées 
dans le langage, auxquelles l’organe fe 
forme infenfiblement. La même chofe peut 
fe dire à-peu-près des lettres articulées ou 
confonnes. Mais la plupart des nations 
n’ont pas fait ainfi. Elles ont pris l’alpha¬ 
bet les unes des autres , & repréfente 
par les mêmes caraèleres , des voix & 
des articulations très-différentes. Ce qui 
fait que , quelque exaèle que foit l’or¬ 
thographe , on lit toujours ridiculement 
une autre langue que la fienne, à moins 
qu’on n’y foit extrêmement exerce. 

L’écriture , qui femble devoir fixer la 
langue, efl précifément ce qui Taltere i 


des Langues; 159 
elle n’en change pas les mots mais le ge*^ 
nie; elle fubftitue l’exaftltucle a 1 cxprefîion. 
L’on rend fes fentiincns quand on parle 
& fes idées quand on écrit. En écrivant 
on eft forcé de prendre tous les mots 
dans l’acception commune ; mais celui qui 
parle varie les acceptions par les tons ^ 
il les détermine comme il lui plaît ; moins 
gêné pour être clair, il donne plus a la 
force, & il n’eft ^as poffible qu’une lan¬ 
gue qu’on écrit garde long-tems la viva¬ 
cité de celle qui n’eft que parlé. On écrit 
les voix & non pas les fons : or dans 
une langue accentuée ce font les fons , 
les accens , les inflexions de toute efpece 
qui font la plus grande énergie du lan¬ 
gage ; & rendent une phrafe , d'ailleurs 
commune, propre feulement au lieu oii 
elle eft. Les moyens qu’on prend pour 
fuppléer à celui - là , étendent , alongent 
la langue écrite , & paffant des livres 
dans le difcours énervent la parole même 
(*). En difant tout comme on l’écriroit 
on ne fait plus que lire en parlant. 


(*) Le meilleur de ces moyens, 8c qui n’auroît pas ce 
fâéfaut, feroit la pon^uatioji, fi on l’eût iRiflee moins im- 



X40 Essai sur l’Origine 

V 

chapitreVi. 

s’il probable quHomere ah fu écrire, 

C^Uoi qu’on nous difé de l’invention 
de l’alphabet Grec, je la crois beaucoup 
plus moderne qu’on ne la fait, & je fende 
principalement cette opinion fur le carac- 
lere de la langue. Il m’eft venu bien fou- 
vent dans l’efprit de douter non-leulement 
qu’Homere fût écrire ; mais même qu’on 
écrivît de fon tems. J’ai grand regret que 
ce doute foit fi formellement démenti par 
l’hiftoire de Bellerophon dans l’Iliade ; 
comme j’ai le malheur auffi bien que le 
Pere Hardouin d’être un peu obiliné dans 


parfaite. Pourquoi, par exenipie , n’avons-nous pas de point 
vocatif? Le point interrogant que nous avons étoit beau¬ 
coup moins nécefiaire ,* car , par la feule conftruftion , ou 
voit fi Ton interroge ou fi 1 on n’interroge pas, au moins 
dans notre langue. Ve?iez~vous Sc vous venez ne font pas la 
même chofe. Mais comment diftinguer , par écrit , un 
homme qu'on nomme d’un homme qu’on appelle ? C’cft-là 
vraiment une équivoque qu'eût levé le point vocatif. La 
même équivoque fe trouve dans l’ironie , quand l’accent 

jie la fait pas fentir. 


mes 








DES Langues; 2.41' 
Snes paradoxes , fi j’étois moins igno¬ 
rant , je (erois bien tenté d’étendre mes 
doutes fur cette hifloire même, & de 
i’accufer d’avoir été fans beaucoup d’exa*- 
men interpollée par les compilateurs d’Ho- 
rnere. Non-feulement dans le refte de l’Iliade 
on voit peu de traces de cet art ; mais 
j’ofe avancer que toute • l’Gdili'ée n’efl 
qu’un till'u de bêtifes Sc d’inepties qu’une 
lettre ou deux euITent réduit en fumée, 
au lieu qu’on rend ce poëme raifonnable 
& même aflez bien conduit, en fuppo-' 
fant que fes héros aient ignoré l’écriture. 
Si l’Iliade eût été écrite, elle eût été beau¬ 
coup moins chantée, lesRhapfodes euffent 
été moins recherchés & fe feroient moins 
multipliés. Aucun autre Poète n’a été ainli 
chanté , fi ce n’eÛ le TalTe à Venife , en¬ 
core n’eft-ce que par les Gondoliers qui 
ne font pas grands lecteurs. La diverlité 
des dialeétes employés par Homere forme 
encore un préjugé très-fort. Les dialeéles 
diftingués par la parole fe rapprochent Sz 
fe confondent par récriture, tout fe rap¬ 
porte infenliblemenî à un modèle com¬ 
mun. Plus une nation lit & s’inflruit 

plus fes dialedes s’effacent, & enfin ilsi 

hiujlqm , Q 


242 - Essai SUR l’Origine 
ne reftent plus qu’en forme de jargon 
chez le peuple , qui lit peu & qui n’écrit 
point. 

Or, ces deux Poëmes étant poftérieurs 
au fiége de Troye, il n’eft gueres appa¬ 
rent que les Grecs qui firent ce fiége con- 
nuffent l’écriture & que le Poëte qui 
le chanta ne la connût pas. Ces Poëmes 
refterent long-tems écrits , feulement dans 
la mémoire des hommes ; ils furent raf- 
femblés par écrit affez tard & avec beau¬ 
coup de peine. Ce fut quand la Grece 
commença d’abonder en livres & en poéfie 
écrite, que tout le charme de celle d’Ho- 
jnere fe fit fentir par comparaifon. Les 
autres Poëtes écrivoient, Homere feul 
avoit chanté, & ces chants divms n’ont 
ceffé d’être écoutés avec ravlffement que 
quand l’Europe s’efl couverte de barbares, 
qui fe font mêlés de juger c.e qu’ils ne 
pouYoient fentir. 



SES Langues.' 


243 

r-— . - .. 

CHAPITRE VII. 

De là Profodic moderne . 

J^^Ous n’avôns aucune idée d’une laii* 
gue fonore & harmonieufe , qui parle au¬ 
tant par les fons que par les voix. Si 
l-’on croit fuppléer à l’accent par les ac- 
cens on fe trompe : on n’invente les ac- 
cens que quand l’accent ell déjà perdu 
* ), Il y a plus ; nous croyons avoir 


(*) CLiieîques Savans prétendent, contre l’opinion com^ 
înune &: contre la preuve tirée de tous les anciens manuf^ 
crits , que les Grecs ont connii & pratiqué dans l’écriture 
les lignes appellés accens, & ils fondent cette opinion futf 
deux palla^es que je vais tranfcrire l’un & l’autre , afin 
gue le lecleur puilTe juger de leur vrai fens. 

Voici le premier tiré de Cicéron, dans fou traité de 
rOrateur , liv. III. N®. 44. 

Hanc dili%entiam fubfèquitur modus etiam ^ forma verb^A 
tum , quod jam 'vereor ne huic Catulo videatur ejfe puerile^ 
Ver fus enim veteres illi in hac folutâ oratione propemodum » 
hoc eji ^ numéros quofdam , nobis effe adhibendos putaverunià 
Jnterfpirationis enim non dcfatigationis nojlra ; neque libroA 
riorum notis , Çed verborum ^ fe?itentiarum modo , interp-môias 
(laufuLas in orcitionibus ejfe volticrunt : idque Princeps Ijbcratee 
injiituijfe fertur , ut inconditam antiquorum dicendi confuetu^ 
dinem , deLeddationis , atque auriurn caufa ( quemadmodurfiS; 
Jcribit difcipubidi eju4 Naiicraief } uvtpieris adjlringeret* 









144 Essai sur l’Origine 
des accens dans notre langue , & nous 
n’en avons point : nos prétendus accens 
ne font que des voyelles ou des fignes 
de quantité ; ils ne marquent aucune va¬ 
riété de fons. La preuve ed que ces ac¬ 
cens fe rendent tous, ou par des tems 
inégaux, ou par des modifications des le- 

. . ■ ... '■ . . . ■ ■' 

Kamque duo ^ mujtci ^ qui erant quandam iidem foetoo^ 
machinati ad voluptatem funt verfum , atciue cantum , vÀ 
njerborum numéro , c!T’ vocurn modo , deleSiatione vincerent au* 
rium fatietatem^ Hcec igitur duo , vocis dico moderationem , ^ 
njerborum conclujionem quoad orationis feveritas pati pojjît , 4 
foetica ad eloquentiam traducenda duxerunt. 

Voici le fécond tiré d’Ifidore , dans fes Ori^nes. L. I, 

Prd:terea quadam Çcntentiarum nota apud celeberrimos aucio* 
Tes j'uerunt , quafque antiqui ad dijiinêiionem fcripturaruni 
carminibus Pf hijîoriis appojuerunt. ISota , eji figura propria 
in littera modum pofita , ad demonfirandum unamquamqus 
'verbi fententiarumque ac verfuum rationem. Nota autemver^ 
Jîbus apponuntur y numéro XXVI. qua funt nominibus infra 
fcriptis , pj'c. 

Pour moi , le vois-là que du tems de Cicéron , les bons 
Copiées pratiquoient la réparation des mots , 8c certains 
fîj^nes équivalens à notre ponctuation. J y vois encore 1 in¬ 
vention du nombre & de la déclamation de la profe attri. 
buée à Ifocrate, Mais je n’y vois point du tout les fignes 
écrits , les accens , & quand je les y verrois , on n’en pour, 
toit conclure qu’une cliofe que je ne difpute pas & qui 
rentre tout-à-fait dans mes principes ; favoir que , quand 
les Romains commencèrent à étudier le Grec , les Copiftes , 
pour leur en indiquer la prononciation , inventèrent les 
lignes des accens , des elprits & de la profodie , mais il ne 
s’enfiiivroit nullement que ces lignes fiifi'ent en ufage paiiïti 
les Grecs qui n’en avoieut aucun befoin. 



I 


DES Langues. 14^ 

vres, de la langue ou du palais qui font 
la diverfité des voix, aucun par des mo¬ 
difications de la glote qui font la diverfité 
des fons. Ainfi quand notre circonflexe n’efl 
pas une fimple voix, il efi une longue ou 
il n’eftrien. Voyons à préfent ce qu’il étoit 
chez les Grecs, 

■ Denis d'Halycarnajfe dit, que l'éléva¬ 
tion du ton dans l'accent aigu & l'abailje- 
meni dans le grave étoient une quinte ; ainfi 
l accent profodique était aujji mujical, fur- 
tout le circonfexe , ou la voix apres avoir 
monte d une quinte defeendoit d'une autre 
quinte fur la meme jyllahe ( * On voit 
afiez par ce pafiage & par ce qui s’y 
rapporte, que M Diiclos ne reconnoît 
point ü accent inufical dans notre langue y 
mais 'feulement l’accent profodique & 

1 accent vocal ; on y ajoute un accent 
orthographique qui ne change rien à la 
voix', ni au fon, pi à la quantité, mais 
qji tantôt indique une lettre fupprimée 
comme le circonflexe, & tantôt fixe le 
fens équivoque d’un monofyllabe , tel 


< *) M. Duclos, Rem. fur la gtam. gtnér. & raifonniîe, 

9 5 




146 Essai strît l’Origins 
que l’accent prétendu grave qui dlftingue 
CIL adverbe de lieiq de ou particule disjonC"* 
tive , & à pris pour article du même 4 
pris pour verbe ; cet accent dillingue à 
l’œil feulement ces monofyliabes , rien ne 
les dlftingue à la prononciation ( j" )» 
Ainft la définition de l’accent que les 
François ont généralement adoptée , ne 
convient à aucun des accens de leur 
langue. 

Je m’attends bien que plufteurs de leurs 
grammairiens , prévenus que les accens 
marauent élévation ou abaiffement de 
voix', ft* récrieront encore ici au para¬ 
doxe , & faute de mettre affez de foins 
à l’expérience , ils croiront rendre par les 
modihcatlons de la glote ces mêmes ac- 
cens qu’ils rendent uniquement en va-^ 
riant les ouvertures de la bouche ou 
les pofitions de la langue. Mais voici ce 
que j’ai à leur dire pour conftater l’ex- 


(t) On pourroit croire que c’eft par ce même accent 
que les Itdliehs diftinguent, par exemple, l verbe de « 
conjonétion ; mais le pfemier fe diftingue à l’oreille par- 
un l'on plus fort & plus appuyé , ce qui rend vocal l’accen^ 
dont il ell marqué : obfervatioii que le Buonmattei eti 





d'e s Langue s; 1,47 
pcrience & rendre ma preuve fans ré¬ 
pliqué. / 

Prenez exa£lement avec la voix l’unif- 

fon de quelque inftrument de Mufique,' 
& fur cet uniffon prononcez de fuite tous 
les mots françois les plus diverfement 
accentués que vous pourrez raffembîer ; 
comme il n’eft pas ici queftion de l’ac¬ 
cent oratoire, mais feulement de l’accent 
grammatical , il n’eft pas même nécef- 
laire que ces divers mots aient un fens 
fuivi. Obfervez en parlant ainfi, fi vous 
ne marquez pas fur ce même fon tous 
les accens aufli fenfiblement, aufli nette¬ 
ment que fi vous prononciez fans gêne en 
variant votre ton de voix. Or , ce fait 

4 

fuppofé, & il eft inconteftable , je dis 
que pulfque tous vos accens s’expriment 
fur le même ton, ils ne marquent donc-., 
pas des fons différens. Je n’imagine pas 
ce qu’on peut répondre à cela. 

Toute langue oii l’on peut mettre plu- 
fieurs airs de Mufique fur les mêmes pa^^ 
rôles y n’a point d’accent mufical déter¬ 
miné. Si l’accent étoit déterminé, l’air le 
feroit aufli. Dès que le chant eft arbi¬ 
traire, l’accent eû compté pour rien, 

.Q 4 


148 Essai sur l’Orîgïnê 

Les langues modernes de l’Europe font 
toutes du plus au moins dans le même 
cas. Je n’en excepte pas même l’italienne. 
La langue italienne , non plus que la fran- 
çoife, n’efl: point par elle-même une lan¬ 
gue muficale. La différence ed: feulement 
que l’une fe prête à la Mufique, & que 
l’autre ne s’y prête pas. 

Tout ceci mene à la confirmation de ce 
principe , que par un progrès naturel tou¬ 
tes les langues lettrées doivent changer 
de caraftere & perdre de la force en ga¬ 
gnant de la clarté ; que plus on s’atta¬ 
che à perfectionner la grammaire & la 
logique , plus on accéléré ce progrès , 
& que pour rendre bientôt une langue 
froide & monotone , il ne faut qu’éta¬ 
blir des académies chez le peuple qui la 
parle. 

On connoît les langues dérivées par 
la différence de l’orthographe à la pro¬ 
nonciation. Plus les langues font antiques 
& originales , moins il y a d’arbitraire 
dans la maniéré de les prononcer , par 
conféquent moins de complication de ca- 
raCteres pour déteyniner cette prononcia¬ 
tion. Tous les Jlgnesprofodiques des anciens ^ 


DES Langues, 2.49 
aît M. Duclos , fuppojc que rcmploi^ en 
fut bien fixé y ne valolent pas encore i nfage. 
Je dirai plus y ils y furent liibllitues. Lt^s 
anciens Hébreux n’avoient ni points , ni 
accens, ils n’avoient pas meme des voyelles. 
Quand les autres Nations ont voulu fe 
mêler de parler Hébreu, & c[ue les Juifs 
ont parié d’autres langues y la leur a perdu 
fon accent ; il a fallu des points y des figues 
pour le régler, & cela a bien plus réta¬ 
bli le fens des mots que la prononcia¬ 
tion de la langue. Les Juifs de nos jours , 
parlant Hébreu y ne feroient plus entendus 
de leurs ancêtres. 

Pour favoir i’Anglois,!! faut l’appren¬ 
dre deux fois, l’une à le lire y & l’au¬ 
tre à le parler. Si un Anglois lit à haute 
voix y & qu’un étranger jette les yeux 
fur le livre , l’étranger n’apperçoit aucun 
rapport entre ce qu’il voit & ce qu’il en¬ 
tend. Pourquoi cela? parce que.l’Angle^ 
terre ayant été fucceffivement conquile 
par divers peuples, les mots fe font tou¬ 
jours écrits de meme , tandis que la ma¬ 
niéré de les prononcer a fouvent changé; 
Il y a bien de la différence entre les fignes 
qui déterminent le fens de d’écriture &; 


lyo Essai sur l’Origine 
■ ceux qui règlent la prononciation. Il fe« 
roit aile de faire avec les feules confon- 
nes une langue fort claire par écrit, mais 
qu’on ne fauroit parler. L’Algebre a quel¬ 
que chofe de cette langue-là. Quand une 
langue eft plus claire par fon orthographe 
que par fa prononciation, c’eft un ligne 
qu’elle eft plus écrite que parlée ; telle 
V pouvoir être la langue lavante des Egyp¬ 
tiens ; telles font pour nous les langues 
mortes. Dans celles qu’on charge de con- 
fonnes inutiles , Tccriture lemble même 
avoir précédé la parole , & qui necroiroit 
la Polonoife dans ce cas-là '{ Si cela étoit, 
le Polonois devroit être la plus froide do 
toutes les langues. 

1 ^ —- -. ■ 

CHAPITRE VIII. 

Différence générale & locale dans l'Origlm^ 

des Langues. 

JL O U T, ce que j’ai dit jufqu’ici con¬ 
vient aux langues primitives en général, 
& aux progrès qui réfultent de leur du¬ 
rée , mais n’explique ni leur origine , ni 







DES Langues; 251 
leurs différences. La principale caufe qui 
les diftingue eft locale ^ elle vient des 
climats où elles naiflent, & de la ma¬ 
niéré dont elles fe forment ; c’eft à cette 
caufe qu’il faut remonter pour concevoir 
la différence générale & caraûériftique 
qu’on remarque entre les langues du midi 
& celles du nord. Le grand défaut des 
Européens eft de philofopher toujours 
Yur les origines des chofes, d’après ce 
qui fe paffe autour d’eux. Ils ne man¬ 
quent point de nous montrer les pré'miers 
hommes, habitant une terre ingrate & 
rude, mourant de froid & de faim, em- 
preflés à fe faire un couvert & des habits » 
ils ne voient par-tout que la neige & les 
glaces de l’Europe ; fans fonger que l’ef- 
pece humaine, ainli que toutes les autres,' 
. a pris naiffance dans les pays chauds , & 
que fur les deux tiers du globe l’hiver 
eft à peine connu. Quand on veut étudier 
les hommes, il faut regarder près de foi ; 
mais pour étudier l’homme il faut appren¬ 
dre à porter fa vue au loin ; il faut d’abord 
obferver les différences pour découvrir les 
propriétés. 

Le genre*huir.ain né dans les pays chauds , 


I 


Essai sur l’Origine 

s’étend de-là dans les pays froids; c’ell 
dans ceux-ci qu’il fe multiplie & reflue 
enfuite dans les pays chauds. De cette 
aftion & réaftion, viennent les révolu¬ 
tions de la terre & l’agitation continuelle 
de fes habitans. Tâchons de fuivre dans 
nos recherches l’ordre même de la nature. 
J’entre dans une longue digrelTion fur un 
fujet fl rebattu qu’il en ell trivial", mais 
auquel il fauttoujours revenir malgré qu’on 
en ait pour trouver l’origine des inftitutions 
humaines. 

k 

CHAPITRE IX. 

Formation des Langues Méridionales. 

13Ans les premiers tems (*) les hom¬ 
mes épars fur la face de la terre n’avoient 
de fociété que celle de la famille, de 
ioix que celles de la nature, de langue 


(* ) Pappelle les premiers tems ceux de la difperfioft 
des hommes, à quel<iiie âg:e du genre-liuuiaiu qu’on veuille 
en fixer l’époque. 


\ 


/ 













DES Langues. 153 
qiie le gefte & quelques fous Inarticu- 
΀S (-!•*). Ils nétolent liés par aucune 
idée de fraternité commune , & rfayant 
aucun arbitre que la force ^ ils fe croyoïeijt 
ennemis les uns des autres. C’étoient leur 
foiblefle & leur ignorance qui leur don- 
nolent cette opinion. Ne connolflant rien , 
ils craignoient tout , ils attaquoient pour 
fe défendre. Un homme abandonné feul 
far la face de la terre, à la merci du 
genre-humain, de volt être un animal fé¬ 
roce. Il étoit prêt à faire aux autres tout 
le mal qu’il craignoit d’eux. La crainte 
& la foiblefle font les fources de la 
cruauté. 

Les affeélions fociales ne fe dévelop- 
pent en nous qu’avec nos lumières. La 
pitié , bien que naturelle au cœur de 
rhomme, reflerolt éternellement inactive 


(t) Ces véritables langues n’ont point ime origine do- 
meftique , il n’y a qu’ime conventioil pins générale & pins 
durable qui les établir. Les Sauvages de rAniérique 

r.e parlent prefque jamais que hors de chez eux,’ chacuu 
garde le filence dans fa cabane , il parle pax fignes \ 
fa famille , & ces lignes font peu fréquens, parce qu’un 
Sauvage eft moins inquiet , moins impatient qu’im Euro¬ 
péen , qu’il n’a pas tant de belbins:, Sc qu’il , prend foin 
d’y pourvoir lui - même. 



154 Essai sur l’Origine 

fans l’imagination qui la met en jeu. Coni” 
ment nous laiflbns - nous émouvoir à la 
pitié ? En nous tranfportant hors de nous- 
mêmes; en nous identifiant avec l’être 
fouffrant. Nous ne foufFrons qu’autant que 
nous jugeons qu’il foufire ; ce n’efl pas 
clans nous, c’eli: dans lui que nous foufFrons. 
Qu’on fonge combien ce tranfport fup-* 
pofe de connoifFances acquifes ! Comment 
imaginerois-je des maux dont je n’ai nulle 
idée ? comment foufFrirois-je en voyant 
foufFrir un autre , fi je ne fais pas même 
^u’il foufFre, fi j’ignore ce qu’il y a de 
commun entre lui & moi ? Celui qui n’a 
jamais réfléchi, ne peut pas être ni clé¬ 
ment , ni jufte, ni pitoyable : il ne peut 
pas non plus être méchant & vindicatif. 
Celui qui n’imagine rien , ne fent que 
lui-même ; il efl feul au milieu du genre- 
humain. 

/ La réflexion naît des idées comparées 
& c’eft la pluralité des idées qui porte 
. à les comparer! Celui qui ne voit quuiî 
feul objet n’a point de comparaifon à 
faire. Celui qui n’en volt qu’un petit 
nombre, & toujours les mêmes dès fon 
enfiince j ne les compare point encore, 


Dts Langues; 457 
l^rce que l’habitude de les voir lui ôte 
l’attention nécefl'aire pour les examiner : 
mais à mefure qu’un objet nouveau nous 
frappe, nous voulons le connoître ; dans 
ceux qui nous font connus nous lui chéV- 
chons des rapports : c’eft ainll que nous 
apprenons à confidérer ce qui eft fous 
nos yeux, & que ce qui nous eft étran¬ 
ger nous porte à l’examen de ce qui nous 
touche. 

Appliquez ces idées aux premiers hom¬ 
mes , vous verrez la raifon de leur barbarie.' 
N’ayant jamais rien vu que ce qui étoit 
autour d’eux, cela même ils ne le con- 
noiflbient pas ; ils ne fe connoiflbient 
pas eux-mêmes. Ils avoient l’idée d’unpere, 
d’un fils, d’un frere , & non pas d’un hom¬ 
me. Leur cabane contenoit tous leurs 
femblables ; un étranger , une bête , un 
monftre, étoient pour eux la même chofe : 
hors eux & leur famille, l’univers en¬ 
tier ne leur étoit rien. 

De-là , les contradiftions apparentes 
qu’on voit entre les peres des nations: 
tant de naturel & tant d’inhumanité, 
des mœurs fi féroces & des cœurs ft 
tendres, tant d’amour pour leur famillç 


156 Essai SUR l^Origînf. 

& craverfîon pour leur efpece. Tous îelifS 
fcntimens concentrés entre leurs proches, 
en avoient plus clcriergie. Tout ce qu’ils 
connoliTolent leur étoit cher. Ennemis du 
relie du monde qu’ils ne voyoient point 
& qu’ils ignoroient, ils ne haïîToient que 
ce qu’ils ne pouvoient connoître. 

Ces tems de barbarie étoient le fiecle 
d’or, non parce que les hommes étoient 
unis', mais parce qu’ds étoient féparés. 
Chacun , dit-on, s’eftimoit le maître de 
tout, cela peut être ; mais nul ne con- 
noiiToit & ne deliroit que ce qui' étoit 


fous fa main : fes befoins, loin de le 
rapprocher de fes feinblables l’en élôi- 
gnoient. Les hommes, fi l’on veut, s’at- 
taquoient dans la rencontre, m.ais ils fe 
rencontroient rarement. Par-tout régnoit 
l’état de guerre , & toute la terre étoit 


en paix. 

Les premiers hommes furent chafléurs 
ou bergers,.& non pas laboureurs; les 
premiers biens furent des troupeaux & 
non pas des champs. Avant que la pro¬ 
priété de la terre fût partagée , nul ne 
penfolt û la cultiver. L’Agriculture cil 
un art qui demande des initruritens ; fe- 


mer 


DES Langues." 157 

mer pour recueillir eft une précaution 
qui demande de la prévoyance. L’homme 
en fociété cherche à s’étendre , l’homme 
ifolé fe refferre. Hors de la portée ou 
fon œil peut voir, & oii fon bras peut 
atteindre, il n’y a plus pour lui ni droit , 
ni propriété. Quand le Cyclope a roulé 
la pierre à l’entrée de fa caverne, fes 
troupeaux & lui font en fureté. Mais qui 
garderoit les moiffons de celui pour qui 
les loix ne veillent pas? 

On me dira que Caïn fut laboureur 
& que Noé planta la vigne. Pourquoi 
non } Ils étoient feuls , qu’a volent-ils k 
craindre ? D’ailleurs ceci ne fiit rien con¬ 
tre moi ; j’ai dit ci-devant ce que j’en- 
tendois par les premiers tems. En deve¬ 
nant fugitif, Caïn fut bien forcé d’aban¬ 
donner l’agriculture ; la vie errante des 
defcendans de Noé dut auffi la leur faire 
oublier ; il fallut peupler la terre avant de 
la cultiver ; ces deux chofes fe font mal 
enfemble. Durant la première difperlîon 
du genre-humain , j'ufqu’à ce que la fa¬ 
mille fût arrêtée, & que l’homme eût 
une habitation fixe, il n’y eut plus d’a¬ 
griculture. Les peuples qui ne fe fixent 
Mujique. R 


158 Essai SUR l’OR iGiNE 
point, ne faiirolent cultiver la terre ; tels 
furent autrefois les Nomades , tels fu¬ 
rent les Arabes vivant fous des tentes, 
les Scythes dans leurs chariots , tels font 
. encore aujourd’hui les Tartares errans, 
& les Sauvages de l’Amérique. 

Généralement chez tous les peuples 
dont l’origine nous eft connue , on trouve 
les premiers barbares voraces & carna- 
ciers , plutôt , qu’agriculteurs & granivo¬ 
res. Les Grecs nomment le premier qui 
leur apprit à labourer la terre, & il 
•paroît qu’ils ne connurent cet art que 
fort tard : mais quand ils ajoutent qu’a¬ 
vant Trlptoleme ils ne vlvoient que de 
gland , ils difent une chofe fans vraifem- 
blance & que leur propre hiftoire dé¬ 
ment ; car ils mangeoient de la chair avant 
Trlptoleme, puifqu’il leur défendit d’en 
manger. On ne voit pas , au refie, quils 
aient tenu grand compte de cette défenfe. 

Dans les feflins d’Homere, on tue un 
bœuf pour régaler fes hôtes, comme on 
tueroit de nos jours un cochon de lait. 
.En llfant qu’Abraham fervlt un veau à 
trois perfonnes , qu’Eumee fit rôtir deux 
chevreaux pour le dîner d üliffe, ôi qu au- 


DES Langues; 159 
tant en fit Rebecca pour celui de fon 
mari, on peut juger quels terribles dé¬ 
voreurs de viande étoient les hommes de 
ces tems-là. Pour concevoir les repasxles 
anciens on n’a qu’à voir aujourd’hui ceux 
des Sauvages ; j’ai failli dire ceux des 
Anglois. • 

Le premier gâteau qui fut mangé fut 
la communion du genre-humain. Quand 
les hommes commencèrent à fe fixer ils 
défrichoient quelque peu de terre autour 
de leur cabane , c’étoit un jardin plutôt 
qu’un champ. Le peu de grain qu’on re- 
cuelllolt fe broyoit entre deux pierres 
on en faifoit quelques gâteaux qu’on cui- 
,folt fous la cendre , ou fur la bralfe, ou 
fur une pierre ardente , dont on ne man- 
geoit que dans les feftins. Cet antique 
ufage qui fut confacré chez les Juifs par 
la Pâque , fe conferve encore aujourd’hui 
dans la Perfe & dans les Indes. On n’y 
mange que des pains fans levain, & ces 
pains en feuilles minces , fe cuifent & fe 
confomment à chaque repas. On ne s’eR 
avlfé de faire fermenter le pain que quand 
il en a fallu davantage , car la fermenta- 
.tion fe fait mal fur une petite quantité. 

Ri’ 


2 .6 o Essai sur l’Origine 

Je fais qu’on trouve déjà l’agriculturô 
en grand dès le tems des Patriarches. Le 
voifinage de l’Egypte avoit dû la porter 
de bonne-heure en Paleftine. Le livre de 
Job, le plus ancien , peut-être, de tous 
les livres qui exiftent, parle de la culture 
des champs, il compte cinq cents paires 
de bœufs parmi les richefles de Job ; ce 
mot de paires montre ces bœufs accou¬ 
plés pour le travail ; il eft dit politive- 
ment que ces bœufs labouroient quand 
les Sabéens les enlevèrent, & l’on peut 
juger quelle étendue de pays dévoient 
labourer cinq cents paires de bœufs. 

Tout cela efl vrai ; mais ne confondons 
point les tems. L’âge patriarchal que nous 
connoiflbns eft bien loin du premier âge. 
L’écriture compte dix générations de l’im 
à l’autre dans ces fiecles où les hommes 
vivoient long-tems. Qu’ont-ils fait durant 
ces dix générations ? Nous n’en favons 
rien. Vivant épars & prefque fans fociété , 
à peine parloient-ils ; comment pouvoient- 
ils écrire ? Et dans l’uniformité de leur vie 
ifolée quels événemens nous auroient-ils 
tranfmis. 

Adam parloit j Noé parloit ; foit. Adam 


des Langues. a6r 
avolt été inflriiit par Dieu même. En fe 
divifant, les enfans de Noé abandonnè¬ 
rent l’agriculture , & la langue commune 
périt avec la première fociété. Cela fe- 
roit arrivé quand il n’y auroit jamais eu 
de tour de Babel. On a vu dans des Illes 
défertes des folitaires oublier leur propre 
langue : rarement après plufieurs généra¬ 
tions , des hommes hors de leurs pays con- 
1er vent leur premier langage, même ayant 
des travaux communs & vivant entr’eux en 
fociété. 

Epars dans ce vafte défert du monde 
les hommes retombèrent dans la lluplde 
barbarie oîi ils fe feroient trouvés, s’ils 
étoient nés de la terre. En fuivant ces 
idées 11 naturelles, il ell alfé de concilier 
l’autorité de l’Ecriture avec les monu- 
mens antiques , & l’on n’eft pas réduit 
à traiter de fables, des traditions aulîi an¬ 
ciennes que les peuples qui nous les ont 
tranfmifes. 

Dans cet état d’abrutilTement il falloit 
vivre. Les plus aélifs, les plus robuftes , 
ceux qui allolent toujours en avant ne 
pouvolent vivre que de fruits &c de chalTe ; 
ils devinrent donc chalTeurs, violens, fan- 

^ 3 


aSi Essai sur l’Origine 

guinaires ; puis avec le tems guerriers > 
conquérans,ufurpateurs. L’hiftoire a fouillé 
fes monumens des crimes de ces premiers 
Rois ; la guerre & les conquêtes ne font 
que des chaflcs d’hommes. Après les avoir 
conquis, il ne leur manquoit que de les 
dévorer. C’eft ce que leurs fucceffeurs ont 
appris à faire. 

Le plus grand nombre, moins aélif & 
plus paifible, s’arrêta le plutôt qu’rlput, 
aflembla du bétail, l’apprivoifa, le rendit 
docile à la voix de l’homme, pour s’en 
nourrir , apprit à le garder, à le multi¬ 
plier ; & ainfi commença la vie paf- 
torale.^ 

L’induftrie humaine s’étend avec les 
befoins qui la font naître. Des trois ma¬ 
niérés de vivre poflibles à l’homme, fa- 
voir la chaffe, le foin des troupeaux 
l’agriculture , la première exerce le corps 
à la force , à l’adreffe , à la courfe ; l’ame 
au courage, à larufe ; elle endurcit l’homme 
& le rend féroce. Le pays des chaifeurs 
n’eft pas long-tems celui de la chalTe (*), 


(*) Le métier de ch a (Te ur n^eft point favorable à la po¬ 
pulation. Cette obfervation qu’on a faite quand les Ifles de 



DES Langues. 163 
il faut pourfuivre au loin le gibier, de¬ 
là l’équitation. Il faut atteindre le même 
gibier qui fuit ; de-là les armes legereS, 
la fronde , la flèche , le javelot.^ L art 
paftoral, pere du repos & des pallions 
oifeufes efl celui qui fe fuffit le plus à 
lui-même. Il fournit à l’homme, prefque 
fans peine, la vje le vêtement; il lui 
fournit même fa demeure ; les tentes des 
premiers bergers étoient faites de peaux de 
bêtes : le toit de l’arche & du tabernacle 
de Moïfe n’étoit pas d’une autre étoffe. 
A l’égard de l’agriculturé, plus lente à 
naître, elle tient à tous les arts ; elle 
amene la propriété , le gouvernement , 
les loix , & par degré la mifere & les cri¬ 
mes, inféparables pour notre efpece , de 
la fcience du bien & du mal. Audi les 
Grecs ne regardoient - ils pas feulement 
Triptoleme comme l’inventeur.d’un art uti- 


St. Domingue 8c de la Tortue étoient habitées par des bou¬ 
caniers , fe confirme par l’Etat de l’Amérique Septentrio¬ 
nale. On ne voit point que les peres d’aucuhe nation nom- 
breufe , aient été chafleurs par état; ils ont tous été agri¬ 
culteurs ou bergers. La chafTe doit donc être moins conîî- 
iérée ici comme reflburce de fubfiftance , que comme im 
acceffoire de l’état paftoral. 

R 4 



2_64 Essai sur l’Origine 

le, mais comme un inftituteur & un fage, du¬ 
quel ilstenoient leur première difcipline ôc 
leurs premières loix. Au contraire , Moïfe 
femble porter un jugement d’improbation 
fur l’agriculture, en lui donnant un mé¬ 
chant pour inventeur & faifant rejetter 
de Dieu fes offrandes : on diroit que le 
premier laboureur annonçoit dans fon 
caraétere les mauvais efïets de fon art. 
L’auteur de la Genefe avoit vu plus loin 
qu’Hérodote. 

A la divifion précédente fe rapportent 
les trois états de l’homme conlidéré par 
rapport à la fociété. Le Sauvage eft chaf- 
feur, le Barbare eff berger, l’homme civil 
eff laboureur. 

Soit donc qu’on recherche l’origine 
des arts, foit qu’on obferve les premiè¬ 
res mœurs on voit que tout fe rapporte , 
dans fon principe aux moyens de pour¬ 
voir à la fubfiftance, & quanta ceux de 
ces moyens qui ralTemblent les hommes, 
ils font déterminés par le climat & par 
la nature du fol. Ceft donc auffi par les 
mêmes caufes qu’il faut expliquer la di- 
verfité des langues &C l’oppofition de leurs 
('arafteres. 


B E 5 L A N G U E si 2.65 

Les climats doux, les pays gras & fer¬ 
tiles ont été les premiers peuplés & les 
derniers où les nations fe font formées , 
parce que les hommes s’y pouvoient paffer 
plus alfément les uns des autres , & que 
les befoins qui font naître la fociété , s’y 
font faits fentir plus tard. 

Suppofez un printems perpétuel fur la 
terre ; fuppofez par - tout de l’eau , du 
bétail, des pâturages ; fuppofez les hom¬ 
mes , fortant des mains de la nature, une 
fols difperfés parmi tout cela : je n’ima¬ 
gine pas comment ils auroient jamais re¬ 
noncé à leur liberté primitive, & quitté 
la vie Ifolée & paftorale , fi convenable 
à leur indolence naturelle ( * ) > pour s’im* 


f*) Il eil inconcevable^à quel point l’homme eft natu¬ 
rellement parefTeiix. On diroit qu’il ne vit que pour dor¬ 
mir, végéter, relier immobile; à peine peut-il fe refondre 
â fe donner les niouvemens néceiTaires pour s’empêcher de 
mourir de faim. Rien ne maintient tant les Sauvages 
dans l’amour de leur état que cette délicieufe indolence. 
Les palfions qui rendent l’homme inquiet , prévoyant , 
aftif, ne naiflent que dans la fociété. Ne rien faire eft 
la première Sc la plus forte paflion de rhomme après 
celle de fe conferver. Si l’on y regardoit bien, l’on verrait 
que, même parmi nous, c’eft pour parvenir au repos que 
«hacun travaille ; c’eft encore la pareiTc qui nous renâ 
laborieux. 





166 Essai.SUR l’Origine 
pofer fans nécelfité l’efclavage , les tra¬ 
vaux , les miferes inféparables de l’état 
focial. 

Celui qui voulut que l’homme fût fo- 
ciable , toucha du doigt l’axe du globe & 
l’inclina fur l’axe de l’univers. A ce léger 
mouvement, je vois changer la face de 
la terre & décider la vocation du genre- 
humain : j’entends au loin les cris de joie 
d’une multitude infenfée ; je vois édifier 
les Palais & les Villes ; je vois naître les 
arts ) lés loix , le commerce ; je vois les 
peuples fe fo rmer , s’étendre, fe difîbu- 
dre, fe fuccéder comme les flots de la 
mer : je vois les hommes raflemblés fur 
quelques points de leur demevre pour s’y 
dévorer mutuellement, faire un affreux 
défert du refte du monde , digne monu¬ 
ment de l’union fociale & de l’utilité 
des arts. 

La terre nourrit les hommes ; mais 
quand les premiers befoins les ont dif- 
perfés, d’autres befoins les raffemblent , 
& c’eft alors feulement qu’ils parlent & 
qu’ils font parler d’eux. Pour ne pas me 
trouver en contradiélion avec moi-meme ^ 
il faut me laiffer le tems de m’expliquer. 


DES L A N G U E Si 267 

Sî Pon cherche en quels lieux font nés 
les peres du genre-humain, d’où fortirent 
les premières colonies, d’ou vinrent lés 
premières émigrations, vous ne nomme¬ 
rez pas les heureux climats de l’Afie-mi- 
neure , ni de la Sicile , ni de l’Afrique , 
pas même de l’Egypte ; vous nommerez 
les fables de la Chaldée , les rochers de 
la Phénicie. Vous trouverez la même 
chofe dans tous les tems. La Chine a beau 
fe peupler de Chinois, elle fe peuple aulîi 
de Tartares ; les Scythes ont inondé l’Eu¬ 
rope & l’Afie ; les montagnes de Suifle 
verfent aéluellement dans nos régions fer¬ 
tiles une colonie perpétuelle qui promet 
de ne point tarir. 

Il eft naturel, dit-on, que les habitans 
d’un pays ingrat le quittent pour en oc¬ 
cuper un meilleur. Fort bien ; mais pour¬ 
quoi ce meilleur pays , au lleù de four¬ 
miller de fes propres habitans, fait-il place 
à d’autres ? Pour for tir d’un pays Ingrat, 
il y faut être. Pourquoi donc tant d’hom¬ 
mes y naiffent - ils par pféférèhcè ? Oh 
croirolt que les pays ingrats ne devroient 
fe peupler que de l’excédçnt des pays fer- 
.liles, & nous voyons que c’eft le conr 


i68 Essai sur l’Origine 

traire. La plupart des Peuples Latins fe 
difoient Aborigènes ( * ) , tandis que la 
grande Grece, beaucoup plus fertile, n’é- 
tolt peuplée que d’étrangers. Tous les 
peuples Grecs avouoient tirer leur origine 
de diverfes colonies, hors celui dont le 
fol étoit le plus mauvais , favoir le Peu¬ 
ple Attlque , lequel fe difoit Autofthone 
ou né de lui-même. Enfin, fans percer la 
nuit des tems , les fiecles modernes offrent 
une obfervation déclfive; car quel climat 
au monde eft plus trlfte que celui qu’oa 
nomma la fabrique du genre-humain ? 

Les affociations d’hommes font en 
grande partie l’ouvrage des accidens de la 
nature ; les déluges particuliers, les mers 
extravafées , les éruptions des volcans , 
les grands tremblemens de terre, les in¬ 
cendies allumés par la foudre & qui dé- 
truifoient les forêts , tout ce qui dût 
effrayer & dlfperfer les fauvages habltans 
d’un pays, dût enfuite les raffembler 


(*) Ces noms à'jéuto^hones Si d'Aborigènes feiu 

lement que les premiers habitons du pays étoient Sauva¬ 
ges , fans fociétés , fans loix , fans traditions , & qu’ils peu^ 
plerent avant de parler. 



DES Langues. 169 
pour réparer en commun les pertes com¬ 
munes. Les traditions des malheurs de la 
terro , li fréquens dans les anciens tems , 
montrent de quels inftrumens fe fervit )a 
Providence pour forcer les humains à fe 
rapprocher. Depuis que les fociétés font 
établies, ces grands accidens ont ceffé ÔC 
font devenus plus rares ; il femble que 
cela doit encore être ; les mêmes mal¬ 
heurs qui ralî'emblerent les hommes épars , 
difperferoient ceux qui font réunis. 

Les révolutions des faifons font une 
autre caufe plus générale & plus perma¬ 
nente , qui dût produire le même effet 
dans les climats expofés à cette variété. 
Forcés de s’approvifionner pour l’hiver , 
voilà les habitans dans le cas de s’entre- 
aider , les voilà contraints d’établir entre 
eux quelque forte de convention. Quand 
les courfes deviennent impolîibles, & que 
la rigueur du froid les arrête , l’ennui les 
lie autant que le befoin. Les Lapons en- 
fevelis dans leurs glaces, les Efquimaux, 
le plus fauvage de tous les peuples, fe 
ralfemblent l’hiver dans leurs cavernes , 

, & l’été ne fe connoilfent plus. Augmentez 
d’un degré leur développement Sc leurs 


Essai sur l’Origine 
lumières , les voilà réunis pour toujoursi 
L’eftomac ni les inteftins de l’homme 
ne font pas faits pour digérer la chair 
crue , en général fon goût ne la fupporte 
pas ; à l’exception peut - être des feuls 
Efquimaux , dont je viens de parler, les 
Sauvages memes grillent leurs viandes. A 
l’ufage du feu, néceflaire pour les cuire , 
fe joint le plaifir qu’il donne à la vue , 
& fa chaleur agréable au corps. L’afpeél 
de la flamme qui fait fuir les animaux , 
attire l’homme ( * ). On fe ralTemble au- - 
tour d’un foyer commun , on y fait des 
feftins, on y danfe ; les doux liens de 
l’habitude y rapprochent infenfiblement 
l’homme de fes femblables, & fur ce 


( * ) Le feu fait grand plaifir aux animaux ainfi qu’à 
l’homme, lorfqu’ils font accoutumés à fa vue & qu'ils ont 
fenti fa douce chaleur. Souvent même il ne leur feroit 
gueres moins utile qu’à nous, au moins pour réchauffer 
leurs petits. Cependant on n’a jamais ouï dire qu’aucune 
bête , ni fauvage ni donieftique, ait acquis affez d’induftrie 
pour faire du feu , même à notre exemple. Voilà donc ces 
êtres i^aifonneurs qui forment, dit-on , devant l’homme une 
fociété fugitive , dont, cependant , l’intelligence n’a pu 
s’élever jufqu’à tirer d’un caillou des étincelles, & les re¬ 
cueillir , ou conferver au moins quelques feux abandonnés ! 
Par ma foi, les Philofophes fe moquent de nous tout ou¬ 
vertement. On voit bien par leurs écrits qu’en effet ils 
nous prennent pour des bêtes. 



DES Langues; lyt' 
fbyer niftique brûle le feu facré qui porte 
au fond des coeurs le premier fentiment 
de l’humanité. 

Dans les pays chauds, les fources & 
les rivières, inégalement difperfées , font 
d’autres points de réunion, d’autant plus 
néceflaires que les hommes peuvent moins 
fe paffer d’eau que de feu. Les Barbares 
fur-tout qui vivent de leurs troupeaux, 
ont befoin d’abreuvoirs communs , & 
rhilloire des plus anciens tems nous ap¬ 
prend , qu’en effet c’eft-là que commen¬ 
cèrent 6c leurs traités & leurs querel¬ 
les ( * ). La facilité des eaux peut retar¬ 
der la fociété des habitans dans les lieux 
bien arrofés. Au contraire, dans les lieux 
arides il fallut concourir à creufer des 
puits, à tirer des canaux pour abreuver 
le bétail. On y voit des hommes affociés 
de tems prefque immémorial, car il fal¬ 
loir que le pays reliât défert, ou que le 
travail humain le rendît habitable. Mais 
le penchant que nous avons à tout rap- 


(») Voyez rexemple de l’un & de l’autre au chapitre 
21 de la Genefe , entre Abraham & Abimelec, au fujet 
puits du ferment 



'i7i Essai süR l’Origine 

porter à nos ufages , rend fur ceci quel¬ 
ques réflexions néceflaires. 

Le premier état de la terre différoit 
beaucoup de celui oii elle efl aujourd’hui, 
qu’on la volt parée ou défigurée par la 
main des hommes. Le cahos que les Poè¬ 
tes ont feint dans les élémens régnoit 
dans fes produftions. Dans ces tems re¬ 
culés , où les révolutions étoient fréquen¬ 
tes , où mille accidens changeoient la na¬ 
ture du fol & les afpefts du terrain, tout 
croifToit confufément, arbres , légumes , 
arbriffeaux , herbages ; nulle efpece n’a- 
voit le tems de s’emparer du terrain qui 
lui convenoit le mieux & d’y étouffer 
les autres ; elles fe féparolent lentement, 
peu • à - peu , & puis un bouleverfement 
furvenoit qui confondoit tout. 

« 

Il y a un tel rapport entre les befoins 
de l’homme & les produéfions de la terre, 
qu’il fuffit qu’elle foit peuplée , & tout 
fubfifle ; mais avant que les hommes réu¬ 
nis miffent, par leurs travaux communs , 
une balance entre fes produéfions , il fal¬ 
loir , pour qu’elles fubfiftaffent toutes , 
que la nature fe chargeât feule de l’équi¬ 
libre que la main des hommes conferve 

aujourd’hui ; 


î3 Ë s Langues; 

aujourd’hui ; elle maintenoit ou rétablif- 
foit cet équilibre par des révolutions , 
comme ils le maintiennent ou rétabliffent 
par leur incondance. La guerre qui ne 
régnoit pas encore entr’eux , fembloit 
régner entre les élémens ; les hommes ne 
brùloient point de V’^illes , ne creuloient 
point de mines, n’abattoient point d’ar¬ 
bres; mais la nature ailumoit des volcans, 
excitoit des tremblemens de terre , le feu 
du Ciel confumoit des forêts. Un coup 
de foudre , un déluge , une exhalaifon 
faifoient alors en peu d’heures ce que 
cent mi’^- bras d’hommes font aujour¬ 
d’hui dans un fiecle. Sans cela , je ne vois 
pas comment le fyftême eut pu fubfifter 
& l’équilibre fe maintenir. Dans les deux 
règnes organifés , les grandes efpeces euf- 
fent à la longue abforbé les petites ( * ). 


(*) On prétend que, par une forte d’aélîon Sc de réac¬ 
tion naturelle , les diverfes efpeces du replie animal fe- 
maintiendroient d’elles-ir.êmes dans un balancement perpé¬ 
tuel qui leur tiendroit lieu d’équilibre. Q.uand l’efpece dé,- 
votante fe fera , dit - on , trop multipliée au.^j dépens de 
l’efpece dévorée, alors ne trouvant plus de fublidance , ii 
faudra que la première diminue Sc laiffe à la fécondé le 
tems de fe repeupler ,* jufqu’à ce que , foiirniiTant de nou¬ 
veau une fubfiftance abojadiiate à l’autre, celle-ci diminus^ 

Mujique, S 




174 Essai sür l’Origine 
Toute la terre n’eùt bientôt été couverte 
que d’arbres & de bêtes féroces ; à la fin 
tout eût péri. 

Les eaux auroient perdu peu-à-peu la 
circulation qui vivifie la terre. Les mon¬ 
tagnes fe dégradent & s’abaiffent, les fleu¬ 
ves charient, la mer fe comble & s’étend , 
tout tend infenfiblement au niveau ; la 
main des hommes retient cette pente & 
retarde ce progrès; fans eux il feroit plus 
rapide, & la terre feroit peut - être déjà 
fous les eaux. Avant le travail hximain , 
les fources mal diflribuées fe répandolent 
plus inégalement , fertilifoient moins la 
terre , en abreuvoient plus difficilement 
les habitans. Les rivières étoient fouvent 
inacceffibles, leurs bords efcarpés ou ma¬ 
récageux : l’art humain ne les retenant 
point dans leurs lits, elles en fortoient 
fréqitc-mment, s’extravafoient à droite ou 
à gauche , changeoienî leurs direftions & 


encore , tandis que Tefpece dévorante fe repeuple de nou¬ 
veau Mais une telle ofciilation ne me ^iparoît point vrai- 
femblable : car , dans ce fyfiême , il faut qu’il y ait uti 
tems où j’eTpece qui fert ne proie ^ ane:mente & où celle 

qui s’eu nouirit diminue ÿ ce qui me fembie centre toute 

« 



DES Langues. 175 

leurs cours , fe partageolent en diverfes 
branches ; tantôt on les troiivolt à fec , 
tantôt des fables mouvans en défendoient 
l’approche ; elles étoient comme n’exif- 
îant pas, & l’on mouroit de foif au mi¬ 
lieu des eaux. 

Combien de pays arides ne font habi¬ 
tables que par les faignées Ôc par les ca¬ 
naux que les hommes ont tiré des fleu¬ 
ves. La Perfe prefque entière ne fubfifte 
que par cet artifice : la Chine fourmille 
de peuple à l’aide de fes nombreux ca¬ 
naux : fans ceux des Pays-Bas , ils feroient 
inondés par les fleuves , comme ils le 
feroient par la mer fans leurs digues : 
l’Egypte, le plus fertile pays de la terre, 

, n’eft habitable que par le travail humain. 
Dans les grandes plaines dépourvues de 
rivières, & dont le fol n’a pas affez de 
pente , on n’a d’autre reflburce que les 
puits. Si donc les premiers Peuples dont 
il foit fait mention dans l’hifloire, n’habi- 
toient pas dans les pays gras ou fur de 
faciles rivages, ce n’eft pas que ces cli¬ 
mats heureux fuffent déferîs , mais c’efl 
que leurs nombreux habitans pouvant 
ie palier les uns des autres, vécurent plus 

S Z 


Essai sur l’Origine 

long - tems ifolés dans leurs familles & 
fans communication. Mais , dans les lieux 
arides où l’on ne pouvoit avoir de l’eau 
c[ue par des puits , il fallut bien fe réunir 
pour les creufer , ou du moins s’accor¬ 
der pour leur ufage. Telle dut être l’ori¬ 
gine des fociétés & des langues dans les 
pays chauds. 

Là fe formèrent les premiers liens des 
familles ; là furent les premiers rendez- 
vous des deux fexes. Les jeunes filles 
venoient chercher de l’eau pour le mé¬ 
nage , les jeunes hommes venoient abreu¬ 
ver leurs troupeaux. Là des yeux accou¬ 
tumés aux mêmes objets dès l’enfance , 
commencèrent d’en voir de plus doux. 
Le cœur s’émut à ces nouveaux objets , 
un attrait inconnu le rendit moins fau- 
vage , il fentit le plaifir de n etre pas feul. 
L’eau devint infenfiblement plus neceffaire^ 
le bétail eut foif plus fouvent ; on arri- 
voit en hâte & l’on partoit a regret. Dans 
cet â<^e heureux où rien ne marquoit les 
heures , rien n’obligeoit à les compter ; 
le tems n’avoit d’autre mefure que l’arau- 
fement & l’ennui. Sous de vieux chenes 
vainqueurs des ans , une ardente jeunefie 


DES Langues. 177 
oublioit par degrés fa férocité, on s’ap- 
privoifoit peii-à-peu les uns avec les au¬ 
tres ; en s’efforçant de le faire entenjlre , 
on apprit à s’expliquer. Là fe firent les 
premières fêtes , les pieds bondiffoient de 
joie, le gefte empreiTé ne fuffifoit plus , 
la voix l’accompagnoit d’accens paflion- 
nés , le plaifir & le defir confondus en- 
femble, fe faifoient fentir à la fois-. Là 
fut enfin le vrai berceau des peuples, & 
du pur criftal des fontaines fortirent les 
premiers feux- de l’amour. 

'Quoi donc ! Avant ce tems les hommes 
naifToient-ils de la terre ? Les générations 
fe fuccédoient - elles fans que les deux 
fexes fuffent unis , fans que perfonne 
s entendit ? Non , il y avoit des familles, 
mais il n’y àvoit point de nations ; il y 
avoit des langues domefiiques , mais il n’y 
avoit point de langues’ populaires ; il y 
avoit des mariages, mais il n’y avoit point 
d’amour. Chaque famille fe fuffifoit à elle- 
même & fe perpéîiioit par fon feul fang. 
Les entans nés des mêmes parens croif- 
foient enfemble, &c trouvoient peu-à-peu 
des maniérés de s’expliquer entr’eux; les 
fexes fe difiinguoient' avec l’àge , le pen- 


/ 




178 Essai sur l’Origine 

chant naturel fufKfoit pour les unir , l’inf- 
tincl tenoit lieu de paillon , l’habitude te- 
noit lieu de préférence, on devenoit maris 
& femmes , fans avoir cefle d’être frere 
& fœur (^). Il n’y avoit là rien d’affez 
animé pour dénouer la langue , rien qui 
pût arracher aflez fréquemment les accens 
des paillons ardentes , pour les tourner en 
inflitutions, 6c l’on en peut dire autant 
des befoins rares & peu preffans , qui 
pouvoient porter quelques hommes à 
concourir à des travaux communs : l’un 
commençoit le baflin de la fontaine , & 
l’autre l’achevoit enfuite , fouvent fans 
avoir eu befoin du moindre accord , & 
quelquefois même fans s’être vus. En un 


% 


(*) Il fallut bien que les premiers hommes époufaiTent 
leurs fœiirs. Dans la flmpîicité des premières mœurs , cet 
iifage fe perpétua fans inconvénient, tant que les familles 
refterent ifolées , & même après la réunion des plus an¬ 
ciens peuples ; mais la loi qui l’abolit n’eft pas moins facrée 
pour être d’inhitution hymaine. Ceux qui ne la regardent 
que par la liaifjn qu’elle forme entre les familles , n’en 
voient pas le cOté le plus important. Dans la familiarité 
que le commerce domeiHque établit néceiTairement entre 
les deux fexes , du moment qu’une fi fainte loi cefleroit 
rie parler au cœur & d’en impofer aux fens , il n’y aiiroit 
plus d’honnêteté parmi les hommes , & les plus effroyables 
fticcurs cauferoient bientôt la dellruclion du genre-huci^iiî* 



des Langues; 179 
iriot 9 dans les climats doux , dans les ter¬ 
rains fertiles , il fallut toute la vivacité 
des paffions agréables pour commencer à 
faire parler les habitans. Les prenfîeres 
langues, filles du plailir Si non du befoin, 
portèrent long-teins lenfeigne d(- leur 
pere ; leur accent féduéleur ne s effaça 
qu’avec les fentimens qui les avoient fait 
naître , lorfque de nouveaux befoins in¬ 
troduits parmi les hommes , forcèrent 
chacun de ne fonger qu à lui-meme & de 
retirer fon coeur au - dedans de lui. 

^ - -- 

CHAPITRE X. 

1 

Toïnidiioti d<^s hdtivucs du Nord^ 

.Â. la longue tous hommes deviennent 
femblabîes, mais l’ordre de leur progrès 
efl différent. Dans les climats méridio¬ 
naux , où la nature efl prodigue , les be¬ 
foins naiffent des pallions ; dans les pays 
froids où elle efl: avare , les pallions naif- 
,fent des befoins , & les langues, trilles, 
filles de la nécelîité, fe Tentent de leur, 
dure originq, 









i?o Essai sur l’Origine 

Quoique l’homme s’accoutume aux in¬ 
tempéries de l’air, au froid , au mal-aife, 
même à la faim , il y a pourtant un point 
où la nature fuccombe. En proie à ces 
cruelles épreuves, tout ce qui eft débile 
périt ; tout le refte fe renforce , & il 
n’y a point de milieu entre la vigueur 
& la mort. Voilà, d’où vient que les 
peuples feptentrionaux font h robulles ; 
ce n’efl pas d’abord le climat qui les a 
rendus tels , mais il n’a fouffert que ceux 
qui l’étoient, & il n’eft pas étonnant 
que les enfans gardent la bonne conlli- 
tution de leurs peres. 

On voit déjà que les hommes , plus 

robuftes, doivent avoir des organes moins 

délicats , leurs voix doivent être plus 

âp’-es & plus fortes. D’ailleurs , quelle 

différence entre les inflexions touchantes 

qui viennent des mouvemens de l’ame , 

'aux cris qu’arrachent les befoins phyfi- 

ques ? Dans ces affreux climats où tout 

eff mort durant neuf mois de l’année , 

/ *1 ^ 
cil le foleil n’échauffe l’air quelques fc- 

maines que pour apprendre aux habi- 

tans de quels biens ils font privés , & 

prolonger leur mifere, dans ces lieux 


DES Langues. iSi 
oii la' terre ne donne rien qu’à force de 
travail, Sc où la fource de la vie fem- 
ble être plus dans les bras que dans^ le 
cœvir, les hommes, fans §(£ile occupés à 
pourvoir à leur fubfiftance, fongeoient 
à peine à des liens plus doux, tout fe 
bornoit à l’impulfion phyfique, l’occa- 
fion faifoit le choix, la facilité faifoit la 
préférence. Loifiveté qui nourrit les paf- 
ilons, fit place au travail qui les répri¬ 
mé. Avant de fonger à vivre heureux, 
il falloit fonger à vivre. Le befoin mu¬ 
tuel uniffant les hommes, bien mieux 
que lé fentiment n’auroit fait, la fociété 
ne fe forma que par rinduftrie , le con¬ 
tinuel danger de périr ne permettoit pas 
de fe borner à la langue du gefte , & le 
premier mot ne fut pas chez eux, amer- 
moi^ mais aide^moi. 

Ces deux termes, quoi qu’affez fem- 
blables, fe prononcent d’un ton bien dif¬ 
férent. On n’avoit rien à faire fenîlr , 
on avoit tout à faire entendre ; il ne 
s’agiffoit donc pas d’énergie , mais de 
clarté. A l’accent que le cœur ne four- 
niffoit pas ,■ on fubflitua .des articula¬ 
tions fortes fenfibles, & s’il y eut 


Essai sur l’Origine 

dans la forme du langage quelque im-f 
preffion naturelle, cette imprelîion coni 
tribuoit encore à fa dureté. 

En effet, Içs hommes feptentrionaux ne 
font pas fans paillons , mais ils en ont 
d’une raitre efpece. Celles des pays chauds 
font des paillons voluptueufes, qui tien¬ 
nent à l’amour & à la molieffe. La na¬ 
ture fait tant pour les* habitans qu’ils 
n’ont prefque rien à faire. Pourvu qu’ua 
Afiatique ait des femmes & du repos , 
il efl content. Mais dans le Nord où les 
habitans confomment beaucoup fur un 
fol ingrat, des hommes fournis à tant do 
befoins font faciles à irriter ; tout ce 
cpi’on fait autour d’eux les inquiété : com¬ 
me ils ne fubfiflent qu’avec peine, plus 
ils font pauvres , plus ils tiennent au peu 
qu’ils ont; les approcher c’efl: attenter 
à leur vie. De-là leur vient ce tempéra¬ 
ment irafcible, fi prompt à fe tourner 
en fureur contre tout ce qui les blefle. 
Ainfi leurs voix les plus naturelles font 
celles de la colere & des menaces , & ces 
voix s’accompagnent toujours d articu* 
lations fortes qui les rendent dures dÆ 
bruyantes,. 


DES Langues. 


2.83, 






CHAPITRE XI. ' 

Réflexions fur ces différences. 

OiLA, félon mon opinion, les eau*- 
fes phylîqiies les plus générales de la 
différence caraftériftique des primitives 
langues. Celles du Midi durent être vi¬ 
ves ^ fonores, accentuées^ éloquentes, 
& foiivent obfcures à force d’énergie : 
celles du Nord durent être fourdes , ru¬ 
des , articulées , criardes , monotones 
claires à force de mets plutôt que païf 
une bonne conftrucllon. Les langues mo¬ 
dernes cent fois mêlées & refondues , 
gardent encore quelque chofe de ces dif¬ 
férences. Le François 5 l’Anglols, l’Alle¬ 
mand font le langage privé des hommes 
qui s’entre-aident, qui raifonnent entr’eux: 
de fang-frold ^ ou de gens emportés qui 
fe fâchent : mais les miniftres des Dieux . 

y 

annonçant les myfleres facrés, les Sages 
donnant des loix aux peuples, les chefs 
entraînant la multitude doivent parles 






184 Essai sur l’Origine 

« 

Arabe ou Perfan ( * ). Nos langues valent 
mieux écrites que parlées , & l’on nous 
lit avec plus de plaifir qu’on ne nous 
écoute. Au contraire , les langues orien¬ 
tales écrites perdent leur vie & leur cha¬ 
leur. Le fens n’eft ou’à moitié dans les 
mots , toute fa force eft dans les accens. 

r- 

Juger du génie des Orientaux par leurs 
livres , c’efl vouloir peindre un homme 
fur fon cadavre. 

Pour bien apprécier les aélions des 
hommes , il faut les prendre dans tous 
leurs rapports, & c’eft ce cju’on ne nous 
apprend point à faire. Quand nous nous 
mettons à la place des autres , nous nous 
y mettons toujours tels que nous fem¬ 
mes modihés , non tels qu’ils doivent 
l’être, & quand nous penfons les juger 
liir la raifon , nous ’ ne falfons que com¬ 
parer leurs préjugés aux nôtres. Tel pour 
favoir lire un peu d’Arabe , fourit eu 
feuilletant l’AIcoran, qui, s’il eût entendu 
Mahomet l’annoncer en perfonne dans 
cette langue éloquente Si. cadencée , avec 


(*) Le Turc efl une‘langue feptentnonale. 




I 



DES Langues.' 

^ • - . , / 
tettô voix fonore &c perfualive qui féclui- 

ioit l’oreille avant le cœur, & fans cefle 

animant fes fenîences de l’accent de l’ep- 

thoufiafme, fe fut prollerné contre terre 

en criant- : grand Prophète, envoyé de 

Dieu, menez-nous à la gloire, au martyre ; 

nous voulons vaincre ou mourir pour 

vous. Le fanatifme nous paroît toujours 

rilible , parce qu’il n’a point de voix 

parmi nous pour fe faire entendre. Nos 

fanatiques même ne font pas de vrais 

fanatiques, ce ne font que des fripons ou 

des foux. Nos langues, au lieu d’inflexions 

pour des Infpirés , n’ont que des cris pour 

des poffédés du Diable. 




CHAPITRE XII. 

Orlglm di la. Mttjîqiiz & feS rapports. 


A 


Vec les premières voix fe formèrent 
les premières articulations ou les premiers 
fons , félon le genre de la palIion qui die- 
toit les uns ou les autres. La colere arra¬ 
che des cris rnenaçaas, que b langue & 









i86 Essai sur l’Origine 

ie palais articulent ; mais la voix de la 
tendreffe eft plus douce, c’eft la glote qui 
la modifie & cette voix devient un fon. 
Seulement les accens en font plus fréquens 
ou plus rares, les inflexions plus ou moins 
aiguës, félon le fentiment qui s’y joint. 
Ainfi la cadence & les fons nalfîent avec 
les fyllabes , la pafîion fait parler tous les 
organes , & pare la voix de tout leur 
éclat ; ainfi les vers , les chants, la parole 
ont une origine commune. Autour des 
fontaines dont j’ai parlé, les premiers 
dlfcours furent les premières chanfons ; 
les retours périodiques oC mefurés du 
rhythme, les inflexions mélodieufes des 
accens firent naître la poéfie & la Mu- 
fique avec la langue , ou plutôt tout 
cela n’étoit que la langue même pour ces 
heureux climats & ces heureux tems , 
où' les feuls befoins prefTans qui deman- 
doient le concours d’autrui , étoient ceux 
que le cœur falfoit naître. 

Les premières hifloires , les premières 
harangues, les premières lolx furent en 
vers; la poéfie fiit trouvée avant la profe; 
cela devoit être, puifque les paffions par¬ 
lèrent avant la raifon. Il en fut de môme, 


t> E s Langues." 2S7 

(3e la Mufique ; il n’y eut point d’abord 
d’autre Mufique que la mélodie , ni d’au¬ 
tre mélodie , que le fon varié de la pa¬ 
role , les accens formoient le chant, les 
quantités formoient la mefore, & l’on 
parloit autant par les fons & par le 
rhythme, que par les articulations &C les 
voix. Dire & chanter étoient autrefois la 
même chofe , dit Strabon ; ce qui montre, 
ajoute-t-il , que la poéfie ed; la fource de 
l’éloquence ( * ), Il falloit dire que l’une 
& l’autre eurent la même fource & ne 
furent d’abord que la même chofe. Sur 
la maniéré dont fe lièrent les premières 
focietes, étoit - il étonnant qu’on mît en 
vers les premières hiftoires , & qu’on 
chantât les premières loix ? Etoit-il éton¬ 
nant que les premiers Grammairiens fou- 
miflent leur art à la Mufique , & fuffent à 
la fois profefleurs de l’un de l’autre (-[-) ? 

Une langue qui n’a que des articulations 


<*) Géo^r. L. L 

< t ) Architas atgue Arifîoxenes etiam fuhjeBam grammatU 
CC7t JTîuJïca 'putavcrunt , £7 eofdsTTi titriiffcfîie rez\ pT^tceptores 

fuijfe. . . Tum Eupolis apucl quem Vrodamus ET rntijùen £ 7 ’ Uu 
ter as docet. Et Marie as ^ qui efi Hjperholus , mhzJ fe ex 
f/ipifuis fsirs , niji Utteras conftçtur. Q,uintil. L. J. C. X 



Essai sur l’Origine 

& des voix, n’a donc que la moitié de 
la richell'e ; elle rend des idées, il eft vrai, 
mais pour rendre des fenîlmens, des ima¬ 
ges , il lui’faut encore un rhythine & dés 
ions , c’ell-H - dire , une mélodie : voilà 
ce qu’avoit la langue Grecque , & ce qui 
manque à la nôtre. 

î ^ 

Nous femmes toujours dans l’étonne¬ 
ment lur les eiFcts prodigieux de l’élo¬ 
quence , de la pcélie & de la Mufique 
parmi les Grecs ; ces effets ne s’arrangent 
point dans nos têtes, parce que nous n’en 
éprouvons plus de pareils , , & tout ce 
que nous pouvons gagner fur nous en 
les voyant fi bien aîtedés, efl: de faire 
femblanî de les croire par compîaifance 
pour nos favans ( * ). Burette ayant tra- 


( * ) Sï?ns tîonte il faut faire en tonte Gîiofe daduéfion 
de î’cxaç^ératiou grecque, inais c’eft auîTi trop donner au 
pyéjiiïré moderne que de ronfler ces dédiiclioiis jnfqn’à faire 
évanouir tontes les différences. “ Quand la jMiifiqne des 
,, Grec»:, dit l’Abbé TerrafTon , du tems d’Amphion & 
d’Orplîée , en c-teit au point où elle efl aùjourd’Ifiîi dans 
,, les villes les pins éloignées de la Capitale ; c’eft alors 
qu'elle fnfpendoit îe cours des fleuves, qu’eîîe attiroit 
les chciics Sc qu’elle faifoit mouvoir les rochers. Au¬ 
jourd’hui qu’eiîc cfl arrivée à un tres-hanr point de per- 
5, feait n » on i’aiine beaucoup , on en pénétré mêine les 

dult, 


9 » 


I 





D s Langues* 1S9 

&iît 9 comme il put , en notes de notre 
Miifique certains morceaux de Mufique 
grecque 5 eut !a iiniplicité de faire exé¬ 
cuter ces morceaux à l’Academie des Beî- 
îes - Lettres , 8 c les Académiciens eurent 
la patience de les écouter. J’admire cette 
expérience dans un pays dont la Miifique 
eft indéchiffrable pour toute autre nation* 
Donnez un monologue d’Opera françois 
à exécuter par tels Muffciens etrangers 
qu’il vous plaira, je vous défie d’y rien 
reconnoître. Ce font pourtant ces memes 
François qui prétendoient juger la mélo¬ 
die d’une ode de Pindare mife en Muüque 
il y a deux mille ans ! . 

J’ai lu qu’autrefois en Amérique , les 
-Indiens voyant l’effet étonnant des armes 
à feu, ramaffoient à terre des balles de 
moiifquet ; puis les jettant avec la main 
en faifant un grand bruit de la bouche , 


beautés , mais elle laiiTe tout à fa place. Il en a été ainft 
des vers d’Homere , Poëte né dans les teins qui fe refTeii- 
,, toient encore de l’enfance de l’efprit humain , en compa- 
„ raifon de ceux qui l’ont fuivi. On s’eft extalié fur fes 
„ vers, & Ton fe contente aujourd’hui de goûter & d’efti- 
mer ceux des bons Poëtes On ne peut nier que PAbbé 
TerraflTon n’eût quelquefois de la philofophie ; mais ce 
fi'eft furenient pas dans ce palTage ^u’il en a montré. 

MuJiqiiC, T 




Essai sur l’Origine 

ils.étoient tout furpris de n’avoir tué 
perfonne. Nos orateurs , nos muficiens ^ 
nos favans reffemblent à ces Indiens. Le 
prodige h’eft pas qu’avec notre Mufique 
nous ne faflîons plus ce que faifoient les 
Grecs avec la leur ; il feroit, au con¬ 
traire , qu’avec des inftrumens fi difFérens 
on produisît les mêmes effets. 

^' , i - . ^ 

CHAPITRE XIII. 

De CHarmonie. 

i i ’HoMMF. eft modifié par fes fens ; 
perfonne n’en doute ; mais faute de dif- 
tinguer les modifications, nous en con¬ 
fondons les caufes ; nous donnons trop 
& trop peu d’empire aux Tenfations ; 
nous ne voyons pas que fouvent elles ne 
nous affeclent point feulement comme 
fenfations , mais comme lignes ou im.a_ 
ges , & que leurs effets moraux ont aufîl 
des caufes morales. Comme les fentimens 
qu’excite en nous la Peinture ne viennent 
point des couleurs, l’empire que la Mu¬ 
fique a fur nos âmes n’eft point l’ouvrage 
des fons. De belles couleurs bien nuan- 







DÈS L A N G Ü E s; 191 
céès plaifent à la vue , mais ce plailir eft 
■purement de fenfation. C’eft le deflein , 
c’eft l’imitation qui donne à ces couleurs 
de la vie & de l’ame, ce font les paffions 
qu’elles expriment qui viennent émouvoir 
les nôtres , ce font les objets qu’elles re- 
préfentent qui viennent nous affeder. 
L’intérêt Si le fentiment ne tiennent point 
aux comlurs ; les traits d’un tableau tou¬ 
chant , nous touchent encore dans une 
•eftampe ; ôtez ces traits dans le tableau , 
îes couleurs ne feront plus rien. 

La mélodie fait précifément dans la 
Mufique ce que fait le deflein dans la 
Peinture ; c’eft elle qui marque les traits 
& lès figures , dont les accords & les 
fons ne font que les couleurs ; mais, dira- 
t-on , la mélodie n’efl qu’une fucceflion 
de fons ; fans doute j mais le defTein n’efl 
aiifli qu un arrangement de couleurs. Un 
orateur fe fert d’encre pour tracer fes 
écrits t efl-ce à dire que l'encre foit une 
liqueur fort éloquente ? 

Suppofez un pays où l’on n’auroit au¬ 
cune idee du deflein , mais où beaucoup 
de gens, pafiant leur vie à combiner , 
meler , nuer des couleurs , croiroient 

T 


Essai sur l’Origine 

exceller en Peinture ; ces gens-là raifon'- 
neroient de la nôtre , précifément comme 
nous ralfonnons de la Mufique des Grecs. 
Quand on leur parleroit de l’émotion 
que nous caufenî de beaux tableaux , & 
du charme de s’attendrir devant un fujet 
pathétique, leurs favans approfondiroient 
auffi- tôt la matière , comparerolent leurs 
couleurs aux nôtres , examinélbient fi 
notre verd eft plus tendre ou notre rouge 
plus éclatant ; ils chercheroient quels ac¬ 
cords de couleurs peuvent faire pleurer, 
quels autres peuvent mettre en colere } 
Les Burettes de ce pays-là raflenibleroient 
fur des guenilles quelques lambeaux défi¬ 
gurés de nos tableaux ; puis on fe deman- 
deroit avec furprife ce qu’il y a de fi 
merveilleux dans ce coloris ? 

Que fi dans quelque nation voifine on 
■ commençoit à former quelque trait, quel¬ 
que ébauche de deffein, quelque figure 
encore imparfaite, tout cela pafferolt pour 
du barbouillage,pour une Peinture capri- 
cieufe & baroque, & l’on s’en tiendroit, 
pour conferver le goût, a ce beau fim- 
ple, qui véritablement n’exprime rien , 
mais qui fait briller de belles nuances, 


des Languesî 2.93' 
ifle grandes plaques bien colorées, de lon¬ 
gues dégradations de teintes fans aucun 
trait. / 

Enfin 5 peut-être à forcé de progrès on 
viendroit à l’expérience du prifme. Auffi- 
tôt quelque Artifte célébré établiroit là- 
deffus un beau fyftême. Mefîieurs , leur 
diroit-il , pour bien philofopher , il faut 
remonter aux caufes phyfiqiies. Voilà la 
décompofition de la lumière ^ voilà tou¬ 
tes les couleurs primitives 5 voilà leurs 
rapports , leurs proportions ; voilà les 
vrais principes du plaifir que vous fait 
la Peinture. Tous ces mots myftérieux de 
deffein , de repréfentation , de figure , 
font une pure charlataiierie des Peintres 
François ^ qui , par leurs imitations , pen- 
fent donner je ne fais quels mouvemens 
à i’ame , tandis qu’on fait qu’il n’y a que 
des fenfations. On vous dit des merveil¬ 
les de leurs tableaux ^ mais voyez mes 
teintes. 

Les Peintres François , continiieroit-iî, 
ont peut-être obfervé l’arc-en-ciel, Us 
ont pu recevoir de la nature quelque goût 
de nuance & quelque infiinâ: de coloris. 
Moi J je vous ai montré les grands 5 les 

T 


^94 ^Essai sur l’Origïne 
vrais principes de l’art? Que dis-je de l’art? 
De tous les arts , Meilleurs, de toutes les 
fciences. L’analyfe des couleurs , le calcul 
des réfradions du prifme vous donnent 
les feuls rapports exads qui foient dans 
la nature, la réglé de tous les rapports. Or, 
tout dans l’univers n’eft que rapport. On 
lait donc tout quand on lait peindre , on 
fait tout quand onfaitalTortirdes'couleurs. 

Que dirions-nous du Peintre alTez dé¬ 
pourvu de fentiment & de goût pour rai- 
fonner de la forte, & borner Ilupidem’ent 
au phylîque de fon art le plaifir que nous 
fait la Peinture ? Que dirions - nous du 
Mulicien qui, plein de préjugés fembîa- 
blés , croiroit voir dans la feule harmo¬ 
nie la fource des grands effets de la Mu- 
fique ? Nous enverrions le premier met¬ 
tre en couleur des boiferies , & nous 
condamnerions l’autre à faire des Opéra 
françois. 

Comme donc la Peinture n’eft pas l’art 
de combiner des couleurs d’une maniéré 
agréable à la vue , la Mulique n’eft pas 
non plus l’art de combiner des fons d’une 
maniéré agréable à l’oreille. S’il n’y avoit 
que cela , l’une & l’autre feroient au 


I 



DES Langues. 195 

nombre des fciences naturelles , & non 
pas des beaux-arts. C’eft rimltation feule 
qui les éleve à ce rang. Or, qu’eft * ce 
qui fait de la Peinture un art d’imitation ? 
C’eft le deffein. Qu’eft-ce qui de la Mufi- 
que en fait un autre ? C’eft la mélodie. 1 



CHAPITRE XIV. 

'i 

De rHarmonie^ ' 

A beauté des fons eft de la nature; 
leur effet eft purement phyfique ; il ré- 
fuite du concours des diyerfes particules 
d’air mifes en mouvement par le corps 
fonore , & par toutes fes aliquotes, peut- 
être à rinfini ; le tout enfemble donne 
une fenfation agréable : tous les hommes 
de 1’ univers prendront plaiftr à écouter 
de beaux fons ; mais fi ce plaifir n’eft 
animé par des inflexions mélodieufes qui 
leur foient familières , il ne fera point 
délicieux , il ne fe changera point en vo¬ 
lupté. Les plus beaux chants , à notre 
gré y toucheront toujours médiocrement 
une oreille qui n’y fera point accoutu- 

T 4 








1^6 Essai sur l’O rig ine 
mée ; c’eft une langue dont il faut avoir 
le DiÛionnaire. 

L’harmonie proprement dite eil: dans 
un cas bien moins favorable encore. 
N’ayant que des beautés de convention, 
elle ne flatte à nul égard les oreilles qui 
n’y font pas exercées ; il faut en avoir 
une longue habitude pour la fentir & 
pour la goûter. Les oreilles ruftiques 
n’ente'ndent oue du bruit dans nos con- 

X 

fornances. Quand les proportions natu¬ 
relles font altérées, il n’eft pas étonnant 
que le plaiflr naturel n’exifle plus. 

Lfn fon porte avec lui tous fes fons 
harmoniques cpncomitans , dans les rap¬ 
ports de force & d’intervalles qu’ils doi¬ 
vent avoir entr’eux pour donner la plus 
parfaite harmonie de ce même fon. Ajou- 
tez-y la tierce ou la quinte, ou quelque 
autreconfonnance, vous ne l’ajoutez pas, 
vous la redoublez, vous lalflfez le rap¬ 
port d’intervalle, mais vous altérez celui 
de force : en renforçant une confonnance 
& non pas les autres, vous rompez la 
proportion : en voulant faire mieux que 
la nature , vous faites plus mal. Vos 
oreilles & votre goût font gâtés par un, 


I 


des Langues- 197 

art mal-entendu. Naturellement 11 n’y a 
point d’autre harmonie que 1 uniflbn. 

M. Rameau prétend que les deffds 
d’une certaine fimplicité fuggerent natu¬ 
rellement leurs baffes, & qu’un homme 
ayant Toreille jufte & non exercée, en¬ 
tonnera naturellement cette baffe. C’eft là 
im préjugé de Muliclen , démenti par 
toute expérience. Non-feulement celui 
qui n’aura Jamais entendu ni balle, ni 
harmonie, ne trouvera de lui-même ni 
cette harmonie, ni cette baffe , mais meme 
elles lui déplairont li on les lui fait en¬ 
tendre , & il aimera beaucoup mieux le 
fimple uniffon. 

Quand on calculeroit mille ans les rap¬ 
ports des fons & les loix de l’harmonie, 
comment fera-t-on jamais de cet art un art 
d’imitation, oii eff le principe de cette 
imitation prétendue, de quoi riiarmonie 
eft-elle figne , & qn’y a-t-il de commun 
entre des accords &: nos paffiions? 

Qu’on faffe la même quedion fur lû. 
mélodie , la réponfe vient d’elle-même , 
elle eff d’avance dans l’efprit des lefteiirs. 
La mélodie , en imitant les inflexions de 
îa voix, exprime les plaintes, les cris 




I 


2 Ç)S Essai sur i.’Origine 
de douleur ou de joie, les menaces, les 
gemiffemens ; tous les lignes vocaux des 
pallions font de fon relîbrt. Elle imite 
les accens des langues , les tours affec¬ 
tes dans chaque idiome à certains mou- 
vemens de i’ame; elle n’imite pas feule¬ 
ment, elle parle, & fon langage inarti¬ 
culé, mais vif, ardent, paffionné,a cent 
fois plus d’energie que la parole même. 
Voila d oîi naît la force des imitations 
mulicales; voilà d’où naît l’empire du 
chant fur les cœurs fenllbles. L’harmo- 
me y peut concourir en certains fyftê- 
mes, en liant la fuccelîion des fons par 
quelques loix de modulation , en ren¬ 
dant les intonations plus juftes, en por¬ 
tant à l’oreille un témoignage afluré de 
cette juffelTe, en rapprochant & fixant à 
des intervalles confonnans & liés, des 
inflexions inappréciables. Mais en donnant 
aufli des entraves à la mélodie, elle lui 
ôte l’énergie & l’exprelfion, elle efface 
l’accent pafi'onné pour y fubftituer l’in¬ 
tervalle harmonique, elle affujettità deux 
feuls modes, des chants qui devroient en 
avoir autant qu’il y a de tons oratoires, 
elle efface & détruit des multitudes de 


DES Langues. 299 
fons ou d’intervalles qui n’entrent pas 
dans fon fyftême ; en un mot, elle lé- 
pare tellement le chant, de la parole , qtte 
ces deux langages fe combattent , fe con¬ 
trarient , s’ôtent mutuellement tout carac¬ 
tère de vérité, & ne fe peuvent réu¬ 
nir fans abfurdité dans un fujet pathéti¬ 
que. De-là vient que le peuple trouve 
toujours ridicule qu’on exprime en chant 
les paffions fortes & férieufes ; car il fait 
que dans nos langues, ces paffions n’ont 
point d’inflexions muficales , & que les 
hommes du Nord, non plus que les cy¬ 
gnes , ne meurent pas en chantant. 

La feule harmonie eft même infuffi- 
fante pour les expreffioiis qui fembîent 
dépendre uniquement d’elle. Le tonrxCrre, 
le murmure des eaux, les vents , les ora¬ 
ges font mal rendus par de fimples ac¬ 
cords. Quoi qu’on fatTe , le feul bruit ne 
dit rien à l’efprit, il faut que les objets 
parlent pour fe faire entendre , il faut 
toujours, dans toute imitation , qu’une 
efpece de difcours fupplée à la voix 
de la nature. Le Mifficien qui veut ren¬ 
dre du bruit par du bruit, fe trom¬ 
pe; il ne connoît ni le foibie ni le fort 


3 »o Essai sur l’Origine 

dë fon art ; Il en juge fans goût, fan.? 
lumières, apprenez-lui qu’il doit ren¬ 
dre du bruit par du chant ; que s’il fai- 
foit çroaffer des grenouilles, il faudroit 
qu’il les fît chanter ; car il ne fufîit pas 
qu’il imite , il faut qu’il touche & qu’il 
plaife, fans quoi fa maulfade imitation 
n’ell rien , & ne donnant d’intérêt à per- 
fonne, elle ne fait nulle impreffion. 



CHAPITRE XV. 


Qut nos plus vives fenfatîons agiffent fou- 

vent par des impreffons morales. 

A N T qu’on ne voudra confidérer 
les fons que par l’ébranlement qu’ils exci¬ 
tent dans nos nerfs , on n’aura point de 
vrais principes de la Mufique & de fon 
pouvoir fur les coeurs. Les fons dans la 
mélodie, n’agiffent pas feulement fur nous 
comme fons , mais comme fignes de nos 
àfFeélions , de nos fentimens ; c’eil ainfî 
qu’ils excitent en nous les mouvemens 
qu’ils expriment, & dont nous y recon- 
noilTons l’image. On apperçoit quelque 








DES Langues. 301, 
cliofe de cet effet moral jufques dans les 
animaux. L’aboyement d’un chien en at¬ 
tire un autre. Si mon chat m’entend imi¬ 
ter un miaulement, à l’inftant je le vois 
attentif, inquiet, agité. S’apperçoit-il que 
c’eft moi qui contrefais la voix de fon 
femblable, il fe raftied & refte en repos. 
Pourquoi cette différence dhmprefîion , 
puifqu’il n’y en a point dans l’ébranle¬ 
ment des hbres , & que lui - même y a 
d’abord été trompé ? 

Si le plus grand empire qu’ont fur nous 
nos fenfations , n’eft pas dû à des caufes 
morales , pourquoi donc fommes - nous 
û fenlîbles à des impreffions qui font 
milles pour des barbares ? Pourquoi nos 
plus touchantes mufiques ne font - elles 
qu’un vain bruit à l’oreille d’un Caraïbe? 
Ses nerfs font-ils d’une autre nature que 
îes nôtres , pourquoi ne font - ils pas 
ébranlés de même , ou pourquoi ces mê¬ 
mes ébranlemens affeftenî-ils tant les uns 
& fi peu les autres ? 

On cite en preuve du pouvoir phyfi- 
que des fons , la guérifon des piqûres 
des Tarentules. Cet exemple prouve tout 
le contraire. 11 ne faut ni des fons abfo— 


Soi Essai sur l’Orîginê 

lus, ni les memes airs pour guérir tous 
ceux qui font piqués de cet infefte, il 
faut a chacun d’eux des airs d’une mélo¬ 
die qui lui foit connue & des phrafes qu’il 
comprenne. Il faut à l’Italien , des airs 
Italiens ; au Turc, il faudroit des airs 
Turcs. Chacun n’eft afFedé que des accens 
qui lui font familiers; fes nerfs ne's’y 
prêtent qu’autant que fon efprit les y 
dît pôle i il faut qu’il entende la langue 
qu’on lui parle , pour que ce qu’on lui dit 
puitTe le mettre en mouvement. Les Can¬ 
tates de Bernier ont, dit-on, guéri de la fie- 
vre un Muficien François , elles l’auroient 
donnée à un Muficien de toute autre nation* 
Dans les autres fens , & jufqu’au plus 
grotîier de tous, on peut obferver les 
mêmes différences. Qu’un homme ayant 
la main pofée & l’œil fixé fur le même 
objet, le croye fuccefiivement animé & 
inanimé , quoique les fens foient frappés 
de même , quel changement dans l’impref- 
fîon ? La rondeur , la blancheur, la fer¬ 
meté , la douce chaleur, la réfifiance élaf- 
tique , le renflement fuccefïif , ne lui 
donnent plus qu’un toucher doux ^ mais 
infipicle, s’il ne croit fentir un cœur plein 


t 


DES Langues. 305’ 
ide vie , palpiter & battre fous tout cela. 

Je ne connois qu’un fens aux afFeûions. 
duquel rien de moral ne fe mêle : c’efile 
goût. Aullî la gourmandife n’eiî: - elle ja¬ 
mais le vice dominant que des gens qui 
ne fentenî rien. 

Que celui donc qui veut phllofopher 
fur la force des fenfations , commence 

i 

par écarter des impreJTions purement fen-^ 
îuelles 5 les impreffions intellcâuelles & 
morales que nous recevons par la voie 
des fens , mais dont ils ne font que les 
caufes occaiionnelles ; qu’il évite l’erreur 
de donner aux objets fe-nfibles un pouvoir 
qu ils n’ont pas , ou qu’ils tiennent des 
aiFeftions de l’ame qu’ils nous repréfen- 
Lent, Les couleurs & les fons peuvent 
beaucoup comme reî 3 réfentations & fif^nes, 
peu de chofe comme fimp'.es objets des 
fens. Des îuites de fons ou d’accords m’a- 
muferont un moment peut - être ; mais 
pour me charmer & m’attendrir , il faut 
que ces fuites m’offrent quelque chofe 
qui ne foit ni fon , ni accord , & qui me 
Vienne émouvoir malgré moi. Les chants^ 
mêmes qui ne font qu’agréables & ne 
difent rien , lafl'ent encore ; car ce n’efl 


\ 


^04 Essai s un. l’Ôriginë 
pas tant l’oreille qui porte le plaifir aU 
cœur, que le cœur qui le porte à l’o¬ 
reille. Je crois qu’en développant mieux 
ces idées , on fe fût épargné bien de fots 
raifonnemens fur la Mulique ancienne. 
Mais dans ce fiecle où l’on s’efforce de 
matérialifer toutes les opérations de l’ame, 
& d’ôter toute moralité aux fentimens 
humains, je fuis trompé fi la nouvelle 
philofbphie ne devient aufîi funefte aif 
bon goût qu’à la vertu. 

^==========*====^^ 

CHAPITRE XVI. 

Faujfc analogie entre les couleurs & les fonSa 

.1L n’y a fortes d’abfurdités auxquelles 
les obfervations phyfiques n’aient donne 
lieu dans la confidération des Beaux-Arts. 
On a trouvé dans l’analyfe du fon , les 
mêmes rapports que dans celle de la lu¬ 
mière. Auffi-tôt on a faifi vivement cette 
analogie y fans s’embarraffer de 1 expé¬ 
rience & de la raifon. L’efprit de fyftême 
a tout confondu, & faute de lavoir pein- 






DES Langues; 305 
dre aux oreilles, on s’eft avifé de chan¬ 
ter aux yeux. J’ai vu ce fameux Clave¬ 
cin , fur lequel on prétendoit faire d« la 
Mufique avec des couleurs ; c’étoit bien 
mal connoître les opérations de la nature , 
de ne pas voir que l’effet des couleurs eft 
dans leur permanence , & celui des fons 
dans leur fucceffion. 

i outes les richefîes du coloris s’étalent 
a la fois fur la face de la terre. Du pre¬ 
mier coup-d’œil tout efl vu ; mais plus on 
regarde ôc plus on eft enchanté. Il ne faut 
plus qu’admirer & contempler fans ceffe. 

Il n’en eft pas ainfi du fon : la nature 
ne l’analyfe point & n’en fépare point les 
harmoniques ; elle les cache , au con¬ 
traire , fous 1 apparence de Punlffon ; ou 
ft quelquefois elle les fépare dans le chant 
module de l’homme, & dans le ramage 
ae quelques oifeaux, c’eft fucceftîvement. 
Si 1 un apres l’autre ; elle infpire des 
chants Si non des accords , elle difle de 
la mélodie Si non de 1 harmonie. Les cou¬ 
leurs font la parure des êtres inanimés j 
toute matière eft colorée ; mais les fons 
annoncent le mouvement,'la voix annonce 

un etre fenfibie j il n’y a que des corns 
Mufîquz. y 


.306 Essai sur i;’Origine 
animés qui chantent. Ce n’eft pas le Flù- 
teur automate qui joue de la flûte , c’efl 
le Mécanicien qui mefura le vent & fit 
mouvoir les doigts. 

Ainfi chaque fens a fon champ qui lui 
eft propre. Le ch.amp de la Mulique efl 
Je tems, celui de la Peinture efl l’efpace. 
Multiplier les fons entendus à la fois, ou 
développer les couleurs l’une apres 1 au¬ 
tre, c’efl; changer leur économie, c’efl: 
mettre l’œil à la place de 1 oreille, bc 
l’oreille à la place de l’œil. 

Vous dites : comme chaque couleur 
efl déterminée par l’angle de réfradion 
du rayon qui la donne, de meme cha¬ 
que fon efl déterminé par le nombre des 
vibrations <ki corps fonore , en un tems 
donné. Or, les rapports de ces angles 
& de ces nombres étant les mêmes, l’ana¬ 


logie efl évidente. Soit ; mais cette ana¬ 
logie efl de raifon, non de fenfaîion. Si 
ce n’cfl pas de cela qti’il s’agit. Premiè¬ 
rement l’angle de réfi-aûion efl fenfible 
mefurabie , & non pas le nombre 

des vibrations. Les corps fonores fournis 
à l’aftion de l’air, changent inceflamment 
de dimenfions Si de fons. Les couleurs 


DES Langues: 
font durables, les fons s’évanouifTent, & 
l’on n’a jamais de certitude que ceux qui 
renaiffent foient les mêmes que ceux/qui 
font éteints. De plus , chaque couleur eft 
abfolue , indépendante, au lieu que cha¬ 
que fon n’efl pour, nous que relatif, & 
ne fe diftingue que par comparaifon. Un 
fon n’a par lui-même aucun caraftere ab- 
folu qui le fiffe reconnoître , il eft grave 
ou aigu, fort ou doux par rapport à un 
autre, en lui-même il n’eil rien de tout 
cela. Dans le fyftême harmonique , un 
fon quelconque n’efl rien non plus na¬ 
turellement; il n’efl ni tonique, ni do¬ 
minant, ni harmonique, ni fondamental, 
parce que toutes ces propriétés ne font 
que des rapports , & que le fyflême en¬ 
tier pouvant varier du grave à l’aigu , 
chaque fon change d’ord?e & de place 
dans le fyltême , félon que le fyflême 
change de degré. Mais les propriétés des 
couleurs ne confiftent point en des rap¬ 
ports, Le jaune efl jaune, indépendant du 
rouge & du bleu , par-tout il efl fenfi- ' 
ble & reconnoiffable , & fi-tôt qu’on aura 
fxé l’angle de réfraêlion qui le donne, 
on fera fùr d’avoir le même jaune dans 
tous les tems. V 2^ 


3o8 Essai sur l’Origine 

Les couleurs ne font pas dans les corps 
colorés , mais dans la lumière ; pour 
qu’on voye un objet, il faut qu’il foit 
éclairé. Les fons ont aulîi befoin d’un 
mobile, & povir qu’ils exiftent, il faut 
que le corps fonore foit ébranlé. C’eft un 
autre avantage en faveur de la vue , car 
la perpétuelle émanation des aftres eft 
l’inlîrument naturel qui agit fur elle, au 
lieu que la nature feule engendre peu 
de fons, & à moins qu’on n’admette 
l’harmonie des fpheres céleftes, il faut 
des êtres vivans pour la produire. 

On voit par-là que la Peinture eft plus 
près de la nature , & que la Muftque tient 
plus à l’art humain. On fent aufli que 
l’une intérefle plus que l’autre, précifé- 
ment parce qu’elle rapproche plus l’hom¬ 
me de rhomrffé & nous donne toujours 
quelque idée de nos femblables. La Pein¬ 
ture eft fouvent morte & inanimée ; elle 
vous peut tranfporter au fond d’un dé- 
fert ; mais fi-tôt que des lignes vocaux 
frappent votre oreille, ils vous annon¬ 
cent un être femblable à vous , ils font,. 
pour ainfi dire , les organes de l’ame , & 
s’ils vous peignent aufh la folitude, ils 


DES Langues; 309 
vous difent que vous n’y êtes pas feul. 
Les oifeaux fifflent, l’homme feul chante, 
& l’on ne peut entendre ni chant'*, ni 
fymphonie, fans fe dire à l’inftant, un 
autre être fenfible eft ici. 

C’eft un des plus grands avantages du 
Muficien , de pouvoir peindre les cho- 
fes qu’on ne fauroit entendre, tandis qu’il 
eft impoffible au Peintre de repréfenter 
celles qu’on ne fauroit voir, & le plus 
grand prodige d’un art qui n’agit que 
par le mouvement eft d’en pouvoir for¬ 
mer jufqu’à l’image du repos. Le fommeil, 
le calme de la nuit^ la folitude & le 
filence même entrent dans les' tableaux 
de la Mufique. On fait que le bruit peut 
produire Feffet du filence , & le filence 
l’effet du bruit, comme quand on s’en¬ 
dort à une leêlure égale & monotone , & 
qu’on s’éveille à l’inffant qu’elle ceffe.' 
Mais la Mufique agit plus intimement fur 
nous, en excitant par un fens des affec¬ 
tions femblables à celles qu’on peut exci¬ 
ter par un autre , & comme le rapport 
ne peut etre fenfible que l’imprelîion ne 
foît forte , la Peinture dénuée de cette 
force, ne peut rendre à la Mufique les 

.V 3 


r 


I 


310 Essai sur l’Origine 
imitations que celle - ci tire d’elle. Que 
toute la‘ nature foit endormie , celui qui 
la contemple ne dort pas ^ ôz Tart du 
Muficien confifte à fubfiltuer à l’image 
infenlible de l’objet, celle des mouvemens 
que fa préfence excite dans le cœur du 
contemplateur. Non-feulement il agitera 
la mer , animera les flammes d’un incen¬ 
die , fera couler les ruiffeaux , tomber la 
pluie Sz groffir les torrens ; mais il pein¬ 
dra l’horreur d’un défert affreux, rembru¬ 
nira les murs d’une prifon fouterraine ^ 
calmera la tempête, rendra l’air tranquille 
& ferein , & répandra de l’Orcheftre une 
fraîcheur nouvelle fur les bocages. 11 ne 
repréfentera pas direûement ces chofes , 
mais il excitera dans l’ame les memes 
fcntimcns qu’on éprouve en les voyant» 


I 



DES Langues. 


31Ï 

3£S^.============ag^ 

CHAPITRE X V 11. / 

/ t 

Erreur des Mujiciens nuijiblc à leur Art. 

Oyez comment tout nous ramene 
fans ceffe aux effets moraux dont j’ai parU?, 
& combien les Muficiens qui ne confi- 
derent la piûflance des fons que par l’ac- 
ti'on de l’air & rébranlement des fibres , 
font loin de connoiîre en Cjuoi rcfide la 
force de cet art. Plus ils le rapprochent 
des imprellions purement phyfiques ^ plus 
ils l’éloignent de fon orieine , & oliis ils 
lui ôtent aulïï de fa primitive énergie. 
En quittant l’accent oral & s’attachant aux 
feules infl'itiitlons harmoniques, la Mufi- 
que devient'plus bruyante à l’oreille, & 
moins douce au cœur. Elle a déjà ceffé 
de parler , bientôt elle ne' chantera plus 
& alors , avec tous fes accords &: toute 
fon harmonie , elle ne fera plus aucun 
effet fur nous. 



I 






3 IZ Essai sur l’Origine 


-T=r- 

CHAPITRE XVIII. 

Oue h Cyjiême miijîcal des Grecs navoit 
aucun rapport au nôtre, 

O M M E N T ces changemens font - ils 
arrivés ? Par un changement naturel du 
caraclere des langues. On fait cjue notre 
harmonie eft une invention gothique. 
Ceux qui prétendent trouver le fyfteme 
des Grecs dans le nôtre , fe moquent de 
nous. Le fyilême des Grecs n’a voit ab- 
folument d’iiarmonique dans notre fens, 
que ce qu’il falloit pour fixer l’accord ^ 
des inürumens fur des confonnances par¬ 
faites. Tous les peuples qui ont des inf- 
trumens à cordes , font forcés de les ac¬ 
corder par des confonnances ; mais ceux 
qui n’en ont pas , ont dans leurs chants 
des inflexions que nous nommons fauffes, 
parce qu’elles n’entrent pas dans notre 
fydême , & que nous ne pouvons les 
noter. C’eil ce qu’on a remarqué fur 
les chants des Sauvages de l’Améri¬ 
que , & c’efl ce cm’on auroit dû remar- 





DES Langues. 315 
quer aufîi fur divers intervalles de la Mu- 
fique des Grecs , fi l’on eut étudié cette 
Mufique avec moins de prévention ppur 
la nôtre. 

Les Grecs divifoient leur diagramme 
par téîracordes , comme nous divlfons 
notre clavier par oftaves , & les memes 
divlfions fe répétoient exaûement chez 
eux à chaque tétracorde , comme elles 
fe répètent chez nous à chaque oûave ; 
fimilitude qu’on n’eùt pu conferver dans 
Tiinlté du mode harmonique & qu’on 
n’auroit pas même imaginée. Mais comme 
on pafle par des Intervalles moins grands 
quand on parle que quand on chante , 
il fut naturel qu’ils regardaffent la répé¬ 
tition des tétracordes, dans leur mélo¬ 
die orale , comme nous regardons la ré¬ 
pétition des oftaves dans notre mélodie 
harmonique. 

Ils n’ont reconnu pour confonnances 
que celles que nous appelions confonnan¬ 
ces parfaites ; ils ont rejette de ce nom¬ 
bre les tierces & les fixtes. Pourquoi cela ? 
C’eft eue l’intervalle du ton mineur étant 

t 

ignoré d’eux, ou du moins proferit de 
!a pratique,&; leurs confoimances n’étant 


314 Essai sur l’Origine 

point tempérées, toutes leurs tierces ma¬ 
jeures étoient trop fortes d’un comma , 
leurs tierces mineures trop foibles d’au¬ 
tant , & par conféquent leurs fixtes ma¬ 
jeures & mineures réciproquement alté¬ 
rées de même. Qu’on s’imagine mainte- 
Kant quelles notions d’harmonie on peut 
avoir & quels modes harmoniques on 
peut établir en bannilTant les tierces & 
les fixtes du nombre des confonnances ! 
Si les confonnances mêmes qu’ils admet- 
loient leur euffent été connues par un 
vrai fentiment d’harmonie, ils les auroient 
au moins fous - entendues au - deffous de 
leurs chants , la confonnance tacite des 
marches fondamentales eût prêté fon nom 
aux marches diatoniques qu’elles leur fug- 
géroient. Loin d’avoir moins de confon¬ 
nances que nous , ils en auroient eu da¬ 
vantage , & préoccupés , par exemple , 
de la baffe ut fol , ils euflént donné le 
nom de confonnance à la fécondé ut re. 
Mais, dira-t-on, pourquoi donc des 
marches diatoniques ? Par un inflinél qui, 
dans une langue accentuée & chantante, 
nous porte à choifir les inflexions les 
plus commodes : car entre les modifîca-; 


des Langues: 315 

tions trop fortes qu’il faut donner a la 
glotte pour entonner continuellement les 
grands intervalles des confonnances & 
la difficulté de régler Tintonation , dans 
les rapports très-compofes des moindres 
intervalles , l’organe prit un milieu & 
tomba naturellement fiir des intervalles 
plus petits que les confonnances , & plus 
firaples que les comma ; ce qui n empo¬ 
cha pas que de moindres intervalles n euf- 
fent auffi leur emploi dans des genres 
plus pathétiques, 

t 

p|;=============âï^====r==^^ 

CHAPITRE XIX. 

Comment In M-uJi^uc a dégénéré^ 

J\. mefure que la langue fe perfec- 
tionnoit , la mélodie en s impofant de 
nouvelles réglés perdoit infenfiblement de 
fon ancienne énergie, & le calcul des in¬ 
tervalles fut fubftitué à la fineffe des in¬ 
flexions. C’eftainfi, par exemple, que la 
pratique du genre enliarmonique s’abolit 
peu-à-peu. Quand les tîîéâtîes eviîen^ 









3 i6 Essai sur l’OrioTne 

pris une forme régulière, on n’y chan- 
toit plus que fur des modes prefcrits , 
& à mefure qu’on multiplioit les réglés 
de l’imitation , la langue imitative s’afïbi- 
bliffoit. 

L’étude de la Philofophie & le pro¬ 
grès du raifonnement ayant perfeftionné 
la grammaire , ôterent à la langue ce ton 
vif & paffionné qui l’avoit d’abord ren¬ 
due fl chantante. Dès le tems de Ména- 
îippide & de Philoxène, les Symphoniftes, 
qui d’abord étoient aux gages des Poètes , 
& n’exécutoient que fous eux, & pour 
ainli dire à leur diftée, en devinrent in- 
dépendans, & c’eft de cette licence que 
fe plaint h amèrement la Mufique dans 
une Comédie de Phérécrate, dont Plu¬ 
tarque nous a confervé le paffage. Ainli 
la mélodie commençant à n’être plus li 
adhérente au difcours , prit infenfiblement 
une exigence à part, & la Mufique de¬ 
vint plus indépendante des paroles. Alors 
aufli cefiTerent peu-à-peu ces prodiges 
qu’elle avoit produits , lorfqu’elle n’étoit 
que l’accent & l’harmonie de la Poéfie, 
& qu’elle lui donnoit fiir les pallions , 
ect empire que la parole n’exerça plus 


DES Langues. 317 
dans la fuite que fur la raifon. Aufli des 
que la Grece fut pleine de Sophiftes & 
de Philofophes, n’y vit-on plus ni Poë^s, 
ni Muficiens célébrés. En cultivant l’art 
de convaincre on perdit celui d’émou¬ 
voir. Platon lui-même jaloux d’Homere 
& d’Euripide , décria l’un & ne put imiter 
l’autre. 

Bientôt la fervitude ajouta fon influence 
à celle de la Philofophie. La Grece aux 
fers perdit ce feu qui n’échauffe que 
les âmes libres, & ne trouva plus pour 
louer fes tyrans le ton dont elle avoit 
chanté fes héros. Le mélange des Ro¬ 
mains affoiblit encore ce qui reftoit au 
langage d’harmonie & d’accent. Le latin ^ 
langue plus fourde & moins muficale, fit 
tort à la Mufique en l’adoptant. Le chant 
employé dans la Capitale altéra peu-à-peu 
celui des Provinces ; les théâtres de Rome 
nuilirent à ceux d’Athenes : quand Néron 
remportoit des prix , la Grece avoit ceffé 
d’en mériter ; & la même mélodie, par¬ 
tagée à deux langues, convint moins à l’une 
& à l’autre. 

Enfin arriva la cataftrophe qui détrui- 
flt les progrès de l’efprit humain , fans 


31? Essai sür l'Origine 

ôter les vices qui en étoient l’ouvrage. 
L’Europe inondée de Barbares & affervie 
par des ignorans , perdit à la fois fes 
fciences, fes arts, & l’inftrument univerfel 
des uns & des autres , favoir la langue har- 
monieufe perfedionnée. Ces hommes grof- 
fiers que le Nord avoit engendrés, ac¬ 
coutumèrent infenfiblement toutes les 
oreilles à la rudeffe de leur organe ; leur 
voix dure & dénuée d’accent étoit bruyante 
fans être fonore. L’empereur Julien compa- 
roit le parler des Gaulois au croaflement des 
grenouilles. Toutes leurs articulations étant 
aiîfîi âpres que leurs voix étoient nazar- 
des & fourdes ^ ils ne pouvoient donner 
qu’une forte d’éclat à leur chant , qui 
étoit de renforcer le fon des voyelles 
pour couvrir l’abondance ôcla dureté des 
confonnes. 

Ce chant bruyant, joint à l’inflexibilité 

V ' 

de l’organe, obligea ces nouveaux venus 
& les peuples fubjugués qui les imitè¬ 
rent, de ralentir tous les fons pour les 
faire entendre. L’articulation pénible & 
les fons renforcés concoururent également 
à chafTer de la mélodie tout fentiment de 
mefure & de rhythme ; comme ce qu’il 


B E s Langues; 3x9 
y avoît de plus dur à prononcer étoît tou¬ 
jours le paffage d’un Ton à l’autre , on 
n’avoit rien de mieux à faire que de s'ar¬ 
rêter fur chacun, le plus qu’il ctoiî poîîî- 
ble, de le renfler , de le faire éclater le 
plus qu’on pouvoit. Le chant ne fot bien¬ 
tôt plus qu’une fuite enniiyeufe & lente 
de fons traînans & criés , fans douceur, 
fans mefure & fans grâce ; & fi quel¬ 
ques favans d^foient qu’il falloit obferver 
les longues &: les brèves dans le chant 
latin, il eft fur au moins qu’on chanta 
les vers comme de la proie , & qu’il ne 
fut plus queflion de pieds, de rhythmes, 
ni d’aucune efpece de chant mefuré. 

Le chant ainli dépouillé de toute mé¬ 
lodie , & conliftant uniquement dans la 
force & la durée des fons, dut fufp^gérer 
enfin les moyens de le rendre plus fonore 
encore , à l’aide des confonnances. Plu- 
fieurs voix traînant fans celle à l’iiniffon 
des fons d’une durée illimitée , trouvè¬ 
rent par hafard quelques accords qui 
renforçant le bruit, le leur firent paroî- 
tre agréable, & ainfi commença la pra¬ 
tique du difcant & du contre-point, 
Jhgnore combien de fiecles les Muficiens 


320 Essai sur l’Origine 
tournèrent autour des vaines queftlons j 
que l’efFet connu d’un principe ignoré 
leur fit agiter. Le plus Infatigable Lec¬ 
teur ne fupporteroit pas dans Jean de 
Mûris , le verbiage de huit ou dix grands 
Chapitres , polir favoir, dans l’intervalle 
de l’odlave coupée en deux confonnan- 
ces, fi c’efi: la quinte ou la quarte qui 
doit être ad grave ; & quatre cents ans 
après on trouve encore dans Bontempi 
des énumérations non moins ennuyeufes, 
de toutes les baffes qui doivent porter 
la fixte au lieu de la quinte. Cependant 
l’harmonie prit infenfiblement la route 
que lui prefcrit l’analyfe , jufqu’à ce 
qu’enfin l’invention du mode mineur & 
des diffonances , y eût introduit l’arbi¬ 
traire dont elle eft pleine , & que le 
feul préjugé nous empêche d’apperce- 
voir (*.). 


(*) Rapportant toute riiarmonie à ce principe très-fim- 
pie de la réfonnance des cordes dans leurs aliquotes , M. 
Rameau fonde le mode mineur & la diffonance fur fa pré¬ 
tendue expérience qu’une corde fonore en mouvement, fait 
vibrer d’autres cordes plus longues à fa douzième & à fa 
dix-feptieme majeure au grave. Ges cordes , félon lui , 
vibrent & frémiüent dans toute leur longueur, mais elles 

La 

% 



DES LaNGUËS. 311. 
l.a mélodie étant oubliée & l’attention 
3u Mulicien s’étant tournée entièrement 
vers'l’harmonie, tout fe dirigea peij-à- 
peu fur ce nouvel objet, les genres, les 
modes j la gamme, tout reçut des faces 
nouvelles ; ce furent les fucceflîons har¬ 
moniques qui réglèrent la marche des 
parties. Cette marche ayant ufurpé le nom 
de mélodie, on ne put méconnoître en 
effet dans cette nouvelle mélodie les traits 
de fa mere , & notre fyftême mufical 
étant ainli venu par degrés, purement har¬ 
monique , il n’eft pas étonnant que l’ac- 


«e réfonent pas. Voilà, ce me femble. Une finguliere phy-« 
üque ; c’eft comme fi l’on difoit que le foleil luit, & qu’oa 
iie voit 

'Ces cordes plus longues, ne rendant que le fon de la plus 
aiguë , parce qu’elles fe divifent , vibrent, réfonent à fon 
tiniffon , confondent leur fon avec le lien , Sc paroiflTent 
n’en rendre aucun. L’erreur eft d’avoir cru les voir vibrer 
dans toute leur longueur, & d’avoir mal obfervé les nœuds» 
Deux cordes fonores formant quelque intervalle harmoni¬ 
que , peuvent faire entendre leur fon fondamental au grave, 
même fans une troifieme corde, c’eft l’expérience connue 
confirmée de M. Tartini ; mais une corde feule n’a point; 
d’autre fon fondamental que le fien , elle ne fait point 
yéfoner ni vibrer fes multiples , mais feulement fon unifToiu 
êc fes aliquotes. Comme le fon n’a d’autre caufe que les 
vibrations du corps fonore , & qu’où la caufe agit librement, 
l’effet fuit toujours, féparer les vibrations de la réfonance , 
e’eft dire une abfurdité. 

Mujîquit 


X 



'pt Essai sur l’Oriciî^z 

cent oral en ait foufFert, & que la MuE* 
que ait perdu pour nous prefque toute fon 
énergie. 

Voilà comment le chant devint par de¬ 
grés un art entièrement féparé de la pa¬ 
role dont il tire fon origine , comment 
les harmoniques des fons firent oublier 
les inflexions de la voix, &: comment 
enfin, bornée à l’eftet purement phyfique 
du concours des vibrations, la Mufique 
fe trouva privée des eiFets moraux qu’elle 
avoit produits, quand elle étoit double¬ 
ment la voix de la nature. 

- 

CHAPITRE XX. 

Rapport des Langues aux Gouyernemens', 

(>ES progrès ne font ni fortuits , m 
arbitraires, ils tiennent aux vicilFitudes des 
chofes. Les langues fe forment naturelle¬ 
ment fur les befoins des hommes ; elles 
changent & s’altèrent félon les change- 
mens de ces mêmes befoins. Dans les 
anciens tems , où la perfuafion tenoit 








,. ï) Ë s Langue s.' 5 %% 

iîeu de force publique, l’éloquence étoit 
néceffaire. A quoi ferviroiî-elle aujour¬ 
d’hui > que la force publique fupplée à/ la 
perfuafion ? L’on n’a befoin ni d’art , ni 
de" figure rpoür dire , ul:efl mon plaijîr^ 
Quels ; difqours reftent donc à faire au 
peuple afîemblé ? des fermons. Et qu’im¬ 
porte à ceux' qui les font de perfuader 
le peuple, puifqiie ,ce n’eft pas lui qui- 
nomme aux Béiiéfîces ? Les langues popu¬ 
laires nous , font devenues aulîi parfaite¬ 
ment inutiles que l’éloquence. Les focié-' 
tés ont pris deur derniere forme ; on n’y 
change plus rien qu’avec du canon & des 
écus, & .comme on n’a plus rien à dire 
au peuple ^ , finon , donne^ de tardent , on 
le dit avec des placards au coin des rues , 
ou des foldats dans les maifons ; il ne 
faut affembler perfohne pour cela : au 
contraire , il faut tenir les fujets épars , 
c’eft la première maxime de la politique 
moderne. 

Il y a des langues favorables à la liberté 
ce font les langues fonores, profodiques 
harmonieufes, dont oh diftingue le dif- 
cours de fort loin, Les nôtres font faites 
pour le bourdonnement des Divans, No,s 

X A ' 


314 Essai sur l’Origine 
Prédicateurs fe tourmentent, fe mettent 
en fueur dans les Temples, fans qu’on- 
fâche rien de ce qu’ils ont dit. Après 
s’être épuifés à crier pendant une heure , 
ils fortent de la chaire à demi-morts. Affu- 
rément ce n’étoit pas la peine de prendre 
tant de fatigue. 

Chez les anciens on fe faifoit entendre 
aifément au peuple fur la place publique ; 
on y parloit tout un jour fans s’incom¬ 
moder. Les Généraux' haranguoient leurs 
Tro\ipes ; on les entendoit , & ils ne 
s’épuifoient point. Les hiftoriens moder¬ 
nes qui ont voulu mettre dès harangues 
dans leurs hiftolres, fe font ùàt moquer 
d’eux. Qu’on fuppofe un homme haran.- 
guant en François le peuple de Paris dans 
la place de Vendôme. Qu’il crie à pleine 
têteon entendra qu’il crie , on ne dif- 
tinguera pas un mot. Hérodote lifoit fon 
hiûoire aux peuples de la Grece, affem- 
blés en plein air, & tout retentiflbit d’ap- 
plaudiflèmens. Aujourd’hui l’Académicien 
qui lit un mémoire, un jour d’aflemblée 
publique, eft à peine entendu au bout 
de la Salle. Si les Charlatans des places 
abondent moins en France qu’en Italie , 


D E s L A N G U E s; 315 
ce n’eft pas qu’en France ils foient moins 
écoutés, c’eft feulement qu’on ne les 
entend pas fi bien. M. d’Alembert croit 
qu’on pourroit débiter le Récitatif Fran¬ 
çois à l’italienne ; il faudroit donc le débi- 
ter à l’oreille, autrement on n’entendroit 
rien duj tout. Or, je dis que toute lan¬ 
gue avec laquelle on ne peut pas fe 
faire entendre au peuple afiemblé , eft 
une langue fervile ; il efi: impoffibîe qu’im 
peuple demeure libre & qu’il parle cette 
langue-là. 

Je finirai ces réflexions fuperficielîes 
mais qui peuvent en faire naître de plus 
profondes , par le paffage qui me les a 
fuggérées. 

Ce jeroit ta matière d'un examen affe:^ 
philofophique , que /qbferver dans le fait , 
& de montrer , par des exemples , combien, 
le caractère, les mœurs & les intérêts £un 
peuple , injlicent fur fa langue {* ). 


(*) Remarqoes fur Isgramnt. génsi-. & raifon. pœ ,&î. 
Duclos, II. 


3 


X 




LETTRE 

A Monsieur 

L’ABBÉ RAŸNAL, 

Au fujet d’un nouveau Mode de Mufique i 
invente par M* Blainville ^ 

Paris, le 3o Mai I7S4 , au fortîr du Concerta 

O U s êtes bien aife, Monfieur , vous 
le Panégyrifte & Tanii des Arts , de la 
tentative de M. Blainville, pour l’inîro- 
duftion d’un nouveau Mode dans notre 
Mufique. Pour moi, comme mon fenti- 
ment là-deffus ne fait rien à l’affaire , je 
paffe immédiatement ' au jugement que 
vous me demandez fur la découverte 
même. 

Autant que j’ai pu faifir les idées de 
M. Blainville , durant la rapidité de 1 exe¬ 
cution du morceau que nous venons 
d’entendre , je trouve que le Mode qu’il 
nous propofe , n’a que deux cordes prin¬ 
cipales , au lieu de trois qu ont chacun 
des deux Modes ufites. L une de ces deux 





'A M. l’Abbé Raynai: 317 
'cordes eft la tonique , l’autre eft la quarte 
au-delTus de cette tonique ; 8c cette quarte 
s’appellera, li l’on veut , dominante, hau¬ 
teur me paroît avoir eu de fort bonnes 
raifons pour préférer ici la quarte à la 
quinte, & celle de toutes ces raifons qui 
fe préfente la première , en parcourant 
fa gamme, efl le danger de tomber dans 
les fauffes relations. 

Cette gamme eft ordonnée de la ma¬ 
niéré fuivante ; il monte d’abord d’un 
femi-ton majeur de la tonlqüe fur la fé¬ 
condé note, puis d’un ton fur la troi- 
lieme ; & montant encore d’un ton , il 
arrive à fa dominante fur laquelle il 
établit le repos, ou, s’il m’eft permis 
de parler ainfi, l’hémiftiche du Mode. 
Puis recommençant fa marche un ton 
au-defîiis de la dominante, il monte en- 
fuite d’un fem?-ton majeur , d’un ton , 
& , encore d’un ton , & l’oftave eft par¬ 
courue félon cet ordre de notes , m.i, fa, 
fol, la : fl, ut, re, mi. Il redefeend de 
même , fans aucune altération. 

Si vous procédez diatoniquement, foit 
en montant, foit en defeendant de la do¬ 
minante d’un Mode mineur à l’oftave de 

X 4 


3x8 Lettre 

cette dominante, fans dièfes ni bémols 
accidentels , vous aurez précifément la 
gamme de M. Blainville ; par où l’on 
voit, que fa marche diatonique eft 
direûement oppofée à la nôtre , ou, par¬ 
tant de la tonique , on doit monter d’un 
ton, ou defcendre d’un femi-ton ; qu’il 
a fallu fubftituer une autre harmonie à 
l’accord fenfible ufité dans nos Modes , 
& qui fe trouve exclus du lien ; 3®. trou¬ 
ver , pour cette nouvelle gamme , des 
accompagnemens différens de ceux que 
l’on emploie dans la réglé de l’oftave ; 
4^. & par conféquent d’autres progref¬ 
fions de Baffe fondamentale que celles 
qui font admlfes. 

La gamme de fon Mode eft précifé¬ 
ment femblable au diagramme des Grecs ; 
car fl l’on commence par la corde hy- 
pate , en montant, ou par la note en def- 
Cendant, à parcourir diatoniquement deux 
tétracordes disjoints , on aura préclfé^ 
ment la nouvelle gamme ; c’eft notre an¬ 
cien Mode plagal, qui fubfifte encore 
dans le Plaln - chant ; c’eft proprement 
un Mode mineur dont le diapafon fe 
prendroit , non d’une tonique à fon 


A M. l’Abbé Raynal. 32,9 
oSave, en paffant par la dominante ; mais 
d’une dominante à Ion oâave, en paf¬ 
fant par la tonique ; & en effet , la 
tierce majeure que l’Auteur eft oblige 
de donner à fa finale, jointe à la ma¬ 
niéré d’y defcendre par feml-ton , donne 
à cette tonique tout-a-falt 1 air d une do¬ 
minante, Alnfi f fi fon pouvoit, de ce 
côté-là 5*dilputer à M. Blainville le mé¬ 
rité de l’invention, on ne pourroit du 
moins lui dlfputer celui d’avoir ofe bra¬ 
ver 5 en quelque chofe, la bonne opi¬ 
nion que notre fiecle a de foi-meme , ÔC 
fon mépris pour tous les autres âges en 
matière de fciences & de goût. 

Mais ce qui pàroît appartenir incon- 
teftablement à M. Blainville , c’efl; l’har¬ 
monie qu’il affefte à un Mode inftitue 
dans des tems où nous avons tout Heu 
de croire qu’on ne connolfloit point l’har¬ 
monie , dans le fens que nous donnons 
aujourd’hui à ce mot. Perfonne ne lui 
dlfputera , ni la fcience qui lui a fug- 
géré de nouvelles progrefîions fondamen¬ 
tales , ni l’art avec lequel il l’a fu met¬ 
tre en œuvre pour ménager nos oreil¬ 
les 5 bien plus délicates fur les chofes 


330 Lettre' 

nouvelles, que fur les mauvaifes chofesî 

Dès qu’on ne pourra plus lui repro¬ 
cher de n’avoir pas trouvé ce qu’il nous 
propofe, on lui reprochera de l’avoir 
trouvé. On convièndra que fa décou¬ 
verte eft bonne, s’il veut avouer qu’elle 
n’eft pas de lui : s’il prouve qu’elle eft 
de lui, on lui fouîiendra qu’elle eft mau- 
vaife ; & il ne fera pas le premier con¬ 
tre lequel les artiftes auront argumenté 
de la forte. On lui demandera fur quel 
fondement il prétend déroger aux loix 
établies , & en introduire d’autres de 

fon autorité. 

' / 

On lui reprochera de vouloir rame¬ 
ner à l’arbitraire , les réglés d’une fcience 
qu’on a fait tant d’elïbrt pour réduire en 
principe ; d’enfreindre dans fes progref- 
ftons la lialfon harmonique, qui eft la 
loi la plus générale & l’épreuve la plus 
fure de toute bonne harmonie. 

On lui demandera ce qu’il prétend fubf- 
tituer à l’accord fenfible,-dont fon Mode 
n’eft nullement fufceptlble , pour annon¬ 
cer les changemens de ton. Enfin on 
voudra favolr encore pourquoi , dans 
i’efîai qu’il a donné au Public , il a telle- 


À M. l’Abbè Raynal; 331 
jnent entre-mêlé fon Mode avec les deux 
autres , qu’il n’y a qu’un très-petit nom¬ 
bre de Connolfleurs , dont l’oreille exer¬ 
cée 6c attentive, ait démêlé ce qui ap¬ 
partient en propre à fon nouveau fyfteme. 

Sesréponfes , je crois les prévoir a-peu- 
près. Il trouvera aifément en fa faveur 
des analogies, du moins auffi bonnes 
que celles dont nous avons la bonté de 
nous contenter. Selon lui, le Mole mi¬ 
neur n’aura pas de meilleurs fonde mens 
que le fien. Il nous foutiendra que l’o¬ 
reille eft notre premier maître d’harmo¬ 
nie , & que, pourvu que celui-là foit 
content, la raifon doit fe borner à cher¬ 
cher pourquoi il l’efl, 6c non.à lui prou¬ 
ver qu’il a tort de l’être. Qu’il ne cher¬ 
che, ni à introduire dans les chofes l’ar¬ 
bitraire qui n’y ell point , ni à diffimu- 
1er celui qu’il y trouve. Or, cet arbi¬ 
traire eft fl conftant que, même dans la 
réglé de l’odave, il y a une faute con¬ 
tre les réglés ; remarque qui ne fera pas , 
fl l’on A'^eut, de M. Blainville , mais que 
je prends fur mon compte. 

Il dira encore que cette liaifon harmo¬ 
nique qu’on lui objede , n’eft rien moins 


I 


331 Lettre, &c. 
qu’indifpenfable dans l’harmonie, & il 
ne fera pas embarraffé de le prouver. 

Il s’excufera d’avoir entre-mêlé les trois 
Modes , fur ce que nous fommes fans 
celTe dans le même cas avec les deux 
nôtres, fans compter que , par ce mé¬ 
lange adroit , il aura eu le plaifir, di- 
roit Montagne , de faire donner à nos 
Modes des nazardes fur le nez du lien. 
Mais quoi qu’il faffe , il faudra toujours 
qu’il ait tort, par deux raifons fans ré¬ 
pliqué ; l’une qu’il eft inventeur, l’au¬ 
tre qu’il a à faire à des Muficiens. 

Je fuis, &c. 



EXAMEN 

D E 

DEUX PRINCIPES 

Avances par Rameau ^ dans fa Brochure 

intitulée : 

E M M E U R S 

SUR 

la musique, 

« 

dans L'ENCYCLOPÉDIE. 



■ v rt — 


AVERTISSEMENT. 

I 

Je jettai cet Ecrit fur U papier en 

lorfque parut la Brochure de M. Rameau ^ 
& aprls avoir déclaré publiquement , fur la 
grande querelle que f avais eue à foutenir > 
que je ne repondrois plus à mes adverfaires* _ 
Content même d^avoir fut' note dè mes ob^^ 
fervations fur VEcrit de M. Rameau , je ne 
les publiai point ; & je ne les joins main¬ 
tenant ici ^ que parce qu elles fervent a l e- 
claircijfement de quelques Articles de mort 
Dictionnaire ^ ou la forme de l Ouvrage ne 
me permettoit pas dêentnr dans de plus Ion- 
gués difctijfions. 








EXAMEN 

D E 

DEUX PRINCIPES 


<ùiymcés par M. Rameau , dans fa Brochuric 

intitulh : 

ERREURS 

SUR 

LA M U S I ,(lUEy 

DANS L’ENCYCLOPÉDIE. 


(^’est toujours avec plaifir que je vois 
paroître de nouveaux écrits de M. P^a- 
îneau : de quelque maniéré qu’ils foient 
accueillis du Public , ils font précieux 
aux Amateurs de l’Art, & je me fais 
honneur d’être de ceux qui tâchent d’en 
profiter. Quand cet illuflre Artifte releve 
mes fautes , il m’inftruit, il m’honore , 
je lui dois des remercîmens ; & comme 
en renonçant aux querelles qui peuvent 
troubler ma tranquillité, je ne m’interdis 


^36 Examen 
point celles de pur amufement, je difcii" 
terai par occafion quelques points qu’il 
décide, bien fur d’avoir toujours fait une 
cbofe utile , s’il en peut réfulter de fa 
part de nouveaux éclairciffemens. Ceft 
même entrer en cela, dans les vues de ce 
grand Muficien, qui dit qu’on ne peut 
contefter les proportions qu’il avance , 
que pour lui fournir les moyens de 
les mettre dans un plus grand jour ; 
d’où je conclus qu’il eft bon qu’on les 

contefte. 

Je fuis , au refte, fort éloigné de voit* 
loir défendre mes articles de l’Encyclo¬ 
pédie ; perfonne , à la vérité, n’en de- 
vrolt être plus content que M. Rameau , 
qui les attaque ; mais perfonne au monde 
n’en eft plus mécontent que moi. Cepert- 
dant •) quand on fera inftruit du tems ou 
ils ont été faits, de celui que j’eus pour les 
faire & de l’impulflance où j’ai toujours 
été de reprendre un travail une fols fini , 
quand on faura ^ de plus ^ que je n eus 
point la préfomption de me propofer pour 
celui-ci, mais que ce fut, pour ainfi dire, 
une tâche impofée par l’amitié, on lira 
peut-être, avec quelque indulgence, des 

articles 


Dfeüx PâÎNCÏP E s. 


Articles que j’eus à peine le teins d’écrire 
dans l’efpace qui m’étoit donné pour les 
méditer, & que je a’aurois point enîrp-- 
pris , Il je n’avois confulté que le tcms Sc 
fties forces. 


Mais ceci eft Une jufîificatiôn envers 
le Public •, & pour vîn autre lieu. Reve- 
ï'ions à M. Rameau que j’âi beaucoup loué , 
& qui me fait un crime de ne l’avoir 
pas loué davantage. Si les Ledeurs veu¬ 
lent bien jetler les yeux fur les articles 
qu’il attaque , tels que Ciiiffreb. , Ac~ 
toRD , Accompagnement , 6cc. s’ils 
diflinguent les vrais éloges que l’équité 
mefure aux taiens , du vil encens que 
l’adulation prodigue à tout le monde ; 
enfin s’ils font inRruiîs du poids que les 
procédés de M. Rameau , vis - à - vis de 
moi, ajoute à la juftice que j’aime à lui 
rendre , j’efpere qu’ên blâmant les fautes 
que j’ai pu faire dans l’expofxtion de fes 
principes, ils feront contens ^ au moins 
(des hommages que j’ai rendus à l’Auteur» 
Je ne feindrai pas d’avouer que l’écrit 
intitulé : Erreurs fur la Mujique , me pa- 


r'oît en efict fourmiller d’erreurs, & que 
je n’y vols rien de plus jufte que le ti- 
Mufquit Y 



338 Examen 

tre. Mais ces erreurs ne font point danâ 
les lumières de M. Rameau , elles n’ont 
leur fourcc que dans fon cœur ; & quand 
la palïïon ne l’aveuglera pas , il jugera 
mieux que perfonne des bonnes réglés 
de fon Art. Je ne m’attacherai donc point 
à relever un nombre de petites fautes qui 
clifparoîtront avec fa haine ; encore moins 
défendrai - je celles dont il m’accufe , 
dont plufieurs en effet , ne fauroient être 
niées. lime fait 'un crime, par exemple, 
d’écrire pour être entendu ; c’efl: un défaut 
qu’il impute à mon ignorance, & dont 
je fuis peu tenté de la juflifier. J’avoue 
avec plaifir, que, faute de chofes favan- 
tes, je fuis réduit à n’en dire que de rai- 
fonnables, & je n’envie à perfonne le pro¬ 
fond favoir qui n’engendre que des écrits 
inintelligibles. 

Encore un coup, ce n’eft point pour ma 
juftificatiori que j’écris , c’eft pour le bien 
de la chofe. Laiffons toutes ces dilputes 
perfonnelles qui ne font rien au progrès 
de l’Art, ni à l’inflruéfion du Public. Il 
faut abandonner ces petites chicanes aux 
Commençans 5 cjui veulent, fe faire un 
Bom aux dépens des noms déjà connus ^ 


DE DEUX Principes. 539 
& qui, pour une erreur qu’ils corrigent, 
ne craignent pas d’en commettre cent. 
• Mais , ce qu’on ne fauroit examiner 
avec trop de foin , ce font les princi¬ 
pes de l’Art même , dans lefquels la 
moindre erreur eft une fource d’égare- 
mens, & où l’Artifle ne peut fe tromper 
en rien , que tous les efforts qu’il fait 
pour perfeftionner l’Art n’en éloignent la 
perfeéfion. 

Je remarque, (^an's les erreurs fur la 
Mufique, deux de ces principes impor- 
tans. Le premier qui a guidé M. Rameau 
dans tous fes écrits, &, qui pis eft, dans 
toute fa Mufique, eft que l’harmonie eft: 
l’unique fondement de l’Art, que la mé¬ 
lodie en dérive, & que tous les grands 
effets de la Mufique naift'ent de la feule 
harmonie. 

L’autre princip,e, noiiverement avancé 
par M. Rameau, & qn’il me reproche 
de n’avoir pas ajouté à ma définition de 
l’accompagnement , eft que cet accom¬ 
pagnement reprifente h corps fonore. J’exa¬ 
minerai féparément ces deux principes. 
Commençons par le premier & le plus 
important, dont la vérité ou la faufïeîé 


34C» Examen 

tlcmontrée, doit fervir en quelque ma- 
0 

uiere de bafe à tout l’Art Mufical. 

Il faut d’abord remarquer que M. Rameau 
fait dé river foute l’iiarmonie de la réfo-» 
nance du corps fonore. Et il efl certain 
que tout Ion eft accompagné de trois au¬ 
tres fons harmoniques concomitans ou 
acceffoires, qui forment avec lui un ac¬ 
cord parfait, tierce-majeure. En ce fens, 
l’harmonie ' ell naturelle & inféparable de 
la mélodie & du chant., tel qu’il puiffe 
être , puifque tout fon porte avec lui fon 
accord parfeit. Mais, outre ces trois fons 
harmoniques , chaque fon principal en 
donne beaucoup d’autres qui ne font point 
harmoniques &: n’entrent point dans l’ac-, 
cord parfait. Telles font toutes les aliquo- 
tes non réduûibles par leurs octaves à 
quelqu’une de ces trois premières. Or , 
il y a une infinité de ces aliquotes qui 
peuvent échapper a nos fens , mais dont 
la réfonance eft démontrée par induftion, 
& n’efi; pas impofîible à confirmer par 
expérience. E’Art les a rejettées de l’har- 
moiiie , & voilà où il a commencé à 
fubftituer fes réglés à celles de la nature. 

.yeut"on donner aux trois fons qui 


nE DEUX Princ iPEsrr 54 * 

'conftituent l’accord parfait , une préro¬ 
gative particulière , parce qu’ils* forment 
entr’eux une forte de proportion qi|^il a 
plù aux anciens d’appeller harmonique ^ 
quoiqu’elle n’ait qu’une propriété de cal¬ 
cul ? Je dis que cette propriété fe trouve 
dans des rapports de fons qui ne font 
nullement harmoniques. Si les trois fons 

A. 

repréfentés par les chlfFres ^ ^ \ ^ lefqiiels 
font en proportion harmonique , forment 
un accord confonnant, les trois fons re¬ 
préfentés par ces autres chiffres y y, font 
de même en proportion harmonique , & 
ne forment qifun accord difcordant. Vous 
pouvez divlfer harmoniquement une tierce- 
majeure 5 une tierce-mineure, un ton’ma- 
jeur, un ton mineur , Szc. & Jamais les 
fons donnés par ces divlfions, ne feront 
des accords confonnans. Ce ifeft donc, ni 
parce que les fons qui ^ compofent fac- 
cord parfait réfonnent avec le Ibn princi¬ 
pal , ni parce qu’ils répondent aux ali- 
quotes de la corde entlere , ni parce qu’ils 
font en proportion harmonique , qu’ils 
ont été choifis exclufivement pour corn.- 
pofer l’accord parfait, mais feulement pa.rce 
que y dans l’ordre des intervalles ^ ils 

^ s 


I 


34^ Examen 

offrent les rapports les plus ffmples. Or ; 
cette fimplicité des rapports eff une ré¬ 
glé commune à l’harmonie & à la mé¬ 
lodie ; réglé dont celle-ci s’écarte pour¬ 
tant en certains cas , jufqu’à rendre toute 
harmonie impraticable ; ce qui prouve 
que la mélodie n'a point reçu la loi d’elle, 
êi ne lui eft point naturellement fubor-, 
donnée. 

Je n’ai parlé que de l’accord parfait ma¬ 
jeur. Que fera-ce quand il faudra mon¬ 
trer la génération du mode mineur , de 
la diffonance , & les réglés de la Modu¬ 
lation ? A l’inftant je perds la nature 
de vue , l’arbitraire perce de toutes parts, 
le plaifir même de l’oreille eft l’ouvrage 
de l’habitude ; & de quel droit l’harmo¬ 
nie , qui ne peut fe donner à elle-même 
un fondement naturel, voudroit-elle être 
celui de la mélodie , qui ftt des prodiges 
deux mille ans avant qu’il fût queftion 
d’harmonie & d’accords ? 

Qu’une marche confonnante & régu¬ 
lière de Baftë-fondamentale engendre des 
harmoniques qui procèdent diatonique¬ 
ment , & forment entr’eux une forte de 
chant-, cela fe connoît 6c peut s’admettre. 


DE DEUX Principes. 345 
On pourroit même renverfer cette géné¬ 
ration J & comme ^ félon M. Rameau j 
chaque fon n’a pas feulement la puifïïm^ce 
d’ébranler fes aliquotes en-deffus, mais 
fés multiples en-deffous , le fimple chant 
pourroit engendrer une forte de Baffe ^ 
comme la Baffe engendre une forte de 
chant, & cette génération feroit auffi na¬ 
turelle que celle du mode mineur ; mais 
je voudrois demander à M. P».ameau deux 
chofes : l’une , fi ces fons ainfi engendrés 
font ce qu’il appelle mélodie ; & l’autre, 
fl c’efl ainfi qu’il trouve la fienne , ou s’il 
penfe même que jamais perfonne en ait 
trouvé de cette maniéré ? Puiffions-nous 
préferver nos oreilles de toute Mufique 
dont l’Auteur commencera par établir 
une belle Baffe - fondarhentale ; & pour 
nous mener favam.ment de diflonance en 
diffonance, changera de ton ou de mode 
à chaque note , enîafl'era fans celle ac¬ 
cords fur accords, fans longer aux accens 
d’une mélodie fimple , naturelle & paf- 
fionnée , qui ne tire pas fon exprefîion 
des prcgreffions de la Baffe, mais des in¬ 
flexions que le fentiment donne à la voix ! 
Non , ce n’eft point là fans doute ce 

Y 4 


( 


344 Examen 

que M. Piameau veut qu’on faiïè , encoyg 
moins ce qu’il fait lui-même. Il entend 
feuieinent que l’harmonie guide l’arîifte ^ 
fans qu’il y fonge , dans l’invention de fa, 
mélodie , & que toutes les fois qu’il fait 
un beau chant , il fuit une harmonie ré¬ 
gulière ; ce qui doit être vrai, par la 
iiaifon que l’Art a mife entre ces deux 
parties , dans tous les pays où l’harmonie 
a dirigé la marche des fons , les réglés du 
chant, & l’accent mufical : car ce qu’on 
appelle chant prend alors une beauté de 
convention , laquelle n’eft point ablolue, 
mais relative au fydême harmonique, & 
à ce q je, dans ce fyftême , on eftime 
plus que le chant. 

Mais li la longue routine de nos fuc- 
celîions harmoniques guide l’homme exer¬ 
cé & le Compofiteur de profelîion ; quel 
fut le guide de ces ignorans, qui n’avoient 
jamais entendu d’harmonie , dans ces 
chants que la nature a diftés long-tems 
avant l’invention de l’Art? Avoient-ils 
donc un fentiment d’harmonie antérieur 
à l’expérience ; & fi quelqu’un leur eût 
fait entendre la Baffe-fondamentale de l’air 
qu’ils, avoient compofé, p.enfe-t-on qu’am 


I 




DR DRUx Principes. 34^ 
Clin d’eux eût reconnu-îà fon guide, & 
qu’il eût trouvé le moindre rapport en¬ 
tre cette Baffe & cet air ? ^ 

Je dirai plus. A juger de la mélodie 
'des Grecs par les trois ou quatre airs qui 
nous en reftent , comme il eft impoû b>e 
d’ajufter fous ces airs une bonne Bdlie- 
fondamentale, il eft impoffible aufîi que 
le fentiment de cette Baffe , d’autant plus 
régulière qu’elle eft plus naturelle , leur 
ait’fuggéré ces mêmes airs. Cependant 
cette mélodie qui les tranfportoit , étoit 
excellente à leurs oreilles, 6c l’on ne peut 
douter que la nôtre ne leur eût paru 
d’une barbarie infupportable. Donc ils en 
îugeoient fur un autre principe que nous. 

Les Grecs n’ont reconnu pour con- 
fonnances que celles que nôus appelions 
confonnances parfaites ; ils ont rejette de 
ce nombre les tierces & les fixtes. Pour¬ 
quoi cela ? C’eft que l’intervalle du ton 
mineur étant imoré d’eux ou du moins 

O 

proferit de la pratique , &C leurs confon- 
uances n’étant point tempérées, toutes 
leurs tierces majeures étoient trop for¬ 
tes d’un comma, & leurs tierces mineu¬ 
res trop foibles d’autant, & par confé- 


I 


54^ Examen 

quent leurs lixtes majeures & mineures 
altérées de même. Qu’on penfe mainte¬ 
nant quelles notions d’harmonie on peut 
avoir , & quels modes harmoniques on 
peut établir, en banniffant les tierces & 
îes lixtes du nombre des confonnances ! 


Si les confonnances mêmes qu’ils admet- 
îoient leur enflent été connues par un 
vrai fentiment d’harmonie , ils les eulfent 
dû fentir ailleurs que dans la mélodie, 
ils les auroient, pour ainfi dire, fous- 
entendues au-deflTous de leurs chants : la 
confonnance tacite des marches fondamen¬ 
tales leur eût fait donner ce nom aux mar¬ 
ches diatoniques quelles engendroient ; 
loin d’avoir eu moins de confonnances 
que nous, ils en auroient eu davantage, & 
préoccupés, par exemple, de la BaflTe tacite 
ut fol , ils eulTent donné le nom de con¬ 


fonnance à l’intervalle mélodieux cl ut a re* 
« Quoi que l’auteur d’un chant , dit 
» M. Rameau, ne connoiflè pas les fcns 
» fondamentaux dont ce cnant dérivé , 
» il ne puife pas m.oins dans cette fource 
» unique de toutes nos produdions en 
» Mufique ». Cette dourine efl: fans doute 
fort favante, qar il m’eil impofîible ae 


DE DEUX Principes. 347 
l’entendre. Tâchons, s’il fe peut, de m’ex¬ 
pliquer ceci. 

La plupart des hommes qui ne fa vent 
pas la Mulique, & qui n’ont pas appris 
combien il efl beau de faire grand bruit, 
prennent tous leurs chants dans le Me¬ 
dium de leur voix , & fon diapafon ne 
s’étend pas communément jufqu’à pou¬ 
voir en entonner la Baffe-fondamentale , 
quand même ils la faïu'oient. Ainli, non- 
feulement cet Ignorant qui compofe un 
air, n’a nulle notion delà Baffe-fondamen¬ 
tale de cet air, il eff même également 
hors d’état & d’exécuter cette Baffe lui- 
même , & de la reconnoître lorfqu’un au¬ 
tre l’exécute. Mais cette Baffe-fondamen¬ 
tale qui lui a fuggéré fon chant, & qui 
n’eft ni dans fon entendement, ni dans 
fon organe , ni dans fa mémoire, où 
eff-elle donc ? 

M. Rameau 'prétend qu’un ignorant en- 
tonnera naturellement les fons fonda¬ 
mentaux les plus feaùbles , comme \ par 
exemple , dans le ton d’z« un fol fous un 
TC , &C un ut fous un mi, PuîIqu’iI dit en 
avoir fait l’expérience , je ne veux pas 
en ceci rejetter fon autonté. Mais quels 


'348 Examen 

fujets a-t-il pris pour cette épreuve ? Des 
gens qui, fans favoir la Mufique, avoient 
cent fois entendu de l’harmonie & des 
accords ; de forte que l’impreflion des in¬ 
tervalles harmoniques, & du progrès cor- 
refpoadant des Parties dans les paffages 
les plus fréquens, étoiî reftée dans leur 
oreille, & fe tranfmettoit à leur voix 
fans môme qu’ils s’en doutaffent. Le jeu 
des racleurs de Guinguettes fufnt feul 
pour exercer le peuple des environs de 
Paris, à l’intonation des tierces & des 
quintes. J’ai fait ces mêmes expériences 
fur des hommes plus ruftiques & dont 
l’oreille étoit juile ; elles ne m’ont jamais 
rien donné de femblable. Ils n’ont entendu 
la Baffe qu’autant que je la leur fouffiois ; 
encore fouvent ne poiivoient-ils la faifr: 
ils n’appercevoient jamais le moindre rap¬ 
port entre deux fons différens entendus à 
la fois : cet enfemble môme leur déplai- 
foit toujours , quelque jaffe que fût l’in¬ 
tervalle j leur oreille etoit cnoquce duiie 
tierce comme la notre 1 eft d une dilio— 
nance , & je puis affurer qu’il n’y en 
avoit pas un pour qui la cadence rompue 
n’eût pu terminer un air .tout aufli bien 


DE DEUX Principes.' 349i 

tque la cadence parfaite, fi runiflbn s’y 
fût trouvé de même. 

Quoique le principe de l’harmonie 4bit 
naturel, comme il-ne s’olFre au fens que 
fous l’apparence de l’uniflbn, le fentiment 
qui le développe efi acquis 6c faftice , 
comme la plupart de ceux qu’on attribue 
à «la nature, & c’efi: fur - tout en cette 
partie de la Mufique qu’il y a , comme 
dit très-bien M. d’Aîembert, un art d’en¬ 
tendre comme un art d’exécuter. J’avoue 
que ces obfervatlons , quoique juftes , 
rendent à Paris les expériences difficiles, 
car les oreilles ne s’y préviennent gueres 
moins vite que les efprits : mais c’efi: un 
inconvénient inféparable des grandes vil-' 
les , qu’il y faut toujours chercher la na-; 
ture au loin. 

Un autre exemple dont M, Rameau 
attend tout, & qui ms femble à moi ne 
prouver rien , c’efi: l’intervalle des deux 
notes titfa dièfe , fous lequel, appliquant 
différentes Baffes qui marquent différentes 
îranfitions harmoniques , il prétend mon¬ 
trer par les diverfes affedtions qui en 
naiffent, que la force de ces affeétions 
dépend de l’harmonie & non du chant,' 


3 50 E X A M E îï 

Comment M. Rameau a-t-il pu fe laiffei* 
abufer par fes yeux , par fes préjugés, 
au point de prendre tous ces divers pafla- 
£es pour un même chant, parce que c’eft 
le m,ême intervalle apparent, fans fonger 
qu’un intervalle ne doit être cenfé le 
même, & fur-tout en mélodie , qu’autant 
qu’il a le même rapport au mode ; ce qui 
n’a lieu dans aucun des palTages qu’il cite. 
Ce font bien fur le clavier les mêmes 
touches, & voilà ce qui trompe M. Ra¬ 
meau , mais ce font réellement autant de 
mélodies dilférentes ; car non - feulement 
elles fe préfentent toutes à l’oreille fous 
des idées diverfes, mais même leurs in¬ 
tervalles exaûs difîerent prefque tous les 
uns des autres. Quel eft le Muficien qui 
dira qu’un ù'iîon & une fauffe quinte , 
une feptieme diminuée & une f.xte ma¬ 
jeure , une tierce mineure & une fécondé 
fuperflue forment la même mélodie, parce 
que les intervalles c[ui les donnent font 
les mêmes fur le clavier ? Comm-e fi 1 o- 
reille n’appréciolt pas toujours les inter¬ 
valles félon leur juftefie dans le mode, 
& ne corrigeoit pas les erreurs du tem¬ 
pérament iur les rapports de la moaula- 


î)È DËux Principes; 351' 
?ion ! Quoique la Bafle détermine quel¬ 
quefois avec plus de promptitude & dՎ 
nergie les changemens de ton, ces çhan- 
gemens ne lailTeroient pourtant pas de fe 
faire fans elle, & je n’ai jamais prétendu 
que l’accompagnement fût inutile à la mé¬ 
lodie , mais feulement qu’il lui devoit 
€tre fubordonné. Quand tous ces pafiages 
de Vut au fa dièfe feroient exaclement le 
même intervalle, employés dans leurs 
différentes places, ils n’en feroient pas 
moins autant de chants différens , étant 
pris ou fiippolés fur différentes cordes du 
mode , & compofés de plus ou moins de 
degrés. Leur variété ne vient donc pas de 
î’harmonie, mais feulement de la modu¬ 
lation qui appartient inconteftablement à • 
la mélodie. 

Nous ne parlons ici que de deux no¬ 
tes d’une durée indéterminée ; mais deux 
notes d’une durée indéterminée ne fuffi- 
fent pas pour conftituer un chant, puif- 
qu’elles ne marquent ni mode ni phrafe , 
ni commencement ni fin. Qui eft-ca qui 
peut imaginer un chant dépourvu de tout 
cela ? A quoi penfe M. P.ameau, de nous 
donner pour des accelToircs de la mélo- 


îfs Examen 

die , la mefiire , la différence du hàüt ôlî 
ou bas , du doux ou du fort, du vite 
& du lent ; tandis que toutes ces chofes 
ne font que la mélodie elle-même , & 
que fl oîi les en féparoit, elle n’exifferoit 
plus. La mélodie eft un langage comme 
la parole ; tout chant qui ne dit nen 
n’eft rien, & celui-là feul peut dépendre 
de l’harmonie. Les fons aigus ou graves 
l'epréfentent les accens femblables dans 
le difcours, les brèves & les longues , 
les quantités femblables dans la profodie , 
la mefure égale & confiante , le rhythme 
&les pieds des vers , les doux & les forts > 
la voix remiffe ou véhémente de l’ora¬ 
teur- Y a-t-il un homme au monde affez 
froid, affez dépourvu de fentiment pour 
dire ou lire’des chofes pafîlormées, fans 
jamais adoucir ni renforcer la voix? 
M. Rameau, pour comparer la mélodie à 
l’harmoniè , commence par dépouiller la 
première de tout ce c|iu lui étant pro¬ 
pre , ne peut convenir à l’autre : il ne 
confidere pas la mélodie comme un chant ^ 
mais comme un remp’iüage ; il dit que ce 
lempl'ffage naît de l’harmonie , & il a 
raifon. 


Qu’eü-ce 


DÉ DËtrx Principes* 555 ' 


Qvi’eft-ce, qu’une fuite de fons indé¬ 
terminés , quant à la durée ? Des fôns 
ifoîés & dépourvus de tout effet com¬ 
mun qu’on entend y qu’on faifit féparé- 
ment les uns des autres y &C qui, bien 
qu’engendrés par une fucceffion harmo¬ 
nique , n’offrent aucun enfemble à l’o¬ 
reille y 8c attendent , pour former une 
phrafe oC dire quelque chofe y la liaifort 
que la mefure leur donne* Qu’on pré¬ 
fente au Muficien une fuite de notes de 
valeur indéterminée , il en va faire cin¬ 
quante mélodies entièrement différentes,' 
feulement par les diverfes maniérés de 
les fçander, d’en combiner & varier les 
mouvernens ; preuve invincible que c’efl 
à la mefure qu’il appartient de fixer toute 
mélodie. Que fi la diverfité d’harmonie 
qu’on peut donner à ces fuites , varie 
aufïï leurs effets , c’eff qu’elle en fait 
réellement encore autant de mélodies 


différentes , en donnant aux mêmes in¬ 
tervalles y divers emplacemens dans lՎ 


chelle dü mode ; ce qui, comme je l’ai 
déjà dit, change entièrement les rapports 
des fons ôc le fens des phrafes. 

La raifon pourquoi les anciens n’avoient 
Mufiqm, Z 


1 


3)4 Examen 

point de Mufique purement inftrumen- 
tale, c’eft qu’ils n’avoient pas l’idée d’un 
chant fans mefure , ni d’une autre mefure 
que celle de la Poéfie ; & la ’raifon pour¬ 
quoi les Vers fe chantoient toujours & 
jamais la Profe , c’eft que la Profe n’a- 
' volt que la partie du chant qui dépend 
de l’intonation, au lieu que les vers avoient 
encore l’autre partie conftitutive' de la mé¬ 
lodie , favoir le rhythme. 

Jam.ais perfonne, pas même M. Rameau 
n'a divlfé la Mufique en mélodie ^ har¬ 
monie & mefure , mais en harmonie & 
mélodie ; après quoi l’une & l’autre fe 
conlidere par les fons & par les tems. 

M. Rameau prétend que tout le charme 
toute l’énergie de la Mufique eft dans 
l’harmonie , que la , mélodie n y a qu une 
part furbordonnée & ne donne à l’oreille 
qu’un léger & ftérile agrément. Il faut l’en¬ 
tendre raifonner lui-meme. Ses preuves 
perdroient trop à être rendues par un autre 
que lui. 

Tout chœur de Mujîquc , dit-il ^ qui ejl 
Unt , 6* dont la fucceffion harmonique ejl 
bonne , plaît toujours fans le fecours d au¬ 
cun dejfein , ni d'ms mélodie qui puiffe af- 


DE DEUX PBINCrPES.' 355 
feHcr d’ellc-méme ; & ce plaijir eji tout au- 
tre que celui qu on éprouve ordinairement 
d'un chant agréable ou Jîmplement vif & gau 
( Ce parallèle d’un chœur lent & d’uA air 
vif Se gai me paroît affez plaifant). L'u/t 
fe rapporte direcletnent à l'ame^ (notez bien 
que c’eft le grand chœur à quatre parties.) 
U autre ne pajfe pas le canal de l’oreille^ 
( C’eft le ,chant, félon M. Rameau. ) J'en 
appelle encore à l'Amour triomphe , déjà 
cité plus d'une fois. ( Cela efl vrai. ) Que 
l'on compare le plaijir qu'on éprouve à ce-' 
tui que caufe un air , foit vocal , foit inf- 
trumental. J’y confens. Qu’on me lallTe 
choilir la voix & l’air , (ans me reftrein- 
dre au feul mouvement vif & gai, car 
cela n’ell; pas jufle ; & que M. Rameau 
vienne de fon côté avec fon chœur L'Amour 
triomphe & tout ce terrible appareil d’inf- 
îrumens & de voix, il aura beau fe choi- 

0 

fir des juges qu’on. n’aiFede qu’à force de 
bruit & qui font plus touchés d’un tam¬ 
bour que du rolîlgnol., ils feront hommes 
enfin. Je n’en veux pas davantage pour 
leur faire fentlr que les fous les plus carta¬ 
bles d’affeéler l’ame ne font point ceux d!un 
chœur de Mufique.' . 


556 Examen 

L’harmonie eft une caufe purement 
phyfique ;l’imprefîion qu’elle produit relie 
dans le même ordre ; des accords ne peu¬ 
vent qu’imprimer aux nerfs un ébranle¬ 
ment palTager & llérile; ils donneroient 
■plutôt des vapeurs que des pallions. Le 
plaifir qu’on prend à entendre un chœur 
lent, dépourvu de mélodie, ell purement 
de fenfation, & tourneroit bientôt à l’en¬ 
nui , fl l’on n’avoit foin de faire ce chœur 
très-court, fur-tout lorfqu’on y met tou¬ 
tes les voix dans leur Medium.^ Mais 
li les voix font remilTes & baffes , il 
peut affeéler l’ame fans le fecours de l’har¬ 
monie ; car une voix remiffe & lente ell 
une exprellion naturelle ' de trilleffe ; un 
chœur à runiffon pourroit faire le même 
effet. 

Les plus beaux accords, ainli que les 
plus belles couleurs, peuvent porter aux 
fens une impreffion agréable, & rien de 
plus. Mais les accens de la voix paffent 
jufqu’à l’ame ; car ils font l’expreffion 
naturelle des paffions , & en les peignant, 
ik les excitent, C’ell par eux que la Mu- 
lique devient oratoire, éloquente , imi¬ 
tative, ils en forment le langage c’ell 


DE DEU X PRÎNCI PES. 557 
par eux qu’elle peint à l’imagination les 
objets , qu’elle porte au cœur les fenti- 
mens. La mélodie eft dans la Mufique ce 
qu’eft le deffein dans la Peinture, l’har- 
monie n’y fait que l’effet des couleurs. 
C’eft par le chant, non par les accords 
que les fons ont de l’exprefîion , du 
feu , de la vie ; c’efl le chant feul qui 
leur donne les effets moraux qui font 
toute l’énergie de la Mufique. En un mot, 
le feul phyfique de l’Art fe réduit à bien 
peu de chofe , & l’harmonie ne paffe pas 
au-delà. 

Que s’il y a quelques mouvemens de 
l’ame qui femblent excités par la feule 
harmonie, comme l’ardeur des foldats par 
les inflrumens militaires, c’efl que tout 
grand bruit, tout bruit éclatant peut être 
bon pour cela ; parce qu’il n’efl queflion 
que d’une certaine 'agitation qui fe tranf- 
met de l’oreille au cerveau, & que l’i¬ 
magination , ébranlée ainfi , fait le refie. 
Encore cet effet dépend-il moins de l’har¬ 
monie que du rhythme ou de la mefure , 
qui efl une des parties conflitutives de 
la mélodie, comme je l’ai fait voir ci- 
deffus« 

3 


Z 


'55 § ' Examen 

Je ne fulvrai point M. Rameau dans 
les exemples qu’il tire de fes Ouvrages 
pour illuflrer fon principe. J’avoue qu’ii 
ne lui eft pas difficile de montrer , par 
eette voie, l’infériorité de la mélodie ; 
mais i’al parlé de la Mufique , & non de 
fa Mufique. Sans vouloir démentir les 
éloges qu’il fe donne , je puis n’être pas 
de fon avis fur tel ou tel morceau ; & tous 
ces jugemens particuliers,pour ou contre, 
ne font pas d’un grand avantage au pro¬ 
grès de l’Art. 

Après avoir établi comme on a vu ; 
le fait, vrai par rapport à nous, mais 
très-faux, généralement parlant, que l’har¬ 
monie engendre la mélodie, M. Rameau 
finit fa dlffertation dans ces termes: Jin/îf 
toute Mujitjm kant comprife dans l’harmo¬ 
nie^ on en doit conclure que ce nefi qua 
cette feule harmonie qùon doit comparer quel¬ 
que fcicnce que ce foit , pag. 64* J avoue 
que Je ne vois rien a repondre a cette mer- 

yellleufe conclufion. 

Le fécond principe avancé par M. Ra¬ 
meau , & duquel il me relie à parler, ell 
que lharmonie repréfente le corps fonore- 
Il me reproche de n’avoir pas ajouté 


de deux Principes; 
ccttc idée dans la definition de l acconi'* 
pagnement. Il eft à croire que fi je 1 y 
eufle ajoutée, il me l’eait reprochf da¬ 
vantage , ou du moins avec plus de rai- 
fon. Ce n’efi: pas fans répugnance que j’en¬ 
tre dans l’examen de cette addition qu’il 
exige : car, quoique le principe que je , 
viens d’examiner, ne folt pas en lui-meme 
plus vrai que celui-ci ^ 1 on doit beaucoup 
l’en dlftinguer , en ce que fi c’efl; une 
erreur , c’efi au moins l’erreur d’un grand 
Muficien qui s’égare à force de fcience. 
Mais ici je ne vois que des mots vides 
de fens, & je ne puis pas même fuppo- 
fer de la bonne foi dans l’Auteur qui les 
ofe donner au Public , comme un prin¬ 
cipe de l’Art qu’il profefle. 

L’harmonie reprefente le corps fonore ! Ce 
mot de corps fonore a un certain éclat 
feientifique, il annonce un Phyficien.dans 
celui qui l’emploie ; mais en Mufique que 
fignlfie-t-il ? Le Muficien ne confidere pas 
le corps fonore en lui - même, il ne le 
confidere qu’en aftlon. Or , qu’eft-ce que 
le corps fonore en aftlon ? c’efi: le fon ; 
l’harmonie repréfente donc le fon. Mais 
l’harmonie accompagne le fon. Le fon 

Z 4 


/ 




3^0 Examen 

ji’a donc pas befoin qu’on le repréfente , 
puifqu’U efi: là. Si ce galimathias paroît 
rifible, ce n’efl: pas ma faute affurément. 

Mais ce n’eft peut-être pas le fon mé- - 
lodieux que l’harmonie reprcfente, c’eft 
la ' colleftion des fons harmoniques qui 
l’accompagnent ; mais ces fons ne font 
que l’harmonie elle-même; l’harmonie 
repréfente donc l’harmonie, & l’accom¬ 
pagnement , l’accompagnement. 

Si l’harmonie ne repréfente ni le fon mé¬ 
lodieux , ni fes harmoniques , que repré- 
fente-t-elle donc? Le fon fondamental & 
fes harmoniques, dans lefquels eft com¬ 
pris le fon mélodieux. Le fon fondamental 
& fes harmoniques font donc ce que M. 
Rameau appelle le corps fonore. Soit; mais 
.voyons. 

Si l’harmonie doit repréfenter le corps 
fonore , la Baffe ne doit jamais contenir 
que des fons fondamentaux ; car , à cha¬ 
que renverfement, le corps fonore ne rend 
point fur laBaffe l’harmonie renverfée du fon 
fondamental, mais l’harmonie direéle du 
fon renverfé qui eft à la Baffe, & qui, 
dans le corps fonore, devient ainfi fon¬ 
damentale. Que M. Rameau prenne la peine 


DE DEUX Principes. 361 
de répondre à cette feule objeftion, mais 
qu’il y réponde clairement, Si je lui donne 

gain de caufe. / 

Jamais le fon fondamental ni fes bar’ 
moniques, pris pour le corps fonore , ne 
donnent d’accord mineur ; jamais ils ne 
donnent la diffonance ; je parle dans le 
fyftême de M. Rameau. L’harmonie ÔC 
l’accompagaement font pleins de tout cela, 
principalement dans fa pratique : donc 
l’harmonie l’accompagnement ne peu¬ 
vent repréfenter le corps fonore. 

Il faut qu’il y ait une différence incon¬ 
cevable entre la maniéré de raifonner 
de cet Auteur & la mienne ; car voici 
les premières conféquences que fon prin_ 
cipe, admis par fuppofition , me fuggere. 

Si l’accompagnement repréfente le corps 
fonore, il ne doit rendre que les fons 
rendus par le corps fonore. Or, ces fons 
ne forment que des accords parfaits. Pour¬ 
quoi donc hériffer l’accompagnement de 
diffonances ? 

Selon M. Rameau, les fons concomi- 
tans rendus par le corps fonore, fe bor¬ 
nent à deux ; favoir la tierce-majeure & 
la quinte. Si l’accompagnement repréfente 


^ 6 % E X A M Ê N 

le corps fonore, il faut donc le fim^ 

L’inftrument dont on accompagne, eft 
un corps fonore lui-même, dont chaque 
fon eft toujours accompagné de fes har¬ 
moniques naturels. Si donc l’accompagne¬ 
ment repréfente le corps fonore , on ne 
doit frapper que des .uniflbns ; car les 
harmoniques des harmoniques ne fe trou¬ 
vent point dans le corps fonore. En 
vérité , fi ce principe que je combats 
m’étoit venu, & que je l’eufle trouvé 
folide , je m’en ferois fervi contre le fyf- 
tême de M. Rameau, & je l’aurois cru 
renverfé. 

Mais donnons, s’il fe peut, de la pré- 
cifion à fes idées ; nous pourrons mieux 
en fentir la jufieflè ou la faufleté. 

Pour concevoir fon principe , il faut 
entendre que le corps fonore efi repre- 
fenté par la Baffe & fon accompagne¬ 
ment, de façon que la Baffe-fondamen¬ 
tale repréfente le fon générateur, & 1 ac¬ 
compagnement fes produtlions harmo¬ 
niques. Or, comme les fons harmoniques 
font produits par la Baffe-fondamentale, 
la Baffç-fondamentale , à fon tour, eft 



DE DEUX Principes. 365 
produite par le concours des fons har¬ 
moniques : ceci n’eft pas un principe de 
fyftême, c’eft un fait d’expérience, connu 
dans l’Italie depuis long-teitis. 

■ Il ne s’agit donc plus que de voir 
quelles conditions font requifes dans l’ac¬ 
compagnement , pour repréfenter exac¬ 
tement les produtVions harmoniques du 
corps fonore, & fournir par leur con¬ 
cours , la Baffe-fondamentale qui leur 
convient. 

Il eff évident que la première & la 
plus effentielle de ces conditions eff de 
produire , à chaque accord, un fon fon¬ 
damental unique ; car, fi vous produifez 
deux fons fondamentaux , vous repréfen- 
tez deux corps fonores au lieu d’un, & 
vous avez duplicité d’harmonie , comme 
il a déjà été obfervé par M. Serre. 

Or , l’accord parfait, tierce-majeure, 
eff le feul qui ne donne qu’un fon fon¬ 
damental ; tout autre accord le multiplie : 
ceci n’a befoin de démonftration pour 
aucun Théoricien , & je me contenterai 
d’un exemple fi fimple, que fans figure 
ni note , il puiffe être entendu des Lec¬ 
teurs les moins verfés en Mufique, pour- 


364 Examen 

vu que les termes leur en foient connus. 

Dans l’expérience dont je viens de 
parler, on trouve que la tierce-majeure 
produit pour fon fondamental, l’oftave 
du fon grave , & que la tierce-mineure 
produit la dixième majeure , c’eft-à-dire , 
que cette tierce-majeure ut mi vous don¬ 
nera l’oclave de Yut pour fon fondamen¬ 
tal , & que cette tierce-mineure mi fol , 
vous donnera encore le même ut pour 
fon fondamental. Ainfi, tout cet accord 
entier ut mi fol ne vous donne qu’un fon 
fondamental ; car la quinte ut fol qui 
donne l’uniffon de fa note grave, peut 
être cenfée en donner l’oclave, ou bien 
en dekendant ' ce fol à fon oftave, l’ac¬ 
cord eü un à la derniere rigueur ; car 
le fon fondamental de la fixte - majexire 
fol mi eft à la quinte du grave , & le fon 
■fondamental de la quarte fol ut eft en¬ 
core à la quinte du grave. De cette 
maniéré, l’harmonie eft bien ordonnée 
& repréfente exaftement le corps fono- 
re c mais au lieu de divifer harmoni¬ 
quement la quinte, en mettant la tierce- 
majeure au grave, & la mineure à l’aigu, 
tranfpofons cet ordre en la divifant arith- 


de deux Principes. 365 
liîétiquement , nous aurons cet accord 
parfait tierce-mineure, ut mi bémol fol , 
& prenant d’autres notes pour plus de 
commodité, cet accord femblable la ut mi. 

Alors on trouve la dixième fa pour 
fon fondamental de la tierce-mineure la 
ut^ & l’oétave ut pour fon fondamental 
de la tierce-majeure ut mi. On ne fau« 
roit donc frapper cet accord complet, 
fans produire à la fois deux fons fonda¬ 
mentaux. Il y a pis encore , c’eft qu’au¬ 
cun de ces deux fons fondamentaux n’étant 
le vrai fondement de l’accord & du mo¬ 
de , il nous faut une trolfieme Baffe la, 
qui donne ce fondement. Alors il eft ma- 
nifefte que l’accompagnement ne peut re- 
préfenter le corps fonore, qu’en pre¬ 
nant feulement les notes deux à deux; 
auquel cas on aura la pour Baffe engen¬ 
drée fous la quinte/^ mi, fa fous la tierce- 
mineure la ut, ut fous la tierce-ma¬ 
jeure ut mi. Si-tôt donc que vous ajou¬ 
terez un troifieme fon, ou vous ferez un 
accord parfait majeur, ou vous aurez 
deux fons fondamentaux & par confé- 
quent la repréfentation du corps fonore 
difparoîtra. 


c 


t 


366 Examen 

Ce que je dis ici de l’accord parfait 
inineur, doit s’entendre à plus forte rai- 
fon de tout accord difîbnant complet, 
oti les fons fondamentaux fe multiplient 
par la compofition de l’accord, & l’on 
ne doit pas oublier que tout cela n’ell: 
déduit que du principe même de M. Ra¬ 
meau, adopté par fuppofition. Si l’ac- 
corhpagnement devoir repréfènter le corps 
fonore , combien donc n’y devroit-on 
pas être circonfpeft dans le choix des 
fons & des diffonances , quoique régu-, 
lieres & bien fauvées ? Voilà la première 
conféquence qu’il faudroit tirer de ce 
principe fuppofé vrai. La raifon, l’oreille, 
l’expérience, la pratique de tous les peu¬ 
ples qui ont le plus de juftelTe & de fen- 
fibilité dans l’organe, tout fuggéroit cette 
conféquence à M. Rameau. Il en tire 
pourtant une toute contraire ; &, pour 
l’établir, il réclame les droits de la na¬ 
ture , mots qu en qualité d Artifte il ne 

devroit jamais prononcer. 

Il me fait un grand crime d’avoir dit 
qu’il falloit retrancher quelquefois des 
fons dans l’accompagnement, & un bien 
plus grand encore d’avoir compte la 



DE DEUX Principes. ^67 
ijuinte parmi ces fons qu’il falloit re¬ 
trancher dans l’occalion. La quinte , dit-il, 
qui ejî l'arc-boutant de Üharmonic , 6 * quott 
doit par conféquent préférer par-tout oit 
elle doit être employée. A la bonne heure, 
qu’on la préféré quand elle doit être em¬ 
ployée : mais cela ne prouve pas qu’elle 
doive toujours l’être : au contraire ; c’eft 
juftement parce qu’elle eft trop harmo- 
lîieufe & fonore qu’il la faut fouvent 
retrancher, fur-tout dans les accords trop 
éloignés des cordes principales , de peur 
que l’idée du ton ne s’éloigne & ne 
s’éteigne, de peur que l’oreille incer¬ 
taine ne partage fon attention entre les 
deux fons qui forment la quinte , ou ne 
^la donne précifément à celui qui eft étran¬ 
ger à la mélodie , 6c qu’on doit le moins 
écouter, L’ellipfe n’a pas moins d’ufage 
dans l’harmonie que dans la grammaire ; 
il ne s’agit pas toujours de tout dire, 
mais de fe faire entendre fiiffifamment. 
Celui qui ,Mans un accompagnement écrit 
voudroit fonner lax quinte dans chaque 
accord où elle entre, feroit une harmo¬ 
nie infupportable , 6c M. Rameau lui- 
même s’eft bien gardé d’en ufer ainft. 


368 Examen 

' Pour revenir au Clavecin, j’interpelle 
'tout homme dont une habitude invété¬ 
rée n’a pqs corrompu les organes ; qu’il 
écoute , s’il peut, l’étrange & barbare 
accompagnement prefcrit par M. Rameau» 
qu’il le compare avec l’accompagnement 
hmple & harmonieux des Italiens, & s’il 
refufe de juger par la raifon , qu’il juge 
au moins par le fentlment entre eux & 
lui. Comment un homme de goût a-t-il 
pu jamais imaginer qu’il fallût remplir 
tous les accords pour repréfenter le corps 
fonore » qu’il fallût employer toutes les 
diflbnances qu’on peut employer ? Com¬ 
ment a-t-il pu faire un crime à Correlli 
de n’avoir pas chiffré toutes celles qui 
pouvolent entrer dans fon accompagne¬ 
ment ? Comment la plume ne lui tom- 
bolt-elle pas des mains à chaque faute 
qu’il reprochoit à ce grand harmonifte 
- de n’avoir pas faite ? Comment n’a-t-il 
pas fenti que la confufion n’a jamais 
rien produit d’agréable , qu’une harmo¬ 
nie trop chargée efl la mort de toute 
expreflion', & que c’eft par cette raifon 
eue toute la Mufique, fortie de fon école, 
n’eft que du bruit fans effet? Comment 

ne 


/ 


ï>È DEUX Principes. 3^9 
n? fe i'eproche-t-il pas à lui-même d’avoir 
fait hériffer les Baffes Françoifes de ces 
forêts de chiffres ^ qui font mal aux oreil¬ 
les feulement à ks voir ? Comment la 
force des beaux chants qu’on trouve 
quelquefois dans fa Mufique , n’a-r-elle 
pas défarmé fa main paternelle, quand il 
les gâtoit fur fon Clavecin ? 

Son fyifème ne me paroît gueres mieux 
fondé dans les principes de théorie , que ' 
dans ceux de pratique. Toute fa géné¬ 
ration harmonique fe borne à des pro¬ 
greffions d’accords parfaits majeurs ; ort 
n’y comprend plus rien, fi-tôt qu’il s’agit 
du mode mineur & de la diffonance ; & 
les vertus des nombres de Pythagore ne 
font pas plus ténébreufes que les propriétés 
phyhques qu’il prétend donner à de fim- 
ples rapports. 

•> 

M. Rameau dit que la réfonnance d’une 
corde fonore met en mouvement une 
autre corde fonore triple ou quintuple 
de la première, & la fait frémir fenfible- 
ment dans fa totalité , quoi qu’elle ne ré- 
fonne point. Voilà le fait fur lequel il 
établit les calculs qui lui fervent à la pro- 
Mujique, A a 


Examen 

duftion de la diffonance & du mode mi¬ 
neur. Examinons. 

Qu’une corde vibrante y fe divlfant en 
fes aliquotes, les faffe vibrer & refonner 
chacune en particulier , de forte que les 
vibrations plus fortes de la corde en 
•produifent de plus foibles dans fes par¬ 
ties , ce phénomène fe conçoit & n’a rien, 
de contradiéloire. Mais qu’une aliquote 
puiffe émouvoir fon tout, en lui donnant 
des vibrations plus lentes, & coniequem- 
ment plus fortes; (^), qu’une force quel¬ 
conque en produife une autre triple & 
une autre quintuple d’elle-même, c’eft 
ce que l’obfervation dément, & que la 
raifon ne peut admettre. Si l’expérience 
de M. Rameau eft vraie il faut néceffaire- 
ment que celle de M. Sauveur foit fauffe. 
Car fl u»e corde réfonnante fait vibrer 
fon triple & fon quintuple , il s’enfuit 
que les nœuds de M. Sauveur ne pou- 
voient 'exifter , que fur la réfonnance 
d’une partie , la corde entière ne pouvoir 



Ce qui rend les vibrations pins lentes, ceft, on 
plus de matière à mouvoir dans la corde, ou fon l-lus grand 

c^art de la lisue 


DE DEUX Principes; 3711 
frémir, que les papiers blancs & rouges 
dévoient également tomber, & qu’iPfàut 
rejetter fur ce fait, le témoignage de toute 
l’Académie. 

Que M. Rameau prenne la peine dè 
bous expliquer ce que c’eft qu’une corde 
fonore qui vibre & ne réforme pas. 
Voici certainement une nouvelle phy- 
iique. Ce ne font donc plus les vibra¬ 
tions du corps fonore qui produifent lé 
fon, & nous n’avons qu’à chercher une 
autre caufe. 

Au relie, je n’accufe point ici M. Ra¬ 
meau de mauvaife foi ; je conjeéture même 
comment il a pu fe tromper. Première¬ 
ment , dans une expérience fine & déli¬ 
cate , un homme à fyftême voit fouvent 
ce qu’il a envie de voir. De plus, la grande 
corde fe divifant en parties égales en- 
tr’elles & à la petite , on a vu frémir à 
la fols toutes fes parties, & l’on à pris 
cela pour le frémiffement de la corde en¬ 
tière : on n’a point entendu de fon ; cela 
eft encore fort naturel. Au lieu du fon 
de la corde entière qu’on attendoit , 6n 
n’a eu que runlffon de la plus petite 
partie , ôc on ne 1 a pas dilîihgue. Le 

A a î 


I 



% 


57 ^ Ex A M E -ï*?.' 

fait important , dont il falloit s’afiliref 
& dont dépendoit tout le refte , etoit 
«qu’il n’exifiOit point de nœuds immo¬ 
biles ; & qvie , tandis qu’on n’entendoit 
que le fon d’une partie , on voyolt fré¬ 
mir la corde dans la totalité j ce qui 
efl 'faux. 

Quand cette expérience feroit vraie, 
les origines qu’en déduit M. Pvameau ne 
feroient pas plus réelles : car l’harmonie 
ne confifte pas dans les rapports de vi¬ 
brations , mais dans le concours des fons 
qui en réfultent ; & fi ces fons font nuis, 
comment toutes les proportions du 
monde leur donneroient-elles une exiftence 

qu’ils n’ont pas?; ^ ^ 

Il eft tems de m’arrêter. Voilà jufqu où 

l’examen des erreurs de M. Rameau peut 
importer à la fcience harmonique. Le 
refte n’intéreffe ni les Lefteurs, ni moi- 
même, Armé par le droit d’une jufte dé- 
fènfe, j’avois à combattre deux principes 
de cet Auteur , dont l’un a produit toute 
la mauvaife Mufique dont fon école inonde 
le Public depuis nombre d’annees ; 1 autre 
le mauvais accompagnement qu’on apprend 

par fa méthode. J’avoh à montrer que fou 


DE DEUX Principes; yj \ 

ïyftême harmonique eft infuffifant, mal 
prouvé , fondé fur une fauffe expérience. 
J’ai cru ces recherches intéreffantes./ J’ai 
dit mes raifons , M. Rameau a dit ou dira 
les tiennes ; le Public nous jugera. Si je 
finis lî-tôt cet écrit, ce n’eft pas que la 
matière me manque ; mais j’en ai dit affez 
pour l’utilité de l’Art & pour l’honneur 
de la vérité ; je ne crois pas avoir à 
défendre le mien contre les outrages de 
M. Rameau. Tant qu’il m’attaque en Ar- 
tifte, je me fais un devoir de lui répon¬ 
dre , & difcute avec lui volontiers les 
points conteftés. Si-tôt que l’homme fe 
montre & m’attaque perfonnellement, je 
n’ai plus rien à lui dire ; ÔC ne vois en lui 
que le Mulicien. 



Aa J 




► 


^1 


\ 


■ i 





t 

« 


I. v ' 




V 




•V 


f 


t 





\ 




» '■< 
V 


>\ 


t 


\ 


\ ' 


» t 



i. 


V'-. r ■ 




V ’ ‘t"’ 





I 


LETTRE 

A M. BURNEY 

SUR 

LA. MUSIQUE, 

Avec Fragmçns d'Obfcrvations fur FAlcefa 
Italien de M. le Chevalier Gluck, 


AVERTISSEMENT 

DES ÉDITEURS. 

E s Pîtces fuîyantes. ne font que de^ 
Tragmens d^un Ouvrage que M. Rouffeau 
n acheva point. Il donna fon Manufcrit y 
prefque indéchiffrable , à M* Prévofl de- VA^ 
cadémie Royale des Sciences & BellesAettres 
de Berlin ^ qui a bien voulu nous le remettre* 
Il y a joint la Copie quil en fit lui--même 
fous les yeux de M, Rouffïau , qui la corri¬ 
gea de fa main & diftribua ces Fragmens 
dans Vordre où nous les donnons. Af. Pre-- 
yoff 5 connu du Public par une excellente 
Traduction de P O refile d^ Euripide , a fup^ 
pléé , dans les Obfervations fur VAlcefie y 
quelques pafifages dont le fens etoit refile 
fufpendu , & qui ne fembloit point fe lier 
avec le refile du Difeours / nous avons fait 
écrire ces paffages en Italiques y fans cette 
précaution , il auroit été difficile de les difa 
tinguçr du texte de M. Royfifeau^ 







I 


lettre 

D E 

J. J. rousseau 

A. M. LE DOCTEUR 


B U R N E Y, 


Auteur de l'HiJloire générale de la Mtifèqüe, 

. K 


Ous m’avez fait fucceffivement i 
Wonfieur , plnfieurs cadeaux précieux de 
vos écrits, chacun defquels méritoit bien 
un remercîment exprès. La prefque ab- 
folue impolîibilité d’écrire m’a jufqu’ici 
empêché de remplir ce devoir ; mais le 
premier volume de votre hiftoire géné¬ 
rale de la Mufique , en ranimant en moi 
un refte de zele pour un Art auquel le 
vôtre vous a fait employer tant de tra¬ 
vaux , de tems , de voyages & de dépen- 
fes , m’excite à vous en marquer ma re- 
eonijoilTance en m’entretenant quelque 



S 




37 ^ Observations 

tems avec vous du fujet favori de vos 
recherches , qui doit immortalifer votre 
nom chez les vrais amateurs de ce bel 
Art. 

Si j’ avois eu le bonheur d’en conférer 
avec vous un peu à loifir , tandis qu’il 
me reftoit quelques idées encore fraîches, 
j’aurois pu tirer des vôtres bien des inf- 
truftions, dont le Public pourra profiter, 
mais qui feront perdues pour moi , dé¬ 
formais privé de mémoire & hors d’état 
de rien lire. Mais je puis du moins con- 
ligner ici fommairement quelques - uns 
des points fur lefquels j’aurois defiré vous 
confulter , afin que les Artiftes ne foient 
pas privés des éclairciffemens qu’ils leur 
vaudront de votre part, & laifl'ant bavar¬ 
der fur la Mufique en belles phrafes, ceux 
qui, fans en favoir faire , ne laiflênt pas 
d’étonner le Public de leurs favantes fpé- 
culations ; je me bornerai à ce qiii tient 
plus immédiatement à la pratique , qui 
ne donne pas une prife fi commode aux 
oracles des beaux efprits, mais dont lՎ 
tude eft feule utile aux véritables progrès 
de l’Art. 

X?. Vous vous en êtes trop occupé , 


SUR 1,’Alceste de M. Gluck 379 
Monlîeur, pour n’avoir pas fouvent re¬ 
marqué combien notre maniéré d’ccrire 
la Mufique eft confufe , embrouillée , & 
fouvent équivoque ; ce qui eft une des 
caufes qui rendent fon étude fi longue & 
fi difficile. Frappé de ces inconvéniens ^ 
j’avois imaginé, il y a une quarantaine 
d’années , une maniéré de l’écrire par 
chiffres, moins volumineufe , plus fim- 
ple, & , félon moi, beaucoup plus claire. 
J’en lus le projet en 1742 , à l’Académie 
des Sciences , & je le propofai l’année 
fuivante au Public , dans une brochure 
que j’ai l’honneur de vous envoyer. Si 
vous prenez la peine de la parcourir , 
vous y verrez à quel point j’ai réduit le 
nombre & fimplifié l’expreflion des fignes. 
Gomme il n’y a dans l’échelle que fept 
notes diatoniques , je n’ai non plus que 
fept caraéleres pour les exprimer. Toutes 
les autres , qui n’en font que les répli¬ 
qués , s’y préfentent à leur degré, mais 
toujours fous le figne primitif ; les inter¬ 
valles majeurs , mineurs , fuperflus & di¬ 
minués ne s’y confondent jamais de pofi- 
tion, comme dans la Mufique ordinaire, 
mais chacun a fon caraétere inhérent & 

- • j 


3^0 Observations 

propre qui, fans égard à la pofition ni â' 
la clef, fe prefente au premier coup-d’œi! ; 
je profcris le becarre comme inutile, je 
n ai jamais ni bémol ni dièfe à la clef; enfin, 
les accords, l’harmonie & l’enchaînement 
des modulations s’y montrent dans une par* 
tition, avec une clarté qui ne laiffe rien 
échapper a l’œil ; de forte que la fucceffion 
en efi: aufiî claire aux regards duLefteur, 
que dans l’efprit du Compoliteur même. 

Mais la partie la plus neuve & la plus 
utile de ce fyfiême , & celle cependant 
qu’on a le moins remarquée, eft celle 
qui fe rapporte aux valeurs des notes & 
à l’expreffion de la durée & des quan¬ 
tités dans le tems. C’efi: la grande fim- 
plicité de cette partie qui l’a empêché 
de faire fenfation. Je n’ai point de figu¬ 
res particulières pour les rondes, blanches, 
noires , croches , doubles-croches, &c. 
tout cela, ramené par la pofition feule 
à des aliquotes égales, préfente à l’œil 
les divifions de la mefure & des tems , 
fans prefque avoir befoin, pour cela, de 
fignes propres. Le zéro feul fuffit pour 
exprimer un filence quelconque ; le point, 
après une note ou un zéro, marque tous 


/ 


SUR l’Alceste DE M. Gluck. 381 
les prolongemens poffibles d’un filence ou 
d’un fon. Il peut repréfenter toutes for¬ 
tes de valeurs ; ainfi, les paufes, demi- 
paufes, foupirs , demi-foupirs , quarts- 
de-foupirs , 6cc. font profcrits ainfi que 
les diverfes figures de notes. J’ai pris en 
tout le contre-pied de la note ordinaire ; 
elle repréfente les valeurs par des figures, 
& les intervalles par des pofitions ; moi, 
j’exprime les valeurs par la pofition feule , 
& les intervalles par des chiffres, &c. 

■Cette maniéré de noter n’a point été 
adoptée , comment auroit-elle pu l’ctre ?■ 
elle étoit nouvelle & c’étoit moi qui la 
propbfois ? Mais fes défauts , que j’ai 
remarqué le premier , n’empêchent pas 
qu’elle n’ait de grands avantages fur l’au¬ 
tre , fur-tout pour la pratique de la com- 
pbfition, pour enfeigner la Mufique â 
ceux qui ne la favent pas , & pour noter 
commodément, en petit volume , les airs 
qu on entend Sc qu’on peut defirer de 
retenir. Je 1 ai donc confervee pour mon 
ufage, je l’ai perfeftionnée en la prati¬ 
quant , & je l’emploie fur-tout à noter 
la Baffe fous un chant quelconque , parce 
que cette Baffe, écrite ainfi par une li- 


X 


38z Observations 
gne de chiffres , m’épargne une portée, 
double mon efpace, & fait que je fuis 
obligé de tourner la moitié moins fouvent. 

En perfeéfionnant cette maniéré de 
noter , j’en ai trouvé une autre avec 
laquelle je l’ai combinée , & dont j’ai 
maintenant à vous rendre compte. 

Dans les exemples que vous avez don¬ 
nés du chant des Juifs, vous les avez, 
avec raifon , notés de droite à gauche. 
Cette direction des lignes eft la plus an¬ 
cienne , & elle eft reftée dans l’écriture 
orientale. Les Grecs eux-mêmes la fui- 
virent d’abord ; enfuite ils imaginèrent 
d’écrire les lignes en filions , c’eft-à-dire , 
alternativement de droite à gauche , &C 
de gauche à droite. Enfin , la difficulté 
de lire & d’écrire, dans les deux fens, 
leur fît abandonner tout-à-fait l’ancienne 
direéfion , & ils écrivirent, comme nous 
faifons aujourd’hui, uniquement de gau¬ 
che à droite , revenant toujours à la 
gauche pour recommencer chaque ligne. 

Cette marche a un inconvénient dans 
■ le faut que l’œil eft forcé de faire de la 
fin de chaque ligne au commencement 
de la fuivante , & du bas de chaque page 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 385 
au haut de celle qui fuit. Cet inconvé¬ 
nient , que l’habitude nous rend infenfî- 
ble dans la leélure, fe fait mieux fentir 
en lifant la Mufique, où les lignes étant 
plus longues , l’œil a un plus grand fa,ut 
à faire, & où la rapidité de ce faut 
fatigue à la longue , fur-tout dans les 
mouvemens vîtes ; en forte qu’il arrive 
quelquefois dans un Concerto, que le 
Symphonifte fe trompe de portée , & que 
l’exécution eft arrêtée. , 

J’ai penfé qu’on pourroit remédier à 
cet inconvénient & rendre la Mufique 
plus commode , & moins fatigante à lire, 
en renouvellant pour elle la méthode 
d’écri-re par filions , pratiquée par les 
anciens Grecs , & cela d’autant plus heu- 
reufement que cette méthode n’a pas 
pour la Miùique , lamême difficulté que 
pour 1 écriture ^ car la note efl egalement 
facile à lire dans les deux fens, & l’on 
n a pas plus de peine , par exemple, à 
lire le Plain-^hant des Juifs , comme vous 
l’avez noté ; que s’il étoit noté de gau¬ 
che à droite comme le nôtre. C’ell: un 
fait d’expérience que chacun peut vérifier 
fur le champ, que qui chante à livre 


3^4 OÔSÉRV ationS 
ouvert de gauche à droite , chantera dô 
même à livre ouvert de droite à gauche 
fans s’y être aucunement préparé. Ainfi 
point d’embarras pour la pratique. 

Poîîr m’affurer de cette méthode par 
l’expérience, prévoir toutes les objec¬ 
tions lever toutes les difficultés, j’ai 
écrit de cette maniéré beaucoup de Mu- 
f que tant vocale qu’lnftrumentale , tant 
en parties féparées qu’en partition, m’at¬ 
tachant toujours à cette confiante réglé, 
de diipofer tellement la hicceffion des 
lignes ôc, des pages, que l’oeil n’éiit ja¬ 
mais de faut à faire , ni de droite à gau¬ 
che , ni de bas en haut, mais qu’il re* 
commençât toujours la ligne ou la page 
fuivante , même en tournant , du Heu 
même où finit la précédente , ce qui fait 
procéder alternativement la moitié de 
mes pages de bas en haut, com.me la moi* 
tié de mes lignes de gauche à droite. 

Je ne parlerai point des avantages dé 
cette maniéré d’ccrire la Mufique , il fuf- 
fit d’ exécuter une Sonate notée de cette 
façon pour les fentlr. A l’égard des objec¬ 
tions, je n’en ai pu trouver qu’une feule, 
& feulement pour la Mufique vocale j 

c’eft 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 38S 
c’eft la difficulté de lire les paroles écrites 
à rebours , difficulté qui revient de deux 
en deux lignes , Sc j’avoue que je ng vois 
nul autre moyen de la vaincre, que de 
s’exercer quelques jours à lire & écrire 
de cette façon, comme font les Impri¬ 
meurs , habitude qui fe contrafte très- 
promptement. Mais quand on ne vou- 
droit pas vaincre ce léger obftacle pouf 
les parties de chant, les avantages refte- 
roient toujours tous entiers fans aucun 
inconvénient pour les parties inftrumen- 
îales & pour toute efpece de fymphonles ; 
& certainement dans l’exécution - d’une 
Sonate ou d’un Concerto , ces avantages 
fauveront toujours beaucoup de fatigue 
aux concertans & fur-tout à l’inftrument 
principal. 

3 O. Les deux façons de noter dont je 
viens de vous parler , ayant chacune fes 
avantages , j’ai imaginé de les réunir dans 
une note combinée des deux , afin fur-tout 
«d’épargner de la place & d’avoir à tour¬ 
ner moins fouvent. Pour cela je note en 
Mufique ordinaire , mais à la Grecque , 
c’efi-à-dlre, en filions les parties chantan¬ 
tes & obligées , & quant à la Baffe qui 
Mufique, B b , 


586 Observations 

procédé ordinairement par notes pliÆ 
pies & moins figurées , je la note dè 
même en filions j mais par chiffres dans 
les entrelignes qui léparent les portées» 
De cette maniéré chaque accolade a une 
portée de moins , qui eft celle de la Baffe ^ 
& comme cette Baffe eft écrite à la place 
où Bon met ordinairement les paroles , 
j’écris ces paroles au-deffus du chant, au 
lieu de les mettre au-deffous, ce qui eft / 
indifférent en fol, & empêche que les 
cBiffres de la^ Baffe ne fe confondent avec 
récriture. Quand il n’y a que deux par¬ 
ties , cette maniéré de noter épargne la 
moitié de la place. 

4“?. Si j’avols été à portée de conférer 
avec vous avant la publication de votre 
premier volume, où vous donnez l’hif- 
tolre de la Mufique ancienne , je vous 
aurois propofo , Monfieur j d y difcuter 
quelques points concernant la Mufique des 
Grecs, defquels l’éclalrciffement me paroît 
devoir jetter de grandes lumières fur. la 
nature de cette Mufique , tant jugée & fi 
peu connue ; points qui neanmoins n ont 
jamais excité de queftion chez nos érudits, 
parce qu’ils ne fe font pas meme ayifés d y 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 5^7 

Je ne renouvelle point, parmi ces quef- 
tions, celle qui regarde notre harmoiye, 
demandant fi elle a été connue &c prati¬ 
quée des Grecs , parce que cette quefiion 
«ne paroît n’en pouvoir faire une pour 
quiconque a quelque notion de l’Art : & 
de ce qui nous refte, fur cette matière, 
dans les Auteurs Grecs ^ il faut lailfer 
chamailler là~deffus les érudits , & fe con¬ 
tenter de rire. Vous avez mis, fous l’air 
antique d’une Ode de Pindare , une fort 
bonne Baffe. Mais .je fuis très-fur qu’il n’y 
avoit pas une oreille Grecque que cette 
Baffe n’eût écorchée au point de ne la pou¬ 
voir endurer. 

Mais j’oferois demander , 1°. fila Poéfie 
Grecque étoit fufceptible d’être chantée 
de plufieurs maniérés , s’il étoit poffible 
de faire plufieurs airs différens fur les mê¬ 
mes paroles , & s’il y a quelque exemple 
que cela ait été pratiqué } Quelle étoit 
la diftinêlion caradériftique de la Poéfie 
lyrique ou accompagnée , d’avec la Poéfie 
purement oratoire ? Gette diftinftion ne 
confiftoit-elle que dans le métré & dans 
h ftyle, ou confiftoit-elle auflî dans le 
ton de la 1 ©citation? N’y avoit-il rien, 

B b 1 


3^8 ObSER\’’ATI ONS 

de chanté dans la Poéfie qui n’étoit pas 
lyrique , & y avoit- il quelques cas ou 
l’on pratiquât , 'comme parmi nous , le 
rhythme cadencé fans aucune mélodie ? 
Qu’eft-ce que c’étoit proprement que la 
Mufique inftrumentale des Grecs ? avoient- 
ils des fymphonies proprement dites , 
compofées fans aucunes paroles ? Ils 
jouoient des airs qu’on ne chantoit pas, 
je fais cela ; mais n’y avoit-il pas origi¬ 
nairement des paroles liir tous ces airs f 
y en avoit-il quelqu’un qui n’eût point 
été chanté ni fait pour 1 etre ? Vous fen- 
tez que cette quellion feroit bien ridicu¬ 
le , fl celui qui la fait, croyoit qu’ils euf- 
fent des accompagnemens femblables aux 
nôtres , qui euffent fait des parties diffé¬ 
rentes de la vocale ; car, en pareil cas , 
ces accompagnemens auroient fait de la 
Mufique purement ,inflrumentale. 11 eft 
vrai que leur note étoit différente pour 
les inftrumens & pour les voix , mais 
cela n’empêchoit pas , félon mol, que 
l’air noté des deux façons ne fîit le 

même. _ 

J’ignore fi ces queftlons font fuperh- 

•cielles ; mais je fais quelles ne font pas 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 389 
oifeufes. Elles tiennent tontes par quel¬ 
que côté à d’autres queftions intéreffan- 
tes. Comme de favoir s’il n’y a qifunè 
Mufique , comme le prononcent magiftra- 
lement nos dofteurs , ou fi peut-être, 
comme moi & quelques autres efprits 
vulgaires, avons ofé le penfer , il y a 
elTentiellement &• nécefl'airemént une Mu- 
fique propre à chaque langue excepté 
pour les langues qui, n’ayant point d’ac¬ 
cent & ne pouvant avoir de Mulique à 
elles, fe fervent comme elles peuvent de 
celle d’autrui‘,prétendant, à caufe de cela, 
que ces Muliques étrangères qu’elles ufur- 
pent au préjudice de nos oreilles, ne font 
à perlonne ou font à tous : comme en¬ 
core à l’éclairclffement de ce grand prin¬ 
cipe de Viinité de Mélodie , fuivi trop 
exaélement par Pergolefe & par Léo , 
pour n’avoir pas été connu d’eux ; fuivi 
très-fouvent encore, mais par inftinét & 
fans le connoitre, par les Compofiteurs 
Italiens modernes; fuivi très-rarement 
par hazard , par quelques Compofiteurs 
Allemands , mais ni connu par aucun 
Cpmpofiteur François , ni fuivi jamais 
dans aucune autre Mufique Françoife que 

B b 3 


39 © Observations 

le feul Devin du Village , & propofa 

par l’Auteur de la Lettre fur la Mufiqua 

Françoife , & du Diélionnaire de Mufi- 

que, fans avoir été, ni compris , ni fuivi, 

ni peut - être lu par perfonne ; principe 

dont la Mufique moderne s’écarte jour-. 

nellement de plus en plus, jufqu’à ce 

qu’enfin elle vienne à dégénérer en un 

tel charivari, que les oreilles ne pouvant 

plus la fouffrir, les Auteurs foient ramc'^ 

nés. de force à ce principe fi, dédaigné , 

% 

& à la marche de la nature., 

Ceçi ^ Monfieur me meneroit à des 
difcufiions techniques qui vous ennuye- 
roient peut-être par leur inutilité& in- 
feiliiblement par leur longueur. Cepen- 
dant, comme il pourroiî fe trouver par 
hazard , dans mes vieilles rêveries Mufi- 
caîes , quelques bonnes idées, je m’étois, 
propofé d’en jetter quelques-unes dans les 
remarques que M. Gluck m’avoit prie de 
faire fur fon Opéra Italien d’Alcefte , &C 
j’avois commencé cette befogne quand il 
me retira fon Opéra, fans me demander mes 
remarques qui n’étoient que commencées, 
& dont l’indéchiffrable brouillon n’étoit- 
pas en état de lui être remis. J’ai imaginé 


SUR l’Alceste de M. (jLücKi^ 391' 
cîe tranfcrire ici ce fragment dans cette 
occafion , èc de vous l’envoyer, afin que 
il vous avez lafantaifie d’y jetter les ÿeux, 
mes informes idées fur la Mufique lyri-x 
que, puilTent vous en fuggérer de meilleu¬ 
res , dont le Public profitera dans votre 
hiftoire de la Mufique moderne. 

Je ne puis ni compléter cet extrait 
ni donner à fes membres épars la liaifon 
nécefTaire, parce que je n’ai plus l’Opéra 
iiir lequel il a été fait. Ainfi je me borne 
à tranfcrire ici ce qiîi efi: fait. Comme 
î’Opéra d’Alcefte a été imprimé à Vienne , 
je fuppofe qu’il peut alfément paffer fous 
vos yeux , & au pis aller , il peut fe trou¬ 
ver par- ci, par-là, dans ce fragment,’ 
quelque idée générale qu’on peut enten¬ 
dre fans, exemple ôc fans application. Ce 
qui me donne quelque confiance dans les 
jugemens que je portois ci-devant dans 
cet extrait , c’efi qu’ils ont été prefque 
tous confirmés depuis lors par le Public , 
dans l’Alcefte François que M. Gluck 
nous a donné cette année à l’Opéra , & 
où il a , avec raifon, employé tant qu’il- 
a pu , la même Mufique de fon Alceftc 
îtalien» 

Bb4 





A. G' M 



D’OBSERVATIONS 


Sur l*Alcejlc Italien de M. le Chevalier Gluck^ 

J j ’Fy A M FN de l’Opéra d’Aîcefte de 
M. Gluck , eû trop au-deffus de mes for¬ 
ces , fur-tout dans l’état de dépériffement 
où font, depuis plufieurs années , mes 
idées , ma .mémoire & toutes mes facul¬ 
tés , pour que j’euffe eu la préfomption 
d’en faire de moi-même la pénible entre- 
prife, qui d’ailleurs ne peut être bonne 
à rien i mais M. Gluck nj’en a li fort 
preffé, que je n’ai pu lui refufer cette 
complaifance, quoi qu’aulîi fatigante pour 
moi, qu’inutile pour lui. Je ne fuis plus 
capable de donner l’attention néceflaire à 
un Ouvrage auffi travaillé. Toutes mes 
obfervations peuvent être fauffes & mal 
fondées ; &, loin de les lui donner pour 
des réglés , je les foumets à fon jugement,, 
fans vouloir , en aucune façon , les, dé¬ 
fendre : mais quand je me ferois trompe 














SUR l’Alceste de M. Gluck. 395 
dans toutes , ce qui reftera toujours réel 
& vrai, c’eft le témoignage qu’elles ren¬ 
dent à M. Gluck de ma déférence^ pour 
fes defirs , & de mon eftime pour fes 
Ouvrages. 

En conlidérant d’abord la marche totale 
de cette piece , j’y trouve une efpece de 
eontre-fens général, en ce que le premier 
afte eft le plus fort de Mufique le der¬ 
nier le plus foible , ce qui eft direélement 
contraire à la bonne gradation du Drame, 
où l’intérêt doit toujours aller en fe ren¬ 
forçant. Je conviens que le grand pathé¬ 
tique du premier aéle feroit hors de place 
dans les fuivans , mais les forces de la 
Mulique ne font pas exclulivement dans 
le pathétique, mais dans l’énergie de tous 
les fentlmens , & dans la vivacité de tous' 
les tableaux. Par-tout où l’intérêt eft plus 
vif, la Mufique doit être plus animée , & 
fes reffources ne font pas moindres dans 
les expreffions brillantes & vives , que 
dans les gémiffemens & les pleurs. 

Je conviens qu’il y a plus ici de la fauté 
du Poëte que du Muficlen ; mais je n’en 
crois pas celui-ci tout-à-falt difculpé. Ceci 
demande un peu d’explication. 


394 Observations 

Je ne connois point d’Opéra , où ïes 
pafldons foient moins variées que dans. 
FAicefte ; tout y roule preique fur deux 
feuls fentimens, l’affîiftion àc l’elrroi ; & 
ces deux fentimens toujours prolongés % 
ont dû coûter des peines incroyables au 
Muficien , pour ne pas tomber dans la 
plus lamentable monotonie. En général r 
plus il y a de chaleur dans les fitua- 
tions j & dans les exprelîions, plus leur 
paiTage doit être prompt & rapide , fans, 
quoi la force de l’émotion fe ralentit dans 
les Auditeurs , & quand la mefure ell 
paffée , l’Afteur a beau continuer de fe 
démener, le fpeftateur s’attiédit, fe glace ^ 
&: finit par s’impatienter. 

il réfulte de ce défaut que l’intérêt, au 
lieu de s’échauffer par degrés dans la mar¬ 
che de la piece , s’attiédit au contraire 
îufqu’au dénouement qui, n’en deplaife à 
Euripide lui - même , eft froid , plat & 
prefque rifible à force de fimplicite. 

Si l’Auteur du Drame a cru fauver ce. 
défaut par la petite fête qu’il a mife au 
fécond aéle, il s’eff trompé. Cette fête , 
mal placée & ridiculement amenee , doit, 
choquer à la repréfentation , parce qu’elle 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 39 Ï 

eft contraire à toute vraifemblance & à 
tenue bienféance,tant à caufe de lapromp'» 
titude avec laquelle elle fe pre^^rc Sc 
s’exécute , qu’à caufe de l’abfence de la 
Reine , dont on ne fe met point en peine, 
jufqu’à ce que le Roi s’avife à la fin d’y 
penfer ( * ). 

J’oferai dire que cet Auteur, trop plein 
de fon Euripide , n’a pas tiré de foh fujet 
ce qu’il pouvoit lui fournir pour foute- 
nir rintérêt, varier la feene & donner au 
Jvluficien de l’étoffe pour de nouveaux 
-caraéleres de Mufiaue. Il falloit faire mou* 

J. 

rir Alceffe au fécond atle & employer 
tout le troifieme à préparer , par un nou¬ 
vel intérêt fa réfurreélion ; ce qui pouvoit 
amener un coup de théâtre aulîi admirable 
& frappant que ce froid retour eft infi- 
pide. Mais , fans m’arrêter à ce que l’Au* 
teurdii Drame auroit dû faire , je reviens 
ici à la Mufique. 

Son Auteur avoit donc à vaincre l’en¬ 
nui de cette uniformité de paffion, & à 


( * ) ^’ai donné , pour mîeiiîç encadrer cette fête. Sc la 
rendre touchante & déchirante par fa gaîté même , une 
idée dont M. Giuo^; a profité dans fou Alcefte François^ 



39*5 Observations 
prévenir raccabîement qui devoir en être 
FefFet. Quel étoit le premier , le plus 
grand moyen qui fe préfentoit pour cela? 
C’étoit de fuppléer à ce que n’avoit pas 
fait l’Auteur du Drame , en graduant tel¬ 
lement fa marche, que la Mufique aug¬ 
mentât touj ours de chaleur en avançant, 
& devînt enfin d’une véhémence qui tranf- 
portât l’Auditeur ; & il falloit tellement 
ménager ce progrès , que cette agitation 
finît ou changeât d’objet avant de jetter 
l’oreille & le cœur dans l’épuifement. . 

C’efi: ce que M. Gluck me paroît n’avoir 
pas fait, puifque fon premier a£le , aufil 
fort de Mufique que le fécond, l’eft beau¬ 
coup plus que le troilieme , qu’ainfi la 
véhémence ne va point en croiflant ; &, 
dès les deux premières feenes du fécond 
a£le , l’Auteur ayant épuifé toutes lés 
forces 'de fon Art, ne peut plus dans la 
fuite , que foutenir foiblement des émo¬ 
tions du même genre, qu’il a trop tôt 
portées au plus haut degré. ' 

L’objeélion fe préfente ici d’eile-même. 
C’étoit à l’Auteur des paroles de renfor¬ 
cer , par une marche graduée, la chaleur 
& l’intérêt ; celui de la Mufique n’a pu 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 397 
rendre les afFeèlions de fes perfonnages , 
qiie dans le même ordre & au meme de- 
gré que le Drame les lui préfentojf. Il eût 
fait des contre-fens, s’il eût donné à fes 
exprelTions d’autres nuances que celles 
qu’exigeoient de lui les paroles qu il avoit 
à rendre. Voilà l’objeftion : voici ma ré- 
ponfe. M. Gluck fentira bientôt qu’entre 
tous les Muficiens de l’Europe, elle n’eft 
faite que pour lui feul. 

Trois chofes concourent à produire les 
grands effets de la Mufique Dramatique ; 
favoir, l’accent, l’harmome & le rhythme. 
L’accent eft déterminé par le Poëte, & le 
Mulicien ne peut gueres , fans faire des 
contre-fens , s’écarter en cela , ni pour 
le choix, ni pour la force de la jufte ex- 
preffion des paroles. Mais, quant aux deux 
autres parties qui ne font pas de même 
inhérentes à la langue , il peut , jufqu’à 
certain point, les combiner à fon gré 
pour modifier & graduer l’intérêt, félon 
qu’il convient à la marche qu’il s’efl 
prefcrite. 

••••••••»••••• 

J’oferai même dire que le plaifir de 
l’oreille doit_ quelquefois l’emporter fur 




ÔBSÉRVAtîÔKé 
îa vérité de l’expreffibn ; car la Mufiqüè 
ne fauroit aller au cœur que par le charmé 
de la mélodie , & s’il n’étoit qucftioii 
que de fendre l’accent de la paffion j, l’art 
de la déclamation fuffiroit feul, & la Mu- 
jiique , devenue inutile ^ feroit plutôt im¬ 
portune qu’agréable ; voilà l’un des écueils 
que le Compofiteur, trop plein de fou 
expreffion , doit éviter foigneufement. Il 
y a , dans tous les bons Opéra, èc fur- 
tout dans ceux de M. Gluck, mille mor¬ 
ceaux qui font couler des larmes par la Mu^ 
lique , & qui ne donneroient qu’une émo¬ 
tion médiocre ou nulle, dépourvus de fors 
fecours, quelque bien déclamés qu’ils puf- 
fent être. . ......... 

T 

Il fuit de-là que, fans altérer la vérité 
de l’expreffion, le Muficien qui module 
îong-tems dans les mêmes tons , &c n’en, 
change que rarement, eft maître d’en va¬ 
rier les nuances par la combinaifon des 
deux parties accefloires qu’il y fait con¬ 
courir ; lavoir , l’harmonie & le rhythme* 
Parlons d’abord de la première. J’en dil^ 
îingue de trois efpeces. L’harmonie diato¬ 
nique , la plus fimple des trois, & peutt 


svR l’Alceste de M. GlücîC.' 399 
être la feule naturelle. L’harmonie chro¬ 
matique ; qui confifte en <le continuels 
ehangemens de ton, par des fucceffions 
fondamentales de quintes. Et enfin l’har¬ 
monie que j’appelle pathétique , qui con- 
fifte en des enîrelacemens d’accords fu- 
perflus & diminués, à la faveur defquels 
on parcourt des tons qui ont peu d’ana¬ 
logie entr’eux ; on affeéle l’oreille d’in- 
îervalles déchirans , & l’ame d’idées rapi¬ 
des & vives ; capables de la troubler. 

L’harmonie diatonique n’efl nulle part 
déplacée, elle efl: propre à tous les ca- 
rafteres, â l’aide du rhythme & de la 
mélodie , elle peut fuffire à foutes les 
exprefîlons ; elle eft néceflaire aux deux 
autres harmonies, & toute Mufique oii 
elle n’eriîreroit point, ne pourroit jamais 
être qu’une Mufique déteftable. 

L’harmonie chromatique entre de même 
dans l’harmonie pathétique ; mais elle 
peut fort bien s’en paffer & rendre , 
quoiqu’à fon défaut, peut-être plus foi- 
blemenî les expreflions les plus pathé¬ 
tiques. Ainfî, par la fuccefîion ménagée de 
ces trois harmonies , le 'Muficien peut 
graduer èi. renforcer les fentimens de 


400 Observations 

même genre que le Poëte a fouteniis 
trop long-tems au même degré d’énergie. 

Il a pour cela, une fécondé reffource 
dans la mélodie, & fur-tout dans fa ca¬ 
dence diverfement fcandée par le rhythme. 
Les mouvemens extrêmes de vîteffe ôc 
de lenteur ^ les mefures contraftées , les 
valeurs inégales, mêlées de lenteur & de 
rapidité ; tout cela peut de même fe gra¬ 
duer pour fOutenir & ranimer l’intérêt 
& l’attention. Enfin , l’on a le plus ou 
moins de bruit & d’éclat , l’harmonie 
plus ou moins pleine, les filences de 
rOrcheftre, dont le perpétuel fracas fe- 
roit accablant pour l’oreille , quelques 
beaux qu’en puffent être les effets. 

Quant au rhythme, en quoi confiffe 
la plus grande force de la Mufique , il 
demande un grand art pour être heureu- 
fement traité dans la vocale. J’ai dit St 
je le crois, que les Tragédies Grecques 
étoient de vrais Opéra. La langue Grec¬ 
que , vraiment harmonieufe & muficale, 
avoit par elle-même un accent mélodieux , 
il ne falloit qu’y joindre le rhythme , 
pour rendre la déclamation Muficale j ainfi, 
non-feulement les Tragédies mais toutes 

les 


SUR l’Alceste de M. Gluck; 401 
les Poéfies étoient nccefî'airement chan¬ 
tées ; les Poètes difoient avec raifon , je, 
chante , au conimencentent de leurs Poë- 
xnes ; formules que les nôtres ont très- 
ridiculement confervées : mais nos lan¬ 
gues modernes, produélion des Peuples 
Barbares, n étant point naturellement mu- 
ficales, pas même l’Italienne, il faut, 
quand on veut leur appliquer la Mufiqué , 
■prendre de grandes précautions pour ren¬ 
dre cette union fupportable, & pour la 
rendre affez naturelle dans la Mufique 
imitative , pour faire illufion au théâtre ; 
mais de quelque façon qu’on s’y prenne, 
on ne parviendra jamais à perfuader à 
l’Auditeur, que le chant qu’il entend n’eft 
que de la parole ; & fi l’on y pouvoit 
parvenir, ce ne feroit jamais qu’en for¬ 
tifiant une des grandes puifiânces de la 
Mufique , qui eft le rhythme mufical , 
bien différent pour nous du rhythme poé¬ 
tique , & qui ne peut meme s’afTocier 
avec lui que très-rarement ôi très-impar¬ 
faitement. 

C’eft un grand & beau problème à ré- 
foudre , de déterminer jüfqu’à quel point 
on peut faire chanter la langue & parler 
Miijique^ C c 


40Z Observations 
la Mufîque. Ceû d’une bonne folntîoîî 
de ce problème que dépend toute la 
théorie de la Mufique Dramatique. L’inf- 
tinft feul a conduit , fur ce point, les 
Italiens dans la pratique ^ auffi bien qu’il 
étoit polTible , & les défauts énormes de 
leurs Opéra , ne viennent pas d’un mau¬ 
vais genre de Mufique , mais d’une mai»' 
vaife application d’un bon genre. 

L’accent oral par lui-même ^ a làns 
doute une grande force > mais c’eft feu¬ 
lement dans la déclamation ; cette force 
eft indépendante de toute Mufique ; & 
avec cet accent feul , on peut faire 
entendre une bonne Tragédie ^ mais non 
pas un bon Opéra. Si-tôt que la Mufi¬ 
que s’y mêle , il faut qu’elle s’arme de 
tous fes charmes pour fubjuguer le cœur 
par l’oreille ;! fi elle n’y déployé toutes 
fes beautés, elle y fera importune, comme 
fl l’on faifoit accompagner un Orateur 
par des infirumens ^ mais en y mêlant 
fes richefles, il faut pourtant que ce 
foit avec un grand ménagement, afin de 
prévenir l’épuifement où jetteroit bien¬ 
tôt nos organes, une longue aftion toute 
en Mtifique. 


/ 


Sur l^Algestë de M. ClüGK; 403 

De ces principes il fuit qu’il faut va-* 
î-ier dans un Drame, l’application de lâ 
Mufique, tantôt èn laiffant domine^ l’ac¬ 
cent de la langue & le rhythme poéti¬ 
que , & tantôt en faifant dominer la Mu- 
fiqiie à fon tour* & prodiguant toutes les 
ficheffes de la mélodie * de l’harmonie 
& du rhythme mufical, pouf frappef 
l’oreille & toucher le cœur par des 
charmes auxquels il ne puiffe réfiften 
Voilà les faifons de la divifion d’un Opé¬ 
ra j en récitatif fimple » récitatif obligé 
& airs.' 

Quand le difcoüfS j rapide dans fa niaf- 
che j doit être fimplement débité, c’ell 
le cas de s’y livrer uniquement à l’ao- 
cent de la déclamation ^ & quand la lan¬ 
gue a un accent j il ne s’agit que de ren* 
dre cet accent appréciable, èn le notant 
par des intervalles muficaux ; en s’atta¬ 
chant fidèlement à la profôdle, au rhythme 
poétique & aux inflexions paflîortnées 
qu’exige le fens du difcours. Voilà le 
récitatif fimple , & ce récitatif doit être 
aufli près de la fimple parole qu’il eft 
poffibîe; il ne doit tenir à la Mufique 
que parce que la Mufique efl: la langue 

C e a 


'404 Observ'atio?îs 
de rOpéra, & que parler & chanter al¬ 
ternativement , comme on fait ici dans 
les Opéra comiques, c’eft s’énoncer fuc- 
ceffivement dans deux langues différen¬ 
tes , ce qui rend toujours choquant & 
ridicule le paffage de Tune à l’autre, &C 
qu’il eff fouverainement abfurde qu’au mo¬ 
ment où l’on fe paffionne, on change de 
voix pour dire une chanfon. L’accom¬ 
pagnement de la Baffe eft néceffaire dans 
le récitatif fimpîe , non-feulement pour 
foutenir & guider l’aéleur , mais aufli 
pour déterminer l’efpece des intervalles , 
& marquer avec précifion les entrelace- 
mens de modulation qui font tant d’effet 
dans un beau récitatif : mais loin qu’il 
foit néceffaire de rendre cet accompagne¬ 
ment éclatant , je voudrois au contraire 
qu’il ne le fît point remarquer, & qu’il 
produisît fon effet fans qu’on y fît au¬ 
cune attention. Ainli je croîs que les au— 
très inftrumens ne doivent point s’y mê¬ 
ler , quand ce ne feroit que pour laiffer 
repofer, tant les oreilles des auditeurs 
que rOrcheftre qu’on doit tout-à-fait ou¬ 
blier , & dont les rentrées bien ménagées 
font par*là un plus grand effet ; au heu 


t 


SUR l’Alceste de M..Gluck. 40^ 
que quand la fymphonie régné tout le 
long de la piece, elle a beau commencer 
par plaire , elle finit par accabler. Le 
récitatif ennuye fur les théâtres d’Italie, 
non-feulement parce qu’il eft trop long , 
mais parce qu’il eft mal chanté & plus 
mal placé. Des fcenes vives , intérefl’an- 
tes , comme doivent toujours être celles 
d’un Opéra,, rendues avec chaleur, avec 
vérité, & foutenues d’un jeu naturel ôf 
animé , ne peuvent manquer d’émçuvoir 
& de plaire à la faveur de l’illufion ; 
mais débitées froidement & platemient 
par des caftrates ; comme des leçons 
d’écolier , elles ennuyeront fans doute , 
'& fur - tout quand elles feront tr^op loa- 
gues, mais ce ne fera pas la faute du ré¬ 
citatif. 

Dans les momens où le récitatif, moins 
récitant & plus paffionné, prend un ca- 
raétere plus touchant, on peut y placer 
, avec fuccès un fimple accompagnement 
de notes tenues qui, par le concours de 
cette harmonie , donnent plus de dou¬ 
ceur à l’expreffion. C’eft le fimple réci¬ 
tatif accompagné, qui revenant par in¬ 
tervalles rares & bien choifis, contrafte 


'466 Observations 

avec la féchereffe du récitatif nud êg 

produit un très-bon effet. 

Enfin, quand la violence de la paf- 
fion fait entre-couper la parole par des- 
propos commencés & interrompus, tant 
à caufe de la force' des fentimens qui ne 
trouvent point de termes fuffifans pour 
s’exprimer, qu’à caufe de leur impetuo- 
fité qui les fait fuccéder en tumulte les 
uns aux autres , avec une rapidité fans 
fuite & fans ordre , je crois que le mé¬ 
lange alternatif de la parole & de la fym- 
phonie peut feul exprimer une pareille 
fituation. L’afteur livré tout entier à fa 
paflion n’en doit trouver que l’accent. La 
mélodie trop peu appropriée à l’accent 
de la langue , & le rhythme mufical qui 
jie s’y prête point du tout, affoibliroient, 
cnerveroient toute rexprelîion en s’y mê¬ 
lant ; cependant ce rhythme & cette mé¬ 
lodie ont un grand charme pour l’oreille, 
& par elle une grande force fur le cœur,. 
Que faire alors pour employer à la fois 
toutes ces efpeces de forces ? Faire exac- 
rçixient ce ou on fait dans le rccitatit 
obligé; donner à la parole tout l’accent 
pofilble & convenable à ce qu’elle expri- 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 407 
me, & jetter dans des ritourneiles de • 
fymphonle toute la mélodie, toute la 
cadence & le rhythme qui peuvent avenir 
à l’appui. Le filence de l’afteur dit alors 
plus que fes paroles , & ces réticences 
bien placées, bien ménagées & remplies 
d’un côté par la voix de l’Orcheftre & 
d’un autre par le jeu muet d’un Aéleur 
qui fent & ce qu’il dit & ce qu’il ne 
peut dire, ces réticences, dis-je , font un 
effet fupérieur à celui même de la dé¬ 
clamation & l’on ne peut les ôter fans 
lui ôter la plus grande partie de fa force. 

Il n’y a point de bon Aâeur qui dan 5 
ces momens violens ne faffe de longues 
paufes , & ces paufes remplies d’une 
expreffion analogue par une ritournelle 
mélodieufe & bien ménagée, ne doivent- 
elles pas devenir encore plus intéreffan- 
tes que iorfqu’il y régné un filence ab- 
l'olu ? Je n’en veux pour preuve que 
l’effet étonnant que ne manque jamais de 
produire tout récitatif obligé bien placé 
& bien traité. 

Perfuadé que la langue Françoife def- 
tituée de tout accent n’efi: nullement pro¬ 
pre à laMufique, Sc principalement au 

C c 4 


■408 Observations 

récitatif, j’ai imaginé un genre de Dra^ 
me, dans lequel les paroles & la Muji'^ 
que 5 au lieu de marcher enfernhle , Je font 
entendre Jiiccefjivement , & ou la pkrafe par¬ 
lée ejl en quelque forte annoncée & préparée 
par la phrafe mujicale, La feene de Pygma* 
lion ef un exemple de ce genre de compoji- 
tion , qui n a pas eu d^imitateurs. En per¬ 
fectionnant cette méthode ^ on réuniroit le 
double avantage de foulagcr VActeur par 
de fréquens repos., & d^offrir au Spectateur 
François tefpece de mélodrame le plus con¬ 
venable Ci fa lancrue. Cette réunion de Part 
déclamatoire avec Part mujical, ne produira 
qu imparfaitement tous les effets du vrai ré¬ 
citatif, & les oreilles délicates s^apperce- 
vront toujours défagréablemcnt du contraffe 
qui régné entre le langage de P Acteur & celui 
de P O rchcflre qui P accompagne ; mais un 
Acteur fenjîble & intelligent ^ en rapprochant 
le ton de fa voix & P accent de fa déclama¬ 
tion de ce qii exprime le trait mujical ^ mêle 
ces couleurs étrangères avec tanu dPart que 
le fpéclateur nen peut dijcerner les nuan¬ 
ces. Ainjî cette efpece dl*ouvrage ppurroit 
confiituer un genre moyen entre la fmple 
déclamation & le véritable mélodrame 5^ dont 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 409 

ïl n'atteindra jamais la beauté. Au refie » 
quelques difficultés qu offre la langue, elles 
ne font pas infurmontables ; l'Autetlr du 
Diâionnaire de Mufique {*) a invité les 
Compojîteurs François à faire de nouveaux 
effais , & à introduire dans leurs Opéra , le 
récitatif obligé qui , lorfquon l'emploie à 
propos , produit les plus grands effets. 

D’où naît k charme du récitatif obli¬ 
gé , qu’eft-ce qui fait fon énergie ? L’ac¬ 
cent oratoire & pathétique de l’afteur 
produiroit-il feul autant d’effet ? Non, 
fans doute. Mais les traits alternatifs de 
fymphonie, réveillant & foutenant le 
fentiment de la mefure que le feut réci¬ 
tatif laifferoit éteindre, joignent à l’expref- 
fion purement déclamatoire toute celle 
du rhythme mufi Câ 1 qui la renforce. Je 
diftingue ici le rhythme & la mefure, 
parce que ce font en effet deux chofes 
très-différentes. La mefure n’eff qu’un 
retour périodique de tems égaux , le 
thythme eff la combinaifon des valeurs 
ou quantités qui rempliffent les mêmes 


tk 


Bia. de Mufiq. art. RicHatif obli^L 




4 ïo Observations 

tems , appropriée aux expreffions qu’on 
veut rendre , & aux paffions qu’on 
veut exciter. Il peut y avoir mefure fans 
rhythme, mais il n’y a point de rhythme 
fans mefare.... C'ejî en approfondijfant 
cette partie de fon art^ que le Compojiteur 
donne L'eJJor à fon génie j toute la fcience 
des accords ne peut faffife à fes befoins. 

Il importe ici de remarquer, contre 
le préjugé de tous les Muficiens, que 
l’harmonie par elle-même, ne pouvant 
parler qu’à l’oreille & n’imitant rien, 
ne peut avoir que de très-foibles effets. 
Quand elle entre avec fuccès dans la Mu- 
fique imitative , ce n’eH jamais qu’en re- 
préfentant, déterminant & renforçant les 
accens mélodieux qui, par eux-mêmes , 
ne font pas toujours affez déterrninés fans 
le fecours de l’accompagnement. Des in¬ 
tervalles abfoius n’ont aucun caraélere 
par eux-mêmes ; une fécondé fuperflue 
& une tierce-mineure , une feptieme mi¬ 
neure & une fixte fuperflue, une fauffe 
quinte & un triton , font le même in¬ 
tervalle , & ne prennent les afteftions qui 
les déterminent, que par leur place dans 
la modulation , & c’efl à l’accompagne-. 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 41 ï 
ment de leur fixer cette place, qui ref- 
teroit fouvent équivoque par le feul chant. 
Voilà quel efi: Tufage & l’effet de fhar-. 
monie dans la Mufique imitative & thé⬠
trale. C’eft par les accens de la mélodie, 
c’efi; par la cadence du rhythme que la 
Mufique , imitant les inflexions que don¬ 
nent les paillons à la voix humaine, 
peut pénétrer julqu’au cœur & l’émouvoir 
par des lentimens ; au lieu que la feule 
harmonie n’imitant rien, ne peut donner 
qu’un plaifir de fenfation. De fimples 
accords peuvent flatter l’oreille , comme 
de belles couleurs flattent les yeux ; mais 
ni les uns, ni les autres ne porteront ja¬ 
mais au cœur la moindre émotion, parcs 
que ni les uns , ni les autres n’imitent 
rien, 11 le delîln ne vient animer les 
couleurs, & fi la mélodie ne vient ani¬ 
mer les accords. Mais , au contraire , le 
delîln par lui-même peut, fans coloris, 
nous repréfenter des objets attendriffans, 
& la mélodie imitative peut de même 
nous émouvoir feule, fans le fecours 
des accords. 


Voilà ce qui rend toute la Mufique 


a 




411 Observations 
Françoife fi languiflante & fi fade , parce 
que dans leurs froides fcenes , pleins de 
leurs fots préjugés & de leur fcience , 
qui, dans le fond, n’eft qu’une ignorance 
véritable , puifqü’ils ne favent pas en 
quoi confiflent les plus grandes beautés 
de leur Art, les Compofiteurs François 
ne cherchent que dans les accords , les 
grands efféts dont l’énergie n’efl que 
dans le rhythme. M. Gluck fait mieux 
que moi que le rhythme fans harmonie , 
agit bien plus pulfTamment fur l’ame, 
que l’harmonie fans rhythme ; lui qui, 
avec une harmonie à mon avis un peu 
monotone, ne laiffe pas de produire de 
fi grandes émotions , parce qu’il fent 
& qu’il emploie , avec un art profond , 
tous les prefliges de la mefure & de la 
quantité. Mais je l’exhorte à ne pas trop 
fe prévenir pour la déclamation, & a 
penfer toujours qu’un des defauts de la 
Mufique purement déclamatoire , eft de 
perdre une partie des reffources cm 
rhythme , dont la plus grande force efl 
dans les airs. ...». 

J'ai rempli la partie la moins pénible de 


SUR l^Alceste de M. Gluck. 415 

ta tâche que je me fuis impofée ; une ohfer^ 
vation generale fur la marche de VOpéra 
déAlcefe y 771 a conduit à traiter cett& quef 
lion vraunent intéreffante : quelle efl la li^ 
berté qiion doit accorder au Mtijicien qui 
travaille fur un Poème ^ dont il 71'’efl pas 
r Auteur? J'ai difin gué les trois parties de 
la Ml f que imitative , & m cojivenant quc 
L accent ef déterminé par le Poète , j^ai fait 
voir que l harmonie^ & fur-tout le rhythme 

offroietit au Mujicien des reffources dont il 
devoit profiter, 

II faut entrer dans les détails ; cVft 
une grande fatigue pour mol de fulvre 
aes partitions un peu chargées ; celle 
d Alcefte left beaucoup, 6c de plus très- 
embrouillée , pleine de fauffes clefs, de 

faiifles notes , de parties entaflees coh- 

fufément. . , 1 

• ... 

• • P • • A 

En examinant le Drame d’Alcefte, & 
la maniéré dont M. Gluck s’eft cru obligé 
de le "fialter, on a peine à comprendre 
comment il en a pu rendre la repréfen- 
tation fupportable. Non que ce Drame, 
écrit fur le plan des Tragédies Grecques, 
ne brille de folides beautés, non que la 




4t4 Observations 

Mufique n’en folt admirable , mais paf 
les difficultés qu’il a fallu vaincre dans une 
li grande uniformité de caraderes & d’ex* 
preffion, pour prévenir l’accablement 
l’ennui, & foutenlr jufqu’au bout l’inté¬ 
rêt & l’attention. ........ 


L’ouverture d’un feul morceaii d’une 
belle & fimple ordonnance y eft bien & 
régulièrement deffinée ; l’Æuteur a eu l’in¬ 
tention d’y préparer les fpeftateurs à la 
trifteffe, où il alîoit les plonger dès le 
commencement du premier ade & dans 
tout le cours de la Pièce. Et pour cela > 
il a modulé fon ouverture prefque toute 
entière, en mode mineur, & même avec 
affedation, pulfqu’il n’y a, dans tout ce 
morceau qui eftafîez long, que la première 
accolade de la page 4 , ôc la première 
accolade relative de la page. 9 qui foient 
en majeur. U a d’ailleurs affedé les dif- 
fonanccs fuperflues & diminuées, & des 
fons foutenus & forcés dans le haut, pour 
exprimer les gémlffemens & les plaintes ; 
tout cela eft bon & bien entendu en foi ^ 
puifque l’ouverture ne doit être employée 
q[u’à difpofer le cœur du fpedateur au 



SUR l’Alceste de M- Gluck. 415 
genre d’intérêt, par lequel on va l’émou¬ 
voir; mais il en réfiîlte trois inconvéniens: 
le premier, l’emploi d’un genre d’hafmo- 
nie trop peu fonore pour une ouverture 
deftinée à éveiller le fpeélateur, en rem- 
plilî'ant fon oreille & le préparant à l’at¬ 
tention ; l’autre , d’anticiper fur ce même 
genre d’harmonie qu’on fera forcé d’em¬ 
ployer fl long-tems, èl qu’il faut par con- 
féquent ménager très - fobrement pour 
prévenir la fatiété ; & le troifieme , d’an- 
ticjiper aufll fur l’ordre des tems, en nous 
exprimant d’avance une douleur qui n’eft 
pas encore fur la fcene , & qu’y va feule¬ 
ment faire naître l’annonce du Héraut pu¬ 
blic , & je ne crois pas qu’on doive mar¬ 
quer dans un ordre rétrograde , ce qui eft 
à venir comme déjà paffé. Pour remédier 
à tout cela, j’aurois imaginé de compofer 
1 ouverture de deux morceaux de carac¬ 
tère différent ; mais tous deux traités dans 
une harmonie fonore & confonnante ; le 
premier, portant dans les coeurs le femi- 
ment d’une douce & tendre gaîté eût 
repréfenté la félicité du régné d’Admete 
& les charmes de l’union conjugale ; le 
<gcond, dans une mefure plus coupée & 


'4i6 .Observations 

par des mouvemens plus vifs & un phrafé 
plus interrompu, eût exprimé l’inquiétude 
du Peuple fur la maladie d’Admete , 6c eût 
fervi d’introduélion très-naturelle au dé* 
but de la piece 6c à l’annonce du Crieur.... 

Page II. Après les deux mots qui fui- 
vent ces mots Uditt^ je ferois cefTer l’ac¬ 
compagnement jufqu’à la fin du récitatif. 
Cela exprimeroit mieux le filence du peu¬ 
ple écoutant le Crieur, 6c les S'peèlateurs 
curieux de bien entendre cette annonce, 
n’ont pas befoin de cet accompagnement; 
la Baffe fuffit toute feule, 6c l’entrée du 
chœur qui fuit en feroit plus d’effet en¬ 
core. Ce chœur alternatif avec les petits 
folos d’Evandre & d’Ifmene, me paroît 
un très-beau début & d’un bon carac¬ 
tère. La ritournelle de quatre mefures qui 
s’y reprend plufieurs fois eft trifte fans 
être fombre & d’une fimplicité exquife. 
Tout ce chœur feroit d’un très-bon ton 
s’il ne s’y mêloit fouvcnt, 6c des la fé¬ 
condé mefure, des expreiïions trop pathé¬ 
tiques. Je n’aime gucres non plus le coup 
de tonnerre de la page 14, c’eff un trait 
joué fur le mot & qui me paroît dé¬ 
placé. Mais j’aime fort la maniéré dont 


SUR l’Alceste de M, Gluck; 417 

îe même chœur repris pagè 34, s’anime 
enfuite à l’idée du malheur prêt à le 

foudroyer. . • * 

•.. 

E vuoi morire o mifura. Cette lugubre 
pfalmodie efl d’une fimplicité fublime .& 
doit produire un grand elFet. Mais la 
même tenue réoétée de la même maniéré 

1 

fur ces autres paroles ^ Altro non puoi 
raccoglierc ^ me paroit froide & prefque 
plate. Il eft naturel à la voix de s’élever 
un peu quand on parle plufieurs fois de 
fuite à la même perfonne jr, fi l’on eût 
donc fait monter la fécondé fois cette 
même pfalmodie, feulement d’un femi- 
ton , fur dis ^ c’efi-à-dire , fur mi bémol 
cela eut pu fuffire pour la rendre plus 
riatiirelle & même plus énergique : mais 
je crois qu’il falloit un peu la varier de 
quelque maniéré. Au refl:e il y a dans 
la huitième & dans la dixième mefure un 
triton qui n efi: ni ne peut être fauvé , 
quoi qu’il parolffe l’être la deuxieme fois 
par le fécond violon ; cela produit une 
fucceflion d accords qui n’ont pas un bon 
fondement & font contre les réglés. Je 
ikis qu on peut tout faire fur une tenue o 
Mufiqm. P d 




4î8 Observations 
fur-tout en pareil cas ; & ce n’eft pas que 
je défapprouve le paflage quoique j’en 
marque l’irrégularité. 


( Fin d'une obfervation fur le chœur 
fuggiamo , dont le commencement 
eft perdu. ) 

Ce ne doit pas être une fuite de pré¬ 
cipitation , comme devant l’ennemi, mais 
une fuite de confternation qui, pourainfi 
dire, doit être honteufe & clandeftine 
plutôt qu’éclatante & rapide. Si l’Auteur 
eût voulu fiûre de la fin de ce chœur une 
exhortation à la joie, il n’eût pas pu 

mieux réufîlr. 

• #••••••••• ••• 

Après le chœur fuggiamo j’aurois fait 
taire entièrement tout i’Orcheftre ,& dé¬ 
clamer le récitatif ov& fon avec la fimple 
Bafl'e. Mais immédiatement après ces mots. 
Vk chi t'anca à tal fegno , j’aurois fait 
commencer un récitatif obligé par une 
fymphonie noble , éclatante, fublime qui 
annonçât dignement le parti que va pren¬ 
dre Alcefte ; qui difpofât l’Auditeur à 
fentir toute l’énergie de ces mots ah vi 
fon io, trop peu annoncés par les deux 






SUR l’Alceste de M. Gluck; 419 
Biefures qui precedent. Cette fymphonie 
qui auroit offert i’image de ces deux vers, 
qui toile alla mia mente luminare Ji n^ojîra; 
la grande idée eut été foutenue avec le 
même éclat durant toutes les ritournelles 
de ce récitatif. J’aurois traité l’air qui fuit 
ombre larve fur deux mouvemens contraf- 
tés, favolr im allegro fombre & terrible 
jufqti’à ces mots non voglio pleta , & un 
adagio ou largo plein de trifteffe & de 
douceur. Sur ceux-ci, fe vi tolgo Vamato 
conforte f M. Gluck qui n’aime pas les 
rondeaux me permettra de lui dire que 
c’étolt ici le cas d’en employer un bien 
heüreufement, en faifant du refle de ce 
monologue la fécondé partie de l’air, 
& reprenant feulement l’allegro pour 
finir. 


L’air eterni Del me paroît d’une grande 
beauté, j’aurois defiré feulement qu’on 
n’eût pas été obligé d’en varier les ex- 
preffions par des mefures différentes. Deux, 
quand elles font nécefîaires, peuvent for¬ 
mer des contraftes agréables, mais trois 
c’eff trop, & cela rompt runlté. Les on- 
pofitlons font bien'pius belles & font plus 

Del a 




4^0 ' OfiSERVATÎONS 
d’effet quand elles fe font fans changer 
de mefure & par les feules combinaifons 
de valeur & de quantité. La raifon pour¬ 
quoi il vaut mieux contrafter fur le même 
mouvement que d’en changer , eft, que 
pour produire l’iUufion & l’intérêt, il 
faut cacher l’art autant qu’il eft poffible, 
& qu’auffi-tôt qu’on change le mouve¬ 
ment , l’art fe déceîe & fe fait fentir. 
Par la même raifon, je vouclrois que 
dans un même air, l’on changeât de ton 
le moins qu’il eft poffible , qu’on fe con¬ 
tentât autant qu’on pourroit, des deux 
feules cadences principale & dominante , 
& qu’on cherchât plutôt les effets dans 
un beau pbrafé & dans les combinai¬ 
fons mélodieufes , que dans une harmo¬ 
nie recherchée & des changemens de 
ton. . , .» 

n 

L’air io non chkdo iterni Dei , eft fur- 
tout dans fon commencement d’un chant 
exquis 9 comme font prefque tous ceux 
du même Auteur. Mais où eft dans cet 
air l’unité de deffein , de tableau , de 
caraélere ? Ce n’eft point-là , ce me fem- 
ble} un air j mais uns ftute de plulieurs 




ft 


SUR l’Algeste de M. Gluck. 411 

airs : les enfans y mêlent leur chant à 
celui de leur mere, ce n’eft pas ée que 
je délapprouve. Mais on y change fré¬ 
quemment de mefure , non pour contralr 
ter & alterner les deux parties d’un même 
motif, mais pour paffer fuccelîivement 
par des chants abfolument différens : on 
ne fauroit montrer dans ce morceau aucun 
defl'ein commun qui le lie & le fafle un. 
Cependant c’eft ce qui me paroît nécef- 
faire pour conllituer véritablement un air. 
L’Auteur après avoir modulé dans plufieurs 
tons, fe croit néanmoins obligé de finir 
en £ la fa comme il a commencé. Il fent 
donc bien lui-même que le tout doit être 
traité fur un même deffein & former unité. 
Cependant je ne puis la voir dans les 
différens membres de cet air , à moins 
qu’on ne veuille la trouver dans la répé¬ 
tition modifiée de l’allegro non comprtndc 
î mali miel, par laquelle finit ce morceau; 
ce qui ne me paroît pas fuffifant pour 
faire liaifon entre tous les membres dont 
il efi: compofé. J’avoue que le premier 
changement de mefüre rend admirable¬ 
ment le fens & la ponftuation des paroles. 
Mais il n’en efl pas moins vrai qu’on pou- 

Dd J 


41Î Observations 
voit y parvenir aiifli fans en changer J 
qu’en général ces cKangemens de mefure 
dans un même air, doivent faire contrafte 
& changer aufli le mouvement ; & qu’en- 
£n celui-ci amene deux fois de fuite ca¬ 
dence fur la même dominante, forte de 
monotonie qu’on doit éviter autant qu’il 
fe peut. Je prendrai encore la liberté de 
dire que la deriilere mefure de la page 27, 
me paroît d’une expreffion bien foible 
pour l’accent du mot qu’elle doit rendre. 
Cette quinte que le chant fait fur la Baffe 
& la tierce-mineure qui s’y joint, font à 
mon oreille un accord un peu languif- 
fant. J’aurois mieux aimé rendre le chant 
un peu plus animé , & fubftituer la lixte 
à la quinte , à - peu - près de la maniéré 
ffiivante , que je n’ai pas l’impertinence 
de donner comme une correftion , mais 
que je propofe feulement pour mieux 
expliquer mon idée. 



( Ici vient le chœur des Prêtres d’Apollon ). 


SUR l’Alceste de M. Gluck. 423 





\l 




::3 

• 

a 

a 


. 




a 

:3 

' r>^ 

N# 

a 

::: 

a 




"Ta 

a 

O 





_ib 


£r 


._i) 


4 ._ 


Dd 4 


I 














































4 M Observation^ 

Le feul reproche que j’aie à faire à ce 
récitatif, eft qu’il efl trop beau. Mais 
dans la place où il efl, ce reproche en 
eft un. Si l’Auteur commence dès-à-pré- 
*ent à prodiguer l’enharmonique , que 
fera-t-il donc dans les fituations déchiran¬ 
tes qui doivent fuivre ? Ce récitatif doit 
être -touchant & pathétique, je le fais 
bien, mais non pas , ce me fembîe , à un 
li haut degré, parce qu’à mefure qu’on 
avance, il faut fe m.énager des coups de 
fo rce pour réveiller l’Auditeur, quand il 
commence à fe laffer même des belles 
chofes. Cette gradation me paroît abfo- 
ïument nécelTaire dans un Opéra. 

• Page 55 * 

Le récitatif du'grand-Prêtre eft un bel 
exemple de l’effet du récitatif obligé, on 
ne peut mieux annoncer l’oracle & la 
majefté de celui qui va le rendre. La 
feule chofe que j’y defirerois , feroit une 
annonce qui fût plus brillante que terri¬ 
ble ; car il me femble qu’Apollon ne doit 
ni paroître , ni parler comme Jupiter. 
Par la même raifon, je ne vcudrois pas 
donner à ce Dieu qu’on nous reprefente 


SUR l’Alceste de M. Gluck.' '41 y 
ïbus la figure d’un beau Jeune blondin, 
une voix de Baffe-taille. . . . « 

Pag. 59. Dilegua il nero turbine 

Me freme al trono intorno , 

O faretrato Apolline 
Col chiaro tuo Jplendor. 

Tout ce Chœur en rondeau pourroit 
être mieux ; ces quatre vers doivent être 
d’abord chantés par le grand-Prêtre, puis 
répétés entiers par le Chœur, fans en ex- 
■ cepter les deux derniers que l’Auteur fait 
dire feul au grand-Prêtre. Au contraire le 
grand-Prêtre doit dire feul les vers fuivanss 

Sai elle ramîngo , efule , 

T’accolfe Admetto un di , 

Che del ar.frifo al margine 
Tu fofti il fuo paftor. 

Et le Chœur, au lieu de ces vers qu’i! 
îie doit pas répéter non plus que le grand- 
Prêtre , doit reprendre les quatre pre¬ 
miers. Je trouve auffi que la réponfe des 
deux premières mefures en efpece d’imi¬ 
tation , n’a pas affez de gravité. J’almerois 
mieux que tout le Chœur fût fyllabiqu*. 

Au reffe, j’ai remarqué, avec grand 



4^6 Observations 

plaifîr la maniéré également agréable J 

fimple & favante dont l’Auteur paffe du 

ton de la médiante à celui de la l'eptieme 

note du ton dans les trois derrâeres me- 

fures de la page 39. 

Et, après y avoir féjourné affez long- 

tems, revient par une marche analogue à 

fon ton principal , en rcpaffant derechef 

par la médiante dans la 2 , 3 & 4®. mefure 

de la page 43 ; mais ce que je n’ai pas 

trouvé fl liraple à beaucoup près, c’efl: 

le récitatif nume cterno. p'ag. 52.. • • • 

« 

/ 

Je ne parlerai point de l’air de danfe 
de la page 17, ni de tous ceux de cet 
ouvrage. J’ai dit dans mon article Opéra , 
ce que je penfois des Ballets coupant les 
pièces & fufpendant la marche de l’intérêt. 
Je n’ai pas changé de fentiment depuis 
lors fur cet article, mais il eft très-pof" 
fible que je me trompe. . . . • 


Je ne voudrois point d’accompagnement 
que la Baffe au récitatif d’Evandre , page 

20,21 & . 

Je trouve encore le Chœur , p3gc 22, 
beaucoup trop pathétique , malgré les 






SUR l’âceste de M. Gluck. 417 
expreffions douloiireufes dont il eft plein : 
mais les alternatives de la droite & de la 
gauche, & les réponfes des divers Inf- 
trumens me paroiflent devoir rendre cette 
Mulique très-intérell'ante au théâtre. . . 

Popoli di Te£dglia , pag. 14. Je citerai 
ce récitatif d’Alcefte en exemple d’une 
modulation touchante & tendre fans aller 
jufqu’au pathétique, fi ce n’eft tout à la 
fin. C’eft par des renverfemens d’une 
harmonie affez fimple, que M. Gluck pro¬ 
duit ces beaux effets. Il eût été le maître 
de fe tenir long-tems dans la même route 
fans devenir languiffant & froid. Mais oii 
volt par le récitatif accompagné mime 
ettrno. de la page 5 z , qu’il ne tarde pa? 
à prendre un autre vol. , . . 



4 


EXTRAIT 

D’UNE REPONSE 

. DU PETIT FAtSEVR 

A SON PRÉTE-NOM, 

Sur un morceau de VOrphée de M, te 
Qievaller Gluck. 

%^Uant au paflage enharmonique de 
rOrphée de M. Gluck, que vous dites 
avoir tant de peine à entonner & même 
i entendre, j’en fais bien la raifon : c’eft 
que vous ne pouvez rien fans moi, Ô£ 
qu’en quelque genre que ce puiffe être, 
dépourvu de mon afliflance vous ne 
ferez jamais qu’un ignorant. Vous fen-; 
tez du moins la beauté de ce pafTage,’ 
& c’eft déjà quelque chofe ; mais vous 
ignorez ce qui la produit ; je vais vous 
l’apprendre. 

C’eft que du même trait, & qui plus 
eft, du même accord, ce grand Muftcien 
a fu tirer dans toute leur force les deux 
effets les plus contraires; favoir, la ra» 


*4^ -A »\«b« Mw « « 

DU PETIT Faiseur; ' 41 ^ 

VÎiTante douceur du chant d’Orphée, & la 
y?n¥or déchirant du cri des furies. Quel 
moyen a-t-il pris pour cela ? Un moyen 
très-limple ; comme font toujours ceux qui 
produifent les grands effets. Si vous euf- 
liez mieux médité l’article enharmonique. 
que je vous dictai jadis , vous auriez 
- compris qu’il falloir chercher cette caufe 
remarquable , non fimplement dans la na¬ 
ture des intervalles & dans la fucceffion 
des accords, mais dans les idées qu’ils 
excitent, & dont les plus grands ou moindres 
rapports , fi peu connus des Muliciens 
font pourtant, fans qu’ils s’en doutent 
la fource de toutes les expreflions qu’ils 
ne trouvent que par inftinft. 

Le morceau dont il s’agit eft en mi bé-; 
mol majeur, & une chofe digne d’être ob- 
fervée eff que cet admirable morceau eft , 
autant que je puis me le rappeller, tout 
entier dans le même ton , ou du moins 
fl peu modulé que l’idée du ton princi¬ 
pal ne s’efface pas un moment. Au refte ' 
n ayant plus ce morceau fous les yeux & 
ne m’en fouvenant qu’imparfaitement , je 
îfen puis parler qu’avec doute. 

abçfd CS no des fliries j fi*appé & 


4^0 La Réponse 
réitéré de tems à autre pour toute réponfe ^ 
cfl une des plus fublimes inventions en ce 
genre que je connoiffe , & fi peut-être 
elle efi: due au Poëte, il faut convenir 
^ que le Muficien l’a faifie de maniéré à fe 
l’approprier. J’ai ouï dire que dans l’exé¬ 
cution de cet Opéra , l’on ne peut s’em¬ 
pêcher de frémir à chaque fois que ce 
terrible nd fe répété, quoi qu’il ne foit 
chanté qu’à l’uniffon ou à l’oftave , & 
fans fortir dans fon harmonie de l’accord 
parfait jufqu’au paflage dont il s’agit. Mais 
au moment qu’on s’y attend le moins , 
cette dominante diéfée forme un glapiffe- 
ment affreux auquel l’oreille & le cœur 
ne peuvent tenir, tandis que dans le même 
infiant, le chant d’Orphée redouble de 
douceur & de charme , & ce qui met 
le comble à l’étonnement efl qu’en ter¬ 
minant ce court paffage , on fe retrouve 
dans lé même ton par où l’on vient d y 
entrer , fans qu’on puifle prefque com¬ 
prendre comment on a pu nous tranfpor- 
ter fi loin & nous ramener fi proche avec 
tant de force & de rapidité. 

Vous aurez peine à croire que toute 
cette magie s’opère par un paffage ta- 


/ 


DU Petit Faiseur.' 431 
cite du mode majeur au miaeur , & par 
îe retour iubit au majeur. Vous vous en 
convaincrez aifément fur le Claveqin. Au 
moment que la Bafl'e, qui fonnoit la 
dominante avec fon accord, vient à frap¬ 
per Viu bémol, vous changez non de ton 
mais de mode , & paflez en mi bémol 
tierce mineure : car non-feulement cet ut , 
qui eft 1^ fixieme note du ton , prend 
le bémol qui appartient au mode mineur, 
mais l’accord précédent qu’il garde à la 
fondamentale près , devient pour lui ce¬ 
lui de feptieme diminuée fur le rc natu¬ 
rel , &: l’accord de feptieme diminuée fur 
le re appelle naturellement l’accord par¬ 
fait mineur fur le mi bémol. Le chant 
d’Orphée , furk , larve, appartenant éga¬ 
lement au majeur & au mineur, relie le 
meme dans l’un & dans l’autre ; mais aux 
mots ombreJaegnoJc,i\ détermine tout-à. 
fait le mode mineur : c’efl probablement 
pour n’avoir pas pris affez tôt l’idée de 
ce mode, que vous avez eu peine à en.- 
tonner jufte ce trait dans fon commence¬ 
ment ; mais il rentre en Unifiant en ma¬ 
jeur; c’efl dans cette nouvelle tranfition , 
a la fin du mot fdegnofe qu’efl îe grand 


L A R É P O N s E 

effet de ce paffage, & vous éprouverez 
<}ue toute la difficulté de le chanter jufte 
s’évanouit quand, en quittant le la bémol, 
on reprend à l’inftant l’idée du mode ma¬ 
jeur pour entonner le fol naturel qui en efî 
la médiante. 

Cette fécondé fuperflue ou feptieme 
diminuée, fe fufpend en paffant alterna¬ 
tivement & rapidement du majeur au mi¬ 
neur , & vice-verfd ; par l’alternation de 
îa Baffe entre la dominante Ji bémol ÔC 
la fixierne note ui bémol, puis il fe ré¬ 
fout enfin tout-à-fait fur la tonique dont 
la Baffe fonne la médiante yè/, après avoir 
paffé par la fous-dominante la bémol por¬ 
tant tierce mineure & triton , ce qui fait 
toujours le même accord de feptieme di¬ 
minuée fur la note fenfible re. 

Paffons maintenant au glapiffemeht nh 
des furies fur le fî bécarre. Pourquoi ce 
ji bécarre & non pas ut bémol comme 
à la Baffe ? Parce que ce nouveau fon, 
quoi qu’en vertu de l’enharmonique il 
entre dans l’accord précédent, n’eff pour¬ 
tant point dans le même ton & en an¬ 
nonce un tout différent. Quel eff le ton 
annoncé par çqJi bécarre ? C’eff le ton 

à'ut 


riu Petit Faiseur.' 43^‘ 
i^ut mineur dont il devient note fenfible^ 
AiniQ l’âpre difcordance du cri des^fiiries 
vient de cette duplicité de ton qu’il fait 
fentir , gardant pourtant, ce qui eû admi¬ 
rable,,une étroite analogie entre les deux 
ions : car l’ut mineur, comme vous de¬ 
vez au moins favoir, ell l’analogue corref 
pondant du mi bémol majeur, qui efl ici 
le ton principal. 

Vous me ferez Ime objcftion. Toute 
cette beauté , me direz-vous , n’eft qu’une 
beauté de convention & n’exifle que fur 
le papier ; puifqu.e cejz bécarre n’eft réel¬ 
lement que l’odave de l’ut bémol de la 
Balle : car comme il ne fe réfout point 
comme note fenfible-, mais difparoît ou 
redefcend fur le Ji bémol dominante du 
ton , quand on le noteroit par ut bémol 
comme à la Balî'e , le pafiage & fon 
elfet feroit le même abfolument au ju¬ 
gement de l’oreille. Ainfi toute cette mer¬ 
veille enharmonique n’elî: que pour les 
yeux. 

Cette objeftion, mon cher Prête-Nom ,■ 
feroit folide li la divillon tempérée de' 
l’Orgue & du Clave.cln étoit la ' vérita¬ 
ble divifion harmonique , & fi les inter- 
Muf que, E t 


434 La Réponse 

» 

valles ne fe modifîoient dans 1 intonation 
de la voix fur les rapports dont la modu¬ 
lation donne l’idée & non fur les alté¬ 
rations du tempérament. Quoi qu’il foit 
vrai que fur le Clavecin le fi bécarre eft 
l’oûave de Xut bémol, il n’eft pas vrai 
qu’entonnant chacun de ces deux fons , 
relativement au mode qui le donne, vous 
entonniez exaftement ni l’uniffon , ni 
l’oftave. Le fi bécarre comme note fen- 
fible s’éloignera davantage du fii bémol 
dominante, & s’approchera d’autant par 
excès de la tonique tit qu’appelle ce bé¬ 
carre ; & bémol, comme fixieme 
note en mode mineur, s’éloignera moins 
de la dominante qu’elle quitte , qu’elle 
rappelle, & fur laquelle elle va retom¬ 
ber. Ainfi le femiton que fait la Baffe 
en montant du fii bémol à Vut bémol, 
eff beaucoup moindre que celui que font 
les furies en montant du ji bémol à 
fon bécarre. La feptieme fuperflue que 
fembîent faire ces deux fons furpaffe 
même l’oaave, & c’eft par cet excès 
que fe fût la difcordance du cri des fu¬ 
ries ; car l’idée de note fenfible jointe au 
bécarre, porte naturellement la voix plus 


DU Petit Faiseur. 435 
haut que l’oftave de Xut bémol, & cela 
eft fi vrai que ce cri ne fait plus fon effet 
fur le Clavecin comme avec la voix, parce 
que le fon de l’infirument ne fe modifie 
pas de même. 

Ceci, Je le fais bien, eft direâement 
contraire aux calculs établis & à l’opinion 
commune, qui donne le nom de femi- 
ton mineur au paffage d’une note à fon 
dièfe ou à fon bémol , & de femi-ton 
majeur au pafiage d’une note au bémol 
fupérieur ou au dièfe inférieur. Mais 
dans ces dénominations on a eu plus 
d’égard à la différence du degré qu’au 
vrai rapport de l’intervalle , comme s’en 
convaincra bientôt tout homme qui aura 
de l’oreille & de la bonne-foi. Et quant 
au calcul, Je vous développerai quelque 
Jour , mais à vous feul, une théorie plus 
naturelle, qui vous fera voir combien 
celle fur laquelle on a calculé les inter¬ 
valles efi à contre-fens. 

Je finirai ces obfervations par une re¬ 
marque qu’il ne faut pas omettre ; c’efl 
que tout l’effet du paffage que Je vieng 
d’examiner, lui vient de ce que le mor¬ 
ceau dans lequel il fe trouve eft en mod<^ 

E e 2 


43 ^ La Réponse 
majeur : car s’il eût été mineur , le chant 
d’Orphée reliant le même eût été fans 
force & fans effet, l’intonation des fu¬ 
ries par le bécarre eût été impoffible & 
abfurde , & il n’y auroit rien eu d’em 

harmonique dans le palfage. Je parierois 
tout au monde qu’un François , ayant 
ce morceau à faire, l’eût traité en mode 
niineur. Il y auroit pu mettre d’autres 
beautés , fans doute, mais aucune qui fût 
aulîi limple & qui' valût celle-là. 

Voilà ce que ma mémoire a pu me 
fuggérer fur ce palfage & fur fon expli¬ 
cation. Ces grands effets fe trouvent par 
le génie qui ell rare, 6c fe fentent par 
l’organe fenfitif, dont tant de gens font 
privés ; mais ils ne s’expliquent que par 
une étude réfléchie de l’art. Vous n au¬ 
riez pas befoin maintenant de mes anar 
lyfes, li vous aviez un peu plus médité 
fur les réflexions que nous faifions jadis 
quand je vous diélois notre Diélion- 
naire. Mais, avec un naturel très-vif, vous 
avez un efprit d’une lenteur inconceva¬ 
ble. Vous ne faififlez aucune idée que 
long-tems après qu’elle s’efl préfentée à 
VQus, & vous ne voyez aujourd’hui que 


DU PETIT Faiseur.’ 437 

ce que vous avez regardé hier. Croyez- 
moi, mon cher Prête-Nom , ne nous 
brouillons jamais enfemble ; car fans moi 
vous êtes nul. Je fuis complaifant, vous 
le favez , je ne me refufe jamais au tra¬ 
vail que vous delirez , quand vous vous 
donnez la peine de m’appeller & le tems 
de m’attendre : mais ne tentez jamais rien 
fans mois dan^ aucun genre , ne vous 
mêlez jamais de l’impromptu en quoi que 
ce foit, fi vous ne voulez gâter en un 
infiant, par votre ineptie , tout ce que 
j’ai fait jufqu’ici pour vous donner l’air 
d’un homme penfant. 


FIN. 








T A B L 



DES DIFFERENTES PIECES 


contenues dans ce Volume. 



Rojet concernant de nouveaux Jîgries 

de Mujique. .5 

Dijjcrtation fur la MuJique moderne. 27 
F,ffai fur rOrigine des Langues. . . 209 

Lettre à M. P Abbé Raynal . 3 ^^ 

Examen de deux principes avancés par 

M. Rameau, . ..3 3 ? 

Lettre à M. Burney , fulvie d'une Réponfe 
du Petit - Faifeur. .375 


Fin de la Table. 










7t. jT^' y »" ■« <t ^ '.-. t? 

'J ^'5n^î'f^-'^'-^-'?'’‘'';^''^ -- •, 

i *?j» *'7 * J * .-t - -•' ' 






■7'* 



>■■•• >‘.''V ■ .V ■» 

' .'■* : ■ S . ,• ■, 


"^mp: 


'•».■, ,*1^ 

u‘ , ' 


>“ ' •/ . ,■ -v .-'ii,', I, **' .. • ,' ^ ,' . ■■- -f-'- < .'■ V V-. M 

, ^1 ' ■ ■" ' '-'."tt'' '“•■■vt '■ . 

^fct vT ■' ^ •■ J" • •• . .V. • t./ - . . ■ } *•';■•.•■' Wf - , ,,.i 

lifev'Ÿ'. '-^' ■ ' . -.L^ • '■' ■ "'‘si' '^' ^,-•^■•^- V'''-v^' ■ - ■ ' 


■ ' ' 
f ' . V ;^^. • ' V 


» ' * 


’ tt^‘- 


• -y, 


■ ï-K V V ‘ '<• ■, ^'-^v'' r'' ' , 'V* <*.■ ' ' ' ?;■ * . 

' .’ ■ y - ■' '.> 0 .••:;•. A .••■ -.■■*';;■■• • ., .« y ' ' 

• -•• V' ■ j i O ,'• *• • - ’ • O '.; .. , 

.^y::v vrr^f^ -v 

t i «J :-> -'• 1' j|É^ '.Jr*?*^ y ^1. •’V '*■-»’■ * ■»* ' 1 ' 

.y: .vÆ.r;r^'' 


L<'.- ,- 


:t 




• / •• r/ 


h. 


•j 


m- :, ■y::*, • ' ,■;. ■ -■ t 

-î* >; A . r ’ ' -y-':-- - ., ' . -i 

-iv ■ tV ' ■•iîAV*^’» ‘^''■■'•^•' ^ ., . ■> , i * .r ^- -‘' : . ’ * . 

• ^ . /.-• /l - - < ri . ^ ’ -J- * * •' w» ♦ t# i c- ,, ft/ • «. « • _ 


WW'*, J • /I, 'T' 1*1 <■,«•;• •'•■<■. 




* V < J ' if v '■•À « 

Y/.' J-••*»»■ -.• —il,'».,’ 


( ■ ■ 




£■ 


' -/.'-Vv* 

» , H ,- -,y >•''■•<■, . • • ; . 0 'V ' ''■ ■‘^ .'■'. '’ 

•» Y •,{')««,* -i .„ . i-.A- , 'A-. .Al-, -'.-y-,. - ^ ^ . • •'• • ,^ .. ... y,;- < 

' . ■' ■ .' " y -/'; \ ‘ ■ ' ■-. 'a ' ■ ' ' •- •<= wy.j .j.'i , 

*• ^ , r-..,' - . .1-, 



Xa' 


-. - ■ ‘ 

^'■^ ■• ■■ 

Î.W 

- t . 

## .. 




■ '■■ v V ... 

;; -v;/ r, A .</.-..^r»V» - _\y ■/:, 

.'■-/■ ■■ .;■•■< 4,,.', J.,, .'y I 

' ’ '* * .'■ . ■ - . ’<.■.'•? Â' .' 

' ■' .'•» v' L-■':]-. %•■' 


• \ 


r •*■ 


>• 

N 


:/«r‘ / 

• ' f"*#. *,* 




^ / 


♦ 


^Î" f •:' U. V 


4 y 


^ • 


•, ■* 4 




. t«'v^ .-.f ^'*^a 

i.. . .. 

.1 '' ' . ';• 


'■N 


*,-;•■ ■ 


' •; 


C- 


. „''•■«• 




- 'j . >v. '■ ' •’ - '■■' ‘ . • ‘ •: . ' -À'.' 




vV . 


7 ^ 

- ^ ^1 V *• < 


AiTi 




^ -■ y 


î' ' .' .': U ■ ' 

• - ' t .-1 


■ 1 


■ 


ir 




i 

P- '- 


■'. *V »■/ •■' 

A- ' 


* \ , t ' 

■ Ÿ-^yy/i 

- ' j* • V . •vA -' 

V O -il • N. 


» » 


r V\ h. 




UV' - i' 

:. • •y,.^; : ,■ /■;'.'■• * . . 


■ . 'l 


’ I»' % . • 

V ■ ; ’ V . ' ' • 

.* • ■■ ' V ' .' *» 


;V *».’ '•> 
> . 


1. 1 


< » c- 


»-,>■■■• 


, . " Y Y. ' ■ ... 

'♦■, Ik i «-.• ..•<■'■■• - '.i.^ 

■ 'iQ,.; ■,'>^, .■■•,“ .1 • ■ ■- 

.2 y* i.. ^' ■■*' ‘‘ 1 . 4 ' 

> ■ •;, '\... ,..r 

.- '■ r ' * . 


..-4. ' 


4 


> 


.•■' .♦'■ .'■ -■ '. , ■• 
r •»‘v -a'. .. ■ , '/>■'* ■'• i• (■ 
' .- .'•t' -nf- -î 


* , 

',■ ;• < •<«. ■ 

* 


A- ■• ' 


/ 




r,;- 


. \ . 

‘ « 


tiy • , ' 

?'“? r - f a' 


y; 


»î^ .* t < « t»-, 


c 


■ I ‘ ^ < 


... ■' .. ' '. » 

i . > .• 


. '* • . ■» 

‘'•■'■■•.J' 

: ■ . 

r 


•O* i', 

i. 

». ‘1.. Ji A 
■ ' v^- . 
' ■ V'^ pW. 

■ • t ■• r 




' ’iy/t'tf.*- 

,l J ! 


/ ' 

; 


» < 


•It-i 


■V^ 


' ■^ 




r 

' ' A- 


' t ■ ' ■ ■; y . t î . 

• 'J, -, A. ‘ \ ‘ • •■, •■r -W 

' ^ f •- . _ . t) .YJ ' 4 t • 


} . 


’ % 


'■‘" a. , • 

’/ly rVt 'v ■' 

M • . I • * ♦ 




' ’ .V< 'tf'' 

'■'i''" 


t..! 


V ** 
'.. • * 


cX; ■ 

«■ ’ '*'• ff ■% 

V". .' Jl' c I ' 

’.IP-' ,■ 


<.v 




K[? 


i- 

Z!» 

•»* 


1 -,;. -r "‘y " > 

P 'U*:'» ' 

p*'i5v I ' 

'tX't . 


\ V 

\ v» * ^• 

^ V 

T .r* » / 


'. 1-' 


X' ;■,'•*» ■ • v! ’• 
«Y " ■-• - . 


X * 

V,,' • ., 


■ y. 


'•''Ci 


V . 


■ '■* ’‘c' 7 '■ 

• „v.. ;, 

, ■ '_«••■ - s 

•{ ,l 

. ' 

», • ■ • v-< 

‘ ., -v 








r 




. y- » , -, , • 's 

i.* . • 



' I . ■ 

ÿ / » 

' w 

■"i'-X' -, 


t 




Y 


■é 


V. 7 '-' 




'‘t 


, ■ .- 'y 


I. if-J .* 




. t 


\ e •• 




[r-r-î * 


T 

. i 


jAà'i > 

-‘ ' X ‘ 


^ Ifti-"T;^. JL'^. 

if-' 






« 

«•V- 


■p. 


s- ■‘" * /' 

,' : s,.,-3C?r , • ••■ ■... :V. ■ jp ■■ - \ 

•■ ^ i-v*' • - O.* . ». ’ '• " 

■/ : J ^ ■ ' '■ T-.v-:?'.-- ; ■ ^' 

*, V'"'. • l-'- %?' .V. 



/ 




■'-'i 


i v\,V'-. 

r " •’ i 


’nt ' ^ i • ■. ■ • > ■ -, ■,' /r - ^ / • -‘Jfc 

;V'> ■ ';»/"-'v'■'■>^'-/^ 4 Ïî^''■;.!•■ ' ■^- •>'•'■' • ^ 

., T ■ * ^ :., V .; V . .. . rV. ' ■ ’• 


•-‘'a 


»•■»' -ioj 

=-.yn 


K'i- 


>'■ ' ' ■ , üi,'- ■ 

- <-,'r - ■ 


^ •■: ‘ ,■►*%;/ ,A, -■■■ ., ■.^■♦. '•' , '. 

t/ ; ■^M-.. :-'. ‘MV .-■ . 

^ ' V '* "■' ■?'■ VT- ■'■ ■■■’ • • '. • >- ^ ' ‘ ' - F 

h ' ■ " - - '‘.' : ■ ' 

:_^. •• ► ,r» '■ ■ ■<'‘ : f- ' ■- ' ’ 


* ■ . ' V V . ■ - 






" " ■ iW-- 


♦.. ^ ?v,;.,-. i.- ,i 

■ ■ »; i - =.'V ' ■,j' •• ■ 

.„■■ ■'■'■ V • ■ -v-'- '^* V ■ 

' •‘-. ’ ■ .',■ ' \ t' 


'^ Ji ' 

,.,W. V 


.4 4- 

. ^.-_: 


P 


•/T- 

• '>4 ■ •'. 


.,' V y ; ' * 

fr ,• 








f K.' 



• ■'. 'V..' JTT ' \ T • ■ .. .-< ^ « V . _| 

• ■: '' *.:»■' ■ '■■• ç/ri -'^>^-4/.., 

t •'■ •.;■'} ‘T..,>-V. J jt«-( ; -<:• ^ • ■v-'*'' -S 

». , , 7_, ' ' —' ' • “ 


Tv:'. ’-/ "■.'Uî' T. '• . ■ .-■. 

. . - ._■ . . .... .N .,4f - ' 

^ * V ’ Al* ' • ' .t ,.- . ■ - -- ' _ ‘ 


V 


>>: ^ 


>» ^ 



■ \ 


> .r 


'K: 

4 




'■'*.V-V^. ' , ’, 

.. -^ ■ ■■ 


• ^ ^ . , \yf* 

.. -i- 'T 


A 


r -'S v'v 






'*£■»'•'. f' -, ■• ■ ' ^■'- ■' 


c«. ,- ,V 




f ■ r „ r^'_ , 

- •■ ..... ' •'■• ^ • vV ■ ' ’ * ' ' 

• \ « 0 * ' . » 

t>. ■ • ’ fSSÿ . t. ■ ■ 'v '' 

KB^m / .r• f ■ . 


I = ■ ' ■■' , r'-^, ^ 

-«■»-% ’r ï ‘ ^ 


^ 1 
:\^f ^ 





). 



Y ' y ^ 

f fr^ ^ . 


•'..r 


h:':k 


■i,' 


«. 




■} 


s < 




.■C" 


■ 'i'' 'i . 


1 '** ■* 


'• V 


— -w 


■ ■: 



y ' 

' ' ■ > 


• ,r. 


ü. 


'.< . l' 


■m 



7 


» ,, . - ,-...* . -i 

•■ .-.■ : C* •-' ^ À- 


'»if • : ■', I 


• 4 * '• », :■ • - -.*■ 

►••■'• •..«'-H:i~r Jf-i .-XJ»,. 

:■ :• <"/•'■ •, , • '-'A 





'•‘f ^■. • 




^ ^ .7 ■ *'■ 







N- ■ 


•■ r' 




•5»'"', ,j ‘■t-.f. ff ,7 > \ -A '.y- - , , . ■uT'. v • * . W V 

»7W V f, ^ r • ^•''-^'7 ^ - - ’’ *4' •• 

méâK r ••* . . . . - * 


■ f '■/ ... Y». ' ■ 

••'■'.'f ; V ..'• 

7î' '“ '^â 


’•*■ .K.H y -1 


_L 'sr' y 
1 



‘<i 1 '.• 


f y* t-’ 

; • . ^ ^ y ; 


“5É 





} 


- . V 

* * - ^ . ' JÎ 




Kr ^ , 




AmJLp 










P